Genèse de la mise en scène moderne, une hypothèse. Jean-Pierre Sarrazac. «L'œil clinique»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Genèse de la mise en scène moderne, une hypothèse. Jean-Pierre Sarrazac. «L'œil clinique»"

Transcription

1 E N J E U X Genèse de la mise en scène moderne, une hypothèse Jean-Pierre Sarrazac Pour Catherine et Jean-Pierre Naugrette La mise en scène. Art de l'interprétation des signes, des textes et des traces. Antoine VITEZ, 1986 CERTAINS PENSERONT que c'est Zola qui procède comme un metteur en scène de théâtre lorsqu'il constitue les «dossiers» de ses futurs romans, d'autres que c'est Antoine, le premier metteur en scène au sens moderne du vocable, qui emboîte le pas au romancier naturaliste pour élaborer ses spectacles. Les uns et les autres auront raison : la méthode zolienne, qui consiste à mener une enquête sur le milieu dans lequel sont pris les personnages et, par exemple, à établir les plans détaillés des appartements et des quartiers où ils évoluent, n'est pas sans évoquer un dispositif théâtral et elle se retrouve au moins en partie dans le protocole de la mise en scène naturaliste tel qu'andré Antoine va le fixer à partir de Si le théâtre est, selon son étymologie, le «lieu d'où l'on regarde», roman naturaliste et mise en scène moderne à ses origines ont en commun de privilégier le regard ; on pourrait même dire de l'aiguiser. De même que La Bête humaine est «largement un roman de l'œil et du regard l», les mises en scène d'antoine vont spéculer sur le regard investigateur du spectateur de théâtre. Sur ce point comme sur tant d'autres Antoine suit les traces de son maître Zola et entend promouvoir un art fondé sur V «enquête» et sur 1' «analyse». Dans un texte bien connu des généticiens et auquel, bien que non généticien, je me référerai, Carlo Ginzburg a parfaitement dénommé l'instrument privilégié d'un tel art : F «œil clinique». L'œil clinique signale un regard particulièrement perspicace et intelligent. Le regard de l'enquêteur par excellence en cette fin de xix e siècle : le détective, le limier, celui qui suit la trace et mène la chasse aux indices. Edgar Poe, père de la mise en scène moderne, l'hypothèse n'est pas complètement saugrenue... D'abord, l'anecdote : ce pseudonyme de Poe qu'accole à son nom Aurélien Lugné, comédien et régisseur d'antoine au Théâtre Libre puis collaborateur du Théâtre d'art et fondateur du théâtre de l'œuvre. Ensuite, plus sérieusement, ce tropisme du naturalisme, aussi bien théâtral que romanesque, pour le genre policier naissant, lieu d'exercice s'il en fut de l'œil clinique : on sait que, travaillant à La Bête humaine, Zola flirte avec le roman policier et qu'antoine fait, à partir de 1902, une place au répertoire policier (notamment à Gustave Roger et à Maurice Leblanc) dans le théâtre qui porte son nom. «L'œil clinique» 1. Jacques Dubois, «Lecture», dans Emile Zola, La Bête humaine, Arles, Actes Sud-Labor, «Babel, 55», 1992, p Genesis 26, 2005

2 Relier Antoine à Poe et la figure du metteur en scène à celle du détective amateur, relire ce texte fondamental qu'est la Causerie sur la mise en scène d'antoine 2 (1903) en essayant de mettre en évidence une double série d'analogies entre le processus originel de la mise en scène moderne et ceux du roman zolien et du roman policier, tels seront les objectifs d'une enquête menée avec les maigres ressources d'un généticien d'occasion. Mais il convient préalablement de s'interroger sur ce soudain avènement - le 30 mars 1887, première représentation du Théâtre Libre, à Paris, salle de l'elysée des Beaux-Arts - du metteur en scène moderne, c'est-à-dire d'un artiste qui subordonne l'ordonnance matérielle du spectacle - dont il a la charge - à une lecture, à une interprétation personnelles de l'œuvre dramatique représentée. Celui qu'on n'attendait pas Notre théâtre aurait tant besoin d'un homme nouveau, qui balayât les planches encanaillées, et qui opérât une renaissance, dans un art que les faiseurs ont abaissé aux simples besoins de la foule! Oui, il faudrait un tempérament puissant dont le cerveau novateur vint révolutionner les conventions admises et planter enfin le véritable drame humain à la place des mensonges ridicules qui s'étalent aujourd'hui 3. Mais un «homme nouveau» peut en cacher un autre ; et si Zola, qui exprime ainsi son attente dès les premières lignes du Naturalisme au théâtre, pense à un «auteur dramatique de génie» - il se serait bien vu lui-même en artisan d'une telle «renaissance» -, c'est tout autant la figure du metteur en scène, bientôt incarnée par André Antoine puis par Stanislavski, que nous reconnaissons aujourd'hui dans son invocation de «ce créateur enjambant les ficelles des habiles, crevant les cadres imposés, élargissant la scène jusqu'à la mettre de plain-pied avec la salle, donnant un frisson de vie aux arbres peints des coulisses, amenant par la toile de fond le grand air libre de la vie réelle». Que Zola attende un auteur providentiel - il en appelle explicitement à un Corneille, un Racine ou un Hugo du naturalisme - et que, sous l'appellation nouvelle de metteur en scène, ce soit un acteur amateur, un régisseur autoproclame qui s'impose ne doit cependant pas nous étonner. Pour amener sur la scène «le grand air libre de la vie réelle», il fallait l'entremise d'un homme de plateau. Dès lors, le traditionnel partage entre l'œuvre dramatique et Vopsis (dernière des parties qualifiant la tragédie, selon Aristote) ne peut plus être valide. Un nouveau partage se met en place. La mise en scène n'est plus simplement le «spectacle». Elle se met à empiéter sur le texte lui-même ; elle seule peut conférer au drame la dimension à la fois descriptive et narrative qui lui manque au regard du roman naturaliste. Incomplétude du drame «À mon sens, la mise en scène moderne devrait tenir au théâtre l'office que les descriptions tiennent dans le roman 4» : Antoine paraphrase ainsi Zola. À un mot près : l'auteur du Naturalisme au théâtre évoquait, lui, le «décor» ; Antoine élargit le propos à la mise en scène dans son ensemble, «partie matérielle» et «partie immatérielle». Il s'agit là, à l'évidence, de «romanisation» au sens debakhtine : «La romanisation des autres genres, lit-on dans Esthétique et théorie du roman, n'est pas leur soumission à des

3 G E N È S E DE LA M I S E EN S C È N E M O D E R N E, U N E H Y P O T H È S E E N J E U X canons qui ne sont pas les leurs. Au contraire, il s'agit de leur libération de tout ce qui est conventionnel, nécrosé, ampoulé, amorphe, de tout ce qui freine leur propre évolution, et les transforme en stylisations de formes périmées 5.» Dans le contexte d'une romanisation intense du théâtre naturaliste, la formule d'antoine signifie que la forme dramatique peut désormais être considérée cçmme une forme lacunaire, qui en appelle à la mise en scène moderne non pas simplement pour qu'elle l'actualise mais aussi et surtout pour qu'elle la complète. Les didascalies extrêmement descriptives (des lieux de l'action, des personnages euxmêmes, de leur gestualité, de l'interaction entre les uns et les autres), tous ces fragments d'un véritable «roman didascalique 6» que l'on trouve dans la plupart des pièces de la fin du xix e siècle, en particulier chez Ibsen, ont valeur de symptôme : elles affichent l'incomplétude du drame et la nécessité de la mise en scène moderne. Entendons : d'une mise en scène qui, à l'instar de celles d'antoine, wmanise le drame. Cependant, les résistances sont nombreuses. C'est ainsi que les romanciers qui sont leur propre adaptateur hésitent à transférer sur la mise en scène cette fonction descriptive et analytique. Zola, par exemple, propose dans ses pièces des «jeux muets» - ce qui paraît une ouverture à la mise en scène moderne - mais, en même temps, signe d'un manque de confiance, il redouble ces didascalies 7 par des dialogues explicatifs - qui ne sont en vérité que des didascalies internes. D'autre part, une question reste quant au travail du metteur en scène : si la mise en scène a désormais la vocation de compléter l'œuvre de l'écrivain, jusqu'à quel point parvient-elle à transcrire la voix du narrateur romanesque? Quand, pour la première fois, j'ai eu à mettre un ouvrage en scène, j'ai clairement perçu que la Reconstruire le milieu besogne se divisait en deux parties distinctes : l'une toute matérielle, c'est-à-dire la constitution du décor servant de milieu à l'action, le dessin et le groupement des personnages ; l'autre, immatérielle, c'est-à-dire l'interprétation et le mouvement du dialogue 8. Entre ces deux «parties», Antoine opère un renversement copernicien : le processus ne consiste plus à «mettre l'interprétation dans ses meubles», selon l'expression de Porel citée dans la «Causerie...», mais au contraire à commencer par mettre en place une «partie matérielle» considérablement réévaluée : «II m'a donc paru d'abord utile, indispensable, énonce Antoine, de créer avec soin, et sans aucune préoccupation des événements qui devaient s'y dérouler, le décor, le milieu. - Car c'est le milieu qui détermine les mouvements des personnages, et non les mouvements des personnages qui déterminent le milieu.» 2. En quelque sorte, un «avant-texte» des mises en scène d'antoine, rédigé - ou prononcé - a posteriori (1903). 3. Emile Zola, Le Naturalisme au théâtre, Œuvres complètes, t. XI, Paris, Cercle du Livre précieux, 1968, p Antoine, «Causerie sur la mise en scène», dans Jean-Pierre Sarrazac et Philippe Marcerou, Antoine, l'invention de la mise en scène, Anthologie des textes d'andré Antoine, Arles, Actes Sud-Papiers, «Parcours de théâtre», 1999, p Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, traduit du russe par Daria Olivier, Paris, Gallimard, «Bibliothèque des Idées», 1978, p Jean-Pierre Sarrazac, «L'auteur de théâtre et le devenir scénique de son œuvre», Registres/4, Presses de la Sorbonne Nouvelle, Voir «La pantomime, théâtre en mineur», la thèse en cours d'ariane Martinez sur le théâtre muet au tournant du XX e siècle. 8. Antoine, dans Jean-Pierre Sarrazac et Philippe Marcerou, op. cit., p. 113.

4 Or, dans cette inversion du processus de la mise en scène à la faveur de laquelle le décor devient un analogon du milieu naturaliste, c'est bien la destinée de la forme dramatique qui se joue. C'en est fini de ce que Peter Szondi appelle le «drame absolu» fondé sur une grande «collision dramatique» et sur la «totalité du mouvement» au sens hégélien. La mise en scène moderne participe de la crise du drame. Elle l'accentue, elle l'accélère. Prise en charge par la «partie matérielle» de la mise en scène, la «totalité des objets», principe épique par excellence, encadre le mouvement dramatique. D'ailleurs un hégélien comme Lukâcs ne s'y trompe pas, qui stigmatise l'intrusion du descriptif dans la sphère du théâtre : «La plupart des drames naturalistes [...] comprennent toujours une série de figures qui servent seulement à illustrer le milieu social de l'action pour le spectateur. Chacune de ces figures, chacune de ces scènes "romance" le drame, car elle exprime un élément de cette "totalité des objets" qui est étranger par nature à l'objectif du drame 9.» Concevoir et implanter le décor, installer le mobilier et les accessoires, cela revient pour Antoine à dérouler la trame de cette «totalité des objets» qui va désormais servir de support et de complément au mouvement dramatique. Secondarisation du drame (par la mise en scène et par lui-même) À partir du moment où elle ne peut plus être conçue comme le simple déploiement du drame sur la scène, la mise en scène apparaît plutôt comme un retour sur ce drame. À supposer que le drame écrit puisse encore être considéré comme «primaire» - c'est-à-dire, selon la définition szondienne du «drame absolu» comme «événement interpersonnel au présent» -, le drame représenté, lui, sera considéré comme secondaire. L'approche du metteur en scène se situe à rebours de celle de l'auteur dramatique ; elle vise non point l'exposition chronologique mais une reconstitution de l'action dramatique dans son cadre, dans son milieu luimême restitué. Cependant, l'une des propriétés essentielles de la crise du drame au tournant du xx e siècle et d'ibsen {John Gabriel Borkman) à Pirandello {Sixpersonnages en quête d'auteur), c'est que le drame cesse d'être une structure primaire tendant vers le dénouement, vers l'«apaisement final» hégélien pour devenir lui-même une structure secondaire : non plus drame au premier degré, mais métadrame - retour sur un drame, reconstitution d'un drame et d'une catastrophe déjà advenus. Et c'est précisément sur cette question de la reconstitution que s'impose le rapprochement avec le genre policier, qui naît à l'époque et va faire florès non seulement dans le roman mais aussi au théâtre. La littérature naturaliste ne pouvait ignorer le récit policier en ce qu'elle s'intéresse elle aussi de très près à la criminalité ambiante de la société industrielle : D'une certaine façon, le projet naturaliste, avec le souci de dépeindre les milieux populaires dans tous leurs aspects et la volonté de faire œuvre scientifique en référence au positivisme, ne pouvait que rejoindre le roman policier en ne dissimulant pas la réalité des meurtres qu'ils soient commis par passion ou par nécessité et en tenant de les expliquer par une enquête minutieuse 10. À l'instar de celle du roman policier, la structure de l'œuvre théâtrale - drame et mise en scène - se scinde en deux. Selon Jacques Dubois, le «roman policier articule l'une à l'autre deux histoires, celle du crime et celle de l'enquête, et il a beau les superposer et les enche-

5 G E N È S E DE LA M I S E EN S C È N E M O D E R N E, U N E H Y P O T H È S E E N J E U X vêtrer, elles n'en sont pas moins là comme les deux parties clivées de la même réalité textuelle» n. Un tel clivage se retrouve au sein de l'œuvre théâtrale à l'époque du naturalisme. Assez fréquemment dans le drame lui-même, sous les espèces de ce que nous avons appelé «métadrame». Et systématiquement dans la mise en scène, c'est-à-dire dans le drame re-présenté - ou re-constitué. La mise en scène faisant alors figure de reconstitution d'une reconstitution. En ce sens, le processus de la mise en scène ressortit à l'épique plutôt qu'au dramatique. Pour reprendre une opposition chère à Goethe et à Schiller, le metteur en scène ne voit pas l'action dénier devant lui, il «[s]e meu[t] autour de l'action» et accède ainsi à une mobilité caractéristique de l'art du rhapsode i2. Liberté de mouvement inconnue dans la juridiction du dramatique - du «drame absolu» - où «l'action dramatique est en mouvement devant [le spectateur]». En dépit de tout ce qui a pu être dit et écrit sur le prétendu «réalisme illusionniste 13» d'antoine, la mise en scène de type naturaliste n'a pas pour objectif de donner au spectateur l'illusion qu'il suit - ou qu'il vit - le drame au présent ; elle travaille au contraire à reconstituer un drame situé explicitement dans le passé. De fait, le temps de la mise en scène ne coïncide pas avec cette suite d'instants présents qui constituait le «drame absolu», il se situe en décalage permanent par rapport au temps du drame. Et, si nous avons par moments l'impression d'une coïncidence, c'est que le drame lui-même est en train de prendre l'action à rebours. «Le sens est dans Le propre de la description et, tout particulièrement, de la description naturaliste, c'est les détails...» d'entrer dans le détail des choses et de multiplier les énumérations. De la même manière que Lukâcs condamne chez Zola «le détail [qui] n'est plus partie intégrante de l'action 14», Denis Bablet reproche aux mises en scène d'andré Antoine de se perdre dans les détails : «Adepte de la théorie scientiste des milieux, il voulut faire de la scène la copie exacte de la réalité, sans sélection ni synthèse ; il accumula les détails descriptifs et il lui arriva de confondre l'objet et sa figuration, la vie et sa représentation, de substituer la réalité à son image 15.» Ce type de critique cantonne l'art d'antoine dans une «imitation des apparences» fondée sur l'accumulation des détails. Outre qu'elles se dispensent de rapprocher l'art d'antoine de celui des impressionnistes (si cher à Zola et à son disciple) voire des pointillistes et des divisionnistes pour lesquels la restitution du visible consiste en une juxtaposition vibratoire, sur fond neutre, de petites touches colorées, les analyses de Bablet ne prennent pas en compte le statut sémiologique du détail dans Yépistémè qui est celle de Zola, d'antoine mais aussi d'edgar Poe. Si, pour reprendre encore une fois les termes de Lukâcs, le détail n'est plus 9. Georges Lukâcs, Le Roman historique, Paris, Payot, «Bibliothèque historique», 1965, p Yves Reuter, Le Roman policier, Paris, Nathan Université, «128 Lettres», 2001, p Jacques Dubois, Le Roman policier ou la modernité, Paris Nathan, 1992, cité par Y. Reuter, op. cit., p Schiller, 26 décembre 1797, dans Goethe-Schiller, Correspondance, 1.1, Gallimard, 1994, p L'expression est de Denis Bablet, notamment dans La Mise en scène contemporaine 1 ( ), Bruxelles, La Renaissance du Livre, Georges Lukâcs, Problèmes du réalisme, Paris, L'Arche, «Le Sens de la marche», 1975, p Denis Bablet, op. cit., p

6 «partie intégrante de l'action», c'est qu'il a acquis une autre valeur : une valeur indiciaire, qui permet à l'enquêteur de prendre ses repères sur le lieu d'une action déjà accomplie et de tenter de démêler une énigme de nature cryptopolicière. Écoutons Antoine à ce sujet dans la «Causerie...» : «II faudrait dans les décorations d'intérieur ne pas craindre la profusion des petits objets, la diversité des petits accessoires. Rien ne donne à un intérieur un aspect plus habité. Ce sont ces imperceptibles choses qui font le sens intime, le caractère profond du milieu qu'on a voulu reconstituer.» «Reconstituer», le mot vient naturellement dans la bouche d'antoine. «Ces imperceptibles choses qui font le sens...» : l'économie de la mise en scène naturaliste est tout entière contenue dans cette formule. Quant à l'exhaussement du détail en indice, des remarques comme «un dos montré à propos», comme «Un crayon retourné, une tasse renversée, seront aussi significatifs, d'un effet aussi intense sur l'esprit du spectateur que les exagérations grandiloques [sic] du théâtre romantique», en attestent suffisamment 16. De l'emphase du théâtre romantique, de la pauvre abstraction d'un théâtre bourgeois dégénéré (toujours les mêmes plantations, les mêmes décors, toujours les accessoires peints sur le décor), nous passons à une matière extrêmement humble - et difficile à identifier - contenue dans la profusion des détails. L'art du metteur en scène naturaliste dépendra de sa capacité à semer les détails indiciels dans la banalité de cette pléthore, de ce «pêle-mêle» dirait Zola... Bref, de cette «totalité des objets». La méthode indiciaire Mais cette stratégie indiciaire, directement inspirée de l'enquête policière, n'est pas l'apanage du seul metteur en scène moderne. Dans l'article auquel nous avons déjà fait allusion, Carlo Ginzburg montre que Freud lui-même se réclame de cette méthode élaborée par Giovanni Morelli à la fin du xix e siècle pour détecter les faux en peinture - méthode d'origine cynégétique qu'on peut faire remonter aux antiques chasseurs traquant le gibier en interprétant les traces : «[La psychanalyse] aussi est habilitée à deviner les choses secrètes et cachées à partir de traits sous-estimés ou dont on ne tient pas compte, à partir du rebut - de refuser - de l'observation n.» Un art de l'observation qui s'étendrait au-delà de l'observation. Ou en deçà : dans le rebut du visible. De Morelli Freud retient, selon Ginzburg, «la proposition d'une méthode d'interprétation basée sur les écarts, sur les faits marginaux, considérés comme révélateurs». Grand amateur de peinture, André Antoine pourrait, lui aussi, se mettre à l'école de Morelli. Sauf que, en tant que metteur en scène, il fabrique lui-même les détails révélateurs. Figure bifrons, le metteur en scène moderne sème d'abord, en tant que coauteur de l'œuvre dramatique, les indices qu'il tentera ensuite d'identifier à titre de premier spectateur. Dédoublement un peu semblable à celui de l'écrivain de detective story, qui à la fois ourdit une intrigue et la démêle sous les traits de Dupin, de Rouletabille ou de Sherlock Holmes. Notre hypothèse sur la genèse de la mise en scène moderne est donc celle-ci : la mise en scène naturaliste s'inscrit à la fin du xix e siècle, au même titre que la littérature policière et que la psychanalyse, dans ce que Ginzburg a appelé le paradigme indiciaire. Partant de la méthode mise au point par Morelli pour l'attribution des peintures anciennes, méthode reposant sur l'examen des «détails les plus négligeables», lobes des oreilles, ongles, etc., Ginzburg montre que cette méthode, qui renvoie à un véritable modèle épistémologique apparu dans

7 G E N È S E DE LA M I S E EN S C È N E M O D E R N E, U N E H Y P O T H È S E E N J E U X les sciences humaines au cours des années , peut se retrouver, transposée, dans les débuts du roman policier comme dans ceux de la psychanalyse. Pour ma part, je voudrais essayer de montrer que cette même méthode d'interprétation préside à la naissance de la mise en scène moderne. Le metteur en scène naturaliste - limitons-nous ici à André Antoine ; nous nous tournerons une autre fois vers Stanislavski - emprunte au romancier naturaliste, en l'occurrence à Zola, son identité d'enquêteur et de médecin du social. Tout comme Zola, le fondateur du Théâtre Libre adhère à cette discipline, directement issue de la sémiotique médicale, qui consiste à «diagnostiquer les maladies inaccessibles à l'observation directe basée sur des symptômes superficiels, parfois insignifiants aux yeux du profane». Méthode indiciaire, donc, qui permet de «remonter, à partir de faits expérimentaux apparemment négligeables, à une réalité complexe qui n'est pas directement expérimentable» 18. À aborder la mise en scène naturaliste sous cet angle à la fois médical et policier, on comprend mieux la fameuse théorie du quatrième mur : Pour qu'un décor fût original, ingénieux et caractéristique, il faudrait l'établir d'abord, d'après une chose vue, paysage ou intérieur ; il faudrait l'établir, si c'est un intérieur, avec ses quatre faces, ses quatre murs, sans se soucier de celui qui disparaîtra plus tard pour laisser pénétrer le regard du spectateur. Il faudrait ensuite en disposer les issues naturelles en observant les vraisemblances architecturales [...] tracer en dehors de ce décor les pièces, les vestibules sur lesquels donnent ces issues ; meubler sur le papier ces appartements destinés à n'être aperçus qu'en partie, par l'entrebâillement des portes - en un mot établir la maison complète autour du lieu de l'action. Sentez-vous combien, ce premier travail effectué, il deviendra commode et intéressant, après avoir examiné ce paysage ou cet appartement sous toutes ses faces, de choisir le point exact où devra se faire la section qui nous permettra d'enlever le fameux quatrième mur, en maintenant au décor son aspect le plus caractéristique et le plus adéquat à l'action 19? La chambre close Rapportons-nous au contexte dramaturgique dans lequel émerge cette théorie, déjà esquissée par Diderot, du quatrième mur : l'essentiel des dramaturgies de ce temps - Ibsen, Strindberg, Hauptmann, Tchékhov, etc. - est tourné vers l'intérieur. Nous avons affaire à un dérèglement général de la maisonnée : maisons coupe-gorge, maisons prisons, maisons tombeaux, etc. Dans La Maison brûlée de Strindberg, le protagoniste, nommé L'Étranger, vient littéralement mener son enquête sur les décombres d'un incendie d'immeuble probablement criminel. Et dans Le Pélican, autre pièce de chambre du même Strindberg, la chambre mortuaire, qui sent encore le phénol, est présentée de façon quasi policière comme la chambre du crime. Nous reconnaissons là l'émergence d'un des grands topoi du roman policier à ses débuts, de Double assassinat dans la rue Morgue au Mystère de la chambre jaune, à savoir l'énigme de la chambre close. 16. Le Théâtre Libre, Paris, mai 1890, p Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces, Paris, Flammarion, «Bibliothèque scientifique», 1989, p U.Ibid. 19. Antoine, dans Jean-Pierre Sarrazac et Philippe Marcerou, op. cit., p

8 Ce qui est frappant, en tout cas, de l'aveu même d'antoine (voir l'expression «ce paysage ou cet appartement»), c'est que les extérieurs sont traités par la mise en scène comme des intérieurs et assujettis à la pratique du quatrième mur. La mise en scène naturaliste a une prédilection pour le décor d'intérieur et, lorsqu'elle traite un extérieur - par exemple, au Théâtre Antoine, dans La Terre d'après Zola -, elle le compose comme un intérieur pris entre quatre murs. Parmi les influences qui agissent sur ce processus scénographique, on notera bien sûr, s'agissant d'«établir la maison complète autour du lieu de l'action», celle de Beaumarchais et du genre sérieux mais surtout celle, plus directe, de Zola. De Zola qui, dans ses dossiers préparatoires aux romans, ne cesse de dessiner les plans des quartiers (Goutte d'or pour L'Assommoir, topographie des puits de mine de Germinal) ou des appartements (dans la maison de Pot-Bouille ou de la demeure de Gervaise) 20. À bien des égards, les croquis d'antoine en marge des manuscrits des pièces sur lesquelles il travaille et, plus largement, tout le processus qui aboutit au décor - c'est-à-dire à la reconstitution du milieu criminogene sur la scène - renvoie au processus génétique (dossiers, ébauches, brouillons, plans et schémas) qui sous-tend l'écriture romanesque de Zola. Quant aux particularités inhérentes à l'art du théâtre, qui distinguent la démarche d'antoine de celle de Zola, on pourra remarquer qu'elles proviennent pour une part de la leçon des Meininger, si bien enregistrée par Antoine 21, mais pour une autre part - le fait n'a guère été relevé jusqu'ici - de la préface à Mademoiselle Julie qui avait si fort frappé - au point qu'il la fit imprimer et distribuer aux spectateurs - le metteur en scène lorsqu'en 1893 il monta la pièce au Théâtre Libre. Strindberg avance dans sa préface que «pour les décors, [il a] emprunté à la peinture impressionniste l'asymétrie des pans coupés» et ajoute qu'il a «planté le mur du fond en biais et placé également la table en biais 22» ; et Antoine lui fait écho, qui confie à l'auditoire de la «Causerie...» son goût pour ces «plantations si pittoresques, si vivantes [...] trop négligées en France parce que nos metteurs en scène restent influencés malgré tout par le souvenir de nos éternelles dispositions classiques» et précise : «Un manque de symétrie leur paraîtrait insoutenable à l'œil 23.» La stratégie du metteur en scène et de son décorateur consiste donc, selon Antoine, à focaliser l'attention du spectateur sur «ces endroits» - la partie pour le tout - où «la disposition des lieux autant que la nature de nos occupations nous amènent insensiblement à vivre, à travailler». «Habiter signifie Grâce à ce «quatrième mur», opaque côté scène et transparent côté salle, le spectateur laisser des traces» se trouve confronté à une façon d'habiter - d'habiter une pièce, un appartement, une maison ; d'habiter un univers enfermé dans une chambre close - avec toute la signification de cette fonction d'habiter dans le milieu et pour les personnages convoqués sur la scène. Pour l'humanité que met en scène le naturalisme - celui du théâtre comme celui du roman - et tout particulièrement pour cette humanité bourgeoise qu'évoque Benjamin dans Paris, capitale du xix e siècle, l'«intérieur est non seulement l'univers, mais aussi l'étui de l'homme privé. Habiter signifie laisser des traces. Dans l'intérieur l'accent est mis sur elles. On imagine en masse des housses et des taies, des gaines et des étuis, où les objets d'usage quotidien impriment leurs traces»

9 G E N È S E DE LA M I S E EN S C È N E M O D E R N E, U N E H Y P O T H È S E E N J E U X Avec le quatrième mur, Antoine ne fait au fond qu'appliquer au théâtre la stratégie du Diable boiteux de Lesage, qui consistait à soulever le toit des maisons pour voir ce qui se passait à l'intérieur. Stratégie qui réussit si bien à Balzac : «Quand Balzac découvre les toits ou perce les murs pour donner un champ libre à l'observation, vous parlez insidieusement au portier, vous vous glissez le long des clôtures, vous pratiquez de petits trous dans les cloisons, vous écoutez aux portes, vous braquez votre lunette d'approche, la nuit, sur les ombres chinoises qui dansent au loin derrière les vitres éclairées ; vous faites, en un mot [...] ce que les Anglais appellent dans leur pruderie le police détective 25.» De cette technique de la vision à travers le mur, qui renoue d'ailleurs avec l'antique tradition théâtrale de la teichoscopie, nul dramaturge ne fera un meilleur usage que le Strindberg du Songe, d'orage, de La Sonate des spectres : Agnès, Le Monsieur, Le Directeur Hummel sont des personnages à part dans l'univers des pièces que je viens de citer - on pourrait leur en adjoindre d'autres, tel Le Vieillard d'intérieur de Maeterlinck - en ce sens qu' ils sont des personnages-spectateurs pour lesquels le quatrième mur - ce pseudo-retranchement de la vie privée - est transparent. Et que voient-ils ces spectateurs-personnages, qui ressemblent un peu à l'ange de l'histoire de Benjamin?... Un amoncellement de catastrophes, de maladies sociales et de crimes. Car habiter signifie en dernière analyse perpétuer la maladie sociale et/ou le crime. À travers le quatrième mur, c'est aussi le regard d'un des spectateurs privilégiés de la fin du xix e siècle qui s'insinue sur la scène naturaliste : «La "philosophie du mobilier", autant que ses nouvelles policières révèlent en Poe le premier physionomiste de l'intérieur. Les criminels des premiers romans policiers ne sont ni des gentlemen ni des apaches, mais des hommes privés appartenant à la bourgeoisie 26.» Car il s'agit bien pour le metteur en scène d'inciter le spectateur à l'observation - à une observation très rapprochée - et non, comme on l'a dit et répété, de flatter son «voyeurisme». Ainsi la fonction du quatrième mur à l'époque naturaliste consiste-t-elle beaucoup plus à ouvrir la scène - le «milieu» - au regard des spectateurs qu'à focaliser ce regard sur les entreparleurs. Le quatrième mur crée de la transparence ; il donne à voir. Et ce qui est donné à voir, c'est de l'indiciaire, non du spectaculaire. En ce sens, on pourrait parler d'uns fonction heuristique de la mise en scène : la mise en scène, ou l'heure de vérité du drame, celle où l'énigme est exposée puis dévoilée sous le regard du spectateur. 20. Voir Philippe Hamon, «Génétique du lieu romanesque. Sur quelques dessins de Zola», Cahiers de Narratologie, n 8, Publication de la Faculté des Lettres, Arts et Sciences humaines de Nice, Voir sa fameuse lettre de juillet 1888 à Francisque Sarcey : Jean-Pierre Sarrazac et Philippe Marcerou, op. cit., p August Strindberg, Théâtre cruel et théâtre mystique, Paris, Gallimard, «Pratique du théâtre», 1964, p Voir Jean-Pierre Sarrazac et Philippe Marcerou, op. cit., p Walter Benjamin, Poésie et Révolution, Paris, Denoël, «Dossiers des Lettres Nouvelles», 1971, p Hippolyte Babou, La Vérité sur le cas Champfleury, Paris, 1857, cité dans Walter Benjamin, Charles Baudelaire. Un poète lyrique à l'apogée du capitalisme, Petite Bibliothèque Payot, 2002, p Walter Benjamin, Poésie et Révolution, op. cit., p

10 Le metteur en scènerhapsode 27 Dans sa Théorie du drame moderne, Peter Szondi retrace l'émergence, à partir des années 1880, de ce qu'il va appeler le «sujet épique». Il montre que ce qui caractérise les dramaturgies de cette époque - Ibsen, Strindberg, Hauptmann, Tchékhov... -, c'est la fin de la dialectique hégélienne de l'objectif et du subjectif. Désormais tableau objectif (l'homme dans son milieu, l'homme pris dans la «totalité des objets») et regard subjectif sont mis en opposition. Pour exister, la situation théâtrale doit être saisie par une conscience épique. D'où l'apparition déjà évoquée, dans maintes pièces naturalistes ou naturalo-symbolistes, en particulier chez Strindberg et chez Hauptmann, de la figure de l'étranger, du témoin qui vient constater le drame vécu par des personnages dépourvus de conscience réflexive. Or, ce sujet épique, que Szondi limite à la sphère de l'écriture dramatique, nous sommes tentés de l'identifier également dans la sphère «complémentaire» de la mise en scène à travers la figure du metteur en scène, cet acteur en retrait, ce spectateur avancé, installé à la frontière de la salle et de la scène. La fonction de romanisation du drame qu'il assume à travers décor et mise en scène correspond bien à cette identité du metteur en scène comme sujet épique - ou «rhapsodique», pour reprendre le vocable goethéen. Faire jouer de dos telle scène, tel personnage correspond, chez Antoine, au choix d'une conscience narratrice. À partir du moment où la petite constellation des personnages ne se suffit plus à elle-même et se trouve «dominée» par une conscience supérieure - dont Strindberg note que, pour elle, «il n'y a pas de secrets», et qu'elle «ne juge pas, n'acquitte pas», qu'elle «relate seulement 28» -, cette conscience même - celle du sujet que j'appellerai «rhapsodique» - se trouve partagée, voire clivée entre l'auteur et le metteur en scène. Dans la mesure où le conflit direct entre les personnages n'est plus l'essentiel, le metteur en scène se trouve invité à intervenir comme un médiateur qui distribue la parole entre les personnages. Dans le metteur en scène moderne, on pourrait retrouver le portrait que Goethe 29 fait du rhapsode (opposé au «mime») : «[...] un homme sage, qui embrasse ce qui a eu lieu dans une paisible pondération [...]. Il se portera à son gré en avant et en arrière.» Son but n'est pas de dramatiser, mais plutôt d'«apaiser» les spectateurs. C'est ainsi que s'instaure un décalage bénéfique entre le temps du drame et celui de la représentation, décalage propice à développer la réflexion et l'activité critique du spectateur. De Dupin, le génial détective d'edgar Poe, Claude Richard prétend justement qu'il est «au premier chef, lecteur» «illustrant, pour son modeste compagnon anonyme» - son Watson, en quelque sorte - «le rapport harmonique entre l'homme et son monde et lui donnant à lire le texte occulté du réel» 30. Et, toujours à propos de Dupin, le narrateur de Double assassinat dans la rue Morgue, s'interroge pour savoir s'il n'aurait pas une «âme double» et si ne coexisterait pas en lui «un Dupin créateur et un Dupin analyste». Ce dédoublement de l'enquêteur, de l'amateur d'énigmes, ne pourrions-nous pas l'appliquer à la relation metteur en scène-auteur à l'époque naturaliste? L'auteur comme créateur qui déroule de scène en scène l'énigme - fonction syntagmatique, en quelque sorte ; le metteur en scène comme analyste qui en dresse le tableau - fonction paradigmatique - au sein duquel il a disséminé les indices? Le second travaillant, comme nous l'avons déjà montré, à rebours du premier?

11 G E N È S E DE LA M I S E EN S C È N E M O D E R N E, U N E H Y P O T H È S E E N J E U X Mais, justement, quelle est la place exacte du spectateur dans ce dispositif où le temps de la mise en scène prend à rebours le temps du drame? En d'autres termes, quelle relation le spectateur ordinaire entretient-il avec ce spectateur privilégié, ambivalent ou, comme nous l'avons écrit, ce spectateur «avancé» qu'est le metteur en scène? Il existe une nouvelle de Conan Doyle, intitulée en français L'Aventure du détective agonisant 31, qui fournirait une excellente parabole de ce qu'on appelle la «coupure sémiotique», fondatrice de la relation théâtrale. Afin de démasquer un criminel extrêmement rusé, mais qu'il va néanmoins amener à venir s'épancher devant lui, Holmes feint d'être à l'article de la mort. Dans cette histoire, Watson joue à son insu un double rôle : c'est lui qui, convaincu que son ami est agonisant et qu'il doit tenter de le sauver, va rabattre le criminel jusque dans la chambre de Holmes ; et c'est encore lui qui, assigné par le pseudo-mourant à une cachette «derrière la tête du lit», servira de témoin aux aveux du criminel que la police n'aura plus ensuite qu'à emmener. «Ne bougez pas, quoi qu'il arrive», «Ne parlez pas! Ne remuez pas!», «Gardez vos distances!», les recommandations et autres admonestations de Holmes à Watson renvoient étrangement au contrat implicite du spectateur de théâtre. D'ailleurs, Holmes revendique pleinement le fait de s'être mis dans la «peau du personnage» du «détective agonisant». Et il justifie ainsi, comme le premier comédien venu, le fait d'avoir empêché Watson, sous le prétexte d'une possible contamination, de s'approcher de lui à moins de quatre mètres : «Croyez-vous que j'estime si peu vos talents de médecin? Pouvais-je imaginer que votre jugement astucieux se méprendrait sur le cas d'un mourant qui, bien que faible, ne présentait ni accélération du pouls ni hausse de température? À quatre mètres, j'avais une chance de vous tromper.» Ce qui est particulièrement intéressant dans cette relation, c'est que Watson, bien que manipulé le temps que dure la «représentation» de Holmes, n'est jamais considéré par ce dernier comme une dupe. Que, réduit à la position de spectateur et de «victime» de l'illusion théâtrale, il accède in fine au statut de témoin - témoin doublement : témoin des aveux du criminel ; témoin-narrateur des aventures de Holmes - qui lui permet rétrospectivement de ressaisir toute l'«aventure». Si, dans cette histoire, Holmes réunit en sa personne les fonctions d'acteur et de metteur en scène, Watson, lui, nous paraît incarner une parfaite imago du spectateur à l'époque de la naissance de la mise en scène moderne. Non point voyeur, mais témoin, avons-nous dit. Mais de surcroît témoin particulièrement actif - ou du moins curieux - qui se présente à bien des égards comme le collaborateur, l'assistant du détective et comme féru d'énigmes policières. Le couple metteur en scène/spectateur 27. J'ai abondamment développé, notamment en 1981 dans L'Avenir du drame (nouvelle édition : Circe Poche, 1999), le thème de l'«auteur-rhapsode». Je n'y reviens pas. J'essaie simplement ici de montrer que le metteur en scène moderne participe lui aussi de cette fonction rhapsodique. 28. August Strindberg, op. cit., p Goethe-Schiller, Correspondance, 1.1, p «Introduction aux contes», dans Edgar Allan Poe, Contes-Essais-Poèmes, Paris, Robert Laffont, «Bouquins», 1989, p Conan Doyle, «Son dernier coup d'archet», dans Sherlock Holmes, t. II, Paris, Robert Laffont, «Bouquins», 1988.

12 Face à un auteur qui a mis au point une énigme, à un metteur en scène qui a constitué le tableau des traces, des indices - et des leurres - permettant de tenter de démêler cette énigme, le spectateur, retranché derrière un quatrième mur plus confortable que «la tête de lit» réservée à Watson par Holmes, se trouve placé dans la position du confident de l'enquêteur, voire d'enquêteur lui-même. À lui de repérer les traces, les indices et d'apprendre à les lire. D'ailleurs, l'éloignement relatif que Holmes acteur-metteur en scène impose à Watsonspectateur n'est pas seulement le garant de l'illusion théâtrale, il peut être aussi la condition d'une bonne méthode d'investigation du milieu où se situe l'énigme. C'est du moins l'avis de Dupin, lorsque, a contrario, il évoque Vidocq dans Double assassinat dans la rue Morgue : «II diminuait la force de sa vision en regardant l'objet de trop près. Il pouvait peut-être voir un ou deux points avec une netteté singulière, mais, par le fait même de son procédé, il perdait l'aspect de l'affaire prise dans son ensemble. La vérité n'est pas toujours dans un puits. En somme, quant à ce qui regarde les notions qui nous intéressent de plus près, je crois qu'elle est invariablement à la surface 32.» À voir ou à entendre? Mais, si l'on en revient un instant à L'Aventure du détective agonisant de Conan Doyle, il est une consigne que Holmes donne à Watson et qui semble tout à fait étrangère au théâtre du tournant du xx e siècle : «Écoutez seulement, mais de vos deux oreilles.» Le spectateurtémoin du théâtre naturaliste - et peut-être aussi celui du théâtre symboliste, où officient les peintres nabis - ne saurait se contenter d'écouter. Pour déchiffrer l'énigme, il lui faut absolument exercer son regard. Repérer les indices au sein du «tableau». Le spectateur devra déployer des trésors d'attention visuelle pour interpréter, avec l'aide discrète du metteur en scène, ces indices et parvenir à suivre la trace. Pour espérer se hisser à la hauteur de Dupin repérant, grâce à son «œil clinique», la «lettre volée» : [...] je me plaignis de la faiblesse de mes yeux et de la nécessité de porter des lunettes. Mais derrière ces lunettes j'inspectais soigneusement et minutieusement tout l'appartement.[...] je donnais une attention spéciale à un vaste bureau [...] sur lequel gisaient pêle-mêle des lettres diverses et d'autres papiers, avec un ou deux instruments de musique et quelques livres. Après un long examen, fait à loisir, je n'y vis rien qui pût exciter particulièrement mes soupçons [...]. À la longue, mes yeux, en faisant le tour de la chambre, tombèrent sur un misérable porte-carte, orné de clinquant, et suspendu par un ruban bleu crasseux à un petit bouton de cuivre au-dessus du manteau de la cheminée [...]. À peine eus-je jeté un coup d'œil sur cette lettre que je conclus que c'était celle dont j'étais en quête 33. La chasse aux indices - on reconnaît ici l'origine cynégétique de la méthode indiciaire - entraîne une hypertrophie de la fonction du regard. Le spectateur du théâtre naturaliste doit pouvoir affirmer, tel Zadig devant ses juges, «J'ai vu... les traces». Pour lui, il ne s'agit aucunement d'écarquiller les yeux afin de les abreuver de spectaculaire, il s'agit de se pencher sur une réalité reconstituée, sur une réalité devenue matière à expérimentation, afin de la scruter avec la loupe du détective ou le microscope du biologiste et du médecin. A priori, on pourrait penser que dans le cas d'une mise en scène non plus d'antoine mais de son collaborateur dissident Lugné-Poe, la hiérarchie vision-écoute va se renverser et qu'on aura affaire, dans l'aire du théâtre symboliste, à des spectacles plus à entendre qu'à voir. Le 46

13 G E N È S E DE LA M I S E EN S C È N E M O D E R N E, U N E H Y P O T H È S E E N J E U X processus est plus complexe : en fait, le théâtre symboliste - et, en particulier, celui de Maeterlinck - est un théâtre de Vhypotypose généralisée, où c'est une vision qui nous est donnée à entendre. C'est ainsi que les voix alternées du Vieillard et de L'Étranger d'intérieur composent, progressivement et contradictoirement, le tableau de la jeune fille noyée ou de la foule en train d'acheminer le corps de la jeune morte jusqu'à la maison des parents : Le Vieillard : [...] On l'a trouvée ainsi [...]. Elle flottait sur le fleuve et ses mains étaient jointes. / L'Étranger : Ses mains n'étaient pas jointes ; ses bras pendaient le long du corps. L'Étranger : Ils suivent les ondulations du sentier [...]. Voilà qu'ils réapparaissent à côté d'un talus éclairé par la lune [...]. Le Vieillard : Ils viendront malgré tout, et je les vois aussi [...]. Ils sont en marche à travers les prairies [...] Ils semblent si petits qu'on les distingue à peine entre les herbes [...]. On dirait des enfants qui jouent au clair de lune 34. Quant à la «totalité des objets» et au jeu des indices, ils ont leur équivalent dans un contexte symboliste et, par exemple, dans la dramaturgie de Maeterlinck, où le cosmos tient la même fonction épique que le milieu dans le drame naturaliste. C'est ainsi que, dans L'Intruse, la visite à pas feutrés de la Mort (jamais nommée), qui s'introduit tel un criminel dans la maison, se traduit par une écoute chorale de phénomènes «naturels» en provenance de l'espace environnant : L'Aïeul : Je n'entends plus les rossignols. / La Fille : Je crois que quelqu'un est entré dans le jardin, grand-père. / L'Aïeul : Qui est-ce? / La Fille : Je ne sais pas, je ne vois personne. / L'Oncle : C'est qu'il n'y a personne. / La Fille : II doit y avoir quelqu'un dans le jardin ; les rossignols se sont tus tout à coup. / L'Aïeul : Je n'entends pas marcher cependant. / La Fille : II faut que quelqu'un passe près de l'étang, car les cygnes ont peur. / Une Autre Fille : Tous les poissons de l'étang plongent subitement 35. Le théâtre reste conforme à son étymologie : le lieu d'où l'on regarde. Sauf qu'ici c'est l'oreille du spectateur qui capte la vision. Le metteur en scène symboliste donne à voir, mais par prétention, à travers le détour de l'hypotypose. La mise en scène moderne ne naît pas par hasard à la fin de l'époque naturaliste. Elle naît Le naturalisme, socle du naturalisme. Elle constitue même peut-être la dernière manifestation, la dernière conquête de la mise en scène de ce puissant courant artistique. Il fallait la doctrine naturaliste, il fallait le positivisme caractéristique du paradigme indiciaire pour que la mise en scène occupe cet espace nouveau que laissait béant devant elle l'incompletude d'un drame en crise. Cependant, à partir de ce moment fondateur, le processus de la mise en scène peut prendre bien d'autres voies que celle du naturalisme. Et, d'abord, chronologiquement, celle du symbolisme... Il n'empêche que le socle de la mise en scène - réaliste, synecdochique - a été posé par le naturalisme et que c'est encore sur lui que s'édifie l'art de la mise en scène aujourd'hui, 32. Edgar Allan Poe, op. cit., p Ibid., p Maurice Maeterlinck, Théâtre complet, t. II, Paris-Genève, Slatkine Reprints, 1979, p. 178 et Ibid., 1.1, p

14 48 même le plus apparemment abstrait ou métaphorique... Alternances ou oscillations sans fin entre métaphore et métonymie. Qu'il soit symboliste ou naturaliste, qu'il revendique le réalisme ou la convention - ou encore les deux à la fois - le théâtre à l'heure de la mise en scène moderne ne se limite plus au microcosme dramatique. Il vise, comme l'a bien vu Antoine Vitez, à mettre en scène tout un monde : «Grandeur de la mise en scène comme art en soi! Le metteur en scène poète, loin de se contenter de suivre, comme il le croit, les indications de l'auteur, se donne pour tâche de mettre en scène le monde» ; «Comment jouer tout? le tout? Et pas seulement des personnages, mais aussi des rues, des maisons, la campagne, et les automobiles, la cathédrale de Bâle, la vie 36?» À son stade originel, le naturalisme, la mise en scène moderne est une mise en récit et une mise en énigme. Carlo Ginzburg nous suggère que l'antique chasseur, qui relate la découverte des indices l'ayant amené à débusquer le gibier, est à l'origine de toute mise en récit. Et Daniel Ferrer note pour sa part que «les généticiens ont pris l'habitude de se comparer à ce chasseur des temps modernes qu'est le détective ou limier, Dupin ou Sherlock Holmes, dont la clairvoyance apparemment miraculeuse repose sur la réceptivité aux indices, et dont l'activité trouve son apothéose et son efficacité même dans la mise en récit de ces indices» 37. J'ai essayé de montrer en quoi le metteur en scène tenait du détective. Mais aussi du généticien. 36. Antoine Vitez, Écrits sur le théâtre, II. La Scène, , Paris, P.O.L, 1995, p. 94 et Daniel Ferrer, «Le matériel et le virtuel : du paradigme indiciaire à la logique des mondes possibles», dans Pourquoi la critique génétique? Méthodes, théories, sous la direction de Michel Contât et Daniel Ferrer, CNRS Éditions, 1998, p. 16.

15 G E N E S E DE LA M I S E EN S C E N E M O D E R N E, U N E H Y P O T H E S E E N J E U X JEAN-PIERRE SARRAZAC est professeur à l'institut d'études théâtrales de l'université Paris Ill-Sorbonne nouvelle - où il dirige TEA 3420 : «Poétique du drame moderne et contemporain» - et professeur invité à l'université catholique de Louvain-la-Neuve. Ses nombreux ouvrages et articles portent essentiellement sur les dramaturgies modernes et contemporaines, d'ibsen à Fosse et de Strindberg à Koltès. Il est également l'auteur d'une vingtaine de pièces, publiées et jouées en France et à l'étranger. Derniers ouvrages parus : La Parabole ou L'Enfance du théâtre, Belfort, Circé, «Penser le théâtre», 2002 ; Jeux de rêves et autres détours, Belval, Circé, «Penser le théâtre», Jean-Pierre Sarrazac, Résumés Genèse de la mise en scène moderne, une hypothèse Relier André Antoine à Edgar Allan Poe et la figure du metteur en scène à celle du détective amateur, relire ce texte fondamental qu'est la Causerie sur la mise en scène (1903) en essayant de mettre en évidence une double série d'analogies entre le processus originel de la mise en scène moderne et ceux du roman zolien et du roman policier, tels sont les objectifs de cette enquête. L'hypothèse est la suivante : la mise en scène naturaliste s'inscrit à la fin du xix e siècle, au même titre que la littérature policière et que la psychanalyse, dans ce que Ginzburg a appelé le paradigme indiciaire. De la méthode mise au point par Morelli pour dépister l'attribution des peintures anciennes, Freud retient, selon Ginzburg, «la proposition d'une méthode d'interprétation basée sur les écarts, sur les faits marginaux, considérés comme révélateurs». Grand amateur de peinture, André Antoine pourrait, lui aussi, se mettre à l'école de Morelli. Sauf que, en tant que metteur en scène, il fabrique lui-même les détails révélateurs. Figure bifrons, le metteur en scène moderne sème d'abord, en tant que coauteur de l'œuvre théâtrale, les indices qu'il tentera ensuite d'identifier à titre de premier spectateur. Dédoublement un peu semblable à celui de l'écrivain de detective story, qui à la fois ourdit une intrigue et la démêle sous les traits de Dupin, de Rouletabille ou de Sherlock Holmes. Le but est donc de montrer que la mise en scène moderne ne naît pas par hasard à la fin de l'époque naturaliste. Qu'elle naît du naturalisme. Qu'elle constitue même peut-être la dernière manifestation, la dernière conquête de ce puissant courant artistique. Il fallait la doctrine naturaliste, il fallait le positivisme caractéristique du paradigme indiciaire pour que la mise en scène occupe cet espace nouveau que laissait béant devant elle l'incomplétude d'une forme dramatique en crise. The aim of this study is to draw a parallel between André Antoine and Edgar Allan Poe and between the figure of the stage director and that of the amateur detective, and to reread the key text, Causerie sur la mise en scène ( 1903), while attempting to underscore a twofold set of analogies between the original process of modem staging and those of Zola's novels and detective stories. Thè hypothesis is thè following: at thè end of the nineteenth century Naturalist stage direction, as well as detective stories and psychoanalysis, belonged to what Ginzburg called the paradigme indiciaire. According to Ginzburg, in thè method Morelli devel- oped for tracing the attribution of old paintings, Freud retained «the suggestion of an interpretative method based on divergences, on marginal facts, deemed revelatory». Perhaps André Antoine himself, very fond of painting, follows as well Morelli's lesson. Except that as a stage director he himself créâtes the revelatory dues. A Janus figure, the modem stage director, as co-author of the theatrical work, first spreads thè clues he will then as a spectator strive to identify. A split personality somewhat like that of thè detective story writer who tangles the plot and untangles it in the guise of Dupin, Rouletabille or Sherlock Holmes. So the purpose is to show that it is no coincidence if modem stage direction arose at the close of the Naturalist era. That indeed it arises front Naturalism. That it is perhaps the last manifestation, the last conquest of this powerful artistic movement. The Naturalist doctrine, the characteristic positivism of the paradigme indiciaire were necessary for stage direction to be able to take over this wide open new space created by thè incompleteness of a deadlocked dramatic form. Ziel dieser Untersuchung ist es nicht nur, den Régisseur André Antoine mit Edgar Allan Poe und die Figur des Régisseurs mit der des Amateurdetektivs in Verbindung zu bringen. Es soli gleichermaben versucht werden, durch eine neue Lesart des grundlegenden Textes Gespràche iiber das Inszenieren (1903) eine zweifache Serie von Analogien herauszuarbeiten. Der Entstehungsprozess der modernen Inszenierung lâsst sich so mit denen verbinden, die sowohl im Zolaschen Roman als auch im Detektivroman am Werke sind. Dabei soli folgende Hypothèse aufgestellt werden : So wie die Kriminalliteratur und die Psychoanalyse schreibt sich auch die naturalistische Inszenierung des ausgehenden 19. Jahrhunderts in ein von Ginzburg als,,indizienparadigma" bezeichnetes Muster ein. Nach Ginzburg behalt Freud von der von Morelli entwickelten Méthode zur Herkunftsbestimmung alter Malereien,,den Anstoss zu einer Interprétationsméthode, die sich auf das Enthiillungspotential von Abweichungen und Randerscheinungen stiitzt". Der Régisseur André Antoine kônnte sich als Liebhaber der Malerei ebenfalls auf Morelli berufen. Mit dem Unterschied, dass er als Régisseur selbst die aufschlussgebenden Einzelheiten produziert. Janus ahnelnd, streut der zeitgenôssische Theaterregisseur als Mitautor des inszenierten 49 )

16 Theaterstùcks zuerst die Indizien aus, die er dann in der Rolle des ersten Zuschauers zu entschliisseln sucht. In dieser Verdoppelung âhnelt er dem Schriftsteller der detective story, der zuerst eine Verwicklung in die Wege leitet, um sie dann in der Person eines Dupin, Rouletabille oder Sherlock Holmes wieder zu entwirren. Es ist also zu zeigen, dass die moderne Inszenierung nicht nur aus Zufall den Naturalismus ablôst, sondern vielmehr aus ihm heraus entsteht. Ja, dass sich dieser hier vielleicht zum letzten Mal manifestiert, als letzter grober Triumph dieser màchtigen literarischen Strômung. Es bedurfte genau dieser naturalistischen Doktrin, dièses Positivismus des Indizienparadigmas, um der Inszenierung das Fiillen jenes neuen Raumes môglich zu machen, den die Unvollkommenheit der krisengeschiittelten dramatischen Form aufgerissen hatte.. Vincular a André Antoine con Edgar Allan Poe y la figura del director con la del detective aficionado ; leer ese texto fondamental que es la Causerie sur la mise en scène (1903) tratando de poner de relieve una doble serie de analogias entre el proceso original de la puesta en escena moderna y los de la novelistica de Zola y la novela policial, taies son los objetivos de esta investigation. La hipótesis es la siguiente : la puesta en escena naturalista se inscribe, a finales del sigio XIX, de la misma manera que la literatura policial o el psicoanâlisis, en lo que Ginzburg ha denominado slparadigma indiciario. Del mètodo establecido por Morelli para rastrear la atribución de los pintores antiguos, Freud recoge, segûn Ginzburg, «la propuesta de un mètodo de investigation basado en la desviación, en los hechos marginales, considerados corno reveladores». Gran aficionado de pintura, André Antoine podria -también él- adherirse a la escuela de Morelli. Salvo que, en tanto que director, él mismo fabrica los detalles reveladores. Figura bifronte, el director moderno empieza por sembrar, en su carâter de coautor de la obra teatral, los indicios que intentare luego identificar en su carâcter de primer espectador. Desdoblamiento bastante parecido al del escritor de detective story, quien, a la vez, urde una intriga y la resuelve en la persona de Dupin, de Rouletabille ou de Sherlock Holmes. El objetivo es entonces mostrar que la puesta en escena moderna no surge por casualidad al final de la època naturalista ; que surge del naturalismo ; inclusive, que constituye quizâs la ultima manifestation, la ultima conquista de esa poderosa corriente artistica. Se necesitaba la doctrina naturalista, se necesitaba el positivismo caracterïstico del paradigma indiciario para que la puesta en escena ocupara ese espacio nuevo que dejaba vacante ante ella el inacabamiento de una forma dramatica en crisis. Collegare André Antoine a Edgar Allan Poe e la figura del regista a quella de detective dilettante, rileggere quel testo fondamentale che è la Causerie sur la mise en scène (1903) cercando di evidenziare una duplice serie di analogie fra il processo originale della regia moderna e quello del romanzo di Zola e del romanzo giallo, questi sono gli scopi del nostro articolo. La nostra ipotesi è la seguente : la regia naturalista della fine dell'ottocento, tanto quanto il romanzo giallo e la psicanalisi, si collocano in ciò che Ginzburg ha chiamato paradigma indiziario. Del metodo messo a punto da Morelli per l'attribuzione dei quadri antichi, Freud utilizza, secondo Ginzburg, «la proposta di un metodo di interpretazione basato sugli scarti, sui fatti marginali, considerati rivelatori». Grande appassionato di pittura, Antré Antoine potrebbe mettersi anche lui alla scuola di Morelli. Solo che, in quanto regista, fabbrica lui stesso dei dettagli rivelatori. Il regista moderno è una figura bifronte che prima di tutto semina, in quanto coautore dell'opera teatrale, gli indizi che tenterà poi di identificare in quanto primo spettatore. Si tratta di uno sdoppiamento un po' simile a quello dello scrittore di detective story, che ordisce e al tempo stesso scioglie un intrigo sotto le sembianze di Dupin, de Rouletabille o di Sherlock Holmes. Lo scopo è dunque quello di mostrare che non è un caso se la regia moderna nasce alla fine dell'epoca del naturalismo. Che essa nasce dal naturalismo. Che forse costituisce addirittura l'ultima manifestazione, l'ultima conquista de questa possente scuola artistica. Ci voleva la dottrina naturalista, ci voleva il positivismo caratteristico del paradigma indiziario per fare in modo che la regia occupasse questo spazio nuovo che l'incompletezza di uno forma drammatica in crisi le spalancava dinanzi. Os objectivos desta inquiriçào sâo : relacionar André Antoine e Edgar Allan Poe, relacionar a figura do encenador de teatro e a do detective amador, reler esse texto fondamental que é a Causerie sur la mise en scène (1903) procurando evidenciar uma dupla série de analogias entre o processo original de encenaçâo moderna e os processus do romance de Zola e do policial. A hipótese é esta : a encenaçâo naturalista no final do séc. XIX inscreve-se, tal comò a literatura policial e a psicanâlise, naquilo a que Guinzburg chamou o paradigma indiciario. O mètodo apurado por Morelli para a atribuiçâo de pinturas antigas ofereceu a Freud, segundo Guinzburg, «a proposta de um mètodo de interpretaçâo baseado em desvios e factos marginais, considerados comò reveladores». Grande apreciador de pintura, André Antoire poderia filiar-se na escola de Morelli, nâo fosse o caso de, comò encenador, ser eie pròprio a fabricar os pormenores reveladores. Personagem bifronte, o encenador moderno semeia, na qualidade de co-autor da obra teatral, os indicios que depois tentarâ identificar a titulo de seu primeiro espectador. Desdobramento analogo ao do autor de uma detective story, que ao mesmo tempo que tece uma intriga a desvenda através de um Dupin, um Rouletabille ou um Sherlock Holmes. Conclui-se assim que a encenaçâo moderna nâo nasce por acaso no final da època naturalista, mas que eia nasce do naturalismo e constituitalvez mesmo a derradeira manifestaçâo, a derradeira conquista desse poderoso movimento artistico. Sem a doutrina naturalista, sem o positivismo caracteristico do paradigma indiciario, a encenaçâo nâo ocuparia esse espaço novo que escancara perante eia a incompletude de uma forma dramatica

Il n'y a rien de plus beau qu'une clef

Il n'y a rien de plus beau qu'une clef Il n'y a rien de plus beau qu'une clef (tant qu'on ne sait pas ce qu'elle ouvre) Spectacle de contes, à partir de 12 ans. Durée 1h Synopsis Deux conteuses Une panne de voiture Un petit village vendéen

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille L Illusion comique De Corneille L œuvre à l examen oral Par Alain Migé Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille PREMIÈRE QUESTION : L ÊTRE ET LE PARAÎTRE Le titre même de L illusion

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI

L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI Simon P Laurent - Artiste - www.lotus-mineral.com - 2012 - REMERCIEMENTS Le présent travail est une commande de l'école Nationale Supérieure

Plus en détail

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université)

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) Après avoir fait adopter sa loi «Libertés et Responsabilités des Universités» en plein

Plus en détail

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano 5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano Ce guide peut être librement imprimé et redistribué gratuitement. Vous pouvez pouvez l'offrir ou le faire suivre à vos amis musiciens. En revanche,

Plus en détail

La contrefaçon par équivalence en France

La contrefaçon par équivalence en France BREVETS La contrefaçon par équivalence en France I. Introduction Si l'on considère une revendication de brevet qui remplit les conditions de validité au regard de l'art antérieur, le cas de contrefaçon

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1

Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1 Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1 Qui n a pas déjà essayé de dessiner une table ou une chaise? Si vous ne vous souvenez plus très bien du résultat, prenez tout de suite un bout de papier et

Plus en détail

Bénéfices secondaires du crime

Bénéfices secondaires du crime Karl MARX (1818-1883) (1905-1910) Bénéfices secondaires du crime Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi Courriel: jean-marie_tremblay@uqac.ca

Plus en détail

NON MAIS T AS VU MA TÊTE!

NON MAIS T AS VU MA TÊTE! La compagnie Lucamoros présente NON MAIS T AS VU MA TÊTE! et autres images (portrait volé, face à face) Spectacle sans paroles et en 3 tableaux pour un peintre-clown et sa toile Compagnie Lucamoros 1 Premier

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

modélisation solide et dessin technique

modélisation solide et dessin technique CHAPITRE 1 modélisation solide et dessin technique Les sciences graphiques regroupent un ensemble de techniques graphiques utilisées quotidiennement par les ingénieurs pour exprimer des idées, concevoir

Plus en détail

«la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation au travers des affiches.

«la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation au travers des affiches. Oui, mais c'est l œuvre de quelqu'un d'autre 1 «On parle souvent des cinéastes qui, à Hollywood, déforment l œuvre originale. Mon intention est de ne jamais faire cela»¹ «la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation

Plus en détail

Lecture analytique 2 Victor Hugo, «Un jour Je vis...», Poème liminaire des Comtemplations, 1856

Lecture analytique 2 Victor Hugo, «Un jour Je vis...», Poème liminaire des Comtemplations, 1856 Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants, Passer, gonflant ses voiles, Un rapide navire enveloppé de vents, De vagues et d'étoiles ; Et j'entendis, penché sur l'abîme des cieux, Que l'autre abîme

Plus en détail

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique.

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique. DÉCLARATION DE LA FIDH SUR LA STRATÉGIE EN MATIÈRE DE POURSUITES DU BUREAU DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Introduction La Haye, 26 septembre 2006 La FIDH remercie le Bureau du Procureur

Plus en détail

Là où vont nos pères1

Là où vont nos pères1 Là où vont nos pères1 Ces pages ne cherchent pas à servir de guide d interprétation pour cet album sans paroles. Chacun y cherchera et y trouvera des significations personnelles, des situations familières

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E

D O S S I E R D E P R E S S E Dossier de presse Contact Presse & Publicité : Frédérique Meler 06 61 43 30 95 contactpresse@retrouve-moi.fr pub@retrouve-moi.fr Chef de Projet : Joëlle Le Roch 06 62 98 10 12 La Société des Fées - 3 rue

Plus en détail

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique D UN SYNTAXE MOT OU D UN GROUPE SYNTAXIQUE 1 Problèmes fréquents Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique Les erreurs d ordre syntaxique contenues dans cet exercice sont multiples

Plus en détail

PARCOURS COMPLET AU COURS MOYEN

PARCOURS COMPLET AU COURS MOYEN 81 I) UNE ENTAME DE TYPE "SOCIAL" : LE BUREAU DE POSTE Le bureau de poste de St Herblain Preux est récent. La classe de CM de l'école proche ("Les Crépinais") pouvait y découvrir divers aspects de l'informatique

Plus en détail

Univers confidentiels

Univers confidentiels Pascal Houdart Univers confidentiels 1999-2002 (extraits) 1/11 > < 2/11 > U ne femme rêve, se baigne, s'offre dans la nature au regard du photographe. Le sujet est originel, attaché à la peinture et à

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première générale Série littéraire (L) Travaux Personnels Encadrés Thème spécifique Représentations et réalités Ces

Plus en détail

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents?

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Renato Scariati et Cristina Del Biaggio Département de géographie Université de Genève Version : 02 février 2010 Normes de rédaction 1 Table

Plus en détail

Installer une imprimante réseau.

Installer une imprimante réseau. Installer une imprimante réseau. Préambule Vous êtes nombreux à demander de l'aide, une documentation (1) plus précise afin de savoir installer correctement et seuls une imprimante réseau. Le prix des

Plus en détail

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI!"#-t-! $!#%&'!( PARTIE I? Expliquez ses idées en vos propres mots et commentez-les (environ

Plus en détail

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 EME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses!

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses! LE SPECTACLE Dolores Dulce, une vieille dame venue d'un pays lointain d'amérique latine, Cuba, parcourt le monde avec son chariot porteur de friandises et d'histoires. Au passage, elle partage son univers

Plus en détail

Jeux collectifs situations d'apprentissage

Jeux collectifs situations d'apprentissage 1 Jeux collectifs situations d'apprentissage Les situations proposées visent à développer les compétences et savoirs cités ci-dessous qui sont en correspondance avec les attendus des programmes et du socle

Plus en détail

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman Les genres littéraires d un texte (1) Rappels Les genres littéraires sont une classifi cation qui permet de distinguer les textes en fonction de certaines caractéristiques d écriture. Voici les principaux

Plus en détail

Introduction. Les obstacles à l analyse web. Le marquage

Introduction. Les obstacles à l analyse web. Le marquage Introduction L analyse web ou Web Analytics est une discipline récente dont on commence à entendre parler au milieu des années 2000. La Web Analytics Association 1 le définit comme la mesure, la collecte,

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006. Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé?

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006. Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé? COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006 Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé? À l'heure de la mondialisation, un marché du droit s'ouvre sur lequel les systèmes juridiques sont évalués,

Plus en détail

ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE HORIZON JEUNESSE COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL D'ÉCOLE du MARDI 6 MAI 2014

ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE HORIZON JEUNESSE COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL D'ÉCOLE du MARDI 6 MAI 2014 ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE HORIZON JEUNESSE COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL D'ÉCOLE du MARDI 6 MAI 2014 Présents : Robert HOGUE (membre) Gilles LAPOINTE (membre) Meryll DAVID-ISMAYL (membre) Andree FERLAND

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Le jugement esthétique d Alain Flamand à travers son ouvrage Regard sur la peinture contemporaine au Maroc

Le jugement esthétique d Alain Flamand à travers son ouvrage Regard sur la peinture contemporaine au Maroc Le jugement esthétique d Alain Flamand à travers son ouvrage Regard sur la peinture contemporaine au Maroc Le critique d art français Alain Flamand est venu enseigner au Maroc en 1969. Son ouvrage Regard

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant-

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- o Thème : o Objectifs pédagogiques : o Nievau : o Public : o Durée : o Matériel nécessaire : o Source : o Disposition de la classe : travail avec le livre Et si c

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

Le Comité Départemental 13 de la FNCTA organise le

Le Comité Départemental 13 de la FNCTA organise le Le Comité Départemental 13 de la FNCTA organise le 14 ème Festival de Théâtre Amateur - Marseille 2012 1 L Esprit Fédéral «C est un réflexe naturel de vouloir se rassembler. De l âge des cavernes à la

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

L Association Nous Jouons pour les arts. Présente. Li fhamator. (Création 2009) Adaptation de «scène à Quatre» de Eugène Ionesco

L Association Nous Jouons pour les arts. Présente. Li fhamator. (Création 2009) Adaptation de «scène à Quatre» de Eugène Ionesco L Association Nous Jouons pour les arts Présente Li fhamator (Création 2009) Adaptation de «scène à Quatre» de Eugène Ionesco Une Production «Nous Jouons pour les arts» Mise en scène et dramaturgie : Adil

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Un film à partir de photos avec windows movie maker

Un film à partir de photos avec windows movie maker Un film à partir de photos avec windows movie maker -Windows movie maker est un logiciel de montage vidéo gratuit qui est normalement déjà installé sur les ordinateurs sous windows (xp, vista et 7). Il

Plus en détail

Comment parler de sa pratique pour la faire partager?

Comment parler de sa pratique pour la faire partager? pour la faire partager? 1. Profiter de l expérience des autres 2. Comment raconter son expérience? 2.1. Théoriser sous forme de récit 2.2. Les ingrédients de la théorisation de pratique 3. Élargir le récit

Plus en détail

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Notr'Canard Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Chers amis de la Confrérie St Hubert du Grand-Val, L'automne, est-ce la saison des chasseurs? La réponse est: non! Le chasseur

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

CATALOGUE TEAM BUILDING

CATALOGUE TEAM BUILDING CATALOGUE TEAM BUILDING Vos Objectifs Développer des valeurs collectives Motiver vos équipes de vente Changer les comportements au sein de votre entreprise Marquer une date exceptionnelle Organiser un

Plus en détail

COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE?

COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE? 10 504, boulevard Saint-Laurent, local 1 Montréal, (Qc), H3L 2P4; 514.332.9593 www.cliniquebeausoleil.com COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE? QU'EST-CE QUE LE BÉGAIEMENT? à Trouble caractérisé par une fréquence

Plus en détail

Vous propose ses visites guidées animées par des artistes. adaptées en team-building

Vous propose ses visites guidées animées par des artistes. adaptées en team-building Vous propose ses visites guidées animées par des artistes adaptées en team-building Fort du succès populaire des Visites-Spectacles L Esprit de Montmartre et L Enigme des Passages Couverts, nous vous proposons

Plus en détail

NOTE D INTENTION EXTRAIT DE PRESSE

NOTE D INTENTION EXTRAIT DE PRESSE NOTE D INTENTION L'idée de ce spectacle hors du commun, par sa forme de pseudo- conférence d'abord, par son sujet ensuite, est né de la rencontre entre Peggy D'Argenson, galeriste, critique d'art, qui

Plus en détail

1) Il n'y a pas d'apprentissage sans projet

1) Il n'y a pas d'apprentissage sans projet HISTOIRE DES DOCTRINES PÉDAGOGIQUES SÉANCE N 6 : La "ruse" avec le désir de l'autre... ou... la pédagogie aux prises avec le "projet" PLAN Introduction : "comment faire aimer les mathématiques à une jeune

Plus en détail

Séance 1 - Classe de 1 ère. Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style

Séance 1 - Classe de 1 ère. Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style Séance 1 - Classe de 1 ère Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style I) Rappel définition d une figure de style A) Définition d une figure de style. - Le langage

Plus en détail

Service public et bien commun

Service public et bien commun Service public et bien commun Notes pour l'allocution prononcée par Monsieur Pierre Lucier, président de l'université du Québec, lors de la Collation des grades de I'École nationale d'administration pub1

Plus en détail

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation.

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation. ORDONNANCE 41-48 DU 12 FEVRIER 1953 SUR LES ETABLISSEMENTS DANGEREUX, INSALUBRES OU INCOMMODES. Article 1 er Les établissements repris dans la liste annexée à la présente ordonnance et rangés en deux classes

Plus en détail

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand :

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand : TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de subvention à la découverte du CRSNG Narration : Pour obtenir des fonds de recherche dans un milieu concurrentiel, vous devez présenter vos idées

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

1.2.3. en scène festival jeune public. Décembre 2012 au CENTRE CULTUREL DE SOUPETARD 63 chemin de Hérédia 31500 Toulouse

1.2.3. en scène festival jeune public. Décembre 2012 au CENTRE CULTUREL DE SOUPETARD 63 chemin de Hérédia 31500 Toulouse Décembre 2012 au CENTRE CULTUREL DE SOUPETARD 63 chemin de Hérédia 31500 Toulouse Les contes du mercredi Pour cette nouvelle saison le Centre Animation Soupetard propose GRATUITEMENT pour les tout- petits

Plus en détail

Contrôle de gestion. Cabinet de conseil. Du conseil à la formation action. La méthode ABC/ABM Le tableau de bord prospectif

Contrôle de gestion. Cabinet de conseil. Du conseil à la formation action. La méthode ABC/ABM Le tableau de bord prospectif Cabinet de conseil Contrôle de gestion Du conseil à la formation action La méthode ABC/ABM Le tableau de bord prospectif Amélioration de la RENTABILITE Réduction des coûts Indicateurs de PERFORMANCE Pilotage

Plus en détail

Séance 5 : La peinture au temps de Maupassant

Séance 5 : La peinture au temps de Maupassant CHAPITRE 1 : QUE DISENT LES NOUVELLES? Séance 5 : La peinture au temps de Maupassant Du réalisme à l impressionnisme Document 1. Léon-Matthieu Cochereau, Intérieur de l atelier de David au collège des

Plus en détail

Histoires de pauv filles et drôles de dames

Histoires de pauv filles et drôles de dames Histoires de pauv filles et drôles de dames Les Dieselles Comédie LES DIESELLES Né en 2006 de la rencontre de deux comédiennes autour de la découverte de textes d auteurs contemporains, le duo professionnel

Plus en détail

Esthétique du symptôme : quand la trace se fait désir

Esthétique du symptôme : quand la trace se fait désir Esthétique du symptôme : quand la trace se fait désir Préambule Chaque pulsion de mon corps est trace enregistrée, comptée. La fièvre l amour, la douleur, le délire multiplie la trace. La trace est liée

Plus en détail

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada Les enfants sont exposés aux livres illustrés tôt

Plus en détail

Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo

Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo Résumé du livre Marjo a toujours rêvé d avoir une grande maison avec des animaux. Après avoir épousé Daniel, elle réalise son rêve et devient fermière.

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013

Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013 DOSSIER DE PRESSE Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013 What is that word known to all men, Huile sur toile, 150 x 90 cm, 2013 17, rue des Filles-du-Calvaire

Plus en détail

Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels :

Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels : Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels : 1. L'article 29, 3, alinéa 4, de la loi du 5 août 2003 relative aux violations graves du droit international humanitaire rend votre Cour compétente pour

Plus en détail

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES...

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... Tellement à la mode depuis quelques années, le mot de créativité est peut-être déjà démodé. La publicité, la médiatisation,

Plus en détail

«Aucune investigation humaine ne peut être qualifiée de science véritable si elle ne peut être démontrée mathématiquement.

«Aucune investigation humaine ne peut être qualifiée de science véritable si elle ne peut être démontrée mathématiquement. «Aucune investigation humaine ne peut être qualifiée de science véritable si elle ne peut être démontrée mathématiquement.» Léonard de Vinci MATHEMATIQUES Les mathématiques revêtaient un caractère particulier

Plus en détail

28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442).

28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442). 28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442). Article: 1 Les établissements repris dans la liste annexée à la présente ordonnance et rangés

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne.

Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne. www.sophte.com INGENIERIE DU MANAGEMENT - COMMUNICATION - MULTIMEDIA Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne. 1 Situation actuelle De plus en plus, l'entreprise doit gérer

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan)

Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan) Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan) Bénédicte Tratnjek To cite this version: Bénédicte Tratnjek. Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan). Les Cafés géographiques, rubrique à comité de lecture

Plus en détail

ENCHAINER LES ACCORDS

ENCHAINER LES ACCORDS TUTORIEL LES BASES DE L'HARMONIE TONALE CLASSIQUE Attention! Je considère comme acquises les notions de bases : intervalles, gammes, degrés et tonalités, données dans le tutorial de Setzer. Je ne parlerais

Plus en détail

Médiation traduction. De la matière aux langages. 1/ Au fait, les Arts plastiques, qu est-ce que c est? 2/ Pourquoi traduire une œuvre?

Médiation traduction. De la matière aux langages. 1/ Au fait, les Arts plastiques, qu est-ce que c est? 2/ Pourquoi traduire une œuvre? 1/ Au fait, les Arts plastiques, qu est-ce que c est? Médiation traduction De la matière aux langages 2/ Pourquoi traduire une œuvre? 3/ La rencontre avec une œuvre : une «enquête» en 3 étapes 4/ Et maintenant

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Les frises (de 5 à 12 ans)

Les frises (de 5 à 12 ans) LA GEOMETRIE DES TRANSFORMATIONS dans l'apprentissage des mathématiques Site WEB : www.uvgt.net Les frises (de 5 à 12 ans) Michel DEMAL Jacques DUBUCQ Danielle POPELER U.V.G.T - H.E.C.F.H - U.M.H. U.R.E.M.

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Commentaire de la décision n 97-388 DC du 20 mars 1997 Loi créant les plans d'épargne retraite Le Conseil constitutionnel a été saisi par soixante-dix-huit

Plus en détail

Anne Cauquelin, L'invention du paysage.

Anne Cauquelin, L'invention du paysage. Anne Cauquelin, L'invention du paysage. Anne Cauquelin, L'invention du paysage, QUADRIGE, PUF, 2000, 2002 [1ère édition Libriarie Plon, 1989]. Analyse historique de la notion de paysage : - Qu'est ce qu'un

Plus en détail

Notice concernant le droit d être entendu à l intention des autorités de décision

Notice concernant le droit d être entendu à l intention des autorités de décision Erziehungsdirektion des Kantons Bern Mittelschul- und Berufsbildungsamt Direction de l'instruction publique du canton de Berne Office de l enseignement secondaire du 2 e degré et de la formation professionnelle

Plus en détail