LES TACHES DE DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS D'ORIGINE COMORIENNE VIVANT A MARSEILLE 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TACHES DE DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS D'ORIGINE COMORIENNE VIVANT A MARSEILLE 1"

Transcription

1 Association pour la recherche interculturelle 51 INTRODUCTION LES TACHES DE DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS D'ORIGINE COMORIENNE VIVANT A MARSEILLE 1 Camille Albertini Alexandra Schleyer-Lindenmann Laboratoire Dynamiques Ecologiques et Sociales en Milieux Deltaïques (DESMID), Université de la Méditerranée Le présent travail en psychologie se situe dans le prolongement d une étude menée sur des jeunes d origine nationale ou étrangère à Marseille et à Francfort-sur-le-Main par Schleyer-Lindenmann (1997). Cette étude avait comme originalité l utilisation des tâches de développement (Havighurst, 1948, 1972), concept peu connu en psychologie française, comme indicateurs d un état d'acculturation. Nous présenterons ces concepts ciaprès. L enquête exposée ici porte sur des adolescents d origine comorienne vivant à Marseille. Notre premier axe de travail a été l étude de l état d'acculturation de ces adolescents d'origine comorienne par le biais des tâches de développement (TDD). Notre deuxième axe, que nous ne pouvons aborder ici, a été l'étude des pratiques éducatives familiales des familles d'origine comorienne à Marseille (Albertini, 2001). L'étude de l'immigration comorienne à Marseille nous paraît être particulièrement importante pour plusieurs raisons. Tout d abord, Marseille, avec près de Comoriens, a la particularité d'être la seconde ville comorienne mondiale, après Moroni, la capitale des Comores. Ensuite, l immigration comorienne à Marseille est un phénomène assez récent et, de ce fait, relativement peu de travaux traitent de ce sujet ; notamment par rapport à l'immigration algérienne qui a fait l'objet d'un grand nombre d'études et qui est maintenant bien connue. Enfin, et nous y reviendrons, Marseille présente des aspects bien particuliers par rapport au reste de la France, quant à sa politique envers les immigrés (Cesari, Moreau & Schleyer-Lindenmann, 2001). Avant d'aborder notre problématique et nos hypothèses, présentons les concepts théoriques clés de notre travail. 1 Nous remercions Colette Sabatier pour ses précieux conseils lors de la rédaction de ce texte.

2 52 Bulletin N 37 CONCEPTS-CLEFS Le concept de tâche de développement Havighurst (1948, p. 6) donne la définition suivante de la tâche de développement : Une tâche de développement est une tâche qui émerge à, ou vers, une certaine période de la vie de l'individu ; son accomplissement réussi est source de satisfaction et favorise la réussite des tâches ultérieures, tandis que son échec suscite l'insatisfaction de l'individu, la désapprobation de la société et des difficultés aux tâches ultérieures. 2 Il ajoute qu'une tâche de développement est à mi-chemin entre un besoin individuel et une demande sociale (1948, p. 4). Il existe ainsi trois sources potentielles pour chaque tâche : la maturation biologique de l'individu, ses aspirations et valeurs personnelles et les pressions culturelles, c'est-à-dire les normes de comportement propres à chaque culture. Selon la nature de la tâche, l'influence de ces trois sources est plus ou moins importante, mais elles agissent toujours en interaction. En résumé, nous pouvons donner la définition suivante : les TDD associées à une période de la vie ou encore à une classe d'âge précise, seraient l'ensemble des objectifs vers lesquels l'individu doit tendre, ou encore l'ensemble des acquisitions qu'il doit faire en termes de rôles et de comportements dans la société. Cet ensemble d'objectifs émerge de la combinaison des besoins de l'individu, aussi bien au niveau de la maturation biologique qu'au niveau de ses aspirations et valeurs personnelles, et des attentes de la société, dans une culture donnée, envers cet individu d'une classe d'âge donnée. L influence de la culture sur les TDD, toujours supposée par Havighurst (1948, 1972), a effectivement pu être démontrée : en comparant les TDD d adolescents français et allemands, cultures pourtant reportées très semblables, Schleyer-Lindenmann (1997) a pu mettre en évidence des différences non négligeables. Puisque chaque culture possède donc ses TDD, la question qui se pose est : comment les TDD changent-elles en cas d acculturation? Avant de tenter de répondre à cette question, présentons le concept d acculturation. L'acculturation Redfield, Linton et Herskovits (1936, p. 149) proposent la définition suivante : L'acculturation englobe les phénomènes qui se produisent lorsque des groupes d'individus, ayant différentes cultures, entrent en contact direct et continu, avec les changements qui s'ensuivent dans les modèles de la culture d'origine de l'un ou l'autre des groupes ou des deux groupes (traduction par Berry, 1996, p. 2). 2 Sauf indication contraire, toutes les traductions ont été faites par nous-mêmes. 52

3 Association pour la recherche interculturelle 53 Il s'agit, lors de la rencontre d'individus issus de deux cultures, des changements qui interviennent dans chaque modèle culturel. A priori, il s'agit d'un processus réciproque. Mais, en réalité, on assiste bien souvent à une relation du type dominant/dominé exercée par le groupe d'accueil au détriment du groupe immigré. Par conséquent, on observe, souvent, plus de changements dans un modèle culturel que dans l'autre. Dans ce sens, nous comprenons ici le processus d acculturation comme un processus d assimilation à long terme. Par ailleurs, le déroulement du processus d'acculturation est lié à plusieurs facteurs, qui concernent aussi bien l'individu que le groupe (Berry, 1997). A ce titre, Moreau (in Cesari, Moreau & Schleyer-Lindenmann, 2001) a démontré qu'au sein du cadre national français qui est assimilateur, Marseille pratiquait une politique d'acculturation de type plutôt intégratif. Le cadre marseillais permet l expression de la culture d origine, ainsi que les liens avec la culture d accueil, pour reprendre la définition de l intégration de Berry (1997). Mais que ce soit dans un cadre assimilateur ou intégrateur, le rapprochement avec la culture du pays d installation est encouragé. Si les cultures en contact sont dissemblables au départ, mais montrent une certaine similitude actuellement, alors les TDD peuvent être comprises comme un indicateur d un processus d acculturation, dans le sens d une assimilation. Qu en est-il de la culture française et de la culture comorienne? Pour mieux situer notre propos, nous présentons d abord des aspects généraux de la culture comorienne, pour ensuite la comparer à la culture française. Quelques aspects de la culture comorienne Les causes de l'immigration comorienne en France sont essentiellement d'ordre économique. Certains auteurs (Callebaut, 1999) y voit aussi des raisons éducatives. Enfin, une des raisons de l'immigration comorienne en France, qui semble toutefois de moins en moins importante, est l'accumulation de l'argent nécessaire à la réalisation du Grand Mariage, coutume symbolique essentielle dans la vie d'un comorien. Un Grand Mariage n'est pas la consécration de l'union de deux individus, mais une stratégie économique et sociale. Il permet à l'homme d'obtenir une place élevée dans la communauté ou dans le village. Le jeune marié passe du statut de fils au statut de père. Cela lui permet d'acquérir le pouvoir de l'honneur et le droit de parler dans les réunions villageoises, sur la place publique. Le Grand Mariage doit donner lieu à l'organisation de festins et de fêtes prestigieuses. Toute la communauté du village y est conviée ou du moins obligatoirement les individus ayant déjà réalisé leur grand mariage. Les dons des familles sont inscrits dans des cahiers, dans le but de les rendre à l'occasion d'un futur grand mariage. Le mariage dure une semaine entière (Blanchy, 1998 ; Salamone, 2000).

4 54 Bulletin N 37 Ainsi le grand mariage réalise le paradoxe d'être un système à la fois basé sur la solidarité sociale par les échanges de dons, et sur les inégalités sociales par la distinction sociale dans le statut qu'il confère à l'homme marié. L'organisation de la structure familiale aux Comores peut apparaître comme une forme de syncrétisme d accommodement d une religion -l Islam- avec des pratiques ancestrales -d Afrique de l Est-, dans la mesure où elle repose à la fois sur des principes de matrilocalité et matrilinéarité, et sur l'autorité du père en tant que chef de famille, caractéristique des sociétés musulmanes. La matrilinéarité consiste en ce que seul le système de filiation maternelle est pris en compte : c'est par la mère que se transmettent les biens, et l'éducation des enfants est confiée à l'oncle maternel, celui-ci étant l'homme le plus proche par le sang de la mère. La matrilocalité quant à elle, consiste à faire vivre les enfants dans la maison de la mère de l'épouse. Contrairement aux sociétés musulmanes, où c'est le mari qui fait venir son ou ses épouses sous son toit, dans la société comorienne, c'est donc la femme qui est propriétaire de la maison familiale. La religion qui est un Islam de l'école juridique shâfiite, très rigoureuse- tient une place essentielle dans la société comorienne et règle la vie quotidienne. L'éducation religieuse est donc l'un des piliers de l'éducation des enfants comoriens. Comparaison des dimensions culturelles de la société française et de la société comorienne Hofstede (1980) a effectué un travail important sur les valeurs dominantes de nombreuses cultures. Cet auteur (Hofstede, 1980 ; Bollinger & Hofstede, 1987) a situé 53 groupes culturels sur quatre dimensions mises en évidence dans sa recherche sur les valeurs liées au travail. Nous disposons de données conernant la France, malheureusement pas concernant les Comores. A titre indicatif, nous présentons cependant les données des pays d Afrique de l Est, étudiés par Hofstede (1980). Cette comparaison nous permettra de nous prononcer sur la distance culturelle entre ces deux pays. Les quatre dimensions de Hofstede, brièvement définies (d après Bollinger & Hofstede, 1987), sont les suivantes : L'indice de distance hiérarchique indique dans quelle mesure le pouvoir est distribué de manière inégale dans les institutions et les organisations. Le contrôle d incertitude définit dans quelle mesure les membres d une société tolèrent l incertitude et l ambiguïté dans leur vie quotidienne et pensent qu ils peuvent contrôler leur vie eux-mêmes. L'individualisme / collectivisme oppose la préférence pour une mentalité communautaire (collectivisme), où la personne se définit d abord par son appartenance groupale, à la préférence d une mentalité individualiste où l individu est supposé prendre soin uniquement de lui-même et de sa famille. L indice de masculinité / féminité enfin confronte une préférence pour la dominance des hommes sur les femmes, et la réussite 54

5 Association pour la recherche interculturelle 55 matérielle, à la préférence de relations égalitaires entre hommes et femmes, la solidarité entre les individus et la qualité de vie. Sur ces quatre dimensions, la France et les pays d Afrique de l Est se positionnent comme suit parmi les 53 groupes culturels étudiés (tableau 1). Dimension Tableau 1 : Les quatre dimensions culturelles d après Hofstede (1980) Minimum- Maximum FRANCE Rang (indice) AFRIQUE de l EST Rang (indice) Distance hiérarchique 0 à (68) 21 (64) Contrôle d incertitude 0 à (86) 36 (52) Individualisme 0 à (71) 33 (27) Masculinité 0 à (43) 39 (41) Comme le montre le tableau 1, la France et les Comores (nous avons pris les données existantes sur les pays d Afrique de l Est comme indicateur) sont proches culturellement sous deux des quatre dimensions. La dimension la plus étudiée parmi les quatre, et qui distingue nettement la France et les Comores est l individualisme / collectivisme (Kim, Triandis, Kagitcibasi, Choi & Yoon, 1994). D'après Bollinger et Hofstede (1987), les principales valeurs d'une société collectiviste sont : le devoir, la sécurité, l'obéissance, le partage, l'entraide, l'harmonie collective, la hiérarchie. Aux Comores, ce collectivisme se traduit notamment par le fait que le comportement de l'individu va être plus structuré par son rôle, son statut, que par sa personnalité ; ce qui est mis en scène dans le grand mariage. L'affirmation de soi en tant qu'individu n'est pas valorisée et même assez mal vue. Ce collectivisme se retrouve également dans l'existence de groupes associatifs qui sont en réalité des groupes d'âge bien définis. Par exemple, le mtsada est un système d'entraide pratiqué surtout à la campagne et par groupes d'âge. Cela est particulièrement intéressant dans le cadre de l'étude des TDD. En effet, on peut s'attendre à ce que l'existence de ces groupes d'âge bien définis structurent les TDD des jeunes comoriens de manière très claire. La France est avant tout une société individualiste. Les valeurs caractéristiques d'une telle société sont : l'autonomie, l'indépendance, le plaisir, la liberté, la réussite, l'originalité, et d'une manière générale tout ce qui est centré sur l'individu, par opposition au groupe (Bollinger & Hofstede, 1987). C'est également une culture marquée par le respect de la hiérarchie (trait que nous retrouverons dans la culture comorienne). Nous pouvons enfin ajouter comme caractéristiques la tendance à l'égalité des sexes et la laïcité.

6 56 Bulletin N 37 On peut dorénavant mieux saisir comment les TDD peuvent servir d indicateur de l'acculturation. En effet, les tâches de développement dépendent largement de la culture (Schleyer-Lindenmann,1997). Ainsi, la comparaison des TDD de jeunes d origine immigrée avec celles de jeunes d origine française, peut permettre de mettre en évidence les TDD communes aux deux groupes, et celles qui ne le sont pas. Connaissant maintenant un peu mieux les deux cultures comparées, française et comorienne, on peut s attendre à des similitudes et des différences dans les tâches de développement. Si nous trouvons plus de similitudes que de différences, un processus d acculturation est mis en évidence : plus on trouvera de TDD en commun parmi les TDD jugées comme importantes par les deux groupes, plus le processus d'acculturation au sens d une assimilation du groupe immigré sera avancé. Schleyer-Lindenmann (1997) a ainsi démontré que l'ordre dans lequel les jeunes d'origine française et les jeunes d'origine maghrébine, à Marseille, classaient les TDD, était pratiquement identique ; et pourtant, lorsqu on compare la France et les pays arabophones sous les quatre dimensions de Hofstede, 1980, ils se distinguent nettement sur toutes les dimensions, à l exception de la distance hiérarchique. Il doit donc exister d autres facteurs qui interviennent dans ce processus d acculturation, comme, nous le verrons, le cadre d acculturation local ou le temps de séjour. PROBLEMATIQUE ET HYPOTHESE Problématique Notre questionnement de départ était de connaître les TDD des jeunes d'origine comorienne à Marseille, en comparaison avec les jeunes d'origine française. Et ce, en tenant compte à la fois du contexte particulier de Marseille en matière d'immigration et des caractéristiques psychologiques de la société comorienne. Après s'être penché sur ces différents points, on peut préciser cette problématique. La société comorienne est une société de type collectiviste. Or le collectivisme et le poids de la communauté pousseraient à une conservation de la culture d'origine (Bollinger et Hofstede, 1987). Ceci n exclut cependant pas le lien avec la culture du pays d accueil. En plus, Marseille ayant un cadre d'acculturation de type intégratif (permettant de préserver la culture d origine et d intégrer la culture du pays d accueil), on peut s'attendre à ce que les jeunes d'origine comorienne, tout en restant fidèles à leur culture d origine, soient déjà assez proches de la culture du pays d'accueil. Nous devrions donc trouver une assimilation déjà bien engagée chez les jeunes d'origine comorienne, avec une conservation de certains éléments de la culture d'origine. Ce processus d'acculturation devrait toutefois être moins avancé que chez les jeunes d'origine maghrébine. En effet, Schleyer-Lindenmann (1997) avait trouvé que les jeunes d'origine maghrébine étaient fortement assimilés à la société française. Le degré d'importance qu'ils accordaient aux différentes TDD, variait très peu par rapport à celui donné par les jeunes d origine 56

7 Association pour la recherche interculturelle 57 française. Quels sont les éléments qui pourraient différencier l'acculturation des deux groupes immigrés : d origine maghrébine et comorienne? Le facteur qui différencie nettement ces deux groupes est le temps de séjour. L'immigration comorienne en France est un phénomène beaucoup plus récent que l'immigration maghrébine. En plus, ces deux groupes ne se trouvent pas au même âge de leur émigration-immigration (Sayad, 1977) ; la communauté commorienne ayant encore des liens très forts avec la population vivant au pays. Le temps étant un facteur influençant le processus d'acculturation, les jeunes d'origine comorienne devraient être moins assimilés à la société française que les jeunes d'origine maghrébine. Hypothèse La comparaison interculturelle entre jeunes d origine nationale ou étrangère confère aux TDD un statut d indicateur du processus d acculturation des jeunes d origine immigrée. Quelle est l influence du contact interculturel sur la hiérarchie des TDD? Sous cette question, de nombreuses pistes de recherche se dessinent, du fait de la complexité du processus d acculturation lui-même (Berry, 1997). Par exemple, on pourrait étudier, si certaines tâches résistent plus que d'autres aux changements induits par le processus d'acculturation. Mais cela suppose de connaître les tâches, ou leur hiérarchie, dans les contextes d origine. Nous avons plutôt choisi de prendre les TDD du pays d accueil comme norme, et de rechercher, dans quelle mesure les adolescents d origine immigrée avaient des hiérarchies similaires aux autochtones. Il s'agissait de comparer le degré d'importance attribué à chaque tâche par les deux groupes : celui d origine française et celui d origine comorienne ; ce travail ayant déjà été fait pour les jeunes d'origine maghrébine. Pour les raisons évoquées précédemment, nous nous attendons à moins de similitudes dans l importance accordée aux TDD entre les jeunes d origine comorienne et d origine française qu entre les jeunes d origine maghrébine et française. En comparant les hiérarchies de TDD des jeunes d origine comorienne et française d une part, des jeunes d origine maghrébine et française d autre part, nous devrions trouver plus de différences dans le premier cas que dans le second. METHODOLOGIE D ENQUETE Le questionnaire L'outil utilisé est un questionnaire à remplir anonymement, élaboré par Schleyer- Lindenmann (1997). Les tâches de développement étant souvent des concepts assez abstraits, Schleyer-Lindenmann (1997) les a traduites en activités plus concrètes. Par exemple, le concept de l'acquisition de l'autonomie (tâche de développement proposée par Havighurst, 1948, 1972) est traduit, entre autres, par décider moi-même de mes

8 58 Bulletin N 37 loisirs ou encore faire des petits boulots pour gagner de l'argent de poche dans le questionnaire. Dix TDD spécifiques de l'adolescence ont alors été traduites en 37 items différents. Chaque tâche est représentée par un nombre variable d'items en fonction du poids accordée à cette tâche dans la culture française. La présentation des items se faisait de la manière suivante : les adolescents devaient indiquer sur une échelle allant de 1 à 8, le degré d'importance qu'ils accordaient en ce moment à l'activité présentée. Exemple : 09 - Faire des petits boulots pour gagner un peu d'argent de poche Très peu important Peu important 58 Assez important Très Important La passation des questionnaires a été effectuée au sein de cinq collèges des 14 ème, 15 ème et 16 ème arrondissements de Marseille, en présence du chercheur, qui expliquait les consignes et répondait aux questions éventuelles. Nous avons choisi de faire passer notre questionnaire à des classes entières, sans sélection préalable des sujets selon leur origine, afin de ne pas créer d effet discriminatif. L'échantillon L échantillon initial était de 88 sujets d'origine comorienne. Nous avons ensuite sélectionné ceux qui vivaient à Marseille depuis sept ans au moins, car le temps de séjour joue un rôle très important dans le processus d'acculturation. Enfin, pour pouvoir comparer nos résultats avec ceux de Schleyer-Lindenmann (1997), nous avons gardé uniquement les adolescents âgés de 14 à 16 ans, c'est-à-dire étant nés entre 1985 et Cela correspondait à des élèves de classe de 4ème et de 3 ème. L'échantillon définitif s'élevait à 47 adolescents. Note : L échantillon de Schleyer-Lindenmann (1997), était de 74 adolescents d origine française, 52 adolescents d origine maghrébine (essentiellement d origine algérienne). Ces adolescents étaient âgés de 15 ans en moyenne au moment de la passation, et scolarisés en classe de troisième dans des collèges marseillais. RESULTATS Hiérarchisation des activités Mode de calcul Dans chaque groupe culturel, et pour chaque activité (pour laquelle le score pouvait varier de 1 à 8), nous avons calculé la moyenne ; puis nous avons hiérarchisé les activités

9 Association pour la recherche interculturelle 59 de la plus importante à la moins importante en fonction de la moyenne obtenue (cf. tableau 2). Les deux premières colonnes de ce tableau reprennent exactement les deux premières colonnes du tableau 18 de Schleyer-Lindenmann (1997, p ) afin de pouvoir réaliser la comparaison des trois groupes culturels. Dans ce tableau 2, sont ainsi présentés : l activité, son score obtenu en moyenne, l écart-type entre parenthèses ; en majuscule et en gras la tâche dont relève l activité. Dans le cas où deux activités ont obtenu des valeurs identiques et se partagent, dans le même groupe, le même rang, la bordure est en petits tirets (non continus). Commentaire des résultats : Avant toute chose, on constate que le groupe d'adolescents d'origine comorienne classe plus d'items dans l'intervalle très important que les autres groupes : 14 items sur 37 ont une moyenne comprise entre 6.6 et 7.8. A cet égard, on observe chez les jeunes d origine maghrébine, que l intervalle très important, inclut les valeurs de 6,7 à 7,8 points et 11 items qui se partagent 8 places de rang. Pour les jeunes d origine française, l intervalle très important, inclut les valeurs de 6,6 à 7,7 points et 10 items qui se partagent 7 places de rang. On observe que les comoriens tentent de gérer plus de tâches à l'adolescence que les jeunes des deux autres groupes. Comment l interpréter? On pourrait supposer que d accorder beaucoup d importance à de nombreuses tâches est une attitude de réponse propre au groupe d origine comorienne. Cependant les structures d âge bien définies existantes dans la culture comorienne, auraient plutôt dû avoir comme effet une focalisation sur certaines tâches. Nous penchons donc plutôt en faveur d une interprétation en terme de changement dû à l acculturation. En effet, on peut mettre ce résultat en relation avec le constat de Christ, Pfeiffer et Stiksrud (1985) qui ont trouvé, lors d'une comparaison entre jeunes Grecs et jeunes Allemands, que les Grecs étaient simultanément préoccupés par plus de tâches que les Allemands, résultat que les auteurs ont interprété en terme de stress d acculturation pour le groupe des immigrés. Sans suivre ces auteurs en ce qui concerne l aspect stress, nous constatons que ces jeunes d origine comorienne sont engagés dans un processus d acculturation qui est pratiquement achevé pour leurs pairs d origine maghrébine : ils intègrent dans leurs objectifs de développement à la fois des TDD correspondant à des valeurs de la culture d'origine, et des TDD correspondant à celles de la culture française. Nous reviendrons sur ce point dans la synthèse sur la comparaison des deux groupes, français et comorien. On remarque que dans les tâches estimées comme très importantes, on retrouve, pour les trois groupes, le souci du corps, la relation aux parents, l'avenir professionnel, quelques items concernant l'autonomie.

10 60 Bulletin N 37 Tableau 2 : Hiérarchisation des TDD selon l origine culturelle des jeunes Jeunes d'origine Rang maghrébine française comorienne dangereuses dangereuses maladies dangereuses 7.8 (.4) CORPS 7.7 (.9) CORPS 7.8 (.7) CORPS 2 avoir de bonnes relations M'informer sur les M'informer sur les avec mes parents maladies dangereuses maladies dangereuses 7.6 (.7) PARENTS 7.4 (1.0) CORPS 7.5 (1.2) CORPS 3 M'informer sur les avoir de bonnes relations avoir de bonnes relations professions et faire avec mes parents avec mes parents des choix 7.4 (1.1) PARENTS 7.5 (2.0) PARENTS 7.3 (1.0) PROFESSION 4 M'informer sur les M'informer sur les études bien travailler à maladies dangereuses et faire des choix l'école 7.3 (1.2) CORPS 7.1 (1.0) PROFESSION 7.4 (1.2) PROFESSION 5 bien travailler à bien travailler à Décider moi-même de l'école l'école mes loisirs 7.2 (1.0) PROFESSION 7.1 (1.2) PROFESSION 7.3 (1.0) AUTONOMIE 6 M'informer sur les études M'informer sur les Avoir de l'argent de poche et faire des choix professions et faire 7.3 (1.2) AUTONOMIE 7.1 (1.2) PROFESSION des choix 7.0 (1.1) PROFESSION 7 Décider moi-même de Décider moi-même de M'informer sur études mes loisirs mes loisirs et faire des choix 6.9 (1.2) AUTONOMIE 6.9 (1.1) AUTONOMIE 7.3 (1.3) PROFESSION 8 défendre mes opinions défendre mes opinions Trouver l'homme/ femme 6.9 (1.2) AUTONOMIE 6.7 (1.3) AUTONOMIE avec qui je veux vivre 7.3 (1.4) RELATIONS AMOUREUSES 9 prendre soin de mon connaître mes défauts et M'informer sur les apparence mes qualités professions et faire 6.8 (1.2) GENRE 6.6 (1.4) PERSONNALITÉ 60 des choix 7.2 (1.4) PROFESSION 10 connaître mes défauts et Faire du sport défendre mes opinions mes qualités 6.6 (1.8) CORPS 7.0 (1.4) AUTONOMIE 6.7 (1.7) PERSONNALITÉ 11 Faire du sport Sortir avec mes prendre soin de mon 6.7 (1.5) CORPS copine/copains apparence 6.5 (1.4) PAIRS 7.0 (1.5) GENRE 12 Sortir du quartier Rencontrer les gens que Sortir avec 6.5 (1.7) ESPACE je veux mes copines/copains 6.5 (1.5) AUTONOMIE 6.9 (1.4 ) PAIRS

11 Association pour la recherche interculturelle 61 Rang maghrébine française comorienne 13 Avoir un(e) petit(e) ami(e) Avoir un(e) petit(e) ami(e) Avoir un(e) petit(e) ami(e) 6.5 (1.6) RELATIONS AMOUREUSES 6.5 (1.6) RELATIONS AMOUREUSES 6.6 (2.0) RELATIONS AMOUREUSES 14 Sortir avec mes Avoir de l'argent de poche Manifester mes copine/copains 6.4 (1.6) AUTONOMIE convictions religieuses 6.4 (1.5) PAIRS 6.6 (2.1) ENGAGEMENT 15 Avoir de l'argent de poche Sortir du quartier Faire du sport 6.4 (1.6) AUTONOMIE 6.3 (1.6) ESPACE 6.5 (1.9) CORPS 16 Réfléchir sur moi-même discuter avec mon ami(e)s Sortir du quartier et sur mon caractère plus âgé(e)s 6.5 (1.9) ESPACE 6.3 (1.7) PERSONNALITÉ 6.2 (1.5) PAIRS 17 Rencontrer les gens que Réfléchir sur moi-même Réfléchir sur moi-même je veux et sur mon caractère et sur mon caractère 6.2 (1.7) AUTONOMIE 6.2 (1.7) PERSONNALITÉ 6.3 (1.9) PERSONNALITÉ 18 Trouver l'homme/la femme Recevoir les gens que je connaître mes défauts et avec qui je veux vivre veux mes qualités 6.1 (2.1) RELATIONS AMOUREUSES 6.0 (1.6) AUTONOMIE 6.2 (2.2) PERSONNALITÉ 19 faire des petits boulots/ prendre soin de mon dépenser mon argent de pour de l'argent de poche apparence poche comme je veux 6.1 (2.1) AUTONOMIE 6.0 (1.6) GENRE 6.1 (2.1) AUTONOMIE 20 Recevoir les gens que je Trouver l'homme/la femme explorer la ville veux avec qui je veux vivre 5.9 (1.8) ESPACE 6.0 (1.6) AUTONOMIE 6.0 (2.1) RELATIONS AMOUREUSES 21 dépenser mon argent de organiser des activités imiter les gens qui me poche comme je veux avec mes ami(e)s plaisent 5.9 (2.0) AUTONOMIE 5.9 (1.7) PAIRS 5.9 (1.8) PAIRS 22 sortir où je veux sans avoir des ami(e)s de mon Rencontrer les gens que avoir besoin de demander âge je veux /parents 5.9 (2.0) PAIRS 5.9 (2.0) AUTONOMIE 5.9 (2.0) AUTONOMIE 23 Discuter avec mes Manifester ma féminité/ Recevoir les gens que je ami(e)s plus âgé(e)s masculinité veux 5.8 (1.6) PAIRS 5.8 (1.5) GENRE 5.9 (2.3) AUTONOMIE 24 Manifester ma féminité/ sortir quand je veux sans Discuter avec mes masculinité avoir besoin de demander ami(e)s plus âgé(e)s 5.8 (1.9) GENRE /parents 5.8 (2.4) PAIRS 5.7 (2.1) AUTONOMIE 25 organiser des activités dépenser mon argent de organiser des activités avec mes ami(e)s poche comme je veux avec mes ami(e)s 5.7 (1.6) PAIRS 5.6 (2.2) AUTONOMIE 5.5 (2.2) PAIRS

12 62 Bulletin N 37 Rang maghrébine française comorienne 26 M'engager dans la sortir où je veux sans faire des petits boulots/ défense des grandes avoir besoin de demander pour de l'argent de poche causes /parents 5.5 (2.6) AUTONOMIE 5.7 (1.9) ENGAGEMENT 5.5 (2.2) AUTONOMIE 27 avoir des ami(e)s de mon faire des petits boulots/ Aller en centre-ville âge pour de l'argent de poche 5.2 (2.0) ESPACE 5.7 (2.3) PAIRS 5.4 (2.0) AUTONOMIE 28 explorer la ville aller à la discothèque pour M'engager dans la 5.6 (1.7) ESPACE y rencontrer d'autres défense des grandes jeunes causes 5.3 (2.0) PAIRS 5.2 (2.1) ENGAGEMENT 29 Avoir un moyen de Avoir un moyen de Manifester ma féminité/ transport à moi transport à moi masculinité 5.5 (2.1) AUTONOMIE 5.0 (2.0) AUTONOMIE 5.2 (2.5) GENRE 30 aller à la discothèque pour M'engager dans la sortir quand je veux y rencontrer d'autres défense des grandes sans avoir besoin de jeunes causes demander /parents 5.4 (2.0) PAIRS 4.9 (1.9) ENGAGEMENT 4.9 (2.7) AUTONOMIE 31 sortir quand je veux sans explorer la ville Avoir un moyen de avoir besoin de demander 4.9 (2.1) ESPACE transport à moi /parents 4.9 (2.7) AUTONOMIE 5.4 (2.2) AUTONOMIE 32 Faire partie d'une Aller en centre-ville sortir où je veux sans association ou d'un 4.8 (1.6) ESPACE avoir besoin de demander mouvement /parents 5.0 (2.0) ENGAGEMENT 4.8 (2.7) AUTONOMIE 33 M'intéresser à la politique Faire partie d'une aller à la discothèque pour 4.9 (2.4) ENGAGEMENT association ou d'un y rencontrer d'autres mouvement jeunes 4.0 (1.7) ENGAGEMENT 4.7 (2.6) PAIRS 34 Manifester mes M'intéresser à la politique Faire partie d'une convictions religieuses 3.7 (2.2) ENGAGEMENT association ou d'un 4.7 (2.6) ENGAGEMENT mouvement 4.6 (2.3) ENGAGEMENT 35 Aller en centre-ville imiter les gens qui me avoir des ami(e)s de mon 4.6 (1.7) ESPACE plaisent âge 3.0 (1.9) PAIRS 4.3 (2.6) PAIRS 36 Manifester mes Manifester mes Manifester mes convictions politiques convictions religieuses convictions politiques 3.7 (2.2) ENGAGEMENT 2.9 (2.0) ENGAGEMENT 3.8 (2.5) ENGAGEMENT 37 imiter les gens qui me Manifester mes M'intéresser à la politique plaisent convictions politiques 3.8 (2.6) ENGAGEMENT 3.2 (2.0) PAIRS 2.3 (1.6) ENGAGEMENT 62

13 Association pour la recherche interculturelle 63 En ce qui concerne les différences, on note une diversité plus importante des tâches chez les jeunes d origine comorienne que dans les deux autres groupes (huit tâches contre six et cinq). Ainsi, chez ces adolescents, on trouve en plus, comme tâches très importantes, les deux items de relation amoureuse, un item de relation aux pairs, un item d'engagement ( manifester mes convictions religieuses ). Ils sont par ailleurs les seuls à ne pas estimer d activité concernant la personnalité comme très importante. Les jeunes d origine française, quant à eux, sont les seuls à ne pas estimer d activité liée à l'identité de genre comme très importante, contrairement aux jeunes des deux autres groupes. Dans les tâches assez importantes on trouve pour les jeunes d'origine maghrébine et pour les jeunes d'origine française les relations amoureuses, l'engagement, l'investissement de l'espace, les relations aux pairs, certains aspects de l'autonomie et l'identité de genre. Pour les jeunes d'origine comorienne, on trouve des tâches appartenant à toutes les catégories, sauf à celle des relations amoureuses et à celle des relations aux parents (classées comme très importantes ). Au vu de ces premières constatations assez générales, on voit que le groupe des comoriens a tendance à se différencier des deux autres groupes. Corrélations de rang Il apparaît dans une première approche que l'on trouve plus de différences entre jeunes d origine française et jeunes d'origine comorienne qu'entre jeunes d'origine française et jeunes d'origine maghrébine. Pour confirmer cette analyse en terme de similitude de hiérarchie, nous avons calculé, sur l'ensemble des 37 items, la corrélation des rangs en utilisant le rho de Spearman. Le même rang a été attribué aux activités ayant les mêmes valeurs (par exemple, dans le groupe d origine maghrébine, deux activités ont la valeur 7,3 et se distribuent, dans le tableau 2, sur les rangs 3 et 4. Elles ont, pour le calcul du rho, toutes les deux le rang 3,5). Les résultats indiquent pour les jeunes d'origine maghrébine une corrélation de.943 ; (t = 16,742 ; (ddl) = 35) avec les jeunes d'origine française, ce qui est très élevé ; pour les jeunes d'origine comorienne une corrélation avec les jeunes d'origine française de.785 ; (t = 7,502 et ddl = 35) ce qui tout en étant élevé l est moins que pour les jeunes d origine maghrébine. Etude des différences significatives Le tableau 3, indique que sept items distinguent significativement les jeunes d'origine française de ceux d'origine comorienne. Ces écarts de moyenne sont nettement plus marqués qu'entre les jeunes d'origine française et les jeunes d'origine maghrébine : l écart moyen est de 1,1 entre le groupe d origine française et celui d origine maghrébine, alors qu'il est de 1,8 entre ce même groupe d origine française et celui d origine comorienne.

14 64 Bulletin N 37 Toutes ces différences sont très significatives. Cependant, certains de ces sept items présentent des écarts de moyenne particulièrement importants. L'item qui marque la différence la plus frappante entre les deux groupes est l'item manifester mes convictions religieuses. Cet item, relevant de la tâche ENGAGEMENT, est classé comme très important par les jeunes d'origine comorienne et comme très peu important par les jeunes d origine française, et on obtient un écart de moyenne de 3.7 points. Or, comme nous l'avons vu dans la partie théorique, la religion tient une place importante dans la culture comorienne, et l'éducation religieuse occupe une bonne partie du temps libre des jeunes d origine comorienne. Il n'est donc pas étonnant de retrouver la religion parmi les valeurs les plus importantes pour eux. Tableau 3 : Différences significatives (p<.001) dans la comparaison des moyennes des activités entre les adolescents d'origine française et comorienne ACTIVITE ORIGINE française comorienne Moy (éctype) Moy. (éctype) Avoir de l'argent de poche (AUTONOMIE) 6.4 (1.6) 7.3 (1.2) Trouver l'homme/femme (RELATIONS 6.0 (2.1) 7.3 (1.4) avec qui je veux vivre AMOUREUSES) Prendre soin de mon (GENRE) 6.0 (1.6) 7.0 (1.5) apparence Manifester mes convictions (ENGAGEMENT) 2.9 (2.0) 6.6 (2.1) religieuses Explorer la ville (ESPACE) 4.9 (2.1) 5.9 (1.8) Imiter les gens qui me (PAIRS) 3.0 (1.9) 5.9 (1.8) plaisent Avoir des amis de mon âge (PAIRS) 5.9 (2.0) 4.3 (2.6) Une autre différence frappante concerne l'item imiter les gens qui me plaisent relevant de la tâche PAIRS, avec un écart de moyenne de 2,9. Lors de la passation du questionnaire, des éclaircissements nous ont été demandés sur l item en question. Beaucoup de jeunes entendaient le terme imiter dans le sens de singer et donc y voyaient un aspect péjoratif. Cela expliquerait le mauvais score obtenu pour cet item chez les jeunes d origine française (et chez les jeunes d origine maghrébine, où il arrive en dernière position). Mais alors comment expliquer un score si élevé pour cet item chez les jeunes d origine comorienne? Rappelons que la société comorienne est collectiviste ; la référence et l'identification au groupe et aux modèles jouent un rôle important. Ainsi le fait d imiter les gens qui me plaisent, et donc, sous-entendu, qui ont les mêmes aspirations que moi, a plutôt une connotation positive pour les jeunes comoriens, à l'inverse des jeunes d origine française, plus individualistes. 64

15 Association pour la recherche interculturelle 65 A l'inverse, un item relevant de la même tâche (RELATION AUX PAIRS) figure parmi les différences significatives, c'est l'item avoir des amis de mon âge. Mais cette fois-ci, ce sont les jeunes d'origine française qui le classent comme plus important que les jeunes d'origine comorienne. On peut noter une autre différence très significative sur l'item trouver l'homme/la femme avec qui je veux vivre se référant à la tâche RELATION AMOUREUSE, classé comme nettement plus important par les jeunes d'origine comorienne. Par ailleurs, l'autre item se référant à la même tâche ( avoir un(e) petit(e) ami(e) ) obtient sensiblement le même score chez les jeunes d'origine française et chez les d'origine comorienne. Les jeunes d'origine comorienne opposeraient donc, pour cette même tâche, la relation amoureuse en tant que flirt d'adolescence, à la relation amoureuse en tant qu'engagement à vie, ou du moins, plus durable. L'importance accordée à cet item par les jeunes d'origine comorienne se situe donc moins dans l'affectivité de la RELATION AMOUREUSE que dans le statut qu'elle confère. On peut penser que ce choix est dû au fait que comme nous l'avons vu en introduction, le Grand Mariage est considéré comme un accomplissement essentiel dans la vie d'un comorien. Cela pourrait expliquer l'existence de préoccupations quant au choix du partenaire avec qui réaliser ce Grand Mariage chez les jeunes d'origine comorienne. Les deux items prendre soin de mon apparence (GENRE) et explorer la ville (ESPACE) qui distinguaient déjà les jeunes d'origine française des jeunes d'origine maghrébine, distinguent également les jeunes d'origine française des jeunes d'origine comorienne dans le même sens. Enfin l'item avoir de l'argent de poche se référant à la tâche AUTONOMIE distingue les jeunes d'origine française et les jeunes d'origine comorienne. Cela pourrait s'expliquer par le fait que le niveau socioéconomique des familles comoriennes immigrées est d'une manière générale très bas. Les jeunes d'origine comorienne souffrant plus du manque d'argent que les jeunes d'origine française, ils attacheraient plus d'importance à l'argent de poche. DISCUSSION ET CONCLUSION Conformément à nos attentes, l'acculturation des jeunes d'origine comorienne, dans le sens d une assimilation, paraît moins avancée que celle des jeunes d'origine maghrébine. En effet, les jeunes d'origine comorienne, dans les activités les plus importantes à leurs yeux, classent encore beaucoup d'activités se référant à des tâches de développement révélatrices de leur culture d'origine. Ainsi, les items se rapportant à la religion, le choix du partenaire, la référence au groupe, figurent dans les premiers rangs uniquement chez eux, car ces items et plus généralement ces TDD, se rapportent à des valeurs typiques des communautés, donc des sociétés collectivistes.

16 66 Bulletin N 37 On trouve cependant beaucoup de TDD en commun dans les premières TDD choisies par les jeunes d'origine française et parmi celles choisies par les jeunes d'origine comorienne (le corps, la relation aux parents, les orientations professionnelles). On trouve 8 items en commun parmi les dix premiers, contre neuf commun entre jeunes d origine française et maghrébine. Mais Schleyer-Lindenmann (1997) n'en avait trouvé que six en commun entre jeunes d'origine turque et jeunes d'origine allemande, dans un cadre acculturatif différenciateur : l'allemagne. Notre hypothèse qu'il y aurait à la fois beaucoup de TDD correspondant à la culture d'origine et beaucoup de TDD correspondant à la culture française, témoignant ainsi d'une acculturation déjà engagée mais moins avancée que l'acculturation des jeunes d'origine maghrébine, est donc bien vérifiée. Cette acculturation semble effectivement se dérouler dans un cadre intégratif puisque les jeunes d'origine comorienne adoptent des valeurs françaises tout en conservant des valeurs propres à la culture comorienne. Cette étude a ainsi permis de mettre plusieurs choses en évidence. Elle a une fois encore montré que le temps de séjour et l'histoire de l'immigration tenaient un rôle essentiel dans le processus d'acculturation : nous avons en effet montré que les jeunes d'origine maghrébine et les jeunes d'origine comorienne n étaient pas au même stade d assimilation. Mais de plus, les caractéristiques psychologiques et culturelles influencent fortement les groupes de diverses origines culturelles. La population comorienne immigrée à Marseille fonctionne encore sur le mode communautaire (recréation du système original villageois par la multitude d'associations instituées dans la ville), et de fait semble plus imperméable à la culture française que la population d'origine maghrébine, du moins dans un premier temps. Cependant, on remarque l émergence d une Culture de l Emigration-Immigration (Moreau, 1995), réunissant des éléments et de la culture d origine et de la culture d accueil. Pour conclure, nous pourrions dire que dans le cadre assimilateur français, et plus particulièrement dans le cadre intégrateur marseillais, les deux groupes d origine immigrée n'en sont pas au même stade d'acculturation : les jeunes d'origine maghrébine sont quasiment assimilés (plus ou très peu de différences avec les jeunes d'origine française dans leurs objectifs de développement), et les jeunes d'origine comorienne présentent des ressemblances, mais aussi des divergences avec les jeunes d'origine française et les jeunes d'origine maghrébine, dans leurs objectifs de développement. REFERENCES Albertini, C. (2001), Influence du contexte familial et culturel sur les tâches de développement à l'adolescence. Etude sur des jeunes d'origine comorienne vivant à Marseille, Mémoire de maîtrise MASS (Mathématiques et Appliquées et Sciences Sociales), Marseille : Université de Provence et Université de la Méditerranée. Berry, J.W. (1996, May). Acculturation and adaptation. Montréal, Canada : VI e congrès international de l'aric. 66

17 Association pour la recherche interculturelle 67 Berry, J.W. (1997), Immigration, Acculturation and Adaptation, Applied psychology : an international review, 46 (1), Blanchy, S. (1998). Les Comoriens, une immigration méconnue. Hommes et Migrations (septembre), Bollinger, D., & Hofstede, G. (1987). Les différences culturelles dans le management. Comment chaque pays gère-t-il ses hommes. Paris : Editions d organisation. Callebaut, R. (juin 1999). Marseille cosmos, Plongée sur la cité du sud, multiethnique et tchatcheuse, Le soir (12 juin 99). Cesari, J., Moreau, A., Schleyer-Lindenmann, A., (2000). Plus marseillais que moi : tu meurs!. Paris : L'Harmattan. Christ, U., Pfeiffer, H., & Stiksrud, A. (1985). Wert- und Normkonflikte in der Adoleszenz griechischer Jugendlicher in Deutschland - Problemhierarchien der II. Generation. In D. Liepmann, & A. Stiksrud (Eds.), Entwicklungsaufgaben und Bewältigungsprobleme in der Adoleszenz. Sozial- und entwicklungspsychologische Perspektiven (pp ). Göttingen : Hogrefe. Havighurst, R. J. (1948). Developmental Tasks and Education. Chicago : The University of Chicago Press. Havighurst, R. J. (1972) (3rd. ed.). Developmental Tasks and Education. New York : Longman. Hofstede, G. (1980). Culture s consequences : International differences in work-related values. Beverly Hills : Sage. Kim, U., Triandis, H.C., Kagitcibasi, C., Choi, S.C., & Yoon, G. (1994). Individualism and Collectivism. Thousand Oaks : Sage. Moreau, A. (1995). Culture de l'entre-deux. Hommes et Migrations (septembre), Salamone, S. (2000). Etude du système éducatif familial prôné par les familles comoriennes envers les adolescents vivant depuis longtemps à Marseille ainsi que des identités ressenties par ces mêmes adolescents. Mémoire de Maîtrise M.A.S.S.. Marseille : Université de Provence. Sayad, A. (1977). Les trois âges de l'émigration algérienne. Actes de la recherche en sciences sociales, 15 (juin), Schleyer-Lindenmann, A. (1997). Influence du contexte culturel et familial sur les tâches de développement et l'investissement de l'espace urbain à Marseille et à Francfort-surle-Main. Etude menée sur des jeunes d'origine nationale ou étrangère à Marseille et Francfort-sur-le-main, Thèse de doctorat de psychologie. Aix-en-Provence : Université de Provence.

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

Culture Générale version corporate

Culture Générale version corporate Culture Générale version corporate Fiche technique CENTRAL TEST www.centraltest.fr www.centraltest.ca www.centraltest.es www.centraltest.de www.centraltest.com Siège social : 18-20, rue Claude Tillier

Plus en détail

Méthodologie de l'enquête sur les Adolescents en Milieu Urbain (EAMU), Casablanca, 1999

Méthodologie de l'enquête sur les Adolescents en Milieu Urbain (EAMU), Casablanca, 1999 Méthodologie de l'enquête sur les Adolescents en Milieu Urbain (EAMU), Casablanca, 1999 I- Introduction Sujet d'intérêt de tous les temps, l'adolescence prend, aujourd'hui, plus d'importance en raison

Plus en détail

ECHELLES DE LIKERT OU METHODE DES CLASSEMENTS ADDITIONNES

ECHELLES DE LIKERT OU METHODE DES CLASSEMENTS ADDITIONNES 1. Création et utilisation pratique de l échelle ECHELLES DE LIKERT OU METHODE DES CLASSEMENTS ADDITIONNES Marc Demeuse 1 Cette méthode est sans doute la plus intuitive qui soit (Mc Iver & Carmines, 1981,

Plus en détail

Centres d'intérêt et Motivations Personnelles

Centres d'intérêt et Motivations Personnelles Centres d'intérêt et Motivations Personnelles 16.8.2013 COMPRENDRE VOS FACTEURS DE MOTIVATION La connaissance des attitudes et des motivations d'un individu nous renseigne sur POURQUOI cette personne fait

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Introduction à l'analyse statistique des données

Introduction à l'analyse statistique des données INTRODUCTION À L'ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES CONCEPTS DE BASE Un certain nombre de concepts, préalables indispensables à la compréhension des analyses présentées, sont définis ici. De même pour quelques

Plus en détail

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Les compétences de base et la communication dans les Secteurs du Tourisme et des Loisirs Document de présentation Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Formation aux savoirs de

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

Le produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) Le produit intérieur brut (PIB) Un rôle fondamental Le produit intérieur brut (PIB) est de très loin l'agrégat le plus connu de la comptabilité nationale, il est même plus connu que la comptabilité nationale

Plus en détail

Institut d Informatique FUNDP - Namur

Institut d Informatique FUNDP - Namur Institut d Informatique FUNDP - Namur Bilan-micro-01 v1.01.doc, version du 28/01/1999 Table des matières INTRODUCTION... 3 L'ÉCHANTILLON... 3 TECHNIQUE UTILISÉE... 4 ANALYSE DES RÉSULTATS... 5 EN FONCTION

Plus en détail

N 2015-XX. Les études de l emploi cadre

N 2015-XX. Les études de l emploi cadre DOCUMENT SOUS EMBARGO JUSQU AU 4 MARS À 00 h 01 LES ÉCARTS DE SALAIRE HOMMES-FEMMES ÉDITION 2015 Les études de l emploi cadre N 2015-XX Mars 2015 Composantes de la rémunération des cadres Méthode employée

Plus en détail

Kostanca Cuko Université de Fribourg La diversité au cœur de la recherche interculturelle 19-23 juin 2011, Sherbrooke

Kostanca Cuko Université de Fribourg La diversité au cœur de la recherche interculturelle 19-23 juin 2011, Sherbrooke «Images de soi versus images de l autre sur soi et leurs effets sur le sentiment d appartenance des élèves (issus) de l immigration dans une classe d accueil du primaire à Montréal» Kostanca Cuko Université

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016

l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016 Version courte du guide pour le l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016 APC présente une version courte de notre plan d'action stratégique destiné à nos membres,

Plus en détail

Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle

Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle Module E10 Avril 2015 Anouche Haroutunian Sara Karlen Natacha Petrocchi Laura Hernandez Seco Tableau synoptique La CESASC, Animation socioculturelle

Plus en détail

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France Baggio, S. & Sutter, PE. Résumé de la communication orale présentée au colloque

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

Le divorce des couples mixtes

Le divorce des couples mixtes Le divorce des couples mixtes Spécialiste de la famille et de l enfance, Gérard Neyrand évoque les résultats d une étude très instructive menée sur le divorce des couples mixtes (du point de vue de leur

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème 5 LE CHOIX DES PARTIES DE COURS : UNE PROGRESSION DES APPRENTISSAGES Éléments du cinquième chapitre 5.1 La description de la situation-problème finale 5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

Plus en détail

LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS

LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS Recherche comparative (France et Pologne) par Katarzyna Bogacz Institut de recherches géographiques Campus Porte des Alpes 5 avenue Pierre Mendès-France, bâtiment

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Deux facteurs essentiels, déjà signalés, distinguent foncièrement l'organisation

Deux facteurs essentiels, déjà signalés, distinguent foncièrement l'organisation BULLETIN D'INFORMATIONS DE L'A.B.F. 13 LES ÉCOLES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN ALLEMAGNE Deux facteurs essentiels, déjà signalés, distinguent foncièrement l'organisation de la formation professionnelle

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Chapitre IV : Méthodologie

Chapitre IV : Méthodologie Chapitre IV : Méthodologie Dans l ensemble, nous jugeons notre méthodologie générale appropriée pour atteindre les objectifs de ce mémoire. L analyse conjointe des ouvrages et des réponses de notre questionnaire

Plus en détail

Étude 2014 sur la motivation dans les organisations en France

Étude 2014 sur la motivation dans les organisations en France Étude 2014 sur la motivation dans les organisations en France Synthèse questionnaire : Ce questionnaire a été administré au deuxième trimestre 2014 auprès d'un échantillon représentatif de 110 personnes

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

LES TACHES DU MANAGER

LES TACHES DU MANAGER 1 LES TACHES DU MANAGER 1 Domaines de Management Avant de définir les tâches, il me semble utile de classer les différents domaines entrant dans le cadre du management d une équipe. J en ai défini cinq.

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE Publié le : 2014-04-18 SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE 19 DECEMBRE 2013. - Arrêté ministériel fixant le code de déontologie pour

Plus en détail

Les mobilités intra-urbaines au sein des métropoles Vietnamiennes : Hô Chi Minh Ville et Hanoi

Les mobilités intra-urbaines au sein des métropoles Vietnamiennes : Hô Chi Minh Ville et Hanoi Les mobilités intra-urbaines au sein des métropoles Vietnamiennes : Hô Chi Minh Ville et Hanoi Nguyên Thi Thiêng, Centre de population Hanoi thiengnt@neu.edu.vn Patrick Gubry, IRD Paris gubry@ird.fr Lê

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION DOCUMENT D INFORMATION Devenir citoyens : sondage d opinion auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université Dalhousie Objet :

Plus en détail

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2 Test du Khi 2 Le test du Khi 2 (khi deux ou khi carré) fournit une méthode pour déterminer la nature d'une répartition, qui peut être continue ou discrète. Domaine d application du test : Données qualitatives

Plus en détail

Le fait religieux au Luxembourg en 2013 état de l opinion publique

Le fait religieux au Luxembourg en 2013 état de l opinion publique Le fait religieux au Luxembourg en 2013 état de l opinion publique Sondage auprès de la population résidente du Luxembourg du 21 au 27 novembre conférence de presse du 5 décembre 2013 Enquête auprès de

Plus en détail

LES EQUIPES MULTICULTURELLES

LES EQUIPES MULTICULTURELLES 55 LES EQUIPES MULTICULTURELLES Par culture, on entend le mode de vie développé par un groupe d êtres humains transmis aux générations suivantes, consciemment ou non. Cette culture est constituée par des

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Ipsos / Maison de la France Synthèse Jeudi 18 janvier 2007 Ipsos Public Affairs Contacts : Joachim Soëtard 01 41 98 92

Plus en détail

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) constituent

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble. Anne-Claudine Oller

Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble. Anne-Claudine Oller Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble Anne-Claudine Oller Coaching scolaire, école, individu. L émergence d un accompagnement non disciplinaire en marge

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

R E S U P. RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1

R E S U P. RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1 R E S U P RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Journée «JEUNES CHERCHEURS» : IREDU - Dijon, le 19 Septembre 2003 Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1 Les pratiques d'évaluation dans

Plus en détail

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi?

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? a) Le diplôme facilite l'accès à l'emploi typique 1. Les sortants du système éducatif sont de plus en plus diplômés. En 1979, sur 742 000 sortants du

Plus en détail

Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation

Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation Rapport du Conseil de l Ontario sur la résolution N R3 de l assemblée membres de l Ontario Avril 2003 Fédération de l habitation coopérative

Plus en détail

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES OBJECTIFS ET MÉTHODES L évaluation de l action a pour objectif de mesurer l efficacité de la campagne en termes de santé, l intérêt financier à engager une telle action, d appréhender le degré de compréhension

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête Cécile RIOU Assistante de Recherche (CEVIPOF / IEP) Vincent TIBERJ Chargé de Recherche (CEVIPOF / FNSP) Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année

Plus en détail

Les relations de pouvoir dans les organisations

Les relations de pouvoir dans les organisations Bouteiller Charlotte Master DGRH Crombez Claire Année 2003/04 Verbecq Antoine Les relations de pouvoir dans les organisations Introduction : Il y a deux ans, une loi réprimant le harcèlement moral a été

Plus en détail

RESULTATS DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DE LA CLIENTELE PROCHES ET RESIDENTS. CHSLD La Marée

RESULTATS DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DE LA CLIENTELE PROCHES ET RESIDENTS. CHSLD La Marée RESULTATS DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DE LA CLIENTELE PROCHES ET RESIDENTS CHSLD La Marée 14 mai 2014 Table des matières 1. Aspects méthodologiques... p.4 1.1 Considérations préliminaires... p.5 1.2

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE Strasbourg, le 6 juillet 2010 CPT (2010) 69 (cf. point 29 de l ordre du jour de la 72e réunion) COMITE EUROPEEN POUR LA PREVENTION DE LA TORTURE ET DES PEINES OU TRAITEMENTS INHUMAINS OU DEGRADANTS (CPT)

Plus en détail

DIPLÔME D'ÉTAT INFIRMIER Session de juin 2014 - Soutenance le 11 juin 2014 Mémoire de fin d'études écrit et personnel SOUTENANCE ORALE

DIPLÔME D'ÉTAT INFIRMIER Session de juin 2014 - Soutenance le 11 juin 2014 Mémoire de fin d'études écrit et personnel SOUTENANCE ORALE DIPLÔME D'ÉTAT INFIRMIER Session de juin 2014 - Soutenance le 11 juin 2014 Mémoire de fin d'études écrit et personnel L'EXPÉRIENCE DANS LA PRISE EN CHARGE DE L'URGENCE PAR L'INFIRMIER SAPEUR-POMPIER SOUTENANCE

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

LA SOCIALISATION DE L ENFANT ET LE METIER DE PSYCHOLOGUE DU DEVELOPPEMENT

LA SOCIALISATION DE L ENFANT ET LE METIER DE PSYCHOLOGUE DU DEVELOPPEMENT B**** Andréa BROSSARD PAULINE B****** Mélodie LA SOCIALISATION DE L ENFANT ET LE METIER DE PSYCHOLOGUE DU DEVELOPPEMENT ANNEE 2010-2011 UFR V, LICENCE DE PSYCHOLOGIE SOMMAIRE Introduction I- La socialisation

Plus en détail

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Marc Thiébaud Dans de nombreux champs d activités professionnelles, on observe un développement important de pratiques

Plus en détail

L Enseignement religieux au Luxembourg. Sondage TNS-ILRES Juillet 08 N 11

L Enseignement religieux au Luxembourg. Sondage TNS-ILRES Juillet 08 N 11 L Enseignement religieux au Luxembourg Sondage TNS-ILRES Juillet 08 11 5 av. Marie Thérèse L-2132 Luxembourg tél.: 44743-501 sesopi-ci@sesopi-ci.lu www.sesopi-ci.lu 978-2-9599806-3-3 Documentation Etude

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS-

ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS- Novembre 2013 PROJET M1 COLLECTIF ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS- CULTURELLES EXEMPLE D UNE ETUDE CROSS-CULTURELLE SUR LE THE RESUME DU MEMOIRE TROPHEE SYNTEC 2013 Catégorie : Master 1 collectif Participantes

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Section C. Section C. ction C. Section C. Section C. Section C. Section C. Section C G UIDE DE LA FIXATION OBJECTIFS

Section C. Section C. ction C. Section C. Section C. Section C. Section C. Section C G UIDE DE LA FIXATION OBJECTIFS ction C G UIDE DE LA FIXATION S e c t i o n C DES OBJECTIFS ction C janvier 2002 Dans ce guide, le masculin est utilisé comme représentant des deux sexes, sans discrimination à l égard des femmes et des

Plus en détail

La fidélité des clients dans le milieu bancaire. par Carine DUMINIL

La fidélité des clients dans le milieu bancaire. par Carine DUMINIL La fidélité des clients dans le milieu bancaire par Carine DUMINIL Résumé... La banque a longtemps été un organisme financier qui se contentait de créer des produits de plus en plus performants ; elle

Plus en détail

Le logiciel CHOIX dans les Centres P.M.S. de la Communauté française de Belgique LE LOGICIEL CHOIX

Le logiciel CHOIX dans les Centres P.M.S. de la Communauté française de Belgique LE LOGICIEL CHOIX LE LOGICIEL CHOIX DANS LES CENTRES P.M.S. DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE DE BELGIQUE Informations Pédagogiques n 42 - Septembre 1998 2 Parmi les dispositions que le décret «Missions» consacre à la transition

Plus en détail

Construire une école citoyenne Par Jean-Luc TILMANT, enseignant et psychopédagogue

Construire une école citoyenne Par Jean-Luc TILMANT, enseignant et psychopédagogue Construire une école citoyenne Par Jean-Luc TILMANT, enseignant et psychopédagogue 1 02/04/2012 Photos Personnes Apport pour les écoles citoyennes Célestin Freinet (1896 1966) Françoise Dolto (1908 1988)

Plus en détail

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel PRATIQUES EVALUATIVES ENSEIGNANTES ET SOCLE COMMUN DES CONNAISSANCES ET DES COMPETENCES : PRATIQUES EFFICACES? PRATIQUES INNOVANTES? Sandra Safourcade, université de Rennes 2, centre de recherche sur l

Plus en détail

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision»

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» «Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» Cécile-Marie Simoni Université de Corse, France La télé-réalité constitue actuellement un phénomène qui a complètement bouleversé

Plus en détail

SOMMAIRE OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12

SOMMAIRE OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12 IES 3 SOMMAIRE Paragraphes OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12 DES PROFESSIONNELS COMPTABLES... 13-18 ENSEIGNEMENT GENERAL... 19 24 Novembre 2006

Plus en détail

des hôpitaux des Territoires du Nord-Ouest

des hôpitaux des Territoires du Nord-Ouest Questionnaire sur la satisfaction du service des hôpitaux des Territoires du Nord-Ouest Fort Smith Mars 5 TABLE DES MATIÈRES APERÇU..................................................... 2 MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

MANUEL DU PARTICIPANT A LA FORMATION DES MEMBRES DES COMITES D INITIATIVES (CI)

MANUEL DU PARTICIPANT A LA FORMATION DES MEMBRES DES COMITES D INITIATIVES (CI) LUTTE INTEGREE POUR LA SECURITE ALIMENTAIRE DANS L ATAKORA (LISA- PHASE II) MANUEL DU PARTICIPANT A LA FORMATION DES MEMBRES DES COMITES D INITIATIVES (CI) Page 1 sur 18 Module 1 Titre : Etat des lieux

Plus en détail

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Isabel Urdapilleta Responsable Pédagogique du Master 1 psychologie sociale,

Plus en détail

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision Dans ce tableau, si le chercheur ne s intéresse pas aux notes item par item mais simplement à la note globale, alors il conservera seulement les première et dernière colonnes et calculera des statistiques

Plus en détail

Sommaire. A Géographie et démographie de l Islam de France p. 3

Sommaire. A Géographie et démographie de l Islam de France p. 3 pour Département Opinion et Stratégies d Entreprise ANALYSE : 1989-2011 Enquête sur l implantation et l évolution de l Islam de France Contact Ifop : Jérôme Fourquet jerome.fourquet@ifop.com Juillet 2011

Plus en détail

Inviter la personne à s engager publiquement (exemple : envers une personne ou face à des ami(e)s ou collègues) à adopter le nouveau comportement.

Inviter la personne à s engager publiquement (exemple : envers une personne ou face à des ami(e)s ou collègues) à adopter le nouveau comportement. Avant le nouveau comportement Inviter la personne à s engager publiquement (exemple : envers une personne ou face à des ami(e)s ou collègues) à adopter le nouveau comportement. Avant le nouveau comportement

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Projet : Lutter contre les discriminations des personnes concernées par un troubles psychiques auprès d un public jeune

Projet : Lutter contre les discriminations des personnes concernées par un troubles psychiques auprès d un public jeune Projet : Lutter contre les discriminations des personnes concernées par un troubles psychiques auprès d un public jeune L objet du projet Pourquoi lutter contre la stigmatisation des personnes concernées

Plus en détail

Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances

Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances Thèses et exigences de l'initiative des villes: Politique sociale Introduction Dans sa stratégie 2015 "Élargir la politique

Plus en détail

LES OUTILS D ENQUÊTE: LE

LES OUTILS D ENQUÊTE: LE LES OUTILS D ENQUÊTE: LE QUESTIONNAIRE ET L ENTRETIEN DUT 1A - Méthodo Gilles Droniou droniou@jeudevi.org Chargé de recherches, JEUDEVI www.jeudevi.org 2015/2016 DATES À RETENIR, ET AUTRES JOYEUSETÉS Achetez

Plus en détail

Toutes les présentations devraient être consistantes et axées sur l'élimination de l'itinérance et les principes de Logement d'abord.

Toutes les présentations devraient être consistantes et axées sur l'élimination de l'itinérance et les principes de Logement d'abord. Appel de présentations L'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance recherche des conférenciers pour la Conférence nationale pour mettre fin à l'itinérance de 2015 qui sera tenue à Montréal, Québec,

Plus en détail

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL À L OCCASION DE LA REMISE DE SON TROPHEE DE L ENSEIGNEMENT DE L ÉTHIQUE LE 17 JUIN 2010 AU CNAM, PARIS Je tiens d'abord à vous dire combien je suis ravi et fier d'être le lauréat

Plus en détail

POLITIQUE INTERCULTURELLE

POLITIQUE INTERCULTURELLE POLITIQUE INTERCULTURELLE Adoptée à la 269 e réunion du conseil d administration du 21 septembre 2009 Politique interculturelle Préambule Le Collège de Maisonneuve évolue dans un contexte interculturel

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations

Plus en détail

3.1. Indicateur 5 : Répartition des tranches d'âge de publics régulièrement touchés.

3.1. Indicateur 5 : Répartition des tranches d'âge de publics régulièrement touchés. 3.1. Indicateur 5 : Répartition des tranches d'âge de publics régulièrement touchés. Pour l'ensemble des associations, un tableau de fréquence par public touché (enfants de maternel, primaire, jeune secondaire,

Plus en détail

Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne.

Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne. www.sophte.com INGENIERIE DU MANAGEMENT - COMMUNICATION - MULTIMEDIA Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne. 1 Situation actuelle De plus en plus, l'entreprise doit gérer

Plus en détail

Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures.

Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures. Le Focus Group I. Définition «Le Focus groupe est une discussion de groupe ouverte, organisée dans le but de cerner un sujet ou une série de questions pertinents (Kitzinger, Markova, & Kalampalikis, 2004).

Plus en détail

Jeunes et CPAS en Wallonie : Premières données et observations

Jeunes et CPAS en Wallonie : Premières données et observations INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be Jeunes et CPAS en Wallonie : Premières données

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail