CHANGEMENT DE PRÉSIDENCE Le D r Françoise Artières, ORL, succède à François Le Her, audioprothésiste.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHANGEMENT DE PRÉSIDENCE Le D r Françoise Artières, ORL, succède à François Le Her, audioprothésiste."

Transcription

1 É d i t o r i a l Chers collègues, chers amis, La présidence tournante de la Société Française d Audiologie étant effective depuis quatre ans, c est maintenant à un ORL de succéder à François Le Her, audioprothésiste, qui a animé avec efficacité et disponibilité la société pendant ces deux dernières années. Je suis donc très honorée d avoir été désignée par les membres du Conseil d administration de la SFA pour assurer la présidence de la Société Française d Audiologie pendant ces deux ans à venir. CHANGEMENT DE PRÉSIDENCE Le D r Françoise Artières, ORL, succède à François Le Her, audioprothésiste. La Société Française d Audiologie, grâce à la grande compétence et à la pluridisciplinarité de ses membres fondateurs, représente une richesse considérable pour l audiologie. En effet, c est à travers la diversité de chacun et de chacune que la SFA puise ses ressources pour aller toujours plus loin dans les missions qu elle s est fixées. L audiologie est une science complexe qui fait appel au merveilleux sens de l ouïe, mais aussi à toutes les voies cognitives et neurologiques qui amènent au langage et à la communication, essence même de l individu. Ainsi, ses champs d application multiples relèvent de différentes disciplines, allant des spécialités de l oto-rhinolaryngologie et de la phoniatrie, à celles de l audioprothèse et de l orthophonie, et dépendent également de la recherche fondamentale. Le mandat de présidence confié par le Conseil d administration m amène à poursuivre l œuvre de mes prédécesseurs à travers les commissions de travail et les différents thèmes des congrès et colloques. Après l élaboration des Guides des bonnes pratiques en audiométrie de l adulte, puis de l enfant, des commissions de travail ont décidé de se tourner vers la prévention et la validation des normes en audiologie. C est aussi à travers un site internet nouveau et attractif que la SFA a décidé de s investir pour être interactive, et pour mieux répondre aux besoins de la société si diverse et évolutive. D autres projets doivent également naître sur les méthodes de l audiométrie vocale pour affiner les diagnostics des troubles auditifs. En 2010, les missions de la SFA doivent s articuler autour des exigences de la nécessité de recommandations, des contingences de formations et d enseignements spécifiques, des travaux de recherche et de publications, des prescriptions des tutelles et des administrations. Doivent être pris en compte aussi, les besoins des patients, exprimés à l échelon individuel ou associatif. Je souhaiterais donc maintenir et accentuer les orientations de travail de la SFA dans l esprit et le respect de la pluridisciplinarité, dont elle a toujours fait preuve. Il me tient à cœur de développer les relations et collaborations avec les associations et sociétés savantes liées à l audiologie. D r Françoise Artières Présidente de la SFA Neurophysiologie de l émotion Théodore Yves Nassé L émotion, comme les autres processus affectifs, met en jeu un large ensemble de systèmes neuronaux qui incluent le système nerveux central, le système nerveux autonome, l axe hypothalamohypophyso-surrénalien et les systèmes endocriniens, qui régulent l état homéostatique, les émotions et la réactivité de l organisme, le cortex somatosensoriel, l insula, le cortex cingulaire antérieur, le cortex pré-frontal ventromédian et l amygdale cérébrale, le système de récompense, le système dopaminergique mésolimbique, mais aussi les processus neuro-endocriniens et le système nerveux autonome. Ce qui fait le charme de l émotion, du vrai et du beau : «L émotion confère la possibilité d agir intelligemment sans penser réellement». De Spinoza à Changeux et Damasio, c est la théorie de Laborit qui reste l actualité la plus ancienne et la plus subtile. Le raisonnement effectue la même chose que ce qu accomplissent les émotions, mais de manière consciente. Nous pouvons affirmer que la faculté de raisonnement dépend de plusieurs systèmes de neurones, œuvrant de concert à de nombreux niveaux de l organisation cérébrale, et non pas d un seul centre cérébral. Du cortex préfrontal à l hypothalamus et au tronc cérébral, du haut et du bas, ces zones jouent un rôle fondamental. La revue SFA-News est éditée par la Société Française d Audiologie (SFA) La SFA remercie le laboratoire Ipsen et la société Siemens de leur soutien pour la réalisation de ce numéro. 1

2 Damasio pense que les niveaux inférieurs de l organisation neurale soustendent l émotion, ces niveaux sont les mêmes que ceux qui contrôlent les processus émotionnels et les fonctions corporelles. Les perceptions d émotions nous donnent un aperçu instantané sur l organisme en pleine activité biologique ; elles captent le reflet de la vie elle-même grâce aux neurones et aux neurones miroirs. Les neurones miroirs désignent une catégorie de neurones du cerveau qui présentent une activité aussi bien lorsqu un individu (humain ou animal) exécute une action, que lorsqu il observe un autre individu (en particulier de son espèce) exécutant la même action, d où le terme miroir (Giacomo Rizzolatti est l inventeur de cette découverte). En neurosciences cognitives, ces neurones miroirs sont supposés jouer un rôle dans des capacités cognitives liées à la vie sociale notamment dans l apprentissage par imitation, mais aussi dans les processus affectifs, tels que l empathie et l émotion. Les neurones miroirs sont considérés comme une découverte majeure en neurosciences. Si, pour certains chercheurs, ils constituent un élément central de la cognition sociale (depuis le langage jusqu à l art, en passant par les émotions et la compréhension d autrui), pour d autres, ces conclusions restent très hypothétiques étant donnée l absence de preuves directes concernant le rôle de ces neurones dans ces processus psychologiques. 100 milliards de neurones Chaque neurone établit connexions avec d autres neurones. 50 neurones peuvent être placés à l intérieur du point qui termine cette phrase. A l i g n é s c ô te à côte, les 100 milliards de neurones fo r m e ra i e n t u n e c h a î n e d e K m d e longueur. L intelligence a un poids... d environ 1,6 kg pour l encéphale de l homme adulte (cerveau, cervelet et tronc cérébral) et 1,45 kg pour celui de la femme. Le système limbique est le centre de l affectivité et de l émotion ou plutôt de la mémoire à long terme. «La mémoire à long terme est nécessaire pour savoir qu une situation a déjà été éprouvée antérieurement comme agréable ou désagréable. La mémoire à long terme va donc permettre la répétition de l expérience agréable et la fuite de l expérience désagréable» (Damasio). Selon Laborit, les expériences mémorisées le sont dans deux systèmes distincts et en opposition : Le faisceau de la récompense et du renforcement : c est le medial forbrain bundle (MFB) ; Le faisceau de la punition : le periventricular system (PVS). Le cerveau est le chef d orchestre philharmonique le plus puissant au monde, le plus joyeux, lumineux et inventif, passant de la mémoire immédiate à la mémoire ancienne avec une rapidité incroyable. Rien ne peut s effacer dans notre cerveau. Par contre, la perte de la mémoire (de certains événements) peut être la cause d un stress, ou l anxiété, l émotion forte ou malheureusement due à une maladie plus grave. Dans l émotion et dans la dépression, c est la sérotonine qui commande les bonnes et les mauvaises actions neurochimiques, ensuite la dopamine et tous les autres neurotransmetteurs. Dans le traitement des acouphènes, les médicaments et les différentes méthodes donnent des résultats assez médiocres, par contre la sophrothérapie modifiée donne à ce jour les meilleurs résultats dans le traitement de l acouphène, en baissant le stress, l angoisse et les émotions, en agissant aussi sur la dépressivité et la dépression réactionnelle de nos patients. Les résultats sont de 67 % à 75 % d amélioration dans les acouphènes. Rôle de l ORL au sein d une consultation pluridisciplinaire «acouphène» D r Marie-José Estève-Fraysse Notre consultation pluridisciplinaire (CPD) au CHU de Toulouse, réunit de façon hebdomadaire un ORL, une psychologue, un audioprothésiste et une sophrologue dans le but de voir ensemble des patients acouphéniques chroniques difficiles. Consulter ensemble, avec d autres acteurs de santé, est à la fois compliqué et enrichissant. Notre fil conducteur durant la consultation est toujours : L évaluation clinique de l acouphène, La recherche de l orientation étiologique, L évaluation du retentissement psychologique, La décision de la prise en charge avec explications et conseils au patient. Les deux derniers points sont discutés et réalisés collégialement. L ORL va devoir trouver un équilibre entre, d une part, un patient anxieux et souvent dépité qu il faut traiter avec empathie, et, d autre part, la participation au bon moment des autres acteurs de la CPD dans leur domaine, en veillant toujours à ce que le patient ne se sente pas considéré comme un simple cas clinique. ÉVALUATION CLINIQUE L évaluation clinique et paraclinique de l acouphène doit être complète Interrogatoire L interrogatoire est un des temps essentiels. Il doit, d une part, chercher à identifier la plainte (derrière l acouphène se cache souvent d autres symptômes) et caractériser de façon très précise l acouphène et, d autre part, évaluer la gêne, le retentissement sur le sommeil, la vie sociale et professionnelle. Pour bien cerner l acouphène, on recherche : Ses caractéristiques (aigu, grave, uni- ou bilatéral, pulsatile ou non, récent, ancien...) ; 2

3 Les circonstances de survenue, brutales ou non : événement traumatique, émotionnel, infectieux, ototoxique ou autre, (capital pour orienter le diagnostic) ; Les signes associés : surdité, hyperacousie, hypersensibilité au bruit, plénitude de l oreille. On fera préciser, pour éviter la confusion fréquente, la gêne occasionnée par l acouphène, celle due à la surdité et la tolérance au bruit ; L évolution dans le temps qui dévoile souvent une inquiétude quant à l évolutivité. Otoscopie microscopique L otoscopie microscopique permet la recherche d une pathologie concomitante de l oreille moyenne telle qu une otite séromuqueuse, une séquelle otitique, un dysfonctionnement tubaire... C est néanmoins devant les acouphènes pulsatiles (pulsatilité parfois discrète et à toujours rechercher) que l otoscopie est un moment capital : Un tympan clair pulsatile évoque une malposition de la carotide interne, l acouphène est stoppé ou diminué lors de la compression carotidienne ; Un tympan bleuté évoque une procidence du golfe de la jugulaire, l acouphène est souvent augmenté en décubitus ; Un tympan rouge framboise évoque une tumeur glomique (rare) ; Un tympan inflammatoire évoque une éventuelle pathologie de l oreille moyenne. Dans tous les cas, le scanner des rochers permettra d objectiver soit la mal position anatomique, soit la lésion inflammatoire, soit la lésion tumorale. Tests auditifs L audiométrie tonale chiffre la surdité. Elle sera réalisée complète, du 125 au 8000 Hz, et avec soin, en conduction aérienne et osseuse, sans oublier les demi-octaves, 3000 et 6000 hertz. Une surdité mixte ou transmissionnelle associée orientera vers une possible cause locale et vers une imagerie. L audiométrie vocale chiffre l intelligibilité. Elle doit être systématique à la recherche d un trouble de l intelligibilité s il existe une surdité associée. Les autres tests tels que l audiométrie haute fréquence, les otoémissions acoustiques ou la recherche des zones mortes seront réalisés en fonction des patients. Acouphénométrie L acouphénométrie fait partie intégrante du bilan du patient acouphénique. Elle est basée sur l étude comparative d un stimulus et de l acouphène et permet d en estimer ses caractéristiques psycho-acoustiques. On définira la hauteur, ou tonie, l intensité, ou sonie, mais également le timbre, la latéralisation et, si possible, la masquabilité (la participation de l audioprothésiste est nécessaire).

4 Questionnaires Les questionnaires constituent une évaluation semi-quantitative dont l intérêt est de chiffrer le caractère agressif (la sévérité, le retentissement et la tolérance de l acouphène). Il s agit d autoquestionnaires qui peuvent être remplis en salle d attente ; ils ont été validés par des procédures statistiques ce qui permet de s appuyer sur les résultats. Trois questionnaires sont couramment utilisés : le STTS (traduit en français par sévérité de l acouphène), le TRQ (en français détresse psychologique) et le THQ ou le THI qui évaluent le handicap. Échelles visuelles analogiques Enfin, durant la consultation, nous utilisons une échelle visuelle analogique (EVA). Rapide et simple, elle permet, comme les questionnaires, de chiffrer l acouphène et de suivre son évolution dans le temps. Une étude par différentes équipes de l AFREPA a pour but d évaluer sur plus de 700 patients l existence d une corrélation entre les trois questionnaires de sévérité, détresse et handicap (Tinnitus Handicap Inventory, THI) et deux échelles visuelles analogiques (EVA) de gêne et d intensité. Les résultats sont en cours d analyse. ÉVALUATION ÉTIOLOGIQUE Au terme de ces deux étapes, interrogatoire et évaluation clinique, on aborde le temps de l évaluation étiologique qui découle des étapes précédentes. Il convient ici d analyser le caractère vraisemblable ou non du lien entre les antécédents et l acouphène. Cela orien- te vers les éventuels avis ou examens complémentaires à réaliser ultérieurement. À ce stade, intervient l avis du psychologue sur les éléments de stress, de dépression, de problèmes personnels, professionnels... ou de traits de caractère pouvant interférer sur la gravité de l acouphène (intervention discrète qui sera rediscutée par l équipe ultérieurement si nécessaire). Intervient également à ce stade l avis de l audioprothésiste lorsque la surdité va nécessiter une prise en charge correctrice par aide auditive, notamment lorsque la surdité sera compliquée (surdité sévère sans intelligibilité, surdité profonde unilatérale, surdité en pente de ski, avec conservation des graves, dynamique auditive étroite...). Enfin, vient le temps de l explication C A S C L I N I Q U E S 2b 1a Cas n 1 Monsieur S, 54 ans, sportif, se plaint d acouphènes aggravés par les efforts physiques ainsi que les bruits intenses. Il ressent alors une discrète instabilité. 1b Les tympans sont normaux. L audiométrie tonale met en évidence une hypoacousie bilatérale de type perceptif sur les aigus et un élément transmissionnel à droite. Il a déjà bénéficié indûment de la pose d un drain transtympanique qui n a pas amélioré les symptômes. Les PEMV montrent un abaissement du seuil à droite. Le scanner du rocher confirme la déhiscence du canal semi-circulaire supérieur (Fig. 1). C est ici le caractère unilatéral, la surdité mixte à tympan normal, l aggravation de l acouphène par le bruit intense ou les efforts qui font orienter le bilan exploratoire et suspecter le diagnostic. L intervention chirurgicale a stabilisé l audition et atténué à 80 % l acouphène. Cas n 2 Monsieur B, 49 ans, se plaint d acouphènes bilatéraux depuis quinze ans associés à une hypoacousie bilatérale progressive appareillée. L otoscopie montre des tympans normaux. L audiométrie tonale met en évidence une hypoacousie bilatérale très légèrement prédominante à droite (Fig. 2a). L audiométrie vocale est légèrement asymétrique. L IRM met en évidence un petit neurinome intra-canalaire droit (Fig. 2b). 2a 4

5 par l ORL au patient, des hypothèses physiopathologiques de survenue, dans son cas précis, de l acouphène, et de la décision de la prise en charge. Ensuite, en fonction de la décision thérapeutique, en aparté, les autres intervenants vont détailler au patient les différentes étapes de cette prise en charge et organiser les rendez-vous. Le rôle de l ORL, lors de la consultation pluridisciplinaire, est donc bien un rôle médical. Tous les patients ne seront pas systématiquement orientés vers la TRT. Pour preuve, nous avons choisi quelques cas cliniques récents (cf. encadrés), vus au sein de notre consultation, dont le signe d appel et le motif de consultation étaient toujours un acouphène. Conclusion Prendre en charge les patients acouphèniques en consultation pluridisciplinaire est pour l ORL enrichissant et cela allège le poids de ces consultations. Chacun apporte sa compétence et la prise en charge est simplifiée. Pour les patients, il est rassurant de voir les professionnels discuter et être d accord, l impact de la décision thérapeutique en est grandement majoré. Au terme de six ans de fonctionnement, l expérience est positive pour tous. L ORL doit, dans tous les cas, rester vigilant à la recherche de toute étiologie otologique ou rétro-cochléaire. 3b 3c 4b 3a Cas n 3 Madame M, 75 ans, se plaint d acouphènes bilatéraux anciens à type de sifflement connus depuis plus de dix ans, bien tolérés, ainsi que d une surdité bilatérale progressive (Fig. 3a). Depuis quelques mois, les acouphènes se sont modifiés, devenus plus graves et très discrètement pulsatiles à gauche, pénibles et invalidants. Le tympan est atypique à gauche faisant évoquer dans certaines positions de la tête une bulle liquidienne isolée, sans caractère inflammatoire associé. Le tympanogramme est normal. Le scanner des rochers montre la présence d une très large brèche ostéoméningée, le liquide céphalorachidien remplissant la mastoïde et la caisse du tympan, expliquant l aspect tympanique et la surdité mixte (Fig. 3b et 3c). Le bourdonnement a disparu après le traitement chirurgical de la brèche. 4a Cas n 4 Madame C, 47 ans, a comme antécédent une otite moyenne aiguë, avec labyrinthisation progressive et des acouphènes à type de sifflements. C est 18 mois plus tard, à l occasion d un traumatisme crânien, que survient un acouphène pulsatile gauche, extrêmement invalidant, avec tympan normal. L audiométrie tonale montre une atteinte modérée de type perceptif à droite (Fig. 4a). La TDM des rochers montre une déhiscence du tour basal de la cochlée au contact du canal carotidien (Fig. 4b). 5

6 Vers une normalisation européenne des services offerts par les audioprothésistes Soucieux de garantir un haut niveau de prise en charge des déficients auditifs par les audioprothésistes, l Union Nationale des Syndicats d Audioprothésistes Français (Unsaf), présidée par Benoît Roy, avec le soutien du Collège National d Audioprothèse, présidé par Éric Bizaguet, ont décidé d engager en février 2007 un processus de normalisation AFNOR concernant la qualité de service fournis par les audioprothésistes afin de permettre une plus grande transparence des prestations, d améliorer la lisibilité des actions et d uniformiser les pratiques professionnelles. Cette volonté initiale française de définir un référentiel minimum commun et harmonisé des bonnes pratiques en audioprothèse a rapidement évolué vers une démarche européenne au regard de l importance de la réglementation européenne en matière de santé, celleci pouvant s imposer à moyen terme. Il faut d ailleurs remercier tout particulièrement Monsieur Renaud Mazelier, représentant du Bucodes (Bureau de Coordination des Associations de Devenus Sourds et Malentendants), Monsieur Jean Jacques Blanchet et Monsieur Hervé Bischoff, qui ont participé à cette mission d harmonisation européenne lors de réunions internationales de consensus. Le fil conducteur de cette norme de service est la prise en compte des besoins et de la satisfaction des patients dans le but d améliorer leur qualité de vie. Elle doit conduire à une clarification des services fournis, à des engagements de l audioprothésiste labellisé, à une formalisation du savoir-faire et du code «éthique» de la profession, à la création d un niveau minimal d amélioration des pratiques et à une définition des obligations techniques et de formation. Cette norme de service valorise la profession des audioprothésistes en permettant une identification par les patients des professionnels respectant ce niveau de qualité, le contrôle du respect des règles étant confié à un certificateur externe et indépendant. Cette norme décrit et spécifie l ensemble du processus de délivrance des appareils de correction auditive, du premier contact client au suivi à long terme. Elle définit également les exigences en termes d éducation, d installation, d équipement et de code de conduite. Afin de fournir en France un service de qualité utilisant une norme européenne, certaines conditions préalables, lois et réglementations nationales en vigueur doivent être respectées. Ainsi pour être en conformité avec la présente norme européenne, l audioprothésiste doit être titulaire de diplômes reconnus par les lois et réglementations nationales. La délégation des tâches à un personnel non titulaire du diplôme requis ne peut donc pas être autorisée. L acte prothétique ne peut, de plus, être réalisé que dans le cadre de locaux répondant à des critères précis en matière d équipement. Cette norme crée un nouveau référentiel européen concernant l accessibilité et l agencement des locaux, la fourniture des informations générales concernant la disponibilité des professionnels. Elle précise les relations audioprothésiste / patient, mais aussi celles du couple complémentaire ORL /audioprothésiste. Il est recommandé que les audioprothésistes étendent leurs services aux clients jusqu à l obtention d une réhabilitation optimale. Il convient que les audioprothésistes fournissent toutes les informations nécessaires à l utilisation et la maintenance correctes de l appareil auditif et qu ils donnent aux clients les instructions essentielles pour garantir une efficacité continue du système. Il s agit donc d un engagement de moyens. Il convient que les audioprothésistes n attirent pas ou ne tentent pas d attirer les clients à l aide de cadeaux ou autres gratifications sans rapport avec le service, que ce soit directement ou indirectement par le biais de tiers. Les clients doivent par ailleurs avoir la possibilité de choisir librement un autre professionnel de santé dès qu ils le souhaitent. La relation avec le corps médical est également évoquée. Les audioprothésistes savent que les problèmes de communication et d audition peuvent être provoqués par des pathologies nécessitant un traitement médical ou chirurgical approprié. Ce traitement médical n est pas inclus dans la gamme de services offerts par les audioprothésistes. Il convient donc que les audioprothésistes ne remplacent en aucun cas un médecin. Si les clients n ont pas subi au préalable une évaluation médicale de leur problème d audition, il est recommandé que les audioprothésistes orientent la personne malentendante vers un médecin spécialisé. Dans le cadre des relations entre collègues audioprothésistes, il convient que l audioprothésiste ne formule aucune critique injustifiée sur le jugement, la formation, les connaissances ou les compétences de ses collègues. Cependant, il est recommandé que l audioprothésiste n ignore pas sciemment une faute ou une incompétence professionnelle. Cette norme est indispensable à tous ceux qui souhaitent une grande transparence au service du patient, mais aussi l obligation d un niveau minimal de prise en charge. C est pourquoi les différentes étapes de l appareillage, de la visite initiale au contrôle permanent de l efficacité, en passant par le choix prothétique et la manière d y procéder, y sont décrites de façon généraliste, mais suffisamment précisément pour que tout patient se référant à cette norme puisse vérifier par lui-même le respect du cahier des charges nécessaires à l obtention d un appareillage de qualité. On peut d ailleurs voir ici une similitude avec la démarche de la SFA qui, par la publication de guides de bonnes pratiques, souhaite créer un référentiel minimal pour la bonne pratique de l audiométrie de l adulte et de l enfant. Le but final, permettre par la transmission du savoir et de l information, une meilleure qualité de prise en charge des patients. C est pourquoi la norme de service offerts par les audioprothésistes veut 6

7 aller plus loin en créant l obligation d une formation continue d une durée annuelle minimale de 20 heures. L audioprothésiste certifié par cette norme s engage donc sur des garanties minimales de service, sur le respect du déroulement de l appareillage et d un code de déontologie et accepte que son activité professionnelle soit évaluée par un organisme indépendant non contrôlé par la profession lui permettant la conservation du label. De nombreux participants à la rédaction de ce travail (associations de malentendants et d usagers, syndicats d audioprothésistes, Collège National d Audioprothèse, pouvoirs publics,...) souhaitent par ailleurs voir cette norme devenir un Délégués SFA Auprès des Audioprothésistes François LE HER Orthophonistes Martial FRANZONI et Nicole DENNI-KRICHEL ORL Didier BOUCCARA N hésitez pas à vous adresser à eux si vous avez une question, un projet à nous soumettre, des nouvelles de la profession à transmettre, etc. Adhésion à la SFA La revue SFA-News est éditée par la Société Française d Audiologie (SFA). Pour adhérer à la SFA, soumettre sa candidature à l'une de ces 3 personnes : FRANÇOISE ARTIÈRES Président en exercice Institut S t Pierre - Service d Audiophonologie 371, av. de l Évêché de Maguelone Palavas-les-Flots - Tél: Mél : MARTINE OHRESSER Secrétaire Général 10, rue Falguière Paris - Tél : Mél : RENÉ DAUMAN Chargé des Relations Internationales Service ORL, Unité d audiologie Bât. PQR. Groupe hospitalier Pellegrin Bordeaux - Tél : Mél : Le candidat doit être parrainé par deux membres de la Société (voir liste sur le site des piliers de l exercice professionnel dans toute l Europe et, dans le cadre strictement français, un passage obligé à la prise en charge financière par les organismes sociaux. À propos du dernier congrès de la Société Internationale d Audiologie D r Christian Meyer-Bisch Il s agissait de la trentième édition (ICA XXX), qui a magnifiquement été organisée par le P r Iêda Chaves Pacheco Russo, présidente de la SIA, à Sao Paulo (Brésil) du 28 mars au 1 er avril. Ce congrès, qui a martelé son caractère transdisciplinaire, a réuni près de personnes, dont une centaine de non américains (une vingtaine d Européens), et plus de 700 Brésiliens ou plus exactement, si le nom bre détermine le genre, et l âge moyen l épithète, de jeunes Brésiliennes... La profession d audiologiste se développe en effet considérablement depuis cinq ans au Brésil, qui en compte plus de 700 et poursuit son développement au même rythme. Ces professionnels, qui sont très qualifiés (Bac + 4 ou 5), choisissent une spécialisation en réhabilitation ou en orthophonie. L étendue du pays est telle qu il n est pas concevable de permettre à chacun de consulter un audiologiste, notamment dans le Nord. Aussi, les autorités ont choisi de développer des systèmes de «téléaudiologie» par Internet très performants, qui ont largement été présentés et pour lesquels j ai trouvé l argumentaire très convaincant. La délégation française, représentée en totalité par mon humble moi-même, a présenté une communication orale : High resolution auditory evaluation of patients treated with artesunate + amiodaquine for uncomplicated Plasmodium falciparum Malaria Attacks in Senegal (Christian Meyer-Bisch, Oumar Gaye, Jean-Louis Ndiaye et coll). Cette étude, conduite dans un dispensaire en pleine brousse, a permis d examiner 200 jeunes malades à trois reprises (J0, J3 et J28). Sur la base d examens audiométriques utilisant la méthode de Békésy en fréquence glissante ( Hz), il a été démontré sans ambiguïté l absence d ototoxicité de cette association thérapeutique, décelable avec la technique employée. J ai été très frappé par l excellente reproductibilité du Békésy réalisé dans des conditions particulièrement précaires. Nous avons suscité de nombreuses questions dans ce pays infesté, lui-aussi, de moustiques vecteurs de paludisme. Plus de 300 communications orales et posters ont été présentés, couvrant la totalité des thèmes habituellement abordés. Le prochain congrès, organisé par le P r George Tavartkiladze, chirurgien ORL à Moscou, se tiendra dans sa ville en 2012, nécessitant de prévoir un budget inhabituellement élevé. Le suivant sera organisé à Sydney en 2014 dans des conditions plus avantageuses... Pour plus d informations, n hésitez pas à me contacter. Groupe de travail Prévention Bruit de la SFA Christian Renard, D r Christian Meyer-Bisch Le groupe de travail Prévention Bruit de la Société Française d Audiologie s est réuni pour la première fois lors du congrès de Deauville. Le premier thème traité concerne le bruit au travail, et différents aspects ont été abordés, concernant notamment les aspects réglementaires, la sonométrie, les populations concernées, les actions collectives, l organisation du travail, les protections individuelles, la mise en place de programmes de conservation de l audition... Concernant le sujet des protections individuelles contre le bruit, il a été souligné l importance d un choix adapté (type de protection, niveau d affaiblissement, maintien de la fonction d écoute, prise en compte d un déficit auditif ou de besoin d écoute particulier, réactions en cas de problème...). 7

8 À l issue de ces discussions sur les protecteurs individuels, il est apparu qu il serait intéressant de travailler sur la rédaction d un guide pratique de la protection individuelle contre le bruit. Plusieurs membres de la Société Française d Audiologie, impliqués dans le groupe Prévention Bruit, ont donc débuté ce travail. Groupe de travail Internet SFA D r Didier Bouccara Le groupe de travail Internet de la Société Française d Audiologie se consacre principalement au réaménagement du site de la SFA qui a été mis en service durant l été Ce site est plus convivial et pourra être géré par différents administrateurs, membres de la Société Française d Audiologie. Le site est comme auparavant accessible à l adresse Les rubriques suivantes ont été créées, avec accès soit dès la page d accueil par un onglet, soit dans une rubrique : Actualités de la Société Française d Audiologie / Agenda (congrès, colloques, recommandations...) ; Nouveautés des différentes disciplines participant à la Société Française d Audiologie sous forme d articles brefs ; État d avancement des travaux des groupes de travail (prévention, normes) ; Aspects administratifs : composition du Bureau et du Conseil d administration, modalités d inscription... ; Mise en ligne des publications de la Société Française d Audiologie ; Principaux liens : BIAP, ACFOS, FNO, SFORL, Collège National d Audioprothèse... Pour tous renseignements et diffusion d informations, merci de contacter Didier Bouccara 24 au 26 novembre 2011 au Corum de Montpellier Montpellier Faculté de Médecine Corum S F A - B U R E A U Président en exercice : D r Françoise Artières, ORL à Montpellier Secrétaire Général : D r Martine Ohresser, ORL à Paris Secrétaire Général Adjoint : Éric Bizaguet, audioprothésiste à Paris STrésorier FA : D r Christian Meyer-Bisch, médecin consultant en audiologie à Paris Trésorier adjoint : P r Bernard Meyer, ORL à Paris Chargé des relations internationales : P r René Dauman, ORL à Bordeaux Lipcom-LGX 11/2010 Traitement à visée symptomatique du déficit pathologique cognitif et neurosensoriel chronique du sujet âgé (à l exclusion de la maladie d Alzheimer et des autres démences) TANAKAN 40 mg, comprimé enrobé. TANAKAN 40 mg/ml, solution buvable. COMPOSITION : Comprimé : Extrait de Ginkgo biloba standardisé (EGb 761 ) titré à 24% d'hétérosides de Ginkgo et 6% de Ginkgolides-bilobalide 40,00mg. Excipients : lactose monohydraté : 82,5mg (cf. mises en garde), cellulose microcristalline, amidon de maïs, silice colloïdale anhydre, talc, stéarate de magnésium, hypromellose, macrogol 400 et 6000, dioxyde de titane, oxyde de fer rouge. Pour un comprimé enrobé. Solution buvable : Extrait de Ginkgo biloba standardisé (EGb761 ) titré à 24 % d'hétérosides de Ginkgo et 6 % de Ginkgolides-bilobalide 4,00g. Excipients : saccharine sodique, huile essentielle d'orange soluble, huile essentielle de citron soluble, alcool (cf. mises en garde), eau purifiée. Pour 100,00ml. DONNÉES CLINIQUES : Indications thérapeutiques : Traitement à visée symptomatique du déficit pathologique cognitif et neurosensoriel chronique du sujet âgé (à l exclusion de la maladie d Alzheimer et des autres démences). Traitement symptomatique de la claudication intermittente des artériopathies chroniques oblitérantes des membres inférieurs (au stade 2). NB : Cette indication repose sur des essais cliniques en double aveugle par rapport à un placebo qui montrent une augmentation du périmètre de marche d'au moins 50 % chez 50 à 60 % des malades traités contre 20 à 40 % des malades suivant uniquement des règles hygiénodiététiques. Traitement d appoint des baisses d acuité et troubles du champ visuel présumés d origine vasculaire. Traitement d appoint des baisses d acuité auditive et de certains syndromes vertigineux et/ou acouphènes présumés d origine vasculaire. Amélioration du phénomène de Raynaud. Posologie et mode d'administration : Voie orale. Comprimé : 3 comprimés par jour, à répartir dans la journée. Les comprimés sont à prendre avec un demi-verre d eau au moment des repas CTJ : 0,52 à 0,54. Solution buvable : Utiliser la mesurette graduée : 1 dose=1 ml de solution buvable=40mg d'extrait pur. 3 doses (3 ml) par jour, à répartir dans la journée. Les doses sont à diluer dans un demi-verre d'eau et à prendre au moment des repas CTJ : 0,51 à 0,53. Contre-indications : Ce médicament est contre-indiqué dans la situation suivante : Hypersensibilité à l un des constituants du comprimé ou à l'un des constituants de la solution buvable. Mise en garde et précautions particulières d'emploi : Comprimé : Mises en garde : En raison de la présence de lactose, ce médicament est contre-indiqué en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en lactase. Solution buvable : ATTENTION : LE TITRE ALCOOLIQUE DE CE MÉDICAMENT EST DE 57%V/V, SOIT 0,45g D'ALCOOL PAR UNITÉ DE PRISE (POUR 1 DOSE). Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions : Solution buvable : Liées à l alcool : (0,45g pour 1 dose), l association de ce médicament est à prendre en compte avec : Les médicaments provoquant une réaction antabuse avec l alcool (chaleur, rougeur, vomissement, tachycardie) : disulfirame, céfamandole, céfopérazone, latamoxef (antibactériens-céphalosporines), chloramphénicol (antibactérien-phénicolé), chlorpropamide, glibenclamide, glipizide, tolbutamide (antidiabétiques - sulfamides hypoglycémiants), griséofulvine (antifongique), nitro-5-imidazolés (métronidazole, ornidazole, secnidazole, tinidazole), kétoconazole, procarbazine (cytostatique). Les dépresseurs du système nerveux central. Grossesse et allaitement : Ce médicament est principalement utilisé chez le sujet âgé, pour lequel le risque de grossesse est absent. En l absence de données cliniques pertinentes, l utilisation de cette spécialité est déconseillée pendant la grossesse ou l allaitement. Effets indésirables : Rarement troubles digestifs, troubles cutanés, céphalées. PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES : Propriétés Pharmacodynamiques : VASODILATATEUR PÉRIPHÉRIQUE (C : système cardio-vasculaire). Les mécanismes sous-tendant les effets thérapeutiques sont multiples et n ont pas à ce jour été démontrés chez l homme. Propriétés Pharmacocinétiques : Le principe actif est l extrait de Ginkgo biloba standardisé titré à 24 % d hétérosides de Ginkgo et 6 % de di- et sesquiterpènes (ginkgolides A, B et C et bilobalide). Chez l homme, seuls les paramètres pharmacocinétiques de la fraction terpénique ont été mis en évidence. Les ginkgolides A et B et le bilobalide ont une biodisponibilité orale de 80 à 90 %. La concentration maximale est atteinte en 1 à 2 heures ; les demi-vies d élimination sont de l ordre de 4 heures (bilobalide, ginkgolide A) à 10 heures (ginkgolide B). Ces substances ne sont pas dégradées dans l organisme et leur élimination est principalement urinaire, une faible quantité étant excrétée dans les selles. AMM-DONNÉES ADMINISTRATIVES : : 30 comprimés sous plaquettes thermoformées (aluminium-pvc) : 90 comprimés sous plaquettes thermoformées (aluminium-pvc) : 30 ml en flacon avec mesurette graduée (verre brun) : 90 ml en flacon (verre brun) avec mesurette graduée. Remb. Séc. Soc. à 15 %. Agr. Coll. Prix public, boîte de 30 comprimés : 5,44. Prix public, boîte de 90 comprimés : 15,69. Prix public, flacon de 30 ml : 5,36. Prix public, flacon de 90 ml : 15,46. DATE DE MISE A JOUR : avril REF : TK(cp-sb)C-V08. EXPLOITANT : IPSEN PHARMA - 65 quai Georges Gorse BOULOGNE-BILLANCOURT. Tél. : Information médicale : Les avis de la Transparence de ces spécialités sont disponibles à l adresse * Innover pour mieux soigner ** Boîtes de 30 et 90 comprimés. Flacons de solution buvable de 30 et 90 ml. 2TK0365

Qui est l orthophoniste?

Qui est l orthophoniste? É d i t o r i a l La satisfaction des attentes des patients atteints de déficience auditive et la prévention de la surdité, première maladie professionnelle dans notre pays, sont des sujets importants

Plus en détail

REFLEXION AUTOUR DES SUPPORTS DE FORMATION ET D INFORMATION EN AUDIOMETRIE ADULTE

REFLEXION AUTOUR DES SUPPORTS DE FORMATION ET D INFORMATION EN AUDIOMETRIE ADULTE REFLEXION AUTOUR DES SUPPORTS DE FORMATION ET D INFORMATION EN AUDIOMETRIE ADULTE Mme Joëlle SERRES, Infirmière Mme Dominique SZELIGA, Cadre de santé Consultations ORL Service du Professeur V. DARROUZET

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Flunarizine

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Flunarizine NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR SIBELIUM 10 mg, comprimé sécable Flunarizine Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique?

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? Caterina REGIS IFH Infirmière Ressource Douleur CETD CHU Montpellier Déclaration publique d intérêts Je soussignée

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés Bisacodyl

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés Bisacodyl NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Bisolax 5 mg comprimés enrobés Bisacodyl Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament. Elle contient des informations importante s pour

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Guide des Bonnes Pratiques en Audiométrie de l Adulte. Audiogrammes commentés

Guide des Bonnes Pratiques en Audiométrie de l Adulte. Audiogrammes commentés Guide des Bonnes Pratiques en Audiométrie de l Adulte Audiogrammes commentés La solution intelligente qui répond à vos besoins Itera Audiométrie vocale Boutons rotatifs intelligents Tests spéciaux Simulateur

Plus en détail

Introduction. 1. Objectifs. 2. Matériel et méthodes. 3. Résultats

Introduction. 1. Objectifs. 2. Matériel et méthodes. 3. Résultats RECONNAISSANCE ET REPARATION DE LA SURDITE PROFESSIONNELLE EN TUNISIE A PROPOS D UNE ETUDE EPIDEMIOLOGIQUE H. KAMMOUN MOATEMRI - H. HAJ SALAH - K. REJEB - N. MRIZAK - M. AKROUT - A. CHARRADA - A. GHACHEM

Plus en détail

La migraine : quelle prise de tête!

La migraine : quelle prise de tête! La migraine : quelle prise de tête! Introduction La migraine est une véritable «prise de tête» pour les personnes qui en souffrent! Bien au-delà d un mal physique, cette réelle maladie engendre également

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé.

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé. RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. Dé nomination du mé dicame nt Bisolax 5 mg comprimés enrobés. 2. Composition qualitative e t quantitative Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

É d i t o r i a l. Mesures de la perception de la parole

É d i t o r i a l. Mesures de la perception de la parole É d i t o r i a l L activité d audioprothésiste évolue au rythme des progrès technologiques, ce qui oblige à une formation continue permettant à l ensemble de la profession d améliorer sans cesse la qualité

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

NOTICE Advantage pour chats

NOTICE Advantage pour chats NOTICE Advantage pour chats 1. NOM ET ADRESSE DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ ET DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE FABRICATION RESPONSABLE DE LA LIBÉRATION DES LOTS, SI DIFFÉRENT Titulaire

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Pr. Kissani, Dr. Lohab Faculté de médecine,université Cadi Ayyad; Marrakech. Vous donner le vertige 1 Définition Le vertige est une sensation de déplacement

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Démarche Qualité et Certification de Service d un cabinet libéral SCP OLLU-RENAUD LE MANS

Démarche Qualité et Certification de Service d un cabinet libéral SCP OLLU-RENAUD LE MANS Démarche Qualité et Certification de Service d un cabinet libéral SCP OLLU-RENAUD LE MANS Management de la qualité et Gestion des risques dans la Santé Vendredi 29 Mai 2009 à Strasbourg SCP Drs OLLU et

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE

MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

Formulaires et demandes d information les obligations

Formulaires et demandes d information les obligations Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Formulaires et demandes d information les obligations Michel Desrosiers AVEZ-VOUS DÉJÀ HÉSITÉ à remplir un formulaire médical que vous tendait un patient,

Plus en détail

É d i t o r i a l. de la. STRASBOURG 29-30 Nov. 2013

É d i t o r i a l. de la. STRASBOURG 29-30 Nov. 2013 É d i t o r i a l Chers amis, La Société Française d Audiologie vient de perdre en la personne du D r Jean-Louis Collette l'un de ses membres les plus actifs puisqu il était au Conseil d Administration

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Dulcolax bisacodyl 5 mg comprimés enrobés (bisacodyl)

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Dulcolax bisacodyl 5 mg comprimés enrobés (bisacodyl) NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR Dulcolax bisacodyl 5 mg comprimés enrobés (bisacodyl) Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

mémo santé du bâtiment Chef d entreprise artisanales Le bruit est un son désagréable et gênant.

mémo santé du bâtiment Chef d entreprise artisanales Le bruit est un son désagréable et gênant. L'alliée de votre réussite mémo santé Chef d entreprise artisanale ATTENTION! LE BRUIT REND SOURD! Entreprises artisanales du bâtiment Le bruit est un son désagréable et gênant. Le son est le résultat

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ «Un atelier de deux jours en spécialité EMDR» Présenté par Dr Steven MARCUS,, Ph.D 30 AVRIL & 1er MAI 2011 A PARIS SAMEDI 30 AVRIL : 9H - 16H30 - DIMANCHE 1ER

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Annexe 2 Formation approfondie en neuroradiologie diagnostique. 2. Durée, structure et dispositions complémentaires

Annexe 2 Formation approfondie en neuroradiologie diagnostique. 2. Durée, structure et dispositions complémentaires SIWF ISFM Annexe 2 1. Généralités La formation approfondie selon le présent programme doit permettre au spécialiste en radiologie d approfondir ses connaissances en radiologie diagnostique du système nerveux

Plus en détail

La réadaptation après un implant cochléaire

La réadaptation après un implant cochléaire La réadaptation après un implant cochléaire Ginette Diamond, chef en réadaptation Sophie Roy, audiologiste Colloque CRDP InterVal 2009 But de la présentation Sensibiliser les participant(e)s à un outil

Plus en détail

NOTICE. DEBRICALM 100 mg, comprimé pelliculé Maléate de trimébutine

NOTICE. DEBRICALM 100 mg, comprimé pelliculé Maléate de trimébutine NOTICE ANSM Mis à jour le : 08/06/2010 Dénomination du médicament DEBRICALM 100 mg, comprimé pelliculé Maléate de trimébutine Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament.

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

BETADINE DERMIQUE 10 POUR CENT, solution pour application locale

BETADINE DERMIQUE 10 POUR CENT, solution pour application locale BETADINE DERMIQUE 10 POUR CENT, solution pour application locale Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement.

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES AUDITIFS FORMATION DES PROFESSIONNELS DE LA DIFFUSION ET DE L ENSEIGNEMENT MUSICAL - REGLEMENTATION -

PREVENTION DES RISQUES AUDITIFS FORMATION DES PROFESSIONNELS DE LA DIFFUSION ET DE L ENSEIGNEMENT MUSICAL - REGLEMENTATION - PREVENTION DES RISQUES AUDITIFS FORMATION DES PROFESSIONNELS DE LA DIFFUSION ET DE L ENSEIGNEMENT MUSICAL - REGLEMENTATION - Contexte et caractéristiques du risque auditif Un organe auditif complexe, fragile

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie

Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie Pr LAMAS 12H PUPH Rappel Anatomique et Physiologique Exploration clinique et Paraclinique Pathologie oreille externe Oreille interne

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

«vertiges et audition»

«vertiges et audition» «vertiges et audition» animée par le Docteur Paolino Le Docteur PAOLINO, créateur de l IMERTA (Institut Méditerranéen de Recherche des Traitements sur les Acouphènes) à la clinique privée Clairval à Marseille

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

Migraine et mal de tête : des "casse-tête"

Migraine et mal de tête : des casse-tête Migraine et mal de tête : des "casse-tête" Tous concernés! De quoi s agit-il? Les migraines ne doivent pas être confondues avec les céphalées de tension, communément appelées les "maux de tête". En effet,

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

FIRPS LA PRÉVENTION DES S PSYCHOSOCIAUX LORS DES RESTRUCTURATIONS. www.firps.fr TRAVAUX DE LA FIRPS. Guide de bonnes pratiques

FIRPS LA PRÉVENTION DES S PSYCHOSOCIAUX LORS DES RESTRUCTURATIONS. www.firps.fr TRAVAUX DE LA FIRPS. Guide de bonnes pratiques FIRPS Fédération des Intervenants en Risques Psychosociaux LA PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LORS DES RESTRUCTURATIONS FIRPS www.firps.fr Janvier 2015 Conception & réalisation : agence ozinfos www.ozinfos.com

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique.

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique. MIGRAINES Diagnostic Critères IHS de la migraine SANS AURA : 5 crises 4-72 heures sans traitement 2 caractéristiques suivantes : Unilatérales Pulsatiles Modérées ou sévères Aggravation par activités physiques

Plus en détail

Troubles de l équilibre

Troubles de l équilibre Troubles de l équilibre Définition & symptomatologie Responsable de chutes, problème majeur chez le sujet âgé Troubles de l équilibre: impossibilité à maintenir son centre de gravité dans son polygone

Plus en détail

DEFICIENTS AUDITIFS : QUELLES AIDES FINANCIERES?

DEFICIENTS AUDITIFS : QUELLES AIDES FINANCIERES? DEFICIENTS AUDITIFS : QUELLES AIDES FINANCIERES? Sommaire 1 ère partie : Les aides techniques I. Appareils de correction auditive & implant d oreille moyenne (dont le BAHA) 1. Les prestations pour tous

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS Les exemples montrés dans ce document ne sont qu un vague reflet de la complexité clinique des troubles proprioceptifs qui peuvent donner des dysfonctions partout où

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Journal de la migraine

Journal de la migraine Sandoz Pharmaceuticals SA Hinterbergstrasse 24 6330 Cham 2 Tél. 041 748 85 85 Fax 041 748 85 86 www.generiques.ch a Novartis company 50001252/mars 2008 Journal de la migraine avec le questionnaire sur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées

Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées Notre engagement Notre entreprise s efforce en tout temps de dispenser ses services d une manière respectueuse de la dignité et de

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Protéger. son animal. la gamme FRONTLINE. grâce à la gamme. Contre les puces et les tiques. Efficace plusieurs semaines (1) Résistant à la pluie,

Protéger. son animal. la gamme FRONTLINE. grâce à la gamme. Contre les puces et les tiques. Efficace plusieurs semaines (1) Résistant à la pluie, la gamme Frontline Contre les puces et les tiques Efficace plusieurs semaines (1) Résistant à la pluie, aux bains et aux shampooings (2) Protéger son animal grâce à la gamme FRONTLINE La gamme FRONTLINE

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail