SIXIEME JOURNEE de L'AUTO-IMMUNITE (2016) Infections et maladies auto-immunes : Présentation générale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SIXIEME JOURNEE de L'AUTO-IMMUNITE (2016) Infections et maladies auto-immunes : Présentation générale"

Transcription

1 الدكتورة خديجة موسيار Dr MOUSSAYER Khadija Spécialiste en médecine interne et en gériatrie Présidente de l Association Marocaine des Maladies Auto-Immunes et Systémiques (AMMAIS) / الجمعية المغربية ألمراض المناعة الذاتية والجهازية

2 LES INTERACTIONS ENTRE LES INFECTIONS ET LES MALADIES AUTO-IMMUNES ET/OU SYSTEMIQUES

3 Les maladies infectieuses au Maroc ces maladies infectieuses sont encore un problème de santé publique même si elles sont en nette diminution il s'agit de débattre lors de cette manifestation : - de l'identification des risques qu'elles font subir dans la survenue ou l'aggravation d autres pathologies (auto-immunes ou systémiques) - des moyens de prévenir ces risques et notamment des traitements adéquats à mettre en œuvre

4 LE POIDS DES MALADIES AUTO- IMMUNES 3 ème cause de morbidité après les affections cardiovasculaires et les cancers 2 ème ou 3 ème poste des dépenses de santé Touchent environ 10 % de la population mondiale.

5 LES CAUSES DES MALADIES AUTO- IMMUNES MULTIFACTORIELLE l hérédité des facteurs environnementaux divers : rayons solaires, tabac, pollution atmosphérique et alimentaire, et les infections.

6 Liens entre infections et maladies auto-immunes Des bactéries et virus jouent en effet un rôle dans le déclenchement de plusieurs maladies auto-immunes liens existent entre - le virus Epstein Barr et le lupus, - le cytomégalovirus et le syndrome des antiphospholipides

7 L helicobacter pylori une personne sur deux est porteuse de cet agent infectieux 10 % d'entre elles développeront des infections gastriques sérieuses comme les ulcères ou les gastrites chroniques serait aussi impliqué dans survenue de maladies autoimmunes comme - le Gougerot-Sjögren - ou le purpura thrombocytopénique idiopathique.

8 Le rhumatisme articulaire aigu Liens bien établis entre le streptocoque hémolytique du groupe A et le rhumatisme articulaire aigu qui représente une réponse auto-immune tardive à cette infection

9 La résistance aux antibiotiques De nouvelles voies thérapeutiques à explorer : virus peut-être une solution dans le futur : les bactériophages, connus depuis 1915, se posent actuellement de nouveau en bon candidats contre certaines maladies Chez les animaux : exemple des hippopotames à l'abri d infections grâce à leurs glandes bactéricides situées sous la peau

10 Recommandations d AMMAIS Trois nécessités pour le Maroc - Lutter contre mésusage des antibiotiques en médecine humaine comme vétérinaire - faire un registre des malades sous biothérapies avec un suivi régulier pour observation des infections - Promouvoir le prélèvement ambulatoire devant toute angine

Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques

Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques SYNTHESE 6 ème Journée de l auto-immunité "Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques" 5 novembre 2016, Hôtel Sheraton, Casablanca L Association Marocaine des

Plus en détail

6 ème Journée de l auto-immunité "Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques"

6 ème Journée de l auto-immunité Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques SYNTHESE 6 ème Journée de l auto-immunité "Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques" 5 novembre 2016, Hôtel Sheraton, Casablanca L Association Marocaine des

Plus en détail

Le syndrome de Rett, une maladie rare neurologique féminine difficile à prendre en charge au Maroc

Le syndrome de Rett, une maladie rare neurologique féminine difficile à prendre en charge au Maroc Le syndrome de Rett, une maladie rare neurologique féminine difficile à prendre en charge au Maroc Dans la continuité de la journée internationale des maladies rares du 28 février 2017, l Association Marocaine

Plus en détail

Septième journée de l'auto-immunité : les attaques du système immunitaire contre lui même et les éléments sanguins

Septième journée de l'auto-immunité : les attaques du système immunitaire contre lui même et les éléments sanguins Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques الجمعية المغربية ألمراض المناعة الذاتية والجهازية Editorial et Programme Septième journée de l auto-immunité «Les attaques du système immunitaire

Plus en détail

LA SARCOÏDOSE : UNE MALADIE QU ON PEUT CONFONDRE AVEC LA TUBERCULOSE

LA SARCOÏDOSE : UNE MALADIE QU ON PEUT CONFONDRE AVEC LA TUBERCULOSE Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques الجمعية المغربية ألمراض المناعة الذاتية والجهازية Moroccan Autoimmune and Systemic Diseases Association LA SARCOÏDOSE : UNE MALADIE QU ON

Plus en détail

Problématique des maladies rares au Maroc à l'ENSP

Problématique des maladies rares au Maroc à l'ENSP الدكتورة خديجة موسيار Dr MOUSSAYER Khadija Spécialiste en médecine interne et en gériatrie Présidente de l Alliance des Maladies Rares au Maroc (AMRM) Conference ENSP Rabat 20 mars 2018 Sommaire I/ Un

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Faculté de Médecine de Constantine Département de Pharmacie EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Dr LAKEHAL Abdelhak Maître

Plus en détail

Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14)

Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14) Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14) Helicobacter pylori est un bacille à Gram négatif hélicoïdal, très mobile, caractérisé par Warren et Marshall en 1983, dont les

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Dr. Lakehal I. INTRODUCTION : la transition épidémiologique est une réalité dans beaucoup de régions dans le monde (particulièrement pays en développement).

Plus en détail

Enjeu sanitaire ou sociétal? vers une approche globale de la prevention du RAA à travers l exemple de Fidji

Enjeu sanitaire ou sociétal? vers une approche globale de la prevention du RAA à travers l exemple de Fidji Enjeu sanitaire ou sociétal? vers une approche globale de la prevention du RAA à travers l exemple de Fidji Contexte régional les séquelles cardiovasculaires, suite aux infections à streptocoque du groupe

Plus en détail

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION DISPONIBLES 5 III. ANALYSE DESCRIPTIVE DE LA CONSOMMATION D ANTIBIOTIQUES EN FRANCE DE 1991 A 1996 8 3.1. INTRODUCTION 8 3.2. EVOLUTION DES VENTES DES

Plus en détail

FASCICULE VII MALADIES INFECTIEUSES VII-1

FASCICULE VII MALADIES INFECTIEUSES VII-1 FASCICULE VII MALADIES INFECTIEUSES VII-1 Le syndrome de réaction inflammatoire généralisée Ce terme doit être préféré à celui de syndrome de réponse inflammatoire systémique employé dans la Cim. Les

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES FACULTE DE MEDECINE DE CONSTANTINE ANNEE UNIVERSITAIRE : 2014-2015 EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Dr S. AMAROUCHE Maitre assistante en Epidémiologie Université 3 de Constantine 1 I. INTRODUCTION

Plus en détail

Angine. Pr Christian Chidiac

Angine. Pr Christian Chidiac Angine Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr Définition

Plus en détail

Maux d estomac? Et si vous étiez infecté par la bactérie Helicobacter pylori?

Maux d estomac? Et si vous étiez infecté par la bactérie Helicobacter pylori? Maux d estomac? Et si vous étiez infecté par la bactérie Helicobacter pylori? Comment savoir si vous êtes atteint d une infection à Helicobacter pylori? TAPEZ ICI POUR VOIR LE PRODUIT Généralités sur la

Plus en détail

Anatomie Pathologique

Anatomie Pathologique Anatomie Pathologique 5 cours magistraux Œsophage estomac Intestin grêle et colon Foie Voies biliaires et pancréas Tumeurs digestives 1 ED 2h à préparer : 5 observations, en ligne 3 semaines avant Répondre

Plus en détail

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Bertrand Alexandre Président du Comité Vaccins Leem 29 janvier 2007 1 Les vaccins : une contribution majeure à l éradication ou l atténuation

Plus en détail

Nouvelles recommandations sur la prise en charge des patients infectés par Hélicobacter pylori.

Nouvelles recommandations sur la prise en charge des patients infectés par Hélicobacter pylori. Nouvelles recommandations sur la prise en charge des patients infectés par Hélicobacter pylori. Docteur Olivier COATMEUR Hôpital privé la Châtaigneraie - BEAUMONT Introduction Hélicobacter pylori découverte

Plus en détail

Déjeuner-débat, JNMG 2009, samedi 10 octobre, Paris. Journée Mondiale du Lymphome 2009

Déjeuner-débat, JNMG 2009, samedi 10 octobre, Paris. Journée Mondiale du Lymphome 2009 Initiation du diagnostic des cancers Rôle du MG, exemple du lymphome Déjeuner-débat, JNMG 2009, samedi 10 octobre, Paris Journée Mondiale du Lymphome 2009 Le Lymphome, une pathologie complexe Pr Pierre

Plus en détail

UE Agent infectieux : enseignement

UE Agent infectieux : enseignement UE Agent infectieux : enseignement 2013-14 Date Intitulé du cours Cours Magistraux Amphi Fac de Méd 10- mars 08h- 09h Cours commun d'introduction 09h- 10h Le monde des parasites et champignons 10h- 11h

Plus en détail

Fonctions de la microflore intestinale

Fonctions de la microflore intestinale Fonctions de la microflore intestinale Fonctions métaboliques de la flore fermentation (sucres / protéines), métabolisme des acides biliaires métabolites produits par la flore, la plupart étant absorbés

Plus en détail

Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations

Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations Clémence Jarrassé Mémoire DES pédiatrie 23 Octobre 2008 JARASSE Clémence 1 Introduction Association syndrome lymphoprolifératif

Plus en détail

La maîtrise médicalisée: définition

La maîtrise médicalisée: définition La maîtrise médicalisée: définition Convention médicale de 2005 : «une régulation médicalisée des dépenses de santé, s appuyant sur des référentiels médicaux scientifiquement validés.» Convention de 2011

Plus en détail

Infection à. Helicobacter chez l enfant

Infection à. Helicobacter chez l enfant Infection à Helicobacter chez l enfant 1 Introduction Clara 9 ans se plaint depuis quelques semaines de douleurs abdominales prédominantes dans la partie haute de l abdomen. Il n y a pas d horaire particulier

Plus en détail

Hôpital de Jour Médecine Interne

Hôpital de Jour Médecine Interne Hôpital de Jour Médecine Interne Pôle Médecine Interne Centre Hospitalier Universitaire Saint-André. Dr Emmanuel Ribeiro, Praticien Hospitalier, Service de médecine interne et immunologie clinique (Pr

Plus en détail

Les fondamentaux d une antibiothérapie de qualité

Les fondamentaux d une antibiothérapie de qualité Les fondamentaux d une antibiothérapie de qualité Dr Frédéric BASTIDES Commission Régionale des anti-infectieux Praticien Hospitalier. Service de Médecine Interne et de Maladies Infectieuses- CHU de Tours.

Plus en détail

TOUT sur HELICOBACTER PYLORI

TOUT sur HELICOBACTER PYLORI TOUT sur HELICOBACTER PYLORI Les Jeudis de l Europe Le 10 avril 2008 Docteur Hubert REBAUDET INTRODUCTION Sujet d actualité avec le lancement de la campagne nationale d information HP : vit dans l estomac,

Plus en détail

J ai de l urticaire, que devrais-je savoir?

J ai de l urticaire, que devrais-je savoir? J ai de l urticaire, que devrais-je savoir? Le site du Docteur Laurent BATTIN Adresse du site : www.docvadis.fr/laurent.battin Validé par le Comité Scientifique Médecine générale L urticaire chronique

Plus en détail

Vignette 3. Helicobacter

Vignette 3. Helicobacter Vignette 3 Josette Raymond Marc Bellaiche Helicobacter 1 Introduction Clara 9 ans se plaint depuis quelques semaines de douleurs abdominales prédominantes dans la partie haute de l abdomen. Il n y a pas

Plus en détail

Missions & chiffres clés 2014

Missions & chiffres clés 2014 VEILLE ET SÉCURITÉ SANITAIRES EN ÎLE-DE-FRANCE & chiffres clés 2014 La santé avance en Île-de-France et organisation 3 missions principales Contribuer à garantir la sécurité sanitaire Assurer la veille

Plus en détail

Maîtriser la résistance aux antibiotiques: quels moyens pour le futur proche?

Maîtriser la résistance aux antibiotiques: quels moyens pour le futur proche? Maîtriser la résistance aux antibiotiques: quels moyens pour le futur proche? Bruno Fantin Médecine Interne, Hôpital Beaujon, AP-HP EA3964 «Emergence de la résistance bactérienne» Université Denis Diderot,

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 7 juillet 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission a réexaminé les spécialités

Plus en détail

Rhumatologie ECN DOSSIERS. Jérémy LAURENT - Paul OHAYON. Editions Vernazobres-Grego MARS ISBN :

Rhumatologie ECN DOSSIERS. Jérémy LAURENT - Paul OHAYON. Editions Vernazobres-Grego MARS ISBN : ECN DOSSIERS Rhumatologie Jérémy LAURENT - Paul OHAYON Editions Vernazobres-Grego 99 bd de l Hôpital 75013 PARIS - Tél. : 01 44 24 13 61 www.vg-editions.com Toute reproduction, même partielle, de cet ouvrage

Plus en détail

LE SYSTÈME DE SUIVI SANITAIRE EN NORD - PAS-DE-CALAIS

LE SYSTÈME DE SUIVI SANITAIRE EN NORD - PAS-DE-CALAIS LE SYSTÈME DE SUIVI SANITAIRE EN NORD - PAS-DE-CALAIS De l émergence d un signal sanitaire ayant une composante environnementale jusqu au traitement : qui fait quoi? qui décide de quoi? Olivier Lacoste

Plus en détail

Helicobacter Pylori. Dr J L DUJARDIN FMC La Châtre GMBS 07/01/ 2014 «Le Lion d Argent»

Helicobacter Pylori. Dr J L DUJARDIN FMC La Châtre GMBS 07/01/ 2014 «Le Lion d Argent» Helicobacter Pylori Dr J L DUJARDIN FMC La Châtre GMBS 07/01/ 2014 «Le Lion d Argent» Barry et Robin Prix Nobel Médecine en 2005 I Identité du germe Bactérie gram négatif non invasive spécifique du mucus

Plus en détail

Impact du microbiome respiratoire sur la sévérité de la grippe

Impact du microbiome respiratoire sur la sévérité de la grippe Impact du microbiome respiratoire sur la sévérité de la grippe Laurence Josset Laboratoire de Virologie Institut des Agents Infectieux Hospices Civils de Lyon Grippe grave La grippe est l'infection épidémique

Plus en détail

Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires. Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville

Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires. Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville Pas de conflit d interêt SOUS LE HAUT PATR du Ministre de la Santé et de la Population

Plus en détail

CONGRES. Mercredi 2 juin 2010 de 8h00 à 18h00. PAVILLON DAUPHINE Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, PARIS

CONGRES. Mercredi 2 juin 2010 de 8h00 à 18h00. PAVILLON DAUPHINE Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, PARIS CONGRES Mercredi 2 juin 2010 de 8h00 à 18h00 PAVILLON DAUPHINE Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 PARIS MALADIES INFECTIEUSES EMERGENTES COMITE DE PILOTAGE - Pr Catherine LEPORT (e) - Pr François

Plus en détail

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010)

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) M. Chakroun Service des Maladies Infectieuses CHU F. Bourguiba - Monastir Tunis, 24 Février 2015 «En 2010, la consommation

Plus en détail

Articles de Laurent Mascaron, Consultant publiés dans La Dépêche Vétérinaire

Articles de Laurent Mascaron, Consultant publiés dans La Dépêche Vétérinaire Articles de Laurent Mascaron, Consultant publiés dans La Dépêche Vétérinaire Liste au 6 janvier 2018 (74 articles) 1. Visite d achat : des pratiques différentes en France et en Europe MASCARON L. Equidés

Plus en détail

Correspondance des numéros d items traités dans cet ouvrage. ITEM n 290 / INTITULE Le médecin préleveur de cellules et/ou de tissus pour des examens

Correspondance des numéros d items traités dans cet ouvrage. ITEM n 290 / INTITULE Le médecin préleveur de cellules et/ou de tissus pour des examens Correspondance des numéros d items traités dans cet ouvrage ITEM n 290 / INTITULE Le médecin préleveur de cellules et/ou de tissus pour des examens d Anatomie et Cytologie Pathologiques : connaitre les

Plus en détail

Dépistage de l infection à Helicobacter pylori

Dépistage de l infection à Helicobacter pylori 130 RECOMMANDATIONS EN SANTÉ PUBLIQUE Dépistage de l infection à Helicobacter pylori Pertinence et populations concernées Avril 2010-1 - Ces recommandations en santé publique sont téléchargeables sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Antibiorésistance un objectif, une stratégie. Maintenir l efficacité des antibiotiques

Antibiorésistance un objectif, une stratégie. Maintenir l efficacité des antibiotiques Antibiorésistance un objectif, une stratégie Maintenir l efficacité des antibiotiques «Les vétérinaires ont fortement développé leur sensibilité et leurs connaissances par rapport aux antibiotiques et

Plus en détail

Diagnostic bactériologique et moléculaire d Helicobacter pylori

Diagnostic bactériologique et moléculaire d Helicobacter pylori Diagnostic bactériologique et moléculaire d Helicobacter pylori M.N Korichi-Ouar 6 e Séminaire de Formation Continue de Pathologie Digestive Introduction L infection à Helicobacter pylori : infection bactérienne

Plus en détail

Avis 6 mars Laboratoire ABBOTT PRODUCTS SAS. ranitidine. Code ATC (2011) A02BA02 (antagonistes des récepteurs H2)

Avis 6 mars Laboratoire ABBOTT PRODUCTS SAS. ranitidine. Code ATC (2011) A02BA02 (antagonistes des récepteurs H2) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 mars 2013 RANIPLEX 150 mg, comprimé effervescent B/30 (CIP : 34009 332 287 9-8) RANIPLEX 300 mg, comprimé effervescent B/14 (CIP : 34009 343 695 6-8) Laboratoire ABBOTT

Plus en détail

CONSEIL EN ANTIBIOTHÉRAPIE «VERS UNE DIMINUTIONS DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES» Pr. Pierre WEINBRECK Services des Maladies Infectieuses CHU de LIMOGES

CONSEIL EN ANTIBIOTHÉRAPIE «VERS UNE DIMINUTIONS DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES» Pr. Pierre WEINBRECK Services des Maladies Infectieuses CHU de LIMOGES CONSEIL EN ANTIBIOTHÉRAPIE «VERS UNE DIMINUTIONS DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES» Pr. Pierre WEINBRECK Services des Maladies Infectieuses CHU de LIMOGES Limoges le 10 novembre 2016 Méthodes : Bon sens, pragmatisme,

Plus en détail

Avis 23 juillet 2014

Avis 23 juillet 2014 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 juillet 2014 HELICOBACTER TEST INFAI 13 C, poudre pour solution buvable 75 mg B/1 pot 10 ml + kit de diagnostic (CIP : 34009 348 395 0 4) HELICOBACTER TEST INFAI 13

Plus en détail

B) Mécanismes de déclenchement de l'auto-immunité (multifactorielles)

B) Mécanismes de déclenchement de l'auto-immunité (multifactorielles) Maladies auto-immunes (MAI) UE : 1 immunologie Définition et classification des MAI Epidémiologie et facteurs de risque Semaine : 1 Date : 08/09/2017 Heure : de 11h à 12h Professeur : Pr. Hermann Binôme

Plus en détail

Chirurgie de l obésité ET SAOS. JPRS Le 09/09/2011 Dr M.A. QUILICHINI Dr H.PEGLIASCO

Chirurgie de l obésité ET SAOS. JPRS Le 09/09/2011 Dr M.A. QUILICHINI Dr H.PEGLIASCO Chirurgie de l obésité ET SAOS JPRS Le 09/09/2011 Dr M.A. QUILICHINI Dr H.PEGLIASCO OBJECTIF DE L ATELIER Rappel des recommandations pour la chirurgie de l obésité L observatoire du sommeil Création d

Plus en détail

Les alternatives en médecine

Les alternatives en médecine Les alternatives en médecine humaine Marie-Cécile Ploy UMR Inserm 1092 Anti-infectieux : supports moléculaires des résistances et innovations thérapeutiques Université de Limoges / CHU Limoges «Une seule

Plus en détail

Eradiquer Helicobacter pylori

Eradiquer Helicobacter pylori Eradiquer Helicobacter pylori 2 décembre 2017 Yann Touchefeu Institut des Maladies de l Appareil Digestif CHU Nantes Aucun conflit d intérêt Introduction n Gram(-) n Niche particulière: mucus gastrique

Plus en détail

Introduction à la santé publique

Introduction à la santé publique Introduction à la santé publique Pr Pascal Astagneau Département de Santé publique Santé publique : définition - OMS 1952 «La science et l art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et d améliorer

Plus en détail

Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016

Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016 Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016 DP3 Un patient de 24 ans est amené par sa compagne aux urgences à 6h du matin pour des douleurs abdominales violentes. On note une amydalectomie dans l enfance.

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS. Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS. Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013 EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013 DEFINITION - Epidémiologie : Étude de la distribution des maladies chez l'homme et étude des variations de cette distribution en fonction de différents

Plus en détail

Inflammation systémique

Inflammation systémique Mécanismes d actions Inhalation de polluants Voies respiratoires et poumons Inflammation locale, stress oxydatif, réponse allergique Inflammation systémique Système nerveux autonome contrôle fonction cardiaque

Plus en détail

Institut de veille sanitaire

Institut de veille sanitaire Institut de veille sanitaire Établissement public chargé de surveiller l état de santé de la population Observer, surveiller, alerter Créé suite à la loi du 1 er juillet 1998 relative au renforcement de

Plus en détail

DÉFINITION. Pathologie du grec παθολογία pathologia, «examen des passions», c est à dire «étude des maladies» étiologie et physiopathologie

DÉFINITION. Pathologie du grec παθολογία pathologia, «examen des passions», c est à dire «étude des maladies» étiologie et physiopathologie DÉFINITION D après Wikipédia Physiologie du grec φύσις, phusis, la nature, et λόγος, logos, l'étude, la science fonctionnement et organisation mécanique, physique et biochimique des organismes vivants

Plus en détail

PERTINENCE DES SOINS. Traitement de l infection par Helicobacter pylori chez l adulte. Mai 2017

PERTINENCE DES SOINS. Traitement de l infection par Helicobacter pylori chez l adulte. Mai 2017 PERTINENCE DES SOINS Traitement de l infection par Helicobacter pylori chez l adulte Mai 2017 L infection à Helicobacter pylori (H. pylori) joue un rôle majeur dans le développement des ulcères gastroduodénaux

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Marie-Cécile Ploy

Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Marie-Cécile Ploy Les alternatives en médecine humaine Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Marie-Cécile Ploy UMR Inserm 1092 Anti-infectieux : supports moléculaires des résistances et innovations thérapeutiques

Plus en détail

الدكتورة خديجة موسيار Dr MOUSSAYER Khadija

الدكتورة خديجة موسيار Dr MOUSSAYER Khadija الدكتورة خديجة موسيار Dr MOUSSAYER Khadija Spécialiste en médecine interne et en gériatrie Présidente de l Association Marocaine des Maladies Auto-Immunes et Systémiques (AMMAIS) / الجمعية المغربية ألمراض

Plus en détail

NOTICE. LANSOPRAZOLE ACTAVIS 15 mg, gélule gastro résistante Lansoprazole

NOTICE. LANSOPRAZOLE ACTAVIS 15 mg, gélule gastro résistante Lansoprazole 12/16/2015 Notice patient NOTICE ANSM Mis à jour le : 29/07/2013 Dénomination du médicament Encadré LANSOPRAZOLE ACTAVIS 15 mg, gélule gastro résistante Lansoprazole Veuillez lire attentivement l'intégralité

Plus en détail

Prise en charge des maladies chroniques en médecine générale : le point de vue de l Assurance Maladie

Prise en charge des maladies chroniques en médecine générale : le point de vue de l Assurance Maladie Prise en charge des maladies chroniques en médecine générale : le point de vue de l Assurance Maladie Module 17 DES de Médecine générale Les maladies chroniques Faculté de Médecine de Marseille Dr Julien

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies

Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies WHO/CDS/TB/2002.298c Original: English Distr. : General Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies PRISE EN CHARGE COMBINEE DES MALADIES RESPIRATOIRES

Plus en détail

Pas avant 2 ans en automédication. Indiqués dans les maux de gorge peu intenses et sans fièvre.

Pas avant 2 ans en automédication. Indiqués dans les maux de gorge peu intenses et sans fièvre. OU Réservés à l adulte Pas avant 2 ans en automédication Indiqués dans les maux de gorge peu intenses et sans fièvre. 1, 2, 4 Comprendre le mal de gorge «J ai la gorge qui gratte, qui pique» «J ai mal

Plus en détail

Décès, selon la cause -

Décès, selon la cause - : Maladies du sang et des organes hématopoïétiques et certains troubles du système immunitaire (D50-D89), le groupe d'âge et le sexe, Canada, (Nombre) 1. Source des données :, Statistique de l'état civil

Plus en détail

8 juillet août 2015

8 juillet août 2015 Groupe de dialogue DGS/professionnels de santé 25 septembre 2015 Historique 8 juillet 2015 : courrier d alerte de la CNNSE et propositions adressés au Pr Benoît VALLET, DGS Désarroi des professionnels

Plus en détail

Vignette 3. Helicobacter

Vignette 3. Helicobacter Vignette 3 Josette Raymond Marc Bellaiche Helicobacter 1 Introduction Clara 9 ans se plaint depuis quelques semaines de douleurs abdominales prédominantes dans la partie haute de l abdomen. Il n y a pas

Plus en détail

Un constat : la dégradation d l environnement et son impact sur la santé et le bien-être de la population

Un constat : la dégradation d l environnement et son impact sur la santé et le bien-être de la population Un constat : la dégradation d de l environnement et son impact sur la santé et le bien-être de la population Dr Claude Tremblay Épidémiologiste, toxicologue Direction de santé publique de la Montérégie

Plus en détail

Ulcère gastro-duodénal (UGD)

Ulcère gastro-duodénal (UGD) Ulcère gastro-duodénal (UGD) Perte de substance de la muqueuse gastrique ou duodénale Prévalence : 8% ulcère duodénal (3H / 1F) 2% ulcère gastrique (H > F) Hier maladie chronique exposée aux complications

Plus en détail

Objectifs. Aspects légaux (2/4) Aspects légaux (1/4) Aspects légaux (3/4) Aspects légaux (3/4)

Objectifs. Aspects légaux (2/4) Aspects légaux (1/4) Aspects légaux (3/4) Aspects légaux (3/4) Objectifs Les maladies à déclaration obligatoire de nature infectieuse Direction de santé publique de l Outaouais Connaître les lois et les règlements régissant la santé publique et les maladies infectieuses

Plus en détail

Organisation de la veille sanitaire à La Réunion et à Mayotte. Dr Dominique POLYCARPE (ARS-OI) Laurent FILLEUL (Cire OI)

Organisation de la veille sanitaire à La Réunion et à Mayotte. Dr Dominique POLYCARPE (ARS-OI) Laurent FILLEUL (Cire OI) Organisation de la veille sanitaire à La Réunion et à Mayotte Dr Dominique POLYCARPE (ARS-OI) Laurent FILLEUL (Cire OI) Principes d organisation La prise en compte des risques sanitaires s appuie sur un

Plus en détail

Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) et Arthrite Réactionnelle Post-Streptococcique

Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) et Arthrite Réactionnelle Post-Streptococcique www.printo.it/pediatric-rheumatology/fr/intro Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) et Arthrite Réactionnelle Post-Streptococcique Version de 2016 2 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT 2.1 Comment diagnostiquer cette

Plus en détail

CTR maladie chronique 10/10/2011. Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero

CTR maladie chronique 10/10/2011. Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero CTR maladie chronique 10/10/2011 Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero ARS PACA-10/10/2011 Ordre du Jour Point sur l éducation thérapeutique Point sur le Plan d action «personnes atteintes de maladie chronique»

Plus en détail

INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST)

INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) PLAN Introduction I Etiologies et classification des IST II Mode de contamination III Facteurs favorisants IV Etude clinique : = > TDD : Gonococcie a) - Etiologie

Plus en détail

PRINCIPES THERAPEUTIQUES D UN LYMPHOME GASTRIQUE

PRINCIPES THERAPEUTIQUES D UN LYMPHOME GASTRIQUE PRINCIPES THERAPEUTIQUES D UN LYMPHOME GASTRIQUE Fédération Francophone de Cancérologie Digestive Strasbourg, 16 octobre 2015 Luc-Matthieu FORNECKER Service d Oncologie et d Hématologie Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

J'ai un ulcère gastroduodénal

J'ai un ulcère gastroduodénal J'ai un ulcère gastroduodénal L ulcère gastroduodénal est une pathologie assez répandue, dont la fréquence diminue grâce aux traitements la plupart du temps efficaces. Sans traitement, il y a un risque

Plus en détail

infection par le VIH et

infection par le VIH et Je comprends le lien entre infection par le VIH et lymphome Les lymphomes sont des cancers qui touchent le système lymphatique. Leur fréquence augmente en cas d infection par le VIH. Ils nécessitent une

Plus en détail

Certificat en technologie et innocuité des aliments

Certificat en technologie et innocuité des aliments Certificat en technologie et innocuité des aliments Des enjeux en salubrité alimentaire Sylvain Quessy, professeur titulaire Faculté de médecine vétérinaire admission.umontreal.ca Doit-on craindre ce que

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE DE CONSTANTINE DEPARTEMENT DE MEDECINE MODULE EPIDEMIOLOGIE 5 ème Année SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE

FACULTE DE MEDECINE DE CONSTANTINE DEPARTEMENT DE MEDECINE MODULE EPIDEMIOLOGIE 5 ème Année SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE FACULTE DE MEDECINE DE CONSTANTINE DEPARTEMENT DE MEDECINE MODULE EPIDEMIOLOGIE 5 ème Année 2016-2017 Enseignant : LEMDAOUI MOHAMED CHERIF Maître de Conférences A Epidémiologie CHU Constantine Responsable

Plus en détail

Les hépatites tuent près de 1,4 millions de personnes par an, surtout l hépatite B et l hépatite C.

Les hépatites tuent près de 1,4 millions de personnes par an, surtout l hépatite B et l hépatite C. Dossier de presse (27.07.2017) 28 juillet : Journée mondiale contre l Hépatite La Journée mondiale contre l hépatite, le 28 juillet 2016, est l une des quatre journées mondiales officielles de l Organisation

Plus en détail

maladies_infectieuses 2006/5/19 14:04 page xv #15 Rapport Science et Technologie Composition du Comité RST Composition du groupe de travail

maladies_infectieuses 2006/5/19 14:04 page xv #15 Rapport Science et Technologie Composition du Comité RST Composition du groupe de travail maladies_infectieuses 2006/5/19 14:04 page xv #15 Rapport Science et Technologie Composition du Comité RST Avant-propos Composition du groupe de travail Introduction iii v ix xi xxv PARTIE I La situation

Plus en détail

Dr A. Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT

Dr A. Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT «Prise en charge de la dénutrition du sujet âgé» Recommandations HAS 2007 «Evaluation des besoins nutritionnels des personnes âgées fragiles ou atteintes de certaines pathologies» AFSSA 2008 Dr A. Massoulard

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l asthme

La prise en charge de votre maladie, l asthme GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, l asthme Vivre avec un asthme Mars 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide, La prise en charge de votre

Plus en détail

Syndrome de Guillain-Barré.

Syndrome de Guillain-Barré. Syndrome de Guillain-Barré. Le syndrome de Guillain-Barré est une maladie auto-immune inflammatoire du système nerveux périphérique. L affection est rare, mais parmi les affections neuromusculaires, elle

Plus en détail

Que faut-il penser de la fibromyalgie en 2008?

Que faut-il penser de la fibromyalgie en 2008? Que faut-il penser de la fibromyalgie en 2008? Dr Monique BONJEAN, Rhumatologue, Médecin-chef CMCR des Massues LYON Les différentes dénominations de la fibromyalgie Fibrosite Polyenthésopathie Rhumatisme

Plus en détail

TD 1. Immunologie médicale Schéma général de la réponse immunitaire: Exemple de l infection cutanée: Impétigo

TD 1. Immunologie médicale Schéma général de la réponse immunitaire: Exemple de l infection cutanée: Impétigo TD 1. Immunologie médicale Schéma général de la réponse immunitaire: Exemple de l infection cutanée: Impétigo Réponse immunitaire physiologique= Immunité anti-infectieuse et tolérance des auto-antigènes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 05/08/2000 par arrêté du 30/08/2000 KEAL 1 g, comprimé sécable B/30

Plus en détail

Les «encéphalites» sont des affections inflammatoires du tissu cérébral, de causes infectieuses ou non, et qui évoluent de manière variable sur un

Les «encéphalites» sont des affections inflammatoires du tissu cérébral, de causes infectieuses ou non, et qui évoluent de manière variable sur un Encéphalites Les «encéphalites» sont des affections inflammatoires du tissu cérébral, de causes infectieuses ou non, et qui évoluent de manière variable sur un mode aiguë, subaiguë ou chronique Le plus

Plus en détail

LES SOINS DE SUPPORT EN ONCOGERIATRIE. Dr BERA Virginie Dr DUJARDIN Sophie

LES SOINS DE SUPPORT EN ONCOGERIATRIE. Dr BERA Virginie Dr DUJARDIN Sophie LES SOINS DE SUPPORT EN ONCOGERIATRIE Dr BERA Virginie Dr DUJARDIN Sophie Oncogériatrie: pourquoi? Augmentation de l espérance de vie La moitié des cancers et 2/3 des décès par cancer concernent des patients

Plus en détail

Santé publique. Introduction et organisation

Santé publique. Introduction et organisation Santé publique Introduction et organisation La santé publique est structurée au niveau mondial grâce à l OMS (Organisation Mondiale de la Santé), créée en 1946 par l ONU Vocation médicale et humanitaire

Plus en détail

Formation et recherche en santé animale

Formation et recherche en santé animale Formation et recherche en santé animale Préparer l avenir de l agriculture et de l agroalimentaire québécois Présentation dans le cadre de la Commission sur l avenir de l agriculture et de l agroalimentaire

Plus en détail

place de la réponse immunitaire La vaccination comme mise en Service d Allergologie et Immunologie Clinique CHU Lyon Sud Octobre 2009 Inserm U851

place de la réponse immunitaire La vaccination comme mise en Service d Allergologie et Immunologie Clinique CHU Lyon Sud Octobre 2009 Inserm U851 La vaccination comme mise en place de la réponse immunitaire Pr J.-F. Nicolas Inserm U851 Service d Allergologie et Immunologie Clinique CHU Lyon Sud Octobre 2009 Mise en place de la réponse immunitaire

Plus en détail

Messages clés. Véronique Phan et Prosanto Chaudhury

Messages clés. Véronique Phan et Prosanto Chaudhury + Messages clés Véronique Phan et Prosanto Chaudhury + Pharmaco Interaction médicamenteuse possible entre IS et Antibiotique: macrolide en autre Antifongique IPP Nourriture Utiliser les outils en ligne

Plus en détail

Pr. Eric RAYMOND Service Inter Hospitalier de Cancérologie Bichat Beaujon

Pr. Eric RAYMOND Service Inter Hospitalier de Cancérologie Bichat Beaujon Pr. Eric RAYMOND Service Inter Hospitalier de Cancérologie Bichat Beaujon Cancers héréditaires Rares Cancer de l enfant, adolescent ou de l adulte jeune Familles à risque MutaJons d un oncogène ou d un

Plus en détail

Angine et test de diagnostic rapide (d après les recommandations de l AFSSAPS 2005)

Angine et test de diagnostic rapide (d après les recommandations de l AFSSAPS 2005) Angine et test de diagnostic rapide (d après les recommandations de l AFSSAPS 2005) Par Lorraine Mokeddem Angines et test de diagnostic rapide I) Rappel sur les différents types anatomo pathologiques à

Plus en détail

LES DEREGLEMENTS IMMUNITAIRES DE NOTRE ORGANISME Le système immunitaire : notre bouclier contre les agressions

LES DEREGLEMENTS IMMUNITAIRES DE NOTRE ORGANISME Le système immunitaire : notre bouclier contre les agressions Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques Moroccan Autoimmune and Systemic Diseases Association LES DEREGLEMENTS IMMUNITAIRES DE NOTRE ORGANISME Le système immunitaire : notre bouclier

Plus en détail

Prise en charge de l'hélicobacter pylori en Dr Isabelle Bueres Dominguez 25 Octobre ans de la Clinique Saint Luc Bouge

Prise en charge de l'hélicobacter pylori en Dr Isabelle Bueres Dominguez 25 Octobre ans de la Clinique Saint Luc Bouge Prise en charge de l'hélicobacter pylori en 2014 Dr Isabelle Bueres Dominguez 25 Octobre 2014 40 ans de la Clinique Saint Luc Bouge Helicobacter pylori : histoire En 1875 : découverte d'une bactérie hélicoïdale

Plus en détail

LE CANCER EN FRANCHE-COMTÉ

LE CANCER EN FRANCHE-COMTÉ LE CANCER EN FRANCHECOMTÉ INCIDENCE ET MORTALITÉ DE 1980 À 2005 Observatoire Régional de la Santé de FrancheComté Registre des tumeurs du Synthèse Mars 2009 Ce document expose les résultats d une étude

Plus en détail

Helicobacter pylori: Actualités thérapeutiques en Jean-charles Delchier (Créteil)

Helicobacter pylori: Actualités thérapeutiques en Jean-charles Delchier (Créteil) Helicobacter pylori: Actualités thérapeutiques en 2012 Jean-charles Delchier (Créteil) CONFLITS D INTÉRÊT Jean-Charles Delchier: - Consultant laboratoire Aptalis - Intervenant laboratoire Mayoly Spindler

Plus en détail