RAPPORT D ACTIVITÉS 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ACTIVITÉS 2011"

Transcription

1 RAPPORT D ACTIVITÉS 2011 Compas Format ASBL 7 Place Communale 4100 Seraing

2 Table des matières Editorial...2 Les valeurs de Compas Format...3 L équipe Compas Format...5 I. Service d Accrochage Scolaire Le scolaire Les activités culturelles Les activités citoyennes Les activités sportives II. Formation d animateurs et de coordinateurs de centres de vacances III. Centre de vacances IV. Activités en partenariat V. Formations de l équipe Compas Format VI. Statistiques Service d Accrochage Scolaire Formation d animateurs et de coordinateurs de centres de vacances Centre de vacances VII. ISO VIII. Partenaires Service d Accrochage Scolaire Formation d animateurs et de coordinateurs de centres de vacances Centre de vacances IX. Articles de presse

3 Éditorial Un grand merci en particulier à Monsieur le Député provincial - Président André GILLES pour sa confiance et sa conviction sans faille au maintien du partenariat qu il a installé entre la Province de Liège et notre association. Que de chemin parcouru! En été 2004, nous, Compagnons Serruriers, essayons de répondre à la problématique du décrochage scolaire. Nous étions persuadés qu avec l utilisation de nos outils nous permettrions au jeune de clarifier son parcours. Ensuite le montage des dossiers, des constats pour faire passer l idée qu une société compagnonnique pouvait être la passeuse de savoirs et enfin la reconnaissance en janvier 2010 avec l agrément. Garder notre objectif, comment établir la connaissance de soi au travers des connaissances communes. Peaufiner le projet, toujours remettre sur l établi notre travail du métier et en remodeler les aspérités, accentuer les évaluations quantitatives et/ou qualitatives. L ISO , l Observatoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la formation de l entraînement mental, autant d outils que l équipe se réapproprie au fur à mesure que se construit le projet. Enfin, la reconnaissance du Compagnonnage par l UNESCO en novembre 2010 comme Patrimoine Immatériel de l Humanité ne nous relègue pas au musée, mais dans une approche intégrée dans le besoin de la société de demain. Et le jeune? Les chiffres parlent, l éveil de l être sur lui-même le rend plus fort sur la notion du capable. Ce capable si cher à notre parcours, car il constitue un des piliers de la construction mentale de l être et de sa capacité à réaliser son rêve en trois dimensions. Félicitations à l équipe en général, au Directeur en particulier et plus affectueusement à tous les jeunes dont le parcours les a remobiliser sur leur propre projet de vie : citoyen instruit, actif et réfléchi. Pedro Vega Biscayen La Gaité Retrouvée de Loiu 2

4 Les valeurs de Compas Format Issue de communautés de pratiques ancestrales et fondée en 2002 en association sans but lucratif, Compas Format avait pour objet social initial : «L action dans le domaine des ressources humaines. Elle prônera la défense et l illustration de l histoire et des activités des Compagnons Serruriers Enfants de Salomon affiliés. Ainsi, elle organise notamment un centre de formation, un conservatoire, une édition, des publications, un site internet et anime des groupes de travail thématique». En effet, le métier de la Serrure est devenu, au cours de ces dernières décennies, un Compagnonnage de services dans le domaine de la formation et de l intervention sociale. Aujourd hui, nous pourrions parler de «communauté de pratiques» réunissant des professeurs, des assistants sociaux, des éducateurs, des formateurs. La diversité des approches mises en commun à des fins de perfectionnement s est révélée très efficace dans les différents chantiers effectués (intervention dans des écoles, C.P.A.S., P.S.I ). L association a comme objectif de dégager une dynamique de supervision et d intervision des pratiques dans ces domaines sociaux et éducatifs. Par ailleurs, le Compagnonnage possède intrinsèquement des valeurs et des méthodes pour accompagner les jeunes vers le perfectionnement. Depuis le 1 er janvier 2012, l objet exclusif de l ASBL est le Service d Accrochage Scolaire. Réf : rapport d activités 2011 du CAL Province de Liège. Le principe fondamental de notre philosophie est la laïcité. Elle réside dans la séparation absolue de l Etat et des Eglises. Les convictions religieuses et philosophiques restent du strict domaine individuel. Á cette notion de base, elle associe les principes de respect des libertés individuelles et collectives des êtres humains dont le triptyque Liberté - Egalité - Fraternité est une excellente illustration. Elle propose la Libre Pensée comme mode d étude de la réalité et de recherche d éventuelles solutions. Elle souligne que les différences qui séparent parfois les considérations résultant des démarches de l Homme forment la richesse intrinsèque son apport à l amélioration de nos sociétés. Elle rejette résolument tout unanimisme artificiel. 3

5 Les valeurs laïques Les laïques souhaitent une société où chacun dirige sa propre vie. Ils n ont pas de maître à penser ni de «texte sacré». Le libre examen Le libre examen est le refus de tout dogmatisme et le droit à la liberté de conscience. Il s agit d une démarche exigeante, car examiner librement les choses impose de remettre en question toutes les idées reçues. La tolérance La tolérance est une attitude d ouverture et de respect de l autre, mais elle ne signifie pas qu il faut admettre n importe quelle idée. La haine et le mépris, par exemple, doivent être combattus au nom même de la tolérance. La citoyenneté Les laïques, voulant être autonomes et responsables doivent logiquement participer à la vie sociale et politique. Le respect de la diversité Á condition qu elles ne bafouent pas les droits de la personne, les particularités qui différencient les uns des autres enrichissent la vie en commun. La solidarité Seule une société solidaire où chacun est responsable est susceptible de permettre l épanouissement de tous. La démocratie Pour être démocratique, une société doit respecter les valeurs laïques d autonomie individuelle et d égalité des droits, et donc respecter les droits de l Homme, la liberté de pensée Les attitudes laïques Les valeurs laïques doivent se traduire dans les actes. Le laïque combat toute censure et toute discrimination. Le respect des personnes n impose pas le respect des idées de chacun. Les droits de l Homme Droits de l Homme et laïcité sont liés : ils affirment entre autres le droit de résister à la dictature, le droit à la liberté de conscience et d expression La conquête des droits de l Homme a été progressive et n est pas achevée. L humanisme L humanisme, qui est au centre de la laïcité, a pour but l épanouissement de l homme. Il garantit le droit à la différence et la coexistence paisible entre les hommes, car il défend les droits fondamentaux de chaque être humain. L humanisme s oppose donc à l attitude parfois violente de ceux qui affirment posséder «la Vérité». 4

6 Conseil d Administration L équipe Compas Format José Bermudez John Devriese Jérôme Gherroucha Alain Moriau Pedro Vega Ghislain Plunus Président Trésorier Secrétaire Adminsitrateur Expert invité Expert invité délégué Aide à Enseignement la Jeunesse Direction S.A.S. site de Seraing Alain Moriau Directeur S.A.S. site de Verviers Frédéric Duprez Ludivine Cuvelier Sophie Chuffart Emilie Dewaelheweyns Responsable Educatrice Educatrice Enseignante Jean-François Fassin Pascale Geurts Lois Voigt Rodrigue David Responsable Educatrice Educateur Enseignant S.A.S. site de Waremme Samuel Palladino Frédéric Angelucci Sophie Guillemeau Responsable Educateur Enseignante 5

7 Formation d animateurs et de coordinateurs de centres de vacances Pedro Vega José Bermudez Alain Moriau Formateur Formateur Formateur superviseur superviseur superviseur Laetitia Vega Jérôme Gherroucha Emilie Cools Formatrice Formateur Formatrice Yassine El Kabouss Migena Sota Samir Zaoui Formateur Formatrice Formateur 6

8 I. SERVICE D ACCROCHAGE SCOLAIRE 7

9 1. LE SCOLAIRE 8

10 L équipe s appuie sur un programme scolaire et d activités en respectant l objectif, la réintroduction la plus rapide possible et dans les meilleures conditions possibles du jeune dans le cursus scolaire ou dans une structure adéquate dépendant de l obligation scolaire. Toutes les matinées sont consacrées à des cours théoriques (français, mathématique, sciences, citoyenneté ) répartis en trois périodes de cinquante minutes. Les cours sont donnés de manière individuelle et collective. HORAIRE HEBDOMADAIRE ART.31 HEURE LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI 8h40-9h00 Accueil Accueil Accueil Accueil Accueil 9h00-9h50 Travail scolaire Travail scolaire Citoyenneté Travail scolaire Travail scolaire 9h50-10h10 Pause Pause Pause Pause Pause 10h10-11h00 Travail scolaire Travail scolaire Travail scolaire Actualité Travail scolaire 11h00-11h50 Travail scolaire Travail scolaire Travail scolaire Travail scolaire Evaluation hebdomadaire 11h50-13h00 Repas Repas 11h50-12h00 Repas Evaluation Journal de classe 13h00-15h15 Activité Activité Activité 15h15-15h30 Evaluation Journal de classe Evaluation Journal de classe Evaluation Journal de classe HORAIRE HEBDOMADAIRE ART BIS HEURE LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI 8h40-9h00 Accueil Accueil Accueil Accueil Accueil 9h00-9h50 Français Maths Citoyenneté Expression Maths orale 9h50-10h10 Pause Pause Pause Pause Pause 10h10-11h00 Sciences EDM Histoire Français Actualité Français 11h00-11h50 Expression écrite EDM Géo Test Maths Evaluation hebdomadaire 11h50-13h00 Repas Repas 11h50-12h00 Repas Evaluation Journal de classe 13h00-15h15 Activité Activité Activité 15h15-15h30 Evaluation Journal de classe Evaluation Journal de classe Evaluation Journal de classe 9

11 2. LES ACTIVITÉS CULTURELLES 10

12 Youth culture and citizenship Date : 21/01, 03/02 et du 3-8/ Lieu : San Sebastián / Bruxelles Objectif Échange international à San Sebastián et Bruxelles entre des jeunes venant de Belgique, d Espagne, d Angleterre et d Italie. 11

13 Verviers, ville des mots 2011 La langue française comme instrument de communication et d émancipation à Verviers, ville Des mots - Les suites de la langue française en fête Date : 03-09/02 et du 12 au 20/03/2011 Lieu : Verviers La langue française comme instrument de communication et d'émancipation à Verviers, ville des mots. Le thème de cette année est la solidarité. Les jeunes de Compas Format ont réalisé des slogans, reproduits sur des banderoles, autour des mots : fil, plisse, complice et leurs synonymes. Ces slogans ont été affichés sur sept bâtiments importants de Verviers. De plus, les jeunes ont créé le parcours Compas Format qui a emmené le visiteur au fil des mots et de l architecture. La Ville des Mots déploie un décor urbain fait de jeux de mots, en coopération avec le réseau scolaire et associatif. C est pourquoi Compas Format y participe activement. 12

14 Rencontre avec Roger Dehaybe sur la multiculturalité Date : 9/12/2012 Lieu : Musée Renier Verviers Objectif Pendant plusieurs semaines, les jeunes de Compas Format ont travaillé sur la multiculturalité. Une définition du terme a été recherchée, puis des débats ont eu lieu (par exemple sur les préjugés, sur le racisme). Des visites culturelles ont complété l information des jeunes sur la multiculturalité et la culture. Une action similaire sur l Afrique était déjà en cours au S.A.S. Les jeunes ont majoritairement choisi d exprimer leurs acquis par le dessin ; l un d eux, cependant, a lu un texte en introduction à la soiréedébat organisée sur le sujet, le vendredi 9 décembre 2011 à 19h30 au musée Renier à Verviers. 13

15 Clôture de Verviers, ville des Mots 2011 avec Roger Dehaybe Date : 9/12 /2011 Lieu : Musée des Beaux-Arts et de la Céramique de Verviers La diversité, linguistique et culturelle, est le fer de lance de l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). La langue française et la diversité sont fêtées chaque année aux alentours du 20 mars dans les 56 états membres de la francophonie. L année s est clôturée par une rencontre préparée par plusieurs partenaires de Verviers Ville des Mots 2011 : le Richelieu, l asbl Art Contemporain, les Amis des Musées (ACAM), le Rendez-Vous des Ecrivains, avec la collaboration du PAC, de la régionale de Verviers, de la Ligue des Droits de l Homme de Verviers, renforcés par le travail de l asbl Service d Accrochage Scolaire Compas Format. La réflexion s est portée sur les bienfaits de la multiculturalité. Pour en parler avec les Verviétois(es), Roger Dehaybe, ex- administrateur général de l OIF, est présent au Musée des Beaux-Arts et de la Céramique de Verviers vendredi 9 décembre 2011 à 19h30. La soirée est conçue comme un échange de réflexions sur le thème de la multiculturalité et de l interculturalité, de l intégration et de la diversité. C est une belle façon de refermer le programme d action culturelle développé avec les structures de terrain, tout en favorisant les rencontres répétées entre les acteurs culturels pour une meilleure connaissance les uns des autres et une meilleure collaboration entre eux. 14

16 Rencontre avec le CJE Québec Date : du 25/02 au 03/03/2011 Lieu : Province de Liège Leur mission Leur mission est de contribuer à améliorer les conditions de vie des ans du Sud- Ouest de Montréal en les accompagnants dans leur cheminement vers un emploi ou un retour aux études, ou encore dans le démarrage d une entreprise ou d un projet qui leur tient à cœur. Le CJE du Sud-Ouest de Montréal est un lieu où on accueille et on aide les jeunes adultes, un lieu où leurs idées et leurs aspirations sont valorisées. Les 4 grands principes d'accompagnement : travailler avec des personnes qui souhaitent entreprendre des démarches. partir des besoins exprimés par ces personnes. rendre les services accessibles à tous, peu importe leur statut. fournir un encadrement et un suivi personnalisés. Leur projet en Fédération Wallonie-Bruxelles Il s agit d un projet de groupe (7 jeunes de ans) qui vise le développement de compétences liées à la persévérance et à la découverte de soi. Nous souhaitons faire vivre à ces jeunes une expérience d échange interculturel. Le projet se déroulerait en différents volets pour favoriser la persévérance scolaire des jeunes participants. Le projet vise avant tout le développement de compétences transférables chez les participants adaptables à la formation et à l employabilité. Nous souhaitons également leur faire vivre une expérience de groupe positive et un échange interculturel enrichissant qui les valoriseront et les sensibiliseront à des réalités nouvelles. Il leur permettra aussi d élargir leurs horizons en échangeant avec de jeunes Belges. 15

17 Visite aux territoires de la Mémoire Date : 18/10/2011 Lieu : Territoires de la Mémoire à Liège Le Parcours symbolique est une expérience empreinte d'émotions et de respect pour toutes les victimes de la barbarie nazie. Au fil des témoignages de rescapés et des extraits du film "Nuit et brouillard " (A. Resnais), il évoque l'itinéraire d'un déporté dans les camps de concentration et d'extermination. De la rue au wagon à bestiaux en passant par le bureau de la Gestapo, les différents espaces présentés permettent d'imaginer les conditions de survie des prisonniers, les traitements inhumains, la violence permanente et la mise en œuvre de la "Solution finale de la question juive ". Le visiteur s'interroge : aurais-je été victime ou bourreau? Cette "mise en situation " symbolique pose la question de la responsabilité de chaque citoyen et de l'implication individuelle. 16

18 Visite du Fort de Breendonk Date : 24/02/2011 Lieu : Fort de Brendonk L'horreur nazie et ses camps de concentration n'ont pas épargné la Belgique. Le Fort de Breendonk en est une preuve à la fois émouvante et parlante. Il s'agit en effet de l'un des camps nazis les mieux préservés d Europe. Breendonk n est qu un point dans l univers concentrationnaire où s est révélée cette même volonté d anéantissement de l individu, ce même objectif d asservissement et de négation de la personne humaine. Bien que l histoire de Breendonk, la guerre et l après-guerre n incitent pas à l optimisme, nous voulons offrir un message d espoir, comme ces hommes qui ont offert à l humanité la déclaration universelle des droits de l homme. La défense et le respect de ces droits. Voilà notre cause. 17

19 Visite du musée Anne Frank Date : 3/05/2011 Lieu : Musée Anne Frank à Amsterdam La Maison Anne Frank est un musée dédié à l'écrivaine juive de la Seconde Guerre mondiale Anne Frank, situé à Amsterdam, aux Pays- Bas, sur les bords du Prinsengracht, l'un des principaux canaux de la ville. Elle, sa famille et quatre autres personnes se sont cachées ici de la persécution nazie dans des chambres à l'arrière du bâtiment dont l'entrée était cachée par un passage secret. Destiné à la préservation de la cachette - connue en néerlandais comme Achterhuis - et exposant la vie et l'époque d'anne Frank, le musée est aussi un espace de mise en évidence de toutes les formes de persécution et de discrimination. 18

20 Théâtre Forum Date : 23/11/2011 Lieu : Salle du Jardi Perdu à Seraing Objectif Le dispositif théâtre forum est une initiative de Madame Fadila LAANAN, Ministre de la Culture, de l Audiovisuel, de la Santé et de l Égalité des chances qui vise à mettre à disposition des services PSE un outil d animation au service de la promotion de la santé. Le théâtre-forum permet d exprimer les représentations, les attitudes et les valeurs individuelles liées à la situation présentée (assuétudes, EVRAS, violence amoureuse, etc ). L expression du public est encouragée, puis travaillée collectivement afin d améliorer la situation. Le projet s adresse pendant l année scolaire , aux élèves des 3èmes et 4èmes secondaires des établissements d enseignement. La mise en place du théâtre-forum nécessite l association de trois partenaires : le service PSE, l école et la compagnie de théâtre-forum. 19

21 Nouvel an chinois à la Mante Belge Date : 14/03/2011 Lieu : La Mante Belge à Trooz L année du Lapin Entre le 2 et le 17 février 2011 plus de 1,3 milliards d habitants vont célébrer la nouvelle année à l occasion de la Fête du Printemps. Le petit Lapin va renvoyer le Tigre dans sa tanière à la première heure du 3 février, instaurant une période de tranquillité relative avant de laisser place à son tour au Dragon le 23 janvier Les personnes nées sous le signe du Lapin sont sociables, discrètes, raffinées, astucieuses, perspicaces et sensibles. Elles s entendent bien avec celles nées sous le signe de la Chèvre ou du Cochon. Selon une légende chinoise, les signes du zodiaque chinois auraient pour origine un réveillon du Nouvel An où Bouddha invita douze animaux. Ils arrivèrent un par un au rendez-vous : le Rat, le Buffle, le Tigre, le Lapin, le Dragon, la Chèvre, le Serpent, le Cheval, le Singe, le Coq, le Chien et le Cochon. Pour les remercier de leur visite, Bouddha leur consacra à chacun une année et les informa de leurs compatibilités avec les autres animaux, et ils surent quelles seraient les années favorables ou défavorables selon l élément de l année. 20

22 Formation audiovisuelle à l Espace Média de Seraing Date : /02 et /04/2011 Lieu : Espace Média Seraing Objectif Caméras Citoyennes : Exprime-toi en images! Caméras Citoyennes est l occasion de se mettre dans la peau d un réalisateur. Pendant la formation, le service Espace Media a formé les jeunes au langage cinématographique. C est le bon équilibre entre la théorie et la pratique qui permet de donner un bagage suffisant à la création d un court-métrage. Ce dernier dure maximum 8 minutes et doit correspondre avec la thématique préalablement définie. Les participants sont encadrés durant tout le processus de création et de réalisation. 21

23 «Tintin et le secret de la licorne» Date : 17/11/2011 Lieu : Cinéma Sauvenière à Liège Synopsis Tintin achète une maquette de bateau pour le capitaine Haddock. Par coïncidence, c est celle d un navire, La Licorne, que commandait l ancêtre de celui-ci, le chevalier de Hadoque. Tintin découvre dans le grand mât de la maquette un parchemin incompréhensible. Entre-temps, le capitaine retrouve dans son grenier un coffre contenant des objets ayant appartenu à son ancêtre. Tintin et Haddock apprennent l existence d un trésor et décident de se lancer à sa recherche. Mais la maquette est volée Tintin apprend par la suite qu il existe deux autres répliques du navire. Remontant les pistes, il retrouve les voleurs : les frères Loiseau, vivant au château de Moulinsart. Il les arrête et récupère les autres parchemins chez un pickpocket. Les trois parchemins réunis et l énigme (en partie) résolue, il ne reste plus qu à partir chercher le trésor... L histoire se poursuit dans l album suivant, Le Trésor de Rackham le Rouge. Contexte Cette aventure fut publiée en 1943 et n a pas subi de changement depuis. Forcé de publier par planche quotidienne, Hergé y développa sa technique narrative qui mènera à des chefsd œuvre comme L'Affaire Tournesol et Les Bijoux de la Castafiore. L objet d un film Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne de Steven Spielberg (2011). Le film a été présenté en avant-première mondiale à Bruxelles le 22 octobre 2011 au cinéma UGC-De Brouckère. 22

24 3. LES ACTIVITÉS CITOYENNES 23

25 Visite de l Abri de Jour de Seraing Date : 25/01/2011 Lieu : Abri de jour de Seraing SERAING : l Abri de jour accessible pendant la période hivernale Avec le retour tout proche de l hiver, à l initiative de Francis Bekaert, Président du CPAS en charge des Affaires sociales, l'abri de Jour ouvre, à nouveau, ses portes dès ce lundi 3 novembre en faveur de personnes défavorisées. Cette initiative est organisée en partenariat avec «l'abri de nuit» de Seraing. Ce centre de jour, situé à la Gare routière de Jemeppe (sous le pont de Seraing), est accessible du lundi au vendredi de 9 h à 17 h. Une distribution gratuite de boissons chaudes est prévue. L accès à ces locaux est entièrement libre, un règlement d ordre intérieur en fixe toutefois les modalités d utilisation afin d assurer le respect des lieux et des personnes qui les fréquenteront. 24

26 Projet audiovisuel intergénérationnel avec la MDA Date : 16/03-16/04/2011 Lieu : Espace Média de Seraing Deux générations racontent leur rencontre amoureuse dans un reportage réalisé par la MDA l Info des jeunes en collaboration avec Compas Format. 25

27 Séjour dans les Pyrénées Date : 20-30/06/2011 Lieu : Massat Pyrénées Peu de nos apprenants ont eu la possibilité de voyager, de découvrir d autres cultures, même proches de chez eux. Ils ne connaissent que très rarement les limites de leurs quartiers. La majorité de ceux-ci n ont jamais vu la montagne. Quelques-uns n ont jamais connu une expérience de vie en communauté. Ce projet a la prétention de les immerger complètement dans le monde rural montagnard, de leur donner la chance de vivre la montagne dans un contexte particulier, loin des clichés habituels qu est par exemple les vacances aux sport d hivers. Cette aventure va emmener les jeunes dans un cadre authentique, à savoir, partager la réalité de la vie d un habitant en vivant sous son toit plusieurs jours. Ils vont pouvoir partager la réalité des habitants, leur donner un coup de main dans leur quotidien, se rendre compte de la rudesse de la nature 26

28 Date : 26/10/2011 Lieu : Seraing Manifestation avec les travailleurs d ArcelorMittal Le mercredi 26 octobre, la FGTB organise, en front commun syndical, un rassemblement à Seraing afin de montrer sa solidarité avec les travailleurs d ArcelorMittal. La concentration de travailleurs d ArcelorMittal, mais aussi de travailleurs d autres secteurs, aura lieu au pied de la statue de John Cockerill, devant l hôtel de ville de Seraing à 10h. Prendront la parole : Marc Goblet (Président FGTB Liège) Francis Gomez (Président Metallos Liège Jordan Anatasov (Secrétaire général CSC métal Jean-Marc Namotte (secrétaire fédéral CSC Liège) ou Pierre Lepinne (président CSC Liège) Nous sommes tous des enfants de Cockerill C est toute la population de Seraing qui est concernée directement ou indirectement par la fermeture de l usine. En signe de solidarité, la ville de Seraing organise une opération «ville morte». Les commerces resteront fermés et la population se joindra aux travailleurs face à l hôtel de ville. 27

29 Visite du Palais de Justice de Liège Date : 21/11/2011 Lieu : Liège Objectifs découverte historique du bâtiment ; sensibiliser au fonctionnement de la justice ; rencontre avec un juge et un avocat ; découverte du métier d avocat ; sensibiliser aux enjeux démocratiques ; comprendre son rôle de citoyen ; expliquer l utilité et la nécessité du droit et de la justice dans une société ; comprendre l actualité ; comprendre l organisation belge de la justice ; comprendre que la justice n est pas contre les citoyens mais avec eux ; assister à un jugement. 28

30 «Maison du combattant» de Seraing Journée citoyenne Date : 8/11/2011 Préparation d un repas pour les démunis Date : 15/11/2011 Lieu : Maison du combattant à Seraing Activité sportive kinball avec le public de la Maison du combattant Date : 17/04/2011 Lieu : Hall omnisports du Bois-de-L Abbaye de Seraing Préparation d un repas de Noël Date : 15/12/2011 Lieu : Maison du combattant à Seraing La Maison du Combattant c est... une équipe pluridisciplinaire de travailleurs sociaux à votre service à la Maison dans le quartier Morchamps - Molinay. Missions du service : lutter contre la précarité ; développer l interculturel. Concertation de quartier : ateliers français langue étrangère ; la Louche Solidaire ; mise à disposition de locaux ; espace femmes ; projets de quartier. 29

31 Visite du Parlement fédéral à Bruxelles Date : 06/12/2011 Lieu : Parlement fédéral à Bruxelles Objectifs : comprendre l organisation politique belge ; sensibiliser les jeunes à la démocratie ; comprendre le fonctionnement du parlement belge ; comprendre le parcours des lois ; découvrir le rôle des parlementaires ; comprendre les problèmes politiques belges ; comprendre la création d un nouveau gouvernement ; comprendre son rôle de citoyen ; intégrer le jeunes dans les mécanismes politiques belges afin qu ils se sentent impliquer ; faire un lien avec l actualité du pays. Le parcours a guidé les jeunes au travers des salles de commissions historiques et des salles des séances plénières de la Chambre et du Sénat. Dans les couloirs, les visiteurs ont également apprécié les collections de portraits, de bustes et autres œuvres d art. 30

32 Visite de l aéroport de Bierset Date : 11/01/2011 Lieu : Aéroport de Bierset/Liège Liege Airport S.A., société en charge de l'exploitation de l'aéroport, peut désormais se Tirant profit de sa situation géographique targuer de s'être hissée au 8 e rang européen dans le domaine du fret aérien. idéale au cœur du triangle d'or reliant Depuis 1994, le transport de passagers connaît lui aussi une évolution intéressante grâce au Paris, Amsterdam et Francfort au sein développement des activités charters qui permet d'offrir aux passagers une palette de 22 duquel transitent deux tiers du transport destinations touristiques attractives. Liege Airport est aussi desservi par des lignes régulières européen de fret, Liege Airport a décidé de (Tel-Aviv, Pristina, Tirana). concentrer essentiellement sa stratégie de développement sur le transport de L'implantation du hub de TNT a joué un effet catalyseur sur le développement des activités marchandises. de l'aéroport, de telle sorte qu'il a généré l'implantation de nombreuses autres compagnies actives dans le domaine du fret. Ce développement a été favorisé par la localisation géographique de l'aéroport, situé en plein cœur de l'euregio, ce qui permet d'attirer un nombre significatif de passagers étrangers 31

33 CAL : Exposition sur les stéréotypes Date : 18/09/2011 Lieu : Maison de la Laïcité de Waremme Stéréotypes! C était mieux avant? Objectif En septembre, le Centre d Action Laïque de la Province de Liège a diffusé dans ses locaux de Waremme une sélection d affiches publicitaires d hier et d aujourd hui remarquables par l usage des stéréotypes qu elles véhiculent et ancrent dans nos quotidiens. Dans le cadre de celle-ci, une rencontre/débat s est tenue au départ des interventions d Arnaud Pêtre (chercheur en neuromarketing) et Philippe Gillain (Directeur de l Union Professionnelle des Métiers de la Communication) sur le thème: Publicité, «part de cerveau disponible» et libre arbitre. 32

34 Potager communautaire Date : 8/09/2011 Lieu : Waremme Le potager a vu le jour, sous l impulsion de la régie de quartier et grâce à l aide financière de la fondation Roi Baudouin, de quoi permettre de réaliser les premiers achats. Le home waremmien mettant à disposition le terrain, il ne restait plus qu à tracer les parcelles individuelles et communautaires. «Aujourd hui, nous doublons la superficie du potager. Il passe de 300 à 600 m2», explique Isabelle Durian, chef de projet du plan de cohésion sociale. «Il faut donc déplacer la clôture et retourner le terrain des nouvelles parcelles.» Objectifs : convivialités, rencontres régulières avec le partage d informations entre les services et le voisinage du potager ; respect vis-à-vis des membres des parcelles et acceptations des autres avec leurs différences ; création de liens sociaux. Ce lieu est ouvert sur le quartier et favorise les rencontres entre générations et cultures différentes. 33

35 Visite du parc à conteneurs Date : 24/11/2011 Lieu : Waremme Objectif Conscientisation au triage des déchets. Le parc à conteneurs est devenu l outil incontournable du tri des déchets. En effet, près de 55 % des déchets issus des ménages y transitent. C est pourquoi le parc à conteneurs se modernise afin de vous faire profiter d une plus grande disponibilité des conteneurs et d améliorer encore le service au citoyen. Le parc à conteneurs récolte chaque jour vos déchets de façon sélective. Sur place, un préposé aide à trier vos déchets. On peut y apporter tout ce qui est recyclable : vieux papiers, bouteilles et flacons en verre ou plastique, huile et graisse de friture, huile de vidange de moteur, herbes de pelouse et taille d'arbustes, fonds de grenier, déchets de construction, déchets spéciaux tels que piles, médicaments, solvants, peintures 34

36 Amnesty International Date : 8/11 et 22/11/2011 Lieu : Waremme 35

37 Rallye des services Date : 12/05/2011 Lieu : Waremme A L'ECOUTE DES JEUNES ASBL AMO CPAS DE WAREMME MAISON DS JEUNES DE WAREMME CENTRE DE GUIDANCE DE WAREMME PLAN DE COHESION DE WAREMME Objectif Permettre au jeune d avoir un point et/ou une personne de contact pour faciliter les démarches éventuelles et futures dont il pourrait avoir besoin. 36

38 4. LES ACTIVITÉS SPORTIVES 37

39 Kung Fu à la Mante Belge Date : Les lundis après-midi Lieu : Institut de la Mante Belge à Trooz Objectifs La pédagogie de la Mante Belge aide le jeune à rencontrer sa propre énergie, favorise l'estime, sa socialisation de par la collaboration des autres dans l'apprentissage, améliore la concentration, la créativité et la conscience corporelle. Non seulement à finalité martiale, le style offre d'immenses possibilités aux adolescents dans le domaine éducatif. Le Kung Fu éveille leur curiosité puis généralement les passionne, les cours devenant alors pour eux des moments privilégiés, où les plus vifs apprennent à canaliser leur énergie et les plus timides à trouver de l'assurance. Cet art martial entraîne l individu à se maîtriser (vaincre ses passions), à aborder l Autre dans sa différence et non dans la crainte, «j ai peur donc je t agresse» devient «je n ai plus peur donc je t accepte et j intègre nos différences». Le Kung Fu n est pas un sport qui s impose, la démarche doit être volontaire, pour autant chaque jeune doit participer au projet en y apportant ses compétences ou sa simple détermination, c est pour cela que le projet est aussi culturel (musique), mais également citoyen (rencontre internationale). 38

40 Randonnées sportives Date : 08/02/2011, /04/2011, 06/09/2011 Lieu : Ardennes Objectifs La randonnée sportive permet de construire une activité qui regroupe le scolaire, le sportif, le citoyen et le culturel. La marche à pied est une activité sportive. Elle permet à chacun de se dépasser sans avoir de qualité spécifique. En partant de ce principe, elle permet de rendre confiance au travers du je suis capable. Elle est le lieu de pratiques solidaires au travers des différentes difficultés rencontrées sur le parcours. En effet, le groupe reste ensemble, soudé et s entraide dans le franchissement des obstacles qui jonchent le trajet. Marcher avec un objectif est similaire au parcours de vie de chacun. Lorsque l on randonne, on se fixe un objectif à atteindre. Les jeunes qui réalisent un parcours au SAS ont la possibilité de mettre en pratique les différents apprentissages sur le terrain. Le cours de randonnée, qui s inscrit dans le cadre du cours de géographie, permet non seulement d apprendre à utiliser une boussole, d orienter une carte, de lire celleci et donc de se situer dans l espace. Ce cours permet également d acquérir ou de se rappeler certaines notions mathématiques comme l utilisation d une échelle, le calcul d une distance ou d une vitesse horaire. Au-delà de la pratique de la marche qui est donc sportive de par le rythme imposé et du choix du terrain, les jeunes doivent utiliser cet apprentissage scolaire afin d atteindre l objectif de départ. Il y a donc clairement un rapport entre la matière enseignée et l activité. C est un moyen de donner un sens pragmatique à l apprentissage scolaire. 39

41 Trottinette dans les Fagnes Pourquoi la trottinette? Date : 7/04/2011 Lieu : Signal de Botrange A propos de la trottinette tout terrain : moyen de déplacement original et ludique ; facilité d utilisation : pas de changement de vitesse, pas de réglage préalable, centre de gravité très bas, freins adaptés ; accessible à tous à partir de 9 ans ; engin léger et silencieux : respect de l environnement lors des déplacements ; procure une multitude de sensation différente selon la façon de s en servir ; utilisable par tous les temps ; les paysages offrent de beaux itinéraires. La pratique de ce sport : favorise le goût de l effort, la ténacité, le dépassement de soi ; engendre le respect des autres et du groupe ; aiguise l entraide et le plaisir de randonner ensemble ; développe une bonne coordination psychomotrice. Il faut être capable de trouver le bon équilibre, de choisir et de maintenir son propre trajet, de freiner à temps pour éviter toute collision, de regarder autour de soi, de changer régulièrement de jambe motrice et d adopter différentes positions en roulant. 40

42 II. FORMATION D ANIMATEURS ET DE COORDINATEURS DE CENTRES DE VACANCES 41

43 Date :,18-23 avril 2011,02-05 novembre 2011 Lieu : Domaine provincial de Wégimont L ASBL Compas Format, en collaboration avec le Conseil d Arrondissement de l Aide à la Jeunesse de Liège, organise une formation d animateurs et de coordinateurs de centres de vacances. Cette formation est destinée aux jeunes de 16 ans minimum. La formation se déroule en deux années pour le brevet d animateur. Une année supplémentaire est nécessaire pour obtenir le brevet de coordinateur. Ces formations seront composées de sessions théoriques et pratiques. Cette formation donne : accès à un apprentissage des techniques d animation ; un brevet reconnu par la Fédération Wallonie-Bruxelles ; un job éventuel dans les plaines de jeux communales ; la possibilité de réaliser un projet personnel ; l opportunité d être reconnu dans ton quartier et ta commune. Cette année nous avons accueilli 27 jeunes : 14 en 1 e année 9 en 2 e année 4 en 3 e année 42

44 III. CENTRE DE VACANCES 43

45 Date : avril 2011, novembre 2011 Lieu : Domaine provincial de Wégimont Mission Les centres de vacances sont des «services d accueil» d enfants pendant les vacances, encadrés par des équipes d animation qualifiées. Ces centres ont pour mission «de contribuer à l encadrement, l éducation et l épanouissement des enfants pendant les périodes de congés scolaires (définition du décret du 17 mai 1999). Compas Format est agréé depuis le 01 septembre 2008 comme centre de vacances par la Fédération Wallonie-Bruxelles et l O.N.E. Cette année notre centre de vacances de Wégimont du au accueilli 53 jeunes de 6 à 12 ans. 44

46 IV. ACTIVITES EN PARTENARIAT 45

47 La seule manière intelligente d'éduquer consiste à être soi-même un exemple. Albert Einstein Nos enfants sont ce que nous leur transmettons, ils se développent en fonction de ce qu'ils reçoivent de leurs parents ainsi que de l'environnement social dans lequel ils baignent. Mais quel exemple leur donne-t-on? Les médias et l homme de la rue déplorent les incivilités et la violence des jeunes. Mais la violence ne règne-telle pas dans les familles et dans la société? La violence conjugale, l agressivité du conducteur automobile, le langage ordurier d un chef d état ou le coup de boule d un sportif de renom ne sont-ils pas des exemples de notre vie quotidienne? Il revient à l adulte au sein de la famille ainsi que dans l espace social d aider l enfant à trouver les repères pour grandir et ainsi se socialiser. Non limité, l enfant ou l adolescent se retrouve aux prises avec ses pulsions, qu il n est pas à même de canaliser seul. Certains parents ont des difficultés à mettre des limites à leur enfant. Parfois le chaos familial, ou encore les conditions matérielles n offrent pas l assise sécurisante qui permet à l enfant de se développer harmonieusement. On parlera alors de négligence voire de maltraitance. Cependant il faut tout un village pour élever un enfant et les parents doivent pouvoir compter sur la solidarité de leur entourage et s appuyer sur l environnement social. Mais la société que nous avons créée, promeut liberté individuelle et épanouissement personnel, imagine un monde sans limite et fait miroiter la disparition de toute contrainte. Cela ne ressemble-t-il pas à une illusion d enfant? Désemparés face à leurs enfants, les adultes se tournent vers des réponses toutes faites, des solutions médicamenteuses, prescrites parfois avec excès. Il leur arrive de demander «un signe fort» aux responsables politiques. S ouvre alors la voie vers des politiques répressives et sécuritaires dont l augmentation des places en centres fermés n est qu un aspect. Nous soutenons que cette question concerne tout le monde. Elle est liée à la transmission. Pour que l enfant puisse intégrer les limites du vivre ensemble, il est de la responsabilité de l adulte de montrer dans ses actes son souci de l autre, du lien social, du collectif... Dans le concret cela se traduit par la parole plutôt que le passage à l acte, parfois le jeu voire l humour plutôt que la contrainte, une certaine sobriété plutôt que l hyperconsommation Bon ou mauvais, l'exemple, c est nous. Nous tous, chacun d entre nous. Nous invitons professionnels, parents, adultes responsables à rejoindre cet appel et cette campagne participative par son témoignage, ses actions, propositions, initiatives 46

48 Solidaris Day Date : 30/08/2011 Lieu : Herstal Solidaris Day Derrière ce nom la fête! La fête de la mutualité Solidaris et de ses partenaires de la Fondation Solidaris Santé Education : la CSD, la Clinique André Renard et ses polycliniques, les FPS, Pharmasanté - les Pharmacies du Peuple et de la Sauvegarde, les agences de voyage Amplitours et les magasins d'optique Point de Mire. La fête de tou(te)s les affilié(e)s de la plus grande mutualité en Région Wallonne! La fête autour des valeurs communes que nous défendons! Un événement créé pour remercier les affiliés de la confiance qu'ils accordent au quotidien, au cours duquel tous les partenaires de Solidaris présentent leur "métier" de manière ludique et interactive. 47

49 Conférence «Biennale de la transversalité Date : du 10/11 au 02/12/2011 Lieu : Espace Wallonie de Liège Biennale de la transversalité Expo "Droits dans le cadre, quand les politiques coordonnent leurs actions avec les jeunes et leur famille". Objectifs : mettre en évidence les politiques croisées, menées en partenariat par les services de prévention générale de l aide à la jeunesse, les AMO, les CPAS et les Plans de cohésion sociale des villes et communes de Wallonie ; promouvoir le travail concret des acteurs de terrain et mettre en exergue des bonnes pratiques illustrant la transversalité des actions des services publics et privés wallons et communautaires ; Atelier 3 - La prévention générale : «La place du jeune dans les interactions» Présentation du cadre : Geneviève KINNEN, Prévention générale du SAJ ; «La formation d animateurs de quartiers» : Alain MORIAU, ASBL Compas Format ; Témoignage de deux animateurs, anciens bénéficiaires. sensibiliser les futurs professionnels des secteurs concernés et en particulier les étudiants des Hautes- Ecoles à l intérêt du maillage social et du développement permettant de répondre plus adéquatement aux besoins sociaux détectés sur le terrain. 48

50 20 ans du décret de l Aide à la Jeunesse Date : 13/11/2011 Lieu : Hall omnisports de Grivegnée Objectif La Direction générale de l Aide à la Jeunesse, en collaboration avec le cabinet de la Ministre Evelyne Huytebroeck et la Prévention générale du S.A.J. de l arrondissement de Liège, invite tous les travailleurs du secteur de l Aide à la jeunesse à fêter l anniversaire du Décret de l'aide à la jeunesse lors d'une journée décentralisée au hall omnisports de Grivegnée le 13 octobre Cette journée permet aux services de se rencontrer et de recevoir les élèves des écoles d éducateurs et d assistants sociaux de la Province de Liège. 49

51 L Europe à Compas Format Youth policy review - Septembre 2011 Date : 22/09/2011 Lieu : S.A.S. Seraing Politique de jeunesse du Conseil de l Europe L un des objectifs prioritaires est de promouvoir et soutenir le développement des politiques de jeunesse dans les Etats membres. Fondamentalement, l approche du Conseil de l Europe en matière de politique de jeunesse vise à encourager la participation des jeunes en tant que citoyens et à faciliter leur transition souvent délicate vers l autonomie. Les idées régissant la politique de jeunesse sont les suivantes : l apprentissage tout au long de la vie, l intégration, la cohésion sociale, la citoyenneté, la participation, la sécurité, la santé et le bien-être. Il y a donc tout lieu de supposer que la politique de jeunesse opte pour une approche globale et transversale s étendant à tous les domaines politiques et poursuivant des objectifs clairs et précis qui puissent être évalués. Ceux qui décident des politiques de jeunesse peuvent également prouver leur volonté d œuvrer «pour, par et avec les jeunes» en les associant à l élaboration desdites politiques auxquelles ils donneront du sens, en les fondant sur des faits et en les soumettant à une évaluation scientifique. 50

52 La participation des jeunes, un enjeu éducatif Date : 22/11/2011 Lieu : ULG, Salle Académique, 7 Place du Vingt Août Liège Objectif A l occasion de l anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l Enfant, il est important de mettre en avant les liens entre les principes fondamentaux de la Convention, le Décret de l Aide à la jeunesse et les projets pédagogiques de notre secteur, particulièrement ceux qui visent le recueil de la parole et de la participation des jeunes. En effet dans les services publics, un outil qui s inspire d une bonne pratique au Québec, est en phase d adaptation. Il est destiné à évaluer et consolider les compétences fonctionnelles des jeunes face à une vie en autonomie. Cet outil baptisé EVA (pour évaluation) / GOA (pour guide des outils d aide à l autonomie), qui met l accent sur la capacité du jeune à s autoévaluer, sera présenté par des intervenants de terrain qui ont contribué à son développement en Fédération Wallonie-Bruxelles. Dans les services agréés également, différents outils ont été mis en place pour recueillir la parle des jeunes. Ainsi des acteurs de terrains sont venus partager leur pratique quotidienne. Cette journée d étude se veut une occasion de mettre en exergue différentes expériences favorisant concrètement la participation citoyenne des jeunes, notamment au travers du recueil de leur parole. 51

53 RÉZÉA Réseau d échanges en matière d assuétudes PROJET DE CONSTRUCTION D UN OUTIL PÉDAGOGIQUE D ANIMATION ET DE FORMATION ABORDANT LA THÉMATIQUE : «CYBERCONSOMMATIONS ET MULTIMÉDIAS À TRAVERS LES ÂGES» Présentation du projet Thématique Création d un outil visant à accompagner les projets, à stimuler les dynamiques au sein des structures scolaires et extrascolaires et à pallier au manque de supports pédagogiques en matière de cyberconsommation. Objectifs poursuivis L objectif premier est d obtenir une source de financement pour la création et la production de l outil afin d assurer au mieux le pré-test et l évaluation de l outil en vue de sa diffusion. En ce qui concerne l outil, nous insistons sur le fait que l usage des écrans n est pas toujours problématique, l optique adoptée ici est de ne pas stigmatiser les jeunes mais de les aider à faire la part des choses et de pouvoir se donner des limites. De ce fait, il s agira, pendant les trois années, de poursuivre les objectifs suivants : sensibiliser les jeunes à la thématique des cyberdépendances afin de leur permettre de faire des choix de vie appropriés ; inscrire la problématique dans un contexte large, pour éviter de focaliser l attention sur un média, une consommation ; favoriser un changement des représentations en matière de cyberconsommations ; le débat : favoriser la communication et le débat autour des cyberdépendances ; acquérir des savoirs, des savoir-faire et savoir-être concrets permettant un questionnement critique face à la problématique des cyberdépendances ; faire connaître l outil afin de partager et échanger les expériences avec les professionnels scolaires et extrascolaires de Verviers et de son arrondissement judiciaire. 52

54 V. FORMATIONS DE L EQUIPE S.A.S. 53

55 L adolescent dans sa puberté Date : 6/05/2011 Lieu : Espace Ferrer à Seraing Les objectifs Fournir aux adolescents les possibilités : de connaître et de comprendre les dimensions biologiques, sociales et psychologiques de leur sexualité, de les intégrer positivement à leur personnalité dans le respect des consciences et du droit à l intimité ; d exercer leur responsabilité vis-à-vis d eux-mêmes et des autres dans leur vie personnelle et sociale. Les objectifs spécifiques de l éducation à la sexualité : reconnaître les différentes dimensions de la sexualité humaine : biologiques, affectives, psychologiques, juridiques, sociales et éthiques. A partir des connaissances précises de chaque sexe, analyser la relation à l autre dans ses composantes personnelles, sociales et biologiques ; comprendre qu il peut y avoir des comportements sexuels variés sans penser qu on les encourage du fait qu on les comprend ; adopter une attitude critique vis-à-vis des représentations irrationnelles et idéalisées de la sexualité ; intégrer positivement des attitudes de responsabilité individuelle, familiale et sociale fondées sur des valeurs humanistes du respect de soi et d autrui. 54

56 Décret S.A.S. Date : 7/09/2011 Lieu : Service d Aide à la Jeunesse de Liège Soutenus conjointement par l Enseignement et l Aide à la Jeune, les 12 Services d Accrochage Scolaire (SAS) (3 en Région bruxelloise et 9 en Wallonie), agréés par la Fédération Wallonie-Bruxelles, trouvent leur origine dans les services d aide en milieu ouvert (AMO). Face aux problèmes de plus en plus récurrents d absentéisme, de décrochage scolaire et de violence en milieu scolaire, la Fédération Wallonie-Bruxelles s est montrée intéressée à instituer des projets à la jonction entre l Enseignement et l Aide à la Jeunesse, notamment dans le cadre du décret "Discriminations positives" du 30 juin C est dans ce contexte qu ont émergé les premiers projets-pilotes de SAS en Entre 2000 et 2009, la Fédération Wallonie- Bruxelles en a subventionné 12. L appellation "service d accrochage scolaire" a, elle, été instituée par le décret du 8 janvier Les services sont agréés depuis le 1 e janvier 2010 pour une période de 5 ans. 55

57 Entraînement mental / Peuple et Culture Date : 29-31/09/2011 Lieu : Service d Aide à la Jeunesse de Liège Objectif Rendre la culture au peuple et le peuple à la culture. Imaginé en 1935 par Joffre Dumazedier et ses compagnons de la Résistance, l Entraînement Mental peut être considéré comme un «art de penser» qui s est élaboré au sein de Peuple et Culture. Depuis, porté par de nombreux militants culturels, il a été expérimenté, enrichi, partagé, et fait l objet de débats passionnés et argumentés en rapport direct avec l évolution du contexte historique et des pratiques sociales. A l origine, il s agit d une rencontre d hommes et de femmes de milieux différents qui, entendant transformer leur situation plutôt que de la subir, expriment leurs points de vue, débattent, questionnent le quotidien, exercent leur raison pour imaginer des manières d être et d agir en se fondant sur une compréhension partagée mais aussi sur des principes et des buts communs. Les usages sociaux de cet art se sont diversifiés, dans l éducation populaire, la militance culturelle, la formation professionnelle, l éducation permanente, l auto formation... L Entraînement Mental, parce qu il est une pensée rigoureuse de l action par la production collective de savoirs et la quête du sens des devenirs qui nous agitent, suscite un intérêt renouvelé, et fait l objet de maintes initiatives. La démarche présentée par ce livre se veut une initiative, parmi d autres, de praticiens. 56

58 Les jeux dangereux, ce n est pas du jeu! Date : 24-25/11/2011 Lieu : Palais des Congrès de Liège Objectifs Comment parler aux enfants et aux adolescents de ces jeux dangereux au cours desquels des jeunes se mettent en danger? Et aux parents, faut-il le faire au risque de les inciter et d obtenir l effet inverse à celui rechercher? Comment l école, et l ensemble des milieux de vie des enfants et des adolescents, peuventils faire face? Autant de questions auxquelles, vu l importance du phénomène des jeux à risques en milieu scolaire et ailleurs, il semble essentiel d apporter enfin des réponses. Sensibiliser, informer ou encore faire face à la crise, oui mais comment? Depuis plusieurs mois des groupes de travail interdisciplinaires réfléchissent à ces questions afin de mettre en place un dispositif global de sensibilisation, de prévention et d intervention. Ces réflexions seront présentées aux professionnels de l éducation et débattues par des experts belges et étrangers les 24 et 25 novembre 2011 au Palais des Congrès à Liège. Les réflexions déboucheront ensuite sur des propositions concrètes d action. 57

59 Enseignement et maltraitance : quels enjeux en question? Date : 1/02/2011 Lieu : Barboux Liège Organisation de journées de réflexion à destination des écoles fondamentales de l Arrondissement Judiciaire de Liège sur le thème de la maltraitance. Objectifs : Aide à la Jeunesse, le cadre légal, mythes et croyances de la puissance de l aide sociale. rappeler les droits des parents auprès de tous les services de terrain. Obligation d informer les parents de toute action ou décision prise par rapport à leur enfant ; accroître la connaissance des acteurs scolaires sur le fonctionnement et les missions du SAJ afin de contrer les stéréotypes existants ; renforcer l information auprès des acteurs scolaires concernant les différents services d intervention dans les situations de maltraitance. Permettre aux Pouvoirs Organisateurs et aux directions d école de disposer de cette information pour la diffuser auprès des enseignants et éducateurs ; mettre un terme au débat stérile tournant autour de la définition de la maltraitance et de la notion de danger empêchant le signalement de situation de maltraitance. Savoir que les services compétents sont chargés d identifier les situations ; sortir de l isolement en informant les acteurs de l existence des réseaux existants (Commissions mixtes du Maillage social). 58

60 VI. STATISTIQUES 59

61 1. LES STATISTIQUES DU S.A.S. 60

62 Données quantitatives pour les 3 unités du S.A.S Compas Format 1.Le nombre de mineurs pris en charge et la durée moyenne de prise en charge en distinguant les mineurs pris en charge sur base de l article 30, de l article 31 ou de l article 31bis du décret du 30 juin 1998 visant à assurer à tous les élèves des chances égales d émancipation sociale, notamment par la mise en œuvre de discriminations positives. L année d'étude, la forme et le type d'enseignement des mineurs 154 élèves pris en charge répartis comme suit : 60 jeunes sur le site de Seraing ; 54 jeunes sur le site de Verviers ; 40 jeunes sur le site de Waremme. SITE DE SERAING N ARTICLE RESEAU NOMBRE DE ANNEE ORIENTATION JOURS SCOLAIRE 1 31 BIS OS 90 1 CEFA CEFA 2 31 BIS OS 181 3P SOLIDARCITE 3 31 CF 181 2G ECOLE 4 31 LCS 44 5Q ECOLE 5 31 LCS 181 5Q IFAPME 6 31 LCS 81 2C ECOLE 7 30 RFW 72 1 SPEC ECOLE 8 31 OS 70 1C ECOLE 9 30 RFW SPEC ECOLE RFW 77 5 PRIM ECOLE OS 161 2S ECOLE RFW 76 2G ECOLE OS 104 1D ECOLE BIS LCS 61 3P IFAPME LCS 49 2D ECOLE LCS 64 1C SAJ OS 59 1C ECOLE RFW 181 1C ECOLE LCS 32 1G ECOLE BIS OS 181 3G ECOLE OS 181 2D ECOLE LCS 50 2G ECOLE RFW 14 1G ECOLE LCS 181 3P ECOLE 61

63 25 31 RFW 81 2G ECOLE RFW 76 1G ECOLE OS 73 1G ECOLE RFW 36 1 SPEC SPJ LCS 39 1S ECOLE LCS 16 1C SAJ BIS LCS 35 3P SAJ OS 92 1S ECOLE BIS OS 34 4P ECOLE LCS 43 5TQ IFAPME OS 92 3TEC ECOLE OS 21 2D ECOLE OS 92 2D ECOLE RFW SPEC ECOLE OS 91 2S ECOLE LCS 92 1S ECOLE BIS RFW CEFA AMO LCS 182 1S IFAPME LCS 153 1S SPJ LCS 182 2D ECOLE RFW 107 1S ECOLE RFW SPEC ECOLE BIS OS CEFA SOLIDARCITE LCS 93 1 SPEC SPJ RFW 63 1D ECOLE LCS 17 2D ECOLE LCS 75 2D ECOLE LCS 3 1D ECOLE OS 51 1D ECOLE OS 51 1G ECOLE OS 45 2C ECOLE BIS RFW 37 1G SAJ OS 26 2C CEFA PS 19 3P SAJ RFW 18 2G ECOLE RFW 73 2C ECOLE SITE DE VERVIERS N ARTICLE RESEAU NOMBRE DE ANNEE ORIENTATION JOURS SCOLAIRE 1 31BIS LCS 94 4 G SOLIDARCITE 2 31 FWB 89 1 S ECOLE 3 31 FWB 91 3 TQ ECOLE 4 31 FWB 73 2 G ECOLE 5 31 LCS DIFF ECOLE 6 31 FWB 73 3 TQ ECOLE 7 31 FWB 68 1 COMP ECOLE 8 31 OS 153 4TQ ECOLE 9 31 BIS LCS 88 2 COMPL SAJ 62

64 10 31 OS 66 1 S ECOLE FWB G ECOLE FWB 39 2 G ECOLE LCS 74 1 S ECOLE OS 89 1 DIFF ECOLE LCS 64 1 S SAJ FWB 89 2 COMPL ECOLE OS CEFA SOLIDARCITE OS 60 2 DIFF SAJ FWB 88 2 DIFF ECOLE LCS 85 2 COMPL ECOLE BIS OS P CPSE OS 88 2 DIFF ECOLE FWB S ECOLE FWB 72 1 S ECOLE FWB 52 1 S ECOLE FWB 84 2 S ECOLE LCS 9 2 DIFF ECOLE FWB 91 3 TQ IFAPME FWB 63 5 G SPJ LCS 34 5 TT ECOLE BIS FWB 90 3 P ECOLE FWB 91 6 PRIM ECOLE OS 91 1 S ECOLE LCS 11 5 TT ECOLE LCS 91 1 G ECOLE FWB 17 2 COMPL SAJ LCS 91 2 SPEC SAJ LCS 86 2 DIFF ECOLE FWB 87 2 COMPL ECOLE LCS 84 1 SPEC ECOLE LCS 17 2 COMPL ECOLE BIS LCS P SAS OS 27 2 S SAJ LCS 91 2 COMPL ECOLE FWB 80 2 DIFF ECOLE FWB 81 2 COMPL ECOLE BIS FWB 91 2 COMPL IFAPME OS 91 2 COMPL ECOLE FWB 16 2 SPECIAL ECOLE FWB 74 3 TECH ECOLE FWB 74 1 S ECOLE OS 91 3 P ECOLE FWB 56 2 DIFF ECOLE LCS 44 2 COMPL ECOLE 63

65 SITE DE WAREMME N ARTICLE RESEAU NOMBRE DE ANNEE ORIENTATION JOURS SCOLAIRE 1 31 RFW 92 4 P ECOLE 2 31 OS P ECOLE 3 31 OS 92 1 COMPL ECOLE 4 31 FWB 41 1 COMPL ECOLE 5 31 FWB COMPL ECOLE 6 31 OS 43 3 TECH ECOLE 7 31 OS 90 1 COMPL ECOLE 8 31 BIS LCS P EFT 9 31 LCS 90 3P ECOLE FWB 41 4 G ECOLE OS 47 1 COMPL ECOLE FWB 89 4 G ECOLE OS 75 1 COMPL ECOLE OS 39 1 COMP ECOLE FWB 92 2 COMPL ECOLE FWB 92 1 G ECOLE FWB 92 1 COMPL ECOLE OS 64 1 COMPL ECOLE FWB G ECOLE LCS 92 2 G ECOLE FWB 85 1 G ECOLE FWB COMPL ECOLE FWB 83 3 P ECOLE LCS 57 1 P ECOLE OS COMPL ECOLE LCS Q ECOLE OS G IFAPME OS 91 1 COMPL ECOLE LCS 17 2 G SP ECOLE BIS OS 47 3 P IFAPME BIS OS P CEFA LCS 92 2 COMPL CEFA LCS G SAS OS 92 1 COMP SPJ LCS 92 3 TECH ECOLE OS COMPL SAS FWB PRIM ECOLE OS DIFF SAS OS 91 1 COMPL ECOLE 64

66 Répartition selon les réseaux RESEAU SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL FWB CPEONS LIBRE TOTAL Répartition selon les articles ARTICLES SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL BIS TOTAL Répartition garçons / filles GENRE SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL GARCONS FILLES TOTAL Répartition selon les âges AGES SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL TOTAL Répartition selon les niveaux d enseignement ANNEES SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL 5 PRIM PRIM DIFF G COMPL DIFF G

67 2 COMPL G-TT TQ P/3 ADO G-TT TQ P G-TT P G-TT P/7 P CEFA SPECIALISE TOTAL Répartition selon les formes d enseignement FORMES SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL SPECIALISE GENERAL TECHNIQUE PROFESSIONNEL CEFA IFAPME TOTAL Répartition selon les types d enseignement TYPES SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL ORDINAIRE SPECIALISE TOTAL Répartition selon l origine des contacts ORIGINE SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL RESP LEGAL ECOLES CPMS AMO SAJ SPJ SOLIDARCITE MEDIATION SCOL CEN GUIDANCE COMMI ZON SAIE

68 LIRE ET ECRIRE IFAPME PSYCHOLOGUE IMP CPAS AUTRES TOTAL Répartition selon l orientation à la fin de la prise en charge ORIENTATION SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL ECOLES CEFA IFAPME SAJ SPJ SOLIDARCITE CPSE NON ORIENT TOTAL Répartition selon les objectifs atteints ou non-atteints OBJECTIF SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL ATTEINT NON ATTEINT TOTAL Répartition selon les dossiers SAJ-SPJ DOSSIER SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL SAJ SPJ PAS DE DOSSIER TOTAL Répartition selon les communes COMMUNE SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL ANS AWANS AYWAILLE BERLOZ BEYNE-HEUSAY BUTGENBACH

69 CHAUDFONTAINE DISON ENGIS FLERON GEER FEXHE-LE-HAUT CLOCHER FLEMALLE GRACE HOLLOGNE HERVE JUPRELLE LANDEN LIEGE NEUPRE OREYE PEPINSTER PLOMBIERES REMICOURT SAINT-GEORGES SERAING SPA SPRIMONT STAVELOT THEUX THIMISTER VERVIERS WAREMME WELKENRAEDT TOTAL Moyenne journalière de prise en charge MOIS SERAING VERVIERS WAREMME MOYENNE TOTAL JANVIER FEVRIER MARS AVRIL MAI JUIN JUILLET AOUT SEPTEMBRE OCTOBRE NOVEMBRE

70 DECEMBRE TOTAL MOYENNE SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL JEUNES/JOUR JOURS/JEUNES

71 2.Le nombre et les motifs de refus de prise en charge conformément à l'article 31 2, alinéa 2, du décret en précisant pour chaque mineur le niveau, la forme, le type d'enseignement et le type de situation dont il relève; Lois p.11 Centre de documentation administrative A.Gt Secrétariat général mis à jour au 08/09/2009 Le S.A.S. a refusé la prise en charge de 16 jeunes répartis comme suit : Site de Seraing 9 prises en charge ont été refusées par le S.A.S. 6 jeunes (art.31) sont restés à l école par manque de place au S.A.S. ; 2 jeunes (art.30) ont été orientés vers le S.A.J. 1 jeune (art.30) a été orienté vers une AMO. Site de Verviers 7 prises en charge ont été refusées par le S.A.S. 1 jeune (art.31) a été placé par le Juge de la Jeunesse ; 1 jeune (art. 30) a été réorienté vers une école ; 5 jeunes (art.31) sont restés à l école par manque de place au S.A.S. Site de Waremme Aucune prise en charge n a été refusée par le S.A.S. Répartition selon les réseaux RESEAUX SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL FWB CEPEONS LIBRE TOTAL Répartition selon les articles ARTICLES SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL BIS TOTAL

72 Répartition garçons / filles GENRE SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL GARCONS FILLES TOTAL Répartition selon les âges AGES SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL TOTAL Répartition selon les niveaux d enseignement ANNEES SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL 5 PRIM PRIM DIFF G COMPL G COMPL G-TT TQ P/ 3 ADO G-TT TQ P G-TT P G-TT P/7P CEFA SPECIAL TOTAL

73 Répartition selon les formes d enseignement FORMES SERAING VERVIERS WAREMME TOTALS SPECIAL GENERAL TECHNIQUE PROFESSIONNEL CEFA IFAPME DIFFERENCIE TOTAL Répartition selon les types d enseignement TYPES SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL ORDINAIRE SPECIALISE TOTAL Répartition selon l origine des contacts ORIGINE SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL RESP LEGAL ECOLES CPMS COMMISSIONS SAJ SPJ AMO IPPJ/API CPAS JUGE TOTAL Répartition selon l orientation après le refus ORIENTATION SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL ECOLE AMO SAJ SPJ JUGE JEUN COMMISSION TOTAL

74 Répartition selon dossier SAJ SPJ DOSSIER SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL SAJ SPJ JUGE PAS DE DOSSIER TOTAL

75 3. Le nombre de mineurs ayant refusé une prise en charge qui leur avait été recommandée ou qui l'ont interrompue en précisant pour chacun d'eux le niveau, la forme, le type d'enseignement, le type de situations dont il relève et les motifs de la décision. 28 jeunes ont refusé une prise en charge au S.A.S. répartis comme suit : Site de Seraing 13 jeunes ont refusé une prise en charge : 6 jeunes ont refusé après le 1 er entretien et sont restés à l école ; 7 jeunes ont pris une autre orientation (v. Tableau).. Site de Verviers 26 jeunes ont refusé une prise en charge : 7 jeunes ont pris un 1 e contact et n étaient pas intéressés ; 2 jeunes ne se sont présentés au 1 e rendez-vous ; 16 jeunes ont refusé au 1 e entretien ; 1 jeune n a pas donné de réponse dans les 48 heures. Site de Waremme Aucun élève n a refusé une prise en charge. Répartition selon les réseaux RESEAUX SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL RFW S LCS TOTAL Répartition selon les articles ARTICLES SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL BIS TOTAL Répartition garçons/filles GENRES SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL GARCONS FILLES TOTAL

76 Répartition selon les âges AGES SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL TOTAL Répartition suivant le niveau d enseignement NIVEAUX SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL 1 DIFF G COMPL COMPL G-TT G TQ P/3 ADO IFAPME SPECIAL TOTAL Répartition selon les formes d enseignement FORMES SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL SPECIAL GENERAL TECHNIQUE PROFESSIONNEL TOTAL Répartition selon les types d enseignement TYPES SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL ORDINAIRE SPECIALISE TOTAL

77 Répartition selon l origine des contacts ORIGINE SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL RESP LEGAL ECOLES CPMS COMMISSIONS SAJ SPJ AMO IFAPME AUTRES TOTAL Répartition selon l orientation après le refus ORIENTATION SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL ECOLES CEFA SAJ SPJ COMMISSION AMO AUTRE TOTAL Répartition selon les dossiers SAJ SPJ DOSSIER SERAING VERVIERS WAREMME TOTAL SAJ SPJ JUGE AUCUN TOTAL

78 4. Le nombre de mineurs ayant été accueilli pendant les vacances scolaires et les activités organisées Nombre de jeunes suivis durant les périodes de vacances scolaires Vacances de Carnaval, 7/03-13/03/2011: - 17 sur le site de Seraing ; - 12 jeunes sur le site de Verviers ; - 11 jeunes sur le site de Waremme. Vacances de Printemps, 11/04-24/04/2011: - 18 sur le site de Seraing ; - 14 jeunes sur le site de Verviers ; - 12 jeunes sur le site de Waremme. Vacances d été, 1/07-1/08/2011 : - 13 jeunes sur le site de Seraing ; - 9 jeunes sur le site de Verviers ; - 5 jeunes sur le site de Waremme. Vacances de Noël 26/12/ /01/2012 : - 11 jeunes sur le site de Seraing ; - 12 jeunes sur le site de Verviers ; - 10 jeunes sur le site de Waremme. Nombre de travailleurs sociaux durant les périodes de vacances scolaires : 7 Vacances de Carnaval ; 7 Vacances de Pâques ; 7 Vacances d été ; 7 Vacances de Noël. Mode de prises en charge Vacances de Carnaval, 40 jeunes ont été pris en charge sur les 3 sites: - formation animateurs et coordinateurs de centres de vacances pour 3 jeunes ; - recherche d informations utiles aux 6 jeunes ; - démarches extérieures avec 5 jeunes ; - 26 jeunes n ont pas fréquenté le S.A.S. (vacances scolaires). Vacances du Printemps, 44 jeunes ont été pris en charge sur les 3 sites : - ateliers sportifs pour 8 jeunes ; - formation animateurs et coordinateurs de centres de vacances pour 3 jeunes ; - recherche d informations utiles pour 3 jeunes ; - démarches extérieures pour 4 jeunes ; 77

79 - 26 jeunes n ont pas fréquenté le S.A.S. (vacances scolaires). Vacances d été, 27 jeunes ont été pris en charge pour les 3 sites : - recherche d informations utiles pour 4 jeunes ; - démarches extérieures pour 4 jeunes ; - cours de rattrapage pour 2 jeunes ; - 17 jeunes n ont pas fréquenté le S.A.S. (vacances scolaires). Vacances de Noël, 33 jeunes pris en charge pour les 3 sites ; - 3 démarches extérieures pour x jeunes ; - 30 jeunes n ont pas fréquenté le S.A.S. (vacances scolaires). 78

80 2. STATISTIQUES DE LA FORMATION D ANIMATEURS ET DE COORDINATEURS DE CENTRES DE VACANCES 79

81 Données quantitatives de la formation d animateurs et de coordinateurs de centres de vacances Évaluation des objectifs généraux Ce projet a pour objectifs de pallier au manque d animateur au sein des quartiers, de donner la parole aux jeunes avec un encadrement professionnel du secteur, et de permettre aux travailleurs sociaux de réaliser un projet d accompagnement des jeunes et des familles au sein des quartiers. Pour l année 2011 nous avons de nouveau collaboré avec les services du secteur de l Aide à la Jeunesse de L Arrondissement de Liège (S.A.J., S.P.J., A.M.O., S.A.S. ), les Communes (Seraing, Oupeye, Blegny, Waremme, Saint-Nicolas) leur CPAS et leur Plan de Cohésion (ancien PPP). Répartition des stagiaires selon l année de formation ( ) ANNEE DE FORMATION NOMBRE 1 er 14 2 e 9 3 e 4 TOTAL 27 Répartition selon la commune partenaire COMMUNE BLEGNY HERVE OUPEYE SERAING ST-NICOLAS TOTAL JEUNES Répartition selon l origine du parrain ORIGINE SAJ/SPJ AMO SAS CPAS COMMUNES TOTAL JEUNES Répartition selon les villes partenaires COMMUNE BLEGNY HERVE OUPEYE SERAING ST-NICOLAS TOTAL JEUNES Nombre de brevetés 1 er année : 14 inscrits 2 e année : 9 inscrits / 9 brevetés 3 e année : 4 inscrits / 3 brevetés 80

82 STATISTIQUES DU CENTRE DE VANCANCES 81

83 Données quantitatives du centre de vacances Durant les vacances de Pâques 2011 du 18 au 23 avril, nous avons accueilli lors de notre centre de vacances sur le site de Wégimont, 53 jeunes enfants (6 à 12 ans) en situations difficiles (précarisés, maltraités ). Ces enfants provenaient de l Arrondissement de Liège et étaient proposés par les S.A.J., S.P.J., CPAS, AMO, S.A.I.E., S.A.A.E. Ces jeunes étaient encadrés par les stagiaires en formation d animateurs et de coordinateurs de proximité de centre de vacances, qui ont pu mettre en pratique leurs acquis. 1. Répartition selon l âge des enfants AGE GARCONS FILLES TOTAL TOTAL Répartition selon les partenaires PARTENAIRE CPAS SAJ AMO SAIE SAAE TOTAL JEUNE

84 VII. ISO

85 ISO Principes de management de la qualité Diriger et faire fonctionner un organisme avec succès nécessite de l'orienter et le contrôler méthodiquement et en transparence. Le succès peut résulter de la mise en œuvre et de l'entretien d'un système de management conçu pour une amélioration continue des performances tout en répondant aux besoins de toutes les parties intéressées. Le management d'un organisme inclut le management de la qualité parmi d'autres disciplines de management. Huit principes de management de la qualité ont été identifiés qui peuvent être utilisés par la direction pour mener l organisme vers de meilleures performances. 1) Orientation client Les organismes dépendent de leurs clients, il convient donc qu'ils en comprennent les besoins présents et futurs, qu'ils satisfassent leurs exigences et qu'ils s'efforcent d'aller au-devant de leurs attentes. 2) Leadership Les dirigeants établissent la finalité et les orientations de l'organisme. Il convient qu'ils créent et maintiennent un environnement interne dans lequel les personnes peuvent pleinement s'impliquer dans la réalisation des objectifs de l'organisme. 3) Implication du personnel Les personnes à tous niveaux sont l'essence même d'un organisme et une totale implication de leur part permet d'utiliser leurs aptitudes au profit de l'organisme. 4) Approche processus Un résultat escompté est atteint de façon plus efficiente lorsque les ressources et activités afférentes sont gérées comme un processus. ISO 9000:2000(F) vi ISO 2000 Tous droits réservés. 5) Management par approche système Identifier, comprendre et gérer des processus corrélés comme un système contribue à l'efficacité et l'efficience de l'organisme à atteindre ses objectifs. 6) Amélioration continue Il convient que l'amélioration continue de la performance globale d'un organisme soit un objectif permanent de l'organisme. 7) Approche factuelle pour la prise de décision Les décisions efficaces se fondent sur l'analyse de données et d'informations. 8) Relations mutuellement bénéfiques avec les fournisseurs Un organisme et ses fournisseurs sont interdépendants et des relations mutuellement bénéfiques augmentent les capacités des deux organismes à créer de la valeur. Ces huit principes de management de la qualité constituent la base des normes de systèmes de management de la qualité de la famille ISO

86 85

87 VIII. LES PARTENAIRES 86

88 1. PARTENAIRES DU SERVICE D ACCROCHAGE SCOLAIRE 87

89 CONVENTIONS DE PARTENARIAT 1. Enseignement : Ecoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles : A.R. Ans ; A.R. Aywaille ; A.R. Grâce-Hollogne ; A.R. Lucie Dujardin de Seraing ; A.R. Manhay ; A.R. Pepinster ; A.R. Spa Ecole D Hôtellerie ; A.R. Thil Lorrain Verviers ; A.R. Verdi Verviers ; A.R. Waimes ; A.R. Welkenraedt. Ecoles du CPEONS : A.R. Guy Lang ; E.P. Seraing ; E.P. Verviers ; Ecole d Hôtellerie de Liège ; Ecole de coiffure et de bioesthétique Ville de Liège ; IPEA La Reid ; IPES Hesbaye ; IPES Seraing. Ecoles du Libre : Collège Notre-Dame Heusy ; Collège Sainte-Claire Verviers ; Collège Saint-François-Assise Ans ; Collège Saint-François-Xavier 2 Verviers ; Collège Saint-François-Xavier Verviers ; Collège Saint-Joseph Geer ; Collège Saint-Laurent Liège ; Collège Saint-Laurent Waremme ; Collège Saint-Louis Waremme ; Collège Saint-Martin Seraing ; Institut Don Bosco Huy ; Institut Don Bosco Verviers ; Institut Maria Goretti de Liège ; Institut Saint-Luc Liège ; Marie-Thérèse Liège. 88

90 2. AMO : A L écoute des Jeunes Waremme ; La Boussole Ans ; La Débrouille Seraing ; Latitude J Herve ; Oxyjeunes Verviers ; SAS Liège. 3. CPAS : Seraing ; Waremme. 4. Hôpitaux : CHR CitadelleLiège. 5. Santé Mentale : Verviers. 6. Aide à la Jeunesse : S.A.J. Arrondissement de Liège ; S.P.J. Arrondissement de Liège ; S.P.J. Arrondissement de Verviers. 7. Province : Liège. 8. Autres partenaires : Asbl Défi Waremme ; Asbl Foot et passion Liège ; CAL Province de Liège ; CAL Seraing ; CESIP Seraing ; DGIE Université de Liège ; Espace Média Seraing ; FIPI ; Mante belge ; MDA ; Prévif Seraing ; Promag ; Rézéa Verviers ; Service Prévention Verviers ; Solidarcité Liège. 89

91 COMMISSIONS Membre à : Assemblée Générale CAL Province de Liège ; Commission Mixte d Arrondissement de Liège ; Commission Mixte d Arrondissement de Verviers ; Commission Mixte Haute Meuse ; Commission Mixte Liège ; Commission Mixte Ourthe - Amblève ; Commission Mixte Waremme ; Conseil d Administration asbl Option /AMO Oxyjeune ; Consultant AMO La Boussole ; Expert Commission d Arrondissement d Aide à la Jeunesse de Liège ; Conférencier I.F.C. Liège ; Expert Institut Emile Vandervelde ; Maillage Social Province de Liège. 90

92 2. PARTENAIRES DE LA FORMATION D ANIMATEURS, DE COORDINATEURS DE CENTRES DE VACANCES ET DU CENTRE DE VACANCES 91

93 1. Communes : Blegny ; Herve ; Oupeye ; Saint-Nicolas ; Seraing. 2. AMO : A l Ecoute des Jeunes Waremme ; CIAJ Seraing ; La Boussole Ans ; La Débrouille Seraing ; Latitude J Herve ; Oxyjeunes Verviers ; SAS Liège. 2. CPAS : Blegny ; Herve ; Oupeye ; Seraing. CONVENTIONS DE PARTENARIAT 3. Aide à la Jeunesse : SAJ Liège ; SPJ Liège. 3. Plan de Cohésion Sociale : Blegny ; Herve ; Oupeye ; Seraing. 4. Autres partenaires : MDA «info des jeunes» Seraing ; Rotary Jemeppe ; CAL Province de Liège ; Sponsor anonyme. 92

94 IX. ARTICLES DE PRESSE 93

95 Journal Leep-Liège ASBL 94

96 95

97 Vers l Avenir 96

98 La D-H 97

99 Vers l Avenir 98

100 Verviers Culture 99

101 100

102 101

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

SERVICE D ACCROCHAGE SCOLAIRE. Compas Format ASBL

SERVICE D ACCROCHAGE SCOLAIRE. Compas Format ASBL SERVICE D ACCROCHAGE SCOLAIRE Compas Format ASBL I. PEDAGOGIE DU S.A.S. PROJET PEDAGOGIQUE COMPAS FORMAT Page 2 1. FONDEMENTS DU PROJET Le S.A.S. Compas Format est un concept de service d insertion socio

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Fiche 10 ENSEIGNEMENT Faire de nos écoles des lieux d apprentissage, de métissage, d ouverture et d émancipation, en favorisant le mieux-vivre

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Plan Comment écouter les enfants vivant dans la pauvreté? Ce que l on en apprend? Comment traduire

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play. La Journée du Fair Play. 7 septembre 2013

5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play. La Journée du Fair Play. 7 septembre 2013 Editeur responsable: Panathlon Wallonie-Bruxelles asbl Illustration imaginée et réalisée par Jason Vandepeute, 13 ans. 5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play La Journée du Fair Play

Plus en détail

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE Le cadre de planification proposé par l unité de concertation «Seniors actifs 1» comprend : - six objectifs spécifiques à atteindre endéans les cinq ans ; - une série d objectifs intermédiaires, à initier

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

PROJET D'ÉTABLISSEMENT

PROJET D'ÉTABLISSEMENT PROJET D'ÉTABLISSEMENT Une école qui apprend à vivre ensemble Le projet d établissement est issu de la réflexion collective des enseignants afin de respecter les projets éducatif et pédagogique définis

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

ROELAND vzw RECRUTE! LANGUES & CRéATIVITé

ROELAND vzw RECRUTE! LANGUES & CRéATIVITé ROELAND vzw RECRUTE! LANGUES & CRéATIVITé Roeland vzw Service de jeunesse pour la promotion de la connaissance des langues Krijgslaan 18 9000 Gent T +32 9 221 60 44 www.roeland.be info@roeland.be 1 QUI

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Circulaire n 5373 du 19/08/2015

Circulaire n 5373 du 19/08/2015 Circulaire n 5373 du 19/08/2015 Concours de création d un journal - «Journalistes en herbe» - pour les classes de 6ème primaire et du 1er degré de l enseignement secondaire organisé ou subventionné par

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

LA JEUNESSE. l es sen LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE

LA JEUNESSE. l es sen LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE LA JEUNESSE l es sen tiel LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE sommaire LA JEUNESSE PAGES 4 À6 PAGES 7 À9 PAGE 10 PAGE 11 Le BIJ, lieu ressources Pour s informer et se documenter -

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS

CATALOGUE FORMATIONS CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 Association Départementale des Pupilles de l Enseignement Public de l Essonne 16 rue Thibaud de Champagne 91090 Tel : 01 69 11 23 83 Fax : 01 60 86 16 36 Site : www.adpep91.org

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport Présenté par M. Pascal Terrasse Député de la République française Secrétaire général parlementaire Berne (Suisse) ( 6 juillet 2015 I/ Le programme,

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

POLITIQUE INTERCULTURELLE

POLITIQUE INTERCULTURELLE POLITIQUE INTERCULTURELLE Adoptée à la 269 e réunion du conseil d administration du 21 septembre 2009 Politique interculturelle Préambule Le Collège de Maisonneuve évolue dans un contexte interculturel

Plus en détail

Profil d enseignement

Profil d enseignement Catégorie pédagogique Profil d enseignement Bachelier Normale secondaire Langues germaniques Année académique 2015-2016 Haute École Charlemagne : nos Valeurs Par l engagement et la qualité du travail de

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

Institut de la Sainte-Famille - Virton Projet d établissement

Institut de la Sainte-Famille - Virton Projet d établissement Institut de la Sainte-Famille - Virton Projet d établissement Mai 2013 Qu est-ce qu un projet d établissement? Ce document exprime la volonté collective de réaliser pendant les années à venir les actions

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Offrez un avenir international à vos enfants

Offrez un avenir international à vos enfants E I B : UNE ECOLE INTERNATIONALE BILINGUE MATERNELLE PRIMAIRE u COLLÈGE Dans la lignée de l Ecole Internationale Bilingue d Angers, le Collège accueille vos enfants dès la 6ème dans un environnement sain

Plus en détail

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

CIRCULAIRE N 1376 DU 22/02/2006

CIRCULAIRE N 1376 DU 22/02/2006 CIRCULAIRE N 1376 DU 22/02/2006 Objet : BOURSE POUR IMMERSION «LANGUE ET METHODOLOGIE» - Stage à Gand Réseaux : Tous Niveaux et services : Primaire Secondaire Promotion sociale Période : Année scolaire

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves Réussite des élèves contribuer à améliorer la réussite des

Plus en détail

EN BELGIQUE, LES MUTUELLES NE REMBOURSENT PAS LES

EN BELGIQUE, LES MUTUELLES NE REMBOURSENT PAS LES EN BELGIQUE, LES MUTUELLES NE REMBOURSENT PAS LES SÉANCES DE LOGOPÉDIE POUR LES ENFANTS DONT LE QUOTIENT INTELLECTUEL EST INFÉRIEUR À 86 PAR THOMAS DABEUX ANAHM ASBL 29 OCTOBRE 2014 Des études récentes

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

Règlement intérieur de l association

Règlement intérieur de l association Règlement intérieur de l association Naissance et fonctionnement de l association, informations diverses. Reims Parkour School est une association ayant vu le jour le 4 novembre 2011, sous l impulsion

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative BULLETINS DU PIRAP Volume 1, numéro 11 : Février 2013 Programme d'aide et d'accompagnement social : Le PIRAP comme PAAS-

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative.

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. L association présente un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. SOMMAIRE La présentation de l aventure Le schéma du projet Nos

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Valisette architecture

Valisette architecture Valisette architecture Qu est-ce qu un bâtiment, quels sont ses formes et ses usages? jeu des façades & à la découverte d un bâtiment - Repérer et comparer différents éléments d architecture. - Acquérir

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT Ecole Fondamentale Communale de LONCIN PROJET D ETABLISSEMENT Mise à jour : 2011 Ecole fondamentale communale de LONCIN 66, rue de Jemeppe 4430 ANS (Loncin) Tél : 04 / 247 73 77 Fax : 04 / 247 73 78 Courriel

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

STAGES ET SORTIES ÉTÉ

STAGES ET SORTIES ÉTÉ STAGES ET SORTIES ÉTÉ 2015 Madame, Monsieur, EDITO Toute l année, les centres d animation proposent une gamme large et diversifiée d activités sportives, culturelles ou de loisirs, fréquentées par plusieurs

Plus en détail

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 Réforme des rythmes scolaires Projet Educatif de territoire d Evecquemont Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 A Du PEDT au comité de suivi et d évaluation de la réforme

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

agence locale pour l'emploi Association Sans But Lucratif Place du Champs de Mars, 4 1050 BRUXELLES Tel: 02. 515 79 30 Fax: 02.

agence locale pour l'emploi Association Sans But Lucratif Place du Champs de Mars, 4 1050 BRUXELLES Tel: 02. 515 79 30 Fax: 02. Listes des activites autorisees EN ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENTS 2 AU PROFIT DES PERSONNES PHYSIQUES 3 EN ASBL, ASSOCIATION DE FAIT 5 1 POUR LES POUVOIRS COMMUNAUX 7 Activités ALE autorisées en ETABLISSEMENTS

Plus en détail

MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE

MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE Parler devant des micros ou face à une caméra, se retrouver sous les projecteurs d un plateau de télévision représentent des situations peu ordinaires. Surtout,

Plus en détail

Projet éducatif. Ville de Rungis. S OUVRIR AU MONDE Environnement Prévention. Service scolaire Service enfance/jeunesse

Projet éducatif. Ville de Rungis. S OUVRIR AU MONDE Environnement Prévention. Service scolaire Service enfance/jeunesse Projet éducatif Ville de Rungis Service scolaire Service enfance/jeunesse Autonomie RESPONSABILISER VIVRE ENSEMBLE Sensibiliser Epanouissement SOLIDARITE Projets Citoyenneté IMPLICATION Devenir adulte

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 2014

PROJET PEDAGOGIQUE 2014 PROJET PEDAGOGIQUE 2014 Animation Jeunesse 12-16 ans Ahuillé GENERALITES Ce projet a été élaboré par les animateurs jeunesse et a été rédigé à partir des intentions éducatives des municipalités. L environnement

Plus en détail

École de formation à la Pratique de la Médiation qui intègre le processus CNV

École de formation à la Pratique de la Médiation qui intègre le processus CNV École de formation à la Pratique de la Médiation qui intègre le processus CNV proposée par L institut francophone pour la Communication NonViolente antenne France Cette école a pour vocation La formation

Plus en détail

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux new 3 12 2014 CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux est la déclinaison suisse du célèbre magazine français lancé en 1968. Alors précurseur sur la cible des 50 ans et plus, il est aujourd hui le

Plus en détail

«Viens partager ton énergie»

«Viens partager ton énergie» «Viens partager ton énergie» EUROPEAN MOVE WEEK 2013 UNIVERSITÉ PARIS SUD Melissa DUCHEMANN Romain FERMON Master 1 Management des Evénements Loisirs et Sportif Université Paris Sud - Orsay 1 Sommaire I)

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Présentation de l établissement Le collège Saint-Michel est une unité pédagogique autonome faisant partie du groupe scolaire Saint-Michel qui comprend l école, le collège, les lycées et le Centre de Formation

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

PORT CROS : FORT DE L EMINENCE

PORT CROS : FORT DE L EMINENCE PORT CROS : FORT DE L EMINENCE Le mot du directeur Le Fort de l Eminence est le cadre idéal pour découvrir l île de Port-Cros, sa faune et sa flore préservée. Les séjours scolaires peuvent y être organisés

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

Participez au grand événement 2015 le «Pari(s) des solidarités» avec le Secours populaire français. le 19 août 2015

Participez au grand événement 2015 le «Pari(s) des solidarités» avec le Secours populaire français. le 19 août 2015 Participez au grand événement 2015 le «Pari(s) des solidarités» avec le Secours populaire français 70 000 enfants et familles de France et de l étranger réunis le 19 août 2015 au Champ-de-Mars à Paris

Plus en détail

Maison de l Enfant et des Découvertes 4 avenue Aristide Briand 27000 Evreux.

Maison de l Enfant et des Découvertes 4 avenue Aristide Briand 27000 Evreux. Maison de l Enfant et des Découvertes 4 avenue Aristide Briand 27000 Evreux. Heures d ouverture pour le public : Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h Téléphone Fax 02 32 33 47 39 02 32 33 71

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Lettre d information n 9 Le 1er octobre 2009

Lettre d information n 9 Le 1er octobre 2009 Lettre d information n 9 1 er octobre 2009 1. Des nouvelles du Pérou Installés depuis deux mois à Quiparacra, un village situé au milieu des Andes péruviennes, trois volontaires de l association GreenBees

Plus en détail

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil A. Utilité Le Règlement d Ordre Intérieur proposé informe chaque partie des différents aspects

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212)

3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212) 3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212) Le Ministère apporte un soutien financier aux commissions scolaires pour favoriser le développement de l éducation interculturelle.

Plus en détail

Programmes de travail et de bénévolat à l étranger

Programmes de travail et de bénévolat à l étranger Programmes de travail et de bénévolat à l étranger Emplois d été Échange étudiants YMCA Le programme Emplois d'été Échanges étudiants du YMCA est un programme national unique en son genre qui permet à

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

Projet 50+ à Rixensart

Projet 50+ à Rixensart Vous avez plus de 50 ans et vous êtes intéressé par le thème des migrations? Rejoignez notre projet dans le centre pour demandeurs d asile de Rixensart. Nous avons encore deux places pour des femmes de

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Colloque International, Liège - 22, 23 et 24 octobre 2014 La professionnalisation

Plus en détail