Dangerosité des appareils électroniques de jeu et mesures de protection

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dangerosité des appareils électroniques de jeu et mesures de protection"

Transcription

1 Dangerosité des appareils électroniques de jeu et mesures de protection Jean Leblond, Ph. D. (psychologie) Document d analyse remis au Directeur de santé publique de la Capitale-Nationale Dans le cadre des travaux de rédaction de l Avis de santé publique sur l implantation des salons de jeux au Québec 20 février 2007

2 2 Référence suggérée : Leblond, J. (2007). Dangerosité des appareils électroniques de jeu et mesures de protection. Document d analyse remis au Directeur de santé publique de la Capitale Nationale dans le cadre des travaux de rédaction de l Avis de santé publique sur l implantation des salons de jeux au Québec. Québec, QC. Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 2

3 Présentation du document Ce document, commandé par la Direction de la santé publique de la Capitale-Nationale, a pour objectif d appuyer la réflexion des spécialistes de la santé publique dont le mandat est de maintenir la population en santé à l égard du jeu. L approche est ainsi résolument centrée sur l identification des comportements sains, c est-à-dire des comportements sécuritaires. Le concept de jeu sécuritaire Le concept de jeu sécuritaire consiste à préciser dans quelles limites la population québécoise peut jouer sans craindre de développer une dépendance à l égard du jeu ou d y subir des dommages. Une promotion proactive de la santé permet ainsi d identifier les limites à l intérieur desquelles il est possible de satisfaire, de manière éthique, le désir légitime de la population de jouer en s amusant pleinement. Par des mises en garde, l environnement de jeu doit garantir que la personne est pleinement informée des risques, des moyens de s en prémunir, des mesures curatives ou palliatives disponibles, des difficultés éventuelles à résoudre ou contenir les problèmes de jeu ainsi que de l ampleur des dommages auxquelles elle s expose lorsque les limites sont dépassées. Ce concept contraste radicalement avec le concept de jeu responsable dont l objectif est surtout de dépister l insanité et de tenter de minimiser les méfaits, les dommages. Cette approche intervient trop tardivement dans l évolution des problèmes de jeu. Le rôle de la Santé publique ne doit pas se limiter à celui d ambulancier lorsque la personne est déjà détruite par le jeu. Les critères du jeu sécuritaire Des critères de jeu sécuritaire ont été recherchés. Après avoir inventorié la littérature scientifique, une seule étude a proposé des critères opérationnels, raisonnablement quantifiables, et qui peuvent être facilement compris. Ainsi, une étude complémentaire 1 de l ESCC 2 a tracé des courbes de risque en fonction de la fréquence et de la dépense au jeu. Les auteurs ont alors défini trois critères à l intérieur desquels le jeu peut être considéré comme exempt de problèmes. Ces critères de jeu sécuritaire sont : 1 Currie, S. R., Hodgins, D. C., Wang, J., el-guebaly, N., Wynne, H., & Chen, S. (2006). Risk of harm among gamblers in the general population as a function of level of participation in gambling activities. Addiction, 101, L enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) a été réalisée en 2002 par Statistique Canada. Voir : Statistique Canada. (2002). Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes: santé mentale et bien-être. Document XIF. Ottawa, ON : auteur.

4 Présentation du document - 4 Ne pas jouer plus de 2 ou 3 fois par mois. Ne pas dépenser annuellement au jeu plus de 250 à 500 dollars (ou 500 à 1000 dollars si on inclut les billets de loterie). Ne pas dépenser au jeu plus de 1% du revenu familial brut. Dès que la personne outrepasse un seul de ces critères, elle doit être consciente qu elle s engage dans une zone à risque d autant plus que l écart est grand. Lorsque les écarts vont en s accroissant continuellement, il y a lieu de considérer qu il y a perte de contrôle sur la dépense au jeu. Ces critères ne sont pas définitifs. Des études, spécifiquement dédiées à l identification des critères du jeu sécuritaire, consolideraient l identification du répertoire des comportements à suivre et la précision des seuils. Ces critères peuvent être nuancés, par exemple, en fonction des catégories socioéconomiques, des structures familiales, des activités de jeu ou des régions. Le concept de dangerosité Un autre objectif de ce document a été de répertorier les indices de dangerosité des appareils électroniques de jeu (AÉJ) ainsi que les mesures de protection qui pourraient rendre ces appareils sécuritaires. Avant même de commencer à jouer, il existe des indices de dangerosité des AÉJ parce que ces appareils sollicitent vers la morbidité des processus potentiellement sains. Ce sont l intelligence écologique et l optimisme irréaliste à l égard du danger de développer une maladie. Des croyances erronées quant au hasard se manifestent typiquement, de manière naturelle, chez la plupart des individus. Elles ne sont pas pathologiques. Elles correspondent à un mécanisme d adaptation 3, issu de l évolution humaine, et qui est qualifié d intelligence écologique 4. Dans le hasard, contrairement au monde réel, il n y a pas de relation de cause à effet. Dans un tel contexte, les jeux de hasard sont des environnements artificiels qui posent des pièges exploitant les failles naturelles de cette intelligence écologique. 3 (a) Todd, P. M. (2001). Fast and frugal heuristics for environmentally bounded minds (pp ). Dans G. Gigerenzer et R. Selten (éditeurs), Bounded rationality : the adaptive toolbox. Cambridge, MA : MIT press. (b) Sadrieh, A. et al. (2001). Group report : is there evidence for an adaptive toolbox? (pp ). Dans G. Gigerenzer et R. Selten (éditeurs), Bounded rationality : the adaptive toolbox. Cambridge, MA : MIT press. (c) Martignon, L. (2001). Comparing fast and frugal heuristics and optimal models (pp ). Dans G. Gigerenzer et R. Selten (éditeurs), Bounded rationality : the adaptive toolbox. Cambridge, MA : MIT press. 4 Gigerenzer, G. (2000). Ecological intelligence (pp ). Dans Adaptive thinking : rationality in the real world. New York, NY : Oxford university press. Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 4

5 Présentation du document - 5 Un optimisme irréaliste à l égard de développer des maladies est un concept phare de la psychologie de la santé 5. L absence d optimisme irréaliste conduit à des états dépressifs 6. Lorsqu on est préalablement en santé, il est ainsi naturel de se croire résistant au danger. Par ailleurs, il est évident que la structure des jeux sur AÉJ sollicite une activation des processus mentaux qui ne peut que favoriser une dépendance psychologique à leur égard. Pour jouer, la personne doit accepter de diminuer la portée de ses raisonnements. En effet, le jeu sur AÉJ omet délibérément de préciser des informations cruciales au raisonnement normatif. Dans cette situation, les seuls processus mentaux qui peuvent s activer conduisent essentiellement au développement d automatismes, d une persistance à jouer et au développement d une conscience erronée de la situation. Dès qu une expérience fortuite de gains apparaît comme étant significativement différente du hasard, de fortes illusions de contrôles incitent les joueurs à dépenser de l argent qu ils ne peuvent pas perdre. Il s enclenche alors un surinvestissement dans la dépense au jeu dans l espoir de se refaire, de récupérer des montants qui sont pourtant définitivement perdus. Dès lors, si une aide n est pas apportée, des dommages sévères sont quasiment inévitables. Si la personne n est pas mise en garde contre ce processus pathogène, elle a peu de chance de le réaliser pendant que ce processus s installe. Le jeu pathologique sur AÉJ est particulièrement insidieux parce que ses racines se développent durant une phase gagnante. En effet, le gain significatif est le principal facteur pathogène qui concrétise les illusions de contrôle. Durant cette phase gagnante, la personne a un plaisir réel à jouer, et elle ne subit aucun dommage financier. La conscience du problème de jeu survient ultérieurement lorsque les pertes se sont déjà accumulées, parfois jusqu à l endettement. Dans un tel cas, l épuisement des ressources financières diminue, de manière critique, la capacité de la personne à financer les initiatives qu elle devrait entreprendre pour résoudre son problème de jeu. La «solution» morbide est alors de retourner au jeu dans l espoir d y faire le gros gain qui restaurerait la capacité financière. L expérience de jeu sur AÉJ peut induire une dépendance psychologique, et elle peut conséquemment entraîner des dommages. En particulier, les AÉJ sont des produits dangereux parce qu ils ont la capacité : 5 (a) Weinstein, N. D. (1980).Unrealistic optimism about future life events. Journal of personality and social psychology, 39(5), (b) Weinstein, N. D. (1987). Unrealistic optimism about susceptibility to health problem: conclusions from a community-wide sample. Journal of behavioral medicine, 10(5), (c) Taylor, S. E., & Brown, J. D. (1988). Illusion and wellbeing: a social psychological perspective on mental health. Psychological bulletin, 103(2), Alloy, L. B., & Ahrens, A. H. (1987). Depression and pessimism for the future: biased use of statistically relevant information in predictions for self versus others. Journal of personality and social psychology, 52(2), Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 5

6 Présentation du document - 6 d induire une dépendance pathologique, o et conséquemment de causer des dommages considérables, de capter une dépendance déjà existante à l égard d une autre activité de jeu, o et conséquemment d aggraver les dommages subis par les joueurs déjà excessifs. Ils sont aussi dangereux en raison de l incapacité actuelle des traitements à restaurer un état sain chez tous les utilisateurs qui y ont développé une dépendance pathologique. Des progrès importants ont été réalisés au Québec dans le domaine du traitement cognitif du jeu pathologique. L application à grande échelle témoigne cependant de quelques difficultés qu il reste à résoudre. Qu est-ce qu un appareil électronique de jeu? Les AÉJ englobent tous les appareils permettant de jouer à des jeux de hasard et d argent dont le mécanisme de tirage est électronique. Au Québec, il existe deux catégories d AÉJ. Les machines à sous (MAS) et les appareils de loterie vidéo (ALV). Une nouvelle catégorie fera son apparition dans les salons de jeu, soient les tables de jeu automatisées 7 (TJA). Avant l étatisation des AÉJ en 1993, il existait des appareils de poker vidéo (APV) qui étaient souvent opérés illégalement. Les MAS sont situées uniquement dans les casinos. Leur fonctionnement est soumis à la réglementation des jeux de casinos. Typiquement, les MAS n offrent qu un seul jeu quoique des MAS voisines peuvent offrir une grande variété de jeux. Les ALV sont situés dans les bars ou dans les hippodromes où ils sont opérés par des détaillants privés qui sont titulaires d un permis de la Régie des alcools et des jeux du Québec (RACJ). Afin de vérifier l intégrité des détaillants, les ALV sont reliés en réseau et leur fonctionnement est supervisé à partir d un ordinateur central. Ils offrent plusieurs jeux. Leur fonctionnement est soumis à la réglementation des appareils de loterie vidéo. Les TJA sont de véritables tables de jeu pouvant offrir des jeux de roulette, de cartes et même des simulations de courses de chevaux. Outre l absence de croupier, les joueurs ont la possibilité d y jouer sans que les partenaires de jeu ne puissent porter un jugement sur l habileté ou la compétence d autrui 8. Les mises sont inscrites discrètement sur un écran individuel. Les gains ou pertes ne sont pas davantage connues des partenaires de jeu. Les TJA offrent une discrétion que ne procurent pas les tables de jeu. 7 En anglais, multiplayers games. 8 Faust, F. ( ). New breed of table games. Canadian gaming business, 1(3), Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 6

7 Présentation du document - 7 Les chapitres Le premier chapitre inventorie la dépense au jeu de la population adulte québécoise. Là où c est possible de le faire, la dépense a été analysée en fonction de chaque activité de jeu. La dépense per capita (DPC) et la dépense par joueur (DPJ) sont comparées au second critère du jeu sécuritaire, donc par rapport au seuil d une dépense de 500 dollars annuellement. Le constat qui émerge de cette analyse est que la DPC est un estimateur trompeur de la situation réelle. Selon cette estimateur, la dépense moyenne des Québécois se maintiendrait à l intérieur du second critère du jeu sécuritaire. Mais, tous les adultes québécois ne jouent pas. Lorsque la DPJ est analysée, les dépenses moyennes au jeu, les plus récentes, dans les loteries vidéo ($ 2 146), dans les courses de chevaux $ 1 523) ou dans les casinos ($ 722) dépassent, à elles seules, le second critère du jeu sécuritaire. Comme il s agit d estimations moyennes, de tels montants suggèrent qu une portion considérable des joueurs, à ces activités, éprouvent des problèmes de jeu. Cela est d autant plus préoccupant que la catégorie des joueurs a été définie comme étant n importe quel adulte qui a misé au moins une fois dans l année à cette activité. De nombreux joueurs très occasionnels étaient inclus. Si au lieu de prendre en considération tous les joueurs annuels, la DPJ s était limitée aux joueurs mensuels, c est-à-dire les joueurs réguliers, les estimations moyennes auraient été nettement supérieures. Le second chapitre dresse un portrait des ALV au Canada. Compte tenu que l exploitation des ALV est presque similaire dans les huit provinces canadiennes qui les exploitent, des parallèles intéressants peuvent être fait. De plus, la mise en commun de plusieurs estimations procurent des données statistiques plus stables, plus résistantes aux cas particuliers. Le troisième chapitre traite expressément de la dangerosité des AÉJ. Ceux-ci sont dangereux parce qu ils ont le potentiel de créer de nouveaux joueurs pathologiques, ainsi que la capacité d attirer plus puissamment les joueurs qui sont déjà pathologiques. La dangerosité est constatée de plusieurs façons, dont (a) la prévalence de jeu excessif parmi les joueurs sur AÉJ, (2) le pourcentage de joueurs excessifs qui s intéressent aux AÉJ, (3) la proportion des revenus des AÉJ qui provient des joueurs excessifs, (4) l intensité de la dépense mensuelle sur les AÉJ, (5) l incapacité à faire une autoévaluation correcte de la dépense sur les AÉJ, et (7) le pourcentage des demandes d aide provenant de joueurs accrochés aux AÉJ. Le quatrième chapitre explore la dangerosité croisée qu il y a à rapprocher les AÉJ des hippodromes. On ne doit pas oublier que les courses de chevaux ont un passé trouble avec le jeu pathologique. La relance des courses de chevaux pourrait aussi signifier la relance du jeu pathologique. Ce risque est d autant plus préoccupant que les exemples provenant de d autres juridictions laissent entrevoir que les AÉJ pourraient surtout contribuer à la relance du pari hors course. Dans ce cas, les travailleurs des champs de courses québécois ne seraient pas les gagnants de cette relance du jeu pathologique. Le chapitre cinq modélise le processus pathogène conduisant aux problèmes de jeu. Une stratégie de santé publique implique alors que l on intervienne directement dans le processus pathogène en imposant des modifications structurales aux AÉJ qui sont susceptibles d empêcher que les conditions de déclenchement du jeu pathologique ne surviennent. Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 7

8 Présentation du document - 8 Le chapitre six répertorie et évalue de nombreuses mesures de protection qui ont été explorées de par le monde. Compte tenu que les AÉJ peuvent varier beaucoup d une juridiction à l autre, et que les produits pourraient ne pas être exportables, un accent particulier est mis sur les travaux réalisés au Canada. Enfin, un lexique est proposé afin d aider au développement d un langage commun. Les mesures de protection Les mesures de protection, expérimentées jusqu à présent, visent surtout des aspects qui sont en périphérie du processus pathogène. En ce sens, elles ne peuvent qu avoir des impacts mitigés. Néanmoins, quelques mesures apparaissent souhaitables : La désactivation du bouton d arrêt (ceci est déjà en vigueur). La réduction de la vitesse de jeu (indépendamment de la désactivation du bouton d arrêt). La réduction des heures d accès aux ALV. La fermeture des ALV à minuit a démontré son efficacité. L utilisation d une carte-client uniquement en vue de permettre aux joueurs de définir eux-mêmes des périodes d autoexclusion. Cette carte-client doit alors être obligatoire pour tout le monde en tout temps. D autres mesures pourraient aussi être envisagées après avoir été testées. Une suggestion de la commission Nijpels consiste à concevoir l interface des ALV en fonction de deux soldes. Le premier solde est celui des mises. En début de session, le joueur y insère un montant d argent à partir duquel il puisera ses mises. Le second solde reçoit les lots. Il n est alors pas possible de transférer le montant de ce second solde dans le premier sans provoquer un encaissement global, et donc un arrêt de jeu. Cette mesure peut réduire les occasions de rejouer continuellement les gains sans prendre conscience de l argent qu on y perd. Au lieu de demander au joueur de fixer préalablement la durée souhaitée de la dépense au jeu, il serait préférable qu on lui demande le montant qu il est prêt à perdre. Il manque deux odomètres à l écran des ALV. Le premier doit indiquer au joueur la vitesse de sa dépense au jeu. Le joueur pourrait ainsi évaluer combien lui coûtent 10 minutes de jeu. Le second doit indiquer la vitesse des sets. Dès lors, il serait plus facile au joueur de déceler quand il accélère sa cadence par rapport à son comportement habituel. Dans une vision à plus long terme, il est nécessaire d envisager des mesures qui s attaquent plus directement au processus pathogène. L optimisme irréaliste à l égard du danger de devenir malades des AÉJ doit être contré d une manière nettement plus ferme. Actuellement, la documentation Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 8

9 Présentation du document - 9 donnée au joueur tend plutôt à favoriser cet optimisme irréaliste. Avant même de s initier au jeu, et particulièrement au moment où ils le font, les joueurs doivent être mis en garde contre : o Le risque de développer une dépendance pathologique à l égard des AÉJ en jouant sur les AÉJ. C est beaucoup plus qu une très petite minorité de joueurs qui développent des problèmes sur les AÉJ. En l occurrence, 15% des joueurs annuels sur ALV sont des joueurs pathologiques. En raison de leur durée de jeu plus longue, à chaque instant, la probabilité pour qu un joueur assis en face d un ALV soit un joueur pathologique est de 35%. À travers le monde, environ 46% des revenus tirés des ALV proviennent des joueurs pathologiques. En Alberta, il s agit de 67%. En Nouvelle-Écosse, 53%. o L intensité des dommages possibles. Lorsque les joueurs pathologiques se décident enfin à demander de l aide, ceux-ci ont d importantes dettes de jeu. Leur vie familiale, sociale ou professionnelle est en danger de rupture lorsque cela n est pas déjà fait. Certains joueurs en viennent à commettre des crimes. Certains joueurs se suicident parce qu ils ne voient plus comment s en sortir. o o Les traitements du jeu pathologique ne permettent pas encore de restaurer un état parfaitement sain à l égard du jeu. Il n est pas possible de revenir complètement en arrière. Les mises en garde doivent indiquer quels moyens existent pour se prémunir des dangers et des dommages. Ces moyens doivent avoir été évalués empiriquement. Sans équivoque, il est nécessaire de réduire les occasions de gain significatif sur les ALV. C est le principal facteur pathogène. Cela peut être obtenu en réduisant le taux de remise effectif, paradoxalement en augmentant la taille des lots les plus importants, en imposant une mise minimale plutôt que maximale, en réduisant les occasions de jeu mutliligne, en augmentant les occasions de jeu multicrédit, ou en multipliant les lots de faibles valeur. Il existe de nombreuses manières d y parvenir. Une solution adaptée au marché peut être trouvée. Les croyances erronées sont au jeu pathologique ce que l oxygène est au feu. En soi, elles ne sont pas dangereuses. Elles sont cependant ce qui permet au jeu pathologique de s enflammer. Des cédéroms d information doivent être Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 9

10 Présentation du document - 10 élaborés sur lesquels des simulateurs des jeux disponibles permettraient aux joueurs de tester à la maison les stratégies de contrôle que certains joueurs croient possible. Ces simulateurs personnels n impliqueraient pas d argent. Ainsi, après un gain significatif, le joueur en illusion pourrait faire ses tests sans dilapider ses biens. Un professionnel de la santé, en particulier en ce qui a trait aux pratiques de jeu sécuritaire, doit être présent en tout temps lorsque le public a accès à un salon de jeux. L action de ce professionnel peut s inspirer du protocole d intervention déjà utilisé par les employés de la firme Holland casino qui est déjà le principal consultant de Loto-Québec en matière d établissement de jeu. L ascendance du crime organisé sur le jeu En terminant, dans la perspective de la production d un avis de la Santé publique concernant le projet des salons de jeux, Loto-Québec a requis que soit examiné la menace du développement de marchés gris ou clandestin (appareils illégaux) si ce projet n était pas réalisé tel que proposé. L existence de ces marchés, prétendument contrôlés par des criminels, est la principale justification qui a motivé l étatisation des ALV en juin Depuis, ces marchés illégaux seraient pratiquement inexistants. En examinant l historique des AÉJ, nous n avons retrouvé que des traces minimes du contrôle des AÉJ par des criminels avant L importance de la fuite fiscale est aussi très incertaine. Peu avant l étatisation, les revenus des appareils de poker vidéo (APV) étaient divisés en part égales entre le distributeur et le détaillant. Des montants importants, obtenus par les distributeurs, peuvent avoir échappé au fisc car une infiltration des criminels parmi les distributeurs a été dénoncée. Toutefois, les détaillants étaient vraisemblablement des petits commerçants qui peuvent avoir déclaré à l impôt leur part des revenus. En effet, les trois-quarts des appareils illégaux étaient détenteurs d un permis de la Régie des loteries du Québec. Parce que ces permis existaient, les commerçants ont sans doute déclaré les revenus des APV, du moins au même titre que les revenus de leurs autres activités commerciales. En ce sens, la fuite fiscale est plausiblement nettement en deçà de ce qui était déplorée avant Les utilisateurs des APV n étaient pas en contact direct avec les criminels. Leur sécurité n était pas directement menacée. En fait, les criminels se sont vraisemblablement rapprochés de la clientèle lorsque le gouvernement du Québec a annoncé son intention d étatiser les ALV. En effet, divers groupes rivaux ont alors entrepris d acquérir le contrôle des bars où les ALV pouvaient être implantés. Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 10

11 Chapitre 1 La dépense au jeu de la population québécoise La population québécoise dépense beaucoup dans les jeux de hasard et d argent. Depuis 1970, la dépense totale est d au moins 45 milliards de dollars; ce qui inclut un montant de 36 milliards de dollars dans les seules activités de Loto-Québec. Lorsque la dépense au jeu est répartie parmi l ensemble des adultes québécois, la dépense per capita semble relativement peu élevée. Toutefois, la population participe inégalement aux activités de jeu. Lorsque la dépense per capita est analysée uniquement en fonction du nombre de joueurs, des montants importants surgissent en ce qui a trait aux AÉJ et au pari mutuel. De tels montants moyens ne sont pas réalistes sans qu une portion appréciable des joueurs y éprouve des problèmes de jeu. Tableau 1 Dépense per capita et dépense par joueur à différentes activités de jeu Dépense per capita Dans ce chapitre Activité Année Population (DPC) Joueurs (DPJ) Section Page AÉJ (ALV + MAS + APVi) 1996 $ 84 $ ALV $ 84 $ $ 163 $ $ 183 $ $ 206 $ Bingo charitable $ 11,57 $ $ 10,75 $ Casinos québécois 1996 $ 101 $ $ 127 $ Casinos québécois + ALV $ Figure $ Figure $ Figure $ Figure 3 16 Casinos étrangers 1989 $ 12, $ 25, Loteries $ 150 $ Pari-mutuel 1996 $ 30,67 $ $ 31,24 $ Toutes $ Figure $ Figure $ Figure 3 16

12 Chapitre 1 - La dépense au jeu de la population québécoise - 12 Ce tableau n est pas complet parce que l information nécessaire n est pas toujours disponible. En l occurrence, la dépense sur les MAS n est plus publiée dans les rapports annuels de Loto-Québec. La dépense au bingo et dans les tirages ne sont plus publiées par la RACJ. Il est alors impossible de calculer la dépense per capita. De plus, pour calculer la dépense par joueur, des taux de pénétration annuels doivent être disponibles pour chaque activité. 1.1 Définitions Dans cette annexe, la fréquence et la dépense annuelle au jeu sont inventoriées en fonction des diverses activités de jeu auxquelles la population québécoise a accès. Afin de comparer ces données au second critère du jeu sécuritaire 9, des statistiques per capita 10 sont utilisées. Celles-ci représentent des moyennes pour l ensemble de la population, ce qui inclut les personnes qui ne jouent pas du tout. Afin d abréger le texte, le sigle DPC signifie la dépense per capita par rapport à l ensemble de la population adulte du Québec. Le calcul est simple. Il suffit de diviser la dépense globale au jeu par le nombre de personnes adultes au Québec. Le sigle DPJ signifie plutôt la dépense per capita des seuls joueurs annuels. Il suffit de diviser la DPC par le taux de pénétration annuelle. Ce dernier est le pourcentage de la population adulte qui s est adonnée à une activité de jeu au moins une fois durant l année. C est la DPJ qu il faut comparer au second critère du jeu sécuritaire. Dès lors, des statistiques qui se situent en deçà, mais près de ce critère, reflètent déjà une situation préoccupante. Des statistiques dépassant ce critère suggèrent qu une majorité de joueurs éprouvent des problèmes de jeu, car en général environ la moitié de la population se situe au-dessus ou au-dessous de la moyenne. 1.2 La dépense au jeu globale de la population adulte du Québec La dépense au jeu est l argent perdu 11 par les joueurs. Il s agit des montants misés moins l argent remis aux joueurs sous forme de lots. Cette dépense se répartit dans : 9 Le second critère consiste à ne pas dépenser annuellement au jeu plus de 250 à 500 dollars (ou 500 à 1000 dollars si on inclut les billets de loterie). Voir dans : Currie, S. R., Hodgins, D. C., Wang, J., el-guebaly, N., Wynne, H., & Chen, S. (2006). Risk of harm among gamblers in the general population as a function of level of participation in gambling activities. Addiction, 101, Les estimés de la taille de la population adulte du Québec proviennent du fichier CANSIM produit par Statistique Canada. Ces estimés permettent des comparaisons interprovinciales. 11 À noter que la dépense au jeu n englobe pas les jeux à espérance nulle de gain, par exemple les parties de cartes entre amis. En effet, lorsqu aucun établissement de jeu ne conserve une cote sur les paris, le jeu ne fait que redistribuer l argent parmi les joueurs. À long terme, le hasard distribue les occasions de gain également. Dans les jeux à espérance nulle de gain, lorsqu une personne perd systématiquement, c est en raison d un manque d habileté par rapport aux Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 12

13 Chapitre 1 - La dépense au jeu de la population québécoise - 13 l offre de jeu de Loto-Québec (loteries, casinos, ALV, bingo en réseau), le pari mutuel (hippodromes, salons de pari et Paritel), le bingo des organismes à but non lucratif, les tirages des organismes communautaires ou commerciaux, les casinos charitables (avant 1993), la spéculation boursière, les activités de jeu des nations amérindiennes, l offre de jeu des juridictions étrangères, le jeu sur Internet, et les activités illégales de jeu. La Régie des alcools, des jeux et des courses du Québec (RACJ) a le mandat de surveiller les activités des cinq premiers secteurs de dépense 12, tandis que les cinq derniers secteurs ne rendent aucun compte public des montants obtenus des Québécois. La figure 13 suivante illustre la dépense au jeu de l ensemble de la population québécoise dans les activités surveillées par la RACJ depuis la création de Loto-Québec. Il ne s agit pas d une distribution cumulée. La dépense globale au jeu a dépassé le milliard de dollars durant l année fiscale , et elle a doublé à peine sept années plus tard. Huit autres années plus tard, la dépense au jeu a dépassé les 3 milliards de dollars. En fait, le montant cumulé de la dépense au jeu depuis 1970 est d au moins 45 milliards de dollars 14. partenaires de jeu, et non en raison de la structure de jeu. Dans les jeux à espérance négative de gain, à coup sûr, les joueurs perdent d autant plus qu ils jouent beaucoup. C est la structure de jeu qui en est la cause. 12 Le contrôle de la RACJ sur les casinos est partiel. 13 Bien qu il y ait eu des tirages et des bingos avant l année , aucune donnée n a été répertoriée cette année-là. Parce la RACJ a cessé de les publier après l année , celles-ci sont ensuite manquantes. Après , les données du bingo se limitent à celles du bingo en réseau de Loto-Québec. La donnée du pari mutuel de est manquante. 14 Concernant les bingos et les tirages, les données de la RACJ antérieures à l année ne sont pas prises en compte. Depuis l année , la RACJ ne rapporte plus ces statistiques. Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 13

14 Chapitre 1 - La dépense au jeu de la population québécoise - 14 Figure 1 Dépense annuelle des adultes québécois dans les activités de jeu Milliards $3 Dépense au jeu $2 $1 $ Loteries Casinos Loterie vidéo Bingo Pari mutuel Tirages 1.3 Considération du revenu familial brut Selon le troisième critère du jeu sécuritaire, la dépense annuelle au jeu ne doit pas dépasser 1% du revenu familial brut. Pour illustrer l importance de ce critère, nous avons divisé la dépense au jeu sur les AÉJ 15 (MAS + ALV) dans chaque province canadienne en par le revenu familial médian en Ces valeurs se trouvent en abscisse de la Figure 2. Lorsque mise en relation avec le taux de prévalence du jeu pathologique constaté lors de l étude ESCC de Statistique Canada 17 (en ordonnée), la relation entre les problèmes de jeu et le pourcentage du revenu familial brut dépensé au jeu semble raisonnablement établie. 15 Ces statistiques ont été compilées par la firme KPMG (2004). Canadian gaming highlights Les revenus médians des familles proviennent du fichier CANSIM produit par Statistique Canada. 17 Les taux provinciaux de prévalence du jeu pathologique proviennent du fichier CANSIM XIF produit par Statistique Canada. Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 14

15 Chapitre 1 - La dépense au jeu de la population québécoise - 15 Figure 2 Relation entre le pourcentage du revenu familial dépensé au jeu et les problèmes de jeu au Canada 4,0% ICJE (modéré ou plus) en ,0% 2,0% 1,0% Colombie-Britannique Ontario Québec Île-du-Prince-Édouard Nouveau-Brunsw ick Manitoba Alberta Nouvelle-Écosse Terre-Neuve-et- Labrador Saskatchew an 0,0% 0,0% 0,2% 0,4% 0,6% 0,8% 1,0% 1,2% Dépense per capita (casinos + ALV) / Revenu familial médian en 2002 À noter que la dépense per capita est sousestimée au Manitoba, en Saskatchewan et en Nouvelle-Écosse car les nations amérindiennes, qui y opèrent des casinos, ne sont pas tenues de dévoiler la dépense au jeu. Ces points devraient conséquemment être déplacés horizontalement plus à droite du graphique. C est le cas aussi pour la Colombie-Britannique car la région de Vancouver se situe très près de la frontière de l état de Washington qui dispose d imposants établissements de jeu. Selon cette figure, les Québécois limitent leur dépense au jeu à moins de 0,6% du revenu familial brut. C est en deçà du troisième critère de jeu sécuritaire, bien que cela demeure très élevé pour une moyenne. Un taux de prévalence inférieur à la moyenne canadienne, ou une dépense familiale inférieure, ne révèlent pas nécessairement que l offre de jeu dans une province n est pas dangereuse. Malgré une offre dangereuse, la population peut avoir la sagesse de ne pas s exposer et de répondre à cette offre de jeu. Dans un tel cas, ce n est pas l organisme de jeu qui est responsable d un taux de prévalence inférieur ou d une faible dépense. Conséquemment, il ne peut pas être inféré que la gestion de Loto-Québec est la cause d un taux de prévalence du jeu pathologique, ou d une dépense familiale, qui sont inférieurs à la moyenne canadienne. Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 15

16 Chapitre 1 - La dépense au jeu de la population québécoise Considération de la dépense per capita, tous jeux confondus Dans son premier bilan de responsabilité sociale 18, Loto-Québec indique que les Québécois dépensent annuellement 540 dollars per capita. C est moins que la moyenne canadienne qui est de 642 dollars per capita. Il importe peu que le Québec ait une dépense per capita moindre ou plus élevée. L objectif n est pas d être le Canadien le moins détruit par le jeu. La DPC doit plutôt être comparée au second critère du jeu sécuritaire 19. Au Québec, la DPC, toutes activités de jeu réunies, a dépassé les 500 dollars annuellement depuis l année (voir Figure 3) 20. Figure 3 Évolution de la dépense au jeu per capita $500 $250 $ $140 $ $155 $ $175 $ $ $195 $ $ $214 $263 $ $25 $77 $122 $374 $405 $444 $ $185 $215 $248 $282 $507 $507 $304 $309 $310 $ $ Dépense per capita $ Total Casinos + ALV En comparaison, la dépense au jeu dans les AÉJ (casinos et ALV) a dépassé les 250 dollars depuis l année Il est probable que cette seule source de dépense génère la plupart des problèmes de jeu. Antérieurement à l avènement des casinos et ALV, la DPC se maintenait en deçà de 250 dollars annuellement. L analyse de la dépense per capita révèle ainsi que la dépense au jeu de la population québécoise est très élevée par rapport au second critère du jeu sécuritaire. 18 Voir à la page 30 dans : Loto-Québec. (2005). Bilan de responsabilité sociale : Pour une contribution responsable. Montréal, QC : auteur. 19 Le second critère consiste à ne pas dépenser annuellement au jeu plus de 250 à 500 dollars (ou 500 à 1000 dollars si on inclut les billets de loterie). Voir dans : Currie, S. R., Hodgins, D. C., Wang, J., el-guebaly, N., Wynne, H., & Chen, S. (2006). Risk of harm among gamblers in the general population as a function of level of participation in gambling activities. Addiction, 101, Depuis que la RACJ a cessé de publié les dépenses annuelles au bingo et aux tirages, il n est plus possible de calculer la dépense per capita du total des activités. Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 16

17 Chapitre 1 - La dépense au jeu de la population québécoise L offre de jeu de Loto-Québec La dépense au jeu dans les produits de Loto-Québec est communiquée dans les rapports annuels de cet organisme. Ces produits sont les loteries, les casinos, les appareils de loterie vidéo, le bingo en réseau, ainsi que les loteries multimédia. Les Québécois y ont dépensé depuis 1970 plus de 36 milliards de dollars. Cette dépense au jeu représente une contribution appréciable au budget des dépenses du gouvernement du Québec. Au cours de la dernière décennie, le bénéfice net de Loto- Québec a procuré environ 3% du budget des dépenses de l ensemble du gouvernement (voir Figure 4). Entre et , la contribution de Loto-Québec a surpassé celles d Hydro-Québec et de la SAQ, contribuant dès lors davantage au budget des dépenses. Figure 4 La contribution des bénéfices nets de Loto-Québec, d'hydro-québec et de la SAQ au budget des dépenses du Gouvernement du Québec % du budget de dépense 5% 4% 3% 2% 1% 0% Loto-Québec Hydro-Québec (année civile avant ) SAQ Cette contribution coûte cependant cher aux joueurs. En effet, en , pour que Loto-Québec puisse verser 1 dollar au Fonds consolidé de la province (voir Figure 5), un joueur doit avoir perdu $1,51 aux loteries vidéo, $1,76 aux loteries conventionnelles, $3,46 au casino 21 ou 7,98$ au bingo en réseau (non-illustré). Dans cette figure, il est possible de constater à quel point les casinos sont de plus en plus cher à opérer. Dans la perspective d une réduction des coûts d opération, il est attrayant de considérer l implantation de tables de jeu automatisées dans les salons de jeu. Si les TJA ne font que déplacer une clientèle déjà existante, et qu elles n incitent pas à une dépense accrue chez les joueurs excessifs, cet objectif peut être atteint. Toutefois, l avènement d une nouvelle clientèle, ou un accroissement de la dépense au jeu, pourrait aggraver la situation. Il est souhaitable que les TJA soient l objet d une étude d impact précise quant à la provenance de la clientèle et des fluctuations de la dépense au jeu. 21 Aux jeux du casino ou à ses services de restauration et d hébergement. Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 17

18 Chapitre 1 - La dépense au jeu de la population québécoise - 18 Figure 5 Ce qu'il en coûte aux joueurs pour que Loto-Québec puisse verser 1 dollar au Fonds consolidé du Québec Dépense au jeu / Bénéfice net $4,00 $3,50 $3,00 $2,50 $2,00 $1,50 $1,00 $0,50 $0, Loterie Casinos Loterie vidéo Enfin, il est intéressant de constater que, depuis leur avènement, les ALV sont la source principale, sinon l unique source, de la croissance du bénéfice net de Loto-Québec. Figure 6 Bénéfice net Millions $1 800 $1 600 $1 400 $1 200 $1 000 $800 $600 $400 $200 $0 Répartition du bénéfice net annuel de Loto-Québec Loteries Casinos, restauration et hébergement Loteries vidéo Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 18

19 Chapitre 1 - La dépense au jeu de la population québécoise La dépense dans les loteries Depuis le premier tirage effectué le 14 mars 1970, les Québécois ont dépensé 22 plus de 18 milliards de dollars dans diverses formes de loteries. En , la DPC a été de $ 150. Toutefois, seulement 68,1% de la population adulte a acheté un billet de loterie au moins une fois dans l année (voir Tableau 2) 23. Si on divise la DPC par le taux de pénétration annuelle, on obtient une DPJ égale à $ 220. Ce montant est très près de la dépense moyenne des joueurs rapportée à l occasion de l étude de prévalence de ($ 244, voir Tableau 2). Bien que la dépense dans les loteries continue de croître, celle-ci semble plafonner à un montant représentant environ 150 dollars per capita. Figure 7 Dépense annuelle des adultes québécois dans les loteries Millions $1 000 $750 $500 $250 $ La barre colorée en bleu indique l avènement des appareils de poker vidéo (APVi) illégaux auxquels la RACJ accordait néanmoins un permis. La barre colorée en rouge marque l avènement du casino de Montréal, et la barre en jaune celle des ALV. Puis, la barre colorée en vert indique le début du bingo en réseau. 22 Dans les rapports annuels de Loto-Québec, la dépense dans les loteries équivaut au revenu de Loto-Québec moins les lots retournés aux joueurs. 23 Les données de 1996 proviennent d une actualisation de la seconde étude de prévalence du jeu pathologique au Québec. Voir à la page 253 dans : Leblond, J. (2004). Évaluation de la dangerosité des appareils de loterie vidéo. Expertise déposée au dossier numéro de la Cour supérieure du Québec. L étude originale a été publiée dans : Ladouceur, R., Jacques, C., Ferland, F., & Giroux, I. (1999). Prevalence of problem gambling: A replication study 7 years later. Canadian Journal of Psychiatry, 44, Chevalier, S., Hamel, D., Ladouceur, R., Jacques, C., Allard, D., Sévigny, S. (2004). Comportements de jeu et jeu pathologique selon le type de jeu au Québec en Montréal et Québec, Institut national de santé publique du Québec et Université Laval. Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 19

20 Chapitre 1 - La dépense au jeu de la population québécoise - 20 Tableau 2 Participation de la population québécoise aux loteries Fréquence de jeu Dépense annuelle Année Activité À vie Annuelle Mensuelle Hebdomadaire Moyenne Médiane 1996 Total 93,2% 88,0 % 67,0 % 47,1 % 2002 Total 68,1 % 244 $ 120 $ Loterie traditionnelle Loterie quotidienne Loterie instantanée Loterie sportive 65,3 % 169 $ 104 $ 9,2 % 176 $ 60 $ 37,0 % 98 $ 48 $ 2,4 % 472 $ 96 $ L analyse du revenu annuel des catégories de loterie (voir Figure 8) indique que cette dépense est surtout distribuée dans les loteries à accès direct (Lotto 6/49, Super 7) et à un moindre degré dans les loteries instantanées 25. Figure 8 Revenu annuel des loteries de Loto-Québec Revenu annuel des loteries Millions $1 200 $1 000 $800 $600 $400 $200 $ Loteries à accès direct Loteries traditionnelles Loteries instantanées Pari sportif 25 Appelées plus communément gratteux. Dangerosité des AÉJ et mesures de protection (Jean Leblond, 20 février 2007) - 20

Jeux de hasard juillet 2009

Jeux de hasard juillet 2009 juillet 2009 Les recettes nettes tirées des loteries, des appareils de loterie vidéo (ALV), des casinos et des machines à sous à l extérieur des casinos gérés par l État ont augmenté de façon soutenue,

Plus en détail

Article. Jeux de hasard 2011. par Katherine Marshall

Article. Jeux de hasard 2011. par Katherine Marshall Composante du produit n o 75-001-X au catalogue de Statistique Canada L emploi et le revenu en perspective Article Jeux de hasard 2011 par Katherine Marshall 23 septembre 2011 Statistique Canada Statistics

Plus en détail

Institut national de santé publique du Québec

Institut national de santé publique du Québec POUR UNE PERSPECTIVE DE SANTÉ PUBLIQUE DES JEUX DE HASARD ET D ARGENT Estimation des montants misés par joueur selon le jeu Institut national de santé publique du Québec Novembre 2001 AUTEURS Serge Chevalier

Plus en détail

Annexe technique à la Note Économique

Annexe technique à la Note Économique Annexe technique à la Note Économique «Les effets pervers des taxes sur le tabac, l alcool et le jeu» publiée par l Institut économique de Montréal le 22 janvier 2014 Dans le cadre de la publication d

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Jeux d argent problème de jeu jeu pathologique

Jeux d argent problème de jeu jeu pathologique Tabac, alcool, drogues, jeux de hasard et d argent Àl heure de l intégration des pratiques Jeux d argentd Serge Chevalier Élisabeth Papineau Silo No. 5 Denis Tremblay, 1998 Jeux d argent problème de jeu

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante D-99-49 R-3415-98 6 avril 1999 PRÉSENTS : M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS)

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) Raj K. Chawla La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) est entrée en vigueur en 1991. Contrairement à la taxe sur les ventes des fabricants qu elle a remplacée, laquelle était perçue seulement

Plus en détail

Baisse de la part de marché de la bière

Baisse de la part de marché de la bière Contrôle et vente des boissons alcoolisées, pour l'exercice se terminant le 31 mars 2014 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 4 mai 2015 Au cours de l'exercice se terminant le 31

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

Hausse du prix des hydrocarbures

Hausse du prix des hydrocarbures ISSN 1715-2682 Volume 1, numéro 2 17 août 2005 Hausse du prix des hydrocarbures Impact sur les équilibres financiers du Québec Sommaire 1. L augmentation du prix de l essence à la pompe depuis 1999 s explique

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU RÉSUMÉ Une étude de Tristat Resources commandée par l Institut Broadbent démontre que la majorité des

Plus en détail

À propos des casinos du québec

À propos des casinos du québec À propos des casinos du québec M O N T R É A L C H A R L E V O I X L A C - L E A M Y À propos des casinos du Québec Les casinos du Québec ont rapidement acquis une réputation enviable dans l industrie

Plus en détail

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE Magali Dufour, Ph.D. Faculté de médecine et des sciences de la Santé Natacha Brunelle, Ph.D. Université du Québec à Trois-Rivières Sévrine

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales

Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales Financement municipal : prendre l équité au sérieux Congrès de 2015 de la Fédération canadienne des municipalités Edmonton (Alberta),

Plus en détail

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006 La rémunération des concepteurs en théâtre au Québec de 2004 à 2006 Conseil québécois du théâtre - novembre 2007 Dans le cadre des travaux préparatoires des SECONDS ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

LES MACHINES COLLECTION SAVOIR POUR CHOISIR

LES MACHINES COLLECTION SAVOIR POUR CHOISIR LES MACHINES COLLECTION SAVOIR POUR CHOISIR SAVOIR POUR CHOISIR Si vous aimez jouer aux machines à sous ou aux appareils de loterie vidéo, cette publication est pour vous. Elle pourrait vous aider à limiter

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances

Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec et au ministre des Finances du Canada, lors

Plus en détail

Les cartes de crédit : cinq pratiques déplorables. Allocution d Elise Thériault. Avocate, Service juridique, Option consommateurs

Les cartes de crédit : cinq pratiques déplorables. Allocution d Elise Thériault. Avocate, Service juridique, Option consommateurs cinq pratiques déplorables Allocution d Elise Thériault Avocate, Service juridique, Option consommateurs Montréal, 26 novembre 2009 À l approche des Fêtes, nous souhaitons vous présenter les résultats

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/13/INF/8 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER MAI 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Treizième session Genève, 19 23 mai 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LE RÔLE DES BREVETS

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

La sécurité économique : Caractéristiques des dépenses

La sécurité économique : Caractéristiques des dépenses La sécurité économique : Caractéristiques des dépenses Cette fiche de données sur la sécurité économique analyse les caractéristiques des dépenses au Canada en examinant les aspects suivants : - Les dépenses

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

NOTE D INTERVENTION DE L

NOTE D INTERVENTION DE L NOTE D INTERVENTION DE L Numéro 40/Février 2015 Les fonds de travailleurs au Québec (Fonds de solidarité FTQ, Fondaction CSN) offrent un RÉER qui est assorti d un crédit d impôt en plus de la déduction

Plus en détail

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014 PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015 novembre 2014 4. COMPARAISON DES TAUX D INDEXATION DES RÉGIMES D IMPOSITION QUÉBÉCOIS, FÉDÉRAL ET PROVINCIAUX En 2015,

Plus en détail

LE JEU CHEZ LES JEUNES

LE JEU CHEZ LES JEUNES LE JEU CHEZ LES JEUNES NOTRE POLITIQUE : 19 ANS ET PLUS Le jeu est une option de divertissement pour les adultes. Dans cette perspective, Loto Atlantique s engage à continuer de soutenir les initiatives

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques Projection de la population active du Québec de 2010 à 2030 en fonction de cinq hypothèses d'allongement de la vie active À la demande de la Commission nationale sur la participation

Plus en détail

Jeunes âgés de 15 à 29 ans

Jeunes âgés de 15 à 29 ans P a g e 1 PROFIL DE SEGMENT DE CLIENTÈLE Jeunes âgés de 15 à 29 ans Ontario Avril 2014 P a g e 2 TABLE DES MATIÈRES ACRONYMES... 3 LISTE DES ILLUSTRATIONS... 3 LISTE DES TABLEAUX... 3 À PROPOS DU PROFIL

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes. Consultation pré-budgétaire 2010

Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes. Consultation pré-budgétaire 2010 Consultation pré-budgétaire 2010 Introduction L (AFIC) est heureuse de l occasion de faire cette présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes alors que le Comité entreprend

Plus en détail

Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt?

Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt? Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt? juin 1 Comme ailleurs au pays, les dettes des Québécois ont augmenté beaucoup plus rapidement

Plus en détail

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014 PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015 novembre 2014 PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015 Dépôt légal Novembre 2014

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1 non remboursables pour 2015 1 indépendants affiliés à KPMG non remboursables pour 2015 1 Voir les notes aux pages suivantes. Remb. = crédit remboursable (voir note correspondante). 6 / Fédéral C.-B. Alb.

Plus en détail

LES PROBABILITÉS DE GAINS

LES PROBABILITÉS DE GAINS LES PROBABILITÉS DE GAINS JOUER À DES JEUX DE HASARD La seule chose que tous les jeux de hasard ont en commun, c est que le fait de gagner ou de perdre se fait de façon aléatoire. Même si le rêve de gagner

Plus en détail

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) constituent

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

JEUX PATHOLOGIQUES CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES (Janvier 2007)

JEUX PATHOLOGIQUES CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES (Janvier 2007) JEUX PATHOLOGIQUES CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES (Janvier 2007) Entrée de jeu : «Au Québec, les jeux de hasard et d argent se retrouvent sous différentes formes comme les casinos, les jeux de cartes, les loteries,

Plus en détail

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 :

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 : SOMMAIRE À LA DIRECTION Dans un nouveau sondage mené à l échelle nationale auprès de 3 000 Canadiens par Greenberg Quinlan Rosner Canada pour le compte de l Institut Broadbent, on a posé des questions

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Résumé de recherche Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Robert Ladouceur, Ph.D. 1 Francine Ferland, Ph.D. Christiane Poulin, M.D., M.Sc., F.R.C.P.C.

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l hiver 213-214 Vol. 1.4 13 janvier 214 Des signaux positifs ressortent de l enquête menée cet hiver, notamment en ce qui concerne

Plus en détail

Le poker en ligne et sa réglementation Québec, Canada et ailleurs

Le poker en ligne et sa réglementation Québec, Canada et ailleurs Le poker en ligne et sa réglementation Québec, Canada et ailleurs 10 septembre 2014 Conférences sur le jeu Chaire de recherche sur l étude du jeu Université de Concordia (sera présentée en anglais) Préambule

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs.

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. En tant qu investisseur, vous êtes unique. Vos objectifs financiers, votre situation financière actuelle, votre expérience en matière de placement et

Plus en détail

Gens d affaires immigrants Travailleurs autonomes Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM)

Gens d affaires immigrants Travailleurs autonomes Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM) Documents de recherche de la BDIM 2008 Catégorie économique Pour usage interne seulement Profils des catégories d immigration d après la BDIM 2008 Gens d affaires immigrants Travailleurs Résultats tirés

Plus en détail

Le statut des coopératives au Canada

Le statut des coopératives au Canada Le statut des coopératives au Canada Allocution de Marion Wrobel Vice-président, Politique et opérations Association des banquiers canadiens Devant le Comité spécial sur les coopératives de la Chambre

Plus en détail

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Le maintien de très faibles taux d intérêt depuis la dernière récession incite les ménages canadiens à s endetter

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008

Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008 Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008 2008 Genworth Financial, Inc. Tous droits réservés. Commentaire de spécialiste Les résultats du sondage suivant indiquent

Plus en détail

Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés

Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés XXXIXe Colloque Trois-Rivières, 2011 Robert J. Vallerand, Ph.D., FRSC Ariane St-Louis, M.A. Laboratoire de Recherche sur le Comportement

Plus en détail

Enquête sur la prévalence du jeu au Nouveau-Brunswick de 2014. Ministère de la Santé et ministère des Finances

Enquête sur la prévalence du jeu au Nouveau-Brunswick de 2014. Ministère de la Santé et ministère des Finances Enquête sur la prévalence du jeu au Nouveau-Brunswick de 2014 Ministère de la Santé et ministère des Finances Rapport 27 mai 2015 TABLE DES MATIÈRES Résumé... 5 Contexte de l enquête... 5 Méthodologie...

Plus en détail

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2014 1

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2014 1 non remboursables pour 2014 1 non remboursables pour 2014 1 Voir les notes aux pages suivantes. Remb. = crédit remboursable (voir note correspondante). 6 / Fédéral C.-B. Alb. Sask. Man. 2 Taux d imposition

Plus en détail

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 1 Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 2 Les infrastructure dans l économie Depuis plusieurs années,

Plus en détail

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU L I V R E B L A N C En collaboration avec RÉSUMÉ 2 Ce livre blanc repose sur une étude commandée par Karma Gaming et réalisée par Gaming Insights Group. Les données viennent

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

La dette du Québec et le budget 2015-2016.

La dette du Québec et le budget 2015-2016. Louis GILL Économiste, retraité de l UQÀM (2015) La dette du Québec et le budget 2015-2016. Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, Professeur associé, Université du

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables.

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables. Sommaire Le 18 juin 2003, la Société d'assurance publique du Manitoba («la SAPM») a déposé auprès de la Régie des services publics («la Régie») une demande d'approbation des primes d'assurance-automobile

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Historique de l Enquête sur les avortements thérapeutiques

Historique de l Enquête sur les avortements thérapeutiques Historique de l Enquête sur les avortements thérapeutiques Avant 1969 Le Bureau fédéral de la statistique 1 (appelé aujourd hui Statistique Canada) recueillait des données sur les avortements en provenance

Plus en détail

CHAPITRE 9. Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada

CHAPITRE 9. Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada CHAPITRE 9 Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada Rapport d audit de performance Le présent rapport fait état des résultats d un

Plus en détail

Le coût social du jeu excessif

Le coût social du jeu excessif Le coût social du jeu excessif Jeu et précarité Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu Claude Jeanrenaud Dimitri Kohler Institut de recherches économiques Université de Neuchâtel

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Le taux de retour au joueur, un des facteurs de risque du jeu problématique liés à l'offre de jeu

Le taux de retour au joueur, un des facteurs de risque du jeu problématique liés à l'offre de jeu Le taux de au joueur, un des facteurs de risque du jeu problématique liés à l'offre de jeu 1 JEAN-MICHEL COSTES OBSERVATOIRE DES JEUX 5èmes Assises nationales de la FFA Paris 27 septembre 2012 Plan 2 duction

Plus en détail

DES SOLUTIONS DE PLACEMENT. Portefeuilles NEI Sélect

DES SOLUTIONS DE PLACEMENT. Portefeuilles NEI Sélect DES SOLUTIONS DE PLACEMENT Portefeuilles NEI Sélect Des solutions de placement sophistiquées. Une décision de placement simple. CHEZ PLACEMENTS NEI, NOUS VIVONS DANS LE MONDE RÉEL Nous définissons le

Plus en détail

Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire

Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire de comportement sédentaire Contexte Au cours des dernières décennies, le niveau d activité physique et de condition physique des Canadiennes et Canadiens a diminué. Or, faire régulièrement de l activité

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Principaux enseignements En 2012, les enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la

Plus en détail

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES Document d information Le coût élevé des études retarde l accès des étudiants à l autonomie financière Compte tenu

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Jeux de hasard : miser gros

Jeux de hasard : miser gros Jeux de hasard : miser gros Tableau 1 Dépenses des ménages consacrées aux jeux de hasard Au moins Autres Casinos et un jeu de Loteries loteries/ machines hasard d État tombolas à sous Bingos Pourcentage

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action Titre du projet : Évaluation de la Loi sur les contraventions Centre de responsabilité : Réponse de la direction et Plan d action Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action On devrait

Plus en détail