numéro >dossier L artisanat, taille XXL! LE MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "numéro >dossier L artisanat, taille XXL! LE MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT"

Transcription

1 92 numéro >dossier L artisanat, taille XXL! LE MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT 1

2

3 ÉDITOrial Parmi les évènements marquants de cette rentrée 2011, la loi du 28 juillet pour le «développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels» fera date dans l histoire de l apprentissage. Les nouvelles dispositions (détaillées page 5) donnent la mesure des vertus accordées à la formation par l alternance. Avec la carte d «Étudiant des Métiers», la loi place enfin l apprenti sur un pied d égalité avec l ensemble des étudiants. Et lui facilite la vie en lui donnant accès aux mêmes réductions tarifaires que ses homologues de l enseignement supérieur : transport, logement, santé, culture, CROUS. Elle rend aussi plus attractif un parcours de formation parfois décrié, voire méprisé mais qui a pourtant fait ses preuves, formant depuis des siècles, les professionnels de la 1 ère entreprise de France. Et répond à une réalité : Apprentis aujourd hui, Artisans demain! Une majorité de jeunes apprentis envisage en effet de créer ou reprendre une entreprise à plus ou moins brève échéance. C est la raison pour laquelle nous sensibilisons les apprentis du CIFAM à la création/reprise d entreprise. Il s agit pour nous d un véritable enjeu! Autre constat d importance : le volume d'activités des entreprises artisanales s'est amélioré au cours du L'APPRENTISSAGE SE DOTE D'UN CURSUS PROFESSIONNEL La loi sur l'alternance votée par le Parlement en juillet révèle une prise de conscience des pouvoirs publics. Elle acte la reconnaissance de l'apprentissage comme une «solution» et non plus comme une «voix de garage». Le réseau des CMA juge que le dispositif gouvernemental «d'orientation» manque toutefois de cohérence et de coordination avec l'action des régions qui financent l'apprentissage. Et souhaite une réforme en profondeur sur l'orientation, la taxe d'apprentissage et sa répartition. Il rappelle que les CFA des CMA ne perçoivent que 3% de son montant global alors qu'ils forment 30% des apprentis et propose que la taxe leur soit directement versée en proportion de leur nombre d'apprentis. 1 er semestre Les entreprises ont une appréciation plus positive. Elles ont connu une activité plus stable, voire en augmentation. Cependant des signes de ralentissement apparaissent depuis la rentrée de septembre. Même si la crise financière de l'été n'avait pas trop d'impact sur l'activité des entreprises, il faut néanmoins rester prudent. Ce sont autant de signes qui me font dire que les entreprises artisanales ont besoin d'accompagnement spécifique de la part de notre Chambre mais également de la part des établissements bancaires. Cela permettra à nos entreprises de consolider leur savoir-faire et de maintenir le niveau d'emploi dans l'artisanat de façon à pouvoir renforcer notre économie de proximité. A noter sur vos agendas : la 17 ème édition du Salon des Métiers d Art, dont vous découvrez l affiche en primeur, en couverture de ce magazine. 140 exposants - parmi lesquels une vingtaine de nouveaux talents - y présenteront leurs œuvres uniques et originales, cité des congrès à Nantes. Plus d'infos sur Bonne lecture Joël FOURNY Président de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de Loire-Atlantique L œil sur > 4 > La Place de la femme dans l'artisanat : débat sur un sujet grave...4 >Un apprenti boulanger allemand à St Julien de concelles...5 >Nouvelles mesures pour favoriser l'apprentissage...5 >Rentrée Scolaire au CIFAM...5 >La CMA 44 valorise les métiers de l'industrie auprès des demandeurs d'emploi...6 >Un village d'artisans à Pornic...6 >Foire de Béré : édition >Les Ateliers de la Coopération Consulaire...6 >Titre GEAB et Appellations QUALI CO-QUALI EAU...7 >Salon des Entrepreneurs Nantes Grand Ouest...7 >Trophées Régionaux du Développement Durable...7 >2 e édition des "Trophées du Grand Chêne"...7 >Prévention des déchets : accompagner les entreprises artisanales...7 On en parle! > 5/6 >Marie-Yvonne PRAUD Meilleur Ouvrier de France 2011 en couture >Or et Argent pour le CIFAM en MAF Régional et National >Démarche commerciale...9 >Point de vente attractif...9 >Formations à venir : réservez vos dates...10 >L'ADEA...10 >Enquête "Et si vous nous parliez de vos besoins en formations?"...11 Dossier > 13 > L'Artisanat, taille XXL! Formation continue > 9 Portrait > 22 >Marc CHAUVIN, photographe : rien que le naturel! >Pascal BOUTILLIER, le cordonnier multiservices du Vignoble >Lara ROCHER et ATOUTDOMIA >Behzad MARJOWY, l'horloger iranien et si nantais Il a été apprenti > 26 >Johann HOCHET : se lancer jeune et sans peur dans l aventure >Fabrice AUBIN, ancien Bac pro carrosserie du CIFAM CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LOIRE-ATLANTIQUE 5 ALLÉE DES LIARDS - BP SAINTE-LUCE-SUR-LOIRE CEDEX / : DIRECTEUR DE PUBLICATION : JOËL FOURNY RÉDACTEUR EN CHEF : SERGE LEGROS RÉDACTION : CENDRINE FOURNIER-DELAWARDE - SERGE LEGROS - ISABELLE THÉBAUD - LUCIE HERAUD CONCEPTION & RÉALISATION / RÉGIE PUBLICITAIRE GROUPE ÉDITIONS MUNICIPALES DE FRANCE 96 BOULEVARD DES ANGLAIS IMPRIMÉ SUR PAPIER 100% RECYCLÉ. IMPRIMEUR CERTIFIÉ LABEL IMPRIM VERT Photos : CMA 44 Réalisation photo de couverture : Pixelfab la fabrique d images Annonces > 28 > Entreprises à reprendre en Loire-Atlantique 3

4 L œil sur... La place de la femme dans l Artisanat : débat sur un sujet grave «Femmes, je vous aime», dit la chanson. Mais les aime-t-on dans l artisanat? Les y accueille-t-on à bras ouvert, y reconnait-on leur valeur, leur savoir, le «plus» qu elles apportent incontestablement? La CMA 44 - avec le soutien de la MAAF a organisé une conférence-débat sur ce thème, avec des témoignages probants, des interventions convaincantes, des exemples impressionnants. Ce dans l hémicycle du Conseil général, dont la politique, comme celle de la Région, encourage fermement l entreprenariat au féminin. Pour commenter les témoignages directs et vidéos présentés, aux côtés de l animateur Michel Roudet, un grand témoin : Sabine Basili, conjointe d artisan plombier à Lyon, passionnée vice-présidente nationale de la CAPEB. D emblée elle vante les mérites de la mixité dans l entreprise, regrette la lente évolution de la parité dans le monde de l artisanat, et déplore les clichés persistants, alors que «la femme dans l artisanat renvoie une image de proximité avec la population, l entreprise reflétant alors le modèle familial, où les couples avancent désormais côte à côte, en un partenariat égalitaire.» L'ARTISANAT MACHO? Qu elles soient apprenties, salariés, chefs d entreprise, ou conjointes d artisans, elles avouent presque toutes avoir un jour subi le regard désapprobateur de la gent masculine, surtout dans le bâtiment et la mécanique. Ainsi Thaïs, apprentie ébéniste, aujourd'hui Meilleure Apprentie de France, seule fille dans sa classe, a vite été acceptée par ses collègues, pour son travail soigné et sa minutie toute féminine! Alexandra, mécanicien(ne)-auto, s attendait à pire encore : «J ai été bien accueillie dans l entreprise, ditelle. Il y a aujourd hui des hommes coiffeur ou esthéticien, pourquoi pas des femmes mécanos?» Ces pionnières ont certes dû faire leurs preuves et se montrer excellentes là où leurs homologues masculins devaient seulement être bons,mais elles ont toutes franchi avec succès la barrière des a priori. Eliane Rousseleau, conjointe d électricien, qualifiée par son époux de «pièce maîtresse» de l entreprise, dans sa dimension humaine, a dû suivre des formations, acquérir un statut, pour exercer aujourd hui «un métier à part entière». Hélène Bouc, depuis 5 ans dirigeante d une menuiserie, avoue avoir eu quelques soucis avec des partenaires extérieurs, au début. Audrey Voisard, maréchal-ferrant, évoque sa passion, absolument déterminante, et la nécessaire confiance en soi pour débuter dans ce métier d hommes. ÊTRE CONVAINCUE, POUR ÊTRE CONVAINCANTE Sophie Martineau, coiffeuse, très fière d être élue au bureau de la CMA 44, souhaite vivement continuer dans cette voie. Fanny Reyre-Ménard, luthière nantaise, se dit, elle, carrément «militante» et toujours super déterminée. Et ainsi de Caro «la caroleuse», par vidéo interposée, de Viviane, boulangère, tout comme Claire, 1 er prix national du Croissant au Beurre d Isigny, elles parlent toutes de passion, de reconnaissance, de compétence, d investissement. Leurs clés pour avancer, se faire leur place au soleil dans ce monde d hommes. «Il y a en Loire-Atlantique entreprises artisanales, seulement 17 % sont menées par des femmes, déplore Joël Fourny, Président de la CMA artisanes, c est très faible!» Idem parmi les 35 administrateurs de la CMA 44, dont 9 seulement sont des femmes, un chiffre pourtant à la hausse depuis le dernier mandat. Dans la salle, le constat ne semble pas affecter le public féminin, dont certaines projettent de créer leur entreprise. «C est même plutôt encourageant! lance une jeune-fille, bientôt peintre. Il y a du potentiel!» Alors, «femmes, je vous aime dans l artisanat?» La réponse est définitivement OUI. C.F.D. 4

5 On en Parle! Un apprenti boulanger allemand à St-Julien-de-Concelles Carnet en poche, rien n échappe à l œil observateur de Christopher HORSTMANN, apprenti boulanger de la région de Bielefeld, en Allemagne. À la faveur du jumelage entre la CMA 44 et celle de Bielefeld, Didier PAPIN l accueille dans sa boulangerie à St Julien de Concelles. Il y découvre les méthodes de fabrication artisanales françaises, très différentes de son quotidien chez BERTERMANN, qui compte 37 succursales et un peu moins de 200 collaborateurs. «A son arrivée, il n avait aucune notion de toucher de la pâte, de finition. Tout est mécanisé là-bas, même la viennoiserie» note Didier Papin. Après 2 jours d adaptation, il progresse vite et apprend la polyvalence à la française, en tournant sur tous les postes. Dans la boulangerie tout le monde joue le jeu et facilite son intégration. La barrière de la langue? On communique par un anglais gestuel» s'amuse l'artisan. Après 3 semaines en France, Christopher repart satisfait : «C est une expérience très enrichissante. J ai appris beaucoup de nouvelles techniques. En Allemagne il y a énormément de stress, peu de temps. Ici c est plus décontracté!» ajoute-t-il dans un sourire. Marie-Yvonne PRAUD Meilleur Ouvrier de France 2011 en couture Didier PAPIN et Christopher HORSTMANN (2 ème en partant de la gauche) Photo réalisée par l Atelier photographique du Vieux Pressoir Nouvelles mesures pour favoriser l apprentissage Ce qu il faut retenir de la loi n du 28 juillet 2011 pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels : - La carte d «Etudiant des Métiers», délivrée par le CFA, revalorise le statut d apprenti et lui donne accès aux réductions tarifaires accordées à l ensemble des étudiants : logement, transports, culture, CROUS ; - Possibilité dans le cas d une activité saisonnière, pour 2 employeurs, de conclure conjointement avec un jeune un contrat en Alternance ; - Les entreprises d intérim peuvent placer des apprentis chez une entreprise utilisatrice ; - Les jeunes âgés d au moins 15 ans au cours de l année civile et justifiant avoir accompli la scolarité du 1 er cycle de l enseignement secondaire peuvent souscrire un contrat d apprentissage ; - Les apprentis engagés dans la préparation d un BAC PRO peuvent, au terme de la 1 ère année du contrat, à leur demande ou à celle de leur employeur poursuivre leur formation pour obtenir un CAP ; - Un apprenti sans employeur, peut suivre pendant 1 année une formation en CFA sous le statut de stagiaire de la formation professionnelle ; - Reconduction du dispositif Zéro Charges pour toute embauche entre le 1 er mars et le 31 décembre 2011, destinée à augmenter le nombre de salariés employés en contrat d apprentissage ou de professionnalisation, sous certaines conditions ; L application de ces dispositions dépend, pour certaines, de décrets à venir. Aussi, des précisions sont encore attendues pour les rendre complètement opérationnelles, notamment du point de vue des financements nécessaires. Une année sous de bons auspices au CIFAM! C est un peu par jeu, presque en dilettante, qu elle s est présentée au prestigieux concours dans la catégorie Prêt à porter! Pour un concours de ce niveau, il faut le faire! Explications. Marie-Yvonne entre en apprentissage de couture à 14 ans. Las! Son contrat est résilié avant d arriver au CAP. Peu importe, après quelques péripéties et notamment une émancipation accordée par ses parents (la majorité était à 21 ans à l époque), elle s installe à son compte à 16 ans, d abord à Nantes puis à Saint-Herblain. Elle passera finalement son CAP puis son Brevet de maîtrise. En plus de son activité artisanale, elle devient formatrice à la Chambre de Métiers et de l Artisanat pour les Brevets de maîtrise et intervient aussi en formation continue au sein de son syndicat professionnel. C est lorsque qu une de ses stagiaires devient MOF que le déclic se fait. Elle souhaite savoir ce qu elle vaut professionnellement et entraîne dans son sillage 6 autres couturières qui suivent la formation du BM. 4 de ses collègues passent avec succès les sélections et 2 - dont Marie-Yvonne - accèdent au titre de MOF. Très lucide sur son métier et son évolution elle estime «qu il faut 10 ans pour faire une bonne couturière et que beaucoup n ont pas le niveau suffisant pour être à l aise en coupe». C est avec un manteau redingote cintré avec col couturière, tailleur en pur cachemire italien et guipure Christian Dior, qu elle remporte son Titre de MOF. Photo réalisée par l Atelier photographique du Vieux Pressoir La rentrée est marquée par une dynamique réelle en termes d effectifs : les nombreuses demandes pour les métiers de l Alimentation, les formations BTS Tertiaire attractives, la réussite de l ouverture du CAP Agent polyvalent de Restauration et du CQP Opérateurs Spécialiste Service Rapide sont des signes encourageants dans un contexte économique parfois difficile pour les entreprises. Les projets en faveur des jeunes fourmillent : actions éducatives, mobilité Européenne, accompagnement social Le CFA de la CMA44 voit sa place confortée dans le paysage de la formation professionnelle, d autant que le taux de réussite aux examens dépasse les 80 %. Seule ombre au tableau, les risques liés aux incertitudes relatives au financement de l accueil de ces jeunes : gageons que l ensemble des partenaires saura se mobiliser au service de jeunes passionnés et d entreprises motivées par l Apprentissage 5

6 On en Parle! Or et argent pour le CIFAM MAF REGION MVA OPTION MOTO Kévin GUERIN chez Marc LEVEQUE à Mouzillon et Vincent MERLAUD chez Rémy MARTIN au Pallet obtiennent la médaille d argent. SERVEUR DE RESTAURANT Maud LECURET, chez Christelle et Benoît DEBAILLY, Auberge de la Gaillotière à Château Thébaud est reçue médaille d Or. or pour Thaïs ORTUNO MEYER MAF NATIONAL En formation BTM chez Jacky AUDRAIN, Ets ACA à Vallet, Thaïs ORTUNO MEYER devient Meilleure Apprentie de France Ebéniste "Après mon BTM, j'envisage le BTMS pour travailler à la base, sur ordinateur, à la confection. Je veux explorer aussi le contemporain et le design, les nouvelles matières et découvrir les nouvelles machines. Et prouver aux femmes qu'on peut y arriver, même dans un métier d'homme! " La CMA 44 valorise les métiers de l Industrie auprès des Demandeurs d'emploi En Loire-Atlantique, la pénurie de main d'œuvre qualifiée étant une réalité partagée par nombre d entreprises artisanales de la Métallurgie, la CMA 44 - en partenariat avec ABSIS - engage une action auprès des demandeurs d'emploi suivis dans le cadre du dispositif PLIE (Plan Local pour l'insertion et l'emploi) de Nantes Métropole. Au programme : réunions d'informations sur la filière et les métiers en tension, visites d'ateliers, stages en entreprises... Avec pour finalité la mise en place de parcours cohérents vers l'emploi durable. Cette action bénéficie du financement du Fonds Social Européen. Informations : Arnaud BICHON / Florence JAGOT Un village d Artisans à Pornic Après le village d artisans à Bouaye en 2009, désormais entièrement commercialisé, le parc d activité de la Blavetière à Pornic accueille un nouveau village d artisans. Objectif : proposer aux entreprises artisanales des locaux professionnels «simples, pas chers et accessibles» dixit Philippe GROSVALET, Président du Conseil général de Loire-Atlantique qui soutient financièrement l opération avec la ville de Pornic, qui a mis le foncier à disposition. L opération est portée par la SELA et tient compte des recommandations de la CMA et du CODELA quant aux besoins en immobilier des artisans et TPE. 8 modules de 150 à 300 m 2 seront disponibles à terme. Il s agit de locaux prêts à l emploi. A noter : modularité, capacités d extension, accessibilité financière, optimisation des conditions de travail, maîtrise des dépenses énergétiques et valorisation de l image de l entreprise ont été pris en compte. Contact et renseignements : SELA Foire de Béré : édition 962! Pas moins que le Secrétaire d Etat au Commerce et à l Artisanat pour inaugurer à Châteaubriant cette vieille dame millénaire qui accueille près de visiteurs. De gauche à droite, le président de la Foire (Célestin DEROCHE), le président de la CCI (Jean-François GENDRON), Frédéric LEFEBVRE le secrétaire d Etat, le président de la CMA (Joël FOURNY), le maire de Châteaubriant (Alain HUNAULT) et le président de la Chambre d Agriculture (Jacques LEMAITRE). Pour l édition 2012, honneur aux Métiers de Bouche avec l exporama qui sera consacré aux saveurs et terroirs. Les Ateliers de la Coopération Consulaire Durant 3 jours (5, 6 et 7 juillet) les ateliers de la Coopération Consulaire se sont tenus à Nantes à l initiative de la CPCCAF, Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines, Francophones, sur l invitation des CMA de Loire-Atlantique et de Vendée et de la Chambre d Agriculture du Maine et Loire. Près de 150 participants et 24 pays africains étaient représentés pour faire le point sur les différentes actions de coopération entre les consulaires français et africains. Rappelons que la CMA de Loire-Atlantique est impliquée dans l aide à la structuration des Chambres de Métiers africaines et à la mise en place d actions d accompagnement des entreprises artisanales. 6

7 Titre GEAB et Appellations QUALI CO-QUALI EAU La CAPEB de Loire-Atlantique remettait, en juillet dernier : Le titre GEAB à 10 conjointes ou collaboratrices de chefs d entreprises artisanales du bâtiment de Loire-Atlantique, après 57 jours de formation pour maîtriser la gestion quotidienne d une entreprise artisanale du bâtiment. L appellation QUALI CO à 11 chefs d entreprise et salariés d entreprises de plomberie chauffage de Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne et Vendée suite à une formation de 6 jours pour améliorer la qualité de l air dans les logements. L appellation QUALI Eau à 6 chefs d entreprise et salariés de plomberie-chauffage de Loire- Atlantique suite à une formation de 6 jours pour améliorer la qualité de l eau des réseaux intérieurs d eau potable. Prévention des déchets : accompagner les entreprises artisanales La CMA 44 s'engage en partenariat avec Nantes Métropole, L'Ademe et les CCI Nantes-St- Nazaire dans un programme de prévention des déchets. L'objectif est d'accompagner les entreprises artisanales situées sur le territoire de Nantes Métropole à travers un diagnostic et accompagnement visant à réduire la production de déchets et à mieux trier les déchets valorisables. Plus d'infos sur Salon des Entrepreneurs Nantes Grand Ouest 48 h pour faire le plein de solutions et d idées pour son entreprise! Les 16 et 17 novembre 2011, Cité des Congrès à Nantes. 100 conférences et ateliers pour optimiser vos compétences, 150 experts et exposants, 20 espaces rencontres et consultation pour des réponses sur mesure pour développer votre entreprise et échanger avec des chefs d entreprises sur leur expérience, vos projets A l honneur cette année : développement commercial et financement des entreprises. Et de nombreuses nouveautés, notamment les fiches parcours profilées pour faciliter votre visite! Bénéficiez d une invitation gratuite valable 2 jours offerte par les Chambres de Métiers et de l Artisanat des Pays de la Loire (code invitation : 1cma) sur / page d accueil / Salon des Entrepreneurs Nantes Grand Ouest. 2 ème édition des Trophées «Les Chênes du Grand Ouest» Ces Trophées récompensent les entreprises qui ont su transmettre valeurs et savoir-faire, de génération en génération, tout en s adaptant au monde d aujourd hui. Inscriptions avant le 1 er janvier 2012 dans les agences Société Générale ou sur Trophées Régionaux du Développement Durable Valorisez votre démarche de Développement Durable en participant aux Trophées Régionaux du Développement Durable. Fruit d une étroite collaboration entre la CGPME, EDF et la Banque Populaire Atlantique, en partenariat avec l Ecole des Mines de NANTES, l Ecole Supérieure d Agriculture, l ESAIP d Anger et l Ecole Centrale de Nantes - ces trophées récompensent 4 lauréats pour la qualité et la pertinence de leur démarche sur une ou plusieurs des 4 composantes du Développement Durable : économique, sociale, environnementale et de gouvernance. Les entreprises d au moins 1 salarié, implantées en Pays de la Loire, engagées ou s engageant dans ce processus peuvent se porter candidates, à titre gratuit, jusqu au 1 er décembre 2011, sur 7

8 8

9 Formation continue zoom Demarche commerciale de son entreprise Vous souhaitez dynamiser votre action commerciale? Développer des outils pratiques pour améliorer la performance commerciale de votre entreprise? Grâce à notre formation profitez d un accompagnement personnalisé sur 1,5 jour de formation. PROCHAINE DATE Vendredi 18/11 +1/2 journée en entreprise (à définir avec le formateur) Tarif (Artisans et conjoints collaborateurs) : 37,50 3 questions à Olivier COLIN, formateur COMMENT SE DÉROULE LA FORMATION? La formation s articule en 2 temps. Tout d abord, nous proposons une journée de formation collective. Nous travaillons sur le positionnement de l offre : état des lieux du marché, atouts/faiblesses, positionnement prix et circuits de distribution, à partir d exemples concrets. Nous abordons ensuite le développement des argumentaires commerciaux et enfin les outils concrets de communication et de commercialisation. Attention, il ne s agit pas d une formation sur les techniques de vente, mais sur l organisation commerciale de l entreprise artisanale. Suite à cette démarche, les participants suivent chacun une demi-journée de formation individuelle, en entreprise. L accent est mis sur le fonctionnement propre de chaque entreprise, les actions mises en œuvre. Au besoin nous travaillons sur un réajustement des outils, puis sur l organisation de la démarche commerciale pour l année à suivre. A l issue de la formation, le stagiaire dispose d outils concrets pour dynamiser l action commerciale de son entreprise. À QUI S ADRESSE LA FORMATION? La formation s adresse à tous les Artisans qui souhaitent prendre du recul sur le fonctionnement de leur entreprise. QUELS SONT LES RETOURS DES ARTISANS QUI ONT SUIVI LA FORMATION? La formation est un levier bénéfique pour leur structure. Elle leur permet de gagner en efficacité, d aborder de nouveaux domaines d activités, de se lancer dans de nouvelles démarches commerciales. Tout le monde fait du commercial, mais il est souvent difficile de prendre du recul sur sa manière de faire. Et c est cette prise de recul que les Artisans apprécient tout particulièrement dans cette formation. Un point de vente attractif Vous disposez d une boutique ou d un show-room, vous souhaitez mettre en valeur vos produits et convaincre vos clients? Votre CMA vous propose une journée de formation concrète pour vous aider à rendre votre espace de vente plus attractif. A travers des supports visuels et des exemples concrets, la formation vous permettra de : - Mettre en évidence votre point de vente et vos produits - Comprendre l aménagement d un point de vente - Adopter un comportement commercial efficace PROCHAINE DATE Mercredi 16 novembre Tarif (Artisans et conjoints collaborateurs) : 25 TOUTES NOS FORMATIONS EN 1 CLIC SUR ESPACE «FORMATION CONTINUE» Contacts et conseils : Sophie LEFORT ou Annie PETIT Inscriptions : Béatrice ORJUBIN

10 Formation continue Réservez vos dates - Les formations à venir STAGE NOVEMBRE DÉCEMBRE Démarche commerciale de son entreprise 18 COMMERCIAL Techniques de vente Un point de vente attractif Réussir son salon Professionnel Calculer son prix de vente 16 GESTION COMPTABILITÉ B.A.-BA de la comptabilité La comptabilité et les déclarations Lire ses documents comptables Organisation et suivi de gestion Tenir sa comptabilité au quotidien INFORMATIQUE Découverte Informatique et Internet Découverte logiciel facture - devis Mardi de l'informatique L ADEA : Assistant de Dirigeant d Entreprise Artisanale Les atouts de la formation Une formation qualifiante de niveau IV (niveau BAC) pour : - Compléter et valider vos compétences de collaborateur de chef d entreprise - Gagner en efficacité - Etre plus performant dans vos fonctions - Etre reconnu comme partenaire dans l entreprise INFORMATIONS PRATIQUES La formation se déroule 1 jour par semaine (le lundi) sur 24 mois Début des cours en janvier 2012 COMMUNICATION ET RELATIONS HUMAINES - 70 HEURES - Se positionner dans l entreprise et vis à vis des partenaires extérieurs - Développer la confiance en soi, légitimer sa position GESTION DE L ENTREPRISE ARTISANALE 203 HEURES - Assurer la comptabilité courante de l entreprise - Maîtriser les différents outils de gestion au quotidien - Connaître les principales règles de droit ADEA SECRÉTARIAT BUREAUTIQUE HEURES - Transférer des factures dans le logiciel de comptabilité - Paramétrer des éditions de devis et de factures - Suivre et gérer des règlements de facture clients STRATÉGIES ET TECHNIQUES COMMERCIALES - 98 HEURES - Structurer l organisation commerciale - Prendre part au développement commercial TOUTES NOS FORMATIONS EN 1 CLIC SUR ESPACE «FORMATION CONTINUE» Contacts et conseils : Sophie LEFORT ou Annie PETIT Inscriptions : Béatrice ORJUBIN

11 ENQUÊTE : VOUS ET LA FORMATION CONTINUE Nous vous invitons à répondre à ce questionnaire, et à nous le renvoyer par fax au Ou par courrier : Chambre de Métiers et de l Artisanat de Loire-Atlantique, Service Conseil et Formation 5 allée des Liards- BP Ste Luce/Loire Cedex 1. Quel est votre profil? Artisan Conjoint(e) Salarié Autre : préciser : De quand date votre dernière participation à un stage de formation continue? moins d 1 an entre 1 an et 2 ans plus de 2 ans je n ai jamais suivi de stage de formation continue 3. Quel type de formations privilégiez-vous? formations «métier» formations généralistes (ex : comptabilité, informatique, ) 4. Avez-vous déjà suivi une formation à la Chambre de Métiers et de l Artisanat de Loire Atlantique? Oui. laquelle :... Non 5. Comment avez-vous connu l offre de formation de la CMA44? site internet de la CMA catalogue formation continue magazine Métiers Atlantique par un conseiller de la CMA je ne connais pas l offre de formation de la CMA Quels thèmes de formation vous intéresseraient à l avenir? comptabilité et logiciels de comptabilité informatique /internet / création de site internet commercial/ marketing marchés publics risques professionnels/ document unique hygiène alimentaire sauveteur secouriste du travail Autre : préciser : Souhaitez-vous être contacté par un conseiller de la CMA? sur l offre de formation continue sur le financement de la formation je ne souhaite pas être contacté TIRAGE AU SORT (facultatif) Répondez et gagnez plusieurs repas tout compris à notre restaurant pédagogique NOM-PRÉNOM ACTIVITÉ TÉL... MAIL... TOUTES NOS FORMATIONS EN 1 CLIC SUR ESPACE «FORMATION CONTINUE» Contacts et conseils : Sophie LEFORT ou Annie PETIT Inscriptions : Béatrice ORJUBIN

12

13 Dossier L ARTISANAT taille XXL! Qui dit Artisanat, dit petite structure. Avec l image de marque d un travail soigné, fait à la main et sur mesure, selon des savoir-faire exigeants, souvent pour un client précis, par opposition au travail à la chaîne, industrialisé. Mais que se passe-t-il lorsque l entreprise artisanale prend de l envergure? Peut-on encore qualifier sa production d artisanale? Ses dirigeants sont-ils encore des artisans ou se sont-ils mués en PDG, gestionnaires, commerciaux? Où se situe la limite entre artisanat et industrie? Quelles sont les préoccupations nouvelles de ces «anciens» artisans? Se revendiquent-ils encore de la grande famille de l Artisanat? Se reconnaissent-ils encore dans ses valeurs? Comment se sont-ils adaptés à leurs nouvelles responsabilités? Telles sont quelques-unes des questions que Métiers Atlantique a souhaité aborder dans ce numéro, en allant chercher des témoignages auprès d artisans devenus XXL! Dossier préparé par Serge LEGROS - Réalisé par Cendrine FOURNIER-DELAWARDE. 13

14 Dossier Maurice BONNET Carreleur SAS BONNET à Vertou 40 Salariés Bernard SANSOUCY Ambulancier AMBULANCES SANSOUCY en région de St Nazaire et Nantes 92 salariés Alain CHATAL Mécanique de précision GROUPE CHATAL à Herbignac et au Maroc 300 salariés Roger BODET Charcutier FRANSAL au Landreau et à Montreuil-Bellay 38 salariés Pascal AIRAUD Boulanger AIRAUD SARL au Pouliguen 40 salariés Nicolas LEFEBVRE Nettoyage de locaux industriels NEOTECH à St Sébastien 27 salariés LE POINT DE VUE DE MICHEL ROUDET, EXPERT DE L ARTISANAT Une petite précision, tout d abord : on a tendance à évaluer la taille d une entreprise uniquement à partir de son effectif. Or, c est très relatif! Tout dépend du secteur d activité! Avec un nombre identique de 20 salariés, une entreprise du bâtiment sera considérée comme petite, alors qu une cordonnerie sera importante! J évaluerai donc la taille d une entreprise en fonction de 3 critères : son effectif, en effet, mais aussi ses investissements, et son chiffre d affaires. Par exemple, une société de mécanique générale qui a investi dans des machines numériques et n aura donc que peu de salariés, pourra dégager un chiffre d affaires important. Serge AUBRY Mécanique de précision et plasturgie AMGP et SAIPLAST à St Herblon 27 salariés Patrick CARCOUET Mécanique de précision MECA ATLANTIQUE à Noyal sur Bruz 30 salariés Taille de l entreprise artisanale : que dit la loi? Pas plus de 11 salariés à la création, c est ce que dit la Loi relative au développement et à la promotion du Commerce et de l Artisanat. Cependant et ce depuis plusieurs années, il est possible à une entreprise artisanale de dépasser le seuil des 10 salariés tout en restant immatriculée au RM et ce sans formalités supplémentaires (Décret relatif à la qualification artisanale et au Répertoire des Métiers). C est ce que l on appelle communément le «droit de suite» accordé aux entreprises artisanales qui se développent tout en souhaitant conserver leur immatriculation au RM. Dans le cas de la reprise d une entreprise inscrite au RM par un nouvel exploitant, il lui est également possible de demander son immatriculation au RM même s il emploie plus de 10 salariés. Le maintien de l immatriculation au RM permet - entre autres - aux dirigeants de continuer à valoriser leurs produits et services en communiquant sur la qualité d Artisan ou de Maître artisan. Alors demain Il y aura toujours de petites entreprises artisanales! C est lié à leur créneau d activité, aux niches qu elles exploitent, à leur souplesse D autres vont se développer. Mais elles devront remplir diverses conditions : la volonté du chef d entreprise - pour ne pas subir la croissance - puis son acceptation de ne plus être au centre de tout, comme lorsqu il était modeste. Cette capacité à déléguer, à laisser des responsabilités à des collaborateurs formés et en qui il a confiance, s accompagne bien entendu d une parfaite connaissance des domaines concernés. Dans le cas d une croissante voulue et planifiée, la première chose à déléguer, c est la production! Finalement, la réussite d une entreprise n est pas liée à sa taille. Elle est là lorsque le chef d entreprise est à l aise, épanoui. 14

15 Croissance voulue ou subie? Ils sont boulanger, charcutier, mécanicien, carreleur, et ont généralement démarré dans la vie avec un simple CAP ou un Bac pro. Comment s est présentée leur croissance? L ont-ils souhaitée, orchestrée, anticipée, ou bien l ont-ils subie, au gré de l évolution du marché, de leur renommée grandissante, d occasions à ne pas manquer? Petit retour en arrière, chez tous ces «XXL». Maurice Bonnet, carreleur, a pris sa retraite il y a 2 ans. Mais il garde un œil sur «son» entreprise vertavienne - aujourd hui 40 salariés - qu il a créée de toutes pièces, avec pour armes principales son savoir-faire et son obstination. «Après 7 années d expérience en tant que salarié, j ai démarré seul et pensais le rester! raconte-t-il. On m a rapidement confié un apprenti, puis un autre Et les chantiers se sont présentés, j ai répondu à la demande, embauché Et voilà! Notre croissance est, en quelque sorte, subie mais assumée!» Dans son grand bureau de PGD du groupe Chatal - près de 300 salariés en mécanique de haute précision, décolletage - Alain Chatal la dit aussi en partie subie, cette croissance, depuis l atelier des années 80 où il a rejoint son père, spécialiste du décolletage pour l aérospatiale. «J étais motivé, certes, et décidé à faire évoluer l affaire, mais nous avons vraiment été poussés à croître par nos donneurs d ordre de l aéronautique et l aérospatiale, raconte-t-il. Ils ne voulaient que des partenaires suffisamment développés et structurés, ce qui nous a contraints à croître, pour pouvoir décrocher les marchés liés à la construction de l A320, par exemple.» Démarche différente pour Pascal Airaud, dynamique boulanger pouliguennais, aujourd hui à la tête de 2 boulangeries - 40 personnes l été - et très investi dans une société de diffusion d un découpoir à pâte à pain révolutionnaire. «J ai repris notre affaire familiale, avec l idée de la faire progresser. Mais c est la découverte de cette machine, économe en temps et pourtant respectueuse du vrai pain artisanal, qui a été le vrai déclencheur de notre développement, il y a 4 ans.» Un marché porteur, un outil formidable, mais aussi le besoin de «saisir les opportunités pour survivre en mutualisant les moyens afin d être compétitifs», ont déclenché la croissance de certaines entreprises artisanales, comme ce fut le cas des Ambulances Sansoucy. Bernard et Bruno, deux frères co-gérants, ont repris une entreprise ancienne en Au fil des ans, ils ont racheté de petites structures dans la région nazairienne et l agglomération nantaise, jusqu à avoir aujourd hui 92 salariés, sur plusieurs sites! Une stratégie pensée, basée sur la réactivité et la compétitivité dans un créneau d activité très concurrentiel. Roger Bodet, sacré en 2007 roi européen du saucisson sec, doit l extension de son business à ce prix, et parallèlement, au rachat, l année précédente, d une petite unité de production de charcuterie du Maine et Loire, alors en perdition. «C est cette coupe européenne qui m a donné l envie de vraiment développer mon activité, se souvient le charcutier. J étais dans la dynamique de ces concours, et parallèlement le «sauveur» d une société en déclin. Ça m a motivé!» Pour Nicolas Lefebvre, le gérant de la société de nettoyage de locaux industriels Neotech, à St Sébastien, plus que voulue «la croissance était nécessaire, dans un domaine où la concurrence est rude». Une véritable stratégie a donc été mise au point, pour à la fois développer la clientèle et la fidéliser, mais aussi pour garder un personnel habituellement volatil dans cette activité. «Notre développement est cependant maîtrisé, car nous voulons rester indépendants!» précise le dirigeant. A Noyal /Brutz, chez Méca- Atlantique, société de mécanique de précision de 30 salariés, Patrick Carcouet ne renie pas l ambition qui l a conduit, d abord à élargir au maximum sa propre formation, puis à aller énergiquement de l avant, après avoir recruté ses anciens collègues de Huard - débauchés pour cause de récession de la mythique entreprise castelbriantaise-. «Il a de suite fallu évoluer, se former, s agrandir, s adapter au marché, pour décoller très vite!» Serge Aubry, le patron d AMGP et Saiplast - 27 salariés en tout - avait lui aussi envie de monter en puissance, lorsqu il a démarré, seul, armé de son CAP de mécanicien général de précision, du côté de St Herblon. Mais il semble avoir été pris dans un véritable engrenage, d une première crise économique ( ) à l autre, il y a 2 ans. «Les marchés étaient importants, il a fallu croître, investir et embaucher, pour pouvoir y prétendre et en respecter les délais, se souvient le chef d entreprise. Et diversifier.» C est ainsi qu une seconde société, Saiplast, est venue compléter l offre d AMGP, en proposant essais et mises au point, puis fabrication de pièces plastiques, aux côtés d AMGP, fabricant de moules pour injection de pièces plastiques. R L Artisanat ne se réduit pas qu à la taille de l entreprise! Nombreux sont les chefs d entreprises en développement qui souhaitent conserver l image artisanale de leur entreprise plutôt qu être qualifiés d industriels. Pourquoi? Parce qu au contraire des entreprises industrielles, le facteur humain - les salariés - n est pas considéré comme une simple ressource, voire une variable d ajustement au même titre que les machines ou les bâtiments! Au contraire, la valeur de l entreprise repose toujours sur la compétence métier de l équipe d hommes et de femmes qui la composent. En fait, l artisanat c est aussi, quelle que soit la taille de l entreprise, l état d esprit d un chef d entreprise avec des valeurs qui placent l humain avant le capital. 15

16 Dossier Propriété du capital Même après un fort développement, la capital reste propriété intégrale du chef d entreprise ou partagé avec la famille proche. Avec mon épouse, on s est formés au fur et à mesure Maurice BONNET Comment ont-ils géré leur croissance? Anticiper une évolution inéluctable, c est ce qu a fait Maurice Bonnet, en s installant dans de grands bâtiments au milieu d un marécage, «dans une zone appelée à se développer». Egalement en s entourant de gens qualifiés, comptable, métreur, certains recrutés parmi ses proches. «J avais suivi la formation de chef d entreprise de notre syndicat, explique l ancien carreleur. Ensuite, avec mon épouse, on s est formés au fur et à mesure» Chez Méca Atlantique, l entreprise s est également structurée petit à petit : embauches, nouveaux bâtiments puis encore agrandissements, création d une SARL, investissements en matériels, formation des personnels - et du chef d entreprise - le tout après une sérieuse étude de marché confiée à la CMA. Pour Pascal Airaud, c est une véritable stratégie de développement qui a été élaborée, alors que ses filles rejoignaient le business (la seconde vient de lâcher son métier de prothésiste dentaire pour rejoindre l affaire familiale!). «À mesure que nous nous développons, et que je suis moins disponible, je délègue. Ainsi, c est mon chef pâtissier qui gère les embauches saisonnières». Aux Ambulances Sansoucy, comme chez Neotech, où la recherche constante de nouveaux clients, de nouveaux services ou de nouveaux sites est fondamentale, dans un contexte de concurrence forte, la croissance se gère pour le premier, «en étant ouvert en permanence à toute éventualité (NDRL : de rachat d entreprises concurrentes), et en étant très structuré dans l entreprise, pour diminuer au maximum les coûts en mutualisant les moyens». Pour le second, Nicolas Lefebvre, l obsession de faire du chiffre pour compenser des marges faibles l'a conduit à répartir les responsabilités entre un responsable service client, un responsable qualité et un responsable ressources humaines. «Le tout dans une démarche forte de qualité de service, et une attention particulière, et assez inhabituelle dans cette activité, portée aux agents d entretien.» Roger Bodet, entraînant son épouse dans son sillage, lui a confié les RH et la gestion, et s est récupéré le management et la partie commerciale. «Nous avons toujours attaché une importance particulière à la gestion de notre personnel et au rajeunissement de notre outil de travail!» Chez Chatal aussi, la croissance est passée par 3 agrandissements successifs, de brèves formations au management et l embauche de gens compétents, comptable, juriste... «Nous avons appris sur le tas, mon épouse et moi! avoue le PDG. J ai passé beaucoup de temps avec mon expert-comptable! Aujourd hui, j ai pris du recul par rapport à la partie production, grâce à un directeur opérationnel et un directeur général, et m occupe plus généralement du groupe.» (NDLR : 3 entités, dont une au Maroc). Pour Serge Aubry, toujours épaulé par son épouse (compta, gestion, paye), ce n est qu en 2008, après l obtention du prix du meilleur créateur d entreprise artisanale, qu il convertit AMGP en SARL. Ceci pour obtenir un prêt à taux zéro afin de réaliser un investissement lourd et déterminant pour son évolution. Avant cela, la SARL Saiplast était née, et Aubry junior avait rallié AMGP, en renfort technique. Se diversifier, s appuyer sur un réseau - ABSIS* - de collègues à compétences complémentaires, tels sont les moyens de l artisan pour faire face à une croissance voulue et indispensable. Les pieds sur terre, toujours, nos artisans semblent donc avoir pris le temps d anticiper au moins un peu leur évolution, qu elle soit subie ou voulue. Leur entreprise, souvent au départ individuelle, a évolué en société, dont ils sont restés les actionnaires majoritaires, jusqu à l heure de la transmission. Ils ont pris des conseils, se sont entourés de gens compétents - souvent secondés dans l aventure par leur épouse - se sont formés. Conscients des responsabilités qui sont les leurs envers leur clientèle et leur personnel. Avec, donc, pour tous, la conscience aigüe du facteur humain dans l entreprise. *ABSIS = Association des Biens et Services aux IndustrieS J ai passé beaucoup de temps avec mon expert-comptable! Alain CHATAL 16

17 À mesure que nous nous développons, et que je suis moins disponible, je délègue. Pascal AIRAUD Nous avons toujours attaché une importance particulière à la gestion. Roger BODET À préoccupations nouvelles, compétences et organisation nouvelles! Evoluer, augmenter son activité, ça passe, pour le boulanger du Poulignen, par l autonomie de son équipe. «Ils sont formés, responsables et doivent être autonomes dans leur travail, car je ne suis pas toujours disponible!» avoue le chef d entreprise, qui, dans sa nouvelle affaire, a eu le bon goût de s associer avec des gens compétents en gestion, commercial et développement. Il faut donc que ce qui est au point, ce qui marche bien, tourne tout seul ou presque, afin que le patron puisse se concentrer sur l innovation et le développement des affaires annexes. Chez l entreprise de carrelage Bonnet, le mot d ordre a toujours été : «un service au client parfait, pour gagner et conserver sa confiance.» Et même si l affaire se développe au fil des ans, il demeure prioritaire. Alors la direction s entoure de gens qualifiés, et finit par déléguer, même si c est parfois douloureux. «Par la force des choses, je me suis éloigné du terrain et des chantiers, raconte l ancien artisan, confronté à une gestion du planning et une organisation du travail de plus en plus complexes. J ai donc dû lâcher les gars seuls, pour faire face à mes obligations... Quelle angoisse, au début!» Pour les frères Sansoucy, au-delà de la vigilance constante nécessaire pour que l affaire perdure et soit rentable, le challenge est de faire reconnaitre la profession à sa juste valeur. «Nous faisons du transport sanitaire, c est particulier ; nous sommes des urgentistes, avec une vraie dimension humaine dans nos rapports avec nos clients! souligne Bernard. Notre professionnalisme, acquis via des formations spécifiques, doit être reconnu!» Patrick Carcouet est quant à lui principalement préoccupé par la recherche de personnels qualifiés, pour honorer les commandes de façon satisfaisante, et dans les délais. «En amont, je vais prêcher la bonne parole dans des lycées, pour susciter des vocations, et je participe à l opération Métalogik, sur le Pays de Châteaubriant, avec la CMA, précise-t-il. Et faute de trouver des gens du métier, nous les formons nous-même, en interne! Du bac pro à l ingénieur.» Faute de trouver des gens du métier, nous les formons nous-même, en interne! Du bac pro à l ingénieur. Patrick CARCOUET Quant au casse-tête de Nicolas Lefebvre, il consiste à trouver des prestations connexes au nettoyage de locaux industriels, qui ont une plus forte valeur ajoutée, afin de dégager du bénéfice. Même souci pour le charcutier landréen, préoccupé par l évolution du marché de l alimentaire, demain, et toujours en recherche et développement de nouveaux produits Dans la fabrication de moules pour injection de pièces plastiques, le souci numéro un vient de Chine. Après avoir déjà vécu, vers 1995, une féroce concurrence en provenance des pays de l Est - pour cause d ouverture de l Union Européenne - voici que depuis quelques années ce sont les moules chinois qui envahissent à bas coût le marché! «Entre 2002 et 2009, la France a perdu 70% de ses moulistes!» se désole Serge Aubry. Bien décidé lui, à résister, en se diversifiant. Et en innovant, donc en accentuant recherche et développement, ce à quoi il se consacre personnellement. «On est beaucoup en amont, et sur les nouveaux produits et sur l amélioration des process!» La crise a aussi laissé de sombres traces chez Chatal. «Notre CA a chuté de 25 % ; nous n avons pas débauché de CDI, seulement des CDD, et nous avons du mal, aujourd hui où les affaires sont reparties, à retrouver du personnel formé!» explique Alain Chatal. Soucis de trouver des affaires, soucis de gestion d une grosse boîte, car on a là changé d échelle, bien loin des préoccupations de l'artisan d hier Soucis de bonne marche de l entreprise et de pérennité, de diversification, de fidélisation et du personnel et de la clientèle, telles sont les préoccupations quotidiennes de ces nouveaux dirigeants, très occupés, certes, mais nullement dépassés par les évènements! Sans doute parce que l évolution de leur affaire a été progressive, et qu ils ont su, à temps, pallier leurs faiblesses en management en se formant et en s entourant de compétences... 17

18 Dossier Même si nous sommes bien structurés, nous sommes dans l artisanal! Nicolas LEFEBVRE Nous avons toujours des relations familiales avec notre personnel, et travaillons dans l'humain. Bernard SANSOUCY Artisan un jour... artisan toujours? Nos interlocuteurs ne semblent vraiment pas avoir pris la grosse tête avec l augmentation de leur chiffre d affaires et du nombre de leurs employés! Aujourd hui véritables chefs d entreprise, sontils encore sur le terrain, dans la production? Et se sentent-ils encore artisans? «Évidemment! Nous avons toujours le respect du savoir-faire! s écrit, presqu agacé, Maurice Bonnet. J aime toujours autant suivre les visites de chantiers Et nous sommes restés proches de notre personnel, nous sommes une grande famille!» Impliqué dans les organisations professionnelles et le CFA du Bâtiment, il défend depuis toujours avec énergie les valeurs artisanales. Pascal Airaud n est plus, lui, présent au labo que l été, lors des coups de collier. Et il semble n avoir même pas le temps de regretter le travail manuel! Vice-président de la Fédération des boulangers 44, il se dit pourtant artisan avant tout. «C est notre force!» lance-t-il avec foi. Réponse plus mitigée de la part de Roger Bodet : «N oui!! Je passe encore du temps au labo, mais essentiellement pour mettre au point de nouveaux produits! C est tout de même notre cœur de métier! Et de toutes façons, artisan toujours!» La preuve? Roger est encore aujourd hui Président de la Fédération 44 des charcutiers, et siège au CA de la Fédé nationale! Nicolas Lefebvre se dit lui aussi artisan, du fait de la petite taille de son entreprise - «même si nous sommes bien structurés, nous sommes dans l artisanal!» - de la place prépondérante de l humain, et de la proximité entretenue avec la clientèle comme avec les salariés. Même revendication de statut pour le patron de Méca-Atlantique, homme de terrain, le plus souvent possible en atelier. «Encore maintenant, j aime mettre la main à la pâte, je veux avoir le sentiment d apporter quelque chose de concret, de participer à l élaboration de notre production pour Airbus, TGV ou l avion Rafale!» précise-t-il avec fierté. Responsable ADIC*, membre de Pays de Châteaubriant Initiatives, Patrick Carcouet est également proche de la CMA et de ses actions en faveur des métiers de la métallurgie. Tout comme Serge Aubry, artisan et patron de petites entreprises artisanales et familiales, toujours! «En atelier souvent, en contact Artisan ou chef d entreprise artisanale? En atelier souvent, en contact avec mes salariés... Serge AUBRY Il y a bien une nuance entre les 2 expressions. Oui, ceux qui ont plutôt un profil technique métier se considèrent comme des artisans car ils ont été bien souvent formés dans la tradition et les valeurs de l artisanat. Par contre ceux qui ont plutôt un profil gestionnaire ou commercial (les nouveaux profils) se considèrent plutôt comme des chefs d entreprise de. dimension artisanale 18

19 Encore maintenant, j aime mettre la main à la pâte Patrick CARCOUET avec mes salariés, et particulièrement mon «noyau» d anciens, proche des confrères de l association ABSIS, je suis aussi membre de l UPA!» précise-t-il. Son très légèrement discordant dans ce bel ensemble d afficionados de l Artisanat, Bernard Sansoucy s explique : «Dans le transport en ambulance, on n est pas dans la production, ni dans la gestion pure et dure de rentabilité Mais nous avons des relations familiales avec notre personnel, et travaillons dans l humain.» Bernard est délégué régional de la Chambre nationale des services d ambulance. Négation totale - et désolée? - de la part d Alain Chatal, le plus XXL de nos témoins. «On ne peut pas dire que nous sommes encore dans l artisanal! Je m en rends compte quand je rencontre mes collègues d ABSIS, nous n avons plus les mêmes préoccupations avoue-t-il. Mais, je ne joue pas les parvenus! J essaie au contraire de garder une certaine proximité avec mes employés, ainsi que les valeurs fondamentales de l Artisanat!» D ailleurs, bien qu investi à la CCI, Alain Chatal est toujours répertorié aussi à la CMA et avoue que l atelier lui a longtemps manqué : «Il y a quelques temps encore, je me demandais parfois en fin de journée ce que j avais fait de concret!» Artisans, ils ont été formés aux valeurs humaines, défenseurs de leurs savoir-faire et d une certaine éthique de leurs métiers respectifs. Artisans, ils se veulent donc toujours presque tous, même s ils sont aujourd hui bien peu en atelier. Et ils cherchent à conserver une atmosphère familiale dans leur entreprise, bien qu elle ait pris du volume et se soit forcément structurée, hiérarchisée. D ailleurs tous ou presque ont des responsabilités dans leurs syndicats ou leurs fédérations. Pour défendre, un poil plus haut et fort, leur Artisanat. *ADIC = Association pour le Développement Inter entreprise de la région de Châteaubriant Et demain? Finalement interrogés sur la façon dont, à la lueur de leur expérience personnelle, ils voient l artisanat dans l avenir, nos patrons, sans jouer les devins, ont des réponses variées et fort intéressantes. «Si elles grossissent, demain, il faut que les entreprises artisanales fassent absolument attention à rester très qualifiées! Dans le respect des savoir-faire, affirme Maurice Bonnet. Mais on aura toujours besoin de petites structures voire d artisans individuels!». Même avis pour Pascal Airaud, qui ajoute : «Les jeunes s installent encore souvent sans compétences en gestion, il faudrait qu ils puissent les acquérir dans leur formation initiale». Autre souci, selon le boulanger : la moindre motivation des jeunes artisans. «Ils sont moins prêts à faire des sacrifices ; alors peut-être les grosses boîtes, mieux structurées seront-elles les plus nombreuses, car on y est mieux organisé, et on y a plus de temps libre» Roget Bodet parie sur la souplesse des petites entreprises pour qu elles restent indispensables et irremplaçables, toujours. «L adaptabilité, la réactivité et la faculté d innover facilement sont de gros atouts!» Serge Aubry renchérit : «Si son savoir-faire est exceptionnel, rare, l artisan individuel survivra! Mais certaines activités, comme la nôtre (le moule), rencontrent des difficultés qui contraignent à se regrouper, élargir ses capacités et ses compétences pour survivre et proposer une offre différentielle, avec, nécessairement, une haute qualité de prestations.» Les jeunes artisans sont moins prêts à faire des sacrifices. Pascal AIRAUD Se réclamer de l artisanat : pénalisant ou vendeur? Reconnaissons qu à partir d une certaine taille, en fonction du secteur d activité, notamment les entreprises qui travaillent pour d autres entreprises du secteur industriel, se réclamer de l artisanat peut parfois être pénalisant. Cependant dans le secteur alimentaire c est un gage de qualité et ainsi un argument commercial fort! 19

20 Dossier L adaptabilité, la réactivité et la faculté d innover facilement sont de gros atouts! Roger BODET Il faut que les jeunes prennent conscience que l avenir est serein dans nos métiers! Nos compétences seront toujours nécessaires! Patrick CARCOUET Pariant lui aussi sur la survie de l'artisan de petite taille, Patrick Carcouet argumente : «On aura toujours besoin de petites interventions individuelles et rapides! Il faut que les jeunes prennent conscience que l avenir est serein dans nos métiers! Nos compétences seront toujours nécessaires!» Certes, «mais il n y aura jamais moyen, pour les petites boîtes, de travailler en direct avec les gros donneurs d ordre», insiste le dirigeant de Chatal, en toute connaissance de cause. Peut-être demain les TPE et les PME artisanales devront-elles se mettre plus fréquemment en réseau, pour la partie management, en particulier, suppose Nicolas Lefebvre. «Rester indépendantes, mais travailler la main dans la main, avec l humain au cœur de leurs préoccupations!» L humain, le travail bien fait, dans le respect des savoir-faire, le maintien d une certaine indépendance, la proximité avec son personnel, dans un contexte souvent familial, le contact avec le client et le conseil personnalisé, la qualité des prestations, la réactivité, l adaptabilité, la souplesse Telles sont les qualités de la petite entreprise artisanale, diluées, qu on le veuille ou non, quand elle enfle et grossit, quelles qu en soient les raisons. Nos «XXL» se revendiquent donc presque tous de la grande famille de l Artisanat, comme leurs confrères de taille plus modestes. Animés du même amour de leur métier, soucieux de défendre leur activité, et conscients de leurs responsabilités. LE POINT DE VUE DE SERGE LEGROS DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION DE LA CMA Pour un artisan «traditionnel» abandonner la production alors que le développement de son entreprise l oblige à se concentrer sur la gestion, le commercial et la stratégie c est un peu difficile à vivre! Lors de son installation un artisan se caractérise par sa compétence technique du métier. Tant que la taille reste modeste, il est l homme-orchestre, le touche à tout et avec l appui éventuel du conjoint il s en tire pas trop mal voire même bien. Dans le cas d une entreprise devenant XXL, il lui faut progressivement déléguer la partie production, et là il y a un passage délicat et une remise en cause parfois un peu douloureuse du rôle de l artisan. Pour cela il se forme, se fait conseiller et apprend aussi sur le tas un nouveau métier. Comme on a affaire à des battants, ils s adaptent et réussissent une fois encore un nouveau challenge. Et ils se consolent en se disant que même s ils ne produisent plus directement, ils seraient encore capables de le faire, car un métier cela ne s oublie pas! Ce que je constate et c est réconfortant c est que nombre de PME actuelles ont démarré petites. L Artisanat d aujourd hui est donc bien la pépinière des PME de demain, les exemples de ce dossier le montrent parfaitement. Les décideurs politiques et économiques devraient davantage en tenir compte. Ce dossier n aurait pu être monté sans les témoignages des artisans XXL, qui ont bien voulu nous accorder un moment, malgré leurs emplois du temps toujours chargés. L équipe de Métiers Atlantique les en remercie vivement. Pascal AIRAUD Bernard SANSOUCY Maurice BONNET Roger BODET Alain CHATAL Nicolas LEFBEVRE Patrick CARCOUET Serge AUBRY 20

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011>

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> COMMUNIQUE W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! Les artisans peinent à trouver de

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE REPRISE - CREATION D ENTREPRISE Stage de préparation à l installation Une équipe de chargés de développement économique à votre écoute Vous souhaitez devenir chef d entreprise, la Chambre de Métiers et

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal lors de l'assemblée générale de la Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL à Saint-Flour le jeudi 16 juin 2011 M. le

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire)

CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire) CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire) Sommaire Journée Créer, reprendre une entreprise en Normandie Une journée consacrée à la création, à la reprise

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS. Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche

DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS. Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Manche Avenue Général Patton 50201

Plus en détail

ANALY ANAL S Y E S PR

ANALY ANAL S Y E S PR ANALYSE PROSPECTI IVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS AUDA BATIMENT MÉTIERS DE LA PLOMBERIE NOVEMBRE 2014 1 1. L emploi 1 086 plombiers en 20122 soit 4% des salariéss de la production du

Plus en détail

Dossier de presse. Le prix régional Met'Fem Le réflexe "Artisanat au Féminin" Sommaire. Communiqué de Presse P. 2. Met'fem, les métiers au féminin

Dossier de presse. Le prix régional Met'Fem Le réflexe Artisanat au Féminin Sommaire. Communiqué de Presse P. 2. Met'fem, les métiers au féminin Dossier de presse Le prix régional Met'Fem Le réflexe "Artisanat au Féminin" Sommaire Communiqué de Presse P. 2 Met'fem, les métiers au féminin P. 3 Les Prix Met'Fem P. 4 Les Partenaires P. 5 Les initiatives

Plus en détail

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2 Dossier de presse La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche Synthèse page 2 Le contexte de la campagne page 5 Le déroulement de la campagne page 7 Faits

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011 Dossier de presse Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales Du 18 au 25 novembre 2011 2 Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales - 18 au 25 novembre 2011

Plus en détail

A l occasion de la Journée nationale des Jeunes, Randstad ouvre les portes de son CFA, l IMC Alternance

A l occasion de la Journée nationale des Jeunes, Randstad ouvre les portes de son CFA, l IMC Alternance Communiqué de presse/invitation presse A l occasion de la Journée nationale des Jeunes, Randstad ouvre les portes de son CFA, l IMC Alternance Paris, le 26 novembre 2012 Le Groupe Randstad France s associe

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

L OFFRE EN FORMATION CONTINUE DE LA CMA DE GUADELOUPE. LA PROFESSIONALISATION une démarche indispensable pour le développement de votre activité

L OFFRE EN FORMATION CONTINUE DE LA CMA DE GUADELOUPE. LA PROFESSIONALISATION une démarche indispensable pour le développement de votre activité L OFFRE EN FORMATION CONTINUE DE LA CMA DE GUADELOUPE LA PROFESSIONALISATION une démarche indispensable pour le développement de votre activité Je éq La formation, un outil de développement de vos compétences.

Plus en détail

Le guide des formalités

Le guide des formalités Le guide des formalités Tout au long la de votre vie, CMA 30 est là... Sommaire Quelques rappels importants permettant de faciliter la réalisation des formalités auprès du Service Formalités des Entreprises

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les Trophées de l alternance au féminin 2012. Jeudi 13 décembre 2012 à 16h30 Préfecture du Territoire de Belfort Salle Bartholdi

DOSSIER DE PRESSE. Les Trophées de l alternance au féminin 2012. Jeudi 13 décembre 2012 à 16h30 Préfecture du Territoire de Belfort Salle Bartholdi DOSSIER DE PRESSE Les Trophées de l alternance au féminin 2012 Jeudi 13 décembre 2012 à 16h30 Préfecture du Territoire de Belfort Salle Bartholdi Trophées de l alternance au féminin Jeudi 13 décembre 2012

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL DU CONCOURS. Session 2015

REGLEMENT GENERAL DU CONCOURS. Session 2015 REGLEMENT GENERAL DU CONCOURS «Un des Meilleurs Apprentis de France» Session 2015 I Préambule Chaque année, la Société des Meilleurs Ouvriers de France organise, le concours : «UN DES MEILLEURS APPRENTIS

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Crédit photo : FAIE MÉTIERS DE L ÉLECTRICITÉ

Crédit photo : FAIE MÉTIERS DE L ÉLECTRICITÉ ANALYSE PROSPECTI IVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Crédit photo : FAIE MÉTIERS DE L ÉLECTRICITÉ SEPTEMBRE 2014 1 1. L emploi 1 759 électriciens en 20 012 soit 7% des salariéss de la production

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER esi ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER UNIS LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER www.groupe-esi.fr PROFIL 1 RE ÉCOLE-ENTREPRISE SPÉCIALISÉE DANS L IMMOBILIER L École Supérieure de l Immobilier (ESI)

Plus en détail

DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H

DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H Coordonnées des centres de formation : Centre de Formation Chambre de Métiers et de l Artisanat impasse Morère

Plus en détail

Les diplômes. Session 2012

Les diplômes. Session 2012 note d information 13.05 AVRIL À la session 2012, 557 600 diplômes de l enseignement des niveaux IV et V ont été délivrés en France, dont 90 % par le ministère de l éducation nationale. 40 % de ces diplômes

Plus en détail

Document élaboré et édité par le CIO d'epinal - mai 2013. Source : Le guide de l'apprentissage - rentrée 2013 - ONISEP Alsace

Document élaboré et édité par le CIO d'epinal - mai 2013. Source : Le guide de l'apprentissage - rentrée 2013 - ONISEP Alsace Document élaboré et édité par le CIO d'epinal - mai 2013. Source : Le guide de l'apprentissage - rentrée 2013 - ONISEP Alsace Pourquoi choisir de se former en apprentissage? UN GRAND CHOIX DE MÉTIERS

Plus en détail

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture Communiqué de presse Rennes, le 18 avril 2014 Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture En 2013, la Banque Populaire de l Ouest a injecté 1,5 milliard de nouveaux financements dans

Plus en détail

Dossier de presse. Une carte d identité pour l entreprise artisanale

Dossier de presse. Une carte d identité pour l entreprise artisanale Dossier de presse Une carte d identité pour l entreprise artisanale Contact presse Elisabeth de Dieuleveult, Responsable des relations avec la presse 01 44 43 10 96 et 06 61 25 98 00 dieuleveult@apcma.fr

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER Mesdames, Messieurs, Avant d introduire mon rapport moral, je tiens à renouveler mes remerciements à l ensemble des

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

Mardi 05 septembre 2006 à 11h45 A Plaine Commune (salle annexe du conseil au 4 ème étage)

Mardi 05 septembre 2006 à 11h45 A Plaine Commune (salle annexe du conseil au 4 ème étage) LH n 05/30 Saint-Denis, le 28 juin 2006 Compte-rendu du «2 ème déjeuner du Club RH des entreprises signataires de la charte Entreprise-Territoire» de Plaine Commune Promotion du mardi 30 mai 2006 Lieu

Plus en détail

Handisup juin 2015: Extrait de la liste des profils de jeunes diplômés en situation de handicap en recherche d'expériences professionnelles

Handisup juin 2015: Extrait de la liste des profils de jeunes diplômés en situation de handicap en recherche d'expériences professionnelles Handisup juin 2015: Extrait de la liste des profils de jeunes diplômés en situation de handicap en recherche d'expériences professionnelles Accueillir un jeune en situation de handicap pour une alternance

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Le Groupement d Employeurs, ce n est pas :

Le Groupement d Employeurs, ce n est pas : Le Groupement d Employeurs, ce n est pas : - De l intérim ; - Du consulting ; - Une société de portage-salariale ; - Du multi salariat ; Alors le GE, c est quoi au juste? Alors le GE, c est quoi au juste?

Plus en détail

L ECOLE DES MANAGERS DE VENDEE

L ECOLE DES MANAGERS DE VENDEE L ECOLE DES MANAGERS DE VENDEE [Tapez le nom de la société] [Sélectionnez la date] ECOLE DES MANAGERS DE VENDEE CCI de la Vendée 28 Boulevard d Angleterre 85000 LA ROCHE SUR YON Tél. 02 51 47 70 84 Fax

Plus en détail

CFA création et innovation industrielle

CFA création et innovation industrielle CFA création et innovation industrielle Inauguration à l Ecole de design Nantes Atlantique Atlanpole La Chantrerie Mardi 28 novembre 2006 à 10h45 Communiqué de synthèse p 2 Région des Pays de la Loire

Plus en détail

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais CPRDFP Document d orientation État 1/5 ARTISANAT 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais 1.1 Panorama des métiers de l artisanat Les coiffeurs, les

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Michaël VIDEMENT m.videment@cma84.fr Tél : 04 90 80 65 43 35 rue Joseph Vernet BP 40208-84009 Avignon Cedex 1

Michaël VIDEMENT m.videment@cma84.fr Tél : 04 90 80 65 43 35 rue Joseph Vernet BP 40208-84009 Avignon Cedex 1 La Chambre de Métiers et de l Artisanat de Vaucluse (CMA 84) et le réseau des Chambres de Métiers de la Région Provence-Alpes-Côte d Azur se mobilisent en 2013. Afin de promouvoir, auprès des jeunes de

Plus en détail

Les écoles de la CCI Réunion récompensent leurs lauréats

Les écoles de la CCI Réunion récompensent leurs lauréats Les écoles de la CCI Réunion récompensent leurs lauréats Dossier de presse Remise de diplômes EGC Réunion et Ecole d Ingénieurs BTP Vendredi 28 novembre 2014, Pôle Formation Nord de la CCI Réunion Les

Plus en détail

Manager dans la distribution. par alternance. Apprentissage Contrat PRO

Manager dans la distribution. par alternance. Apprentissage Contrat PRO Manager dans la distribution par alternance Apprentissage Contrat PRO La clé du succès de l IMMD? Une formation dynamique et innovante, au plus près des réalités du terrain, grâce à la collaboration étroite

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment identifier ses SAVOIR-FAIRE et ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE Avec le soutien du Fonds social européen Identifier ses savoir-faire et ses qualités, pour quoi faire? Vous ne

Plus en détail

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Est. 1978 Rencontre avec un Entrepreneur Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Rencontre avec P. De La Chevasnerie, fondateur de Souscritoo Philippe De La Chevasnerie, 25ans,

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel

Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS ASSURANCE DÉCÈS Février 2006 Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel Sachez anticiper pour préserver votre outil de

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises?

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? a) L entrepreneur individuel trepreneur individuel Nombre de propriétaires = 1 seul Responsabilité sur ses biens propres = illimitée Activités

Plus en détail

COMPOSITION DU BUREAU DE LA CHAMBRE RÉGIONALE suite à l assemblée générale d installation du 18 novembre 2010

COMPOSITION DU BUREAU DE LA CHAMBRE RÉGIONALE suite à l assemblée générale d installation du 18 novembre 2010 COMPOSITION DU BUREAU DE LA CHAMBRE RÉGIONALE suite à l assemblée générale d installation du 18 novembre 2010 Fonction Prénom & Nom Métier Département Président CHOQUET Jean-Claude Boulangerie 44 1 er

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Valeur Prévoyance. Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel

Valeur Prévoyance. Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel ASSURANCE DÉCÈS PROTEGER SON PATRIMOINE PROFESSIONNEL AVEC UN CAPITAL DECES, C EST UNE PRIORITE Pour préserver votre parimoine professionnel et choisir la solution qui convient à votre situation, rencontrez

Plus en détail

cm- digne.fr CATALOGUE FORMATIONS 2015

cm- digne.fr CATALOGUE FORMATIONS 2015 cm- digne.fr REPRENEURS CATALOGUE FORMATIONS 2015 CHEFS D ENTREPRISE, ET EURS A SALARIÉS D EMPLOI CRÉAT ET DEMANDEURS CONJOINTS Édito Le contexte économique actuel a fait évoluer les modes de gestion de

Plus en détail

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60 Le Mouvement Associatif Novembre 2014 1 Présentation de l enquête Méthodologie Echantillon Mode de recueil Dates de terrain Enquête en miroir : 501 jeunes représentatif des personnes âgées de 18 à 24 ans

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

Les solutions business outils et services pour votre entreprise. vendre. communiquer. fidéliser. prospecter

Les solutions business outils et services pour votre entreprise. vendre. communiquer. fidéliser. prospecter Les solutions business outils et services pour votre entreprise vendre communiquer fidéliser prospecter Plus loin à vos côtés Vous êtes une jeune entreprise, client Hager ou membre du Réseau Hager? Votre

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER Sandra Huissière de justice (Actihuis) «Je ne savais pas ce que je voulais faire. Enfin si, je savais que je ne voulais pas faire de Droit car j en avais une image trop rigide. Après mon Bac ES (ex B),

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE. Procédure adaptée MFS 10-003 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) LOTS 1 ET 2

MARCHE PUBLIC DE SERVICE. Procédure adaptée MFS 10-003 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) LOTS 1 ET 2 CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE VAUCLUSE HOTEL DE L ESPINE 35 RUE JOSEPH VERNET BP 40208 84009 AVIGNON CEDEX 1 MARCHE PUBLIC DE SERVICE Procédure adaptée MFS 10-003 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES

Plus en détail

Le CFA SACEF propose un parcours de formation individualisé en alternance.

Le CFA SACEF propose un parcours de formation individualisé en alternance. Le CFA SACEF propose un parcours de formation individualisé en alternance. Un dispositif organisé dans une logique d'adaptation et d'individualisation, accessible aux personnes en situation de handicap,

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 2014 2015 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du 02/02/2015 au 06/02/2015 Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom

Plus en détail

Vous voulez devenir apprenti(e)?

Vous voulez devenir apprenti(e)? Vous voulez devenir apprenti(e)? Plan 1. Comment fonctionne l apprentissage 2. Les CFA à Montpellier et environs 3. Les métiers porteurs 4. Les effectifs d apprentis 5. Et si vous ne trouvez pas d employeur?

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION 2015

CATALOGUE DE FORMATION 2015 CATALOGUE DE FORMATION 2015 ARTISANS CONJOINTS COLLABORATEURS SALARIÉS COMPTABILITÉ ET GESTION INFORMATIQUE ET BUREAUTIQUE DÉVELOPPEMENT DE L ENTREPRISE PUBLICITÉ ET TRAITEMENT DE L IMAGE INTERNET COMMUNICATION

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

Témoignage de Jean-François Baudrais, franchisé WSI

Témoignage de Jean-François Baudrais, franchisé WSI (adsbygoogle = window.adsbygoogle []).push({}); franchisé WSI Témoignage d'un Témoignage d'un franchisé Midas Témoignages de franchisés Autosmart Témoignages de franchisés La Mie Câline Témoignages franchisé

Plus en détail

La Coiffure à Domicile, un métier d avenir grâce au statut de l auto-entrepreneur. www.club-coiffure-domicile.fr

La Coiffure à Domicile, un métier d avenir grâce au statut de l auto-entrepreneur. www.club-coiffure-domicile.fr La Coiffure à Domicile, un métier d avenir grâce au statut de l auto-entrepreneur www.club-coiffure-domicile.fr Réalisation : Optima & Co Illustrations : Emmanuel Simmonet Visuels : Fotolia Edito Vincent

Plus en détail

S INFORMER ENTREPRISES

S INFORMER ENTREPRISES GUIDE POUR AGIR Comment S INFORMER sur les métiers et les ENTREPRISES J ORGANISE MA RECHERCHE Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi vous informer? Pour être efficace, une recherche d emploi

Plus en détail

Ta formation, ton avenir

Ta formation, ton avenir Ta formation, ton avenir Une formation auprès d une banque suisse Etre au cœur de l action p. 4 Des employeurs attractifs et accessibles p. Un accès rapide à d autres formations bancaires p.12 11 www.swissbanking-future.ch

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction Années universitaires : 2006-2007 Introduction I- Présentation générale du métier Polyvalence du métier Qualités requises Avantages et inconvénients Féminisation du métier II- Comparaison secteur privé

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ')

www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ') www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ') Permettre à des jeunes de devenir apprentis, c est leur offrir une vraie chance de réussite professionnelle et c est apporter de la richesse à votre entreprise. La Chambre

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

L antenne à thèmes n 11 - février 2014 Le magazine de l ESEPAC

L antenne à thèmes n 11 - février 2014 Le magazine de l ESEPAC L antenne à thèmes n 11 - février 2014 Le magazine de l ESEPAC 1 L ESEPAC vous souhaite une très belle année 2014 2013 fut une très bonne année pour l Esepac, portée par un taux extraordinaire d embauche

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

LE SECTEUR DU BATIMENT

LE SECTEUR DU BATIMENT LE SECTEUR DU BATIMENT INTERVENANTS 1 - CAPEB 2 Compagnons du Devoir 3 BTP CFA de l Aude Les métiers du bâtiment et les perspectives d évolution professionnelles L Artisanat du bâtiment dans l économie

Plus en détail

Programme Bourses Diversité et Réussite

Programme Bourses Diversité et Réussite Donner à chacun les meilleures chances de réussir Programme Bourses Diversité et Réussite La Fondation INSA de Lyon Ensemble développons notre vocation L INSA de Lyon tire sa force de l intégration de

Plus en détail

L équipe de direction et l ensemble des personnels se tiennent à votre disposition pour tout renseignement relatif aux métiers et aux modalités de

L équipe de direction et l ensemble des personnels se tiennent à votre disposition pour tout renseignement relatif aux métiers et aux modalités de L équipe de direction et l ensemble des personnels se tiennent à votre disposition pour tout renseignement relatif aux métiers et aux modalités de déroulement de la formation. UN CONTRAT DE TRAVAIL UN

Plus en détail

CIFAM FORMATEUR DE TALENTS

CIFAM FORMATEUR DE TALENTS CIFAM FORMATEUR DE TALENTS Les Métiers de l Automobile par l Apprentissage Mécanicien Véhicules Particuliers - Poids Lourds - Motos Carrossier Réparateur - Peintre en Carrosserie + Comptable / Gestionnaire

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX L apprentissage est une forme d éducation alternée. Il a pour but de donner à des jeunes travailleurs ayant satisfait à l obligation scolaire une formation générale, théorique et pratique, en vue de l

Plus en détail

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME DOSSIER DE PRESSE Communiqué de presse.................................. p.2 et 3 Bilan des P2RI en Pays

Plus en détail

Les diplômes. Session 2008

Les diplômes. Session 2008 note d informationdécembre 09.28 À la session 2008, 444 0 diplômes de l enseignement professionnel des niveaux IV et V ont été délivrés en France par le ministère de l Éducation nationale. Ce nombre atteint

Plus en détail

Une révolution dans la téléprospection www.jobphoning.com

Une révolution dans la téléprospection www.jobphoning.com Une révolution dans la téléprospection www.jobphoning.com Dossier de Presse Sommaire p.3 Synthèse p.4 3 questions à Thomas Ciemniewski, créateur de JobPhoning p.6 Présentation de la plateforme p.6 Comment

Plus en détail

ÊTRE ARTISAN. Pourquoi pas Moi?

ÊTRE ARTISAN. Pourquoi pas Moi? ÊTRE ARTISAN Pourquoi pas Moi? l rtisanat, c est quoi? Des Métiers créatifs qui permettent de s exprimer et d évoluer Des Métiers ouverts qui concernent les secteurs les plus divers Des Métiers porteurs

Plus en détail

LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment

LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment DOSSIER DE PRESSE LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment Dans son parcours scolaire, l élève en fin de 3 ème a trois

Plus en détail

L Observatoire de l Artisanat de Midi-Pyrénées

L Observatoire de l Artisanat de Midi-Pyrénées L artisanat en Midi- Atlas Edition 2015 L Observatoire de l Artisanat de Midi- www.artisanat-mp.fr Sources : Observatoire de l artisanat Midi-, répertoire des métiers au 31/12/2014 URSSAF Midi- «Mieux

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 Introduction A compter du 1 er janvier 2015, certaines conditions de l auto entreprise changent : un seul statut unique immatriculation obligatoire aux chambres consulaires

Plus en détail

Première Business School online de France

Première Business School online de France Première Business School online de France Avril 2011 Contact presse RP carrées Vanessa Vazzaz Tel : 03.28.52.07.42 vanessa.vazzaz@rp-carrees.com La première école de commerce en mode XXI ème siècle ENACO,

Plus en détail

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien La présente enquête-métier a pour objet de recueillir des informations pouvant donner en substance, une vision globale d un métier, de son

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Les rencontres sénatoriales de l apprentissage

Les rencontres sénatoriales de l apprentissage Les rencontres sénatoriales de l apprentissage 21 mai 2008 au Sénat «Tous les chemins mènent à l apprentissage» 1 COMMUNIQUE DE PRESSE Rencontres sénatoriales de l apprentissage 2008 : «Parcours d apprentis»

Plus en détail

LE COURTAGE D ASSURANCE

LE COURTAGE D ASSURANCE Programme 1ère conférence : l éthique du courtier 2ème conférence : la profession du courtier Courtage et environnement concurrentiel Le cadre de l activité L activité La responsabilité des courtiers d

Plus en détail

Le directeur marketing

Le directeur marketing Le directeur marketing Le Directeur marketing occupe un poste clef au sein de l entreprise (souvent au Comité de Direction) et est à la fois un stratège et un manager. Il élabore les plans marketing (analyse

Plus en détail