2. Les résultats et prévisions 9 Le patient, le grand gagnant 9 Un réseau plus performant 10 Témoignages 11

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2. Les résultats et prévisions 9 Le patient, le grand gagnant 9 Un réseau plus performant 10 Témoignages 11"

Transcription

1

2 table des matières 1. L Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (UCCSPU) 4 Mise en contexte 4 Objectifs 4 Un transport bonifié 5 La démarche d implantation 8 La démarche d évaluation Les résultats et prévisions 9 Le patient, le grand gagnant 9 Un réseau plus performant 10 Témoignages Une perspective prometteuse 12 Les perspectives régionales et suprarégionales Partenaires et collaborateurs 13

3 1 L unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (uccspu) 4 Mise en contexte Chaudière-Appalaches est une région dont les caractéristiques géographiques et démographiques influencent grandement l accessibilité et la continuité des services. Non seulement la région est vaste, avec ses km 2, mais son territoire est rural à plus de 85 %. La population doit se déplacer parfois sur de longues distances pour obtenir certains services de santé plus spécialisés. Dans les services préhospitaliers d urgence (SPU), le temps moyen de transport pour les patients avec une priorité 1 est de 18,5 minutes, alors que la durée des transports pour certains secteurs limitrophes de la région peut excéder une heure. Ces facteurs ont incité la direction médicale régionale des SPU à mettre en place une solution novatrice pour intervenir plus rapidement, avec des moyens différents, en vue d améliorer l accessibilité aux services. Les cinq centres receveurs de Chaudière-Appalaches CSSS DE LA RÉGION DE THETFORD CHAU HÔTEL-DIEU DE LÉVIS CSSS DE BEAUCE CLSC DE ST-JEAN- PORT-JOLI CSSS DE MONTMAGNY- L ISLET Dans le but d optimiser l efficacité de la chaîne d intervention (voir schéma) et de préparer le centre receveur à accueillir le patient dans les meilleures conditions possible, des médecins d urgence du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis (CHAU-HDL), dont le directeur médical régional des SPU, ont présenté en 2001 un projet novateur : l Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (UCCSPU). Il s agit d un projet régional impliquant les principaux partenaires du milieu permettant l accès au soutien médical à distance lors du transport ambulancier. Objectifs 1. Améliorer la qualité des services de santé. 2. Optimiser les soins pendant la durée du transport ambulancier. 3. Privilégier l approche centrée sur le patient. 4. Transférer les responsabilités cliniques de l Agence vers un établissement : le CHAU-HDL. 5. Favoriser l intégration des milieux préhospitaliers et hospitaliers pour une meilleure continuité de soins. 6. Répondre aux besoins cliniques des intervenants : en milieu préhospitalier : techniciens ambulanciers / paramédics; dans les unités d urgence : médecins, infirmières. 7. Mettre en valeur le partenariat régional. CHAÎNE DES SPU PATIENT 911 CCS PREMIERS RÉPONDANTS PATIENT TA/P véhicule ambulancier UCCSPU COMMUNICATION VERBALE DONNÉES SOUTIEN MÉDICAL À DISTANCE PROTOCOLES MÉDICAUX transmission des données et/ou appel

4 Un transport bonifié L Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (UCCSPU) est implantée au CHAU Hôtel-Dieu de Lévis (CHAU-HDL) depuis juin C est un plateau clinique qui permet le soutien médical à distance des patients transportés par véhicule ambulancier de la région Chaudière- Appalaches. Grâce à l UCCSPU, le temps passé dans les véhicules ambulanciers peut désormais être utilisé pour initier certains traitements non disponibles auparavant, en plus d amorcer la collecte d information clinique utile pour la prise en charge des patients. Dans la phase d implantation, les efforts ont été mis principalement sur les patients aux prises avec des problèmes cardiaques et respiratoires. Progressivement, c est à l ensemble des patients instables que l UCCSPU fournira des services. L équipe de l UCCSPU est composée d infirmières cliniciennes et de médecins œuvrant à l unité d urgence du CHAU-HDL. Son rôle consiste à soutenir et à guider les techniciens ambulanciers/paramédics (TA/P) dans leur travail auprès des patients dont l état de santé est instable ou complexe et qui nécessitent une intervention urgente ou un soutien médical pendant le transport ambulancier. Ce soutien médical à distance est rendu possible grâce à la mise en place d équipements de télécommunication et de télémétrie dans ces véhicules. Il permet d aller au-delà des protocoles de soins donnés par le TA/P : l administration de doses additionnelles de médicaments, l ajout d indications aux cinq médicaments (aspirine, nitroglycérine, glucagon, épinéphrine et salbutamol), ainsi que le transport du patient à un centre hospitalier le plus approprié à sa condition. L outil de travail principal du personnel de l UCCSPU est un guide de soins standardisé et informatisé, élaboré en tenant compte des protocoles d intervention clinique des TA/P (PICTA). Cet outil comprend un ensemble de consignes avancées, comme celle de produire un électrocardiogramme (ÉCG). Il permet de préciser le diagnostic et renferme des consignes médicales que le médecin d urgence peut faire appliquer. Le personnel infirmier interprète tous les ÉCG, et l opinion du médecin est demandée dans les cas de possibilité d infarctus ou de rythme cardiaque anormal. En plus de ces données cliniques, le personnel infirmier obtient du TA/P certains renseignements, dont l histoire en bref, les allergies, les antécédents, les signes vitaux ainsi que les données nominatives. Il applique ses protocoles en fonction des données obtenues. Une fois l information colligée, un rapport est produit et transmis au centre receveur. Dans les cas de patients instables, le personnel infirmier communique aussi avec l unité d urgence du centre receveur. Dans les cas de patients très instables, le personnel infirmier communique aussi avec l unité d urgence du centre receveur. Dans les cas d infarctus aigu du myocarde, si les critères sont rencontrés, ces patients peuvent alors être orientés directement vers les salles d hémodynamie par l UCCSPU. L interprétation médicale de l ÉCG évite la mobilisation inutile des équipes d hémodynamie dans les cas de patients en infarctus aigu du myocarde : les faux négatifs et les faux positifs sont réduits au minimum. Si les critères sont rencontrés, ces patients en infarctus aigu peuvent alors être orientés directement par l UCCSPU, vers les salles d hémodynamie. 5

5 L UCCSPU en action : un patient en infarctus aigu du myocarde 6 Une sonnerie d alerte retentit, un électrocardiogramme (ÉCG) apparaît à l écran. L infirmière clinicienne reconnaît le tracé d un infarctus aigu avec élévation du segment ST dans les dérivations antérieures. Immédiatement, elle répond au technicien ambulancier/paramédic (TA/P) par les messages prédéfinis suivants (affichés sur l écran dans le véhicule ambulancier) : «Infarctus probable», «Installez les électrodes de défibrillation», «Êtes-vous en mesure de téléphoner?». Elle joint le médecin d urgence au téléphone, qui lui confirme l infarctus aigu avec élévation du segment ST. Le véhicule doit être orienté vers l Hôpital Laval. L infirmière raccroche et reçoit un appel du TA/P qui a installé les électrodes de défibrillation. L infirmière lui demande de se diriger vers l Hôpital Laval et commence la collecte de données. Le TA/P lui rapporte les données nominatives et cliniques de la patiente. L infirmière consigne et analyse les données, et demande d autres ÉCG. Elle joint ensuite l hémodynamicien de garde à l Hôpital Laval, à qui elle décrit l infarctus, la condition de la patiente et l indication d angioplastie primaire d urgence selon le guide de soins de l UCCSPU. Ce dernier accepte le transfert et demande que la patiente soit dirigée directement au laboratoire d hémodynamie. L infirmière complète le dossier qu elle transmet au secrétariat d hémodynamie. Elle avise ensuite le service d admission du centre hospitalier en vue du retour de la patiente du laboratoire d hémodynamie. Le téléphone sonne à nouveau. Le TA/P avise l infirmière que la patiente a fibrillé près de l échangeur du pont Pierre- Laporte, mais que le rythme s est normalisé au premier choc. Il y a reprise de pouls, et la respiration est spontanée. L infirmière appelle l Hôpital Laval pour aviser le médecin de l arrivée imminente de la patiente en post-réanimation. L équipe de l urgence est mise sous tension. Deux minutes plus tard, le véhicule ambulancier arrive à l unité d urgence avec la patiente. En moins de 20 minutes, l obstruction sur la coronaire est levée, et un tuteur est mis en place. La patiente a bien toléré l intervention et ne présente qu une sensibilité légère au thorax. Le lendemain matin, elle est libérée de l Hôpital Laval et est dirigée vers le CHAU Hôtel-Dieu de Lévis (CHAU-HDL) où son lit a été réservé pour la suite du traitement. Sans l intervention de I UCCSPU, son muscle cardiaque aurait perdu de nombreuses minutes d intégrité musculaire, ce qui aurait occasionné un plus grand risque de complications à long terme, dont celle de l insuffisance cardiaque. Une alerte signale la réception des paramètres cliniques du patient à bord du véhicule ambulancier Traitement donné par le TA/P À LA PATIENTE Confirmation de l infarctus par le médecin de garde Outil d évaluation à l UCCSPU Arrivée de LA PATIENTE au centre receveur à bord d un véhicule muni de télémétrie

6 Le TA/P transmet un ÉCG avec les signes vitaux du patient. Solution technologique retenue La solution technologique retenue est la mise en place d un système de télémétrie dans les véhicules ambulanciers. Les techniciens ambulanciers paramédics (TA/P) peuvent effectuer des électrocardiogrammes (ÉCG) et les transmettre avec les signes vitaux du patient. L équipement sélectionné pour la captation des ÉCG, l unité de mesure (Ortivus), génère des électrocardiogrammes de haute qualité et permet de les effectuer en route à intervalles réguliers et sur demande. Le réseau de télécommunications sociosanitaire (RTSS) est utilisé pour les échanges de données à l Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (UCCSPU). À tout moment, le TA/P peut discuter du problème du patient avec le personnel infirmier de l UCCSPU à l aide d un téléphone cellulaire. Technologie à l UCCSPU Serveur informatique et 2 postes clients pour la réception de données télémétriques (Ortivus) Serveur informatique et 2 postes clients pour le logiciel de protocoles (Solutions NDX) Système d enregistrement des communications téléphoniques (ArchiVox) Technologie dans les véhicules ambulanciers Ordinateur portatif dans chaque véhicule ambulancier (Panasonic CF-29 et PDRC) avec écran tactile Matériel de captation de l ÉCG et des signes vitaux 12 dérivations (Ortivus) Modem pour la transmission de données par voie cellulaire ou satellite Téléphone cellulaire L établissement de corridors de services L UCCSPU a défini des corridors de services spécialisés de troisième ligne : en cardiologie : dans les cas d infarctus aigu, corridor de services avec l Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie (Hôpital Laval), et corridor de service avec le CHUS Hôpital de Fleurimont pour les patients pris en charge au sud de Thetford; en neurologie : corridor de services entre le CSSS de Montmagny-L Islet et le CHAU Hôtel-Dieu de Lévis, dans les cas de patients atteints d accident vasculaire cérébral aigu et résidant dans le territoire du CSSS de Montmagny-L Islet; en médecine hyperbare : corridor de services avec le CHAU-HDL, dans les cas d intoxication au monoxyde de carbone et d accidents de plongée (les lieux reconnus de plongée). Affichage d un tracé d ÉCG et de la bande de rythmes à bord du véhicule ambulancier 7

7 8 Formation des intervenants Ce mode novateur de pratique nécessite un rehaussement des habiletés techniques et une mise à jour des connaissances pour tous les intervenants de la chaîne d intervention. Formation de 250 techniciens ambulanciers/paramédics (TA/P) Utilisation de la technologie Nouveaux protocoles en lien avec l Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (UCCSPU) Formation des infirmières et substituts Formation des infirmières pour le travail à l UCCSPU Élaboration de protocoles de soins avancés Évaluation d un patient à distance Pré-triage/triage Formation des médecins Formation pour une meilleure interaction avec les TA/P et infirmières de l UCCSPU (pratiques variées, familiarisation avec les protocoles et le travail dans le milieu préhospitalier) Élaboration de protocoles de soins médicaux Uniformisation de la pratique médicale Développement d une expertise préhospitalière parmi les médecins d urgence Formation des étudiants, externes, résidents Enseignement aux étudiants de niveau universitaire La démarche d implantation La réalisation de ce projet pilot a été rendue possible grâce à la mobilisation des principaux acteurs régionaux en lien avec les services préhospitaliers d urgence (SPU), le soutien du ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi qu à une campagne de financement menée par la Fondation Télémétrie Chaudière-Appalaches (2,2 M$). Ont participé à sa réalisation : l Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches, du CHAU Hôtel Dieu de Lévis (CHAU-HDL), les centres de santé et de services sociaux de la région Chaudière-Appalaches ainsi que les entreprises ambulancières. La démarche d évaluation Pour toute la durée du projet, une équipe d évaluation de l Université Laval en collaboration avec l unité de recherche sur les soins et services d urgence de CHAU-Hôtel-Dieu de Lévis (URSSUL) accompagne le projet dans ses différentes étapes de mise en œuvre. Un rapport d évaluation sera produit à l automne 2010.

8 2 Des résultats Entre juin 2006 et mars 2008, les TA/P ont fait appel au personnel de l UCCSPU à 5558 reprises et plus de ÉCG ont été produits et interprétés. le patient, le grand gagnant Dès juin 2007, le service était disponible à toute la population de Chaudière-Appalaches (136 municipalités), et ce, 24 heures par jour, 7 jours sur 7. Entre juin 2006 et mars 2008, les techniciens ambulanciers/paramédics (TA/P) ont fait appel au personnel de l Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (UCCSPU) à reprises. Plus de électrocardiogrammes (ÉCG) ont été produits et interprétés. centre tertiaire de cardiologie. Ces interventions mieux ciblées et plus précoces diminuent la mortalité des patients et la morbidité. Pour le patient en infarctus aigu, chaque délai de 10 minutes accroît de 1 % son risque de mortalité. Une heure de muscle cardiaque préservé peut faire la différence entre un patient qui demeurera physiquement actif et un autre qui sera invalide. Au 31 mars 2008, l UCCSPU a permis de diagnostiquer 136 patients en infarctus aigu. De ceux-là : 81 ont été transportés au centre hospitalier le plus près 55 ont été déviés en route vers le laboratoire d hémodynamie de l Hôpital Laval 24 des 55 patients déviés (dossiers complétés) ont été analysés selon les normes de l American Heart Association / American College of Cardiology 1 (AHA/ACC) : 23/24 ont eu un temps ÉCG à dilatation < 60 minutes 24/24 ont eu un temps ÉCG à dilatation < 90 minutes 9 L UCCSPU peut établir un diagnostic rapide qui permet au personnel des unités d urgence du centre receveur d être mieux préparé à l accueil du patient. En cas d infarctus aigu, et en accord avec les normes de l AHA/ACC, le patient peut être dirigé directement du véhicule ambulancier vers un 1 Comme point de comparaison, l année précédant la mise en fonction de l UCCSPU, seulement 21 % des patients rencontraient la norme de < 90 minutes, alors que maintenant, elle est de 100 %.

9 Un réseau plus performant 10 Harmonisation des conduites cliniques Des rencontres avec les équipes médicales des différents établissements de la région et des deux centres d hémodynamie impliqués, ont permis de dégager un certain consensus dans les modes de traitement des infarctus aigus du myocarde. Ces orientations ont été confirmées par les normes publiées récemment par l AETMIS (Agence d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé) et celles de l AHA/ACC (American Heart Association / American College of Cardiology). Cette démarche permet d offrir à la population des soins de haute qualité basés sur des normes de pratique reconnues. Les données recueillies par l UCCSPU permettent de comparer les différentes pratiques et ainsi de viser une meilleure efficience des ressources du milieu (centres hospitaliers, centres d hémodynamie, services préhospitaliers d urgence (SPU). Développement d expertise Le personnel et l équipe de gestion de l UCCSPU a su développer une expertise d intervention à distance (télésanté) dans le secteur préhospitalier de même qu une connaissance unique en gestion de projet visant l intégration des secteurs préhospitalier et hospitalier. Diverses solutions technologiques sont comparées : les avantages et inconvénients établis permettront aux décideurs de faire les choix les plus éclairés. Pénurie des ressources Le travail de l UCCSPU peut contribuer à réduire les impacts reliés à la pénurie d effectifs médicaux et infirmiers en remplaçant, par exemple, l escorte médicale ou l escorte infirmière lors des transferts interétablissements.

10 TÉMOIGNAGES La conjointe d un patient «Le 2 mai 2008, vers 7 h 00 du matin, mon mari me réveille en me disant : «Lève-toi, je vais mourir». Ses yeux étaient vitreux et il avait de la difficulté à respirer. Je croyais qu il allait faire un arrêt cardiaque. J ai aussitôt composé le 911, et l ambulance est arrivée quelques minutes plus tard. Un des ambulanciers m a dit que le cœur de mon mari était correct. J ai trouvé cela merveilleux, ça m a rassurée de savoir que les ambulanciers étaient en constante communication avec une équipe médicale. J ai été très bien accueillie à l hôpital. Je sentais qu on nous attendait et qu il y avait des gens très humains autour de moi.» Mme Maria-Lina Guay «J ai trouvé cela merveilleux, ça m a rassurée de savoir que les ambulanciers étaient en constante communication avec une équipe médicale». Un technicien ambulancier/paramédic Au départ, j étais réfractaire à l arrivée de cette nouvelle technologie dans nos véhicules ambulanciers. Avec le temps et l utilisation, je réalise que cela apporte une valeur ajoutée à mon travail. J apprécie le travail en concertation avec l UCCSPU. J y vois l avantage de nous référer à d autres professionnels. Nous pouvons agir hors protocole par exemple, administrer de la nitroglycérine à un patient en œdème aigu du poumon. C est le patient en bout de ligne qui en ressort gagnant. On le sent soulagé et rassuré. Je réalise que les informations transmises à l UCCSPU permettent au personnel médical des urgences d avoir une meilleure idée de l état du patient et de se préparer en conséquence. Cette nouvelle façon de travailler nous apporte une plus grande crédibilité auprès de la population et c est un pas de plus vers la professionnalisation de notre travail. Aujourd hui, je ne serais plus capable de m en passer, ça fait figure de référence. Revenir en arrière est impossible. À mon avis, cet équipement est, avec l arrivée du moniteur défibrillateur semi-automatique (MDSA), l équipement le plus utile que nous ayons eu au cours des dernières années. M. Alain Lamarre, TA/P un infirmier «Cette journée là, il y avait quatre patients dans l aire de stabilisation dont les conditions étaient jugées instables. Nous avons été informés de l arrivée par ambulance d une patiente de 65 ans L information reçue de l Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence m a permis de prendre rapidement une décision clinique avant l arrivée de l ambulance. Les informations cliniques contenues dans le document m ont permis de constater que cette dame était dans un état plus stable que les patients de l aire de stabilisation. Nous avons donc préparé l arrivée de la patiente et l avons installée dans l aire contrôlée. Ce nouveau service m a permis, grâce aux informations pertinentes, d installer la patiente à l endroit qui convenait le mieux à sa situation de santé.» M. Christian Côté, infirmier unité d urgence 11

11 3 Une perspective prometteuse 12 L infrastructure en télécommunication et l organisation fonctionnelle mises en place par l Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (UCCSPU) ouvrent la porte à de multiples applications tant dans la région de Chaudière-Appalaches que dans les régions avoisinantes : soutien médical à distance, surveillance télémétrique, envoi en temps réel des signes vitaux, base de données (SQL) pour l archivage et l analyse de ces données, transmission bidirectionnelle de messages texte, géo-positionnement des véhicules ambulanciers (à venir), couverture par réseau satellite et autres. Les perspectives régionales Ordonnances médicales (ajout de médicaments) Ajout de corridors de services tertiaires Économie de ressources cliniques Soutien à la formation des intervenants Soutien aux CSSS (points de services sans médecin) Développement de liens avec le 911, Info-santé et urgence détresse Arrimage des systèmes d information permettant de suivre les trajectoires de patients Démarche de reconnaissance par le Réseau universitaire intégré de santé (RUIS) et le MSSS d un centre universitaire en médecine préhospitalière (milieu d expérimentation) Mise sur pied d un stage post-doctoral en préhospitalier «fellowship», en collaboration avec l Université Laval À un niveau suprarégional, l UCCSPU viserait à offrir aux services préhospitaliers d urgence pour l ensemble du territoire du RUIS-UL, les mêmes services déjà offerts en Chaudière-Appalaches. À titre d exemple, l UCCSPU pourrait soutenir l instauration de nouveaux corridors de services pour ce réseau.

12 Partenaires et collaborateurs Ministère de la Santé et des Services sociaux Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Les CSSS de la région de Chaudière-Appalaches Fondation Télémétrie Chaudière-Appalaches Université Laval Membres du RUIS de l Université Laval Les entreprises ambulancières de la région de Chaudière-Appalaches Bell Solutions NDX Centre de santé et de services sociaux 13

13 Le genre masculin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Édition produite par : Direction des services de santé et de médecine universitaire Conception graphique par : Team, équipe de création inc. Pour des renseignements additionnels, veuillez communiquer avec : Service des communications Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches 363, route Cameron Sainte-Marie (Québec) G6E 3E2 Téléphone : Télécopieur : Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2008 Bibliothèque et Archives Canada, 2008 ISBN (version imprimée) ISBN (version pdf) Ce document est disponible sur le site Web de l Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches, à l adresse Document déposé à Santécom (http://www.santecom.qc.ca) Toute reproduction partielle de ce document est autorisée et conditionnelle à la mention de la source. Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches, 2008

14

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Édition Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux Direction de l organisation des services,

Plus en détail

STRUCTURE DES COMITÉS

STRUCTURE DES COMITÉS STRUCTURE DES COMITÉS Afin d assurer une opérationalisation efficiente du programme de soins et services pour les personnes traumatisées, le CHRR s est doté d une structure de comités chargés de la coordination

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants (PR) et répartiteurs médicaux d urgence (RMU)

DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants (PR) et répartiteurs médicaux d urgence (RMU) DATE : 20 mars 2014 EXPÉDITRICE : Docteure Colette D. Lachaîne Directrice médicale nationale des services préhospitaliers d urgence DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants

Plus en détail

Formations et orientations Employé

Formations et orientations Employé Formations et orientations Employé Août 2011 Urgence Médicale Code Bleu 2 Formations et orientations Présentation du guide Soucieuse de la qualité des soins prodigués par ses employés, Urgence Médicale

Plus en détail

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS Référence : 4504-20-04 Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS 1. OBJECTIF Uniformiser le processus de prescription

Plus en détail

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants :

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants : POLITIQUE TITRE : NUMÉRO : AD 001-001 REMPLACE DOCUMENT(S) SUIVANT(S), S IL Y A LIEU : Politique de déplacement des bénéficiaires PERSONNEL VISÉ : gestionnaires personnel de soutien soins aux patients

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Des indicateurs de qualité à l intention des professionnels et des gestionnaires

Plus en détail

SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE

SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION Syllabus SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE Hélène Quevillon, inf. Maître-instructeure de soins avancés en réanimation cardiovasculaire

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

Plan de présentation

Plan de présentation Des conditions de succès pour l implantation et les suites des projets innovants en santé : enseignements d évaluation utile et utilisée Jean-Paul Fortin MD FRCP En collaboration avec Marie-Pierre Gagnon

Plus en détail

Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2

Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2 1 Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2 Le chargé de cours à forfait bénéficie d une protection salariale en cas de maladie ou d accident, entièrement

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL En vigueur à partir du 12 juin 2014 * * * Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches 6, rue Saint-Jean-Baptiste Est, bureau

Plus en détail

CAMPUS SANTÉ OUTAOUAIS : UNE SYNERGIE REMARQUABLE POUR PRENDRE SOIN DE LA SANTÉ DE L OUTAOUAIS

CAMPUS SANTÉ OUTAOUAIS : UNE SYNERGIE REMARQUABLE POUR PRENDRE SOIN DE LA SANTÉ DE L OUTAOUAIS Communiqué CAMPUS SANTÉ OUTAOUAIS : UNE SYNERGIE REMARQUABLE POUR PRENDRE SOIN DE LA SANTÉ DE L OUTAOUAIS Gatineau, le 14 septembre 2009. Campus santé Outaouais, le consortium créé en juin 2008 et dont

Plus en détail

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP [Septembre 2009] Table des matières CONTEXTE ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé.

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Cote DSPD-13-14 Réservé à la Direction général Procédure Titre : BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Destinataires : Direction de l hébergement Direction

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Sylvie Girard Adjointe à la direction des soins infirmiers et de la qualité Martin Langlois Conseiller en soins

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS

OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS Adele Ferrante, inf., M.Sc.(A). Directrice des soins infirmiers Dr Irwin Kuzmarov M.D. FRCS Directeur

Plus en détail

3. Aviser le Service de Médecine hyperbare de l Hôtel-Dieu de Lévis : Tél. : 418-835-7121, poste 3812. Cell. : 418-835-7214

3. Aviser le Service de Médecine hyperbare de l Hôtel-Dieu de Lévis : Tél. : 418-835-7121, poste 3812. Cell. : 418-835-7214 1/8 A. ORDRE DES ÉTAPES À SUIVRE 1. Évaluation de l état du sujet Évaluation primaire - Contrôler l environnement, enlever les sources de danger persistantes - Contrôler la température - État de conscience

Plus en détail

KinLogix DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques.

KinLogix DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. KinLogix DME Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. Meilleurs renseignements. Meilleures décisions. Meilleurs résultats. Votre pratique repose sur l ensemble de vos décisions.

Plus en détail

Mai 2015. Présenté par: En collaboration avec :

Mai 2015. Présenté par: En collaboration avec : Présenté par: Mme Anne-Marie Goulet, conseillère cadre intérimaire (depuis mars 2014) Direction des soins infirmiers, de la qualité et de la santé publique Mme Linda Boucher, chargée de projet programme

Plus en détail

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ Les grandes lignes du programme À l intention des gestionnaires du Mouvement Desjardins UNE APPROCHE NOVATRICE Le Mouvement Desjardins est soucieux

Plus en détail

de l invalidité Pour un retour au travail en santé

de l invalidité Pour un retour au travail en santé Services de gestion de l invalidité Pour un retour au travail en santé Nous visons un retour au travail en santé pour permettre à nos clients de continuer se concentrer sur leur entreprise Dans une petite

Plus en détail

et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de

et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de Le programme Arrimage et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de M me Myriam-Nicole Bilodeau, conseillère-clinique cadre 1. Le CSSS de Chicoutimi

Plus en détail

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner Le télé AVC Aspects règlementaires Rappels: L AVC est un déficit brutal d une fonction cérébrale sans autre cause apparente qu une cause vasculaire Tout AVC comporte : - une lésion cérébrale responsable

Plus en détail

Énoncé sur la vie privée

Énoncé sur la vie privée Énoncé sur la vie privée Énoncé sur la vie privée Édition hiver 2011 Publié par : Bureau de la vie privée Réseau de santé Vitalité Pour télécharger la version PDF du présent énoncé, veuillez vous diriger

Plus en détail

LA GESTION DE L ACCÈS AUX

LA GESTION DE L ACCÈS AUX Énoncé de position LA GESTION DE L ACCÈS AUX SERVICES EN RADIO-ONCOLOGIE: pour une approche systématique du Collège des médecins du Québec NOVEMBRE 2004 Table des matières Introduction 4 Grille de classification

Plus en détail

!"#$%&'#&($)*+& 0(-&"&1&)*$)23#*"'+'."$)*$)4'(5+!"#$%&"'()*$)+,$(-$".($/$(& Externes / Résidents / Moniteurs cliniques. La dictée centrale

!#$%&'#&($)*+& 0(-&&1&)*$)23#*'+'.$)*$)4'(5+!#$%&'()*$)+,$(-$.($/$(& Externes / Résidents / Moniteurs cliniques. La dictée centrale 0(-&"&1&)*$)23#*"'+'."$)*$)4'(5+!"#$%&"'()*$)+,$(-$".($/$(& Externes / Résidents / Moniteurs cliniques!"#$%&'#&($)*+& La dictée centrale Tous les résumés de dossiers, les rapports de consultations,

Plus en détail

RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015

RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015 RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015 Table des matières L engagement des HUG : réduire par deux le délai de prise en charge aux urgences... 3 Contexte général

Plus en détail

CSSS DES SOURCES REDDITION DE COMPTES 2014-2015

CSSS DES SOURCES REDDITION DE COMPTES 2014-2015 RAPPORT ANNUEL DE GESTION ANNEXE 4 Fiches de reddition de comptes CSSS DES SOURCES REDDITION DE COMPTES Juin 2015 Chapitre IV Chapitre IV Fiche de reddition de comptes Objectifs de résultats Services

Plus en détail

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies Communiqué La FFPSC a du Coeur Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies A Chartres, le 6 décembre 2013, la FFPSC, via son comité directeur, a rappelé toute l attention qu elle porte

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie Consultations générales - Cardiologie Toutes les demandes de consultation autres que celles pour les cliniques surspécialisées. Responsable médical Dr Michel Nguyen Pour renseignement Agente administrative

Plus en détail

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent (CSSS-06) & Hôpital Sacré-Cœur de Montréal 20

Plus en détail

Toutefois, certains enjeux ont amené le CSSS-IUGS à mettre en place un projet de réorganisation du travail en soins infirmiers :

Toutefois, certains enjeux ont amené le CSSS-IUGS à mettre en place un projet de réorganisation du travail en soins infirmiers : ANNEXE 22 Adopté au comité directeur paritaire le 27 avril 2009 PLAN DE COMMUNICATION Organisation du travail et revalorisation des pratiques en soins de longue durée 1) Contexte Né du regroupement successif

Plus en détail

La gestion de la main-d œuvre médicale dans son ensemble 14/10/2015

La gestion de la main-d œuvre médicale dans son ensemble 14/10/2015 Ministère de la Santé et des Services sociaux La gestion des effectifs médicaux, les nouvelles règles et les impacts sur les nominations, statuts et privilèges Contenu de la présentation La gestion de

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES Période du 1 er avril 2013 au 31 mars 2015 PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE

Plus en détail

Services d ambulances terrestres

Services d ambulances terrestres Chapitre 4 Section 4.02 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services d ambulances terrestres Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.02 du Rapport annuel 2005

Plus en détail

Une approche novatrice en évaluation des bénéfices. Séminaire du CETO HEC Montréal Par Caroline Ménard et Michel Drouin 31 mars 2009

Une approche novatrice en évaluation des bénéfices. Séminaire du CETO HEC Montréal Par Caroline Ménard et Michel Drouin 31 mars 2009 Une approche novatrice en évaluation des bénéfices Séminaire du CETO HEC Montréal Par Caroline Ménard et Michel Drouin 31 mars 2009 1 1 Objectifs de la présentation Présenter brièvement le DSQ Présenter

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement de l asystolie et de l'activité électrique sans pouls (toute activité électrique excluant la FV ou la TV) NUMÉRO: 12.02 DATE : Janvier 2005 RÉVISÉE : Février

Plus en détail

Renouveler l encadrement local en évaluation des apprentissages

Renouveler l encadrement local en évaluation des apprentissages Renouveler l encadrement local en évaluation des apprentissages Guide à l intention des écoles et des commissions scolaires Formation générale des jeunes Partie II Instrumentation Volet 6 Stratégies de

Plus en détail

À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement

À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement Votre assurance protection du revenu RBC Assurances reconnaît qu une maladie ou une blessure invalidante peut poser des défis sur les

Plus en détail

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE SOUS LA SUPERVISION DU SERVICE DES JEUNES ET DES FAMILLES DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2014-2015

DIRECTION QUÉBÉCOISE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2014-2015 DIRECTION QUÉBÉCOISE de cancérologie Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2014-2015 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE Livret aide-mémoire Secrétaires médicales LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE 1 Le présent livret vise à : Former les secrétaires médicales à l information et la promotion du DMP auprès des

Plus en détail

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Annexe technique à la Note Économique «La médecine privée au Québec» publiée par l Institut économique de Montréal le 5 décembre 2013 Dans le cadre

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

Employé CSP compta fournisseurs

Employé CSP compta fournisseurs LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé CSP compta fournisseurs EVALUATION GDI DU SALARIE Employé CSP compta fournisseurs NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule

Plus en détail

Ces règles s appliquent pour les formations complémentaires débutant à compter du 1 er juillet 2015

Ces règles s appliquent pour les formations complémentaires débutant à compter du 1 er juillet 2015 Règles portant sur la formation complémentaire aux programmes de résidence en médecine spécialisée en lien avec le recrutement en établissement universitaire et non universitaire Ces règles s appliquent

Plus en détail

L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître. Jean Mireault, M.D., M.Sc.

L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître. Jean Mireault, M.D., M.Sc. L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître Jean Mireault, M.D., M.Sc. Objectifs de la présentation Démontrer l importance de l utilisation des données dans l engagement médical Présenter

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU SOUTIEN À L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LE CADRE DE LA STRATÉGIE MINISTÉRIELLE SUR LA MAIN D ŒUVRE EN SOINS INFIRMIERS La direction des ressources humaines AQESSS Octobre

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Rapport de la présidente

Rapport de la présidente Rapport de la présidente Rapport de la présidente 1. Bilan des réalisations 2013-2014 2. Priorités d actions 2014-2015 3. Deux leviers d envergure Exercice avril 2013 à mars 2014 Conseil d administration

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Présentation aux utilisateurs

Présentation aux utilisateurs Présentation aux utilisateurs DSM Le 13 février 2012 Contexte Besoin sans cesse grandissant de disposer en temps réel d une information à jour et à valeur ajoutée, afin de soutenir la prestation de services

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE Complément 2013 2015 du Centre jeunesse de Laval et

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS Depuis le début du programme en 2009, les cellules ont accueilli 1139 adhérents. La

Plus en détail

L INFORMATISATION DES GMF

L INFORMATISATION DES GMF L INFORMATISATION DES GMF Quelques mots sur la section GMF de l Intranet Réseau En janvier 2004, le ministre Couillard procédait au lancement de l Intranet Réseau destiné à l ensemble des gestionnaires

Plus en détail

Le projet SyMO : Un outil informatisé de planification et de suivi de la clientèle

Le projet SyMO : Un outil informatisé de planification et de suivi de la clientèle Le projet SyMO : Un outil informatisé de planification et de suivi de la clientèle Contexte du projet en soins palliatifs nombre de personnes atteintes de cancer dans la population. nombre de demandes

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

Plan régional d informatisation de l Estrie «PRIE»

Plan régional d informatisation de l Estrie «PRIE» Plan régional d informatisation de l Estrie «PRIE» Micheline Savoie Renald Lemieux Colloque de la SoQibs 20 mai 2010 Les orientations stratégiques Les grandes orientations d un point de vue fonctionnel

Plus en détail

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin Pour mieux connaître l état de votre cœur, votre médecin vous a demandé de passer une scintigraphie myocardique au Persantin. Cette fiche explique

Plus en détail

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL «Au-delà de l obligation réglementaire, un enjeu de prévention» EVOLUTION DES PROGRAMMES DE SST Des textes récents des ministères chargés de la santé et de l intérieur

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT ET DE DÉPLOIEMENT DE L OUTIL

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT ET DE DÉPLOIEMENT DE L OUTIL GUIDE D ACCOMPAGNEMENT ET DE DÉPLOIEMENT DE L OUTIL GUIDE DE SOUTIEN À LA DÉCISION CLINIQUE EN SANTÉ MENTALE ADULTE L OUTIL ALLIANCE alliancesantementale.org À QUI S ADRESSE CE GUIDE ET POURQUOI UN GUIDE

Plus en détail

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE PARTICULIÈRE ET DU DOSSIER PROFESSIONNEL DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE PARTICULIÈRE ET DU DOSSIER PROFESSIONNEL DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES 209 GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES TABLE DES MATIÈRES Pages OBJECTIFS... 1 SECTION I - CLAUSES INTERPRÉTATIVES... 1 SECTION II - DISPOSITIONS GÉNÉRALES...

Plus en détail

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI GESTIONNAIRE SI CHEF D ÉQUIPE SI Vision et connaissance du modèle Vision et connaissance du modèle Établit la structure et la vision du programme en fonction des

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse

Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale, Centre affilié universitaire Novembre 2010 Ce document

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda OBJECTIFS 1. Comprendre les protocoles de soins des blessures 2. Définir et comprendre

Plus en détail

PROTOCOLE INFIRMIER. Surveillance par télémétrie

PROTOCOLE INFIRMIER. Surveillance par télémétrie PROTOCOLE INFIRMIER TITRE Surveillance par télémétrie CODE VERSION DU 2013-10-3 PROCHAINE RÉVISION INTERVENANTS CONCERNÉS Infirmières ayant reçue une formation en arythmies qui assure la surveillance télémétrique

Plus en détail

GESTION DU PLAN D INTERVENTION

GESTION DU PLAN D INTERVENTION GESTION DU PLAN D INTERVENTION 1. ENCADREMENTS LÉGAUX ET CADRES DE RÉFÉRENCE - Loi sur l instruction publique (LIP) - Une école adaptée à tous ses élèves : Politique de l adaptation scolaire (MELS) - Organisation

Plus en détail

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC Ou Les femmes enceintes de Belley sont-elles bien informées des conséquences du tabac sur la grossesse? A la maternité de Belley : - on

Plus en détail

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L ESPRIT DE LA LOI L utilisation de l isolement et de la contention est encadrée par l article

Plus en détail

Soins partagés : un modèle de collaboration

Soins partagés : un modèle de collaboration Soins partagés : un modèle de collaboration Quatrième colloque interétablissements en psychiatrie et en santé mentale. 5 octobre 2007 Soins partagés : un modèle de collaboration Plan de présentation Le

Plus en détail

Quand une équipe profite de sa participation à un projet de recherche pour rendre ses interventions plus efficientes

Quand une équipe profite de sa participation à un projet de recherche pour rendre ses interventions plus efficientes Quand une équipe profite de sa participation à un projet de recherche pour rendre ses interventions plus efficientes Mylène Lévesque, psychologue Caroline Beaulieu, ergothérapeute Projet de recherche printemps

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

Avis sur une politique québécoise de lutte au bruit environnemental : pour des environnements sonores sains

Avis sur une politique québécoise de lutte au bruit environnemental : pour des environnements sonores sains Avis sur une politique québécoise de lutte au bruit environnemental : pour des environnements sonores sains MESSAGES CLÉS ET SOMMAIRE Novembre 2015 Richard Martin, Pierre Deshaies, Maurice Poulin Cet avis

Plus en détail

LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES DE MÉDICAMENTS PAR TÉLÉCOPIEUR. Énoncé de position Collège des médecins du Québec Ordre des pharmaciens du Québec

LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES DE MÉDICAMENTS PAR TÉLÉCOPIEUR. Énoncé de position Collège des médecins du Québec Ordre des pharmaciens du Québec LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES DE MÉDICAMENTS PAR TÉLÉCOPIEUR Énoncé de position Collège des médecins du Québec Ordre des pharmaciens du Québec MAI 2007 Table des matières Avantages et inconvénients de

Plus en détail

Intégration à la profession d infirmière du Québec CWA.0B

Intégration à la profession d infirmière du Québec CWA.0B Intégration à la profession d infirmière du Québec CWA.0B Objectifs du programme Ce programme vise à former des personnes aptes à exercer la fonction d infirmière ou d infirmier au Québec, et ce, dans

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Programme Promotion de l enseignement collégial : productions étudiantes. Guide d attribution des subventions 2015-2016

Programme Promotion de l enseignement collégial : productions étudiantes. Guide d attribution des subventions 2015-2016 Programme Promotion de l enseignement collégial : productions étudiantes Guide d attribution des subventions 2015-2016 Le présent document a été produit par le ministère de l Enseignement supérieur, de

Plus en détail

Formation continue Le cas du Québec

Formation continue Le cas du Québec Assemblée générale de la CIOPF Paris, France 20 novembre 2013 Formation continue Le cas du Québec Diane Lamarre, pharmacienne, M.Sc. Présidente de l Ordre des pharrmaciens du Québec Professeure titulaire

Plus en détail

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Principes de fonctionnement Patient équipé au moyen: - d un stimulateur

Plus en détail

Date De Création 14/05/2013. PIC Poitou Charente. Préparé par : Cécilia CHARTIER. Modification 14/05/2013

Date De Création 14/05/2013. PIC Poitou Charente. Préparé par : Cécilia CHARTIER. Modification 14/05/2013 Protocole médical Préparé par : Cécilia CHARTIER Objet : recueillir les données (poids, tension, qualité de vie) des patients à leur domicile par le biais d un système Twitoo (recueil d information par

Plus en détail