EXPERTISES. Marchés boursiers américains : cycles réels, cycles monétaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EXPERTISES. Marchés boursiers américains : cycles réels, cycles monétaires"

Transcription

1 EXPERTISES Marchés boursiers américains : cycles réels, cycles monétaires par Michel Aglietta, Laurent Berrebi, Audrey Cohen-Benamran et Jean-Jacques Jacob N

2 GROUPAMA ASSET MANAGEMENT Collection «Expertises» Directeur de la publication : Laurent Berrebi Dépôt légal : juin 2005 ISSN : en cours

3 Marchés boursiers américains : cycles réels, cycles monétaires par Michel Aglietta Professeur des Universités Paris X Conseiller économique de Groupama Asset Management Laurent Berrebi Responsable des études économiques de Groupama Asset Management Audrey Cohen-Benamran Économètre chez Groupama Asset Management et Jean-Jacques Jacob Ingénieur financier chez Groupama Asset Management

4 SOMMAIRE Introduction 5 I. Mise en évidence empirique des cycles boursiers réels et monétaires 9 Marché boursier, taux d intérêt et profits 10 Cycles boursiers canoniques 18 Décomposition entre cycles réels et monétaires 25 II. Analyse théorique des facteurs de valorisation des marchés boursiers dans un contexte de cycle réel et monétaire 34 Mise en évidence des facteurs fondamentaux qui influencent la valorisation boursière 36 Incidence des facteurs systématiques sur la valorisation boursière 40 Taux d intérêt, prime de risque et cours boursiers 59 III. Justification économétrique de la nature des cycles 67 Détermination du niveau fondamental du S&P Nouvelle écriture des relations de co-intégration ou des relations de long terme à partir du PER 78 IV. Une nouvelle lecture de la prime de risque 82 Interprétation des relations de long terme 82 Analyse du cycle monétaire Les conclusions pratiques pour les marchés et les responsables de la politique économique : la prime de risque des marchés d actions doit être une des variables majeures de la politique économique 93 V. Analyse du cycle réel actuel ; quelles perspectives jusqu à la fin de la décennie 97 Les craintes déflationnistes qui sont apparues suite à la crise asiatique justifient le cycle réel actuel 97 Première phase du cycle réel : survalorisation ( ) 103 Prévisions du niveau fondamental du S&P 500 à horizon fin Conclusion 120 Bibliographie 122 3

5 4

6 INTRODUCTION L analyse des cours boursiers est d une grande importance dans les économies contemporaines. Car la finance y joue un rôle qui peut être régulateur ou perturbateur sur l ensemble de l économie selon la dynamique qui s y déroule. Toutes les catégories d agents économiques sont concernées par une bonne intelligence des marchés boursiers. D abord les professionnels de la finance : investisseurs financiers qui proposent aux épargnants des portefeuilles d actifs diversifiés, analystes qui font des recommandations de transactions, banquiers d affaires qui jaugent les opportunités à émettre des actions ou à lancer des offres publiques d achat. Ensuite les entreprises, dont la gestion est fortement influencée par le renouveau d une doctrine dite de la «souveraineté actionnariale». Cette gestion, tournée vers la valorisation boursière de l entreprise, a des répercussions sur les salariés via l emploi et la répartition des revenus entre salaires et profits. Les responsables de la politique économique trouvent dans les cours des actions des indications sur la conjoncture future et ne peuvent ignorer en retour que leurs décisions vont avoir un effet sur l évolution des marchés boursiers. Les milieux académiques enfin cherchent à mettre en évidence les modèles de valorisation boursière sous-jacents aux fluctuations des cours. Depuis une vingtaine d années, l observation des marchés boursiers a mis à mal nombre de certitudes que la théorie financière avait cru fermement établies. Cette remise en cause est venue des anomalies apparentées à l hypothèse d efficience des marchés. En particulier, des travaux académiques menés sur des séries très longues de cours boursiers américains et anglais ont décomposé statistiquement la variation des cours. Le résultat est le suivant : il existe dans la formation des prix sur les marchés boursiers une tendance aléatoire, stochastique, imputable à l incertitude sur les profits. Mais il existe aussi une forte composante cyclique. Celle-ci désigne une évolution systématique, 5

7 donc potentiellement prévisible, qui dépend au premier chef des déterminants du taux d actualisation des profits : le taux d intérêt à long terme, le taux de croissance de l économie à long terme et la prime de risque action de long terme. Et si les cours boursiers ne sont pas seulement mus par une marche aléatoire, cela veut dire qu il y a des informations systématiques à découvrir dans leur analyse et que ces informations peuvent être des supports de prévision. Notre étude s inscrit dans la droite ligne de ces remarques. Notre objectif est d étudier la valeur fondamentale des actions en longue période. Pour cela, nous allons chercher à déceler les déterminants macroéconomiques structurels de la valorisation à long terme des marchés boursiers, dont la modification au cours du temps est à l origine de cycles boursiers de types totalement différents. Notre investigation portera sur l indice S&P 500 de la Bourse américaine. La première partie sera une mise en évidence empirique de cycles boursiers longs. Elle caractérisera deux types de cycles dont le critère discriminant est la nature du régime monétaire. Il est possible de délimiter des époques où la valeur fondamentale des actions est régie par un cycle réel et des époques où elle est régie par un cycle monétaire. Dans le premier type de cycle, le marché des actions évolue en fonction des seuls profits, dans le second il dépend essentiellement des taux d intérêt, et ce avec une corrélation négative quand les taux baissent, les actions se valorisent, ce qui constitue la relation normale. La deuxième partie constitue une analyse des déterminants économiques de la valeur fondamentale des actions. La distinction entre les deux types de cycles résulte directement du niveau d inflation : basse, elle suffit à engendrer un cycle boursier réel, trop élevée, elle suffit à transformer le marché boursier en un cycle monétaire. 6

8 INTRODUCTION La troisième partie est économétrique. Elle consiste à vérifier les hypothèses de la deuxième partie. Comme la valeur fondamentale des actions est un attracteur qui exerce une force de rappel sur les fluctuations des prix de marché, le travail économétrique revient à rechercher une relation de long terme entre le prix des actions et les déterminants fondamentaux qui sont pertinents pour chaque type de cycle. Les résultats de cette recherche ont permis de vérifier l existence des cycles réels et monétaires et de confirmer les hypothèses théoriques sur les déterminants de la valeur fondamentale des actions. La quatrième partie est interprétative. Elle utilise l outil analytique élaboré jusque-là pour expliquer l évolution des cours boursiers du S&P 500 dans ce qui a été identifié comme étant le cycle monétaire et dans le cycle réel On montre que le type de cycle est défini par le signe de la corrélation entre la prime de risque de long terme du marché des actions et le taux long terme. Il est alors indispensable de prendre en compte ce changement de régime de cycle boursier, et donc du mode de valorisation des actions, pour comprendre les mouvements récents du marché. La cinquième et dernière partie est prospective. Selon l hypothèse que les marchés sont entrés dans une époque de cycle réel depuis 1998 et qu ils vont y rester, on se propose de faire des scénarios sur les déterminants de la valeur fondamentale des actions propres à un cycle réel. On en déduit la plage de variation des prix dans chaque scénario et on indique celui qui nous semble le plus probable compte tenu de la conjoncture macroéconomique. Une conclusion rassemble les leçons de cette étude et énonce les sources d incertitude qui affectent l exercice prospectif. 7

9 8

10 Mise en évidence empirique des cycles boursiers réels et monétaires I. Mise en évidence empirique des cycles boursiers réels et monétaires Les taux d intérêt et les profits figurent comme les principaux facteurs d évolution des marchés boursiers à moyen et à long terme. Leurs impacts respectifs sur les marchés d actions feront l objet d une analyse empirique dans cette première partie. La méthode utilisée s appuie sur une décomposition de la période d analyse (de 1871 à nos jours) en cycles que nous nommerons «canoniques», composés d une phase longue haussière et d une autre baissière, d une durée moyenne de quinze ans chacune. Selon l observation du passé, la croissance des profits a, quelle que soit la période, un effet positif sur le marché des actions, d amplitude variable cependant. En revanche, les taux d intérêt ont des influences totalement opposées selon les périodes. Au cours de certains cycles, la corrélation entre les taux et les actions est négative, la baisse des taux engendrant de façon assez systématique une hausse du cours des actions et inversement. Et les principaux points de retournement des indices boursiers et des taux longs nominaux sont identiques. L effet «taux» domine alors largement l effet «profits» dans la formation des cours boursiers. On considérera que ces cycles sont de type «monétaire», car marqués par l environnement monétaire que déterminent l inflation et la politique monétaire, ainsi que par son impact sur les taux d intérêt. Au cours des autres cycles, la corrélation entre les taux d intérêt et la Bourse devient faible l évolution des taux a peu d effet sur les actions, voire positive, le cours des actions remontant en même temps que les taux. Ces cycles, caractérisés par l absence relative de «problèmes monétaires», 9

11 subissent alors davantage l influence des profits, dont l évolution découle de déterminants liés à l économie réelle, comme la productivité et la croissance. Ces cycles sont alors caractérisés de «réels». Les bénéfices des entreprises (bénéfices par action ou BPA) ont un impact nettement plus marqué au cours des cycles réels où les principaux points de retournement des indices boursiers coïncident le plus souvent avec ceux des BPA. Afin d illustrer ces observations, une première analyse sera effectuée sur les relations entre marchés boursiers, taux d intérêt et profits, ainsi que sur le sens et l instabilité éventuelle de ces relations depuis Ensuite, une méthode empirique permettra de définir de façon rigoureuse les cycles canoniques, ainsi que leurs différentes phases. Enfin, le découpage en cycles plus courts (ou intermédiaires) permettra une étude plus approfondie de l impact de chacun des déterminants. L ensemble de notre étude porte sur le marché américain, pour lequel les séries historiques sur très longue période sont disponibles, et où le rythme d inflation relativement régulier permet les comparaisons de long terme. Marchés boursiers, taux d intérêt et profits Relation entre marchés boursiers et taux d intérêt La baisse des taux d intérêt est en principe favorable aux marchés d actions pour au moins trois raisons : Elle devrait améliorer les résultats des entreprises, directement en diminuant les charges financières, et indirectement par le supplément de demande qu elle engendre. Elle devrait également renforcer l attrait relatif des actions par rapport aux obligations dont les rendements deviennent moins attractifs. 10

12 Mise en évidence empirique des cycles boursiers réels et monétaires Enfin, toutes choses égales par ailleurs, la baisse des taux se traduit mécaniquement par une hausse de la valorisation des actions, par le biais de l actualisation des flux futurs. Ainsi, les taux d intérêt et le cours des actions devraient tendre à évoluer en sens contraire, ce que l on considère comme la relation «normale». Or ils ont évolué en tendance dans le même sens dans près de la moitié de la période d observation : , , , et depuis 1998 (zones grises sur le graphique ci-dessous). Cela signifie qu une variation de taux peut être plus que compensée par une variation de sens opposé des dividendes, du taux de croissance estimé, ou de la prime de risque. S&P 500 (TOTAL RETURN INDEX RÉEL OU INDICE DE RENDEMENT TOTAL RÉEL) ET EMPRUNT D'ÉTAT US 10 ANS Taux 10 ans (Éch. D.) S&P 500 (Éch. G.) Sources : Groupama Asset Management, Global Financial Data En glissement sur trois ans, même si cette corrélation affiche le plus souvent un coefficient négatif (entre 0,5 et 0,9), elle devient positive sur de nombreuses périodes, pouvant atteindre jusqu à + 0,

13 CORRÉLATION ÉTATS-UNIS VARIATION TAUX 10 ANS VS S&P 500 Glissement 3 ans sur variations 12 mois 1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 0, ,2 0,4 0,6 0,8 1,0 Sources : Groupama Asset Management, Global Financial Data Et sur l ensemble de la période de 1870 à 2004, la corrélation entre les variations annuelles des taux d intérêt et des actions, bien que légèrement négative, est peu significative ( 0,09). 12

14 Mise en évidence empirique des cycles boursiers réels et monétaires CORRÉLATION ENTRE LES VARIATIONS ANNUELLES DES TAUX 10 ANS ET DU S&P % 80 % Var. S&P 500 nominal YoY 60 % 40 % 20 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 5,0 4,0 3,0 2,0 1,0 0,0 1,0 Var. taux 10 ans YoY 2,0 3,0 4,0 5,0 Sources : Groupama Asset Management. La corrélation entre le rendement des actions (earning yield ou dividend yield) et celui des obligations s est également totalement modifiée au cours des cinquante dernières années. Jusqu au début des années 1960, il n existe pas de relation continue entre les deux types de rendement. Le rendement des obligations est systématiquement inférieur à celui des actions et il agit comme un seuil à partir duquel les opérations d arbitrage se déclenchent au profit des actions. En effet, à chaque fois que le rendement des actions est descendu en dessous des taux obligataires, l arbitrage des opérateurs en faveur des marchés de taux a entraîné une baisse des actions et des taux. Cependant, à partir de 1967, la remontée sensible de l inflation modifie durablement cette relation et invalide cet effet de seuil : le mouvement des taux longs des obligations d État devient totalement synchrone avec le rendement des actions et leur niveau dépasse systématiquement le taux de rendement des actions depuis le début des années Depuis, une relation positive stable peut 13

15 être mise en évidence et justifie l essor des modèles de valorisation relative des actions basés sur les taux d intérêt. Or, il s agit d une période bien particulière, et il est très improbable que cette relation soit encore valable aujourd hui (voir la suite). TAUX US 10 ANS ET EARNING YIELD (BPA / S&P 500) Sources : Groupama Asset Management, Global Financial Data. Earning Yield Taux 10 ans Relation entre marchés boursiers et BPA Sur le long terme, le marché d actions croît au même rythme que celui du BPA : le PER de très long terme est constant La croissance des bénéfices des entreprises qui résulte de l activité économique suit une tendance comparable à celle des actions (hors dividendes) et de la croissance du PNB, soit environ 2 % par an en terme réel (corrigé de l inflation). On considère généralement que le marché anticipe de quelques mois l évolution des bénéfices : l indice S&P 500 figure d ailleurs parmi les dix composantes de l indicateur avancé de l économie américaine, bien qu avec une pondération très faible de 3 %. 14

16 Mise en évidence empirique des cycles boursiers réels et monétaires Mais des écarts importants entre les évolutions comparées des cours et des bénéfices, sur des durées bien plus courtes, sont régulièrement constatés et parfaitement illustrés par la volatilité du ratio S&P/BPA. Ils sont cependant systématiquement comblés par la convergence à long terme entre le marché et les bénéfices : le niveau de croissance des actions finit toujours par rattraper ou revenir sur le niveau de croissance des bénéfices. La linéarité entre le cours et les bénéfices implique notamment que le PER (PER = Cours/BPA) moyen de très long terme, sur l ensemble de tous les cycles, est constant : toute variation des bénéfices implique une variation analogue des cours à très long terme. Actuellement, le niveau du ratio est de 35% supérieur à son niveau moyen. Par conséquent, il en découle à très long terme une hausse de 35 % des BPA, à indice constant, ou une baisse de 35 % de l indice, à bénéfice constant, ou, ce qui est le plus probable, une conjonction d une hausse du BPA et d une baisse des marchés boursiers, dont la somme des variations atteindra 35 %. TENDANCES COMPARÉES S&P 500 ET BPA (Base 100 en 1870, indices corrigés de l'inflation) S&P 500 déflaté BPA S&P 500 déflaté Ratio S&P 500 / BPA (Éch. D.) Sources : Groupama Asset Management, Global Financial Data

17 La corrélation entre BPA et actions est significativement positive sur le très long terme, mais peut être négative sur des horizons plus courts La divergence d évolution à moyen terme entre les cours et les bénéfices se traduit par une corrélation assez moyenne (0,35) entre les variations annuelles de l indice et des BPA sur l ensemble de la période. Par ailleurs, le caractère prédictif du marché des actions n apparaît pas de façon marquée : le fait d introduire un écart entre les deux séries ne modifie pas de façon significative la corrélation. Optimale à 0,37 avec une avance de deux mois de l indice sur les BPA, elle reste aux alentours de 0,30 entre 6 et + 6 mois, se dégrade à partir de 9 mois et devient négative au-delà de un an, quel que soit le sens du décalage. CORRÉLATIONS ENTRE LE S&P 500 ET LE BPA AVEC DÉCALAGE DES SÉRIES (en mois) 0,5 0,4 S&P avancé par rapport aux BPA S&P retardé par rapport aux BPA 0,3 0,2 0,1 0,0 0,1 0, Source : Groupama Asset Management. De surcroît, les corrélations, calculées sur trois ans glissants, présentent de nombreuses périodes de corrélations inversées par rapport à la norme, notamment au cours des vingt dernières années, et elles s avèrent ainsi instables quel que soit le décalage utilisé. 16

18 Mise en évidence empirique des cycles boursiers réels et monétaires CORRÉLATION ENTRE LES VARIATIONS DU BPA ET CELLES DU S&P 500 (sans décalage) Glissement 3 ans sur variations 12 mois 1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 0,2 0,4 0,6 0,8 1, Source : Groupama Asset Management Jusqu à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les corrélations entre le BPA et l indice sont en majorité positives, atteignant fréquemment 0,8. Or, au cours des cinquante dernières années, les corrélations affichent régulièrement des niveaux négatifs de 0,8, l utilisation de décalages ne permettant pas de modifier ces observations. L impact des taux a de ce fait pris le pas sur celui des profits sur toute cette période. Ainsi, les relations communément admises entre actions, taux d intérêt et bénéfices apparaissent instables sur longue période, ce qui rend leur utilisation pour le moins hasardeuse. Il est alors nécessaire de découper les périodes en cycles boursiers canoniques de nature différente pour mettre en exergue la dynamique de ces relations. 17

19 Cycles boursiers canoniques La supériorité d un placement actions sur un placement obligataire est vraie sur le très long terme, mais n est pas vérifiée sur le long terme Sur très long terme, les actions offrent des rendements réels largement supérieurs à ceux des obligations : 6,43 % par an, dividendes réinvestis, contre 2,37 % pour les obligations coupons réinvestis. Les placements en actions sont donc considérés comme les plus rentables à long terme. Néanmoins, cette performance n est pas constante et dépend du niveau d investissement de départ. Ainsi, ceux qui ont investi sur les actions en 1910, 1929 et 1969 ont dû attendre entre quinze et vingt ans avant de percevoir des profits (en termes réels). En terme nominal et hors dividendes, l indice a mis par exemple près de vingt-cinq ans à retrouver son niveau de S&P 500 : TENDANCE DE LONG TERME (Base 100 en 1870) S&P 500 Total Return (réel) : 6,43 % Taux 10 ans Total Return : 2,37 % Sources : Groupama Asset Management, Global Financial Data. S&P 500 (réel) : 1,89 %

20 Mise en évidence empirique des cycles boursiers réels et monétaires L alternance de périodes longues de performances positives et négatives conduit naturellement à considérer l existence de cycles boursiers de long terme. Cycles boursiers canoniques Le déterminisme des rendements futurs à long terme des marchés, compte tenu de leurs rendements passés, justifie l existence de cycles L idée est simple : s il existe des cycles de longue période, des longues phases baissières suivent des longues phases haussières et réciproquement. Dans ce cas, plusieurs années de rendements sensiblement inférieurs à la normale devraient succéder de façon déterministe à plusieurs années de rendements sensiblement supérieurs à la normale. Conditionnellement au passé, la distribution des rendements futurs, sur un horizon étendu, devrait être complètement asymétrique. En revanche, une année de hausse exceptionnelle ne donnerait aucune information sur le comportement des marchés pour l année suivante : après une année de rendement supérieur à la normale, une baisse des marchés serait aussi probable qu une hausse de même ampleur. La distribution des rendements à un an, conditionnellement au passé, devrait être symétrique. Pour le prouver, ont été comparées les distributions des rendements futurs à un an, cinq ans, dix ans et vingt ans, en fonction du degré de «normalité» des rendements passés sur un an, sur cinq ans, sur dix ans ou sur vingt ans. Ces derniers sont considérés comme normaux s ils sont de l ordre de la moyenne historique, comme supérieurs à la normale s ils sont supérieurs d un écart type à la moyenne historique ou comme inférieurs à la normale s ils sont inférieurs d un écart type à la moyenne historique. 19

21 Les conclusions sont remarquables : sur un horizon de un an, les rendements futurs sont aléatoires et ne dépendent absolument pas du rendement de l année passée, puisque les distributions sont identiques et totalement symétriques. En revanche, plus la durée «d anormalité» s allonge, plus les distributions des rendements futurs se différencient et deviennent asymétriques : plus les rendements passés sont exceptionnellement faibles, plus les rendements futurs DISTRIBUTION DES RENDEMENTS AUX ÉTATS-UNIS SUR LONGUE PÉRIODE Rendement passé < moyenne historique 1 écart type Rendement passé > moyenne historique + 1 écart type 25 All Years Distribution normale Rendements 1 an ,7 % 21,7 % 11,7 % 1,8 % 8,2 % 18,2 % 28,1 % 38,1 % 48,1 % 100 % Rendements 5 ans ,3 % 5,2 % 1,2 % 2,9 % 7,0 % 11,0 % 15,1 % 19,1 % 23,2 % 100 % Total Return Index Real. Source : Groupama Asset Management. 20

22 Mise en évidence empirique des cycles boursiers réels et monétaires sont élevés, et inversement. En d autres termes, la probabilité de rendements élevés est d autant plus forte que les rendements passés ont été faibles, et ce sur une longue période, et inversement. Le phénomène est le plus marqué pour des horizons compris entre quinze et vingt ans : la comparaison des rendements futurs des marchés boursiers selon leur périodicité et les rendements passés corrobore l existence de cycles boursiers d une durée moyenne de trente ans. DISTRIBUTION DES RENDEMENTS AUX ÉTATS-UNIS SUR LONGUE PÉRIODE Rendement passé < moyenne historique 1 écart type Rendement passé > moyenne historique + 1 écart type All Years Distribution normale Rendements 10 ans ,8 % 1,2 % 1,4 % 4,0 % 6,6 % 9,3 % 11,9 % 14,5 % 17,1 % 100 % Rendements 20 ans ,8 % - 1,2 % 1,4 % 4,0 % 6,6 % 9,3 % 11,9 % 14,5 % 17,1 % 100 % Total Return Index Real. Source : Groupama Asset Management. 21

23 Décomposition en cycles selon l évolution de l indice en termes réels Dans le cadre de notre étude, il est nécessaire de définir ces cycles de façon objective et indépendamment des relations entre actions, taux et BPA. Nous utilisons pour cela une méthode de découpage qui permet de sélectionner les points de retournement de façon rigoureuse et unique, et de définir par conséquent les phases du cycle (voir encadré pour une description détaillée de la méthode de découpage). Ce découpage qui obéit à des règles bien précises définira de manière univoque des cycles que l on qualifiera de «canoniques». DÉCOMPOSITION DU S&P 500 EN CYCLES CANONIQUES S&P déflaté S&P Total Return déflaté Trend TR déflaté Ratio Index / Trend Dn 1Up 2Dn 2Up 3Dn 3Up 4Dn 4Up 9 1, S&P déflaté 3 5 7a 7b 7 1, ,5 Index (échelle log) S&P Total Return déflaté 2 Trend TR déflaté Sources : Groupama Asset Management, Global Financial Data. 4 6a 6b a 8 Ratio Index / Trend ,0 0,5 1,0 Ratio TR / Trend 22

24 Mise en évidence empirique des cycles boursiers réels et monétaires MÉTHODE DE DÉCOUPAGE DES CYCLES CANONIQUES Afin de déterminer les phases des cycles canoniques, il est nécessaire d adopter une méthode permettant de déceler les points de retournement du marché à long terme sans ambiguïté, en proposant un résultat unique et indépendant de l appréciation de l analyste. Les cycles canoniques apparaissent de façon très nette si l on compare un indice en terme réel, dividendes réinvestis (S&P Total Return déflaté), à sa tendance sur l ensemble de la période. Le ratio de l indice sur sa tendance (Ratio Index / Trend) oscille de façon assez régulière en termes de fréquence et d amplitude, et met en évidence les périodes de sur ou sous-performance du marché. À 50 %, l indice est largement en retard par rapport à sa tendance, et inversement. Afin d obtenir de façon précise les points de retournement de cycle, nous observons la synchronisation du ratio et du niveau absolu de l indice S&P 500 en terme réel, qui n inclut pas les dividendes (S&P déflaté). Les pics de marché doivent correspondre (i) à un pic du ratio (ii), alors que le S&P atteint un nouveau plus haut historique. Ces deux règles sont vérifiées par les pics 1, 3, 5, 7 et 9. Différents extrêmes du ratio sont écartés car ils ne satisfont pas à la deuxième règle : c est le cas notamment du point (7a) qui illustre le rebond du marché après la crise de 1929 mais qui reste en dessous du sommet précédent (5). De même, le ratio en (7b) est supérieur à son niveau en (7), mais c est à ce moment seulement que l indice atteint un nouveau plus haut. Ce principe lève également l ambiguïté du choix des sommets entre 1881 et 1886 d une part, et 1901 ou 1906 d autre part. Une fois les sommets identifiés, les creux sont définis à partir de trois règles : (i) ils doivent s intercaler entre deux sommets, (ii) le ratio doit former son dernier creux significatif avant de repasser positif et (iii) l indice doit former un point bas au voisinage. Les points (6a) et (6b) sont ainsi délaissés au profit de (6), de même que le point (8a) au profit de (8). 23

25 Par la méthode utilisée, la période d observation a été décomposée en quatre cycles complets comprenant chacun une phase de baisse (Dn) et une phase de hausse (Up). Ces cycles ont des durées comprises entre vingt-cinq et quarante ans, les phases étant assez régulières, avec une durée moyenne de 14,9 ans (15,9 en baisse et 13,9 en hausse). En phase haussière, les rendements réels annuels sont en moyenne de + 16,6 %, dividendes réinvestis, et de + 12 %, hors dividendes. Lors d une phase haussière de cycle, la période de 1982 à 2000 marque la plus forte variation absolue de l indice ( %), mais c est entre 1921 et 1929 que l indice enregistre le rendement moyen annuel le plus élevé, de + 27,6 %, dividendes réinvestis. Au cours des phases baissières, l indice affiche des variations annuelles moyennes de 2 % en terme nominal, et il abandonne entre 35 % et 50 % en variation nominale sur toute une phase baissière. La méthodologie adoptée conduit à ignorer le point bas de 1932 qui a donné lieu à la plus forte baisse absolue de l indice depuis un pic ( 85 % entre septembre 1929 et juin 1932). En termes réels, l indice reste, jusqu en 1949, largement en dessous du niveau de 1929 avec des sommets de moins en moins hauts, ce qui caractérise très clairement une phase baissière de cycle. Par ailleurs, durant la période de 1968 à 1982, alors que la progression nominale du marché des actions a été de + 15 %, le rendement en termes réels annualisé négatif, de l ordre de 6,2 %, justifie le statut baissier de cette phase. 24

26 Mise en évidence empirique des cycles boursiers réels et monétaires CYCLES CANONIQUES AUX ÉTATS-UNIS Cycle canonique S&P 500 Rendements annuels S&P Cycle Début Fin Durée en Indice Var. Rdt Rdt Rdt div. années nominal cycle nominal réel réinv. réel 1Dn Bear 7/1881 8/ ,2 4,0 36,9 % 3,0% 2,3% 2,3% 1Up Bull 9/1896 9/ ,1 10,0 148,6 % 9,5% 7,4% 11,4% 2Dn Bear 10/1906 6/ ,8 6,6 34,2 % 2,8% 7,7% 2,5% 2Up Bull 7/1921 8/1929 8,2 30,2 359,4 % 20,5% 21,4% 27,6% 3Dn Bear 9/1929 6/ ,8 15,1 50,1 % 3,4% 5,0% 0,1% 3Up Bull 7/ / ,4 103,9 590,1 % 10,5% 8,2% 12,7% 4Dn Bear 12/1968 7/ ,7 119,5 15,1 % 1,0% 6,2% 2,0% 4Up Bull 8/1982 8/ ,1 1436,5 1102,0 % 14,7% 11,2% 14,5% 5Dn Bear 9/2000 2/2005 4, ,6 16,2 % 3,9% 6,1% 4,6% Période 7/1881 -> 2/ ,9 4,5% 1,7% 6,3% Moyenne Bear (-> 8/2000) 15,9 26,5% 2,0% 5,3% 0,6% Moyenne Bull (-> 8/2000) 13,9 550,0% 13,8% 12,0% 16,6% Source : Groupama Asset Management. Ayant vérifié de façon empirique l existence des cycles boursiers et procédé à leur découpage selon une méthode rigoureuse, nous pouvons désormais analyser les relations entre actions, taux d intérêt et bénéfices sur chaque cycle canonique. Décomposition entre cycles réels et monétaires Le sens de la relation entre actions et taux alterne en fonction des cycles : on qualifie de «monétaires» les cycles durant lesquels cette relation est «normale», c est-à-dire quand les actions évoluent à l inverse des taux. Au cours des cycles monétaires, les taux subissent de fortes variations et leurs sommets marquent bien les points de rupture entre les phases baissières et haussières du cycle des actions : les retournements des marchés d actions sont ainsi généralement synchronisés avec ceux des taux, le cycle des BPA devenant secondaire. Les cycles réels correspondent en principe à des périodes de taux relativement bas et stables. Durant ces périodes, les corrélations entre les taux 25

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES Après un bref rappel de la filiation dans laquelle se situe ce travail, on propose trois utilisations simples des taux d intérêt à terme. ROLAND

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Certificats Cappés (+) et Floorés (+)

Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Pour investir avec du Levier sur les indices CAC 40 ou DAX Même dans un contexte

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

Gestion de portefeu ille

Gestion de portefeu ille CYCLE SUPERIEUR AUDIT ET CONTRÔLE DE GESTIO Semestre : 8 Module : Gestion de portefeu ille Évaluation des actifs à revenu fixe I- Mesure du rendement des obligations II- Les risques de placement des titres

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Communiqué de presse 6 mai 2011 Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Cet instrument financier, qui est une alternative à un placement risqué en actions, n est

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE COUR DES COMPTES LA SÉCURITÉ SOCIALE SEPTEMBRE 2007 137 Chapitre VI L assiette des prélèvements sociaux finançant le régime général 144 COUR DES COMPTES social de l épargne salariale et s est substitué

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE Cette étude fait le point sur l incidence que les évolutions récentes de taux d intérêt, dont elle rappelle l ampleur, ont pu avoir ou auront sur la

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique?

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique? INTERVIEW DE THIERRY CLEMENT Thierry CLEMENT (82) est l auteur du «Guide complet de l analyse technique pour la gestion de vos portefeuilles boursiers», publié aux Editions MAXIMA et parrainé par la revue

Plus en détail

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du Guide de l utilisateur du GLOBAL ANALYZER LES «RAPPORTS» 1 La partie «Signalétique» 1 La partie «Diagnostic» 1 La partie«conclusions» 1 Le profil de la société 2 Les autres mesures : 2 LA SECTION VALORISATION

Plus en détail

Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti»

Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti» Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti» Question 1 : représenter graphiquement le taux de rentabilité du produit à capital garanti

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS ACTIFS FRANCAIS CORRIGÉS DE L INFLATION DE JANVIER 1950 À JUIN 2011 PERFORMANCE ANNUALISÉE ACTIONS 5,9 % MONÉTAIRE 1,2 % IMMOBILIER 5,2 % OR 1,1 %

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF Dès que les mesures destinées à encourager l investissement locatif seront arrêtées, les ADIL devront contribuer à les faire connaître.

Plus en détail

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites DF / JLN / 05-032 LE 10 FEVRIER 2005 Note pour le Conseil d orientation des Retraites Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites 1. Où en est le FRR aujourd hui? Le Fonds de Réserve

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse Mardi 23 octobre 2007 Séminaire Schumann-bourse La Bourse : environnement économique et monétaire Définition de la bourse et de son rôle dans l'économie Influence des taux d'intérêts Déterminer les cycles

Plus en détail

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE Dr. Jean Benetti, Dr. Andreas Reichlin 13 FEVRIER 2002 La gestion du risque au niveau stratégique dans les caisses de pension Introduction Plusieurs

Plus en détail

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Objectifs du Taux Annuel Effectif Global (TAEG) et du Taux d Intérêt Effectif (TIE) Le coût réel d un crédit inclut non seulement l intérêt,

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier 2003

Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier 2003 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 4 (GP) Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier

Plus en détail

Reverse Convertibles

Reverse Convertibles Reverse Convertibles Le prospectus d émission du titre de créance complexe a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 24 Novembre 2010. Ce document à caractère promotionnel est établi

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base

Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base Indicateur n 1-6 : Suivi de la dette sociale portée par la CADES La loi organique

Plus en détail

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières La gamme de fonds «Finance Comportementale» de JPMorgan Asset Management : Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières Document réservé aux professionnels

Plus en détail

PROJET DE FUSION DES COMMUNES DE. Aubonne Montherod Saint-Oyens Saubraz

PROJET DE FUSION DES COMMUNES DE. Aubonne Montherod Saint-Oyens Saubraz AUBONNE MONTHEROD SAINT-OYENS SAUBRAZ PROJET DE FUSION DES COMMUNES DE Aubonne Montherod Saint-Oyens Saubraz Planification financière 2014 2019 Comparaison de 3 variantes de taux d imposition Pierre Busset

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

L ÉVOLUTION SUR LONGUE PÉRIODE DU PRIX DES LOGEMENTS

L ÉVOLUTION SUR LONGUE PÉRIODE DU PRIX DES LOGEMENTS L ÉVOLUTION SUR LONGUE PÉRIODE DU PRIX DES LOGEMENTS Jacques FRIGGIT Depuis le travail de pionnier réalisé par Gaston Duon dans les années quarante sur le prix des logements à Paris de 840 à 944, la statistique

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions Cours de calculs nanciers Chapitre 7 : Evaluation des actions L2 Economie et Gestion Vincent Bouvatier vbouvatier@u-paris10.fr Université de Paris 10 - Nanterre Année universitaire 2008-2009 Modèle d actualisation

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002 Les financements et placements des ménages et des entreprises en 22 Après une phase de croissance soutenue et de forte valorisation boursière, l année 22, plus encore que 21, a été marquée par le ralentissement

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Cours Gestion de patrimoine. Les produits structurés

Cours Gestion de patrimoine. Les produits structurés Cours Gestion de patrimoine Les produits structurés Plan Introduction Importance de la garantie pour les épargnants Utilité des fonds garantis Méthodes de gestion des fonds garantis Méthode du coussin

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE Avec le développement des produits dérivés, le marché des options de change exerce une influence croissante sur le marché du change au comptant. Cette étude,

Plus en détail

RETScreen International. ACÉTATE 3 : Feuille Sommaire financier

RETScreen International. ACÉTATE 3 : Feuille Sommaire financier Module de formation NOTES DU FORMATEUR ANALYSES FINANCIÈRE ET DE RISQUE AVEC LE LOGICIEL RETSCREEN COURS D ANALYSE DE PROJETS D ÉNERGIES PROPRES Ce document donne la transcription de la présentation orale

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Méthodes de prévision des ventes

Méthodes de prévision des ventes Méthodes de prévision des ventes Il est important pour toute organisation qui souhaite survivre dans un environnement concurrentiel d adopter des démarches de prévision des ventes pour anticiper et agir

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

Y A-T-IL UNE BULLE DES PRIX DES LOGEMENTS À LONDRES ET À PARIS?

Y A-T-IL UNE BULLE DES PRIX DES LOGEMENTS À LONDRES ET À PARIS? Des prix élevés des logements dans les grandes capitales LOGEMENT Y A-T-IL UNE BULLE DES PRIX DES LOGEMENTS À LONDRES ET À PARIS? Alain SAUVANT Les niveaux de prix des logements dans les capitales britannique

Plus en détail