2. Les résultats et prévisions 9 Le patient, le grand gagnant 9 Un réseau plus performant 10 Témoignages 11

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2. Les résultats et prévisions 9 Le patient, le grand gagnant 9 Un réseau plus performant 10 Témoignages 11"

Transcription

1

2 table des matières 1. L Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (UCCSPU) 4 Mise en contexte 4 Objectifs 4 Un transport bonifié 5 La démarche d implantation 8 La démarche d évaluation Les résultats et prévisions 9 Le patient, le grand gagnant 9 Un réseau plus performant 10 Témoignages Une perspective prometteuse 12 Les perspectives régionales et suprarégionales Partenaires et collaborateurs 13

3 1 L unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (uccspu) 4 Mise en contexte Chaudière-Appalaches est une région dont les caractéristiques géographiques et démographiques influencent grandement l accessibilité et la continuité des services. Non seulement la région est vaste, avec ses km 2, mais son territoire est rural à plus de 85 %. La population doit se déplacer parfois sur de longues distances pour obtenir certains services de santé plus spécialisés. Dans les services préhospitaliers d urgence (SPU), le temps moyen de transport pour les patients avec une priorité 1 est de 18,5 minutes, alors que la durée des transports pour certains secteurs limitrophes de la région peut excéder une heure. Ces facteurs ont incité la direction médicale régionale des SPU à mettre en place une solution novatrice pour intervenir plus rapidement, avec des moyens différents, en vue d améliorer l accessibilité aux services. Les cinq centres receveurs de Chaudière-Appalaches CSSS DE LA RÉGION DE THETFORD CHAU HÔTEL-DIEU DE LÉVIS CSSS DE BEAUCE CLSC DE ST-JEAN- PORT-JOLI CSSS DE MONTMAGNY- L ISLET Dans le but d optimiser l efficacité de la chaîne d intervention (voir schéma) et de préparer le centre receveur à accueillir le patient dans les meilleures conditions possible, des médecins d urgence du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis (CHAU-HDL), dont le directeur médical régional des SPU, ont présenté en 2001 un projet novateur : l Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (UCCSPU). Il s agit d un projet régional impliquant les principaux partenaires du milieu permettant l accès au soutien médical à distance lors du transport ambulancier. Objectifs 1. Améliorer la qualité des services de santé. 2. Optimiser les soins pendant la durée du transport ambulancier. 3. Privilégier l approche centrée sur le patient. 4. Transférer les responsabilités cliniques de l Agence vers un établissement : le CHAU-HDL. 5. Favoriser l intégration des milieux préhospitaliers et hospitaliers pour une meilleure continuité de soins. 6. Répondre aux besoins cliniques des intervenants : en milieu préhospitalier : techniciens ambulanciers / paramédics; dans les unités d urgence : médecins, infirmières. 7. Mettre en valeur le partenariat régional. CHAÎNE DES SPU PATIENT 911 CCS PREMIERS RÉPONDANTS PATIENT TA/P véhicule ambulancier UCCSPU COMMUNICATION VERBALE DONNÉES SOUTIEN MÉDICAL À DISTANCE PROTOCOLES MÉDICAUX transmission des données et/ou appel

4 Un transport bonifié L Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (UCCSPU) est implantée au CHAU Hôtel-Dieu de Lévis (CHAU-HDL) depuis juin C est un plateau clinique qui permet le soutien médical à distance des patients transportés par véhicule ambulancier de la région Chaudière- Appalaches. Grâce à l UCCSPU, le temps passé dans les véhicules ambulanciers peut désormais être utilisé pour initier certains traitements non disponibles auparavant, en plus d amorcer la collecte d information clinique utile pour la prise en charge des patients. Dans la phase d implantation, les efforts ont été mis principalement sur les patients aux prises avec des problèmes cardiaques et respiratoires. Progressivement, c est à l ensemble des patients instables que l UCCSPU fournira des services. L équipe de l UCCSPU est composée d infirmières cliniciennes et de médecins œuvrant à l unité d urgence du CHAU-HDL. Son rôle consiste à soutenir et à guider les techniciens ambulanciers/paramédics (TA/P) dans leur travail auprès des patients dont l état de santé est instable ou complexe et qui nécessitent une intervention urgente ou un soutien médical pendant le transport ambulancier. Ce soutien médical à distance est rendu possible grâce à la mise en place d équipements de télécommunication et de télémétrie dans ces véhicules. Il permet d aller au-delà des protocoles de soins donnés par le TA/P : l administration de doses additionnelles de médicaments, l ajout d indications aux cinq médicaments (aspirine, nitroglycérine, glucagon, épinéphrine et salbutamol), ainsi que le transport du patient à un centre hospitalier le plus approprié à sa condition. L outil de travail principal du personnel de l UCCSPU est un guide de soins standardisé et informatisé, élaboré en tenant compte des protocoles d intervention clinique des TA/P (PICTA). Cet outil comprend un ensemble de consignes avancées, comme celle de produire un électrocardiogramme (ÉCG). Il permet de préciser le diagnostic et renferme des consignes médicales que le médecin d urgence peut faire appliquer. Le personnel infirmier interprète tous les ÉCG, et l opinion du médecin est demandée dans les cas de possibilité d infarctus ou de rythme cardiaque anormal. En plus de ces données cliniques, le personnel infirmier obtient du TA/P certains renseignements, dont l histoire en bref, les allergies, les antécédents, les signes vitaux ainsi que les données nominatives. Il applique ses protocoles en fonction des données obtenues. Une fois l information colligée, un rapport est produit et transmis au centre receveur. Dans les cas de patients instables, le personnel infirmier communique aussi avec l unité d urgence du centre receveur. Dans les cas de patients très instables, le personnel infirmier communique aussi avec l unité d urgence du centre receveur. Dans les cas d infarctus aigu du myocarde, si les critères sont rencontrés, ces patients peuvent alors être orientés directement vers les salles d hémodynamie par l UCCSPU. L interprétation médicale de l ÉCG évite la mobilisation inutile des équipes d hémodynamie dans les cas de patients en infarctus aigu du myocarde : les faux négatifs et les faux positifs sont réduits au minimum. Si les critères sont rencontrés, ces patients en infarctus aigu peuvent alors être orientés directement par l UCCSPU, vers les salles d hémodynamie. 5

5 L UCCSPU en action : un patient en infarctus aigu du myocarde 6 Une sonnerie d alerte retentit, un électrocardiogramme (ÉCG) apparaît à l écran. L infirmière clinicienne reconnaît le tracé d un infarctus aigu avec élévation du segment ST dans les dérivations antérieures. Immédiatement, elle répond au technicien ambulancier/paramédic (TA/P) par les messages prédéfinis suivants (affichés sur l écran dans le véhicule ambulancier) : «Infarctus probable», «Installez les électrodes de défibrillation», «Êtes-vous en mesure de téléphoner?». Elle joint le médecin d urgence au téléphone, qui lui confirme l infarctus aigu avec élévation du segment ST. Le véhicule doit être orienté vers l Hôpital Laval. L infirmière raccroche et reçoit un appel du TA/P qui a installé les électrodes de défibrillation. L infirmière lui demande de se diriger vers l Hôpital Laval et commence la collecte de données. Le TA/P lui rapporte les données nominatives et cliniques de la patiente. L infirmière consigne et analyse les données, et demande d autres ÉCG. Elle joint ensuite l hémodynamicien de garde à l Hôpital Laval, à qui elle décrit l infarctus, la condition de la patiente et l indication d angioplastie primaire d urgence selon le guide de soins de l UCCSPU. Ce dernier accepte le transfert et demande que la patiente soit dirigée directement au laboratoire d hémodynamie. L infirmière complète le dossier qu elle transmet au secrétariat d hémodynamie. Elle avise ensuite le service d admission du centre hospitalier en vue du retour de la patiente du laboratoire d hémodynamie. Le téléphone sonne à nouveau. Le TA/P avise l infirmière que la patiente a fibrillé près de l échangeur du pont Pierre- Laporte, mais que le rythme s est normalisé au premier choc. Il y a reprise de pouls, et la respiration est spontanée. L infirmière appelle l Hôpital Laval pour aviser le médecin de l arrivée imminente de la patiente en post-réanimation. L équipe de l urgence est mise sous tension. Deux minutes plus tard, le véhicule ambulancier arrive à l unité d urgence avec la patiente. En moins de 20 minutes, l obstruction sur la coronaire est levée, et un tuteur est mis en place. La patiente a bien toléré l intervention et ne présente qu une sensibilité légère au thorax. Le lendemain matin, elle est libérée de l Hôpital Laval et est dirigée vers le CHAU Hôtel-Dieu de Lévis (CHAU-HDL) où son lit a été réservé pour la suite du traitement. Sans l intervention de I UCCSPU, son muscle cardiaque aurait perdu de nombreuses minutes d intégrité musculaire, ce qui aurait occasionné un plus grand risque de complications à long terme, dont celle de l insuffisance cardiaque. Une alerte signale la réception des paramètres cliniques du patient à bord du véhicule ambulancier Traitement donné par le TA/P À LA PATIENTE Confirmation de l infarctus par le médecin de garde Outil d évaluation à l UCCSPU Arrivée de LA PATIENTE au centre receveur à bord d un véhicule muni de télémétrie

6 Le TA/P transmet un ÉCG avec les signes vitaux du patient. Solution technologique retenue La solution technologique retenue est la mise en place d un système de télémétrie dans les véhicules ambulanciers. Les techniciens ambulanciers paramédics (TA/P) peuvent effectuer des électrocardiogrammes (ÉCG) et les transmettre avec les signes vitaux du patient. L équipement sélectionné pour la captation des ÉCG, l unité de mesure (Ortivus), génère des électrocardiogrammes de haute qualité et permet de les effectuer en route à intervalles réguliers et sur demande. Le réseau de télécommunications sociosanitaire (RTSS) est utilisé pour les échanges de données à l Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (UCCSPU). À tout moment, le TA/P peut discuter du problème du patient avec le personnel infirmier de l UCCSPU à l aide d un téléphone cellulaire. Technologie à l UCCSPU Serveur informatique et 2 postes clients pour la réception de données télémétriques (Ortivus) Serveur informatique et 2 postes clients pour le logiciel de protocoles (Solutions NDX) Système d enregistrement des communications téléphoniques (ArchiVox) Technologie dans les véhicules ambulanciers Ordinateur portatif dans chaque véhicule ambulancier (Panasonic CF-29 et PDRC) avec écran tactile Matériel de captation de l ÉCG et des signes vitaux 12 dérivations (Ortivus) Modem pour la transmission de données par voie cellulaire ou satellite Téléphone cellulaire L établissement de corridors de services L UCCSPU a défini des corridors de services spécialisés de troisième ligne : en cardiologie : dans les cas d infarctus aigu, corridor de services avec l Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie (Hôpital Laval), et corridor de service avec le CHUS Hôpital de Fleurimont pour les patients pris en charge au sud de Thetford; en neurologie : corridor de services entre le CSSS de Montmagny-L Islet et le CHAU Hôtel-Dieu de Lévis, dans les cas de patients atteints d accident vasculaire cérébral aigu et résidant dans le territoire du CSSS de Montmagny-L Islet; en médecine hyperbare : corridor de services avec le CHAU-HDL, dans les cas d intoxication au monoxyde de carbone et d accidents de plongée (les lieux reconnus de plongée). Affichage d un tracé d ÉCG et de la bande de rythmes à bord du véhicule ambulancier 7

7 8 Formation des intervenants Ce mode novateur de pratique nécessite un rehaussement des habiletés techniques et une mise à jour des connaissances pour tous les intervenants de la chaîne d intervention. Formation de 250 techniciens ambulanciers/paramédics (TA/P) Utilisation de la technologie Nouveaux protocoles en lien avec l Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (UCCSPU) Formation des infirmières et substituts Formation des infirmières pour le travail à l UCCSPU Élaboration de protocoles de soins avancés Évaluation d un patient à distance Pré-triage/triage Formation des médecins Formation pour une meilleure interaction avec les TA/P et infirmières de l UCCSPU (pratiques variées, familiarisation avec les protocoles et le travail dans le milieu préhospitalier) Élaboration de protocoles de soins médicaux Uniformisation de la pratique médicale Développement d une expertise préhospitalière parmi les médecins d urgence Formation des étudiants, externes, résidents Enseignement aux étudiants de niveau universitaire La démarche d implantation La réalisation de ce projet pilot a été rendue possible grâce à la mobilisation des principaux acteurs régionaux en lien avec les services préhospitaliers d urgence (SPU), le soutien du ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi qu à une campagne de financement menée par la Fondation Télémétrie Chaudière-Appalaches (2,2 M$). Ont participé à sa réalisation : l Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches, du CHAU Hôtel Dieu de Lévis (CHAU-HDL), les centres de santé et de services sociaux de la région Chaudière-Appalaches ainsi que les entreprises ambulancières. La démarche d évaluation Pour toute la durée du projet, une équipe d évaluation de l Université Laval en collaboration avec l unité de recherche sur les soins et services d urgence de CHAU-Hôtel-Dieu de Lévis (URSSUL) accompagne le projet dans ses différentes étapes de mise en œuvre. Un rapport d évaluation sera produit à l automne 2010.

8 2 Des résultats Entre juin 2006 et mars 2008, les TA/P ont fait appel au personnel de l UCCSPU à 5558 reprises et plus de ÉCG ont été produits et interprétés. le patient, le grand gagnant Dès juin 2007, le service était disponible à toute la population de Chaudière-Appalaches (136 municipalités), et ce, 24 heures par jour, 7 jours sur 7. Entre juin 2006 et mars 2008, les techniciens ambulanciers/paramédics (TA/P) ont fait appel au personnel de l Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (UCCSPU) à reprises. Plus de électrocardiogrammes (ÉCG) ont été produits et interprétés. centre tertiaire de cardiologie. Ces interventions mieux ciblées et plus précoces diminuent la mortalité des patients et la morbidité. Pour le patient en infarctus aigu, chaque délai de 10 minutes accroît de 1 % son risque de mortalité. Une heure de muscle cardiaque préservé peut faire la différence entre un patient qui demeurera physiquement actif et un autre qui sera invalide. Au 31 mars 2008, l UCCSPU a permis de diagnostiquer 136 patients en infarctus aigu. De ceux-là : 81 ont été transportés au centre hospitalier le plus près 55 ont été déviés en route vers le laboratoire d hémodynamie de l Hôpital Laval 24 des 55 patients déviés (dossiers complétés) ont été analysés selon les normes de l American Heart Association / American College of Cardiology 1 (AHA/ACC) : 23/24 ont eu un temps ÉCG à dilatation < 60 minutes 24/24 ont eu un temps ÉCG à dilatation < 90 minutes 9 L UCCSPU peut établir un diagnostic rapide qui permet au personnel des unités d urgence du centre receveur d être mieux préparé à l accueil du patient. En cas d infarctus aigu, et en accord avec les normes de l AHA/ACC, le patient peut être dirigé directement du véhicule ambulancier vers un 1 Comme point de comparaison, l année précédant la mise en fonction de l UCCSPU, seulement 21 % des patients rencontraient la norme de < 90 minutes, alors que maintenant, elle est de 100 %.

9 Un réseau plus performant 10 Harmonisation des conduites cliniques Des rencontres avec les équipes médicales des différents établissements de la région et des deux centres d hémodynamie impliqués, ont permis de dégager un certain consensus dans les modes de traitement des infarctus aigus du myocarde. Ces orientations ont été confirmées par les normes publiées récemment par l AETMIS (Agence d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé) et celles de l AHA/ACC (American Heart Association / American College of Cardiology). Cette démarche permet d offrir à la population des soins de haute qualité basés sur des normes de pratique reconnues. Les données recueillies par l UCCSPU permettent de comparer les différentes pratiques et ainsi de viser une meilleure efficience des ressources du milieu (centres hospitaliers, centres d hémodynamie, services préhospitaliers d urgence (SPU). Développement d expertise Le personnel et l équipe de gestion de l UCCSPU a su développer une expertise d intervention à distance (télésanté) dans le secteur préhospitalier de même qu une connaissance unique en gestion de projet visant l intégration des secteurs préhospitalier et hospitalier. Diverses solutions technologiques sont comparées : les avantages et inconvénients établis permettront aux décideurs de faire les choix les plus éclairés. Pénurie des ressources Le travail de l UCCSPU peut contribuer à réduire les impacts reliés à la pénurie d effectifs médicaux et infirmiers en remplaçant, par exemple, l escorte médicale ou l escorte infirmière lors des transferts interétablissements.

10 TÉMOIGNAGES La conjointe d un patient «Le 2 mai 2008, vers 7 h 00 du matin, mon mari me réveille en me disant : «Lève-toi, je vais mourir». Ses yeux étaient vitreux et il avait de la difficulté à respirer. Je croyais qu il allait faire un arrêt cardiaque. J ai aussitôt composé le 911, et l ambulance est arrivée quelques minutes plus tard. Un des ambulanciers m a dit que le cœur de mon mari était correct. J ai trouvé cela merveilleux, ça m a rassurée de savoir que les ambulanciers étaient en constante communication avec une équipe médicale. J ai été très bien accueillie à l hôpital. Je sentais qu on nous attendait et qu il y avait des gens très humains autour de moi.» Mme Maria-Lina Guay «J ai trouvé cela merveilleux, ça m a rassurée de savoir que les ambulanciers étaient en constante communication avec une équipe médicale». Un technicien ambulancier/paramédic Au départ, j étais réfractaire à l arrivée de cette nouvelle technologie dans nos véhicules ambulanciers. Avec le temps et l utilisation, je réalise que cela apporte une valeur ajoutée à mon travail. J apprécie le travail en concertation avec l UCCSPU. J y vois l avantage de nous référer à d autres professionnels. Nous pouvons agir hors protocole par exemple, administrer de la nitroglycérine à un patient en œdème aigu du poumon. C est le patient en bout de ligne qui en ressort gagnant. On le sent soulagé et rassuré. Je réalise que les informations transmises à l UCCSPU permettent au personnel médical des urgences d avoir une meilleure idée de l état du patient et de se préparer en conséquence. Cette nouvelle façon de travailler nous apporte une plus grande crédibilité auprès de la population et c est un pas de plus vers la professionnalisation de notre travail. Aujourd hui, je ne serais plus capable de m en passer, ça fait figure de référence. Revenir en arrière est impossible. À mon avis, cet équipement est, avec l arrivée du moniteur défibrillateur semi-automatique (MDSA), l équipement le plus utile que nous ayons eu au cours des dernières années. M. Alain Lamarre, TA/P un infirmier «Cette journée là, il y avait quatre patients dans l aire de stabilisation dont les conditions étaient jugées instables. Nous avons été informés de l arrivée par ambulance d une patiente de 65 ans L information reçue de l Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence m a permis de prendre rapidement une décision clinique avant l arrivée de l ambulance. Les informations cliniques contenues dans le document m ont permis de constater que cette dame était dans un état plus stable que les patients de l aire de stabilisation. Nous avons donc préparé l arrivée de la patiente et l avons installée dans l aire contrôlée. Ce nouveau service m a permis, grâce aux informations pertinentes, d installer la patiente à l endroit qui convenait le mieux à sa situation de santé.» M. Christian Côté, infirmier unité d urgence 11

11 3 Une perspective prometteuse 12 L infrastructure en télécommunication et l organisation fonctionnelle mises en place par l Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d urgence (UCCSPU) ouvrent la porte à de multiples applications tant dans la région de Chaudière-Appalaches que dans les régions avoisinantes : soutien médical à distance, surveillance télémétrique, envoi en temps réel des signes vitaux, base de données (SQL) pour l archivage et l analyse de ces données, transmission bidirectionnelle de messages texte, géo-positionnement des véhicules ambulanciers (à venir), couverture par réseau satellite et autres. Les perspectives régionales Ordonnances médicales (ajout de médicaments) Ajout de corridors de services tertiaires Économie de ressources cliniques Soutien à la formation des intervenants Soutien aux CSSS (points de services sans médecin) Développement de liens avec le 911, Info-santé et urgence détresse Arrimage des systèmes d information permettant de suivre les trajectoires de patients Démarche de reconnaissance par le Réseau universitaire intégré de santé (RUIS) et le MSSS d un centre universitaire en médecine préhospitalière (milieu d expérimentation) Mise sur pied d un stage post-doctoral en préhospitalier «fellowship», en collaboration avec l Université Laval À un niveau suprarégional, l UCCSPU viserait à offrir aux services préhospitaliers d urgence pour l ensemble du territoire du RUIS-UL, les mêmes services déjà offerts en Chaudière-Appalaches. À titre d exemple, l UCCSPU pourrait soutenir l instauration de nouveaux corridors de services pour ce réseau.

12 Partenaires et collaborateurs Ministère de la Santé et des Services sociaux Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Les CSSS de la région de Chaudière-Appalaches Fondation Télémétrie Chaudière-Appalaches Université Laval Membres du RUIS de l Université Laval Les entreprises ambulancières de la région de Chaudière-Appalaches Bell Solutions NDX Centre de santé et de services sociaux 13

13 Le genre masculin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Édition produite par : Direction des services de santé et de médecine universitaire Conception graphique par : Team, équipe de création inc. Pour des renseignements additionnels, veuillez communiquer avec : Service des communications Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches 363, route Cameron Sainte-Marie (Québec) G6E 3E2 Téléphone : Télécopieur : Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2008 Bibliothèque et Archives Canada, 2008 ISBN (version imprimée) ISBN (version pdf) Ce document est disponible sur le site Web de l Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches, à l adresse Document déposé à Santécom (http://www.santecom.qc.ca) Toute reproduction partielle de ce document est autorisée et conditionnelle à la mention de la source. Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches, 2008

14

Plan de présentation

Plan de présentation Des conditions de succès pour l implantation et les suites des projets innovants en santé : enseignements d évaluation utile et utilisée Jean-Paul Fortin MD FRCP En collaboration avec Marie-Pierre Gagnon

Plus en détail

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Édition Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux Direction de l organisation des services,

Plus en détail

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants :

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants : POLITIQUE TITRE : NUMÉRO : AD 001-001 REMPLACE DOCUMENT(S) SUIVANT(S), S IL Y A LIEU : Politique de déplacement des bénéficiaires PERSONNEL VISÉ : gestionnaires personnel de soutien soins aux patients

Plus en détail

SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE

SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION Syllabus SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE Hélène Quevillon, inf. Maître-instructeure de soins avancés en réanimation cardiovasculaire

Plus en détail

DEA, 3 lettres encore trop méconnues

DEA, 3 lettres encore trop méconnues DEA, 3 lettres encore trop méconnues Trois lettres de l alphabet peu connues des professionnels de la santé. Trois lettres qui peuvent sauver la vie. D.E.A: Défibrillateur externe automatisé. Malheureusement

Plus en détail

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIOVASCULAIRE (FORMATION 14 HEURES)

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIOVASCULAIRE (FORMATION 14 HEURES) HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIOVASCULAIRE (FORMATION 14 HEURES) Unités de formation continue sont émises par la Faculté de l éducation permanente de l Université

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉS. Activité : Formation d urgence Date : 19 au 22 mars 2013 Lieu : Jacmel, Haïti

RAPPORT D ACTIVITÉS. Activité : Formation d urgence Date : 19 au 22 mars 2013 Lieu : Jacmel, Haïti RAPPORT D ACTIVITÉS Activité : Formation d urgence Date : 19 au 22 mars 2013 Lieu : Jacmel, Haïti Responsable : Dr Harry Max Prochette 12 avril 2013 Table des matières Introduction... 3 Déroulement...

Plus en détail

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie Consultations générales - Cardiologie Toutes les demandes de consultation autres que celles pour les cliniques surspécialisées. Responsable médical Dr Michel Nguyen Pour renseignement Agente administrative

Plus en détail

DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants (PR) et répartiteurs médicaux d urgence (RMU)

DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants (PR) et répartiteurs médicaux d urgence (RMU) DATE : 20 mars 2014 EXPÉDITRICE : Docteure Colette D. Lachaîne Directrice médicale nationale des services préhospitaliers d urgence DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants

Plus en détail

Plan régional d informatisation de l Estrie «PRIE»

Plan régional d informatisation de l Estrie «PRIE» Plan régional d informatisation de l Estrie «PRIE» Micheline Savoie Renald Lemieux Colloque de la SoQibs 20 mai 2010 Les orientations stratégiques Les grandes orientations d un point de vue fonctionnel

Plus en détail

STRUCTURE DES COMITÉS

STRUCTURE DES COMITÉS STRUCTURE DES COMITÉS Afin d assurer une opérationalisation efficiente du programme de soins et services pour les personnes traumatisées, le CHRR s est doté d une structure de comités chargés de la coordination

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

OFFRE DE SERVICES DU CHAU HÔTEL-DIEU DE LÉVIS

OFFRE DE SERVICES DU CHAU HÔTEL-DIEU DE LÉVIS OFFRE DE SERVICES DU CHAU HÔTEL-DIEU DE LÉVIS 14 AVRIL 2009 TABLE DES MATIÈRES LISTE DES ABRÉVIATIONS... 5 INTRODUCTION... 6 1. LA VISION ET LA MISSION... 7 2. LES CONSIDÉRATIONS MÉTHODOLOGIQUES... 9 3.

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement de l asystolie et de l'activité électrique sans pouls (toute activité électrique excluant la FV ou la TV) NUMÉRO: 12.02 DATE : Janvier 2005 RÉVISÉE : Février

Plus en détail

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS Référence : 4504-20-04 Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS 1. OBJECTIF Uniformiser le processus de prescription

Plus en détail

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIO RESPIRATOIRE (FORMATION 7 HEURES)

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIO RESPIRATOIRE (FORMATION 7 HEURES) HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIO RESPIRATOIRE (FORMATION 7 HEURES) Hélène Quevillon, inf. Maître- instructeure soins avancés en réanimation cardiovasculaire (ACLS)

Plus en détail

3. Aviser le Service de Médecine hyperbare de l Hôtel-Dieu de Lévis : Tél. : 418-835-7121, poste 3812. Cell. : 418-835-7214

3. Aviser le Service de Médecine hyperbare de l Hôtel-Dieu de Lévis : Tél. : 418-835-7121, poste 3812. Cell. : 418-835-7214 1/8 A. ORDRE DES ÉTAPES À SUIVRE 1. Évaluation de l état du sujet Évaluation primaire - Contrôler l environnement, enlever les sources de danger persistantes - Contrôler la température - État de conscience

Plus en détail

LA GESTION DE L ACCÈS AUX

LA GESTION DE L ACCÈS AUX Énoncé de position LA GESTION DE L ACCÈS AUX SERVICES EN RADIO-ONCOLOGIE: pour une approche systématique du Collège des médecins du Québec NOVEMBRE 2004 Table des matières Introduction 4 Grille de classification

Plus en détail

A.F.G.S.U. 1. Les Formations diplômantes. Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence FORMATION VALIDANTE POUR LE DPC.

A.F.G.S.U. 1. Les Formations diplômantes. Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence FORMATION VALIDANTE POUR LE DPC. A.F.G.S.U. 1 Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence Niveau 1 Arrêté du 3 mars 2006 Validité 4 ans Acquérir les connaissances nécessaires à l identification d une urgence à caractère médical

Plus en détail

Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé

Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé Octobre 2002 André Lavoie, Ph.D. Natalie LeSage, M.D., M.Sc. John S. Sampalis, Ph.D. Partenaire décideur : Dr. Pierre

Plus en détail

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Sylvie Girard Adjointe à la direction des soins infirmiers et de la qualité Martin Langlois Conseiller en soins

Plus en détail

Défis d implantation des technologies en santé au Canada

Défis d implantation des technologies en santé au Canada Défis d implantation des technologies en santé au Canada 14 juin 2012 Luc Valiquette, MD, FRCSC, chirurgien urologue Professeur titulaire et Directeur, département de chirurgie de l'université de Montréal

Plus en détail

LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)?

LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)? LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)? Préparé à l intention du ministère de la Santé et des Services sociaux

Plus en détail

Programme d accès public à la défibrillation

Programme d accès public à la défibrillation Programme d accès public à la défibrillation Direction de la qualité des soins préhospitaliers et de l enseignement Révisé février 2012 Table des matières Introduction Page 1 La fibrillation ventriculaire

Plus en détail

Mai 2015. Présenté par: En collaboration avec :

Mai 2015. Présenté par: En collaboration avec : Présenté par: Mme Anne-Marie Goulet, conseillère cadre intérimaire (depuis mars 2014) Direction des soins infirmiers, de la qualité et de la santé publique Mme Linda Boucher, chargée de projet programme

Plus en détail

03/09/2012. But du programme. Objectifs d apprentissage. Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique

03/09/2012. But du programme. Objectifs d apprentissage. Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique Formation s adressant aux intervenants scolaires Personnes dont l allergie est connue (1,5 heure) Ŕ MAJ-2012-3

Plus en détail

SOINS AVANCÉS EN CARDIOLOGIE

SOINS AVANCÉS EN CARDIOLOGIE HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION Syllabus ACLS SOINS AVANCÉS EN CARDIOLOGIE Hélène Quevillon, inf. Maître instructeur soins avancés en cardiologie (ACLS) Maître instructeur soins avancés en pédiatrie (APLS)

Plus en détail

FORMATION VALIDANTE POUR LE DPC

FORMATION VALIDANTE POUR LE DPC A.F.G.S.U. 1 Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence Niveau 1 Arrêté du 30 décembre 2014 Validité 4 ans Acquérir les connaissances permettant l identifi cation d une situation d urgence

Plus en détail

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1 TECHNIQUE 9.1 MISE EN ŒUVRE D UN DAE 1. Justification La survie des personnes en arrêt cardio-respiratoire par fonctionnement anarchique du cœur est amélioré si une défibrillation est réalisée précocement.

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

PROTOCOLE INFIRMIER. Surveillance par télémétrie

PROTOCOLE INFIRMIER. Surveillance par télémétrie PROTOCOLE INFIRMIER TITRE Surveillance par télémétrie CODE VERSION DU 2013-10-3 PROCHAINE RÉVISION INTERVENANTS CONCERNÉS Infirmières ayant reçue une formation en arythmies qui assure la surveillance télémétrique

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Le Sommaire constitue un abrégé du document intitulé Bilan de l an I de Solidarité jeunesse : Rapport du Comité aviseur de Solidarité

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Une approche novatrice en évaluation des bénéfices. Séminaire du CETO HEC Montréal Par Caroline Ménard et Michel Drouin 31 mars 2009

Une approche novatrice en évaluation des bénéfices. Séminaire du CETO HEC Montréal Par Caroline Ménard et Michel Drouin 31 mars 2009 Une approche novatrice en évaluation des bénéfices Séminaire du CETO HEC Montréal Par Caroline Ménard et Michel Drouin 31 mars 2009 1 1 Objectifs de la présentation Présenter brièvement le DSQ Présenter

Plus en détail

Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec!

Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec! 16 juin 2006 Volume 2, N o 7 Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec! L Hôpital Laval, institut universitaire de cardiologie et

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Le Centre de soins communautaires de Sault Ste. Marie : Un grand succès pour une petite collectivité

Le Centre de soins communautaires de Sault Ste. Marie : Un grand succès pour une petite collectivité Le Centre de soins communautaires de Sault Ste. Marie : Un grand succès pour une petite collectivité S U C C E S S S T O R Y 1 It s Your Health Innovation in Primary Health Care in Dryden, Ontario Depuis

Plus en détail

Cadre de référence. Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal

Cadre de référence. Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal Cadre de référence Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal Révisé en février 2015 1 TABLE DES MATIÈRES Abréviations utilisées. 3 Mise en contexte. 4 Buts et objectifs.

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» CSSS/11/ DÉLIBÉRATION N 11/66 DU 20 SEPTEMBRE 2011 RELATIVE AU TRAITEMENT DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL RELATIVES À LA SANTÉ PAR

Plus en détail

Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements

Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements présenté par Suzie Leblanc Lucie Bonin André Tourigny RRSSS de

Plus en détail

Centrale de Monitorage

Centrale de Monitorage Centrale de Monitorage Intuitive, fiable, flexible CNS-9601 CNS-9601 Plaintes courantes concernant les centrales de monitorage habituelles NIHON KOHDEN vous offre la solution Fonctionnement compliqué Trop

Plus en détail

Les défis des clients hauts consommateurs de services

Les défis des clients hauts consommateurs de services Les défis des clients hauts consommateurs de services ALAIN PARADIS CHEF DE PROGRAMME DÉFI SANTÉ Anne-Marie Lauzon Infirmière clinicienne/ gestionnaire de cas Défi santé CSSS DES SOMMETS NOVEMBRE 2011

Plus en détail

Univers des soins infirmiers en images

Univers des soins infirmiers en images Univers des soins infirmiers en images Caroline Roy, inf., M. Sc. inf. Directrice-conseil, Direction, Affaires externes Congrès OIIQ Atelier A8 9 novembre 2015 Conflits d intérêts AUCUN 2 Objectifs d apprentissage

Plus en détail

Société canadienne des technologistes en cardiologie. Profil national de compétences professionnelles

Société canadienne des technologistes en cardiologie. Profil national de compétences professionnelles Société canadienne des technologistes en cardiologie Profil national de compétences professionnelles Approuvé par le Conseil d administration du CSCT le 23 février 2007 Copyright 2007, Société canadienne

Plus en détail

Formations et orientations Employé

Formations et orientations Employé Formations et orientations Employé Août 2011 Urgence Médicale Code Bleu 2 Formations et orientations Présentation du guide Soucieuse de la qualité des soins prodigués par ses employés, Urgence Médicale

Plus en détail

GE Healthcare MAC 800. Une passerelle entre le cœur et l esprit.

GE Healthcare MAC 800. Une passerelle entre le cœur et l esprit. GE Healthcare MAC 800 Une passerelle entre le cœur et l esprit. La connectivité à portée de main La connectitivité est un élément fondamental de la technologie avancée de l ECG. Les systèmes ECG doivent

Plus en détail

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE (FORMATION 14 HEURES)

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE (FORMATION 14 HEURES) HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE (FORMATION 14 HEURES) Unités de formation continue sont émises par la Faculté de l éducation permanente de l Université de Montréal Hélène

Plus en détail

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES Les dossiers pédagogiques comprennent des outils pour faciliter la tâche d enseignement d un professeur. 1. PLANIFICATION PÉDAGOGIQUE Yvon Brunet, inf., M. Éd. Ce dossier pédagogique

Plus en détail

Insémination. le sperme d un donneur

Insémination. le sperme d un donneur Insémination artificielle avec le sperme d un donneur Démarche préalable à l insémination artificielle avec le sperme d un donneur 1- Diagnostic d infertilité par votre médecin traitant 2- Évaluation psychologique

Plus en détail

INSPECTION PROFESSIONNELLE

INSPECTION PROFESSIONNELLE INSPECTION PROFESSIONNELLE INSTRUMENT DE VÉRIFICATION DE LA NORME DE DOCUMENTATION LE PLAN THÉRAPEUTIQUE INFIRMIER PRODUCTION Service des publications Sylvie Couture Chef de service Karine Méthot Adjointe

Plus en détail

Population : 1 233 300 Régies de la santé : 11 Total des dépenses de santé : 4,8 milliards de dollars en hausse de 5,5 % par rapport à 2009

Population : 1 233 300 Régies de la santé : 11 Total des dépenses de santé : 4,8 milliards de dollars en hausse de 5,5 % par rapport à 2009 Le Manitoba Travailler avec un DME Il est evident que [le DME] a amené le patient à prendre davantage de responsabilités à l égard de ses propres soins. D r Michael Omichinski, médecin de famille, Portage

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AUX ACTIVITÉS DE TÉLÉSANTÉ RUIS UL

LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AUX ACTIVITÉS DE TÉLÉSANTÉ RUIS UL LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AUX ACTIVITÉS DE TÉLÉSANTÉ RUIS UL Août 2013 VERSION - 3.1 Ce document a été révisé par les coordonnateurs cliniques en télésanté des centres références du RUIS UL suivant

Plus en détail

LE CENTRE VIRTUEL DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX (CvSSS)

LE CENTRE VIRTUEL DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX (CvSSS) LE CENTRE VIRTUEL DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX (CvSSS) LA TÉLÉSANTÉ SIMPLIFIÉE! Le CvSSS: le coffre à outils du clinicien Johanne Desrochers,directrice associée-télésanté Madeleine St-Gelais, conseillère-cadre,

Plus en détail

Projet de loi n o 20

Projet de loi n o 20 Loi édictant la Loi favorisant l accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée et modifiant diverses dispositions législatives en matière de procréation assistée Mémoire présenté

Plus en détail

Le DSQ : Où en sommes-nous

Le DSQ : Où en sommes-nous Le DSQ : Où en sommes-nous 1 1. Dossier de santé : Pourquoi? RUIS CHU Réseau Pharmacie RUIS Réseau Soins à domicile Santé publique Clinique affiliée Services sociaux Continuité Qualité et sécurité Réseau

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE

POLITIQUE ET PROCÉDURE DIRECTION/PROGRAMME POLITIQUE ET PROCÉDURE Direction des services conseils à la qualité et des soins infirmiers DSCQSI-021 (E) SERVICE APPROUVÉ PAR : DATE : DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : Comité de régie 16

Plus en détail

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE LE PROGRAMME DE TELEMEDECINE AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT N 4-5-6-8 1 CFAO : Membre

Plus en détail

CONTRAT DE SERVICE POUR UNE CONSULTATION MÉDICALE

CONTRAT DE SERVICE POUR UNE CONSULTATION MÉDICALE Veuillez lire au complet ce contrat de service avant de l accepter et de confirmer votre réservation. Nous vous suggérons de l imprimer et d en conserver une copie. CONTRAT DE SERVICE POUR UNE CONSULTATION

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

Guide de gestion des dossiers d élèves de la formation professionnelle et de l éducation des adultes. AD-02-05 - Fiches synthèses

Guide de gestion des dossiers d élèves de la formation professionnelle et de l éducation des adultes. AD-02-05 - Fiches synthèses Guide de gestion des dossiers d élèves de la formation professionnelle et de l éducation des adultes AD-02-05 - Fiches synthèses UNE OBLIGATION DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Comme tout organisme

Plus en détail

Mémoire de la Fédération des médecins spécialistes du Québec

Mémoire de la Fédération des médecins spécialistes du Québec FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC Mémoire de la Fédération des médecins spécialistes du Québec Commission des affaires sociales Avant-projet de loi sur la carte santé du Québec Audiences publiques

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda OBJECTIFS 1. Comprendre les protocoles de soins des blessures 2. Définir et comprendre

Plus en détail

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Des indicateurs de qualité à l intention des professionnels et des gestionnaires

Plus en détail

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Les enjeux Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Fibrillation ventriculaire ACR Cause connue, non cardiaque Hémorragie cérébro - méningée

Plus en détail

Date De Création 14/05/2013. PIC Poitou Charente. Préparé par : Cécilia CHARTIER. Modification 14/05/2013

Date De Création 14/05/2013. PIC Poitou Charente. Préparé par : Cécilia CHARTIER. Modification 14/05/2013 Protocole médical Préparé par : Cécilia CHARTIER Objet : recueillir les données (poids, tension, qualité de vie) des patients à leur domicile par le biais d un système Twitoo (recueil d information par

Plus en détail

CARESCAPE Cardio Clarity

CARESCAPE Cardio Clarity CARESCAPE Cardio Clarity L'interconnexion des outils de cardiologie La solution d'interconnexion des outils de cardiologie mise au point par GE Healthcare associe la puissance de la revue du segment ST

Plus en détail

PROJET DE TÉLÉMEDECINE

PROJET DE TÉLÉMEDECINE PROJET DE TÉLÉMEDECINE ISIFC 2 ème année Année universitaire 2011-2012 LA TÉLÉSURVEILLANCE Louis ACHA Rafaël MINACORI ISIFC Génie biomédical 23,rue Alain SAVARY 25000 Besançon Cedex Tél : 03 81 66 66 90

Plus en détail

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence CESU 73 cesu 73 1 Sommaire historique et législation la chaîne de survie le défibrillateur semi automatique

Plus en détail

PROGRAMME DE MÉDECINE D URGENCE DU CMFC

PROGRAMME DE MÉDECINE D URGENCE DU CMFC PROGRAMME DE MÉDECINE D URGENCE DU CMFC Amélie Roy R3 Programme de médecine d urgence du CMFC (MU3) Université Laval MU-III Plan de la présentation Objectifs Stages Enseignement théorique Examens Processus

Plus en détail

Une structure innovatrice dans un CHU pour favoriser l application des connaissances et une meilleure gouvernance clinique

Une structure innovatrice dans un CHU pour favoriser l application des connaissances et une meilleure gouvernance clinique 11 juin 2010 Une structure innovatrice dans un CHU pour favoriser l application des connaissances et une meilleure gouvernance clinique DOLORÈS LEPAGE-SAVARY Directrice de l évaluation, de la qualité,

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Spacelabs Healthcare - L innovation au service des soins

Spacelabs Healthcare - L innovation au service des soins Ultraview SL2700 Spacelabs Healthcare - L innovation au service des soins Chez Spacelabs Healthcare, notre objectif est de maintenir une cohésion durable entre les cliniciens et leurs patients, entre les

Plus en détail

Services d ambulance terrestre

Services d ambulance terrestre Chapitre 3 Section 3.04 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services d ambulance terrestre Contexte RESPONSABILITÉS La prestation des services d ambulance terrestre en Ontario est régie

Plus en détail

Sujet: Qu'est-ce que le droit de prescrire apporterait à la profession?

Sujet: Qu'est-ce que le droit de prescrire apporterait à la profession? Sujet: Qu'est-ce que le droit de prescrire apporterait à la profession? Dans les dernières années, on remarque une recrudescence des cas complexes dans le système de santé. En plus de cal, il y a une diminution

Plus en détail

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 D interpréter un gaz artériel/veineux; Connaître les éléments qui font varier un gaz artériel/veineux; Connaître les interventions de bases qui visent à corriger les déséquilibres

Plus en détail

!"#$%&'#&($)*+& 0(-&"&1&)*$)23#*"'+'."$)*$)4'(5+!"#$%&"'()*$)+,$(-$".($/$(& Externes / Résidents / Moniteurs cliniques. La dictée centrale

!#$%&'#&($)*+& 0(-&&1&)*$)23#*'+'.$)*$)4'(5+!#$%&'()*$)+,$(-$.($/$(& Externes / Résidents / Moniteurs cliniques. La dictée centrale 0(-&"&1&)*$)23#*"'+'."$)*$)4'(5+!"#$%&"'()*$)+,$(-$".($/$(& Externes / Résidents / Moniteurs cliniques!"#$%&'#&($)*+& La dictée centrale Tous les résumés de dossiers, les rapports de consultations,

Plus en détail

Soins partagés : un modèle de collaboration

Soins partagés : un modèle de collaboration Soins partagés : un modèle de collaboration Quatrième colloque interétablissements en psychiatrie et en santé mentale. 5 octobre 2007 Soins partagés : un modèle de collaboration Plan de présentation Le

Plus en détail

Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE

Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE Bienvenue au Centre de santé et des services sociaux du Granit. Vous serez admise à l hôpital pour une césarienne. Votre séjour sera d environ trois à quatre

Plus en détail

L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE

L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE Centre Hospitalier Général de Valenciennes L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Journée AREPAC 2006 PRESENTATION Introduction Épidémiologie Historique

Plus en détail

CHAPITRE VII SUIVI DE LA PLANIFICATION

CHAPITRE VII SUIVI DE LA PLANIFICATION CHAPITRE VII SUIVI DE LA PLANIFICATION Rôles et responsabilités du CSI pour le futur 7.1 Suggestion de fréquence des rencontre Afin de piloter ce dossier, le CSI pourrait viser de se réunir de manière

Plus en détail

MON carnet accès santé

MON carnet accès santé MON carnet accès santé Direction + Diane Milliard Rédaction + Sylvie Dubois Supervision + Suzanne Pinard Révision linguistique + Chantal Gosselin Conception graphique + Agence Médiapresse inc. Ce projet

Plus en détail

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA)

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Que devons nous savoir? Utiliser en toute sécurité un défibrillateur semi-automatique au cours de la réanimation cardio-pulmonaire Durée

Plus en détail

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012.

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012. Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en électrophysiologie cardiaque de l adulte 2012 VERSION 1.0 Ces exigences de formation s appliquent aux candidats

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Assurance maladie grave

Assurance maladie grave ASSURANCE COLLECTIVE Le complément idéal à votre assurance collective Assurance maladie grave Votre partenaire de confiance. Assurance maladie grave La tranquillité d esprit à votre portée Les progrès

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

TÉLÉONCOLOGIE : Activités de discussion de cas par visioconférence

TÉLÉONCOLOGIE : Activités de discussion de cas par visioconférence Proposition de trousse informative À l intention des professionnels TÉLÉONCOLOGIE : Activités de discussion de cas par visioconférence Télédiscussion de cas entre le CHUS et ses partenaires du RUIS de

Plus en détail

CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS RAPPORT ANNUEL 2006-2007

CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS RAPPORT ANNUEL 2006-2007 CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS RAPPORT ANNUEL 2006-2007 Marc-André Lemire, M.D. Président Juin 2007 J'ai le plaisir de vous soumettre le rapport annuel 2006-2007 du Conseil des médecins,

Plus en détail

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur»

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Ce manuel reprend une synthèse des recommandations actualisées en Cardiologie et Chirurgie Cardiaque à la date d'édition du présent manuel (juin 2013) et

Plus en détail

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue Marie-Christine Lemieux, M.Sc. Inf., IPSPL 2 e Symposium

Plus en détail

informations pratiques

informations pratiques COLLECTIVITÉS LOCALES Arrêt cardiaque informations pratiques avec le soutien de Arrêt cardiaque I Informations pratiques I 1 2 I L arrêt cardiaque L arrêt cardiaque est la première cause de mortalité des

Plus en détail

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER Le défibrillateur Dr Hamdi BOUBAKER Défibrillation ou Choc électrique externe le défibrillation: geste consistant à faire passer volontairement et brièvement un courant électrique dans le cœur en cas des

Plus en détail

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Principes de fonctionnement Patient équipé au moyen: - d un stimulateur

Plus en détail

OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS

OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS Adele Ferrante, inf., M.Sc.(A). Directrice des soins infirmiers Dr Irwin Kuzmarov M.D. FRCS Directeur

Plus en détail

Soixante mille adultes sont victimes

Soixante mille adultes sont victimes dmt dossier médico-technique 89 TC 86 Le défibrillateur semi-automatique : place dans la chaîne des secours et intérêt dans le milieu du travail L opportunité de la mise en place de défibrillateurs semi-automatiques

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Annexe technique à la Note Économique «La médecine privée au Québec» publiée par l Institut économique de Montréal le 5 décembre 2013 Dans le cadre

Plus en détail