La mise en représentation des grands textes : modernité ou modernisation?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La mise en représentation des grands textes : modernité ou modernisation?"

Transcription

1 La mise en représentation des grands textes : modernité ou modernisation? Isabelle STARKIER 1 L ingénierie culturelle, nous dit-on, étudie les modalités de la mise en œuvre des créations sur les territoires et les publics. Problème crucial, s il en est, pour nous, artistes du XXI e siècle, confrontés à cette question fondatrice du théâtre : à quelle population nous adressons-nous et comment? Les modalités de mise en ouvre d une création posent donc à la fois la question de sa forme et de sa communication mais aussi et surtout la question de son contenu. Et ce, afin de sortir de la démagogie culturelle la plus répandue qui consiste à confondre populaire et populisme ; afin de poser autrement le dilemme des collectivités territoriales (ou de l État) qui adorent opposer «théâtre commercial» qui remplit (à tort pour les uns, à raison pour les autres) et «théâtre expérimental» - censé vider les salles pour les uns ou payer l exigence de ses prétentions pour les autres. La modernité ou la modernisation sont des concepts chargés de rendre compte des rapports, dans le spectacle même, entre texte et contexte, ainsi que dans sa mise en œuvre et sa communication sur le territoire. Nous refusons de dissocier ce qui relève d une philosophie et d une politique culturelle : comment amener le grand public au sens le plus large de la notion de «public» (sans dévalorisation qualitative au regard du quantitatif) à la nécessité vitale de l art théâtral. Du texte au contexte Qu est ce que la mise en représentation sinon la mise en œuvre d une représentation au sein même de la société qui la produit et qui la reçoit? La représentation théâtrale ne se cantonne pas au texte, mais au contexte qui entoure le texte et sa production. Sa production au sens figuré mais propre aussi J ai mis longtemps à comprendre pourquoi Antoine Vitez prônait, dans Le Théâtre des idées, l importance pour un metteur en scène de savoir monter et défendre la production (financière, logistique) d un spectacle. Je pense aujourd hui, à travers mon expérience de directrice de compagnie, qu il parlait d une production d œuvre au sens propre qui implique la prise en considération de la production au sens plus vaste et politique de cette même œuvre dans le territoire. Savoir comment défendre un projet auprès des directeurs de lieux, c est savoir lier le propos du spectacle à son incontournable «utilité» pour le public. Et c est cette utilité, voire cet utilitarisme là aussi provocateur soit-il aux oreilles bien-entendantes de l élite institutionnelle de notre profession que nous défendons à notre tour. La mimesis qu implique la notion de modernité ou de modernisation entraîne la question de la catharsis, ce qui revient à dire que 1 Maître de conférences à l université d Evry Val d Essonne, metteur en scène, directrice de Star théâtre

2 La mise en représentation des grands textes : modernité ou modernisation? l esthétique même du spectacle dépend en grande partie de son éthique et/ou de sa relation avec la société et le public citoyen qui l entoure. Aristote ne se retournerait donc pas dans sa tombe si je disais, en termes actuels de marketing culturel, que le «conditionnement» de la représentation mêle en termes purement commerciaux la cible et le produit Il ne s agit pas de prendre cette idée à l envers comme savent le faire les cinéastes dits «populaires» et qui penchent très nettement vers le populisme qui est un dévoiement certain de la démagogie. Nous n allons pas changer le spectacle ou le modeler en fonction du goût du public, que nous testerions par des questionnaires à la sortie de la représentation. Laissons à la télé et à son audimat cette très mauvaise interprétation de la catharsis En tant que re-présentation, j inclus le destinataire, celui auquel la représentation s adresse et sans lequel elle ne pourrait exister comme simple pièce écrite. La problématique du public est inscrite, non dans la pièce, mais dans le spectacle et son intrinsèque modernité. Shakespeare était habile lorsqu il nommait Hamlet le fantôme du père d Hamlet, indiquant en cela que comme le disait Daniel Mesguich lorsqu on joue Hamlet on joue aussi les fantômes des interprétations passées de Hamlet (Lawrence Olivier ). Les spectateurs sont eux aussi sur le plateau à jouer Hamlet et les fantômes de sa représentation. Voilà pourquoi ils est fondateur et moderne de monter aujourd hui les «grands textes» du répertoire et je plaide ici pour la chapelle, dont je fais partie, des metteurs en scène qui revendiquent le droit souvent contesté par les auteurs de monter «les classiques» afin de ne pas rendre notre société amnésique et d offrir à tous l accès à la mémoire de son humanité. C est parce que ces «grands textes» s ancrent dans la continuité temporelle non du texte même mais de sa représentation - dans laquelle le texte s inscrit - qu on peut les définir comme de «grands textes». J ai fait cette expérience très amusante, au cours de mon enseignement pratique du théâtre, de travailler l interprétation de monologues dont le choix, laissé libre aux étudiants, s était porté sur des «one-man-shows». Très vite et d un commun accord nous avons dû abandonner un travail d interprétation et de parti-pris scénique qui repose inévitablement sur la polysémie des textes, sur la richesse de leurs doubles, triples, multiples lectures. Les monologues incriminés se consommaient au moment même de leur énonciation mais se périmaient aussi vite que des yaourts Or c est précisément la polysémie scénique qui fonde l actualité de ces «grands textes». Je m insurge donc contre l idée même de «modernisation» de ces pièces. Mettre en completveston Molière ne sert pas nécessairement l idée de modernité de ce répertoire, modernité qui s impose à chaque siècle, à chaque décennie, à chaque minute de l histoire de nos représentations. Mais faire de Tartuffe un mollah intégriste en Algérie qui rentre à la tête d une foule de fanatiques se flagellant au cours d une des fêtes religieuses auto-mutilatoires en jetant un «Laurent, serrez ma hère et puis ma discipline», comme Ariane Mnouchkine ; faire de Chérubin dans Le Mariage de Figaro un adolescent en chemise à volants et pantalon de jogging, se déhanchant à la manière des «ados» blasés de notre siècle, comme Christophe Rauck ; ou faire jouer Monsieur de Pourceaugnac arrivant de Limoges et se faisant rejeter par la «famille (maffieuse)» parisienne qui ne veut pas d un prétendant étranger par un comédien noir antillais, comme je l ai fait dans Monsieur de Pourceaugnac : voilà quelques mises en représentation qui fondent la modernité des grands textes.

3 Isabelle Starkier Le théâtre n est pas un musée et les pièces de théâtre ne sont ni des archives ni des témoignages anthropologiques. Travailler aujourd hui sur la tragédie grecque, ce n est pas travailler sur sa représentation ethnologique. Le chœur n est plus ce chorus sacré, emblème d un rite religieux dansé et chanté qui nous échappe mais dont ni le signe ni le sens n échappait aux spectateurs grecs qui s enfuyaient de terreur à l apparition du chœur des Erynies. Le chœur de la tragédie grecque aujourd hui renvoie à l interrogation vivante du sens, de la signification profonde, inconsciente de la collectivité qui se rassemble (chœur politique, chœur sportif ) et aux musiques (re)sacralisées - des gospels aux raves. Ce contexte qui n est pas à montrer ou à monter mais à dé-signer dans les signes de la représentation, inscrit le texte dans les enjeux de sa modernité Le contexte n est pas à prendre au sens étroit (contextuel!). Nul besoin de transposer dans les époques modernes pour moderniser. La modernité est ce en quoi le texte fait écho pour un spectateur aujourd hui : ce en quoi il peut comprendre et reconnaître ses propres codes, ceux qui le font résonner et font résonner sa culture, au sens large du terme. Je n en veux pour exemple que Benno Besson montant lui aussi Tartuffe, empli d une humanité gloussant et caquetant comme un poulailler. Dans ce regard sur la société, Tartuffe lui pose et nous pose la question d une supercherie «bling-bling» ou sociale, problème que Molière se posait probablement très différemment en dénonçant la dictature des prélats, la dictature des religieux, la dictature de Dieu et là encore je repars sur une lecture moderne de la représentation pour un public concerné par l intégrisme montant La mise en œuvre sur le terrain La question de la mimesis une fois abordée, la catharsis nous renvoie au public qui est en effet sur le plateau mais aussi avec un peu de chance dans la salle. Affirmons haut et fort que les modalités de «communication» d une œuvre à un public font partie de l œuvre elle-même au sens opératoire du terme- et doivent donc être artistiques. Ce qui implique une véritable révolution dans le système de l institution culturelle. Les théâtres nationaux, les scènes nationales et les centres dramatiques regorgent d administratifs, relations publiques, directeur de communication, etc. mais pas ou si peu d artistes permanents. La plus grosse partie des budgets est mis sur l administratif et non sur l artistique. Nous sommes dans une logique de consommation : on achète un «produit» pour le vendre au public ou on cherche à «remplir» les salles avec ce que ça implique de définition de «l audimat artistique» (faire ce qui plaît entre autres ), et à convaincre de l extérieur de l œuvre elle-même, sans impliquer dans un même geste artistique la représentation et sa mise en œuvre. «Ce n est pas pour nous», disent la plupart des associations ou structures des villes que nous avons rencontrées en parlant du théâtre, et souvent d un théâtre au label institutionnel. «Ce n est pas pour nous» : cela signifie «ce n est pas fait, conçu, pensé pour nous», qui nous ramène au concept même de la représentation que nous avons abordé en première partie mais aussi aux signes artistiques qui entourent, enveloppent et déterminent, inscrivent, définissent l œuvre représentée parmi ceux pour qui elle se représente à savoir tous les publics confondus. Revenons alors aux acteurs de terrain, au sens propre du terme : les véritables acteurs de terrain, ceux d une troupe qui pratique non pas une action socio-culturelle pour un public ciblé afin de 3

4 La mise en représentation des grands textes : modernité ou modernisation? l occuper ou de le convaincre de «se laisser tenter» et de «se risquer» à venir dans l antre sacrée du théâtre où opèrent les vrais prêtres de l art théâtral, mais qui pratique un seul et même travail d artiste autour d une représentation dans ce qu elle implique nécessairement et par définition de mise en œuvre sur le terrain. Parler d un spectacle ne sert pas, à mon sens, à grand-chose à plus forte raison quand on en parle de l extérieur. Je rechigne souvent moi-même, en tant que metteur en scène, à aller «parler» aux classes d un spectacle qu ils vont voir. J aime en parler après, dans l espace citoyen du débat et de la réflexion où nous ont conduit le rire et l émotion du spectacle. Parler, c est du sens, du discours, de la raison, de la communication. La représentation crée des signes, de l imaginaire, de la communion par le rêve C est ce fil là qu il faut suivre et enrouler tout autour des représentations au sein d une théâtre : en exportant les représentations hors les murs, en menant un travail de résidence qui tisse inextricablement des liens entre amateurs et professionnels autour de productions qui sont développées ici (au théâtre) et là (dans la ville) dans un même concept, un même désir, une même vision Le «remplissage» des salles renvoie donc à un problème autrement plus existentiel que du simple marketing : à quoi sert le théâtre et à qui s adresse-t-il? Double question qui touche à la modernité de la représentation et donc des publics, publics pluriels comme les strates de lecture d une œuvre doivent l être. Molière le savait bien qui touchait à la fois le parterre composé d artisans, de valets, de gens du peuple debout et les loges des aristocrates et des bourgeois. Adressons nous au «Japonais du troisième rang», comme le serinait Pierre Debauche (faisant allusion à un Japonais qui avait suivi plusieurs représentations et qui, lorsque Pierre, un peu intrigué, l avait interrogé sur son intérêt pour le spectacle avait décrypté tous les signes, les plus cachés, de la mise en scène), comme au scolaire, casquette vissée sur la tête et walkman branché (mais quelle victoire quand il l enlève au bout de dix minutes de représentation). Adressons-nous au retraité habitué souvent à aller voir des «grosses machines» au théâtre Michel ou Antoine (parce que c est là que le service des personnes âgées d une ville l emmène ) comme à l enseignant qui a la mémoire du spectateur (de tous les spectacles vus et engrangés), etc. La question des codes et de l accessibilité nous renvoie une fois de plus à notre travail d artiste, et renvoie les structures à une véritable réflexion sur leur programmation et sur leur mise en œuvre. L opposition ou la défense que certains programmateurs mettent en avant en décrivant les deux camps opposés du théâtre «commercial» dit «populaire» et d un «théâtre exigeant» (donc «de qualité») qui peut par conséquent se revendiquer expérimental tant il touche peu de monde, ou qui en tout cas vide les salles (comme on a pu le voir une année terrible au Festival In) nous ramène à la définition même du théâtre populaire. Le théâtre populaire n est en aucun cas un théâtre populiste qui va chercher le «peuple» avec ce que l on croit être son humour et son langage. La véritable exigence d un théâtre populaire, c est d inclure la multiplicité des codes de notre société, de ses populations donc de ses publics de TF1 à Arte-deuxième partie de la nuit En cela le théâtre est plus fort que la télévision : il ne cible pas, il rassemble et il rassemble dans un même geste universel. Les farces de Molière (encore lui!) ou les pièces de Shakespeare, avec leurs double sens et leurs jeux de mots, servaient à la fois le bas et le haut, le graveleux et le mystique. La polyvalence d une représentation est le gage de son exigence, celle du fameux «théâtre élitaire pour tous» qu avait défini Antoine Vitez au théâtre des Quartiers d Ivry. Et qui dit polyvalence sémiotique ne veut pas dire contextualité facile pour autant : l univers fantastique

5 Isabelle Starkier de Benno Besson faisait appel à tous les imaginaires infantiles et inconscients du manœuvre à l énarque ; l univers volontairement anachronique et gaguesque de Peter Sellars touche tous les publics de la vendeuse au cadre supérieur. Ne soyons pas démagogique, soyons pédagogique. Lorsque j ai monté Le Bal de Kafka, j ai volontairement choisi, moi qui suis une «accro» de Kafka dont j ai eu l opportunité durant ou grâce à mes études de lire la totalité de l œuvre, une comédie contemporaine qui parle de Kafka : de sa vie (à partir de ce qu il en a raconté), de ses soucis quotidiens à la Woody Allen avec sa famille et sa fiancée, de son malaise de juif tchèque et aussi de jeune et enfin d artiste tous problèmes si proches de tous et que Kafka, lui, transcende dans l écriture dont on entend les continuels bribes sur le plateau. C est à la fois c est en tout cas ce que nous ont renvoyés les spectateurs un accès à l œuvre de Kafka pour ceux qui ne le connaissent pas et un nouvel éclairage apporté à son œuvre pour ceux qui en sont férus. Kafka, c est nous, c est pour nous, c est à nous et à nous tous À moi et à mon équipe de comédiens, décorateur, costumière le devoir de l offrir à tout le monde, y compris dans la mise en œuvre de la représentation sur les territoires où nous l avons joué (en allant vers les publics en amont et en aval de la représentation au théâtre). La recherche d une véritable modernité artistique est donc incluse dans le geste de la création elle-même qui définit la générosité d un théâtre (teatron) d où l on voit le monde et où tout le monde voit. En ce sens, le théâtre est un outil militant actif (contre la passivité consommatrice) de la démocratie. C est là où «çà» se joue : il est politique parce qu impliqué dans les affaires de la cité («le théâtre, à quoi ça sert?»), il est universel parce qu il transcende les classes et les frontières - ce qui à l heure de l Europe nous interpelle particulièrement, enfin il est à la fois pédagogique et thérapeutique, au sens noble de ce que la catharsis implique ou de ce que Schopenhauer explique lorsqu il dit que «Ne pas aller au théâtre, c est comme faire sa toilette sans miroir» Bref, le théâtre s affirme, à l encontre de la mode actuelle, comme un art moderne, total et populaire. 5

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne

APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne La compagnie Zéotrope : Depuis 1999, la compagnie Zéotrope réinvente sans cesse le rapport spectateur(s) et comédiens(s), privilégiant

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

PROPOSE Un séminaire. de réflexion sur le thème. Jeudi 8 novembre de 9h à 13h à rodez

PROPOSE Un séminaire. de réflexion sur le thème. Jeudi 8 novembre de 9h à 13h à rodez LA mission départementale de la culture DE l AVEYRON en partenariat avec l OBSERVATOIRE DES POLITIQUES CULTURELLES PROPOSE Un séminaire de réflexion sur le thème LA PARTICIPATION À LA VIE ARTISTIQUE ET

Plus en détail

SPECTACLES PETITE ENFANCE :

SPECTACLES PETITE ENFANCE : SPECTACLES PETITE ENFANCE : PHENOMENE DE MODE OU PROJET DE SOCIETE? Mémoire présenté pour l obtention du : DESS Management du Spectacle Vivant Promotion 2003-2004 Directeur de mémoire : René LAFITE Dominique

Plus en détail

COMÉDIE. Cie MaMuse présente. «Cabaret du couple» Durée : 1h05 Accessible à partir de 14 ans

COMÉDIE. Cie MaMuse présente. «Cabaret du couple» Durée : 1h05 Accessible à partir de 14 ans Cie MaMuse présente COMÉDIE «Cabaret du couple» Durée : 1h05 Accessible à partir de 14 ans CONTACT DIFFUSION CIE MAMUSE MARIE BRIEN 06 16 42 30 72 / ma.muse.cie@gmail.com L HISTOIRE «- Comment ça se fait

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

LA COMPAGNIE INTENTION

LA COMPAGNIE INTENTION Création Août 2013 Mise en scène : Cédric Le Stunff Comédiens marionnettistes : Ludovic Harel et Jérôme Guillot Création musicale : Stéphane Babiaud Création lumière : Cyril Lepage Costumes : Eva Malmasson

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

«L Atelier Gildas BOURDET»

«L Atelier Gildas BOURDET» < «L Atelier Gildas BOURDET» Art Dramatique - Mise en Scène MORET SUR LOING GILDAS BOURDET Metteur en scène Direction Artistique et Pédagogique «J ai passé le plus clair de ma vie dans des salles de répétition,

Plus en détail

Dossier de presse HOTEL PARADISO. par Familie Flöz (Allemagne)

Dossier de presse HOTEL PARADISO. par Familie Flöz (Allemagne) Dossier de presse HOTEL PARADISO par Familie Flöz (Allemagne) Les artistes seront présents sur le territoire du 25 juin au 14 juillet 2014 2 HOTEL PARADISO Comédie masquée, à partir de 7 ans Durée : 1h30

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Master Professionnel Sciences de l éducation

Master Professionnel Sciences de l éducation Anjot Simon 12, rue Leroy 14000 Caen simon.anjot@gmail.com Téléphone : 0632181851 Master Professionnel Sciences de l éducation Projet professionnel pour le Master 2 Pro : Education, formation et mutations

Plus en détail

Scènes du Répertoire

Scènes du Répertoire Ateliers artistiques de la Francophonie 2015 - Dinard du 24 au 29 août 2015 au Château Hébert Comédienne intervenante : Marie Frémont productions du dauphin Scènes du répertoire Ce stage sera l occasion

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS INTRODUCTION Elaboré en juin 2010, ce plan d études harmonise l enseignement théâtral au sein de la CEGM. Tout en respectant leurs particularités et leurs

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Résidences DOSSIER DE DEMANDE. Par mail à residences@gareautheatre.com. Gare au Théâtre

Résidences DOSSIER DE DEMANDE. Par mail à residences@gareautheatre.com. Gare au Théâtre Gare au Théâtre Adresse : 13 rue Pierre Sémard - 94400 VITRY SUR SEINE SIRET : 312 910 391 000 35- APE : 9001 Z LICENCES n T1 n 1044750, T2 n 2-1035963, T3 n 1044749 Tel. : 01 55 53 22 22 DOSSIER DE DEMANDE

Plus en détail

Définition du domaine de la GESTION

Définition du domaine de la GESTION Nom : Groupe : 51 Tu peux vouloir lire la définition ou répondre au questionnaire ou même faire les deux pour constater si ce domaine t intéresse. Définition du domaine de la GESTION La gestion est synonyme

Plus en détail

Entretien avec Nathalie Baye

Entretien avec Nathalie Baye Entretien avec Nathalie Baye Comment s est déroulée votre rencontre avec Claire Simon? La rencontre a d abord eu lieu via le travail de Claire. Il y a très longtemps, j avais vu un documentaire à la télévision

Plus en détail

DOSSIER ECOLE DU SPECTATEUR A DESTINATION DES ENSEIGNANTS

DOSSIER ECOLE DU SPECTATEUR A DESTINATION DES ENSEIGNANTS DOSSIER ECOLE DU SPECTATEUR A DESTINATION DES ENSEIGNANTS RÉSERVATIONS ET CONTACTS Daphné Pichon / Alexandra Olivier Théâtre du Pays de Morlaix l 20 rue Gambetta BP 67-127 29671 Morlaix Cedex l 02 98 15

Plus en détail

CR brut ateliers Soirée de lancement de la Fête des Profs. 28 mai 2015

CR brut ateliers Soirée de lancement de la Fête des Profs. 28 mai 2015 CR brut ateliers Soirée de lancement de la Fête des Profs 1. Des Fêtes réussies c est : 28 mai 2015 - Joie du lendemain - De la bonne musique - Vivement l année prochaine - Quand on est bien accueillis

Plus en détail

Ils participent à leurs premières rencontres

Ils participent à leurs premières rencontres Ils participent à leurs premières rencontres Après avoir voyagé pendant 10 ans à travers le monde et avoir pratiqué des métiers comme ébéniste ou photographe, le fait d avoir des enfants m a donné l envie

Plus en détail

N 97 DÉC. 2015 LE MAGAZINE DES LOCATAIRES ÉDITION SPÉCIALE. 2015 : une année. bien remplie

N 97 DÉC. 2015 LE MAGAZINE DES LOCATAIRES ÉDITION SPÉCIALE. 2015 : une année. bien remplie N 97 DÉC. 2015 LE MAGAZINE DES LOCATAIRES ÉDITION SPÉCIALE 2015 : une année bien remplie Sommaire 2 EN BREF n L enquête OPS bientôt dans les boites aux lettres n Mieux vous accueillir : votre avis nous

Plus en détail

Dossier de sensibilisation

Dossier de sensibilisation Le grand jeté! Dossier de sensibilisation Contact administratif Annick Boisset : 06 80 54 64 04 / administration@legrandjete.com Contact artistique Frédéric Cellé : 06 72 98 42 50 / artistique@legrandjete.com

Plus en détail

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence.

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence. Notes pour une déclaration de M. Marc Gascon, maire de la Ville de Saint-Jérôme et président de l Union des municipalités du Québec, concernant les questions d éthique et d intégrité Jeudi 11 novembre

Plus en détail

Résidences d auteur e n S e i n e - e t - M a r n e

Résidences d auteur e n S e i n e - e t - M a r n e Résidences d auteur en Seine-et-Mar ne Les résidences d auteur e n S e i n e - e t - M a r n e Afin de favoriser la présence artistique sur le territoire seine-et-marnais, le Conseil général de Seine-et-Marne

Plus en détail

Conférence de Citoyens Rio+20 - Forum de restitution du 9 juin 2012 à Montpellier

Conférence de Citoyens Rio+20 - Forum de restitution du 9 juin 2012 à Montpellier Compte-rendu synthétique Une publication complète des préconisations sera diffusée prochainement Conférence de Citoyens Rio+20 - Forum de restitution du 9 juin 2012 à Montpellier Samedi 9 juin 2012, une

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

de et avec Emilie Trasente,

de et avec Emilie Trasente, de et avec Emilie Trasente, Aide à la mise en scène : Laure Meurisse Création sonore et musicale : Massimo Trasente Spectacle de clown et marionnette A partir de 4 ans / Durée 40 minutes Production Contact

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

Spectacle pour acteurs et marionnettes. Mise en scène collective. 6, place du Terrail Tél : 06 10 16 43 55 83440 Tourrettes

Spectacle pour acteurs et marionnettes. Mise en scène collective. 6, place du Terrail Tél : 06 10 16 43 55 83440 Tourrettes Spectacle pour acteurs et marionnettes Mise en scène collective Administration Contact Théâtre des 4 Vents Philip Ségura 6, place du Terrail Tél : 06 10 16 43 55 83440 Tourrettes Tél : 04 94 84 78 86 e-mail

Plus en détail

SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait. Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny

SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait. Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny En janvier dernier, Louise Lecarpentier soufflait ses 100 bougies. Elle vit encore dans sa maison

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

O ëme. Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE

O ëme. Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE P O ëme Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE P O ëme Intention «Ma volonté première pour la création de «Poème» est de dépasser les contours du spectacle vivant, de mêler

Plus en détail

Les médias font leur pub :

Les médias font leur pub : Les médias font leur pub : TV5MONDE fait son cinéma Thèmes Économie, consommation, publicité Le principe du dispositif À l'occasion de la 24 e édition de la Semaine de la presse et des médias dans l'école,

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation. Comédiens, metteur en scène, vidéaste. Photos. La compagnie. Presse. Conditions de vente et d accueil CONTACT :

SOMMAIRE. Présentation. Comédiens, metteur en scène, vidéaste. Photos. La compagnie. Presse. Conditions de vente et d accueil CONTACT : SOMMAIRE Présentation Comédiens, metteur en scène, vidéaste Photos La compagnie Presse Conditions de vente et d accueil CONTACT : Cie Création Ephémère LA FABRICK 9, rue de la saunerie 12100 Millau Tél.

Plus en détail

$ " %& '(() #*, '( () #., + / + 0 1 '

$  %& '(() #*, '( () #., + / + 0 1 ' "# $ " %& '(() " # $ % & * +, % % * - #*, '( () #., + / + 0 1 ' 2 1 #., #3 - "4# %%(*) 56, * %& - 4*6*"" +,' ( *) 7 +# # # #, 1 * -. % %,( /*+ @ 0/*12% 2 + ) $ 3 $ F (/*%,*( / H 2%*( 4 / /,*( /,'* /+

Plus en détail

Affirmations de Louise HAY

Affirmations de Louise HAY Affirmations de Louise HAY C est par des affirmations positives quotidiennes que nous pouvons parvenir à transformer notre vie. Et pour cela, il est bon de répéter le plus souvent possible ces affirmations

Plus en détail

Projets de résidence à Chatel Guyon dans le cadre des résidences d'artistes sur le Pays du Grand Clermont. Cie DARUMA

Projets de résidence à Chatel Guyon dans le cadre des résidences d'artistes sur le Pays du Grand Clermont. Cie DARUMA Projets de résidence à Chatel Guyon dans le cadre des résidences d'artistes sur le Pays du Grand Clermont Cie DARUMA, La Les différents projets dans le cadre des résidences d'artistes sur le Pays du Grand

Plus en détail

Mes grands-parents à La Havane en 1957

Mes grands-parents à La Havane en 1957 11 juin 2015 Mes grands-parents à La Havane en 1957 Mon histoire à Cuba commence avant ma naissance. Mon grand-père d origine québécoise et ingénieur à l époque pour la Ville de Montréal, a fait un séjour

Plus en détail

La princesse Qui n aimait pas les princes

La princesse Qui n aimait pas les princes La princesse Qui n aimait pas les princes D Alice Brière-Haquet Edition Actes Sud Junior/benjamin. Lecture en mouvement par la cie Méli-Mélo Petite Forme tout terrain et tout public à partir de 5 ans Avec

Plus en détail

Notre visite à la Plateforme Industrielle du Courrier, à Lempdes

Notre visite à la Plateforme Industrielle du Courrier, à Lempdes Notre visite à la Plateforme Industrielle du Courrier, à Lempdes *********** Extraits de nos récits. *********** Mercredi 19 mars, nous sommes allés visiter le Centre de Tri de la Poste. Nous étions à

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Gérard Garouste, éloge du questionnement

Gérard Garouste, éloge du questionnement Peinture Entretien avec Philippe Piguet Gérard Garouste, éloge du questionnement Face à la critique radicale de l acte de peindre, reprendre la peinture à l origine. La confronter aux Maîtres du passé

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

QUI ES TU. Primaire : Secondaire : L ÉCOLE

QUI ES TU. Primaire : Secondaire : L ÉCOLE Le vandalisme c est briser volontairement quelque chose qui ne t appartient pas. C est un geste gratuit qui peut prendre plusieurs formes tel que feu, bris d aménagement paysager, renverses de poubelles,

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

C est du 36, mais ça chausse grand

C est du 36, mais ça chausse grand C est du 36, mais ça chausse grand Nouveau Clown-théâtre Public familial à partir de 8 ans Par la compagnie du BP 7 85 390 MOUILLERON EN PAREDS 02 51 87 56 42 / 06 85 42 99 79 francois.tcv@orange.fr Contact

Plus en détail

Les Classes de Chant Choral, Maîtrise Ensembles Vocaux «Filière voix»

Les Classes de Chant Choral, Maîtrise Ensembles Vocaux «Filière voix» Le CRD vous propose : Les Classes de Chant Choral, Maîtrise Ensembles Vocaux «Filière voix» «Martin Squelette» (juin 2011) Conservatoire à Rayonnement Départemental de la Communauté urbaine d Alençon 1

Plus en détail

La Bottine Retournée

La Bottine Retournée L association Chant libre présente La Compagnie Opéra Light dans La Bottine Retournée Spectacle lyrique jeune public A partir de 4 ans La Bottine Retournée, mise en scène par Renaud Borderie, est une comédie

Plus en détail

L'écrivain Simon Boulerice: aux portes d'un grand succès populaire (ENTREVUE)

L'écrivain Simon Boulerice: aux portes d'un grand succès populaire (ENTREVUE) L'écrivain Simon Boulerice: aux portes d'un grand succès populaire (ENTREVUE) Le Huffington Post Québec Par Samuel Larochelle Publication: 03/10/2013 11:29 EDT Mis à jour: 03/10/2013 11:29 EDT Hyperactif

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

Mitraillage publicitaire A Epidaure

Mitraillage publicitaire A Epidaure Fiche pédagogique Thème : Choix et autonomie Niveau : Ecole (CM1 et 2), Collège, lycée Durée : 50 Mitraillage publicitaire A Epidaure Personnes ressources : Infirmier scolaire, documentaliste, professeur

Plus en détail

Faites du Théâtre! 8 ème édition Une journée de pratique du théâtre. - - Lycées et Collèges - -

Faites du Théâtre! 8 ème édition Une journée de pratique du théâtre. - - Lycées et Collèges - - Faites du Théâtre! 8 ème édition Une journée de pratique du théâtre - - Lycées et Collèges - - Réunion d information pour les enseignants et les enseignantes Jeudi 18 juin 2015 à 18h Mardi 15 Septembre

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

D autres exercent leur passion et mettent à profit de la collectivité leurs qualités mais n arrivent pas à en vivre, à pérenniser leur projet.

D autres exercent leur passion et mettent à profit de la collectivité leurs qualités mais n arrivent pas à en vivre, à pérenniser leur projet. Pourquoi un stage sur la relation à l argent? Nous sommes confrontés à l argent au quotidien et tellement peu de personnes se posent la question de son rapport l argent. Nous utilisons donc cette porte

Plus en détail

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs,

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs, 6 ième dimanche de Pâques C Frères et Sœurs, Jésus venait de dire : «SI QUELQU UN M AIME, IL RESTERA FIDÈLE À MA PAROLE ; MON PÈRE L AIMERA, NOUS VIENDRONS CHEZ LUI; NOUS IRONS DEMEURER AUPRÈS DE LUI»

Plus en détail

Accompagner l enfant ordinaire à s adapter à l enfant TED

Accompagner l enfant ordinaire à s adapter à l enfant TED Accompagner l enfant ordinaire à s adapter à l enfant TED 1- CONTEXTE SESSAD= Service d Education Spéciale et de Soin A Domicile A Domicile= sur les lieux de vie de l enfant L école est un lieu de vie

Plus en détail

PUBLIC Ce spectacle est expressément réservé à un public de plus de 18 ans!

PUBLIC Ce spectacle est expressément réservé à un public de plus de 18 ans! DISTRIBUTION Direction musicale arrangements, piano, chant Direction chants Mise en espace Percussions, batterie Chant Intermèdes théâtralisés Jean-Paul FINCK Isabelle FINCK Monique BENINTENDI-SIMOND Véronique

Plus en détail

École polyvalente Saint-Jérôme

École polyvalente Saint-Jérôme École polyvalente aint-jérôme GUIDE DE CHIX DE CUR Année scolaire 2015-2016 1 er cycle du secondaire econdaire 2 général econdaire 2 général - programme régional soccer ervice de l organisation scolaire

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

COMPTES RENDUS. 'LA SOURIS DU PERE NOEL'

COMPTES RENDUS. 'LA SOURIS DU PERE NOEL' COMPTES RENDUS. 'LA SOURIS DU PERE NOEL' Ecole G. Mélies BAUNE 49140 / cycle 1 Votre appréciation : Parfaitement adapté aux enfants de maternelle. Le public au pied du décor, très bien. Le thème : les

Plus en détail

NOTE D INTENTION : Parler des abeilles autrement, les faire connaître, les faire aimer, d une façon originale.

NOTE D INTENTION : Parler des abeilles autrement, les faire connaître, les faire aimer, d une façon originale. COMMENT EST NE Josette etc. Spécialiste du monde des abeilles car apiculteur professionnel en Auvergne, Vincent Péricard aime partager ses connaissances. A La Miellerie, il a depuis longtemps imaginé et

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Version du 30-01 08h30 Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Madame la Conseillère, Chers

Plus en détail

Séminaire de formation

Séminaire de formation Séminaire de formation Une initiative proposée par le Centquatre-Paris et l Agence Tertius L APPROCHE (PLURI)TERRITORIALE DU CENTQUATRE-PARIS UNE SEMAINE EN IMMERSION AU CENTQUATRE Le CENTQUATRE-PARIS

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

Résumé des échanges avec Alex Cousseau le 28/02/2014 Médiathèque de Bram

Résumé des échanges avec Alex Cousseau le 28/02/2014 Médiathèque de Bram Résumé des échanges avec Alex Cousseau le 28/02/2014 Médiathèque de Bram L auteur se présente : «Les trois vies d Antoine Anacharsis» n est pas son premier livre. Il en a écrit une quarantaine, depuis

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Compagnie de théâtre mobile. La petite marionnette qui se nourrit de la poésie de vos écrits pour vous révéler la sienne

Compagnie de théâtre mobile. La petite marionnette qui se nourrit de la poésie de vos écrits pour vous révéler la sienne Compagnie de théâtre mobile La petite marionnette qui se nourrit de la poésie de vos écrits pour vous révéler la sienne Dans une cage de verre se cache Zaza, l automate de papier. Elle n est pas diseuse

Plus en détail

INSTITUT de THEATRE FRANCOPHONE DE POLOGNE. Programme de développement des pratiques théâtrales dans des classes de FLE

INSTITUT de THEATRE FRANCOPHONE DE POLOGNE. Programme de développement des pratiques théâtrales dans des classes de FLE INSTITUT de THEATRE FRANCOPHONE DE POLOGNE Programme de développement des pratiques théâtrales dans des classes de FLE Lycée / septembre 2015 - juin 2018 Rapport sur l activité théâtrale en français dans

Plus en détail

Exercices de langue. Consigne : Tu es en colonie de vacances et tu fais la connaissance d un français/une française. Complète le dialogue.

Exercices de langue. Consigne : Tu es en colonie de vacances et tu fais la connaissance d un français/une française. Complète le dialogue. Exercices de langue Compétence pragmatique à évaluer : se présenter (dire son nom et son âge, son origine, en quelle classe on va, quelles langues on parle) Tu es en colonie de vacances et tu fais la connaissance

Plus en détail

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE GUIDE D INTERVENTION DU PHILANTHROPE Préparer votre temps d échange avec les Petits Philanthropes Fondée en 2011 avec le soutien des Fondations Edmond de Rothschild, cette association se donne pour objectif

Plus en détail

DELF Prim A2. Livret du candidat. Compréhension de l'oral. Compréhension des écrits. Production écrite

DELF Prim A2. Livret du candidat. Compréhension de l'oral. Compréhension des écrits. Production écrite Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues Livret du candidat Compréhension de l'oral Compréhension des écrits Production écrite PMA22S008 04/06/13 Code du candidat : Nom : Prénom

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Maxime Loupiot. Cycle 3 CE2 et CM1. Réflexion en groupe et mise en scène de sketchs sur le thème «Chacun ses choix!»

Maxime Loupiot. Cycle 3 CE2 et CM1. Réflexion en groupe et mise en scène de sketchs sur le thème «Chacun ses choix!» Maxime Loupiot Cycle 3 CE2 et CM1 Activité 5 Réflexion en groupe et mise en scène de sketchs sur le thème «Chacun ses choix!» 5 min d introduction de l activité 35 min de travail en groupe 20 min de sketch

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues 1 ÉPREUVES COLLECTIVES DURÉE NOTE SUR Compréhension de l oral Réponse à des questionnaires de compréhension

Plus en détail

Monsieur l Ambassadeur, chers amis,

Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Je suis très honorée par la haute distinction dont vous venez de me remettre les insignes. Et je vous remercie de vos paroles particulièrement chaleureuses. Je suis

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE RAPPORT DE MISSION au TOGO Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE Du 1 er au 31 Juillet 2o12 I) INTRODUCTION Etudiante en Ecole d Ingénieur en Biologie industrielle, il

Plus en détail

Prédication du dimanche 27 sept. 2009

Prédication du dimanche 27 sept. 2009 Prédication du dimanche 27 sept. 2009 par le pasteur Stefan Wild Texte principal : Marc 10.1-12 Autre texte : Deutéronome 24.1-4 Ça ne vous est jamais arrivé, lorsque vous assistiez à un mariage et que

Plus en détail

Script de vente Ruban pour la famille et les amis

Script de vente Ruban pour la famille et les amis Script de vente Ruban pour la famille et les amis Ce bref script de vente instructif vous est proposé à titre de référence. C est un complément au Guide de vente Ruban MD et aux autres outils de la Trousse

Plus en détail

UN CONCEPT NOVATEUR!!!

UN CONCEPT NOVATEUR!!! UN CONCEPT NOVATEUR!!! Contact: Thomas DELVAUX +32 (0) 476.57.52.30 tomdelvaux@yahoo.fr www.thomasdelvaux.be Avec le soutien de la Cie RirOlarmes www.rirolarmes.be Jean-Claude DESSART Présentation «Entreprise

Plus en détail

PRIX RÉSIDENCE ARTISTIQUE

PRIX RÉSIDENCE ARTISTIQUE PRIX RÉSIDENCE ARTISTIQUE EN ARTS DE LA SCÈNE CENTRE DES ARTS DE LA SCÈNE JEAN-BESRÉ SHERBROOKE Appel de projets 2014 CONSIGNES AUX DEMANDEURS DE RÉSIDENCE Veuillez, s il vous plaît : remplir le formulaire

Plus en détail

La vidéosurveillance : instrument miracle pour une meilleure sécurité urbaine? Francisco R. Klauser, Université de Neuchâtel, 22.11.

La vidéosurveillance : instrument miracle pour une meilleure sécurité urbaine? Francisco R. Klauser, Université de Neuchâtel, 22.11. La vidéosurveillance : instrument miracle pour une meilleure sécurité urbaine? Francisco R. Klauser, Université de Neuchâtel, 22.11.2013 1. Partie Où? Qui? Comment? Pourquoi? 1.1. Où? 1.2. Qui? Caméras

Plus en détail

A la sortie du théâtre l expression que l on retrouve le plus souvent dans la bouche des spectateurs : «bluffant»

A la sortie du théâtre l expression que l on retrouve le plus souvent dans la bouche des spectateurs : «bluffant» INTUITION un spectacle de mentalisme Laurent Tesla est un des mentalistes les plus bluffant de France. Son spectacle est construit autour d un fil rouge : comment il est devenu mentaliste. Une question

Plus en détail

Les Fiches techniques

Les Fiches techniques Les Fiches techniques LES PORTES DU TEMPS en Languedoc Roussillon Sommaire Les Portes du Temps : Qu est ce que c est?... 2 Mode d emploi. 3 Comment y participer?..... 4 Fiche technique Gestionnaires d

Plus en détail

N hésitez pas à me contacter pour toute question! Olivier

N hésitez pas à me contacter pour toute question! Olivier Dans le cadre de mon expériment à l ICAM je suis parti l été dernier au Pérou pour quatre mois. Mon séjour a consisté en trois mois comme volontaire avec JVI, puis d un mois de tourisme. Mon objectif principal

Plus en détail

SUR UN AIR DEUX DUO DE DANSE EN TROIS ALBUMS SUR DES AIRS DE CHANSON FRANÇAISE. production cie de l alambic christian bourigault

SUR UN AIR DEUX DUO DE DANSE EN TROIS ALBUMS SUR DES AIRS DE CHANSON FRANÇAISE. production cie de l alambic christian bourigault SUR UN AIR DEUX DUO DE DANSE EN TROIS ALBUMS SUR DES AIRS DE CHANSON FRANÇAISE production cie de l alambic christian bourigault «Sur un air deux» est une chorégraphie en trois étapes, trois albums correspondant

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

La Fabrique Opéra Rennes Bretagne présente. La Flûte Enchantée. W.A. Mozart

La Fabrique Opéra Rennes Bretagne présente. La Flûte Enchantée. W.A. Mozart La Fabrique Opéra Rennes Bretagne présente La Flûte Enchantée W.A. Mozart Monter un opéra en associant les élèves de l enseignement technique et professionnel et le présenter dans une grande salle populaire

Plus en détail

Présentation de l agence

Présentation de l agence Présentation de l agence Agence d art contemporain Lucia Drago, fondatrice en 2008 de l agence d art contemporain Drago for Art, souhaite créer un véritable pont entre l Italie, son pays natal, et la France

Plus en détail

Le Relais Culturel de Wissembourg et les spectacles jeune public

Le Relais Culturel de Wissembourg et les spectacles jeune public Le Relais Culturel de Wissembourg et les spectacles jeune public Un dossier réalisé par le Relais Culturel de Wissembourg pour préparer la venue au spectacle des jeunes spectateurs «Le théâtre pour enfants,

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE Introduction Le concept de condition nécessaire est largement utilisé en philosophie, quelquefois explicitement pour définir d autres concepts importants.

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail