Sébastien VALENTIN Directeur de la Communication Financière et des Relations Investisseurs de Accor

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sébastien VALENTIN Directeur de la Communication Financière et des Relations Investisseurs de Accor"

Transcription

1 L E S C O N F E R E N C E S D E L I R E S T CYCLE Institut de Recherche et d Etudes Supérieures du Tourisme (IREST) Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Sébastien VALENTIN Directeur de la Communication Financière et des Relations Investisseurs de Accor Accor - Contraintes et opportunités de la communication financière vis à vis des marchés mercredi 12 novembre 2014 de 18h à 20h à Amphithéâtre DESCARTES, SORBONNE 17, place de la Sorbonne, Paris Réalisé par : Master 1 GATH Promotion

2 Introduction Deux grands thèmes vont être développés au cours de cette conférence, à savoir un premier thème qui regroupera la présentation du groupe ACCOR, sa stratégie et les changements au sein de ce groupe, puis un second thème sera axé sur les contraintes,les enjeux et les opportunités pour un groupe coté. Ainsi afin de mieux comprendre la stratégie et les changements il convient de présenter le groupe par certain chiffres clés : - ACCOR est le premier opérateur hôtelier au monde - Il est le sixièmegroupe mondial en termes de chambres ( chambres réparties dans plus de 3500 hôtels dans 90 pays). - Il regroupe collaborateurs - Sur leur parc hôtelier 40% est en propriété ou en location et 35% en contrat management c està-dire géré par des responsables du groupe. - Leur CA est de 5,5 milliards d'euros pour l année ACCOR couvre l'ensemble de la gamme client (de l hôtellerie économique au luxe) - Développement d une chaîne destinée exclusivement au marché chinois «Meijue» lancé il y a 2 ans qui équivaut au Grand Mercureet qui se développe extrêmement vite. 1. ACCOR, la stratégie et les changements L ambition principale du groupe est d être l'acteur hôtelier mondial le plus innovant le plus performant et le mieux valorisé. Il est important qu un groupe coté s intéresse à l'innovation car elle est absolument fondamentale. Il faut savoir que la révolution digitale aujourd hui change profondément l industrie de l hôtellerie.l'impact du digital a un réel poids puisque cela va concerner le parcours client, la fidélité du client, la relation avec le propriétaire mais surtout les fondamentaux de l industrie. Le besoin primaire d un client est la sécurité, puis les prestations qui correspondent aux attentes. Ils souhaitent la garantie de produits de qualité. Par ailleurs, les clients se renseignent en ligne aujourd hui et mettent en moyenne 2h sur internet afin de s informer à la fois sur leur hébergement grâce aux sites

3 d avis tels que Tripadvisor mais aussi sur l environnement alentours (sorties, restaurants etc ). Cela leur permet d avoir une bonne compréhension du service et de la sécurité qu ils vont va avoir en se déplaçant. On laisse donc plus de place pour la créativité et l innovation, ce qui permet de constater que l hôtel ou la chambre n offrent pas seulement la consistance, mais font l objet de curiosité de la part des clients (recherche du design) ce qui fait évoluer l'industrie de l hôtellerie. La performance financière pour Accorsignifieaussi générer des profits garantissant l'avenir et la valorisation de l'entreprise, ce qui permet aussi la rémunération des actionnaires. Le 27 novembre 2013 a été présentée une nouvelle stratégie pour le groupe, visant à séparer deux activités en interne : les opérations hôtelières et l immobilier hôtelier. Cette stratégie est née dans les années 90, la plupart des groupes hôteliers tels que Mariott et Starwood, se sont engagés dans une stratégie mettant en avant des politiques tactiques consistant àdissocier opérations et immobilier, pour se spécialiser dans les contrats de franchise ou de management, afin de profiter d avantages fiscaux aux Etats-Unis. D un côté on trouve des sociétés foncières ont des ratios économiques différents avec des types de gestion portefeuille ; d un autre côté on avait des opérateurs hôteliers qui disposaient de marges très élevés et intéressantes avec un modèle économique attractif. Ainsi Sébastien Bazin a présenté cette stratégie qui fut validée par l assemblée générale du groupe ACCOR. Elle réorganise le groupeautour de deux métiers stratégiques et complémentaires : - HotelServices: opérateur hôtelier et franchiseur regroupant 3600 hôtels du groupe (dont 1378 d HotelInvest). - HotelInvest : propriétaire et investisseur immobilier regroupant 1378 hôtels. Tous les hôtels détenus par HotelInvest ou en location sont exploités par HotelServices au travers de contrats de management Concernant HotelServices un certains nombres d éléments sont à noter : - Le CA est d 1,219 milliards d euros. - Le client est au cœur du métier - Un des objectifs est de renforcer les marques et la distribution, - Développer le service auprès des propriétaires - Fidéliser le client - Dynamiser l offre digitale

4 - Consolider les parts de marché : la part de marché est une vrai réponse face a la montée en puissance des agences de voyage en ligne - C est une logique économique de compte de résultat, cash flow récurrent avec des marques bien positionnées et bien reconnues qu il faut continuer à développer. Quant à HotelInvest, étant le premier propriétaire hôtelier en Europe il faut retenir quelques éléments : - Le CA est de 5millions d euros. - C est un métier de gestion d actifs, de bilan - Il faut optimiser l allocation des ressources (rotation des actifs par exemple). - Il faut soutenir le développement en propriété. - Réduire la part des locations dans le portefeuille. - Accroître la génération de cash flow. - Cependant il y a un travail de restructuration à faire car les grandsgoupes concurrents comme Host, Ashford etc génèrent des performances économiques nettement supérieures à celles d HotelInvest aujourd hui. Depuis 2014, les comptes d HotelInvest et HotelServices sontdistingués. Le CA d HotelServices (opérateur hôtelier franchiseur)correspond aux redevances versées par l ensemble des hôtelsdu groupe, soit 1.2 Mds d en En ce qui concerne les parts de marché d HotelInvest, c est le premier propriétaire hôtelier en Europe. Plus il a des parts de marché plus le RevPAR index augmente, en France par exemple Ibis a un RevPAR index moyen de 135. Toutla logique économique d HotelInvest est dans le retour sur l investissement. Par exemple, unpatron dans son pays qui investit dans une innovation, attend un retour.la rentabilité de l investissement se mesure sur du long terme.quand le responsable d'une zone a besoin d'investir il est intéressé par le retour sur l'investissement à terme. Il y a aussi la règle du millième, par exemple si vous construisez ou rachetez un hôtelvous regardez le coût par chambre multiplié par 1000 et ce résultat multiplié par le nombre de chambre vous avez une idée de la valeur de la chambre.

5 Accor assure sa différence par rapport aux concurrents, en France avecplus de 1000 hôtels et chambres, ce qui correspond à 30% du marché, en Europe avec chambres représentant 26%, en Zone Asie-Pacifique avec plus de chambres réparties dans 566 hôtels, en Afrique et Moyen-Orient avec plus de chambres réparties en 341 hôtels et enfin en Amérique du Nord, Amérique du Sud et Caraïbes avec plus de chambres dans plus de 250 hôtels. Les différentes marques couvrent tous les segments de l offre, de Formule 1 à Sofitel en passant par Ibis, Mercure, Pullman ou encore Novotel. La transformation d AllSeasons en Ibis Styles est adaptée pour le développement qui s'adapte aux conversions d'hôtels. Le développement d ibis Styles a doublé en De plus, concernant le digital, le site du groupe Accorhotels.com et les sites des marques ont enregistré en 2013 plus de 278 millions de visiteurs dont 24 millions sur Smartphones et plus de réservations en ligne. Accor àpris une participation minoritaire dans «Mama Shelter», pour deux raisons essentielles, d une part la modernité dans le ton funky / jeune, et d autre par car 60% des profits sont générés par la restauration. 2. Les contraintes, les enjeux et les opportunités pour un groupe coté L enjeu principal de la communication financière est que les investisseurs aient confiance dans la stratégie du groupe. Il y a différents acteurs dans la communication financière, d une part les analystes qui travaillent dans les banques et qui font des recommandations à l'achat ou à la vente sur des titres, mais ils font aussi des prévisions. ACCOR compte 23 analystes sell-side à travers le monde. D autre part il y a les investisseurs institutionnels qui recherchent la performance, ACCOR en connaît 6000, se sont par exemple les banques, les compagnies d assurance, ou des organismes qui collectent l épargne et la place sur des marchés financiers. ACCOR dispose également d actionnaires individuels, pour lesquels il convient d adopter un langage différent des institutionnels (moins technique). Il y a aussi d autres acteurs tels que les agences de notations qui attribuent des notes qui, si elles sont bonnes permettent d emprunter avec un taux plus faible ou encore les personnes détenant des obligations, correspondant à des dettes pour ACCOR. En interne la communication financière a de forts enjeux car elle permet la fidélisation, la concentration de l information, elle permet aussi de faire remonter vers le management les attentes et le mode de fonctionnement du marché. Deux éléments importants sont à noter concernant cette

6 communication, d une part les informations transmises aux investisseurs sont homogènes et circulent au même moment et d autre part la diffusion se fait toujours hors marché. Afin de suivre ce bon fonctionnement un travail récurrent de sensibilisation doit être mené car l information doit être précise et juste. De plus afin d éviter notamment le risque de délit d initié il y a une forte surveillance par l autorité des marchés. Concernant l organisation, la communicationest rattachée au directeur financier et il n y a que quatre personnes au sein du groupe qui communiquent les informations et la stratégie à destinations des investisseurs : le président, la directrice financière, le vice-président Communication Financière et son adjoint. Tous les supports d informations et communiqués de presse, les documents annuels sont produits en interne. Être un groupe coté en France implique certaines obligations, il faut donc identifier des porteparoles, coordonner et centraliser l information, sensibiliser sur les informations privilégiées afin d éviter le délit d initié, mais il faut aussi respecter les process et des quiet periods. Dans cette vision financière, au niveau des banques et des investisseurs il convient de parler des différents contacts et acteurs : - Les courtiers (the SellSide) qui organisent les rencontres avec les investisseurs et les sociétés. Leur métier revient à acheter et vendre des actions pour des investisseurs, pour cela ils touchent une commission neutre sur le titre. Les courtiers disposent d équipes d analystes (les «sellside»), qui font les recommandations à l achat ou à la vente, ainsi que les objectifs de cours. - Asset management (the BuySide) représente la gestion d actifs et réunit des banques, des compagnies d assurance, des fonds souverains ou encore les fonds de gestion alternative. Il y a deux publics à savoir les analystes qui vont conseiller et les gérants qui prennent les décisions et assument le risque d investissement. - Les banquiers : ils ont un rôle de conseil et de conclusion de vente (M&A). Selon les politiques d investissement dans l Asset Management,les investisseurs peuvent choisir des types variés de produits tels que des produits monétaires, de l immobilier, des commodités et des produits dérivés. Dans les produits financiers on trouve les equities(les actions), les obligations (bonds) étant à faible risque et les produits dérivés. Il y a trois types de spécialistes qui font des conseils en investissement :

7 - Les économistes: ils vont mener une analyse macroéconomique, et conseiller sur les différents types d investissement. - Les stratégistes: ils sont spécialisés sur les actions, et font des recommandations par secteur. - Les analystes: ils sont à l'intérieur du secteur, et ils vont conseiller sur les stocks. Concernant les Investisseurs Institutionnels, il y a différentes approches : - Les GARP (Growth At a Reasonable Price) : ce sont des investisseurs conservateurs et à long terme (5ans). - Value / Core Value : ce sont des investissements à moyen terme dans des sociétés sousvalorisées. - Hedge Fund : ce sont des investissements à court terme, ils font donc le marché et représentent 10 à 15% des actifs, mais 80% ou plus des échanges. - SRI Funds : ce sont des investissements à très long terme, ils représentent 5% des actifs sous gestion. Ils sont nés dans les années 50 aux Etats-Unis. Il y en a deux types : o Les fonds d exclusion : les personnes investissaient dans une approche morale (églises américaines). o Best in Class : cette vision est plus importante et prédominante en Europe. Elle est totalement pragmatique, il n y a aucun critère moral, c est-à-dire qu une société, une entreprise qui a une politique saine en terme d environnement, de gouvernance, de relation avec ses salariés, ses prestataires, ses fournisseurs, etc.. prend moins de risque que les autres et donc aura une valorisation plus élevée. Par exemple, dans le cadre des politiques environnementales volontaristes, si une entreprise produit moins de CO 2, elle aura moins de taxes à payer. De même dans une société où la politique RH est harmonieuse il y aura moins de turn over et moins d absentéisme. Enfin dans une entreprise ayant une bonne gouvernance et des organes de contrôle bien structurés, aura moins de chance de prendre des mauvaises décisions. Les critères d environnement sociétal sont très importants dans l investissement, il faut donc développer cette politique de développement durable. Conclusion Certains critères sont à prendre réellement de plus en plus en compte comme le développement durable dans la stratégie. Il faut avoir de nos jours une véritable logique, une vraie politique et un réel investissement sur le développement durable ce qui est une bonne nouvelle pour le groupe ACCOR qui

8 s y s est engagé depuis une quarantaine d année et qui a actuellement la politique de développement durable la plus forte et la plus reconnue par la communauté des investisseurs socialement intéressés. Ainsi il y a des approches très différentes de l investissement et cela montre toute l importance d avoir une bonne crédibilité et une bonne image, la perception d une entreprise et de son management est absolument fondamentale pour un groupe coté tel qu ACCOR. Pour conclure, il est certain que les patrons de grandes sociétés plus ou moins médiatiques, sont plus ou moins visibles et cela est à double tranchant car être un bon patron dans une entreprise en bonne santé avec une communication remarquable, le jour où la chance tourne, cela enclenche une exposition médiatique négative. Il est donc très important de retenir que la confiance vis-à-vis des marchés se construit doucement mais se détruit extrêmement facilement. Débats et Questions 1- Accor vient d acquérir une part minoritaire des actions de Mama Shelter, quelle est votre de politique de communication vis-à-vis de cette acquisition? (Etudiante en M1 GATH) Accor n a pas géré la communication en rapport à cet achat, qui a été faite uniquement par Mama Shelter, notamment pour souligner que cette marque restait indépendante. Par contre si l achat avait concerné une part beaucoup plus importante, nous aurions été dans l obligation de communiquer. 2- Accor a-t-il l intention de racheter la filiale Louvre Hotel de Starwood? (Etudiant en M1 GATH) Je sais qu une proposition a été faite mais il semble qu elle ait été rejetée puisque l achat ne s est pas fait. (Louvre est finalement racheté par un acheteur chinois, le groupe Jin Jiang) 3- Pensez-vous que cela (nb : vouloir acheter Louvres Hôtel) soit une bonne chose? (Etudiant en M1 GATH) Chacun son avis, mais personnellement, je n étais pas trop pour cet achat. Si vous voulez, nous sommes en plein dans une stratégie de «fidélisation» de nos investisseurs, il y a aujourd hui une vraie adhésion

9 de leur part à l histoire boursière, or je pense que racheter une chaine, et celle-ci en particulier aurait «changé l histoire». Cela aurait entrainé des questions de synergie, de cohésion au sein du groupe. De plus, nous nous serions probablement heurtés à un problème de qualité et il aurait fallu faire beaucoup de travaux de rénovation du parc hôtelier du groupe pour que celui-ci corresponde à nos critères. 4- Lorsque vous effectuer ce genre de démarche de rachat, prenez-vous en compte la valeur boursière? (Etudiant en M1 GATH) Oui, bien sûr, cela nous donne un prix de départ de référence. Mais on sait aussi qu il faut être méfiant que cette valeur peut être interprétée de différente manière. Un achat de cette ampleur peut être mal vu du marché et entraîner une mauvaise réaction boursière. Mais cela ne nous intéresse pas de savoir où en sera le court de l action le mois prochain mais plutôt est-ce que cela crée de la valeur sur le long terme, à avoir des résultats meilleurs et si c est le cas il y aura des valorisations supérieures. Oui, le marché va peut-être détester ça, mais si on est convaincu que c est cela qu il faut faire alors nous le ferons. 5- Que pensent les brokers sur l impact de ces annonces par rapport aux valorisations? (Etudiant en M1 GATH) C est justement tout leur travail. Le problème c est que la chaîne Louvres Hôtel étant filiale non cotée d un groupe américain, il n y avait pas de chiffres disponibles. J avais quand même des investisseurs qui m appelaient pour avoir les comptes et je leur répondais d appeler les hôtels du Louvre directement car moi, je ne les avais pas. C est difficile à faire, ce sont des estimations mais le rôle de l analyste est de définir à partir de quel montant l acquisition est intéressante de façon à dire aux investisseurs : Accor si il l achète à 1 milliard c est bien mais si il l achète à 1,5 milliard ce n est pas bien. Ca, c est de l estimation, donc quand vous avez l information vous l utilisez quand vous l avez pas vous essayez de l estimer. 6- A l IREST, nous avons commencé à travailler sur l impact de la globalisation des marchés touristiques, comme vous êtes les premiers au Brésil, est- ce que cette croissance dynamique du tourisme et des entreprises touristiques, on le voit notamment avec le groupe chinois qui a racheté le groupe Louvre Hôtel, est-ce que cela vous oblige à privilégier plus une stratégie HotelServices ou HotelInvest? (Etudiant en M1 GATH)

10 Non, comme je vous le disais HotelServices et HotelInvest ce sont deux parts différentes. On est sur du développement avec HotelServices, on se développe dans le monde entier avec 70% de développement hors Europe. HotelInvest est censé être un propriétaire d hôtels en Europe, sur l hôtellerie économique et moyen de gamme: cela signifie pas ou peu de détention d hôtels dans le haut de gamme et pas de détention d actifs hors Europe. En effet, en détenant des actifs en Europe on ne prend pas beaucoup de risque, si l on prend un hôtel sur Paris par exemple on sait que sa valorisation n est pas vraiment à risque par contre si l on prend des actifs dans les pays émergents, au Brésil, en Thaïlande, dans dix ans, quelle sera la valeur de cet actif? Et puis vous avez un fort risque de taux de change et un tas d autres choses qu il faut prendre en compte. On est donc sur des choses très différentes. La globalisation, nous la voyions comme une opportunité pour HotelServices. 7- La globalisation profite donc plus à HotelServices? (Etudiant M1 EDTI) Oui, et en terme de globalisation notre développement se base sur 95% en franchise et management. HotelInvest n est pas vraiment dans une logique de développement mais plutôt de restructuration et quand on aura fini d ici deux ans cette restructuration, nous pourrons parler de développement mais il y a peu de chance pour que nous allions faire de la construction d hôtels dans les pays émergents. Le but étant de se focaliser sur l Europe. 8- Quel est votre principal canal de réservation, tout à l heure vous parliez de 17% online? (Etudiante M1 GATH) Si vous regarder aujourd hui la manière dont sont effectuées les réservations cela passe d abord par le canal que l on appelle «Direct Hôtel». Cela signifie que les clients vont appeler l hôtel ou se présenter à l hôtel le soir même pour avoir une chambre : cela représente 45% des réservations, ce qui est beaucoup plus élevé qu aux Etats-Unis avec 25%. Cela s explique par deux choses : 1/ la maturité de la clientèle et 2/ on a beaucoup d hôtels économiques et «moyenne gamme», il arrive donc assez souvent que des clients se présentent directement dans un Ibis à 22h pour avoir une chambre, ce que l on imagine difficilement à l hôtel George V à Paris. Donc structurellement, on aura toujours une part de «direct hôtel» assez importante.

11 Bien entendu la plus forte part d évolution reste le online, je vous disais 17, mais aujourd hui c est 18% des ventes directes d Accor, 15% sur les agences en ligne surtout booking.com et expedia.com le reste, c est un peu de vente sur les callcenters. Cela fait donc 45% sur le «direct hôtel», 35% au final sur le online et le reste se répartit sur quelques autres ressources. Merci beaucoup.

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

Résultats record en 2014 reflétant la bonne dynamique des marchés clés et la pertinence de la nouvelle stratégie du Groupe

Résultats record en 2014 reflétant la bonne dynamique des marchés clés et la pertinence de la nouvelle stratégie du Groupe Communiqué de presse 18 février 2015 Résultats record en 2014 reflétant la bonne dynamique des marchés clés et la pertinence de la nouvelle stratégie du Groupe Progression du chiffre d affaires : +3,8%

Plus en détail

Accor : une nouvelle dynamique

Accor : une nouvelle dynamique Communiqué de presse Paris, le 19 mai 2010 Accor : une nouvelle dynamique Accor devient un «pure player» hôtelier concentré sur : Son portefeuille de marques et ses clients Son métier d opérateur et de

Plus en détail

Progression soutenue du chiffre d affaires au T1 2015 Croissance de 5,6% à données comparables. * * * HotelServices : +7,6% - HotelInvest : +4,8%

Progression soutenue du chiffre d affaires au T1 2015 Croissance de 5,6% à données comparables. * * * HotelServices : +7,6% - HotelInvest : +4,8% Communiqué de presse Paris, le 16 avril 2015 Progression soutenue du chiffre d affaires au Croissance de 5,6 à données comparables * * * HotelServices : +7,6 - HotelInvest : +4,8 L activité au 1 er trimestre

Plus en détail

Conférence : LOUVRE HOTELS GROUP

Conférence : LOUVRE HOTELS GROUP Mardi 25 Mars 2014 Office du Tourisme et des Congrès de Paris Conférence : LOUVRE HOTELS GROUP Thème : internationalisation et asset management de Louvre Hotels Groupe Conférence menée par Mathieu EVRARD,

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Comment mieux comprendre la communication financière?

Comment mieux comprendre la communication financière? Comment mieux comprendre la communication financière? AXA Group Solutions Web Shared Services/Digital Studio - Novembre 2012 Focus sur l Investor Day Contacts: Communication interne Groupe : comint@axa.com

Plus en détail

Les partenariats chez Accor : une stratégie de développement originale

Les partenariats chez Accor : une stratégie de développement originale Les partenariats chez Accor : une stratégie de développement originale Accor est une entreprise d origine française, mais dont le capital et l activité se sont largement internationalisés. Premier hôtelier

Plus en détail

Club MedColombus -Bahamas

Club MedColombus -Bahamas Les synergies entre les 2 groupes Les deux groupes ont commencé à mettre en place les synergies : Accroissement du chiffre d'affaires Optimisation des achats Échange de savoir-faire et d'expertises Ressources

Plus en détail

Programme. Introduction. L année 2010. Résultats annuels 2010. Travaux du Conseil d administration en 2010. Stratégie. Présentation des résolutions

Programme. Introduction. L année 2010. Résultats annuels 2010. Travaux du Conseil d administration en 2010. Stratégie. Présentation des résolutions 30 Mai 2011 Programme 1 2 3 4 5 6 Introduction L année 2010 Résultats annuels 2010 Travaux du Conseil d administration en 2010 Stratégie Présentation des résolutions 7 Questions - réponses 8 Vote des résolutions

Plus en détail

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France 1

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

AVIS DE CONVOCATION Assemblée Générale Mixte

AVIS DE CONVOCATION Assemblée Générale Mixte AVIS DE CONVOCATION Assemblée Générale Mixte Mardi 29 avril 2014 à 10 heures au Novotel Paris Tour Eiffel 61, quai de Grenelle 75015 Paris Premier opérateur hôtelier mondial, Accor met au service de ses

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

Cadrer la stratégie boursière

Cadrer la stratégie boursière Chapitre 1 Cadrer la stratégie boursière Chercher la valeur dans tout investissement Qu est-ce que la stratégie boursière? Elle consiste à «chercher la valeur», nom technique utilisé par les analystes

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

PRÉSENTATION D EXTENDAM

PRÉSENTATION D EXTENDAM MANDAT DE GESTION ISF 2015 PRÉSENTATION D EXTENDAM Un métier : l investissement pour compte de tiers Extendam est une société de gestion indépendante qui réalise des investissements pour le compte de clients,

Plus en détail

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 La grande distribution alimentaire bouge au niveau mondial et en France. Pour les acteurs français, la famille Mulliez et Naouri taillent des croupières à Arnault

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

Trois modèles de croissance

Trois modèles de croissance Trois modèles de croissance Par Jean Berg Senior Vice President, Estin & Co Il existe trois modèles de croissance : la croissance organique, la croissance par acquisition organique, la croissance par acquisition

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière.

Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière. Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière. Gestionnaire de fonds Analyste financier 1 (secteur des télécommunications) Analyste financier 2 (secteur

Plus en détail

NATIXIS EN BREF 2e semestre 2012 BANQUE DE grande clientèle / ÉPArgNE / SErVicES FiNANciErS SPÉciAliSÉS

NATIXIS EN BREF 2e semestre 2012 BANQUE DE grande clientèle / ÉPArgNE / SErVicES FiNANciErS SPÉciAliSÉS NATIXIS EN BREF 2 e semestre 2012 BANQUE DE grande clientèle / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS l expertise financière au service des clients l expertise financière au service des clients Une

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg VISA 2012/81993-892-0-PS L'apposition du visa ne peut en aucun cas servir d'argument de publicité Luxembourg, le 2012-01-09 Commission de Surveillance du Secteur Financier KBL Key Fund Prospectus simplifié

Plus en détail

Fipavie Premium. Assurance vie

Fipavie Premium. Assurance vie Assurance vie Fipavie Premium Le contrat haut de gamme : > souple et évolutif > transparent > avec plus d'avantages fiscaux > avec un accès à la multigestion Fipavie Premium Un contrat souple et évolutif

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE. 10 Mai 2012

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE. 10 Mai 2012 ASSEMBLEE GENERALE MIXTE 10 Mai 2012 Programme Introduction L année 2011 Résultats annuels 2011 Stratégie Excellence opérationnelle Travaux du Conseil d administration en 2011 Présentation des résolutions

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Un nouveau voyage commence DOCUMENT DE RÉFÉRENCE ET RAPPORT FINANCIER ANNUEL 2013

Un nouveau voyage commence DOCUMENT DE RÉFÉRENCE ET RAPPORT FINANCIER ANNUEL 2013 Un nouveau voyage commence DOCUMENT DE RÉFÉRENCE ET RAPPORT FINANCIER ANNUEL 2013 Sommaire 1 PRÉSENTATION DU GROUPE 3 1.1. Profil 4 1.2. Présentation des activités 4 1.3. Informations financières sélectionnées

Plus en détail

créer de la valeur durable www.mirova.com

créer de la valeur durable www.mirova.com créer de la valeur durable www.mirova.com une expertise : des solutions d investissement responsable pour un développement durable Vers un modèle de développement durable : une nécessité économique épuisement

Plus en détail

GROUPAMA Résultats annuels 2012. Présentation presse & analystes 21 février 2013

GROUPAMA Résultats annuels 2012. Présentation presse & analystes 21 février 2013 GROUPAMA Résultats annuels 2012 Présentation presse & analystes 21 février 2013 Introduction 2 «Je serai attentif à faire vivre un mutualisme moderne : qui s appuie sur un modèle d engagement et de responsabilité

Plus en détail

Optez pour l immobilier dans votre contrat d assurance-vie

Optez pour l immobilier dans votre contrat d assurance-vie Publicité Optez pour l immobilier dans votre contrat d assurance-vie SwissLife Dynapierre Organisme de Placement Collectif Immobilier (OPCI géré par la Société de Gestion de Portefeuille Viveris Reim)

Plus en détail

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF Analyse Financière Tunis Re en Bourse En toute Ré Assurance Souscrire à l OPF Mars 2010 2A n a l y s e F i n a n c i è r e I n t r o d u c t i o n e n b o u r s e : O f f r e à p r i x f e r m e Secteur

Plus en détail

Assurance vie Le contrat haut de gamme : souple et évolutif transparent avec plus d'avantages fiscaux avec un accès à la multigestion

Assurance vie Le contrat haut de gamme : souple et évolutif transparent avec plus d'avantages fiscaux avec un accès à la multigestion Assurance vie Fipavie Premium Le contrat haut de gamme : souple et évolutif transparent avec plus d'avantages fiscaux avec un accès à la multigestion Fipavie Premium Un contrat souple et évolutif qui s

Plus en détail

Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique

Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique Communiqué de presse Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique Havas Voyages et Intel collaborent pour comprendre et adresser les nouvelles attentes

Plus en détail

mandats isr - developpement durable

mandats isr - developpement durable mandats isr - developpement durable Banque Neuflize OBC Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 383 507 453 euros. Siège social : 3 avenue Hoche- 75008 Paris 552 003 261 RCS

Plus en détail

NOUS RÉINVENTONS VOTRE SÉJOUR. Rapport d activité 2014

NOUS RÉINVENTONS VOTRE SÉJOUR. Rapport d activité 2014 NOUS RÉINVENTONS VOTRE SÉJOUR Rapport d activité 2014 ACCOR, PREMIER OPÉRATEUR HÔTELIER MONDIAL 01 Présentation du Groupe 08 Message de Sébastien Bazin 12 Comité exécutif 14 Conseil d administration ACCOR,

Plus en détail

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier VIRGIN REAL ESTATE INVEST PRIVATE EQUITY La solidité et la prospérité du marché suisse Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier L excellence de la place luxembourgeoise. ADEJE

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

Hôtellerie, Restauration et Tourisme

Hôtellerie, Restauration et Tourisme étude DE FONCTIONS & RÉMUNÉRATIONS, Restauration et Tourisme 2 0 0 8-2 0 0 9 SOMMAIRE Introduction A / LES MÉTIERS DE L HÔTELLERIE page 7 1 - Responsable des Ventes / Responsable Grands Comptes page 8

Plus en détail

Comment faire fortune grâce à l immobilier?

Comment faire fortune grâce à l immobilier? Comment faire fortune grâce à l immobilier? Un E-book qui vous explique les différents types d investissements. Saviez-vous qu il existe des techniques qui ne requièrent aucun temps et qui sont très rentables?

Plus en détail

Note d étonnement. Session du mardi 13 avril 2010. PRIVATE EQUITY : capitaines d industrie ou destructeurs d entreprises?

Note d étonnement. Session du mardi 13 avril 2010. PRIVATE EQUITY : capitaines d industrie ou destructeurs d entreprises? Note d étonnement Session du mardi 13 avril 2010 PRIVATE EQUITY : capitaines d industrie ou destructeurs d entreprises? PROBLÉMATIQUE Au-delà de sa capacité à dynamiser la performance, faire travailler

Plus en détail

Hôtellerie & Tourisme

Hôtellerie & Tourisme SALARY SURVEY 2014 & & Sélection et approche directe de cadres confirmés www.michaelpage.fr INTRODUCTION Michael Page & est une division de Michael Page, leader du conseil en recrutement, spécialiste de

Plus en détail

Un nouveau voyage commence RAPPORT D ACTIVITÉ 2013

Un nouveau voyage commence RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 Un nouveau voyage commence RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 2 Unis autour de l esprit de service et de l hospitalité 4 Message de Sébastien Bazin 8 Comité exécutif 10 Conseil d administration 12 Des marques fortes

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

7 SOURCES DE RENDEMENT Où placer son argent aujourd hui?

7 SOURCES DE RENDEMENT Où placer son argent aujourd hui? 7 SOURCES DE RENDEMENT Où placer son argent aujourd hui? Que vous soyez investisseur, CGP ou CIF, cet ebook est pour vous! Face à la baisse des taux de rendement des Livrets A, des contrats d assurance

Plus en détail

Pourquoi nous avons créé Mirova

Pourquoi nous avons créé Mirova Par Philippe Zaouati, directeur général délégué de Natixis Asset Management et responsable du pôle d expertise Mirova. Pourquoi nous avons créé Mirova Directeur du développement et membre du comité exécutif

Plus en détail

HSBC Global Asset Management

HSBC Global Asset Management HSBC Global Asset Management Présentation destinée à des investisseurs professionnels au sens de la Directive Européenne MIF. HSBC Global Asset Management combine présence mondiale et savoir-faire local

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014 Contacts Relations Investisseurs : Patrick Gouffran +33 (0)1 40 67 29 26 pgouffran@axway.com Relations Presse : Sylvie Podetti +33 (0)1 47 17 22 40 spodetti@axway.com Communiqué de Presse Axway : croissance

Plus en détail

Les nouvelles. frontières de. l hôtellerie DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. et Rapport financier annuel

Les nouvelles. frontières de. l hôtellerie DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. et Rapport financier annuel Les nouvelles frontières de l hôtellerie 2011 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE et Rapport financier annuel 1 PRÉSENTATION DU GROUPE 3 1.1. Profil 4 1.2. Présentation des activités 4 1.3. Informations financières

Plus en détail

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 Les mesures préparatoires et procédurales entre 2010 et 2013 10.2010 Communication

Plus en détail

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel Notre offre ISR pour l Epargne Salariale Document non contractuel HSBC et le développement durable Un engagement de conviction Contribuer à développer un monde durable Parmi celles-ci, HSBC a apporté son

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

Accor au Vietnam. Le 24 novembtre 2010 Hanoi, Vietnam

Accor au Vietnam. Le 24 novembtre 2010 Hanoi, Vietnam Accor au Vietnam Le 24 novembtre 2010 Hanoi, Vietnam Accor dans le monde Accor, groupe de gestion d hôtels de 1 er rang mondial, du marché de luxe au marché économique, avec une série de marques stratégiques

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Paris, le 27 août 2009 Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Croissance organique hors essence et effet calendaire de +1,3% Quasi-stabilité de la marge d EBITDA en organique Résistance des

Plus en détail

Les 6èmes rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change

Les 6èmes rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Les 6èmes rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Les nouveaux enjeux de la gestion du collatéral EUROCLEAR Cyril Louchtchay de Fleurian Head of Collateral Management & Securities

Plus en détail

LE TOURISME À PARIS, ENJEUX ET DÉFIS

LE TOURISME À PARIS, ENJEUX ET DÉFIS LE TOURISME À PARIS, ENJEUX ET DÉFIS Intervenant Paul ROLL Directeur Général de l Office du Tourisme et des Congrès de Paris Président du conseil de l IREST MASTER 1 DATT - IREST UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON-SORBONNE

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 13 JANVIER 2015 UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM UFF Oblicontext 2021 est un

Plus en détail

Fonctionnement du jeu de simulation. Le principe du jeu EXIGE- INFOFI est la simulation de gestion d un portefeuille boursier.

Fonctionnement du jeu de simulation. Le principe du jeu EXIGE- INFOFI est la simulation de gestion d un portefeuille boursier. Fonctionnement du jeu de simulation Le principe du jeu EXIGEINFOFI est la simulation de gestion d un portefeuille boursier. Ce portefeuille est composé des titres des entreprises virtuelles que des étudiants

Plus en détail

HERMÈS. Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 29 mai 2012

HERMÈS. Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 29 mai 2012 HERMÈS INTERNATIONAL Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 29 mai 2012 Le présent descriptif a été établi conformément aux articles 241-1 à 242-7

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

Processus et stratégie d investissement

Processus et stratégie d investissement FCP Bryan Garnier Long Short Equity Recherche de performance par le «stock picking» Processus et stratégie d investissement FCP Bryan Garnier Long Short Equity TABLE DES MATIERES Introduction 2 I Méthodologie

Plus en détail

Jean-Pierre SOUTRIC Vice-Président Corporate and Travel Industry Sales, Europe Four Seasons Hotels and Resorts

Jean-Pierre SOUTRIC Vice-Président Corporate and Travel Industry Sales, Europe Four Seasons Hotels and Resorts L E S C O N F E R E N C E S D E L I R E S T CYCLE 2014-2015 L Institut de Recherche et d Etudes Supérieures du Tourisme (IREST) Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a le plaisir de vous inviter à la conférence

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

Tous droits réservés

Tous droits réservés Tous droits réservés Dans le contexte actuel, l optimisation des revenus est devenue incontournable pour les acteurs touristiques. Cette rencontre avait pour objectifs : De familiariser les participants

Plus en détail

devenir DOCUMENT l hôtellerie la référence de DE RÉFÉRENCE et Rapport financier annuel

devenir DOCUMENT l hôtellerie la référence de DE RÉFÉRENCE et Rapport financier annuel devenir la référence de l hôtellerie 2012 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE et Rapport financier annuel 1 Présentation du Groupe 3 1.1. Profil 4 1.2. Présentation des activités 4 1.3. Informations financières sélectionnées

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS QUESTIONS / REPONSES 1. Pourquoi faire cette augmentation de capital maintenant alors que les marchés financiers sont en crise et le cours de Natixis au plus bas? A quoi

Plus en détail

Certificats Leverage & Short

Certificats Leverage & Short Certificats Leverage & Short Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Produit émis par ING Bank N.V. et soumis au risque de défaut de l émetteur. Les Certificats ING Leverage

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE.

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE. BOURBON Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 2 mai 205 BOURBONOFFSHORE.COM _ BOURBON DEMAIN Mesdames, Messieurs, chers Actionnaires Ceux

Plus en détail

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3)

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3) Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement (point 3) 12 octobre 2010 Pourquoi un Observatoire UFF-IFOP de la Clientèle Patrimoniale? Parce

Plus en détail

STRATEGIE ET CHIFFRES CLES

STRATEGIE ET CHIFFRES CLES GROUPE SOCIETE GENERALE STRATEGIE ET CHIFFRES CLES Frédéric OUDEA Directeur Financier du Groupe 2 Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Hôtellerie Restauration et Tourisme

étude de fonctions & rémunérations Hôtellerie Restauration et Tourisme 2010 étude de fonctions & rémunérations Restauration et Tourisme SOMMAIRE Introduction A / LES MÉTIERS DE L HÔTELLERIE page 7 1 - Responsable des Ventes / Responsable Grands Comptes page 8 2 - Yield /

Plus en détail

Présentation d Aforge Degroof Finance

Présentation d Aforge Degroof Finance Nom du document Confidentiel Le jour mois année Présentation d Aforge Degroof Finance Degroof, banque d affaires et patrimoniale européenne indépendante, accompagne le développement de ses clients depuis

Plus en détail

www.pwcmaroc.com Transactions Maroc Un conseil global en acquisitions et cessions d entreprises

www.pwcmaroc.com Transactions Maroc Un conseil global en acquisitions et cessions d entreprises www.pwcmaroc.com Transactions Maroc Un conseil global en acquisitions et cessions d entreprises PwC Offre de services Transactions Présentation générale Le pôle Transactions de PwC Maroc en collaboration

Plus en détail

l intermédiation actions les dérivés actions l asset management

l intermédiation actions les dérivés actions l asset management TALENTS F RST PROFIL du Groupe Créée en 1990, Exane est une entreprise d investissement spécialisée sur trois métiers : l i n t e r m é d i at i o n ac t i o n s, exercée sous la marque Exane BNP Paribas,

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs

Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs L investissement boursier - Octobre 2011 - A: INFOPRO Communications De: OpinionWay Charles-Henri d Auvigny / Philippe Le Magueresse / Pascal Novais

Plus en détail

OFFRE IR 2014 / ISF 2015

OFFRE IR 2014 / ISF 2015 OFFRE IR 2014 / ISF 2015 Patrimoine III 1Dans le cadre du FIP 123Patrimoine III (également le «Fonds»), le souscripteur choisit de bénéficier de l un ou l autre des dispositifs fiscaux ci-dessous (voire

Plus en détail

Votre banque d affaires privées

Votre banque d affaires privées Votre banque d affaires privées SOMMAIRE editorial Une banque privée au service de ses clients 3 L accompagnement patrimonial L analyse patrimoniale 4 L offre patrimoniale 5/6 La gestion de portefeuille

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE EMBARGO 13 Juin 13h30 Heure de Paris Le Club Méditerranée et Fosun annoncent un partenariat stratégique en Chine Fosun acquiert une participation de 7,1 % dans le capital du Club Méditerranée

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS GARDER LE RYTHME DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS 5 500 CLIENTS PROFESSIONNELS 1 400 ENTREPRISES

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Un système de réservation puissant. Central Reservation Offices (CRO), e-mails et intra Resaweb. Sites web directs AccorHotels & mobile 18 % 59 %

Un système de réservation puissant. Central Reservation Offices (CRO), e-mails et intra Resaweb. Sites web directs AccorHotels & mobile 18 % 59 % DES SOLUTIONS DE DISTRIBUTION ET DE REVENUE MANAGEMENT PUISSANTES CHIFFRES CLÉS 2014 59 % de taux de contribution au chiffre d affaires total de l hôtel, + 3,7 points versus n-1 38 millions de réservations

Plus en détail