ÉDITION 22 Décembre Informations sur les systèmes suisses de trafic des paiements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉDITION 22 Décembre 2004. Informations sur les systèmes suisses de trafic des paiements"

Transcription

1 ÉDITION 22 Décembre 2004 Informations sur les systèmes suisses de trafic des paiements Derniers développements dans le trafic international des paiements en euros EBPP en Allemagne et en Grande-Bretagne Instruments de paiement alternatifs sur Internet

2 Sommaire ClearIT, Edition 22 EDITORIAL 3 LA JUNGLE DES FRAIS DANS LE TRAFIC DES PAIEMENTS EN EUROS 4 Les frais pour les paiements Non-STP sont appliqués de manière très variée au sein de l UE. Yves Maas, responsable des opérations internationales auprès de Credit Suisse suit les discussions en cours, ainsi que les conséquences pour la Suisse. L IBAN SERA OBLIGATOIRE À MOYEN TERME EN SUISSE 7 Suite à la décision du Swiss Payments Council (SPC) d adopter l IBAN, plusieurs mesures sont à l ordre du jour. EBPP EN EUROPE 8 Electronic Bill Presentment & Payment (EBPP) est sur toutes les lèvres et pas seulement en Suisse. Un tour d horizon dans d autres pays européens indique que le chemin est tout tracé. ORDONNANCE SUR LE BLANCHIMENT D ARGENT UN THÈME DU SCOM 10 Le 18 ème Swiss Compliance Officers Meeting SCOM a donné aux 180 participants un aperçu général de la situation actuelle dans le domaine Compliance. INSTRUMENTS DE PAIEMENT POUR LE COMMERCE SUR INTERNET 11 A côté du mode de paiement traditionnel par cartes de crédit, de nouveaux processus de paiement spécifiques à Internet ont été élaborés au cours des dernières années. Finance IPNet: MIGRATION AU JOUR PRÈS 13 La migration vers la nouvelle infrastructure de communication de la place financière suisse a pu être menée avec succès dans un délai de 18 mois. payroute EN PRODUCTION 13 Après une phase pilote réussie, l exploitation productive de la nouvelle prestation DTA pour les banques a été lancée au début du mois de novembre. PROCÉDURES D AUTORISATION DE DÉBIT: UN NOUVEAU SERVICE 15 Les émetteurs de factures peuvent sous-traiter la gestion des formulaires pour LSV (banques) et Debit Direct (PostFinance). 2

3 Editorial CHÈRE LECTRICE, CHER LECTEUR, Single Euro Payments Area et la Suisse La création d un espace unique des paiements européens (SEPA) est désormais acceptée par l ensemble des représentants des différents groupes sectoriels. Ceci notamment du fait que la pression régulatrice gagne en intensité à tous les niveaux, y compris celui des lois. Les initiatives telles que CREDEURO (convention destinée à réglementer les paiements de masse transfrontaliers en euros), IBAN (International Bank Account Number à utiliser dans la zone EU) et ICP (Interbank Charging Practice Convention pour la zone EU) sont réunies sous le terme général SEPA, comme d ailleurs aussi les développements d infrastructures PE-ACH (établissement d un «Pan-European ACH» à l intérieur d EBA- STEP2), PEDD (développement d un «Pan-European Direct Debit» en prolongement de PE-ACH, EBA-STEP2) et TARGET2. Pour contrôler ces activités, un comité faîtier a été créé avec l European Payments Council (EPC). Ce comité ne cesse de gagner en importance, l ECBS (European Committee for Banking Standards) ayant par exemple été placé sous ses ordres. D une façon ou une autre, tous ces développements auront également un impact sur la Suisse. Une politique attentiste serait une grande erreur. Prenons l exemple de «TARGET», le réseau interconnecté de systèmes nationaux de clearing en euros des pays de l UE. Comme chacun sait, ce système n autorise pas à l heure actuelle une participation directe des utilisateurs en dehors de la zone UE. Si TARGET2, son successeur, devait permettre également une participation directe de membres non-ue ou non-eee et que les banques suisses seraient ainsi en mesure de s y raccorder directement, le concept de base et l organisation du système eurosic devraient être fondamentalement reconsidérés. Cet exemple montre que nous devons accompagner de manière proactive les développements européens et faire partie de tous les organes importants. D une part, pour accéder à des informations de première main et, d autre part, pour pouvoir s investir en vue d une politique d ouverture des systèmes. Avec le conseil d administration de Swiss Interbank Clearing SA (CA SIC SA) et le Swiss Payments Council (SPC), nous disposons aujourd hui en Suisse des structures nécessaires à la représentation ciblée de nos intérêts dans le trafic des paiements. Le CA SIC SA assume la responsabilité des décisions nécessaires quant à l infrastructure et met les moyens requis à disposition. Le SPC coordonne les activités de nos membres dans les comités étrangers et fait office de plate-forme pour l échange d informations, la discussion et la préparation des mesures à prendre. Les activités en Europe seront suivies de près, analysées en détail et débattues. Dans les années à venir, ces organes doivent également nous permettre de concrétiser une intégration appropriée et intelligente de la Suisse lors de nouveautés en Europe Jörg Auer, Managing Director UBS SA, Président du Swiss Payments Council (SPC) 3

4 SEPA ClearIT, Edition 22 LA JUNGLE DES FRAIS DANS LE TRAFIC DES PAIEMENTS EN EUROS ClearIT: Les choses semblent bouger au niveau européen en matière de frais liés aux paiements internationaux. Partagez-vous le sentiment selon lequel ces frais et leur facturation sont appliqués de manière très diverse? Yves Maas: En matière de créances Non-STP, une véritable jungle des frais prédomine en ce moment en Europe. Il n existe actuellement aucune réglementation homogène à l intérieur de l UE pour les pays out. Il arrive même que la qualification des paiements de Credit Suisse en tant que paiement STP ou Non-STP ne s applique pas de manière uniforme dans un seul et même pays. Le règlement (CE) 2560/2001 a grandement contribué à cette situation. Bien que les banques pourraient continuer à traiter les ordres de paiement comportant un BBAN (Basic Bank Account Number) correct avec leurs systèmes existants conformément à STP, ce type de paiement est encore considéré aujourd hui, par exemple en Espagne, comme un paiement Non- STP et des frais Non-STP correspondants sont perçus. Le montant des frais Non-STP facturés varie fortement d un institut à l autre. La situation n est donc pas clairement définie à l heure actuelle quant au nombre de banques en droit de facturer des frais pour les paiements Non-STP. Credit Suisse se voit-il exiger beaucoup de créances Non-STP? Une tendance à la hausse des créances Non-STP est constatée par Credit Suisse, ce qui implique également une augmentation des charges administratives. C est d ailleurs pourquoi nos exigences en matière de transparence vis-à-vis des prestataires de services se sont nettement accrues en ce qui concerne la qualité des données. Il s agit pour Credit Suisse de sensibiliser ses clients à cette question et de mettre en œuvre des mesures applicatives permettant d augmenter de manière permanente le taux STP dans le domaine des opérations transfrontalières et d obtenir un niveau adéquat. Des discussions en vue d une application homogène des frais sont en cours en ce moment auprès de l EPC (European Payments Council). Quels sont exactement les points débattus? Un groupe de travail de l EPC élabore actuellement une nouvelle ordonnance relative à l utilisation de l IBAN. Il est prévu de soumettre dans un premier temps le projet d ordonnance à l unité de coordination, puis à la formation plénière de l EPC. Les discussions doivent permettre de déterminer clairement quand et suivant quel calendrier de migration l IBAN deviendra obligatoire à l intérieur de l UE pour le trafic transfrontalier des paiements en euros. L un des scénarios possibles prévoit un plan- ning de migration en trois phases. Lors de la première phase, l utilisation correcte d un numéro de compte traditionnel, ou d un BBAN s il s agit d une banque intermédiaire n occasionnerait pas de «repair charges», tandis que dans une seconde phase le défaut d IBAN entraînerait la facturation de frais Non-STP suivant les accords bilatéraux entre l institut émetteur et l institut destinataire. La troisième phase prévoit enfin que tous les paiements transfrontaliers réalisés à l intérieur de l UE devraient mentionner l IBAN du bénéficiaire ainsi que le BIC de l institut bénéficiaire. Les banques ne pourraient BIOGRAPHIE SUCCINCTE Après ses études à l Université de la Sarre, sanctionnées en 1989 par un diplôme de langue, Yves Mass entre à la Cedelbank en tant que Customer Services Officer. Dix ans plus tard, ce père de deux enfants rejoint le Credit Suisse Private Banking, en qualité de responsable des opérations sur titres, où il est nommé Member of the Executive Board, Securities & Treasury IT & Operations, en Ce Luxembourgeois travaille auprès du Credit Suisse depuis presque trois ans maintenant. En tant que Member of the Management Committee Operations et responsable des External Relations/International Operations, il représente sa banque au sein des conseils d administration de SIS SEGAINTERSETTLE et de la Bourse Suisse SWX. Il est en outre membre du SWIFT Board et du G30 European Clearing and Settlement Moni-toring Group. 4

5 SEPA Photos: Fritz Hammer Yves Maas, Credit Suisse, lors de son entrevue avec ClearIT. Dans le domaine du trafic international des paiements, les frais pour les paiements Non-STP sont aujourd hui appliqués de manière très variée. L introduction prochaine d une réglementation homogène à l intérieur de l UE se profile toutefois à l horizon. La rédaction de ClearIT s est entretenue avec Yves Maas, responsable des opérations internationales auprès de Credit Suisse, au sujet de la situation actuelle et des discussions en cours au sein de l UE, ainsi que des conséquences pour la Suisse. 5

6 SEPA ClearIT, Edition 22 plus à partir de ce moment-là envoyer de paiements sans IBAN, car les systèmes de clearing ne les accepteraient plus. Les solutions examinées vont-elles dans la bonne voie? Pour quelle raison une solution commune est-elle à ce point controversée? Oui, la discussion est en bonne voie. Une réglementation de la migration en plusieurs phases offrirait d une part le temps de procéder aux adaptations nécessaires et empêcherait d autre part transitoirement que les transactions conformes STP n entraînent des «repair charges» par manque d IBAN. Une mise en application par étapes consentirait en outre une procédure réglementée dans le domaine des «repair charges», ce qui signifierait toutefois également que certaines pertes de recettes résultant des paiements transfrontaliers ne seraient plus entièrement compensées. Il est prévu de donner aux membres EEE/AELE la possibilité d adopter cette ordonnance si les commissions bancaires nationales respectives souhaitent associer leurs adhérents. En ce qui concerne le calendrier et l obligation, une solution commune est encore sujet à controverse, notamment du fait que de nombreux instituts financiers participant au projet ont des intérêts et des priorités divergents. Certains membres ne souhaitent plus accepter de paiements sans IBAN à partir de fin 2007, d autres à partir de début 2006 déjà. Les discussions ne concernent donc pas uniquement les Etats de l UE mais aussi les pays membres de l EEE/AELE. Qu en est-il des paiements en dehors de l EEE/AELE? Au cours de la mise en place de l espace des paiements européens (Single Euro Payments Area), les instituts financiers de l UE devront chercher des possibilités pour organiser le trafic des paiements de façon à ce que celui-ci reste profitable à partir de l uniformisation et de la baisse considérable des recettes sur frais qui l accompagne (en tenant compte des coûts pratiquement stables). Cet impératif tombe pour les pays out, étant donné que leur structure de frais et l encaissement des frais pour les opérations transfrontalières restent inchangés. Il est très difficile de prévoir à l heure actuelle de quelle manière va évoluer le trafic des paiements dans la zone non- EEE/AELE à long terme. Les standar- COMMENT LA SECB CONTOURNE-T-ELLE LES FRAIS NON-STP? Depuis l entrée en vigueur du règlement européen 2560/2001 en juillet 2003 (nondiscrimination entre un virement transfrontalier en euros et un virement national), les critères STP de l ensemble des banques de l UE se sont intensifiés. La SECB (Swiss Euro Clearing Bank) reçoit chaque mois une avalanche de demandes de la part de banques étrangères pour le paiement de frais Non-STP. Les «erreurs» mentionnées le plus fréquemment sont les suivantes: Le numéro de compte du destinataire n est pas un IBAN Communication dans le champ SWIFT 72 (communication banque à banque) La SECB refuse de verser une majoration, avec comme motif le fait qu il n existe aucun accord bilatéral avec les instituts financiers en matière de frais interbancaires, ni pour TARGET ni pour RTGS plus, et conseille les banques de débiter le bénéficiaire ou de faire valoir la créance directement auprès de la banque du donneur d ordre. Les banques acceptent tacitement cette procédure de prise de position. Toutefois, les factures mensuelles continuent d être présentées à la SECB (processus automatique), ce qui occasionne d immenses charges administratives. Susanne Eis, Swiss Euro Clearing Bank GmbH, Yves Maas: «Il est très difficile de prévoir à l heure actuelle de quelle manière va évoluer le trafic des paiements dans la zone non-eee/aele à long terme.» 6

7 SEPA disations locales, dont les travaux se poursuivent évidemment, constituent ici l exception. Dans quelle mesure l IBAN s est-il imposé en Suisse? Quelles sont les conséquences de ces discussions sur le futur développement de l IBAN? Bien que tous les systèmes du trafic des paiements de Suisse sont en mesure de traiter l IBAN depuis l automne 2000, le domaine national n est utilisé qu à hauteur de 1% environ. L intensification de la promotion de l IBAN vise deux buts: d une part, la réduction des coûts liés au traitement a posteriori des numéros de comptes propriétaires erronés et, d autre part, l adaptation des prescriptions à la réglementation européenne. Il ne fait aucun doute que l IBAN sera introduit en relation avec le SEPA. Les discussions en cours et les accords qui en résulteront devront être pris en compte pour la suite des travaux de promotion de l IBAN en Suisse. Gabriel Juri, Swiss Interbank Clearing SA, André Gsponer, Enterprise Services AG, IBAN SERA OBLIGATOIRE À MOYEN TERME Le Swiss Payments Council (SPC) s est prononcé, en mars 2004, pour la conversion des formats propriétaires de numéros de comptes en IBAN. Le groupe de travail PAM «STP dans le trafic des paiements» a entre-temps élaboré des mesures de conversion qu il a soumises au SPC. Lors de sa dernière réunion du 26 octobre 2004, le SPC a décidé que l IBAN sera de concert avec l UE probablement à partir de 2010 introduit obligatoirement pour le trafic des paiements suisses. En conséquence, les transactions STP sans IBAN transmises à partir de la date d introduction seront retournées (Rejects) aux débiteurs directement par les exploitants de systèmes de paiement ou Providers (Swiss Interbank Clearing, PostFinance). Les mesures complémentaires actuellement prévues sont les suivantes: Prestation unique d assistance pour la migration au début de la conversion Les établissements financiers et les clients importants bénéficient d un support pour le passage de leurs données de base vers l IBAN. Adaptation de justificatif L IBAN sera imprimé en lieu et place du numéro de compte propriétaire sur le bulletin de versement rouge des banques. Pour des raisons d ordre technique au niveau du traitement, la ligne de codage restera inchangée. Interfaces clients A compter d une date déterminée, seul l IBAN apparaîtra à tous les endroits où le client peut voir son numéro de compte (support papier, e-banking, cartes). Communication Toutes les parties concernées seront informées graduellement et en temps utile. Sur le plan interbancaire, des éléments d information modulables seront définis afin de permettre à chaque institut financier d annoncer lui-même le changement à ses clients. Tarification Une tarification dont les modalités n ont pas encore été établies sera introduite pour les cas dans lesquels l IBAN fait défaut et s appliquera au trafic des paiements tant national que transfrontalier. Le groupe de travail «STP dans le trafic des paiements» étudie actuellement une fenêtre de mise en œuvre des mesures susmentionnées. Hanspeter Kissling, Président du Product and Marketing Committee (PAM), Source: Information de base IBAN (www.iban.ch) 7

8 EBPP ClearIT, Edition 22 EBPP EN EUROPE Electronic Bill Presentment & Payment (EBPP) est sur toutes les lèvres et pas seulement en Suisse. Un petit tour d horizon dans d autres pays européens indique que le chemin est tout tracé. Quelque 27 milliards de factures sont expédiées chaque année dans l ensemble de l Europe et il ne fait aucun doute qu une partie de ce volume sera tôt ou tard traitée en recourant à la procédure EBPP. Plus de entreprises sont actuellement reliées à un réseau EBPP et environ 6 millions d Européens reçoivent un total de 190 millions de factures électroniques. Les prévisions pour 2005 se situent aux alentours de 280 millions de factures. Certains grands émetteurs de factures B2C atteignent déjà 10 à 30% de leurs clients par ce moyen. Ces chiffres éloquents montrent néanmoins aussi que le potentiel de ce marché n est de loin pas épuisé. L importance du paiement Les perspectives de succès et la façon dont EBPP est mis en œuvre dans un pays dépendent dans une large mesure des méthodes de paiement les plus fréquentes dans ce pays. Aux Etats-Unis par exemple, 70% des factures sont réglées par chèque. Raison pour laquelle le second P, à savoir le paiement, constitue dans ce cas l un des principaux facteurs du développement du marché EBPP. Dans les pays avec un degré élevé d utilisation des systèmes de recouvrement direct, le second P est par contre de moindre importance. Le rôle qu y jouent les banques dans le développement du marché EBPP est donc plutôt marginal. On peut citer ici à titre d exemple l Allemagne, avec en moyenne plus 8 de 50 paiements par recouvrement direct par habitant. Le second P joue en revanche un rôle plus important en Suisse, avec environ 5 paiements par recouvrement direct par habitant. Allemagne En Allemagne, les projets EBPP originellement mis en œuvre par les banques ne sont pas parvenus à s imposer et ont dû pour la plupart être rapidement stoppés. Par ailleurs, beaucoup de grands émetteurs de factures avaient réalisé des solutions internes (in-house), également appelées Biller Direct Models, avant que le remue-ménage autour de l Internet et de la messagérie électronique ne s effondre. Ceux-ci s efforcent aujourd hui de trouver un standard pour la fonction de consolidateur. En outre, ACTUALITÉS EN SUISSE: CLIENTS BANCAIRES ET POSTAUX ACCESSIBLES VIA UNE SEULE INTER- FACE Les deux prestataires EBPP que sont Pay- Net et PostFinance (yellowbill) donnent à leurs émetteurs de factures la possibilité d accéder à leurs clients bancaires et postaux via une seule interface. Chacun des deux prestataires a réalisé à cet effet un service de livraison vers l autre système pour les factures électroniques. Pour atteindre les clients bancaires et postaux, l émetteur de factures ne doit dorénavant se raccorder techniquement qu à l un des deux systèmes. Il s agit là d une étape importante pour la diffusion de la facture électronique en Suisse. Pour que les clients des deux systèmes lui soient accessibles, l émetteur de factures doit cependant conclure dans tous les cas une convention avec les deux prestataires. le standard EDIFACT est passablement répandu auprès des grandes entreprises. Rien ne les contraint

9 EBPP donc véritablement à opter pour un autre modèle. Actuellement, les principaux participants du marché sont First Businesspost et TietoEnator avec Sealsnet, ainsi que SIACON (Hypovereinsbank & Bayerische Landesbank), Landesbank Baden-Württemberg, Symplist et Deutsche Post. Une baisse substantielle des coûts étant possible avec EBPP, l arrivée sur ce marché d autres prestataires n est qu une question de temps. Ils se trouveront en concurrence aussi bien avec les protagonistes précités, qu avec les offres «Biller Direct» performantes, comme par exemple celle de Deutsche Telekom. Grande-Bretagne La Grande-Bretagne est un pionnier dans le segment de la facturation directe. Presque toutes les grandes entreprises de télécommunications, de distribution d énergie et d émission de cartes de crédit exploitent une plate-forme en ligne pour leurs propres factures. Dans le domaine B2C, le rôle de consolidateur se trouve encore à un stade précoce. Etant donné qu en plus du nombre relativement élevé des paiements par recouvrement direct le chèque est lui aussi très répandu, la solution symbolisé par le second P revêt donc dans ce cas également une importance considérable. D autres aspects, tels que les numéros de référence qui apparaissent en ordre dispersé sur la facture, dans différents formats et avec des indications distinctes, augmentent l importance de la gestion du paiement. Le pourcentage d erreurs et le travail de recherche qui en résultent sont très élevés. Les banques ont donc particulièrement intérêt à promouvoir le système EBPP. En avril 2004, la coopération du prestataire de paiements BACS Ltd. et du prestataire EBPP américain CheckFree était annoncé et en juillet Lloyds TSB et HSBC rejoignait ce projet. Avant cela, les banques et leurs sociétés communes APACS/BACS avaient mis en place durant quelques années un réseau national de paiement. La Grande-Bretagne dispose ainsi d une infrastructure de paiement sûre offrant des conditions idéales pour implanter rapidement les services EBPP. Le prestataire dominant est actuellement Open Business Exchange (OBE) avec son Service OB10. EBPP N EST PAS TOUJOURS EBPP Hélas, le marché n est pas toujours très scrupuleux avec les termes en usage. Il arrive fréquemment qu un service est désigné comme étant une prestation de consolidateur alors qu en réalité aucune banque de données commune n est utilisée pour les factures des différents émetteurs. Il s agit là plutôt d un Biller Service Provider avec filtre d agrégation. Il en va de même pour les nombreux services Paper-to- Data ou d archivage proposés pour les factures et désignés par le terme TFE (traitement des factures entrantes) qui sont présentés parfois sous le nom EBPP. Pour une meilleure vue d ensemble, Bruno Koch, collaborateur de la société Beweco (www.beweco.ch) et spécialiste du marché EBPP, a élaboré le modèle suivant: Adrian Sem, PostFinance, GLOSSAIRE B2B (Business to Business): désigne les échanges (électroniques) entre entreprises. B2C (Business to Customer): désigne les échanges (électroniques) entre entreprises et particuliers (consommateurs finaux). Biller Direct Models: l émetteur de factures présente les factures à ses clients directement sur son portail. Ces modèles de présentation ne tiennent généralement pas compte du paiement de la facture. Raison pour laquelle cette forme de présentation convient avant tout lorsque le paiement s effectue par recouvrement direct LSV. Consolidateur: l inverse du Biller Direct Model. Les factures sont consolidées de manière centralisée auprès d un fournisseur (Provider), par exemple yellowbill et PayNet. Les destinataires des factures peuvent traiter toutes leurs factures via un seul portail. 9

10 Compliance ClearIT, Edition 22 ORDONNANCE SUR LE BLANCHIMENT D ARGENT UN THÈME DU SCOM L ordonnance sur le blanchiment d argent était l un des principaux thèmes abordés lors du 18ème Swiss Compliance Officers Meeting SCOM du 23 septembre. SCOM est la conférence instituée en 1995 à l initiative de la Swiss Association of Compliance Officers SACO qui compte actuellement 450 membres environ. Devant un auditoire de 180 participants, cinq conférences spécialisées ont donné un bon aperçu de la situation actuelle dans le domaine Compliance. Les coûts occasionnés par les régulations constituaient un point essentiel de toutes les conférences. C est d ailleurs ce qui ressort de façon saisissante de l étude internationale menée par KPMG et selon laquelle d après l estimation des banques sondées les investissements pour la lutte contre le blanchiment d argent ont augmenté de 60% ces dernières années et continueront de croître de 43% supplémentaires au cours de ces trois prochaines années. Les facteurs de coûts les plus importants cités sont la surveillance des transactions et la formation. Sur la base des projets de réglementation de la CFB actuellement en cours (www.finweb.admin.ch), Dr Eva Le stand de Telekurs Financial lors de la conférence SCOM de Hüpkes a montré à l aide du nombre de textes de loi existants que la Suisse est soumise à un appareil législatif nettement moins important qu ailleurs, aux Etats-Unis ou en Angleterre par exemple. Les nouvelles réglementations devraient en principe être édictées avec les institutions régulées. Dr Renate Schwob (ASB) a parlé du «cauchemar de l application» de l ordonnance sur le blanchiment d argent et a avant tout défendu dans son intervention les objectifs de la réglementation qui doivent servir au renforcement de la place financière suisse et à la stabilité du système. En revanche, les «réglementations dont on ne voit pas l utilité sont rejetées». Le rôle du Compliance Manager pourrait par conséquent être celui d agir comme une araignée dans la toile législative. Ce que confirme également Jürg Nauser sur le stand de Telekurs Financial de l exposition du forum organisé dans le cadre de la conférence et où 14 entreprises ont présenté leurs solutions pour le respect des mesures de l ordonnance sur le blanchiment d argent. «Les Compliance Managers recherchent des produits conformes aux réglementations, qui donnent accès à une base de données si possible étendue, tout en fournissant une bonne délimitation des taux de rappel. Ce qui permet de contenir la vérification manuelle.» Les conférences des différents orateurs ayant pris part au SCOM sont disponibles sous forme électronique. Nous nous ferons un plaisir de vous les envoyer. Daniela Graichen, Telekurs Financial SA, PEP-CHECK: CONTRÔLE DES «POLITICALLY EX- POSED PERSONS» PEP-Check permet à un institut financier de se renseigner sur ses clients potentiels ou existants en recourant à des listes accessibles au public (listes noires et PEP). La vérification s effectue via une interrogation ad hoc ou une procédure par lots englobant l ensemble du fichier clients. Les sources de données externes peuvent être facilement intégrées au PEP-Check. Une délimitation efficace du nombre de réponses est assurée en utilisant des catégories d appréciation. Les utilisateurs du PEP-Check bénéficient des avantages d un prestataire soumis au secret bancaire. Les canaux de transmission de données cryptées offrent une sécurité optimale. Le contrôle PEP donne également la possibilité de procéder à une recherche anonyme sur Internet. Pour plus d informations sur le PEP-Check, rendez-vous sur le site ou envoyez un à l adresse

11 Products & Services Inhalt INSTRUMENTS DE PAIEMENT POUR LE COMMERCE SUR INTERNET Toujours plus d entreprises proposent leurs produits et leurs services par Internet. Cette tendance devrait persister à l avenir, à condition bien sûr que l utilisation commerciale du réseau Internet s accompagne d un traitement sûr et efficace des transferts d argent correspondants. A cet effet, des instruments de paiement existants, à savoir les cartes de crédit, ont d une part été adaptés et de nouveaux processus de paiement spécifiques à Internet ont d autre part été élaborés au cours des dernières années. Dans le domaine des cartes de crédit, deux solutions, SecureCode pour la MasterCard et Verified by Visa pour la carte Visa ont été lancées et peuvent être utilisées pour des achats par Internet en toute sécurité. Ces deux solutions se basent sur la technologie 3-D Secure. Les nouvelles procédures de paiement développées comprennent également les moyens de paiement mobiles (Mobile payments), qui peuvent être utilisés tant au point de vente que sur Internet, le téléphone mobile étant au centre de ce processus de paiement. A l exemple du système Paybox mis en place en Autriche pour effectuer des paiements à l aide du téléphone mobile. Afin d augmenter le niveau de sécurité des transactions Paybox, chaque payeur dispose d un NIP avec lequel il doit valider ses paiements. Parmi les nouveaux processus de paiement, il y a aussi FirstGate, un système basé sur Internet. Les entreprises de médias, ainsi que les agences dans le secteur de l information et de l image vendent notamment leur contenu Internet payant en recourant à la technologie développée par FirstGate. Les clients règlent la facture pour les prestations qu ils ont obtenues à la fin du mois, par recouvrement direct ou par carte de crédit. Un autre mode de paiement prévoit l utilisation des cartes prépayées (Prepaid). Swisscom Fixnet a lancé en juin 2004 une carte prépayée, pour les petits montants, appelée Easypay. Le client achète la carte Easypay à l avance et reçoit une carte ainsi qu un numéro Easypay avec lesquels il peut effectuer des paiements. Le prix du produit acheté est à chaque fois déduit du solde actuel de la carte. L un des instruments de paiement en ligne les plus fréquemment répandus PayPal est principalement utilisé par les firmes de vente aux enchères par Internet. Paiements en ligne PayPal Les cartes de crédit peuvent être utilisées uniquement pour un achat direct auprès des entreprises (désignées par le terme Merchant) enregistrées chez un acquéreur de partenaires affiliés acceptant les cartes de crédit. Etant donné que les opérations de vente aux enchères servent pour le moment au commerce entre particuliers mais que ceux-ci ne peuvent pas accepter de paiement par carte de crédit, ce moyen de paie- LES SYSTÈMES DE PAIE- MENT PAR INTERNET NE SONT PAS SUR VEILLÉS PAR LA BNS Comme spécifié dans la Loi sur la Banque nationale et l Ordonnance sur la Banque nationale, l activité de surveillance de la Banque nationale suisse (BNS) se focalise sur les systèmes de traitement des paiements et des titres comportant des risques systémiques pour le marché financier suisse. Les instruments de paiement de masse utilisés en premier lieu sur Internet ne sont donc pas inclus dans l activité de surveillance de la BNS. Les systèmes de paiement de masse de ce type sont avant tout liés à des questions concernant les rapports de concurrence et la protection des consommateurs qui sont du ressort d autres autorités. La BNS suit néanmoins de près les développements dans le domaine des paiements de masse. ment ne convient pas pour les enchères sur Internet. Les possibilités de règlement par virement bancaire ou par chèque présentent un désavantage majeur, à savoir que l envoi du produit et le transfert du montant à payer ne peuvent pas être synchronisés et qu un acte frauduleux peut être aisément commis, aussi bien du 11

12 Products & Services ClearIT, Edition 22 côté de l acheteur que de celui du vendeur. PayPal a été lancé sur le marché pour obvier à cet inconvénient lors des transactions entre particuliers. Lorsqu un acheteur parvient à s adjuger un produit, par exemple à travers la firme de vente aux enchères ebay, il accède par un clic de souris au site sécurisé de PayPal où il peut s enregistrer et ouvrir un compte. Le client peut ensuite verser le montant souhaité sur son compte PayPal à l aide de sa carte de crédit ou moyennant un virement bancaire. En cas de vente par adjudication, PayPal se charge de débiter le compte de l acheteur et de créditer le montant correspondant sur le compte du vendeur. Le vendeur a ainsi la garantie que le prix de vente a effectivement été réglé. Il peut laisser l argent encaissé sur son compte PayPal et l utiliser pour d autres transactions via Internet ou le faire virer sur un compte bancaire ordinaire. Aux Etats- Unis, certains utilisateurs ont également la possibilité de solliciter une carte de débit PayPal MasterCard qui leur permet de retirer leur avoir en compte PayPal aux distributeurs automatiques d argent. Si le compte PayPal n est pas ou pas assez approvisionné pour le règlement d une transaction, PayPal débite automatiquement la carte de crédit de l acheteur ou, dans certains pays, le compte bancaire ordinaire du client par recouvrement direct. L avoir laissé par le client sur son compte PayPal ne génère aucun intérêt car PayPal ne possède pas de licence bancaire. Les avoirs en compte ne sont pas non plus assurés légalement. Ce mode de paiement en ligne simple et sûr peut également être utilisé pour les transactions transfrontières. PayPal permet en effet d effectuer des paiements dans les monnaies suivantes: USD, EUR, GBP, CAD et JPY. Outre les opérations de vente aux enchères, PayPal peut aussi servir aux transactions entre titulaires d un compte PayPal, par exemple pour des collectes. Pour qu une personne puisse bénéficier de la prestation de service de PayPal, elle doit fournir ses données personnelles et disposer d une adresse , d un compte bancaire et, éventuellement, d une carte de crédit. Afin de garantir la confidentialité des données, ces dernières sont transmises via un site protégé par un cryptage SSL (Secure Socket Layer). En 2002, PayPal a été adopté par ebay la plus grande firme de vente aux enchères. PayPal est actuellement l instrument de paiement le plus répandu dans le monde pour les enchères en ligne. Il est déjà disponible dans 45 pays et compte quelque 50 millions de titulaires de compte. La firme de vente aux enchères en ligne ebay propose le mode de paiement PayPal aussi en Suisse depuis juillet Toutefois, les paiements ne peuvent pas encore être effectués en francs suisses. Martina Glaser, Banque nationale suisse, Francesco Re, Banque nationale suisse, 12

13 Products & Services Finance IPNet: MIGRATION AU JOUR PRÈS Depuis le 1er octobre 2004, tous les établissements financiers raccordés au système SIC ou eurosic sont en liaison avec les prestations de Swiss Interbank Clearing à travers le réseau moderne Finance IPNet. Finance IPNet est une infrastructure de communication moderne pour les clients des prestations de Telekurs Group et de SIS Group. Comme planifié, la migration de la technologie X.25 de TELOS net, obsolète et onéreuse, vers Finance IPNet a pu être menée avec succès dans un délai de 18 mois. Ceci notamment grâce à l esprit de partenariat de tous les participants, axé sur les solutions pragmatiques. La souplesse de l infrastructure permet aux établissements financiers d adapter de manière simple et efficace les configurations de Finance IPNet et de répondre ainsi à des exi- gences élevées. Il peut s agir notamment de l augmentation de la disponibilité d une connexion au moyen d un raccordement «dual carrier» ou de l extension de la capacité de débit. Dave Brupbacher, Swiss Interbank Clearing SA, payroute EN PRODUCTION Après une phase pilote réussie, l exploitation productive de la nouvelle prestation DTA pour les banques a été lancée au début du mois de novembre. La nouvelle prestation payroute a été développée en vue de l arrêt du traitement DTA centralisé, à la demande d une quarantaine de banques, même si les banques mettent généralement à disposition de leurs clients leurs propres interfaces de livraison (par ex. via Internet) pour l envoi des fichiers DTA. Grâce à cette solution, Swiss Interbank Clearing peut continuer à accepter les paiements DTA sous forme électronique, à valider les fichiers de données et à les transmettre directement à la banque mandatée pour un traitement ultérieur. Succès de la phase test et de la phase pilote Une équipe de projet composée de quatre représentants bancaires et de Swisscom IT Services (exploitante du logiciel des banques membres de la coopération AGI) a élaboré ce printemps les spécifications fonctionnelles sous la direction de Swiss Interbank Clearing. Après des premiers tests et une phase pilote réussie avec les Banques Cantonales de Thurgovie (BCT) et de Saint-Gall (BCSG), la version productive de payroute est disponible depuis le 1 er novembre. Swiss Interbank Clearing SA s est fixée comme objectif de raccorder toutes les banques intéressées à la nouvelle prestation payroute d ici à l automne Gottfried Keller, Swiss Interbank Clearing SA, 13

14 Products & Services payroute DU POINT DE VUE DES BANQUES PILOTES Depuis le début des années nonantes, nous proposions à nos clients des canaux de transmission directs pour la livraison des paiements DTA à travers DTA-Direct, cantoconnect ou Internet. Pour des raisons ClearIT, Edition 22 prendre et à intégrer dans les applications proposer aux clients DTA un canal de trans- de notre trafic des paiements. La comparai- mission par l intermédiaire de Swiss Inter- son des coûts entre payroute et la presta- bank Clearing en complément de nos pre- tion DTA actuelle fournit un cadre positif, en stations basées sur Internet. En encoura- dépit des frais de transaction SIC supplé- geant nos clients à utiliser une libération mentaires dus pour une partie des paie- électronique des ordres nous pourrons de ments. surcroît automatiser le traitement. Nos Grâce à payroute, nous disposons d un clients apprécient la flexibilité et ils sont produit qui nous donne la possibilité de bien en droit de l exiger de notre part. d ordre stratégique et afin d optimiser les coûts, nous avons par la suite décidé de proposer à nos clients uniquement le canal de transmission Internet. Suite à notre décision, nous n étions plus en mesure de répondre à tous les souhaits de nos clients, et notamment les grands clients tels que les centres de calcul ou les fiduciaires qui désirent avoir un SinglePoint of Contact pour la livraison et le soutien, comme cela est proposé par d autres instituts financiers. Avec l arrêt du traitement DTA centralisé annoncé pour fin 2005, la problématique des adaptations rendues de ce fait nécessaires auprès de nos clients était un thème permanent lors de nos entretiens avec ces derniers. Nos collègues en avaient d ailleurs aussi fait l expérience auprès d autres instituts financiers. C est pourquoi, la solution qui nous a été présentée au printemps avec le concept payroute arrivait tout à fait à propos. Etant donné que nous gérons notre trafic des paiements au sein de la coopération AGI avec huit banques cantonales, les Banques Cantonales de Thurgovie et de Saint-Gall ont tout de suite accepté de participer au projet en tant que banques pilotes avec l association des spécialistes en informatique de Swisscom IT Services. Nous constatons aujourd hui avec satisfaction que les adaptations informatiques sont nettement moins importantes que celles escomptées. Les structures d enregistrement fortement réduites sont faciles à com- 14 Heinz Kohler (gauche) et Hanspeter Sauter des Banques Cantonales de Saint-Gall, resp. de Thurgovie.

15 News PROCÉDURE AUTORISATION DE DÉBIT: UN NOUVEAU SERVICE Les émetteurs de factures peuvent sous-traiter la gestion des formulaires pour les prestations LSV (banques) et Debit Direct (PostFinance) à Document Services. Plusieurs entreprises de renom recourent déjà au «Service des autorisations de débit LSV ou DD» de Document Services. Par exemple, Cablecom GmbH qui était auparavant confrontée quotidiennement au volume de documents entrants. Les processus de traitement sont certifiés ISO 9001:2000 et garantissent une production de haute qualité, ainsi qu un traitement sûr et confidentiel des ordres. Les formulaires envoyés à Document Services par les clients de l émetteur de factures font l objet d un contrôle d intégralité et si possible d exactitude. Les documents physiques sont ensuite transmis à l office postal ou à la banque. A l issue de toutes les vérifications, les documents complets sont scannés et transférés dans le système d archivage pour d éventuelles clarifications ultérieures. Afin que l émetteur de factures puisse intégrer la procuration dans son système, il reçoit chaque semaine de la part de Document Services un fichier par qui lui permet de mettre ses données de base à jour. Un «Online Retrieval Service» lui est également proposé en option pour lui donner la possibilité de récupérer à tout moment ces formulaires. Louis Soguel, DocumentServices SA, 15

16 L apéritif offert par Swiss Plus dans le cadre de la conférence annuelle SWIFT Sibos, organisée cette année à Atlanta du 11 au 15 octobre, est désormais une tradition. Le président du conseil d administration de Telekurs Stephan Zimmermann a vanté les atouts de la «Swiss Value Chain», l infrastructure du marché financier suisse, devant un nombreux rassemblement d illustres banquiers. IMPRESSUM ÉDITEUR Swiss Interbank Clearing SA, Hardturmstrasse 201, CH-8021 Zurich COMMANDES/FEED-BACK ÉDITION N 22 Décembre 2004 Paraît régulièrement Tirage en allemand (1300 exemplaires) et en français (400 exemplaires) ainsi qu en anglais (seulement sous forme électronique sur CONSEIL André Bamat, directeur, Swiss Interbank Clearing SA, Christian Bieri, RBA, Armin Brun, PostFinance, Susanne Eis, SECB, Andreas Galle, Swiss Interbank Clearing SA, André Gsponer (responsable), Enterprise Services AG, Gabriel Juri, Swiss Interbank Clearing SA, Peter Kunz, Credit Suisse, Michael Montoya, UBS SA, Ueli Strüby, BCV, Andy Sturm, BNS TRADUCTIONS français: Word + Image, anglais: HTS PRÉSENTATION Mirjam Steiner Werbeagentur IMPRESSION Service des documents Telekurs CONTACTS Centrale SIC , Centrale eurosic , Gestion de produits , Centrale SECB , Customer Service SECB Vous trouverez d autres informations sur les systèmes suisses de trafic des paiements sur le site Internet ÉQUIPE DE RÉDACTION André Gsponer, Enterprise Services AG, Andreas Galle, Gabriel Juri (responsable) et Christian Schwinghammer, Swiss Interbank Clearing SA 16

UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités.

UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités. ab UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités. Sommaire Opérations de paiement et gestion des liquidités sur mesure 3 En Suisse et au-delà des frontières 4 Gestion de trésorerie

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

Harmonisation du trafic des paiements en Suisse L offre du Credit Suisse reste diversifiée et axée sur la clientèle

Harmonisation du trafic des paiements en Suisse L offre du Credit Suisse reste diversifiée et axée sur la clientèle Harmonisation du trafic des paiements en Suisse L offre du Credit Suisse reste diversifiée et axée sur la clientèle Pourquoi la Suisse harmonise-t-elle le trafic des paiements conformément à la norme ISO

Plus en détail

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens Direction des affaires économiques de la CGPME SEPA (Single Euro Payment Area) Harmonisation des moyens

Plus en détail

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. SEPA, mode d'emploi tout savoir sur l'espace unique de paiement en euros Qu'est-ce que SEPA? Qu est-ce que SEPA change pour les entreprises? [Qu est-ce que SEPA?] SEPA (SingleEuroPaymentsArea - Espace

Plus en détail

LEON: en route vers la mise en œuvre

LEON: en route vers la mise en œuvre LEON: en route vers la mise en œuvre «Swiss Banking Operations Forum» Boris Brunner, responsable du projet LEON, SIX Interbank Clearing SA 5 mai 2015 Page 1 Potentiel 500 000 000 4 000 000 500 000 250

Plus en détail

Les paiements et le trafic des paiements Dossier destiné aux écoles de l enseignement secondaire

Les paiements et le trafic des paiements Dossier destiné aux écoles de l enseignement secondaire Les paiements et le trafic des paiements Dossier destiné aux écoles de l enseignement secondaire Auteur: Vera Friedli, Berne Le réseau des médias pédagogiques interactifs Sommaire Eléments de base: Les

Plus en détail

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 1 SEPA pour les consommateurs - en bref Qu'est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA) ou espace

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

NOUVEAU! SEPA Service Center

NOUVEAU! SEPA Service Center NOUVEAU! SEPA Service Center SEPA : un nouveau challenge pour votre entreprise! Une uniformisation progressive des instruments de paiement au sein de l Union européenne Avec le projet SEPA Single Euro

Plus en détail

L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA»

L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» dès le 1 er février 2014 SEPA 2014 L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» dès le 1 er février 2014 Après le passage à

Plus en détail

Migration du trafic des paiements en Suisse

Migration du trafic des paiements en Suisse Migration du trafic des paiements en Suisse «Swiss Banking Operations Forum» Roger Mettier, responsable des Payments Solutions, Credit Suisse SA 1 Sommaire Statut dans le domaine des justificatifs Suppression

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Comment bien réussir votre migration SEPA? (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso Opérationnel) Au 1 er février 2014, tous les virements et prélèvements seront

Plus en détail

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA SEPA info Nous avons anticipé les impacts de ces évolutions de Place sur nos relations «banque à client». Nous vous tiendrons donc périodiquement

Plus en détail

LEON: plus d'avantages par synergie

LEON: plus d'avantages par synergie LEON: plus d'avantages par synergie «Swiss Banking Operations Forum» Boris Brunner, SIX Interbank Clearing SA, chef de projet LEON 6 mai 2014 Page 1 Machine de remplacement ou mise en commun de la production?

Plus en détail

Réussir votre migration à SEPA. Mode d emploi à destination des entreprises

Réussir votre migration à SEPA. Mode d emploi à destination des entreprises Réussir votre migration à SEPA Mode d emploi à destination des entreprises Migrer à SEPA : c est indispensable! Après le passage des marchés financiers (1999) et de la monnaie (2002) à l euro, l Europe

Plus en détail

Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs

Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs clientèle ENTREPRISES Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs Valables dès le 1 er janvier 2014 Proche de vous Des solutions à vos besoins En tant que partenaire financier de référence des entreprises

Plus en détail

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS?

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? 1. SEPA pour les consommateurs - en bref Qu est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA)

Plus en détail

MasterCard Corporate Card Régler efficacement les dépenses commerciales

MasterCard Corporate Card Régler efficacement les dépenses commerciales MasterCard Corporate Card Régler efficacement les dépenses commerciales Une entreprise du Groupe Aduno www.aduno-gruppe.ch Gain de temps et économies dans la gestion des frais Courir après les notes de

Plus en détail

Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application

Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application abcdefg 3 e département Zurich, le 1 er juin 2010 Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application La Banque nationale suisse () doit notamment faciliter et assurer le bon

Plus en détail

Le virement SEPA, c est maintenant

Le virement SEPA, c est maintenant JUILLET 2014 ENTREPRENEURS N 6 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le passage à SEPA PAIEMENT LES MINI-GUIDES

Plus en détail

Le virement SEPA, c est maintenant

Le virement SEPA, c est maintenant JUILLET 2014 EnTrEPrEnEurS n 6 PAiEmEnT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le virement SEPA, c est maintenant 2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Single Euro Payments Area S PA

Single Euro Payments Area S PA Single Euro Payments Area S PA SEPA 3 Table des matières p.4 p. 6 p. 6 p. 8 p. 9 p.14 Qu est-ce que le SEPA? Pourquoi introduire le SEPA? Où le SEPA s applique-t-il? A partir de quand le SEPA s appliquera-t-il?

Plus en détail

Gestion des e-mails par ELO

Gestion des e-mails par ELO >> La gestion du cycle de vie du courrier électronique comme La bonne décision pour aujourd hui et pour demain Les solutions de gestion du contenu d entreprise (Enterprise Content Management/ECM) de ELO

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS

Plus en détail

KBC-Online for Business

KBC-Online for Business KBC-Online for Business Découvrez KBC-Online for Business. L automatisation ne peut plus être dissociée de la vie quotidienne, ni surtout de la vie économique. KBC prend les devants et met à la disposition

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES La réforme européenne sur les prélèvements (Règlement SEPA, pour Single Euro Payments Area) entre en vigueur dans quelques mois (1er août 2014). Ce nouveau système de

Plus en détail

ABACUS ENTERPRISE LOGICIEL DE GESTION

ABACUS ENTERPRISE LOGICIEL DE GESTION ABACUS ENTERPRISE LOGICIEL DE GESTION ABACUS ENTERPRISE LOGICIEL SUISSE POUR PME Travailler mieux avec un logiciel de gestion suisse qui a fait ses preuves > A fait ses preuves dans plus de 30 000 entreprises

Plus en détail

Migration ISO 20022 du trafic des paiements en Suisse

Migration ISO 20022 du trafic des paiements en Suisse Migration ISO 20022 du trafic des paiements en Suisse «Swiss Banking Operations Forum» Andreas Galle, responsable Business Management, SIX Interbank Clearing SA 5 mai 2015 Initiative Migration du trafic

Plus en détail

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros)

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) L essentiel du SEPA Présentation du SEPA Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) Après la mise en place de l euro, l harmonisation européenne se poursuit avec

Plus en détail

Domiciliations SEPA FAQ

Domiciliations SEPA FAQ Domiciliations SEPA FAQ Découvrez les questions les plus fréquemment posées sur les domiciliations SEPA : cliquez dessus pour arriver directement à nos réponses! 1. Qu est-ce que la domiciliation SEPA

Plus en détail

CARTES DE CREDIT CARTES DE CREDITS BCVS CARTES PREPAID CARTES EN MONNAIES BUSINESS CARD

CARTES DE CREDIT CARTES DE CREDITS BCVS CARTES PREPAID CARTES EN MONNAIES BUSINESS CARD Tarif des frais GESTION DES COMPTES Compte courant 1 de gestion CHF 0.40 par opération de bouclement CHF 10. de port Selon tarif appliqué par la Poste Compte privé / gestion / cash management / senior

Plus en détail

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet 1 Table des matières Contenu 1. Préambule 3 2. Autorisation d accès 3 3. Accès technique à SanitasNet et identification 3 4. Coûts 4 5.

Plus en détail

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Allianz Suisse Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Qualité de service élevée et orientation conséquente vers

Plus en détail

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour III. Les conditions bancaires 1. La problématique du choix de la banque 2. Les principaux instruments de paiement domestiques 3. Les jours de valeur et les jours de banque 4. Les taux d intérêt 5. Les

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Comité National SEPA. SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels

Comité National SEPA. SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels Comité National SEPA SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels Fiche n 1 Quels sont les pré-requis à remplir avant de débuter vos tests fonctionnels?

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Le prélèvement SEPA, c est maintenant

Le prélèvement SEPA, c est maintenant JUILLET 2014 ENtrEPrENEurS N 13 PAIEmENt LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le prélèvement SEPA, c est maintenant 2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA et les entreprises Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA : une étape de la construction européenne 01/01/1999 Introduction de l euro financier 01/01/2002 Introduction de l euro fiduciaire

Plus en détail

Exit DOM 80. Enter SEPA DIRECT DEBIT : migration de la domiciliation belge.

Exit DOM 80. Enter SEPA DIRECT DEBIT : migration de la domiciliation belge. Exit DOM 80. Enter SEPA DIRECT DEBIT : migration de la domiciliation belge. Outre le virement européen et le paiement par carte, le SEPA Direct Debit (ou domiciliation européenne) a également été développé

Plus en détail

Billing & Payment. Sécurisées et complètes: de la commande au paiement.

Billing & Payment. Sécurisées et complètes: de la commande au paiement. Billing & Payment Sécurisées et complètes: de la commande au paiement. Billing & Payment par Swiss Post Solutions «Générez un chiffre d affaires plus élevé grâce à de nouveaux modes de paiement pour vos

Plus en détail

Le projet de système des paiements en euros

Le projet de système des paiements en euros Jean-François Pons, Fédération Bancaire Française Le projet de système des paiements en euros (SEPA) =Single Euro Payment Area Conférence de l Union des banques du Maghreb sur la carte bancaire, Hammamet,

Plus en détail

Comptes et conditions. Simplifier l argent au quotidien. www.bcn.ch

Comptes et conditions. Simplifier l argent au quotidien. www.bcn.ch Comptes et conditions Simplifier l argent au quotidien www.bcn.ch inclus dans Les comptes jeunesse 0-25 ans Les comptes de transactions et d épargne Jeunesse offrent des conditions préférentielles pour

Plus en détail

Manuel e-payment Modes de paiement PostFinance pour les cyberboutiques

Manuel e-payment Modes de paiement PostFinance pour les cyberboutiques Manuel e-payment Modes de paiement PostFinance pour les cyberboutiques 499.45 fr (pf.ch/dok.pf) 12.2013 PF Manuel Modes de paiement PostFinance pour les cyberboutiques Version décembre 2013 1/14 Coordonnées

Plus en détail

Factoring Quand liquidité rime avec sécurité

Factoring Quand liquidité rime avec sécurité Quand liquidité rime avec sécurité Plus de souplesse grâce au factoring. Votre entreprise va connaître une croissance organique, vous souhaitez vous développer à l étranger ou simplement accroître votre

Plus en détail

EBICS : Quels impacts sur votre système d information?

EBICS : Quels impacts sur votre système d information? EBICS : Quels impacts sur votre système d information? Agenda EBICS : Les fondamentaux La position de l Editeur SAGE Les impacts d EBICS sur votre système d information Le contexte Les 2 protocoles ETEBAC

Plus en détail

Harmonisation ISO 20022 du trafic des paiements en Suisse Séance d'information pour les fournisseurs de logiciel business 17 septembre 2015

Harmonisation ISO 20022 du trafic des paiements en Suisse Séance d'information pour les fournisseurs de logiciel business 17 septembre 2015 Harmonisation ISO 20022 du trafic des paiements en Suisse Séance d'information pour les fournisseurs de logiciel business 17 septembre 2015 2 Programme Principales réflexions concernant la normalisation

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

Advanzia Bank S.A. Brochure d information sur le compte à vue «Livret Advanzia»

Advanzia Bank S.A. Brochure d information sur le compte à vue «Livret Advanzia» Advanzia Bank S.A. Brochure d information sur le compte à vue «Livret Advanzia» 1. Description générale du produit... 2 1.1 Frais et commissions... 2 1.2 Qui peut ouvrir un Livret?... 2 1.3 Justific a

Plus en détail

UBS BVRB e-list. Surveillez vos créances.

UBS BVRB e-list. Surveillez vos créances. ab UBS BVRB e-list. Surveillez vos créances. Sommaire Description succincte 3 Généralités 1. L essentiel sur UBS BVRB e-list 3 Détails concernant l utilisation du logiciel 2. Boutons 5 3. Saisir les nouveaux

Plus en détail

Investisseurs institutionnels. Trafic des paiements Aperçu des tarifs et des conditions pour les investisseurs institutionnels 1 er juillet 2015

Investisseurs institutionnels. Trafic des paiements Aperçu des tarifs et des conditions pour les investisseurs institutionnels 1 er juillet 2015 Investisseurs institutionnels Trafic des paiements Aperçu des tarifs et des conditions pour les investisseurs institutionnels 1 er juillet 2015 Trafic des paiements Le choix du type de compte et du mode

Plus en détail

a b Priorité aux La Business Card Basic UBS simplifie la gestion des frais professionnels des PME

a b Priorité aux La Business Card Basic UBS simplifie la gestion des frais professionnels des PME a b Priorité aux affaires La Business Card Basic UBS simplifie la gestion des frais professionnels des PME Il vous suffit désormais d une seule carte pour multiplier les atouts : gestion simplifiée des

Plus en détail

1. L étude des sources de documentation à l international

1. L étude des sources de documentation à l international Chap 9 : Evaluer et suivre les risques liés aux échanges à l international I. Effectuer un diagnostic export A. L objectif du diagnostic export L assistant de gestion peut déceler le potentiel de la PME

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

Archives et factures électroniques

Archives et factures électroniques Archives et factures électroniques Edito En 2001, le Conseil de l Union Européenne a publié la Directive 2001/115/CE relative à la facturation. Son objectif était de simplifier, de moderniser et d harmoniser

Plus en détail

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking Payement électronique Sommaire 1. Les systèmes de paiement électroniques... 1 1.1 E-banking... 1 1.2 Porte-monnaie électronique et porte-monnaie virtuel... 2 1.2.1 Le porte monnaie électronique (e-cash)...

Plus en détail

Migrer à SEPA : c'est indispensable

Migrer à SEPA : c'est indispensable Depuis le 1 er février 2014, le virement SEPA et le prélèvement SEPA remplacent définitivement le virement et le prélèvement national tant pour les paiements nationaux que transfrontaliers. Mode d'emploi

Plus en détail

Comptes et conditions. Simplifier l argent au quotidien. www.bcn.ch

Comptes et conditions. Simplifier l argent au quotidien. www.bcn.ch Comptes et conditions Simplifier l argent au quotidien www.bcn.ch Vos comptes pour le quotidien Les comptes de transactions, d épargne et de gestion BCN offrent une palette diversifiée de prestations répondant

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1985 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 141 15 juillet 2011 S o m m a i r e Règlement de la Banque centrale

Plus en détail

Gestion électronique des procurations

Gestion électronique des procurations Gestion électronique des procurations Table des matières Généralités... 2 1. Approuver des procurations... 4 1.1 Section «Procurations à approuver»... 4 1.2 Section «Signaux»... 6 1.3 Messages particuliers...

Plus en détail

Préparez-vous au prélèvement SEPA

Préparez-vous au prélèvement SEPA MARS 2013 ENTREPRENEURS N 13 lesclesdelabanque.com PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le site pédagogique sur la banque et l argent & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le passage

Plus en détail

Communiqué de lancement

Communiqué de lancement Communiqué de lancement Sage 100 Moyens de paiement Ebics / Communication bancaire Contact : Cédric CZERNICH INFOPROGEST 6 rue de la Fosse Chénevière ZA Derrière Moutier 51390 Gueux Tél : 03 26 77 19 20

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier Effectuez vos paiements et vos opérations de bourse par internet www.bcge.ch Gérer

je connais mon banquier je connais mon banquier Effectuez vos paiements et vos opérations de bourse par internet www.bcge.ch Gérer Effectuez vos paiements et vos opérations de bourse par internet www.bcge.ch Gérer 2 Index 1. Comment devenir utilisateur BCGE Netbanking? 3 2. Les avantages de BCGE Netbanking 4 3. Fonctionnalités BCGE

Plus en détail

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Qu est ce que le VIREMENT SEPA? Le virement SEPA est un virement harmonisé au niveau européen qui vous permet de transférer des

Plus en détail

2015 c est demain comment s y préparer

2015 c est demain comment s y préparer 2015 c est demain comment s y préparer Yves-René Guillou, Avocat Associé, Cabinet Earth Avocats La dématérialisation : notions Dématérialisation des procédures de marchés publics = utilisation de la voie

Plus en détail

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration?

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Notre expertise en logiciels de gestion et rédaction de livres blancs Compta Audit. Conseils. Cahier des charges. Sélection des solutions.

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Compliance dans le trafic suisse des paiements EBPP Traitement électronique des factures Nouveaux développements pour le système SIC

Compliance dans le trafic suisse des paiements EBPP Traitement électronique des factures Nouveaux développements pour le système SIC ÉDITION 20 Juin 2004 Informations sur les systèmes suisses de trafic des paiements Compliance dans le trafic suisse des paiements EBPP Traitement électronique des factures Nouveaux développements pour

Plus en détail

Check-list destinée aux clients de la SaarLB aux fins de migration vers le schéma de paiement SEPA

Check-list destinée aux clients de la SaarLB aux fins de migration vers le schéma de paiement SEPA Check-list destinée aux clients de la SaarLB aux fins de migration vers le schéma de paiement SEPA Mise à jour de juillet 2013 Si vous avez d autres questions sur la migration vers le SEPA, n hésitez pas

Plus en détail

Entreprises Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises 1er janvier 2013

Entreprises Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises 1er janvier 2013 Entreprises Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises er janvier 0 Paquet Business Easy Simple et adapté aux besoins de votre petite entreprise, notre paquet bancaire complet

Plus en détail

Référence client ELO Groupe Reclay

Référence client ELO Groupe Reclay Référence client ELO Groupe Reclay Gestion des factures entrantes avec ELO: de la saisie à la comptabilisation. Le partenaire Business ELO nous a convaincu de la flexibilité d ELOenterprise. Avec la suite

Plus en détail

Paiements domestiques et européens : prenez de l avance pour l inévitable migration

Paiements domestiques et européens : prenez de l avance pour l inévitable migration Les points sur les i Paiements domestiques et européens : prenez de l avance pour l inévitable migration Violette MATTHIJS et Sarah BASTIEN ING Belgique - Payement & Cash Management Dpt Avec le soutien

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Qu est-ce que SWIFT? Comment fonctionne SWIFT?

Qu est-ce que SWIFT? Comment fonctionne SWIFT? Juin 2009 Communication de l ASB relative à la divulgation de données clients en matière de trafic des paiements, de transactions sur titres et autres opérations en relation avec SWIFT Association suisse

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

OFFRE. Zurich, 03.06.2015. Event Support @ COP21 4 au 10 décembre 2015 - Paris- Grand Palais. Service

OFFRE. Zurich, 03.06.2015. Event Support @ COP21 4 au 10 décembre 2015 - Paris- Grand Palais. Service SWITZERLAND GLOBAL ENTERPRISE STAMPFENBACHSTRASSE 85 - CH-8006 ZURICH Votre contact Beat Kuster bkuster@s-ge.com Direct +41 44 365 54 45 Zurich, 03.06.2015 OFFRE Pays cible France Service Event Support

Plus en détail

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Règlement de dépôt ancien (12.2011) Règlement de dépôt nouveau (12.2013) Règlement de dépôt Dispositions générales Art. 1 Champ d

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Préparez-vous au virement SEPA

Préparez-vous au virement SEPA OCTOBRE 2012 ENTREPRENEURS N 6 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

Les 31 pays SEPA Union Européenne zone euro. Union Européenne zone non euro. Pays de l AELE (Association Européenne de Libre-Echange)

Les 31 pays SEPA Union Européenne zone euro. Union Européenne zone non euro. Pays de l AELE (Association Européenne de Libre-Echange) e (Single Euro Payments Area) qui suit la mise en place de l euro en 2002, concerne tous les acteurs économiques en Europe : grandes entreprises, PME-PMI, associations, collectivités publiques, particuliers.

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE»

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» Pourquoi l UFC-QUE CHOISIR lance de nouveau la campagne «Gaz moins cher ensemble»?... 2 En quoi la transmission à l ensemble des fournisseurs de

Plus en détail

Arrêt du protocole ETEBAC

Arrêt du protocole ETEBAC Arrêt du protocole ETEBAC Quels impacts pour votre entreprise? Les solutions d échanges de flux dématérialisés avec le Crédit Agricole ETEBAC est le protocole utilisé pour échanger tous les jours et de

Plus en détail

Payer sans espèces et sans souci!

Payer sans espèces et sans souci! MasterCard et Visa Payer sans espèces et sans souci! Votre carte offre des prestations séduisantes au quotidien et en voyage. card services Une entreprise du Groupe Aduno www.aduno-gruppe.ch Offre. Individualisée.

Plus en détail

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT 1. Les pièces comptables A. La facture Définition : Etat détaillé des biens et services vendus que le fournisseur remet ou envoie à l acheteur. C est un document

Plus en détail

Placements financiers et opérations financières à titre privé des collaborateurs de la BNS

Placements financiers et opérations financières à titre privé des collaborateurs de la BNS Compliance financières à titre privé des I. Dispositions générales 01. But et objet La présente directive définit les restrictions relatives aux placements financiers et aux opérations collaborateurs de

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Plateforme de vente aux enchères et de vente de gré à gré du ministre

Plateforme de vente aux enchères et de vente de gré à gré du ministre Plateforme de vente aux enchères et de vente de gré à gré du ministre Guide de l utilisateur Version abrégée Octobre 2013 Table des matières SECTION I INTRODUCTION... 1 SECTION II OUVERTURE D UNE SESSION

Plus en détail

IBAN utilisation correcte UBS KeyDirect

IBAN utilisation correcte UBS KeyDirect IBAN utilisation correcte UBS KeyDirect Tables des matières 1. Situation de départ 3 1.1 IBAN et BIC deviennent obligatoires 3 1.2 Prix UBS 3 1.3 Champs d application 3 1.4 Attribution de l IBAN 3 1.5

Plus en détail

GUIDE DE CRÉATION ET D ACTIVATION D UN COMPTE PAYPAL POUR LES CLIENTS D E-TRANSACTIONS VERSION DU 13/05/2015

GUIDE DE CRÉATION ET D ACTIVATION D UN COMPTE PAYPAL POUR LES CLIENTS D E-TRANSACTIONS VERSION DU 13/05/2015 E-TRANSACTIONS GUIDE DE CRÉATION ET D ACTIVATION D UN COMPTE PAYPAL POUR LES CLIENTS D E-TRANSACTIONS VERSION DU 13/05/2015 Crédit Agricole S.A, société anonyme au capital de 7 729 097 322. Siège social

Plus en détail

Préparez-vous au virement

Préparez-vous au virement octobre 2012 Entrepreneurs n 6 paiement Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Arrêt du protocole ETEBAC

Arrêt du protocole ETEBAC Arrêt du protocole ETEBAC Quels impacts pour votre entreprise? Les solutions d échanges de flux dématérialisés avec le Crédit Agricole ETEBAC est le protocole utilisé pour échanger tous les jours et de

Plus en détail

Conférence de presse de la Commission fédérale des banques du 26 avril 2001

Conférence de presse de la Commission fédérale des banques du 26 avril 2001 Conférence de presse de la Commission fédérale des banques du 26 avril 2001 Daniel Zuberbühler Directeur de la Commission fédérale des banques E-Finance : Réglementation et surveillance Le développement

Plus en détail

L essentiel d Elys PC

L essentiel d Elys PC L essentiel d Elys PC HSBC France Société Anonyme au capital de 337 189 135 euros SIREN 775 670 284 RCS Paris Siège social : 103, avenue des Champs-Elysées - 75419 Paris Cedex 08 - Tél. : 01 40 70 70 40

Plus en détail

1. Le service, en bref 3. 2. Avantages 3. 3. Contexte 3. 4. Clients actuels et cibles 3. 5. Description du service 4 5.1.

1. Le service, en bref 3. 2. Avantages 3. 3. Contexte 3. 4. Clients actuels et cibles 3. 5. Description du service 4 5.1. SERVICE : E-PAYMENT Code Service : e-payment Groupe de services : Web Solutions Publics cibles : Services publics Version du document : V 3.3 Table des matières 1. Le service, en bref 3 2. Avantages 3

Plus en détail

Gérer. Simplifiez-vous la vie avec des moyens de paiement adaptés à vos besoins. je connais mon banquier je connais mon banquier

Gérer. Simplifiez-vous la vie avec des moyens de paiement adaptés à vos besoins. je connais mon banquier je connais mon banquier Moyens je connais mon banquier je de connais paiement mon banquier Simplifiez-vous la vie avec des moyens de paiement adaptés à vos besoins Gérer Vous désirez effectuer vos achats sans argent liquide,

Plus en détail

Crédit lombard zweiplus Profiter des opportunités de placement. Et plus. Financement

Crédit lombard zweiplus Profiter des opportunités de placement. Et plus. Financement Crédit lombard zweiplus Profiter des opportunités de placement. Et plus. Financement Des solutions de crédit lombard individuelles. Votre option de financement tout en souplesse. Sommaire Choisir librement

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Universign Universign Version: 1.2 DIFFUSION PUBLIQUE Les présentes conditions de vente s appliquent entre d une part la société Cryptolog International au capital de 275

Plus en détail