Interleukine-6 et métastases osseuses du cancer du rein : bases moléculaires et implications thérapeutiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Interleukine-6 et métastases osseuses du cancer du rein : bases moléculaires et implications thérapeutiques"

Transcription

1 LE POINT SUR... Progrès en Urologie (2001), 11, Interleukine-6 et métastases osseuses du cancer du rein : bases moléculaires et implications thérapeutiques Bernard PAULE Service d Urologie, Hôpital Henri Mondor, Créteil, France RESUME L interleukine 6 (IL-6) est une cytokine multifonctionnelle qui déclenche de multiples signaux tissulaires et cellulaires. Elle est produite par plusieurs lignées cellulaires de cancer du rein in vitro et est synthétisée par une majorité de cancers du rein. Un taux sérique élevé d IL-6 diminue la réponse à l immunothérapie. L IL-6 apparaît comme une cible thérapeutique pour le développement rationnel de nouveaux traitements. Les effets de l IL-6 sont médiés par les protéines Stat. Les voies de transduction des Stat (Signal transducers and activators of transcription) représentent de nouvelles cibles moléculaires pour traiter les cancers du rein métastatiques. Les inhibiteurs de la voie des Stat ne bloqueraient pas seulement la croissance tumorale en induisant l apoptose mais augmenteraient aussi la sensibilité des tumeurs à un traitement conventionnel (immunothérapie). Les processus impliqués dans l angiogénèse associée aux tumeurs devraient aboutir à des composés capable d interférer avec l angiogénèse. L IL-6 intervient dans la résorption osseuse ostéoclastique et l hypercalcémie associées au cancer du rein métastatique. Différents agents ont montré leur efficacité pour traiter la maladie osseuse lytique médiée par l activation des ostéoclastes : bisphosphonates et osteoprotégérine. Mots clés : Interleukin-6, cancer du rein métastatique, implications thérapeutiques. L interleukine-6 (IL-6) est une cytokine [28] qui agit sur un grand nombre de cellules ; lymphocytes T et B, hépatocytes, cellules cardiaques, progéniteurs hématop o ï é t i q u e s L IL-6 est un facteur de croissance autocrine [25] et/ou paracrine [29] des cellules myélomateuses. Dans le cancer du rein métastatique (CRm), un certain nombre d arguments cliniques et expérimentaux laissent penser que l IL-6 est impliquée dans la croissance tumorale, la progression des métastases osseuses, l hypercalcémie tumorale (45) et la résistance à l immunothérapie [4, 46] Le CRm est résistant à la chimiothérapie et l efficacité de l immunothérapie est limitée en dépit de l évaluation de nombreuses modalités thérapeutiques [40, 41]. La connaissance des voies de transduction de l IL-6 autorise l expérimentation de nouvelles drogues ciblant ses différentes protéines constitutives. MECANISMES D ACTION DE L IL-6 Expression et production de l IL-6 TA K E N AWA [59] a montré que le gène de l IL-6 était détecté dans 22 des 43 cancers du rein primitifs et dans 7 lignées cellulaires de cancer du rein. L expression de l IL-6 a été mise en évidence par immunohistochimie dans 70% des cancers du rein [47]. Elle n est pas corrélée au stade tumoral (classification TNM), au type histologique ou au grade de Furhman. Cependant l expression de l IL-6 est plus souvent retrouvée dans les tumeurs grade III de Furhman ou elle pourrait être impliquée dans la progression tumorale ou être le témoin d une dysrégulation du contrôle du cycle cellulaire [47]. La production d IL-6 mise en évidence dans certaines lignées cellulaires de cancer du rein [62] est influencée par d autres cyrokines. Dans certaines lignées cellulaires du cancer du rein, le TNF- (Tumor Necrosis Factor alpha) augmente la production d IL-6 en synergie avec l Interferon gamma et stimule l expression du gène de l IL-6 [30]. A l inverse, TGF (Transforming Growth Factor ) inhibe la production d IL-6 [32] et des cytokines comme l IL-4 et L IL-13 inhibent la croissance des cellules rénales tumorales [42, 43]. Manuscrit reçu : mars 2000, accepté :décembre Adresse pour correspondance : Dr. B. Paule, Service d Urologie, Hôpital Henri Mondor, 51, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, Créteil

2 Le récepteur de l IL-6 Le site de liaison de l IL-6 à la membrane cellulaire est constitué par un récepteur spécifique IL-6R ou gp80 et de l élément de transduction correspondant gp 130. Il a été mis en évidence dans 11 des 43 cancers du rein étudiés par TA K E N AWA [59]. Cependant l ARN m de IL-6R était présent dans toutes les tumeurs primitives et toutes les lignées cellulaires tumorales. CO S T E S [13] a établi une corrélation significative entre d une part la présence de IL-6R et d autre part le stade tumoral selon Robson, le grade de différenciation cellulaire, l index de prolifération et la concentration sérique d IL-6. Il n y a pas de corrélation entre IL-6R et la concentration sérique du récepteur soluble de l IL-6 (sil-6r). Par ailleurs, certaines données expérimentales suggèrent que l IL-6 pourrait agir comme un facteur de croissance autocrine dans le cancer du rein [35]. Ces résultats suggèrent que l IL-6 et son récepteur contribuent au développement ou à la progression de la croissance tumorale. Mécanismes d action de l IL-6 (Figure 1) L IL-6 liée au récepteur IL-6R ou à sa forme soluble (IL-6Rs) induit l homodimérisation de gp 130 qui est nécessaire à la transduction du signal à l intérieur de la cellule. Une première voie d activation passe par différentes tyrosines kinases de la famille des Janus kinases et différents facteurs de transcription cytoplasmiques appelés Stat (Signal transducers and activators of transcription) [67]. Ces derniers après phosphorylation et translocation au noyau se lient à l ADN et régulent la transcription de nouveaux gènes qui contrôlent les processus de différenciation, de prolifération et d apoptose cellulaire. Stat 3 et 5 sont activés dans un grand nombre de tumeurs malignes (cancer du sein, cérébraux, ORL, mélanome) et dans les proliférations tumorales hématopoi ét iques (myélome, leucémi es lymphoides et myéloides chroniques, leucémies aigues, lymphomes malins non hodgkiniens) ou ils jouent un rôle important dans la croissance tumorale. L activation des protéines Stat confère aux cellules tumorales une résistance à l apoptose et à la chimiothérapie durant la progression tumorale en induisant l expression de protéines antiapoptotiques. Ainsi Stat 3 active la transcription du gène Bcl-xL, protéine antiapoptotique de la famille bcl-2 [55]. Les protéines Bcl- 2 et Bcl-xL protègent les cellules tumorales de la destruction induites par la chimiothérapie. Dans le myélome, l activation de stat 3 par l IL-6 confère aux cellules myélomateuses une résistance à l apoptose en induisant l expression de Bcl-xL qui joue un rôle dans la résistance à la chimiothérapie [9]. Le profil d activation par l IL-6 des différentes protéines stat n a pas encore été défini dans le cancer du rein. Sa connaissance ouvrira la voie à de nouvelles recherches thérapeutiques (voir paragraphe 3). Figure 1. Voies de transduction de l IL-6. Abréviations : EGFR : Epidermal Growth Factor Receptor. Jak : Janus kinase. Stat : Signal transducer and activator of transcriptor. P : Phosphothyrosines. MAP : Mitogen-Activated Protein. Une deuxième voie aboutit, via Jak 2 à stimuler le récepteur de l EGF (EGF-R : Epidermal Growth Factor Receptor) puis l oncoprotéine Ras et la phosphorylation des protéines MAP (mitogen-activated protein) kinase. A terme, le facteur de transcription NF-IL-6 (44) activé se lie à la sous unité p50 de NF-kB [10]. NF-IL-6 et NF-kB seuls ou associés activent en retour la transcription du gène de l IL-6 qui déclenche la croissance cellulaire. IL-6 ET METASTASES OSSEUSES DU CANCER DU REIN IL-6 et métastases osseuses Il a été démontré par immunohistochimie que les métastases osseuses expriment l IL-6 notamment lorsqu elles sont peu différenciées [49]. L IL-6 induit une augmentation de la résorption osseuse ostéoclastique et jouerait un rôle dans la croissance et l extension des métastases osseuses [45, 47]. Sécrétée par les métastases osseuses, elle peut ou non s accompagner d une élévation concomitante du taux d IL-6 sérique. Un taux sérique d IL-6 élevé a été corrélé à une diminution de 369

3 la survie et à l absence de réponse à l immunothérapie [3]. L expression de l IL-6 par le tissu osseux métastatique et un taux sérique élevé d IL-6 ont été associés à la survenue d une hypercalcémie tumorale [45]. IL-6, PTH-rP et hypercalcémie L IL-6 et sil-6r augmentent la résorption osseuse ostéoclastique et contribuent à la croissance des cellules tumorales dans l os en les protégeant de l apoptose. La libération de calcium lors de la résorption osseuse module en retour la prolifération tumorale. Un taux sérique élevé de Ca2+ augmente à la fois la synthèse et la sécrétion d IL-6 qui en retour lève l inhibition de la résorption osseuse induite par un taux élevé de Ca2+ [51]. Chez les patients avec un CRm et une hypercalcémie, l expression d IL-6 dans le tissu osseux métastatique a été associée à des concentrations sériques élevées d IL-6 libre et/ou liée à son récepteur soluble [45]. Les patients avec une hypercalcémie et un taux sérique élevé d IL-6 peuvent avoir un taux sérique normal de PTH-rP. La PTH-rP est un important médiateur local de la résorption osseuse [21] dont la production est augmentée par l IL-6 ou des facteurs dérivés de l os tels que TGF-. De LA MATA [14] a montré chez la souris que l IL-6 augmente les effets de PTH-rP à la fois sur la formation des ostéoclastes et sur la survenue de l hypercalcémie. Dans le modèle de l implantation des lignées cellulaires de cancer du rein utilisé par Weisglass et al [65, 66] chez la souris nude, les tumeurs indifférenciées secrètent de grandes quantités d IL-6 et de PTH-rP. L inhibition de la croissance tumorale et la diminution du calcium sérique après traitement par des anticorps anti IL-6 confirment que l IL-6 est impliquée dans le développement de l hypercalcémie en stimulant la croissance d une sous population de cellules tumorales secrétant PTH-rP et/ou celle de précurseurs ostéoclastiques [66]. IL-6 et néoangiogénese La néoangiogénèse tumorale contribue à la croissance des métastases. Un certain nombre de facteurs de croissance ou de cytokines angiogéniques ont été mis en évidence dans le cancer du rein [7]. Des facteurs tels que b-fgf (basic Fibroblast Growth Factor) sont produits par les cellules tumorales rénales et la libération de bfgf par la matrice extra cellulaire est corrélée à la survie [56, 57]. Le VEGF (Vascular endothelial growth factor), facteur de croissance des cellules endothéliales, est synthétisé et secrété par les cancers du rein [6, 53, 54, 60, 64]. L induction de l angiogénèse est un mécanisme important et non spécifique par lequel VEGF favorise la croissance tumorale. Ainsi, chez la souris nude, un anticorps spécifique anti VEGF réduit la densité des microvaisseaux et provoque l inhibition rapide de la croissance de 3 lignées tumorales humaines qui produisent du VEGF comme seul médiateur de l angiogénèse [27]. Un anticorps spécifique anti bfgf inhibe la croissance de tumeurs murines VEGF dépendantes [23]. L injection intra péritonéale de bfgf augmente la croissance de la tumeur primitive et de ses métastases en stimulant la croissance des cellules endothéliales des capillaires de la tumeur [52]. VEGF est stimulé par de nombreux facteurs de croissance ( TGF, PDGF, HGF et bfgf ) et/ou des cytokines dont l IL-6 [38, 63]. L IL-6 produite par le cancer du rein et par les métastases osseuses contribue à l angiogénèse tumorale par l intermédiaire du VEGF [12]. Le taux sérique de VEGF a été corrélé avec le taux sérique d IL-6, de C Réactive Protéine (CRP), le taux de réponse, la progression tumorale précoce et la survie sans progression des patients avec un CRm traités par Interféron alpha 2 (IFN- -2) et/ou Interleukine 2 (IL-2) [5]. Les protooncogènes ras (N-ras, K-ras et H-ras) codent 4 protéines appelées p21ras qui sont situées à la face interne de la membrane cytoplasmique (Figure 1). Ces protéines Ras stimulées par l IL-6 augmentent l expression de l ARNm de VEGF et contrôlent les mécanismes de l angiogénèse [20]. IL-6 et immunothérapie Des taux sériques élevés d IL-6, de CRP et de sil-6r sont des facteurs de mauvais pronostic chez les patients métastatiques. Ils sont corrélés à l absence de réponse à l IL- 2 et/ou à l IFN -2a [3, 4]. L IL-6 sécrétée par les cellules tumorales induit la synthèse hépatique de CRP [1, 2]. Chez 34 patients avec un CRm et un taux sérique élevé de CRP avant chirurgie, FUJIKAWA [17] suggère que la néphrectomie totale élargie est bénéfique en réduisant la quantité d IL-6 sécrétée par la tumeur. L immunothérapie est plus efficace et le pronostic est meilleur chez les patients dont le taux de CRP se normalise après chirurgie. La persistance d un taux élevé de CRP après néphrectomie est due à la production d IL-6 par les métastases. Chez 21 patients avec un taux de CRP normal avant traitement aucune différence en terme de survie n est observé entre les patients avec et sans néphrectomie. Dans ce groupe de patients le taux sérique d IL-6 est considéré comme normal et la néphrectomie ne réduit pas la production d IL-6. Dans ce dernier groupe, 3 patients avec des métastases osseuses ont été néphrectomisés sans voir leur survie améliorée. L expression de l IL-6 par les métastases osseuses peut être importante alors même que le taux sérique d IL-6 t de CRP sont normaux. Dans ce cas la néphrectomie est inutile car l IL-6 sécrétée localement stimule la résorption osseuse ostéoclastique, la progression tumorale osseuse et la résistance à l immunothérapie [49]. 370

4 IMPLICATIONS THERAPEUTIQUES Le taux de réponse objective (10-15%) obtenu par l immunothérapie dans le CRm est insuffisant [39, 40]. La résistance des métastases osseuses à l immunothérapie incite à rechercher de nouvelles cibles thérapeutiques. Parmi celles ci, la dérégulation de la voie de signalisation de l IL-6 constitue un modèle intéressant. Le récepteur de l IL-6 n est exprimé que par 25% des tumeurs mais il s agit d une population de tumeurs peu sensibles à l immunothérapie et à ce titre ne bénéficient pas d un traitement spécifique. Blocage de la voie de l IL-6 Au moins 3 nouvelles stratégies thérapeutiques pourraient être développée pour bloquer la voie de transduction de l IL-6 : - les antagonistes de IL-6R - les inhibiteurs de la voie d activation des stat - les antagonistes de Ras Antagonistes des récepteurs de l IL-6 Un antagoniste du récepteur de l IL-6 se lie au récepteur de l IL-6 et le bloque dans une configuration inactive. Les superantagonistes des récepteurs de l IL-6 (SANT 7) sont des facteurs proapoptotiques dans les lignées de cellules myélomateuses XG-1 [15]. Ces antagonistes pourraient bloquer la croissance des métastases IL-6 dépendantes du CRm en interrompant la voie de transduction de l IL-6. Contrairement au myélome, aucune étude n a été effectué dans le CRm. Le développement actuel d anti corps monoclonaux comme C225 qui se lie spécifiquement à EGFR exprimé chez 80% des cancers du rein repose sur des modèles précliniques. Dans plusieurs lignées cellulaires humaines de cancer du rein, l anticorps C225 associé à un oligonucléotide antisense MBO RI a réduit les lésions tumorales en augmentant l apoptose [61]. Un essai phase II en cours (19) confirme l intérêt de ce type d approche dans le CRm. Inhibiteurs de la voie d activation des Stats Stat 3 est une cible moléculaire particulièrement intéressante pour développer de nouveaux traitements. Des inhibiteurs sélectifs des Jak 2 comme la Tyrphostin AG 490 bloquent Stat 3 et induit l apoptose dans un modèle murin de cellules myélomateuses IL-6 dépendantes [34]. Dans les lignées cellulaires de carcinome épidermoide humain qui présentent une activation intrinsèque de stat 3 résultant d une stimulation autocrine de TGF a, des oligonucléotides antisense de stat 3 bloquent la croissance tumorale. L interruption de la voie de Stat 3 réduit l expression de Bcl-xL et augmente l apoptose des cellules tumorales induites par Fas (18). L utilisation d inhibiteurs pharmacologiques qui interrompent le mécanisme de phosphorylation des Stat est aussi en cours d étude. Dans le CRm, des inhibiteurs sélectifs de Jak 2 pourraient induire de la même façon l apoptose des métastases osseuses IL-6 dépendantes. Les antagonistes de Ras Dans 10% des cancers du rein, les gènes ras mutés produisent des protéines Ras qui restent bloquées dans un état activé. Par contre après stimulation par des facteurs de croissance ou des cytokines telle l IL-6, Ras subit une farnésylation catalysée par une farnésyltransférase (FTAase). Les inhibiteurs de FTAase entraînent une régression tumorale. Couplés aux inhibiteurs de la voie de transduction de l IL-6, ils constituent une voie d approche complémentaire. Les inhibiteurs de l angiogénèse tumorale Le traitement de souris porteuses d un adénocarcinome rénal ou de tumeurs implantées à partir de lignées cellulaires tumorales murines de cancer du rein avec l inhibiteur de l angiogénèse tumorale TNP-470 diminue significativement la croissance tumorale et inhibe la progression métastatique [11, 16, 37]. Chez 33 patients traités par TNP-470 à la dose de 60 mg/m 2, 3 fois par semaine, STADLER [58] a obtenu 1 réponse partielle et 6 patients sont restés stables pendant plus de 6 mois. L utilisation d anticorps dirigés contre le VEGF a pour but d empêcher sa fixation sur son récepteur. Il est aussi possible d inhiber l activité du récepteur en modifiant son niveau d expression dans la cellule endothéliale. Des ribozymes spécifiques des récepteurs du VEGF peuvent s hybrider avec l ARNm codant pour le récepteur VEGF conduisant à sa dégradation et à la perte d expression du récepteur. L activité du récepteur peut être diminuée par compétition avec un récepteur non fonctionnel comme le récepteur Flk1 muté à rôle de dominant négatif [26, 36]. Enfin des inhibiteurs de l activité thyrosine kinases [33] ou des facteurs cytoplasmiques de la voie de transduction normale induite par la liaison du VEGF à son récepteur sont à envisager. Un anticorps anti VEGF (rhu Mab VEGF ou bevacizumat) fait d ores et déjà l objet de deux essais phase II randomisés dans le cancer bronchique et le cancer du colon et ouvre de nouvelles perspectives thérapeutiques dans le CRm. Le thalidomide qui inhibe l angiogénèse, la production de bfgf, de TNF- et d IL-6 fait l objet de Phase II. Ras stimule l expression de VEGF ; les inhibiteurs de FTAase comme L-739,749 bloquent l expression de VEGF dans les cellules tumorales transformées par H- ras [50] et inhibent l angiogénèse tumorale induite par l IL

5 Les bisphosphonates (BP) De nombreux essais cliniques ont montré que les BP réduisent la douleur osseuse, l incidence des fractures pathologiques et des compressions médullaires des patients atteints de myélome multiple avancé ou de cancer du sein métastatique [46]. Par voie intra veineuse, ils sont devenus le traitement de référence de l hypercalcémie tumorale car ils exercent une activité anti ostéoclastique, induisent l apoptose des ostéoclastes (24) et inhibent la synthèse d IL-6 par les ostéoblastes; enfin ils entraînent une chute rapide mais transitoire de la concentration sérique d IL-6 [46]. Ils contribuent à limiter la li bération à partir de la matri ce osseuse de facteurs stimulant le processus ostéolytique et la progression des métastases osseuses. Dans le CRm, les BP contrôlent l hypercalcémie induite par l IL-6 et inhibent la résorption osseuse ost éoclastique. Cependant, lorsque le taux de résorption osseuse ostéoclastique est élevé, l inhibition de l activité ostéoclastique par le pamidronate est moins efficace même s il est administré à des doses importantes (120 mg). Dans le CRm, une étude préliminaire [49] portant sur 9 patients avec des métastases osseuses IL-6 dépendantes et des taux sériques élevés d IL-6 montre que contrairement au modèle murin établi dans le cancer du sein [52], les BP ne préviennent pas l extension et l apparition de nouvelles métastases [47]. La réduction de la masse cellulaire tumorale serait un préalable à l efficacité des BP. Dans les métastases osseuses du cancer du rein, des essais thérapeutiques sont nécessaires pour apprécier l efficacité antalgique, la diminution de la morbidité osseuse et l activité antitumorale potentielle des BP utilisés seuls ou en association avec des molécules bloquant l action de l IL-6. L ostéoprotégérine (OPG) Des études récentes [31] ont identifié le ligand de l osteoprotegerine (OPG-L) comme un facteur essentiel nécessaire à l ostéoclastogénèse dont les effets sont prévenus par son récepteur soluble l ostéoprotégérine (OPG). Celle ci est un membre de la famille TNF (Tumor Necrosis Factor) qui agit en inhibant le développement des ostéoclastes. L OPG bloque la différenciation proostéoclastique des précurseurs hématopoïétiques [54] et est aussi un traitement efficace de l hypercalcémie et de sa prévention dans un modèle murin d hypercalcémie maligne [8]. Associée aux BP, elle réaliserait un blocage complet de la résorption osseuse ostéoclastique car la stimulation de l ostéoclastogénèse par l IL-6 est indépendante de l expression de l OPG-L [22]. CONCLUSION Dans le CRm, l IL-6 est impliquée dans la progression des métastases et la résistance à l immunothérapie. Les voies de transduction induites par l IL-6 et son récepteur ouvrent la voi e à de nouvelles perspectives thérapeuti ques différentes de l immunothérapie. Les inhibiteurs de la voie des Stat ne bloqueraient pas seulement l a croi ssance tumorale en i nduisant l apoptose mais augmenteraient aussi la sensi bilité des tumeurs à un traitement conventi onnel. Les processus impliqués dans l angiogénèse associée à la croissance des métast ases osseuses devraient aboutir à l ut ilisation d agents pharmacologiques capables d int erférer avec elle. Différents agents ont mont ré leur efficaci té pour traiter la maladie osseuse lytique médiée par l activation des ostéoclastes. Ainsi les BP et l OPG pourraient jouer un rôle complémentai re pour diminuer l a morbidit é liée au mét astases osseuses et l imiter leur progressi on. Les BP sont d ores et déjà le traitement de référence de l hypercalcémie due aux mét astases ostéolyti ques. L ensemble de ces molécules font ou devraient fai re l obj et d essais thérapeutiques dans le futur. REFERENCES 1. AMIRA S., KISHIMOTO T. IL-6 and anf-il-6 in acute phase response and viral infection. Immunol Rev., 1992, 127, BAUMANN H., PROWSE K.R., MARINKOVIC S., WON K.A., JAH- REIS G.P. Stimulation of hepatic acute phase response by cytokines and glucocorticoides. Ann. N.Y. Acad. Sci., 1989, 557, BLAY J.Y., NEGRIER S., COMBARET V., ATTALI S., GUILLOT E., MERROUCHEY, MERCATELLO A., RAVAULT H., TOURA- NI J.M., MOSKOOTCKENKO J.F., PHILIP T., FAVROT M. Serum level of interleukin 6 as a prognosis factor in metastatic renal cell carcinoma. Cancer Res., 1992, 52, BL AY J.Y., PALLARDY A., RAVAUD S., NEGRIER S., DOUILLARD J.Y., CHEVREAU C., FLEURY J., RAY I., ESCU- DIER B., LASSET C.for the French immunotherapy group- FNCLCC. Serum IL-6, soluble gp80 IL-6 receptor and CRP in metastatic renal cell carcinoma (MRCC) treated with immunotherapy in the Crecy trial. Correlation to response. Ann Oncol., 1996, 7 (Suppl. 5), Abstr BLAY J.Y., PALLARDY M., RAVAUD A., CAUX C., NEGRIER S., DOUILLARD J.Y., CHEVREAU C., FLEURY J., RAY I., ESCU- DIER B., LASSET C. for the French immunotherapy group- FNCLCC. Serum VEGF is an independent prognostic factor in patients with metastatic renal carcinoma treated with IL-2 and /or IFN ; analysis of the CRECY trial. Proc. Am. Soc. Clin. Oncol., 1999, 18, BROWN L.F., BERSE B., JACKMAN R.W., TOGNAZZI K., MAN- SEAU E.J., DVORAK H.F., SENGER D.R. Increased expression of the vascular permeability factor (vascular endothelial growth factor) and its receptor in kidney and bladder carcinoma. Am. J. Pathol., 1993, 143, CAMPBELL S.C. Advances in angiogenese research : relevance to urological oncology. J. Urol., 1997, 158,

6 8. CAPPARELLI C., KOSTENUIK P.J., MORONY S., STARNES C., WEINMANN C., GWYNET V., SCULLY S., QI M., LACEY D.L., DUNSSTAN C.R. Osteoprotegerin prevents and reverses hypercalcemia in a murine model of humoral hypercalcemia of malignancy. Cancer Res., 2000, 60 : CAT L E T T- FALCONE R., LANDOWSKI T.H., OSHIRO M.M.,TURKSON J., LEVITTZKI A., SAVINO R., CILIBERTO G., MOSCINSKI L., FERNANDEZ-LUNA J.L., NUNEZ G., DALTO N N.S., JOVE R. Constitutive activation of Stat 3 signalling confers resistance to apoptosis in human U266 myeloma cells. Immunity., 1999, 10, CHAUHAN D., UCHIYAMA K., AKBARALI Y., URASHIMA M., YAMAMOTO K., LIBERMANN T.A., ANDERSON K.C. Multiple myeloma adhesion induced interleukin 6 expression in bone marrow stroma cells involve activation of NF-kappa B. Blood., 1996, 87, CHOI H.R., KIM S.C., MOON N.C., MOON J.J. Inhibition of tumor growth and metastases of renal cell carcinoma by angiogenes inhibitor TNP-470. J. Urol., 1995, Part 2, 153, 402A, Abstr COHEN T., NAHAN D., CEREM L.W.,NEUFELD G., NEUFELD B.Z. Interleukin-6 induces the expression of vascular endothelial growth factor. J. Biol. Chem., 1996, 12 : COSTES V., LIAUTARD J., PICOT M.C., ROBERT M., LEQUEUX N., BROCHIER J., BALDET P., ROSSI J.F. Expression of the interleukin 6 receptor in primary renal cell carcinoma. J. Clin. Pathol., 1997, 50, DE LA MATA J., ULY H., GUISE T.A., STORY B., BOYCE B.F., MUNDY G.R., ROODINAR G.D. IL-6 enhances hypercalcemia and bone resoption mediated by PTH-rP in vitro. J. Clin. Invest., 1995, 95, DEMARTIS A., BERNASSOLA F., SAVINO R., MELINO G., CILIBERTO G. Interleukin 6 receptor superantagonists are potent inducers of human multiple myeloma cell death. Cancer Res., 1996, 56, FUJIKA T., HASEYAWA M., OGIU K., MATSUSHITA Y., SATO M., KUBO T. Antitumoral effects of angiogenesis inhibitor O- (chloro acethyl-carbamoyl) fumagillol (TNP-470) against murine renal cell carcinoma. J. Urol., 1996, 155, FUJIKAWA K., MATSUI Y., OKA H., FUKUZAWA S., TAKEU- CHI H. Serum C-reactive protein level and the impact of cytoreductive surgery in patients with metastatic renal cell carcinoma. J. Urol., 1999, 162, GRANDIS J.R., DRENNING S.D., CHAKRABORTY A., ZOU M.Y., PITT A.S., TWEARDY D.J. Requirement of stat 3 but not Stat 1 activation for epidermal growth factor receptor-mediated cell growth in vitro. J. Clin. Invest., 1998, 102 : GUNNETT K., MOTZER R., ARNATO R., TODD M., POO W.J., COHEN R., BASELYA J., COOPER M., ROBERT F., FALCEY J., WAKSAL H. Phase II study of anti-epidermal growth factor receptor (EGFr) antibody C225 alone in patients with metastatic renal cell carcinoma. Proc. Am. Soc. Clin. Oncol., 1999, 18, GRUGEL S., FINKENZELLI G., WEINDE L K., BARL EON B., MARME D. Both v-ha-ras and v-raf stimulate expression of the vascular endothelial growth factor in NIH 3T3 cells. J Biol. Chem., 1995, 270, GUISE T.A., YIN J.J., TAYLOR S.D., KUMOGAI Y., DALLAS M., BOYU D.F., MUNDY E.C. Evidence for a causal role of parathyroid hormone-related protein in the pathogenesis of human breast cancermediated osteolysis. J. Clin. Invest., 1996, 98, HOFBAUER L.C., LACEY D.L., DUNSTAN C.R., SPELLSBERG T.G., RIGGS B.L., KHOSLA S. Interleukin-1 beta and tumor necrosis factor alpha, but not interleukin-6 stimulate osteoprotegerin ligand gene expression in human osteoblastic cells. Bone, 1999, 25, HORI A., SASADA R., MATSUTAMI E., NAITO K., SAKUSA Y., MYTE T., KOZAI Y. Suppression of solid tumor growth by immunoneutralizing monoclonal antibody against human basic fibroblast growth factor. Cancer Res., 1991, 51, HUGHES D.E., WRIGHT K.R., ULY H.L. Bisphosphonates promote apoptose in murine osteoclasts in vitro and in vivo. J. Bone Miner Res., 1995, 10, KAWANO M., HIRANO T., MATSUDA T., TAGA T., HORII Y., IWATO K., ASAOKI H., TARUG B., TANABE O., TANAKA H., KURAMOTO A., KISHIMOTO T. Autocrine generation and essential requirement of BSF-2/IL-6 for human multiple myelomas. Nature, 1988, 332, KENDALL R.L., WANG G., THOMAS K.A. Identification of a natural soluble form of the vascular endothelial growth factor receptor FTL-1 and its heterodimerizartion with KDR. Biochem. Biophys. Commun., 1996, 226, KIM K.J., LI B., WINER J., AMANINI M., GILLETT N., PHIL- LIPS M.S., LERRARA N.;Inhibition of vascular endothélial growth factor-induced agiogenesis suppresses tumor growth in vivo. Nature, 1995, 362, KISHIMOTO T. The biology of interleukin-6. Blood, 1989, 74, KLEIN B., ZHANG X.G., JOURDAN M., CONTENT J., HAR- ROUSSEAU F., AARDEN L., PIECHACZYK M., BATAILLE M. Paracrine rather than autocrin regulation of myeloma cell growth and differentiation by interleukin-6. Blood, 1989, 73, KOO A.S., ARMASTRONG C., BOCHNER B., SHIMABUKURO R., TSO C.L., DE KERNION J.B., BELLDEGRUN A. Production and regulation of interleukin-6 by renal cell carcinoma in vitro : protein activity and mrna gene expression. Surg. Forum, 1990, 41, LACEY D.L., TIMMS E., TAN H.L., KELLEY M.J., DUNSTAN C.R., BURGESS T., ELLIOT R., COLOMBERO R., SCULLY S., HSU H., SULLIVAN J., HAWKINS N., DAVY E., CAPARELLI C., ELI A., OIAN Y.X., KAUFMAN S., SARON I., SHALHOUB V., SENALDI G., GUO J., DELANEY J., BOYLE W. J. Osteoprotegerin ligand is a cytokine that regulates osteoclast differentiation and activation. Cell., 1998, 93, LAGNEAUX L., DELFORGE F., DORVAL C., BRON D., STRK- MANS P. Excessive production of transforming groxth factor B by bone marow strma cells in B cell chronic lymphocytic leukemia inhibits the growth of hematopoietic precursors and interleukin 6 production. Blood, 1993, 82, LEVITSKI A., GAZIL A. Thyrosine kinase inhibition : an approach to drug development. Science, 1995, 267, MEYDAN N.,GRUNBERGER T., DADI A., SHAHAR M., ARPAIA E., LAPIDOT Z. et al. Inhibition of acute lymphoblastic leukemia by a jak-2 inhibitor. Nature, 1996, 379, MIKI S., IWANO M., MIKI Y., YAMAMOTO M., TAIG B., YOKOKAWA K., SOANADA T., HORANO T., KISHIMOTO T. IL-6 functions as an autocrine growth factor in renal carcinoma. FEBS Letter, 1989, 250, MILLAUER B., LONGHI M.P., PLATE K.H., SHARWER L.K., RISAU W., ULRICH A., STRAWN L.M. Dominant negative inhibition of Flk-1 suppresses the growth of many tumor types in vivo. Cancer Res., 1996, 56,

7 37. MORITA T., SHINOHARA N., TOKUE A. Antitumoral effect of a synthetic analogue of fumagillin on murine renal carcinoma. Brit. J. Urol., 1994, 74, MOTRO B., ILIN A., SACHS C., KESHET E. Pattern of interleukin 6 gene expression in vivo suggests a role for this cytokine in angiogenesis. Proc. Natl. Acad. Sci. USA., 1990, 87, MOTZER R.J., BANDER N.H., NAMUS D.M. Renal cell carcinoma. N. Engl. J. Med., 1996, 12, MOTZER R.J., RUSSO P. Systemic therapy for renal cell carcinoma. J. Urol., 2000, 163, NEGRIER S., ESCUDIER B., LASSET C. Recombinant human interleukin 2, recombinant human interferon alfa-2a or both in metastatic renal cell carcinoma. Groupe Français d immunothérapie. N. Engl. J. Med., 1998, 338 : OBIRI N.I., HILLEMAN R., HAAS G.P., SUDH S., PURI R.K. Expression of high affinity, interleukin-4 receptor in human renal carcinoma cells and inhibition of tumor growth in vitro by interleukin 4. J. Clin. Invest., 1993, 91 : OBIRI N.I., HSAIN R., DEBINSKI W., PURI R.K. Interleukin 13 inhibits growth of human renal carcinoma cells independently of the p140 interleukin 4 receptor chain. Clinical Cancer Res., 1994, 2, OGATA A., CHAUHAN D., TESH G., TREON S.P., URASHIMA M., SCHLOSSMAN R.L., ANDERSON K.C. IL-6 trigger cell growth via the Ras-dependent mitogen-activated protein kinase cascade. J. Immunol., 1997, 159, PAULE B., CLERC D., RUDANT C., COULOMBEL C.. Enhanced expression of interleukin-6 in bone and serum of metastatic renal cell carcinoma. Hum. Pathol., 1998, 29 : PAULE B., CLERC D. Cancer du rein : métastases osseuses, immunothérapie et interleukine 6. Ann. Med. Int., 1999, 150, PAULE B., BELLOT J., RUDANT C., COULOMBEL C., ABBOU CC. Importance of IL-6 expression in primary human renal cell carcinoma : an immunohistochemical study. J. Clin. Path., 2000, 53 : PAULE B., CLERC D., BRION N. Les bisphosphonates en cancérologie. Nouv. Presse Med., 2000, 29, PAULE B., CLERC D., BONHOMME FAIVRE L., QUILLARD J., ABBOU CC. Significance of IL-6 expression in bone tumoral cells and serum levels of interleukin 6 in metastatic renal cell carcinoma. Soumis à publication dans Pathology. 50. RAK J., MITSUHASHI Y., BAYKO L. et al. Mutant ras oncogene upregulate VEGF/VPF expression; implications for induction and inhibition of tumor angiogenesis. Cancer Res., 1990, 55, RIZOLI R., BONJOUR T.P. High extracellular calcium increases the production of a parathyroid-hormone like activity by cultures leydig tumor cells associated with humoral hypercalcemia. J. Bone, Min. Res., 1989, 4, SASAKI A., BOYCE B.F., STORY B., WRIGHT K.R., CHAPMAN M., B OYCE R., MUNDY G.R., YONEDA T. Bisphosphonates risedronate reduces metastatic human breast cancer burden in bone in nude mice. Cancer Res., 1995, 55, SENGER D.R., PERRUGI C.A., FEDER J., DVORAK H.F. A highly conserved vascular permeability factor secreted by a variety of human and rodent tumor cell lines. Cancer Res., 1986, 46 : SIMONET W.S., LACEY D.L., DUNSTAN C.R., KELLY M., CHANG M.S., LUTHY R., NGUYEN H.O., WOODEN S., BEN- NETT L., BOVNE T., SHIMAMOTO G., DeROSE M., ELIOTT R., COLOBERO A., TSAN H.L., TRAIL G., SULEVAN J., DAVY E., BUCARY N., RENSHAW-GEGG L., HUGUES T.M., HILL D., PATTISON W., CAMPBELL P., BOYLE W.J. Osteoprotegerin : a novel secreted protein involved in the regulation of bone density. Cell.,1997, 89, SIMONIAN P.L., GRILLOT A.M., NUNEZ G. Bcl-2 and Bcl-XL can differentially block chemotherapy-induced cell death. Blood, 1997, 90, SINGH R.K., BUCANA C.D., GUTMAN M., FAN D., WILSON M.R., FIDLER I.J. Organ site dependent expression of basic fibroblast growth factor in human renal cell carcinoma cells. Ann. J. Pathol., 145, SINGH R.K., GUTMAN M., BUCANA C.D., SANCHEZ R., LLANSA N., FIDLER I.J. Interferon alpha and beta down-regulate the expression of basic fibroblast growth factor in human carcinoma. Proc. Natl. Acad. Sci. USA., 1995, 92, STADLER W.M., KIZEL T., SCHAPIRO C., SOSMAN J., CLARK J., VOGELZANG N.J. Multi-instutional study of the angiogenesis inhibitor TNP-470 in metastatic renal carcinoma. J. Clin. Oncol., 1999,17, TAKENAWA J., TANEKO Y., FUKUMOTO M., FUKUMOTO M., FUKATSU A., HIRANO T., FUKUGANA H., NAKAYAMA H., FUJITA J., YOSHIDA O. Enhanced expression of interleukin-6 in primary renal cell carcinoma. J. Natl. Cancer Inst., 1991, 83, TAKAHASHI A., SASAKI H., KIM S.J., TOBISU K., KALKIZOE T., TSUKAMOTO T., KUMAMOTO Y., SUGIMUA T., TERADA M. Markley increased amonts of messenger RNAs for vascular endothelial growth factor and placental growth factor in renal cell carcinomas associated with angiogenesis. Cancer Res., 1994, 54, TORTORA G., CIARDELLO F. Targeting of epidermoid growth factor receptor and protein A. Molecular basis and therapeutic applications. Ann. Oncol., 2000, 11 : TSUKAMOTO T., KUMAMOTO Y., MIAJO N., MASUMORY N., TAKAHASHI A., YANASE M. Interleukin-6 in renal cell carcinoma. J. Urol., 1992, 148, VARNER J.A., CHERRESH D.A. : Tumor angiogenesis and the role of vascular cell intergrin avb3. In : De Vita E.D. Important advances in oncology. Philadelphia, H.S. Rosenberg Lippincott-Raven, 1996, pp VENEULEN P.B., DIRISC L.Y., MARTIN M., LEMMENS J., VAN OSTERUM A.J. The predictive value of serum bfgf and VEGF in patients with metastatic renal cell carcinoma treated with interferon- 2b. J. Natl. Cancer Inst., 199, 8, WEISSGLAS M., SCHAMBART D.H.J., LOWICK C., PAPAPOU- LOS S., THEUNS H.M., KURTH K.H. Hypercalcemia and cosecretion of interleukin-6 and parathyroid hormone related peptide by a human renal carcinoma implanted into nude mice. J. Urol., 1995, 155, WEISSGLAS M., SCHAMBART D.H.J., LOWIK C., PAPAPOU- LOS S., VOS P., KURTH K.H. The role of interleukin-6 in the induction of hypercalcemia in renal cell carcinoma transplanted into nude mice. Endocrinology, 1997, 138, ZHONG Z., WEN Z., DARNELL J.E. Jr. Stat 3 : a new family member that is activated through thyrosine phosphorylation in response to EGF and IL-6. Science, 1994, 264,

8 SUMMARY Interleukin-6 and bone metastases in renal cancer : molecular bases and therapeutic implications. Interleukin-6 (IL-6) is a multifunctional cytokine which provides multiple signals on various tissues and cells. In addition, IL-6 is produced by some human renal carcinoma cell lines in vitro and is expressed in a majority of primary renal cell carcinoma (RCC). Serum IL-6 influence the response to immunotherapy. IL- 6 appears as a target for rational drug design highly promising for development of new cancer therapies.il-6 effects are media - ted by Stat. Stat (Signal transducers and activators of transcrip - tion) signaling pathways represent novel molecular targets for therapeutic implications in metastatic renal cell carcinoma. Inhibitors of Stat signaling pathway will not only block tumor growth by inducing apoptosis, but may also increase the sensi - tivity of tumors to conventional treatment (immunotherapy). The processes involved in tumor associated angiogenesis should lead to compounds able to interfere with angiogenesis. Il-6 has been implicated in the osteoclastic bone resorption and hyper - calcemia associated with metastatic RCC. Different agents were shown to be effective in treating lytic bone disease mediated by osteoclast activation : bisphosphonates and osteoprotegerin. Keywords : interleukin-6, metastatic renal cell carcinoma, the - rapeutic implications. 375

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Angiogénèse Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Définition Vasculogénèse : différenciation du mésoderme en cellules endothéliales (embryogénèse) Angiogénèse : formation de nouveaux vaisseaux à partir du lit vasculaire

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription Christine Rebischung, oncologie médicale Mécanisme d action de la chimiothérapie -Action sur les mécanismes de division de la cellule

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein BENEFICES ET RISQUES Gilles PAGES CNRS UMR 6543 - Nice Néovascularisation des tumeurs / Stade 1 Ang 2 Déstabilisation des interactions cellules endothéliales

Plus en détail

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa.

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Projet déposé par REDINI Françoise (Directeur de Recherche

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

L action des RAR (Récepteurs de l Acide Rétinoïque) dans le déraillement de l ossification hétérotopique. Frederick S. Kaplan & Eileen M.

L action des RAR (Récepteurs de l Acide Rétinoïque) dans le déraillement de l ossification hétérotopique. Frederick S. Kaplan & Eileen M. L action des RAR (Récepteurs de l Acide Rétinoïque) dans le déraillement de l ossification hétérotopique Frederick S. Kaplan & Eileen M. Shore On sait que les Récepteurs de l Acide Rétinoïque (RAR) peuvent

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN ASECTS MOLÉCULAIRES DE LA ROLIFÉRATION CELLULAIRE r J-L. MERLIN ASECTS MOLECULAIRES DE LA ROLIFERATION «Vers de nouvelles cibles thérapeutiques» r. Jean-Louis Merlin Faculté de harmacie, Université Henri

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Isorce Nathalie Baier Céline. M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland

Isorce Nathalie Baier Céline. M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland Isorce Nathalie Baier Céline M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland Introduction : Voie NF κb Dérégulation : cancers Rôle de NF κb et de l inflammation dans : les différentes étapes de la tumeur du colon Conclusion

Plus en détail

LCA: toxicité de l oxygène

LCA: toxicité de l oxygène B. Maitre LCA: toxicité de l oxygène Services de Pneumologie, hôpitaux intercommunal et H. Mondor, Créteil, Université Paris EST CRETEIL, PRES EST Lésions induites par l oxygène Toxicité pulmonaire chez

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs et Urgences & Clinique d Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet

Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs et Urgences & Clinique d Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Thérapies ciblées dans les cancers bronchiques non à petites cellules. Les cibles utilisées actuellement : Description et valeurs prédictives et pronostiques Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

Immunothérapies anti-tumorales

Immunothérapies anti-tumorales Lymphocytes T innés Immunothérapies anti-tumorales ciblant les lymphocytes T Vγ9Vδ2 humains Emmanuel Scotet Equipe 1 / Modalités d ac3va3on et Fonc3ons des lymphocytes T γδ humains Dir. M. Bonneville -

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES VOIE DES HOSHOINOSITIDES LE DIACYLGLYCEROL ACTIVE LA KC L INOSITOL TRI HOSHATE (I3) ROVOQUE LA LIBERATION DE Ca ++ INTRACELLULAIRE (10-6 M Ca ++ ) Ca ++ pompe [Ca ++ ] extra-cellulaire (sang) 2.5 mm (2,5.10-3

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Histoire naturelle des cancers de l ovaire

Histoire naturelle des cancers de l ovaire Histoire naturelle des cancers de l ovaire A Rafii E Mery Journée Régionale de Cancérologie Gynécologique et Sénologique 08/06/07 Tissu normal Prédisposition génétique Facteurs environnementaux PREVENTION

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Les thérapies ciblées antiangiogéniques en cancérologie Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Objectifs pédagogiques Donner une définition des thérapies ciblées

Plus en détail

Résultats : Partie III

Résultats : Partie III Résultats : Partie III Analyse des rôles respectifs de RhoA et RhoC dans le phénotype des cellules d adénocarcinome prostatique Introduction Parmi les protéines du sous-groupe Rho, RhoC a été décrit comme

Plus en détail

Modèles animaux de cancérogenèse

Modèles animaux de cancérogenèse INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE isabelle.dhennin@u-picardie.fr Modèles animaux de cancérogenèse I- Généralités sur le cancer 1- Données épidémiologiques Hommes Femmes

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie:

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: MYÉLOME MULTIPLE Myélome Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: 1% des cancers, 10% des hémopathies Plus fréquent chez les hommes,

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Anne-Claire TOFFART EGFR mutés Gefitinib 250 mg x 1/J Cp 250 mg Erlotinib 150 mg x 1/J

Plus en détail

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C E. Estrabaud 1, I. Bièche 2, M. Lapalus 1, S. de Muynck 1, M.

Plus en détail

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats Oncologie (2016) 18:76-80 DOI 10.1007/s10269-016-2584-2 REVUE DE PRESSE DE L AERIO / AERIO PRESS REVIEW Brèves de l AERIO AERIO News in Brief Androgen receptor splice variant 7 et efficacité des taxanes

Plus en détail

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Les Incontournables 2013 en Cancérologie 8 octobre 2013 - Chambéry La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Présent & Futur Benoît BUSSER bbusser@chu-grenoble.fr Présent L INCa et les PF de

Plus en détail

Les différentes voies de transduction. Transduction du signal : De la membrane au noyau. Récepteurs tyrosine kinase-linked

Les différentes voies de transduction. Transduction du signal : De la membrane au noyau. Récepteurs tyrosine kinase-linked Les différentes voies de transduction Transduction du signal : De la membrane au noyau Molécules liposolubles à récepteur membranaire prostaglandines et leukotriènes Peptides et protéines récepteurs membranaires

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante «Chimiotherapie» = chimiothérapies (cytotoxiques) et

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire UE09s Méthodes d étude et analyse du génome Applications des techniques du génie génétique à la thérapie des maladies acquises Exemples en cancérologie Thérapie ciblée Théranostique Plan du cours Introduction

Plus en détail

REGULATION POST- TRANSCRIPTIONNELLES ET CANCER. Yann Audic, CNRS UMR 6061

REGULATION POST- TRANSCRIPTIONNELLES ET CANCER. Yann Audic, CNRS UMR 6061 REGULATION POST- TRANSCRIPTIONNELLES ET CANCER 1 Yann Audic, CNRS UMR 6061 - Régulations Post-transcriptionnelles - Régulation stabilité et traduction d'oncogènes c-fos c-myc - Syndrome de Von-hippel-Lindau

Plus en détail

formation ostéoclastique. Les interactions entre RANKL (Receptor Activator of NK-κB Ligand)

formation ostéoclastique. Les interactions entre RANKL (Receptor Activator of NK-κB Ligand) RANKL, RANK et l ostéoprotégérine : un système fondamental dans la résorption osseuse Par Sophie Roux (Service de Rhumatologie, CHU Sherbrooke, Québec) Résumé Les connaissances actuelles sur les mécanismes

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

Le rejet aigu cellulaire

Le rejet aigu cellulaire Le rejet aigu cellulaire CUEN: 3/12/2013 Philippe Grimbert Plan Les antigènes de transplantation Le mécanisme du rejet L incidence et les outils du diagnostique Le traitement 1 Rejet aigu cellulaire Représente

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

AVIS D EXPERT. Les patients ayant un cancer du. Le Point sur les Nouveaux Anti-Angiogeniques dans le Cancer du Rein Métastatique I.

AVIS D EXPERT. Les patients ayant un cancer du. Le Point sur les Nouveaux Anti-Angiogeniques dans le Cancer du Rein Métastatique I. AVIS D EXPERT dans le Cancer du Rein Métastatique Dr Stéphane Oudard Service de Cancérologie Médicale Hopital Européen Georges Pompidou, Paris I. INTRODUCTION Les patients ayant un cancer du rein métastatique

Plus en détail

Insulinorésistance et cancers

Insulinorésistance et cancers Insulinorésistance et cancers L insulinorésistance est présente dans de nombreuses situations comme (Godsland I.F. 2009) : - Le vieillissement ; - La sédentarité ; - L obésité abdominale ; - Le diabète

Plus en détail

Prix de bourse SFPO/ Académie de pharmacie

Prix de bourse SFPO/ Académie de pharmacie Prix de bourse SFPO/ Académie de pharmacie IDENTIFICATION D ADAM 9 EN TANT QUE MEDIATEUR DE LA DISSEMINATION METASTATIQUE INDUITE PAR LE STRESS OXYDANT ET EVALUATION DE MODULATEURS PHARMACOLOGIQUES DE

Plus en détail

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR Positionnement Intérêt du séquençage de l ADN tumoral circulant du gène TP53 muté pour la prédiction

Plus en détail

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose Signalisation : Concept Stimuli extérieurs: Facteurs de croissance, Hormones Cytokines Interaction cellule/cellule Récepteur cellule ropagation du signal Somme des évènements moléculaires Intracellulaires

Plus en détail

Modèle cellulaire du DNID: la cellule B

Modèle cellulaire du DNID: la cellule B Modèle cellulaire du DNID: la cellule B L étude des conséquences du diabète NID à l échelle cellulaire se concentre bien entendu sur les atteintes subies par les cellules B pancréatiques à l origine de

Plus en détail

APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE II- MECANISMES MOLECULAIRES III- APOPTOSE ET PATHOLOGIES IV- PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES. A.

APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE II- MECANISMES MOLECULAIRES III- APOPTOSE ET PATHOLOGIES IV- PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES. A. APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE A. Définition B. Circonstances de survenue de l apoptose 1 ) Apoptose physiologique 2 ) Apoptose pathologique C. Modifications morphologiques et biochimiques D. Déroulement

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler Identification de récepteurs r endothéliaux à différents stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler S.Lavisse 1, V. Lazar 2, P. Opolon 3, P. Dessen 2, A. Roche 1, N. Lassau 1 Équipes

Plus en détail

Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy

Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy Cancers du sein avec amplification ERBB2 10-15% breast cancer Amplification Expression Her2: discovered

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Étude des mutations PIK3CA

Étude des mutations PIK3CA Étude des mutations PIK3CA Application dans les cancers du sein et les cancers colorectaux métastatiques Alexandre Harlé a.harle@nancy.unicancer.fr Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des tumeurs Département

Plus en détail

Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie

Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie Lu pour vous Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie doi:10.1684/veg.2016.0059 Sakina Sekkate Département

Plus en détail

Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome

Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome Dr Aerts Isabelle Département d'oncologie Pédiatrique, Institut Curie, Paris INSERM U 612, Laboratoire

Plus en détail

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P.

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P. Les modèles précliniques in vivo sont ils à la hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy Mars 2009 P. Chastagner - Oncologie pédiatrique, CHU Nancy - EA 4001, faculté de Médecine, Nancy

Plus en détail

Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire

Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire 69 ème Journées Scientifiques de l AFEF Mercredi 28 Septembre 2011 Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire Marion Maurel INSERM U1053 Bordeaux

Plus en détail

CONTRÔLE DU MÉTABOLISME ET DE LA PROLIFÉRATION PAR LES MICROARN ET LES ACTEURS DU CYCLE CELLULAIRE

CONTRÔLE DU MÉTABOLISME ET DE LA PROLIFÉRATION PAR LES MICROARN ET LES ACTEURS DU CYCLE CELLULAIRE UNIVERSITE MONTPELLIER 1 UFR MEDECINE THÈSE Présentée pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITE MONTPELLIER I Discipline : Biochimie et Biologie Moléculaire École doctorale : Sciences Chimiques

Plus en détail

Traitement médical du cancer de l endomètre

Traitement médical du cancer de l endomètre Traitement médical du cancer de l endomètre La biologie moléculaire met le pied dans la porte! r Jean-Emmanuel Kurtz & Dr Isabelle Ray-Coquard Hôpitaux Universitaires de Strasbourg & Centre Léon Bérard

Plus en détail

Nouveautés thérapeutiques en Cancérologie. Dr Sophie Sadot-Lebouvier ICO-Centre René Gauducheau

Nouveautés thérapeutiques en Cancérologie. Dr Sophie Sadot-Lebouvier ICO-Centre René Gauducheau Nouveautés thérapeutiques en Cancérologie Dr Sophie Sadot-Lebouvier ICO-Centre René Gauducheau Généralités Taux pour 100 000 habitants 150,000 Évolution de l incidence 112,500 75,000 37,500 Prostate Sein

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot 11 septembre 2008 Service d'oncologie Médicale Traitements en Oncologie Chirurgie Radiothérapie Chimiothérapie cytotoxique Hormonothérapie Thérapies Moléculaires

Plus en détail

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Les anti-lymphocytes B Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Rôle pathogène des lymphocytes B au cours des maladies auto-immunes Production d'auto-anticorps et/ou formation

Plus en détail

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie.

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie. Cancer Colorectal Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage 1 Traitement : Chimiothérapie Thérapies ciblées Cancer Colorectal EPIDEMIOLOGIE 2 CCR 3 ème cause de

Plus en détail

BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE. Aspects moléculaires et cellulaires. Généralités. 2008 Apoptose Diapo 1

BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE. Aspects moléculaires et cellulaires. Généralités. 2008 Apoptose Diapo 1 BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE Aspects moléculaires et cellulaires Généralités 2008 Apoptose Diapo 1 1 Importance physiologique Développement Formation des membres Neurones du systèmes nerveux Contrôle

Plus en détail

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Soin des articulations

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Soin des articulations LOOK, FEEL AND LIVE BETTER Soin des articulations Nos articulations subissent usure et déchirure avec l âge et les coussinets cartilagineux des surfaces articulaires se dégradent progressivement. Lorsque

Plus en détail

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie?

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? «Rôle des inhibiteurs de l angiogenèse dans le traitement et la prise en charge des cancers avancés de la prostate.» Résumé du Symposium ABBOTT

Plus en détail

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin Deux voies de cancérogenèse

Plus en détail

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil 47 Définition du phénotype MSI (MicroSatellite Instability) Environ 15% des cancers colo-rectaux présentent

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale

La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale Définitions Historique Génomique dans le cancer du sein Utilité Problèmes Futur Chaque personne:

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille TIGER WOODS ET LE PRP Dans des revues sportives Américaines Tiger Woods : J ai

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles :

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles : Dr F Desroys du Roure, mars 2011 Marqueurs tumoraux Notion de valeurs usuelles : Le PSA varie en fonction de l âge, le CA125 est significativement plus bas après la ménopause, En pratique, inapplicable

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique

Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique Tumeurs solides Jacques Robert ISERM U916 Institut Bergonié Université de Bordeaux 2 Anomalies moléculaires des cancers Autosuffisance en facteurs de croissance

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des thérapeutiques cellulaires visant à moduler le système immunitaire

Cibles et mécanismes d action des thérapeutiques cellulaires visant à moduler le système immunitaire Cibles et mécanismes d action des thérapeutiques cellulaires visant à moduler le système immunitaire Pierre Tiberghien, Olivier Adotevi, François Lemoine, Jean François Moreau, Salima Hacein-Bey I. Introduction...

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer DEFINITIONS Le cancer semble être le résultat d une série d accidents génétiques aléatoires soumis à la sélection naturelle. Chaque cancer est Unique mais il

Plus en détail

L IL-1. Rôle de l IL-1 dans la PR

L IL-1. Rôle de l IL-1 dans la PR IL-1 RA D après C. Gabay, cours donné dans le service de Rhumatologie du Professeur Olivier Meyer, Hôpital Bichat, Paris, le 1er juin 2001 Rapporté par le Dr Philippe Brissaud Dr Cem GABAY Hôpital Beau

Plus en détail

Cancers des voies urinaires

Cancers des voies urinaires Cancers des voies urinaires P O U R L ' A S S O C I A T I O N M O N T É R É G I E N N E E N S O I N S P A L L I A T I F S P A R A N N I E L E S S A R D U R O L O G U E C S S S R Y 1 ER D É C E M B R E

Plus en détail

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne OSTEOPOROSE ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne CHU Ibn Sina Rabat MAROC INTRODUCTION O 1950, corticoïdes chez une PR sévère éè 1ère cause d ostéoporose

Plus en détail

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Définitions : Cancer Multiplication anarchique de cellules échappant aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication Capacité à

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

Actualités sur le myélome multiple

Actualités sur le myélome multiple Actualités sur le myélome multiple Véronique Dorvaux, CHR Metz Thionville Sept 2005 IFM : «http://www.curie.net/ifm» Résultats des essais thérapeutiques IFM IFM 99-02 : sujets jeunes de bon pronostic IFM

Plus en détail