Sprott Asset Management Royal Bank Plaza South Tower 200 Bay Street Suite 2700, P.O Box 27 Toronto, Ontario M5J 2J1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sprott Asset Management Royal Bank Plaza South Tower 200 Bay Street Suite 2700, P.O Box 27 Toronto, Ontario M5J 2J1"

Transcription

1 11 Avril 2009 La pierre d achoppement COUP D OEIL SUR LES MARCHÉS Eric Sprott David Franklin En raison de l ampleur des récents efforts de sauvetage, l actuel «resserrement du crédit» s est élevé au rang de crise financière la plus coûteuse de tous les temps. Au Royaume-Uni et aux États-Unis, les opérations de sauvetage ont pris des proportions alarmantes en l espace de quelques mois. À l heure actuelle, les engagements et les garanties des gouvernements américain et britannique équivalent à près de 90 % du PIB (voir le tableau A), soit beaucoup plus qu à l occasion de tout événement économique s étant produit au cours des 30 dernières années. En comparaison, la crise «Tequila» mexicaine, la crise monétaire asiatique et la débâcle des Savings and Loan (associations d épargne immobilière) aux États-Unis à la fin des années 1980 semblent insignifiantes. Vous avez besoin de mettre les choses en perspective? Examinez le graphique I, qui indique le coût des grandes guerres en proportion du PIB. L actuelle crise financière est désormais plus coûteuse, en pourcentage du PIB, que la guerre du Golfe, l Opération Libération de l Irak, la guerre du Vietnam, la guerre de Corée et la Première Guerre mondiale combinées. Son coût, en proportion du PIB, équivaut à celui des principaux conflits militaires mondiaux de l histoire. Tableau: A Coût de certaines crises financières en proportion du PIB 1 Crise PIB (en milliards) Coût (en milliards) % du PIB É.-U $ $ 2 89 %? R.-U $ $ 3 89 %? Argentine $ 22 $ 7 % Brésil $ 42 $ 5 % Russie $ 24 $ 9 % Corée $ 57 $ 11 % Thaïlande $ 17 $ 12 % Indonésie $ 21 $ 9 % Mexique $ 48 $ 11 % Débâcle des S&L aux É.-U. en $ 124 $ 2 % Naufrage de la livre sterling au R.-U. en $ 4,1 $ 2 % Nous trouvons surprenant de voir à quel point les gens s habituent rapidement aux opérations de sauvetage du gouvernement, qui se chiffrent en billions de dollars. Et nous sommes tout aussi étonnés de constater à quel point ils oublient rapidement que ces billions de dollars sont essentiellement dirigés vers une seule sphère de l économie : le secteur financier. Comment se fait-il, nous demandons-nous, qu un seul segment de l économie puisse consommer la production de tout un pays? En Occident, le secteur financier (qui comprend des sociétés comme la nôtre) contribue pour environ 30 % au 1 Progressive Policy Institute. $700 Billion -- Largest U.S. Bailout Ever. Retrieved May 12, 2009 from 2 Pittman, Mark et Ivry, Bob (31 mars 2009). Financial Rescue Nears GDP as Pledges Top $12.8 Trillion (Update1). Consulté le 12 mai 2009 auprès de Bloomberg. 3 MacAskill, Andrew (23 avril 2009). UK Financial Bailout Reaches 1.4 Trillion Pounds. Consulté le 12 mai 2009 à l adresse suivante : 1

2 PIB. Au moment de la rédaction du présent article, il représente 11,9 % de l indice S&P 500 sur le plan de la capitalisation boursière, en baisse par rapport à 22 % au début de Le secteur financier est certes important, mais pas assez, à notre avis, pour justifier des opérations de sauvetage aussi considérables. Que s est-il passé pour qu on laisse le système financier engloutir l ensemble de l économie au service de laquelle il devrait être? Laissez-nous vous présenter la véritable pierre d achoppement : les produits dérivés. D après nos calculs, la valeur nominale globale de cette «pierre» avoisine le billiard de dollars, soit mille billions. Nous obtenons ce résultat en prenant la valeur nominale globale des marchés dérivés de gré à gré publiée par la Banque des règlements internationaux (683,725 billions de dollars) 4 et en la combinant à la valeur nominale actuelle des produits dérivés négociés en Bourse (59,797 billions de dollars) 5, ce qui donne un total global de 743 billions de dollars US. En fait, 743 billions de dollars équivalent à l ensemble de la production mondiale pendant plus de 11 ans 6. C est, de loin, le plus grand marché que le monde ait jamais connu. Graphique I Coût de certaines guerres en pourcentage du PIB Seconde Guerre mondiale 130 % Guerre civile 104 % Révolution 63 % Première Guerre mondiale 24 % Corée 15 % Vietnam 12 % Opération Libération de l Irak 2 % Guerre du Golfe 1 % Source : Robert Whaples, Université Wake Forest Pour ceux d entre vous qui ne sont pas très familiers avec ce type d instruments, un produit dérivé est simplement un contrat qui procure une exposition à un actif sous-jacent. Le terme «produit dérivé» fait référence au fait que le prix de ces contrats est dérivé du prix d un titre ou d une marchandise sous-jacents, ou encore d un indice boursier, d un taux d intérêt ou d un taux de change. Les produits dérivés permettent aux participants de prendre d importantes positions sur le marché moyennant un capital relativement petit. S ils ont misé du bon côté, les participants au marché des produits dérivés bénéficient d un effet de levier considérable. Ils peuvent ainsi enregistrer des profits formidables ou des pertes substantielles, selon l évolution de la situation. Ce qu il faut retenir, c est que les produits dérivés sont un jeu à somme nulle. Si vous vendez à quelqu un un produit dérivé fondé sur un actif sous-jacent, un seul de vous deux fera un profit. À notre avis, deux problèmes majeurs liés aux produits dérivés ont accentué l actuelle crise financière : la taille nominale du marché des produits dérivés et leur manque de transparence. À cause de ces deux caractéristiques, il s agit du marché fiduciaire par excellence : vaste, volatil et, selon nous, extrêmement dangereux. Dans l actuel contexte marqué par la volatilité, nous observons la valeur des actifs fluctuer entre 2 % et 5 % quotidiennement (jusqu ici en 2009, le S&P 500 fluctue en moyenne de 4,25 % tous les cinq jours). Imaginons un instant quel serait l effet de ces 4 Banque des règlements internationaux. Tableau numéro 19. Amounts outstanding of over-the-counter (OTC) derivatives by risk category and instrument. Semi-annual OTC derivatives statistics at end-june Consulté le 12 mai 2009 à l adresse suivante : 5 Banque des règlements internationaux. Tableau numéro 23A. Derivative financial instruments traded on organised exchanges. Statistics on exchange traded derivatives. Consulté le 12 mai 2009 à l adresse suivante : 6 CIA World Fact Book (2008). Estimated GDP at official exchange rates is $62.23 trillion. Consulté le 12 mai 2009 à l adresse suivante : https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/xx.html 2

3 variations de cours sur la valeur nominale du marché des produits dérivés? Étant donné que ce marché est si vaste, une variation de 5 % de l ensemble des produits dérivés de gré à gré entraînerait une variation de 37 BILLIONS de dollars dans la taille du marché! En comparaison, la valeur de l ensemble des actions qui existent actuellement est de 31 billions de dollars US seulement. Du fait de sa taille, le marché Let us introduce you to the elephant in the room: derivatives. According to our calculations, the total nominal value of this "elephant" is quickly approaching one quadrillion dollars. That s one thousand trillion. We arrive at this number through the total value of notional global Over-The-Counter (OTC) derivative markets published by the Bank for International Settlements des produits dérivés est désormais suffisamment étendu pour balayer sur son passage le total des capitaux propres du monde entier en une semaine. Il est presque inutile de préciser que le manque de transparence associé aux produits dérivés contribue également à l actuelle crise financière. Les participants au marché des produits dérivés de gré à gré n ont pas besoin de fournir des renseignements sur les contreparties aux organismes de réglementation. Il est donc extrêmement difficile pour les investisseurs comme nous-mêmes, les organismes gouvernementaux (le Trésor américain) et les institutions privées (la Réserve fédérale américaine) de déterminer les risques assumés par les entreprises individuelles ou l ensemble du système financier. Dans un récent éditorial publié dans le Wall Street Journal, l économiste Hernando de Soto soutient que le manque de transparence des produits dérivés de gré à gré reste le principal obstacle à surmonter pour résoudre l actuelle crise financière. Il demande que des changements majeurs soient apportés à la présentation de l information sur les produits dérivés : «Tous les documents et les actifs ainsi que les opérations qu ils représentent ou dont ils sont dérivés doivent figurer dans des registres accessibles au public. Aucune activité économique fondée sur la confiance du public ne devrait être exercée sans égard aux principes généraux de la législation sur les biens 7.» Nous sommes d accord avec les suggestions de M. de Soto, mais nous estimons peu probable qu elles soient retenues dans un Graphique II Part du secteur financier dans le PIB (en pourcentage 7 De Soto, Hernando (25 mars 2009). Toxic Assets Were Hidden Assets. The Wall Street Journal. Consulté le 12 mai 2009 à l adresse suivante : 3

4 Quand on prend pleinement conscience de la taille du marché des produits dérivés de gré à gré et du manque d information disponible à son sujet, on commence à comprendre pourquoi il est impossible de laisser certaines des principales institutions financières faire faillite. En effet, l incidence d un tel événement sur le système financier serait trop imprévisible et possiblement grave. La faillite d une contrepartie importante sur le marché des produits dérivés engendrerait des «trous noirs» dans les bilans, d où la valeur des actifs de qualité n émergerait jamais. Dans l état actuel des choses, que les grandes banques soient «trop importantes» ou qu elles aient «trop de contreparties» pour faire faillite n est qu une question purement théorique car, compte tenu de la prolifération de ces instruments financiers, l effondrement des produits dérivés d une contrepartie ayant fait faillite serait susceptible d endommager sérieusement l ensemble du système financier. L exemple typique est celui d American International Group (A.I.G.). Nous ne pouvons parler des produits dérivés sans mentionner A.I.G. Cette société constitue le «point zéro» de la débâcle financière et présente les pires caractéristiques de ces instruments financiers que sont les produits dérivés. Comme dans toute grande catastrophe, de nombreux facteurs sont en cause et ont engender la chute finale d A.I.G. Mais la plupart des gens reconnaissent que c est son exposition au secteur désormais impopulaire des prêts hypothécaires à risque qui a causé le plus de dégâts. Les produits dérivés émis par A.I.G. ont fortement contribué à l explosion de l émission de prêts hypothécaires à risque. En effet, les institutions financières acceptaient de financer des acheteurs non admissibles, en autant qu elles pouvaient réduire leur exposition au risque de défaillance. A.I.G. a émis les contrats d assurance qui protégeaient l exposition des institutions et elle a été bien payée pour le faire. Quand la bulle immobilière a éclaté, ces contrats d assurance ont été activés, et A.I.G. a essuyé d énormes pertes. En lui-même, le secteur des prêts hypothécaires à risque ne constituait cependant pas une menace «systémique». Aux États-Unis, le marché des prêts hypothécaires à risque représentait environ 2 billions de dollars sur un marché hypothécaire global de 14 billions de dollars. Comment se fait-il, dans ce cas, qu un marché relativement petit menace la stabilité du système financier mondial? Ce sont les contrats d assurance émis par A.I.G. à l égard des prêts hypothécaires à risque qui ont permis au marché des prêts à risque de prendre des proportions exagérées. Les organismes de réglementation ont été les derniers à s en rendre compte. Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale, a admis ce fait quand il a affirmé : «Moi-même et les autres avions tort quand nous avons dit que la crise des prêts à risque serait contenue. La relation de cause à effet entre le problème du logement et l ensemble du système financier était très complexe et difficile à prévoir.» M. Bernanke n a pas compris le lien avec les produits dérivés. Comme nous le savons maintenant, les pertes attribuables au marché des prêts à risque et les dommages connexes infligés au marché du logement ainsi qu à l ensemble du système financier sont spectaculaires. A.I.G. a perdu 99,3 milliards de dollars en 2008 et accusé le pire recul trimestriel jamais enregistré par une entreprise dans l histoire des États-Unis. A.I.G. a fait l objet de quatre opérations de sauvetage de la part du gouvernement américain et de la Réserve fédérale, ce qui représente un coût total de 182,5 milliards de dollars pour les contribuables américains. Et nous nous attendons à ce que ce chiffre augmente. Fait intéressant, A.I.G. a passé son propre «test de tension» en février 2008 et conclu dans une conférence téléphonique que ses «pertes réalisées s élèveraient à 900 millions de dollars environ.» À ce jour, ses pertes réelles sont 200 fois plus importantes que prévu. 4

5 Malgré le danger apparent désormais présent, le marché des produits dérivés ne montre aucun signe de resserrement. Comme l indique un récent extrait du rapport annuel 2008 de Barclays, «l actif total de Barclays Capital a augmenté de 94 % (789,2 G ) pour s établir à 1 629,1 G (au 31 décembre 2007 : 839,9 G ) en raison d une hausse de 736,7 G de l actif investi dans les produits dérivés, engendrée surtout par la volatilité élevée et la forte variation des courbes de rendement durant l année ainsi que par la dépréciation substantielle de la livre sterling par rapport à la plupart des autres grandes monnaies.» Le bilan de Barclays Capital a presque doublé en raison des paris sur les actifs sous-jacents. Si on poursuit la lecture du rapport annuel, on découvre que la valeur nominale des produits dérivés de Barclays est passée de 29 billions à 45 billions de dollars. 45 BILLIONS de dollars. Pour une seule banque. Si nous considérions Barclays comme un représentant du marché des produits dérivés de gré à gré, cela impliquerait une hausse de la valeur nominale du marché des produits dérivés de gré à gré de 50 % entre 2007 et La valeur nominale globale du marché des produits dérivés de gré à gré à la fin de 2008 pourrait donc s établir à 893 billions de dollars. Nous attendrons de voir les statistiques à jour de la Banque des règlements internationaux, qui devraient paraître sous peu, mais nous ne serions pas surpris de voir le grand «billiard» apparaître dans les données officielles. Si les produits dérivés constituent le problème, alors quelle est la solution? Myron Scholes, économiste lauréat d un prix Nobel et coauteur du modèle d établissement des prix des options Black-Scholes, qui constitue le fondement intellectuel du marché moderne des produits dérivés, est en faveur d un nouveau départ pour les produits dérivés. «La solution, écrit-il, consiste à faire table rase du marché de gré à gré, des contrats d échange sur défaillance ainsi que des swaps et des produits structurés, puis à reprendre à zéro.» Essentiellement, il agite un drapeau blanc, reconnaissant que le marché des produits dérivés est brisé et probablement irréparable. Ce qui saute aux yeux, à propos de l actuelle crise du crédit, c est que les produits dérivés contribuent à la tourmente financière. Aucune solution efficace n émergera tant que ces instruments financiers feront partie du problème. À notre connaissance, pas un seul commentateur, rédacteur, analyste ou expert financier ou chroniqueur à la chaîne CNBC ne soutient qu il faut DAVANTAGE de produits dérivés pour résoudre ce problème. Malgré tout, le marché continue de croître. On nous dit que, théoriquement, les produits dérivés ne devraient pas poser de problème, car toutes les opérations sur ces derniers donnent un résultat net nul. On nous dit que la taille globale du marché ne devrait pas poser de problème. On nous dit que l explosion des produits dérivés à Barclays Capital en 2008 est un signe que ces derniers donnent les résultats escomptés, ce qui permet à la banque de se protéger contre la volatilité des taux d intérêt et du marché des changes. À notre avis, ces contrats dérivés ont exacerbé le recul des actifs dans le monde entier, et ils continueront à amplifier les fluctuations sur le marché des actifs. Tant que le conseil de M. Scholes ne sera pas suivi, ou qu aucune autre solution au marché brisé des produits dérivés ne sera acceptée, continuera à accumuler des actifs que le système financier ne peut pas «imprimer». We cannot discuss derivatives without mentioning A.I.G. It is a company that represents ground zero of the financial meltdown and illustrates the worst characteristics of derivatives as financial instruments. As with any major catastrophe, there were numerous factors that led to A.I.G. s ultimate collapse, but most can agree that it was its exposure to the now infamous subprime mortgage sector that produced most of the damage. Derivatives written by A.I.G. were a major contributing factor to the explosion in subprime mortgage issuance. Financial institutions were willing to finance unqualified buyers as long as they could reduce their exposure to default. A.I.G. wrote the 5

6 insurance contracts that protected the institutions exposure and they were paid handsomely for it. When the housing bubble burst these insurance contracts were activated, triggering staggering losses for A.I.G. The subprime mortgage sector in and of itself was not a systemic threat however. The market for subprime mortgages in the US was roughly $2 trillion out of a total mortgage market of $14 trillion. How then, did such a relatively small market threaten the stability of the world financial system? It was the derivative insurance on subprime mortgages, written by A.I.G., that allowed the subprime market to grow out of control. The regulators were the last to see it. Ben Bernanke, Chairman of the Federal Reserve, admitted to this when he stated that I and others were mistaken early on in saying that the subprime crisis would be contained. The causal relationship between the housing problem and the broad financial system was very complex and difficult to predict. 8 Bernanke failed to understand the derivative link. As we know now, subprime s losses and resulting damage to the housing market and financial system as a whole have been spectacular. A.I.G. lost $99.3 billion in 2008, including the largest quarterly loss by any company in US history. A.I.G. has now been bailed out four times by the US Government and The Federal Reserve, for a total cost of $182.5 billion dollars to the US taxpayer. 9 We expect this number will increase. Interestingly enough, A.I.G. ran its own stress test in February 2008 and concluded on a conference call that its realized loss would be approximately $900 million. 10 The actual losses to date are now 200 times greater than that. Despite the apparent hazard now present, the derivative market shows no signs of shrinking. As a recent excerpt from Barclays 2008 annual report states, Barclays Capital total assets increased 94%( 789.2bn) to 1,629.1bn (December 31st, 2007: 839.9bn) due to an increase in derivative assets of 736.7bn, predominantly driven by significant volatility and movements in yield curves during the year, together with a substantial depreciation in Sterling against most major currencies. 11 This represents an almost doubling of Barclays Capital s balance sheet due to bets on underlying assets. If you read further, the annual report goes on to reveal that Barclays total increase in notional derivatives went from $29 trillion to $45 trillion. $45 TRILLION. 12 At one bank. If we were to treat Barclays as a proxy for the OTC derivative market, it would imply an increase in notional value of the OTC derivative market of 50% from 2007 to 2008, increasing the total notional market value of OTC derivatives at the end of 2008 to $893 trillion. We will wait to see the updated market statistics from the Bank of International Settlements, due shortly, and will not be surprised to see the great quadrillion rear its massive head in the official data. If derivatives are the problem, what is the solution? Myron Scholes, the Nobel prizewinning economist, who co-authored the Black-Scholes option pricing model that provided the intellectual basis for the modern derivatives market, has argued for a fresh start with derivatives. The solution, he writes, is really to blow up or burn the OTC market, the CDS's and swaps and structured products and let us start over." 13 In 8 Cassidy, John (December 1, 2008). Anatomy of a Meltdown: Ben Bernanke and the financial crisis. Retrieved May 12, 2009 from 9 U.S. Government Accountability Office. (March 18, 2009). Preliminary Observations on Assistance Provided to A.I.G. Retrieved May 12, 2009 from 10 A.I.G. Q Earnings Transcript (February 29, 2008). Bloomberg. 11 Barclays Annual Report pg, 28. Retrieved May 12, 2009 from 12 Barclays Annual Report pg. 216, Retrieved May 12, 2009 from 13 Harper, Christine (March 6, 2009). Scholes Advises Blow Up Over-the-Counter Contracts (Update 2). Retrieved, May 12, 2009 from Bloomberg 6

7 essence, he is waving a white flag, acknowledging that the market for derivatives is broken, potentially beyond repair. The obvious truth about this credit crisis is that derivatives have been a contributing factor to the current financial turmoil. No effective solution will emerge until these financial instruments are fingered as a contributing part of the problem. Not a single financial commentator, writer, analyst, expert or CNBC talking head of whom we are aware has recommended that we need MORE derivative instruments to solve this problem. Yet the market continues to expand. We are told that, theoretically, derivatives should not be a problem as all derivative transactions net out to zero. We are told that the aggregate size of the market should not matter. We are told that Barclays Capital s derivative explosion in 2008 is a sign that derivatives are working as advertised, allowing the bank to hedge off volatility in the currency and interest rate markets. Our opinion is that these derivative contracts have exacerbated asset declines around the world, and that they will continue to amplify the fluctuations in asset markets. Until the advice of Mr. Scholes is taken, or an alternative solution to the broken derivatives market is accepted, will continue to accumulate assets that the financial system cannot "print". Les renseignements figurant dans le présent document ne peuvent être reproduits, cités, publiés, diffusés ou transmis sans le consentement écrit préalable de Inc. («SAM»). Les opinions exprimées sont uniquement celles de l auteur. Elles se fondent sur des renseignements obtenus de sources jugées fiables, mais leur exactitude ne peut être garantie. Le présent document ne remplace pas l exercice du jugement. Toutes les opinions exprimées dans le présent document sont susceptibles d être modifiées sans préavis et SAM n a aucunement l obligation de mettre à jour les renseignements figurant aux présentes. SAM ne peut être tenue responsable des pertes ou dommages éventuels découlant de l utilisation de tout ou partie du présent document. SAM est le gestionnaire des fonds Sprott. Des renseignements importants concernant ces fonds, y compris les frais de gestion et les autres frais, figurent dans le prospectus simplifié et la notice d offre de la société. Veuillez lire ces documents attentivement avant d investir. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, et la valeur de leurs parts et de leurs rendements fluctuent. Les rendements présentés sont des rendements passés et ne sont pas garants des résultats futurs. Les comparaisons entre les rendements sont tirées de données jugées exactes. Le présent document ne constitue pas une sollicitation.v 7

Examen Final. Indications

Examen Final. Indications DANS LE SECTEUR BANQUE-ASSURANCE NOM : MATRICULE : PRENOM : Examen Final Problèmes Indications Veuillez respecter les indications suivantes: 1. Vous avez 3 heures à disposition 2. Veuillez vérifier que

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

Nouveautés printemps 2013

Nouveautés printemps 2013 » English Se désinscrire de la liste Nouveautés printemps 2013 19 mars 2013 Dans ce Flash Info, vous trouverez une description des nouveautés et mises à jour des produits La Capitale pour le printemps

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Question from Gabriel Bernardino (Session I)

Question from Gabriel Bernardino (Session I) /06/204 Question from Gabriel Bernardino (Session I) Do you believe that harmonised EU regulation will indeed lead to less national regulatory details? Croyez-vous que l harmonisation des lois européennes

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

Créé par Goldfing & Pblabla Créé le 02/05/2006 09:49:00. Guide pour la déclaration d impôt

Créé par Goldfing & Pblabla Créé le 02/05/2006 09:49:00. Guide pour la déclaration d impôt Créé par Goldfing & Pblabla Créé le 02/05/2006 09:49:00 Guide pour la déclaration d impôt Disclaimer Le présent document ne se substitue, en aucun cas, aux notices que l'on trouve sur le site des impôts

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 HFFv2 1. OBJET L accroissement de la taille de code sur la version 2.0.00 a nécessité une évolution du mapping de la flash. La conséquence de ce

Plus en détail

Société de Banque et d Expansion

Société de Banque et d Expansion Société de Banque et d Expansion INTERNET BANKING DEMO AND USER GUIDE FOR YOUR ACCOUNTS AT NETSBE.FR FINDING YOUR WAY AROUND WWW.NETSBE.FR www.netsbe.fr INTERNET BANKING DEMO AND USER GUIDE FOR YOUR ACCOUNTS

Plus en détail

L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud

L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud Information aux medias Saint-Denis, France, 17 janvier 2013 L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud Des revenus liés au Cloud estimés à près d un milliard d euros d ici 2015

Plus en détail

Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM

Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM Forum Financier, Namur 25 Novembre 2009 Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM 700 Subprimes USA : issuance of private-label RMBS

Plus en détail

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE Nom de l entreprise Votre nom Date VALEUR PRINCIPALES/CROYANCES (Devrait/Devrait pas) RAISON (Pourquoi) OBJECTIFS (- AN) (Où) BUT ( AN) (Quoi)

Plus en détail

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Paris 5 avril 2013 Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Serge LESCOAT Associé INDAR ENERGY Conseiller en Investissements Financiers Membre du CNCIF Association agréé

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

BNP Paribas Investment Partners

BNP Paribas Investment Partners FOR PROFESSIONAL INVESTORS BNP Paribas Investment Partners Conférence téléphonique - Gestion obligataire Jeudi 4 juillet 2013 2 Eurozone Fixed Income Performances à fin juin 2013 Eurozone main bond indices

Plus en détail

Calculation of Interest Regulations. Règlement sur le calcul des intérêts CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015

Calculation of Interest Regulations. Règlement sur le calcul des intérêts CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Calculation of Interest Regulations Règlement sur le calcul des intérêts SOR/87-631 DORS/87-631 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 Published by the Minister

Plus en détail

Contents Windows 8.1... 2

Contents Windows 8.1... 2 Workaround: Installation of IRIS Devices on Windows 8 Contents Windows 8.1... 2 English Français Windows 8... 13 English Français Windows 8.1 1. English Before installing an I.R.I.S. Device, we need to

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

PAR_20141217_09543_EUR DATE: 17/12/2014. Suite à l'avis PAR_20141119_08654_EUR

PAR_20141217_09543_EUR DATE: 17/12/2014. Suite à l'avis PAR_20141119_08654_EUR CORPORATE EVENT NOTICE: Emission avec maintien du droit préférentiel de souscription, d obligations convertibles en actions ordinaires nouvelles assorties de bons de souscription d action («OCABSA») -

Plus en détail

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurances multirisques et des sociétés d assurance

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

How to Deposit into Your PlayOLG Account

How to Deposit into Your PlayOLG Account How to Deposit into Your PlayOLG Account Option 1: Deposit with INTERAC Online Option 2: Deposit with a credit card Le texte français suit l'anglais. When you want to purchase lottery products or play

Plus en détail

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation THE CONSUMER PROTECTION ACT (C.C.S.M. c. C200) Call Centres Telemarketing Sales Regulation LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (c. C200 de la C.P.L.M.) Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 29 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 22 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu les pertes accumulées face

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

Certificate of Incorporation Certificat de constitution

Certificate of Incorporation Certificat de constitution Request ID: 017562932 Province of Ontario Date Report Produced: 2015/04/27 Demande n o : Province de l Ontario Document produit le: Transaction ID: 057430690 Ministry of Government Services Time Report

Plus en détail

IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board

IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board 1 L élaboration de la norme IPSAS 32 Objectif : traitement comptable des «service concession arrangements»

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations Règlement sur les renseignements à inclure dans les notes de crédit et les notes de débit (TPS/ TVH) SOR/91-44

Plus en détail

Multiple issuers. La cotation des actions ROBECO ci-dessous est suspendue sur EURONEXT PARIS dans les conditions suivantes :

Multiple issuers. La cotation des actions ROBECO ci-dessous est suspendue sur EURONEXT PARIS dans les conditions suivantes : CORPORATE EVENT NOTICE: Suspension de cotation Multiple issuers PLACE: Paris AVIS N : PAR_20141002_07393_EUR DATE: 02/10/2014 MARCHE: EURONEXT PARIS La cotation des fonds mentionnés ci-dessous sera suspendue

Plus en détail

Frequently Asked Questions

Frequently Asked Questions GS1 Canada-1WorldSync Partnership Frequently Asked Questions 1. What is the nature of the GS1 Canada-1WorldSync partnership? GS1 Canada has entered into a partnership agreement with 1WorldSync for the

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION : 2014 Feuille 1/7 SUJET DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES Epreuve de Langue Vivante Etrangère : ANGLAIS SESSION 2014 Durée : 1 h 30 Coefficient : 1 Ce sujet comporte

Plus en détail

Fonds communs de placement de la HSBC

Fonds communs de placement de la HSBC Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité des parts décrites dans le prospectus simplifié et toute personne qui donne à entendre le contraire commet une infraction. Les parts

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr)

AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr) AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr) Doc.No. : EUM/OPS/TEN/13/706466 Issue : v3 Date : 7 May 2014 WBS : EUMETSAT Eumetsat-Allee 1, D-64295 Darmstadt, Germany Tel: +49 6151 807-7 Fax: +49

Plus en détail

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National.

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National. La BDP Système financier International La Balance des Paiements I- Le Compte courant ESC-Février 2015 Balance des paiements = relevé statistique annuel de toutes les transactions de biens, services et

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire 28/3/2011 ANNEXE 6 (Source: Electrabel) Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire Si nous vendons une bande d énergie nucléaire à certains clients, que nous garantissons

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE :

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : Housing system est un service gratuit, qui vous propose de vous mettre en relation avec

Plus en détail

Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Trust and Loan Companies) Regulations

Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Trust and Loan Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur la communication en cas de demande téléphonique d ouverture de

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

Le Cloud Computing est-il l ennemi de la Sécurité?

Le Cloud Computing est-il l ennemi de la Sécurité? Le Cloud Computing est-il l ennemi de la Sécurité? Eric DOMAGE Program manager IDC WE Security products & Solutions Copyright IDC. Reproduction is forbidden unless authorized. All rights reserved. Quelques

Plus en détail

ONTARIO Court File Number. Form 17E: Trial Management Conference Brief. Date of trial management conference. Name of party filing this brief

ONTARIO Court File Number. Form 17E: Trial Management Conference Brief. Date of trial management conference. Name of party filing this brief ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Form 17E: Trial Management Conference Brief Name of party filing this brief Date of trial management conference Applicant(s) Full legal

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

Produits complexes. Produits non complexes. Risques généraux liés aux opérations de trading

Produits complexes. Produits non complexes. Risques généraux liés aux opérations de trading Nous proposons un large éventail de produits d investissement présentant chacun des risques et des avantages spécifiques. Les informations ci-dessous offrent une description d ensemble de la nature et

Plus en détail

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI.

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. François Banville Partenaire exécutif chez Gartner Gartner is a registered trademark of Gartner, Inc. or its affiliates.

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

Point de la situation pour les obligations

Point de la situation pour les obligations Point de la situation pour les obligations Inform informations générales à l intention des investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2005 Situation initiale : composantes du taux d intérêt d un emprunt

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES Tableau de bord des indicateurs financiers Première Partie Situation financière globale du Système

Plus en détail

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire This application form may be submitted by email at candidater.peass@egerabat.com or sent by mail to the

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement

Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement et des réseaux Session 3 Big Data and IT in Transport: Applications, Implications, Limitations Jacques Ehrlich/IFSTTAR h/ifsttar

Plus en détail

Bons d'option émis par. SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur)

Bons d'option émis par. SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur) CONDITIONS DEFINITIVES POUR LES BONS D'OPTION SUR ACTION EN DATE DU 18 NOVEMBRE 2011 Bons d'option émis par SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur) Les modalités applicables aux Bons d'option figurent

Plus en détail

Gestion des prestations Volontaire

Gestion des prestations Volontaire Gestion des prestations Volontaire Qu estce que l Income Management (Gestion des prestations)? La gestion des prestations est un moyen de vous aider à gérer votre argent pour couvrir vos nécessités et

Plus en détail

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Interest Rate for Customs Purposes Regulations Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes SOR/86-1121 DORS/86-1121 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août

Plus en détail

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Life Companies Borrowing Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie SOR/92-277 DORS/92-277 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 Published

Plus en détail

English version ***La version française suit***

English version ***La version française suit*** 1 of 5 4/26/2013 4:26 PM Subject: CRA/ARC- Reminder - Tuesday, April 30, 2013 is the deadline to file your 2012 income tax and benefit return and pay any / Rappel - Vous avez jusqu'au 30 avril 2013 pour

Plus en détail

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la MS Project 1- Créer un nouveau projet définir la date du déclenchement (début) ou de la fin : File New 2- Définir les détails du projet : File Properties (permet aussi de voir les détails : coûts, suivi,

Plus en détail

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results)

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Comments for IT : 1. Text of predefined indicators cannot be changed by partners. Thus no variables in the predefined text. The only variables

Plus en détail

INTEGRAL PAR_20150811_06296_MLI DATE: 11/08/2015. Suite à l'avis PAR_20150806_06182_MLI A) RESULTAT

INTEGRAL PAR_20150811_06296_MLI DATE: 11/08/2015. Suite à l'avis PAR_20150806_06182_MLI A) RESULTAT CORPORATE EVENT NOTICE: Résultat de l'offre INTEGRAL PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150811_06296_MLI DATE: 11/08/2015 MARCHE: MARCHE LIBRE Suite à l'avis PAR_20150806_06182_MLI A) RESULTAT Après centralisation

Plus en détail

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca Francoise Lee De: Francoise Lee [francoiselee@photoniquequebec.ca] Envoyé: 2008 年 11 月 17 日 星 期 一 14:39 À: 'Liste_RPQ' Objet: Bulletin #46 du RPQ /QPN Newsletter #46 No. 46 novembre 2008 No. 46 November

Plus en détail

A v a n t a g e s e n n a t u r e

A v a n t a g e s e n n a t u r e 17/06/2015 www.bdo.lu A v a n t a g e s e n n a t u r e L imposition des avantages en nature au Luxembourg est basée sur le principe général selon lequel tous les avantages, tant en espèces qu en nature,

Plus en détail

Consultants en coûts - Cost Consultants

Consultants en coûts - Cost Consultants Respecter l échéancier et le budget est-ce possible? On time, on budget is it possible? May, 2010 Consultants en coûts - Cost Consultants Boulletin/Newsletter Volume 8 Mai ( May),2010 1 866 694 6494 info@emangepro.com

Plus en détail

BLUELINEA. 269.826,00 EUR composé de 1.349.130 actions de valeur nominale 0,20 EUR Date de création : 17/01/2006

BLUELINEA. 269.826,00 EUR composé de 1.349.130 actions de valeur nominale 0,20 EUR Date de création : 17/01/2006 CORPORATE EVENT NOTICE: Inscription par cotation directe BLUELINEA PLACE: Paris AVIS N : PAR_20120221_02921_MLI DATE: 21/02/2012 MARCHE: MARCHE LIBRE A l'initiative du membre de marché ARKEON Finance agissant

Plus en détail

BUSINESSVALUATOR. Management presentation

BUSINESSVALUATOR. Management presentation BUSINESSVALUATOR Management presentation English pages 2 to 12, French pages 13 to 23 Jean-Marc Bogenmann Designer of BusinessValuator Accredited consultant in business transfer jeanmarcbogenmann@iib.ws

Plus en détail

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE NECESSITY OF A NEW JURISDICTION G Delépine, NDelépine Hôpital Raayond Poincarré Garches France The scandal of the VIOXX Illustrates the

Plus en détail

Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act

Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act Loi visant le soutien aux aînés vulnérables et le renforcement de l économie canadienne S.C. 2011,

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

LE PROFESSIONNEL - THE PROFESSIONAL

LE PROFESSIONNEL - THE PROFESSIONAL Qu avons nous appris? SOMMAIRE : CHANGEMENTS À LA LOI sur le COURTAGE IMMOBILIER 1. Certificats : 2. Exemptions pour les courtiers immobiliers qui peuvent exécuter une transaction immobilière vendre /

Plus en détail

Private banking: après l Eldorado

Private banking: après l Eldorado Private banking: après l Eldorado Michel Juvet Associé 9 juin 2015 Toutes les crises génèrent de nouvelles réglementations Le tournant de 2008 Protection des clients MIFID, UCITS, FIDLEG Bilan des banques

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

DESIGN YOUR HOME PAR_20150903_06859_MLI DATE: 03/09/2015. Suite à l'avis PAR_20150828_06739_MLI A) RESULTAT

DESIGN YOUR HOME PAR_20150903_06859_MLI DATE: 03/09/2015. Suite à l'avis PAR_20150828_06739_MLI A) RESULTAT CORPORATE EVENT NOTICE: Résultat de l'offre DESIGN YOUR HOME PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150903_06859_MLI DATE: 03/09/2015 MARCHE: MARCHE LIBRE Suite à l'avis PAR_20150828_06739_MLI A) RESULTAT Après centralisation

Plus en détail

86 rue Julie, Ormstown, Quebec J0S 1K0

86 rue Julie, Ormstown, Quebec J0S 1K0 Tel : (450) 829-4200 Fax : (450) 829-4204 Email : info@rout-am.com Contacts: Jean Côté jean@rout-am.com Jocelyn Côté jocelyn@rout-am.com Dispatch info@rout-am.com Phone: (450) 829-4200 Fax: (450) 829-4204

Plus en détail

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 3rd largest European postal operator by turnover The most diversified European postal operator with 3 business lines 2010 Turnover Mail 52%

Plus en détail

22/09/2014 sur la base de 55,03 euros par action

22/09/2014 sur la base de 55,03 euros par action CORPORATE EVENT NOTICE: Amortissement d'orane Reprise de cotation PUBLICIS GROUPE S.A. PLACE: Paris AVIS N : PAR_20140902_06559_EUR DATE: 02/09/2014 MARCHE: EURONEXT PARIS Amortissement en titres et en

Plus en détail

We Generate. You Lead.

We Generate. You Lead. www.contact-2-lead.com We Generate. You Lead. PROMOTE CONTACT 2 LEAD 1, Place de la Libération, 73000 Chambéry, France. 17/F i3 Building Asiatown, IT Park, Apas, Cebu City 6000, Philippines. HOW WE CAN

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

Control your dog with your Smartphone. USER MANUAL www.pet-remote.com

Control your dog with your Smartphone. USER MANUAL www.pet-remote.com Control your dog with your Smartphone USER MANUAL www.pet-remote.com Pet-Remote Pet Training Pet-Remote offers a new and easy way to communicate with your dog! With the push of a single button on your

Plus en détail

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles 03/06/13 WHAT? QUOI? Subject Sujet The assessment of professional/vocational skills (3 hours) Bilan de compétences

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Retail Associations) Regulations

Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Retail Associations) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Retail Associations) Regulations Règlement sur la communication en cas de demande téléphonique d ouverture de compte

Plus en détail

Point de vue. sur les produits dérivés. Faire bon usage des produits dérivés en gestion obligataire. Complexes mais complémentaires.

Point de vue. sur les produits dérivés. Faire bon usage des produits dérivés en gestion obligataire. Complexes mais complémentaires. sur les produits dérivés Mars 2015 Faire bon usage des produits dérivés en gestion obligataire Les produits dérivés obligataires existent depuis une quarantaine d années 1 et pourtant leur utilisation

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2

DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2 DOCUMENTATION MODULE CATEGORIESTOPMENU MODULE CREE PAR PRESTACREA INDEX : DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2 INSTALLATION... 2 CONFIGURATION... 2 LICENCE ET COPYRIGHT... 3 SUPPORT TECHNIQUE ET MISES A JOUR...

Plus en détail

Credit default swaps : Quels sont les risques et défis en matière de stabilité financière?

Credit default swaps : Quels sont les risques et défis en matière de stabilité financière? Credit default swaps : Quels sont les risques et défis en matière de stabilité financière? ORICE WILLIAMS BROWN Directeur Financial Markets and Community Investment US Government Accountability Office

Plus en détail