LE JEU EXCESSIF. Dr Christine Davidson M.Philippe Maso. Décembre 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE JEU EXCESSIF. Dr Christine Davidson M.Philippe Maso. Décembre 2011"

Transcription

1 LE JEU EXCESSIF Dr Christine Davidson M.Philippe Maso Décembre 2011

2 Qu est-ce qu un Joueur Occasionnel? Joue pour le plaisir Accepte de perdre l argent misé. Ne retourne pas pour se refaire. Joue selon ses moyens. 2

3 Pourquoi continue-t-on de jouer? 3

4 L appât du gain Au-delà du gain, le jeu provoque excitation et plaisir mais surtout La Principale motivation est que pendant le jeu, le joueur entretient une perception erronée par rapport à la notion de hasard 4

5 Avant et après le jeu, «tout est clair»!! Dans les phases qui précèdent et qui suivent les séances de jeu, la plupart des Joueurs reconnaissent rationnellement que le hasard détermine l issue du jeu! 5

6 Définition du Hasard Hasard Cause imprévisible, attribuée à des événements fortuits ou inexplicables (Larousse) Evénements imprévus Impossibilité de contrôler ou de prédire l issue des événements 6

7 L Adresse Plus je joue, plus je m améliore et plus j augmente mes chances de gagner. Plus je joue, plus «mon assurance» m aide. Plus je joue, plus le résultat dépend de mon habileté. 7

8 A l opposé: Le Hasard Plus je joue, plus ma performance reste stable. Plus je joue, plus j aurai l illusion de gagner. Plus je joue et plus je deviens dépendant du résultat 8

9 2 Biais Cogni+fs Principaux : 1. Mon comportement peut influencer un évènement imprévisible 2. L évènement est en fait plus prévisible que ce que l on croit L objectif principal du joueur est de prédire un évènement qui repose totalement sur le hasard et qui par définition est imprévisible 9

10 L illusion de contrôle Exemples anecdotiques : - choisir la chaise, la cravate, le numéro qui porte chance - éviter la méchante slot machine - toucher un objet avant de miser - jeter les dés violemment pour avoir les meilleurs numéros - etc, etc 10

11 Assumer un Rôle Actif Accroît l Illusion du Contrôle Roulette : 2 groupes : - bille lancée par le croupier ou par les sujets : - mises plus élevées et surestimation des gains (Ladouceur 1987) Loterie : 2 groupes : - choix des billets ou pas - à la revente, différence de 40 fois du prix (Langer, 1975) 11

12 Comment devient-on joueur pathologique? Un Lent Processus ( ans) L origine de l activité remonte souvent à l adolescence «Malchance» d obtenir plusieurs gains (souvent surestimés) lors des premières expériences (adolescence ou plus tard) Sans en être conscient, il commence à développer l illusion qu il contrôle le jeu. 12

13 Suite Un Lent Processus ( ans) Les causes des premières pertes ont attribuées à des conditions extérieures (la piste en mauvais état, soirée «non», etc ) Jouer pour se «refaire» Endettement (persuadé qu il les honorera, puisqu on ne trouve habituellement pas de conduites antisociales. Désespoir 13

14 Quelques chiffres concernant la Suisse En Suisse, la prévalence de joueurs pathologiques est du même ordre de grandeur que celle observée dans d autres pays industrialisés Forte corrélation entre offre de jeu et prévalence 2002 : ouverture de maisons de jeu en Suisse : augmentation de la prévalence de joueurs pathologiques? Prévention et soins spécifiques à développer 14

15 Répartition des maisons de jeu en Suisse (plus grande densité européenne) Casino A Casino B 15

16 LA PYRAMIDE DES USAGES ADDICTION ABUS ABUS RECREATIFS Prévalence de l addiction: Jeu : 2 % Drogues illégales: 6 % Alcool: 8-10 % Tabac: 25 % OCCASIONNELS ABSTINENTS 16

17 Etude de Prévalence du Jeu pathologique 1998 et

18 Intérêt de faire 2 études de prévalence La première: AVANT l ouverture des casinos Mesure de l impact de l ouverture des casinos et de la suppression des machines à sous des lieux publiques sur la prévalence de joueurs excessifs La seconde: deux ans après l ouverture de tous les casinos, ET après la suppression des machines à sous des lieux publiques 18

19 Un ensemble d obligations légales - pro-gramme social - a été édicté pour obtenir une concession de maison de jeu, en particulier: Art. 35: mesures mises en œuvre pour assurer la prévention de la dépendance et l identification précoce des personnes MESURES D EXCLUSION avec enregistrement centralisé 19

20 Tenir à disposition des INFORMATIONS ACCESSIBLES Les dangers du jeu Les mesures de soutien - Informations - Questionnaires ( permettant à chacun d évaluer ses propres risques de dépendance) - Exclusion - Orientation vers centres de consultation groupes d entraide ligne téléphonique 20

21 Forma:on du personnel Forma:on de base et forma:on con:nue Perfec:onnement 21

22 22

23 23

24 ETIOLOGIE DU JEU EXCESSIF En 1980, 1ère définition du jeu excessif comme un trouble psychologique Stade de théories, pas de preuves Plusieurs racines Plusieurs hypothèses explicatives 24

25 Théories psychanalytiques Lien entre une expérience passée difficile ou inacceptable sur le plan psychologique et le comportement d une personne à l égard du jeu : Par exemple : «hostilité envers son entourage et se punit par le jeu». 25

26 Théories physiologiques Prédispositions biologiques en interaction avec l histoire psychosociale d une personne et les facteurs de l environnement Déficit de fonction de certaines parties du cerveau : déficit sur le plan de l inhibition qui se traduit par des difficultés à contrôler leurs comportements ou à maîtriser leur impulsivité 26

27 MECANISME DES DEPENDANCES Normalement, le cerveau produit ses propres substances psychotropes : endorphines (opiacés), amandamide (cannabis), cocaïne (dopamine), acéthylcholine (nicotine) amphétamine, adrnaline,sérotonine. Dans divers circonstances, surstimulation par comportement addictif ou stimulation artificielle par des produits exogènes. Avec les produits, court-circuit des NT endogènes et stimulation directe des R 27

28 LES DIFFERENTS ASPECTS DE LA DEPENDANCE Héréditaire : Nombre total de récepteurs Biologique : Déficit en neurotransmetteurs Psychologique : Capacité à faire face, épuisement des neurotransmetteurs Environnemental : Stress sur le long terme, anxiété sociale, entrainement familial 28

29 Neurobiologie Déficit de fonctionnement de certaines parties du cerveau : déficit sur le plan de l inhibition qui se traduit par des difficultés à contrôler des comportements ou à maîtriser leur impulsivité Dysfonctionnement sérotoninergique, noradrénergique et dopaminergique 29

30 Des associations positives ont été trouvées entre les joueurs pathologiques et un polymorphisme génétique des variantes des allèles : du gène du récepteur à dopamine du gène du transporteur à sérotonine du gène de la monoamine oxydase A 30

31 Sérotonine : régule les comportements impulsifs Dopamine : liée au système de récompense et de plaisir Champ d étude récent Important pour le traitement 31

32 Vulnérabilité génétique commune A travers des études de vrais jumeaux 32

33 MODULATION DES EMOTIONS La dopamine est considérée comme le NT du plaisir Elle est relachée naturellement Elle peut également être stimulée par divers psychotropes Une dépendance à une substance ou à un comportement peut s installer dans divers circonstances 33

34 Vulnérabilité post traumatique Anomalies de comportements similaires chez des personnes qui ont eu des lésions du cortex préfrontal Déni du problème Besoin de récompense immédiate 34

35 Manque d une substance qui aurait la propriété de réguler les comportements impulsifs : sérotonine Manque d endorphines (joueurs de courses de chevaux) Base commune avec d autres dépendances : lié au système de récompense et de plaisir (dopamine) Champ d étude récent Important pour le traitement médicamenteux 35

36 Théories comportementales Trouble du comportement Résultat d une forme d apprentissage à travers : - le fait de gagner - l excitation provoquée par le jeu - l observation de modèles 36

37 Théories cognitives Importantes, car tendances actuelles des traitements Façon dont les individus perçoivent leur réalité ou leur problèmes Les joueurs perdent de vue l aspect jeu de hasard et entretient une série de perceptions fausses qui leur font croire qu ils vont pouvoir maîtriser le jeu et en prédire le résultat : illusion de contrôle 37

38 Problèmes diagnostiques ICD - 10 versus DSM - IV-TR Aspect du sevrage du jeu Problématique secondaire ou primaire 38

39 Jeu Pathologique selon DSM-IV-TR (CIM-10) A. Pratique inadaptée, persistante et répétée du jeu (au moins 5 manifestations suivantes): 1) Préoccupation par le jeu (p. ex. préoccupation par la remémoration d expériences de tentatives prochaines ou par les moyens de se procurer de l argent pour jouer). 2) Besoin de jouer avec des sommes d argent croissantes pour atteindre l état d excitation désiré. 3) Efforts répétés mais infructueux pour contrôler, réduire ou arrêter la pratique du jeu. 4) Agitation ou irritabilité lors des tentatives de réduction ou d arrêt de la pratique du jeu 5) Joue pour échapper aux difficultés ou pour soulager une humeur dysphorique (p. ex. ressentiments d impuissance, de culpabilité, d anxiété, de dépression). 6) Après avoir perdu de l argent au jeu, retourne souvent jouer pour recouvrer ses pertes (pour «se refaire»). 39

40 Jeu Pathologique selon DSM-IV-TR (CIM-10) 7) Ment à sa famille, à son thérapeute ou à d autres personnes pour dissimuler l ampleur réelle de ses habitudes de jeu. 8) Commet des actes illégaux tels que falsifications, fraudes, vols ou détournements d argent pour financer la pratique du jeu. 9) Met en danger ou perd une relation affective importante, un emploi, des possibilités d étude ou de carrière à cause du jeu. 10) Compte sur les autres pour obtenir de l argent et se sortir de situations financières désespérées dues au jeu. B. La pratique du jeu n est pas mieux expliquée par un épisode maniaque Les critères 1, 4, 7, 8 et 9 seraient les plus discriminants pour identifier ce problème. 40

41 DEPENDANCE A UNE SUBSTANCE 1. Tolérance définie par l un des symptômes suivants : - besoin de quantité notablement plus fortes de la substance pour obtenir une intoxication ou l effet désiré - Effet notablement diminué en cas d utilisation continue d une même quantité de la substance. CRITERE JEU = 2 41

42 DEPENDANCE A UNE SUBSTANCE 2. Sevrage caractérisé par l une ou l autre des manifestations suivantes: - syndrome de sevrage caractéristique de la substance - La même substance ou une substance très proche est prise pour soulager ou éviter les symptômes de sevrage CRITERE JEU = 4 42

43 DEPENDANCE A UNE SUBSTANCE 3. La substance est souvent prise en quantité plus importante ou pendant une période plus prolongée que prévue 4. Il y a un désir persistant, ou des efforts infructueux, pour diminuer ou contrôler l utilisation de la substance. CRITERE JEU = 3 43

44 DEPENDANCE A UNE SUBSTANCE 5. Beaucoup de temps est passé à des activités nécessaires pour obtenir la substance, à utiliser le produit, ou à récupérer de ses effets. 6. Des activités sociales, professionnelles ou de loisirs importantes sont abandonnées ou réduites à cause de l utilisation de la substance CRITERE JEU = 1 et 5 44

45 DEPENDANCE A UNE SUBSTANCE 7. L utilisation de la substance est poursuivie bien que la personne sache avoir un problème psychologique ou physique persistant ou récurrent susceptible d avoir été causé ou exacerbé par la substance CRITERE JEU = 6 45

46 CRITERES DE L ABUS D UNE SUBSTANCE 1. Utilisation répétée d une substance conduisant à l incapacité de remplir des obligations majeures, au travail à l école ou à la maison 2. Utilisation répétée d une substance dans des situations ou cela peut-être physiquement dangereux CRITERE JEU = 7 et 9 46

47 CRITERES DE L ABUS D UNE SUBSTANCE 3. Problèmes judiciaires répétés liés à l utilisation d une substance 4. Utilisation de la substance malgré des problèmes interpersonnels ou sociaux persistants ou récurrents, causés ou exacerbés par les effets de la substance CRITERE JEU = 8 et 9 47

48 PROBLEMES ASSOCIES Dépendances à d autres substances ou comportements : 30-70% Dépression avec risque suicidaire important Troubles anxieux Problèmes financiers Problèmes légaux Problèmes familiaux 48

49 Jeu excessif et alcool 25% des alcooliques ont un problème de dépendance au jeu, surtout des hommes L utilisation d alcool prédit une augmentation du temps passé à jouer ou de l intensité du jeu 1/4 des joueurs boivent en jouant, résultant en une perte de contrôle du jeu 49

50 Jeu excessif et tabac 2/3 des joueurs en traitement sont dépendant du tabac Lors de dépendance au tabac, jeu et problèmes psychiatriques plus graves, notamment des troubles anxieux 50

51 Jeu excessif et opiacés Patients sous méthadone en traitement : 21% de joueurs pathologiques et 9% de joueurs excessifs Les personnes sous MTD qui jouent sont celles qui sont le plus à risque d utiliser la cocaïne 51

52 Jeu excessif et dépression Risque majeur lors de jeu, notamment en raison du risque suicidaire, qui est surtout lié à la dépression Comorbidité surtout chez les femmes Dans 1/3 des cas de suicides réussis, il y avait une tentative précédente 52

53 Jeu excessif et troubles anxieux Pas de données précises Comme pour les autres troubles, notion d antériorité difficile à préciser 53

54 Conclusion Similarité entre le jeu excessif et les autres addictions Similarité facilite le traitement Importance de la comorbidité psychiatrique Facilité des traitements actuels Importance des traitements intégrés 54

55 Conclusion (suite) Comorbidité psychiatrique importante Pertinence de l approche cognitivo-comportementale (groupe + individuel) Développer la recherche dans ce domaine: Les nouvelles demandes de soins ont suivi l apparition d articles de presse Faible taux de demandes malgré la gratuité et la facilité d accès aux soins 55

56 Qui Consulte? Deux profils : 1) Tableau «dépressif» réactionnel (problèmes conjugaux, professionnels, existentiels).dimension «régénératrice» de l activité de jeu qui est déniée en tant que problème. 2) Le jeu est au premier plan en raison des conséquences socio-économiques, médico-légales, familiales, etc 56

57 Approches thérapeutiques 1. Thérapies cognitivo-comportementales 2. Entretien Motivationnel 3. Prévention de rechute 4. Traitement médicamenteux 5. Traitement des comorbidités psychiatriques 6. Gestion de la codépendance 57

58 Traitements médicamenteux Naltrexone: C'est un antagoniste stupéfiant qui agit par voie orale, plus longtemps et plus efficacement que la naloxone SSRI: antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine Acamprosate: (campral) Stabilisateurs d humeur Antipsychotiques 58

59 Prévention de rechute Les joueurs aimeraient surtout être débarrassés des conséquences négatives de la pratique plutôt que de la pratique elle-même. vérification des stratégies mise en place. élaboration des situations à risque et stratégies de prévention de rechute. Remplacement difficile de l intensité des sensations ressenties dans le jeu. 59

60 Traitement des comorbidités psychiatriques 60

61 Gestion de la codépendance 61

62 Le Conjoint Phase de négation : - Continuation de ce qui a toujours existé - Pas de danger Phase de stress : Phase de l exaspération : - Prise de conscience de l ampleur du phénomène mais se sentant coupable, il/elle accepte passivement les justifications du conjoint - Déconmpensations anxiodépressives et/ou séparations 62

63 63

64 64

65 Conclusion Même évolution que pour les autres addictions Rétention et longueur du traitement = facteur de bon pronostic et de bonne évolution Faible proportion de joueurs excessifs en contact avec les structures de soins: 65

66 Conclusion Comorbidité psychiatrique importante Pertinence de l approche cognitivo-comportementale (groupe + individuel) Développer la recherche dans ce domaine: Les nouvelles demandes de soins ont suivi l apparition d articles de presse Faible taux de demandes malgré la gratuité et la facilité d accès aux soins 66

67 Conclusion Similarité de pathologie et de traitement entre le jeu excessif et les autres addictions Similarité facilite le traitement Importance de la comorbidité psychiatrique Facilité des traitement actuels Importance des traitements intégrés Auto-traitement sur internet 67

68 Bibliographie 68

testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité!

testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! : t i u t a r g t i Extra testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! Enoncé Un fan de casino Vous êtes praticien dans la belle ville d Enghien (célèbre pour son casino ). Vous recevez Joël 43

Plus en détail

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Nouvelles addictions comportementales Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Item N 77. Addictions comportementales Diagnostiquer, évaluer le retentissement

Plus en détail

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises 1 Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises Luca Fumagalli Adjoint au chef du Service des établissements spécialisés et délégué du canton au groupe d accompagnement

Plus en détail

Bases neurobiologiques de la récompense

Bases neurobiologiques de la récompense Bases neurobiologiques de la récompense Le système de récompense est la base neurobiologique de l'apprentissage. Il est indispensable à la survie, car il fournit la motivation nécessaire à la réalisation

Plus en détail

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 «PERSONNALITES» ADDICTIVES Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 Le concept d addiction Plan L histoire naturelle des addictions La construction des traits

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Addictions et dépendances

Addictions et dépendances Addictions et dépendances Joëlle Visier Médecin Tabacologue CES de Bobigny/CPAM 93 Dr Hervé LE CLESIAU - Médecin Directeur Drogue, toxicomanie, addiction Faiblesse, vice, manie Souffrance, maladie Récompense,

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

Les Addictions Comportementales. Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012

Les Addictions Comportementales. Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012 Les Addictions Comportementales Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012 C est quoi une addiction? Il s agit d une substance ou d une activité qui stimule le centre de

Plus en détail

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive PARIS CSAPA BIZIA Dr Daulouède (Bayonne) lagadecaddiction@gmail.com Marthylle LAGADEC Psychologue clinicienne

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

CONDUITES ADDICTIVES HISTORIQUE, DEFINITION, CONCEPTS

CONDUITES ADDICTIVES HISTORIQUE, DEFINITION, CONCEPTS CONDUITES ADDICTIVES HISTORIQUE, DEFINITION, CONCEPTS Cours de PCEM 1 Professeur Olivier COTTENCIN, Faculté de Médecine de Lille L'addiction est une conduite qui repose sur une envie répétée et irrépressible

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Les jeux accessibles par Internet sont réservés aux joueurs ayant 18 ans et plus.

Les jeux accessibles par Internet sont réservés aux joueurs ayant 18 ans et plus. oublié? LES JEUX DE LA FIGURENT PARMI LES MOINS RISQUES EN TERMES D ASSUETUDE AU CELA N EMPECHE PAS LA DE SE SENTIR EXTREMEMENT CONCERNEE PAR LES PROBLEMES DE DEPENDANCE AU SI LA MISSION PREMIERE DE LA

Plus en détail

Généralités sur l addiction: Philippe CANU Sallanches, réunion du 07/06/11

Généralités sur l addiction: Philippe CANU Sallanches, réunion du 07/06/11 Généralités s sur l addiction: l Philippe CANU Sallanches, réunion r du 07/06/11 Définition: Petit Robert : désigne d une relation de dépendance à une substance ou une activité,, qui a de graves conséquences

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Document de référence. La dépendance à l alcool

Document de référence. La dépendance à l alcool Document de référence La dépendance à l alcool Table des matières Introduction 2 Définition 2 Signes et symptômes 3 Intervenir auprès d un employé 4 Traitements et ressources disponibles 5 Conclusion 6

Plus en détail

Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique

Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique Marthylle LAGADEC lagadecaddiction@gmail.com Hôpital Paul Brousse Service d Addictologie du Pr. Reynaud (Villejuif) Institut Fédératif des Addictions

Plus en détail

Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Typologie des conduites addictives Principes de traitement Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008 Les éléments communs

Plus en détail

Le coût social du jeu excessif

Le coût social du jeu excessif Le coût social du jeu excessif Jeu et précarité Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu Claude Jeanrenaud Dimitri Kohler Institut de recherches économiques Université de Neuchâtel

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent)

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) Colloque Européen et International THS 10, le 14 octobre 2011 Marthylle LAGADEC Marie GRALL-BRONNEC,

Plus en détail

ASSUETUDES ET TROUBLES PSYCHIATRIQUES

ASSUETUDES ET TROUBLES PSYCHIATRIQUES ASSUETUDES ET TROUBLES PSYCHIATRIQUES La consommation de produits psychotropes (à savoir toute substance, licite ou illicite, récréative ou médicamenteuse, qui agit sur le cerveau et en modifie le fonctionnement)

Plus en détail

LES ADDICTIONS. Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France. le 15/04/11

LES ADDICTIONS. Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France. le 15/04/11 LES ADDICTIONS Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France Du produit à l addiction Auparavant l accent était mis sur la substance alcool/drogue qui était diabolisée

Plus en détail

Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON

Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON Aucun conflit Établir les diagnostics en toxicomanie selon le DSM 5 Élucider les enjeux de l ordonnance

Plus en détail

L homme et les drogues

L homme et les drogues L homme et les drogues - PCEM 1 psychologie - Dr Perrine ADAM Service de Psychiatrie et d Addictologie Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Document : propriété de la faculté de médecinem Paris 7-7

Plus en détail

Guide Prévention. Addictions. www.prevention-sante.com

Guide Prévention. Addictions. www.prevention-sante.com Guide Prévention Addictions www.prevention-sante.com Lorsque l on parle d addictions, les premières citées sont souvent les toxicomanies, l alcoolisme ou le tabagisme. Mais depuis quelques années, les

Plus en détail

Moi et Mes addictions

Moi et Mes addictions Hygiène de vie Moi et Mes addictions Je m évalue Je m informe PRÉSENTS POUR VOTRE AVENIR Professeur Gérard Dubois Membre de l Académie Nationale de Médecine Service Santé Publique - CHU Amiens. Membre

Plus en détail

http://addictologie.hug-ge.ch

http://addictologie.hug-ge.ch Jeudi 5 février 2015 Gerard Calzada http://addictologie.hug-ge.ch Trainspotting (1966) ASPECTS CINÉMATOGRAPHIQUES Wikipédia 2 http://addictologie.hug-ge.ch Trainspotting (1966) ASPECTS CINÉMATOGRAPHIQUES

Plus en détail

Le jeu pathologique est une maladie chronique, progressive, apparentée à une dépendance et qui peut même être fatale.

Le jeu pathologique est une maladie chronique, progressive, apparentée à une dépendance et qui peut même être fatale. révention en pratique médicale DIRECTION DE LA SANTÉ PUBLIQUE Garder notre monde en santé LE JEU PATHOLOGIQUE La dépendance au jeu : un problème de santé à dépister Le jeu pathologique est une maladie

Plus en détail

DES SUJETS À DÉCOUVIR : Ressource-toi!!! Le jeu et les jeunes Tirage du lapin en chocolat Références Calendrier des activités PLACE AUX JEUNES :

DES SUJETS À DÉCOUVIR : Ressource-toi!!! Le jeu et les jeunes Tirage du lapin en chocolat Références Calendrier des activités PLACE AUX JEUNES : DES SUJETS À DÉCOUVIR : Ressource-toi!!! Le jeu et les jeunes Tirage du lapin en chocolat Références Calendrier des activités PLACE AUX JEUNES : Recette «Pain farci à la viande» Es-tu accro??? Mots cachés

Plus en détail

Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions

Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions Colloque national de pharmacie Marrakech, 2 février 2013 Jalil Bennani Psychiatre et psychanalyste (Rabat) Habilité à diriger les recherches

Plus en détail

Neurologie et interventions pour le traitement de la toxicomanie. Dr. Michel Larivière, C.Psych

Neurologie et interventions pour le traitement de la toxicomanie. Dr. Michel Larivière, C.Psych Neurologie et interventions pour le traitement de la toxicomanie Dr. Michel Larivière, C.Psych Bref survol de la neurologie 1) Neurotransmetteurs: composés chimiques responsables de la transmission de

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT PÉDAGOGIQUE ADDICTIONS : LSD & CANNABIS

ACCOMPAGNEMENT PÉDAGOGIQUE ADDICTIONS : LSD & CANNABIS Prévention ACCOMPAGNEMENT des conduites addictives PÉDAGOGIQUE collège - lycée : physique, chimie, SVT Programme Au collège : en troisième, le programme donne l occasion d investir le thème de convergence

Plus en détail

Consommation de drogues (alcool) et santé mentale AQPAMM

Consommation de drogues (alcool) et santé mentale AQPAMM Consommation de drogues (alcool) et santé mentale «La consommation (drogues/alcool) n est pas un sport de spectateur. Un jour ou l autre, c est toute la famille qui participe.» Joyce Rebeta-Burditt Atelier

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Les addictions chez les adolescents

Les addictions chez les adolescents Les addictions chez les adolescents L adolescence Adolescence signifie en latin «grandir» Le passage entre l enfance et l âge adulte Une génération intermédiaire Le sentiment d identité ne peut être ni

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

PLAN. UE 2.11.S3 Pharmacodépendance - Dr ICICK

PLAN. UE 2.11.S3 Pharmacodépendance - Dr ICICK PHARMACODÉPENDANCE ROMAIN ICICK. PRATICIEN HOSPITALIER. SERVICE DE PSYCHIATRIE D ADULTES DU PR JP LÉPINE, HÔPITAL FERNAND-WIDAL UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT, PARIS UE 2.11.S3: PHARMACOLOGIE ET THÉRAPEUTIQUE

Plus en détail

DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE

DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE Rédaction : Jean-Philippe RAYNAUD Objectifs : Connaître les différentes formes de

Plus en détail

Il s agit du Trouble avec Déficit Attentionnel et/ou Hyperactivité impulsivité (TDAH).

Il s agit du Trouble avec Déficit Attentionnel et/ou Hyperactivité impulsivité (TDAH). L hyperactivité se définit comme un trouble comportemental reconnu (cf rapport du Parlement Européen 2002) et répondant à des critères diagnostiques précis selon le DSM IV ou la CIM 10. Il s agit du Trouble

Plus en détail

La prévention des conduites addictives en collectivité

La prévention des conduites addictives en collectivité Colloque SANTE SECURITE AU TRAVAIL Les collectivités territoriales face aux conduites addictives Alcool, drogues, médicaments,... Comment prévenir et gérer les consommations et addictions des agents? Laurent

Plus en détail

Pour commander ce guide d utilisation et le guide de cotation sur EXCEL qui génère des bilans de façon automatique:

Pour commander ce guide d utilisation et le guide de cotation sur EXCEL qui génère des bilans de façon automatique: ÉCHELLE DES COGNITIONS LIÉES AU JEU Guide d utilisation Auteurs : Marie Grall-Bronnec a), Gaëlle Bouju, Véronique Sébille-Rivain, Philip Gorwood, Claude Boutin b), Jean-Luc Vénisse, Jean-Benoit Hardouin

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire : une addiction?

Les troubles du comportement alimentaire : une addiction? Les troubles du comportement alimentaire : une addiction? Daniele Zullino Centre collaborateur OMS pour l enseignement et la recherche sur les addictions Produit Prédisposition Endophénotype ce qui sous-tend

Plus en détail

La psychologie scientifique au service de l humain

La psychologie scientifique au service de l humain THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES La psychologie scientifique au service de l humain Ces techniques interviennent à 3 niveaux COMPORTEMENT -COGNITIF- EMOTIONNEL Environnement Comportement Cognition

Plus en détail

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Gestion du stress et de l anxiété par les TCC Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Rappel sur les bases du modèle cognitif du stress Définitions du

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

Evaluation de l'addiction : DSM-5

Evaluation de l'addiction : DSM-5 Evaluation de l'addiction : DSM-5 Source : American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.) Mode d utilisation inadapté d'un produit conduisant

Plus en détail

L ACTION DES DROGUES SUR

L ACTION DES DROGUES SUR L ACTION DES DROGUES SUR 16 Système de recapture de la dopamine Neuromédiateur (dopamine) Récepteur spécifique à dopamine >>LA DOPAMINE ET LE «CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE» Les drogues qui agissent le plus

Plus en détail

ALCOOLISME ET DEPENDANCE. Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS

ALCOOLISME ET DEPENDANCE. Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS ALCOOLISME ET DEPENDANCE Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS I. INTRODUCTION Consommateurs de boissons alcoolisées: +/- 60 à 70% de la population Suède: consommation le WE ++ : accidents,

Plus en détail

Les métronomes de l espoir

Les métronomes de l espoir Les métronomes de l espoir Stéphane Bujold, psychologue Conseiller clinique au Centre en dépendance de Laval Colloque sur le suicide Laval, le 9 février 2012 Les métronomes de l espoir Plan de travail

Plus en détail

Traitements basés sur la substitution (TBS)

Traitements basés sur la substitution (TBS) Traitements basés sur la substitution (TBS) Atelier 1 : Comorbidité troubles affectifs et addictions Les traitements médicamenteux Alexandre Dupont-Willemin Médecin spécialiste en psychiatrie et psychothérapie

Plus en détail

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE GENERALITES Douleur chronique = douleur qui évolue depuis plus de 6 Mois. Douleur «maladie» qui évolue par elle même Douleur «traumatisme»:

Plus en détail

Fiche Mémo Patient avec un trouble bipolaire : repérage et prise en charge initiale en premier recours

Fiche Mémo Patient avec un trouble bipolaire : repérage et prise en charge initiale en premier recours Fiche Mémo Patient avec un trouble bipolaire : repérage et prise en charge initiale en premier recours Juin 2015 Préambule Le trouble bipolaire est une maladie psychiatrique chronique et récurrente, de

Plus en détail

Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique

Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique Dépendance de la victime à une illusion, un fantasme Ces critères ont été élaborés par Goodman

Plus en détail

CONGRÈS DU CQJDC 3 MAI 2012

CONGRÈS DU CQJDC 3 MAI 2012 CONGRÈS DU CQJDC 3 MAI 2012 Formation élaborée par les services régionaux de soutien et d expertise TRP de la Montérégie et de Laval-Laurentides-Lanaudière Anne-Marie Beaulieu, Carole Carrière et Louise-Hélène

Plus en détail

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Objectifs de la présentation Offres de la FNA-CENEA Politique fédérale Les différents types de consommateurs Processus d addiction et de

Plus en détail

Les troubles anxieux et les troubles de l humeur chez l adolescent

Les troubles anxieux et les troubles de l humeur chez l adolescent Les troubles anxieux et les troubles de l humeur chez l adolescent Quelques pistes à l usage des patients et de leurs parents Par Marie-Pier Larrivée, md,frcpc, pédopsychiatre, Hôpital Sainte-Justine Le

Plus en détail

20 réponses sur les troubles liés aux jeux d'argent

20 réponses sur les troubles liés aux jeux d'argent 20 réponses sur les troubles liés aux jeux d'argent Edité par le Centre du jeu excessif www.jeu-excessif.ch CJE Reproduction autorisée sur demande préalable et mention de la source Avril 2012 Renseignements

Plus en détail

Théorie Comportementale Cognitive. Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs

Théorie Comportementale Cognitive. Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs Théorie Comportementale Cognitive Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs Elsa Lambrescak DCEM3, nov 2010 Antoine, 12 ans Est amené par sa maman au cabinet médical pour : Des difficultés d endormissement

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Tabac et Anxiété. Mélina FATSEAS Université Bordeaux CNRS, USR 3413 Pôle Addictologie CH Charles Perrens

Tabac et Anxiété. Mélina FATSEAS Université Bordeaux CNRS, USR 3413 Pôle Addictologie CH Charles Perrens Tabac et Anxiété Mélina FATSEAS Université Bordeaux CNRS, USR 3413 Pôle Addictologie CH Charles Perrens Comorbidité des troubles psychiatriques NCS-R (1994) Prévalence vie entière % Trouble psychiatrique

Plus en détail

CONSULTATION «Les Modes d Usage»

CONSULTATION «Les Modes d Usage» ADDICTOLOGIE CONSULTATION «Les Modes d Usage» CENTRE DE SOINS D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE «C.S.A.P.A. La Caravelle» BILAN CONSULTATION ADDICTOLOGIE Le repérage et les modes d usage

Plus en détail

Le traitement du TDAH

Le traitement du TDAH Le traitement du TDAH chez les enfants, les adolescents et les adultes 2 Un diagnostic est posé en fonction d un ensemble de données et de l élimination d autres causes possibles des SYMPTÔMES Qu est-ce

Plus en détail

Cerveau en fiches. Chapitre 11 : Dans ce chapitre. Nicotine. Alcool. Cannabis. Opiacés. Psychostimulants. Drogues «club»

Cerveau en fiches. Chapitre 11 : Dans ce chapitre. Nicotine. Alcool. Cannabis. Opiacés. Psychostimulants. Drogues «club» Cerveau en fiches Chapitre 11 : Addiction Dans ce chapitre Nicotine Ce circuit est normalement impliqué dans les processus d apprentissages fondamentaux qui participent à la survie de l individu. Au cours

Plus en détail

L anxiété et les troubles anxieux

L anxiété et les troubles anxieux L anxiété et les troubles anxieux JOUR 2 Extrait de la présentation PowerPoint pour consultation par participants à l atelier organisé par le Service populaire de psychothérapie de Laval) avec Jorge Vasco,

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage?

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Isabelle Jacot Sadowski Policlinique médicale universitaire Lausanne Berne, 03.12.2009 1 Problématique Décision d arrêt

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

La Fondation pour la Recherche Médicale développe la recherche dans le domaine des addictions

La Fondation pour la Recherche Médicale développe la recherche dans le domaine des addictions La Fondation pour la Recherche Médicale développe la recherche dans le domaine des addictions Paris, le 27 janvier 2015 La Fondation pour la Recherche Médicale (FRM) a lancé en 2014 un programme dédié

Plus en détail

Etudes de prévalence du Jeu pathologique en Suisse 1998 et 2005

Etudes de prévalence du Jeu pathologique en Suisse 1998 et 2005 Etudes de prévalence du Jeu pathologique en Suisse 1998 et 2005 Christian Osiek Guido Bondolfi Françoise Jermann Daniele Zullino François Ferrero Département de psychiatrie Christian.Osiek@hcuge.ch Pourquoi

Plus en détail

Programme internet de traitement du jeu excessif Partie cognitivo-comportementale

Programme internet de traitement du jeu excessif Partie cognitivo-comportementale 19 juin 2008 Programme internet de traitement du jeu excessif Partie cognitivo-comportementale Dr. Ariane Zermatten Dr. Christian Osiek Dr. Françoise Jermann Dr. Yasser Khazaal Dr. Guido Bondolfi Pourquoi

Plus en détail

LE JEU CHEZ LES JEUNES

LE JEU CHEZ LES JEUNES LE JEU CHEZ LES JEUNES NOTRE POLITIQUE : 19 ANS ET PLUS Le jeu est une option de divertissement pour les adultes. Dans cette perspective, Loto Atlantique s engage à continuer de soutenir les initiatives

Plus en détail

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE Dr. David Da Fonseca Pédopsychiatre Hôpital Sainte Marguerite, Marseille 1902: G. STILL décrit 20 enfants hyperactifs «contrôle moral défectueux»

Plus en détail

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15 Table des matières CHAPITRE 1: LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE 13 D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module

Plus en détail

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine

Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine Avant le sevrage : Evaluation de la de la dépendance comportementale, psychologique ou physique, Autoobservation, test de Fagerstrom (Fagerstrom en annexe)

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

JEU. Éducation et traitement dans un contexte de soins en établissement PROBLÉMATIQUE. Guide de l animateur

JEU. Éducation et traitement dans un contexte de soins en établissement PROBLÉMATIQUE. Guide de l animateur JEU Éducation et traitement dans un contexte de soins en établissement PROBLÉMATIQUE Guide de l animateur Jeu problématique Éducation et traitement dans un contexte de soins en établissement Guide de

Plus en détail

Questionnaire ICA. Tout d abord nous vous prions de fournir quelques indications personnelles :

Questionnaire ICA. Tout d abord nous vous prions de fournir quelques indications personnelles : Questionnaire ICA Tout d abord nous vous prions de fournir quelques indications personnelles : Sexe : Féminin Masculin Age : ans Nombre d années d études (y compris l école obligatoire) terminées et réussies

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux SEMESTRE 2 UE 2.6.S2 Processus psychopathologiques 11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux Névrose et anxiété La névrose est une perturbation de l ensemble de la personnalité plus marquée au niveau

Plus en détail

L anxiété à l école. Présentation au colloque des TES 31 mai 2013

L anxiété à l école. Présentation au colloque des TES 31 mai 2013 L anxiété à l école Présentation au colloque des TES 31 mai 2013 Par Jacinthe Beaulieu Conseillère pédagogique en adaptation scolaire Commission scolaire des Samares Objectifs de la rencontre Comprendre

Plus en détail

Édition des Mutualités Libérales. Dépression. entretenez votre capital santé!

Édition des Mutualités Libérales. Dépression. entretenez votre capital santé! Édition des Mutualités Libérales Dépression entretenez votre capital santé! 2 Introduction Tout le monde traverse parfois une journée noire ou ne se sent pas bien dans sa peau, mais ce n est généralement

Plus en détail

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Les substances psychoactives (alcool, cannabis, héroïne ) agissent sur le cerveau mais aussi sur les sensations du corps. Cela va avoir

Plus en détail

LES MACHINES COLLECTION SAVOIR POUR CHOISIR

LES MACHINES COLLECTION SAVOIR POUR CHOISIR LES MACHINES COLLECTION SAVOIR POUR CHOISIR SAVOIR POUR CHOISIR Si vous aimez jouer aux machines à sous ou aux appareils de loterie vidéo, cette publication est pour vous. Elle pourrait vous aider à limiter

Plus en détail

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire)

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire) Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés (Pr Ph. Meire) 1 Face aux malentendus et confusions, priorité à la clinique! Changement de personnalité ou de comportement = signal d alarme en gériatrie

Plus en détail

Prise en charge du patient souffrant d obésité au Centre de Prévention et Réadaptation Cardiovasculaire Léopold Bellan

Prise en charge du patient souffrant d obésité au Centre de Prévention et Réadaptation Cardiovasculaire Léopold Bellan Prise en charge du patient souffrant d obésité au Centre de Prévention et Réadaptation Cardiovasculaire Léopold Bellan MME BOUERI RANA, PSYCHOLOGUE - PSYCHOTHÉRAPEUTE DR COURTALHAC, MÉDECIN Parcours du

Plus en détail

HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE

HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE HASARD ET D ARGENT À L ADOLESCENCE: DE L EXPÉRIENCE À UNE RATIONALISATION SOCIALE Annie-Claude Savard, M. Serv. Soc., candidate au doctorat, École de Service Social,

Plus en détail

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER DROGUES INFO SERVICE 0 800 23 13 13 WWW.DROGUES-INFO-SERVICE.FR 7 jours sur 7. De 8 à 2 heures. Appel anonyme et gratuit d un poste fixe. Appel depuis un portable au coût d un appel ordinaire : 01 70 23

Plus en détail

Partie du système nerveux central qui relie certains groupes de neurones à l origine de fortes sensations de plaisir et de satisfaction.

Partie du système nerveux central qui relie certains groupes de neurones à l origine de fortes sensations de plaisir et de satisfaction. avec la collaboration du Centre de vulgarisation de la connaissance, Université Paris XI LEXIQUE LE CANNABIS SOUS L ŒIL DES SCIENTIFIQUES Addiction État de besoin vis-à-vis d une drogue ou d une pratique

Plus en détail

Portraits d un premier épisode psychotique: Comment le reconnaître et le traiter

Portraits d un premier épisode psychotique: Comment le reconnaître et le traiter Portraits d un premier épisode psychotique: Comment le reconnaître et le traiter Marc-André Roy, MD, MSc, FRCPC Sophie L Heureux, MD, FRCPC Clinique Notre-Dame-des-Victoires (CHRG), Québec Plan de la présentation

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail