CO 2 + kwh = k Nouvelle équation de la compétitivité française?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CO 2 + kwh = k Nouvelle équation de la compétitivité française?"

Transcription

1 CO 2 + kwh = k Nouvelle équation de la compétitivité française? Rapport France SBF 250 du CDP sur le changement climatique 2012 Rapport compilé pour le compte de 655 investisseurs totalisant des actifs de 78 billions $US Global Implementation Partner and Report Writer Scoring partner France

2 Membres du CDP Membres CDP travaille avec des investisseurs à l échelle mondiale pour faire progresser les opportunités d investissement et atténuer les risques posés par le changement climatique en demandant à plus de des plus grandes entreprises mondiales de déclarer leurs stratégies face au changement climatique, leurs émissions de GES et leur consommation d énergie dans le format standardisé Investisseur CDP. Pour en savoir plus sur l offre aux membres ou pour devenir membre du CDP, contactez nous ou visitez le site dédié aux membres investisseurs du CDP à https:// MEMBRES 2012 ABRAPP Aegon AKBANK T.A.Ş. Allianz Global Investors Aviva Investors AXA Group Bank of America Merrill Lynch Bendigo and Adelaide Bank Blackrock BP Investment Management California Public Employees Retirement System - CalPERS California State Teachers Retirement Fund - CalSTRS Calvert Asset Management Company Catholic Super CCLA Daiwa Asset Management Co. Ltd. Generation Investment Management HSBC Holdings KLP Legg Mason London Pension Fund Authority MongeralAegonSeguros e Previdência S/A Morgan Stanley National Australia Bank NEI Investments Neuberger Berman Newton Investment Management Ltd Nordea Investment Management Norges Bank Investment Management PFA Pension Robeco Rockefeller & Co. SAM Group Sampension KP Livsforsikring A/S Schroders Scottish Widows Investment Partnership SEB Sompo Japan Insurance Inc Standard Chartered TD Asset Management Inc. and TDAM USA Inc. The RBS Group The Wellcome Trust 2

3 Signataires du CDP Signataires 655 institutions financières avec des actifs totalisant 78 milliards de dollars ont signé la demande d information du CDP 2012 en date du 1er février, Aberdeen Asset Managers Aberdeen Immobilien KAG mbh ABRAPP - Associação Brasileira das Entidades Fechadas de Previdência Complementar Achmea NV Active Earth Investment Management Acuity Investment Management Addenda Capital Inc. Advanced Investment Partners AEGON N.V. AEGON-INDUSTRIAL Fund Management Co., Ltd AFP Integra AIG Asset Management AK Asset Management Inc. AKBANK T.A.Ş. Alberta Investment Management Corporation (AIMCo) Alberta Teachers Retirement Fund Alcyone Finance AllenbridgeEpic Investment Advisers Limited Allianz ElementarVersicherungs-AG Allianz Global Investors KapitalanlagegesellschaftmbH Allianz Group Altira Group Amalgamated Bank AMP Capital Investors AmpegaGerling Investment GmbH Amundi AM ANBIMA Associação Brasileira das Entidades dos Mercados Financeiro e de Capitais Antera Gestão de Recursos S.A. APG AQEX LLC Aquila Capital ArisaigPartners Asia PteLtd Arma PortföyYönetimi A.Ş. ASM Administradora de Recursos S.A. ASN Bank AssicurazioniGenerali Spa ATI Asset Management ATP Group Australia and New Zealand Banking Group Limited Australian Ethical Investment AustralianSuper Avaron Asset Management AS Aviva Investors Aviva plc AXA Group Baillie Gifford & Co. BaltCap BANCA CÍVICA S.A. Banca Monte deipaschi di Siena Group Banco Bradesco S/A Banco Comercial Português S.A. Banco de Credito del Peru BCP Banco de Galicia y Buenos Aires S.A. Banco do Brasil S/A Banco Espírito Santo, SA Banco Nacional de DesenvolvimentoEconômico e Social - BNDES Banco Popular Español Banco Sabadell, S.A. Banco Santander Banesprev Fundo Banespa de Seguridade Social Banesto Bank Handlowy w Warszawie S.A. Bank of America Merrill Lynch Bank of Montreal Bank Vontobel BankhausSchelhammer&SchatteraKapitalanlageg esellschaft m.b.h. BANKIA S.A. 3

4 BANKINTER BankInvest BanqueDegroof BanqueLibano-Francaise Barclays BasellandschaftlicheKantonalbank BASF Sociedade de PrevidênciaComplementar Basler Kantonalbank Bâtirente Baumann and Partners S.A. Bayern LB BayernInvestKapitalanlagegesellschaftmbH BBC Pension Trust Ltd BBVA Bedfordshire Pension Fund Beetle Capital BEFIMMO SCA Bendigo& Adelaide Bank Limited Bentall Kennedy Berenberg Bank Berti Investments BioFinanceAdministração de Recursos de TerceirosLtda BlackRock Blom Bank SAL Blumenthal Foundation BNP Paribas Investment Partners BNY Mellon BNY Mellon Service KapitalanlageGesellschaft Boston Common Asset Management, LLC BP Investment Management Limited BrasilprevSeguros e Previdência S/A. British Airways Pension Investment Management Limited British Columbia Investment Management Corporation (bcimc) BT Investment Management Busan Bank CAAT Pension Plan Cadiz Holdings Limited Caisse de dépôt et placement du Québec Caisse des Dépôts Caixa Beneficente dos Empregados da Companhia Siderurgica Nacional - CBS Caixa de Previdência dos Funcionários do Banco do Nordeste do Brasil (CAPEF) Caixa Econômica Federal Caixa Geral de Depositos CaixaBank, S.A California Public Employees Retirement System California State Teachers Retirement System California State Treasurer Calvert Investment Management, Inc Canada Pension Plan Investment Board Canadian Friends Service Committee (Quakers) Canadian Imperial Bank of Commerce (CIBC) Canadian Labour Congress Staff Pension Fund CAPESESP Capital Innovations, LLC CARE Super CarmignacGestion Catherine Donnelly Foundation Catholic Super CBF Church of England Funds CBRE Cbus Superannuation Fund CCLA Investment Management Ltd Celeste Funds Management Limited Central Finance Board of the Methodist Church Ceres CERES-Fundação de Seguridade Social Change Investment Management Christian Brothers Investment Services Christian Super Christopher Reynolds Foundation Church Commissioners for England Church of England Pensions Board CI Mutual Funds Signature Global Advisors City Developments Limited Clean Yield Asset Management ClearBridge Advisors Climate Change Capital Group Ltd CM-CIC Asset Management Colonial First State Global Asset Management Comerica Incorporated COMGEST Commerzbank AG CommInsure Commonwealth Bank Australia Commonwealth Superannuation Corporation Compton Foundation Concordia Versicherungsgruppe Connecticut Retirement Plans and Trust Funds Co-operative Financial Services (CFS) Credit Suisse Daegu Bank Daesung Capital Management Daiwa Asset Management Co. Ltd. Daiwa Securities Group Inc. Dalton Nicol Reid depury Pictet Turrettini& Cie S.A. DekaBank Deutsche Girozentrale Delta Lloyd Asset Management Deutsche Asset Management InvestmentgesellschaftmbH Deutsche Bank AG Development Bank of Japan Inc. Development Bank of the Philippines (DBP) Dexia Asset Management Dexus Property Group DnB ASA Domini Social Investments LLC DongbuInsurance DWS Investment GmbH Earth Capital Partners LLP East Sussex Pension Fund Ecclesiastical Investment Management EcofiInvestissements - Groupe Credit Cooperatif Edward W. Hazen Foundation EEA Group Ltd Elan Capital Partners Element Investment Managers ELETRA - FundaçãoCelg de Seguros e Previdência Environment Agency Active Pension fund Epworth Investment Management Equilibrium Capital Group equinet Bank AG Erik PenserFondkommission Erste Asset Management Erste Group Bank Essex Investment Management Company, LLC ESSSuper Ethos Foundation EticaSgr Eureka Funds Management Eurizon Capital SGR Evangelical Lutheran Church in Canada Pension Plan for Clergy and Lay Workers Evangelical Lutheran Foundation of Eastern Canada Evli Bank Plc F&C Investments FACEB FUNDAÇÃO DE PREVIDÊNCIA DOS EMPREGADOS DA CEB FAELCE FundacaoCoelce de Seguridade Social FAPERS- FundaçãoAssistencial e Previdenciária da Extensão Rural do Rio Grande do Sul FASERN - Fundação COSERN de Previdência Complementar Fédéris Gestion d Actifs FIDURA Capital ConsultGmbH FIM Asset Management Ltd FIM Services FIPECq - Fundação de Previdência Complementar dos Empregados e Servidores da FINEP, do IPEA, do CNPq FIRA. - Banco de Mexico FirstAffirmativeFinancial Network, LLC First Swedish National Pension Fund (AP1) Firstrand Group Limited Five Oceans Asset Management Florida State Board of Administration (SBA) Folketrygdfondet Folksam Fondaction CSN Fondation de Luxembourg Forma Futura Invest AG Fourth Swedish National Pension Fund, (AP4) FRANKFURT-TRUST Investment-GesellschaftmbH Fukoku Capital Management Inc 4

5 FUNCEF - Fundação dos EconomiáriosFederais Fundação AMPLA de Seguridade Social - Brasiletros FundaçãoAtlântico de Seguridade Social FundaçãoAttilio Francisco Xavier Fontana FundaçãoBanrisul de Seguridade Social Fundação BRDE de Previdência Complementar - ISBRE FundaçãoChesf de Assistência e Seguridade Social Fachesf FundaçãoCorsan - dos Funcionários da Companhia Riograndense de Saneamento Fundação de Assistência e Previdência Social do BNDES - FAPES FUNDAÇÃO ELETROBRÁS DE SEGURIDADE SOCIAL - ELETROS 4 FundaçãoForluminas de Seguridade Social - FORLUZ FundaçãoItaipu BR - de Previdência e Assistência Social FUNDAÇÃO ITAUBANCO FundaçãoItaúsa Industrial FundaçãoPromon de Previdência Social Fundação Rede Ferroviária de Seguridade Social - Refer FUNDAÇÃO SANEPAR DE PREVIDÊNCIA E ASSISTÊNCIA SOCIAL - FUSAN FundaçãoSistel de Seguridade Social (Sistel) Fundação Vale do Rio Doce de Seguridade Social - VALIA FUNDIÁGUA - FUNDAÇÃO DE PREVIDENCIA COMPLEMENTAR DA CAESB Futuregrowth Asset Management Garanti Bank GEAP Fundação de Seguridade Social Generali Deutschland Holding AG Generation Investment Management Genus Capital Management GjensidigeForsikring ASA Global Forestry Capital SARL GLS GemeinschaftsbankeG Goldman Sachs Group Inc. GOOD GROWTH INSTITUT fürglobalevermögensentwicklung mbh Governance for Owners Government Employees Pension Fund ( GEPF ), Republic of South Africa GPT Group GraubündnerKantonalbank Greater Manchester Pension Fund Green Cay Asset Management Green Century Capital Management GROUPAMA EMEKLILIK A.Ş. GROUPAMA SIGORTA A.Ş. Groupe Crédit Coopératif Groupe Investissement Responsable Inc. GROUPE OFI AM Grupo Financiero Banorte SAB de CV Grupo Santander Brasil Gruppo Bancario CreditoValtellinese Guardians of New Zealand Superannuation Hanwha Asset Management Company Harbour Asset Management Harrington Investments, Inc Hauck &Aufhäuser Asset Management GmbH Hazel Capital LLP HDFC Bank Ltd Healthcare of Ontario Pension Plan (HOOPP) Helaba Invest KapitalanlagegesellschaftmbH Henderson Global Investors Hermes Fund Managers HESTA Super HIP Investor Holden & Partners HSBC Global Asset Management (Deutschland) GmbH HSBC Holdings plc HSBC INKA InternationaleKapitalanlagegesellschaftmbH HUMANIS Hyundai Marine & Fire Insurance. Co., Ltd. Hyundai Securities Co., Ltd. IBK Securities IDBI Bank Ltd Illinois State Board of Investment Ilmarinen Mutual Pension Insurance Company Impax Asset Management IndusInd Bank Limited Industrial Alliance Insurance and Financial Services Inc. Industrial Bank (A) Industrial Bank of Korea Industrial Development Corporation Industry Funds Management Infrastructure Development Finance Company ING Group N.V. Insight Investment Management (Global) Ltd Instituto de Seguridade Social dos Correios e Telégrafos- Postalis Instituto Infraero de Seguridade Social - INFRAPREV Instituto Sebrae De Seguridade Social - SEBRAEPREV Insurance Australia Group IntReal KAG Investec Asset Management Investing for Good CIC Ltd Irish Life Investment Managers Itau Asset Management ItaúUnibanco Holding S A Janus Capital Group Inc. Jarislowsky Fraser Limited JOHNSON & JOHNSON SOCIEDADE PREVIDENCIARIA JPMorgan Chase & Co. Jubitz Family Foundation Jupiter Asset Management Kaiser Ritter Partner (Schweiz) AG KB Kookmin Bank KBC Asset Management NV KBC Group KCPS Private Wealth Management KDB Asset Management Co., Ltd. KDB Daewoo Securities KEPLER-FONDS Kapitalanlagegesellschaft m. b. H. Keva KfWBankengruppe Killik& Co LLP Kiwi Income Property Trust Kleinwort Benson Investors KlimaINVEST KLP Korea Investment Management Co., Ltd. KoreaTechnology Finance Corporation (KOTEC) KPA Pension Kyrkanspensionskassa La Banque Postale Asset Management La Financiere Responsable Lampe Asset Management GmbH LandsorganisationeniSverige LBBW - Landesbank Baden-Württemberg LBBW Asset Management InvestmentgesellschaftmbH LD LønmodtagernesDyrtidsfond Legal & General Investment Management Legg Mason Global Asset Management LGT Capital Management Ltd. LIG Insurance Co., Ltd Light Green Advisors, LLC Living Planet Fund Management Company S.A. Lloyds Banking Group Local Authority Pension Fund Forum Local Government Super Local Super Logos portföyyönetimi A.Ş. London Pensions Fund Authority Lothian Pension Fund LUCRF Super Lupus alpha Asset Management GmbH Macquarie Group Limited MagNet Magyar Közösségi Bank Zrt. MainFirst Bank AG MAMA Sustainable Incubation AG Man MAPFRE Maple-Brown Abbott Marc J. Lane Investment Management, Inc. Maryland State Treasurer Matrix Asset Management MATRIX GROUP LTD McLean Budden MEAG MUNICH ERGO AssetManagement GmbH 5

6 MeeschaertGestionPrivée Meiji Yasuda Life Insurance Company MendesprevSociedadePrevidenciária Merck Family Fund Mercy Investment Services, Inc. Mergence Investment Managers Meritas Mutual Funds MetallRenteGmbH Metrus Instituto de Seguridade Social MetzlerAsset Management Gmbh MFS Investment Management Midas International Asset Management Miller/Howard Investments MiraeAsset Global Investments Co. Ltd. Mirae Asset Securities Mirvac Group Ltd Missionary Oblates of Mary Immaculate Mistra, Foundation for Strategic Environmental Research Mitsubishi UFJ Financial Group Mitsui Sumitomo Insurance Co.,Ltd Mizuho Financial Group, Inc. Mn Services Momentum Manager of Managers (Pty) Limited MonegaKapitalanlagegesellschaftmbH MongeralAegonSeguros e Previdência S/A Morgan Stanley Mountain Cleantech AG MTAA Superannuation Fund Mutual Insurance Company Pension-Fennia Nanuk Asset Management Natcan Investment Management Nathan Cummings Foundation, The National Australia Bank National Bank of Canada NATIONAL BANK OF GREECE S.A. National Grid Electricity Group of the Electricity Supply Pension Scheme National Grid UK Pension Scheme National Pensions Reserve Fund of Ireland National Union of Public and General Employees (NUPGE) NATIXIS Nedbank Limited Needmor Fund NEI Investments Nelson Capital Management, LLC Neuberger Berman New Alternatives Fund Inc. New Amsterdam Partners LLC New Mexico State Treasurer New York City Employees Retirement System New York City Teachers Retirement System New York State Common Retirement Fund (NYSCRF) Newton Investment Management Limited NGS Super NH-CA Asset Management Nikko Asset Management Co., Ltd. Nipponkoa Insurance Company, Ltd Nissay Asset Management Corporation NORD/LB Kapitalanlagegesellschaft AG Nordea Investment Management Norfolk Pension Fund Norges Bank Investment Management North Carolina Retirement System Northern Ireland Local Government Officers Superannuation Committee (NILGOSC) NORTHERN STAR GROUP Northern Trust Northward Capital Pty Ltd Nykredit Oddo&Cie OECO Capital Lebensversicherung AG ÖKOWORLD Old Mutual plc OMERS Administration Corporation Ontario Teachers Pension Plan OP Fund Management Company Ltd Oppenheim & Co. Limited Oppenheim Fonds Trust GmbH Opplysningsvesenets fond (The Norwegian Church Endowment) OPTrust Oregon State Treasurer Orion Energy Systems Osmosis Investment Management Parnassus Investments Pax World Funds PensioenfondsVervoer Pension Denmark Pension Fund for Danish Lawyers and Economists Pension Protection Fund Pensionsmyndigheten Perpetual Investments PETROS - TheFundação Petrobras de Seguridade Social PFA Pension PGGM Vermogensbeheer Phillips, Hager & North Investment Management Ltd. PhiTrust Active Investors Pictet Asset Management SA Pioneer Investments PIRAEUS BANK PKA Pluris Sustainable Investments SA PNC Financial Services Group, Inc. Pohjola Asset Management Ltd Polden-Puckham Charitable Foundation Portfolio 21 Investments Porto Seguro S.A. PowerFinanceCorporationLimited PREVHAB PREVIDÊNCIA COMPLEMENTAR PREVI Caixa de Previdência dos Funcionários do Banco do Brasil PREVIG Sociedade de Previdência Complementar ProLogis ProvinzialRheinland Holding PrudentialInvestment Management Prudential Plc Psagot Investment House Ltd PSP Investments Q Capital Partners QBE Insurance Group Rabobank Raiffeisen Fund Management Hungary Ltd. 5 RaiffeisenKapitalanlage-Gesellschaftm.b.H. RaiffeisenSchweizGenossenschaft Rathbones / Rathbone Greenbank Investments RCM (Allianz Global Investors) Real Grandeza Fundação de Previdência e Assistência Social Rei Super Reliance Capital Ltd Resolution Resona Bank, Limited Reynders McVeigh Capital Management RLAM Robeco Robert & Patricia Switzer Foundation Rockefeller Financial (trade name used by Rockefeller & Co., Inc.) Rose Foundation for Communities and the Environment Rothschild Royal Bank of Canada Royal Bank of Scotland Group RPMI Railpen Investments RREEF Investment GmbH Russell Investments SAM Group SAMPENSION KP LIVSFORSIKRING A/S SAMSUNG FIRE & MARINE INSURANCE Samsung Securities Sanlam Life Insurance Ltd Santa Fé Portfolios Ltda Santam Sarasin & Cie AG SAS Trustee Corporation SaurenFinanzdienstleistungen GmbH & Co. KG Schroders Scotiabank Scottish Widows Investment Partnership SEB SEB Asset Management AG Second Swedish National Pension Fund (AP2) 6

7 Seligson& Co Fund Management Plc Sentinel Investments SERPROS - Fundo Multipatrocinado Service Employees International Union Pension Fund Seventh Swedish National Pension Fund (AP7) Shinhan Bank Shinhan BNP Paribas Investment Trust Management Co., Ltd Shinkin Asset Management Co., Ltd Siemens KapitalanlagegesellschaftmbH Signet Capital Management Ltd Smith Pierce, LLC SNS Asset Management Social(k) Sociedade de PrevidenciaComplementar da Dataprev - Prevdata Socrates Fund Management Solaris Investment Management Limited Sompo Japan Insurance Inc. Sopher Investment Management SouthPeak Investment Management SPF Beheerbv Sprucegrove Investment Management Ltd Standard Bank Group Standard Chartered Standard Chartered Korea Limited Standard Life Investments State Bank of India State Street Corporation StatewideSuper StoreBrand ASA Strathclyde Pension Fund Stratus Group Sumitomo Mitsui Financial Group Sumitomo Mitsui Trust Holdings, Inc. Sun Life Financial Inc. Superfund Asset Management GmbH SUSI Partners AG Sustainable Capital Sustainable Development Capital SvenskaKyrkan, Church of Suède Swedbank AB Swift Foundation Swiss Re Swisscanto Asset Management AG SyntrusAchmea Asset Management T. Rowe Price T. SINAI KALKINMA BANKASI A.Ş. Tata Capital Limited TD Asset Management Inc. and TDAM USA Inc. Teachers Insurance and Annuity Association College Retirement Equities Fund Telluride Association Tempis Asset Management Co. Ltd Terra Forvaltning AS TerraVerde Capital Management LLC TfL Pension Fund The ASB Community Trust The Brainerd Foundation The Bullitt Foundation The Central Church Fund of Finland The Children s Investment Fund Management (UK) LLP The Collins Foundation The Co-operative Asset Management The Co-operators Group Ltd The Daly Foundation The Environmental Investment Partnership LLP The Hartford Financial Services Group, Inc. The Joseph Rowntree Charitable Trust The Korea Teachers Pension (KTP) The Pension Plan For Employees of the Public Service Alliance of Canada The Pinch Group The Presbyterian Church in Canada The Russell Family Foundation The Sandy River Charitable Foundation The Shiga Bank, Ltd. The Sisters of St. Ann The United Church of Canada - General Council The University of Edinburgh Endowment Fund The Wellcome Trust Third Swedish National Pension Fund (AP3) Threadneedle Asset Management TOBAM Tokio Marine Holdings, Inc Toronto Atmospheric Fund Trillium Asset Management Corporation Triodos Investment Management Tri-State Coalition for Responsible Investment Tryg UBS Unibail-Rodamco UniCreditSpA Union Asset Management Holding AG Union Investment Privatfonds GmbH Unione di BancheItalianeS.c.p.a. Unionen Unipension UNISON staff pension scheme UniSuper Unitarian Universalist Association United Methodist Church General Board of Pension and Health Benefits United Nations Foundation Unity Trust Bank Universities Superannuation Scheme (USS) Vancity Group of Companies VCH Vermögensverwaltung AG Ventas, Inc. Veris Wealth Partners Veritas Investment Trust GmbH Vermont State Treasurer Vexiom Capital, L.P. VicSuper Victorian Funds Management Corporation VietNam Holding Ltd. Voigt & Coll. GmbH VOLKSBANK INVESTMENTS Waikato Community Trust Inc Walden Asset Management, a division of Boston Trust & Investment Management Company WARBURG - HENDERSON Kapitalanlagegesellschaftfür ImmobilienmbH WARBURG INVEST KAPITALANLAGEGESELLSCHAFT MBH Water Asset Management, LLC Wells Fargo & Company West Yorkshire Pension Fund WestLB Mellon Asset Management (WMAM) Westpac Banking Corporation WHEB Asset Management White Owl Capital AG Winslow Management, A Brown Advisory Investment Group Woori Bank Woori Investment & Securities Co., Ltd. YES BANK Limited York University Pension Fund Youville Provident Fund Inc. Zegora Investment Management ZevinAssetManageme 7

8 Sommaire Preface 2 Membres du CDP 2 Signataires du CDP 3 Sommaire 8 Avis important 9 Avant-Propos du PDG 10 Avant-Propos du Commissaire Européen pour l Environnement 11 Avant-Propos du Managing Director d Accenture 12 Executive Summary 13 Analyse des tendances clés Les entreprises françaises s engagent de plus en plus à limiter leurs émissions carbone 14 a. Enquête CDP 2012 : les grandes entreprises montrent l exemple en termes de transparence 14 b. L'engagement croissant des entreprises dans la réduction de leurs émissions est tiré par l amélioration de l'efficacité énergétique 16 c. La perception des risques dus au changement climatique, déjà élevée en 2010, continue de croître Investir dans l efficacité énergétique pour réduire les coûts : les stratégies à long terme de la France a. Augmentation du prix de l'énergie et pression réglementaire : les investissements énergétiques déclarés par les entreprises françaises doublent entre 2011 et 2012 b. Leviers de l investissement : les entreprises se conforment aux contraintes réglementaires, mais s engagent également en interne c. Contrairement à la tendance mondiale, les entreprises françaises se distinguent par des investissements avec des retours sur investissement plus longs 3. Les modèles économiques et les organisations évoluent lentement face aux enjeux environnementaux a. Les entreprises françaises sont de plus en plus sensibles à la demande du marché en produits et services respectueux de l environnement b. Néanmoins les engagements énergétiques européens sont timorés au regard de ceux du reste du monde c. Les entreprises doivent se transformer plus en profondeur pour faire du changement climatique une opportunité de croissance Indice CDLI en France (2012) 28 Indice CPLI en France (2012) 29 Conclusion 30 Annexes 32 Analyse générale des secteurs 32 Analyse sectorielle 33 Aperçu des émissions déclarées 43 8

9 Avis important Le contenu de ce rapport peut être utilisé par quiconque avec une attestation émise par le CDP (Carbon Disclosure Project). Ceci n est pas une autorisation permettant de représenter ou revendre les données récoltées par CDP ou ses collaborateurs et présentées dans ce rapport. Si c est votre intention, vous devrez d abord obtenir la permission de CDP avant de se faire. Accenture et le CDP ont préparé les données et l analyse de ce rapport en utilisant les réponses présentées dans la demande d information du CDP Aucune représentation ou garantie (exprès ou tacite) n est accordée par Accenture ou le CDP concernant l exactitude ou l intégralité de l information et des opinions contenues dans le présent rapport. Vous ne devriez pas agir en fonction de l information contenue dans cette publication sans avoir requis l avis particulier d un professionnel. Dans la mesure prévue par la loi, Accenture et CDP n acceptent ni n assument la responsabilité ou l obligation de diligence pour toute conséquence si vous ou quiconque avez agi ou vous êtes abstenu d agir en vous fondant sur l information contenue dans le présent rapport ou pour toute décision s y fondant. Toute l information et tous les points de vue de la présente émis par le CDP et/ou Accenture sont fondés sur leur jugement au moment où le rapport a été publié et sont sujets à changement sans préavis en raison des facteurs économiques, politiques et particuliers aux secteurs d activité et des entreprises. Les commentaires des invités qui se trouvent dans ce rapport reflètent l opinion de leurs auteurs respectifs. Leur inclusion ne signifie pas que nous les approuvons. Accenture, le CDP et les membres affiliés des entreprises, ou leurs actionnaires, membres, partenaires, principaux, directeurs, officiers et/ou employés respectifs peuvent avoir une position sur les titres des entreprises dont il est fait mention dans la présente. Ces titres d entreprise mentionnés dans ce document peuvent ne pas être offerts à la vente dans certains états ou pays, peuvent ne pas convenir à tous les types d investisseurs. Leur valeur et les revenus afférents peuvent fluctuer et/ou être affectés négativement par le taux de change. Les citations des entreprises ont été traduites de l anglais au français par Accenture France. «CDP» se rapporte à Carbon Disclosure Project, une entreprise du Royaume-Uni, limitée par garantie, inscrite sous le numéro d enregistrement d un organisme de bienfaisance du Royaume-Uni. Aux États-Unis, le CDP est un projet spécial du Rockefeller Philantrophy Advisors. Les citations des entreprises ont été traduites de l anglais au français par Accenture France. 9

10 Avant-Propos du PDG «La comptabilisation et l évaluation du capital naturel de la planète sont fondamentaux pour instaurer la stabilité et la prospérité économique.» 10 La pression sur les entreprises à construire un avenir durable pour leurs sociétés est croissante. La crise de la dette qui a frappé de nombreuses régions du monde, a démontré que le court-termisme peut apporter un système économique établi au point de rupture. Par le fait même que certaines économies nationales ont été mises à genoux au courant des derniers mois, on est aussi rappelé que la nature est menacée par l épuisement des ressources naturelles de la planète et de l augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Des entreprises et des économies mondiales ont déjà été touchées par la fréquence et la gravité accrue des phénomènes météorologiques extrêmes, liés de plus en plus au changement climatique d après les scientifiques. Cette année, les mauvaises récoltes dues aux anomalies météorologiques ont secoué l industrie agricole. En conséquence, le prix du blé, du maïs et du soja ont atteint des records. L année dernière, Intel a perdu 1 milliard de dollars en chiffre d affaires et l industrie automobile japonaise a perdu 450 millions de dollars en profits suite aux inondations qui ont interrompus les opérations de leurs fournisseurs en Thaïlande. Il est primordial que nous intégrions les coûts des dégâts environnementaux futurs dans les décisions d aujourd hui en mettant un prix effectif sur le carbone. Malgré la lenteur de la réglementation, un nombre croissant de régions ont mis en place une tarification du carbone grâce aux impôts sur le carbone ou par le biais de plafonnement et d échange. La solution la plus établie reste le système communautaire d échange de quotas (SCEQE) de l Union européenne mais des avancements ont également été réalisés en Australie, en Californie, en Chine et au Corée du Sud, entre autres. Il n a jamais été aussi important de prendre les bonnes décisions au sujet du changement climatique. Pour se faire, les investisseurs, les entreprises et les gouvernements doivent être fournis avec des informations fi ables sur la façon dont les entreprises gèrent leur réponse au changement climatique et atténuent les risques reliés à la pénurie de ressources naturelles. CDP a mis en œuvre le seul système mondial qui recueille de l information sur le comportement des entreprises en ce qui concerne le changement climatique et la rareté de l eau, et ce au nom des diverses forces du marché, dont les actionnaires et les sociétés d investissement. CDP travaille à accélérer l action sur le changement climatique par le biais de déclaration et plus récemment, à travers son programme Action Carbone. En 2012, de la part des signataires investisseurs de l Action Carbone, CDP a engagé 205 entreprises du Global 500 en leur demandant de fixer un objectif de réduction d émissions; 61 de ces entreprises l ont maintenant fait. CDP continue d évoluer et de répondre aux besoins du marché. Cette année, nous avons annoncé la fusion du Forest Footprint Disclosure Project du Global Canopy Program avec le CDP au cours des deux prochaines années. Intégrer les forêts dans le système CDP, qui sont à la fois liées à la sécurité climatique et à l eau, permettra aux entreprises et aux investisseurs de compter sur une source de données primaires pour l ensemble de ces questions interdépendantes. La comptabilisation et l évaluation du capital naturel de la planète sont fondamentaux pour instaurer la stabilité et la prospérité économique. Les entreprises travaillant à dissocier les émissions gaz à effet de serre des rendements financiers ont le potentiel de trouver des bénéfices à court et à long terme, d assurer des revenus durables et un avenir plus viable. Paul Simpson PDG du Carbon Disclosure Project

11 Avant-Propos du Commissaire Européen pour l Environnement «Nous devons passer d une vision de court terme à une vision au long terme qui nous permettra de voir clairement qu il existe un lien entre efficacité énergétique et l exploitation des ressources naturelles et une meilleure rentabilité, et nous pourrons ainsi progresser sur les deux tableaux.» Alors que le monde se débat pour sortir de la crise financière et économique, nous devons regarder vers l avenir et nous concentrer sur les emplois et la croissance, mais aussi sur le type de croissance que nous voulons. Nous ne pouvons plus continuer à ignorer la gravité de la dette envers notre capital naturel. La dégradation de l environnement est partout et de plus en plus évidente. L état des océans, des sols, des forêts, de la biodiversité ainsi que les impacts du changement climatique ne sont que quelques signes de dégradation que nous commençons à apercevoir. Ceci aura de graves conséquences, non seulement sur la santé et l environnement, mais aussi sur l économie. Si nous ne voulons pas que la pénurie de ressources naturelles soit une contrainte majeure pour la croissance dans un futur proche, nous devons promouvoir la compétitivité, la prospérité et la qualité de vie dans les limites de notre planète. C est pourquoi la Commission Européenne met au cœur de son programme de transformation économique, l efficacité de l exploitation de ressources naturelles. L objectif est d atteindre une croissance responsable, respectueuse de l environnement, en dissociant l utilisation des ressources naturelles de la croissance économique, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. naturelles. Cela reflète un changement important dans l approche des sociétés. Les entreprises ont besoin de signaux forts, et plus encore d une vision à long terme nécessaire pour la stabilité économique. Ceci permettra aux entreprises d investir en anticipant des retours sur investissement positifs. Les autorités publiques se doivent de donner les signaux adéquats, les incitations fiscales, l orientation et surtout de démontrer son leadership. Nous devons passer d une vision de court terme à une vision au long terme qui nous permettra de voir clairement qu il existe un lien entre efficacité énergétique et l exploitation des ressources naturelles et une meilleure rentabilité, et nous pourrons ainsi progresser sur les deux tableaux. Notre ressource la plus importante est notre capital naturel et les avantages que nous en tirons année après année. Si nous érodons ce capital pour des gains à court terme, nous mettons tout simplement en péril notre futur. Il n y aura pas de croissance à l avenir si elle n est pas durable et si elle n utilise pas efficacement les ressources naturelles. Ceci est déjà aujourd hui nécessaire, vital pour les générations futures. Dr Janez PotoČnik Membre de la commission Européenne L incidence considérable de l efficacité des ressources sur le changement climatique est trop souvent sous-estimée. C est pourquoi je salue la vision du CDP d élargir son champ d application pour inclure le capital et les ressources 11

12 Avant-Propos du Managing Director d Accenture «Les entreprises françaises sont de plus en plus sensibles à la demande du marché en produits et services respectueux de l environnement.» Nos études et travaux, cette année, mettent en avant une prise de conscience croissante des enjeux liés au développement durable, en particulier sur les Très Grandes Entreprises qui poursuivent la mise en œuvre opérationnelle de leur stratégie carbone et énergétique, malgré la pression des marchés. Le taux de réponse à l enquête CDP 2012 parmi les entreprises du CAC 40 (97%) traduit la très forte implication des plus grandes entreprises françaises (même s il faut souligner que le taux de réponses des entreprises du SBF250 stagne à 32%, soit un niveau similaire à celui de 2010 et 2011 ). L enquête CDP France 2012 révèle l engagement croissant des entreprises à adopter une démarche de transparence et à limiter leurs émissions de carbone : Entre 2010 et 2011, les prix de l énergie ont fortement augmenté (+12,3%), de par l augmentation des prix des produits pétroliers (+15,8%) et l augmentation des tarifs de l électricité (+6,5%) ; devant cette augmentation, l efficacité énergétique devient une préoccupation majeure pour les entreprises. L accélération de la réglementation sur ce sujet en Europe les incite à mettre en place des projets de réduction d émissions. Au-delà des contraintes et obligations réglementaires, se dessinent de nouvelles opportunités de développements avec des enjeux stratégiques. L enquête CDP 2012 montre clairement que les entreprises françaises sont de plus en plus sensibles à la demande du marché en produits et services respectueux de l environnement, afin de répondre aux attentes des consommateurs. Les préoccupations environnementales, couplées aux technologies de l information, à la maturité des marchés, à la nécessité d innover et à la situation économique incertaine, font surgir de nouveaux scénarios de croissance - et la façon dont les entreprises pensent celle-ci. A titre d exemple, comment penser le développement durable comme une source de nouveaux modèles économiques/ nouvelles solutions, telles que les solutions de type Contrat Performance Energétique, ou encore les solutions visant à optimiser l équation énergie/mobilité. Enfin, au niveau macroéconomique, l amélioration de l efficacité énergétique s annonce comme une impérieuse nécessité pour la France Afin d être durable, l économie Française doit limiter sa dépendance énergétique dans un contexte de hausse des prix des énergies et de concentration de celles-ci dans un nombre limité de pays. Cédric Vatier Managing Director en charge de la Stratégie et du Développement Durable France & Benelux, Accenture 12

13 Executive Summary Dans ce contexte de changement climatique, mesurer les émissions carbones des entreprises devient une priorité, vu qu un nombre croissant d entreprises doit se conformer aux réglementations, aux attentes de leurs clients, et à celle de leurs actionnaires. Si seulement 32% des entreprises du SBF250 ont répondu au questionnaire CDP 2012 France, 97% des entreprises du CAC40 y ont participé, révélant l importante implication des grandes entreprises vers la transparence et la réduction des émissions. Le chiffre croissant des projets de réduction concerne principalement l efficacité énergétique - 40% des initiatives visant la réduction des émissions étant basée sur le sujet. Cette année, 85% des entreprises du SBF250 ont identifié les risques liés aux changements climatiques qui pourraient avoir un impact majeur sur leurs opérations, leurs revenus ou leurs charges. L engagement des entreprises à réduire leurs émissions carbones et à intégrer les questions environnementales dans leur stratégie est maintenant une nécessité pour faire face à la montée des risques réglementaires et physiques, et à la nécessité de garder une bonne réputation. Comme les coûts ont augmenté, les entreprises françaises ont tendance à dépenser plus d argent dans l énergie, que ce soit pour payer plus de taxes, pour des questions de conformité ou pour des dépenses opérationnelles. Elles investissent aussi plus dans les projets de réduction des émissions carbones, dans le but de réduire leurs coûts et être plus compétitives. Leurs investissements ont ainsi doublé entre 2010 et 2011, pour atteindre 23 milliards d euros. Cependant, on peut noter que ces décisions d investissement sont prises principalement pour des raisons réglementaires 50% des entreprises notant cette raison comme leur principale motivation. L importance des leviers internes augmente : par exemple, 53% des entreprises ont un budget dédié aux projets de réduction des émissions carbones. Les entreprises françaises investissent plus que la moyenne mondiale dans des projets à long terme, vu que 24% des projets ont des retours sur investissement prévu plus de 3 ans après leur début. Ceci prouve qu elles alignent leur stratégie à long terme sur les risques et opportunités environnementales ainsi que sur les nécessités futures concernant l efficacité énergétique. Les Business Models des entreprises françaises évoluent. Mais cette évolution est lente face aux problématiques environnementales majeures. Les entreprises sont informées de l augmentation de la demande en produits et services écologiques, vu que 49% d entre elles considèrent ces changements dans le comportement des consommateurs comme une incitation à transformer leur organisation (opérations, dépenses, etc.). Néanmoins, les engagements écologiques européens sont basés sur des stratégies de défense plutôt que de croissance. En effet, alors qu au niveau mondial, les stratégies des entreprises sont basées sur des attentes de croissance, les entreprises européennes investissent plutôt dans la réduction des coûts. Par ailleurs, il y a plus d entreprises françaises prêtes à promouvoir les produits et services existants (39%) que d entreprises qui souhaitent développer de nouveaux produits écologiques prenant en compte les changements des marchés (26%). Alors que 86% des entreprises françaises intègrent la problématique du changement climatique dans leur stratégie, seul un nombre limité d entreprises leaders transforment leur organisation et adaptent leur Business Model aux besoins en produits et services écologiques du marché. Ainsi, les entreprises françaises doivent transformer encore plus profondément leur organisation, pour augmenter leur compétitivité sur les moyen et long termes. 13

14 Analyse des tendances clés Les entreprises françaises s engagent de plus en plus à limiter leurs émissions carbone Enquête CDP 2012 : les grands groupes montrent l exemple en termes de transparence Face aux objectifs adoptés par l Union Européenne avec le paquet «Energie-climat» et l inscription dans la législation française du «Facteur 4» visant à réduire de 80% ses émissions de carbone entre 1990 et 2050, la mesure des émissions de carbone des entreprises françaises, nécessaire au pilotage de leur réduction, est une étape urgente. Les entreprises françaises, de plus en plus contraintes à publier leurs émissions de carbone, notamment par l obligation réglementaire de l article 225 de la Loi Grenelle II, sont peu à s être imposé une obligation volontaire supplémentaire : seul un petit nombre d entre elles ont joué le jeu de la transparence pour l enquête CDP Le taux de réponses des entreprises du SBF250 à la sollicitation du CDP stagne cette année à 32%, contre 31% en 2010 et 33% en Sur ce point, la France se place au rang de mauvais élève, derrière ses voisins européens qui affichent en moyenne des taux de réponses de 49%. Néanmoins, le taux de réponses parmi les entreprises du CAC 40 (97%) traduit la très forte implication des plus grandes entreprises françaises. Le secteur des services aux collectivités publiques, sensibilisé au problème des émissions par un cadre réglementaire contraignant, en particulier dans le contexte des Plans Climat-Energie territoriaux, se distingue avec un taux de réponse de 57% (lié à la participation d EDF, GDF Suez, Suez Environnement et Veolia Environnement pour 7 entreprises sollicitées du secteur, conformément à la classification CDP). A l inverse, celui de la santé affiche le plus faible taux (9%) avec 2 entreprises répondantes sur 23 sollicitées. Pour autant, les entreprises françaises répondantes en 2012 affichent un bon niveau de transparence. Elles obtiennent cette année un score de transparence moyen de 67/100 selon la notation de transparence du CDP. Par ailleurs, le score moyen des 20 meilleures entreprises françaises en termes de transparence est en progression, passant de 82/100 en 2010 à 91/100 en Enfin, 80% des entreprises répondantes ont souhaité rendre publics leurs résultats. Les entreprises françaises se distinguent par leur excellent taux de reporting de leurs émissions Scope 1 et 2 1, atteignant un taux de réponse de 96% 2 pour le Scope 1 avec une valeur globale de 653 millions de tonnes de CO 2, tandis que le taux de réponse des émissions Scope 2 s élève à 94% pour une valeur totale de 77 millions de tonnes de CO

15 1 TAUX DE PARTICIPATION DES ENTREPRISES AU CDP 2012 Moyenne pays voisins* 49 France SBF * Moyenne calculée à partir des taux de participation à l'enquête CDP 2012 des entreprises du DACH (Allemagne, Autriche, Suisse), de l Espagne, de l Irlande, de l Italie, des Nordiques, et du Royaume-Uni «Ces résultats témoignent d une très bonne prise de conscience des entreprises françaises de l importance de la mesure de leurs émissions, tant pour des raisons réglementaires que pour leur propre compétitivité.» Accenture 2 TAUX DE PARTICIPATION SECTORIEL DES ENTREPRISES FRANÇAISES À L'ENQUÊTE CDP 2012 Services aux collectivés 57% Industrie 43% Biens de consommation courante 38% Biens de consommation cyclique 37% Télécommunications 33% Banques, assurances, immobilier et services financiers 31% Matériaux 31% Technologies de l information 23% Energie 20% Santé 9% 0% 10% 20% 30% 40% Données CDP France Base: 250 entreprises sollicitées (SBF250). 50% 60% 3 POURCENTAGE DE RÉPONSES PUBLIQUES ET NON PUBLIQUES PAR SECTEUR Publiques Non publiques Bien de consommation cyclique 13 6 Bien de consommation courante 4 2 Energie 1 Banques, assurances, immobilier et services financiers 11 Santé 1 1 Industrie 17 4 Technologies de l'information 8 2 Matériaux 5 Télécommunications 1 Services aux Collectivités 3 1 0% 20% 40% 60% 80% 100% 15

16 Par ailleurs, la France se place en bonne position avec 45% des entreprises reportant au moins 2 catégories d émissions du Scope 3, contre 42% en moyenne chez ses voisins. Alors que 34% des entreprises ne reportent aucun chiffre d émissions Scope 3, seules 15% d entre elles ne déclarent pas être concernées par des émissions du Scope 3, ce qui montre la difficulté des entreprises à mesurer ce type d émissions. Ce sont les biens et services achetés (23%) ainsi que les voyages d affaires (23%) qui se placent à la première place des catégories reportées par les entreprises pour les sources d émissions du Scope 3. Par ailleurs, les entreprises les mieux classées en termes de performance carbone selon les critères de notation du CDP, sont les entreprises qui choisissent de reporter leurs résultats d émissions de CO 2, que ce soit pour le scope 1, 2 ou 3. En effet, la totalité des entreprises du top 20 reportent leurs scopes 1 et 2 et les contrôlent. Ces résultats témoignent d une très bonne prise de conscience des entreprises françaises de l importance de la mesure de leurs émissions, tant pour des raisons réglementaires que pour leur propre compétitivité. L engagement croissant des entreprises dans la réduction de leurs émissions est tiré par l amélioration de l efficacité énergétique En 2012, 72% des entreprises répondantes ont défini un objectif de réduction de leurs émissions de CO 2. L engagement des entreprises françaises à réduire leurs émissions est en léger progrès : 66 % des entreprises affichaient un objectif de réduction en 2010 et 69% en Les objectifs exprimés de manière relative, selon une variable telle que le chiffre d affaires, les Equivalents Temps Plein (ETP) ou encore les tonnes de produits, prennent un poids croissant dans les objectifs de réduction des émissions des entreprises, en passant de 49% à 53% entre 2011 et Ces objectifs sont à atteindre sur une période dont la durée moyenne est de 7 ans, mais ceci est très variable d une entreprise à une autre, allant d objectifs annuels comme Danone qui s est engagée à réduire de 7% ses émissions tous Scopes rapportées aux tonnes de produits entre 2010 et 2011, à des objectifs sur 30 ans pour Lafarge qui s engage à réduire d un tiers ses émissions Scope 1 rapportées aux tonnes de ciment par rapport à 1990, voire sur 50 ans pour la réduction de 75% des émissions Scope 3 par passager kilomètre d EADS par rapport à Par ailleurs, sur 41 entreprises s imposant un ou plusieurs objectifs de réduction, 21 en cumulent plus de deux, comme Danone qui s est également engagée à diminuer de 30% sur 5 ans ses émissions par tonne de produit entre 2007 et NOMBRE DE CATÉGORIES DE SCOPE 3 DÉCLARÉES 34% 21% 17% 22% 2% 4% POURCENTAGE DES CATÉGORIES REPORTÉES EN SCOPE 3 31 Voyages d'affaires 4 Bien d'équipement 12 Approvisionnement et distribution 9 Déplacements des employés 9 Activités liées au fuel et à l'énergie, non compris dans les scopes 1&2 1 Autre (en aval) 3 Autre (en amont) 30 Bien et services achetés 1 Actifs alloués en amont 8 Transports d'approvisionnement et distribution 16 Utilisation de produits vendus 8 Déchets générés 6% 23% 12% 1% 6% 3% 9% 7% 23% 7% 16 2% 1%

17 6 POURCENTAGE D'ENTREPRISES REPORTANT LEURS ÉMISSIONS, SELON LEUR APPARTENANCE OU NON AUX 20 MEILLEURES ENTREPRISES EN TERMES DE PERFORMANCE CARBONE Top 20 Total Déclare Scopes 1+2 Déclare Scopes 3 Rémplit les critères du Scope 1+2 Rémplit les critères du Scope 3 «Les services de Veolia Environnement visent à optimiser l utilisation des déchets pour générer de l énergie thermique ou de l électricité, et à préserver les ressources par le recyclage. L énergie générée par le traitement des déchets et la valorisation des matériaux a permis d éviter l émission de 7,3 millions de tonnes de carbone de tierces parties.» Veolia Environnement 0% 20% 40% 60% 80% 100% Données CDP France Base: 80 entreprises 7 OBJECTIFS DE RÉDUCTION DES ÉMISSIONS ACTIFS (EN COURS OU ATTEINTS) PENDANT L'ANNÉE DE REPORTING Objectif absolu et d'intensité Objectif absolu 28% % Objectif d'intensité Pas d'objectif * 19% 39% Données CDP France Base 2012 : 80 entreprises * Pas d'objectif = réponse négative ou absence de réponse 8 EMISSIONS COMBINÉES SCOPE 1 ET 2 POUR L'ANNÉE DE REPORTING PAR UNITÉ MONÉTAIRE DES REVENUS TOTAUX (KTONNES DE CO 2 / CA) Bien de consommation cyclique Industrie Matériaux 158 Services aux Collectivités 131 Télécommunications 30 Biens de consommation courante 18 Technologies de l'information 13 Banques, Assurances, Immobilier et Services Financiers Données CDP France Base 2012 : 65 entreprises

18 En termes de résultats, malgré des disparités de pertinence selon les secteurs, l intensité des émissions en fonction des revenus place les secteurs de l industrie et des biens de consommation cycliques en tête des plus forts ratios d émissions sur chiffre d affaires 4. Les ratios des émissions par ETP font apparaître des résultats très différents, plaçant les secteurs des matériaux et des services collectifs en tête des moyennes sectorielles d émissions rapportées aux ETP. La démarche de réduction, qui dépasse le cercle interne de l entreprise pour un certain nombre d entre elles, peut également être évaluée au regard des émissions évitées par des tiers. Les entreprises répondantes signalent pour 49% d entre elles que l utilisation de leurs biens ou services permettent directement à des tiers de réduire leurs émissions. Parmi elles, Veolia Environnement souligne notamment l impact positif du processus de recyclage dans la diminution des rejets d émissions. Les objectifs de diminution des émissions se traduisent en projets concrets, et les résultats montrent que les initiatives précèdent les engagements chiffrés, puisque 73 entreprises, soit 91% du périmètre répondant, déclarent que des initiatives de réduction de leurs émissions sont actives en Ce chiffre, en progrès par rapport à 2010 où 70% des entreprises déclaraient des projets de réduction, est néanmoins en léger retrait par rapport à l année 2011 où 79 entreprises soit 95% des répondantes en signalaient, toutefois cette évolution s explique également par le changement du périmètre des entreprises répondantes d une année sur l autre. Les projets de réductions d émissions déployés en 2012 portent, pour 41% d entre eux, sur l amélioration de l efficacité énergétique. De nombreuses initiatives concernent l optimisation de la consommation énergétique des lieux de travail : efficacité énergétique des matériaux des bâtiments, mise en place de services à plus forte efficacité énergétique tels que les éclairages à faible consommation ou détecteurs de présence pour l éclairage et l air conditionné (Safran, Société Générale). Les stratégies Green IT (Lafarge, Société Générale, Eiffage, SEB AB, EDF, EADS, AXA, Bouygues) sont au cœur de ces démarches. D autres projets d efficacité énergétique concernent l amélioration des processus de production. Renault améliore l efficacité énergétique de ses usines en optimisant l utilisation des différentes sources d énergie tout au long de la chaine de production. Ces initiatives d efficacité énergétique résultent parfois d un audit de performance énergétique, qui souligne les éventuels gaspillages et propose des mesures pour y remédier (Société Générale, Michelin, Atos, L Oréal, PSA Peugeot Citroën). De manière globale, les engagements des entreprises portent leurs fruits puisque 58% des diminutions d émissions enregistrées sont dues à des activités de réduction des émissions menées par les entreprises. La perception des risques dus au changement climatique, déjà élevée en 2010, continue de croître En 2012, 85% des entreprises signalent que des risques (actuels ou futurs) liés au changement climatique peuvent potentiellement affecter significativement leurs opérations, revenus ou dépenses. Cette perception des risques déjà forte en 2010 et 2011, avec un taux constant sur les deux années de 82% des entreprises identifiant au moins un risque, a donc encore progressé. Les entreprises identifient pour 81% d entre elles des risques de nature réglementaire, pour 66% de nature physique, et pour 56% d une autre nature. La réglementation, en représentant 40% du total des risques identifiés, se place en tête de liste. Les facteurs de risques réglementaires sont multiples, et parmi eux, la faiblesse et l incertitude réglementaires occupent une place non négligeable. La taxation carbone reste identifiée comme un risque pour 14% des entreprises répondantes. Parmi les facteurs de risques physiques, un tiers relève des changements dans les températures extrêmes, les précipitations extrêmes et la sécheresse. En ce qui concerne les autres risques liés au changement climatique, deux facteurs se distinguent : le risque de réputation est le premier avec 37%, suivi par le changement de comportement des consommateurs avec 30%. «La stratégie Green IT est une initiative volontaire lancée en 2008 par AXA Technology Services (AXA Tech), la filiale IT du Groupe [...]. Plusieurs actions ont été déployées pour diminuer la consommation liée au refroidissement des serveurs et des PC. En termes de réduction d émissions de CO 2, la stratégie Green IT a déjà conduit à des économies de 4547 tonnes de CO 2 entre 2010 et 2011.» AXA 18

19 9 TYPES D'INITIATIVES DE RÉDUCTION DES ÉMISSIONS MISES EN PLACE 161 Efficacité énergétique 44 Changement des comportements 3 Réduction des émissions fugitives 67 Installations et achats d'énergies à faible impact carbone 18 Autres 26 Processus de réduction d'émissions 17 Conception de produits 57 Transports 11 RISQUES RÉGLEMENTAIRES IDENTIFIÉS 26 Systèmes d'échanges et de quotas 32 Taxes carbone 28 Obligations de reporting des émissions 20 Taxes et réglementation des énergies 38 Accords internationaux et réglementation générale 30 Réglementations produits 26 Faiblesse ou incertitude réglementaire 32 Autres 14% 41% 11% 14% 4% 12% 7% 14% 5% 9% 17% 11% 1% Données CDP France Base 2012 : 70 entreprises 11% 16% 13% Données CDP France2012. Base 2012 : 80 entreprises 10 RISQUES (ACTUELS OU FUTURS) LIÉS AU CHANGEMENT CLIMATIQUE IDENTIFIÉS PAR LES ENTREPRISES COMME POUVANT POTENTIELLEMENT AFFECTER SUBSTANTIELLEMENT LEURS OPÉRATIONS, REVENUS OU DÉPENSES 65 Risque réglementaire 53 Risque physique 45 Autres risque 12 RISQUES PHYSIQUES IDENTIFIÉS 43 Changement des températures et précipitations extrêmes 20 Changement des moyennes des précipitations et températures 16 Cyclones tropicaux 15 Eaux, glaces, neiges 14 Incertitude sur les risques physiques 13 Autres facteurs climatiques 12 Changement touchant les ressources naturelles 11 Changement des précipitations 40% 8% 30% 8% 28% 9% 10% 14% 32% 10% 11% Données CDP France2012. Base 2012 : 80 entreprises Données CDP France2012. Base 2012 : 80 entreprises 19

20 Analyse des tendances clés Investir dans l efficacité énergétique pour réduire les coûts : les stratégies à long terme de la France Augmentation du prix de l énergie et pression réglementaire : les investissements énergétiques déclarés par les entreprises françaises doublent entre 2011 et 2012 Pour 45% des entreprises répondantes, l énergie représente moins de 5% de leurs dépenses opérationnelles. En revanche, entre 2010 et 2011, les prix de l énergie ont fortement augmenté (+12,3%), de par l augmentation des prix des produits pétroliers (+15,8%) et l augmentation des tarifs de l électricité (+6,5%). 5 Devant cette augmentation attendue des coûts de l énergie, l efficacité énergétique devient une préoccupation pour les entreprises. L accélération de la réglementation sur ce sujet en Europe les incite à mettre en place des projets de réduction d émissions. En plus des dépenses énergétiques, les coûts opérationnels augmentent également sous l effet du coût des taxes et des ressources humaines nécessaires au reporting carbone par exemple. 64% des entreprises répondantes soulignent ainsi cette hausse des coûts due à la réglementation. Les données CDP 2012 révèlent d ailleurs que 30% des 20 entreprises les plus performantes en termes de réduction des émissions ont qualifié l inefficacité énergétique comme un risque d origine réglementaire, contre 19% des entreprises françaises répondantes. Au-delà de l énergie, l incertitude sur le prix du carbone à long terme pèse sur la planification financière et sur les marges opérationnelles, en particulier pour les industries intensives en carbone. Cette volatilité des marchés carbone est un facteur de risque supplémentaire mis en avant dans les réponses fournies au CDP. Devant ces risques, les entreprises disent investir et engager des programmes de réduction de leurs émissions et plus généralement de leur consommation énergétique. Dans de nombreux secteurs d activités comme les télécommunications (France Telecom), la banque et services financiers (BNP Paribas) ou encore les industries d extraction et de transformation (Lafarge, Air Liquide), les entreprises françaises ont mis en place des projets d efficacité énergétique pour compenser la hausse de leurs coûts opérationnels et maitriser les risques énergétiques, réglementaires, et ceux liés aux marchés carbone. A périmètre constant, les investissements déclarés des entreprises françaises dans la réduction des émissions ont ainsi été multipliés par 1,2 entre 2011 et 2012 et représentent ainsi 23 milliards d euros en 2012 pour 70 entreprises répondantes. Leviers de l investissement : les entreprises se conforment aux contraintes réglementaires, mais s engagent également en interne Parmi les entreprises répondantes, 50% citent la réglementation comme un des leviers d investissement dans des projets de réduction des émissions, ce qui positionne ainsi la règlementation comme étant la première raison qui incite les entreprises françaises à investir. C est là un point qui différencie les entreprises françaises de celles du Global 500, puisqu au niveau mondial la réglementation n est que le deuxième levier d investissement, derrière l existence d un budget dédié à l efficacité énergétique. Au-delà des contraintes réglementaires, 53% des entreprises répondantes françaises en 2012 ont également un budget dédié aux projets visant un impact environnemental, même si ce budget est de taille plus modeste que celui de la conformité réglementaire. Que ce soit pour améliorer leur efficacité énergétique, pour faire de la recherche et développement sur des produits à faible impact carbone ou pour toute autre initiative de réduction de leurs émissions, les entreprises françaises peuvent compter sur leurs chercheurs, ingénieurs et commerciaux pour contribuer à la réduction de leurs émissions et à celles de leurs clients. La comparaison des différents moteurs à l investissement sur les deux dernières années révèle que l importance relative de l optimisation de la performance financière diminue, alors que l influence de l engagement interne des entreprises sur la décision d investir se renforce, comme le montre entre autres l existence de budgets dédiés. L incertitude sur le prix du carbone à long terme peut mettre à mal des investissements dont le délai de retour sur investissement est trop long ou trop incertain. Afin de soutenir ces projets, les entreprises se fixent en interne un prix du carbone pour leurs prévisions financières et anticipent les variations ou s en affranchissent ainsi. Total par exemple fixe le prix de 25 par tonne de CO 2 émis et Gecina 32 par tonne, ce qui permet de mettre en avant de fortes économies grâce à des projets de réduction des émissions. Enfin, si certaines entreprises, comme Steria, Legrand, Sodexo ou encore Eurotunnel, investissent pour rester conformes sur le long terme avec les normes environnementales en vigueur ou pressenties, elles insistent également sur le rôle de leurs salariés dans la réduction de leurs émissions : partage de bonnes pratiques, proposition de solutions pour limiter les émissions, puis participation active aux initiatives choisies ; les salariés initient et mettent en œuvre les changements afin de réduire l impact carbone de leur entreprise. 20

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Féminisation des banques et performances économiques?

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Féminisation des banques et performances économiques? Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Féminisation des banques et performances économiques? 2012 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu En septembre 2008 «Si Lehman Brothers s était

Plus en détail

Rapport Canada 200 du CDP 2011

Rapport Canada 200 du CDP 2011 Rapport Canada 200 du CDP 2011 Concrétiser des possibilités par une gestion efficace des changements climatiques par les entreprises Rapport compilé pour le compte de 551 investisseurs institutionnels

Plus en détail

Rapport Canada 200 du CDP 2011

Rapport Canada 200 du CDP 2011 Rapport Canada 200 du CDP 2011 Concrétiser des possibilités par une gestion efficace des changements climatiques par les entreprises Rapport compilé pour le compte de 551 investisseurs institutionnels

Plus en détail

Top 40 des gestionnaires de fonds

Top 40 des gestionnaires de fonds Top 40 des gestionnaires de fonds Avantages vous présente son classement des 40 plus importants gestionnaires d actifs de retraite au Canada. Malgré un environnement de faibles taux d intérêt et l incertitude

Plus en détail

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Sommaire I - La mutation permanente du secteur bancaire français 1.1 - Le poids économique du secteur bancaire et financier 1.2 - L indispensable

Plus en détail

N Dénomination Pays d'origine Type de passeport Services / Activités en cours de validité

N Dénomination Pays d'origine Type de passeport Services / Activités en cours de validité Directive MIF Liste des Sociétés de Gestion de Portefeuille Etrangères titulaires du Passeport européen en France et des services / activités 1 1 ACCION H.V. PAYS-BAS Libres Prestations de Services (LPS)

Plus en détail

Avril 2014. Classement de la Gestion Déléguée Institutionnelle en France IX e édition. Amsterdam Dubai London Montréal Munich New York Paris

Avril 2014. Classement de la Gestion Déléguée Institutionnelle en France IX e édition. Amsterdam Dubai London Montréal Munich New York Paris Classement de la Gestion Déléguée Institutionnelle en France IX e édition Avril 2014 Amsterdam Dubai London Montréal Munich New York Paris This report is solely for the use of client personnel. No part

Plus en détail

Archives des déclarations de participation reçues depuis le 1 er septembre 2008

Archives des déclarations de participation reçues depuis le 1 er septembre 2008 Archives des déclarations de participation reçues depuis le 1 er septembre 2008 Date de (1) 20 octobre 2008 AXA S.A. AXA Rosenberg AllianceBernstein AXA Investment Managers 23 octobre 2008 Rebelco SA 31

Plus en détail

La construction durable : quelle stratégie d innovation d. Pascal Casanova, Directeur R&D, Lafarge

La construction durable : quelle stratégie d innovation d. Pascal Casanova, Directeur R&D, Lafarge La construction durable : quelle stratégie d innovation d? Pascal Casanova, Directeur R&D, Lafarge Le béton est le matériau le plus utilisé sur la planète après l eau et le plus largement disponible Materials

Plus en détail

Informations sur Atradius Notation

Informations sur Atradius Notation Informations sur Atradius Notation Décembre 2013 Atradius N.V. Atradius est le numéro 2 mondial de l assurance-crédit et du cautionnement, et le leader de ces solutions pour les multinationales, avec une

Plus en détail

Baromètre F2iC FactSet - OpinionWay. La détention par les fonds ouverts (OPCVM français et étrangers) des sociétés du CAC 40

Baromètre F2iC FactSet - OpinionWay. La détention par les fonds ouverts (OPCVM français et étrangers) des sociétés du CAC 40 Baromètre F2iC FactSet - OpinionWay La détention par les fonds ouverts (OPCVM français et étrangers) des sociétés du CAC 40 Introduction Les informations présentes dans ce baromètre sont issues de la base

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Vérification interne et externe : exemples et bénéfices 25 novembre 2009 Institut de la Gestion Financière du Canada:

Plus en détail

Top 40 des gestionnaires de fonds

Top 40 des gestionnaires de fonds Une fois de plus, Avantages vous propose son Top 40 des plus importants gestionnaires de fonds de au Canada. D entrée de jeu, on peut remarquer que seuls les trois premiers gestionnaires de fonds de ce

Plus en détail

Découvrir les coûts cachés de votre centre informatique Le point de vue d un chef des services financiers

Découvrir les coûts cachés de votre centre informatique Le point de vue d un chef des services financiers Les Services technologiques mondiaux Leadership d opinion Découvrir les coûts cachés de votre centre informatique Le point de vue d un chef des services financiers De Steven L. Sams Centre informatique

Plus en détail

Rapport 2006 du Carbon Disclosure Project Canada 280 225 investisseurs possédant des actifs de 31 billions de dollars

Rapport 2006 du Carbon Disclosure Project Canada 280 225 investisseurs possédant des actifs de 31 billions de dollars Rapport 2006 du Carbon Disclosure Project Canada 280 225 investisseurs possédant des actifs de 31 billions de dollars Rapport rédigé par : Le Conference Board du Canada Principal parrain financier : Le

Plus en détail

PROFIL ET RENDEMENT DES INSTITUTIONS MEMBRES

PROFIL ET RENDEMENT DES INSTITUTIONS MEMBRES PROFIL ET RENDEMENT DES INSTITUTIONS MEMBRES 4 Une protection sur laquelle les Canadiens peuvent compter RAPPORT ANNUEL 2 010 DE LA SADC 4 Cette partie du rapport annuel donne un aperçu de nos institutions

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Le 1 er décembre 2015 La Banque Postale Asset Management - 34, rue de la Fédération - 75737 Paris Cedex 15

Plus en détail

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés L empreinte carbone des banques françaises Résultats commentés Le cabinet de conseil Utopies et l association Les Amis de la Terre publient le 22 novembre 2010 l empreinte carbone des groupes bancaires

Plus en détail

L acceptabilité des fonds souverains

L acceptabilité des fonds souverains L acceptabilité des fonds souverains Pierre-Ignace Bernard Directeur Associé, McKinsey Ce rapport est exclusivement réservé au personnel de notre client. Il ne peut être diffusé, cité ni reproduit, intégralement

Plus en détail

UIPF Genève - 7 novembre 2007. Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et Investissement socialement responsable (ISR)

UIPF Genève - 7 novembre 2007. Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et Investissement socialement responsable (ISR) UIPF Genève - 7 novembre 2007 Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et Investissement socialement responsable (ISR) Jean Laville, Directeur Adjoint Ethos Place Cornavin 2, case postale, 1211 Genève

Plus en détail

Allianz Life Luxembourg

Allianz Life Luxembourg Allianz Life Luxembourg L assurance vie européenne entièrement personnalisée Le savoir d un grand groupe au service de chaque investisseur Allianz Life Luxembourg, compagnie d assurance vie luxembourgeoise

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

Sun Life du Canada, ompagnie d assurance-vie

Sun Life du Canada, ompagnie d assurance-vie Sun Life du Canada, ompagnie d assurance-vie Fiches de renseignements Décembre 2013 Table des matières Fonds d actions non-rer du Pacifique-Asie PDG Clarica (75/75)...1 Fonds d actions RER du Pacifique-Asie

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

FONDS BANCAIRE MONDIAL PORTLAND Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement des fonds 31 MARS 2014. conseils en placements

FONDS BANCAIRE MONDIAL PORTLAND Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement des fonds 31 MARS 2014. conseils en placements conseils en placements conseils en placements Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement des fonds 31 MARS 2014 ÉQUIPE DE GESTION DU PORTEFEUILLE Chris Wain-Lowe Vice-président principal et

Plus en détail

Une banque peut-elle être engagée et responsable?

Une banque peut-elle être engagée et responsable? Une banque peut-elle être engagée et responsable? 18 juin 2014 Eric Cochard CSE / Développement Durable 1 La Responsabilité Sociétale d Entreprise (RSE) chez Crédit Agricole CIB 2 La mise en œuvre : les

Plus en détail

Les enjeux stratégiques d une Green Supply Chain. Forum d été 2015 Valérie Moatti, Professeur ESCP Europe

Les enjeux stratégiques d une Green Supply Chain. Forum d été 2015 Valérie Moatti, Professeur ESCP Europe Les enjeux stratégiques d une Green Supply Chain Forum d été 2015 Valérie Moatti, Professeur ESCP Europe Supply Chain Verte 1. Pourquoi une supply chain verte? 2. D où venons nous? 3. Où en sommes-nous?

Plus en détail

Les secteurs de la construction, de l éducation et de la santé les plus exposés aux impayés et retards de paiement

Les secteurs de la construction, de l éducation et de la santé les plus exposés aux impayés et retards de paiement Intrum Justitia Livre Blanc Sectoriel 2014 Les secteurs de la construction, de l éducation et de la santé les plus exposés aux impayés et retards de paiement Communiqué de presse Lyon, le 30 octobre 2014

Plus en détail

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure Un énoncé de position de l AFIC Résumé L infrastructure est un investissement pas une dépense. C est un investissement dans la prospérité économique,

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

BNP Paribas Money Prime Euro SRI

BNP Paribas Money Prime Euro SRI BNP Paribas Money Prime Euro SRI 1 RAPPORT EXTRA-FINANCIER BNP Paribas Money Prime Euro SRI I 29 juin 2012 I Politique d investissement ISR BNP Paribas Money Prime Euro SRI est un fonds monétaire investit

Plus en détail

Sommaire du marché canadien du capital d investissement (CI) Neuf premiers mois de 2015

Sommaire du marché canadien du capital d investissement (CI) Neuf premiers mois de 2015 Sommaire du marché canadien du capital d investissement (CI) Neuf premiers mois de 2015 # TRANSACTIONS EN CI COMPLÉTÉES ET $ PAR PROVINCE 16,3 G$ 1,4 G$ CB 7,5 G$ 219 M$ TRANSACTIONS 133 M$ 4,7 G$ 2,5

Plus en détail

Sommaire du marché canadien du capital d investissement en 2015

Sommaire du marché canadien du capital d investissement en 2015 Sommaire du marché canadien du capital d investissement en 2015 TRANSACTIONS EN CI COMPLÉTÉES ET $ PAR PROVINCE 22,8 G$ TRANSACTIONS Newfoundland & Labrador 3,1 G$ CB 8,0 G$ Alberta 280 M$ Saskatchewan

Plus en détail

Sommaire du marché canadien du capital investissement (CI) Premier semestre de 2015. w w w. c v c a. c a

Sommaire du marché canadien du capital investissement (CI) Premier semestre de 2015. w w w. c v c a. c a Sommaire du marché canadien du capital investissement (CI) Premier semestre de 2015 w w w. c v c a. c a # transactions clôturées en CI et $ par province durant 2015 S1 G$ Nbre total: C-B $ $ $ TRANSACTIONS

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 28 février 2008 C2007-165 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l emploi du 2 janvier

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 21 décembre 2009

COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 21 décembre 2009 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 21 décembre 2009 NE PAS DIFFUSER AUX ETATS-UNIS D AMERIQUE, AU CANADA, EN AUSTRALIE OU AU JAPON REXEL ALLONGE LA MATURITE DE SA DETTE ET AMELIORE SA FLEXIBILITE FINANCIERE

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Haute Ecole de Gestion de Fribourg / Cleantech 31 mars 2011. Investissement Socialement Responsable (ISR) et Carbon Disclosure Project (CDP)

Haute Ecole de Gestion de Fribourg / Cleantech 31 mars 2011. Investissement Socialement Responsable (ISR) et Carbon Disclosure Project (CDP) Haute Ecole de Gestion de Fribourg / Cleantech 31 mars 2011 Investissement Socialement Responsable (ISR) et Carbon Disclosure Project (CDP) Jean Laville, Directeur-adjoint Ethos Fondation Suisse pour un

Plus en détail

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Conduite fin 2009, cette étude porte sur les différents types d organisations des Achats

Plus en détail

L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences?

L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences? L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences? Patrick ARTUS, Directeur de la Recherche et des Etudes, NATIXIS Table Ronde Les

Plus en détail

EXPLORER L ÉCONOMIE COOPÉRATIVE

EXPLORER L ÉCONOMIE COOPÉRATIVE EXPLORER L ÉCONOMIE COOPÉRATIVE RAPPORT 2015 Résumé analytique Antalya, novembre 2015. L Alliance coopérative internationale («l Alliance») lance l Observatoire mondial des coopératives 2015, avec le concours

Plus en détail

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on?

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Consommation Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Depuis la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (adoptée en 1992), le monde industriel et économique a profondément

Plus en détail

Le marché européen du carbone

Le marché européen du carbone Le marché européen du carbone 1. Qu est-ce Que Le sceqe? 2. QueLLes sont Les défaillances du sceqe? 3. Les nantis du système d échange de Quotas d émission de co2 4. QueLs sont Les derniers développements

Plus en détail

Opération collective 2014 123 M Energie

Opération collective 2014 123 M Energie Opération collective 2014 123 M Energie Candidature pour accompagner en collectif les entreprises du Limousin s engageant dans la mise en place par étapes d une démarche de management de l énergie ISO

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

Le projet PCS Présentation à l EIFR Paris

Le projet PCS Présentation à l EIFR Paris Le projet PCS Présentation à l EIFR Paris Agenda Qui est PCS? Tour d horizon sur le marché de la titrisation Tour d horizon règlementaire Problèmes de fond 2 Le projet PCS Mission Statement The aim of

Plus en détail

L approvisionnement responsable chez Bell Canada

L approvisionnement responsable chez Bell Canada L approvisionnement responsable chez Bell Canada francois.dalpe@bell.ca Chef divisionnaire adjoint - Responsabilité d entreprise et environnement, Bell Canada Réseau environnement, Sherbrooke le 21 octobre

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

CO2 Solutions annonce les résultats du troisième trimestre 2016 Mise à jour sur ses projets et ses opérations

CO2 Solutions annonce les résultats du troisième trimestre 2016 Mise à jour sur ses projets et ses opérations Symbole boursier (TSXV : CST) CO2 Solutions annonce les résultats du troisième trimestre 2016 Mise à jour sur ses projets et ses opérations Québec, QC, le 26 mai 2016 CO2 Solutions inc. («la Société»)

Plus en détail

Colloque FIL IDF CANADA / STELA

Colloque FIL IDF CANADA / STELA Colloque FIL IDF CANADA / STELA 13-16 mai 2013 Session 2: Développement durable de l industrie laitière Initiatives de développement durable Point de vue d un transformateur Présenté par : Martin Scuccimarri,

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

Novembre 2015. *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION. Développement Durable. Eiffage Construction

Novembre 2015. *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION. Développement Durable. Eiffage Construction Novembre 2015 de *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION Développement Durable Eiffage Construction Préliminaire R é f é r e n c e s Date du Bilan Carbone Logiciel utilisé Période de Référence Adresse de publication

Plus en détail

BNP Paribas Rencontre Actionnaires. Marseille 20 octobre 2009

BNP Paribas Rencontre Actionnaires. Marseille 20 octobre 2009 BNP Paribas Rencontre Actionnaires Marseille 20 octobre 2009 1 Des résultats 2008 robustes malgré une crise financière sans précédent Adaptation au nouvel environnement Atouts structurels Fortis Banque

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 15 septembre 2015. Novethic Une boussole pour vous guider avant, pendant et après la COP 21

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 15 septembre 2015. Novethic Une boussole pour vous guider avant, pendant et après la COP 21 DOSSIER DE PRESSE Mardi 15 septembre 2015 Novethic Une boussole pour vous guider avant, pendant et après la COP 21 Novethic, une boussole pour vous guider avant, pendant et après la COP 21 Depuis sa création

Plus en détail

Fonds de placement étrangers Mutations - Octobre 2005

Fonds de placement étrangers Mutations - Octobre 2005 Fonds de placement étrangers Mutations - Octobre 2005 Autorisés à la distribution en Suisse : BiscayneAmericas Funds plc BiscayneAmericas Enhanced Yield Fund BiscayneAmericas Funds plc BiscayneAmericas

Plus en détail

La performance extra-financière des fonds ISR

La performance extra-financière des fonds ISR La performance extra-financière des fonds ISR Etude de l empreinte sociale et environnementale du fonds Allianz Valeurs Durables 30 septembre 2011 Sommaire 1. Performance, utilité sociale et ISR Question

Plus en détail

SOPRA & SOPRA BANKING SOFTWARE BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE (BEGES) Etude menée en juin et juillet 2014

SOPRA & SOPRA BANKING SOFTWARE BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE (BEGES) Etude menée en juin et juillet 2014 Talented Together SOPRA & SOPRA BANKING SOFTWARE BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE (BEGES) Etude menée en juin et juillet 2014 1 Bilan GES Sopra et Sopra Banking Software2014 SOMMAIRE 1. Synthèse

Plus en détail

Les outils de la transition énergétique ISO 50001

Les outils de la transition énergétique ISO 50001 Les outils de la transition énergétique ISO 50001 26 mars 2013 Michel HIRAUX +32 496 58 12 04 Le Management énergétique dans son contexte Management et Système de Management Objectif d un EnMS Facteurs

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres À la fi n de l année 2009, les non-résidents

Plus en détail

Information financière trimestrielle au 30 septembre 2012

Information financière trimestrielle au 30 septembre 2012 Information financière trimestrielle au 30 septembre 2012 Chiffre d affaires : En dépit d un contexte économique incertain, le groupe Capgemini a réalisé au 3 ème trimestre 2012 un chiffre d affaires consolidé

Plus en détail

Un meilleur raisonnement pour les marchés modernes

Un meilleur raisonnement pour les marchés modernes Un meilleur raisonnement pour les marchés modernes RÉSERVÉ À L USAGE DES COURTIERS Réunir NexGen et Natixis Les conseillers connaissaient la Société financière NexGen pour sa gamme diversifiée d investissements

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Conseil en investissement (fiduciary management) La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Les besoins des clients institutionnels, et en particulier ceux des fonds de pension, sont

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149 Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS Décembre 2012 Table des matières I. DESCRIPTION GÉNÉRALE... 3 I.1 Contexte et objectif... 3 I.2 Année de reporting de l exercice et de

Plus en détail

DWS Investments Société de gestion du Groupe Deutsche Bank

DWS Investments Société de gestion du Groupe Deutsche Bank DWS Investments Société de gestion du Groupe Deutsche Bank Le Groupe Deutsche Bank Culture d excellence depuis 1870 Banque d investissement internationale de premier plan, dotée d un solide réseau de clientèle

Plus en détail

assurer les investissements garantir les opportunités

assurer les investissements garantir les opportunités assurer les investissements garantir les opportunités LA MISSION DE LA MIGA Promouvoir l investissement étranger direct dans les pays en développement pour favoriser la croissance économique, faire reculer

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

Secteur bancaire Enjeux d image

Secteur bancaire Enjeux d image Secteur bancaire Enjeux d image Étude mondiale Luc Durand Président Ipsos, Québec Luc.Durand@ipsos.com Plan de la présentation Sommaire méthodologique Portrait global La surveillance des banques Quand

Plus en détail

PDE = quel retour sur investissement? Club Mobilité Capitale :: Paris :: 15 octobre 2009

PDE = quel retour sur investissement? Club Mobilité Capitale :: Paris :: 15 octobre 2009 PDE = quel retour sur investissement? Club Mobilité Capitale :: Paris :: 15 octobre 2009 Ce que recherchent les entreprises + est décrit spontanément par les décideurs - dans l esprit des décideurs Investir

Plus en détail

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite SOMMAIRE

Plus en détail

Créer un monde de possibilités

Créer un monde de possibilités Créer un monde de possibilités Add image from AR cover Assemblée générale ordinaire Sommaire Performance économique & revue du premier trimestre 2012 Une entreprise où il fait bon travailler Eco-efficacité

Plus en détail

Développement durable et Responsabilité Sociale des Entreprises

Développement durable et Responsabilité Sociale des Entreprises République et Canton de Neuchâtel, association Ecoparc CSEM, Neuchâtel - 28 janvier 2010 Développement durable et Responsabilité Sociale des Entreprises Jean Laville, Directeur adjoint 1 Ethos Place Cornavin

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2012 Résultat opérationnel : +21,1% Résultat net des activités poursuivies : +56,3%

RESULTATS ANNUELS 2012 Résultat opérationnel : +21,1% Résultat net des activités poursuivies : +56,3% COMMUNIQUÉ DE PRESSE Information réglementée Lasne, le 25 mars 2013 RESULTATS ANNUELS 2012 Résultat opérationnel : +21,1% Résultat net des activités poursuivies : +56,3% Vision IT Group, Groupe européen

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale

EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale L ENERGIE : UN FACTEUR DE COMPETITIVITE MAJEUR POUR LES IAA L agroalimentaire représente 15%

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Programme de développement durable 2013-2017

Programme de développement durable 2013-2017 Programme de développement durable 2013-2017 SOMMAIRE 1. Engagement de la direction de Helvetia Environnement en faveur du développement durable 2. Introduction et cadre de la démarche 3. Code de conduite

Plus en détail

2012 Environmental Performance Report 1. rapport 2012 sur la performance environnementale

2012 Environmental Performance Report 1. rapport 2012 sur la performance environnementale 2012 Environmental Performance Report 1 rapport 2012 sur la performance environnementale Rapport 2012 sur la performance environnementale 1 Le ciment et le béton joueront un rôle important pour relever

Plus en détail

Efficacité énergétique. Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011

Efficacité énergétique. Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011 Efficacité énergétique Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011 Plan Une vision globale de la consommation d'énergie des entreprises Les pays leaders et les grandes décisions en faveur des entreprises

Plus en détail

Communiqué de presse. www.axa-realestate.com. Paris, 10 mars 2014

Communiqué de presse. www.axa-realestate.com. Paris, 10 mars 2014 Paris, 10 mars 2014 En 2013, AXA Real Estate enregistre un volume de transactions de 9,2 milliards d euros, lève 6,5 milliards d euros de capitaux et étend son programme de dette à 7,9 milliards d euros

Plus en détail

Politique Internationale d Achat d Huile de Palme

Politique Internationale d Achat d Huile de Palme Politique Internationale d Achat d Huile de Palme Version: Août 2015 Nos exigences Le Groupe ALDI Nord (ci-après : «ALDI Nord») revendique d agir de manière honnête, responsable et fiable. Nos valeurs

Plus en détail

Canadian Solar Industries Association

Canadian Solar Industries Association Comparution devant le Comité sénatorial permanent de l énergie, de l environnement et des ressources naturelles Le jeudi 29 septembre 2011 Témoins Patrick Bateman, Conseiller, politiques et recherche,

Plus en détail

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES 10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE Type de

Plus en détail

R A P P O R T A N N U E L

R A P P O R T A N N U E L R A P P O R T A N N U E L Fonds commun de placement S. ACTIVE MONETAIRE ISR Exercice du 01/01/2012 au 31/12/2012 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif

Plus en détail

100% reduce water usage by 12% reduce carbon emissions by 20% customer engagement CO2 HIER

100% reduce water usage by 12% reduce carbon emissions by 20% customer engagement CO2 HIER 100% customer engagement reduce carbon emissions by 20% reduce water usage by 12% CO2 CO2 CO2 2013 2016 2019 HIER NOTRE PERFORMANCE 2010 Synthèse du rapport Développement Durable 2010 NOTRE PERFORMANCE

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2

Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2 COLLECTIVITÉS Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2 *Avançons en confiance Move Forward with Confidence* Faire de la maîtrise

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Interview. «Dr Hörter, l investissement responsable a-t-il réellement un avenir?»

Interview. «Dr Hörter, l investissement responsable a-t-il réellement un avenir?» Interview «Dr Hörter, l investissement responsable a-t-il réellement un avenir?» 30 Update IV/2014 Marty-Jörn Klein, Rédacteur en chef du magazine Update, a interviewé le Dr Steffen Hörter, Co-Responsable

Plus en détail

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Edition 2015 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Depuis 2008, l Observatoire analyse l

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie

Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie Les services de gestion de l énergie Schneider Electric valorisent votre datacenter. Schneider Electric www.schneider-electric.com

Plus en détail