N 8 - juin Les mécanismes de l addiction. Invitée : L association «Rien ne va plus» Interview de la Loterie Romande

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 8 - juin 2012. Les mécanismes de l addiction. Invitée : L association «Rien ne va plus» Interview de la Loterie Romande"

Transcription

1 N 8 - juin 2012 Les mécanismes de l addiction Invitée : L association «Rien ne va plus» Interview de la Loterie Romande

2 2 Sommaire 4-5 Dossier L addiction, c est dans la tête! 6-8 Dossier La cyberaddiction 9 L invitée Internet aggrave le risque de jeu pathologique La parole à... «Le chemin se fait en marchant» 14 Interview Loterie Romande 15 Agenda Témoignage 3 visages de l addiction Publicité un monde de saveurs

3 Editorial 3 Chère lectrice, Cher lecteur, Si, pour la Croix-Bleue, la priorité consiste à conseiller et accompagner celles et ceux en butte à la problématique liée à leur consommation d alcool, elle vient également en aide à toute personne souffrant d autres addictions : des dépendances classiques à des substances autres que l alcool ainsi qu à celles relevant de troubles du comportement. Dans ce numéro, notre intention ne consiste toutefois pas à en dresser un inventaire «à la Prévert» mais à mettre l accent sur quelques-unes d entre elles, telles la boulimie, l achat de fringues, les jeux d argent ou la cyberaddiction à travers des témoignages ou une pratique exercée par un professionnel de la Croix-Bleue romande et par le Centre de prévention «Rien ne va plus», spécialisé dans le traitement de personnes dépendantes au jeu d argent. De toutes les conduites psychopathologiques, l addiction est peut-être celle qui interroge le plus les limites entre le normal et le pathologique. La frontière entre ce qui relève des «mauvaises habitudes» et des vraies dépendances est difficile à tracer. Les addictions sont presque toujours des conduites relevant au départ de l ordinaire mais simplement déviées de leur finalité initiale : boire, manger, jouer, acheter, travailler, se soigner Alors, tous dépendants? Ce qui caractériserait le vrai dépendant consisterait en une forme de fixation quand l objet ou l activité devient le but d une vie, quand la «mauvaise habitude» se fait identité : «je bois trop» devenu «je suis alcoolique». L addict se comporte en fait comme un amoureux fidèle et transi, jamais lassé Unique objet de désir, «paradis d un simple besoin» selon Freud, l objet d addiction semble irremplaçable, jamais substituable par un autre, quand bien même celui-ci aurait des propriétés équivalentes. Et ce paradis d un simple besoin aboutit toujours à une impasse, dès lors que le désir se transforme en besoin impérieux et corrompt les fonctions biologiques ordinaires propres à l être humain. «C est plus fort que moi» disent toujours les personnes addict, ce qui indique bien que quelque chose leur échappe et qu elles ne sont dès lors plus totalement maîtresses de leurs actes. Bonne lecture. Otto Borruat président de la CBR section Jura bernois et Bienne romande Impressum 2 e année n 8 juin 2012 Comité de rédaction et d informations Myriam Amiet, Thierry Blanc, Otto Borruat, Lisa Bourgeois, Thaïs Fabre, Rosina Gulizia, Daniel Müller Rédaction et administration Croix-Bleue romande, Secrétariat général: Av. de la Gare 31, 1022 Chavannes-Renens Tél Photographies fotolia Loterie Romande Rien ne va plus Contralco Conception & graphisme agence dialog, Sierre graphem, Martigny Morgan Thurre Impression Centre d impression Montfort-Schœchli SA, Martigny - Roberto Fracasso Prix du journal Pour 1 an : 30 Frs Pour un soutien au journal : plus de 30 Frs Pour l étranger : 35 Frs CCP Parution Trimestrielle ISSN

4 «L addiction est un accident dans la quête du bonheur propre à tous les êtres humains.» 4 Dossier L addiction, c est dans la tête! L addiction c est dans la tête! La neurobiologie a établi que l addiction 1 n est pas due à une absence de volonté mais à une altération des mécanismes d apprentissage cérébraux. Décodage et pistes d explication. La biologie, la psychologie, la sociologie et l anthropologie tentent toutes d expliquer les conduites addictives (alcool, cigarette, héroïne, jeu, Internet, etc.). Chacune de ces approches scientifiques fournit des explications à partir d un point de vue particulier. Néanmoins, l approche biologique, et les neurosciences 2 en particulier, permettent aujourd hui de décrire avec davantage de précision les mécanismes de l addiction. Tout se passe dans le cerveau Les nouvelles techniques d imagerie cérébrale ont montré que l addiction aux substances psychoactives est le résultat de mécanismes adaptatifs du cerveau face à l action des différentes drogues. La neurobiologie a établi que l addiction n est pas due à une absence de volonté mais à une altération des mécanismes d apprentissage cérébraux. Ces atteintes influencent les processus de prise de décision. Ceci explique la difficulté que les personnes concernées ont à contrôler ou à interrompre leurs consommations. Le cerveau est constitué de circuits qui peuvent être comparés à des circuits électriques le long desquels circulent des informations. Les neurones qui composent ces circuits, à la différence de simples conducteurs électriques, ne se touchent pas entre eux. Un espace, infranchissable pour l influx nerveux, les sépare. A cet endroit appelé synapse, l information change de nature. Le signal électrique est converti en messager chimique (neurotransmetteur). Les neurotransmetteurs ainsi libérés vont atteindre la membrane du neurone récepteur. Dans les mécanismes liés à la consommation de psychotropes, il s agit notamment de la dopamine. Le système limbique est un réseau de voies nerveuses servant à évaluer la valeur émotionnelle d un évènement. La fonction primaire de ce système est de renforcer les comportements essentiels à la survie de l espèce (procréation, prise alimentaire, mécanismes de défense). Toutes les substances addictives ont en commun d agir sur une partie spécifique du système limbique appelée système de récompense. Ce système repère la conséquence positive d un comportement et produit un signal d apprentissage pour inciter l individu à répéter ce comportement. Pour cela, les neurones du système de récompense utilisent la dopamine.

5 5 «L addiction est un accident dans la quête du bonheur propre à tous les êtres humains.» Un signal favorisant la répétition La nicotine, l héroïne, le cannabis, la cocaïne ou l alcool sont classés selon leurs effets dans trois grands groupes : les excitants, les ralentisseurs et les hallucinogènes. Mais le point commun de ces substances est qu elles produisent toutes une augmentation de la libération de dopamine dans le système de récompense. Cela veut dire que lorsqu un individu en consomme, son cerveau émet un puissant signal d apprentissage qui va favoriser la répétition de cette consommation. Ainsi, la valeur attribuée à la consommation de ces substances est surévaluée par rapport à d autres récompenses naturelles. Cela influence les décisions de l individu et le pousse à faire des choix biaisés en raison de l augmentation de la dopamine. L addiction est un glissement d un comportement conscient vers un comportement compulsif. Cela ne survient pas uniquement avec la consommation de substances. Elle peut en effet apparaître pour des comportements tels que la prise alimentaire, le jeu, le surf sur Internet, etc. Avec cette formule, l auteur allemand Stefan Klein place l addiction dans le contexte de la condition humaine où tous aspirent au bonheur et au bien-être. Le cerveau lui-même est conçu de manière à favoriser les apprentissages de comportements et expériences positives. Dans cette recherche, l homme s expose au risque de l addiction et aux leurres des «paradis artificiels». Luc Ummel collaborateur social 1 L addiction est le processus par lequel un comportement initial visant la production de plaisir ou l atténuation d une sensation de malaise devient incontrôlé et poursuivi en dépit de la connaissance de ses conséquences négatives (Goodman, 1990). 2 Étude scientifique du système nerveux, tant du point de vue de sa structure que de son fonctionnement. Bibliographie : Graf Michel Si tout est addiction, alors quoi? Dépendances no 41, octobre 2010 Klein Stefan Die Glücksformel Rowohlt : Reinbek 2002 Neurosciences de l addiction COROMA, 2009, à télécharger sous : Valleur Marc et Jean-Claude Matysiak Les addictions. Dépendances, toxicomanies : repenser la souffrance psychique Ed. Armand Colin, Paris 2002

6 «Le détachement, ce n est pas se détacher de la personne qu on aime, mais de la torture de l investissement en autrui.» Un membre des AL-Anon 6 Dossier La cyberaddiction La cyberaddiction Jeux en ligne, réseaux sociaux, chat Où se situe la frontière entre raison et cyberaddiction? A quel moment faut-il s inquiéter? Quels sont les bons comportements à promouvoir et que vous propose la Croix- Bleue lorsque l addiction est avérée? Voici quelques réponses avec, à la clé, la possibilité d évaluer votre degré d addiction grâce au test proposé en p. 8. Le préfixe «cyber» fait référence aux mondes de la communication, de l information et des loisirs par le biais d Internet et des technologies informatiques. Il apparaît de manière multiple dans des termes qui touchent aux mondes virtuels tels que les univers de jeux électroniques (cyberfun), les plates-formes d information et de communication des réseaux sociaux (cybercom), etc. La cyberaddiction se manifeste par une dépendance plus ou moins forte aux médias populaires que sont les jeux vidéo, les réseaux sociaux, le clavardage (chat) et la communication mobile. Cette dépendance s inscrit dans une gradation pouvant débuter par une consommation occasionnelle et s intensifier dans une utilisation abusive pouvant aboutir à une dépendance à proportions extrêmes. Visages multiples - mêmes combats Un aspect quelque peu déconcertant avec les cyberaddictions est indéniablement la multiplicité des ornières de dépendances pouvant apparaître en lien avec les technologies cybernautiques : Un réseau social (Facebook, Twitter, LinkedIn, Google+ ) peut monopoliser l attention relationnelle d une personne à toute heure du jour et de la nuit, au point de la déconnecter de la réalité. Une «online-ite aiguë» fait réellement souffrir une personne si elle ne peut pas, à tout instant, être connectée à Internet pour y interagir ( s, réseaux sociaux, progression d un jeu, nouvelles ). Un jeu vidéo multi-joueurs en ligne (World of Warcraft, Call of Duty, Battlefield ) peut recevoir une priorité très élevée dans la vie d une personne, passant souvent avant le couple, la famille, des études et même le travail. Il est de plus en plus courant de pouvoir observer des groupes de personnes assises côte à côte dans un lieu public, rivées sur leurs téléphones portables avec connexion Internet (SMS, Facebook, Whatsapp, Heytell ).

7 7 Les statistiques de l utilisation du clavardage (chat) par les jeunes sont des plus parlantes : une moyenne avoisinant les 6 heures quotidiennes, avec jusqu à 15 discussions en parallèle. Nocif à partir de quand? Une utilisation bien gérée de toutes ces technologies peut représenter un atout pour une communication efficace et agréable, pour des temps ludiques bienfaisants et pour des liens sociaux en développement. Comment détecter qu une consommation est en train de prendre des proportions inappropriées qui risquent de conduire à une addiction? Le «bon sens, à tête reposée» donne sans doute souvent satisfaction dans les premiers temps. Pour les niveaux d addiction plus sévères, les moyens extérieurs sont quasiment incontournables, tels que les échos des proches, un avis d un spécialiste de la santé ou, en autogestion, des tests comportementaux. Dans ce créneau, l exemple de test proposé en p. 8 a déjà pu éveiller l attention de plusieurs milliers d élèves du canton de Vaud. Certains comportement addictifs semblent actuellement passer dans le mode de vie standard, tels que le téléphone portable toujours «sur homme/femme», l utilisation d un GPS pour arriver à destination ou la disponibilité d un réseau Internet sans fil dans tous les ménages et lieux publics. Fatalité? Perspectives de changement Lorsque la cyberaddiction est avérée, des mesures adaptées sont à mettre en œuvre en fonction du niveau de dépendance. Pour les consommations exagérées ou les dépendances légères, de simples changements permettent souvent un repositionnement personnel qui permettra de recadrer le niveau de consommation (droit de regard accordé à un proche, semaines sans le média en question, mesure précise des durées de consommation, limitation à un seul réseau social, etc). Pour les addictions de haut niveau, il existe de très bons centres d accompagnement et de désintoxication (jeux vidéo, clavardage, ). Dans une optique préventive, il peut être très utile de faire des choix en famille (ou en mentorat) concernant la gestion des médias. Par exemple: Téléphone portable Jeux vidéo TV Chat (FB, Skype, MSN ) Internet Parents Parents 1 par parent Abonnements Utilisation raisonnable Pas avec les 0-6 ans Si possible en couple Pas de parties tardives Pas lors des repas Programmes adaptés Autres loisirs présents Max 1h par jour Pas avec des inconnus Conjoint au courant s Réseaux sociaux Pas de sites érotiques 0 à 6 ans Pas de portable Jeux dès 5 ans, 10min Apprendre à appeler Certains jeux éducatifs Toujours accompagné Max durant 10 min/j Max durant 10 min/j Choix sérieux des films Accompagné Pas de chat écrit Pas de chat mobile Pas avec frères/ sœurs Pas d accès web seuls Parents montrent Limite 10min/j 6 à 12 ans Parents prêtent le leur Achat dès 10 ans Pas Internet dessus Consoles au salon Max durant 30 min/j Accompagné Pas en chambre Choix sérieux des films Pas chez les copains Pas de compte chat Avec les parents Pas de chat mobile Accès seuls dès 12 ans Parents montrent Filtre parental 12 à 16 ans 12 à 16 ans Carte à prépaiement Portable sans Internet Éteint de 20h à 7h Gestion horaire claire Respect âge conseillé Semaines sans jeux Pas en chambre 1 film par semaine Semaines sans TV Compte MSN à 12 ans Pas de chat mobile Limite 20min/j Adresse Compte FB à 13 ans Filtre parental 16 ans et + Abo. ou prépayé Portable avec Internet Financem. autonome Respect âge conseillé Semaines sans jeux Sage autocensure Sage autogestion Choix éclairés et sages Droit de regard parental Ok pour chat mobile Limite 30min/j s Réseaux soc. 30min/j Filtre parental

8 8 Dossier La cyberaddiction Le défi lié à la consommation intense de médias est réel et bien des parents, enseignants, animateurs jeunesse et autres professionnels dans le domaine de la santé réalisent à quel point une cyberaddiction peut détruire la totalité du tissu social et la santé d un dépendant. Dans les nombreuses interactions vécues avec des parents, il apparaît que l utilisation bien mesurée de l interdiction et de la découverte accompagnée permet une exploration progressive et censée des mondes virtuels. Chaque enfant étant différent, il n est pas possible de fixer des limites rigides fonctionnant avec tous. Parmi les biens les plus précieux dont les parents peuvent disposer, il y a le fait d avoir réussi à développer une bonne relation avec leurs jeunes, dans laquelle l autorité parentale est perçue comme une aide ou une protection plutôt qu une menace. Complicité, amitié, temps partagés, hobbies, oasis communs autant de perles qui favorisent un accompagnement parental efficace et affectueux. Cette «couche de fond» peut représenter le meilleur terrain dans lequel une cyberaddiction peut être prévenue et, si nécessaire, détectée et soignée à temps. Dans les âges impliquant une plus grande indépendance, les amis, mentors, patrons peuvent parfois prendre le relais dans ce même terrain et ainsi poursuivre le travail bienveillant de la cellule familiale. Christian Kuhn Ingénieur en informatique, animateur jeunesse, pasteur, coach personnel, responsable de projets et conférencier indépendant dans les établissements scolaires sur la thématique de la bonne gestion des médias Testez votre degré d addiction Combien d affirmations parmi les 10 ci-dessous correspondent-elles à la réalité dans votre consommation cybernautique (jeux vidéo, clavardage, SMS, réseaux sociaux )? 1. Fréquence d utilisation : 7 jours sur 7, week-ends compris 2. Ce média devient votre 1 er choix de loisir 3. Vous avez de la peine à gérer la durée de vos temps de jeu, de chat, de réseautage 4. Vous avez des nuits perturbées par le besoin de progresser dans un jeu ou une discussion 5. Le matin, vous peinez à émerger, vos rendements scolaires/professionnels sont en baisse 6. Vous abandonnez progressivement vos autres hobbies (sport, brico, musique ) 7. Vous avez de plus en plus de peine avec le cadre d autorité dans votre famille à cause de ces médias 8. Vous devenez irritable quand on vous interrompt dans vos parties de jeu/chat (manger, devoirs ) 9. Vous vous renfermez progressivement, vous délaissez vos amis non virtuels à cause de ces médias 10. Vous refusez de sortir de votre chambre ou d aller à l école Avec 0 à 2 Affirmations correspondantes, vous faites partie des personnes qui semblent bien gérer leurs médias. Avec 3 à 4 Affirmations affirmatives, vous faites partie des personnes à risque. A partir de 5 Vous pouvez vous considérer comme dépendant au média concerné. A partir de 8 Vous n allez pas vous en sortir tout seul. Cherchez de l aide sans tarder!

9 L invitée Rien ne va plus 9 Internet aggrave le risque de jeu pathologique A Genève, la Croix-Bleue entretient des contacts ponctuels avec le centre de prévention «Rien ne va plus», spécialisé dans les addictions liées aux jeux d argent. Cet organisme constate que les jeux d argent en ligne aggravent le phénomène d addiction. «Rien ne va plus» (RNVP) est un centre de prévention spécialisé, unique à Genève, pour les personnes concernées par les problèmes de jeux d argent, leurs proches et toute personne intéressée par la question. Au rang de nos prestations fournies figure la gestion du numéro romand SOS-Jeu Ce numéro, gratuit et anonyme, est accessible 24h/24 (avec le relais de la Main Tendue). En 2011, sur un total de 490 téléphones reçus, 218 concernaient des appels à l aide de joueurs et de proches, 272 appels provenaient du réseau professionnel. Nous proposons de nombreuses autres prestations comme un espace d accueil collectif, des entretiens individuels, de la formation et du matériel d information. Depuis 2005, RNVP intervient pour le programme de cours «Jeu responsable» de la Loterie Romande auprès des dépositaires de distributeurs de loterie électronique. Nos intervenants forment aussi des étudiants et des professionnels de terrain, dans les réseaux sociaux, les milieux scolaires et de l animation. Le jeu en ligne, un facteur d aggravation Depuis 2011, RNVP s est doté de nouvelles compétences liées à l offre de jeu en ligne, qu il s agisse de jeux d argent ou de jeux vidéo. Concernant les jeux vidéos, notre but est de sensibiliser à la problématique du jeu excessif virtuel en formant les professionnels des milieux éducatifs, socioculturels, mais également des lieux d offre d accès à Internet, pour amener à un dialogue avec les parents et les jeunes touchés par ce phénomène. Quant aux jeux d argent en ligne, ils sont un facteur d aggravation de la dépendance au jeu qui intervient de manière croissante chez les personnes que nous recevons en consultation. L ouverture de casinos et de sites de paris en ligne accessibles partout et tout le temps (PC, smartphone, natel, etc) présente un risque d addiction accru et facilite l accès des mineurs exposés très tôt à des risques notamment d endettement. Il reste là un vaste chantier dans ce domaine, où RNVP doit s adjoindre tous les partenaires du réseau pour former une veille active et constante sur l évolution de cette problématique. Gwenaëlle Sidibe coordinatrice et intervenante spécialisée de RNVP

10 10 Témoignage 3 visages de l addiction Ils s appellent Philippe, Eva ou Eveline. Tous sont en lutte contre les dépendances qui les affectent. Leurs armes : leur volonté et le soutien de la Croix-Bleue. «Je suis tombée en boulimie à l âge de 10 ans» Je m appelle Eva*, j ai 21 ans. A 10 ans, j ai perdu une personne proche et cela m a beaucoup touchée. Je suis tombée dans la boulimie, inconsciemment à ce moment-là. La nourriture me permettait d extérioriser mes émotions. Arrivée à l adolescence, j ai commencé à me rendre compte que quelque chose ne fonctionnait pas dans mon alimentation, mais en parler était très difficile. Je suis en surpoids et à cette époque-là, ma maman me trimballait de médecin en médecin pour en trouver la «cause». Je savais que c était dû à mon trouble alimentaire, mais trouver des mots et le dire était une chose impossible pour moi. L été passé, j ai fait un voyage avec un groupe d amis et ça n a pas été facile, toujours à cause de ce trouble. Un jour j ai craqué et j en ai parlé avec la responsable qui a su me comprendre et me soutenir. Elle m a alors dirigée vers une personne de la Croix-Bleue qui m a beaucoup aidée. Je n ai plus fait de crise depuis décembre. C est un combat de chaque jour, mais je suis déjà fière de mon avancée! Un merci tout spécial à ces deux personnes... Eva* «Alors les balades dans les boutiques ont commencé...» Ma dépendance affective est le fil conducteur de toutes les addictions que j ai connues. Elle s est ramifiée en de nombreuses branches : dépendance à l alcool, dont Dieu merci, je me suis sortie, dépendance à la cigarette, au coca et aux fringues. Aussi longtemps que j ai travaillé, j avais peu de temps pour m acheter des vêtements. De temps en temps seulement Et puis, sans travail, du jour au lendemain, j ai eu d immenses plages de liberté, d angoisses. Je ne pouvais pas rester seule à la maison (je suis mal avec moi-même). J avais besoin de voir du monde, j avais besoin de légèreté. Alors les balades dans les boutiques ont commencé. J y trouvais un répit à mon mal-être, une fuite de moi-même, un réconfort par rapport à cette vie si difficile. Les vendeuses avec qui je pouvais discuter, se montraient très gentilles et accueillantes. Je me sentais moins seule! Et puis, acheter des fringues, qu est-ce que cela veut dire? En fait, c est une sorte de fuite de la réalité, du bonheur provisoire, un plaisir momentané. Quand j angoisse, quand je suis touchée affectivement, je n ai qu une envie, celle de fuir, d aller me balader dans les magasins, de consommer des fringues. Peu à peu, j ai pris conscience que, bien sûr, j y trouve un plaisir momentané mais ce n est pas la paix du cœur à laquelle j aspire. Alors je cherche autre chose et je sais que je m en sortirai comme pour l alcool. Eveline*

11 11 «Au casino, j oubliais toutes mes difficultés» Accro aux jeux d argent, Philippe*, 55 ans et domicilié dans le canton de Vaud, nous explique son parcours. Interview. Comment avez-vous découvert le jeu? La première fois c était par hasard avec des amis, dans un pays étranger. Nous avions joué des petites sommes. Puis un jour que j étais seul et que je me promenais à Divonne, je me suis dit «pourquoi ne pas aller jouer?». Je me souviens que j avais passé plus de temps dans ce casino que lors de la première fois avec mes amis! Que ressentiez-vous à l intérieur d un casino? La fascination devant le jeu, les gains, les pertes et surtout l oubli complet des difficultés qui étaient les miennes à l époque. Puis est venue l envie de découvrir d autres endroits où l on joue. Mes moments de libre furent dès lors occupés à jouer dans les casinos. En parallèle je découvrais les jeux «online» sur Internet et je passais également de plus en plus de temps sur l ordinateur. Quand le fait de jouer est-il devenu un problème? Assez vite, au bout de trois à quatre semaines j ai vu que mon compte salaire était à découvert. J ai été surpris et j ai dû aller prendre de l argent sur mon compte épargne. A ce moment-là je me suis dit que cela n était pas «normal». Quelles mesures avez-vous prises? J ai pris contact avec SOS-jeu et j ai fait les démarches pour une interdiction volontaire d entrée de casino en Suisse. J ai également écrit au ministère français de l Intérieur et des libertés individuelles pour me faire interdire de casino en France. Pour Internet, j ai un ami qui a protégé mon ordinateur et bloqué l accès aux jeux par un mot de passe connu de lui seul. Ces mesures ont-elles été suffisantes pour ne plus jouer? Globalement oui. J ai tenté un jour d aller jouer dans un casino en Suisse mais je n ai pas pu y rentrer, mon interdiction fonctionnait donc bien. Par contre j ai vécu de petites rechutes où je me suis rendu à la frontière italienne pour jouer. Je vais écrire tout prochainement pour être également interdit de casino en Italie. Qu est-ce que qui vous a le plus aidé à ne plus jouer? D en parler!!! Parler avec l intervenant de la Croix- Bleue ainsi qu avec mon psychiatre m a beaucoup aidé à quitter ma solitude et ma honte. Puis après la «parole», le fait de m être fait interdire de casino a permis de diminuer les envies d aller jouer. La grande fausse croyance du jeu et des autres addictions c est de croire que l on est plus fort que les autres, que l on va gagner! Pour moi l important est que les personnes qui m entourent m ont appris à ne plus me juger négativement. Cela m a permis de réagir assez vite et d entreprendre toutes les démarches nécessaires pour changer de comportement. * Prénom d emprunt. Nom et prénom connus de la rédaction

12 12 La parole à un professionnel de la Croix-Bleue romande Roger Nançoz «Le chemin se fait en marchant» Roger Nançoz nous livre une approche philosophique de l accompagnement qu il prodigue aux personnes dépendantes, au sein de la Croix-Bleue romande. Au-delà de toutes les techniques thérapeutiques utilisées, de tous les outils d intervention usités, au-delà de tous les diagnostics posés, je rencontre TOUJOURS et d abord un homme ou une femme. Lieu commun pensez-vous! Peut-être, mais parfois il est des évidences qui, à force de ne plus y prêter attention, sombrent dans l oubli! J aime à me répéter que c est là, dans cet espace particulier de la rencontre à «l autre», qu un lien se tisse et qu il nous appartient de le construire et de le vivifier. J apporte un soin spécifique à mentionner le «nous» de cette rencontre, car si les formations et l expérience peuvent éclairer et participer au rétablissement de la personne, ce terrain du «nous» est à chaque fois nouveau, une sorte de terre inconnue et (toujours!) souvent empreinte de souffrance, où chacun se rencontre avec ses héritages, sa culture, ses demandes et ses attentes «Il n y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant», nous dit le poète Antonio Machado. Passé ces premiers instants de la phase d alliance et de stabilisation, j aborde, lorsque la relation établie m autorise à le faire, les aspects davantage spirituels sur ce chemin personnel. Je rejoins dans ce sens Bocampe quand il écrit que «Tout le drame de la dé- pendance est là : remplir un vide sans fond». Aussitôt la question se pose : «Quel est l objectif de mon accompagnement face à ce «vide?» Il n est pas tant compris dans celui de dire ou de montrer la voie à suivre - pourquoi la mienne serait-elle plus opportune que celle d un autre?- mais bel et bien d être cet intervenant «qui se donne pour tâche d être un accompagnateur de destin, d être un passeur de lumière», étant convaincu que chaque être humain, hommes et femmes, et en toute situation, aussi laborieuses soient-elles porte en lui le souvenir de son véritable «moi» non spolié par le ou les produits. Vous l aurez compris, par ces quelques lignes j ai souhaité non pas tant décrire spécifiquement la pratique engagée dans mes interventions, mais bien souligner la philosophie qui sous-tend et prévaut dans l exercice de mon activité professionnelle. Parfois l être accompagné dans sa souffrance, re-trouve et re-noue avec la lumière de son cœur parfois!! Roger Nançoz collaborateur social

13 13 La Croix-Bleue romande a pour objectif de venir en aide aux personnes dépendantes de l alcool ainsi qu à leur famille et proches. Voici ce qu elle propose : conseils (individuel, couple, famille) informations bilan, orientation accompagnement individuel programme Alcochoix+ (consommation contrôlée) Le public-cible : personnes présentant un comportement à risque et personnes dépendantes personnes ayant comme objectif l abstinence personnes ayant comme objectif la consommation contrôlée conjoints, enfants et autres proches personnes ayant des questions sur l alcool et l addiction Méthodes de travail : conseils et accompagnement psychosocial collaboration avec le réseau approche axée sur les ressources et les solutions définition d objectifs personnels intégration des dimensions religieuses et spirituelles si cela est souhaité Frais : les consultations sont non-payantes nos professionnels se déplacent au domicile des personnes (si celles-ci ne peuvent se déplacer dans nos locaux) Plus d info : ou sur

14 14 L interview Loterie Romande Danielle Perrette, directrice de la Communication et des Relations Publiques de la Loterie Romande a accepté de répondre à nos questions pour mieux nous présenter la mission que cette société poursuit depuis 75 ans. Pourquoi la Loterie Romande redistribue-t-elle l intégralité de ses bénéfices? Depuis sa création en 1937, pour subvenir aux besoins sociaux liés à la crise économique de l époque, la Loterie Romande assure l organisation et l exploitation des jeux de loterie et des paris sportifs dans les six cantons romands sur la base d un modèle unique au monde : l intégralité de ses bénéfices est distribuée à des milliers d associations sans but lucratif en Suisse romande, actives dans les domaines de l action sociale, l éducation, la santé, la culture, la recherche, la conservation du patrimoine, le sport ou l environnement. Quelle est la somme redistribuée chaque année? Par le biais de ses Organes cantonaux de répartition lesquels sont indépendants de l exploitation, la Loterie Romande distribue chaque année plus de 200 millions de francs à quelque 3000 institutions ou projets d utilité publique. Chaque jour, plus de francs sont ainsi distribués en Suisse romande pour soutenir les œuvres caritatives, culturelles et sportives. Comment le public perçoit-il votre soutien financier par le biais des jeux? La mission d utilité publique de la Loterie Romande est largement reconnue. L entreprise est synonyme de soutien à la communauté pour 86 % des personnes interrogées lors d un récent sondage, qui confirme que l institution jouit d une image très positive. Sans oublier que le modèle d entraide des loteries d utilité publique a été plébiscité par la population suisse lors de la votation fédérale du 11 mars dernier, où 87 % des citoyennes et citoyens ont accepté un nouvel article sur les jeux d argent qui inscrit dans la Constitution le noble principe selon lequel les bénéfices des loteries doivent retourner à la communauté qui les a générés. Est-ce que la Loterie Romande entreprend des démarches pour lutter contre la dépendance au jeu? Depuis plus de douze ans, la Loterie Romande mène un programme «Jeu Responsable» visant à réduire au maximum les effets nocifs du jeu excessif. Au travers de formations données aux employés et aux dépositaires, d outils de communication divers (DVD, brochures, chartes, etc.), d échanges constants avec les parties prenantes (autorités, centres de soins, médias, etc.) et de collaborations régulières avec des spécialistes internationaux de la dépendance au jeu, notre programme est l un des plus complets et enviés d Europe. Il a fait l objet d une certification obtenue en 2009 et qui sera réitérée en La Loterie Romande soutient les projets de la Croix-Bleue romande depuis 20 ans. Propos recueillis par Rosina Gulizia Chargée de communication

Comportements addictifs

Comportements addictifs Comportements addictifs Les cyberdépendances Addictions comportementales, Qu est-ce que c est? L addiction, au sens général, peut se définir par une envie incontrôlable et répétée, de consommer un produit

Plus en détail

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises 1 Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises Luca Fumagalli Adjoint au chef du Service des établissements spécialisés et délégué du canton au groupe d accompagnement

Plus en détail

Questionnaire ICA. Tout d abord nous vous prions de fournir quelques indications personnelles :

Questionnaire ICA. Tout d abord nous vous prions de fournir quelques indications personnelles : Questionnaire ICA Tout d abord nous vous prions de fournir quelques indications personnelles : Sexe : Féminin Masculin Age : ans Nombre d années d études (y compris l école obligatoire) terminées et réussies

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation :

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation : avec le soutien de «ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE nationale de sensibilisation : Génération Numérique Fiche technique Le cinquième baromètre et a été réalisé par Calysto dans le cadre de sensibilisation

Plus en détail

Programme internet de traitement du jeu excessif Partie cognitivo-comportementale

Programme internet de traitement du jeu excessif Partie cognitivo-comportementale 19 juin 2008 Programme internet de traitement du jeu excessif Partie cognitivo-comportementale Dr. Ariane Zermatten Dr. Christian Osiek Dr. Françoise Jermann Dr. Yasser Khazaal Dr. Guido Bondolfi Pourquoi

Plus en détail

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Diaporama réalisé à partir des résultats du questionnaire passé par 648 lycéens du Lycée Hector Berlioz Définition des nouvelles technologies

Plus en détail

Dangers potentiels d Internet et des jeux en ligne

Dangers potentiels d Internet et des jeux en ligne Le Conseil fédéral Dangers potentiels d Internet et des jeux en ligne Rapport du Conseil fédéral en réponse aux postulats Forster-Vannini (09.3521) du 9.6.2009 et Schmid-Federer (09.3579) du 10.6.2009

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

Différents facteurs impliqués dans l addiction

Différents facteurs impliqués dans l addiction Différents facteurs impliqués dans l addiction Facteurs génétiques Neurobiologiques Circuits, métabolisme, neuroadaptation Développement Puberté Maturation cérébrale Sexe Comportement Tempérament Personnalité

Plus en détail

De précieux conseils pour l utilisation des jeux de hasard

De précieux conseils pour l utilisation des jeux de hasard Aides aux personnes concernées et à leurs proches Pour une consultation professionnelle, veuillez vous adresser à un centre de consultation ou à un groupe de parole proche de chez vous. Avec un carnet

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

dans le peloton européen

dans le peloton européen 1 résultats européens La Belgique : dans le peloton européen L enquête Mediappro, menée parallèlement dans neuf pays européens (Belgique, Danemark, Estonie, France, Grèce, Italie, Pologne, Portugal et

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

Le réseau fribourgeois du jeu excessif

Le réseau fribourgeois du jeu excessif Le réseau fribourgeois du jeu excessif Prévention REPER Téléphone : +41 26 322 40 00 Adresse postale : Route du Jura 29 1700 Fribourg projets@reper-fr.ch Description : En réponse aux risques que présentent

Plus en détail

Etude nationale sur l audition Résultats

Etude nationale sur l audition Résultats Etude nationale sur l audition Résultats 18 février 2013 Partenaires de l étude: Contenu Résumé Introduction Objectif Méthodologie de l étude Raisons pour lesquelles aucun appareil auditif n a été porté

Plus en détail

Informations et conseils destinés aux parents

Informations et conseils destinés aux parents Informations et conseils destinés aux parents Internet et les nouvelles technologies sont devenus des outils indispensables au travail ou dans les loisirs. Il n est plus pensable de s en passer dans la

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Partie du système nerveux central qui relie certains groupes de neurones à l origine de fortes sensations de plaisir et de satisfaction.

Partie du système nerveux central qui relie certains groupes de neurones à l origine de fortes sensations de plaisir et de satisfaction. avec la collaboration du Centre de vulgarisation de la connaissance, Université Paris XI LEXIQUE LE CANNABIS SOUS L ŒIL DES SCIENTIFIQUES Addiction État de besoin vis-à-vis d une drogue ou d une pratique

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Etude JAMES. Utilisation des médias électroniques par les jeunes

Etude JAMES. Utilisation des médias électroniques par les jeunes Etude JAMES 2012 Utilisation des médias électroniques par les jeunes Données privées: les jeunes plus prudents Chez les jeunes, le besoin de se présenter dans les principaux réseaux sociaux reste inchangé:

Plus en détail

Conférence sur l addiction au numérique du 21 mars 2013

Conférence sur l addiction au numérique du 21 mars 2013 Conférence sur l addiction au numérique du 21 mars 2013 Intervenants : Dr NEKAA (addictologue praticien hospitalier) Mme Crouzet (police nationale) Dr NEKAA Il ne faut pas diaboliser les jeux vidéo, internet

Plus en détail

Faire face aux addictions des jeunes Les «Consultations Jeunes Consommateurs», une ressource pour agir précocement et aider les familles et les jeunes

Faire face aux addictions des jeunes Les «Consultations Jeunes Consommateurs», une ressource pour agir précocement et aider les familles et les jeunes Faire face aux addictions des jeunes Les «Consultations Jeunes Consommateurs», une ressource pour agir précocement et aider les familles et les jeunes Dossier de presse Janvier 2015 CONTACT PRESSE Inpes

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org Guide à l intention des parents sur 2014 ConnectSafely.org Les adolescents canadiens aiment socialiser en ligne et surtout partager des photos. L étude réalisée par MédiaSmarts en 2014, Jeunes Canadiens

Plus en détail

SOUFFREZ-VOUS D UN TROUBLE BIPOLAIRE?

SOUFFREZ-VOUS D UN TROUBLE BIPOLAIRE? SOUFFREZ-VOUS D UN TROUBLE BIPOLAIRE? Les changements de l humeur constituent un phénomène normal de la vie. Cependant, dans la maladie bipolaire, ces changements sont hors de proportion avec les énervements.

Plus en détail

INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS

INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS INTRODUCTION Bienvenue. Cette brochure a pour but de vous donner des conseils pratiques et des informations

Plus en détail

Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français

Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français Rappel de la méthodologie mise en œuvre Echantillon Mode de recueil Dates de terrain 2800 individus âgés de 6 à 65 ans. Plus précisément : 2000

Plus en détail

UNITÉ 8. Les adolescents et leur cher téléphone. Bon Courage! Vol. 2

UNITÉ 8. Les adolescents et leur cher téléphone. Bon Courage! Vol. 2 Les adolescents et leur cher téléphone La plupart des ados en France (70 % des ados de plus de 12 ans ont un téléphone portable et 95 % des 15-17 ans sont équipés) se sent complètement perdue sans le téléphone.

Plus en détail

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis ENQUÊTE SUR LA PRATIQUE D INTERNET, DES JEUX VIDEO ET JEUX D ARGENT PAR DES COLLEGIENS PAS C AL E SCH AL B E T T E R, LIC.ES.SOC. C O L L AB O R AT R I C E S C I E N T I F I Q U E AD D I C T I O N VAL

Plus en détail

ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE 2009-2010 de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires

ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE 2009-2010 de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires 1 Fiche technique Le quatrième baromètre et a été réalisé par Calysto

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon)

Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon) 12/06/2013 Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon) Coop alternatives 47, rue de la Garde 69005 Lyon - 06 48 03 74 14 - contact@coop-alternatives.fr This document

Plus en détail

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire Démarche sur l aide financière aux participantes Marie-Lourdes Pas beaucoup d argent pour tout ce qu il faut

Plus en détail

Droits de l enfant. Consultation des 6/18 ans MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS LES JOURS MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS

Droits de l enfant. Consultation des 6/18 ans MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS LES JOURS MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS Droits de l enfant LES JOURS MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS ENFANT / JEUNE N d ordre Consultation des 6/18 ans 2014 MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS B onjour, Sais-tu que tu as des

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Pourquoi consomme-t-on de l alcool? Raisons et motifs

Pourquoi consomme-t-on de l alcool? Raisons et motifs Les jeunes et l alcool Cahier 6 Un outil pédagogique destiné aux enseignant-e-s du degré secondaire avec suggestions d animation Pourquoi consomme-t-on de l alcool? Raisons et motifs «Pourquoi une personne

Plus en détail

Le Leadership. Atelier 1. Guide du formateur. Atelier 1 : Le Leadership. Objectifs

Le Leadership. Atelier 1. Guide du formateur. Atelier 1 : Le Leadership. Objectifs Guide du formateur Atelier 1 Objectifs Obtenir un premier contact avec le groupe; présenter la formation Jeune Leader; transmettre des connaissances de base en leadership; définir le modèle de leader du

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

La sécurité sur Internet

La sécurité sur Internet La sécurité sur Internet si on en parlait en famille? Petit guide à l usage des parents Internet pour tous Internet de demain Réalisé avec l aide du ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Épreuve de production orale

Épreuve de production orale Épreuve de production orale 25 points Cette épreuve d expression orale comporte 3 parties qui s enchaînent. La durée totale est de 10 à 15 minutes. Avant le début de l épreuve, le candidat dispose de 10

Plus en détail

Module 1 Module 2 Module 3 10 Module 4 Module 5 Module 6 Module 7 Module 8 Module 9 Module 10 Module 11 Module 12 Module 13 Module 14 Module 15

Module 1 Module 2 Module 3 10 Module 4 Module 5 Module 6 Module 7 Module 8 Module 9 Module 10 Module 11 Module 12 Module 13 Module 14 Module 15 Introduction Aujourd hui, les nouvelles technologies sont de plus en plus présentes et une masse considérable d informations passe par Internet. Alors qu on parle de monde interconnecté, de vieillissement

Plus en détail

Les jeunes et les écr@ns

Les jeunes et les écr@ns La lettre aux parents N o 8 Cher-s Parent-s, Les jeunes et les écr@ns «Sur Internet, on peut écouter la radio tout en payant le téléphone.» Anne Roumanoff Depuis une quinzaine d années on assiste à une

Plus en détail

Prendre des risques : besoin? danger?

Prendre des risques : besoin? danger? LA LETTRE AUX PARENTS N o 6 Prendre des risques : besoin? danger? Cher-s parent-s, Nous avons sous les yeux tous les jours des images de jeunes qui prennent des risques : en faisant du sport, en surfant

Plus en détail

Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale

Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale 1 Ce Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale définit un cadre de référence pour le développement des campagnes

Plus en détail

Les cyberaddictions. Daniele Zullino Médecin chef de service Privatdocent Faculté de Médecine UNIGE. Service d addictologie

Les cyberaddictions. Daniele Zullino Médecin chef de service Privatdocent Faculté de Médecine UNIGE. Service d addictologie Les cyberaddictions Daniele Zullino Médecin chef de service Privatdocent Faculté de Médecine UNIGE Centre collaborateur OMS pour la recherche sur les addictions Agenda C est quoi une addiction? L addiction

Plus en détail

Le Bien-être et les jeunes professionnels

Le Bien-être et les jeunes professionnels Le Bien-être et les jeunes professionnels Contexte La conférence sur le thème le bien être et les jeunes professionnels s inscrit dans le cadre du forum de l entreprise édition 2014 sous le thème générique

Plus en détail

SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE

SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE Résultats de l enquête réalisée par internet en novembre 2011 auprès de 2 315 individus âgés de 15 ans et plus, en conformité avec la loi n 78-17 relative à l'informatique, aux

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Route Internationale en Angleterre des Compagnons de St François 28 Juillet ~ 5 Août 2015 (séparation après le petit déjeuner le 6 août)

Route Internationale en Angleterre des Compagnons de St François 28 Juillet ~ 5 Août 2015 (séparation après le petit déjeuner le 6 août) Route Internationale en Angleterre des Compagnons de St François 28 Juillet ~ 5 Août 2015 (séparation après le petit déjeuner le 6 août) Les Compagnons de St François sont un mouvement œcuménique chrétien

Plus en détail

Je vais être maman. et je fume encore!? J ai décidé d arrêter de fumer. Pour ma santé et pour celle de mon enfant.

Je vais être maman. et je fume encore!? J ai décidé d arrêter de fumer. Pour ma santé et pour celle de mon enfant. Je vais être maman et je fume encore!? J ai décidé d arrêter de fumer. Pour ma santé et pour celle de mon enfant. Ligue suisse contre le cancer, Ligue pulmonaire suisse, Association suisse pour la prévention

Plus en détail

METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE

METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE 1 METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE Architectures Numériques d'informations. Usages, Contenus et Technologies. Paris, 2 juillet 2010 L emprunteur se fait rare 2 Evolution

Plus en détail

Utilisation et usage d Internet

Utilisation et usage d Internet 1 résultats Utilisation et usage d Internet Internet s est imposé Quelque soit leur âge ou leur sexe, près de neuf jeunes sur dix déclarent utiliser Internet. Cette imposante proportion indique indubitablement

Plus en détail

Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet

Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet Autour de l utilisation des téléphones portables Les jeunes ont, de manière générale, leur 1 er portable dès l entrée en 6 ème. 2 risques

Plus en détail

Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français

Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français Le 18 novembre 2014 Combien de joueurs? Enquête en ligne, réalisée par TNS Sofres, entre le 13 et le 25 septembre 2014, auprès d un échantillon

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement?

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Ce livret vous a été remis en complément de la vidéo «4 éléments pour travailler plus efficacement». Visitez http://methode-prepa.com pour

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

2 www.easyvote.ch. Impressum

2 www.easyvote.ch. Impressum INFOBROCHURE Impressum Contact Fédération Suisse des Parlements des Jeunes easyvote info@easyvote.ch +41 (0)31 850 10 26 Rédaction Ariane Bahri Organisation responsable Fédération Suisse des Parlements

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Regards croisés entre parents et enfants! - Principaux résultats -! Décembre 2012! Arnaud ZEGIERMAN Directeur associé az@institut-viavoice.com Aurélien PREUD HOMME

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

sommaire PAGE 2 CCMBenchmark - Toute reproduction interdite

sommaire PAGE 2 CCMBenchmark - Toute reproduction interdite sommaire L étude....page 3 Le groupe CCM Benchmark...Page 4 Les femmes et leur mobile...page 5 A chacune son mobile...page 7 Les Françaises et la personnalisation de leur mobile....page 8 Le mobile : le

Plus en détail

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT LE CYBER-HARCÈLEMENT Avec l utilisation massive des nouvelles technologies, le harcèlement entre élèves peut se poursuivre, voire débuter, en dehors de l enceinte des établissements scolaires. On parle

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Intervention SUVA 28.11.2014. Formation Handicap et enjeux sociaux 28 novembre 2014

Intervention SUVA 28.11.2014. Formation Handicap et enjeux sociaux 28 novembre 2014 Formation Handicap et enjeux sociaux 28 novembre 2014 FONDATION EMERA 2 NOTRE IDENTITE Emera Institution créée en 1939, reconnue d utilité publique, ne poursuivant aucun but lucratif Partenaire des pouvoirs

Plus en détail

GRATUIT. Guide Site Web. audio vidéo actualités Chat activités ressources

GRATUIT. Guide Site Web. audio vidéo actualités Chat activités ressources GRATUIT audio vidéo actualités Chat activités ressources Cher professeur Août 2010 Notre site Web en anglais est devenu très populaire parmi les professeurs et les élèves d Anglais Langue Etrangère depuis

Plus en détail

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie et éducation Faculté des lettres et sciences humaines Espace Louis-Agassiz 1 CH-2000 Neuchâtel La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

LIVRE BLANC DÉCEMBRE 2013 COMMENT UTILISER LE SMS POUR FIDÉLISER ET GÉNÉRER DU TRAFIC AU SEIN DE VOTRE CLUB?

LIVRE BLANC DÉCEMBRE 2013 COMMENT UTILISER LE SMS POUR FIDÉLISER ET GÉNÉRER DU TRAFIC AU SEIN DE VOTRE CLUB? LIVRE BLANC DÉCEMBRE 2013 COMMENT UTILISER LE SMS POUR FIDÉLISER ET GÉNÉRER DU TRAFIC AU SEIN DE VOTRE CLUB? Une publication de En partenariat avec A propos de l auteur Fayçal Boulkout / MOBYT France Fayçal

Plus en détail

Guide de stage. Nom... Prénom... Classe...

Guide de stage. Nom... Prénom... Classe... Guide de stage Nom... Prénom... Classe... Direction de l instruction publiue, de la culture et du sport DICS Direktion für Erziehung, Kultur und Sport EKSD Guide de stage Qu est-ce ue le guide de stage?

Plus en détail

Aspects pratiques de la pédagogie Pikler

Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Paola Biancardi Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Le CVE de Grattapaille dans lequel je travaille comme directrice, se trouve dans les hauts de Lausanne et regroupe deux sites : la Nurserie Sous-Bois

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Les problèmes de dépendance ont toujours une histoire. Il y a des histoires qui finissent bien.

Les problèmes de dépendance ont toujours une histoire. Il y a des histoires qui finissent bien. Les problèmes de dépendance ont toujours une histoire. Il y a des histoires qui finissent bien. Information et consultation pour les personnes dépendantes et leurs proches Fondation pour la promotion de

Plus en détail

Jeu Responsable. Pour que le jeu reste un jeu, fixez vos limites!

Jeu Responsable. Pour que le jeu reste un jeu, fixez vos limites! Jeu Responsable Pour que le jeu reste un jeu, fixez vos limites! INTRODUCTION Garantir une offre sécurisée pour jouer en toute sérénité La Loterie Nationale vous garantit une offre sécurisée de jeux attractifs

Plus en détail

Sondage de l institut CSA

Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina édition hors-série Journée de la femme digitale Sondage de l institut CSA En partenariat avec l SOUS EMBARGO JUSQU AU VENDREDI 8 MARS 2013 1 Fiche technique du sondage L

Plus en détail

Etre parent-s d adolescent-e

Etre parent-s d adolescent-e LA LETTRE AUX PARENTS N o 1 Chers parents, Etre parent d un-e adolescent-e n est pas toujours une chose facile, vous le savez bien! Bien sûr, vous vous réjouissez de voir grandir votre enfant, et de lui

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Rencontre avec Mylène, le 10.03.15

Rencontre avec Mylène, le 10.03.15 Rencontre avec Mylène, le 10.03.15 Mylène : Bonjour, j ai 24 ans. Je suis Asperger. Je l ai découvert il y a deux ans ; le cours «acquisition et dysfonctionnement» m a aidée à en savoir plus. J ai rencontré

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle)

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Petit mémoire Déroulé des séances de musicothérapie réceptive collective au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Damien GONTHIER Formation aux techniques psychomusicales, corporelles et vocales Musicothérapie

Plus en détail

LE SUCCÈS EN TOUTE SIMPLICITÉ 7 JOURS POUR ORGANISER VOTRE PREMIÈRE DÉMONSTRATION LIFEWAVE CORSENTIALS

LE SUCCÈS EN TOUTE SIMPLICITÉ 7 JOURS POUR ORGANISER VOTRE PREMIÈRE DÉMONSTRATION LIFEWAVE CORSENTIALS LE SUCCÈS EN TOUTE SIMPLICITÉ 7 JOURS POUR ORGANISER VOTRE PREMIÈRE DÉMONSTRATION LIFEWAVE CORSENTIALS 7 jours pour organiser votre première démonstration LifeWave CORSENTIALS Lancez votre propre activité

Plus en détail

Comment résister à l influence du groupe? (notamment en matière de tabac, d alcool et de drogues) Le point de vue d Infor-Drogues

Comment résister à l influence du groupe? (notamment en matière de tabac, d alcool et de drogues) Le point de vue d Infor-Drogues Comment résister à l influence du groupe? (notamment en matière de tabac, d alcool et de drogues) Le point de vue d Infor-Drogues INFOR-DROGUES ASBL Rue du Marteau, 19 B-1000 Bruxelles Aide & information

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Le Point Bleu. Contacts

DOSSIER DE PRESSE. Le Point Bleu. Contacts DOSSIER DE PRESSE Le Point Bleu Contacts Rosina Gulizia Chargée de Communication de la Croix Bleue romande Tél. 021 633 44 33 Mobile 079 757 29 62 Mail : rosina.gulizia@croix bleue.ch S O M M A I R E Communique

Plus en détail

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud)

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Arnaud Arnaud a 32 ans. Il présente de l'autisme et une déficience intellectuelle modérée. Arnaud vit seul dans sa maison. En journée, il va dans un service

Plus en détail

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Ringier Romandie Service TV commercialise en exclusivité la fenêtre publicitaire en Suisse pour la chaîne de TV TF1. Les Conditions commerciales

Plus en détail

LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES

LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES ADOS ET JEUNES ADULTES LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES Sous le parrainage de : La 7 e Journée Française de l Allergie est organisée par : Avec le soutien de : En partenariat avec : Allergie, j agis!

Plus en détail

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité I La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité Si vous lisez ce livre et que vous êtes responsable d une entreprise, d un service qui s intéresse à la fidélité client, c est que vous

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail