Ville de VANNES. DSP du Casino. Rapport de présentation (article L du CGCT)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ville de VANNES. DSP du Casino. Rapport de présentation (article L.1411-4 du CGCT)"

Transcription

1 Ville de VANNES DSP du Casino Rapport de présentation (article L du CGCT)

2 La Ville de Vannes a été classée «station de tourisme» par décret en date du 8 juin En application de l article 1 de la loi du 15 juin 1907 sur les casinos, elle peut donc accueillir un établissement de jeux sur son territoire. Le conseil municipal doit, tout d abord, se prononcer en faveur de l existence d un établissement de jeux dans la commune. C était l objet de la délibération n du conseil municipal du 10 février Conformément à l article 3 de l arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos, les communes qui entrent dans le champ d application de la loi du 15 juin 1907 relative aux casinos sont soumises, en cas d ouverture ou de réouverture d un casino, ainsi que lors du renouvellement du cahier des charges, aux dispositions des articles L et suivants du Code général des collectivités territoriales (CGCT), applicables aux délégations de service public. En outre, l article 3 de l arrêté du 14 mai 2007 précise, qu en application de l article L du CGCT, le conseil municipal doit se prononcer par délibération sur le principe même de la délégation au vu d un rapport présentant le document contenant les caractéristiques des prestations que doit assurer le délégataire, et ce après consultation de la Commission Consultative des Services Publics Locaux (CSSPL) et du Comité paritaire (CTP). La CCSPL et le CTP se sont réunis respectivement le 20 janvier Ils ont rendu un avis favorable. Le présent rapport a pour objet de rappeler l étude d impact réalisée, de présenter le montage contractuel confiant les prestations de réalisation et d exploitation au futur délégataire et les principales étapes de la procédure de passation des contrats. Page 2 sur 16

3 I. Etude d impact En application de l article 6 de l arrêté du 14 mai 2007 relatif à l organisation des jeux dans les casinos, le dossier de demande d ouverture d un casino présenté par le futur exploitant au Ministre de l Intérieur (direction des libertés publiques et des affaires juridiques) doit comprendre une étude d impact économique montrant l existence d une demande de jeux non satisfaite et permettant de mesurer les conséquences de l ouverture d un nouvel établissement de jeux sur les casinos voisins existants. La Ville de Vannes a fait réaliser l étude d impact économique visée à l article 6 de l arrêté du 14 mai L étude conclut que l ouverture du casino de Vannes est susceptible d avoir un triple impact. Tout d abord, l ouverture du Casino à Vannes pourrait contribuer de manière positive au développement du projet touristique d aménagement du Parc du Golfe en générant : 1. Un pôle d activité jeux/restaurant/spectacles complémentaire avec d autres équipements, 2. Entre 50 et 100 emplois permanents soit de 2.1 à 4.2 M de masse salariale distribuée, sans intégrer les emplois liés à la réalisation de bâtiments, 3. Des retombées financières pour la commune susceptibles de se situer entre 0.6, et 2 M d par an en vitesse de croisière. Sur ce dernier point, il faut préciser que la Commune peut notamment instituer un prélèvement sur le produit brut des jeux (PBJ) du casino, lequel ne peut, en aucun cas, dépasser 15%. Ce taux de prélèvement varie dans le bassin de Vannes entre 10 et 15% (10% pour Quiberon et Arzon et 15% pour la Trinité-sur-Mer et Carnac). Page 3 sur 16

4 L étude d impact établit deux simulations du prélèvement communal sur le produit brut des jeux de 10% et de 15%, ce qui correspond de manière générale au plus bas et au plus haut niveau de prélèvement des communes sur les casinos. Selon ces taux, le niveau de prélèvement de la commune de Vannes se situerait respectivement: - Pour 2013 : entre et , - Pour 2014 : entre et , - Pour 2015 : entre et Ensuite, il ressort de l étude d impact que le Casino de Vannes peut proposer une offre de jeux en capacité de répondre aux évolutions démographique prévisibles du pays vannetais. Le contexte démographique et socioprofessionnel est favorable et la commune dispose de capacités d hébergement adaptées. Le total de la population attribuable au casino de Vannes est estimé à habitants. Cette population attribuable est toutefois relativement limitée au regard du nombre de casinos et de machines à sous implantés dans la zone de chalandise. L enjeu pour le Casino de Vannes sera de capter, notamment une partie du flux touristique de passage à Vannes pour la période estivale. Enfin, l étude d impact estime que la création d un casino à Vannes va peser sur l activité des casinos existants dans la région (Arzon, la Trinité-sur-Mer, Carnac et Quiberon) et notamment celui d Arzon. Cette ouverture aura un impact sur leur population attribuable. Pour les casinos de La Trinité sur Mer, Carnac et Quiberon, la baisse de la population attribuable serait respectivement de 26,8%, 24,1% et 21%, ce qui constitue une réelle concurrence, de nature à fragiliser leur équilibre économique. Pour le casino d Arzon, la baisse de la population attribuable s élèverait à 40,7%. Les casinos du bassin de Vannes pourraient voir leur Produit Brut des Jeux (PBJ) baisser de 26% en moyenne. Page 4 sur 16

5 Toutefois, l étude d impact précise que le lien n est pas automatique entre la réduction de la population attribuable et la baisse du PBJ, d autres facteurs devant être pris en compte (dynamisme de la commune, croissance démographique et flux touristiques). II. Présentation du montage contractuel proposé Par détermination de la loi du 15 juin 1907 relative aux casinos, notamment son article 2-1, un casino ne peut être exploité en régie par une collectivité. Celle-ci doit, en conséquence, déléguer la gestion du casino à un tiers. Ainsi qu il a été indiqué précédemment, en application de l article 3 de l arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos, la collectivité est soumise, pour la désignation de l exploitant, en cas d ouverture ou de réouverture d un casino, aux dispositions des articles L et suivants relatifs aux délégations de service public. En outre, l article 3.5 de l arrêté du 14 mai 2007 précité relatif au choix du délégataire précise que : «A l issue de son vote, le conseil municipal ou l assemblée délibérante ratifie ou non la proposition du maire et l autorise à signer le contrat de délégation, en l occurrence le cahier des charges et, le cas échéant, la convention portant sur les locaux. Lorsque l immeuble où fonctionne le casino appartient à la commune, le bail intervenu entre la municipalité et l exploitant doit être distinct du cahier des charges. La durée du cahier des charges ne peut excéder 20 ans.» Les dispositions précitées semblent imposer l existence d un cahier des charges et d une convention distincte relative aux locaux. En conséquence, il paraît préférable, en l espèce, de prévoir un montage contractuel soumis aux dispositions des articles L et suivants, qui comporte un cahier des charges et une convention relative à la conception, au financement et à la réalisation des locaux du casino. Page 5 sur 16

6 Ce montage contractuel peut être un bail emphytéotique administratif (BEA), assorti d un cahier des charges non détachable pour l exploitation du casino. II.1 - Bail Emphytéotique Administratif (BEA) II Définition du B.E.A. Le bail emphytéotique administratif constitue une forme particulière de bail emphytéotique de droit commun prévu à l article L du Code rural, en vertu duquel : «Le bail emphytéotique de biens immeubles confère au preneur un droit réel susceptible d'hypothèque ; ce droit peut être cédé et saisi dans les formes prescrites pour la saisie immobilière. Ce bail doit être consenti pour plus de dix-huit années et ne peut dépasser quatre-vingt-dix-neuf ans ; il ne peut se prolonger par tacite reconduction. L article 13 de la loi n du 5 janvier 1988, d amélioration de la décentralisation, codifié à l article L et suivants du Code général des collectivités territoriales, autorise le recours au bail emphytéotique sur le domaine public des collectivités territoriales, en ces termes : «Un bien immobilier appartenant à une collectivité territoriale peut faire l objet d un bail emphytéotique prévu à l article L du Code rural, en vue de l accomplissement, pour le compte de la collectivité territoriale, d une mission de service public ou en vue de la réalisation d une opération d intérêt général relevant de sa compétence. Un tel bail ne peut être conclu même si le bien sur lequel il porte, en raison notamment de l affectation du bien résultant soit du bail ou d une convention non détachable de ce bail, soit des conditions de la gestion du bien ou du contrôle par la personne publique de cette gestion, constitue une dépendance du domaine public, sous réserve que cette dépendance demeure hors du champ d application de la contravention de voirie». Les collectivités peuvent avoir recours au bail emphytéotique administratif (BEA) dans deux hypothèses : Page 6 sur 16

7 - en vue de l accomplissement, pour le compte de la collectivité territoriale compétente, d une mission de service public (BEA mission de service public) - en vue de la réalisation d une «opération d intérêt général» relevant de la compétence de la collectivité territoriale contractante (BEA opération d intérêt général). En l espèce, le B.E.A serait un B.E.A mission de service public, dès lors qu il serait conclu pour l accomplissement de la mission de service public d exploitation du casino. Le B.E.A. et le cahier des charges pour l exploitation du casino forment un ensemble contractuel non dissociable se rattachant aux délégations de Service Public (DSP), avec quelques spécificités, quant à ses caractéristiques générales, par rapport aux concessions de travaux publics et de service public. II Caractéristiques générales du B.E.A. Maîtrise d ouvrage Un emphytéote, dans le cadre d un B.E.A. est, es qualités, maître d ouvrage [CE Sect. 25 février 1994, Sté SOFAP Marignan Immobilier, req. n ]. L emphytéote a donc la responsabilité de la conception, de la construction et du financement de l ouvrage dont la réalisation lui est confiée. Il exerce ses missions et responsabilités de maître d ouvrage privé d un équipement public sous le contrôle de la collectivité locale contractante. Page 7 sur 16

8 Ce contrôle se traduit, par exemple, par l approbation des avant-projets (APS et APD), par des modalités de contrôle des travaux sans intervenir directement dans leur conduite, par la procédure de constat d achèvement la réception étant prononcée entre l emphytéote et les intervenants à l acte de construire (les entreprises contractantes de l emphytéote). Régime des biens Le B.E.A. confère à son titulaire des droits réels sur le domaine public de la collectivité locale bailleresse. Pendant toute la durée du bail, le preneur est propriétaire des ouvrages qu il construit. Le preneur (emphytéote) peut également constituer une hypothèque sur les droits réels qu il détient, afin d apporter une garantie des emprunts contractés à un établissement financier, en application de l article L du CGCT pour le financement des ouvrages objet du bail, avec l accord de la collectivité. Mais ce droit de propriété est très limité, les biens étant affectés à un service public. Ils ne peuvent être ni vendus, ni hypothéqués pour les besoins de leurs financement, qu avec l accord de la commune. Dans le cadre d un B.E.A mission de service public, qui s apparente à une concession de travaux et de service public, les biens peuvent, a priori, être classés de la façon suivante. Les biens immobiliers réalisés dans le cadre du BEA deviennent, de plein droit, la propriété de la collectivité à la fin du contrat. Les biens mobiliers, autres que les matériels de jeux faisant l objet d une réglementation spécifique, peuvent être considérés comme des «biens de reprise», pouvant être rachetés par le nouvel exploitant, lors du renouvellement de la délégation de service public. En revanche, une troisième catégorie de biens, les «biens propres» du délégataire est destinée à rester la propriété de ce dernier en fin de contrat. Page 8 sur 16

9 Durée du B.E.A. La durée d un B.E.A est légalement fixée entre 18 ans et un jour et 99 ans. La convention d exploitation étant, dans un montage global, indissociable du BEA, la durée de celui-ci est la même, soit, dans le cas présent, 20 ans, durée légale maximum d une délégation de service public relative à un casino Régime financier et fiscal Les modes de financement possibles pour la réalisation des équipements dans le cadre d un B.E.A mission de service public sont les suivants : - fonds propres, - quasi-fonds propres, - emprunts, - crédit-bail SOFERGIE, - subventions d'équipement. S agissant du régime fiscal applicable, l emphytéote déduit la TVA sur les charges d investissement, d exploitation et de maintenance au droit commun, mais partiellement, en raison du régime fiscal spécifique des casinos (secteur d activité soumis à TVA et secteur des jeux non soumis). II.2 Cahier des charges pour l exploitation du casino Le cahier des charges est indissociable du B.E.A. Il a le même titulaire et la même durée. Le cahier des charges concerne l exploitation du casino et une partie de la maintenance, celle qui est directement liée à l exploitation. Ce qui recouvre le nettoyage régulier et le petit entretien. Page 9 sur 16

10 III. Caractéristiques des prestations que doit assurer le futur délégataire Les projets de contrats définissent les prestations devant être assurées par le futur délégataire. Ces projets de contrats, qui seront remis aux candidats dans le dossier de consultation, pourront faire l objet de modifications par ces derniers et feront l objet de négociations entre la Ville et ceux-ci. III.1. Bail emphytéotique administratif (BEA) Objet du contrat La Société sera chargée de la conception, du financement et de la réalisation du casino ainsi que de la maintenance et du renouvellement des biens du casino. Mise à disposition du terrain d emprise La Ville mettra à disposition de la Société le terrain d emprise du casino, situé sur le Parc du Golfe (cf. plan ci-joint) : France DOMAINES a été saisi pour évaluer le montant de la redevance qui pourrait être due par le titulaire du B.E.A. ; ce montant fera l objet de propositions de la part des candidats et lors des négociations. Durée La durée du Contrat (B.E.A et cahier des charges pour l exploitation) est de 20 ans. Cette durée est encadrée par l article 3 de l arrêté du 14 mai 2007, qui précise que la durée du cahier des charges ne peut excéder 20 ans. Etudes et travaux Les candidats devront présenter dans le cadre de leur offre, un projet architectural sommaire, ainsi qu un calendrier prévisionnel des études et travaux. Page 10 sur 16

11 Après l entrée en vigueur du Contrat, la Société soumet à la Ville, pour approbation, un avant-projet définitif (APD). Elle exécute les travaux à ses risques et périls. Maintenance et renouvellement des biens La Société assure la maintenance du casino, qui inclut tous les travaux d entretien, de nettoyage, de réparation et de rénovation des biens affectés à l exploitation du casino, y compris les grosses réparations et le renouvellement. Contrôle Sanctions La Ville a un pouvoir de contrôle et de sanction sur la Société. Ce pouvoir implique la possibilité d'appliquer des pénalités en cas de non respect par la Société de ses obligations contractuelles, de procéder à l'exécution d'office et de prononcer sa déchéance (ou résiliation pour faute). En outre, la Société adresse à la Ville, à la fin de chaque trimestre, un rapport d avancement des études et travaux. Des pénalités pourront notamment être appliquées en cas de retard par rapport à une date-clé fixée dans le calendrier général des études et travaux ou en cas de retard dans le commencement des travaux ou la mise en service du casino. Fin du contrat Les cas de fin de contrat sont prévus, dont la résiliation pour motif d'intérêt général, à l'initiative de la Ville. Des clauses sur les effets de l'expiration du contrat et la continuité du service public seront également prévues. A la fin du B.E.A, pour quelque cause que ce soit, le casino deviendra la propriété de la Ville. Page 11 sur 16

12 III.2. Cahier des charges pour l exploitation du Casino Objet du contrat La Société sera chargée de l exploitation, à ses risques et périls de toutes les activités du casino (jeux, animations, restauration). Exploitation La Société doit établir une demande d autorisation d exploitation de jeux au Ministre de l Intérieur. Elle s engage à ce que le casino soit ouvert tous les jours. La Société assure une restauration de qualité dans le cadre du restaurant du casino. La Société doit établir et mettre en œuvre une programmation annuelle de spectacles, événements et manifestations de qualité au casino. La Société assure la garde et la surveillance des locaux de jour comme de nuit. La Société forme son personnel à la «détection des personnes en difficulté de jeu». Clauses financières En application de l article L du Code général des collectivités territoriales, le prélèvement sur le produit brut des jeux au profit de la commune sera perçu chaque année par la Ville, au taux maximum de 15% du produit brut des jeux diminué de l abattement légal. Dans le cadre de leur offre, les candidats doivent présenter les pourcentages qu ils se proposent de reverser à la Commune, ces propositions devant être négociées. Page 12 sur 16

13 Les sommes correspondant aux recettes supplémentaires dégagées au profit des casinos, définies à l article L et D et s. du CGCT sont inscrites à un compte spécial ouvert dans la comptabilité du casino (compte 471). Les candidats doivent proposer le pourcentage des recettes supplémentaires qu ils se proposent de reverser à la Ville, lesquelles doivent être affectées à des travaux d investissement, destinés à accroître ou à améliorer l équipement touristique de la station et à augmenter le pouvoir attractif, en application de l article D du CGCT. Le pourcentage restant sera conservé par la Société et devra être affecté à des travaux d amélioration du casino ou de ses abords. Il sera, en outre, demandé aux candidats de faire des propositions de contributions financières à des manifestations, fêtes, événements, récurrents ou non, organisés par la Ville ou par l Office du Tourisme ou par des associations. Contrôle -Sanctions La Société remet à la Ville chaque année un rapport annuel comportant des données comptables, l analyse de la qualité du service et une annexe sur les conditions d exécution du service public (Article L du CGCT). Des pénalités peuvent être appliquées à la Société en cas de non production du rapport annuel, en cas d interruption totale ou partielle du service et en cas de nonconformité de l exploitation à la réglementation applicable ou de non respect des règles de sécurité. Comité de suivi Il sera institué un comité de suivi comprenant : - 3 représentants de la Ville - 3 représentants de la Société Page 13 sur 16

14 Ce comité sera une instance de consultation et de concertation qui pourra être consulté sur toute question relative à l exécution du contrat. IL se réunira au moins une fois par an. Fin du contrat Les stipulations du B.E.A relatives à la fin du contrat sont applicables au cahier des charges. IV. Etapes de la procédure Le montage contractuel proposé doit faire l objet, sur le plan communautaire, de la procédure de passation des concessions de travaux publics conformément à la directive n 2004/18/CE du Parlement européen et du Conseil du 31 mars 2004 relative à la coordination des procédures de passation des marchés publics de travaux, de fournitures et de services, et, sur le plan national, de la procédure de passation des délégations de service public (art. L et suivants du Code général des collectivités territoriales). Les principales étapes de la procédure de passation sont les suivantes : Vote de principe sur la DSP par le Conseil municipal du 10 février 2012, après avis de la Commission consultative des services publics locaux [CCSPL] et du Comité technique paritaire [CTP] ; avis de publicité préalable au JOUE, au BOAMP, dans un journal professionnel et dans un journal local (février 2012) ; réception des candidatures, ouverture des plis et établissement de la liste des candidats admis à présenter une offre par la commission DSP (avril 2012) ; Page 14 sur 16

15 réception des offres, ouverture des plis, analyse des propositions et avis émis par la Commission DSP sur l'entreprise ou les entreprises avec lesquelles le Maire engagera toutes discussions utiles et négociations (août-septembre 2012*) discussions et négociation du projet de convention par le Maire ou son représentant et un groupe de travail ; transmission du rapport d'analyse des offres et avis de la Commission DSP, du rapport du Maire énonçant les motifs de choix du délégataire et l'économie générale de la convention DSP, du projet de convention et des annexes, aux élus du Conseil municipal ; vote du Conseil (décembre 2012*) sur - l'approbation du choix de délégataire ; - l'approbation des documents contractuels, - l'autorisation donnée au Maire de les signer formalités de publicité et transmission au contrôle de légalité ; signature du B.E.A et du Cahier des charges, formalités de publicité et de transmission au contrôle de légalité ; notification du B.E.A et du Cahier des charges à la Société (décembre 2012*) (* dates prévisionnelles) Page 15 sur 16

16 V Les critères de jugement des offres Les critères de jugement des offres seront les suivants : - Qualité de l offre technique Qualité architecturale intérieure et extérieure du casino et intégration dans l environnement Qualité des installations et équipements Qualité du plan de maintenance et du plan de renouvellement des biens - Qualité de l offre concernant l exploitation du Casino : Diversité et qualité de la programmation annuelle de spectacles, manifestation et évènements Qualité de la restauration proposée Diversité et qualité des actions de promotion et de communication Qualité des actions de prévention proposées en direction des joueurs compulsifs - Qualité de l offre financière Redevance proposée dans le cadre du BEA pour la mise à disposition du terrain d emprise Garanties financières apportées par le candidat pour la construction du casino Engagement relatif à la contribution financière liée au produit brut des jeux (PJB) Engagement relatif à la contribution financière au développement touristique et culturel Engagement relatif à la contribution financière pour le financement des charges liées aux équipements touristiques de la Ville - Qualité de l offre juridique Respect des principes du droit des DSP Respect de la réglementation applicable aux casinos - Qualité de l offre en termes de délais Délais de réalisation des études Délais de réalisation des travaux Accusé de réception - Ministère Date de prévisionnelle l'intérieur d ouverture _02_10_N_12-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 13/02/2012 Publication : 14/02/2012 Pour l'"autorité Compétente" par délégation Page 16 sur 16

MARCHÉS PUBLICS ET AUTRES CONTRATS

MARCHÉS PUBLICS ET AUTRES CONTRATS MARCHÉS PUBLICS ET AUTRES CONTRATS Tous les contrats publics ne sont pas des marchés publics L administration peut conclure des conventions, qui n ont pas pour objet de satisfaire ses propres besoins,

Plus en détail

TITRES D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC DES PERSONNES PUBLIQUES TABLEAU DE SYNTHESE

TITRES D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC DES PERSONNES PUBLIQUES TABLEAU DE SYNTHESE TITRES D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC DES PERSONNES PUBLIQUES TABLEAU DE SYNTHESE 77 BOULEVARD MALESHERBES BP179 75363 PARIS CEDEX 08 TEL. + 33 1 44 90 14 14 WWW.CHEUVREUX-NOTAIRES.FR 1 DUREE

Plus en détail

COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE. Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central

COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE. Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central AMO / 2013 / 201 COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central 04 Septembre 2014 MISSION H 2 O, 13 Rue Victor Hugo, 92240

Plus en détail

NANTES METROPOLE. Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise

NANTES METROPOLE. Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise NANTES METROPOLE Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise RAPPORT DE PRESENTATION SUR LE PRINCIPE DE LA DELEGATION DU RESEAU DE TRANSPORTS

Plus en détail

Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique

Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique La présente circulaire porte sur les contrats qui suivent : 1. Marchés publics Au sens de l article 1 er du code des marchés publics

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé

Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé 1 1. Qu est-ce qu un PPP? 2. Principaux montages en PPP en droit français.

Plus en détail

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux La rédaction des clauses relatives aux biens dans les DSP La question des biens au sein des de délégation de service public nourrit de nombreux contentieux devant le juge administratif. L une des problématiques

Plus en détail

DSP CASINO. CM du 16 septembre 2015

DSP CASINO. CM du 16 septembre 2015 DSP CASINO CM du 16 septembre 2015 Présentation de la DSP et du casino Contrat de DSP signé en janvier 1998 pour 18 ans à compter du 31/12/2002, donc à renouveler en 2020. Contrat qui prévoit la construction

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

Le budget communal : les principes généraux 1

Le budget communal : les principes généraux 1 Le budget communal : les principes généraux 1 G E S T I O N L article 4 du décret n 62-1587 du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique définit le budget comme "l acte par

Plus en détail

I - QU EST-CE QU UN CASINO?

I - QU EST-CE QU UN CASINO? LES CASINOS I - QU EST-CE QU UN CASINO? Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes» : Le spectacle, La restauration Le jeu Sous une même direction L IMPLANTATION I DES CASINOS

Plus en détail

Gestion d une brasserie

Gestion d une brasserie Gestion d une brasserie Délégation de service public simplifiée Objet du service public : Gestion d une brasserie Caractéristiques principales de l ouvrage Une brasserie située dans l enceinte de l aérodrome

Plus en détail

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR Article 1 STATUT DE LA REGIE La régie nommée «Régie du Service Public de l Assainissement Non Collectif de la CINOR»

Plus en détail

CONVENTION DE FINANCEMENT CONCLUE AU TITRE DE LA DESSERTE DE GAZ SUR LA ZONE DE LA VEUVE

CONVENTION DE FINANCEMENT CONCLUE AU TITRE DE LA DESSERTE DE GAZ SUR LA ZONE DE LA VEUVE CONVENTION DE FINANCEMENT CONCLUE AU TITRE DE LA DESSERTE DE GAZ SUR LA ZONE DE LA VEUVE ENTRE LA COMMUNE DE LA VEUVE, ci-après désignée par la «Commune», ayant son siège, rue de Champagne 51 520 LA VEUVE,

Plus en détail

Procédure DSP normale. 1. La décision de principe de la délégation

Procédure DSP normale. 1. La décision de principe de la délégation Procédure DSP normale 1. La décision de principe de la délégation Les assemblées délibérantes des collectivités territoriales, de leurs groupements et de leurs établissements publics se prononcent sur

Plus en détail

Ville de VANNES. Délégation de service public du Casino. Projet de Bail Emphytéotique Administratif (BEA)

Ville de VANNES. Délégation de service public du Casino. Projet de Bail Emphytéotique Administratif (BEA) Ville de VANNES Délégation de service public du Casino Projet de Bail Emphytéotique Administratif (BEA) Entre : - La Ville de Vannes, représentée par M. Le Maire, dûment autorisé par délibération du Conseil

Plus en détail

GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE

GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE : Les organes de l ASA (assemblée des propriétaires, syndicat, président et vice-président) doivent impérativement exercer les attributions

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAISE, LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D ILE-DE-FRANCE A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAISE, LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D ILE-DE-FRANCE A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT : 093 107 066 8 ème section N G/76/05-0749 R Jugement n 05 1627 J du 29 décembre 2005 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAISE, LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D ILE-DE-FRANCE A RENDU LE JUGEMENT

Plus en détail

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 Objet : Demande de subvention Chaufferie bois Conseil Régional du Limousin FEDER DETR Le Maire expose au Conseil Municipal qu'il

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 PLF POUR 2015 - (N 2234) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL N o II-464 (2ème Rect) APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

Mairie de Belloy-en-France

Mairie de Belloy-en-France Mairie de Belloy-en-France CAHIER DES CHARGES Délégation de service public simplifiée pour la gestion et l exploitation de la Micro-crèche de Belloy-en-France Le dossier de présentation du candidat et

Plus en détail

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE CHAPITRE I - CREATION ET DISSOLUTION DE L'AGENCE - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : CREATION DE L AGENCE En application de l'article 32 de la loi n 82-213

Plus en détail

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

Décision n 10-DCC-97 du 30 août 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Groupe Lucien Barrière par la famille Desseigne-Barrière

Décision n 10-DCC-97 du 30 août 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Groupe Lucien Barrière par la famille Desseigne-Barrière RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-97 du 30 août 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Groupe Lucien Barrière par la famille Desseigne-Barrière L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX PROBLEME Les communes sont parfois propriétaires d'un patrimoine important et susceptible de leur procurer des ressources qu'elles doivent gérer selon les

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE Vu le code général des collectivités territoriales et notamment ses articles L.1431-1 à L. 1431-9

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES MINISTERE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DE L'IMMIGRATION MINISTERE CHARGE DE L OUTRE-MER Représenté par son Délégué en exercice CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES

Plus en détail

Objet : - Attribution de la dotation de développement rural (DDR) pour 2004 - Recensement d utilisation des crédits pour 2003.

Objet : - Attribution de la dotation de développement rural (DDR) pour 2004 - Recensement d utilisation des crédits pour 2003. Paris, le 29 mars 2004 DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES FINANCES LOCALES ET DE L ACTION ECONOMIQUE DGCL/FLAE/FL2/DEP 2004/N AFFAIRE SUIVIE PAR Mlle Delphine EGAULT Qualité

Plus en détail

PROJET DE LOI PORTANT NOUVELLE ORGANISATION TERRITORIALE DE LA REPUBLIQUE

PROJET DE LOI PORTANT NOUVELLE ORGANISATION TERRITORIALE DE LA REPUBLIQUE PROJET DE LOI PORTANT NOUVELLE ORGANISATION TERRITORIALE DE LA REPUBLIQUE PRINCIPALES MODIFICATIONS ADOPTÉES EN SEANCE PUBLIQUE CALENDRIER : Orateurs du groupe : A. GENEVARD et H. GAYMARD Date de la CMP

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE () : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES Créés par la loi du 4 janvier 2002, les Etablissements Publics de Coopération Culturelle

Plus en détail

Les observations provisoires retenues par la Chambre vous ont été communiquées par lettre du 5 juin 2001.

Les observations provisoires retenues par la Chambre vous ont été communiquées par lettre du 5 juin 2001. Monsieur le Maire, Dans le cadre d'une enquête nationale interjuridictions portant sur les relations entre les collectivités publiques et les casinos, la Chambre régionale des comptes de Picardie a examiné

Plus en détail

Le SIEM est l'autorité organisatrice de la distribution publique d'électricité sur le territoire de ses communes et EPCI membres.

Le SIEM est l'autorité organisatrice de la distribution publique d'électricité sur le territoire de ses communes et EPCI membres. Si m Syndicat Inurutm ARTICLE 1 - Constitution du syndicat Le Syndicat Intercommunal d'electricité de la Marne a été créé par arrêté préfectoral du 24 décembre 1948. Ses statuts ont fait l'objet de modifications

Plus en détail

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES LE FINANCEMENT DES ACTIVITES SPORTIVES Les collectivités locales peuvent participer au financement des associations sportives, sous certaines conditions.

Plus en détail

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration. Association loi 1901 ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour

Plus en détail

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) :

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : Paris, le 30 mars 2015 LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : UN OUTIL DE FINANCEMENT DES EQUIPEMENTS PUBLICS Le projet urbain partenarial -PUP-, outil de financement des équipements publics, créé en 2009,

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP)

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) Parc national des Ecrins Pouvoir adjudicateur : Monsieur le Directeur du Parc national des Ecrins MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE passé en application de l'article 28 du Code des Marchés publics CAHIER DES

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN

REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN STATUTS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE MOLSHEIM-MUTZIG - 11 ème édition - Délibération N 11-87 du 21 Décembre 2011 SOMMAIRE

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières ( CCAP )

Cahier des Clauses Administratives Particulières ( CCAP ) PREFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE, PREFET DE PARIS Direction de la Modernisation et de l Administration Mission des moyens généraux Bureau des marchés et de la logistique, 75911 PARIS CEDEX 15 pref-marches75@paris.gouv.fr

Plus en détail

Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage

Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage L Agence française de lutte contre le dopage, Vu la loi n 2006-405 du 5 avril

Plus en détail

STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION. Article 1 er

STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION. Article 1 er STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION Article 1 er L établissement dit «fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde», fondé en 2005 a pour

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

MARCHE N 2014.05 MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE RELATIF AU NETTOYAGE DU GYMNASE D AMBLAINVILLE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP

MARCHE N 2014.05 MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE RELATIF AU NETTOYAGE DU GYMNASE D AMBLAINVILLE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP CCP PIECE 2/2 MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES MARCHE N 2014.05 MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE RELATIF AU NETTOYAGE DU GYMNASE D AMBLAINVILLE Mairie d AMBLAINVILLE Place du 11 Novembre

Plus en détail

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER VILLE DE METZ GESTION DES INVESTISSEMENTS PAR AUTORISATIONS DE PROGRAMME ET CREDITS DE PAIEMENT La

Plus en détail

Service Communication Centre culturel des Carmes - 8 place des Carmes 33210 LANGON 05 56 76 55 46 @ communication@langon33.fr

Service Communication Centre culturel des Carmes - 8 place des Carmes 33210 LANGON 05 56 76 55 46 @ communication@langon33.fr PERSONNE PUBLIQUE CONTRACTANTE : COMMUNE DE LANGON 14 allées Jean Jaurès 33210 LANGON PERSONNE RESPONSABLE DU CONTRAT : Monsieur Philippe PLAGNOL, Maire de Langon OBJET DU CONTRAT : Réalisation et impression

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR

Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR Réunion du 13 mai 2011, de l Observatoire Régional des Transports de Midi-Pyrénées Plan de l intervention 1) Rappel des principes

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE»

STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE» STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE» TITRE I : FORMATION, OBJET ET COMPOSITION Article 1.1 : Dénomination Il est formé entre les soussignés adhérents aux présents statuts une Association régie par

Plus en détail

Section I : Autorité délégante et adresse. Section II : Objet de la délégation de service public

Section I : Autorité délégante et adresse. Section II : Objet de la délégation de service public Annonce légale DELEGATION DE SERVICE PUBLIC «AMENAGEMENT ET EXPLOITATION D'UN KIOSQUE DANS LE CADRE D'UN SOUS-TRAITE D'EXPLOITATION, SOUS FORME D'AFFERMAGE KIOSQUE N O 3 LES DAUPHINS» Section I : Autorité

Plus en détail

CNP Assurances. Modalité d application Code des Marchés publics du 1 er août 2006

CNP Assurances. Modalité d application Code des Marchés publics du 1 er août 2006 CNP Assurances Modalité d application Code des Marchés publics du 1 er août 2006 Code des Marchés publics du 1 er août 2006 Depuis août 2006, les collectivités territoriales et leurs établissements publics

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE COMMUNE DE CERILLY N codique : 003 015 048 Département : Allier Trésorerie de Cérilly-Ainay-Le-Château Exercices 2004 et 2005 Audience publique du 9 juin 2010 Lecture

Plus en détail

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature.

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. Direction des Finances Direction de l Urbanisme 2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. PROJET DE DÉLIBÉRATION

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication Département de l'information et de la Communication

Ministère de la Culture et de la Communication Département de l'information et de la Communication Ministère de la Culture et de la Communication Département de l'information et de la Communication CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Mise à disposition d une plateforme de veille sur Internet

Plus en détail

JORF n 0148 du 26 juin 2008. Texte n 2. LOI LOI n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail (1) NOR: MTSX0805954L

JORF n 0148 du 26 juin 2008. Texte n 2. LOI LOI n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail (1) NOR: MTSX0805954L Le 20 janvier 2011 JORF n 0148 du 26 juin 2008 Texte n 2 LOI LOI n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail (1) NOR: MTSX0805954L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,

Plus en détail

INFORMATION DES ÉLUS ISSUS DES SCRUTINS DES 23 ET 31 MARS 2014. Réunion du 14 AVRIL 2014

INFORMATION DES ÉLUS ISSUS DES SCRUTINS DES 23 ET 31 MARS 2014. Réunion du 14 AVRIL 2014 INFORMATION DES ÉLUS ISSUS DES SCRUTINS DES 23 ET 31 MARS 2014 Réunion du 14 AVRIL 2014 PROGRAMME 08h45 : introduction par M. G.Lambert, préfet de la Lozère et J. Blanc, président de l association des

Plus en détail

Fiche 6. Notions clés sur la préparation du conseil municipal

Fiche 6. Notions clés sur la préparation du conseil municipal Fiche 6 Notions clés sur la préparation du conseil municipal Chaque séance du conseil municipal doit faire l objet d un processus rigoureux de préparation, car un manquement aux formalités légales de préparation

Plus en détail

FORMA TECH. Programme de formation Code des Marchés Publics 2009 Durée : 5 JOURS. Programme de formation

FORMA TECH. Programme de formation Code des Marchés Publics 2009 Durée : 5 JOURS. Programme de formation Programme de formation Code des Marchés Publics 2009 Durée : 5 JOURS Objectifs : Intégrer rapidement les connaissances indispensables en droit des marchés publics. Rédiger les documents de consultation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 5 Circulaires de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse Signalisation des circulaires du 1er janvier au 31

Plus en détail

Cahier des clauses administratives particulières. Marché de prestations de services Marché Assurances. Commune de COUX. Numéro du marché : 2014_002

Cahier des clauses administratives particulières. Marché de prestations de services Marché Assurances. Commune de COUX. Numéro du marché : 2014_002 Cahier des clauses administratives particulières Marché de prestations de services Marché Assurances Commune de COUX Numéro du marché : 2014_002 CCAP-n 2014_002, Assurances 1 / 13 Sommaire 1. Objet du

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH ENTRE LES SOUSSIGNES La Communauté de l Agglomération Havraise (CODAH), 19 rue Georges Braque

Plus en détail

ORCHESTRE NATIONAL D ILE DE FRANCE, ci-après dénommée «l Orchestre» Le siège social est fixé au 19, rue des écoles, 94140 Alfortville.

ORCHESTRE NATIONAL D ILE DE FRANCE, ci-après dénommée «l Orchestre» Le siège social est fixé au 19, rue des écoles, 94140 Alfortville. Association déclarée le 31 juillet 1973 sous le numéro 1258 à la Sous-Préfecture de Palaiseau régie par la Loi du 1 er juillet 1901 STATUTS I - But et composition de l Association Article 1er - Forme Il

Plus en détail

PROCÉDURE ADAPTÉE N 03.14

PROCÉDURE ADAPTÉE N 03.14 DEPARTEMENT DE LA SOMME ARRONDISSEMENT DE PERONNE MAIRIE DE NESLE Place du Général Leclerc Tél : 03.22.88.49.70 Fax :03.22.88.49.78 http://www.ville-nesle.fr/ PROCÉDURE ADAPTÉE N 03.14 AIDE A LA MAITRISE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MAITRE D'OUVRAGE OBJET DE LA CONSULTATION : EXPLOITATION D UNE MICRO-CRECHE à DOMESSARGUES (30250)

CAHIER DES CHARGES MAITRE D'OUVRAGE OBJET DE LA CONSULTATION : EXPLOITATION D UNE MICRO-CRECHE à DOMESSARGUES (30250) CAHIER DES CHARGES MAITRE D'OUVRAGE OBJET DE LA CONSULTATION : EXPLOITATION D UNE MICRO-CRECHE à DOMESSARGUES (30250) Date limite de réception des offres : 1 er septembre 2015 à 17 h. Le dossier de présentation

Plus en détail

CONVENTION POUR UN GROUPEMENT DE COMMANDES

CONVENTION POUR UN GROUPEMENT DE COMMANDES CONVENTION POUR UN GROUPEMENT DE COMMANDES ENTRE LA VILLE DU HAVRE ET LA COMMUNAUTE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE TRAVAUX DE REPROGRAPHIE TRAVAUX DE PHOTOGRAVURE IMPRESSION D AFFICHES IMPRESSION & FOURNITURE

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES MAITRE D'OUVRAGE Date limite de réception des offres : 16 octobre 2015 à 12 h. OBJET DE LA CONSULTATION MARCHE D ASSURRANCE VILLE DE SEES Sommaire Article

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 REGLEMENT INTERIEUR DES PROCEDURES ADAPTEES Article 28 du Code

Plus en détail

CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION

CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION Société Publique Locale SPL-Xdemat (SPL) 1/9 ENTRE La Collectivité dont le numéro SIRET est, Indiquez ci-dessus le

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Marché en procédure adaptée passé en application Des articles 28-I-2 ème alinéa et 40-II du Code des Marchés Publics Décret du 7 janvier 2004 REGLEMENT DE LA CONSULTATION

Plus en détail

MARCHÉ D IMPRESSION DES EDITIONS POUR L ANNÉE 2016

MARCHÉ D IMPRESSION DES EDITIONS POUR L ANNÉE 2016 Marché public de services Marché à procédure adaptée OFFICE DE TOURISME DE CARCASSONNE 28 Rue de Verdun CS 60032 11890 CARCASSONNE CEDEX Tél. : 04 68 10 24 30 E-mail : direction@carcassonne-tourisme.com

Plus en détail

Rédaction du Journal du Parc naturel régional Livradois-Forez Mission d appui à la conception et à la réalisation

Rédaction du Journal du Parc naturel régional Livradois-Forez Mission d appui à la conception et à la réalisation Rédaction du Journal du Parc naturel régional Livradois-Forez Mission d appui à la conception et à la réalisation MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE (ARTICLE 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS) CAHIER DES CLAUSES

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana- Fandrosoana. LOI n 2006-031. fixant le régime juridique de la propriété foncière privée non titrée

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana- Fandrosoana. LOI n 2006-031. fixant le régime juridique de la propriété foncière privée non titrée REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana- Fandrosoana LOI n 2006-031 fixant le régime juridique de la propriété foncière privée non titrée EXPOSE DES MOTIFS La Loi n 2005-019 du 17 octobre 2005

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE

MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE DEPARTEMENT D INDRE ET LOIRE Mairie De Saint-Roch MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES (CCAP) Article 1 Objet de la consultation Article 1.1

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 143 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 1 er décembre 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à lutter contre les «marchands de sommeil»,

Plus en détail

NOTE D ACTUALITE (septembre 2013) SUR LES DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC DES CASINOS

NOTE D ACTUALITE (septembre 2013) SUR LES DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC DES CASINOS NOTE D ACTUALITE (septembre 2013) SUR LES DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC DES CASINOS NB : Cette Note a pour objectif de retracer les dernières évolutions jurisprudentielles, réglementaires et fiscales en

Plus en détail

CONVENTION APPEL A PROJETS RECHERCHE 2012 PROJET

CONVENTION APPEL A PROJETS RECHERCHE 2012 PROJET Convention n : CONVENTION APPEL A PROJETS RECHERCHE 2012 PROJET Entre L Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM), 143-147, boulevard Anatole France - 93285 SAINT-DENIS

Plus en détail

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en neuf pages jointes à cette lettre de transmission.

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en neuf pages jointes à cette lettre de transmission. Par lettre du 18 septembre 2000, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion de votre commune, conformément à la procédure contradictoire

Plus en détail

TAXE DE SÉJOUR AU RÉEL MODE D EMPLOI

TAXE DE SÉJOUR AU RÉEL MODE D EMPLOI TAXE DE SÉJOUR AU RÉEL MODE D EMPLOI Communauté de communes Pays de Forcalquier-Montagne de Lure Boulevard des Martyrs 04300 Forcalquier Tél : 04.92.75.33.21 Retrouvez toutes les informations dont vous

Plus en détail

Les modes de gestion du service public de chauffage urbain. ALE LYON le 27 octobre 2009

Les modes de gestion du service public de chauffage urbain. ALE LYON le 27 octobre 2009 Les modes de gestion du service public de chauffage urbain ALE LYON le 27 octobre 2009 LA NOTION DE SERVICE PUBLIC DE CHAUFFAGE URBAIN «Le chauffage urbain consiste, à partir d'une ou de plusieurs centrales

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

CIRCULAIRE CDG90 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE CIRCULAIRE CDG90 07-13 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis. Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC

DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC Convention d exploitation d une fourrière de véhicules à moteur pour la commune de Baziège LES INTERVENANTS Convention conclue entre les soussignés: D une part, la commune

Plus en détail

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 Direction Générale Finances et Gestion Pôle Contrôle de Gestion Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 S.E.M. NANTES-métropole GESTION EQUIPEMENTS (N.G.E.) - 1) Camping Val du Cens, salons Mauduit,

Plus en détail

Rédiger STATUTS DE L ASSOCIATION

Rédiger STATUTS DE L ASSOCIATION Nouspublionsci-dessousle modèlede statutstypes élaborésparle Conseild État, et publiés par le ministère de l Intérieur. Ce modèle est proposé aux associations qui sollicitent la reconnaissance d utilité

Plus en détail

-Un certain nombre de contrats, très réglementés, sont proches de la VEFA. Même s ils

-Un certain nombre de contrats, très réglementés, sont proches de la VEFA. Même s ils Il peut exister d autres documents d urbanisme qui édictent des règles spécifiques applicables à une zone particulière : zones de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (devenues les

Plus en détail

PROJET DE RENATURISATION DU MARAIS DE LAGNEUX. Marché de maîtrise d œuvre. Cahier des Clauses Administratives Particulières

PROJET DE RENATURISATION DU MARAIS DE LAGNEUX. Marché de maîtrise d œuvre. Cahier des Clauses Administratives Particulières COMMUNE DE YENNE - Mairie Place Charles Dullin - 73 170 Yenne T:04.79.36.70.48 / F:04.79.36.64.42 Email: yenne.mairie@wanadoo.fr PROJET DE RENATURISATION DU MARAIS DE LAGNEUX Marché de maîtrise d œuvre

Plus en détail

DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES REMONTEES MECANIQUES ET DES PISTES DE SKI CAHIER DES CHARGES VALANT PROJET DE CONTRAT

DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES REMONTEES MECANIQUES ET DES PISTES DE SKI CAHIER DES CHARGES VALANT PROJET DE CONTRAT Communauté de Communauté de Communes de la Vallée de l Ance DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES REMONTEES MECANIQUES ET DES PISTES DE SKI CAHIER DES CHARGES VALANT PROJET DE CONTRAT 1 Sommaire PREAMBULE...

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières Ville de Cysoing Hôtel de Ville 2, place de la République BP 67 59830 CYSOING Tél : 03.20.79.44.70. Fax : 03.20.79.57.59. 2012-08 VERIFICATION ET MAINTENANCE DES SYSTEMES DE SECURITE DES E.R.P. DE LA VILLE

Plus en détail

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER TITRE III REGLEMENT FINANCIER 59 Chapitre I : Les intervenants Article 1 : Le bureau Le bureau vote les budgets initiaux de fonctionnement et d investissements avant leur soumission à l accord du Comité

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières COMMUNE DE LODEVE LOT UNIQUE DROITS STATUTAIRES

Cahier des Clauses Administratives Particulières COMMUNE DE LODEVE LOT UNIQUE DROITS STATUTAIRES MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Cahier des Clauses Administratives Particulières Personne publique : COMMUNE DE LODEVE Objet du marché : PRESTATION DE SERVICE D'ASSURANCE LOT UNIQUE

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION

DEMANDE DE SUBVENTION DEMANDE DE SUBVENTION FONDS NATIONAL D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE REGION : Centre Département : CHER (18) INFORMATIONS CONCERNANT LE PROJET Intitulé du projet et résumé de l objet :.....

Plus en détail

La Lettre de l Et@t en Dordogne 10 juillet 2015

La Lettre de l Et@t en Dordogne 10 juillet 2015 10 juillet 2015 Edito Cette nouvelle lettre de l Etat est spécifique et a pour thème : La Commune Nouvelle. Elle a pour objectif d expliquer ce qu est cette entité territoriale, de vous présenter les modalités

Plus en détail

CAHIER DES PRESCRIPTIONS SPECIALES

CAHIER DES PRESCRIPTIONS SPECIALES Université Sidi Mohammed Ben Abdellah Faculté de Médecine et de Pharmacie Fès CAHIER DES PRESCRIPTIONS SPECIALES CONTRAT N /2012 Appel d'offres ouvert n 07/2012 Gestion déléguée d un centre de photocopie

Plus en détail

FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire

FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire L article 67 de la loi de finances pour 2015 procède à une refonte d ampleur de la taxe de séjour et de la

Plus en détail

Les relations fin a n c i è re s e n t re les collectivités t e rritoriales et les clubs sport i f s

Les relations fin a n c i è re s e n t re les collectivités t e rritoriales et les clubs sport i f s Les relations fin a n c i è re s e n t re les collectivités t e rritoriales et les clubs sport i f s Guide pratique de l'élu 3 9 DIRECTION GÉNÉRALE DES COLLECTIVITÉS LOCALES Sommaire Introduction 3 La

Plus en détail

Réunion téléphonique du 20 mars 2014. L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat

Réunion téléphonique du 20 mars 2014. L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat Réunion téléphonique du 20 mars 2014 L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat Le terme du mandat Fin de mandat des conseillers municipaux : le 23 mars 2014,

Plus en détail