L'Addiction ou la mort avant l'heure Neurodon - le 15/11/2012. Albert Le Dorze

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'Addiction ou la mort avant l'heure Neurodon - le 15/11/2012. Albert Le Dorze"

Transcription

1 L'Addiction ou la mort avant l'heure Neurodon - le 15/11/2012 Albert Le Dorze Le terme addiction est un anglicisme apparu en 1979, dérivé de l'anglais addiction. Il est absent du Dictionnaire des structures du vocabulaire savant du Robert de 1980, du Dictionnaire de la langue française de chez Hachette en 1980, absent du Petit Robert et du Grand Robert en 1990, absent du Dictionnaire historique de la langue française d'alain Rey en Rapporté en 1992 dans le Manuel alphabétique de Psychiatrie de Porot en ces termes : addiction, toxicomanies, assuétude, dépendance. Il apparaît dans le Dictionnaire culturel en langue française du même Alain Rey en La discipline médicale propre addictologie n'existe que depuis Le mot addiction s'origine dans le bas latin signifiant abandonné à. En bas latin juridique : obligation d'un débiteur, non solvable autrement, à rembourser sa dette par son travail. Donc contrainte par le corps. Définition du servage. Mais peu à peu il en vient à désigner les passions dévorantes et leurs conséquences comportementales souvent moralement répréhensibles. Passions non contrôlables qui nous font sortir de notre Moi social, qui peuvent nous ruiner. Le concept général d'addiction est théorisé par le psychiatre Aviel Goodman en 1990 qui définit l'addiction comme un processus par lequel un comportement, qui peut fonctionner à la fois pour produire un plaisir et pour soulager un malaise intérieur, est utilisé sous un mode caractérisé par l'échec répété dans le contrôle de ce comportement (impuissance) et la persistance de ce comportement en dépit de conséquences négatives significatives (défaut de gestion). Addiction : il s'agit de produire du plaisir, - plus on a de plaisir, plus on en veut, -de soulager la douleur mais on échoue à contrôler ce comportement qui devient négatif, qui persiste en dépit de tout. Dans le DSM IV qui est un mode, discutable mais internationalement utilisé, de classification des maladies mentales, le concept d'addiction n'existe pas. Il ne reconnaît que celui de dépendance. La dépendance implique que l'on dépende d'un tout : nous ne sommes pas autonomes, nous ne maîtrisons pas les choses. Il se dit dans le langage quotidien : ça dépend des circonstances, évidemment si cela ne dépendait que de moi... Nous subissons l'autorité, l'administration, l'emprise, la coupe, le joug, l'influence d'un tiers. Le terme dépendance, selon Rey, se conjugue avec asservissement, assujettissement, chaîne, esclavage, obédience, obéissance, servitude, soumission, subordination, suggestion, vassalité. Ça n'a pas bonne presse la dépendance! Ça fait veule, pleutre, calamiteux, irresponsable, infantile, indigne, honteux. Définition princeps de l'addiction selon le Dictionnaire culturel en langue française d'alain Rey : - situation de dépendance entraînant une conduite compulsive (c'est plus fort que moi) de nature pathologique et l'aliénation de la liberté de choix. Par extension, comportement compulsif dû à un besoin, à une habitude non contrôlée, - mais aussi l'état d'une personne infirme, malade, qui ne peut accomplir, sans aide, les tâches normales de la vie quotidienne. Selon J-J. Rousseau il y a deux sortes de dépendance : - celle des choses qui est de la nature, - celle des hommes qui est de la société. Vieille histoire que d'opposer nature et culture... Qui dit nature dit le vital, le donné, le déjà là, le ce à quoi on ne peut pas échapper, l'endogène, le génétique, le besoin, le biologique, l'animalité, le rappel aux lois darwiniennes de l'évolution qui ne font que conjuguer hasard et

2 nécessité. Pour beaucoup l'homme est une exception dans le monde des vivants. Certes on veut bien concéder qu'il est un animal mais il serait aussi autre chose, il serait unique. Or avec J.-M. Schaeffer(1), l'auteur de La fin de l'exception humaine : il faut affirmer que les clivages nature-culture, corps-âme, animalité-spiritualité, besoin-désir n'existent pas : la culture, l'âme, l'esprit, le désir font parties intégrantes de la nature, du corps, de notre animalité. Qui dit société des hommes dit culture, liberté, Eros, désir, création, jeu avec la nature que l'on manipule, que l'on maîtrise pour notre plaisir. Au contraire de ce que nous avons dit de l'addiction et de la dépendance : échec du contrôle du comportement et persistance du comportement négatif. Freud a utilisé un autre concept, celui de pulsion qui s'enracine dans le biologique, le destin des pulsions dessinant la culture. Le besoin est, nous l'avons dit, du côté de la nature mais il est aussi concerné par des exigences de la vie sociale. Il existe des exigences sociales tellement prégnantes (tu ne tueras point, tu ne coucheras pas avec ta mère...) qu'elles en deviennent naturelles : on n'y échappe pas, de la même manière qu'on n'échappe pas à ce qui est inscrit dans notre cerveau avant notre naissance. C'est ainsi qu'un besoin comme la faim entraîne la nécessité de se nourrir, la sublimation culturelle de cet acte devient gastronomie et sa perversion addictive le couple infernal anorexie/boulimie. La soif s'apaise par le boire, sa sublimation donne l'œnologie et sa perversion addictive l'alcoolisme. Le besoin sexuel sublimé devient l'art érotique, au risque de la frénésie sexuelle et du SIDA, voire de l'addiction aux violences sexuelles. Le terme d'addiction sexuelle, de dépendance sexuelle a d'ailleurs été introduit dans les années 1970 par un membre des alcooliques anonymes. Il y a des ratés dans la réponse sociale, culturelle aux besoins. Nous pouvons fumer mais certains deviendront toxico du tabac. Nous pourrons, pour un court laps de temps, utiliser une benzodiazépine afin de lutter contre l'insomnie mais certains, devenus pharmacodépendants, écumeront cabinets médicaux et pharmacies pour s'en faire délivrer. Il est possible de jouer, c'est ainsi que nous affichons nos désirs, mais d'autres deviennent addicts à certains jeux pratiqués de manière répétitive : casino, tiercé, pronostics, jeux en ligne ou même simples grattages, avides de la décharge d'adrénaline provoquée par ces pratiques. Il est loisible d'utiliser Internet mais certains y passent leurs jours et leurs nuits au détriment de toute autre activité, avec bien sûr une mention spéciale pour la pornographie virtuelle. Nous pouvons nous faire plaisir en achetant quelques objets mais certains ne se sentent bien qu'en achetant compulsivement, y compris et surtout le non-nécessaire. Certains travaillent huit heures par jour mais d'autres sont des alcooliques du travail. Nous pouvons faire du sport pour nous entretenir, mais d'aucuns éprouvent la nécessité impérieuse de se "tuer" physiquement, tous les jours. En ne parlons pas des accros au risque, les toxicos du vertige, du défi : du parapente au saut en parachute ou saut dans le vide. Et il faut sans doute évoquer des personnalités addictives chez qui la recherche de la satisfaction ne saurait se passer d'un objet extérieur, d'une action compulsive : on passe d'une addiction à une autre. Absence de contrôle et nécessaire répétition. Il faut insister sur les bases neurobiologiques de ces comportements addictifs à symptomatologie sociale, culturelle. Médicalement la dépendance est un état pathologique dans lequel l'organisme ne peut fonctionner physiologiquement sans la consommation d'une certaine substance ; il faut dépenser beaucoup d'énergie pour parvenir à l'abstinence et beaucoup d'efforts pour s'en procurer. Cette dépendance se traduit par l'accoutumance : nécessité d'augmenter les doses pour obtenir le même effet, la répétition de la consommation malgré les inconvénients et par un syndrome de sevrage en cas d'arrêt du produit toxique. - Dépendance physique qui peut impliquer, en cas de manque, des troubles physiques graves. D'où l'accoutumance, les rechutes.

3 - Dépendance psychologique, soit un désir persistant de consommer, ce qui peut entraîner des troubles psychosomatiques comme des douleurs, mais sans vrai syndrome de sevrage physique. C'est le cas des addictions, des dépendances sans produit comme le jeu, le travail... La dépendance est le résultat de la rencontre d'un produit, d'un comportement et d'une personnalité. Le manque est un état temporaire où le sujet ressent un vide sidéral qui ne peut être comblé que par le produit ou le comportement addictogène. On parle de craving (désir insatiable) lorsqu'après une période d'abstinence il faut compulsivement reproduire, répéter le comportement addictogène. Freud parle de compulsion de répétition, synonyme pour lui de pulsion de mort. La compulsion c'est l'impossibilité de ne pas accomplir un acte. La compulsion de répétition est un processus incoercible, irrépressible, "démoniaque" dit Freud, d'origine inconsciente, par lequel le sujet se place activement dans des situations pénibles. Ce qui définit le masochisme, présent dans toutes les addictions, les formes de dépendance. La pulsion de mort - Thanatos - existe chez tous, depuis la naissance. La vie n'est qu'une intrication, un mélange de pulsions de vie - Eros - culturelles et de pulsions de mort, endogènes, de nature biologique qui tendent à la résolution complète des tensions, à leur assouvissement, à la paix comateuse, la paix des cimetières, à la non nécessité de penser, à l'inertie - principe de Nirvana - "Surtout que le velours noir de la bienfaisante amnésie ne s'ouvre pas" susurre J.-P. Dufreigne, l'auteur de Boire(2).Cette pulsion mortifère, ce travail insidieux de la mort, cette négativité dans l'humain, est une autodestruction qui secondairement peut se diriger contre le monde extérieur, la civilisation, la culture sous forme de pulsion d'agression de l'autre, de haine. On peut en déduire qu'il existe des comportements d'agression afin d'éviter l'autodestruction et des comportements autodestructifs afin d'éviter l'agression. C'est ce qu'on appelle alors la désintrication des pulsions. Spéculations direz-vous! Purs aprioris, idéologies! Mais des biologistes actuels, aussi renommés que J.-C. Ameisen, l'auteur de La sculpture du vivant, le suicide cellulaire ou la mort créatrice, définit la vie comme la répression de la mort avant l'heure. Pulsion de mort d'abord. On ne peut parler d'addiction si le négatif de l'humain, le mortifère ne rôdent pas. Pour Freud, le bonheur résulte d'une satisfaction soudaine, brutale de besoins ayant atteint une haute tension. La joie, affirme-t-il, de satisfaire un instinct sauvage, la décharge orgastique est plus intense que celle d'assouvir un instinct dompté. Instinct, besoin, nous sommes dans le domaine de la biologie, du naturel. Or la civilisation, pour nous protéger contre la nature dangereuse, contre nos instincts potentiellement dangereux, et pour réglementer les relations des hommes entre eux, nous demande de sacrifier nos pulsions instinctuelles agressives. Ce surmoi collectif de la communauté civilisée n'a que faire du bonheur individuel : "L'homme civilisé fait l'échange d'une part de bonheur possible contre une part de sécurité."(3) Autrement dit, plus nous construisons une vie sécurisée, - principe de précaution, risque zéro -, alors que d'autre part la pression sociale nous demande de devenir de plus en plus performants, que le niveau de stress s'élève, plus il est difficile de satisfaire des instincts demeurés sauvages ; les addictions sont-elles symptômes du malaise dans notre civilisation? Freud ajoute, toujours optimiste, qu'il est moins difficile de faire l'expérience du malheur que celle du bonheur. Il convient d'éviter la souffrance plutôt que de rechercher la jouissance. Plusieurs voies possibles : - Tenter de tuer les instincts en acquérant la sagesse en adoptant principes bouddhistes, méditation et yoga au minimum. - Se sublimer dans l'art, le culte du beau ou dans le travail intellectuel, scientifique. Ce qui est loin d'être possible pour tous. - Le retrait du monde, l'appel du désert au risque de l'ennui. - Ou encore l'amour, censé nous consoler de notre vallée de larmes. Nous pouvons être passionnément addicté à une personne qui doit totalement répondre à nos attentes. Ce qui ne

4 peut qu'entraîner déception, fureur et agressivité. La lune de miel se transforme en lune de fiel. Lacan : l'amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas. - Ou la névrose, le suicide. Mais malgré tout cela, l'indépendance par rapport au corps, au monde extérieur reste relative. - Persiste la possible adhésion-dissolution dans le groupe, la secte, la tribu, la religion, transcendantale ou laïcisée. Ce qui définit les sociétés que Louis Dumont appelle les sociétés holistes, communautaires où le tout l'emporte sur le un, sur l'individu, qui, en soi, n'existe que comme membre du tout dont il est dépendant. Les sujets y sont liés par des croyances communes. Il existe un manuel de savoir vivre qui répond aux interrogations des membres de la communauté. Le malheur est attribué à un Autre, extérieur à la communauté. L'appartenance devient synonyme d'illusion, de ce que certains nomment servitude volontaire mais il faut noter que l'appartenance à une communauté qui partage les mêmes idéaux, les mêmes idées, les mêmes idoles, est une voie empruntée, souvent avec succès, par les personnes voulant échapper à leur addiction (groupes d'anciens buveurs, les sex-addicts anonymes, etc.). Car l'appartenance communautaire leur permet de surmonter la honte, la culpabilité ressenties, l'impression d'être, d'avoir été un vilain petit canard. - Dernière stratégie repérée par Freud : le recours aux toxiques. Il n'y a pas de sociétés sans "briseurs de soucis". S. De Beauvoir dans La cérémonie des adieux, s'interroge : pourquoi Sartre, malade, souffrant d'artérite, s'entête-t-il néanmoins à boire et à fumer? Revenu de Rome, Sartre zézaie car il a consommé dans le wagon-restaurant deux demi-bouteilles de vin : "Je me suis demandée pourquoi, dès qu'il le pouvait, il abusait ainsi de l'alcool. "C'est agréable" me disait-il."(4) C'est ainsi que Fernando Pessoa(5), cet immense poète du XXe s., voulait lutter, par l'alcool, contre "l'obscénité" qu'il ressentait en lui-même, qui le torturait, le soumettait à "une terrible muscularité" car il était, disait-il, "définitivement fatigué et assoiffé." Jouant avec lui-même il adressait à sa fiancée une photo qui le représentait au comptoir d'un estaminet avec ce commentaire : Fernando Pessoa surpris en flagrant délitre. Les hommes, de tous temps, ont été fascinés par les états de conscience qui leur permettent d'échapper à eux-mêmes, de ressentir, de percevoir au-delà des normes habituelles. Les drogues, le jeûne, certaines techniques corporelles permettent le dialogue avec les dieux, l'accession à un autre monde, une extase réservée aux initiés. Au risque du bad trip. Les artistes sont friands, de Michaux à Kerouac, de Bukovski à Jim Morrison, de ces expériences qui étendent leurs champs de travail. Et il est tentant, surtout à l'adolescence, de s'identifier à ces modèles transgressifs. Si nous consommons des toxiques, adoptons des comportements à risque, nous jouons, comme Pessoa, dangereusement, avec la mort, attirés par le nirvana éternel, mais, au fond, persuadés magiquement que nous dominons et notre corps et le monde extérieur. Mélange de pulsion de mort et de pulsion de vie. Conduites qu'aimé Charles-Nicolas et Marc Valleur(6) qualifient de conduites ordaliques. A l'opposé d'une vie longue et sans histoire, il faut chercher le plaisir sans frein - culte de Dionysos - y compris et surtout lorsqu'il y a risque. Les situations extrêmes sont souhaitées et recherchées. Une politique de santé publique, basée sur les statistiques, met l'accent sur les dommages subis (maladies, handicaps, décès), la prévention, le moindre mal (distribution gratuite de seringues, produits de substitution, salles d'injection...) et les modifications à obtenir des conduites à risque (la route, le tabac). A savoir la sécurité. Mais il y aura toujours individuellement des irréductibles, des récidivistes. Les comportements ordaliques sont semblables au jugement de Dieu du Moyen-âge (jugement par les épreuves du feu, de l'eau). En principe il s'agit d'une épreuve dont l'issue n'est pas prévisible. Mais la soumission au destin n'est que partielle : la personne est persuadée, comme nous l'avons dit, qu'elle maîtrise l'épreuve, que la prise du risque est calculée. Comme le suppose la pratique de la "défonce", du "binge drinking" de la biture expresse, de la consommation frénétique, de la cuite

5 alcoolique, avec éventuellement recours à d'autres toxiques, la plus rapide, la plus méga possible. Ceci concerne surtout les adolescents de 12 à 16 ans. Il s'agit d'ivresses intentionnelles, organisées : "sessions picoles" du jeudi ou samedi soir, qui se doivent d'être visibles, dans la rue versus exhibitionniste : se mettre minable, vomir en public, montrer ses seins, ses fesses ou comportements sexuels plus explicites. Le sujet doit transgresser. Il s'agit de repousser les limites, de montrer que l'on est capable de consommer autant qu'un autre, rituel d'affirmation virile pour les garçons. Addiction sinon à l'alcool, du moins au risque : on peut prendre goût à la sensation d'ivresse. Des rites superstitieux donnent l'illusion du contrôle. L'addiction vidéo permet de tuer, de torturer, de mourir : rien n'est irréversible dans la vie virtuelle, dans le monde des avatars qui peut faire de nous un héros. Il existe, dans ces conduites addictives, une stimulation de la dopamine qui procure un frisson hors du commun, une décharge d'adrénaline. Les comportements addictifs "ont pour caractéristique (affirme Bernard Brusset, psychanalyste) de comporter une dimension biologique, métabolique et neuro-chimique inductrice de sensations corporelles et psychiques singulières"(7) qui appelle la référence à la pulsion de mort. Ce qui devrait inviter, face à ces problématiques, les analystes, à beaucoup d'humilité. Retenons que la recherche de sensations est inscrite dans la biologie. En effet, des biologistes comme A. Damasio ou J.-D. Vincent s'accordent pour affirmer la primauté du ressenti, du pathos. Il existe un tissage permanent entre les sensations et la pensée, organes des sens et intellect, langage. Ce dernier ne prend sens, dans le développement de l'enfant que par rapport aux affects de plaisirs et de déplaisirs liés à la satisfaction des besoins les plus primaires, les plus archaïques. L'investissement affectif précède les structures langagières, sociales. Pour Damasio, la raison de sang froid, le pur cognitif si coupés des émotions, ne peuvent suffire à faire des choix. Le cerveau émotionnel - le lobe frontal - est indispensable au fonctionnement normal de la rationalité, de la pensée. Ce qui est en question, c'est le sentiment que nous avons de notre identité, de notre infracassable noyau de nuit, suivant l'expression d'andré Breton, le lieu de notre intime subjectivité, de l'incandescence extatique au risque de la douleur, - Malraux affirmait que chaque homme ressemblait à sa douleur. - Lorsque les affects disparaissent ou s'emballent la relation aux autres se distord, notre noyau de nuit se fracasse. Et c'est inéluctablement par la mère ou plutôt par l'environnement maternel-familial que passent, que sont métabolisés ces affects à l'origine de folies passionnelles, de ce qu'on appelle en psychiatrie l'humeur. L'un des auteurs les plus éclairants, à mon avis, sur ce sujet, c'est Winnicott. Avec son concept d'espace transitionnel. L'humain, dit Freud, est un animal néotène incapable de survivre seul, et ce pendant un certain temps sans l'étayage d'un environnement maternel dont il est dépendant. Conséquence : tout objet qui remplace la vie utérine, synonyme de vie nirvanesque, sans problème aucun, a une valeur énormément augmentée. Cet objet est celui de l'addiction. Le suicide c'est le fantasme du retour à cette vie utérine, océanique. Mais aussi le néotène, c'est à dire nous, constate D.-R. Dufour, l'auteur de Lettres sur la nature humaine à l'usage des survivants, "a vocation à l'assujettissement à un sujet dominant. Il veut du maître."(8) Ce qui est à la base de la dépendance, de la servitude volontaire masochiste, expression de la pulsion de mort, de l'amour que nous portons au Grand Inquisiteur, au tyran, au chef, au gourou, à l'hypnotiseur. Sécurité d'abord! La sécurité, le sentiment le plus archaïque, le plus primitif de l'humain jugeait Freud... Mais notons aussi que le masochisme révèle les attraits érotiques des jeux de pouvoir. Scandaleux constat pour la bienpensance : la soumission n'est pas toujours involontaire! Léo Bersani : "L'exercice du pouvoir est source de jouissance ; il peut être tout aussi jouissif pour la victime que pour l'oppresseur."(9) L'addiction à un maître serait-elle inéluctable? L'aire transitionnelle à partir selon François Perrier, l'auteur de L'alcool au singulier. L'eaude-feu et la libido "de ce qui est d'abord amour de la mère et ordre du regard porté sur l'enfant,"(10) n'appartient ni au bébé ni à la mère mais aux deux. C'est un espace dans lequel

6 on ne peut pas dire : "Ce qui est à moi est à moi, ce qui est à toi est à toi." C'est un espace de socialisation, de sublimation, de jeu, qui est à l'articulation d'un désir purement individuel, celui de l'enfant qui dit "je veux", et du désir de la mère, plus ou moins renforcé ou contredit par celui du père, de la société, de la tradition, et qui dit : "ceci est possible, ceci n'est pas possible, je te frustre pour telle raison." A partir de désirs strictement individuels, un enfant qui veut tout et n'importe quoi doit devenir un être collectivisable, social. Nous avons affaire à un processus dynamique. Comme le dit Winnicott, un nourrisson en tant que tel, ça n'existe pas, il n'existe que par son environnement maternel. Winnicott ajoute : l'objet qui existe dans l'espace transitionnel, l'as-tu créé, l'as-tu trouvé? Eh bien cette question ne devrait pas être posée : l'objet est à la fois créé et trouvé. Il est créé car il appartient en propre à la subjectivité de l'enfant mais il est aussi trouvé car il était déjà déposé par la mère. Et c'est cet environnement qui progressivement doit désillusionner l'enfant convaincu d'avoir créé le monde. D'où la haine de l'enfant envers cet environnement. Sublimation nécessaire des pulsions sexuelles, des pulsions destructrices, propres de l'enfant en valeurs sociales, partageables collectivement. Ceci s'échelonne sur toute la vie car ce qui prolonge l'espace transitionnel avec sa dimension de jeu, c'est notre environnement culturel (théâtre, littérature, créations, rêveries, mais aussi tricot, jeu de boules, pêche à la ligne et fête au village...). Un environnement maternel suffisamment bon, selon l'expression de Winnicott, procurera à l'enfant un sentiment suffisant de sécurité, de confiance en soi, une assise narcissique, gardienne de la vie, d'une grande stabilité. Si ce processus transitionnel de séparation ne s'effectue pas correctement, nous sommes confrontés à deux possibilités. La subjectivité absolue de l'enfant l'emporte, cet enfant restera "sauvage" exprimant librement des pulsions perverses polymorphes, persuadé qu'il est le maître du monde puisque ce monde à découvrir, qui aurait dû lui être présenté par la mère, est dénié : il ne peut rien introjecter ; ou bien le désir de la mère, en tant que représentante de la tradition sociale, écrase le désir de l'enfant qui n'a droit à aucune subjectivité, c'est l'incorporation obligatoire, il n'y a pas d'espace pour le jeu. Un dysfonctionnement dans la dynamique de cet espace est un facteur prédisposant aux addictions. Toute addiction est une manifestation narcissique, masturbatoire dit Freud pour qui la masturbation est le comportement addictif primitif, dont les multiples équivalences traduisent l'échec dans la construction de la relation à l'autre. Mais il ne s'agit pas de diaboliser les mères qui, à tout coup, seraient jugées non suffisamment bonnes. Le cerveau du nourrisson n'est pas vierge : l'agressivité, la pulsion de mort, la biologie préexistent. L'environnement maternel est à l'articulation de la nature et de la culture. La fonction paternelle, toute entière du coté de la culture, se doit de participer à ce travail de détachement, d'élaboration. Et ce qui est demandé aux mères par la civilisation serait de plus en plus difficile, voire insurmontable mais incontournable pour intégrer la Loi et au-delà pour échapper à la mort avant l'heure. 1)Schaeffer J.-M. La fin de l'exception humaine. Paris : Gallimard ; )Dufreigne J-P. Boire. Paris : Grasset ; 1996, p )Freud S. Malaise dans la civilisation. PUF ; 1971 ; p 69. 4)De Beauvoir S. La cérémonie des adieux. Paris : Gallimard ; 1981, p 50. 5)Pessoa F. Pessoa en personne : Lettres et documents choisis par José Blanco. Paris : Editions de la différence ; )Charles-Nicolas A., Valleur M., "Les conduites ordaliques" in Olievenstein. C. La vie du toxicomane. Paris : PUF ; )Brusset B. "Dépendance addictive et dépendance affective" Addiction et dépendance. Revue Française de Psychanalyse. Paris : PUF, mai 2004 ; Tome LXVIII, p

7 8)Dufour D.-R. Lettres sur la nature humaine à l'usage des survivants. Paris : Calmann- Levy ; p 60. 9)Bersani L. Homos. Repenser l'identité. Paris : Odile Jacob ; 1998, p )Perrier F. La chaussée d'antin. Paris: U.G.E.; 1978, Tome II, p 204.

IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC

IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC Mme ZERTAL CHERIFA Mme DJENNA. D Mr KAABOUCHE. A Bureau d Accueil, Orientation et Activités Socio-thérapeutiques Unité d Aide Psychologique CHU BENBADIS DE CONSTANTINE I)

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

Le comportement humain

Le comportement humain Le comportement humain " Qu'est-ce que le comportement? C'est une action visible ou invisible et qui se passe à un moment donné. Le comportement est la résultante de 3 éléments : - les besoins, - les caractéristiques

Plus en détail

La prévention des conduites addictives en collectivité

La prévention des conduites addictives en collectivité Colloque SANTE SECURITE AU TRAVAIL Les collectivités territoriales face aux conduites addictives Alcool, drogues, médicaments,... Comment prévenir et gérer les consommations et addictions des agents? Laurent

Plus en détail

L homme et les drogues

L homme et les drogues L homme et les drogues - PCEM 1 psychologie - Dr Perrine ADAM Service de Psychiatrie et d Addictologie Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Document : propriété de la faculté de médecinem Paris 7-7

Plus en détail

LA SOUFFRANCE. I. Etymologie et sémantique

LA SOUFFRANCE. I. Etymologie et sémantique LA SOUFFRANCE I. Etymologie et sémantique Le mot souffrance vient de deux mots latins : le préfixe «sub» qui signifie «en dessous» et le verbe «ferre», qui signifie «porter». Le mot implique donc l'image

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 «PERSONNALITES» ADDICTIVES Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 Le concept d addiction Plan L histoire naturelle des addictions La construction des traits

Plus en détail

BALADO 2 : MANIFES TATIONS DU STRESS ET MÉCANISMES DE DÉFENSE.

BALADO 2 : MANIFES TATIONS DU STRESS ET MÉCANISMES DE DÉFENSE. BALADO 2 : MANIFES TATIONS DU STRESS ET MÉCANISMES DE DÉFENSE. Dans ce deuxième balado, nous abordons les questions suivantes : Est-ce que les symptômes du stress sont toujours visibles pour un observateur

Plus en détail

Bases neurobiologiques de la récompense

Bases neurobiologiques de la récompense Bases neurobiologiques de la récompense Le système de récompense est la base neurobiologique de l'apprentissage. Il est indispensable à la survie, car il fournit la motivation nécessaire à la réalisation

Plus en détail

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive PARIS CSAPA BIZIA Dr Daulouède (Bayonne) lagadecaddiction@gmail.com Marthylle LAGADEC Psychologue clinicienne

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

La contribution des pères au développement de leur enfant

La contribution des pères au développement de leur enfant Activité 1 La contribution des pères au développement de leur enfant Le père: Un rôle en évolution Théorie de l évolution Question de survie! Homme Animaux Christine Gervais, Ph. D., Professeur au département

Plus en détail

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

EMPREINTE FORMATIONS

EMPREINTE FORMATIONS EMPREINTE FORMATIONS Formation de Conseillers en Relation d Aide Empreinte Formations est une association protestante qui met au service des personnes et des associations son expérience dans le domaine

Plus en détail

Toi seul peux répondre à cette question.

Toi seul peux répondre à cette question. Suis-je dépendant ou dépendante? Traduction de littérature approuvée par la fraternité de NA. Copyright 1991 by Narcotics Anonymous World Services, Inc. Tous droits réservés. Toi seul peux répondre à cette

Plus en détail

Théorie de la personnalité 20/10/03

Théorie de la personnalité 20/10/03 Théorie de la personnalité 20/10/03 Modèle théorique de la réalité psychique de Freud (subjectivité à travers des relations d intersubjectivité. Une des mauvaises qualités de cette relation est de na pas

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

CONSULTATION «Les Modes d Usage»

CONSULTATION «Les Modes d Usage» ADDICTOLOGIE CONSULTATION «Les Modes d Usage» CENTRE DE SOINS D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE «C.S.A.P.A. La Caravelle» BILAN CONSULTATION ADDICTOLOGIE Le repérage et les modes d usage

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Les substances psychoactives (alcool, cannabis, héroïne ) agissent sur le cerveau mais aussi sur les sensations du corps. Cela va avoir

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

Troubles du comportement alimentaire

Troubles du comportement alimentaire Troubles du comportement alimentaire DEFINITION Le DSM-IV est le Diagnostic and Statistical Manual, un outil de classification des troubles mentaux, créé par l'association américaine de psychiatrie. Ce

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

Intime : L intime se définit comme ce qui est contenu au plus profond d un être ou comme ce qui lie étroitement par ce qu il y a de plus profond.

Intime : L intime se définit comme ce qui est contenu au plus profond d un être ou comme ce qui lie étroitement par ce qu il y a de plus profond. Présentation du travail fait par le comité éthique de l Association La Compassion sur «protection de l intimité et respect de l expression de la sexualité des Résidants» Mme Mérieau D., directrice adjointe

Plus en détail

Dopage-addiction. Définitions (point de vue pharmacologique) Dr Maryse Lapeyre-Mestre

Dopage-addiction. Définitions (point de vue pharmacologique) Dr Maryse Lapeyre-Mestre Dopage-addiction Définitions (point de vue pharmacologique) Dr Maryse Lapeyre-Mestre Centre d Evaluation et d Information sur la Pharmacodépendance-Addictovigilance Service de Pharmacologie Clinique CHU

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique

Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique Dépendance de la victime à une illusion, un fantasme Ces critères ont été élaborés par Goodman

Plus en détail

Stages de développement personnel Formation à la relation d aide

Stages de développement personnel Formation à la relation d aide Parinet Formation Cabinet de Psychothérapie Et Psychanalyse Stages de développement personnel & Consultations individuelles Adultes, adolescents, enfants, couples Programme 2015-2016 Cabinet de psychothérapie

Plus en détail

CONDUITES ADDICTIVES HISTORIQUE, DEFINITION, CONCEPTS

CONDUITES ADDICTIVES HISTORIQUE, DEFINITION, CONCEPTS CONDUITES ADDICTIVES HISTORIQUE, DEFINITION, CONCEPTS Cours de PCEM 1 Professeur Olivier COTTENCIN, Faculté de Médecine de Lille L'addiction est une conduite qui repose sur une envie répétée et irrépressible

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

19/05/2010. Plymouth 1896 Londres 1971. Etudes médicales

19/05/2010. Plymouth 1896 Londres 1971. Etudes médicales De la pédiatrie à la psychanalyse Donald Wood Winnicott Biographie Plymouth 1896 Londres 1971 Etudes médicales 1923 analyse avec James Strachey 1933 seconde analyse avec Joan Rivière Supervision avec Mélanie

Plus en détail

COCAÏNE crack ou free base

COCAÏNE crack ou free base COCAÏNE crack ou free base QU EST-CE QUE C EST? C La cocaïne est une substance psychoactive d'origine végétale, extraite des feuilles de cocaïer. C Une fois transformée par un procédé chimique, elle devient

Plus en détail

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R)

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R) L Accompagnement des personnes âgées et des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par différentes approches: - l haptonomie - le Sensitive Gestalt Massage)R( - la Réflexologie plantaire Préparé

Plus en détail

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance Quelques définitions : qu est ce qu une drogue? la modification de l état de conscience Étymologie de «addict» une dette de plaisir La dépendance

Plus en détail

Darshan de Sri Bhagavan avec Singapour, Malaisie et le Vietnam, le 26 Juillet, 2014

Darshan de Sri Bhagavan avec Singapour, Malaisie et le Vietnam, le 26 Juillet, 2014 Darshan de Sri Bhagavan avec Singapour, Malaisie et le Vietnam, le 26 Juillet, 2014 Q1. Cher Sri Bhagavan comment peut-on élever son niveau de conscience de richesse, afin de recevoir un flux continu de

Plus en détail

Les comportements et les jeux sexualisés chez les enfants. Informations aux parents

Les comportements et les jeux sexualisés chez les enfants. Informations aux parents Les comportements et les jeux sexualisés chez les enfants Informations aux parents Saviez-vous que? On trouve un large éventail de comportements sexualisés chez les enfants. Ces comportements font partie

Plus en détail

mots pour maux procrastination

mots pour maux procrastination mots pour maux procrastination procrastination Définition «Tendance à retarder volontairement une action qu on a l intention de réaliser, en dépit des conséquences négatives que l on peut attendre de ce

Plus en détail

Alcool : je fais le point sur ma consommation

Alcool : je fais le point sur ma consommation Alcool : je fais le point sur ma consommation Tous concernés? De quoi s agit-il? On a l habitude d évoquer un risque pour la santé au-delà de 3 verres standard par jour pour les hommes ou 2 pour les femmes,

Plus en détail

Développement. l enfant

Développement. l enfant Développement de l enfant No : 1 Vinaigre ou miel : Dans ce livre, il plaide en faveur de méthodes actives et positives qui favorisent chez l enfant la confiance, l estime de soi et le sentiment de compétence.

Plus en détail

Penser le changement, changer la pensée

Penser le changement, changer la pensée Penser le changement, changer la pensée Jeudi 25 mars 2010 de 8h à 17h Fondation Louis-Jeantet Changer Echanger Réflexion sur le processus du changement en psychothérapie Dre Rita Manghi http://addictologie.hug-ge.ch/

Plus en détail

La prévention des RPS

La prévention des RPS La prévention des RPS Le stress La souffrance au travail : La souffrance revêt des aspects psychiques, sociaux, voir physiques. On parle de souffrance au travail lorsqu il y a atteinte à la santé psychologique

Plus en détail

Santé psychologique PRÉVENTION ET SOUTIEN

Santé psychologique PRÉVENTION ET SOUTIEN Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires sociales > Mission Dans le cadre de l entente patronale-syndicale qui la crée et des lois qui la régissent, l ASSTSAS a

Plus en détail

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Objectifs de la présentation Offres de la FNA-CENEA Politique fédérale Les différents types de consommateurs Processus d addiction et de

Plus en détail

Coaching, les risques de dérive : emprise et dépendance

Coaching, les risques de dérive : emprise et dépendance FORMATION DES CTS Jeudi 04 Décembre 2008 LUTTE CONTRE LES MALTRAITANCES DANS LE SPORT Coaching, les risques de dérive : emprise et dépendance Marion L ARBALESTRIER Maltraitance, une définition La maltraitance

Plus en détail

ANGOISE ET CULPABILITÉ

ANGOISE ET CULPABILITÉ 1 ANGOISE ET CULPABILITÉ L ANGOISSE SELON FREUD «La psychanalyse semblerait n'avoir pour but que d'apaiser la culpabilité, encore que nous sachions par notre expérience pratique les difficultés et les

Plus en détail

La vérité sur l'héroïne

La vérité sur l'héroïne La vérité sur l'héroïne L'héroïne est un stupéfiant qui entraîne très vite une dépendance. S'habituant rapidement au produit (tolérance), le toxicomane a besoin de doses de plus en plus fortes pour obtenir

Plus en détail

*Vous devez remplir le document suivant et l expédier par e-mail. Vous aurez les informations lors de la prise de rendez-vous.

*Vous devez remplir le document suivant et l expédier par e-mail. Vous aurez les informations lors de la prise de rendez-vous. Je suis conscient(e) que les méditations guidées ne constituent pas une psychothérapie ni un traitement médical et, de ce fait, n'agit pas sur la structure biologique, intrapsychique ou relationnelle de

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

PRÉVENIR LES CONDUITES ADDICTIVES DANS LE SPORT. Emmanuel Augey Consultant en psychologie du sport et de la santé

PRÉVENIR LES CONDUITES ADDICTIVES DANS LE SPORT. Emmanuel Augey Consultant en psychologie du sport et de la santé PRÉVENIR LES CONDUITES ADDICTIVES DANS LE SPORT Emmanuel Augey Consultant en psychologie du sport et de la santé PRÉSENTATION PLAN L intervention en psychologie du sport Concept Addiction à la pratique

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

L ANALYSE DE LA PRATIQUE ET L ATTITUDE CM DU 4 OCTOBRE 2012 UE 2.6 S5. RÉFLEXIVE DE L INFIRMIER EN PSYCHIATRIE.

L ANALYSE DE LA PRATIQUE ET L ATTITUDE CM DU 4 OCTOBRE 2012 UE 2.6 S5. RÉFLEXIVE DE L INFIRMIER EN PSYCHIATRIE. L ANALYSE DE LA PRATIQUE ET L ATTITUDE RÉFLEXIVE DE L INFIRMIER EN PSYCHIATRIE. CM DU 4 OCTOBRE 2012 UE 2.6 S5. Jean Maillet-Contoz Bureau des soins infirmiers. CH le Vinatier OBJECTIFS Remobiliser les

Plus en détail

BURN-OUT Prise en charge spécifique Conséquences sur le travail Pistes de prévention PRÉVENTION DU BURNOUT

BURN-OUT Prise en charge spécifique Conséquences sur le travail Pistes de prévention PRÉVENTION DU BURNOUT BURN-OUT Prise en charge spécifique Conséquences sur le travail Pistes de prévention Le vécu intérieur du burn-out Le plus terrible peut-être sur le burn-out, c est le côté insidieux, c est comme des sables

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Il existe plus d une centaine de définitions du mot «émotion». En fait, le seul point sur lequel tout le monde s accorde, c est que le concept est difficile à définir. Une première difficulté

Plus en détail

La phase pédagogique

La phase pédagogique LES LUNETTES ALCOOLÉMIE Le but : Les «lunettes Alcool» simulent ou reproduisent les sensations qu'a une personne en état d'alcoolémie et permettent de faire appréhender par le public les effets de l'alcool

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

Pratiques excessives des jeux vidéo et d internet: interactions et conduite à tenir

Pratiques excessives des jeux vidéo et d internet: interactions et conduite à tenir Serge TISSERON Psychiatre, psychanalyste, Directeur de Recherches à l Université Paris 7 denis Diderot http://www sergetisseron.com Pratiques excessives des jeux vidéo et d internet: interactions et conduite

Plus en détail

Ne vous découragez pas, le temps allège la tristesse.

Ne vous découragez pas, le temps allège la tristesse. La fin d'une relation amoureuse entraîne toute une gamme d'émotions chez les deux personnes concernées, et ce, indépendamment de qui a pris la décision d'y mettre fin. Cependant, le types d'émotions ressenties

Plus en détail

L'ENFANT ET SA FAMILLE.

L'ENFANT ET SA FAMILLE. L'ENFANT ET SA FAMILLE. D. W. Winnicott LES FONCTIONS DE L'ENVIRONNEMENT : Le potentiel inné d'un enfant ne peut devenir un enfant que si il est couplé à des soins maternels. Les mères ne sont pourtant

Plus en détail

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX 1 Anxiété : «Malaise à la fois physique caractérisé par une crainte diffuse, un sentiment d insécurité, de malheur imminent. On réserve plutôt le nom d angoisse aux sensations physiques qui accompagnent

Plus en détail

Une origine évolutive ancienne UNE ORIGINE ÉVOLUTIVE ANCIENNE 01/10/2014 LES SCHÉMAS NEUROBIOLOGIQUES DU CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE

Une origine évolutive ancienne UNE ORIGINE ÉVOLUTIVE ANCIENNE 01/10/2014 LES SCHÉMAS NEUROBIOLOGIQUES DU CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE 01/10/2014 Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI LES SCHEMAS NEUROBIOLOGIQUES DE LA PRISE DE RISQUE Marion Noulhiane, PhD Neurosciences. Journées d études de l Institut des Actuaires

Plus en détail

Ateliers de l Académie du Bien-être Pointe-à-Pitre, Mars-avril 2013

Ateliers de l Académie du Bien-être Pointe-à-Pitre, Mars-avril 2013 Ateliers de l Académie du Bien-être Pointe-à-Pitre, Mars-avril 2013 «Gestion du stress» Lundi 1 er avril 19h00-21h00 Atelier animé par M. Stéphane HELENE, Psychologue clinicien, Docteur en Philosophie

Plus en détail

Psychologie de l Adolescent

Psychologie de l Adolescent Psychologie de l Adolescent Elaboré par: Walid Selmi Assistant en Sciences Humaines Appliquées aux APS selmiwalid13@yahoo.fr Session de Formation d arbitrage 1 er, 2 ème,3 ème degré Judo, Ju-Jutsu, Aïkido

Plus en détail

Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Typologie des conduites addictives Principes de traitement Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008 Les éléments communs

Plus en détail

De précieux conseils pour l utilisation des jeux de hasard

De précieux conseils pour l utilisation des jeux de hasard Aides aux personnes concernées et à leurs proches Pour une consultation professionnelle, veuillez vous adresser à un centre de consultation ou à un groupe de parole proche de chez vous. Avec un carnet

Plus en détail

Addictions et dépendances

Addictions et dépendances Addictions et dépendances Joëlle Visier Médecin Tabacologue CES de Bobigny/CPAM 93 Dr Hervé LE CLESIAU - Médecin Directeur Drogue, toxicomanie, addiction Faiblesse, vice, manie Souffrance, maladie Récompense,

Plus en détail

Stigmatisation : stéréotype, préjugé, discrimination

Stigmatisation : stéréotype, préjugé, discrimination Stigmatisation : stéréotype, préjugé, discrimination Marie Absil philosophe, animatrice au Centre Franco Basaglia Résumé : On parle souvent de la stigmatisation dont sont victimes les personnes qui connaissent

Plus en détail

JOURNAL 2 SEANCE DU MERCREDI 12 janvier 2011

JOURNAL 2 SEANCE DU MERCREDI 12 janvier 2011 JOURNAL 2 SEANCE DU MERCREDI 12 janvier 2011 Pour cette matinée, nous débutons avec la distribution d un document sur le système de santé français, sur les actions du Conseil Général en faveur de la santé.

Plus en détail

LES CONDUITES A RISQUES CHEZ LES ADOLESCENTS

LES CONDUITES A RISQUES CHEZ LES ADOLESCENTS OBJECTIF GENERAL : Aider à se positionner vis-à-vis des jeunes en prise à des conduites à risques, par la compréhension de leurs difficultés somatiques et psychiques, une meilleure connaissance de leur

Plus en détail

Evaluation de l'addiction : DSM-5

Evaluation de l'addiction : DSM-5 Evaluation de l'addiction : DSM-5 Source : American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.) Mode d utilisation inadapté d'un produit conduisant

Plus en détail

Études du champ akashique

Études du champ akashique Études du champ akashique S'affranchir des schémas répétitifs et de l'échec! École Chrystel Rieder L'école - objectifs et concept Ayant grandi avec ma grand-mère guérisseuse, et forte d'une expérience

Plus en détail

p cp Zolpidem tartrate Lactose +

p cp Zolpidem tartrate Lactose + Publié par Le pharmacien (http://www.lepharmacien.fr) Hypnotique ZOLPIDEM ARROW Substances actives : tartrate de zolpidem Laboratoire : ARROW GÉNÉRIQUES Générique Référent: STILNOX COMPOSIT ION p cp Zolpidem

Plus en détail

L économie freudienne : un calcul permanent au sein de la personne résiliente

L économie freudienne : un calcul permanent au sein de la personne résiliente L économie freudienne : un calcul permanent au sein de la personne résiliente Freud (1856-1939) est un des plus grands auteurs en sciences sociales, il a établi un calcul personnel ou coût psychologique

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

LA CONSULTATION EN HOMÉOPATHIE. a- Diagnostic médical et traitement homéopathique :

LA CONSULTATION EN HOMÉOPATHIE. a- Diagnostic médical et traitement homéopathique : LA CONSULTATION EN HOMÉOPATHIE Nous ne parlerons que de ce qui distingue la consultation homéopathique ou plutôt de ce qui s ajoute à la consultation classique, car l homéopathie n est pas une médecine

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

La Préparation Mentale

La Préparation Mentale La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress

Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress Leïla Ksontini: psychologue du travail Plan de l atelier Actualité Définition - Stress + et Source de stress Réponse au

Plus en détail

Préface. à l épreuve de leur maternité

Préface. à l épreuve de leur maternité Préface la sexualité des femmes à l épreuve de leur maternité L opinion courante soutient que la féminité d une femme s épanouit dans la maternité et que l enfant, conçu avec l homme objet de son amour

Plus en détail

Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression

Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression Camillo Zacchia, Ph.D. Psychologue Conseiller principal Bureau d éducation en santé mentale Institut Douglas 6 décembre, 2011 À l agenda C est

Plus en détail

Un DVD pour parler de l ALCOOL et de la POLYTOXICOMANIE

Un DVD pour parler de l ALCOOL et de la POLYTOXICOMANIE LaCATHODE UNFILMPOURENPARLER UnDVDpourparlerdel ALCOOLetdela POLYTOXICOMANIE 2filmsdeRolandMOREAU C'ESTSIBON!26mn.Fiction JEPEUXPASM'ENPASSER52mn.Témoignages PROBLÈMEAVECL ALCOOL20mn.BONUS InterviewexclusiveduDocteurJeanMichelSIGWARD

Plus en détail

Les Addictions Comportementales. Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012

Les Addictions Comportementales. Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012 Les Addictions Comportementales Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012 C est quoi une addiction? Il s agit d une substance ou d une activité qui stimule le centre de

Plus en détail

4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ

4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ 4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ 13-14 (gestion) 4.1 L IMPORTANT EST DE 1) identifier les facteurs de stress 2) reconnaître ses propres symptômes 3) identifier ses propres déclencheurs de stress, 4) gérer son

Plus en détail

INTRODUCTION Amour, apprentissages, approches, abandons des débuts, violence du désir, corps- à- corps, emprises et dépenses, incertitudes et attentes, pratiques et codes, plaisirs ordinaires, jouissance

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

Evaluation et prise en charge psychologique de l'enfant obèse. Nicole Florentiny Psychologue

Evaluation et prise en charge psychologique de l'enfant obèse. Nicole Florentiny Psychologue Evaluation et prise en charge psychologique de l'enfant obèse Quelques dessins... Dessinés par les enfants Lors des premières consultations Premier contact Dialogue amorcé par le dessin Son sens sa signification

Plus en détail

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC Pourquoi les TCC en tabacologie? «Chez environ la moitié des fumeurs les plus dépendants on retrouve des antécédents d

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

Bien comprendre les avantages de la cessation du tabagisme

Bien comprendre les avantages de la cessation du tabagisme Bien comprendre les avantages de la cessation du tabagisme Le tabagisme est une habitude extrêmement coûteuse. Avez-vous déjà pensé aux montants dépensés pour satisfaire cette habitude? Faites le calcul

Plus en détail

La souffrance au travail, comment la

La souffrance au travail, comment la SIMUP Service de Santé au Travail de la Vallée de la Lys La souffrance au travail, comment la déceler pour mieux la gérer? 1 QUELQUES CONSTATS D après l Institut Français de Veille Sanitaire, un homme

Plus en détail

Sémiologie Psychiatrique

Sémiologie Psychiatrique Sémiologie Psychiatrique Troubles de personnalité Source principale: Collège national des enseignants de Psychiatrie Personnalité Définition: Résultat, chez un sujet donné, de l intégration dynamique de

Plus en détail

Les troubles anxieux

Les troubles anxieux Plan Les troubles anxieux I. Généralités II. Attaque de panique III. Trouble panique : 2. Facteurs de risque : 3. Selon la classification DSM4 : IV. TAG = trouble d anxiété généralisé V. Agoraphobie 2.

Plus en détail

Outil pour une prévention des drogues et une réduction des risques liés à la consommation

Outil pour une prévention des drogues et une réduction des risques liés à la consommation Outil pour une prévention des drogues et une réduction des risques liés à la consommation Ed.resp: Marie-Ange Cornet - CAL-Luxembourg Les Potados - Luxembourg asbl 2, rue de l ancienne Gare 6800 Libramont-Chevigny

Plus en détail

Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli

Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli La conscience du soi corps pour éduquer Expériences en HEDS Prendre soin de soi et techniques d autoprotection COMMENT : Sentir

Plus en détail

Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse

Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse, 2006 ISBN : 2-7081-3602-X Table des matières Introduction... 1 Partie I Historique Chapitre 1 : De l hypnose à la psychanalyse... 11 Vienne... 13 Freud (1856-1939)...

Plus en détail

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot.

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. 1 Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. Depuis les années 70, les intellectuels font l éloge du droit à la différence. Derrida : «la différance» ; Deleuze : «Différence et répétition»,

Plus en détail