Des voisins divers : dépendance ou intégration? Trois anciens protectorats enclavés : Botswana, Lesotho et Swaziland

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Des voisins divers : dépendance ou intégration? Trois anciens protectorats enclavés : Botswana, Lesotho et Swaziland"

Transcription

1 Des voisins divers : dépendance ou intégration? Trois anciens protectorats enclavés : Botswana, Lesotho et Swaziland I L'occupation de l'espace 1. Des milieux peu favorables 2. Des populations inégalement réparties et à l'étroit II - Un passé commun de protectorat britannique 1. Des origines historiques identiques III Mono-ethnicité et stabilité politique IV Des ressources inégales 1. Des richesses minières inégalement réparties V Agriculture et élevage VI Un tourisme d'avenir? VII Des économies dépendantes A. La quasi absence de développement industriel B. Des périphéries de l'afrique du Sud 1 Des capitaux sud-africains 2 des réservoirs de main-d'oeuvre 3 des économies enclavées

2 Des voisins divers : dépendance ou intégration? Trois anciens protectorats enclavés : Botswana, Lesotho et Swaziland Pays d'afrique australe : de tailles, de formes, d'origines fort diverses. Trois d'entre eux sont étonnants : Botswana : fort étendu, peu peuplé, économie apparemment florissante. Lesotho et Swaziland : micro-monarchies australes, densément peuplées, mal pourvues en ressources. Mais ils ont tous trois des points communs : l'enclavement, la répartition inégale de la population et la dépendance presque totale des économies vis-à-vis de l'afrique du Sud ; puis les populations des trois Etats (quasiment mono-ethniques) sont liées culturellement à des groupes occupant des régions d'afrique du Sud. Ils ont tous trois fourni et fournissent encore de forts contingents de main-d'oeuvre à leur puissant voisin sud-africain et sont par là même intégrés à son économie. Ils furent également, pendant un temps, sous le contrôle d'une même administration britannique des protectorats d'afrique australe. De bien étranges frontières Pays enclavés aux formes surprenantes. Botswana : séparé de la Namibie par une frontière rectiligne. Lesotho : seul pays au monde totalement enclavé dans un seul Etat. Swaziland : proche de l'océan indien mais n'a pas accès à la mer. Ces étranges frontières délimitent des territoires aux milieux naturels contraignants et sur lesquels la répartition de la population est très inégale. I L'occupation de l'espace 1. Des milieux peu favorables Botswana Territoire occupé à 80 % par le «désert du Kalahari». C'est un pays plat, à l'altitude presque constante (1 000m environ). Milieux naturels variés cependant. Aucune région n'est totalement privée de pluie : la végétation reflète le gradient pluviométrique : de la steppe et des dunes sableuses du sud-ouest, on passe d'une maigre savane de baobabs et au nord-est à une forêt claire (mopane). L'irrégularité des pluies est frappante. Les cycles de sécheresse sont repérables tous les 5 ou 6 ans. La variété des milieux est tributaire de la présence des eaux superficielles. Des lacs salés, presque asséchés, appelés pans, occupent de vastes territoires et sont liés aux conditions acutelles d'aridité du climat. L'Okavango : son delta intérieur constitue un milieu aquatique très original. Il est le troisième fleuve d'afrique par sa longueur (1300 km depuis les hauts plateaux angolais), déverse dans le delta 12 milliards de m^3 d'eau par an. Une formation endoréïque : due à des détournements successifs des cours d'eau. L'essentiel de l'okavango est une réserve naturelle et le haut lieu touristique du Botswana. Dans le Kalahari, les pluies atteignent parfois les 300 mm annuels, qui permettraient dans la plupart des secteurs une activité agricole et empêchent de ranger cette région dans les véritables milieux désertiques.

3 Lesotho Plus mal loti que le Botswana : l'essentiel de son territoire est constitué de hautes montagnes enneigées en hiver, et est impropre à l'agriculture. Vallée du Caledon et ses collines : la seule partie véritablement cultivée du pays. Swaziland : un étagement Mieux pourvu. Pays étagé d'ouest en est, depuis les hauteurs du Drakensberg au bas veld. Haut veld : bien arrosé, altitudes 1300m en moyenne (bois, maïs, tabac, pomme de terre) Moyen veld : propice aux activités agricoles, 700m altitude (tabac, sorgho, agrumes, maïs) Bas veld : savanes, milieu chaud et sec (sorgho, coton, canne à sucre) 2. Des populations inégalement réparties et à l'étroit Répartition de la pop : calquée sur les milieux naturels. Swaziland : concentration sur le moyen veld Lesotho : idem vallée du Caledon Botswana : le long du Limpopo qu'il partage avec l'afrique du Sud Ces secteurs très peuplés sont aussi les principales régions agricoles du pays : la majorité des populations est rurale et vit de l'agriculture (malgré tout : peu modernisée, peu productive). Cependant, au Lesotho, le milieu naturel le plus cultivé est le seul possible, contrairement au Botswana, où le Kalahari pourrait être davantage mis en valeur et où le delta de l'okavango permettrait une agriculture de décrue bien plus importante. Idem au Swaziland : la répartition inégale est dûe à l'appropriation du sol (par les Blancs, contrairement au Botswana et au Lesotho.) Au Lesotho, cette répartition inégale pose problème : plus de 2 millions d'hab sur un territoire de km² (densité théorique : 70 hab / km²) Vallée du Caledon : dépasse 200 hab / km² Au Swaziland (densément peuplé aussi) : environ 1 million d'hab pour km² Au Botswana (pays désert) : 1,5 million d'hab pour km² mais densités fortes dans le Botswana oriental (est) ressources à l'ouest Kalahari : reste vide => élevage intensif, réserves naturelles, occupé par les pop san (Bushmen), qui cont environ et sont concentrés dans le district de Ganzhi où ils sont majoritaires. Ce peuple est en butte à une politique de sédentarisation forcée ; encore en partie nomade, en partie salariés dans les fermes, les San restent surtout cantonnés dans la réserve du Kalahari central. Le rapport entre population et occupation de l'espace risque de se détériorer : Les taux d'accroissement annuel sont forts (jusqu'à 3%) La moitié de la population a moins de 15 ans Frontières étriquées hérités d'un passé colonial similaire => on comprend que les migrations de T vers l'afsud aient tjrs été considérables.

4 II - Un passé commun de protectorat britannique 1. Des origines historiques identiques Les chefferies swazi, sotho et tswana ont été menacées en XIXème par les avancées des Zoulous et des Boers. Avec l'appui des missionnaires, elles ont fait appel aux Britanniques pour se préserver. Ces derniers ont pris en main ces territoires économiquement peu viables. Ils ont toujours voulu qu'ils leur coûtent le moins possible : administration indirecte légère, financée localement par l'impôt, qui préserva au pouvoir des chefs traditionnels. Cela explique l'étrangeté des frontières conçues comme temporaires : l'intégration des protectorats dans l'union sud-africaine était initialement prévue (mais empêchées par des résistances des chefs et la méfiance de Londres vis-à-vis de l'afrique du Sud).Ce passé explique le caractère quasi mono-ethnique des trois pays. Des pans entiers cependant de ces groupes ethniques vivent en territoire sud-africain et en ont la nationalité. Administration coloniale des trois territoires : sous l'autorité d'un même haut-commissaire britannique. Une administration indirecte, qui laissait le pouvoir aux chefs traditionnels, fut mise en place. Les efforts de développement coloniaux durent quasi nuls : le seul objectif des Britanniques était de maintenir la paix en attendant le rattachement à l'union sud-africaine. Les territoires ne suscitèrent ainsi aucune dépense d'infrastructure et d'éducation secondaire jusqu'aux années Les élites fréquentaient l'université de Fort Hare en Afrique du Sud jusqu'à la mise ne place de l'apartheid. L'université de Roma, fondée au Lesotho par les catholiques en 1946, devint dans les années 1950 un lieu de formation supérieure pour les trois territoires. Ce n'est qu'après les indépendances que les Etats se dotèrent de leurs propres institutions universitaires. Le rattachement à l'union africaine n'eut jamais lieu, malgré les revendications répétées des Sud-Africains blancs. Les Britanniques s'étaient engagés à consulter les populations sur ce point. Mais les chefs des trois pays s'opposèrent à ce rattachement : indépendance des trois territoires. III Mono-ethnicité et stabilité politique Le Botswana, le Swaziland et le Lesotho sont des nations mono-ethniques. Botswana : 90 % de la population est tswana, 10 % San, Yei, Herero, Blancs, Indiens. Swaziland: Européens un peu plus nombreux, mais le pays est clairement swazi. Lesotho : peuplé presque exclusivement de sothos Grande stabilité politique possible mais l'instabilité des régimes africains est essentiellement dûe à des conflits entre ethnies. Mais ce n'est pas le cas. Botswana cité comme exemple de démocratie depuis son indépendante. C'est un régime présidentiel avec un parlement élu. Pas de troubles. Mais parfois, affrontements entre les différents clans tswana et existence d'une opposition politique. Le même parti est au pouvoir depuis 1966 : le Botswana Democratic Party. Sans monarchie puissante, traditionnellement démocratique, la société botswanaise l'est restée tant qu'il n'existait pas de véritable opposition au régime. Swaziland : la stabilité politique le caractérise aussi d'une certaine manière depuis son indépendance. La famille royale des Dlmamini y a régné sans partage ni corruption. Mais les partis politiques y sont interdits et les libertés publiques limitées. Famille royale nombreuse. La dynastie au pouvoir s'est enrichie toujours, sous l'oeil bienveillant de Pretoria. Mais cet état de fait a pris fin avec la démocratisation en Afrique du Sud. En 1995, une grève générale a surpris les observateurs : l'opposition politique et syndicale est de plus en plus virulente et demande la démocratisation. Mouvements de grèves en Le monoethnique n'est pas une condition suffisante à l'établissement d'un régime démocratique stable.

5 Lesotho : a connu la vie politique la plus agitée. Les partisans d'un régime militaire s'opposent aux royalistes, aux «démos» et aux «socialistes». Avant 1994, forces politiques déterminées en fonction de leurs relations avec le régime de Pretoria Elections de 1993 : victoire de l'opposition démocratique, puis retour du roi en titre. Auj8 : situation politique volatile, même si la tendance est à l'apaisement. Situations politiques de pays : très diverses. Le poids de l'afrique du Sud : élément essentiel de la vie politique jusqu'en La population croît, les villes se sont développées, et les activités stagnent : chômage et urbanisation alimentent les rangs d'une population jeune et déçue, donc dangereuse pour des régimes issus de sociétés rurales traditionnelles. IV Des ressources inégales 1. Des richesses minières inégalement réparties Botswana : le diamant fait la richesse du Botswana. Croissance éco de +6 % par an : fondée sur l'exploitation d'immenses gisements diamantifères. Gisement d'orapa en plein Kalahari mis au jour en 1967, début d'exploitation en Gisement de Letlokhane découvert en 1977 à 40km d'orapa. Mine de Jaweg (exploitation dès 1982) au sud du pays = encore plus imprte. - Bots auj8 = 15 % prod mondiale de diamants - 80 % des revenus d'exportation du pays Limites : épuisement des gisements, prod en partie contrôlée par l'afrique du Sud (la Debswana qui exploite le diamant est détenue à 50 % par l'etat et à 50 % par la De Beers.) Cette dernière assure la commercialisation. La transformation échappe aussi au Botswana, malgré la construction d'une usine de taille en Peu d'emplois générés : emplois. Tentatives de diversification des productions minières : - Or extrait près de Francistown depuis le XIXème : économiquement anecdotique. - Le cupro-nickel de la région de Selebi-Phikwe : emploie personnes + dvpt petite ville. - Réserves de charbon : peu exploitées. Extraction de soude et de sel à Sua Pan : en plein dvpt dp Lac salé en grande partie asséché, a été relié par chemin de fer au réseau national, et est exploité par une société botswano-sud-africaine => bicarbonate de soude et sel exportés vers l'afrique du Sud. Exploitation de Sua Pan menacée par les cours incertains de ces deux produits. Lesotho et Swaziland ne peuvent se prévaloir de richesses minières comparables : quasi-inexistantes. Lesotho : extraction de diamants au nord-ouest largement artisanale, pas de revenu significatif. Projet hydraulique en cours de réalisation, capitaux sud-africain, européens, français. Objectif : 5 barrages, 3 stations de pompage, des centrales électriques. - Lesotho Highlands Water Project : fournir l'eau du Gauteng qui en manque, au détri de l'orange. Le Lesotho vend son eau comme une ressource. Projet qui va permettre la constr de routes et mise en place de réseaux d'approvisionnement en électricité et en eau : bénéfice réseau - Doté d'un réseau fluvial exceptionnel (fonte des neiges) Swaziland : mines de fer non-rentables qui ont été fermées. Petite activité d'extraction d'amiante et des réserves de charbon très sous-exploitées. Boisements des hauteurs de l'ouest ont permis le développement d'une importante industrie du papier. Exploitations forestières modernes, aux mains des fermiers européens, souvent sud-africains. Principales ressources exploitées par le Lesotho et le Swaziland : l'eau et le bois. Mais potentiel économique très relatif par rapport au diamant.

6 Richesse du sous-sol : facteur discriminant entre les trois Etats, et explique leurs différences économiques : seul le Botswana a pu s'appuyer sur des richesses naturelles pour fonder un rapide développement post-indépendance. V Agriculture et élevage Dans les 3 pays, l'agriculture occupe la majorité de la population active. Swaziland : une source de revenus pour l'économie nationale. Dvpt de plant commerciales : bois, coton, et surtout canne à sucre Troupeaux circulent des hauteurs du bas veld au moyen et bas veld. Pb de surpâturage et de sur-exploitation des sols moins importants % des terres appartiennent à des Blancs. Un peu d'histoire : Les rois swazi, au XIXème siècle, avaient vendu ou concédé leurs terres pour des sommes souvent dérisoires : ne voyaient pas de menace ds cette aliénation du territoire. Depuis l'indép (1968), une politique de rachat = en cours, MAIS peu efficace. Une bonne partie des terres cultivables du pays = occupée par vastes domaines européens. Sucre = 1ère exportation du pays (secteur sucrier d'origine coloniale) OPPOSITION => Agro capitaliste VS petits paysans swazi (culture maïs sur exploitat microscopiques ; complément de revenu en se faisant embaucher dans les mines sud-africaines ou sur gds domaines agricoles, laissant aux femmes la culture de la terre) Botswana : a su transformer l'élevage tradi/senti et à fct sociale en une activité économique rentable. A développé une activité économique moderne. Avant découverte du diamant : - bétail = était 1ère exportation du pays - bétail : auj8 5 % des revenus d'exportation 3 millions de bovins ; système de barrières sanitaires pr empêcher mvt anim sauvages (germes) fin 1970's : politique de vaccination systématique troupeau très concentré auj8 : moins de 10 % des éleveurs E 10 % exploitations (cattle barons) prod très CTRLée Lobatse, Francistown : abat bêtes destinées au marché européen (50 % de la viande) Signature des accords de Lomé : B dispose quota important d'export vers l'union Européenne. Maun : abattage des bêtes pour le marché sud-africain. Marché national n'absorbe que 10 % de la production. Elevage ovin très peu rémunérateur, mais dvpt élevage de l'autruche. L'agriculture botswanaise est loin d'avoir l'importance de l'élevage (même si elle occ gde partie pop ). Principales cultures : le sorgho, le maïs => concentrées à l'est du pays (le lg Limpopo et Francistown). Surplus : commercialisés par un marketing board parapublic : garantit prix minimum aux agriculteurs. LOIN DE L'AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE. Lesotho : paysans cultivent maïs et sorgho pour leur propre conso ds des cdt difficiles. Vallée du Caledon : entièrement occupée. Cultures en terrasses, intensité qui rappelle certains paysages rizicoles en Asie. Mais rendements très faibles. Agriculture sur de petites exploitations : élevage d'estive. Le troupeau est signe de richesse et le bétail remplit fct sociale essentielle : régler les conflits, payer les dots. Elevage comme une ressource => moutons mohair, spécialité du Lesotho. Erosion = effet dramatique : des pans entiers de reliefs emportés Aucun des 3 pays n'est en situation d'autosuffisance alimentaire. MajorT agriculteurs = ne peut vivre décemment de son travail. PARADOXE : mines emploient peu, rapportent beaucoup. Agro emploie bcp ne rapporte pas ou peu.

7 VI Un tourisme d'avenir? Question : le tourisme peut-il prendre la relève du secteur primaire, pour assurer le dvpt et l'emploi? Lesotho & Swaziland: tradition touristique fondée sur le jeu. (longtemps interdit en AfSud) : casinos des pays voisins attirent de nbreux visiteurs sud-africains pr séjours de courte durée. Tourisme sportif : station de ski d'oxbow (1 remonte-pente, un hôtel) au nord ANECDOTIQUE Swaziland : nombre de touristes le plus important : proximité région de Johannesburg/Tshwane et implantation blanche plus importante. Stabilité politique du régime Image idyllique du pays Voie de passage vers le Mozambique + proximité du parc Kruger Capitaux investis dans les hôtels de luxe et les casinos : sud-africains. Retombées faibles sur les pays. Avenir incertain : nouveau régime sud-africain = législation sur les jeux très libérale L'artisanat lié au tourisme = a pris importance notable au Swaziland. Fabric objets-souvenirs largement distribués en Afrique du Sud = fournit complmt de revenu à bcp de familles swazilandaises, profitant de la faiblesse de l'artisanat sud-africain. Botswana : dispose de vastes réserves naturelles (+ 17 % du territoire national). + grds parcs : 1. le Gemsbock Park, cogéré avec le Kalahari Central Reserve 2. les parcs de l'okavango (Moremi et Chobe) 3. le delta de l'okavango : merveille naturelle/animaux sauvages visiteurs / an (surtout sud-africains et zimbabwéens) B réputé pour ses safaris haut de gamme. Tourisme très contrôlé : - implant de lodges privés = normes strictes 2 à 3 % du PIB chaque année ENJEUX DU TOURISME => Réserves gérées ac attention 30 % des emplois du sercteur formel = IMPORTANTS Okavango : richesse convoitée Projets de canalisation pour détourner une partie de cette manne aquatique de l'okavango vers les centres de production de diamants (grands consos d'eau pour lavage du minerai) et vers les villes. Projet de détournement en amont des eaux de l'okavango pour alimenter Windoek = discorde btw2 pays. Tourisme = pas la voie vers l'indépendance et la croissance économique. Capitaux sud-africains essentiels, dvpt touristique limité. Concurrence du Mozambique (destination prisée) fait souffrir tourisme du Swaziland et du Botswana. Faiblesse agricole, tourisme peu enrichissant, activités minières sans transformation = fragilité des économies des anciens protectorats. Autres facteurs => économies totalement dépendantes.

8 VII Des économies dépendantes Dépourvues d'industries dominées par capitaux sud-africains sans exutoires maritimes revenus issus du travai migrant en Afrique du Sud => PAYS DEPENDANTS DE L'AFRIQUE DU SUD. A. La quasi absence de développement industriel Botswana : industrie la plus développée => emploie salariés, 7 % du PIB. Selebi-Phikwe ( hab) et Gaborone ( hab) = ppal centre indus grâce à une politique de reconversion de ce centre minier (cupro-nickel). Ppales prod : agro-ali textile chaussures. Swaziland : domination de l'industrie agro-alimentaire secteur secondaire squelettique & concentré à Manzini ( hab). Lesotho : Maseru ( hab environ) réunit le plus d'industries ; Leribe au nord ds vallée Caledon aussi Faiblesse activité industrielle : s'atténue depuis 1980s = délocalisation des usines par les entreprises sudafricaines pr contourner blocus économique + main d'oeuvre bon marché hors des frontières. Emigration des travailleurs vers l'étranger => explique petite dim des villes. 3 capitales : Gaborone, Maseru et Mbabane = aspect provincial =/= autres centres africains. Maseru Mbabane : quartier central moderne, de petite dimension / extension des qu africains sans équipements pour la plupart. 1. Gaborone : capitale récente (1965) : plus originale. Centre admin (fct politiques nationales et éco internationales = siège secrétariat SADC) = centre commercial de la ville 2. Maseru : centre commercial quasi-inexistant. Quartiers populaires sur les collines, se perdent en périphérie dans les premiers champs de maïs. Voyageur frappé par atmo ville africaine où s'opposent encore ville blanche et qu africains. B. Des périphéries de l'afrique du Sud 1 Des capitaux sud-africains Géants économiques de l'afrique australe : Anglo-American, Lohnro, Old Mutual. Détiennent les capitaux miniers, industriels, agriculture de plantation au Swaziland. Via filiales et sociétés mixtes = CTRL activité éco des 3 Etats. Tourisme dominé par chaîne sud-africaine Sun (possède hôtels et casinos) Industries dans ces 3 pays : délocalisations d'afrique du Sud. Faible coût main d'oeuvre. Botswana 50 % des entreprises aux mains d'étrangers 30% à capitaux mixtes (Bots/étranger : AfSud, Canada, Europe) De Beers = détient 50 % de la sté exploitant les diamants du Botswana (1ère richesse)! Dépendance alimentaire considérable du Lesotho et Botswana (15 % produits alimentaires produits consommés dans le pays). Afrique du Sud fournit : 82 % des importations botswanaises 94 % de celles du Swaziland 83 % de celles du Lesotho. Malgré indépendance politique, confusion : dépendance ou intégration économique? Migrat de T vers l'afsud et dépdce aux résx de trsprt sud-africains = accroisst unité de l'ensemble éco.

9 2 Des réservoirs de main d'oeuvre Recapitulatif : Main-d'oeuvre mouvante => Afsud Classe ouvrière / attrait syndicats sud-africains transferts d'argent (diaspora?) = ppale ressource Lesotho Dépendance éco Statuts pop imposés par les Britanniques => évolution des flux migratoires régionaux : pour payer admin, la main-d'oeuvre = contrainte de s'employer en Afrique du Sud (mines, fermes européennes) Cette émigration = le creuset d'une classe ouvrière influecée par les mvts po et syndicaux sud-africains 1992 : 55 % des travailleurs étrangers (légaux) en Afsud = du Lesotho / 27 % du Mozambique travaillaient dans les mines d'or (spé ancienne migrants du Lesotho) travailleurs lésothais en AfSud (1997), nb en baisse dans l'immigration légale Les transferts d'argent des migrants vers leur pays = principale richesse du Lesotho. => m/d'oe = ppale ressource. DEPENDANCE ECONOMIQUE = le changement de la politique de CTRL des migrations peut avoir des conséquences catastrophiques sur le Lesotho. Swaziland & Botswana : moins affectés par les mouvements migratoires ressortissants nombreux en Afrique du Sud Swaziland : ppal espoir de réussite sociale = séjour dans rég du Witwatersrand Botswana : migrations en hausse fin Xxeme siècle : le secteur minier botswanais utilise peu de maind'oeuvre, l'industrie se dvpe trop lentement, tx de croissance annuel = 3 % 3 Des économies enclavées Enclavement : facteur essentiel de la dépendance vis-à-vis de l'afrique du Sud. Aucun des 3 anciens protectorats ne peut importer ou exporter sans passer par Afsud. AFSUD : PASSAGE OBLIGÉ Lesotho : dépendance la plus forte Frontière unique avec l'afrique du Sud Réseau de transport intérieur faible et en mauvais état (même si Les. Highlands Water Project) Botswana : dépendant des transports sud-africains Liaisons routières avec le Mozambique via le Zimbabwe = longues, peu pratiques. Liaison ferroviaire trans-kalahari depuis Walvis Bay (Nam.) j> Pretoria Swaziland : Corridor de Goba réhabilité, transit de sucre charbon fruits en conserve Port de Maputo à 74 km du Swaziland, plus près que Durban. => gage d'indépendance, mais de l'ordre du symbolique : les capitaux sud-africains dominent l'économie swazilandaise. Enclavement, dom économique sud-africaine, économies fragiles (qui reposent sur exploit richesses naturelles épuisables et exportation de m/d'oe) = caractères communs. Enclavement et dépendance à nuancer : Afsud membre de la SADC => intégr régionale de + en + forte. La domination éco peut devenir intégration.

RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE

RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE Comité économique et social européen RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE Des représentants des acteurs économiques et sociaux de l'union

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Document de présentation

Document de présentation Document de présentation Le pont de Kazungula Botswana-Zambie Réunion de l ICA - Financer le transport pour stimuler la croissance en Afrique 3-4 décembre 2007 TABLE DES MATIERES 1. Résumé 2. Le projet

Plus en détail

Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1

Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1 Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1 Problématique : Existe-t-il un modèle de développement pour les pays du Sud? Page 2 Document 1 Evaluation : 1. Présentez le document.(x

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy.

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy. (< Le chez soi pour nous, c'est l'eau 11 Cet entretien a été réalisé chez les Tamashek par J.-M. Yung le 30 novembre 1988, et traduit U au pied de la dune n. Il nous a impressionné. Le choix des extraits

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Impact économique du secteur des coopératives George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Tendances Les coopératives au Canada 350 300 250 200 150 100 50 0 Les coopératives en Nouvelle- Écosse

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Les gènes africains protègent le commerce des pastèques sans pépin de Syngenta.

Les gènes africains protègent le commerce des pastèques sans pépin de Syngenta. Les gènes africains protègent le commerce des pastèques sans pépin de Syngenta. Article original en Anglais d'edward Hammond (eh@pricklyresearch.com), pour Third World Network Nota : Traduction non-professionnelle,

Plus en détail

FICHE SIGNALETIQUE. Cœur de Flandre. 1. Profil Territoire. 2 Profil Fiscal

FICHE SIGNALETIQUE. Cœur de Flandre. 1. Profil Territoire. 2 Profil Fiscal FICHE SIGNALETIQUE Pays Cœur de Flandre Consultable sur www.sigale.nordpasdecalais.fr Le pays a été reconnu le 9 mars 2004 et le premier contrat a été signé le 15 décembre 2004. Il comporte 45 communes

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines»

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Introduction : Le XXè siècle a connu plus de déplacements de personnes qu aucune autre période. Les migrations peuvent être internes aux pays ou bien régionales et

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

En dépit de son isolement, perdue dans l immensité de l océan indien, l île Maurice a réussi à devenir un Nouveau Pays Industrialisé, à la forte

En dépit de son isolement, perdue dans l immensité de l océan indien, l île Maurice a réussi à devenir un Nouveau Pays Industrialisé, à la forte En dépit de son isolement, perdue dans l immensité de l océan indien, l île Maurice a réussi à devenir un Nouveau Pays Industrialisé, à la forte croissance et bien intégré dans la mondialisation. La recette

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009 Royaume du Maroc PLAN MAROC VERT Mai 2009 ENJEUX Enjeux économiques Contribue pour 19 % du PIB national 15% production 4% Agro industrie Rôle capital dans la stabilité macro économique Enjeux sociaux Emploie

Plus en détail

Construction d un centre de formation professionnelle

Construction d un centre de formation professionnelle Projet d appui au développement de la communauté locale Construction d un centre de formation professionnelle Ile Sainte Marie, Madagascar (2015 2017) Contexte Situé dans l'océan Indien, Madagascar est

Plus en détail

CAPES externe d histoire et de géographie

CAPES externe d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE

PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE 1 PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE 1. LE RENFORCEMENT DE LA COMPLEMENTARITE DES ACTIVITES AGRICOLES ET D'ELEVAGE, UN LEVIER VITAL POUR

Plus en détail

La région Nord-Pas-de-Calais

La région Nord-Pas-de-Calais La région Nord-Pas-de-Calais A Quelle est l identité de ma région? Quelles sont ses activités? 1 La région Nord-Pas-de-Calais en France 1 2 Les chiffres-clés de la région Nord-Pas-de-Calais Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

ORIENTATIONS. un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020

ORIENTATIONS. un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020 ORIENTATIONS pour l'agriculture un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020 Juillet 2011 Agriculture et Agroalimentaire, un patrimoine essentiel à l'économie normande Pour de nombreuses productions,

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

I - QU EST-CE QU UN CASINO?

I - QU EST-CE QU UN CASINO? LES CASINOS I - QU EST-CE QU UN CASINO? Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes» : Le spectacle, La restauration Le jeu Sous une même direction L IMPLANTATION I DES CASINOS

Plus en détail

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Language: English Translations: French Country: Botswana

Plus en détail

Étude de cas sur les incitations fiscales

Étude de cas sur les incitations fiscales RÉALISER LE POTENTIEL D INVESTISSEMENTS RENTABLES EN AFRIQUE Séminaire de haut niveau organisé par l'institut du FMI en coopération avec l'institut multilatéral d'afrique TUNIS,TUNISIE,28 FÉVRIER 1ERMARS2006

Plus en détail

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

Bas Saint-Laurent. Fiche régionale. Portrait régional de l emploi

Bas Saint-Laurent. Fiche régionale. Portrait régional de l emploi Portrait régional de l emploi (*) (*) (en milliers) Bas Saint-Laurent 200 756 habitants % du Québec 2,6 % Agriculture 3,1 Services publics 0,0 Construction 4,9 Emploi par groupe d âge (*) Bas Saint-Laurent

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni.

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Le Royaume Uni est un archipel (un ensemble d iles). Il est

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Table des matières Caractéristiques 3 Performance économique 4 Performance résidentielle 12 Attractivité 19 Sources 32 Annexe : Glossaire

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Indice de Confiance agricole Crelan 2015

Indice de Confiance agricole Crelan 2015 Indice de Confiance agricole Crelan 2015 Résultats marquants La confiance des agriculteurs est à la baisse en Belgique et surtout dans le secteur laitier L appréciation du résultat financier recule en

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC Faits et statistiques Les assurances de personnes au QUÉBEC Édition 2008 Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Canadian Life and Health Insurance Association Inc. Les assurances

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT 1 REUNIONS STATUTAIRES DE L'ACI POUR L'AFRIQUE --------------------- Cotonou, du 21 au 25 Août 2000 -=-=-=-=-=-=- LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT Dr Oumar OUATTARA

Plus en détail

URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON?

URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON? URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON? B.H. Nicot 1 Juin 2005 «Entre 1990 et 1999, le rural en France métropolitaine a connu une croissance démographique de 4,2 % sur la période, tandis que l urbain ne croissait

Plus en détail

En 2011, la baisse du nombre d'exploitants est modérée, comme en 2010

En 2011, la baisse du nombre d'exploitants est modérée, comme en 2010 >> les exploitants Année 2011 - N 6 - novembre 2012 Les exploitants ORNE - données 2011 5 914 exploitants recensés, -96 en un an Les chefs d'exploitation à titre exclusif, principal ou secondaire sont

Plus en détail

Sciences, guerre, et développement

Sciences, guerre, et développement Sciences, guerre, et développement E. Zaccai (partie 2) 2012-2013 PREPARATION 3 Pole Berhneim Paix et Citoyenneté de l'ulb Définitions du développement, évolution des richesses et de la santé dans le monde

Plus en détail

Stratégie de la Banque africaine de développement pour l intégration de l Afrique australe

Stratégie de la Banque africaine de développement pour l intégration de l Afrique australe Page 1 NOTE DE SYNTHESE N 24 Réalisée par Djenno Ngoua Melissa Stratégie de la Banque africaine de développement pour l intégration de l Afrique australe Le Traité d Abuja instituant en 1991 la Communauté

Plus en détail

Stratégie du Développement du Gouvernorat de Tozeur

Stratégie du Développement du Gouvernorat de Tozeur République Tunisienne Ministère du Développement Régional et de la Planification Stratégie du Développement du Gouvernorat de Tozeur Ce document a été élaboré avec la participation de Mr. Masmoudi Faiçal

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI : UN ESSAI DE SYNTHESE Introduction 1) La relation dialectique entre dynamiques démographiques et développement 2) Les dynamiques démographiques et les théories

Plus en détail

Retour du bison d Europe dans le Jura : ébauche de projet

Retour du bison d Europe dans le Jura : ébauche de projet Retour du bison d Europe dans le Jura : ébauche de projet 1 La vision Le bison d Europe a été éradiqué de Suisse déjà au Moyen-âge. Il s en est même fallu de peu pour que le plus grand mammifère sauvage

Plus en détail

Vous manquez de place? Vous cherchez un prestataire logistique? Un lieu de conditionnement?

Vous manquez de place? Vous cherchez un prestataire logistique? Un lieu de conditionnement? Vous manquez de place? Vous cherchez un prestataire logistique? Un lieu de conditionnement? Nous vous offrons un entrepôt de stockage modulable selon vos attentes défiant toute concurrence avec la main

Plus en détail

L ENTREPRISE INDUSTRIELLE DANS LE DEVELOPPEMENT REGIONAL CL HEIWANDEZ

L ENTREPRISE INDUSTRIELLE DANS LE DEVELOPPEMENT REGIONAL CL HEIWANDEZ L ENTREPRISE INDUSTRIELLE DANS LE DEVELOPPEMENT REGIONAL CL HEIWANDEZ Les réflexions qui suivent sont basées sur un certain nombre d expériences pratiques, vécues au sein d entreprises industrielles. Elles

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION DE TRAVAIL POUR UN SALARIÉ ÉTRANGER - CONTRAT DE TRAVAIL SIMPLIFIÉ art. L.5221-1 et suiv et R.5221-1 et suiv du code du travail

DEMANDE D'AUTORISATION DE TRAVAIL POUR UN SALARIÉ ÉTRANGER - CONTRAT DE TRAVAIL SIMPLIFIÉ art. L.5221-1 et suiv et R.5221-1 et suiv du code du travail Demande d'autorisation de travail tendant la délivrance : d'une d'une d'une de jeune fille Né(e) le de la personne contacter bre de salariés avant l'embauche Type de contrat de travail durée indéterminée

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

LES ESPACES PRODUCTIFS

LES ESPACES PRODUCTIFS LES ESPACES PRODUCTIFS fiche d objectifs/ Plan détaillé Quels sont les principaux espaces productifs français? Comment fonctionnent-ils et évoluent-ils face à la mondialisation? Respectent-ils le développement

Plus en détail

Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles?

Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles? Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles? Perrine Burnod CIRAD UMR TETIS Observatoire du foncier à Madagascar Ward Anseeuw

Plus en détail

La Région Poitou-Charentes, Repères économiques

La Région Poitou-Charentes, Repères économiques La Région Poitou-Charentes, Repères économiques Décembre 2006 Poitou-Charentes en France et en Europe 26 000 km² (4,7 % de la superficie française) 1,69 millions d habitants (2,8 % de la population française)

Plus en détail

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Laurie Guimond Coordonnatrice de recherche, INRS Doctorante en géographie, U. d Ottawa Myriam Simard Professeure, INRS Atelier

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle Méthodes innovantes d amélioration sylvo-pastorale: Le cas du projet de lutte participative contre la désertification et de réduction de la pauvreté dans les écosystèmes arides et semi-arides des hauts

Plus en détail

Règlement intérieur. I - Conditions générales. 1. Conditions d admission et de séjour

Règlement intérieur. I - Conditions générales. 1. Conditions d admission et de séjour MODÈLE TYPE DE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES TERRAINS DE CAMPING OU DE CARAVANAGE AINSI QUE DES PARCS RÉSIDENTIELS DE LOISIRS I - Conditions générales 1. Conditions d admission et de séjour Règlement intérieur

Plus en détail

Leçon n 3. La population active, reflet des bouleversements économiques et sociaux : l exemple de la France depuis les années 1850

Leçon n 3. La population active, reflet des bouleversements économiques et sociaux : l exemple de la France depuis les années 1850 Leçon n 3. La population active, reflet des bouleversements économiques et sociaux : l exemple de la France depuis les années 1850 Introduction - définition du sujet (termes et cadrage) : En 1850, les

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

Les transformations de l espace productif et décisionnel en France

Les transformations de l espace productif et décisionnel en France Les transformations de l espace productif et décisionnel en France Introduction La France est la 6 ème puissance économique mondiale (en PIB). Mais depuis 50 ans, son système productif et décisionnel connait

Plus en détail

Interreg V France Suisse. Un programme de coopération transfrontalière

Interreg V France Suisse. Un programme de coopération transfrontalière Interreg V France Suisse Un programme de coopération transfrontalière 1 Interreg France Suisse, un des programmes européens de coopération transfrontalière impliquant la Suisse 2 Territoire INTERREG France-Suisse

Plus en détail

Jean GALLAIS (1967), Le delta intérieur du Niger, étude de géographie régionale, IFAN-Dakar, 2 tomes, 621 pages. SOMMAIRE Pages AVANT-PROPOS...

Jean GALLAIS (1967), Le delta intérieur du Niger, étude de géographie régionale, IFAN-Dakar, 2 tomes, 621 pages. SOMMAIRE Pages AVANT-PROPOS... Jean GALLAIS (1967), Le delta intérieur du Niger, étude de géographie régionale, IFAN-Dakar, 2 tomes, 621 pages. SOMMAIRE Pages AVANT-PROPOS...1 INTRODUCTION PAYSAGE ET RÉGION GÉOGRAPHIQUE DANS LE DELTA

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population Description des variables de la base de données a. Attractivité démographique pour les différents types de population Sources : Recensements de 1962 à 2006 et Clap 2007 - a01_popmoy62, a01_popmoy68, a01_popmoy75,

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED AG/DOC/7/JPN/2 Z^lll^L^ DOCUMENTATION CONCERNANT L'AGRICULTURE CATALOGUE DES MESURES NON TARIFAIRES Nonnes de commercialisation et règles

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale République des Seychelles Situation générale 1. Géographie La Républiques des Seychelles est un archipel composé de 115 îles, situé au nord-est de Madagascar. L île la plus importante est l île de Mahé.

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Zac Célestins Macro Lot C La Saline les Bains 97460 SAINT PAUL

Zac Célestins Macro Lot C La Saline les Bains 97460 SAINT PAUL Défiscalisation : 2008 Zac Célestins Macro Lot C La Saline les Bains 97460 SAINT PAUL 1 SOMMAIRE Les intervenants sur le programme La ville L étude de marché Le descriptif Le plan de masse Le marché locatif

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2

CORRECTION BREVET BLANC 2 CORRECTION BREVET BLANC 2 PARTIE 1: Histoire Question 1: Expliquer les repères qui correspondent aux dates suivantes: 622 / 1598. 622: l'hégire, Mahomet et ses compagnons quittent La Mecque pour Médine,

Plus en détail

Parc d activités économiques de la Houpette

Parc d activités économiques de la Houpette 1. Sommaire. Composition du dossier 2. Schéma directeur routier national. 3. Approche routière. 4. Plan de zone. 5. l échangeur et la co-visibilité zone-rn. 6. Vues perspectives. 7. Réseaux et aménagements.

Plus en détail

La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une

La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une Nouvelle Calédonie La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une souveraineté sur un territoire si loin

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L O P P O R T U N I T É S D I N V E S T I S S E M E N T D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L 1. Contexte Sommaire 2. Présentation du secteur agricole sénégalais 3. Potentiel naturel

Plus en détail

UN PRODUIT MONDIALISÉ : LE CAFÉ

UN PRODUIT MONDIALISÉ : LE CAFÉ RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Géographie UN PRODUIT MONDIALISÉ : LE CAFÉ Le café est l un des biens les plus échangés dans le monde. Certains affirment qu il arrive juste après le pétrole, mais

Plus en détail

LA FAMILLE «D IMPACT INVESTMENT» INVESTISSEURS & PARTENAIRES. Novembre 2012

LA FAMILLE «D IMPACT INVESTMENT» INVESTISSEURS & PARTENAIRES. Novembre 2012 LA FAMILLE «D IMPACT INVESTMENT» INVESTISSEURS & PARTENAIRES Novembre 2012 QUI SOMMES-NOUS? Une famille de véhicules financiers appartenant à l impact investment Nous attachons une importance particulière

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES GEOSPATIALE CREATION A D UNE L ECHELLE BANQUE NATIONAL DE DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE 1 AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. P O Box 3463

Plus en détail

LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES

LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES François Ossama Prix RFI NET AFRIQUE 2006 du Meilleur site Internet Africain Chef de la Cellule Informatique du MINDUH Président du Réseau

Plus en détail

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Analyse et exploitation des données du rapport du PNUD sur le développement humain Novembre 1995 Document de travail n 02 Analyse et

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC Sommaire de la présentation MAROC EN CONSTANTE EVOLUTION DES RÉFORMES ET DES VISIONS STRATÉGIQUES TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: ENJEUX ET DÉFIS

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne. Capitale : Varsovie. Président : Bronislaw Komorowski. Président du conseil : Donald Tusk

Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne. Capitale : Varsovie. Président : Bronislaw Komorowski. Président du conseil : Donald Tusk Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne Capitale : Varsovie Président : Bronislaw Komorowski Président du conseil : Donald Tusk Superficie : 312 685 km² Population : 38 441 588 habitants Croissance

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 La question sociale globale et les migrations Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 1. Nous connaissons un moment sans précédent de victoire contre la pauvreté 2.

Plus en détail