La banque idéale est au sein et au service de la communauté

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La banque idéale est au sein et au service de la communauté"

Transcription

1 360 L ACTUALITÉ FINANCIÈRE EN MODE PLEIN ÉCRAN Febelfin newsletter n 03 - mars 2015 édition spéciale PRÉFACE La banque idéale est au sein et au service de la communauté Chers collègues et amis, le troisième numéro de la newsletter 360 est le premier à paraître depuis que j ai accédé à la présidence de Febelfin. Il répond au même objectif que notre événement annuel nouvelle mouture : nouer un réel dialogue avec tous les segments de la société. Nous voulons jeter un regard honnête mais critique sur le secteur financier et surtout mettre en exergue l activité du banquier au sein et au service de la communauté. Lisez vite sur la page 2 : l interview avec le ministre des Finances et le gouverneur de la Banque Nationale de Belgique Pourquoi «au sein et au service de la communauté»? Durant la table ronde du numéro précédent de 360, je disais que les gens ne se levaient pas le matin en rêvant de gérer leurs affaires bancaires. Ils nourrissent des rêves et c est au banquier de contribuer à les faire aboutir. Notre économie a besoin d esprit d entreprise pour alimenter sa croissance, qu il s agisse pour une famille de trouver la maison de ses rêves ou pour un entrepreneur d accéder à un prêt pour s agrandir. Notre secteur entend soutenir cet esprit d entreprise et d initiative. C est la clé de la croissance, de la prospérité et de l emploi. Pas question d éluder le moindre tabou en ce domaine, que ce soit face à nos membres ou face à la société. La réforme du cadre et du contrôle financiers est presque achevée. Le moment est venu d analyser nos points forts et nos points faibles, sans dénoncer mais bien dans un esprit constructif. Ainsi, nous savons que l accès au crédit reste difficile pour les entreprises débutantes. Aussi voulons-nous, plus que jamais, lancer des initiatives destinées à améliorer l accompagnement des entrepreneurs. Mais renoncer aux tabous vaut dans les deux sens. Il faut rester suffisamment attentif à la rentabilité structurelle du secteur bancaire. Ce constat s inspire d une préoccupation légitime et non d une volonté de semer la panique. Le monde politique doit également refuser de s aveugler. Nous voulons que ce débat repose sur un dialogue ouvert et constructif. Nous sommes conscients que, pour exercer notre rôle dans la société, il nous faut le soutien du monde politique, des entrepreneurs et des employeurs. À cette condition seulement, le secteur pourra jouer un rôle positif dans l économie réelle. Le secteur bancaire doit à nouveau être considéré comme un allié et non comme un adversaire. Ces dernières années, diverses taxes ont affecté tantôt l un tantôt l autre modèle d entreprise. Cette situation a fortement mis le secteur à l épreuve sur le plan interne. Notre appel à l unité et au consensus s étend donc aussi à nos membres et à notre gouvernance interne. Seul un secteur qui joue la même partition en interne est en mesure de nouer un partenariat avec la société au sens large. Aller de l avant et miser sur les opportunités de demain, tel est à nouveau notre objectif. Ceci requiert une perspective, une vision de l avenir. Voilà pourquoi je me réjouis de constater que l accord de gouvernement fédéral évoque l avenir de Bruxelles comme place financière. Febelfin entend saisir cette main tendue. Si nous réussissons à dynamiser le know-how financier en Belgique, une nouvelle croissance attend le secteur financier, et avec elle la perspective de redevenir un moteur de croissance et d emploi. C est dans cet esprit que j espère remplir ma mission en tant que président de Febelfin ces trois prochaines années. J espère que nous pourrons œuvrer de concert à cet objectif! Rik Vandenberghe, Président de Febelfin 1

2 CONTENU QUESTIONS À Des administrateurs de Febelfin 5 CHIFFRES À L APPUI Le secteur en un clin d œil 6 CAPITAL À RISQUE Accès aisé pour les entreprises? 8 TABLE RONDE «C est injuste et même insensé de pénaliser éternellement les banquiers pour ce qui est arrivé» OCTROI DE CRÉDIT AUX PARTICULIERS Commentaire sur l étude de la KU Leuven 9 FEBELFIN ACADEMY Le nouvel environnement en ligne 10 Le premier a eu une longue carrière dans le journalisme et a rejoint - après un crochet par le secteur privé et la plate-forme d entreprises VKW - le gouvernement Michel I en tant que ministre des Finances. Le second travaille depuis plus de 40 ans à la Banque nationale de Belgique (BNB), dont il vient de devenir le gouverneur. Pour ce troisième 360, nous questionnons Johan Van Overtveldt et Jan Smets sur les banques, le paysage économique et financier d après-crise et le rôle de Bruxelles. LA PAROLE À Des journalistes financiers 11 POINT DE VUE Et dans les prochaines années? 12 SOUS L ANGLE DU WEB 12 COLOPHON Éditeur responsable : Thomas Van Rompuy Febelfin asbl Rue d Arlon Bruxelles Comité de rédaction : Isabel Renneboog Frederic Petitjean Thomas Van Rompuy Charline Gorez Concept et réalisation : Headline Publishing Vorstermanstraat 14a 2000 Antwerpen Merci d envoyer vos changements d adresse et réactions à Messieurs, vous venez tous les deux d endosser une nouvelle fonction importante. Comment avez-vous vécu cela? Johan Van Overtveldt (JVO) : Comme des montagnes russes. Mon passage du journalisme à la politique ne s est pas fait du jour au lendemain, mais cela a été assez vite. C est avant tout un honneur, mais c est aussi éprouvant. Sans une santé de fer, ce n est pas la peine de commencer car il faut gérer énormément de choses en même temps. Tout est nouveau et j apprends tous les jours. Ce qui est passionnant, par exemple, ce sont les contacts européens durant les réunions de l Eurogroupe avec d autres ministres des Finances ou les réunions ECOFIN (Conseil pour les affaires économiques et financières) : autant les discussions formelles qu informelles autour d un café. C est là que l on apprend le mieux à connaître le monde tel qu il est. Jan Smets (JS): C est aussi un grand honneur pour moi. En tant que nouveau gouverneur de la BNB, j exerce la responsabilité finale. Je fais aussi d office partie du directoire de la Banque centrale européenne et participe de ce fait aux décisions liées à la politique monétaire et au contrôle bancaire. En tant que gouverneur, on doit oublier d où l on vient et prendre les décisions en matière de politique monétaire en toute indépendance. JVO : Ce que je soutiens complètement. Les ingérences politiques ont rarement donné de bonnes politiques monétaires. JS: La BNB est une maison que je connais bien. La création de l euro et la politique monétaire commune ont changé la façon de travailler dans la Banque. Nous intégrons beaucoup plus nos actions dans l Eurosystème. Cette dimension internationale a gagné en importance. Le fonctionnement du directoire a aussi été influencé par le transfert du contrôle des banques et des assurances. C est une mission importante qui demande beaucoup de temps et d énergie. Quel regard portez-vous sur le paysage financier actuel? Y a-t-il eu un basculement culturel depuis la crise? JVO : J ai pu rencontrer quasiment tous les grands banquiers de Belgique et je sens que cette période a laissé des cicatrices. On s est rendu compte qu énormément d erreurs avaient été commises. C est déjà un changement en soi. Je crois que le moment est venu de capitaliser là-dessus. Pas pour abuser de ce sentiment, mais nous devons créer un cadre réglementaire dans lequel ancrer la conviction qu il faut éviter qu une telle chose ne se reproduise. Nous avons déjà amorcé le travail avec l Asset Quality Review, mais il reste encore du chemin à parcourir. Intellectuellement, j accepte difficilement la pondération en fonction du risque des actifs des banques, par exemple. La façon dont nous agissons maintenant, avec Bâle III, est déjà un pas en avant. Nous n avons pas encore trouvé le bon équilibre avec les risk weighted assets? JVO : Par rapport à , il y a déjà de gros progrès. Mais même si tout le monde est de bonne foi, ce que nous présupposons, le risque demeure. Simplement parce que le risque x «LES BANQUES BELGES ONT BIEN COMPRIS QUE DE GRAVES ERREURS AVAIENT ÉTÉ COMMISES DURANT LA CRISE.» - JOHAN VAN OVERTVELDT aujourd hui devient demain un risque x+1 ou x-1. Je n ai jamais oublié une étude qui mettait en corrélation les problèmes des banques face au total pur du bilan et au total du bilan pondéré en fonction des risques. Résultat : l évolution du bilan non pondéré indiquait quelles banques seraient en difficultés. Le lien était évident. En conclusion, nous devons maintenir notre système actuel de mesure. En matière de règlementation, la Belgique veut apparemment faire mieux que les autres. Mais laissons-nous suffisamment respirer les acteurs financiers belges? JS : La Belgique a connu des problèmes plus graves que bien d autres pays. Il ne faut donc pas Jan Smets, gouverneur de la Banque Nationale de Belgique, et Johan Van Overtveldt, ministre des Finances s étonner que la société réagisse aussi vivement. Les banquiers doivent comprendre que la stabilité, à laquelle toutes ces règles sont censées conduire, présente aussi des avantages. La vision classique qui veut qu elle soit nécessairement gênante ou affecte la compétitivité trouve de moins en moins d écho. Les mesures ne freinent pas le crédit à l économie réelle : les pays dans lesquels le crédit a le mieux résisté sont ceux où les banques sont restées solides et sont bien capitalisées. JVO : Je pense qu il est logique, après , de voir apparaître une culture qui veut se «venger» des banquiers. C est manquer de perspective. Il n y a pas qu un seul responsable. L idée de «leur donner une bonne leçon» me paraît absurde. C est injuste et même insensé de pénaliser éternellement les banquiers pour ce qui est arrivé. Toute personne sensée se rend compte qu une économie solide et la croissance vont de pair avec un secteur financier fort, qui dirige l épargne vers les investissements. Pour que les banques fonctionnent bien, un certain nombre de conditions doivent être remplies. Nous sommes beaucoup plus avancés à cet égard qu il y a cinq ou six ans. Donc personne ne gagnera à retourner le couteau dans la plaie. Passons à la rentabilité du secteur financier. Ne touchons-nous pas la limite, en termes de contribution bancaire? JVO : Les banques peuvent la critiquer, mais peut-être devraient-elle aussi faire quelques choix en termes de modèle commercial. Tout l univers de la finance et de la technologie est en mutation, Lisez la suite p

3 TABLE RONDE 3QUESTIONS À... DES ADMINISTRATEURS DE FEBELFIN JOHAN VAN OVERTVELDT (59) - Docteur en économie appliquée (Universiteit Antwerpen) et MBA (KU Leuven). - Devient journaliste pour Trends en Exerce plusieurs fonctions dans le privé et travaille pour la plate-forme d entreprises VKW - Revient chez Trends en 2010 comme rédacteur en chef - Est ministre des Finances depuis octobre 2014 «BRUXELLES PEUT JOUER LE RÔLE DE CENTRE FINANCIER MOYENNANT UN CADRE STABLE, UNE BONNE COLLABORATION ET UN DIALOGUE OUVERT.» - JAN SMETS Scannez ce QR code pour la version complète de cette table ronde JAN SMETS (64) - Licencié en économie (Universiteit Gent) - Débute en 1973 comme stagiaire à la BNB - Goûte à la vie politique comme chef de cabinet de Wilfried Martens et Jean-Luc Dehaene - Est gouverneur de la BNB depuis mars QUELS SONT LES GRANDS DÉFIS DANS VOTRE SEGMENT DE MARCHÉ? PATRICK KEUSTERS La multiplication des réglementations depuis la crise et MiFid II. Bien sûr, il faut des règles pour protéger les investisseurs, mais pour l heure, ces règles s appliquent sans distinction de métiers, de taille ou de méthodes de travail. L implémentation de ces dispositions et leurs aspects organisationnels s accompagnent de coûts majeurs. De plus, certaines réglementations créent des incertitudes juridiques et risquent d avoir des effets pervers. La numérisation est un deuxième défi de taille. 2 PATRICK KEUSTERS Managing Director Bank Degroof Représentant activités de niche (banques d affaires) DIRK WOUTERS CEO Bank J. Van Breda & Co. Représentant non-grandes banques DIRK WOUTERS Les défis pour le secteur bancaire sont aussi ceux des banques d épargne : courbe d intérêts plate, numérisation, réglementation et contributions. Pour les banques d épargne, ces dernières s élèvent à 10 % du produit bancaire, ce qui est intenable et déséquilibré. Aussi est-il bon que l accord de gouvernement veuille répartir ces contributions de manière plus équilibrée entre toutes les activités bancaires. Développer notre service au client pour mieux le satisfaire reste le principal enjeu. COMMENT DÉCRIRIEZ-VOUS LA VALEUR AJOUTÉE DE VOTRE SEGMENT DE MARCHÉ? WIM HAUTEKIET Président BNY Mellon Représentant prestataires d infrastructures financières WIM HAUTEKIET Maîtriser la complexité croissante dans toutes nos activités. Nous fournissons des services internationaux pour les institutions financières, les banques, les fonds de pension et les sociétés. Ceux-ci font appel à notre expertise durant tout le processus d investissement. Les autorités réglementaires suivent elles aussi nos activités de près. Cette complexité ne doit pas nécessairement être préjudiciable à nos clients. Nous recherchons et trouvons constamment de nouvelles solutions générant des rendements élevés. de même que la façon dont les gens gèrent leur argent. Je pense que certaines banques n ont pas encore fait leur choix quant à leur modèle commercial. C est difficile, mais ramener la rentabilité aux prélèvements est un peu simpliste. JS : La durabilité subit aussi la pression de la crise : si l économie ne tourne pas, les banques font moins de bénéfices. Les taux d intérêt très faibles réduisent encore les marges. Et il y a des choix stratégiques à faire : nouvelles activités, marges et tarifs réalistes, spécialisation dans des niches, autre canaux de distribution, réductions des coûts... De nombreuses banques mettent déjà cela en pratique et cela peut amener d autres regroupements. La croissance de l épargne semble doucement ralentir. Cela ne rend-il pas superflu le débat relatif à la fiscalité de l épargne? JS : L épargne ne diminue pas, c est la croissance qui ralentit. La nuance est de taille. Mais je pense qu il serait bon de repenser la dispense dont bénéficie le carnet d épargne. Elle ne stimule pas le financement indispensable des projets à long terme et renforce les risques de taux susceptibles de survenir en cas de revers soudain. Nous sommes partisans d un passage - certes progressif 4 - à une fiscalité plus large et plus neutre. JVO : Mais le bon sens et la réalité socio-économique veulent que l on répartisse cette dispense sur bien plus de produits et que l on fasse sauter le plafond. Pour l économie belge, ce serait une meilleure solution que de se focaliser entièrement sur une seule forme d épargne. Comment voyez-vous l avenir de Bruxelles en tant que centre financier? Comme capitale des véhicules de titrisation ou comme plate-forme de services qui apportent une valeur ajoutée directe à l économie réelle? JS : Ce genre de plate-forme repose sur un cadre stable, une bonne collaboration, un dialogue ouvert... Les produits de titrisation ont acquis une réputation de produits toxiques mais peuvent aussi être valables. Pour autant qu ils restent simples, transparents et axés sur l économie réelle. Peut-être y a-t-il là de nouvelles opportunités. Les PME belges ont des difficultés pour accéder aux marchés des capitaux : ils ne s adressent pas à elles, elles les connaissent mal, les coûts fixes sont élevés... Pourquoi les banques ne mettraient-elles pas leurs connaissances à profit en contribuant à mutualiser les risques pour leur donner accès aux marchés des capitaux? JVO : En Belgique, 80 % de l économie réelle sont financés par les banques et 20 % par les marchés. Aux États-Unis, c est l inverse. Sans doute l idéal serait d équilibrer les deux. Si vous pouviez encore vous souhaiter une chose l un à l autre, de quoi s agirait-il? JS : Bonne chance pour stimuler la croissance, comme notre banque centrale essaie de le faire dans le cadre du mandat de la BCE. Mais avec les leviers dont lui et ses collègues disposent : le retour à la stabilité budgétaire, pour retrouver les marges permettant de relancer l économie et le renforcement structurel du potentiel de croissance. JVO : Je souhaite à Jan, et un peu à moi-même aussi, une ouverture discrète. Il est important qu un gouverneur de la Banque nationale et un ministre des Finances restent en contact, dans le respect de la fonction et des compétences de chacun. Ce serait une manière de nous renforcer mutuellement, car les matières monétaires, fiscales et réglementaires ne sont pas isolées les unes des autres font ici quatre. Messieurs, merci pour votre temps, vos avis et votre sagesse. JVO : Dans l ordre! PATRICK KEUSTERS C est au niveau du service rendu au client que la valeur ajoutée des banques de niche se marque le plus. D un côté, il y a une logique produit, de l autre une approche client. La relation client est au centre de nos préoccupations. Les banques de niche sont focalisées sur quelques métiers spécifiques au contraire des grandes institutions généralistes. Elles ont un business model plus stable, leurs revenus provenant en grande partie de commissions récurrentes. Ce qui leur a d ailleurs permis de traverser la crise financière sans trop de soucis. DIRK WOUTERS Elle tient dans le lien de confiance avec nos clients. Nous le réalisons au travers de focus : un service régional, spécifiquement pour les ménages ou les entreprises et professions libérales. Nous travaillons souvent avec des agents indépendants développant des relations de clientèle stables, souvent par-delà les générations. Notre défi? Combiner numérique et proximité. On trouve sur internet des rendements intéressants. Mais pas de conseils d experts sur la partie d un patrimoine à placer idéalement sur un carnet d épargne WIM HAUTEKIET Confiance et fiabilité sont nos maîtres mots. Un principe de bonne gestion des risques, recueillant l adhésion de toute l organisation et dont la direction assume toute la responsabilité, est absolument vital. La réputation d une banque est son atout principal. 3 COMMENT VOYEZ-VOUS LE DIALOGUE ENTRE LES MILIEUX POLITIQUE ET FINANCIER? PATRICK KEUSTERS Il est parfois difficile de DIRK WOUTERS La confiance n est pas encore faire valoir nos besoins et contraintes rétablie : l opinion publique continue à spécifiques dans la mesure où les banques de stigmatiser «les banques». Pourtant, c est une niche ne représentent qu une faible proportion erreur de mettre tout le monde dans le même du secteur du point de vue de l emploi ou de la sac. Nous devons inverser la perception taille du bilan. Il faut donc bien reconnaître négative. Comment? Par de bons services, un que nous subissons des mesures qui ne sont comportement responsable, de la diversité pas adaptées à notre situation particulière. dans le paysage et des fonds propres suffisants. Nous comprenons les besoins du gouvernement mais nous avons aussi besoin de rentabilité pour renforcer en même temps nos fonds propres et le portefeuille de crédit. WIM HAUTEKIET Je considère ce dialogue comme particulièrement instructif. Même si nos objectifs sont autres, nos préoccupations sont les mêmes. BNY Mellon n est pas une banque retail et nous concevons sans doute les choses différemment, mais ce que nous apprécions assurément, c est que toutes les parties soient, dans un esprit d ouverture, toujours à la recherche de la solution idéale. 5

4 CHIFFRES A L APPUI BANK Epargne + Investissement BANK Octroi de crédit % Pensions 258 sur les carnets d épargne 229 en fonds de placement 1,9 d épargne sous forme de prêts-citoyen thématiques 4,3% de fonds durables 1.4 million de personnes constituent une épargne-pension via un fonds d épargne Aux ménages 192 Aux entreprises 116 Aux pouvoirs publics 85 Le financement bancaire ne constitue qu une partie des possibilités de financement. Les entreprises et les particuliers peuvent aussi s orienter vers des formes de financement alternatif comme les emprunts obligataires pour le financement de projets, le leasing ou le financement participatif. 36,3 via des emprunts obligataires pour le financement de projets 12,8 via le leasing % 0,002 via le financement participatif BANK 93% Paiements 531 millions de sessions de banque en ligne par an 10,1 1,3 millions d abonnements à la banque en ligne 1 million d abonnements à la banque mobile de l épargne est convertie en crédits (internet en mobiel) 1 milliard de virements agences milliard de paiements par carte 299 millions de retraits d espèces Ces services sont assurés par 103 banques en Belgique. Entre 2008 et 2014, ces banques ont connu de profondes réformes : Fonds propres (capital de base + réserves) Effet de levier 38,8% 25,6% 52,9% La rentabilité est mise sous pression du fait des nombreuses taxes, en 2014 : 6 7 % BANK Bilan 943millions (6x plus qu en 2007) Les données publiées correspondent aux derniers chiffres connus. Source : ABL, BCE, BeAMA, BNB et Febelfin

5 RECHERCHE FEBELFIN Capital à risque : comment améliorer notre position? Febelfin a créé en 2014 un groupe de travail chargé d examiner si les entreprises belges ont un accès suffisamment aisé au capital. Ce fut aussi l occasion d analyser le rôle que peuvent jouer les pouvoirs publics, les banques et les investisseurs. Scannez ce QR code pour l étude complète Les chiffres de la période indiquent que la Belgique perd du terrain en Europe dans le financement à risque : Les fonds recueillis pour le financement à risque ont été plus faibles ces dernières années en Belgique que chez la plupart de nos voisins. Pour rejoindre la moyenne européenne, les acteurs belges dans le domaine du capital à risque devraient porter leur activité de collecte de fonds moyenne sur une base annuelle de 330 millions à 1,050 milliard d euros. Le niveau des investissements consentis par les dispensateurs de capital à risque belges est également peu élevé, ce qui accroît la dépendance des entreprises à l égard du capital à risque étranger, voire même la possibilité de les voir tomber dans des mains étrangères. Avec une vingtaine de spécialistes actifs dans le capital à risque, comme des investisseurs, des professeurs d université et/ou des business incubators, Febelfin a examiné comment redéployer ce marché. 3 priorités majeures 3 priorités se sont dégagées des débats : Créer des facteurs environnementaux attrayants (juridique, fiscal, administratif ) Encourager l esprit d entreprise Consolider l offre de financement à risque et en améliorer l accès Cette dernière priorité a permis d examiner concrètement l offre vaste mais très fragmentée de capital à risque en Belgique. S il existe un large potentiel de développement, il faudra d abord passer par un processus long et difficile avant de définir le financier adéquat. Indépendamment de cela, force est de reconnaître que l offre de financement présente un certain nombre de lacunes. Lacunes de l offre Avec l introduction de la réglementation Bâle III et le renforcement des exigences de fonds propres en découlant pour les actifs à risque, les banques ont réduit (proportionnellement) leurs grands fonds de capital à risque. «STIMULER LE MARCHÉ DU CAPITAL À RISQUE A UN IMPACT DIRECT SUR LA CROIS- SANCE ET L INNOVATION. DEUX ÉLÉMENTS QUE NOUS RECHERCHONS!» Comme ce rôle n a pas été endossé par les autres parties du marché, il est aujourd hui plus difficile pour les entrepreneurs de se procurer des montants supérieurs à 1 million d euros. Les rounds de financement de plus de 1 million d euros présentent en effet un risque de concentration pour les fonds belges, dont la plupart ont une taille limitée. Ceci freine la croissance des entrepreneurs les plus expansifs ou les oblige à se tourner vers les investisseurs étrangers. La région joue aussi un rôle : en Flandre, il y a plus de capital à risque (privé). En Wallonie, l offre émane davantage, mais pas uniquement, des pouvoirs publics. Résultats de l étude L étude complète sera publiée sur le site de Febelfin. Qu y trouverez-vous? L approche de nos voisins. Une description détaillée des trois priorités. Des recommandations comme : des fonds de plus grande taille avec un management réputé, une plus grande participation des business angels et des investisseurs privés dans le capital à risque et une intermédiation entre demande et offre de capital à risque. L importance de l octroi de crédits pour l économie belge confirmé L octroi de crédits aux particuliers a un impact substantiel sur l économie belge. Si le crédit hypothécaire et le crédit à la consommation avaient connu une stagnation entre 1995 et 2013, le produit intérieur brut (PIB) sur une base annuelle en Belgique aurait été inférieur de 0,76 %. C est ce qui ressort d une étude récente du Prof. Dr. Nancy Huyghebaert de la KU Leuven sur l importance pour l économie belge de l octroi de crédits aux particuliers. Cette étude a été faite en collaboration avec l Union professionnelle du Crédit (UPC), une des cinq associations membres de Febelfin. Impact sur l économie belge D après les estimations, la croissance du PIB entre 1995 et 2013 aurait été inférieure sur une base annuelle de 0,76 % si l octroi de crédits n avait pas suivi (c est-à-dire une croissance des crédits à la consommation et hypothécaires égale à 0 %). Dans ce pourcentage, le crédit à la consommation occupe la plus grande part avec 0,72 %. Le crédit hypothécaire représente 0,04 %. Impact sur la consommation L étude de la KU Leuven indique qu en 2013, 10,41 % de la consommation ont été financés par le biais du crédit à la consommation (opérations à tempérament). Au fil du temps, ce chiffre a enregistré une hausse (limitée), mais a baissé depuis 2011 (à l époque 11,09 %). En 2013, le crédit à la consommation (opérations à tempérament) représentait environ 5,52 % du PIB. Ce chiffre connaît lui aussi une baisse depuis Par ailleurs, il apparaît que pour expliquer la progression de la consommation, une croissance des crédits à la consommation est plus importante qu une augmentation du revenu disponible des ménages. Importance pour les secteurs Les secteurs les plus influencés par le crédit à la consommation sont ceux de : l industrie automobile ; la production d appareils ménagers ; l industrie du meuble. Pour le crédit hypothécaire, le secteur de la construction est le plus impacté. Les crédits hypothécaires aident en effet les ménages à financer l achat, la construction et la rénovation de leur logement. Caractère procyclique des crédits à la consommation Une autre conclusion importante est que lorsque les ménages sont confrontés à une baisse de leur revenu disponible, ils ne vont pas compenser celle-ci en contractant davantage de crédit à la consommation. Dans un contexte économique incertain, les décisions d achat sont souvent reportées, alors même que les prêteurs évaluent aussi plus strictement la capacité de remboursement des emprunteurs. Plus d informations L étude se trouve sur le site de l Union professionnelle du Crédit rubrique Presse & stats > Dossiers & études > Importance du crédit. 8 9

6 Une nouvelle histoire en ligne pour Febelfin Academy En 25 ans d existence, la Febelfin Academy - l institut de formation du secteur financier - est devenue un partenaire reconnu pour les banques et les fonds paritaires. Cette expertise se reflète dans son nouveau site web mais aussi au travers de la plate-forme d apprentissage numérique Fa-cts. LA FEBELFIN ACADEMY EN UN CLIN D ŒIL : 1/3 de nos formations sont renouvelées annuellement SITE WEB participants par an Depuis deux mois, la Febelfin Academy dispose d un nouveau site web qui guide l utilisateur à travers son offre de formations : Plus complet, le site permet aux participants d effectuer des recherches de formations, de publier et de consulter des références, de partager des informations via les médias sociaux Coup d œil sur les formations INTRODUCTION AU MONDE FINANCIER Pour les néophytes du secteur financier ou pour les travailleurs en quête d un cours financier détaillé, la Febelfin Academy propose l e-learning «Introduction au monde financier». Cet outil guide les participants d une manière interactive à travers toute la gamme des produits, services et activités du secteur. Il aborde aussi l organisation d une banque et le cadre réglementaire. Ce e-learning vient d être entièrement remanié pour répondre encore mieux aux besoins des participants de 2015! 400 formations et workshops par an 350 formateurs constituent notre réseau PLATE-FORME D APPRENTISSAGE La Febelfin Academy peut aussi s appuyer sur sa plate-forme d apprentissage en ligne Fa-cts ou «Febelfin Academy Certification and Training Services». À partir de celle-ci, les participants peuvent suivre leur programme d apprentissage, consulter des cours suivis précédemment, réaliser des exercices, poser des questions en ligne aux formateurs ou demander leurs certificats. Les formateurs peuvent y suivre l évolution des participants ou consulter l évaluation de leurs cours. La plate-forme est accessible via le nouveau site web. INTERMÉDIATION EN ASSURANCES Depuis le 1er janvier 2015, afin de travailler comme intermédiaire en assurances, il faut pouvoir prouver ses connaissances en assurances via un examen centralisé. Febelfin Academy est l un des centres d examen agréés. Pour préparer l examen, elle propose une formule combinant plusieurs méthodes de formation (blended learning) : enseignement à distance individualisé via : - auto-apprentissage avec manuels - formation sur la plate-forme d apprentissage (e-learning) sessions de coaching optionnelles auprès de la Febelfin Academy ou dans l entreprise 94% le taux de satisfaction LEARNING, KEY FOR EDUCATION MIEUX GÉRER LE STRESS +300 formations Incompany sur base annuelle Le stress au travail peut s avérer positif mais lorsqu il est trop élevé, il devient souvent problématique. En effet, trop de stress est néfaste pour l équilibre et la résistance. La formation «Comment mieux gérer le stress?» touche à la meilleure gestion du stress. Les participants bénéficient d un plan d action personnalisé et d un coaching de suivi individuel. S appuyant sur leur propre expérience dans le secteur, les formateurs offrent aux participants un accompagnement idéal et des conseils pertinents et ciblés. STEFAAN MICHIELSEN De Tijd LA PAROLE À... DES JOURNALISTES FINANCIERS Quel regard portez-vous sur le monde de la finance en Belgique? D abord un regard curieux. La crise a profondément ébranlé le secteur financier belge. Lequel a dû affronter une réglementation plus stricte, un environnement économique difficile, de faibles taux d intérêt et des évolutions technologiques. Il est intéressant de voir comment les différents opérateurs ont appréhendé ces obstacles. Ensuite, je considère le secteur sous un angle critique : ses dérives ont contribué à faire le nid de cette crise. Les banques affirment avoir tiré les leçons. Mais est-ce vrai? Quel conseil voulez-vous donner aux dirigeants des banques belges? Sortez de vos tours d ivoire. Expliquez ce que font les banques, pourquoi vous prenez certaines initiatives... Ne soyez pas sur la défensive, ouvrez-vous. Ne vous déchargez pas de cette mission sur l organisation sectorielle, le département marketing de votre banque ou le service presse. Communiquez plus avec un large public au lieu de vous cantonner au cercle des décideurs politiques, des investisseurs institutionnels ou des grosses entreprises. Quelle est la question financière à laquelle vous n avez pas eu suffisamment de réponses? Pourquoi devrait-il y avoir un régime fiscal favorable pour les carnets d épargne? C est un facteur de rigidité du système, qui empêche l argent des épargnants et des investisseurs d alimenter de manière fluide l économie. Ce régime a pour conséquence que les banques se retrouvent avec des excédents d épargne. Il introduit une distorsion économique. Pourquoi les banques s y cramponnent-elles autant? Et ne me dites pas que c est pour protéger les épargnants. LIEVEN DESMET De Morgen Le journaliste financier : un métier à la croisée des chemins? Comme s il devait avoir une discordance entre le monde journalistique et financier? Le secteur financier se prévaut juste titre - de sa fonction sociétale. Présenter les choses de la sorte participe d une approche journalistique. Depuis la crise financière, le secteur suscite des suspicions légitimes. Dès lors qu une série de dossiers financiers ont un impact désastreux sur la société, cette suspicion continuera de prévaloir et les efforts d autorégulation du secteur se retrouveront annihilés. Quel conseil voulez-vous donner aux dirigeants des banques belges? Il serait particulièrement présomptueux, en tant que journaliste, d apporter une réponse sur ce point. Mais étant donné que rien de ce qui touche un homme ne nous est étranger : éloignez-vous sans restriction ni réserve de toutes malversations. La confiance des citoyens dans leur institution bancaire a été ébranlée. La seule bonne réponse à leur apporter désormais est de faire preuve d une totale transparence. Quel regard portez-vous sur le monde de la finance en Belgique? J adopte une double approche. J ai conscience que le paysage bancaire n est pas aussi homogène qu on le pense souvent. Et en même temps, l impact des grandes banques, tant sur le secteur financier que sur l économie, est immense. Je veux bien croire que certains puissent encore y voir une saine concurrence, mais j ai mes doutes. Je ne suis ni un nostalgique, ni un fanatique de l ancrage, mais que l essentiel de nos banques soient aux mains d actionnaires étrangers ne me paraît pas totalement rassurant. DOMINIQUE LIESSE L Echo Quelle est la question financière à laquelle vous n avez pas eu suffisamment de réponses? Les banquiers restent frileux dans leurs relations avec la presse quand il s agit de parler de leur état de santé. Ils se retranchent très souvent derrière la BNB pour expliquer leur refus de communiquer. Un sujet, par contre, sur lequel ils sont prolixes : le poids de la régulation qui pèse sur eux. Le journaliste financier : un métier à la croisée des chemins? Le journaliste a lui aussi dû apprendre de la crise. Il y a d abord eu des notions, qui de barbares sont devenues usuelles : CDO, swap, subprime Des mots jadis peu énoncés et qui maintenant monopolisent le devant de la scène. Puis, il a dû apprendre à lire entre les lignes d un bilan. Le journaliste doit décrypter le discours de l enseigne, sachant aussi que les banques ont souvent mauvaise presse et que chaque élément négatif sera amplifié et parfois détourné par l opinion publique. Quel regard portez-vous sur le monde de la finance en Belgique? Il y a un avant et un après Sans arriver au profil des acteurs anglo-saxons, nos grandes banques avaient un (très) gros appétit. Ce qui a précipité leur chute. La page des exubérances tournée, la finance belge s est recentrée sur son marché domestique, où l épargne séduit de nombreux étrangers, mais où les taux et le tour de vis réglementaire ne permettent plus les niveaux de rentabilité d autrefois. Le secteur doit donc se réinventer : on l entend s inquiéter des attentes des clients, il faut s adapter à un monde de plus en plus virtuel, tout en maîtrisant strictement ses coûts. Tous les cours et les dates de formation peuvent être consultés sur

7 POINT DE VUE La quête permanente d équilibre Cette année, cela fait environ 7 ans que la crise financière a éclaté dans toute son ampleur. Notre secteur a aujourd hui changé et peut porter un regard neuf sur cette période, tout en regardant franchement vers l avenir. Tout tient en un seul mot : équilibre. Le secteur financier se veut un secteur stable et durable au service de l homme, de la société et de l économie. Cependant, il est aussi important que le secteur soit perçu comme tel. Aussi devonsnous demeurer à l écoute des citoyens, des hommes politiques, des partenaires sociaux... Nous devons prendre le pouls de la société et, en tant que partenaire, percevoir ses ressentis. Comme je l ai dit : «un bon banquier a la tête froide et le cœur chaud». Certes, l activité bancaire relève pour une part du chiffre et de l analyse objective mais, en tant que banquier, nous devons essayer de percevoir la réalité que couvrent les chiffres. Etre attentif à tous Le secteur financier a aujourd hui affaire à une société toujours plus «responsable», dont les attentes et exigences sont plus affirmées. En tant que secteur, notre défi permanent est aussi d être à l écoute non seulement des actionnaires, mais aussi de toutes les parties prenantes : citoyens, hommes politiques, ONG... Tout en restant bien évidemment attentifs à la finalité de la réglementation et à la mission des instances de contrôle. S inscrire dans la révolution numérique Notre époque est marquée par l une des évolutions majeures de ces dernières décennies. Le critère d une agence bancaire physique évolue vers une dimension supplémentaire où les services bancaires sont disponibles en ligne 24/24h et 7/7 jours. Cette révolution numérique aura un impact profond sur les produits comme sur les services proposés par le secteur et marquera un tournant irréversible pour la société et l économie. Trouver un juste équilibre entre les deux versants de l activité bancaire, physique et en ligne, constitue un défi sans précédent. En tant que fédération sectorielle, nous tâchons de jeter des ponts entre nos membres et le monde politique, la société au sens large Nous veillons à concilier les aspirations et les besoins de chacun de ces maillons. Il va sans dire que notre rôle d intermédiaire requiert la diplomatie nécessaire et un équilibre naturel nous permettant d être reconnus par tous comme un partenaire. Ensemble, nous continuerons à bâtir le secteur financier de demain! Michel Vermaerke, Administrateur délégué de Febelfin SOUS L ANGLE DU WEB LES JEUNES DANS LE SECTEUR L objectif du plan jeunes du secteur bancaire? Révéler aux jeunes chômeurs de longue durée le secteur bancaire et leur proposer une formation et un stage sur mesure. Ce projet de deux ans se poursuit jusque fin CRÉDIT AUX ENTREPRISES? VOICI! Les entrepreneurs en quête de précisions sur les diverses formes de crédit pouvaient déjà consulter précédemment le site «Financement des Entreprises». Ce dernier vient d être adapté et répond ainsi encore mieux aux besoins des entrepreneurs! EUROPEAN MONEY WEEK Cette semaine a lieu la European Money Week de la Fédération bancaire européenne. Plus de 20 pays, dont la Belgique, présentent leurs initiatives en matière d instruction financière. L objectif? Améliorer l instruction financière en Europe. Infos sur Découvrez le nouveau site Informations sur 12 FEBELFIN ONLINE febelfin.be wefin.be jobsinbanking.be Dans votre prochain Tout tourne autour de la durabilité. Curieux de savoir comment le secteur financier gère cela? Découvrez-le dans notre prochain numéro.

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

credit crunch ou non?

credit crunch ou non? ANALYSE FEB Financement des investissements : credit crunch ou non? Octobre 2013 8,1% II recul des investissements en comparaison avec leur niveau le plus élevé avant la crise 13,9% II l augmentation de

Plus en détail

Le futur doit s ancrer dans l histoire

Le futur doit s ancrer dans l histoire Conférence de presse du 3 septembre 2013 Le texte prononcé fait foi. Le futur doit s ancrer dans l histoire Patrick Odier, Président du Conseil d administration, Association suisse des banquiers Mesdames,

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Défis pour un secteur financier belge au service de l homme et de l économie

Défis pour un secteur financier belge au service de l homme et de l économie Défis pour un secteur financier belge au service de l homme et de l économie Défis pour un secteur financier belge au service de l'homme et de l'économie 05.06.2013 1 Agenda 18h00 Accueil 18h15 Présentation

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Service actions et options

Service actions et options Rob Wilson/schutterstock.com Service actions et options Réussir ses investissements en actions exige du temps, des recherches et de la discipline. Le service actions et options de KBC Private Banking vous

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

The Promotion of Employee Ownership and Participation

The Promotion of Employee Ownership and Participation The Promotion of Employee Ownership and Participation Study prepared by the Inter-University Centre for European Commission s DG MARKT (Contract MARKT/2013/0191F2/ST/OP) Final report October 2014 French

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA Résultats exceptionnels d Argenta pour l année de crise 2011 La cinquième banque de Belgique n a pas désappris le métier du banquier de détail.

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION»

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» Février 2012 1. INTRODUCTION Depuis quelques années, la Justice s interroge sur la qualité de son fonctionnement. En novembre 2010, le

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION Document énonçant la position du CSEE sur la proposition de recommandation du Parlement européen et du Conseil établissant

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

Delta Lloyd Life lance le Relais de Générations

Delta Lloyd Life lance le Relais de Générations Communiqué de presse Delta Lloyd Life lance le Relais de Générations Les seniors aident les juniors à trouver leur place sur le marché du travail Bruxelles, le 1 er octobre 2013 À l occasion de la Journée

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER Mesdames, Messieurs, Avant d introduire mon rapport moral, je tiens à renouveler mes remerciements à l ensemble des

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Épargne vs investissement : épargner autrement

Épargne vs investissement : épargner autrement Épargne vs investissement : épargner autrement Yves Mathieu Université Saint-Louis Les contributions précédentes à cet ouvrage collectif ont abordé le thème de l épargne traditionnelle, de manière large

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu?

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu? Crédit et risque Profil de risque de l entreprise 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? Petit Robert : confiance qu inspire quelqu un ou quelque chose, opération par laquelle une personne met

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

Dix principes pour un crédit responsable

Dix principes pour un crédit responsable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Bruxelles, 09-10-2009 Dix principes pour un crédit responsable L'Union Professionnelle du Crédit, membre de Febelfin, la fédération du secteur financier,

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z.

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. 1 Mesdames et messieurs, Une gestion de fortune clairvoyante, réaliste et compétente

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

Forum Paris Europlace. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Pavillon d Armenonville. Mercredi 9 juillet 2014

Forum Paris Europlace. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Pavillon d Armenonville. Mercredi 9 juillet 2014 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Forum Paris Europlace Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Pavillon d Armenonville Mercredi 9 juillet 2014

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Single Euro Payments Area S PA

Single Euro Payments Area S PA Single Euro Payments Area S PA SEPA 3 Table des matières p.4 p. 6 p. 6 p. 8 p. 9 p.14 Qu est-ce que le SEPA? Pourquoi introduire le SEPA? Où le SEPA s applique-t-il? A partir de quand le SEPA s appliquera-t-il?

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER) en termes simples Présenté par ept notions simples pour mieux comprendre le REER : 1 2 3 4 5 6 7 Qu est-ce qu un REER? Combien pouvez-vous verser

Plus en détail

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION Découvrez comment le Social CRM peut travailler pour vous LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION 2 À PROPOS Au cours des dernières années, vous

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010

Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010 Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010 30 mars 2011 UCPF - 88 Avenue Kléber - 75116 PARIS Tél : 01.55.73.32.32 - Fax : 01.55.73.32.33 www.ucpf.fr - email : ucpf@ucpf.fr

Plus en détail

REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS

REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS Reinhold & Partners est une société de conseils spécialisée dans la mise en place et le support de sociétés de gestion

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE Révision des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de fortune La nouvelle version des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

mandats isr - developpement durable

mandats isr - developpement durable mandats isr - developpement durable Banque Neuflize OBC Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 383 507 453 euros. Siège social : 3 avenue Hoche- 75008 Paris 552 003 261 RCS

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

KU Leuven. Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge

KU Leuven. Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge Prof. Dr Nancy Huyghebaert Professeur Corporate Finance Département «Accountancy, Finance & Insurance

Plus en détail

ACCOMPAGNER LES FAMILLES EN SITUATION DE FRAGILITÉ FINANCIÈRE

ACCOMPAGNER LES FAMILLES EN SITUATION DE FRAGILITÉ FINANCIÈRE ACCOMPAGNER LES FAMILLES EN SITUATION DE FRAGILITÉ FINANCIÈRE L accompagnement des familles confrontées à des situations budgétaires tendues est l une des priorités de l action sociale des institutions

Plus en détail

Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité

Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité Présentation d'optima Fondée en 1991 Indépendante 13.160 clients au 01/09/2010 316 collaborateurs Leader sur le marché belge Bureaux à Gand et à Braine-l

Plus en détail

HOTELA : votre partenaire pour toutes les assurances sociales. Simplify your business.

HOTELA : votre partenaire pour toutes les assurances sociales. Simplify your business. 1 HOTELA : votre partenaire pour toutes les assurances sociales. Simplify your business. Table des matières 3 HOTELA : le portrait Par des entrepreneurs pour des entrepreneurs 4 HOTELA : les assurances

Plus en détail

L assurance-emprunteur

L assurance-emprunteur 26 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES L assurance-emprunteur présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Vendredi 24 janvier 214-1 L Observatoire

Plus en détail