DE LA BRASSERIE DE L ESPÉRANCE AU CASINO-THÉÂTRE NAISSANCE D UN LIEU DE SPECTACLE À GENÈVE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DE LA BRASSERIE DE L ESPÉRANCE AU CASINO-THÉÂTRE NAISSANCE D UN LIEU DE SPECTACLE À GENÈVE 1880-1914"

Transcription

1 DE LA BRASSERIE DE L ESPÉRANCE AU CASINO-THÉÂTRE NAISSANCE D UN LIEU DE SPECTACLE À GENÈVE Version retravaillée de la conférence illustrée présentée à l Institut National Genevois le 5 juin 2012 par Joël Aguet Un sujet neuf Les origines du 42, rue de Carouge comme espace de spectacle remontent aux années Ce sujet éminemment genevois n a pourtant jamais été traité. L ancienne Genève ne manque pas d historiens, souvent sensibles au monde de la scène, mais seul Willy Aeschlimann dans son Almanach du Vieux-Genève a fourni quelques informations discontinues, surtout sur la dernière décennie du XIX e siècle et deux articles suivis sur le contenu des premières revues 1. Mérite aussi d être cité comme récapitulatif fiable l article de Robert- Jeanrenaud 2 rédigé à l occasion de la 30 e saison du Casino- Théâtre ; mais l auteur évoque toutes les années 1880 en une demi- ligne : «un caf conc sans relief». Pour ce qui concerne les débuts du bâtiment, David Ripoll, Conservateur du patrimoine architectural de la Ville de Genève, résumait ainsi en 1999 l étendue des connaissances sur la question : «L'origine du Petit Casino remonte à Cette année- là, le cafetier Eugène Henri Villard et sa femme Joséphine Dubouloz acquièrent des parcelles pour y édifier une sorte de hangar, en maçonnerie et fer, à destination de brasserie et salle de spectacle. À quoi ressemble ce bâtiment inaugural? Aucun document, aucune photographie ne viennent nous 1 Willy Aeschlimann, Almanach du Vieux-Genève, 1933 et Robert- Jeanrenaud, La Suisse, 22 septembre 1933.

2 2 l'apprendre. Mais quel qu'en soit l'aspect, il semble bien que la Brasserie de l'espérance ait du succès» 3 En retrouvant l an passé plusieurs reproductions de la Brasserie de l Espérance, j ai été amené à creuser le sujet, notamment grâce aux Archives de l État de Genève, dont je remercie tout le personnel de l aide apportée à cette recherche ; je remercie aussi l Institut National Genevois de me permettre d en faire état. Ce qui suit présente pour la première fois les principales étapes de l évolution architecturale de ce lieu, à l aide de diverses vues inédites, dont plusieurs avaient été complètement oubliées après leur publication publicitaire de : l année d avant l origine Le développement du théâtre et des arts du spectacle à Genève doit beaucoup aux cafetiers restaurateurs! On se rappelle par exemple que le père d Ernest Fournier était cafetier et marchand de vin, et que la fortune paternelle permit au fils (complétée d autres apports fournis par les mécènes de l Art social) de bâtir en 1912 La Comédie au Boulevard des Philosophes. Trente ans plus tôt, à deux cents mètres de là, c est aussi un cafetier restaurateur qui porte le projet de la Brasserie de l Espérance : Eugène Henri Villard, Français originaire de Saint- Jean en Royans (Drôme), né le 23 novembre 1843, marié à Joséphine Adèle Dubouloz, une compatriote née en 1841 à Évian (alors Royaume de Sardaigne). Eugène Henri Villard est depuis 1879 à la tête d une grande brasserie qui distribue la marque de bières Brasserie Bâle Strasbourg 4 au bord du boulevard du Théâtre. De l autre côté de cette artère, les Genevois viennent d inaugurer (le 2 octobre 1879) leur nouvel opéra ; or celui-ci ne comprend pas de débit de 3 David Ripoll, Le Petit Casino une architecture théâtrale, introduction à l ouvrage de Juliane Bourgeois, 100 ans de Revue genevoise, Ville de Genève, 2000, p La Brasserie par actions Bâle Strasbourg a existé de 1873 à Elle était liée à un réseau de producteurs de bière nommés Brasseries de l Espérance (dont la première, fondée à Strasbourg en 1746, s est développée lentement puis en plusieurs ramifications).

3 3 boissons, ni à l intérieur, ni en annexe accolée comme c était le cas de l ancien Théâtre de Neuve. Voisin le plus proche, l établissement dirigé par Villard se nomme en conséquence Café Lyrique, adjectif qu il porte encore aujourd hui. Probablement vers fin de l année suivante, Villard ouvre une deuxième brasserie à un demi kilomètre plus au Sud, au rez-de-chaussée du 40 de la route de Carouge (on dit alors route et pas encore rue ). Pour la nouvelle année 1881 il fait imprimer une carte de vœux à fort caractère publicitaire et illustrant c est ce qui nous intéresse ces nouveautés. En haut, l année 1881 est dressée par deux forts-à-bras comme un chapiteau de cirque. La formule indique qu il s agit d une carte distribuée à l occasion de la

4 4 nouvelle année, et date l ensemble des dernières semaines de 1880 ; elle fait par ailleurs référence au monde du spectacle forain, tout en rappelant que la Place du Cirque est à deux rues de là. Au coin droit apparaît le Théâtre de Genève (aujourd hui Grand Théâtre). À gauche figure toute la devanture en coin du Café Lyrique sur laquelle ne figure encore aucune enseigne mais, par deux fois, la publicité de la Brasserie Bâle Strasbourg. En revanche, l intitulé en très grandes lettres insiste sur le nom de l établissement et le char de tonneaux de bière porte haut le nom et la gloire du nouveau propriétaire. Dans l image du bas, la Brasserie de l Espérance est installée au numéro 40 de la route de Carouge. En effet, se reconnaissent sur la gravure les trois premières maisons des numéros pairs, juste après le croisement avec le chemin du Vieux Pont (actuellement Boulevard du Pont d Arve). Les deux premières façades ont encore aujourd hui quatre étages de quatre fenêtres sur rez et la troisième (le 40) quatre étages de trois fenêtres sur rez ; dans la gravure le premier étage des fenêtres disparaît derrière la bande publicitaire annonçant l installation au rezde-chaussée de la Brasserie de l Espérance. Selon le registre foncier, le nom de Villard n apparaît pas comme propriétaire du n 40 : le terrain appartient à la Société Civile Immobilière de la Route de Carouge. Pour l heure, le registre du commerce n a pu me confirmer la relation que Villard entretenait avec cette société, mais il en était probablement actionnaire, bénéficiant à ce titre du rez-de-chaussée ; en effet en 1885, le n 40 est indiqué en partie de la même couleur que les bâtiments de l Espérance dans un extrait de cadastre (voir plus loin le plan 108). Devant l Espérance marque évidente du dernier cri de la modernité passe une ligne de tramway hippomobile. Monsieur Cédric Noir, spécialiste de la question a pu m éclairer sur la signification du sigle «TS»: il s'agit de la Compagnie générale des tramways suisses qui a exploité le réseau urbain genevois de 1876 à 1900, avant son rachat par la Compagnie genevoise des tramways électriques (CGTE). Quant à l'inscription «Mallavaux» sur le flanc

5 5 du wagon, elle ne correspond pas à une station terminus ou à un nom de ligne : il s agit d une publicité pour la maison qui a lithographié ce carton. L illustration du bas évoque aussi le terrain vague derrière une palissade entre le n 40 et la petite maison basse qui existe toujours terrain encore vide où va bientôt surgir le premier bâtiment spécifiquement construit pour la Brasserie de l Espérance. Car les affaires de Villard sont assez prospères pour qu il investisse dans l achat de parcelles de terrain non bâti jouxtant celle du n 40. Au cours de 1881, il en acquiert trois qu il fait inscrire au registre foncier. Pratiquement au même moment, il lance un bureau d architectes sur le projet de construction d une nouvelle salle pour la Brasserie de l Espérance accolée au 40. Le 23 septembre déjà, les entrepreneurs Crettet et Comte, installés sur la commune de Plainpalais, demandent au Président du Conseil d Etat, «l autorisation de faire un mur en béton dans les jardins de M. Villard qu il vient d acheter de Mr Duchable pour la construction en fer d une salle de brasserie.» Cette requête est acceptée le lendemain déjà 5, après avoir été envoyée le jourmême à la Mairie de Plainpalais, pour préavis. En ce temps là, les procédures ne duraient guère! Le Département indique toutefois que : «Toute porte sur la route s ouvrira à l intérieur» et fixe le terme d exécution à «fin novembre 1881». Il se charge de la surveillance conjointement avec la Mairie. Le mur de base est donc probablement coulé avant fin novembre 1881 et le reste de la construction posé dans les mois suivants. Parmi les étapes importantes de ces travaux, le 27 février 1882, la Compagnie genevoise d éclairage et de chauffage par le gaz dépose une demande au Département des Travaux Publics «pour ouvrir le sol de la voie publique, rte de Carouge 42, chez M. Villard pour établissement des conduites de gaz». Au final, sans doute dès la fin du printemps 1882, l entrée du nouveau bâtiment de la Brasserie de l Espérance se présente sous son nouveau jour. 5 Registre des travaux sur l Etat de Genève, en 1881, p. 189, en date du 24 septembre 1881 (note Plainpalais Annexe 404)

6 les lieux lors de l inauguration : entrée, salle et jardin (la scène) Les lampions et les drapeaux de cette gravure suggèrent une fête : sans nul doute celle de l ouverture. Si le dépliant publicitaire dont est tiré cette illustration n est pas daté, il évoque par ailleurs des concerts dont je n ai pu retrouver mention dans les journaux qu à deux dates : les dimanche 23 et mardi 25 juillet Jusqu à preuve du contraire, ces jours correspondent aux fêtes d ouverture de la nouvelle salle de la Brasserie de l Espérance. L entrée. Outre la foule plus clairsemée sur la route de Carouge que dans la salle, plusieurs détails sont à relever. À commencer par la disposition de la cour d entrée, avec un muret à mi-hauteur et un portail sans grille. Dans cet espace de transition entre la rue et la salle, on remarque à gauche une rocaille ; cet agrément était très prisé, suffisamment en tout cas pour que l annuaire genevois de cette époque enregistre trois entrepreneurs se désignant comme rocailleurs décorateurs, profession qui correspondrait aujourd hui à peu près à celle de jardinier-paysagiste. La carte de l un d entre eux, Aristide Cormier, détaille quelques-unes des merveilles artificielles nommées fabriques qu il proposait alors et parmi celles-ci une rocaille toute en «grottes, tufs, aquariums, etc.».

7 7 A droite de l entrée de la nouvelle Brasserie de l Espérance, sur le mur, est représenté un personnage qui lève haut une chope de bière. Cette figure, d ordre publicitaire, n est pas déplacée à l entrée d une brasserie. D ailleurs, il est possible de retrouver un modèle équivalent dans une autre publicité genevoise de l époque : lui ressemble en effet singulièrement le roi médiévisant et joyeux buveur de bière servant alors d icône à la bière Schöllhorn 6 vendue dans ces mêmes années à la Brasserie de la Bâtie. Au Café Lyrique et à la Brasserie de l Espérance, Villard continue de distribuer en priorité les bières de la Brasserie Bâle Strasbourg, ce qui apparaît en toutes 6 D abord sous le nom de Haldengut, Ferdinand Ernst produit de la bière à Winterthur au milieu du XIXe siècle : à sa mort, le brasseur Johann Georg Schöllhorn, venu du Wurtemberg, reprend l affaire et la bière porte alors son nom (vers 1876) ; son fils Fritz Schöllhorn, naturalisé Suisse à Winterthur en 1880, fit différents apprentissages industriels et commerciaux et fut notamment gérant de la brasserie Tivoli à Genève.

8 8 lettres dans le dépliant publicitaire de l été Je n ai pas retrouvé de personnage ressemblant à un grand buveur dans les publicités de la Brasserie Bâle Strasbourg dont le sigle est une ancre de marine mais bien sûr rien n empêchait Villard de faire peindre son propre roi de la fête à l entrée de son établissement. L image de la façade de la Brasserie de l Espérance montre aussi la présence de lampes à becs de gaz en appliques, visibles sur le mur du côté droit, et probablement installées symétriquement de l autre côté ; ces sources lumineuses, comme les lustres de l intérieur de la salle et la grande lanterne audessus de l entrée devaient fonctionner au gaz ; la lumière dansante des flammes se reflétait dans la salle, par le jeu des verrières, évoquant la façon des grands palais des expositions universelles (dont le premier fut sauf erreur le Crystal Palace de Londres en 1851). Genève comptait-elle beaucoup de bâtiment de la sorte? on peut en douter et imaginer que la singularité de cette construction en terme de transparence le jour et de scintillements la nuit a pu notablement contribuer au succés de l établissement qui semble ne pas se démentir durant toutes les premières années. Enfin, tout au fond de la salle, se remarque une grande ombre centrale : de quoi peut-il bien s agir? Impossible de le deviner, si une autre vue, de l intérieur n apportait la réponse. La salle. La publicité de 1882 avance trois principaux arguments pour vanter l intérêt de la Brasserie de l Espérance, outre ses marques de bières d Alsace et de Bâle : d abord la contenance de la salle estimée à 500 personnes, ensuite la réalisation de concerts gratuits tous les jours et enfin un jardin ombragé. Comme le laisse entendre le libellé qui entoure l image suivante, il s agit d un leitmotiv : à chaque fois que la publicité évoque le bâtiment il est précisé qu il s y donne «concert tous les jours». L image montre comment le propriétaire de l établissement a pu tenir cette gageure

9 9 Villard a fait les frais d acheter et d installer au fond de son établissement un immense orchestrion de brasserie. Ces instruments mécaniques sont, vers 1880, à rouleaux et se remontent au moyen d une manivelle : les poids redescendant fournissent la force d entraîner les rouages qui actionnent notamment marteaux et archets circulaires ou produisent l air soufflant dans les divers tuyaux. Cette sorte de gigantesque orgue de barbarie perfectionné est capable de rendre la sonorité de la plupart des instruments classiques et surtout ceux, magnifiques, des cuivres. La place qu occupe le formidable engin à l Espérance, le niveau qu il atteint par rapport à la verrière, suggèrent que cet orchestrion devait atteindre au moins cinq mètres de haut et peut-être même six mètres, si tant est que la gravure n accentue pas trop l effet de grandeur.

10 10 Concert-Orchestrion Welte n 4, de 3 m 10 de hauteur Le principal constructeur d orchestrions de l époque est Welte, une grande entreprise allemande qui exporte dans le monde entier. En 1890, Welte fait breveter une invention qui permet de produire de l air comprimé pour faire résonner les tuyaux de l orgue. Cette révolution technique a pour conséquence de démoder les instruments mécaniques des années 1880, que leur taille rendait plus sensibles aux modifications de température comme d humidité, et plus difficile à déplacer ou à conserver. Il ne reste à travers le monde plus que des images des très grands modèles, comme le Mammoth Pneumatic Orchestrion 7, 7 Les deux photos d orchestrions sont tirés de l ouvrage de Q. David Bowers, Encyclopedia of Automatic Musical Instrument, New York, Vestal, 1988 (1972), pp 642 et 645.

11 11 un Welte qui culminait à plus de six mètres de hauteur, fut exposé à Chicago en 1893 et photographié à l Atlantic Garden de New York quelques années plus tard (le lieu et l instrument furent détruits en 1907 dans un incendie). Pour en savoir plus sur l Orchestrion de la Brasserie de l Espérance, j ai consulté plusieurs spécialistes des instruments mécaniques, notamment au Musée Baud à L Auberson (où l on m a signalé la vente mentionnée cidessous), Barnabé du Théâtre de Servion, ainsi que Raymond Jourdan, qui s était occupé d installer un instrument de cette sorte au Collège de Claparède ; tous m ont proposé quelques pistes de réflexion sans pour autant donner de réponse définitive concernant l orchestrion de l Espérance dont la trace paraît aujourd hui perdue. Certains intruments plus petits et généralement plus récents font encore la joie de leurs auditeurs et des collectionneurs qui se les disputent à travers le monde.

12 12 Comme ce Welte Wotan actuellement en vente sur un site spécialisé aux Etats- Unis avec une mise à prix fixée entre un million et demi et deux millions et demi de dollars : il est sans doute un peu plus petit et de trente ans plus jeune que celui de la Brasserie de l Espérance puisqu il a été construit en 1913 et mesure près de 4 m 90 de hauteur, 4 m 25 de large et fait plus d 1m 80 de profondeur. L orchestrion installé par Villard dans sa brasserie a dû constituer, lui-aussi, un fort argument pour attirer la clientèle. Jardin. La troisième particularité plaisante du lieu devait être appréciée une bonne partie de l année : le jardin de la Brasserie. Ce jardin à l ambiance champêtre et bucolique se situe entre ce que sont actuellement la rue de Carouge et la rue Henri Christiné. Dans cet espace où il n y a plus aujourd hui d espace vert, paraissent réjouissantes la simplicité des grandes tables, l atmosphère détendue et surtout bien sûr la scène où joue un

13 13 vrai orchestre d une quinzaine de musiciens, selon ce qu il est possible de compter sur la gravure ; que jouaient-ils? Le programme de l orchestre se retrouve dans les deux seules mentions de Concerts à l Espérance retrouvées sur toutes les années 1880, celles parues dans le quotidien Le Genevois les 23 et 25 juillet Ces suites d extraits d opéras et d airs entraînants sont joués par «un orchestre composé de 15 musiciens» : qu il soit possible de parvenir à ce nombre en comptant les silhouettes gravées sur l image donne confiance dans la fidélité descriptive des trois gravures de ce lieu en 1882.

14 14 Pourquoi deux publicités seulement? Il paraît raisonnable d imaginer qu il s agissait de nouveautés et que les deux concerts annoncés ont probablement marqué la manifestation publique d ouverture du nouveau bâtiment de la Brasserie de l Espérance. N y a-t-il plus eu de concerts semblables par la suite? ou au contraire le lieu marchait-il si fort que quelques affiches suffisaient (sans avoir à payer des encarts dans les journaux)? Je penche pour la seconde option, même si je n ai pour l heure retrouvé, avant le début des années 1890, que des mentions indirectes et postérieures évoquant une régularité des prestations spectaculaires à l Espérance. Pour en revenir au jardin, espace surtout destiné aux beaux jours, quelles étaient les dimensions de cette scène de plein air couverte? Malgré les perspectives flatteuses, et au regard de la façon dont les musiciens sont serrés, il est possible d estimer 3 à 4 m d ouverture pour 2 m 50 à 3 m de profondeur tout au plus. Son propriétaire Villard, puis son successeur, vont monter, démonter, déplacer ce tréteau durant les années suivantes, puis en arriver à la forme d une scène de théâtre fixe. Néanmoins, avant de retracer les principales étapes de cette évolution architecturale de l Espérance, même si l on n a que des indications indirectes de son réemploi fréquent durant les années de la direction Villard, notons déjà que l existence de cette scène dès 1882 constitue le supplément artistique de ce lieu qui se veut d emblée davantage qu un débit de boissons. Villard puis Henriot : scènes et transformations Les archives des Travaux Publics offrent une succession de demandes et de plans qui renseignent sur l évolution du lieu. En février 1885, Villard acquiert en commun avec sa femme une autre parcelle, attenante aux précédentes, et songe aussitôt à s agrandir. Le 2 mars 1885, les architectes Crettet & Comte demandent au Maire de Plainpalais l autorisation de construire un petit hangar dans la propriété de M. Villard et pour son compte. Cette demande est aussitôt préavisée favorablement.

15 15 (accolé de manière décentrée en haut, l ajout de 1885). Trois ans et demi plus tard, le 30 août 1888, Villard et Gonthier architecte demandent l autorisation de construire une annexe à la Brasserie, dans le jardin.

16 16 Le plan de 1888 maintient le style général de verre et de fer pour la légère armature qui, comme les autres constructions réalisées jusque-là, est posée à même le sol, sans dessous. Quant à la construction accolée, en forme de trapèze avec arrondi sur le devant (qui indique sans doute un auvent d entrée), elle est soigneusement isolée du reste de la Brasserie et accessible seulement après un détour par le fond de la nouvelle annexe : Villard fait aménager cet espace avec des perspectives particulières : il espérait probablement y installer une salle de jeux de hasard, comme nous le verrons plus loin. Deux mois plus tard, les 29 et 30 oct. 1888, A. Gonthier architecte, au nom de M. Villard, propriétaire de la Brasserie de l Espérance, route de Carouge, demande l autorisation de transporter la scène d été dans l angle de la propriété formé par la clôture de la Mairie et le chemin communal et de dresser une grille donnant sur ce chemin communal (actuellement rue Christiné). Le plan n en a pas été retrouvé, mais à défaut, un extrait du cadastre de 1870 comportant une quarantaine d années de changements et rachats, permet d identifier le nouvel emplacement de la scène d été. Celle ci se trouve désormais installée sur le losange rouge en haut à droite (n 933 bis).

17 17 À noter encore que le 1 er juillet 1891, la compagnie Industrielle Genevoise d électricité envoie une demande au Conseiller d Etat chargé des Travaux Publics pour installer devant la Brasserie de l Espérance, 1 m 50 sous terre, une conduite d eau sous haute pression et un canal de sortie. En revanche, il n est pas encore fait mention d un passage à l éclairage électrique : à cette date, la technique utilisée est celle de l arc à incandescence, ce qui reste très risqué pour un théâtre. Ensuite, Villard cède ses propriétés sur Plainpalais. Les raisons à cela tiennent peut-être autant à la lassitude qu aux multiples refus des autorités cantonales de lui permettre d exploiter quelques jeux de hasard dans son établissement. Surtout, il a trouvé un repreneur encore plus que lui intéressé par le spectacle. Le 1 er septembre 1891, Eugène Henri Villard vend la Brasserie de l Espérance à Henri Antoine Beaulieu, un Bordelais qui se désigne souvent sous le patronyme plus clinquant de Joseph Antoine Henri Cliquet de Beaulieu, ou sous son nom de scène : Henriot. Cet homme va donner au lieu sa forme d outil de production théâtrale, celle qui, dans les grandes lignes, existe encore aujourd hui. Le 29 janvier 1892, cinq mois à peine après avoir acheté terrains et bâtiments, il réalise la première Revue de Genève : Tout Genève à l Espérance. Sur quel plateau ce spectacle a-t-il été joué? Rien ne l indique. Tout au plus, dans la logique de l époque, peut-on supposer l installation d un tréteau de fortune en fond de salle, comme cela semble d usage sous la direction de Villard. En tous les cas, le spectacle est un succès de quarante-deux représentations. Le genre prend bien et semble répondre à une demande à Genève ; Henriot est incité de la sorte à rééditer l expérience, mais en homme de théâtre autant qu en gestionnaire avisé, il souhaite améliorer les conditions de réalisation. Le 2 novembre 1892, A. Golay (du bureau d architectes Grosset et Golay) s adresse au Maire de Plainpalais pour obtenir l autorisation de bâtir une «annexe attenante à la Brasserie de l Espérance selon plan joint». Ce nouvel ajout a pourtant quelques particularités : d abord, il est construit manifestement

18 18 à la hâte : «si je n ai pas fait la requête plus tôt, c est que je ne voyais pas d importance a élever ce petit bâtiment dans un jardin privé et non au front d une rue ou d un chemin. Veuillez je vous prie Monsieur le Maire m excuser de ce retard, et comptant sur votre obligeance» Il semble donc que la construction a déjà débuté, sans que le maire ait été tenu au courant, mais il faut éviter qu il ne se fâche : on est le 2 novembre et la répétition générale de la deuxième Revue de Genève En ballon! va se dérouler le 31 janvier Heureusement, le maire de Plainpalais va préaviser favorablement, car cette annexe n est rien moins que le nouveau plateau sur lequel va se jouer la deuxième revue. Sur le croquis en coupe du haut, le plan incliné en rouge porte la mention «Plancher de la scène». Les dimensions de cette nouvelle scène, selon les cotes données par les deux croquis ci-dessus, sont de 4 m 30 de profondeur pour environ 5 m. de largeur (ouverture de scène), avec 7 m. mur à

19 19 mur ; en hauteur, l indication de 7 m 35 depuis le sol jusqu au plafond laisse calculer un peu plus de deux mètres sous la scène et une hauteur utile de cinq mètres environ pour cette nouvelle cage de scène. Cette échapée vers le haut servira à créer un effet qui fera le clou du spectacle : l envol du ballon! Une illusion parfaitement machinée selon les souvenirs de l époque, sans doute par l enroulement de la toile du ballon sur un cintre primitif ou un simple tambour au plafond, entraînant la nacelle en hauteur et donnant l illusion de l ascension. Les deux années suivantes, se succèdent avec le même bonheur deux autres revues sur lesquelles il serait trop long d insister ici, quand bien même celle de 1894 fut arrangée par Henri Christiné qui commençait là, à deux pas de la maison où il est né, une carrière de compositeur qui sera brillante à Paris. À l issue de la revue du printemps 1895, le 6 mai, Henriot directeur et propriétaire de ce qui est depuis 1893 environ désigné comme le Casino de l Espérance s adresse au Maire de Plainpalais pour obtenir l autorisation de «faire quelques améliorations, réparations et agrandissements pour la scène du Jardin de l Espérance, (rue de Carouge 42)».

20 20 Les travaux ajoutent «une serre en fer et vitrée derrière la scène de la salle, à la hauteur du toit actuel et venant à niveau de la vieille maison.» Pour «le plancher de la scène», il se propose de l aggrandir de «un mètre devant et deux mètres de chaque côté avec un toit semblable à celui qui existe déjà». L esquisse ci-dessus, le report au plan de 1892 et un simple calcul (seulement 3 m d ouverture pour la scène!) indiquent l inverse : Henriot gagne 2 m. sur le devant (donc un plateau de 6 m 30 de profondeur) et 1 m de chaque côté (passant de 5 m à 7 m d ouverture, utilisant toute la largeur mur à mur). Ainsi que le suggère le caractère approximatif du dessin, ces travaux «seront menés sans entrepreneur ni architecte». Néanmoins, le projet est préavisé favorablement. L amélioration de 1895 vise à donner de l espace pour le jeu et à remplacer les coulisses sur chaque côté en les plaçant derrière la scène grâce à l ajout de cette sorte de véranda perchée à environ 2 mètres au-dessus du sol (pour être de plainpied avec le plateau). Quant à l agrandissement de la scène, on peut estimer que sa taille fait plus que doubler à chaque mue : du tréteau de Villard au fond du jardin en 1882, estimé à 10 m 2, la construction de 1892 passe à 21,5 m 2 et celle de 1895 à 44 m dernière mue marquante. Trois ans plus tard, en 1898, Henriot effectue une dernière grande campagne de transformations. Celles-ci donneront au lieu, dans les grandes ligne, son apparence actuelle, à commencer par la façade. Le 2 juillet 1898, le bureau d Architecte Grosset et Golay adresse au Président du Département des Travaux Publics de Genève la demande d établir une marquise et un balcon dans la façade du Casino de l Espérance (3 plans - croquis joint n 191) et d établir les 2 piliers à une saillie de 10 centimètres sur l alignement et des palissades sur la rue pendant les travaux : la marquise sera en saillie de 2 m sur la rue et mesurera y compris les avants corps 9 à 10 m 2. Le préavis favorable est donné avec rappel que le règlement communal impose une

21 21 hauteur de la marquise à 3 m 40 du trottoir et que les droits pour en réaliser sont fixés à 30 frs le m 2. La reconstruction de 1898 s appuie sur ce qui existait déjà, sans beaucoup remodeler la scène, mais en repensant et unifiant l ensemble désormais comme salle de spectacle.

22 22 Tous les ajouts successifs sont réorganisés autour de la scène et de sa salle et forment un théâtre, avec différentes annexes utiles, soit au public, soit à ceux qui réalisent les spectacles. À droite de ce plan, l extrémité reste encore ouverte : le prolongement suggéré, qui pousse le bâtiment jusqu au chemin communal, (actuellement rue Henri Christiné) est réalisé quelques mois plus tard. En effet le 4 octobre 1898, le bureau d Architecte Grosset et Golay adresse au Président du Département des Travaux Publics de Genève la demande d autorisation de construire une petite dépendance, selon plans annexés, au Casino de l Espérance sur la propriété de M. Henriot. Et le préavis favorable est donné le 5 octobre. Cette dépendance aux allures de chalet, style peut-être inspiré du Village Suisse de l Exposition nationale de 1896 qui s était tenue à deux pas, a dû être bâtie à la fin de l automne Elle achève la période de constitution de ce qui va

23 23 devenir peu après le Casino-Théâtre. Même si des transformations et des améliorations de l outil se font régulièrement encore aujourd hui, la structure de ce lieu de spectacle est pour l essentiel déployée en 1898, seize ans après la construction initiale. L ambition casinotière Revenons à un chapitre particulier dans l histoire de cette salle. Celle qui va lui valoir son nom de Casino. En 1885, trois ans après l érection de l Espérance, le Kursaal de Genève qui domine le Quai du Mont-Blanc ouvre ses portes sur le paysage hautement touristique de la rade et du haut Lac. Cet établissement a pour vocation de fonctionner comme lieu de divertissement, comprenant un casino : il a reçu des autorités genevoises le droit de pratiquer divers jeux de hasard. Ce précédent inspire le patron de la Brasserie de l Espérance. En décembre 1887, Eugène Henri Villard demande l autorisation d installer un jeu de petits chevaux 8 dans la maison qui touche l établissement de l Espérance, mais il essuie un refus. Dans la requête suivante (datée de Genève, le 21 juillet 1888), il rappelle les motifs invoqués par l autorité : «Vous avez bien voulu reconnaître que ma demande était parfaitement justifiée au fond écrit-il au Président du Département de Justice et Police mais dans la forme 8 Petits chevaux : jeu prédécesseur direct de la boule. Sur un plateau mécanique tournent 9 chevaux à casaques différentes, numérotés de 1 à 9. Le gagnant est celui qui s approche le plus de la ligne d arrivée sans la franchir ; le tableau des mises est le même que pour la boule. Le 5 génère le prélèvement.

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

F 3 20.01. Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame

F 3 20.01. Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame F 3 20.01 du 11 octobre 2000 (Entrée en vigueur : 20 octobre 2000) Le CONSEIL D ETAT de la République et canton de Genève, vu l article 40

Plus en détail

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections 1 Une bibliothèque publique est un Etablissement Recevant du Public (ERP) Les réglementations en vigueur prévoient des

Plus en détail

PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014. 1. Préambule. concernant. l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne

PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014. 1. Préambule. concernant. l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014 concernant l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne Au Conseil communal de Lutry Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Nantas. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5

Nantas. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5 Nantas Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges La chambre que Nantas habitait depuis son arrivée de Marseille se trouvait

Plus en détail

UN MOTEUR ÉCONOMIQUE DE PREMIER PLAN POUR LA COURONNE NORD

UN MOTEUR ÉCONOMIQUE DE PREMIER PLAN POUR LA COURONNE NORD GESTION BENOÎT DUMOULIN Dossier régional DEUX-MONTAGNES Benoît Dumoulin, président de GBD Construction UN MOTEUR ÉCONOMIQUE DE PREMIER PLAN POUR LA COURONNE NORD LAURÉATE DU PRIX LES GRANDS BÂTISSEURS

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos Rédigé par : Julie PICHOT TABLE DES MATIERES 1. CHOIX DU STAGE : MAGNUM PHOTOS... 2 2. PRESENTATION DE L ENTREPRISE MAGNUM PHOTOS... 2 2.1 CREATION DE L ENTREPRISE... 2 STATUT JURIDIQUE DE L ENTREPRISE...

Plus en détail

Symposium le joueur excessif et le désendettement

Symposium le joueur excessif et le désendettement Symposium le joueur excessif et le désendettement Le Préposé aux poursuites et sa fonction Le Préposé et les fonctionnaires des Offices sont des officiers publics chargés d organiser le droit de poursuivre,

Plus en détail

SERVICE VIE ASSOCIATIVE DOSSIER DE DEMANDE D ORGANISATION D UNE MANIFESTATION

SERVICE VIE ASSOCIATIVE DOSSIER DE DEMANDE D ORGANISATION D UNE MANIFESTATION E-mail : DOSSIER DE DEMANDE D ORGANISATION D UNE MANIFESTATION Dossier à adresser à : OFFICE DE TOURISME 1 rue St-Exupéry 33112 SAINT-LAURENT-MEDOC 3 mois au minimum Avant la date de la manifestation SUIVI

Plus en détail

L ABBAYE DE FLOREFFE. Imprimé. L ABBAYE DE FLOREFFE, UN TABLEAU DU XVII e SIECLE. Au bout d un couloir, petit dialogue entre Priscus et Expeditus.

L ABBAYE DE FLOREFFE. Imprimé. L ABBAYE DE FLOREFFE, UN TABLEAU DU XVII e SIECLE. Au bout d un couloir, petit dialogue entre Priscus et Expeditus. Imprimé L ABBAYE, UN TABLEAU DU XVII e SIECLE L ABBAYE Au bout d un couloir, petit dialogue entre Priscus et Expeditus. E. C est un original ou une copie? P. Vous êtes souvent étonnés qu un «original»

Plus en détail

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles, un magasin, ou vous souhaitez devenir exploitant d un tel établissement, et vous

Plus en détail

Chaque location fait l objet d un contrat établi par la Mairie sur la base d une requête écrite du locataire.

Chaque location fait l objet d un contrat établi par la Mairie sur la base d une requête écrite du locataire. Règlement des salles de réunions et autres locaux communaux, adopté par le Conseil administratif de Chêne-Bougeries en application de ses compétences découlant de l article 48, lettres a) et v), de la

Plus en détail

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire La Clé informatique Formation Access XP Aide-mémoire Septembre 2003 Définitions de termes Base de données : Se compare à un énorme classeur ayant plusieurs tiroirs où chacun d eux contient des informations

Plus en détail

Logement, logement salubre, logement collectif, pièce d habitation, petit logement individuel

Logement, logement salubre, logement collectif, pièce d habitation, petit logement individuel Permis de INFORMATIONS GÉNÉRALES Un permis de est la décision préalable de l'autorité administrative compétente (la Commune) d'autoriser, pour les petits logements individuels et les logements collectifs,

Plus en détail

Maison et jardins de. Claude Monet. carnet de jeux 5/8. ans. Ce carnet appartient à : ... J ai... ans Date de ma visite à Giverny : ...

Maison et jardins de. Claude Monet. carnet de jeux 5/8. ans. Ce carnet appartient à : ... J ai... ans Date de ma visite à Giverny : ... Maison et jardins de Claude Monet carnet de jeux 5/8 ans Ce carnet appartient à :.............................................................. J ai.................... ans Date de ma visite à Giverny

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

CCI NANTES ST-NAZAIRE. vers une. accessibilité. généralisée. Accès à tout pour tous

CCI NANTES ST-NAZAIRE. vers une. accessibilité. généralisée. Accès à tout pour tous CCI NANTES ST-NAZAIRE vers une accessibilité généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11 février 2005 précise que les conditions d accès des personnes handicapées dans les E.R.P.* doivent

Plus en détail

MYSTÈRES LA LUTTE ENTRE LE BIEN ET LE MAL

MYSTÈRES LA LUTTE ENTRE LE BIEN ET LE MAL MYSTÈRES LA LUTTE ENTRE LE BIEN ET LE MAL Kaouass & Patricia Lo Verde MYSTÈRES La Lutte entre le Bien et le Mal Récit Éditions Persée Consultez notre site internet Éditions Persée, 2015 Pour tout contact

Plus en détail

Les Foires de. Bien se renseigner pour réussir sa foire. Montargis. Contacts

Les Foires de. Bien se renseigner pour réussir sa foire. Montargis. Contacts 2015 Les Foires de Montargis Bien se renseigner pour réussir sa foire Contacts Foire Gastronomique de Printemps La foire gastronomique est LE rendez-vous du printemps depuis bientôt une cinquantaine d

Plus en détail

COMMUNE DE LA COLLE SUR LOUP REGLEMENT LOCAL DE PUBLICITE

COMMUNE DE LA COLLE SUR LOUP REGLEMENT LOCAL DE PUBLICITE COMMUNE DE LA COLLE SUR LOUP REGLEMENT LOCAL DE PUBLICITE juillet 2011 1 ARTICLE 1 : DEFINITIONS > Publicité par affichage : A l exclusion des enseignes et préenseignes, constitue une publicité, toute

Plus en détail

REGLEMENT ET CONDITIONS DE LOCATION DU THEATRE COMMUNAL

REGLEMENT ET CONDITIONS DE LOCATION DU THEATRE COMMUNAL REGLEMENT ET CONDITIONS DE LOCATION DU THEATRE COMMUNAL Article 1 : Toute personne intervenant au nom d une association de fait s engage, à titre personnel, en qualité de locataire du théâtre communal.

Plus en détail

PREAVIS NO 3/2005 BÂTIMENT COMMUNAL AGRANDISSEMENT DES BUREAUX ADMINISTRATIFS ET CREATION D UN APPARTEMENT DE DEUX PIECES

PREAVIS NO 3/2005 BÂTIMENT COMMUNAL AGRANDISSEMENT DES BUREAUX ADMINISTRATIFS ET CREATION D UN APPARTEMENT DE DEUX PIECES Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Par le présent préavis, votre municipalité sollicite l octroi d un crédit de fr. 135'000. destiné à des travaux de transformations dans le bâtiment communal.

Plus en détail

«Guide de connexion à l espace privé et déclaration en ligne sur cnv.fr»

«Guide de connexion à l espace privé et déclaration en ligne sur cnv.fr» «Guide de connexion à l espace privé et déclaration en ligne sur cnv.fr» Page 2 sur 23 PREAMBULE Le CNV a mis en place la déclaration en ligne de la taxe fiscale sur les spectacles de variétés. Ce guide

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

La Missive des Archives N 10. Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883. La poste à cette époque se situait, place de

La Missive des Archives N 10. Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883. La poste à cette époque se situait, place de La poste : La Missive des Archives N 10 Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883 La poste à cette époque se situait, place de l église dans la maison de Monsieur CAROUZET,

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République - 77 340 Pontault-Combault

Plus en détail

parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements

parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements 25 avenue Sainte-Lorette quartier Sainte-Lorette Grasse Dossier IA06001597 réalisé en 2008 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

Maison, puis hôtel de voyageurs, Hôtel-

Maison, puis hôtel de voyageurs, Hôtel- Maison, puis hôtel de voyageurs, Hôtel- Restaurant Bonjour 1 boulevard de Russie 21 rue de la Cité Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA731299 réalisé en 25 Copyrights Copyrights Auteurs Région

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE Guide pratique du particulier Envie de vous lancer dans un projet de construction neuve? Envie d aménager vos locaux ou de modifier votre façade? Vous êtes

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Maison, puis hôtel de voyageurs, HôtelRestaurant Bonjour

Maison, puis hôtel de voyageurs, HôtelRestaurant Bonjour Maison, puis hôtel de voyageurs, HôtelRestaurant Bonjour 1 boulevard de Russie 21 rue de la Cité Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA731299 réalisé en 25 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes,

Plus en détail

PLAN D URGENCE POUR VOTRE ENTREPRISE

PLAN D URGENCE POUR VOTRE ENTREPRISE PLAN D URGENCE POUR VOTRE ENTREPRISE Grâce à un plan d urgence, ou plan de continuité, tout le monde saura ce qu il doit faire si jamais il vous arrive malheur. Ce plan indique à votre liquidateur et(ou)

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues 1 ÉPREUVES COLLECTIVES DURÉE NOTE SUR Compréhension de l oral Réponse à des questionnaires de compréhension

Plus en détail

Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE. OU COMMENT ESSAYER De LA soigner

Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE. OU COMMENT ESSAYER De LA soigner Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE OU COMMENT ESSAYER De LA soigner 1 Patrick VIDAL Au chevet de France Ou comment essayez de la soigner 2 Toute reproduction ou publication partielle, de cet ouvrage est

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée PRÉFET DE LA SARTHE Direction Départementale des Territoires de la Sarthe Sous-Commission Départementale d Accessibilité VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11

Plus en détail

LES MUSÉES ROYAUX DES BEAUX-ARTS SE MOQUENT DU PATRIMOINE DE BRUXELLES!

LES MUSÉES ROYAUX DES BEAUX-ARTS SE MOQUENT DU PATRIMOINE DE BRUXELLES! ATELIER DE RECHERCHE ET D ACTION URBAINES Boulevard Adolphe Max, 55 1000 Bruxelles T. 02/219 33 45 F. 02/219 86 75 info@arau.org Communiqué de presse du vendredi 9 juin 2006 LES MUSÉES ROYAUX DES BEAUX-ARTS

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015)

Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015) Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015) Ce rapport explique comment la politique immobilière de l EPG est concrètement mise en œuvre dans

Plus en détail

Quadrilatère St-Laurent

Quadrilatère St-Laurent Quadrilatère St-Laurent Mémoire présenté à l attention de l Office de consultation publique de Montréal Par Alain Vranderick Juin 2009 Introduction Étant résidant de la grande région métropolitaine de

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014

EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014 Commune de Plan -les-ouates EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014 Message aux membres du Conseil municipal OBJET: Crédit d engagement pour l aménagement d abris pour le stationnement des deux roues Fr. 784'000.-

Plus en détail

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la base

Plus en détail

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2 CHAPITRE OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2.1. CAS GÉNÉRAL L installation d un garde-corps est obligatoire lorsque la hauteur de chute comptée à partir de la zone de stationnement normal (ZSN)

Plus en détail

Vente des immeubles «Auberge de Morcles», «Vieux Collège» et «Sur la Fontaine».

Vente des immeubles «Auberge de Morcles», «Vieux Collège» et «Sur la Fontaine». Commune de LAVEY-MORCLES Préavis de la Municipalité au Conseil communal N 02/2012 Vente des immeubles «Auberge de Morcles», «Vieux Collège» et «Sur la Fontaine». Lavey, le 18 août 2012 Au Conseil communal

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Plan d'aménagement général Partie écrite Règlement sur les bâtisses

Plan d'aménagement général Partie écrite Règlement sur les bâtisses Commune de Käerjeng Localités de Clemency Fingig Plan d'aménagement général Partie écrite Règlement sur les bâtisses Texte coordonné, approuvé en septembre 2013 Extraits 1/5 Art. 7 Secteurs de faible densité

Plus en détail

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre)

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) À l attention de M. Christophe BEAUX, Président Directeur Général de la Monnaie de Paris Les Amis

Plus en détail

La protection des designs

La protection des designs La protection des designs Le design n existe pas seulement pour le plaisir des yeux. Il parle aussi à nos émotions. Il a le pouvoir de conférer à une chose purement utilitaire son caractère unique et précieux.

Plus en détail

Toilettes publiques. Problématiques traitées : FICHE9

Toilettes publiques. Problématiques traitées : FICHE9 Toilettes publiques Les toilettes publiques constituent un maillon essentiel d un réseau piéton, en particulier pour les personnes âgées qui souffrent souvent d incontinence. L absence des WC peut représenter

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de surélévation : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de surélévation : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de surélévation : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République - 77340 Pontault-Combault

Plus en détail

Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1. Rapport de stage. 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille.

Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1. Rapport de stage. 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille. Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1 Rapport de stage Mme Bouverot M. Colin Collège Les Mattons Cap Informatique SARL 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille Page

Plus en détail

Organisation / Gestion du temps

Organisation / Gestion du temps Organisation / Gestion du temps Séquence 3 : La gestion des tâches dans le temps La transition entre le collège et le lycée pose de nombreuses questions. Au collège 1, le premier élément expliquant l échec

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de comble et velux : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de comble et velux : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de comble et velux : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République 77 340 Pontault-Combault

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON II LE STAND ET SON POSITIONNEMENT

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON II LE STAND ET SON POSITIONNEMENT BILAN SALON INTERNATIONAL DE L AGRICULTURE Paris Du 25 février au 04 mars 2012 Le CRT Lorraine a été invité par la Chambre Régionale d Agriculture à participer sur son stand au salon de l agriculture.

Plus en détail

L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité)

L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité) L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité) La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès à tout pour tous» qui implique

Plus en détail

Le commerce électronique (ou e-commerce)

Le commerce électronique (ou e-commerce) Internet est un formidable outil de connaissance, nous avons eu l occasion de le voir et d en parler. Il est également un merveilleux outil de communication. Nous avons déjà vu comment utiliser le Net

Plus en détail

L office juridique commente des décisions actuelles

L office juridique commente des décisions actuelles L office juridique commente des décisions actuelles Heidi Walther Zbinden, avocate, Office juridique, Direction des travaux publics, des transports et de l énergie Les changements dans la procédure d octroi

Plus en détail

Thème 17: Optimisation

Thème 17: Optimisation OPTIMISATION 45 Thème 17: Optimisation Introduction : Dans la plupart des applications, les grandeurs physiques ou géométriques sont exprimées à l aide d une formule contenant une fonction. Il peut s agir

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction Compte-rendu de la réunion publique du 24 novembre 2014 1. Contexte de la réunion publique Une vingtaine de personnes s est réunie à Bordeaux Métropole le 24 novembre 2014 pour prendre connaissance du

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation Ville de Perpignan Direction Générale des Services Techniques Etablissement Recevant du Public Consignes Générales d Exploitation 1- Surveillance de l établissement En présence du public, l établissement

Plus en détail

Un cottage. (en angleterre) Par Catherine Ardouin Photos Bénédicte Ausset

Un cottage. (en angleterre) Par Catherine Ardouin Photos Bénédicte Ausset (en angleterre) Un cottage en open space Sur les ruines d anciennes écuries, l architecte londonien David Kohn a réinventé une maison de 250 m 2, de briques et de bois, entièrement ouverte sur la campagne.

Plus en détail

LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE

LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE Espace Education Art et Culture, 19, rue du Cambout, 57000 METZ, P.W. 2011 03 87 36 01 88 www.espace-eac.fr contact@espace-eac.fr LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE Inaugurée en 1908, œuvre de l architecte

Plus en détail

Les critères d'évaluation

Les critères d'évaluation ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 2 : Construction de logements en dépassement de la hauteur autorisée au PLU LES DEROGATIONS AU DOCUMENT

Plus en détail

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE. Genève, le 25 juin 2013. Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du Moulin à Danses

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE. Genève, le 25 juin 2013. Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du Moulin à Danses Rue du XXXI-Décembre 8 Case postale 3159 1211 Genève 3 Tél.: +41 (0)22 388 77 90 Fax: +41 (0)22 388 77 99 Internet: www.ge.ch/cdc Genève, le 25 juin 2013 Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du

Plus en détail

On a volé La plage de Sainte-Adresse!

On a volé La plage de Sainte-Adresse! On a volé La plage de Sainte-Adresse! par Ana 5e Aza 4e Ahmed 5e Dagman 5e Emilienne 6e Taïmoor 3e Jeudi 5 Mai 2011 08:32 Chapitre 1 Salut! Je m' appelle Séléna, j' ai 16 ans. Les vacances viennent de

Plus en détail

Les Gratte-Ciel : une autre utopie réalisée

Les Gratte-Ciel : une autre utopie réalisée Les Gratte-Ciel : une autre utopie réalisée Nous sommes un groupe de 26 secondes professionnelles (G.A SEN, MRCU). Le mardi 25 septembre nous sommes allés visiter le quartier des Gratte-Ciel à Villeurbanne.

Plus en détail

La mise en location d un logement et le code du logement.

La mise en location d un logement et le code du logement. La mise en location d un logement et le code du logement. Les problème rencontrés. 1) La simple apposition d une affiche «appartement / studio / chambre à louer» permet-elle une visite d initiative par

Plus en détail

Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211. Dispositions générales

Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211. Dispositions générales Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211 Adopté par le Conseil municipal le 20 février 2007 Approuvé par le Conseil d Etat le 27 février 2008 Avec les dernières

Plus en détail

M me Françoise Sorieul Secrétaire M. Jacques Joli-Cœur Conseiller municipal et maire suppléant

M me Françoise Sorieul Secrétaire M. Jacques Joli-Cœur Conseiller municipal et maire suppléant PROCÈS-VERBAL de la huitième assemblée du Conseil de quartier du Vieux-Québec Cap- Blanc colline Parlementaire tenue le 24 septembre 2008, au Palais Montcalm, 995, Place d Youville, salle Café-spectacles,

Plus en détail

Commune d Orbe CP 32 Hôtel de Ville 1350 Orbe T +41 24 442 92 10 F +41 24 442 92 19 greffe@orbe.ch www.orbe.ch

Commune d Orbe CP 32 Hôtel de Ville 1350 Orbe T +41 24 442 92 10 F +41 24 442 92 19 greffe@orbe.ch www.orbe.ch Commune d Orbe CP 32 Hôtel de Ville 1350 Orbe T +41 24 442 92 10 F +41 24 442 92 19 greffe@orbe.ch www.orbe.ch MUNICIPALITE Au Conseil communal 1350 Orbe N/réf. 1783-1800-2045-6081 - PG/cv V/réf. Orbe,

Plus en détail

Commune de Charenton-le-Pont

Commune de Charenton-le-Pont DEPARTEMENT DU VAL-DE-MARNE Commune de Charenton-le-Pont Enquête publique avant la modification du P.L.U. Création du secteur à plan de masse UM2, rue des Carrières et rue de Paris, application des lois

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

dos. 2053 Orbe, le 20 février 2007 Préavis no 21/07 : Demande de crédit pour la réhabilitation du Casino

dos. 2053 Orbe, le 20 février 2007 Préavis no 21/07 : Demande de crédit pour la réhabilitation du Casino MUNICIPALITE D ORBE Secrétariat : tél. 024/442.92.10 fax 024/442.92.19 Hôtel de Ville - 1350 Orbe greffe@orbe.ch Au Conseil communal dos. 2053 Orbe, le 20 février 2007 Préavis no 21/07 : Demande de crédit

Plus en détail

FONDATION DE LA MARQUE LE DIPLOMATE

FONDATION DE LA MARQUE LE DIPLOMATE Le Diplomate France est une marque de vin valorisant une image emblématique de la France, le savoir-faire et l art de vivre. LE DIPLOMATE Le cercle de papier du diplomate se veut être un champ d expression

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Débits de boissons et restaurants. Réglementation. J ouvre mon commerce Formalités et exploitation

Débits de boissons et restaurants. Réglementation. J ouvre mon commerce Formalités et exploitation Débits de boissons et J ouvre mon commerce Formalités et exploitation Ce qu il faut savoir Débits de boissons? Sous cette dénomination, on trouve des établissements aussi divers que les cafés, les bars,

Plus en détail

Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur

Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur 1 1 Réglementation pour la commune de Montfleur L attribution annuelle sera faite par demande écrite

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

L ENTRÉE DES GOURMANDS OPÉRA

L ENTRÉE DES GOURMANDS OPÉRA OPÉRA Le rêve de Charles Garnier ne s est réalisé qu au III e millénaire. L Opéra a désormais son restaurant. Une adresse très contemporaine ouverte à la fois sur l animation des grands magasins et sur

Plus en détail

Projet de budget 2015 : Quels changements en matière de TVA?

Projet de budget 2015 : Quels changements en matière de TVA? Projet de budget 2015 : Quels changements en matière de TVA? Suite au dépôt à la Chambre des Députés, le 15 octobre 2014, du projet de loi (n 6720) concernant le budget de l Etat 2015, certaines clarifications,

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

VERS UNE ACCESSIBILITÉ. généralisée. Accès à tout pour tous

VERS UNE ACCESSIBILITÉ. généralisée. Accès à tout pour tous VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11 février 2005 précise que les conditions d accès des personnes handicapées dans les E.R.P.* doivent être les mêmes que celles

Plus en détail

Petit guide touristique de l Histoire de Beauval.

Petit guide touristique de l Histoire de Beauval. Petit guide touristique de l Histoire de Beauval. Beauval est un quartier situé à l est du centre-ville de Meaux. C est une *cité. Les habitants de Beauval sont des Meldois car ils vivent à Meaux. 1 -

Plus en détail

Créer une carte de visite Avec Open Office Writer

Créer une carte de visite Avec Open Office Writer Introduction Créer une carte de visite Concurrent direct de Microsoft Office, OpenOffice.org est une suite bureautique gratuite. Aujourd hui nous voyons le programme Writer (comparable à Word), c'est-à-dire

Plus en détail

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. THIOLET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 4 Juin 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

Réunion d information ACCESSIBILITÉ. 7 octobre 2015

Réunion d information ACCESSIBILITÉ. 7 octobre 2015 Réunion d information ACCESSIBILITÉ 7 octobre 2015 A ce jour, il n y a pas de délai supplémentaire pour la mise en accessibilité des ERP. Selon la règlementation en vigueur, tous les dossiers devaient

Plus en détail

Le palais des papes. Avignon

Le palais des papes. Avignon Le palais des papes Avignon Le mardi 21 janvier, nous sommes allés visiter le Palais des papes. Nous avons pris le bus. Nous avions nos manteaux car il faisait très froid. Chez nous c est l hiver. Il y

Plus en détail

Festival du numéro de clown Seconde édition Du mercredi 13 au samedi 16 avril 2016 Sous chapiteau, au Parc Paul Mistral à Grenoble

Festival du numéro de clown Seconde édition Du mercredi 13 au samedi 16 avril 2016 Sous chapiteau, au Parc Paul Mistral à Grenoble Suite au succès de la première édition (38 numéros différents proposés, plus de 900 spectateurs sur 4 soirées, et un bonheur chaque fois renouvelé pour les clowns se produisant, ainsi que pour tous nos

Plus en détail

1 QUELQUES DONNÉES DE BON SENS :

1 QUELQUES DONNÉES DE BON SENS : 1 Michel Marec 9 juin 2009 Commission Espaces Publics Conseil de Quartier Bas des Pentes Presqu'île 1 Place d Albon 69001 Lyon T 04 72 00 93 98 michelmarec@numericable.fr Objet : Traversée à vélo de la

Plus en détail

Règlement intérieur de la salle d animation

Règlement intérieur de la salle d animation Règlement intérieur de la salle d animation 1-CONDITIONS GENERALES Le présent règlement a pour objet de définir les conditions d utilisation, de sécurité et de stationnement de la salle d animation de

Plus en détail

Protéger conserver transformer le patrimoine Habiter en ville aux XIXe et XXe siècles jeudi 18 avril 2013. David Ripoll

Protéger conserver transformer le patrimoine Habiter en ville aux XIXe et XXe siècles jeudi 18 avril 2013. David Ripoll Habiter en ville aux XIXe et XXe siècles jeudi 18 avril 2013 David Ripoll Historien de l art, licencié de l Université de Genève. Spécialisé dans l'étude de l architecture et de l urbanisme du XIX e siècle,

Plus en détail

Quality Street Nicolas Chardon

Quality Street Nicolas Chardon La vitrine frac île-de-france, le plateau, paris Quality Street Nicolas Chardon 14.10 22.11.15 Entretien entre Nicolas Chardon et Gilles Baume Gilles Baume : Pour la vitrine, tu proposes un projet contextuel,

Plus en détail