Sébastien VALENTIN Directeur de la Communication Financière et des Relations Investisseurs de Accor

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sébastien VALENTIN Directeur de la Communication Financière et des Relations Investisseurs de Accor"

Transcription

1 L E S C O N F E R E N C E S D E L I R E S T CYCLE Institut de Recherche et d Etudes Supérieures du Tourisme (IREST) Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Sébastien VALENTIN Directeur de la Communication Financière et des Relations Investisseurs de Accor Accor - Contraintes et opportunités de la communication financière vis à vis des marchés mercredi 12 novembre 2014 de 18h à 20h à Amphithéâtre DESCARTES, SORBONNE 17, place de la Sorbonne, Paris Réalisé par : Master 1 GATH Promotion

2 Introduction Deux grands thèmes vont être développés au cours de cette conférence, à savoir un premier thème qui regroupera la présentation du groupe ACCOR, sa stratégie et les changements au sein de ce groupe, puis un second thème sera axé sur les contraintes,les enjeux et les opportunités pour un groupe coté. Ainsi afin de mieux comprendre la stratégie et les changements il convient de présenter le groupe par certain chiffres clés : - ACCOR est le premier opérateur hôtelier au monde - Il est le sixièmegroupe mondial en termes de chambres ( chambres réparties dans plus de 3500 hôtels dans 90 pays). - Il regroupe collaborateurs - Sur leur parc hôtelier 40% est en propriété ou en location et 35% en contrat management c està-dire géré par des responsables du groupe. - Leur CA est de 5,5 milliards d'euros pour l année ACCOR couvre l'ensemble de la gamme client (de l hôtellerie économique au luxe) - Développement d une chaîne destinée exclusivement au marché chinois «Meijue» lancé il y a 2 ans qui équivaut au Grand Mercureet qui se développe extrêmement vite. 1. ACCOR, la stratégie et les changements L ambition principale du groupe est d être l'acteur hôtelier mondial le plus innovant le plus performant et le mieux valorisé. Il est important qu un groupe coté s intéresse à l'innovation car elle est absolument fondamentale. Il faut savoir que la révolution digitale aujourd hui change profondément l industrie de l hôtellerie.l'impact du digital a un réel poids puisque cela va concerner le parcours client, la fidélité du client, la relation avec le propriétaire mais surtout les fondamentaux de l industrie. Le besoin primaire d un client est la sécurité, puis les prestations qui correspondent aux attentes. Ils souhaitent la garantie de produits de qualité. Par ailleurs, les clients se renseignent en ligne aujourd hui et mettent en moyenne 2h sur internet afin de s informer à la fois sur leur hébergement grâce aux sites

3 d avis tels que Tripadvisor mais aussi sur l environnement alentours (sorties, restaurants etc ). Cela leur permet d avoir une bonne compréhension du service et de la sécurité qu ils vont va avoir en se déplaçant. On laisse donc plus de place pour la créativité et l innovation, ce qui permet de constater que l hôtel ou la chambre n offrent pas seulement la consistance, mais font l objet de curiosité de la part des clients (recherche du design) ce qui fait évoluer l'industrie de l hôtellerie. La performance financière pour Accorsignifieaussi générer des profits garantissant l'avenir et la valorisation de l'entreprise, ce qui permet aussi la rémunération des actionnaires. Le 27 novembre 2013 a été présentée une nouvelle stratégie pour le groupe, visant à séparer deux activités en interne : les opérations hôtelières et l immobilier hôtelier. Cette stratégie est née dans les années 90, la plupart des groupes hôteliers tels que Mariott et Starwood, se sont engagés dans une stratégie mettant en avant des politiques tactiques consistant àdissocier opérations et immobilier, pour se spécialiser dans les contrats de franchise ou de management, afin de profiter d avantages fiscaux aux Etats-Unis. D un côté on trouve des sociétés foncières ont des ratios économiques différents avec des types de gestion portefeuille ; d un autre côté on avait des opérateurs hôteliers qui disposaient de marges très élevés et intéressantes avec un modèle économique attractif. Ainsi Sébastien Bazin a présenté cette stratégie qui fut validée par l assemblée générale du groupe ACCOR. Elle réorganise le groupeautour de deux métiers stratégiques et complémentaires : - HotelServices: opérateur hôtelier et franchiseur regroupant 3600 hôtels du groupe (dont 1378 d HotelInvest). - HotelInvest : propriétaire et investisseur immobilier regroupant 1378 hôtels. Tous les hôtels détenus par HotelInvest ou en location sont exploités par HotelServices au travers de contrats de management Concernant HotelServices un certains nombres d éléments sont à noter : - Le CA est d 1,219 milliards d euros. - Le client est au cœur du métier - Un des objectifs est de renforcer les marques et la distribution, - Développer le service auprès des propriétaires - Fidéliser le client - Dynamiser l offre digitale

4 - Consolider les parts de marché : la part de marché est une vrai réponse face a la montée en puissance des agences de voyage en ligne - C est une logique économique de compte de résultat, cash flow récurrent avec des marques bien positionnées et bien reconnues qu il faut continuer à développer. Quant à HotelInvest, étant le premier propriétaire hôtelier en Europe il faut retenir quelques éléments : - Le CA est de 5millions d euros. - C est un métier de gestion d actifs, de bilan - Il faut optimiser l allocation des ressources (rotation des actifs par exemple). - Il faut soutenir le développement en propriété. - Réduire la part des locations dans le portefeuille. - Accroître la génération de cash flow. - Cependant il y a un travail de restructuration à faire car les grandsgoupes concurrents comme Host, Ashford etc génèrent des performances économiques nettement supérieures à celles d HotelInvest aujourd hui. Depuis 2014, les comptes d HotelInvest et HotelServices sontdistingués. Le CA d HotelServices (opérateur hôtelier franchiseur)correspond aux redevances versées par l ensemble des hôtelsdu groupe, soit 1.2 Mds d en En ce qui concerne les parts de marché d HotelInvest, c est le premier propriétaire hôtelier en Europe. Plus il a des parts de marché plus le RevPAR index augmente, en France par exemple Ibis a un RevPAR index moyen de 135. Toutla logique économique d HotelInvest est dans le retour sur l investissement. Par exemple, unpatron dans son pays qui investit dans une innovation, attend un retour.la rentabilité de l investissement se mesure sur du long terme.quand le responsable d'une zone a besoin d'investir il est intéressé par le retour sur l'investissement à terme. Il y a aussi la règle du millième, par exemple si vous construisez ou rachetez un hôtelvous regardez le coût par chambre multiplié par 1000 et ce résultat multiplié par le nombre de chambre vous avez une idée de la valeur de la chambre.

5 Accor assure sa différence par rapport aux concurrents, en France avecplus de 1000 hôtels et chambres, ce qui correspond à 30% du marché, en Europe avec chambres représentant 26%, en Zone Asie-Pacifique avec plus de chambres réparties dans 566 hôtels, en Afrique et Moyen-Orient avec plus de chambres réparties en 341 hôtels et enfin en Amérique du Nord, Amérique du Sud et Caraïbes avec plus de chambres dans plus de 250 hôtels. Les différentes marques couvrent tous les segments de l offre, de Formule 1 à Sofitel en passant par Ibis, Mercure, Pullman ou encore Novotel. La transformation d AllSeasons en Ibis Styles est adaptée pour le développement qui s'adapte aux conversions d'hôtels. Le développement d ibis Styles a doublé en De plus, concernant le digital, le site du groupe Accorhotels.com et les sites des marques ont enregistré en 2013 plus de 278 millions de visiteurs dont 24 millions sur Smartphones et plus de réservations en ligne. Accor àpris une participation minoritaire dans «Mama Shelter», pour deux raisons essentielles, d une part la modernité dans le ton funky / jeune, et d autre par car 60% des profits sont générés par la restauration. 2. Les contraintes, les enjeux et les opportunités pour un groupe coté L enjeu principal de la communication financière est que les investisseurs aient confiance dans la stratégie du groupe. Il y a différents acteurs dans la communication financière, d une part les analystes qui travaillent dans les banques et qui font des recommandations à l'achat ou à la vente sur des titres, mais ils font aussi des prévisions. ACCOR compte 23 analystes sell-side à travers le monde. D autre part il y a les investisseurs institutionnels qui recherchent la performance, ACCOR en connaît 6000, se sont par exemple les banques, les compagnies d assurance, ou des organismes qui collectent l épargne et la place sur des marchés financiers. ACCOR dispose également d actionnaires individuels, pour lesquels il convient d adopter un langage différent des institutionnels (moins technique). Il y a aussi d autres acteurs tels que les agences de notations qui attribuent des notes qui, si elles sont bonnes permettent d emprunter avec un taux plus faible ou encore les personnes détenant des obligations, correspondant à des dettes pour ACCOR. En interne la communication financière a de forts enjeux car elle permet la fidélisation, la concentration de l information, elle permet aussi de faire remonter vers le management les attentes et le mode de fonctionnement du marché. Deux éléments importants sont à noter concernant cette

6 communication, d une part les informations transmises aux investisseurs sont homogènes et circulent au même moment et d autre part la diffusion se fait toujours hors marché. Afin de suivre ce bon fonctionnement un travail récurrent de sensibilisation doit être mené car l information doit être précise et juste. De plus afin d éviter notamment le risque de délit d initié il y a une forte surveillance par l autorité des marchés. Concernant l organisation, la communicationest rattachée au directeur financier et il n y a que quatre personnes au sein du groupe qui communiquent les informations et la stratégie à destinations des investisseurs : le président, la directrice financière, le vice-président Communication Financière et son adjoint. Tous les supports d informations et communiqués de presse, les documents annuels sont produits en interne. Être un groupe coté en France implique certaines obligations, il faut donc identifier des porteparoles, coordonner et centraliser l information, sensibiliser sur les informations privilégiées afin d éviter le délit d initié, mais il faut aussi respecter les process et des quiet periods. Dans cette vision financière, au niveau des banques et des investisseurs il convient de parler des différents contacts et acteurs : - Les courtiers (the SellSide) qui organisent les rencontres avec les investisseurs et les sociétés. Leur métier revient à acheter et vendre des actions pour des investisseurs, pour cela ils touchent une commission neutre sur le titre. Les courtiers disposent d équipes d analystes (les «sellside»), qui font les recommandations à l achat ou à la vente, ainsi que les objectifs de cours. - Asset management (the BuySide) représente la gestion d actifs et réunit des banques, des compagnies d assurance, des fonds souverains ou encore les fonds de gestion alternative. Il y a deux publics à savoir les analystes qui vont conseiller et les gérants qui prennent les décisions et assument le risque d investissement. - Les banquiers : ils ont un rôle de conseil et de conclusion de vente (M&A). Selon les politiques d investissement dans l Asset Management,les investisseurs peuvent choisir des types variés de produits tels que des produits monétaires, de l immobilier, des commodités et des produits dérivés. Dans les produits financiers on trouve les equities(les actions), les obligations (bonds) étant à faible risque et les produits dérivés. Il y a trois types de spécialistes qui font des conseils en investissement :

7 - Les économistes: ils vont mener une analyse macroéconomique, et conseiller sur les différents types d investissement. - Les stratégistes: ils sont spécialisés sur les actions, et font des recommandations par secteur. - Les analystes: ils sont à l'intérieur du secteur, et ils vont conseiller sur les stocks. Concernant les Investisseurs Institutionnels, il y a différentes approches : - Les GARP (Growth At a Reasonable Price) : ce sont des investisseurs conservateurs et à long terme (5ans). - Value / Core Value : ce sont des investissements à moyen terme dans des sociétés sousvalorisées. - Hedge Fund : ce sont des investissements à court terme, ils font donc le marché et représentent 10 à 15% des actifs, mais 80% ou plus des échanges. - SRI Funds : ce sont des investissements à très long terme, ils représentent 5% des actifs sous gestion. Ils sont nés dans les années 50 aux Etats-Unis. Il y en a deux types : o Les fonds d exclusion : les personnes investissaient dans une approche morale (églises américaines). o Best in Class : cette vision est plus importante et prédominante en Europe. Elle est totalement pragmatique, il n y a aucun critère moral, c est-à-dire qu une société, une entreprise qui a une politique saine en terme d environnement, de gouvernance, de relation avec ses salariés, ses prestataires, ses fournisseurs, etc.. prend moins de risque que les autres et donc aura une valorisation plus élevée. Par exemple, dans le cadre des politiques environnementales volontaristes, si une entreprise produit moins de CO 2, elle aura moins de taxes à payer. De même dans une société où la politique RH est harmonieuse il y aura moins de turn over et moins d absentéisme. Enfin dans une entreprise ayant une bonne gouvernance et des organes de contrôle bien structurés, aura moins de chance de prendre des mauvaises décisions. Les critères d environnement sociétal sont très importants dans l investissement, il faut donc développer cette politique de développement durable. Conclusion Certains critères sont à prendre réellement de plus en plus en compte comme le développement durable dans la stratégie. Il faut avoir de nos jours une véritable logique, une vraie politique et un réel investissement sur le développement durable ce qui est une bonne nouvelle pour le groupe ACCOR qui

8 s y s est engagé depuis une quarantaine d année et qui a actuellement la politique de développement durable la plus forte et la plus reconnue par la communauté des investisseurs socialement intéressés. Ainsi il y a des approches très différentes de l investissement et cela montre toute l importance d avoir une bonne crédibilité et une bonne image, la perception d une entreprise et de son management est absolument fondamentale pour un groupe coté tel qu ACCOR. Pour conclure, il est certain que les patrons de grandes sociétés plus ou moins médiatiques, sont plus ou moins visibles et cela est à double tranchant car être un bon patron dans une entreprise en bonne santé avec une communication remarquable, le jour où la chance tourne, cela enclenche une exposition médiatique négative. Il est donc très important de retenir que la confiance vis-à-vis des marchés se construit doucement mais se détruit extrêmement facilement. Débats et Questions 1- Accor vient d acquérir une part minoritaire des actions de Mama Shelter, quelle est votre de politique de communication vis-à-vis de cette acquisition? (Etudiante en M1 GATH) Accor n a pas géré la communication en rapport à cet achat, qui a été faite uniquement par Mama Shelter, notamment pour souligner que cette marque restait indépendante. Par contre si l achat avait concerné une part beaucoup plus importante, nous aurions été dans l obligation de communiquer. 2- Accor a-t-il l intention de racheter la filiale Louvre Hotel de Starwood? (Etudiant en M1 GATH) Je sais qu une proposition a été faite mais il semble qu elle ait été rejetée puisque l achat ne s est pas fait. (Louvre est finalement racheté par un acheteur chinois, le groupe Jin Jiang) 3- Pensez-vous que cela (nb : vouloir acheter Louvres Hôtel) soit une bonne chose? (Etudiant en M1 GATH) Chacun son avis, mais personnellement, je n étais pas trop pour cet achat. Si vous voulez, nous sommes en plein dans une stratégie de «fidélisation» de nos investisseurs, il y a aujourd hui une vraie adhésion

9 de leur part à l histoire boursière, or je pense que racheter une chaine, et celle-ci en particulier aurait «changé l histoire». Cela aurait entrainé des questions de synergie, de cohésion au sein du groupe. De plus, nous nous serions probablement heurtés à un problème de qualité et il aurait fallu faire beaucoup de travaux de rénovation du parc hôtelier du groupe pour que celui-ci corresponde à nos critères. 4- Lorsque vous effectuer ce genre de démarche de rachat, prenez-vous en compte la valeur boursière? (Etudiant en M1 GATH) Oui, bien sûr, cela nous donne un prix de départ de référence. Mais on sait aussi qu il faut être méfiant que cette valeur peut être interprétée de différente manière. Un achat de cette ampleur peut être mal vu du marché et entraîner une mauvaise réaction boursière. Mais cela ne nous intéresse pas de savoir où en sera le court de l action le mois prochain mais plutôt est-ce que cela crée de la valeur sur le long terme, à avoir des résultats meilleurs et si c est le cas il y aura des valorisations supérieures. Oui, le marché va peut-être détester ça, mais si on est convaincu que c est cela qu il faut faire alors nous le ferons. 5- Que pensent les brokers sur l impact de ces annonces par rapport aux valorisations? (Etudiant en M1 GATH) C est justement tout leur travail. Le problème c est que la chaîne Louvres Hôtel étant filiale non cotée d un groupe américain, il n y avait pas de chiffres disponibles. J avais quand même des investisseurs qui m appelaient pour avoir les comptes et je leur répondais d appeler les hôtels du Louvre directement car moi, je ne les avais pas. C est difficile à faire, ce sont des estimations mais le rôle de l analyste est de définir à partir de quel montant l acquisition est intéressante de façon à dire aux investisseurs : Accor si il l achète à 1 milliard c est bien mais si il l achète à 1,5 milliard ce n est pas bien. Ca, c est de l estimation, donc quand vous avez l information vous l utilisez quand vous l avez pas vous essayez de l estimer. 6- A l IREST, nous avons commencé à travailler sur l impact de la globalisation des marchés touristiques, comme vous êtes les premiers au Brésil, est- ce que cette croissance dynamique du tourisme et des entreprises touristiques, on le voit notamment avec le groupe chinois qui a racheté le groupe Louvre Hôtel, est-ce que cela vous oblige à privilégier plus une stratégie HotelServices ou HotelInvest? (Etudiant en M1 GATH)

10 Non, comme je vous le disais HotelServices et HotelInvest ce sont deux parts différentes. On est sur du développement avec HotelServices, on se développe dans le monde entier avec 70% de développement hors Europe. HotelInvest est censé être un propriétaire d hôtels en Europe, sur l hôtellerie économique et moyen de gamme: cela signifie pas ou peu de détention d hôtels dans le haut de gamme et pas de détention d actifs hors Europe. En effet, en détenant des actifs en Europe on ne prend pas beaucoup de risque, si l on prend un hôtel sur Paris par exemple on sait que sa valorisation n est pas vraiment à risque par contre si l on prend des actifs dans les pays émergents, au Brésil, en Thaïlande, dans dix ans, quelle sera la valeur de cet actif? Et puis vous avez un fort risque de taux de change et un tas d autres choses qu il faut prendre en compte. On est donc sur des choses très différentes. La globalisation, nous la voyions comme une opportunité pour HotelServices. 7- La globalisation profite donc plus à HotelServices? (Etudiant M1 EDTI) Oui, et en terme de globalisation notre développement se base sur 95% en franchise et management. HotelInvest n est pas vraiment dans une logique de développement mais plutôt de restructuration et quand on aura fini d ici deux ans cette restructuration, nous pourrons parler de développement mais il y a peu de chance pour que nous allions faire de la construction d hôtels dans les pays émergents. Le but étant de se focaliser sur l Europe. 8- Quel est votre principal canal de réservation, tout à l heure vous parliez de 17% online? (Etudiante M1 GATH) Si vous regarder aujourd hui la manière dont sont effectuées les réservations cela passe d abord par le canal que l on appelle «Direct Hôtel». Cela signifie que les clients vont appeler l hôtel ou se présenter à l hôtel le soir même pour avoir une chambre : cela représente 45% des réservations, ce qui est beaucoup plus élevé qu aux Etats-Unis avec 25%. Cela s explique par deux choses : 1/ la maturité de la clientèle et 2/ on a beaucoup d hôtels économiques et «moyenne gamme», il arrive donc assez souvent que des clients se présentent directement dans un Ibis à 22h pour avoir une chambre, ce que l on imagine difficilement à l hôtel George V à Paris. Donc structurellement, on aura toujours une part de «direct hôtel» assez importante.

11 Bien entendu la plus forte part d évolution reste le online, je vous disais 17, mais aujourd hui c est 18% des ventes directes d Accor, 15% sur les agences en ligne surtout booking.com et expedia.com le reste, c est un peu de vente sur les callcenters. Cela fait donc 45% sur le «direct hôtel», 35% au final sur le online et le reste se répartit sur quelques autres ressources. Merci beaucoup.

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

Accor : une nouvelle dynamique

Accor : une nouvelle dynamique Communiqué de presse Paris, le 19 mai 2010 Accor : une nouvelle dynamique Accor devient un «pure player» hôtelier concentré sur : Son portefeuille de marques et ses clients Son métier d opérateur et de

Plus en détail

Chiffre d affaires du premier trimestre 2009 : -5,8% en données comparables

Chiffre d affaires du premier trimestre 2009 : -5,8% en données comparables Communiqué de presse Information trimestrielle Paris, le 16 avril 2009 Chiffre d affaires du premier trimestre 2009 : -5,8% en données comparables Dans un contexte de crise économique sans précédent, Bonne

Plus en détail

Résultats record en 2014 reflétant la bonne dynamique des marchés clés et la pertinence de la nouvelle stratégie du Groupe

Résultats record en 2014 reflétant la bonne dynamique des marchés clés et la pertinence de la nouvelle stratégie du Groupe Communiqué de presse 18 février 2015 Résultats record en 2014 reflétant la bonne dynamique des marchés clés et la pertinence de la nouvelle stratégie du Groupe Progression du chiffre d affaires : +3,8%

Plus en détail

Premier semestre 2014 solide reflétant la bonne dynamique des marchés internationaux et les premiers effets de la transformation du Groupe

Premier semestre 2014 solide reflétant la bonne dynamique des marchés internationaux et les premiers effets de la transformation du Groupe Communiqué de presse 26 août 2014 Premier semestre 2014 solide reflétant la bonne dynamique des marchés internationaux et les premiers effets de la transformation du Groupe Progression du chiffre d affaires

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Point marché hôtellerie

Point marché hôtellerie Point marché hôtellerie Débat animé par Gérard EZAVIN, Président - GE CONSULT SAS, Président - Collège Hôtellerie du CDIF Mercredi 4 décembre 2013 Intervenants : Olivier CARVIN, Président GROUPE MARANATHA

Plus en détail

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Communiqué de presse Information trimestrielle Paris, le 20 avril 2011 Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Progression de +5,8% du chiffre d affaires en données publiées et

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Un investissement dans 3 hôtels minimum en France. Des investissements principalement majoritaires

Un investissement dans 3 hôtels minimum en France. Des investissements principalement majoritaires M a n d a t d e g e s t i o n Mandat hôtelier ISF 05 LE MANDAT HÔTELIER 05, UNE CLASSE D ACTIFS ORIGINALE Un investissement dans 3 hôtels minimum en France Turenne Capital choisit d investir dans des PME

Plus en détail

NEXITY. Nexity développe une stratégie d E-reputation à 360 sur la base des données sociales fournies par BuzzWatcher. CASE STUDY

NEXITY. Nexity développe une stratégie d E-reputation à 360 sur la base des données sociales fournies par BuzzWatcher. CASE STUDY Online Intelligence Solutions NEXITY développe une stratégie d E-reputation à 360 sur la base des données sociales fournies par BuzzWatcher. CASE STUDY CASE STUDY INTRODUCTION Client Industrie Immobilier

Plus en détail

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France 1

Plus en détail

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

NEUFLIZE OBC INVESTISSEMENTS L ESSENTIEL

NEUFLIZE OBC INVESTISSEMENTS L ESSENTIEL NEUFLIZE OBC INVESTISSEMENTS L ESSENTIEL 2014 NEUFLIZE OBC INVESTISSEMENTS EN CLAIR Neuflize OBC Investissements L essentiel Neuflize OBC Investissements bénéficie de la sécurité et de la stabilité que

Plus en détail

Qui sommes-nous? Acteur de référence dans le domaine des produits patrimoniaux, Financière Magellan est reconnue pour son approche «haute couture».

Qui sommes-nous? Acteur de référence dans le domaine des produits patrimoniaux, Financière Magellan est reconnue pour son approche «haute couture». Qui sommes-nous? Financière Magellan a pour activité la conception et l ingénierie de solutions de placement et d optimisation fiscale, tous secteurs de l investissement confondus. Elle se singularise

Plus en détail

Les Ateliers de l Epargne, une nouvelle approche financière, originale et pertinente.

Les Ateliers de l Epargne, une nouvelle approche financière, originale et pertinente. DOSSIER DE PRESSE Georges BILLAND Lieu dit Bouharée 35 230 ORGERES Tél : 02 99 83 46 77 Rennes, le 25 Mars 2011 Port : 06 29 23 08 32 Email : georges.billand@hotmail.fr En résumé : Les Ateliers de l Epargne,

Plus en détail

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du Guide de l utilisateur du GLOBAL ANALYZER LES «RAPPORTS» 1 La partie «Signalétique» 1 La partie «Diagnostic» 1 La partie«conclusions» 1 Le profil de la société 2 Les autres mesures : 2 LA SECTION VALORISATION

Plus en détail

STAGE - Chargé(e) de communication junior 6 mois à pourvoir dès que possible Paris 9 ème

STAGE - Chargé(e) de communication junior 6 mois à pourvoir dès que possible Paris 9 ème STAGE - Chargé(e) de communication junior Au sein du service Communication Groupe, vous aurez essentiellement en charge les missions suivantes : > Participer aux missions de communication interne et externe,

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

Processus ISR. Allianz Euro Credit SRI. Obligataire ISR 2012

Processus ISR. Allianz Euro Credit SRI. Obligataire ISR 2012 Processus ISR Allianz Euro Credit SRI Obligataire ISR 2012 Sommaire -Moyens et ressources ISR -Processus d investissement -Glossaire 2 Moyens et ressources ISR Taux Recherche interne : 10 gérants et analystes

Plus en détail

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros Communiqué de presse Paris, le 19 janvier 2010 Chiffre d affaires 2009 : -7,9% en données comparables Dans un environnement économique encore sévèrement touché par la crise, Chiffre d affaires des Services

Plus en détail

Sopra Group Objectifs 2007 atteints

Sopra Group Objectifs 2007 atteints Communiqué de Presse Paris, le 14 février 2008 Sopra Group Objectifs atteints Chiffre d affaires : 1 milliard d euros Croissance totale : + 11,6% Croissance organique : +9,4% Marge opérationnelle courante

Plus en détail

Comment mieux comprendre la communication financière?

Comment mieux comprendre la communication financière? Comment mieux comprendre la communication financière? AXA Group Solutions Web Shared Services/Digital Studio - Novembre 2012 Focus sur l Investor Day Contacts: Communication interne Groupe : comint@axa.com

Plus en détail

Club MedColombus -Bahamas

Club MedColombus -Bahamas Les synergies entre les 2 groupes Les deux groupes ont commencé à mettre en place les synergies : Accroissement du chiffre d'affaires Optimisation des achats Échange de savoir-faire et d'expertises Ressources

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

Gestion de patrimoine

Gestion de patrimoine Zurich Invest Select Portfolio Gestion de patrimoine Adaptée à vos besoins Les meilleurs experts en placement pour votre fortune Gestion de patrimoine adaptée à vos besoins Vos avantages: Vous profitez

Plus en détail

PROCESSUS DE GESTION. GESTION Palatine Asset Management ACTIONS WWW.PALATINE-AM.COM AM.COM

PROCESSUS DE GESTION. GESTION Palatine Asset Management ACTIONS WWW.PALATINE-AM.COM AM.COM PROCESSUS DE GESTION GESTION Palatine Asset Management ACTIONS WWW.PALATINE-AM.COM AM.COM Processus de gestion actions La gestion de Palatine Asset Management est active et pragmatique Le processus est

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

L investissement hôtelier: un bon couple risque /rendement? 15 octobre 2014

L investissement hôtelier: un bon couple risque /rendement? 15 octobre 2014 L investissement hôtelier: un bon couple risque /rendement? 15 octobre 2014 1. Présentation de Turenne Hôtellerie 2. Un constat: l essor de l investissement hôtelier en France 3. Pourquoi cet essor? Indicateurs

Plus en détail

ACCOR VALORISE LE PARCOURS CLIENT

ACCOR VALORISE LE PARCOURS CLIENT ACCOR VALORISE LE PARCOURS CLIENT LES NOUVELLES TENDANCES DU MARKETING ET DE LA COMMUNICATION: BIG DATA MCS4 LESLIE TABACCO, THOMAS RACOUPEAU 1 S OMMAIRE Qu est ce que le BIG-DATA P.3 Le groupe ACCOR P.4

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

www.pwc.fr Language Services

www.pwc.fr Language Services www.pwc.fr Language Services La qualité de votre communication traduit aussi votre valeur Une approche centrée sur vos attentes PwC Language Services s engage à vos côtés pour dynamiser votre communication

Plus en détail

Communiqué de Presse. SG Asset Management innove en lançant le premier FCPR immobilier. Paris, le 25 septembre 2003

Communiqué de Presse. SG Asset Management innove en lançant le premier FCPR immobilier. Paris, le 25 septembre 2003 Communiqué de Presse Paris, le 25 septembre 2003 SG Asset Management innove en lançant le premier FCPR immobilier L immobilier constitue un actif privilégié, décorrelé des marchés financiers traditionnels,

Plus en détail

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 1 RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 2 Plan Introduction : Attractivité qu est-ce? Pourquoi être attractif? Peut-on être attractif en France? Comment être attractif : Les leviers? Positionnement :

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE FONDS EUROCROISSANCE Composez le futur de votre épargne Communication à caractère publicitaire BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014

POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014 POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014 1. PLACEMENTS COURT TERME 1.1 Fonds monétaire Ces placements permettent d optimiser la gestion de trésorerie sur un horizon 1 à 15

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Une étude menée par TrustYou pour AccorHotels souligne les effets positifs des avis TripAdvisor sur les réservations hôtelières

Une étude menée par TrustYou pour AccorHotels souligne les effets positifs des avis TripAdvisor sur les réservations hôtelières Communiqué de presse Paris, le 30 septembre 2015 Une étude menée par TrustYou pour AccorHotels souligne les effets positifs des avis TripAdvisor sur les réservations hôtelières Une étude met en lumière

Plus en détail

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Le 1 er décembre 2015 La Banque Postale Asset Management - 34, rue de la Fédération - 75737 Paris Cedex 15

Plus en détail

GROUPE LES HÔTELS DE PARIS. Réunion d information - Résultats annuels 2002

GROUPE LES HÔTELS DE PARIS. Réunion d information - Résultats annuels 2002 GROUPE LES HÔTELS DE PARIS Réunion d information - Résultats annuels 2002 LES INTERVENANTS Patrick MACHEFERT Président-directeur Général Michel MANCHERON Secrétaire Général Olivier WOLF Directeur Administratif

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Une approche sur-mesure

Une approche sur-mesure L offre de services de HSBC Private Bank en France Le cœur de notre métier consiste à vous fournir des conseils de qualité et à mettre en œuvre les solutions d investissements permettant de répondre précisément

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Le réseau du Groupe Primonial : des conseillers dédiés pour des solutions sur-mesure

Le réseau du Groupe Primonial : des conseillers dédiés pour des solutions sur-mesure Le réseau du Groupe Primonial : des conseillers dédiés pour des solutions sur-mesure ANDRÉ CAMO PRÉSIDENT DE GROUPE PRIMONIAL «NOTRE INDÉPENDANCE CAPITALISTIQUE GARANTIT NOTRE INDÉPENDANCE D ESPRIT. NOUS

Plus en détail

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 Le besoin d épargne retraite en France Septembre 2010 EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 A propos d Aviva France Aviva est le 6 e assureur mondial*, avec plus de 5 millions de clients répartis

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

HOLOSFIND (ALHOL): Présentation de la stratégie 2015 et 2016 lors de l AGE du 30 septembre 2015.

HOLOSFIND (ALHOL): Présentation de la stratégie 2015 et 2016 lors de l AGE du 30 septembre 2015. Communiqué de presse Paris, le 29 Septembre 2015 HOLOSFIND (ALHOL): Présentation de la stratégie 2015 et 2016 lors de l AGE du 30 septembre 2015. Holosfind annonce qu elle va présenter sa stratégie lors

Plus en détail

Ageas France. Votre partenaire en assurance

Ageas France. Votre partenaire en assurance Ageas France Votre partenaire en assurance Edito Ageas France est une société d assurance française, filiale du Groupe Ageas. Ageas est un groupe d assurance international riche de plus de 180 années d

Plus en détail

ZA5211. Flash Eurobarometer 271 (Access to Finance) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French)

ZA5211. Flash Eurobarometer 271 (Access to Finance) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French) ZA5211 Flash Eurobarometer 271 (Access to Finance) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French) FLASH 271 ACCESS TO FINANCE OF EU SMES Bonjour, je suis et je vous appelle de Efficience3. Votre entreprise

Plus en détail

Progression soutenue du chiffre d affaires au T1 2015 Croissance de 5,6% à données comparables. * * * HotelServices : +7,6% - HotelInvest : +4,8%

Progression soutenue du chiffre d affaires au T1 2015 Croissance de 5,6% à données comparables. * * * HotelServices : +7,6% - HotelInvest : +4,8% Communiqué de presse Paris, le 16 avril 2015 Progression soutenue du chiffre d affaires au Croissance de 5,6 à données comparables * * * HotelServices : +7,6 - HotelInvest : +4,8 L activité au 1 er trimestre

Plus en détail

AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE. L échantillon 2011 :

AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE. L échantillon 2011 : LE TRÉSORIER D ENTREPRISE EN 2011 2 AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Mon futur à composer Cardif Multiplus Perspective Mon assurance vie diversifiée aujourd hui pour mes projets de demain Cardif propose Cardif

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Journée Valaisanne du Tourisme

Journée Valaisanne du Tourisme Journée Valaisanne du Tourisme Défis, Tendances et Innovations en matière d hébergement touristique Martigny - 5 Octobre 2015 Pierre Olivier TOUMIEUX - CEO Groupe LAGRANGE SOMMAIRE 2 1. Le Groupe LAGRANGE

Plus en détail

Directive UCITS IV : quels enjeux pour les investisseurs institutionnels?

Directive UCITS IV : quels enjeux pour les investisseurs institutionnels? Directive UCITS IV : quels enjeux pour les investisseurs institutionnels? Conférence Argus de l'assurance Les rencontres de l'asset Management 22 juin 2010 Conférence Argus de l Assurance & Les rencontres

Plus en détail

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS Par : Gilles Benoist CEO du Groupe CNP Assurances de 1998 à 2012

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité!

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! La franchise DIA, deux opportunités Pour parfaire votre parcours d intégration dans le réseau, vous rejoindrez un centre de formation

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2007

Présentation des résultats semestriels 2007 Présentation des résultats semestriels 2007 Faits marquants du premier semestre 2007 Henri de CASTRIES Président du Directoire Les résultats d AXA du 1 er semestre 2007 sont parfaitement en ligne avec

Plus en détail

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005 Philippe TABOUIS / Niels COURT-PAYEN Contacts TNS Sofres Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Une solution patrimoniale sur mesure. Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable.

Une solution patrimoniale sur mesure. Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable. Delfea Une solution patrimoniale sur mesure EN BREF Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable. Définissez votre stratégie d investissement

Plus en détail

UFF lance UFF INNOVATION N 16, un fonds contribuant au financement d entreprises innovantes

UFF lance UFF INNOVATION N 16, un fonds contribuant au financement d entreprises innovantes COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 15 JUILLET 2013 UFF lance UFF INNOVATION N 16, un fonds contribuant au financement d entreprises innovantes UFF, acteur majeur de la commercialisation de FCPI, lance son

Plus en détail

Exclusive Restaurant se lance en franchise

Exclusive Restaurant se lance en franchise Dossier de Presse / Décembre 2012 Exclusive Restaurant se lance en franchise Parce qu un bon moment peut faire toute la différence. Ex c l usi ve R esta u ran ts - SAS au capital de 44 560 - RCS Par i

Plus en détail

Le marketing du tourisme

Le marketing du tourisme Christine Petr Le marketing du tourisme 2 e édition Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-072242-6 Sommaire Avant-propos 7 Chapitre

Plus en détail

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE Donnez de l assurance à votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas Cardif assure

Plus en détail

HRS a présenté une étude complète sur l hôtellerie et le tourisme d affaires à l occasion du salon IFTM Top Resa!

HRS a présenté une étude complète sur l hôtellerie et le tourisme d affaires à l occasion du salon IFTM Top Resa! COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 27 septembre 2013 HRS a présenté une étude complète sur l hôtellerie et le tourisme d affaires à l occasion du salon IFTM Top Resa! HRS, leader mondial de la réservation

Plus en détail

Qu est-ce que le management de transition?

Qu est-ce que le management de transition? Qu est-ce que le management de transition? Selon : Grégoire Cabri-Wiltzer, Président de NIM Europe Président de la Fédération nationale du management de transition (FNMT) Pour faire simple : une entreprise

Plus en détail

BANQUE NEUFLIZE OBC PARTENAIRE DES CONSEILLERS EN GESTION DE PATRIMOINE INDÉPENDANTS

BANQUE NEUFLIZE OBC PARTENAIRE DES CONSEILLERS EN GESTION DE PATRIMOINE INDÉPENDANTS BANQUE NEUFLIZE OBC PARTENAIRE DES CONSEILLERS EN GESTION DE PATRIMOINE INDÉPENDANTS DES INTÉRÊTS BIEN COMPRIS La Banque Neuflize OBC a tissé, au fil des ans, des relations privilégiées et harmonieuses

Plus en détail

Cadrer la stratégie boursière

Cadrer la stratégie boursière Chapitre 1 Cadrer la stratégie boursière Chercher la valeur dans tout investissement Qu est-ce que la stratégie boursière? Elle consiste à «chercher la valeur», nom technique utilisé par les analystes

Plus en détail

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS . MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS Objectifs et politique d investissement : Profil de risque et de rendement A risque plus faible, A risque plus élevé,

Plus en détail

PREDIVIE TRANSMISSION

PREDIVIE TRANSMISSION ASSURANCE VIE PREDIVIE TRANSMISSION L ASSURANCE VIE DÉDIÉE À LA TRANSMISSION DU CAPITAL À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous conseillons nos clients pour leur apporter une réponse adaptée à chacun

Plus en détail

CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO

CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO PERIAL Asset Management, une filiale du groupe PERIAL 9 rue Jadin - 75017 Paris Tél : 01 56 43 11 00 - Fax : 01 42 25 55 00 www.perial.com

Plus en détail

Les indices customisés

Les indices customisés Les indices customisés d IEM Finance Indices boursiers, l expertise spécialisée d IEM Finance 2 Les indices boursiers sont au cœur de l innovation financière car ils sont une synthèse d informations multiples.

Plus en détail

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Mercredi 2 mars 2016 Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Chiffre d affaires consolidé de 798,0 M, en progression de 4,1 % en publié et 4,6 % en

Plus en détail

L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon

L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon Lyon 25 novembre Real Estate & Hotels Tourisme - Hôtellerie - Loisirs Présentation de la 38 ème édition

Plus en détail

Areva, un groupe industriel intégré

Areva, un groupe industriel intégré Areva, un groupe industriel intégré Areva est un groupe industriel à l'histoire très récente : né en septembre 2001 de la fusion des entreprises Cogema, Framatome, CEA-Industrie et Technicatome, il est

Plus en détail

Epargne : prudence et ambition sont-ils conciliables?

Epargne : prudence et ambition sont-ils conciliables? Better thinking. Together. Epargne : prudence et ambition sont-ils conciliables? 1 ère étude annuelle auprès des épargnants clients des réseaux bancaires français Sommaire Fiche technique 3 Objectif Retraite

Plus en détail

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014 Contacts Relations Investisseurs : Patrick Gouffran +33 (0)1 40 67 29 26 pgouffran@axway.com Relations Presse : Sylvie Podetti +33 (0)1 47 17 22 40 spodetti@axway.com Communiqué de Presse Axway : croissance

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE DES ALPES

BANQUE POPULAIRE DES ALPES BANQUE POPULAIRE DES ALPES VOUS AVEZ DU TALENT NOUS VOUS OFFRONS L EXPÉRIENCE NOTRE TERRITOIRE 143000 sociétaires fin 2013, 36% de nos clients détiennent le capital social de la BPA 8 départements 168

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Chiffre d affaires 1 er semestre 2006 : Bonnes performances dans les deux métiers de Accor Hôtellerie : + 7,0% Services : + 25,6% Paris, 20 juillet 2006 Le chiffre d affaires réalisé

Plus en détail

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Conduite fin 2009, cette étude porte sur les différents types d organisations des Achats

Plus en détail

OPCI 2013. Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland

OPCI 2013. Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland 8 e Conférence Annuelle OPCI 2013 Le Marché de l OPCI face à la crise et suite à la disparition du 210E Dii conférences Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland Paris, 22 janvier 2013 Dii Conférences

Plus en détail