infodoc : la gouvernance, c est maintenant!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "infodoc : la gouvernance, c est maintenant!"

Transcription

1 infodoc : la gouvernance, c est maintenant! 16 de l huile dans l accès et le partage 17 règles et process : oui, mon référentiel! 18 Françoise Rossion : «une personne responsable de la gouvernance 20 traquer les risques 21 chères connaissances Où mener son système d information? De plus en plus, la question se pose, sous la pression, d une part, de l infobésité ou du big data et, d autre part, de l hétérogénéité «faire avec». Pas n importe comment, mais en répondant selon des priorités, à commencer par celle d assurer l accès à l information et aux documents. De quoi pouvoir mener et développer sereinement l activité de son organisation. une récente étude réalisée par le cabinet SerdaLab pointait la persistance du problème posé par l infobésité : les entreprises continuent à subir des flux d information incessants et hétérogènes (1). Résultat : 80 % d entre elles s estiment confrontées à une problématique de gouvernance documentaire. Les interrogations sont légion : quel modèle de gestion de l information mettre en place? Avec qui? Pour quels objectifs? Quelle place pour les réseaux sociaux d entreprise? Quid de la sécurité de l information? Mais avant de poser ces questions, il faut prendre conscience du constat suivant : 50 % des organisations interrogées n ont pas de politique de gouvernance documentaire. Un taux qu il convient de nuancer, car la situation diffère selon les secteurs. Les entreprises privées sont les plus engagées (62 % ont mis en place une gouvernance documentaire), en particulier dans les domaines des services et de l industrie. En revanche, moins de la moitié (46 %) des organisations publiques y sont passées et seulement 30 % des associations et des organisations non gouvernementales. Les obstacles à la mise en place de politiques de gouvernance documentaire sont désormais bien identifiés : manque de volonté des décideurs, ignorance des dangers encourus, méconnaissance des méthodologies et des logiciels, compressions budgétaires Tous ces freins ne disparaîtront pas du jour au lendemain. Mais, d ores et déjà, différentes pistes de dans les pages qui suivent : organiser le de procédures en matière documentaire en pensant la pérennité des documents, maîtriser les risques liés à la gestion documentaire et valoriser les informations en tant que capital immatériel de l organisation. Par ailleurs, Françoise Rossion apporte son point de vue de spécialiste de la gestion des connaissances. Bruno Texier (1) Livre blanc «La gouvernance documentaire dans les organisations françaises», 2 e enquête SerdaLab, mars 2012 : archimag n 259 novembre

2 [dossier] de l huile dans l accès et le partage À l ère du numérique et de la mobilité, face à la surabondance et à l éparpillement des données, la question de l accès et du partage de l information est décisive pour tirer le meilleur parti de cette mine informationnelle... et ainsi lui donner de la valeur. Enron, l attentat du World Trade Center, un audit ou même un simple déménagement sont autant l affaire d événements entraînant une prise de conscience : la nécessité, pour une entreprise, d envisager de façon nouvelle la gestion de ses documents. Théo Hivart, directeur commercial de CD-Doc, prestataire de service et intégrateur, confirme : «Un choc exogène crée l impulsion de vouloir créer de la valeur en capitalisant ses connaissances, car des informations non répertoriées ou inaccessibles ne valent rien». Une très large majorité des organisations sondées par SerdaLab en mars 2012 indiquent d ailleurs qu «organiser l accès et le partage des informations» est, selon elles, l enjeu principal d une politique de gouvernance documentaire. Mais ce changement doit s inscrire dans une politique de gouvernance réfléchie et dans un triptyque de volets stratégiques qui se répondent : l humain, l organisationnel et le technique. stratège de l information La hauteur de vue d une personne dédiée est recommandée pour favoriser la circulation des informations d une organisation. Pour certains observateurs, elle correspond à l émergence du métier de Dim (document and information manager), un stratège de l information devant agir au cœur des différents métiers du management afin de bien connaître leurs fonctionnements et problématiques. Laurent Weber, explique : «Une bonne gouvernance nécessite l implication de tous et la formation d un interlocuteur à l ensemble des métiers de l organisation, car elle ne pourra se développer que si elle est intégrée dans son projet global». C est la démarche du Groupe PSA Peugeot Citroën en mars 2011, commentée par Daniel Colas, son responsable gestion documentaire et archivage : «L un des enjeux fut d établir une gouvernance sur toute l entreprise, car intervenir dans le contexte global du groupe était la garantie de limiter les risques liés à la croissance exponentielle des flux d information électroniques et des contenus non structurés». La formation de l instance de gouvernance à l ensemble des métiers de l entreprise est effectivement indispensable pour identifier le rôle et la responsabilité de chacun vis-à-vis des informations. gérer l usage L accès et le partage d informations ou de documents dépendent effectivement de l identification des responsables de leur élaboration, de leur diffusion et de leur application. Philippe Blot-Lefèvre, vice-président de la Fédération inter- d ailleurs l importance de ces rôles par celle du droit d usage, lequel facilite et sécurise les échanges d information en évitant tout questionnement et ralentissement sur le droit d utiliser les informations dont on a besoin : «D ailleurs, la valeur n est pas tant celle du document ou de l information en euxmêmes, mais leur usage : un timbre est un document sans valeur si je n ai pas de lettre à poster. C est le rôle de responsable de l affranchissement qui va lui donner sa valeur». des outils ad hoc Appliquer de façon opérationnelle ces différents référentiels passe par fournir aux collaborateurs les outils adéquats, qu il s agisse de solutions de gestion électronique de documents (Ged) ou de plateformes de gestion de contenu (ECM, enterprise content management). Conçus pour fournir aux personnes un accès sécurisé à toute l information les concernant, ils peuvent régir l ensemble du contenu informationnel et facilitent leur partage entre les systèmes et les unités métier. une nécessaire prise de hauteur Peugeot Citroën évoque la mise en place de l outil RSD Glass au sein du groupe : «Il nous a permis de centraliser la création et la gestion des politiques de gouvernance de l information à partir d une interface unique et de fournir un service d archivage complet et une gestion du cycle de vie à tous les documents». Fluidifier les échanges d informations réclame une prise de hauteur permettant l analyse d une problématique globale. Mais elle n est que l ébauche d un long travail, lequel nécessite, pour des résultats pérennes et sécurisés, d établir des référentiels centrés aux aussi sur l activité et les processus métier. Clémence Jost 16 archimag n 259 novembre 2012

3 règles et process : oui, mon référentiel! Dates de naissance, adresses, données contractuelles ou de données fourmillent d informations, lesquelles, détachées de leur support, peuvent engager pénalement le responsable d une organisation. Des centaines de CV récoltés lors d un processus d embauche peuvent, en apparence, ne pas revêtir la même valeur stratégique que les différents contrats établis avec un partenaire. Et pourtant... la mise en place de règles et de processus clairs, répondant au périmètre et aux objectifs d un plan de gouvernance documentaire établi en amont est indispensable. En effet, même les informations contenues dans un simple CV ont une valeur et se doivent d être correctement classées, conservées et protégées pour un temps donné. L une des premières règles en matière documentaire est de distinguer les différents documents (papier, photo, vidéo) des informations qu ils peuvent contenir (numéro de téléphone ou de sécurité sociale), le support ne faisant pas toujours le contenu. un document prescriptif Établir des règles et des processus d archivage revient à mettre en place un référentiel de conservation répondant à des questions décisives qui pourraient être, entre autres : de quel type de document s agit-il? Quelles informations contient-il? À quel domaine d activité de l organisation se rapporte-t-il? - vation des documents en fonction d un l optique de favoriser toujours plus l accès et le partage de l information. Chaque référentiel de conservation dépendant de la structure dans laquelle est mise en place la gouvernance documentaire, la réponse ne sera évidemment pas la même pour un laboratoire pharmaceutique, pour une usine ou une banque. plan de classement Philippe Blot-Lefèvre, vice-président de rentiel : D&IM, nous sommes partis d une question simple : qui est le porteur d une conformité réglementaire? C est le document. Et qui en est le responsable? C est celui qui l écrit, le signe, l envoie, l archive... Bref, tout le monde. Et si tout le monde est responsable, alors personne ne l est vraiment. Une telle situation risque d entraîner une situation de dominos sur les responsabilités. Et plus cette responsabilité est retardée, plus elle risque de coûter cher». C est pourquoi tout référentiel de conservation doit passer par un plan de classement, lequel trie et ordonne l ensemble des documents selon leur provenance (liée à l activité) et la responsabilité qu ils fonctionnels : dépendant du fonctionnement d un service et évoluant en fonction des utilisateurs. La totalité du cycle de vie du document est alors prise en compte ; patrimoniaux : ce patrimoine peut être photos de la création d une usine) ; légaux : concernant une décision, un engagement, un contrat ou un brevet. Trois sous-catégories dépendant des fonctions documentaires peuvent s adjoindre à ce premier classement. Elles peuvent être d ordre organisationnel (par exemple, procédure métier), technique (par exemple, Philippe Blot-Lefèvre, vice-président de la Fédération internationale des documentation sur les produits) ou juridique (par exemple, contrats ou factures). «Une bonne gouvernance passe par un positionnement de ces six modules dans l organisation et au sein même de ses dif- férents services, poursuit Philippe Blot- Lefèvre, car un document fonctionnel lié aux ressources humaines sera différent, par exemple, d un document fonctionnel concernant la relation client». durée et nommage Le référentiel de conservation doit également prendre en compte les durées de conservation légale et archivistique, le délai de prescription et la durée de validité. Si les archives peuvent être détruites lorsque la loi n impose plus leur conservation et que l entreprise n en a plus besoin, certains documents doivent pourtant être archivés de façon permanente en raison de leur valeur complété par des préconisations de nom- numériques, le nom d un document n étant pas immédiatement visible pour l utilisateur, comme dans l environnement papier. établi selon des règles précises il doit être explicite et unique pour l entreprise dans l optique, encore et toujours, de faciliter l accès et le partage des informations. Clémence Jost DR archimag n 259 novembre

4 [dossier] repères Françoise Rossion : «une personne responsable de la gouvernance doit être identifiée et reconnue» Consultante en gestion des connaissances au sein de Hewlett-Packard, Françoise Rossion a dirigé l ouvrage Retour d expérience en gestion des connaissances récemment publié par les éditions Lavoisier. Archimag. Quels conseils donnezvous aux entreprises confrontées à la surcharge d information? La première démarche est d analyser les raisons à l origine de la surcharge d information : l entreprise reçoit-elle trop d informations provenant de l extérieur? L entreprise a-t-elle du mal à gérer les informations qu elle produit? L entreprise accumule-t-elle les informations depuis des années? Ensuite, il convient de déployer des solutions qui seront fonction des résultats de l analyse. font partie de l approche générale : qui permettra de décider quels sont les domaines informationnels essentiels à l entreprise straté- méthodes, outils et processus requis pour gérer l information tout en tenant compte de sa criticité ; incluant des processus de contrôle ainsi que des rôles et responsabilités à chaque échelon de l organisation ; chaque employé soit informé de cette stratégie et qu il puisse l appliquer ; mettre en place un plan d action à court, moyen et long terme. Concrètement, en quoi ce plan peut-il consister? Dans le court terme, il peut s agir de supprimer certaines sources d information redondantes, ou d instaurer une journée consacrée au «nettoyage» des bureaux ou des utilitaires de stockage afin de supprimer les papiers et les fichiers électroniques obsolètes, en n oubliant pas de préparer et communiquer «la première démarche est d analyser les raisons à l origine de la surcharge d information» Françoise Rossion des instructions claires sur ce qui doit être conservé afin que des documents précieux ne se retrouvent pas dans la corbeille ; dans le moyen terme, les actions décidées peuvent porter sur l acquisition d un outil de gestion documentaire qui obligera à une certaine discipline au niveau de la gestion du cycle de vie des informations ; un moteur de recherche peut aussi s avérer utile pour détecter la redondance entre fichiers électroniques stockés à plusieurs endroits, pour mettre en évidence des informations obsolètes (versions intermédiaires d un document finalisé) ou montrer des défauts de sécurité (documents confidentiels DR qui font partie des résultats de recherche d une personne non autorisée) ; dans le long terme, l entreprise peut revoir l entièreté de ses processus et rationaliser la gestion des informations produites ou en support de ses processus ; enfin, il faut évaluer régulièrement les résultats des projets développés et prendre action si ceux-ci ne sont pas à la hauteur des objectifs escomptés. 18 archimag n 259 novembre 2012

5 La gouvernance documentaire d une organisation doit-elle reposer sur une seule personne ou être enseignée à l ensemble des collaborateurs? Une personne responsable, owner de la gou- vernance documentaire au sens de la matrice que telle au sein de l organisation : elle aura mise à jour de la gouvernance documentaire. borateur se sente également responsable de la gouvernance documentaire. Cette responsabilisation passe par une éducation et une formation adéquate à propos des règles et processus périodiquement l importance du respect de la gouvernance documentaire par chacun en montrant, par exemple, les conséquences positives d une bonne gouvernance, mais aussi les problèmes qui peuvent découler lorsque celle-ci est négligée. En fonction de l importance de l organisation et de sa situation géographique (plusieurs sites par exemple), il peut être nécessaire d assigner des rôles de coordination décentralisés : ceux-ci auront pour mission de faciliter l adoption et l application de la gouvernance documentaire au niveau local, tout en maintenant une boucle rétroactive vers le responsable qui pourra ainsi améliorer la gouvernance en fonction des besoins réels de l organisation. Comment concilier ouverture vers les réseaux sociaux et sécurité de l information? Certaines organisations, généralement fondées sur une structure hiérarchique forte, sont soucieuses de l emprise des réseaux sociaux sur leurs collaborateurs, car elles craignent de perdre la maîtrise de leurs informations et, ce faisant, de perdre le contrôle «tout court». Prétextant que le risque est trop important de faciliter l accès à des informations considérées comme confidentielles, elles refusent de prendre en compte ces outils et se privent ainsi d une source importante d apprentissage collectif et de créativité. réseaux sociaux et sécurité de l information : en effet, comme indiqué précédemment, toute organisation qui produit, manipule et gère des en la matière et appuyer ensuite cette stratégie sur une gouvernance documentaire. Cette gouvernance étudiera les différents outils et médias informations, faciliter la collaboration et soutenir les échanges entre les collaborateurs ainsi qu avec les personnes extérieures. «il est parfaitement possible de concilier réseaux sociaux et sécurité de l information» C est dans ce contexte que les réseaux sociaux doivent être positionnés. Pour chaque outil considéré, l organisation doit poser ses limites sociaux, elle doit indiquer quels réseaux sociaux réseaux doivent rencontrer, quelles informations peuvent ou non y être échangées et discutées, quelle éthique doit être respectée et comment exploiter au mieux ces outils. Ce guide de bonnes pratiques et de «bonne conduite» doit évidemment être promu par l entité responsable, qui doit veiller au respect des limitations imposées par l organisation, à l application des règles et doit sanctionner toute alignant ainsi à chaque besoin de l organisation l outil qui convient et les règles appropriées, l organisation peut veiller à la sécurité de son information tout en fournissant à ses collabo- interconnexion des personnes. Propos recueillis par Bruno Texier claire de qui fait quoi dans le projet, en permettant d éviter une redondance de rôles ou une dilution des responsabilités. ( ) Accountable (on utilise aussi parfois le terme Wikipedia). un livre... Retour d expérience en gestion des connaissances Sous la direction de Françoise Rossion. Paris : Lavoisier, p. ISBN ,90 euros On ne compte plus les livres consacrés à la gestion des connaissances. Souvent théoriques, ces ouvrages brassent de nombreux concepts qui n ont parfois qu un lointain rapport avec les préoccupations des entreprises. La dizaine d auteurs réunis ici par Françoise Rossion ont fait le pari de présenter des retours d expérience issus de milieux divers : communautés de pratiques dans le groupe GDF Suez, cartographie des connaissances au sein de la police belge, création d un wiki dans le secteur public, etc. Les auteurs exposent les avantages générés par la mise en place d une gouvernance documentaire pertinente et évoquent On retiendra ce chiffre constaté dans le deuxième groupe mondial de l énergie : plus de 75 % des managers estiment manquer des opportunités commerciales à cause d une mauvaise gestion des connaissances. Une série d initiatives ont alors été mises en place : création d une communauté de pratiques, actions de sensibilisation au partage de l information, mise en place de réseaux «quelques très belles réussites», mais à condition de tenir compte du facteur humain. archimag n 259 novembre

6 [dossier] traquer les risques une frontière autour de chaque information, ni de mettre un gendarme derrière chaque collaborateur. Pourtant, il faut parvenir à sécuriser son système d information. Des mesures s imposent, toutes affaires cessantes. un chiffre qui donne à 90 % des entreprises reconnaissent avoir été c est confrontées à une perte ou à une fuite d information au cours des de 622 entreprises spécialisées dans les technologies de l information, ces incidents s expliquent par des défaillances en tous genres : pratiques documentaires santes, partage d informations sur les réseaux sociaux Autre chiffre intéressant : 70 % des entreprises interrogées estiment que trop de salariés ou de partenaires peuvent accéder à des informa- indispensables. Et une même proportion tablettes dans le cadre professionnel accroît les risques de perte d information. Dans le même temps, 59 % des entreprises reconnaissent que la surveillance de l hygiène informatique en entreprise En France, il est probable que les entreprises sont touchées par les mêmes maux, mais il est plus difficile de savoir si elles le sont dans les mêmes proportions. Toujours est-il que l Agence nationale de la sécurité des systèmes d information (Anssi) (1) vient de publier une série de recommandations visant à développer rien de moins qu une hygiène informatique dans les entreprises : «Protéger ses données et son réseau informatique est crucial pour la survie de l entreprise et sa compétitivité. Si les erreurs humaines ou la malveillance d un salarié peuvent être à l origine d un incident, les agressions externes sont de plus en plus fréquentes», souligne l Anssi. Les mesures d hygiène préconisées par l Anssi concernent l ensemble de l écosystème informationnel de l entreprise. Ainsi, le système d information doit-il faire l objet d un audit complet : architecture réseau, logiciels utilisés, liste des utilisateurs et des droits afférents, suivi des arrivées et des départs des salariés et des stagiaires. Le choix des mots de passe doit obéir à une politique rigoureuse afin d éviter ce qui est arrivé à la Banque de France : son mot de passe a été facilement dé- de ! L Agence nationale de la sécurité des systèmes d information conseille d ailleurs aux entreprises de ne pas stocker leurs mots de passe sur des systèmes informatiques. classification et traçabilité des informations La maîtrise des risques liés au patrimoine informationnel ne saurait être réduite à l infrastructure informatique. Elle passe également par une série d actions préventives de gestion organisationnelle et humaine des failles : classification et traçabilité des informations, sensibilisation du personnel, etc. En aval, des audits et des formations peuvent être envisagés pour améliorer les performances de chacun. Selon le Cigref (Club informatique des grandes entreprises françaises) (2), «il est souhaitable de compléter une bonne politique de sécurité par des règles déontologiques spécifiques au système d information». Pour éviter tout malentendu, ces règles ne doivent pas être perçues par les collaborateurs comme coercitives ou intrusives. opérations utiles à la production de connaissances. cartographier les risques Dans une étude parue en 2011, le Cigref a identifié pas moins de 31 risques qu il a classé en 8 grandes familles : ressources humaines, dématérialisation des rapports humains, risques stratégiques, systèmes d information, risques éthiques et juridiques, patrimoine numérique, marketing, risques périphériques. Le chapitre des risques éthiques et juridiques doit bien être pris en considé- effet une série de questions extrêmement complexes telles que le respect de la vie privée, la confidentialité des données ou le contexte d application des décisions de justice. Pour faire face à ces multiples enjeux, certains spécialistes de l entreprise numérique conseillent à leurs clients de procéder à une cartographie des risques. Couramment utilisée dans le domaine de la cartographie des risques, cette méthode offre une vision synthétique des défis qui attendent les entreprises. Bruno Texier (1) (2) 20 archimag n 259 novembre 2012

7

8 [dossier] chères connaissances Capitaliser, valoriser : ces termes économiques sont applicables à l information détenue par l entreprise. Ajouter une dimension de gestion des connaissances dans la gouvernance de son information est certainement un investissement rentable. Nombre de solutions misent sur les communautés DR o Frisch ( ), spécialiste de l étude des comportements, le constat suivant : «La fourmi est un animal intelligent collectivement et stupide individuellement ; l homme, c est l inverse». Bon nombre d organisations sont en effet confrontées à des problèmes d organisation collective de leurs connaissances. Elles peuvent disposer de cerveaux très brillants, mais cela n entraîne pas mécaniquement un accroissement de la richesse produite. Au contraire, cela peut même se traduire par une accumulation d ego surdimensionnés et se transformer en jeu à somme nulle. Quant à l organisation des connaissances elle-même, on en voit les limites presque quotidiennement. On ne compte plus les entreprises qui achètent à l extérieur des informations qu elles possèdent déjà en interne. Cela se présente souvent sous la forme de l impossibilité de mettre la main sur un document perdu dans le problème est encore plus insoluble : on ignore que l on possède déjà ce document rétention d information Pour les spécialistes du knowledge management, le problème peut être résolu à condition de respecter quelques règles. À - en place. Cela permet de faire la lumière sur quelques-uns des obstacles les plus souvent constatés lorsqu il est question d intelligence collective : rétention d information (consciente ou inconsciente), absence de synergie, incohérence des processus de partage de données, logiciels inadéquats Ensuite vient le temps de l élaboration d un processus de valorisation des connaissances. taliser les connaissances existantes. L étape de déploiement, quant à elle, doit reposer sur un accompagnement des principales personnes concernées. capitalisation des connaissances Depuis plusieurs années, les concepts d entreprise apprenante et d organisation apprenante sont très en vogue dans les milieux du pacité d apprendre de ses expériences et de nition de David Garvin, «une organisation est apprenante quand elle est capable de créer, d acquérir et transférer de la connais-. Pour le professeur de la vénérable Harvard Business School, cinq piliers sont nécessaires pour parvenir au statut d organisation apprenante : résoudre les problèmes en groupe, miser sur les expériences, tirer les leçons de ces expériences, apprendre avec l environnement extérieur à l entreprise rer ces connaissances. Ce dernier point pose souvent problème. Les solutions informatiques disponibles sur le marché sont nombreuses, mais elles laissent parfois les utilisateurs dubitatifs. contenus indexés C est probablement pour répondre à ces doutes que l éditeur belge spécialisé dans les solutions de gestion des connaissances de son logiciel vers la mise en relation de et leurs intérêts. Doté d une interface épurée qui rappelle les réseaux sociaux grand autres, de créer des «collections» regrouper des contenus hétérogènes, mais présentant un intérêt proche : documents bureautiques, pages web, vidéos, courriers électroniques, contacts «Ces contenus sont intégralement indexés et catégorisés au moyen de tags structurés précise l éditeur ; une diffusion profilée amène la communauté à réagir, commenter, évaluer ces contenus». Apparus à la moitié des années 1990, ces solutions de knowledge management ont longtemps affiché un taux de satisfaction moyen, voire faible, de la part des utilisateurs. Aujourd hui, tous les éditeurs proposent des solutions misant sur les communautés d experts. BT 22 archimag n 259 novembre 2012

9 Publirédactionnel RSD, sherpa de la gouvernance de l information La gouvernance de l information implique un accompagnement à même d en garantir la pertinence. Grâce à sa plateforme RSD GLASS, la société RSD se positionne comme un guide qualifié pour aider les entreprises à relever ce nouveau défi. Instiller une culture de gouvernance de l information Le récent emballement du pouls informationnel incite les entreprises à repenser leur stratégie de gestion documentaire. En effet, la multiplication des sources de contenus, des entrepôts leur imposent de mieux maîtriser les risques liés à leur capital informationnel et à s orienter vers une approche plus managériale : la gouvernance de l information. Cette démarche devient d autant plus incontournable quand il s agit d organisations multi-sites et multi-juridictionnelles, gérant des informations complexes devant être tenues en conformité juridique ou réglementaire sur plusieurs décennies. Sauf que, sans un outil approprié pour harmoniser, contrôler et appliquer les politiques de gestion de l information à l ensemble de l organisation, il est quasi impossible de mettre en œuvre un tel programme. C est tout l apport de la plateforme RSD GLASS qui répond aux besoins de pilotage des directions métiers, de la direction informatique et de la direction générale, sans oublier l interaction nécessaire avec les directions juridique, conformité, risques Éditeur historique du monde de l archivage et de l output management depuis 1973, RSD n a de cesse de satisfaire ses clients dans le monde entier. C est dès 2008 que cet éditeur international a su percevoir les nouveaux enjeux de la gouvernance de l information et s est tout naturellement positionné comme un guide auprès des entreprises désireuses de se doter d un programme de valorisation de leur capital informationnel. Mieux conserver et savoir jeter Pour une bonne gouvernance de l information, il faut s assurer au préalable que les règles et politiques applicables à l ensemble des documents numériques et papier de l entreprise sont bien définies. Elles seront ensuite propagées de façon Contact RSD Service commercial 33 rue de Miromesnil Paris Tél. : /// /// RSD GLASS une solution complète pour la gestion des archives papier et électroniques. homogène à toutes les typologies de contenus, en respectant leur cadre juridictionnel et leur cycle de vie (anonymisation, sécurisation, déplacement, gel, suppression ). Ainsi, l entreprise peut aisément supprimer les documents ne possédant plus ni de valeur métier, ni de contraintes réglementaires ou légales. Un bénéfice direct de l usage de la plateforme RSD GLASS qui favorise la réduction des coûts de stockage et d exploitation en valorisant les investissements technologiques déjà existants dans l entreprise. Sa capacité à gérer les informations là où elles sont stockées, vient renforcer cet atout. Autre apport notable, surtout quand on en connaît les enjeux juridiques et financiers, est la mise en conformité automatique et proactive des règles et politiques à l ensemble des contenus sous gouvernance. Là encore, une source non négligeable d économie! Le suivi de la gouvernance Au-delà de l outillage managérial des entreprises, RSD GLASS Governance Dashboards apporte les moyens de superviser leur programme de gouvernance de l information et de réagir en temps réel. Ces tableaux de bord fournissent un vrai «bilan de santé» du programme, de sa performance, ainsi que des indicateurs de risques, offrant des opportunités inégalées d optimisation des performances et de la traçabilité des documents. L entreprise est alors dotée d un précieux atout pour faire face à ses besoins de croissance et de compétitivité, tout en s assurant de sa bonne conformité. Pionnière, la plateforme RSD GLASS a su répondre aux attentes du groupe PSA Peugeot-Citroën, qui très tôt a pris conscience des enjeux de la gouvernance de l information, et cela même avant que l expression n existe vraiment. /

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Que la stratégie soit belle est un fait, mais n oubliez pas de regarder le résultat. Winston Churchill PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Conseil en Organisation, stratégie opérationnelle

Plus en détail

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien :

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien : Nouvelles technologies, nouvelles pratiques, nouvelles normes dans un environnement de plus en plus complexe, se former pour maîtriser les concepts clés de l archivage physique, numérique et de la dématérialisation

Plus en détail

Votre Infrastructure est-elle? La gestion de contenus d entreprise. mieux structurée et connectée

Votre Infrastructure est-elle? La gestion de contenus d entreprise. mieux structurée et connectée Votre Infrastructure est-elle? La gestion de contenus d entreprise mieux structurée et connectée Tous les contenus d entreprise à portée de main Aujourd hui, au sein de toutes les organisations, l information

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

ibelem Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management

ibelem Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management ibelem ENJOY MOBILITY Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management De l art de bien choisir «Devine, si tu peux,

Plus en détail

Association ESSONNE CADRES

Association ESSONNE CADRES Association ESSONNE CADRES 10 avenue du Noyer Lambert - 91300 MASSY : 01 60 12 01 45 Email : competences91@essonnecadres.org Site web : www.essonnecadres.org Besoin d un Professionnel pour une situation

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

GED, dématérialisation du courrier. Quelles solutions et quelle valeur ajoutée?

GED, dématérialisation du courrier. Quelles solutions et quelle valeur ajoutée? GED, dématérialisation du courrier Quelles solutions et quelle valeur ajoutée? Jeudi 2 avril 2015 Rencontre 2 avril 2015 GED, dématérialisation du courrier : Quelles solutions et quelle valeur ajoutée?

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES

OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES «La réussite des directions

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

Le CR2PA Un club Utilisateurs pour l archivage managérial

Le CR2PA Un club Utilisateurs pour l archivage managérial Le CR2PA Un club Utilisateurs pour Atelier BNP Paribas, 10 mars 2011 Marie-Anne Chabin (secrétaire général du CR2PA, CNAM) & Clotilde Cucchi-Vignier (CR2PA, Total SA) Un club utilisateurs Né en 2008 De

Plus en détail

«Accompagnement du recrutement et de l intégration de personnes en situation de handicap»

«Accompagnement du recrutement et de l intégration de personnes en situation de handicap» : Solutions stratégiques pour l emploi des publics sensibles : Solutions stratégiques pour l emploi des publics sensibles 1 CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE FORMATION «Accompagnement du recrutement

Plus en détail

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Pépinière Acheteurs publics 21 avril 2006 Atelier : «Conduite du changement» Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Atelier «Conduite du changement» Plan de l intervention

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

L audit de communication interne

L audit de communication interne A faire suivre à : retour à : L audit de Problématique La décision de lancer un audit répond à une volonté politique. Celle-ci s inscrit souvent dans le cadre d une conjoncture spécifique : restructuration

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise COMMENT L EDISCOVERY CHANGE LA GESTION DES DONNÉES

Transformation IT de l entreprise COMMENT L EDISCOVERY CHANGE LA GESTION DES DONNÉES Transformation IT de l entreprise COMMENT L EDISCOVERY CHANGE LA GESTION DES DONNÉES C omment améliorer l efficacité et réduire des coûts de stockage en croissance permanente? Comment mettre en place un

Plus en détail

La transformation numérique : facteur de convergence pour les professionnels de l information

La transformation numérique : facteur de convergence pour les professionnels de l information La transformation numérique : facteur de convergence pour les professionnels de l information Florence GICQUEL Directrice des Etudes florence.gicquel@ebd.fr 10 octobre LA TRANSFORMATION NUMERIQUE 2 La

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

La gouvernance documentaire dans les organisations françaises

La gouvernance documentaire dans les organisations françaises LIVRE BLANC La gouvernance documentaire dans les organisations françaises Enquête serdalab Mars 2011 serdalab Page 1 Sommaire Les problématiques auxquelles la gouvernance documentaire répond...4 La définition

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Organisez vos informations pour gagner en productivité. Dématérialisation des factures, Gestion de courriers, fax, emails,

Organisez vos informations pour gagner en productivité. Dématérialisation des factures, Gestion de courriers, fax, emails, Organisez vos informations pour gagner en productivité Dématérialisation des factures, Gestion de courriers, fax, emails, Traitement des dossiers clients, Archivage des pièces comptables, Diffusion des

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité Témoignage client Optimisation de la performance et gains de productivité performances Faciliter les revues de La réputation d Imec repose sur la qualité du travail de ses scientifiques, chercheurs, ingénieurs

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan (Extract du livre blanc) Introduction... 2 Continuité des pratiques

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services. www.orone.com

Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services. www.orone.com Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services www.orone.com VOUS ÊTES Une banque, un organisme de crédit, un acteur de l assurance ou de la protection sociale, une enseigne de la

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

LA SECURITE DU PATRIMOINE NUMERIQUE, UN ENJEU STRATEGIQUE. DBB Groupe ICT

LA SECURITE DU PATRIMOINE NUMERIQUE, UN ENJEU STRATEGIQUE. DBB Groupe ICT LA SECURITE DU PATRIMOINE NUMERIQUE, DBB Groupe ICT Plan LA SECURITE DU PATRIMOINE NUMERIQUE, Le Patrimoine informationnel Menaces & Conséquences Responsabilité du Chef d Entreprise Comment répondre aux

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Table des matières. Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Table des matières. Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise...................................................... Liste des figures.................................................................. Liste des tableaux...............................................................

Plus en détail

Qui est concerné par la qualité des données?

Qui est concerné par la qualité des données? INTRODUCTION Qui est concerné par la qualité des données? Plus que jamais, les entreprises sont confrontées à des marchés de plus en plus exigeants, réclamant une réponse immédiate et adaptée à des besoins

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

Comment optimiser vos budgets. de télécommunications et. d affranchissement?

Comment optimiser vos budgets. de télécommunications et. d affranchissement? Comment optimiser vos budgets de télécommunications et d affranchissement Partie 1 : Affranchissement Pourquoi Coriolis et Neopost 2 fournisseurs de services B2B Des interlocuteurs identiques (Achats Services

Plus en détail

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino avec MailFlow Analyzer TM un produit de l Infrastructure Management Suite TM Copyright COOPERTEAM SOFTWARE 2013 La gestion de

Plus en détail

COMMENT GERER LES CANDIDATURES AVEC EFFICACITE? Contact : CANDIDATUS 12, Av. des Prés 78180 MONTIGNY-LE-BRETONNEUX

COMMENT GERER LES CANDIDATURES AVEC EFFICACITE? Contact : CANDIDATUS 12, Av. des Prés 78180 MONTIGNY-LE-BRETONNEUX COMMENT GERER LES CANDIDATURES AVEC EFFICACITE? Contact : CANDIDATUS 12, Av. des Prés 78180 MONTIGNY-LE-BRETONNEUX Tél. : +33 1 30 57 31 22 contact@candidatus.com L A G E S T I O N D E C A N D I D A T

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS. Organisé par

STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS. Organisé par NOM DE VOTRE INSTITUTION (Logo de l institution) STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS Organisé par L Association Francophone des

Plus en détail

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez pour réussir vos projets de de dématérialisation de documents et processus Conseils Démarrez 10 conseils pour réussir son projet 2 1. Faire une étude d opportunité 2. Définir le cadre de son projet 3.

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

PROPOSER UNE SOLUTION OPEN SOURCE AU GOUVERNEMENT DU QUEBEC

PROPOSER UNE SOLUTION OPEN SOURCE AU GOUVERNEMENT DU QUEBEC PROPOSER UNE SOLUTION OPEN SOURCE AU GOUVERNEMENT DU QUEBEC PLAN DE MATCH LE WEB A QUÉBEC 23 au 25 février 2011 - Version 1.0 Mario Lapointe ing. MBA CISA CGEIT mario.lapointe@metastrategie.com Au programme

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Approches & opportunités face aux enjeux de volume, variété et vélocité France, 2012-2014 28 mars 2013 Ce document

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

La gestion de la documentation

La gestion de la documentation La gestion de la documentation Des aspects méthodologiques & organisationnels.vers la mise en œuvre d un outil de GED M S. CLERC JOSY 13 OCTOBRE 2015 PLAN Définition d un projet de gestion de la documentation

Plus en détail

GDD GESTION DOCUMENTAIRE DEPARTEMENTALE

GDD GESTION DOCUMENTAIRE DEPARTEMENTALE Gestion Documentaire Départementale Matinée Cercle de L Adminisration Numérique Janvier 2012 Organiser et partager l information Gérer le cycle de vie des documents Renforcer la sécurité des acteurs du

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Recommandations pour la collecte et le traitement de données

Recommandations pour la collecte et le traitement de données Recommandations pour la collecte et le traitement de données Sommaire Contexte, objectif et démarche 1 1 Identification du besoin 2 2 Conception et définition du processus de la collecte de données 3 3

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Management de la sécurité des technologies de l information

Management de la sécurité des technologies de l information Question 1 : Identifiez les causes d expansion de la cybercriminalité Internet est un facteur de performance pour le monde criminel. Par sa nature même et ses caractéristiques, le monde virtuel procure

Plus en détail

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Les 4 principes directeurs 4 principes directeurs pour développer l Administration numérique territoriale a. Une gouvernance

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED

Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED StarXpert 2011 STARXPERT - Siège social : 100 rue des Fougères 69009 LYON SAS au capital de 40 000 - Siret : 449 436 732 00035 - NAF : 723Z Table des matières

Plus en détail

Prendre la bonne décision, au bon moment, sur le bon sujet, sur la base des meilleures analyses, pour agir sur le bon indicateur.

Prendre la bonne décision, au bon moment, sur le bon sujet, sur la base des meilleures analyses, pour agir sur le bon indicateur. 2 Toute entreprise dispose d un capital informationnel qui, s il est efficacement géré, contribue à sa valeur et à sa performance. La société RHeport, propose une solution logicielle : RH&View, innovante,

Plus en détail

Votre référentiel documentaire. STS.net Solution de gestion et de conservation des actifs documentaires de l entreprise

Votre référentiel documentaire. STS.net Solution de gestion et de conservation des actifs documentaires de l entreprise Votre référentiel documentaire STS.net Solution de gestion et de conservation des actifs documentaires de l entreprise STS group le groupe STS Créé en 1984 Autonomie et stabilité financière Partenaire

Plus en détail

Dossier Spécial GOUVERNANCE DES DONNÉES

Dossier Spécial GOUVERNANCE DES DONNÉES Dossier Spécial GOUVERNANCE DES DONNÉES L explosion des volumes, particulièrement pour les données non structurées, et l ouverture des SI se traduisent par un accroissement des risques comme des coûts

Plus en détail

Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur

Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur Quels outils mettre en œuvre pour garantir une sécurité informatique maximale et conforme aux exigences

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

Sommaire. Création et Historique p. 2 L équipe dirigeante p. 3. Cabinet de conseil au positionnement original p. 4 L offre SELENIS p.

Sommaire. Création et Historique p. 2 L équipe dirigeante p. 3. Cabinet de conseil au positionnement original p. 4 L offre SELENIS p. Présentation Sommaire Création et Historique p. 2 L équipe dirigeante p. 3 Expertise et Savoir-Faire Cabinet de conseil au positionnement original p. 4 L offre SELENIS p. 5-6 Quelques références p. 7 Les

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude de faisabilité. principes.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude de faisabilité. principes. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Le regard des PME et des ETI. sur le marché des services de communications électroniques

Le regard des PME et des ETI. sur le marché des services de communications électroniques ETUDES DE MARCHE & CONSEIL EN MARKETING Le regard des PME et des ETI sur le marché des services de communications électroniques Étude qualitative principaux enseignements L'alternative inspirante! Novembre

Plus en détail

SOeMAN SIRH Solution collaborative

SOeMAN SIRH Solution collaborative SOeMAN SIRH Solution collaborative La solution collaborative d aide à l organisation et au pilotage stratégique Reflex Training, entreprise d excellence OSEO 4 rue André Moinier 63000 Clermont Ferrand

Plus en détail

Les nouveaux métiers de l information-documentation. Quelques repères. Sylvie LAFON 12/12/2013

Les nouveaux métiers de l information-documentation. Quelques repères. Sylvie LAFON 12/12/2013 Soirée ADBS Midi-Pyrénées Les nouveaux métiers de l information-documentation Quelques repères Sylvie LAFON 12/12/2013 Une nouvelle cartographie des métiers 7 composantes pour la fonction «Information»

Plus en détail

Migration d un logiciel de gestion

Migration d un logiciel de gestion Auteur : David PERRET Publication : 01/11/2015 Toute société utilisatrice de logiciel de gestion est inéluctablement confrontée à des migrations de données. Ces migrations représentent des risques et un

Plus en détail

Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information. «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique»

Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information. «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique» "Innovation, Valorisation et Protection du Patrimoine Numérique!" Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique»

Plus en détail

SESSION 2010 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D'INFORMATION. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1

SESSION 2010 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D'INFORMATION. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 1020005 DSCG SESSION 2010 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D'INFORMATION Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre

Plus en détail

Sommaire 2. Généralités 3. ISO 27001 et SMG ou le pilotage de NC2 4. Approche processus et cartographie 5

Sommaire 2. Généralités 3. ISO 27001 et SMG ou le pilotage de NC2 4. Approche processus et cartographie 5 Sommaire 2 Généralités 3 ISO 27001 et SMG ou le pilotage de NC2 4 Approche processus et cartographie 5 D une organisation fonctionnelle vers des processus 6 Pilotage des processus et Amélioration continue

Plus en détail

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Maitriser le questionnement à 360 Etre pertinent dans ses questions est au moins aussi important que de savoir maîtriser sa présentation

Plus en détail

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION KEOPS Automation Espace Performance 2B, rue du Professeur Jean Rouxel BP 30747 44481 CARQUEFOU Cedex Tel. +33 (0)2 28 232 555 -

Plus en détail

L archivage numérique

L archivage numérique L archivage numérique Françoise BANAT-BERGER Direction des Archives de France 01 40 27 62 65 francoise.banat-berger@culture.gouv.fr Jeudi 1 Archivage électronique - Nice La direction des Archives de France

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme UE 5 Management des systèmes d informations Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1.

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX. Les questions que vous vous posez. Gardez juste l essentiel!

ÉTAT DES LIEUX. Les questions que vous vous posez. Gardez juste l essentiel! ÉTAT DES LIEUX Les nouvelles technologies annoncent depuis 15 ans le règne du zéro papier et du gain de temps. Dans la réalité, l entreprise et l administration ont vu leur consommation de papier exploser

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Le projet collaboratif 2.0

Le projet collaboratif 2.0 Florence Gicquel et Aref Jdey En collaboration avec Alpha Diallo Le projet collaboratif 2.0 Pour mobiliser la Documentation au service de l entreprise é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des

Plus en détail

INSTITUT INTERNATIONAL DE MANAGEMENT INSIM BEJAIA MANAGEMENT

INSTITUT INTERNATIONAL DE MANAGEMENT INSIM BEJAIA MANAGEMENT INSTITUT INTERNATIONAL DE MANAGEMENT INSIM BEJAIA MANAGEMENT INSIM BEJAIA, tour géni sider 3eme étage, rue de la liberté 06000 BEJAIA ALGÉRIE Tel/Fax: +213 (0) 34 220 200/ +213 (0) 34 229 506 E-mail: commercial@insimbejaia-dz.org

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils Votre expert en flux documentaires et logistiques Prestations audit/conseils 1. ConseiL optimisation d exploitation courrier 2. Conseil Aménagements 3. Conseil en procédures de gestion courrier 4. Accompagnement

Plus en détail

Sage CRM SalesLogix. Gagnez en compétitivité. Sage CRM Solutions

Sage CRM SalesLogix. Gagnez en compétitivité. Sage CRM Solutions Sage CRM Solutions Sage CRM SalesLogix Gagnez en compétitivité Sage CRM SalesLogix est une solution complète, conçue pour permettre à vos équipes commerciales, marketing et service d optimiser la gestion

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

Atelier n 1 3ème session

Atelier n 1 3ème session Atelier n 1 3ème session Thématique : Mobilité Interne Synthèse Relevé de discussion 30 janv 2012 Ressources Humaines Groupe Co construction GPEC 2012 Retour sur le dispositif Espace Mobilité 2004 2005

Plus en détail

Un audit de fonctionnement de PAC : Démarche et retour d expérience. Olivier Rouchon olivier.rouchon@cines.fr 21 janvier 2010 PIN

Un audit de fonctionnement de PAC : Démarche et retour d expérience. Olivier Rouchon olivier.rouchon@cines.fr 21 janvier 2010 PIN Un audit de fonctionnement de PAC : Démarche et retour d expérience Olivier Rouchon olivier.rouchon@cines.fr 21 janvier 2010 PIN Sommaire 1. LE CONTEXTE Rappel : la mission archivage du CINES Intérêt d

Plus en détail

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE SUIVI D UN PROJET D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE : LES DIFFICULTÉS D APPLICATION DU CADRE NORMATIF DANS LE MONDE BANCAIRE Le poste que j occupe au sein du service d archives du Crédit Lyonnais qui sont désormais

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Catalyse. Des achats plus simples, plus performants pour tous

Catalyse. Des achats plus simples, plus performants pour tous Catalyse Des achats plus simples, plus performants pour tous Avec Catalyse, la Direction des Achats de Biens et Services de l EPFL met ses compétences et son savoir faire à la disposition de l ensemble

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail