Bulletin bimestriel du Comité de Liaison Energies Renouvelables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bulletin bimestriel du Comité de Liaison Energies Renouvelables"

Transcription

1 CLER infos N 64 Mai-juin 2008 Bulletin bimestriel du Comité de Liaison Energies Renouvelables > Formation : la clé de voûte des EnR > Coopération et émulation productive dans les Ardennes (p.4) > Scénario tendanciel de la DGEMP : analyse (p. 5) CLER 2-B, rue Jules Ferry Montreuil Tél : Fax :

2 Roland Bourguet/ADEME > Formation : la clé de voûte des EnR Edito La mise en place d un système énergétique durable passera inévitablement par des actions de formation nombreuses et variées : la sensibilisation de tous les citoyens bien sûr, l intégration des énergies aux programmes officiels de tous les métiers concernés également, la formation massive des professionnels en activité et enfin la création de nouveaux métiers spécialisés. Cela est complexe car le secteur des énergies renouvelables et de la maîtrise de l énergie est vaste et transversal. Il se trouve au carrefour du bâtiment, de la thermique, de l électricité, de l environnement : il couvre un très grand nombre de métiers qui peuvent s exercer dans le secteur public ou privé, des PME ou des collectivités, des associations ou des multinationales. Les citoyens semblent prêts à ce changement au vu des nombreuses vocations que suscitent les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie. Ce capital de sympathie dont elles bénéficient est bien sûr une chance, mais aussi un risque : de plus en plus d étudiants veulent «travailler dans les énergies renouvelables» sans réfléchir au métier, des universités créent de nouveaux masters sans connaître l employabilité, et bien peu de techniciens ont entendu parler d énergies renouvelables pendant leur formation. Il y a aujourd hui urgence à clarifier les besoins et à tout mettre en œuvre afin de permettre au secteur de la formation de répondre aux enjeux au plus vite. Cette question de la formation est au cœur des préoccupations énergétiques actuelles. Pour preuve, c est la nécessité de former qui a poussé les tables rondes du Grenelle à attendre 2012 pour faire un «saut» en matière de performance énergétique du bâtiment. À ces problèmes, les conclusions du Grenelle et le projet de loi résultant donnent essentiellement trois réponses : formation tout au long de la vie pour les professionnels du bâtiment (architectes, thermiciens, électriciens, maîtres d œuvre, chefs de travaux, techniciens) ; grand plan de formation professionnelle, de recrutement et de qualification des professionnels du bâtiment ; création d une filière «rénovation thermique» associant les compétences nécessaires à la rénovation pour tous types de maîtres d ouvrages. L État pourrait apporter à partir de 2009 une aide budgétaire à la formation des professionnels du bâtiment à hauteur de 100 millions d euros par an. Ce dossier de CLER Infos dresse un état des lieux et décrit des actions novatrices en matière de formation qui constitueront les bases du «Grand plan de formation». Raphaël Claustre, Directeur du CLER. CLER infos n 64 [mai-juin 2008] 7

3 Dossier L importance des financements régionaux techniciens de SAV. Cette tendance est bien confirmée au financement jour le jour par des informations directes émanant des acteurs économiques, et sur le moyen terme par des enquêtes nationales (SER, ADEME), ou régionales (Cluster Rhône-Alpes Eco-Energies). Le développement récent de l activité économique dans les domaines cités devrait être encore renforcé par la mise en place prochaine de mesures permettant à la France de Les métiers des énergies renouvelables, de la maîtrise des développent leur offre à la fois quantitativement et énergies et de l éco-construction connaissent actuellement qualitativement pour tenir compte des nouvelles un développement quantitatif notable. Tous les métiers techniques (nous pensons en particulier au chantier de sont concernés, notamment : techniciens et ingénieurs de la rénovation du parc de logement ancien qui devrait bureau d étude, technico-commerciaux, installateurs et s ouvrir sous peu). En l absence de personnel correctement formé, au mieux les réalisations effectives seront en retrait par rapport aux possibilités, au pire la diffusion des bonnes pratiques sera entachée par des contre-performances dégradant l image des énergies renouvelables et de l éco-construction. Les financements régionaux, un impératif En attendant que la formation initiale reprenne le relais tenir les engagements pris au niveau européen (les «3 x 20») ou découlant du Grenelle de l environnement. de la formation continue, il est non moins indispensable que les organismes financeurs de formation continue (Régions, ASSEDIC ) prennent l exacte mesure du La formation, garante de l image d un secteur en plein boom gisement d emplois potentiels dans ces domaines et acceptent de financer massivement les formations pour ASDER, Maison des énergies Tél Il est évident que les créations d emploi et les reconversions professionnelles dans ces domaines vont les demandeurs d emploi, sans attendre que la tension que nous connaissons déjà dans les métiers cités amplifier massivement les besoins de formation. Il est s aggrave et devienne irrattrapable. donc crucial que les organismes de formation Sylvain Wadier, ASDER, Maison des Energies. Quid de la qualité des formations? Les matériels utilisés pour produire des énergies Et qui nécessitent des formateurs qualifiés renouvelables font appel à diverses technologies Pour former ces nouveaux techniciens et faciliter leur éprouvées dans d autres domaines. Les formations à insertion professionnelle, les formateurs doivent être l installation et à la maintenance sont presque hautement qualifiés. Il est également nécessaire qu ils exclusivement des formations courtes qui attirent des disposent d équipements proches de ceux qui sont personnes qui connaissent déjà la technique et pour qualification lesquelles est apporté un complément propre au mixage de ces technologies. Des formations qui attirent du monde On pourrait croire que cela constitue un frein à leur développement mais pas du tout. L éthique attachée au développement durable attire de nombreux salariés qui souhaitent donner un tournant à leur carrière en profitant actuellement utilisés. Les entreprises demandent souvent aux candidats à l embauche de posséder des qualifications particulières comme une attestation de formation aux premiers secours, de Sauveteur Secouriste du Travail ou une habilitation électrique haute tension. C est en proposant, dans leur cursus, des modules correspondant à ces exigences que ces formations apporteront une plus-value appréciable au développement durable. des compétences déjà acquises. Elle attire également des jeunes avec un diplôme professionnel en poche qui recherchent des savoir-faire complémentaires. Ces Pour une appréciation professionnelle des formations Les organismes qui encadrent ces nouveaux métiers devront apporter leur appréciation sur les formations nouvelles formations sont très demandées. Les places sont convoitées et le placement à la sortie est assuré. Les entreprises ont du mal à tenir leurs engagements d installation tant les besoins sont immenses et de proposées. Ces organismes auraient une attitude originale et intéressante s ils permettaient aux centres de formation sérieux de profiter de l expérience que la profession a capitalisée en terme d outils, de méthodes ou nouvelles niches apparaissent, comme l installation de vérandas photovoltaïques. de choix technologiques. Hervé Caspani, 8 Chef de Travaux, Lycée François Bazin (08).

4 Formation : la clé de voûte des EnR Rhône-Alpes : pour une adéquation entre les besoins et l offre de formation Le groupe formation du Cluster Rhône-Alpes Éco-Énergies travaille depuis 2005 sur l identification des besoins et le développement d une offre de formation complète et cohérente sur le territoire rhônalpin. Ce groupe d une quarantaine de participants est essentiellement constitué d organismes de formation, mais aussi d entreprises, de branches professionnelles et d institutionnels. En 2006, leurs travaux ont permis d estimer un potentiel de création de emplois régionaux pour la période , et un besoin de former personnes par an. Ces chiffres ont par la suite été confortés par une étude ADEME et les travaux du Grenelle de l environnement. Des besoins liés à des demandes de plus en plus équilibre spécifiques En 2007, le Cluster, associé à la Cellule Economique Rhône-Alpes (Observatoire du secteur du bâtiment) a engagé une enquête auprès des entreprises pour les amener à exprimer leurs besoins en personnels qualifiés. Deux populations d entreprises ont été enquêtées : les entreprises membres du Cluster, déjà investies dans le secteur maîtrise de l énergie/énergies renouvelables, et les entreprises du bâtiment, devant répondre à de nouvelles demandes des clients sur ces questions. L exploitation des résultats constitue un véritable outil pour les organismes de formation. Elle fait apparaître des filières et des métiers précis considérés comme prioritaires car les entreprises ont des difficultés à répondre à la demande par manque de personnel qualifié. C est le cas par exemple de l ingénierie/conseil en photovoltaïque ou de l installation d isolation intérieure ou extérieure, ou encore de la construction en briques monomur. Vers une adéquation territoriale offre/demande En 2008, le groupe formation du Cluster continue son action visant à atteindre une véritable coordination régionale de l offre de formation. Les études sur les besoins en formation se poursuivent avec pour objectif, d une part de préciser le besoin de chaque territoire, et d autre part de suivre les évolutions constantes et rapides du secteur professionnel. Par ailleurs, grâce au Cluster et au fonctionnement en réseau, les échanges entre organismes de formation sont facilités et permettent de construire des partenariats, de mutualiser les formateurs, de mieux faire connaître l offre de formation rhônalpine. Laure Voron, ASDER, Maison des Energies. ASDER, Maison des énergies Tél > La Charte Formateree > Standards de formation en Europe «Je veux travailler dans les énergies renouvelables!» voilà le souhait d étudiants de plus en plus nombreux, qui se dirigent vers les formations EnR en espérant vivre l explosion du marché, suite au Grenelle et aux engagements pris au niveau européen («3 x 20»). Afin d accompagner la création de nouvelles formations et de s assurer de la capacité d employabilité du secteur, une dizaine de responsables de formation se sont regroupés autour du CLER, afin d élaborer une Charte de qualité des formations en énergies durables. Cette Charte met en avant des standard minimums (nombre d heures consacrées au EnR, collaboration avec des professionnels ). Elle sera officiellement présentée lors du Salon des Énergies Renouvelables qui se tiendra à Paris du 19 au 21 juin Emilie Salesse Gauthier, CLER. La formation est l une des cinq priorités du programme Energie Intelligente Europe 1. Elle fait l objet d une initiative intégrée d éducation à l énergie, mais s insère aussi dans les initiatives sectorielles (éolien, bâtiment, industrie, transport). Alors que plusieurs projets incluent de la formation, certains leur sont intégralement dédiés (Windskill, Eurem.net). Avec la publication des Profils de Qualification Européens (PQE 2 ) pour les techniciens de maintenance éolienne, le projet Windskill 3 a désormais franchi une étape déterminante. Ces PQE, expression du besoin opérationnel des entreprises du secteur, seront ensuite déclinés en modules de formation. Yannick Régnier, CLER. 1. intelligent/index_en.html 2. policies/educ/eqf/index_en.html 3. CLER infos n 64 [mai-juin 2008] 9

5 Dossier De la HQE aux maisons passives à l École d architecture de Lyon Jean-Luc garde un très bon souvenir de son stage HQE la technologie des maisons passives, en dix sessions de à l École d Architecture de Lyon en À la fois trois à cinq jours, dont deux voyages d étude, de février à parce qu il s est sorti de son quotidien, qu il a côtoyé décembre, soit un total de 35 jours et de 280 heures. Au formation longue des collègues, architectes ou aménageurs, qu il a assisté à des conférences de spécialistes reconnus et qu il a découvert des réalisations admirables, pendant les deux voyages à l étranger intégrés au programme. Cet architecte de 50 ans essaie chaque jour de mettre en pratique les connaissances qu il y a acquises, et qui sont souvent mises en avant dans les appels d offres auxquels son agence répond. Une formation aujourd hui éprouvée Depuis 2001, à l invitation de l École d architecture de Paris-La Villette et en collaboration avec l Agence Locale de l Énergie (ALE) de l agglomération lyonnaise, l École Nationale Supérieure d Architecture de Lyon développe chaque année une formation longue portant sur la qualité environnementale des bâtiments. En 2008, l École Nationale Supérieure d Architecture de Lyon reconduit cette formation selon le même concept, en collaboration programme : politique environnementale et démarches HQE ; écogestion énergétique ; ambiances intérieures ; matériaux et systèmes constructifs ; voyages d étude en Hollande et en Allemagne ; santé et bâtiments ; écogestion de l eau ; programmation HQE et gestion patrimoniale ; évaluation de la HQE. Des mémoires accessibles à tous La formation est sanctionnée par un diplôme en architecture et ingénierie à haute qualité environnementale attribué au mois de janvier suivant le stage, à l issue de la présentation d un mémoire devant un jury. Parmi les sujets présentés depuis 2002 : l analyse de la méthodologie HQE à travers notamment les référentiels avec l ALE, afin de répondre aux nombreuses attentes des professionnels de l aménagement et du cadre de vie. sur un bâtiment hospitalier, la réhabilitation de 450 logements sociaux, HQE et identité régionale, la Pierre Levy, enseignant École nationale supérieure d Architecture La promotion 2008 a débuté en février et présentera ses sujets de mémoires en janvier rénovation et l extension d une maison individuelle au Québec Les mémoires sont téléchargeables sur le site de l École : (lien court). de Lyon De la sensibilisation à la réalisation Les thèmes abordés sont très vastes : ils vont des 33 places sont chaque année disponibles, la sélection s effectuant sur dossier. En 2008, les droits d inscription Tél premières sensibilisations à la qualité environnementale à s élèvent à euros. *Le CLER est administrateur d INES Education qui est, par ailleurs, centre de ressources et d information des professionnels pour le solaire et l énergie dans le bâtiment. Son «pôle expertise» contrôle les performances des systèmes solaires thermiques et développe des outils pour leur dimensionnement. Former les formateurs pour démultiplier l action INES EDUCATION* organise des formations de courte Intégrer les questions énergétiques dans les formations durée centrées sur l ensemble des technologies du solaire techniques initiales et leur intégration aux projets, dans une approche Avec le Ministère de l Education Nationale et l ADEME, globale de l efficacité énergétique et de la conception des INES Education a développé une stratégie de forte démultiplication de son action fondée sur «la formation de for- bâtiments. mateurs». Une centaine de professeurs de lycées technologiques et d IUT des différentes académies, ont été for- Répondre à une demande en forte progression Les maîtres d ouvrages, les concepteurs et les entreprises més durant les étés 2006 et Ces «enseignants-ressources» assureront, à leur tour, la mobilisation, la for- du bâtiment constituent la majorité des 900 stagiaires accueillis en 2007, principalement au siège de l Institut mation et l accompagnement de leurs collègues au travers au Bourget du lac (Savoie). D autres professionnels des plans académiques de formation. À cette fin, un intéressés par la filière solaire sollicitent INES Education ensemble d outils pédagogiques a spécialement été (organismes financiers, de distribution, etc ). élaboré à leur intention. En complément, INES Education 10

6 Formation : la clé de voûte des EnR reste à leur disposition pour les assister, notamment avec un module d échanges d expériences et de données, ouvert à leur intention sur le site Internet de l INES. Un nouveau programme, au bénéfice de 120 enseignants de lycées professionnels, est planifié pour 2008 et Assurer la formation des professionnels dont les entreprises ont besoin Les besoins qui s expriment en la matière sont déjà considérables et leur forte progression est prévisible. Fort de l expérience de démultiplication menée en matière de formation initiale générale, INES Education prépare un programme d actions concertées avec les organismes professionnels, l Éducation Nationale, les centres de formation d apprentis, les Régions. La création de plates-formes techniques et l élaboration des contenus pédagogiques répondant aux diverses demandes exprimées par les professionnels constituent des préalables auxquels INES Education apportera sa contribution. Mais la formation d intervenants compétents, en nombre suffisant, pour des actions de formation continue est tout aussi impérative. C est dans ce domaine que l expérience acquise, par INES Education et le réseau de spécialistes qu elle fédère, seront essentiellement mobilisés. Étienne Couvreur, Directeur de INES Education. INES Education Tél Solaire : un nouveau CQP au Costic Créé en mars 2006, le Certificat de qualification professionnelle (CQP) d installateur-mainteneur en solaire thermique et photovoltaïque peut être délivré par une douzaine d établissements de formation en France. Ceux-ci sont reconnus par la commission de formation créée par l Union Climatique de France (UCF) et l Union Nationale de la Couverture-plomberie (UNCP). Parmi (chaudière, émetteurs) pour assurer un bon couplage avec une production solaire : bases du chauffage central à eau chaude ; bases de l électricité et de la régulation ; conception des installations solaires thermiques ; applications en solaire photovoltaïque ; installation des capteurs en toiture ; ces établissements se trouve le Costic (Centre d études et de formation Génie Climatique Equipement Technique du Bâtiment) de Saint-Rémy-les-Chevreuse (Yvelines), et technique d assemblage par soudage ; sécurité sur le chantier ; réglementation et constitution du dossier administratif. son nouveau stage «Devenir installateur-mainteneur en systèmes solaires», dont la première session s achève Un module en toiture en mai Il s adresse à des personnes ayant une expérience dans le bâtiment (niveau bac/bac professionnel) et souhaitant se convertir à l installation de ces systèmes ou souhaitant créer une nouvelle activité. La plupart se destine à la création d entreprises dans le secteur. Parmi ses originalités, outre sa durée moins longue que d autres (celle assurée par les Compagnons du Solaire dure heures, par exemple), un module «Installation des capteurs en toiture» de six jours. Les stagiaires s y confrontent aux règles de base de la couverture, de l installation des capteurs, de l étanchéité et de l évacuation des eaux. L obtention du CQP est validée par Costic Armel Gegou : ou Mme Du Tartre : heures dont 175 en entreprise La formation se déroule en 8 modules (10 semaines dont 175 heures en entreprise) permettant d appréhender les des épreuves écrites et orales, sous la responsabilité d un jury de professionnels, et soumise à la réalisation d un stage en entreprise d un mois minimum. La formation phases de conception, de mise en œuvre et de maintenance des installations solaires. Ils permettent également d assimiler le fonctionnement des équipements classiques coûte euros hors taxes. CLER infos n 64 [mai-juin 2008] 11

7 Dossier Un CQP modulable à Grenoble Répondant à une demande de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), le Centre Permanent du Bâtiment (CPB) du Greta de Grenoble vient de mettre en place un CQP (Certificat de Qualification Professionnelle) Installateur- Mainteneur en systèmes solaires thermique et photovoltaïque. Vingt premiers stagiaires sont attendus d ici Serge Laury, directeur du CPB, qui forme près de stagiaires par an, nous en dévoile les principaux traits. Swissolar, Zürich/SSES CLER infos : Pourquoi ce CQP ou CPB? adapté Serge Laury : Le constat fait par la FFB est que l installation (pose et raccordement) des divers matériels solaires nécessite d avoir une main-d œuvre opérationnelle de terrain qui soit véritablement professionnelle, de la définition du besoin auprès du client jusqu à la maintenance du produit. Aujourd hui, ce type de professionnels existe peu. Le CPB, qui dispense depuis plus de 20 ans des formations qualifiantes ou diplômantes dans le secteur des métiers du second œuvre, a l avantage de proposer sur un même site géographique des parcours professionnalisant dans les métiers de la plomberie, de CLER infos : Vous proposez aussi cette formation «à la carte»? Serge Laury : Oui, c est aussi une de nos particularités, à partir des différents modules qui constituent notre CQP, comme pour d autres formations, pour les professionnels qui souhaitent se former sans aller jusqu à la validation du certificat. Ainsi, des électriciens ne suivront que les l électricité et de la couverture-zinguerie. modules «photovoltaïque et couverture», tandis que des plombiers se concentreront sur les modules «solaire CLER infos : Quelle est l originalité de ce CQP par rapport à ceux déjà existants? thermique et couverture». Des professionnels ne souhaitant pas se former à la pose des panneaux, mais avoir un complément de formation spécifique au solaire, Serge Laury : Il est similaire à ceux des Compagnons du Solaire ou du Costic, mais nous fonctionnons en suivront uniquement les modules «thermique et/ou photovoltaïque». Entrée/Sortie permanentes au CPB, c est-à-dire que nos stagiaires rentrent en formation au fil de l eau. Par ailleurs, nous donnons une grande importance en CLER infos : À qui est destiné ce CQP et comment se déroule-t-il? volume d heures au module «couverture-zinguerie», car la principale source de problèmes, aujourd hui, concernant l intégration des panneaux solaires, c est l étanchéité. Plus de 60 % des professionnels qui ont le label Qualisol n ont jamais posé d installations par Serge Laury : La formation est ouverte à toute personne ayant acquis une expérience professionnelle dans le métier du chauffage et de l électricité ou titulaire d un diplôme de la profession (ex : CAP Installateur Serge Laury ou Hervé Hue Centre Permanent du Bâtiment Greta de Grenoble 114 rue d Alembert Grenoble crainte de rencontrer ces problèmes Nous sommes un des rares centres en France à proposer une formation de Couvreur-Zingueur à temps plein (20 CAP par an), dans des conditions réelles, tant en termes de compétences humaines que de moyens matériels. Thermique). Le parcours de formation dure 550 heures et débouche sur un CQP validé par un jury de professionnels ainsi que par des épreuves écrites. L intégralité de la formation se déroule dans les locaux du CPB : dans l Atelier «couverture-zinguerie» (250h), l Atelier Tél «installation sanitaire et thermique» (145h) et l Atelier «électricité» (105 h). Des modules en «expression-communication», en «vie sociale et professionnelle» et en mathématiques (50 h) viennent compléter le parcours. 12

8 Formation : la clé de voûte des EnR «Concert action» : des formations tests appliquées aux chantiers Concerto Comment rendre suffisamment accessibles et efficaces les formations en lien avec la qualité environnementale du bâtiment? Quel format et quel contenu de modules adaptés aux contraintes des entreprises et des organismes de formation? Sur la base du projet Européen Concerto SESAC, la Ville de Grenoble, l Agence Locale de l Énergie de l Agglomération Grenobloise, le Greta de Grenoble, la Fédération FBTP Isère, ainsi que les partenaires aidant au financement des formations (AREF, FAFSAB et ADEME) ont réuni leurs efforts pour proposer aux entreprises un programme test de formations sur la mise en œuvre des techniques d efficacité énergétique et énergies renouvelables. Des formations in situ Conçues spécifiquement pour répondre aux attentes pratiques des compagnons de chantier, ces formations «Concert action» furent également ouvertes aux chargés d affaires et dirigeants des entreprises. 4 thématiques furent proposées à Grenoble, de janvier à avril 2008, avec test le souhait de rassembler autour d elles différents corps d état concernés : module «étanchéité à l air/isolation extérieure» (22 et 23 janvier), par le CETE, EBST et STO. Cibles : maçonnerie (murs extérieurs), façades (pose de l isolant extérieur), menuiseries (pose des menuiseries extérieures), électricité ; module «ventilation/double flux» (30 et 31 janvier), par l ALDES. Cibles : plombier chauffagiste retenu pour le lot ventilation, plaquistes (pose des faux plafonds) ; module «mini cogénération» (12 février), par TEP2E, IUT, GEG. Cibles : plombier chauffagiste, personnel de GEG en charge de l exploitation ; module «solaire thermique» (avril 2008), par les Compagnons du Solaire. Cible : plombier chauffagiste retenu pour le lot solaire. L objectif des formations, au travers de démonstrations pratiques sur plateformes, sur chantiers ou supports matériels concrets, fut de susciter des échanges ainsi qu une critique constructive des modes opératoires actuels, puis de donner les clés afin de les faire évoluer. Traiter l étanchéité à l air du bâtiment, réduire les ponts thermiques, garantir une bonne acoustique, autant de soins que plusieurs corps d entreprises devront dorénavant apporter sur les bâtiments performants. ALE Grenoble Une nécessaire adaptation des formations Si les techniques apprises lors des formations ne changent pas fondamentalement les «métiers», elles montrent en revanche la nécessité pour les entreprises d être informées des particularités propres à ces techniques, et de coordonner leur intervention avec celle des autres corps d état. Les moyens matériels et humains, les détails techniques, ainsi que les limites de prestation des entreprises devraient être davantage précisés en phase conception. Une meilleure communication entre conception et réalisation, sur ces points particuliers liés à la qualité environnementale peut éviter bien des erreurs. Une revue de projet spécifique entre architectes/bureaux d études et entreprises serait bien indiquée. Enfin les organismes de formations traditionnels doivent faire évoluer leur offre actuelle et proposer des compléments de formation suffisamment concis, pratiques et modulables pour être attractifs pour les entreprises. Cette opération test «Concert action» se déroulera également courant 2008 sur les chantiers Concerto de Lyon Confluence, en coordination avec l ALE du Grand Lyon et Hespul. Jérôme Buffière, ALE Grenoble. ALE Grenoble Tél CLER infos n 64 [mai-juin 2008] 13

9 Dossier Les résultats d une étude réalisée en 2006 par l Arene énergie renouvelable (solaire, géothermie et bois énergie). Ile-de-France* offrent une vision transversale de la En conclusion, les enjeux se chiffrent à plus d une dizaine situation régionale et proposent des scénarios prospectifs perspec * avec l appui d ICE et de l ADDH. ** Conseil régional, ADEME, AGEMO, CLER, SER, AICVF, AITF, AMORCE, ARD, GEFEN, AFPA, COSTIC, DRIRE, FG3E, FNCCR, TEE, CSEEE. Plusieurs dizaines de milliers d emplois en Ile-de-France sur le potentiel de création d emplois à dix ans. La méthodologie retenue consistait à évaluer le nombre d emplois directs et indirects par an généré par la mise en œuvre de certaines mesures avec l appui d un comité technique**. Douze programmes d action ont été envisagés, allant de la réhabilitation des logements existants à l amélioration des systèmes d éclairage public en passant par le développement de l énergie photovoltaïque ou de la géothermie profonde. En fonction de leur mise en place, plus ou moins volontariste, ils ont été traduits en créations d emplois attendus, directs (liés à l organisation, à la mise en œuvre et au suivi du programme d actions) et indirects (liés à la redistribution des économies générées sur les factures énergétiques des consommateurs), par an et par mesure. de milliers d emplois pérennisés sur dix ans pour le scénario volontariste. Ces résultats dépendent de l engagement des acteurs locaux en faveur d un programme de MDE et de développement des EnR. Des acquisitions de savoir-faire spécifiques à chaque métier La préparation des acteurs et des installateurs locaux est une des clés mises en évidence dans l étude. L idée est de favoriser l acquisition de connaissances, de pratiques et savoir-faire à partir de la mise en œuvre de formations professionnelles continues, aussi bien à destination des maîtres d ouvrage que des maîtres d œuvre, des techniciens et des contrôleurs techniques. Ainsi, pour chacune des douze mesures dégagées, toute une série de métiers sont impactés. À titre d exemple, pour la réhabilitation des logements existants répondant aux objectifs «facteur Plusieurs dizaines de milliers d emplois pérennisés 4», architectes, installateurs sanitaires, chauffagistes, Les emplois concernés portent notamment sur maçons, plaquistes, électriciens, charpentiers et couvreurs l installation des équipements, leur exploitation, gestion et maintenance, les audits et expertises techniques vont devoir renforcer leur savoir-faire en matière d éclairage, d isolation, d énergies consommées ou nécessaires avant l installation, dans les travaux de gros encore de «consommables». œuvre, liés à l isolation, l installation électrique ou l équipement thermique, et ceux spécifiques à chaque Marie-Laure Falque-Masset, ARENE Ile-de-France. 14 > Les portails d info Tenerrdis * En réponse aux enjeux énergétiques mondiaux, le pôle de compétitivité Tenerrdis (en région Rhône-Alpes) développe et attire par l innovation toutes les filières des nouvelles énergies. En cela, Tenerrdis dynamise les partenariats entre les entreprises, le monde de la recherche, de la formation et les acteurs institutionnels pour générer des projets créateurs d activités, d emplois et de compétences. Fin 2007, Tenerrdis* a initié un programme sur l emploi et les compétences dans le domaine des nouvelles technologies de l énergie. Son objectif principal est de favoriser la rencontre des acteurs de l emploi et de la formation, afin de mettre en adéquation la demande en compétences des acteurs économiques et l offre de formation permettant de relever les défis énergétiques d aujourd hui et de demain. Dans le cadre de ce programme, Tenerrdis est à l origine de la création de deux portails dédiés à la formation et plus largement à l éducation : l un sur le recensement de l offre de formation ; l autre sur le partage en ligne de contenus pédagogiques dans le domaine des NTEs (Nouvelles Technologies de l Énergie). Le Portail formation G volu Afin d avoir une meilleure visibilité de l offre de formation dans le domaine des nouvelles technologies de l énergie, Tenerrdis, en partenariat avec des collectivités territoriales et des organismes de formations, a lancé la création d un portail web de recensement de l offre de formation (CAP à Bac+8) initiale et continue, sur le territoire national. À terme, cet outil inclura des référentiels métiers. Le développement du portail est en cours. Son lancement est prévu pour la fin du 1 er semestre Les organismes de formation intéressés peuvent se préinscrire auprès de Tenerrdis. Le Portail éducation G éduc Lancé durant la semaine du Développement Durable, G éduc est le résultat des travaux coordonnés par Tenerrdis, d une part, et par le constat porté par des acteurs diffusant de l information aux formateurs, éducateurs, entreprises et collectivités, d autre part. Ce portail collaboratif permet : la mise en ligne et le partage des contenus pédagogiques ; de sensibiliser et d informer le public avec les supports les plus adaptés aux objectifs pédagogiques des formateurs.

10 Formation : la clé de voûte des EnR Un mode de financement nouveau et original En 2007 les pouvoirs publics (MEDAD), l ADEME domestique, la CPCU, etc. En échange des CEE dûs, les et un comité de pilotage composé de fédérations fournisseurs d énergie paient les coûts de formation aux professionnelles ont jeté les bases d un dispositif de tives formation sur les économies d énergie dans le bâti existant pour les chefs d entreprises, les salariés et les artisans du bâtiment. Rappelons que la formation des professionnels est une des 139 opérations prévues pour atteindre l objectif de réduction des émissions de CO2 dans le bâtiment (54 TWh cumulés actualisés pour les trois premières années). Les fédérations impliquées sont notamment la CAPEB (Entreprises artisanales du bâtiment), la FFB (Fédération française du bâtiment), la FF3C (Fédération des combustibles, carburants et chauffage), la FG3E (Fédération des exploitants en énergie) L opération est coordonnée par l Association Technique Énergie Environnement (ATEE). Elle est mise en place avec le soutien de l ADEME, d EDF, de la CAPEB et de la FFB. Organismes Paritaires Collecteurs Agréés et aux Fonds d assurance-formation du bâtiment. Ceux-ci prennent en charge 95 % des coûts de formation des entreprises adhérentes. Les modules de formation L objectif est d apporter aux professionnels des différents métiers du bâtiment les connaissances et outils transversaux pour répondre aux enjeux du secteur en matière d économies d énergie et émissions de CO2, pour qu ils deviennent des «rénovateurs énergétiques de l existant et les porteurs de l offre globale en rénovation énergétique». Dans le cahier des charges, trois modules sont proposés : offre globale d amélioration énergétique des bâtiments existants ; outils pour mettre en œuvre l offre globale d amélioration énergétique ; technologies performantes GEFEn Tél d amélioration énergétique. L ATEE a lancé en juin 2007 Obligations et certificats d économie d énergie un appel d offre en direction des organismes de formation Parmi les originalités de ce dispositif de formation du domaine. Ont répondu et ont été habilités de on trouve son mode de financement lié aux Certificats nombreux organismes de formation liés aux branches d économie d énergie (CEE) dûs par les vendeurs professionnelles, l AFPA et certains Greta. d énergie : électricité, gaz, fioul, chaleur/froid, donc notamment EDF, Gaz de France, les vendeurs de fioul Des perspectives, des questions Le dispositif de formation a été lancé en janvier 2008 pour les premiers modules. Un premier bilan doit être fait en mai par le comité de pilotage pour savoir si le dispositif est à reconduire après Un effort Le pari de ce portail est le partage de de conviction et de médiatisation important dans la ressources afin de permettre au plus profession est une des conditions de la réussite de grand nombre d accéder rapidement l opération, car il n est pas toujours facile de convaincre et simplement à une information de les entreprises du secteur, notamment les artisans, de qualité. Professionnels et particuliers prendre du temps pour la formation, même s ils sont sont invités à partager les ressources convaincus de sa nécessité. Par ailleurs, le côté vertueux pédagogiques directement sur le de l opération est parfois battu en brèche par des points portail : de contenu du cahier des charges des modules : par exemple, dans le module 3, pour les techniques du chauffage à air on retrouve le chauffage électrique par effet joule et les PAC air/air en technologies performantes, à côté du solaire et du bois pour le chauffage! Aline Bacchet, Conseillère en formation continue, GEFEn, GRETA Énergie Tenerrdis. Guillaume Brousseau (Emploi Compétences Formation), Tél CLER infos n 64 [mai-juin 2008] 15

Audition ADEME. au Conseil d Orientation pour l Emploi. 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l ADEME

Audition ADEME. au Conseil d Orientation pour l Emploi. 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l ADEME udition DEME au Conseil d Orientation pour l Emploi 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l DEME Plan de la présentation Connaître et préparer l évolution des

Plus en détail

Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance

Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance Domaine : Bâtiment, éco-construction, rénovation Durée : 5 mois ROME : F603 Code AFPA : 9 Objectifs : Poser,

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail

Bâtiment et développement durable

Bâtiment et développement durable Bâtiment MAÇON MAÇON Le maçon construit le gros œuvre des bâtiments. Il met en place les fondations puis monte les structures porteuses : murs, poutrelles et planchers. Métier Le maçon réalise des travaux

Plus en détail

Bâtiment ÉLECTRICIEN

Bâtiment ÉLECTRICIEN Bâtiment ÉLECTRICIEN ÉLECTRICIEN L électricien effectue tous les travaux d installations électriques et de raccordement d appareils électriques dans diverses spécialités : éclairage, confort thermique,

Plus en détail

logements rénovés par an d ici à 2017, selon l objectif du plan de rénovation énergétique de l habitat. Source : ministère du Développement durable

logements rénovés par an d ici à 2017, selon l objectif du plan de rénovation énergétique de l habitat. Source : ministère du Développement durable N 70 - Novembre 2013 Repères C est le moment d agir 07 > 500000 logements rénovés par an d ici à 2017 selon l objectif du plan de rénovation énergétique de l habitat. Source : ministère du Développement

Plus en détail

commercial@ifeco.fr Port : 06 19 60 67 24 Tel : 05.31.05.00.29

commercial@ifeco.fr Port : 06 19 60 67 24 Tel : 05.31.05.00.29 2014 2017 commercial@ifeco.fr Port : 06 19 60 67 24 Tel : 05.31.05.00.29 IFECO est agréé pour dispenser s modules FEE Bat au national. Devenez un acteur du marché la rénovation thermique s logements. Obtenez

Plus en détail

CQP Installateur de panneaux solaires thermiques et photovoltaïques en couverture Étude d opportunité

CQP Installateur de panneaux solaires thermiques et photovoltaïques en couverture Étude d opportunité CQP GROUPE OPCA GFC AREF BTP CQP Installateur de panneaux solaires thermiques et photovoltaïques en couverture Étude d opportunité En matière d équipement concernant l énergie solaire photovoltaïque et

Plus en détail

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

Choisir un professionnel compétent

Choisir un professionnel compétent L habitat Choisir un professionnel compétent COMPRENDRE Pour des bâtiments économes en énergie Édition : février 2015 sommaire glossaire introduction Faites appel à des professionnels compétents... 3 Des

Plus en détail

Efficacité énergétique : les emplois de demain. ÉTUDE PROSPECTIVE SUR LES BESOINS EN COMPéTENCES et formations DANS LE DOMAINE

Efficacité énergétique : les emplois de demain. ÉTUDE PROSPECTIVE SUR LES BESOINS EN COMPéTENCES et formations DANS LE DOMAINE LA FRANCHE-COMTÉ, UNE RÉGION GRANDE PAR SES TALENTS Mobiliser et accompagner les acteurs du bâtiment www.pole-energie-franche-comte.fr Efficacité énergétique : les emplois de demain ÉTUDE PROSPECTIVE SUR

Plus en détail

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Phase 2: Analyse du besoin des entreprises Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Les plus fortes demandes en «Construction durable» Estimation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 Le point sur la filière énergies renouvelables : Mention RGE, aides, formation, qualification, audits Pleine application de l éco-conditionnalité des aides au 1 er janvier

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES

CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES FORMATIONS 100% PRO TOUTE L ANNÉE. TROUVEZ VOTRE FORMATION QUALIFIANTE. -10% SUR CERTAINES FORMATIONS DU CATALOGUE. î à Cher client, Le

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 15 juin 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 1 er août 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

4. Dauphilogis. Le Jardin de Bonne

4. Dauphilogis. Le Jardin de Bonne 4. Dauphilogis Le Jardin de Bonne SOMMAIRE I : Présentation de la société II : Le site III : Le déroulement des études IV : L opération Le plan-masse Le programme Les grands principes de conception Un

Plus en détail

Comment une entreprise peut-elle trouver et choisir la formation dont elle a besoin? Marie-Françoise FOURNIER

Comment une entreprise peut-elle trouver et choisir la formation dont elle a besoin? Marie-Françoise FOURNIER Comment une entreprise peut-elle trouver et choisir la formation dont elle a besoin? Marie-Françoise FOURNIER Sommaire Pratique des entreprises du bâtiment Recherche de formations Formations recensées

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE Contribution du SER au Plan de performance énergétique des logements 2 ( ) «La rénovation thermique des logements

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Licence professionnelle Maîtrise des énergies renouvelables et électriques

Licence professionnelle Maîtrise des énergies renouvelables et électriques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Maîtrise des énergies renouvelables et électriques Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre Qualifications et certifications RGE en rénovation Les qualifications et certifications RGE éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique en métropole Le recours a un professionnel RGE est obligatoire

Plus en détail

Formation en alternance

Formation en alternance Formation en alternance EN CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION EN CONTRAT D APPRENTISSAGE En raison des couts et de l impact environnemental de l énergie, les secteurs utilisateurs d énergie (industrie, agriculture,

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE

LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE Contexte et objectifs Principes de fonctionnement Exemples 1 Association Loi 1901 - à but non lucratif Indépendante Créée en 1978 1600 adhérents 14 groupes régionaux

Plus en détail

Bâtiment CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ

Bâtiment CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ Bâtiment CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ Le constructeur en béton armé réalise les fondations, les murs et les planchers de constructions neuves (logements individuels ou collectifs,

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE...

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

Les Formations et Qualifications Solaire thermique Collectif pour les entreprises d installation. Monsieur Autric Thierry Qualit EnR

Les Formations et Qualifications Solaire thermique Collectif pour les entreprises d installation. Monsieur Autric Thierry Qualit EnR Les Formations et Qualifications Solaire thermique Collectif pour les entreprises d installation Monsieur Autric Thierry Qualit EnR 5 mai 2015 Qualit EnR, l association pour la qualité des installations

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Les formations pour le bâtiment en Picardie

Les formations pour le bâtiment en Picardie 2nd semestre 2013 Les formations pour le bâtiment en Picardie ECONOMIE D ENERGIE NOUVELLES ENERGIES CONSTRUIRE DURABLEMENT DIRECTION D ENTREPRISE IFRB PICARDIE 33, Mail Albert 1er - CS 51 111-80011 AMIENS

Plus en détail

Bâtiment INSTALLATEUR SANITAIRE

Bâtiment INSTALLATEUR SANITAIRE Bâtiment INSTALLATEUR SANITAIRE INSTALLATEUR SANITAIRE L installateur sanitaire pose et entretient des équipements sanitaires (éviers, baignoires, douches, chauffe-eau ) et des réseaux de canalisations.

Plus en détail

Mieux connaître le secteur du bâtiment

Mieux connaître le secteur du bâtiment iche d animation Compétence B3 Mieux connaître le secteur du bâtiment Objectif Permettre aux élèves de découvrir la diversité des métiers du bâtiment et les caractéristiques de ce secteur. Matériel nécessaire

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

AU SOMMAIRE DU DOSSIER DE PRESSE

AU SOMMAIRE DU DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE Collectif RGE pas comme ça! Lundi 1 er décembre 2014, le Collectif «RGE Pas comme ça!» a demandé au juge des référés auprès du Conseil d État de prononcer la suspension de la mise en

Plus en détail

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE :

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT Date de mise en application : 20/02/2014 QUALIFELEC RE/0010 indice A 1 SOMMAIRE 1. DOMAINE D APPLICATION... 4 1.1 Objet...

Plus en détail

Bâtiment PLÂTRIER- PLAQUISTE

Bâtiment PLÂTRIER- PLAQUISTE Bâtiment PLÂTRIER- PLAQUISTE PLÂTRIER- PLAQUISTE Le plâtrier-plaquiste réalise plafonds, plafonds suspendus et cloisons. Il assure également l isolation thermique et acoustique et la protection contre

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Maîtrise de l'énergie et environnement de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne

Plus en détail

Bâtiment et développement durable

Bâtiment et développement durable Bâtiment COUVREUR COUVREUR Le couvreur est le spécialiste des toits : il réalise ou répare les toitures, pose l isolation thermique sous le toit, met en place des fenêtres de toit ou des capteurs solaires,

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entrepreneuriat de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

ÉCO-RÉNOVER EN TOUTE SIMPLICITÉ

ÉCO-RÉNOVER EN TOUTE SIMPLICITÉ ÉCO-RÉNOVER EN TOUTE SIMPLICITÉ Mieux maîtriser les enjeux de la construction et de la rénovation durables Engagé dans une démarche éco-volontaire depuis ses débuts, Raboni lance le programme R+. Son objectif

Plus en détail

LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment

LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment DOSSIER DE PRESSE LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment Dans son parcours scolaire, l élève en fin de 3 ème a trois

Plus en détail

ANALY ANAL S Y E S PR

ANALY ANAL S Y E S PR ANALYSE PROSPECTI IVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS AUDA BATIMENT MÉTIERS DE LA PLOMBERIE NOVEMBRE 2014 1 1. L emploi 1 086 plombiers en 20122 soit 4% des salariéss de la production du

Plus en détail

BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE

BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE 26 FEVRIER 2013 BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE Contact presse : Colette Génin Tél : 01 44 82 48 84 e-mail : edf-presse@consultants.publicis.fr www.edf.fr EDF SA au

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2 Dossier de presse La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche Synthèse page 2 Le contexte de la campagne page 5 Le déroulement de la campagne page 7 Faits

Plus en détail

Après un Bac technologique STI Energie et environnement

Après un Bac technologique STI Energie et environnement Après un Bac technologique STI Energie et environnement Après le bac STI Filières SÉLECTIVES À L ENTRÉE IUT STS CPGE bulletins de première admission sur dossier notes des épreuves anticipées de français

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE GRENOBLE

CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE GRENOBLE Des écoles de la Chambre de commerce et d industrie de Grenoble IMT / INSTITUT DES MÉTIERS ET DES TECHNIQUES DOSSIER DE PRESSE visite des chantiers à l IMT 7 septembre 2012 Contact presse : laure.hochereau

Plus en détail

+ + Construction en bottes de paille. Professionnaliser. pourquoi, pour qui, comment? Réseau Français de la Construction en Paille

+ + Construction en bottes de paille. Professionnaliser. pourquoi, pour qui, comment? Réseau Français de la Construction en Paille Réseau Français de la Construction en Paille Construction en bottes de paille Professionnaliser pourquoi, pour qui, comment? Caractériser le matériau: des essais étrangers ou de partenaires Essais acoustiques

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Banque - Conseiller clientèle particulier de l Université d'avignon et des Pays de Vaucluse Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

!"#$%& % ' ( ) * ( " ) ( +, ) -" - $)+ ) ). ) /"& ) 1

!#$%& % ' ( ) * (  ) ( +, ) - - $)+ ) ). ) /& ) 1 !"#$%& '( ) * ( ")( +, ) -"$)+). /"&) 1 "$)+) Mission : mise en œuvre de la politique environnementale et recherche Champs : Energie et climat, Air et bruit, Déchets et sols, Consommation et production

Plus en détail

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec :

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? UN OUTIL pour la maîtrise des charges locatives

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENT QUALITE Référencement de l offre de formation en Pays de la Loire dans la cadre du projet «Mutations économiques et Transition

CHARTE D ENGAGEMENT QUALITE Référencement de l offre de formation en Pays de la Loire dans la cadre du projet «Mutations économiques et Transition CHARTE D ENGAGEMENT QUALITE Référencement de l offre de formation en Pays de la Loire dans la cadre du projet «Mutations économiques et Transition Energétique dans le BTP» I- CONTEXTE ET FINALITE La charte

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

Isolation... d une maison ancienne

Isolation... d une maison ancienne Photo F.Chevallereau Isolation...... d une maison ancienne comment s y prendre? L État : RT 2012? mais on est en 2014? Mes amis : Y a qu à mettre de la laine de verre! Mon voisin : Le polystyrène c est

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études Le diplômé peut occuper un des métiers suivants : Ingénieur d affaires avant-vente Ingénieurs d étude Consultant ingénieur informatique Ingénieur informatique études / développement

Plus en détail

Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER

Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER SERRURIER- MÉTALLIER Le serrurier-métallier travaille tout type de construction métallique : serrurerie, rampe d escalier, porte, fenêtre, véranda, pont, passerelle, pylône...

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION La Réunion île solaire, terre d'innovation Reunion island, innovation land LE DISPOSITIF «ÉCO-SOLIDAIRE» PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

Plus en détail

DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H

DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H Coordonnées des centres de formation : Centre de Formation Chambre de Métiers et de l Artisanat impasse Morère

Plus en détail

Les certificats d économies d énergie Le dispositif français

Les certificats d économies d énergie Le dispositif français Les certificats d économies d énergie Le dispositif français Une mesure phare de la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique 25/04/2006 Certificats d économies d énergie Mesure

Plus en détail

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Cahier des charges pour le dépôt des réponses À l attention des Organismes de Formation, Ajaccio, le 4 février 2015 Objet : Appel

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Cet appel à propositions bénéficie d un cofinancement sur les Fonds de l OPCA de la Construction, de la Région LR du Fonds Social Européen et de l

Cet appel à propositions bénéficie d un cofinancement sur les Fonds de l OPCA de la Construction, de la Région LR du Fonds Social Européen et de l Cet appel à propositions bénéficie d un cofinancement sur les Fonds de l OPCA de la Construction, de la Région LR du Fonds Social Européen et de l Etat SOMMAIRE 1. PREAMBULE... 3 2. ENGAGEMENTS PRINCIPAUX...

Plus en détail

Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés

Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés L Ef f icacité Énergétique et Environnementale en action sommaire Pages 4-5 Vos enjeux Pages 6-7 Une offre globale Pages 8-9 Notre

Plus en détail

écoconstruction bâtiment stages de perfectionnement développement des compétences et alternance

écoconstruction bâtiment stages de perfectionnement développement des compétences et alternance bâtiment écoconstruction stages de perfectionnement développement des compétences et alternance L AFPA au service de l intérêt général Pierre Boissier Directeur Général Depuis 60 ans, l AFPA a pour mission

Plus en détail

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014 DE TABLEAU de bord l énergie en île-de-france Énergies renouvelables Superficie Produits pétroliers Habitat 78-yvelines 95-val-d oise Électricité 92-hauts-de-seine m 2 93-seine-saint-denis Tep 75-paris

Plus en détail

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse en partenariat avec Dossier de presse Les rencontres emploi du maritime bretagne 1 er salon du recrutement maritime en région - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Contact presse : Alexandra

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

La dynamique de l économie verte. Les impacts en termes de métiers, de formations,

La dynamique de l économie verte. Les impacts en termes de métiers, de formations, DE : Hervé BALEN LE janvier 2014 Troisième Révolution Industrielle La dynamique de l économie verte. Ateliers prospectifs de l emploi 16 janvier 2014 Les impacts en termes de métiers, de formations, Ne

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion technique du patrimoine immobilier de l Université de Cergy- Pontoise - UCP Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l École Nationale Supérieure d Ingénieurs en Informatique, Automatique, Mécanique, Énergétique et Électronique

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et Plan Climat Energie Territorial GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et énergétiques? Plan de la réunion

Plus en détail

Les signes de qualité des entreprises du bâtiment

Les signes de qualité des entreprises du bâtiment Les signes de qualité entreprises du bâtiment Partie 1 : Les Qualifications, les Appellations Les signes de reconnaissance de la qualité acteurs sont repères (marques de certification, de, appellations,

Plus en détail

L Apprentissage à Sciences Po

L Apprentissage à Sciences Po L Apprentissage à Sciences Po L Apprentissage à Sciences Po g Une filière en développement Depuis 2006, Sciences Po développe activement ses formations en apprentissage. Sept masters proposent aujourd

Plus en détail

LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES. Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo

LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES. Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo 1 Etat des lieux : les énergies renouvelables, une mine d activités en devenir Dans un contexte de lutte contre le changement climatique,

Plus en détail

Reconnu Garant de l Environnement 2014

Reconnu Garant de l Environnement 2014 Reconnu Garant de l Environnement 2014 Chambre de Métiers et de l'artisanat du Cher Régis Mautré 40 rue Moyenne BP249 18005 BOURGES CEDEX Tél : 02.48.69.70.78 Fax : 02.48.69.70.69 Mail : r.mautre@cm-bourges.fr

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

Mise de jeu 2 La certification des formations

Mise de jeu 2 La certification des formations Mise de jeu 2 La certification des formations Une formation certifiante délivre un diplôme reconnu par le RNCP Le plus souvent, les formations certifiantes ou qualifiantes sont celles qui mènent à «un

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Conseiller-Gestionnaire de clientèle de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie?

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie? Contruire Basse Consommation : on y va? Rénovation des bâtiments communaux Comment mobiliser son gisement d économie? ASDER le 20 mars 2012 Définir le programme et les objectifs énergétiques et environnementaux

Plus en détail

Cabinets dentaires. Un soutien financier pour la formation professionnelle des salariés

Cabinets dentaires. Un soutien financier pour la formation professionnelle des salariés Cabinets dentaires 2006 Un soutien financier pour la formation professionnelle des salariés L OPCA PL......................................................................... 1 La formation des jeunes

Plus en détail

Le choix du système de chauffage dans les logements neufs

Le choix du système de chauffage dans les logements neufs Le choix du système de chauffage dans les logements neufs Constats et propositions Octobre 2007 D après une enquête conduite par Batim-Etudes auprès des maîtres d ouvrages (particuliers et professionnels)

Plus en détail