Lieu de rencontre Artbois Etalle déménage pour mieux grandir GT Parqueteurs Répondre aux attentes... 29

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lieu de rencontre Artbois Etalle déménage pour mieux grandir... 26. GT Parqueteurs Répondre aux attentes... 29"

Transcription

1 Sommaire sommaire Editorial... 5 Echos des associations... 6 Technique Phénomènes de criminalité sur les chantiers Campagne de prévention... 8 Fédération Nationale des Serruriers Label S Les vols sur chantiers en chiffres Construire ou rénover : pas sans coordinateur de sécurité! Le CNAC à votre service! Comment protéger nos bâtiments contre le vol? La protection contre l incendie, ANPI est votre partenaire Le système antivol TPS aussi pour les machines sans fil...25 Lieu de rencontre Artbois Etalle déménage pour mieux grandir GT Parqueteurs Répondre aux attentes Côté Cuisine Quand durabilité, innovation et design s allient - Aperçu des innovations Salons et événements Bilan de la 9 e édition du salon Bois & Habitat Petites annonces et brèves Petites annonces Concours et Formations Mondial des Métiers Résultats de la sélection finale de menuiserie Informations pratiques Prévenir plutôt que guérir - Travaillez en toute sécurité en étant bien assuré! Sécurisez votre habitation et économisez 170 euros...41 plus Menuiserie Editeur responsable : Claude Macors FWMB - chaussée de Louvain, Champion Tél. : Fax : Rédacteurs en chefs : Caroline Smetz - Michel Fauquet Rédaction : Caroline Smetz - Géraldine Raucq Tél. : Fax : Conception - réalisation - impression : Unijep - Liège Abonnements et publicités : Géraldine Raucq - Tél. : crédit photographique : Eric Charneux Revue trimestrielle imprimée à 5300 ex. Reproduction de textes et de photos interdite sauf accord préalable. La rédaction ne peut être tenue responsable des textes, photos ou illustrations publiés. Seuls les auteurs sont responsables. La rédaction n est pas responsable des manuscrits ou documents qui lui sont transmis. ils ne seront retournés que sur demande. Textes, photos et prix valables sauf erreurs ou omissions.

2 SunCare UV Protège du soleil SunCare UV protège le bois contre les effets indésirables engendrés par l exposition aux UV du soleil. SunCare UV 800 pour l intérieur SunCare UV 900 pour l extérieur WoodCare Protège des intempéries WoodCare agit comme un parapluie. L association moléculaire avec le bois génère une surface hydrophobe mais respirante. L eau déperle et ruisselle. Le bois reste sec et respire... Protégez vos bois tout en respectant leur teinte naturelle 3 ans après 5 ans après 13 allée Ettore Bugatti - F COLMAR Tél. : +33(0) Fax : +33(0)

3 éditorial - leitartikel Editorial Leitartikel Comme vous le verrez au travers des chiffres de la police fédérale, le phénomène de la criminalité sur les chantiers est en pleine croissance. Depuis 2004, les vols sont en hausse. Au travers de ce numéro spécial consacré au thème de la sécurité sur les chantiers, nous vous présentons les différents aspects de la sécurité qui vous aideront à la fois à protéger vos bâtiments, vos outils mais aussi votre personnel. Les dangers sur le terrain ne viennent pas seulement que de la criminalité, le menuisier est aussi, quant à lui, amené à utiliser des machines et des produits dangereux. Des incidents peuvent toujours survenir. Mieux vaut alors être correctement assuré pour faire face aux divers dommages (cfr. PP.39-40) Vous découvrirez également le contenu de la journée d études de l association «Les Parqueteurs die Parkettverleger» qui s est réunie pour son 3e rendez-vous au centre Formatpme (Gembloux- Les Isnes) le 13 avril dernier. Cette fois, elle avait misé sur le thème de l outillage et des machines. Quatre sociétés : Mafell, Früh, Festool, Elektron Berlin étaient sur le terrain. Le CSTC et la Confédération Construction ont également réalisé deux exposés à savoir le système de chauffage par le sol et les conditions générales d entreprise. Le GT ne s arrêtera pas en si bon chemin et prépare déjà sa 4ème édition qui aura lieu le 5 octobre prochain. (Cfr.pp.29-30) Le 26 avril dernier s est tenue notre assemblée générale. A l issue de cette réunion, à l unanimité des membres, il a été décidé pour le bien de chaque association de revoir les statuts de la FWMB. C est pourquoi une deuxième assemblée générale a été programmée le 24 mai Grâce à cette modification, le nombre de mandats sera mieux réparti entre chaque association. Puisqu il sera désormais calculé en fonction du nombre de membres de l association ou sur les versements des cotisations. Ce sera à l assemblée de décider. Je m en voudrais de ne pas vous livrer l information suivante : ce sera au tour de M.Remy Troito de s envoler pour le Pays du Soleil Levant où il ira défendre notre drapeau tricolore au Concours Mondial des Métiers. Au nom de tous, je le félicite d être arrivé à ce stade de la compétition et lui souhaite bonne chance lors de cette notoire et redoutable épreuve mondiale. Je tiens à remercier les centres de formation, les écoles qui ont accueilli les jeunes durant leur parcours préparatoire. Je remercie également toutes les personnes qui se sont investies dans les différents concours, dans l organisation du Mondial des Métiers et qui oeuvrent pour le bon déroulement de toutes ces initiatives. Par la même occasion, je tiens aussi à remercier tous les menuisiers qui s impliquent tous azimuts dans les diverses réunions propres à notre secteur et qui défendent ce métier avec talent. Wie Sie es aus den Zahlen der föderalen Polizei entnehmen können, nimmt das Phänomen der Kriminalität auf den Baustellen immer mehr zu. Seit 2004 sind die Diebstähle im Anstieg. Durch diese Sonderausgabe, die dem Thema der Sicherheit auf den Baustellen gewidmet ist, stellen wir Ihnen die verschiedenen Aspekte der Sicherheit vor, die Ihnen helfen werden Ihre Gebäude, Ihre Werkzeuge, aber auch Ihr Personal zu schützen. Die Gefahren vor Ort kommen nicht nur von der Kriminalität. Der Schreiner muss auch gefährliche Maschinen und Produkte benutzen. Zwischenfälle können immer vorkommen. Besser ist es dann, richtig versichert zu sein, um die verschiedenen Schäden bewältigen zu können (s. S ) Sie werden ebenfalls den Inhalt des Studientages der Innung der Parkettverleger entdecken, die sich für ihr drittes Treffen am 13. April im Zentrum Formatpme (Gembloux - Isnes) versammelt hat. Das Thema war dieses Mal die Werkzeuge und die Maschinen. Vier Gesellschaften: Mafell, Früh, Festool und Elektron Berlin waren vor Ort. Das CSTC und die Konföderation Baufach haben ausserdem zwei Vorträge über die Fußbodenheizung und die allgemeinen Geschäftsbedingungen gehalten. Die Arbeitsgruppe bereitet jetzt schon ihre vierte Ausgabe vor, die am kommenden 5. Oktober stattfinden wird (s. S ) Am vergangenen 26. April hat unsere Generalversammlung stattgefunden, bei der einstimmig beschlossen wurde, dass die Statuten der FWMB zum Vorteil jeder Innung revidiert werden müssen. Daher wurde für den 24. Mai 2007 eine zweite Generalversammlung programmiert. Dank dieser Abänderung, wird die Anzahl der Mandate jeder Innung besser aufgeteilt werden, da sie von nun an in Funktion der Anzahl der Mitglieder, oder der Zahlung der Beiträge berechnet wird (die Generalversammlung wird sich für eine der Möglichkeiten entscheiden). Zum Schluss möchte ich Ihnen noch die folgende Information liefern: es wird Herr Remy Troito sein, der zum Land der aufgehenden Sonne fliegen wird, wo er unsere dreifarbige Fahne am weltweiten Wettbewerb der Berufe verteidigen darf. Im Namen aller beglückwünsche ich ihn dazu, es bis zu diesem Punkt des Wettbewerbs geschafft zu haben und wünsche ihm bereits jetzt viel Glück bei dieser weltweiten Prüfung. Ich möchte den Ausbildungszentren und den Schulen danken, die die Jugendliche während der Vorbereitung empfangen haben. Ich danke ebenfalls allen Personen, die sich in die verschiedenen Wettbewerbe und die Organisation des weltweiten Wettbewerbs der Berufe investiert haben, und die für den guten Verlauf all dieser Initiativen arbeiten. Zu dieser Gelegenheit will ich auch allen Schreinern danken, die an den zahlreichen Sitzungen unseres Sektors teilnehmen, und die unser Handwerk mit Talent verteidigen. C. Macors, Président - Präsident

4 Echos des associations échos des associations Association des menuisiers du Brabant wallon Madame Margaret DE CANNART D HAMALE, présidente, tient à informer ses membres de la date de la prochaine réunion de l association des menuisiers. Celle-ci se tiendra à la Confédération Construction Brabant wallon située à Braine-l Alleud le 5 juin prochain à 18h30. Un courrier personnel avec l ordre du jour a été envoyé aux membres à la mi-mai.

5 VOUS ÊTES MENUISIER LA FWMB EST VOTRE INTERLOCUTEUR PRIVILÉGIÉ Ses objectifs Valoriser votre métier, votre image. Assurer la représentation officielle de votre profession auprès des pouvoirs publics. Assurer votre promotion auprès des particuliers, des donneurs d ordre, des architectes et bureaux d études. Vous apporter une aide dans la recherche de personnel qualifié formé à vos besoins. Vous permettre de participer au nouveau développement de vos produits, aux nouvelles technicités. Ensemble, on est toujours plus fort! Alors rejoignez-nous! Pour ce faire, la Fédération Wallonne des Menuisiers Belges : Organise des conférences, des études, des formations Participe à des salons professionnels en Belgique et à l étranger Règle vos litiges à l amiable (service de médiation des menuisiers) Vous fournit gratuitement vos magazines professionnels: (Menuiserie Plus, Construction, Le Courrier du Bois) Défend vos intérêts dans de nombreux organismes (Wallonie Bois, WoodNet, Asbl Bois, C.S.T.C., F.F.C., I.S.I.B., ) Vous offre la possibilité de participer à des groupes de travail (Portes coupe-feu, Internet, Concours et formations, Actions de promotion, Parqueteurs, Association des cuisinistes) Vous offre l accès au Portail des menuisiers (www.menuisiers.com) mais aussi à une banque de données du site de référence pour la construction (www.confederationconstruction.be) Organise des voyages, excursions, visites et autres activités Et bien d autres avantages considérables Intéressé par une affiliation à la FWMB? 081/ Tél. : 081/ Fax : 081/ Chaussée de Louvain, CHAMPION FWMB asbl

6 Phénomènes de criminalité sur les chantiers technique - technique Les récentes enquêtes menées dans le secteur de la construction ont corroboré les constatations préalables, à savoir que les vols de matériel de construction s élèvent chaque année en Belgique à 50 millions d euros. Ces vols concernent tant le petit matériel que les grandes machines. Le phénomène du vandalisme génère des dégâts pour une valeur de 12.5 millions d euros. Les vols sur les chantiers se produisent principalement à des moments où le chantier est inoccupé : la nuit, les week-ends et lors du congé du bâtiment. Les données policières ont également confirmé ces tendances. Le phénomène connaît toutefois un chiffre noir important, qui s explique par le fait que nous ne disposons pas des données policières pertinentes. Campagne de prévention L objectif prioritaire visé par la campagne de prévention menée par le Service Publique Fédéral Intérieur Direction générale Sécurité et Prévention (en collaboration avec la Police Fédérale) est une meilleure sensibilisation de tous les acteurs concernés dans le secteur de la construction, de l ouvrier à l entrepreneur. Pour la prévention, trois actions sont menées : 1. Une brochure «Evitez les vols sur votre chantier» Celle-ci reprend des conseils de mesures organisationnelles, physiques, électroniques et de signalement à prendre sur un chantier. Elle répond donc aux questions suivantes : Comment devez-vous vous organiser ainsi que votre chantier pour éviter le vol et le vandalisme? Quelles mesures physiques pouvez-vous prendre? Et enfin, quelles sont les mesures électroniques et de signalement. 2. L'autocollant chantier Ce dernier rappelle quotidiennement à chacun de prendre ses responsabilités et de ranger le matériel de façon sécurisée afin de ne laisser aucune chance aux voleurs. L autocollant peut donc servir d aide-mémoire à placer aux endroits visibles afin d inviter toute personne sur le chantier à assumer, au jour le jour, ses responsabilités pour garder le matériel, autant que possible, dans un endroit sûr et dissuader ainsi les voleurs potentiels de frapper. Enregistrez, rangez et cadenassez! Voleurs, aucune chance.

7 technique 3. Le formulaire d'enregistrement uniforme : Il vise à établir un inventaire exact du matériel présent sur le chantier. Si un vol se produit, le formulaire facilite l'identification et la description du matériel volé, ce qui permet à la police de mieux orienter ses recherches. Cette mesure augmente de manière significative les chances de retrouver le matériel car la recherche sera plus ciblée. Conseil de prévention Vous trouverez ci-après une série de mesures organisationnelles, physiques, électroniques et de signalement. Cette classification détermine l ordre dans lequel les mesures doivent être prises; ainsi, il convient de commencer par les mesures organisationnelles et de poursuivre avec les mesures physiques et électroniques, en fonction des besoins. Viennent enfin les mesures de signalement qui visent, en cas de vol et d acte de vandalisme, à déclarer systématiquement ces délits à la police. Mesures organisationnelles Pour faire simple, disons qu il s agit principalement de prendre de bonnes habitudes en termes de sécurité. - Suscitez une prise de conscience des risques auprès de vos collaborateurs pour les éventuelles pertes dues à des faits de criminalité. L accent doit également être mis sur la nécessité de mettre en pratique ces mesures de prévention. - Responsabilisez les ouvriers à la gestion des biens et à la fermeture du chantier. Informez-les et sensibilisezles. Sur un chantier, chacun est responsable. - Fixez en interne toutes les mesures de sécurisation sous forme d instructions et de procédures (plan de sécurisation). Ce plan contribuera à garantir que les mesures nécessaires sont appliquées par le responsable désigné. - Organisez une bonne gestion des clés (c est également essentiel). Désignez par exemple un responsable pour la gestion des clés qui circulent sur le chantier. Celui-ci distribue les clés aux personnes compétentes et les récupère ensuite. - Accordez suffisamment d attention à l aménagement du chantier (aménagement clair, limitation des accès, ne rien laisser traîner, emplacement de l éclairage ). Il s agit en effet d un facteur important par rapport au degré de risque de criminalité. Dans la mesure du possible, essayez d aménager le chantier de manière claire. L ordre et la propreté sont indispensables pour faire obstacle à la criminalité, repérer immédiatement les dégâts éventuels et estimer leur ampleur. Limitez le nombre d entrées et de sorties sur le chantier. Ne laissez pas traîner de machines ou de matériel de construction que l on peut facilement emporter. La lumière est le grand ennemi des voleurs et autres vandales. Veillez par conséquent à prévoir un éclairage suffisant sur le chantier afin de permettre aux riverains et aux passants occasionnels de repérer toute irrégularité. - Marquez le matériel. Son identification diminue l attractivité du vol de ce matériel. Ce marquage peut être réalisé en demandant au fabricant du véhicule de placer un numéro d identification du produit (PIN), par analogie avec le numéro VIN dans le cas des véhicules. Ce numéro PIN est un numéro unique qui peut faciliter l identification du matériel en cas de vol. Par ailleurs, ce numéro peut servir à signaler le véhicule volé. Afin d assurer un marquage aussi transparent et uniforme que possible, nous conseillons l utilisation d un PIN obligatoire, portant la norme ISO et standardisé. D autres marquages peuvent également être appliqués: on pense ici notamment aux systèmes des microdots, mighty dots ou autodots, qui attribuent un numéro aux pièces de véhicules ou d objets et ce, selon une procédure spéciale. Ce numéro, qui peut uniquement être lu au moyen d ultraviolets, sera de préférence appliqué par le fabricant qui utilisera, si possible, le même numéro PIN ayant déjà servi pour le marquage du véhicule. - Enregistrez le matériel : pour cela, dressez un inventaire du matériel coûteux à l aide de numéros de série, de caractéristiques uniques et de photos. Utilisez à cet effet le formulaire d enregistrement bien pratique. Celui-ci peut être téléchargé sur En cas de vol, ce formulaire peut vous aider à déclarer correctement les faits. Il est d ailleurs essentiel de déclarer tout vol. En outre, cet inventaire permet de tenir à jour une liste complète du matériel. Mesures physiques Ces mesures ont trait aux systèmes de fermeture sur le chantier et aux alentours. - Rangez : En fin de journée de travail, rassemblez autant que possible le matériel et rangez-le dans un endroit sûr qui peut être fermé à clef ou à l aide d un verrou. Pour l entreposage du matériel, ayez recours à des conteneurs de construction que vous verrouillerez à l aide de cadenas solides. Prévoyez des cadenas ou des cales pour le matériel roulant. Fixez solidement les petites machines.

8 Phénomènes de criminalité sur les chantiers technique - technique - Fermez autant que possible le lieu de rangement du matériel, mais aussi tout le chantier. Ne facilitez pas la tâche aux voleurs potentiels! Vous pouvez utiliser à cet effet des barrières de construction ou des clôtures temporaires. - Collez l autocollant! Afin de vous aider, vous et votre personnel, à ne pas perdre de vue ces éléments essentiels, un autocollant au message préventif a donc été conçu. Collez-le à tous les endroits-clés où passent les ouvriers: conteneurs de construction, agendas, portes Cet autocollant peut être obtenu auprès des fédérations de construction ou via notre site Mesures électroniques Le troisième groupe de mesures concerne les mesures électroniques: systèmes d alarme et surveillance par caméras. L application de mesures électroniques est étroitement liée à l utilisation de mesures organisationnelles et techniques. Avant d investir dans des mesures électroniques coûteuses, il est nécessaire de disposer d une culture de la sécurisation. La mise en oeuvre de mesures électroniques sera de préférence réalisée par un professionnel spécialisé et agréé. Mesures de signalement A l instar des mesures organisationnelles, les mesures de signalement doivent systématiquement être appliquées. On entend notamment par mesures de signalement: la stimulation et la mise en oeuvre du contrôle social, de même que le signalement d irrégularités (disparitions, vols et actes de vandalisme). Les incidents et délits doivent toujours être signalés aux services de police compétents. Déclaration de vol à la police Il importe de fournir une bonne description détaillée des faits et du matériel volé. Ce signalement n a toutefois encore lieu que rarement et il n est pas assez uniforme. C est la raison pour laquelle un formulaire d enregistrement a été mis au point afin de permettre un bon inventaire et une description suffisamment détaillée du matériel. Une bonne description est en effet indispensable en cas de déclaration d un vol à la police. Si la police parvient à se faire une idée claire des faits, elle pourra assurer un meilleur traitement et entreprendra des actions préventives plus ciblées. Où? La déclaration peut être faite auprès de chaque bureau de la police locale. Afin d éviter de nouveaux vols et de permettre l envoi de patrouilles de police sur les chantiers, il est toutefois indiqué de faire une déclaration à la police de la zone dans laquelle le chantier se trouve. Quand? Immédiatement, afin de permettre aux patrouilles de police de guetter les auteurs potentiels dans l éventualité où le vol vient d être commis. Par qui? De préférence un représentant de l entreprise qui dispose des données nécessaires concernant le véhicule ou le matériel volé. Plus on dispose de données concernant les biens volés, plus il y aura de possibilités d identifier le matériel retrouvé. Si le représentant de l entreprise n est toutefois pas immédiatement disponible, la personne qui a remarqué le vol peut le déclarer immédiatement afin de permettre à l enquête de démarrer. Le représentant de l entreprise est malgré tout tenu de s adresser par la suite à la police pour déposer plainte officiellement en tant que victime. 10

9 technique Formulaire d enregistrement pour le matériel de chantier. - Remplissez attentivement le formulaire d'enregistrement : notez le maximum de détails. Notez précisément les caractéristiques. Si l'objet est déjà marqué, veuillez y inscrire le numéro ou la couleur de marquage. S il s agit d un véhicule, n oubliez pas de mentionner les spécificités suivantes: n de sécurité du certificat d immatriculation, n de PV du certificat de conformité, n de PV dénomination, éventuellement des informations sur la sécurisation, la plaque d immatriculation, La police a besoin de ces données pour pouvoir signaler l'objet comme volé, et l'identifier comme le vôtre s'il est retrouvé. - Prenez des photos du matériel et accrochez-les au formulaire d'enregistrement. Prenez toujours des photos en couleur, faites un gros plan des caractéristiques particulières, numérotez les photos et indiquez le chiffre sur le formulaire d'enregistrement. Les photos sont utiles pour décrire le matériel volé. - Conservez précieusement les formulaires d'enregistrement complétés. Conservez dans un endroit sûr le formulaire d'enregistrement avec vos preuves d'achat, les garanties, les manuels et les photos! Vous pouvez retrouver le formulaire d'enregistrement sur le site web - En cas de vol : signalez-le toujours à la police. Utilisez à cet effet ce formulaire pratique. Il vous aidera à établir une déclaration correcte. Il est toujours important de faire une déclaration qui soit la plus complète possible. Emportez dès lors une copie de cet inventaire au bureau de police. Plus d info? Service Public Fédéral Intérieur Direction générale Sécurité et Prévention Boulevard de Waterloo, BRUXELLES Personne de contact : Nadja Desmet Mail Site : 11

10 Fédération nationale des serruriers technique - technique Ensemble nous mettons tout en oeuvre pour que notre métier soit reconnu et respecté. Chaque année, les professionnels du secteur sont de plus en plus nombreux à rejoindre la Fédération Nationale des Serruriers. Les serruriers professionnels sont conscients que leur métier demande du savoir-faire, du sérieux et de l honnêteté, et une formation continue. Souvent définit comme une spécialisation en ouverture de portes, le métier de serrurier est pourtant beaucoup plus axé à notre époque sur la pose de moyens retardateurs d effractions (serrures et cylindres de sécurité, garnitures blindées, gâches renforcées, portes blindées) ou de protections des valeurs (coffres-forts, armoires inifuges, fire-box pour matériel data, etc..). Le travail du serrurier devient donc le premier bouclier contre le vol et l insécurité. A ce jour, les autorités ont enfin pris conscience de l importance de réglementer tant les matériaux que le placement de ces matériaux par des serruriers compétents qui, pour être reconnus, devront respecter des règles servant de référence pour la mise en place des matériaux agréés. La Fédération Nationale des Serruriers oeuvre en collaboration avec l organisme mis en place, à savoir le BOSEC, pour établir des règles et en organisant des cours de formations pour ses membres en vue de les maintenir au courant des nouveautés et d atteindre la pleine maîtrise du métier, entre autres à travers sa publication trimestrielle, le magazine le Passe-Partout. L objectif de la Fédération Nationale des Serruriers est de donner à tous ses membres un maximum de renseignements concernant le métier et le nouveau matériel disponible, de leur faire prendre conscience de l importance de visiter les expositions relatives au métier, tant en Belgique qu à l étranger, ainsi que de participer à certaines conventions où des cours spéciaux sont donnés. N oubliant pas que l union fait la force, la Fédération Nationale des Serruriers, en abrégé la FNS (francophone), et la Vlaamse Slotenmakers Unie, en abrégé VSU (néerlandophone), unissent leurs efforts en vue d activer la reconnaissance du métier. D autre part, afin d apporter le maximum à chacun, le conseil d administration est ouvert pour étudier toutes suggestions, qu en tant que membre, vous seriez désireux de nous transmettre. Afin de garantir le respect de la profession et pour perpétuer les obligations et les devoirs, les membres de la Fédération Nationale des Serruriers ont souscrit à un code d éthique. Les membres s engagent à : Pratiquer la profession dans un esprit d équité. Analyser les problèmes de sécurité dans l impartialité et trouver la meilleure solution pour la protection des clients. Respecter une conduite dans la dignité de leur profession. Eviter tout usage impropre et décliner toutes offres incompatibles avec la déontologie. Ne pas s associer ou collaborer avec une entreprise de caractère douteux ou avec des personnes peu honorables. Suivre l évolution et le progrès de l industrie de la serrurerie par l échange d informations générales, l expérience dans la confrérie, les cours, les séminaires... Encourager le développement loyal de la profession, l application spéciale de connaissances, l éducation pour un meilleur usage du métier. Se soumettre aux décisions de la Fédération, conformément aux statuts et au règlement général. Fédération nationale des serruriers Chaussée de Ninove, BRUXELLES Web : 12

11 Le Label S3 technique De nombreuses études démontrent qu un voleur reste, dans plus de 60% des cas, moins de 3 minutes devant l endroit à fracturer. Ces constatations sont faites en tenant compte des principaux outils utilisés par les cambrioleurs. Le label S3, attendu depuis longtemps par les professionnels de la sécurité, permet de garantir un choix judicieux des systèmes de défense adaptés aux configurations des lieux à sécuriser en y associant l assurance d une pose optimale. Il en résulte une forte amélioration à la résistance moyenne à l effraction des portes et fenêtres. Depuis l entrée en vigueur de ce label en 2005, La Fédération Nationale des Serruriers (en abrégé FNS) et son homologue néerlandophone la VSU ont remis à plus de 100 membres l'agréation de placeur S3. Ces installateurs représentent l'élite des serruriers affiliés à nos deux associations. Les placeurs agréés sont en possession de vignettes d authentification ainsi que de leur certificat de placeur. Chaque placeur doit remplir un formulaire détaillant son travail avec les endroits sécurisés et les produits placés. Ce formulaire, destiné à l organisme vérificateur, à la compagnie d assurance et dont une copie est remise au client, atteste que l installation a été réalisée suivant les spécifications du cahier des charges S3 en possession des placeurs agréés. Un contrôle ponctuel des chantiers est effectué par un organisme indépendant. Cette procédure est la seule qui garantit une installation de protections mécaniques réellement efficaces. La liste des installateurs, mise à jour annuellement, est disponible sur le site web ou peut être communiquée sur demande adressée au siège de la FNS, Chaussée de Ninove, 411 à 1070 Bruxelles. Elle peut être également obtenue auprès de votre service communal de techno prévention. La procédure d obtention du label S3 peut aussi être obtenue en formulant une demande par à l adresse serrurier.be Reconaissance Officiel du Ministre de l intérieur Le , Monsieur le Ministre Patrick Dewael nous a fait part de son soutien en ces termes : «Le cambriolage qui, outre les préjudices matériels, occasionne de nombreux traumatismes psychologiques demeure l une des cinq principales formes de criminalité en Belgique. Cest la raison pour laquelle la lutte contre cette forme de criminalité est l une de mes priorités. C est avec beaucoup d enthousiasme que je suis de très près les initiatives prometteuses prises par différentes associations professionnelles dans le domaine de la sécurisation contre l intrusion. Ainsi, je souhaite fournir au particulier un certain nombre de garanties visant à optimaliser la résistance de son habitation à l intrusion. L initiative que vous avez prise avec la Vlaamse Slotenmakers Unie (VSU) s inscrit précisément dans ce cadre. Votre label garantit un placement professionnel de locksets certifiés, ainsi que la délivrance d un certificat de qualité. C est la raison pour laquelle je tiens à soutenir cette initiative en vous permettant de mentionner sur les brochures publicitaires de votre label, le sigle distinctif du SPF Intérieur accompagné du message suivant : «Le SPF Intérieur apporte son soutien au label de qualité S3 qui garantit le placement, dans les règles de l art, d une serrure certifiée». Pour le Conseil d Administration de la FNS, Claude Humblet, Rédacteur en Chef du Passe-Partout 13

12 Les vols sur chantiers en chiffres technique - technique Ampleur et évolution des vols sur chantiers 1 En 2002, 3358 incidents (tentatives et faits accomplis) de vols sur les chantiers ont eu lieu. Ce nombre est descendu de 3144 en 2003 (-6,37 %) jusqu'à 2930 incidents en 2004 (-6,80 % par rapport à 2003). Après ce recul sensible, cette tendance à la baisse qui se dessinait depuis 2002 ne s est toutefois pas poursuivie en On constate ainsi pour cette année une augmentation de 10,85 %, soit 3248 incidents. La tendance à la hausse constatée en 2005 par rapport à 2004 continue en 2006 avec une augmentation de 16,19 %, soit 3774 incidents. Répartition des incidents par arrondissement en 2006 Le tableau ci-dessous offre un aperçu de la répartition du nombre total d incidents de vols sur chantiers par arrondissement judiciaire en La majeure partie des vols sur chantiers survient sur le territoire des 19 communes bruxelloises. Les arrondissements les plus touchés sont ensuite Anvers, Charleroi, Liège et Mons. Ces cinq arrondissements représentent ensemble presque la moitié (48,68 %) des vols sur chantiers en 2006, soit 1837 Arrondissement Vol simple Vol qualifié Total % Cum. % BRUXELLES ,11 16,11 ANTWERPEN ,04 26,15 CHARLEROI ,45 34,61 LIEGE ,06 42,66 MONS ,01 48,68 GENT ,46 54,13 NIVELLES ,50 58,64 NAMUR ,03 62,67 HASSELT ,92 66,59 BRUGGE ,71 70,30 TONGEREN ,37 73,66 DENDERMONDE ,23 76,89 TOURNAI ,05 79,94 TURNHOUT ,94 82,88 LEUVEN ,25 85,14 DINANT ,07 87,20 KORTRIJK ,91 89,11 MECHELEN ,59 90,70 HUY ,48 92,18 VERVIERS ,38 93,56 VEURNE ,22 94,78 ARLON ,14 95,92 MARCHE EN FAMENNE ,09 97,01 NEUFCHATEAU ,03 98,04 IEPER ,77 98,81 OUDENAARDE ,77 99,58 EUPEN ,42 100,00 Total ,00 Tableau 2 : Répartition des incidents de vols sur chantier en Police Fédérale, chiffres du 12 avril 2007 Figure 1 : Evolution des vols sur chantiers de 2002 à 2006 (Source : BNG) incidents. Les arrondissements d Oudenaarde et Eupen enregistrent quant à eux le moins d incidents. Plan d actions de la police Depuis 2004, les services de police constatent une tendance à la hausse des vols sur chantiers. Afin de s attaquer au mieux à ce phénomène un plan d actions a été mis au point en collaboration avec le Service Public Fédéral Intérieur. Diverses visites sur chantiers ont permis à la police de s apercevoir que l accent devait être mis dans un premier temps sur la prévention et la sensibilisation des secteurs concernés. Quelques principes simples de prévention devaient être appliqués. Un groupe de travail a dès lors été créé auquel participaient aux côtés de la police et du SPF Intérieur les Assurances Fédérales, Federauto, Sigma, Bouwunie, la Confédération Construction et la police locale de Gand. Au sein de ce groupe de travail, une campagne de prévention a été mise au point avec comme élément important l organisation de soirées d information dans le secteur de la construction afin de les inciter, au moyen d exemples concrets, à prendre des mesures préventives. Ces conseils préventifs sont expliqués dans l article du SPF Intérieur annexé à celui-ci. Sur le plan opérationnel (policier), le flux d information a été optimalisé. Ce qui permet dans un premier temps de transmettre des informations intéressantes plus rapidement vers les acteurs concernés. Dans un second temps, un meilleur flux d information permet aux policiers d être plus rapidement mis au courant des faits de vols sur chantiers et d adapter leur approche judiciaire en conséquence. La campagne de prévention se poursuit en A côté de cela, la police planifie plusieurs actions orientées tant vers la prévention que la répression. Infos : M. Eric Fack Tél. : 02/ Service DGJ DJB Vols organisés Rue Fritz Toussaint, BRUXELLES 14

13

14 Construire ou rénover : pas sans coordinateur de sécurité! technique - technique Illustration : Godi Tout projet de construction ou de rénovation doit désormais tenir compte de la réglementation en matière de sécurité sur les chantiers. L'arrêté royal du 25 janvier 2001 relatif aux chantiers temporaires ou mobiles oblige en effet les maîtres d'ouvrage, les architectes ou les entrepreneurs à faire appel à un coordinateur de sécurité dès que deux entrepreneurs au moins sont actifs sur le même chantier. L'obligation de désigner un coordinateur de la sécurité s'applique automatiquement lorsqu'au moins deux entrepreneurs sont amenés à intervenir simultanément ou successivement sur le chantier, et ce quels que soient la nature, le volume ou le coût de l'ouvrage de construction! La coordination de la sécurité est donc toujours obligatoire pour les travaux de construction dont la superficie est inférieure à 500 m², contrairement à ce qui a été affirmé. Rôle du coordinateur Le rôle du coordinateur de la sécurité consiste à coordonner les actions de prévention des différents entrepreneurs intervenants, de manière à prévenir au maximum les risques d accident lors de l exécution de travaux de construction. Mais son travail ne se limite pas au chantier lui-même. Dès les premiers dessins et concepts, il doit recenser les risques potentiels en collaboration avec l'architecte. En même temps, il détermine les mesures de prévention nécessaires pour anticiper les dangers qui peuvent survenir ultérieurement lors de la phase d'exécution des travaux. La coordination de la sécurité s'étend donc sur deux phases: la phase de conception du projet d ouvrage, où la coordination est assurée par un "coordinateur-projet", et la phase de réalisation des travaux sur le chantier, qui est prise en charge par un "coordinateur-réalisation". Le coordinateur doit aussi établir et gérer plusieurs documents en rapport avec la sécurité, comme le plan de sécurité et de santé qui reprend les mesures de prévention à mettre en application sur le chantier, et le journal de coordination où sont consignés les divers événements pertinents qui se produisent lors des phases de conception et d'exécution de l'ouvrage de construction. Un troisième document à établir est le "dossier d'intervention ultérieure" qui comporte toutes les données utiles en matière de prévention des risques en vue de l'exécution ultérieure de travaux de rénovation, de réparation ou d'entretien à l'ouvrage de construction. Coordination de la sécurité simplifiée pour les plus petits chantiers Dans certaines conditions bien précises et pour les chantiers d'une superficie inférieure à 500 m², les entrepreneurs et les architectes peuvent assurer eux-mêmes la coordination de la sécurité. L'accès à l'exercice de la fonction de coordinateur leur est en effet simplifié pour ces plus petits travaux de construction et la paperasserie administrative est réduite. L'entrepreneur peut ainsi faire office de coordinateur s'il satisfait à certaines conditions bien précises et s'il peut prouver qu'il possède l'expérience nécessaire. Attention! Malgré cet effort de simplification du régime général de coordination de la sécurité, la formule est toutefois encore très peu répandue. Donc, si l'entrepreneur ou l'architecte ne satisfait pas aux conditions du régime simplifié, il faudra donc quand même faire 16

15 technique appel à un coordinateur de sécurité traditionnel à partir du moment où au moins deux entrepreneurs interviennent sur le chantier, et ce même pour des travaux de moindre importance. Qui doit désigner le coordinateur de sécurité? Pour les travaux de superficie inférieure à 500 m², c'est l'architecte, ou à défaut l'entrepreneur, ou encore le maître d'ouvrage s'il est aussi employeur, qui désigne le coordinateur de sécurité et est responsable de l'organisation de la coordination. Pour les travaux de superficie supérieure à 500 m², c'est le maître d'ouvrage, même s'il s'agit d'un particulier, qui doit désigner le coordinateur de sécurité et porter la responsabilité de l'organisation de la coordination. Coût de la coordination La réglementation ne se prononce pas sur la question des honoraires du coordinateur de sécurité. Ceux-ci sont fixés librement et doivent donc être convenus entre les parties. Le coût de la coordination varie en fonction de divers paramètres, comme par exemple la nature et l ampleur des difficultés liées à l organisation de la prévention sur un chantier déterminé. Coordination sécurité - Photo Xhonneux Info: Marc Junius, Tél. : 02/ Une information détaillée sur la coordination de la sécurité est consultable sur le site (dans Dossiers Gestion du personnel Bien-être des travailleurs et sécurité des chantiers). 17

16 Le CNAC à votre service! technique - technique Le CNAC, l institut de prévention de la construction, a été créé par la Commission Paritaire de la Construction en Notre objectif consiste à promouvoir le bien-être dans la construction, en mettant l accent sur la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Depuis 40 ans, la sécurité et la santé des travailleurs de la construction sont notre première préoccupation! Nous sommes à votre service! Conseils sur chantiers Nos 20 conseillers visitent les chantiers. Les conseils et informations sur la sécurité qu ils donnent aux entreprises les aident à mener une politique de prévention dynamique. Nos valeurs: Priorité à l homme Multidisciplinarité Réalisme Recherche constante de la qualité Informations et publications Bibliothèque: documentation sur le bien-être dans la construction notre site web avec des informations actuelles sur le bien-être dans la construction, la législation, la déclaration de travaux, les conseils sur chantiers et les publications CNAC info: notre journal d information trimestriel: bien-être dans la construction, la vie sur le chantier, évolution des techniques et de la législation CNAC dossier: brochure trimestrielle axée sur un thème spécifique (p.ex. Travaux en hauteur ) CNAC expert: brochure de sécurité pour un métier déterminé (p.ex. Le menuisier ) CNAC vademecum: ouvrage de référence plus détaillé sur un thème spécifique lié au bien-être dans la construction CD-ROM et DVD sur des métiers de la construction spécifiques CNAC info est envoyé lors de sa parution à toutes les entreprises de la construction. Les CNAC dossiers peuvent être téléchargés gratuitement sur Vous pouvez consulter la liste de nos publications sur notre site et les commander directement via le site web ou en utilisant le formulaire disponible dans CNAC info. Formations Vous pouvez suivre différentes formations au CNAC: Sécurité de base VCA-BeSaCC (pour les ouvriers) Sécurité pour les cadres opérationnels VCA-BeSaCC (pour la ligne hiérarchique) Formation complémentaire pour les conseillers en prévention - Niveau II (pour les candidats conseillers en prévention) Sécurité de base - Niveau III (pour les candidats conseillers en prévention) Complément pour coordinateur (pour les conseillers en prévention de Niveau II) Coordinateur de sécurité Chantiers temporaires ou mobiles niveau A, B, D et E (pour les candidats coordinateurs) Planning de coordination (pour les coordinateurs) Formations thématiques sur mesure, en concertation avec l entreprise (pour les entreprises) 18

17 technique Accompagnement spécifique Le CNAC propose également un accompagnement spécifique aux entreprises, aux travailleurs, aux écoles et à toute personne concernée par la sécurité dans la construction. Campagne La construction, un métier, une vie Depuis 2002, le CNAC et les partenaires sociaux de la construction mènent cette campagne de sécurité en vue de réduire le nombre d accidents du travail et de maladies professionnelles dans le secteur. En 2006, la première campagne du CNAC destinée à un groupe cible spécifique a été lancée. Avec un risque d accident particulièrement élevé, les couvreurs ont été choisis comme premier groupe cible. Depuis avril 2007, les travaux de voirie retiendront à leur tour toute notre attention. CNAC Rue Saint-Jean Bruxelles Tél.: 02/ Fax: 02/ Courriel: Site web: 19

18 Comment protéger nos bâtiments contre le vol? technique - technique Le CNAC, l institut de prévention de la construction, a été créé par la Commission Paritaire de la Construction en Notre objectif consiste à promouvoir le bien-être dans la construction, en mettant l accent sur la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Depuis 40 ans, la sécurité et la santé des travailleurs de la construction sont notre première préoccupation! Les statistiques de la police fédérale révèlent qu il survient en moyenne une tentative de cambriolage toutes les 7 à 8 minutes. Celle-ci ne dure en général pas plus de 5 minutes, délai au-delà duquel le cambrioleur abandonne son plan d attaque pour choisir une autre habitation. Cette situation a dès lors encouragé le développement de mesures et de systèmes plus ou moins complexes, afin de retarder l effraction et de protéger ainsi les bâtiments contre l intrusion. Les mesures préventives contre l effraction sont essentiellement de trois types : organisationnelles, mécaniques et électroniques. Volonté des pouvoirs publics La sécurité contre l intrusion faisant partie intégrante de la notion de construction durable, les pouvoirs publics souhaitent l encourager. Ainsi, des primes sont octroyées par diverses communes belges à l occasion de travaux destinés à améliorer la protection d une habitation contre l effraction. De plus, depuis le 1er janvier 2007, une déduction fiscale est accordée pour des dépenses visant à sécuriser une habitation privée contre le vol et l incendie. Les mesures organisationnelles Première étape d un bon plan de protection, ces mesures simples et peu coûteuses sont basées sur des règles élémentaires de bon sens : augmenter la visibilité du bâtiment, ne pas donner de signes visibles d absence, enregistrer et répertorier les objets de valeur,... Les mesures mécaniques Le plus souvent, c est la faible résistance d une porte ou d une fenêtre qui permet au cambrioleur de s introduire dans un bâtiment. Selon le niveau de protection souhaité, différentes solutions sont dès lors proposées en vue de renforcer et de protéger mécaniquement les éléments de façade menuisés contre l effraction. Ainsi : pour les portes: serrure multipoint à pênes dormants renforcés d une longueur de 20 mm minimum, gâche retardatrice d effraction, cylindre de sécurité, rosace ou plaque de sécurité assurant la protection du cylindre, goujon antidégondage, pour les fenêtres: ergot à gorge et gâche en acier galvanisé, poignée verrouillable à bouton ou à clé (figure 1) avec protection antiforage du boîtier, vitrage retardateur d effraction,... La mise en oeuvre de chaque composant de l élément menuisé et la pose de ce dernier dans le gros oeuvre sont essentiels. Ainsi : aucun élément de quincaillerie visible ne doit pouvoir être démonté de l extérieur il y a lieu de limiter à 2 mm le dépassement du cylindre hors du plan de la garniture de sécurité afin d empêcher son extraction lors du placement, on s assurera de la bonne qualité du gros oeuvre et du système de fixation utilisé,... 20

19 technique Les mesures électroniques Elles complètent les deux mesures précédentes et regroupent les systèmes d alarme qui ne fonctionnent qu en cas d effraction effective et les systèmes intégrés de protection contre l effraction. Ces derniers consistent à incorporer des systèmes électroniques de détection périmétrique au niveau des composants mécaniques des éléments de façade menuisés extérieurs retardateurs d effraction. Ces systèmes intégrés permettent de détecter une tentative d effraction avant la perte complète de résistance mécanique de l élément attaqué. Divers fabricants proposent également des dispositifs permettant de sécuriser les autres éléments de façade menuisés, comme les fenêtres de toit, les volets roulants, les portes de garage, les soupiraux, les coupoles, les vérandas, Dans le cadre d une recherche prénormative reposant sur les projets de normes européennes 2006 pren 1627 à 1630, le CSTC évalue les performances d éléments de façade menuisés retardateurs d effraction. Sur la base de cette recherche et des conclusions du projet STI Protection contre l effraction, des recommandations relatives à la composition de ces éléments et à leur mise en oeuvre ont été établies par type d élément, par type de matériau et par classe de résistance à l effraction visée. Il s agit, par exemple, de contacts magnétiques intégrés à la quincaillerie, de vitrages avec système intégré de détection de bris de verre,... Parmi les mesures électroniques, notons également l existence de la serrurerie motorisée et/ou automatisée avec, par exemple, des serrures électromécaniques telles que les serrures encastrables motorisées ou solénoïdes, les cylindres motorisés,... V. Detremmerie, ir., G. Dekens, lic., et E. Kinnaert, ing., chercheurs au laboratoire Eléments de toiture et de façade, CSTC Informations utiles Documents utiles : NIT 206 Protection mécanique de la menuiserie et des vitrages contre l effraction Projet STI Protection contre l effraction, Les Dossiers du CSTC, cahier n 7, 2e trimestre 2006 Pour toute information complémentaire, visitez le site 21

20 Achetez directement vos bois sciés d Amérique du Sud Qualité irréprochable et respect de la forêt ANGELIQUE AMARANTE Site : Tél./Fax : N de SIRET EBENE ST MARTIN ROUGE ST MARTIN JAUNE COURBARIL GONFOLO BALATA Buzon Pedestal International sa.nv Z.I. Hauts Sarts, Prolongement Abbaye 134 B 4040 Herstal - Belgium tel : Fax support lambourde correcteur de pente 3 pré-réglage 4 clip de sécurité 5 bague de réglage 6 base du plot Plots Buzon DPH réglables de 17 à 620 mm Correcteur de pente de 0 à 5 % 4 5 PH Buzon Pedestal International sa.nv

brochure Bouwwerven fr DEF 13/02/07 16:07 Page 1 www.besafe.be Evitez les vols sur votre chantier

brochure Bouwwerven fr DEF 13/02/07 16:07 Page 1 www.besafe.be Evitez les vols sur votre chantier www.besafe.be Evitez les vols sur votre chantier Préface Le vol et le vandalisme sur les chantiers sont un problème. Pour y faire face efficacement, ici aussi la sécurité est l affaire de tous : la police,

Plus en détail

DEDUCTION POUR INVESTISSEMENT POUR LA SECURISATION DES LOCAUX PROFESSIONNELS

DEDUCTION POUR INVESTISSEMENT POUR LA SECURISATION DES LOCAUX PROFESSIONNELS Arlon Attert Habay Martelange Direction Rue Reuter, 13 à 6700 ARLON T : 063/608 500, F : 063/608 508 DEDUCTION POUR INVESTISSEMENT POUR LA SECURISATION DES LOCAUX PROFESSIONNELS LA SECURISATION DES LOCAUX

Plus en détail

La sécurité, c'est l'affaire de tous

La sécurité, c'est l'affaire de tous La sécurité, c'est l'affaire de tous LA TECHNOPREVENTION (néologisme) - Les habitations privées - Les alarmes (loi du 21 mars 2007 MB 31/05/2007) - Les caméras (AR du 25 avril 2007 MB 04/06/2007) - Les

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/183 DÉLIBÉRATION N 14/101 DU 4 NOVEMBRE 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À LA DIRECTION

Plus en détail

Le système de caisse enregistreuse (SCE) dans l horeca. Information destinée aux producteurs, importateurs et distributeurs

Le système de caisse enregistreuse (SCE) dans l horeca. Information destinée aux producteurs, importateurs et distributeurs L UNION FAIT LA FORCE Le système de caisse enregistreuse (SCE) dans l horeca Information destinée aux producteurs, importateurs et distributeurs www.systemedecaisseenregistreuse.be - 2014 - Service Public

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/137 DÉLIBÉRATION N 09/075 DU 1 ER DÉCEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE

VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE DEMANDE DE VALIDATION SUR LE FOND Nom Prénom Matricule RÉSERVÉ AU SERVICE N de la demande Date de réception Date de recevabilité Décision de recevabilité jointe Date

Plus en détail

Prévention, une bonne habitude! Protégez votre moto contre le vol!

Prévention, une bonne habitude! Protégez votre moto contre le vol! Prévention, une bonne habitude! Protégez votre moto contre le vol! Le phénomène des vols de motos est en nette augmentation ces dernières années, ce qui est loin de réjouir les propriétaires de ces véhicules.

Plus en détail

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès!

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès! Devenez Expert Tertiaire Somfy Et engagez vous sur la voie du succès! Valorisez votre savoir-faire et vos compétences avec l appui des chargés d affaires tertiaire Somfy qui s engagent à vos côtés. Votre

Plus en détail

www.besafe.be Non aux alarmes intempestives: Réglementation relative aux alarmes anti-intrusion

www.besafe.be Non aux alarmes intempestives: Réglementation relative aux alarmes anti-intrusion www.besafe.be Non aux alarmes intempestives: Réglementation relative aux alarmes anti-intrusion Introduction Les services de police doivent pouvoir réagir efficacement à tout appel d urgence. C est pourquoi

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Vous trouverez en annexe plus d'informations à ce sujet.

Vous trouverez en annexe plus d'informations à ce sujet. Administration de l expertise médicale Medex NOS RÉF. DATE 10/06/2014 ANNEXE(S) EXPLICATION DU NOUVEL AR GESTION ACCIDENTS DU TRAVAIL CONTACT Contact Center TÉL. 02/524 97 97 E-MAIL cg_ga@medex.belgium.be

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

CAPELO - Compléments au dossier de carrière

CAPELO - Compléments au dossier de carrière CAPELO - Compléments au dossier de carrière Instructions administratives aux employeurs 01/01/2013 Tour du Midi / Zuidertoren Bruxelles1060 Brussel T +32 (0)2 791 50 00 F +32 (0)2 791 50 99 www.capelo.be

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice en pratique. Les maisons de justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice en pratique. Les maisons de justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice en pratique Les maisons de justice Chaque arrondissement judiciaire dispose d une Maison de Justice. La Maison de Justice

Plus en détail

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ;

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ; Règlement général de la Centrale de marchés de l intercommunale Interfin pour l achat d énergie au profit des Pouvoirs locaux de la Région de Bruxelles-Capitale Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Madame, Monsieur, Vous trouverez en annexe plus d'informations à ce sujet. Phase 2 de Publiato

Madame, Monsieur, Vous trouverez en annexe plus d'informations à ce sujet. Phase 2 de Publiato Administration de l expertise médicale Medex NOS RÉF. DATE 10/06/2014 ANNEXE(S) EXPLICATION DU NOUVEL AR GESTION ACCIDENTS DU TRAVAIL CONTACT Contact Center TÉL. 02/524 97 97 E-MAIL cg_ga@medex.belgium.be

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

Convention de collaboration

Convention de collaboration Convention de collaboration Les Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1227 Le Lignon entre (ci-après SIG) d une part, et (ci-après l Entreprise) d autre part, (ci-après individuellement la

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

La Commune de Plombières recrute un ouvrier qualifié (H/F) contractuel plombier-zingueur-couvreur D2 à temps plein

La Commune de Plombières recrute un ouvrier qualifié (H/F) contractuel plombier-zingueur-couvreur D2 à temps plein La Commune de Plombières recrute un ouvrier qualifié (H/F) contractuel plombier-zingueur-couvreur D2 à temps plein Descriptif de fonction: Mission Dans le cadre d un service public, dans le respect des

Plus en détail

COMMUNIQUER PLUS AISÉMENT AVEC L AWEX.

COMMUNIQUER PLUS AISÉMENT AVEC L AWEX. COMMUNIQUER PLUS AISÉMENT AVEC L AWEX. Vade-mecum des moyens de communication électroniques de l AWEX pour les entreprises. W A L L O N I A E X P O R T & I N V E S T M E N T Agence wallonne à l Exportation

Plus en détail

Objectifs du «Trophée de l Alternance»

Objectifs du «Trophée de l Alternance» CAHIER DE CHARGES PROMOTEURS Centre de Coordination Et de Gestion des Programmes Européens Objectifs du «Trophée de l Alternance» - Créer un événement annuel mobilisateur. L édition 2010-2011 du «Trophée

Plus en détail

CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE DE SERVICES D ARCHITECTURE DANS LE CADRE DE LA DEMOLITION D IMMEUBLES A APPARTEMENTS SITUES. A. N..

CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE DE SERVICES D ARCHITECTURE DANS LE CADRE DE LA DEMOLITION D IMMEUBLES A APPARTEMENTS SITUES. A. N.. CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE DE SERVICES D ARCHITECTURE DANS LE CADRE DE LA DEMOLITION D IMMEUBLES A APPARTEMENTS SITUES. A. N.. TABLE DES MATIERES PREMIERE PARTIE CLAUSES ADMINISTRATIVES... 4 1.

Plus en détail

Protégez et valorisez vos inventions. Un soutien sectoriel gratuit en matière de propriété intellectuelle à la mesure de votre entreprise

Protégez et valorisez vos inventions. Un soutien sectoriel gratuit en matière de propriété intellectuelle à la mesure de votre entreprise Les CeLLuLes Brevets Protégez et valorisez vos inventions Un soutien sectoriel gratuit en matière de propriété intellectuelle à la mesure de votre entreprise Les Cellules Brevets Protégez et valorisez

Plus en détail

Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo)

Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo) www.besafe.be Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo) Mons - Projet Bien-être à l école 1 Eeklo Les écoles pour les jeunes les jeunes pour les écoles (projet JoJo) SPF

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

www.propiscines.fr Rubrique : Trouver un Pro

www.propiscines.fr Rubrique : Trouver un Pro PISCINES PROPISCINES : 250 PROFESSIONNELS Avec le retour des beaux jours, les 1,7 million de piscines privées de France ont repris du service. Depuis leur construction jusqu à leur rénovation, en passant

Plus en détail

Accès aux courriers électroniques d un employé absent

Accès aux courriers électroniques d un employé absent Accès aux courriers électroniques d un employé absent Les maîtres-mots en la matière : mesures préventives, responsabilisation, proportionnalité et transparence 1. Il convient, à ce sujet, de se référer

Plus en détail

4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel

4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel 4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel 1. Introduction La réglementation du bien-être au travail est centrée sur la gestion des risques. Ainsi, chaque employeur doit systématiquement

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Que faire quand on embauche un entrepreneur?

Que faire quand on embauche un entrepreneur? Que faire quand on embauche un entrepreneur? De nombreux entrepreneurs expérimentés et fiables travaillent dans votre région, des professionnels hautement qualifiés, qui font des affaires selon les règles.

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS Monsieur Alain DESMIT Président du CPAS Rue de la Siroperie, n 7/1 4630 SOUMAGNE Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS Soumagne-L65C-FMAZ-PVA Objet: Rapport d inspection intégré Monsieur

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

Procédure d'annonce par Internet Accéder à la page des annonces en ligne

Procédure d'annonce par Internet Accéder à la page des annonces en ligne INFO 102 Procédure d'annonce par Internet Accéder à la page des annonces en ligne 1) Entrer l'adresse www.sem.admin.ch dans la barre d'adresse du navigateur Internet 2) Sélectionner l'onglet "Entrée et

Plus en détail

IDES. Engineering. Procédure d avis énergétique Dossier explicatif

IDES. Engineering. Procédure d avis énergétique Dossier explicatif Procédure d avis énergétique Dossier explicatif Faire évaluer son logement Contexte En janvier 2003, l Union européenne a adopté une directive /0#1)/234'5)6(1#7.&'801 relative à la performance énergétique

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

C est l affaire de tous

C est l affaire de tous C est l affaire de tous Il appartient aux élus de la mettre en œuvre avec toutes les difficultés que cela comporte. Attentifs aux préoccupations des citoyens en matière de sécurité des personnes et des

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience Notice concernant le Livret 2

Validation des Acquis de l Expérience Notice concernant le Livret 2 Validation des Acquis de l Expérience Notice concernant le Livret 2 Après le dépôt d un Livret 1, votre demande de validation a été déclarée recevable par un courrier du Rectorat. À partir de la date du

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Réussir. tous vos recrutements. Services Entreprises

Réussir. tous vos recrutements. Services Entreprises conseil recherche sélection intégration www.pole-emploi.fr Pour connaître les coordonnées de nos sites. Pour plus d informations sur : Les services qui vous sont proposés Les mesures pour l emploi TBWA\CORPORATE

Plus en détail

Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P)

Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) 1 SOMMAIRE GENERALITES...3 1.1 OBJET DU MARCHE...3 1.2 INTERVENANTS...3

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

Conférence de presse Actions de sécurisation des fêtes de fin d'année

Conférence de presse Actions de sécurisation des fêtes de fin d'année Conférence de presse Actions de sécurisation des fêtes de fin d'année Jeudi 12 décembre 2013 Préfecture de la Haute-Vienne DOSSIER DE PRESSE Limoges, le 12 décembre 2013 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Conférence

Plus en détail

Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges

Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges Relatif à la sélection des entreprises et organismes au programme d aide de l Etat à l accompagnement pour la certification des systèmes de management

Plus en détail

Sécurité dans les bâtiments

Sécurité dans les bâtiments Yves MARTIN Chef de Division Adjoint CSTC Sécurité dans les bâtiments Zoom sur la protection contre l'intrusion 24 avril 2009 Contenu de la présentation 1. Sécurité dans les bâtiments 2. La sécurité contre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Signature de la convention de sécurisation des bijouteries

DOSSIER DE PRESSE. Signature de la convention de sécurisation des bijouteries Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 2 décembre 2014 DOSSIER DE PRESSE Signature de la convention de sécurisation des bijouteries Mardi 2 décembre 2014 à 10 h

Plus en détail

Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Cahier des charges

Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Cahier des charges Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Division de la Qualité et de la Sécurité Industrielle Cahier des charges relatif à la sélection des entreprises et organismes

Plus en détail

Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être :

Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être : 7.1.2 Lutte contre les accidents du travail graves Qu est-ce qu un accident du travail grave? Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être : «Un accident

Plus en détail

CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %)

CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %) La Municipalité de Montreux met au concours un poste de : Tâches principales : CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %) Conseiller et aider la Municipalité, les services, les supérieurs hiérarchiques et les

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale CSSS/12/317 DÉLIBÉRATION N 12/095 DU 6 NOVEMBRE 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

Qu'est-ce que la normalisation?

Qu'est-ce que la normalisation? NORMALISATION 1 Qu'est-ce que la normalisation? La normalisation est un outil élémentaire et efficace des politiques européennes, ses objectifs étant de : contribuer à la politique visant à mieux légiférer,

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

COMMENT POSTULER? GUIDE : FACILITÉS POUR LES PERSONNES SOUFFRANT D UN HANDICAP, D UN TROUBLE DE L APPRENTISSAGE OU D UNE MALADIE

COMMENT POSTULER? GUIDE : FACILITÉS POUR LES PERSONNES SOUFFRANT D UN HANDICAP, D UN TROUBLE DE L APPRENTISSAGE OU D UNE MALADIE COMMENT POSTULER? GUIDE : FACILITÉS POUR LES PERSONNES SOUFFRANT D UN HANDICAP, D UN TROUBLE DE L APPRENTISSAGE OU D UNE MALADIE CONTENU DISPOSITIONS POSSIBLES... 3 COMMENT PUIS-JE DEMANDER DES AMÉNAGEMENTS

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Code : 2310-02-11-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique linguistique Date d approbation : 22 mars 2011 Service dispensateur : Direction générale Date d entrée en vigueur : 22 mars 2011

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

Description du projet et contexte dans lequel il s inscrit au sein de l institution

Description du projet et contexte dans lequel il s inscrit au sein de l institution Nom de l Institution Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Nom du projet Base de données salaires et durée conventionnels de travail Acronyme CAO-CCT Description du projet et contexte

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

en Île-de-France l Ordre des architectes

en Île-de-France l Ordre des architectes l Madame, Mademoiselle, Monsieur, Nous sommes heureux que vous nous ayez fait part de votre volonté d enregistrer ou de renouveler votre prestation de services à l Ordre des Architectes d Île-de-France.

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

PRIX RAYMOND LEBLANC 2015 BULLETIN D INSCRIPTION

PRIX RAYMOND LEBLANC 2015 BULLETIN D INSCRIPTION PRIX RAYMOND LEBLANC 2015 BULLETIN D INSCRIPTION Bulletin à renvoyer à : Ou par mail à : Fondation Raymond Leblanc - Prix Raymond Leblanc Avenue Paul-Henri Spaak, 7 1060 Bruxelles Belgique info@fondationrleblanc.be

Plus en détail

Brochure d information pour le preneur d assurance

Brochure d information pour le preneur d assurance Brochure d information pour le preneur d assurance Votre protection lors de la conclusion d un contrat d assurance conformément aux règles déontologiques MiFID Bienvenue chez Arces Arces, c est la meilleure

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Sources. la Newsletter. Activités, services et produits dʼhauraton France Juin 2012

Sources. la Newsletter. Activités, services et produits dʼhauraton France Juin 2012 Sources 8 la Newsletter Activités, services et produits dʼhauraton France Juin 2012 Edito Thierry Platz, Gérant Norme EN 1433 Conformité, sécurité des caniveaux hydrauliques et responsabilité pénale. NORME

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION 1. OBJET Le décret n 92-158 du 20 février 1992 s'applique dès lors qu'une entreprise extérieure intervient dans un établissement d'une collectivité ou dans ses dépendances ou chantiers. 2. REGLEMENTATION

Plus en détail

Le bilan de compétences

Le bilan de compétences Le bilan de compétences PLATEFORME CONSEIL: 02 99 29 72 48 WWW.FONGECIF-BRETAGNE.ORG Le bilan, qui doit vous aider à dégager des pistes d action, sera réalisé avec l aide d un conseiller appartenant à

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

SECURISATION DES LOCAUX FREQUENTES PAR LES JEUNES DES MOUVEMENTS DE JEUNESSE ANNEE 2014

SECURISATION DES LOCAUX FREQUENTES PAR LES JEUNES DES MOUVEMENTS DE JEUNESSE ANNEE 2014 Les Scouts pluralistes 1 Scouts et Guides Pluralistes de Belgique A.S.B.L Avenue de le porte de Hal, 38 39 1060 Bruxelles Tel : 02/539.23.19 Fax : 02/539.26.05 info@sgp.be www.scoutspluralistes.be SECURISATION

Plus en détail

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi CONVENTION ENTRE: Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi ; ci-après dénommé : «L avocat» ; ET: Madame/Monsieur.., ci-après dénommé : «Le client» ; ARTICLE 1 : DROITS ET OBLIGATIONS

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Gestion de l'énergie. Une gestion pour l'avenir

Gestion de l'énergie. Une gestion pour l'avenir EMPL Gestion de l'énergie. Une gestion pour l'avenir Services légaux et complémentaires pour la Wallonie Optimising work environments Vers une politique rationnelle en matière d'énergie. Le changement

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique Version du 1 er juin 2012 Le référentiel est protégé par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

Pack Télésurveillance

Pack Télésurveillance Partez l esprit léger! Partez Télésurveillés... OFFRE DÉCOUVERTE 6 mois de télésurveillance offerts et sans engagement! Pack Télésurveillance La Télésurveillance Securitas Alert Services : Le complément

Plus en détail

L ANALYSE. Il est important de faire un bon état des lieux de son activité et de ses protections.

L ANALYSE. Il est important de faire un bon état des lieux de son activité et de ses protections. Prévention dans les commerces et les bâtiments professionnels. Prévenir les cambriolages et les actes de malveillance 100% PROS AVEC LES PREVENIR LES CAMBRIOLAGES L ANALYSE Il est important de faire un

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

Formulaire de demande de surveillance en cas d'absence

Formulaire de demande de surveillance en cas d'absence Police Locale ZP Haute Senne (5328) Coordination opérationnelle Chaussée d'enghien, 180 7060 SOIGNIES Tél. (067)349 249 Fax. (067)349 240 Formulaire de demande de surveillance en cas d'absence Renseignements

Plus en détail

Information sur l Assurance. SCOOTER 50 cm 3

Information sur l Assurance. SCOOTER 50 cm 3 group Information sur l Assurance SCOOTER 50 cm 3 Avec AssurOne Group, l assurance Scooter devient simple. Notre rôle est de vous proposer un contrat avec toutes les garanties dont vous avez besoin pour

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail