GAZETTEn 35 AFEGAZ ASSOCIATION LA FLAMME EUROPEENNE DU GAZ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GAZETTEn 35 AFEGAZ ASSOCIATION LA FLAMME EUROPEENNE DU GAZ"

Transcription

1 GAZETTEn 35 AFEGAZ ASSOCIATION LA FLAMME EUROPEENNE DU GAZ

2 SOMMAIRE Gazette 35 Editorial...3 L'histoire du gaz en Ile-de-France...4 "L'allumeur de räverbåres" par Robert Bruce..7 Visite des collections LIOTARD...8 L'hygiÅne selon MANUFRANCE...10 La vie des gaziers il y a 40 ans...11 Sauvetage du gazomåtre d'athånes...15 L'allumeur de räverbåres en Grande-Bretagne...16 Notre couverture: les piåces de collection accumuläes au fil des ans par la SociÄtÄ technique du gaz, puis l'association Technique de l'industrie du Gaz en France, aujourd'hui l'association FranÉaise du Gaz, dans les anciens locaux oñ elles Ätaient conserväes avant d'ötre confiäes Ü AFEGAZ. AFEGAZ, 62 rue de Courcelles, F PARIS Mai

3 Editorial: Collectionneurs : Vous êtes utiles!! Collectionner, conserver, ce n'est pas amasser. Certes, il faut réunir des documents et des objets pour comprendre, suivre des évolutions, les exposer et finalement voir vivre une technique, une entreprise, un secteur économique. Mais tout cela a-t-il de l'intérêt? Oui!, car cette vie qui se déroule à travers les documents et les objets renvoie à tout ce qui constitue la nature de l'homme : vivre moins rudement, avec plus de sécurité et moins d 'efforts épuisants, c'est-à-dire améliorer son cadre de vie, apporter une contribution remarquée à la collectivité des hommes, s'inscrire dans l'histoire ou tout simplement participer à une aventure collective, y réaliser sa vie professionnelle, prospérer économiquement, ce qui accélère les progrès... Oui également!, car l'on voit ce qui a marché et l'on devine ce qui n'a pas marché et pourquoi. On voit à l'oeuvre, tout à la fois, l'audace technique et la prudence industrielle, la cohérence des démarches commerciales et les approches marketing plus ou moins réussies, les réalités organisationnelles et sociales et bien d'autres choses. Oui encore!, car la ressource dégagée par les collectionneurs, c'est-à-dire par des gens qui cherchent à comprendre des évolutions, est une matière première déjà élaborée à la disposition d'étudiants, de chercheurs ou d'amateurs. Lorsque AFEGAZ et les autres Associations qui lui sont liées sont sollicitées, ce qui n'est pas rare, nous avons la confirmation que notre travail est utile et intéresse plus que nous-mêmes. Nous sommes alors ravis des collaborations qui s'instaurent, car elles nous aident à approfondir des aspects de l'histoire de l'industrie gazière, même avec nos moyens limités. Jacques ELY Usine à gaz de Lisieux détruite suite à un orage en

4 Le gaz en Ile-de-France Histoire du premier service public local Claude Mahuzier, Président de COPAGAZ Pour cäläbrer son centenaire, survenu en 2004, le Syndicat intercommunal pour le gaz et l ÄlectricitÄ en Ile-de-France (Sigeif) a publiä un magnifique livre de plus de 300 pages, somptueusement illusträ sous ce titre. Cet ouvrage n est pas en vente publique mais notre Association (qui a fourni aux auteurs quelques documents iconographiques, tout comme Gaz de Strasbourg) en possåde un exemplaire qui peut Ötre prötä (sous condition impärative de retour rapide!) aux membres de COPAGAZ et d AFEGAZ qui le souhaiteraient. IntitulÄ : "La distribution du gaz Ü l origine du premier service public industriel ( )", le premier chapitre s ouvre sur le däpàt du brevet sur le thermolampe par Philippe Lebon en novembre MalgrÄ l absence de tout soutien du Consulat, le jeune ingänieur persävåre dans ses travaux et, pour y intäresser le public, Äclaire au gaz l hàtel de Seignelay, rue Saint-Dominique Ü Paris. Un Allemand, Winzer (et non Winzler, comme l indique l ouvrage, reprenant une confusion souvent faite entre Andreas Zacharias Winzler, qui a crää des compagnies gaziåres en Autriche-Hongrie, et Friedrich Albert Winzer, qui en cräa Ü Londres puis Ü Paris), sera effectivement captivä par sa dämonstration. Lebon meurt dans la nuit du 1 er au 2 däcembre 1804, quelques heures avant le sacre de NapolÄon, assassinä, selon la thåse trås romantique (mais contestäe) que reprend l ouvrage. Il faudra attendre la Restauration pour que les idäes de Lebon soient reprises. En effet, la paix revenue amånera Ü Paris un Anglais nommä Winsor qui fait courir les foules en Äclairant au gaz hydrogåne, en 1817, le passage des Panoramas. Ce Winsor n est autre que le Winzer qui avait assistä, seize ans plus tàt, Ü la dämonstration de Lebon. Le roi Louis XVIII s intäresse Ü ces essais et finance la premiåre sociätä gaziåre franéaise crääe en 1819 sous le nom de Compagnie royale. Des financiers et des entrepreneurs suivent : l annäe suivante, Pauwels fils cräe une usine Ü gaz qui alimente la rue

5 du faubourg PoissonniÅre et, de 1821 Ü 1839, six sociätäs gaziåres naissent Ü Paris pour fournir du gaz d Äclairage aux quartiers de Belleville, Vaugirard, Ivry et Passy. DÅs 1822, l Administration essaie d endiguer les fouilles qui s ouvrent un peu partout et une Ordonnance royale de 1824 Ädicte les premiåres rågles de säcuritä. La ville, pour sa part, comprend vite qu elle pourrait percevoir des redevances, officialisäes en 1844 par le comte de Rambuteau, präfet de la Seine. Tout cela aboutit en 1846 Ü un traitä de concession qui aura pour consäquence, en 1855, la fusion des six compagnies gaziåres en une seule qui aura le droit de construire des conduites de gaz pour l Äclairage et, c est la premiåre fois qu on en parle, le chauffage pour cinquante ans. S ouvre une Åre florissante pour l industrie gaziåre dans la capitale dont le räseau passe de 565 Ü Km et la consommation de 37 Ü 221,5 millions de m 3 de 1866 Ü Cependant, â l ennemi ä arrive : si becs de gaz illuminent l Exposition universelle le jour de son inauguration, le 31 mars 1889, la tour Eiffel rayonne Ü son sommet d un phare Älectrique, le plus puissant du monde! Le deuxiåme chapitre : "La banlieue affirme sa personnalitä ( )" Ävoque d abord les consäquences de l industrialisation de la rägion parisienne et des grands travaux d Haussmann : le refoulement des masses populaires au-delü des barriåres de Paris. C est l Äpoque oñ l on qualifie La Plaine-Saint-Denis de â Manchester franéais ä. C est l Äpoque oñ la Compagnie parisienne de chauffage et d Äclairage par le gaz acquiert des terrains au Landy pour y construire une grande usine Ü gaz. C est aussi l Äpoque de l expiration du traitä de concession, dans un contexte de forte opposition entre Paris et les communes de banlieue sur tous les fronts (Paris refusera par exemple d Ätendre le mätro hors de ses murs, au grand dam des Älus des communes avoisinantes). Un jeune maãtre des requötes au Conseil d Etat, ThÄodore Tissier, maire de Bagneux, organise la räsistance Ü la capitale ; avec quelques maires de communes proches, il cräe, däbut 1904, le Syndicat des communes de la banlieue de Paris pour le gaz. ParallÅlement, il encourage et participe Ü la cräation de la SociÄtÄ d Äclairage, de chauffage et de force motrice (ECFM) qui se substituera, le 1 er janvier 1906 Ü la Compagnie parisienne pour l alimentation en gaz de la banlieue. L ECFM doit construire, en un temps record, une usine, qui sera d ailleurs la plus grande installation gaziåre d Europe, un räseau et deux gazomåtres, Ü Boulogne-sur-Seine et Alfortville. Signe des temps, l ECFM sera une des premiåres entreprises Ü accorder un statut social Ü ses ouvriers.

6 Du fait de leur dätermination, et aussi des circonstances (la Grande Guerre, la crise de 1929), les Älus de banlieue, au sein du Syndicat, vont copiloter l exploitation gaziåre avec les dirigeants de l ECFM, en assurant notamment avec eux les risques financiers. En particulier, ils fixeront les tarifs et Ätabliront le principe de la päräquation. C est ce que däcrit le troisiåme chapitre : â L Äpoque de la codäcision ä qui traite de la päriode Dans le quatriåme chapitre : â Le temps de la nationalisation ä ( ), on suit les däbuts difficiles de Gaz de France, constituä d un ensemble hätäroclite d installations obsolåtes et souvent largement endommagäes par la guerre. Au fil des ans, se construira un puissant outil industriel qui ne sera plus au niveau local mais national. Toute cette päriode qui va de l extinction des usines Ü l arriväe du gaz naturel de Lacq, puis du gaz importä, en passant par la conversion est largement illusträe de tämoignages et de â coups de projecteur ä sur les räalisations les plus impressionnantes et les nouvelles techniques mises en œuvre. Pour le Syndicat, en revanche, elle correspond Ü une päriode d effacement face Ü une puissante entreprise publique en situation de monopole. L ouvrage fait finement remarquer que Paris qui fut la premiåre ville de France Ü bänäficier du gaz manufacturä sera la derniåre Ü l abandonner. â Le renouveau du pouvoir concädant ä conclut cet ouvrage pour la päriode C est la consäquence, d une part de la däcentralisation et, d autre part, de l ouverture du marchä du gaz dans le cadre de l Europe, ÄvÄnements qui donnent une nouvelle dimension au Syndicat devenu en 1994 Syndicat intercommunal pour le gaz et l ÄlectricitÄ en Ile-de-France (Sigeif) par Älargissement de sa compätence Ü l ÄlectricitÄ. Aujourd hui le Sigeif regroupe en son sein 176 communes adhärentes. En annexe, figurent des cartes et des tableaux präcisant l Ävolution du Sigeif ainsi qu un annuaire de ses responsables tout au long de son histoire. Un livre reliä en toile (format 23 x 28 cm) de 304 pages en quadrichromie, illusträ de 291 photos, reproductions de dessins, gravures, cartes, facsimiläs, nombreux tableaux. En vente au Sigeif, 66, rue de Monceau, Paris, au prix de 50 (+ 8 de frais de port). Peut Ötre Ägalement commandä chez les libraires ou par Internet sur

7 L'ALLUMEUR DE RÉVERBÈRES De Robert BRUCE Impressions de lecture Jules, l'allumeur de räverbåres, est un philosophe. Certes, il allume, il allume il Äteint, il Äteint des lumiåres, des räverbåres, mais est-ce lü l'essentiel? Des räverbåres Ü quoi, d'ailleurs? Mais au gaz, bien sér! Et pas n'importe quel gaz: celui de l'usine de Victor Michaud, rue des EmmurÄes Ü Rouen, "un homme enflä de prospäritä" (sic!), a priori vainqueur de tout ce qui s'est opposä ou s'opposera Ü sa volontä farouchement velläitaire: l'älectricitä, le syndicat, le laisser-aller Quelle diversitä, en tous domaines, chez Jules: il est nä Ü la ferme et attend avec impatience d'y retourner l'ätä pour les moissons oñ rien ne le distingue du paysan vrai; il est citadin, amoureux des rues, de leurs couleurs, de leurs reflets sous la lune ou la pluie, de leurs habitants de tous èges et de toutes fortunes; sa condition est ouvriåre, mais il est devenu "Chef allumeur", ce qui n'est pas rien, par däcision discrätionnaire de Victor Michaud, tandis que son Äpouse s'efforce Ü vivre, dans la plus grande paresse, les stäräotypes d'une improbable bourgeoisie; il aime les räalitäs paysannes, ouvriåres, alimentaires, sensuelles et encore plus peut-ötre le röve, la beautä de l nature, celle de l'amitiä, de la solidaritä, l'aspiration au bonheur de chacun, bref, la plus räelle des utopies; il est rävolutionnaire et aimerait tout changer radicalement, sans rien casser, ni nuire Ü personne; il est anticlärical diable: on est en 1906 mais ne saurait offenser Dieu, de quelque nom qu'on l'invoque. Donc, singulier, Jules et pluriel plus encore, comme dirait Robert Bruce. Pas toujours facile Ü suivre non plus, tant son expression et son style, acculturäs Ü maintes sources, sont divers, inattendus, contradictoires, allant de la langue populaire de bistrot, toujours savoureuse, Ü la poäsie efflorescente, voire Ü la präciositä quand, envahi de transcendance (si, si, il faut le dire), il se douche de mots pour apaiser son ème. L'auteur, c'est certain, s'est esbaudi et Platon, son ène, car Robert Bruce est le seul Äcrivain colporteur de France, conscient de sa charge a livrä Jules, l'allumeur de räverbåres aux röves de Cauchois de rencontre et de gaziers de tradition. Ainsi va la vie. Jacques ELY L'allumeur de réverbères de Robert Bruce Ed. "L'ENCRE ET LA PLUME" ISBN , 14 7

8 Le véhicule de distribution de la société Liotard: un camion UNIC Visite des anciennes collections de la SociÄtÄ Liotard / PRIMAGAZ Ü Saint-Pierre-des-Corps, effectuäe le 19 mars En ce lundi fait de â gibouläes de mars ä, nous nous sommes rendus, Ü l aimable invitation de PRIMAGAZ, sur leur site industriel Ü Saint-Pierre-des- Corps en Touraine, pour däcouvrir les objets et affiches d Äpoque, racontant l Ävolution de la sociätä depuis son origine. En effet, ClÄment-Louis Liotard fonde avec son fråre Joseph-Jean en 1857 les Etablissements LIOTARD qui deviendront en 1938 la COMPAGNIE DES GAZ DE PETROLE PRIMAGAZ. Leur activitä d origine portait sur la conception et la fabrication d appareils d Äclairage et de chauffage fonctionnant au â gaz d Äclairage ä en partant des deux devises suivantes : â Le gaz partout et pour tous ä et â La säcuritä avant tout ä. DÅs lors et jusqu Ü la cräation de la â Compagnie des Gaz de PÄtrole PRIMAGAZ ä, la sociätä Liotard n aura de cesse de dävelopper et diversifier ses activitäs dans le gaz, l ÄlectricitÄ, l acätylåne et möme l automobile, avec des innovations pour la fabrication de radiateurs refroidissement et bouchon, dispositif indicateur de niveau pour räservoir d essence. En 1934, la mise sur le marchä des premiåres bouteilles de gaz butane de 13 kg. fabriquäes par LILOR et commercialisäes par LIOTARD sous la marque PRIMAGAZ, font leur apparition sur le marchä franéais. Radiateur à gaz Lampes à essence à incandescence spécialité de la société Liotard L accueil qui nous a ÄtÄ räservä par Olivier BarÅte, Responsable Moyens GÄnÄraux du site de Saint-Pierre-des- Corps, fut des plus chaleureux, malgrä le travail qu avait engendrä notre visite, Ü savoir dästocker l ensemble des matäriels et appareils regroupäs dans un bètiment de l entreprise depuis le dämänagement du musäe Primagaz de Fondettes.

9 Notre surprise fut d autant plus passionnante et Ämouvante que nous Ätions invitäs Ü däballer tous ces objets au fur et Ü mesure pour les admirer et les photographier. Nous avons eu le plaisir d admirer une bonne quantitä d affiches, classäes dans des tubes de protection dont les premiåres remontent aux annäes 1930 et que Brevet pour un robinet à allumage automatique nous nous ferons un devoir d exposer au cours de nos manifestations. Pour ce qui concerne la präsentation au public des lampes, rächauds et appareils de chauffage de marque LILOR, nous espärons Ägalement avoir le plaisir de profiter de pröts de la part de PRIMAGAZ pour nos expositions. Cette journäe pour nous, si riche en däcouvertes, fut un rägal que nous espärons bien pouvoir faire partager Ü tous nos amis collectionneurs et admirateurs de beaux objets anciens. Tous nos remerciements vont Ü la sociätä Primagaz qui nous a autorisä l accås Ü ses piåces de musäe, Ü Marie-Line BOISSET qui a rendu possible cette visite et Ü Olivier BarÅte qui a si bien räpondu Ü notre attente. Michel Roux Président d'afegaz Importante suspension à gaz Les membres actifs et voyageurs d'afegaz autour d'une des nombreuses bouteilles de gaz liquéfié conservées dans les collections de PRIMAGAZ

10 L'HYGIENE SELON MANUFRANCE Le catalogue de la Manufacture française d'armes et de cycles de 1921 propose de nombreux articles relevant du domaine de l'hygiène dans la maison: eau chaude instantanée, douche, tub etc. Nous vous présentons ici un choix d'images amusantes dont l'idée de base est toujours d'actualité, la réalisation des appareils s'étant beaucoup améliorée, notamment sur le plan de la sécurité et du confort d'utilisation. Appareil pour bain de vapeur, modèle pliant Installation complète pour douches comprenant seau, poulie, tub. Convient partout: à la ville, à la campagne, en villégiature, aux colonies... Douche pratique instantanée, chauffe-eau à gaz, collier-douche en cuivre nickelé

11 La vie des gaziers il y a 40 ans A la distribution, en Subdivision L Agent Technico-Commrcial : ATC (Rubrique A) L exploitation commerciale du gaz de Lacq a nåcessitå la construction rapide d artçres de transport qui ont ainsi mis É la disposition des UnitÅs des quantitås de gaz trçs importantes. La mådiatisation de l arrivåe de ce gaz naturel dans les communes, l amålioration de la såcuritå de la distribution et du stockage, l assurance de trouver un dåpanneur 1 ou une assistance de jour comme de nuit ont induit un engouement renouvelå pour le gaz. Dans ce contexte favorable on vit alors "l Åclosion" de dåmarcheurs commerciaux gaz ; ils venaient renforcer l action des releveurs encaisseurs 2 et des plombiers gaziers, sources d une multitude d informations et de demandes Åmanant des abonnås ou de consommateurs potentiels. L effort commercial des UnitÅs, l envoi de courriers, les affichages publicitaires dans les services d accueil, associås au porte-é-porte des dåmarcheurs et É l utilisation rationnelle des indications des plombiers chauffagistes privås, ont multipliå les "affaires gaz" Ce fut l Çre euphorique de l ATC, l agent technico-commercial! Nanti de divers renseignements, des coordonnåes du client potentiel, un rendezvous Åtait pris pour la collecte des ÅlÅments indispensables É la construction d un branchement gaz. Utilisations pråvues, longueur de l alimentation, identification des obstacles et difficultås de parcours, position de la conduite dans la rue 3, les pånåtrations, autant d informations pråcieuses pour l ATC. Il suggårait au futur abonnå la meilleure solution technique, mais il lui fallait souvent någocier Üprement l emplacement de l organe de coupure gånårale, le fameux "robinet chef" que l on voulait dåjé remettre en coffret 4 Mais la position du compteur 5 Åtait alors la plus difficile É faire accepter : tel futur client voulait par exemple le garder "chez lui" pour pouvoir le "fermer" le soir. On n est jamais assez prudent, n est-ce pas L ATC notait, faisait des croquis, engrangeait les renseignements indispensables lors des travaux : numåros de tålåphone, la personne qui aura les clefs 6, ou bien encore le jour pråfårentiel d intervention des plombiers du gaz MÅticuleux, l ATC savait que ses notes allaient servir É alimenter sa propre Åtude, puis les intervenants du "Technique Gaz" On Åtude commencera au bureau entourå des plans au 1/5000 e et au 1/200 e, de sa rçgle É calcul "DETN" 7, des bons de travail et de magasin, des liasses-devis de 1. DÅpannage Gaz: Hormis l'astreinte såcuritå gaz, il existait alors des rågleurs d'appareils qui intervenaient chez les abonnås, en "dåpannage". Les Subdivisions avaient un magasin d'exposition d'appareillage gaz avec une conseillçre månagçre qui accueillait la clientçle. 2. Releveurs-encaisseurs: GÅnÅralement vus comme les "Ambassadeurs du Gaz", recueillaient une multitude d'informations 3. La traversåe de rue: on facturait alors, en fonction de la longueur du branchement et non forfaitairement. 4. et 5. Robinet-Chef et Compteur: Le Robinet-Chef en coffret de faáade ou sous carter en sol devait dåsormais àtre associå au compteur, le tout en coffret en limite de propriåtå. Auparavant le compteur muni en amont d'un siphon pouvait àtre disposå dans des coffrets en fibrociment ou É l'intårieur des locaux (problçme de gel ) 6. AccÇs chez les abonnås: On Åvitait de travailler dans les propriåtås ou les locaux en l'absence du client ou d'un tiers. 7. DETN: Direction des Etudes et Techniques Nouvelles, devenu la Direction de la Recherche. Avait entre autres mis au point les rçgles É calcul des pertes de charge en gaz.

12 paiement, d abonnement, des recueils de spåcifications ATG et GDF 8 et des råglementations commerciales ou techniques qu il consultait pour des affaires rares ou "pointues". L ATC savait que lorsqu il l aurait chiffråe, pråvu la sortie du matåriel, Åmis le bon de travail et les liasses paiement et abonnement, son Åtude de branchement serait entiçrement approuvåe par ses collçgues du "Technique Gaz" de la Sub, chargås des travaux. " avec Claude y a jamais d os " s accordait É dire le contremaâtre "Travaux neufs". Mais avant que d effectuer cette Åtude pråcise, l Agent Technico-Commercial devait souvent dåployer sa compåtence commerciale car le client voulait bien "le gaz", mais il voulait aussi "SAVOIR"! Il fallait alors lever les derniçres råticences, faire une Åvaluation des coäts d exploitation et d amortissement de l installation aprçs le compteur, comparer le prix du gaz, au charbon, au fioul et màme É l ÅlectricitÅ Le client, rassurå, chiffres en main, savait "oã il allait"! Une petite plaquette des tarifs gaz pour enfoncer le clou, et l ATC prenait congå de son client d une poignåe de main bien appuyåe qui scellait en quelque sorte leur accord. Quelquefois le client voulait råaliser seul son installation intårieure 9 et lé tout se compliquait. En fonction des usages envisagås et des appareils pråvus il fallait "calculer" l installation si on voulait "enlever l affaire"! L ATC sortait alors ses abaques, Åvaluait les dåperditions calorifiques, les pertes de charge, donnait les diamçtres pour alimenter chaque appareil Parfois, il proposait É son client d envisager un pràt pour råaliser ses travaux : Gaz de France "travaillait" avec deux organismes bancaires qui opåraient sur le cråneau gaz AprÇs chaque affaire gaz, l ATC remontait dans sa JUVA 4 en souriant : il n avait pas perdu son temps, il venait encore "de placer" un 3 usages 10! Et maintenant au rendez-vous suivant! Il Åtait aussi attentif aux sollicitations des plombiers et chauffagistes qui ne disposaient pas encore d une formation dispensåe par l ATG ou par Gaz de France. Leurs questions portaient essentiellement sur un point dålicat de la råglementation, l amånagement d une chaufferie ou la pose d appareils nouveaux tels les radiateurs ne nåcessitant pas de conduit de fumåe. 11 C'Åtait aussi une demande de pràt d'un ou deux raccords gaz, suite É une rupture de stock: " tu ne peux pas me dåpanner, Claude, il n'y a personne au Technique Gaz Je te rendrai áa dçs que je serai livrå" ou bien encore: " J'ai 25m entre le compteur et une chaudiçre de le client voudrait par la suite brancher une cuisiniçre et un chauffe-bain Avec le nouveau gaz qui arrive peux-tu me dire le diamçtre que je dois poser?..." Et les choses, les affaires gaz aussi, s'arrangeaient comme au sein d'une "grande famille du gaz". Un service ne s'oubliait pas et en valait toujours un autre Parfois complicitå et rivalitå pouvaient se heurter, mais sans aucune rancœur: car le GAZ, c'åtait le GAZ, une "administration" quelquefois un peu pesante, tatillonne, ce que reconnaissait dans son for intårieur le discret ATC. 8. SpÅcifications ATG: Association Technique de l'industrie du gaz en France devenue Association Franáaise du gaz. Edictait et Ådite encore de nombreux documents et assure des formations gaziçres. 9. Travaux sur le Gaz: Un client pouvait alors råaliser son installation intårieure en respectant le Code des Conditions Minima et en fournissant un certificat de conformitå É Gaz de France Usages Gaz: Pour dynamiser les ventes de gaz, chaque agent permettant la råalisation de ce type de contrat se voyait octroyer une prime minime. Devant le succçs de ces opårations, la prime a vite disparu! 11. Appareils de chauffage: Radiateurs et chaudiçres dåsignås plus tard du type "É ventouse" ne nåcessitant plus la construction d'un conduit pour l'åvacuation des produits de la combustion

13 Mais l'atc devait rester efficace, client oblige! Il entretenait et amåliorait ses connaissances techniques en s'informant "sur le tas": il allait pour cela puiser au "Technique Gaz" toutes sortes d'informations: råseaux, nouveau matåriaux, techniques nouvelles Il faisait bien un stage commercial d'un ou deux jours, mais rien ne remplaáait le contact humain. " tu feras attention pour tes Åtudes É venir, la rue du MarÅchal Foch va passer en MPB On abandonne le 500 BP trop fuyard et irråparable É 2,10 m de profondeur 12 " ou encore: " tiens, l'extension de la rue Le Nçtre est terminåe: on a raccordå les 600 m posås, É la chaufferie collective du Parc " Ces Åchanges primordiaux pour l'atc lui permettaient de mieux faire son travail, lui apportaient la confiance en lui, le confortaient, lui qui travaillait toujours seul et qui parfois pouvait douter Heureusement "sa" partie commerciale Åtait tranchåe nette: les instructions, les tarif Åtaient É appliquer, sans interpråtations, le Guide Commercial avait tout pråvu! L'Agent Technico-Commercial savait qu'un jour il changerait de fonction, peutàtre màme de måtier: serait-il de nouveau un pur technicien gazier, deviendrait-il un commercial É part entiçre ou se formerait-il pour occuper un poste mixte? En attendant, l'atc, bien dans ses chaussures de såcuritå, Åtait conscient et fier d'apporter sa petite contribution et son Ånergie au dåveloppement du gaz Jacques Deschamps 12. MPB abandon du 500 BP : en clair, moyenne pression du type B, de <0,4 É <4b et abandon aprçs remplissage du tuyau fonte é500 mm en BP Cela se passait au Groupe Gazier de Transport de la Région Parisienne (9) Les activitås quotidiennes des gaziers Åtaient alors, du fait des moyens techniques lourds souvent limitås dans les UnitÅs, trçs manuelles et donc fråquemment pånibles. RÅparties gåographiquement sur la RÅgion, de petites Åquipes de six gaziers, les Sections, avaient pour mission l'exploitation, l'entretien et la surveillance d'un large secteur de råseaux, de postes de dåtente et d'installations. Les pressions s'åtageaient de 0,5 É 60 bar. (0,5 É 60 kg/cmè). Il y avait toujours les nombreux gazomçtres et leur service nåcessitait beaucoup d'attention en attendant l'arrivåe promise du gaz naturel Les gaziers "transporteurs" employaient encore des termes empruntås aux "påtroliers". Ils utilisaient du matåriel et des accessoires caractårisås par des normes amåricaines: ANSI, ASA, API les vannes s'appelaient CRANE ou AUDCO- ROCKWELL, les pots de såcuritå LALL-STORM, les brides Åtaient É RING-JOINT Ce jargon d'initiås n'åtait pas råservå É "l'ålite des bureaux", màme les manomçtres Åtaient graduås en PSI Les gaziers qui l'employaient quotidiennement accomplissaient des prodiges dans les tüches les moins nobles, pour que le gaz "passe et arrive sans dysfonctionnement aux collçges de la "Distribution". Pour cela, ils "bricolaient", faisaient preuve d'ingåniositå, innovaient pour cråer des outils ou modifier un amånagement technique, une procådure, et chacun dans les "Sections" y adhårait. Les gaziers devaient se "dåbrouiller", savoir tout faire en

14 plus des activitås spåcifiquement gaziçres, on ne parlait pas pompeusement de polyvalence Tuyautage, soudage, tournage, ferronnerie, serrurerie, maáonnerie, peinture, dåsherbage et d'autres activitås aussi variåes que le dåpannage des chaudiçres des stations gazomåtriques ou la confection d'abris pour le matåriel sensible Les råseaux et leurs Åquipements dataient, pour la plupart, des anciennes Compagnies GaziÇre, celles d'avant 1946! Ils Åtaient entretenus mais plutçt obsolçtes, voire våtustes, mais il fallait que "áa marche". On trouvait des råseaux en acier assemblås par SLIP-JOINT et revàtus de toile de jute goudronnåe qui interdisait toute technique de protection cathodique! Heureusement, au siçge des arrondissements, il y avait cette fameuse et trçs appråciåe Åquipe de "Renfort". Elle intervenait lorsque le travail Åtait trop consåquent pour la Section ou bien qu'il Åtait affaire de spåcialistes: soudure sur haute pression, ou en gaz, montage de postes de dåtente, manutentions lourdes Mais l'urgence faisait son quotidien, les ÅvÅnements graves ou importants ne manquaient pas: manque de gaz Åtendu, perforation d'un feeder, incendie, attentat* La quasi totalitå des interventions sur les postes haute pression avaient lieu en rase campagne ou en foràt ce qui repråsentait un avantage ou un dåsagråment selon les conditions atmosphåriques. Parfois, un våhicule, trçs ou trop chargå, s'embourbait dans un chemin d'accçs É l'un de ces postes Le conducteur, malheureux, ne pouvait Åviter les plaisanteries d'usage lorsque le camion-grue du garage GDF intervenait Le travail accaparait beaucoup les gaziers toujours trçs sollicitås. Il primait trop souvent sur la vie familiale et les loisirs des agents d'astreinte qui accumulaient les heures supplåmentaires Cette longue pråsence en Åquipe induisait une franche camaraderie et une råelle entraide. Oh! Certes il y avait des discussions animåes, des contestations, voire des "coups de gueule", mais rien n'arrivait É altårer cette volontå commune de faire du "bon boulot". Les gaziers "oubliaient" volontairement les contraintes lourdes, les nuits "passåes dehors" dans le froid ou sous la pluie, l'astreinte, qui revenait une semaine sur trois, trçs souvent mouvementåe, la pånibilitå d'un travail trçs physique" et màme parfois le råel danger d'une intervention! Les gaziers, en ces circonstances, mettaient en sommeil leurs griefs envers "La Direction qui ne comprenait rien". Mais jamais un gazier n'oubliait le collçgue qui avait "pris un coup de gaz", råanimå in extremis, la blessure d'un autre ou bien le copain dåcådå accidentellement en service autant de drames qui affectaient profondåment la Grande Famille des gaziers. Les Åpreuves renforáaient alors leurs convictions, leur cohåsion, leur solidaritå. Ils continuaient É se serrer les coudes, É afficher leur diffårence, É aimer leur måtier et É s'identifier fiçrement comme les gaziers du Gaz de France! Jacques Deschamps *Attentat: des installations gaziçres furent visåes par l' O.A.S. qui plaáait des charges explosives dans les postes aåriens du Transport. Il n'y a jamais eu d'accidents corporels lors de ces explosions.

15 ATHENS GAS WORKS: A LAST AND A FIRST Alan Scaplehorn of Bewdley, has written in about the imaginative re-use of the Athens gas works he saw on a recent visit to the City. In Historic Gas Times, Issue 50, March 2007 Located about a mile to the west of the central Syntagma Square, the works claim to have been the last in the world* to produce town gas from coal and only closed in 1984 when the city network was linked to refineries at Aspropygos. After lying derelict for some time, the site has been dramatically transformed into a multi use cultural centre known as Technopolis that hosts art exhibitions, seminars, conventions, chamber music concerts and other events. Tall chimneys, a holder, cooling towers and characteristic buildings with high level interconnecting pipe work make the site immediately recognisable as a gas works but now with a difference. The brick, stone and rendered buildings have been immaculately restored, reroofed and painted, there is no smell, noise or sign of coal or coke and a complete absence of piles of assorted debris. Some buildings still retain a limited amount of original plant although the larger ones have been mainly cleared to make way for the new uses. A major change is that within the wrought iron frameworks of two of the three holders, new circular buildings have been erected (see Picture) and a large central area has been paved over to allow for open-air events. It is an amazingly impressive restoration project and all involved are to be commended for their efforts. Situé à env. 1,5 Km à l'ouest de la Place Syntagma du centre ville, l'usine à gaz d'athènes revendique la qualité d'être la dernière au monde* à avoir produit du gaz de houille jusqu'en 1984 quand le réseau de distribution de la ville a été relié aux raffineries de Aspropygos. Resté à l'abandon pour quelque temps, le site a été radicalement transformé en vue d'une utilisation comme centre culturel à géométrie connu sous le nom de Technopolis. Il accueille des expositions, des séminaires, des conventions, des concerts de musique de chambre et d'autres événements. De grandes cheminées, un gazomètre, des tours de refroidissement et des constructions caractéristiques avec tuyauteries visibles rendent le site immédiatement reconnaissable comme une usine à gaz, mais maintenant avec une différence. Les façades enduites ou en brique ou en pierre ont été irréprochablement restituées, les toits refaits. Il n'y a aucune odeur, aucun bruit, aucune trace de charbon ou de coke, aucun reste de gravats. Quelques bâtiments abritent toujours une certaine quantité de machinerie originale bien que les plus grands aient été largement dégagés pour faire place aux nouvelles utilisations. Un changement majeur est que dans les structures de fer forgé de deux des trois gazomètres, des nouvelles constructions circulaires ont été érigées (voir l'image) et un grand secteur central a été pavé pour tenir compte d'événements en plein air. C'est un projet de restauration étonnamment impressionnant et tous les participants à ce projet doivent être félicités pour leurs efforts. * Let's note here that the gasworks of Istanbul were still active in 1993 when Russian natural gas arrived in the largest metropolis of Turkey. Many buildings' central heating systems were connected to this new source of energy, and the atmospheric pollution due to the extensive use of lignite was considerably reduced during the following years. *Notons que les usines à gaz d'istanbul ont cessé leur activité en 1993 seulement quand le gaz naturel russe arriva dans la grande métropole turque. Au cours des années qui ont suivi, les chaudières de chauffage central de nombreux immeubles furent converties à cette nouvelle énergie, remplaçant l'usage jusqu'alors très répandu du lignite auquel était dû en grande partie la pollution atmosphérique phénoménale de la ville.

16 THE LAMPLIGHTER Reg. Brown Lamplighters have been employed in Britain since the earliest street lighting was introduced in the sixteenth century, using oil lamps, but it was the spread of gas lighting that elevated the job into a major occupation during the 19thC. Despite sporadic attempts at automatic ignition, the lamplighter with his ladder, and later his torch pole, lit the street lamps at dusk and extinguished them at daybreak throughout the nineteenth century and well into the twentieth. He was a popular figure, often endowed with an air of romance in literature and song. Robert Louis Stevenson's poem, The Lamplighter, was loved by generations of children. Charles Dickens' narrative was often punctuated by the comings and goings of the lamplighter as, for example, in Bleak House: Twilight comes on; gas begins to start up in the shops; the lamplighter with his ladder runs along the margin of the pavement AND AT DAYBREAK: The lamplight going his rounds, like an executioner to a despotic king, strikes off the little heads of fire that have aspired to lessen the darkness. The job carried a high degree of responsibility and only men thought to be reliable were selected. An unlit lamp was both an accident hazard and its shadow a hiding place for a robber or pickpocket. A lamplighter could expect to be disciplined for any failure to light or extinguish at the proper time, but where his neglect contributed to an accident or a crime, he faced severe consequences. Magistrates regarded lamplighters as public servants and took a very serious view of any neglect of duty. In patrolling streets with a public house on almost every corner, lamplighters were continually exposed to the temptations of drink and intoxication was a frequent cause of their downfall. On 11 May 1876, William Burton appeared at Hammersmith Police Court on a warrant, having failed to answer a summons for neglecting to light 35 lamps in Gunnersbury Road. He had admitted to the constable who arrested him that he was 'in liquor', but in court he claimed that he had not bothered to light the lamps in Gunnersbury Road because there was not much traffic. He was sentenced to fourteen days hard labour without the option of a fine. Any third-party interference with a lamplighter in the course of his duties was regarded as a particularly serious offence. At the Bristol Police Court in September 1876, William Baker was convicted of assaulting a lamplighter while discharging his duties. The magistrate described the case as "very grave" and sentenced the defendant to two months hard labour without the option. Because of the traditional association of public lighting with the enforcement of law and order, some local authorities combined responsibility for the two in 'Lighting and Watching' committees. Some took the policy a stage further by attempting to include lamp extinguishing in a police constable's duties, on the grounds that this activity took place in the early morning when the beat was quiet. The Aberdeen Town Council lived up to the town's reputation for economy by employing its police force on lamp extinguishing duties, in the early 1870s. But in October 1875, the Council received a letter from the Inspector of Police for Scotland advising them that this was not a police duty; if the constables were not relieved of it he would be obliged to report the force as 'inefficient' with the probable consequence that the government's Police Grant would be disallowed. Lamplighters remained part of the urban scene until well into the twentieth century. The familiar figure with ladder or pole over his shoulder was a welcome sight in the evening. He brought light and security to the darkening streets and reminded residents that it was time for them, too, to light-up and draw the curtains. The men prided themselves on the service they provided and the benefit they brought to their communities: they expected something in return. As each Christmas approached, they would have a number of 'broadsides' or broadsheets printed off would appear, usually featuring a cartoon and some lines of execrable verse, intended to remind the public of the service provided by the lamplighter and the arduous nature of his job. These were put through the doors of the residences on the lamplighter's round, hinting that a Christmas gift would not be inappropriate and duly collected (perhaps along with a few coppers) on Boxing Day.

17 A condition of a typical public lighting contract was that each lamp should be lit or extinguished within thirty minutes of the stipulated times. Since lighting or extinguishing and the journey between adjacent lamp posts took approximately a minute, a lamplighter with ladder and hand torch could attend to an average of sixty lamps. A large conurbation might have in excess of 10,000 lamps: Newcastle and Gateshead for instance had 10,090 at the turn of the century. Such an area, therefore, would require a lamplighter force approaching 200, allowing for sickness and holidays. In an effort to speed-up the process and reduce the workforce, torch-pole lighting, which had been developed in France, was introduced into Britain, in the 1870s, in conjunction with lamp regulators, which dispensed with the need for adjustment. Pole-assisted ignition and extinguishing improved the lamplighter's productivity to a level of approximately 110 lamps an hour and permitted a corresponding reduction in the workforce. However, their daytime duties could involve repairs and cleaning of the lanterns as well as painting the posts in summer. In New York, in 1856, a trial was carried out of lamp-lighting from horseback, but the short distance between lamp posts did not permit the horse to progress much beyond a walking pace and the evening traffic was a problem. Success came around the turn of the century in the form of a clock-controlled valve in conjunction with a pilot light. The system was made practicable by the development of a cheap, compact clockwork valve actuator, although a lamplighter still had to attend weekly to wind the clocks and clean/repair the lanterns. REG. BROWN In Historic Gas Times, Issue 50, March 2007 RÄsumÄ franåais: Les allumeurs de räverbåres ont ÄtÄ employäs en Grande-Bretagne dås l'introduction de l'äclairage public par lampes Ç huile au seiziåme siåcle, mais ce fut la diffusion de l'äclairage au gaz qui a ÄlevÄ ce travail en un mätier Ç part entiåre au courant du 19 e siåcle. MalgrÄ des tentatives sporadiques d'introduire l'allumage automatique, l'allumeur de räverbåres avec son Ächelle et plus tard sa perche, a allumä les räverbåres au cräpuscule et les a Äteints Ç l'aube pendant le dix-neuviåme siåcle et bien dans le vingtiåme. Il Ätait une figure populaire, souvent entouräe d'une aura romanesque dans la littärature et la chanson. Des gänärations entiåres d'enfants ont aimä le poåme "L'allumeur de RÄverbÅres" de Robert Louis de Stevenson. Les Äcrits de Charles Dickens sont ponctuäs par les alläes et venues de l'allumeur de räverbåres comme, par exemple, dans La Maison d'çpre-vent: La nuit tombe, le gaz s'allume dans les magasins et l'allumeur de räverbéres avec son Ächelle court le long de la marge du trottoir ET Ñ L'AUBE : L'allumeur de räverbéres fait sa ronde, comme le bourreau d'un roi despotique, fait rouler les petites tötes de feu qui ont voulu faire reculer les tänébres. Le travail portait un haut degrä de responsabilitä et seuls les hommes räputäs fiables Ätaient choisis. Une lampe non ÄclairÄe Ätait tant une source de danger que son ombre une cachette pour un voleur ou un pickpocket. Un allumeur de räverbåres pouvait s'attendre Ç Étre räprimandä pour n'importe quel manquement d'allumer ou Äteindre en temps requis, mais quand sa nägligence a contribuä Ç un accident ou un crime, il encourait des consäquences sävåres. Les magistrats considäraient les allumeurs de räverbåres comme des fonctionnaires et ont pris une vue trås särieuse de n'importe quelle nägligence. Patrouillant dans des rues avec un pub Ç chaque coin, l'allumeur de räverbåres Ätait continuellement exposä aux tentations de la boisson et l'äthylisme Ätait une cause fräquente de leur chute. Le 11 mai 1876, William Burton fut convoquä au Tribunal de Police de Hammersmith pour avoir nägligä d'allumer 35 lampes dans Gunnersbury Road. Il avait reconnu devant l'agent de police qui l'a arrétä qu'il avait "une cuite" mais devant la cour il a prätendu qu'il ne s'ätait pas donnä la peine d'allumer les lampes dans cette rue parce qu'il n'y avait pas beaucoup de trafic. Il a ÄtÄ condamnä Ç deux semaines de travaux forcäs sans amende. L'allumeur de räverbåres fit partie du paysage urbain jusque dans le vingtiåme siåcle. La figure familiåre avec l'ächelle ou la perche sur son Äpaule Ätait une vue räconfortante en soiräe. Il a apportä la lumiåre et la säcuritä aux rues dans l'obscuritä et rappelait aux räsidants que c'ätait le temps pour eux, aussi, d'allumer leurs lampes et de tirer les rideaux. Il s'attendait Ç recevoir ses Ätrennes en fin d'annäe en Ächange du travail qu'il fournissait et dont il Ätait fier. Pour le rappeler aux habitants de la ville, il apposait des affichettes et des chromos dans les halls d'immeubles. L'allumage se faisait manuellement au däbut, mais vers 1870, les perches d'allumeurs inventäes en France furent introduites en Grande Bretagne, tout comme les rägulateurs de pression qui supprimaient le räglage manuel des brñleurs. Les perches d'allumeurs raccourcirent le temps passä pour chaque räverbåre, permettant Ç chaque employä d'allumer env. 110 räverbåres dans le temps (1 heure) qui Ätait räservä Ç cette töche. En 1856, un essai d'allumage de räverbåres Ç dos de cheval fut menä, mais Ätant donnäe la courte distance qui säparait les räverbåres, le cheval n'arrivait pas Ç atteindre une vitesse significative par rapport Ç la vitesse de progression d'un allumeur Ç pied. Le progrås däcisif arriva vers le däbut du 20 e siåcle avec l'arriväe des allumoirs automatiques Ç horlogerie et flamme veilleuse. L'employÄ n'avait plus qu'ç veiller au bon fonctionnement du dispositif et Ç la propretä des lanternes.

LA PERSONNE SPÉCIALE

LA PERSONNE SPÉCIALE LA PERSONNE SPÉCIALE These first questions give us some basic information about you. They set the stage and help us to begin to get to know you. 1. Comment tu t appelles? What is your name? Je m appelle

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General As the father of five children and the grandfather of ten grandchildren, family is especially important to me. I am therefore very pleased to mark National Foster Family Week. Families, whatever their

Plus en détail

Seul le discours prononcé fait foi

Seul le discours prononcé fait foi NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY GALA BÉNÉFICE DU CENTRE CANADIEN D ARCHITECTURE CCA MAISON SHAUGHNESSY 11 JUIN 2009 Seul le discours prononcé fait foi 1 Depuis 20

Plus en détail

I-12 Insurance Act 2001-56 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2001-56 NEW BRUNSWICK REGULATION 2001-56. établi en vertu de la.

I-12 Insurance Act 2001-56 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2001-56 NEW BRUNSWICK REGULATION 2001-56. établi en vertu de la. I-12 Insurance Act 2001-56 NEW BRUNSWICK REGULATION 2001-56 under the INSURANCE ACT (O.C. 2001-344) Filed July 27, 2001 1 Section 6 of New Brunswick Regulation 85-151 under the Insurance Act is amended

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

WEDNESDAY, 11 MAY 1.30 PM 2.30 PM. Date of birth Day Month Year Scottish candidate number

WEDNESDAY, 11 MAY 1.30 PM 2.30 PM. Date of birth Day Month Year Scottish candidate number FOR OFFICIAL USE C Total 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 0 WEDNESDAY, MAY.30 PM.30 PM FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre

Plus en détail

BY-LAW PROVIDING FOR CERTAIN FALSE ALARM MEASURES TO IMPROVE FIRE PREVENTION AND PUBLIC SAFETY

BY-LAW PROVIDING FOR CERTAIN FALSE ALARM MEASURES TO IMPROVE FIRE PREVENTION AND PUBLIC SAFETY VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT RCG 08-035 BY-LAW PROVIDING FOR CERTAIN FALSE ALARM MEASURES TO IMPROVE FIRE PREVENTION AND PUBLIC SAFETY In view of section 65 of the Municipal Powers Act (R.S.Q., chapter

Plus en détail

Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment

Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment Présentation basé sur le Guide d intégration du gaz naturel à un bâtiment Par Serge Rivard, Formateur, École des Technologies Gazières 11 novembre

Plus en détail

La Course Paris - Rouen

La Course Paris - Rouen Le 22 juillet 1894 : Première course automobile Le 22 juillet 1894 a lieu la première course automobile sur route. Le record de vitesse sur le parcours Paris-Rouen est tenu par le comte de Dion : 22 km/h!...

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Name: Form: Subject Teacher: Date Given: Date to Hand in: Level: Effort: House Points: Comment: Target: Parent / Guardian Comment: Complete

Plus en détail

Paroles et musique: Jacques Revaux, Claude François & Gilles Thibault Chanson française Année : 1968

Paroles et musique: Jacques Revaux, Claude François & Gilles Thibault Chanson française Année : 1968 Chanson : Interprète : Claude François Chanson: Interprète : Claude François Paroles et musique: Jacques Revaux, Claude François & Gilles Thibault Genre : Chanson française Année : 1968 Avant d écouter

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Module Title: FRENCH 6

Module Title: FRENCH 6 CORK INSTITUTE OF TECHNOLOGY INSTITIÚID TEICNEOLAÍOCHTA CHORCAÍ Semester 2 Examinations 2010 Module Title: FRENCH 6 Module Code: LANG 7001 School: Business Programme Title: Bachelor of Business Studies

Plus en détail

INTERNATIONAL COURT OF JUSTICE REPORTS OF JUDGMENTS, ADVISORY OPINIONS AND ORDERS

INTERNATIONAL COURT OF JUSTICE REPORTS OF JUDGMENTS, ADVISORY OPINIONS AND ORDERS INTERNATIONAL COURT OF JUSTICE REPORTS OF JUDGMENTS, ADVISORY OPINIONS AND ORDERS JUDGMENT NO. 2867 OF THE ADMINISTRATIVE TRIBUNAL OF THE INTERNATIONAL LABOUR ORGANIZATION UPON A COMPLAINT FILED AGAINST

Plus en détail

GCSE Bitesize Controlled Assessment

GCSE Bitesize Controlled Assessment GCSE Bitesize Controlled Assessment Model 2 (for A/A* grade) Question 4 Subject: Topic: French Speaking In this document you will find practical help on how to improve your grade. Before you start working

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

CONTRAT DE MAINTENANCE CURATIVE, CORRECTIVE ET PREVENTIVE ET D ASSISTANCE DU MATERIEL ET DES LOGICIELS

CONTRAT DE MAINTENANCE CURATIVE, CORRECTIVE ET PREVENTIVE ET D ASSISTANCE DU MATERIEL ET DES LOGICIELS NumÄro de contrat : CONTRAT DE MAINTENANCE CURATIVE, CORRECTIVE ET PREVENTIVE ET D ASSISTANCE DU MATERIEL ET DES LOGICIELS Ce contrat entre la sociätä cliente AMIENS AMENAGEMENT 80 rue de la VallÄe BÅtiment

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 Instructions: Directives : 1 Provide the information requested below Veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous

Plus en détail

CONCERTATION ESPACES PUBLICS : PLACE CENTRALE ET SQUARE AVERROES. Compte rendu de l atelier du 10 janvier 2007 de 18h30 Å 20h30

CONCERTATION ESPACES PUBLICS : PLACE CENTRALE ET SQUARE AVERROES. Compte rendu de l atelier du 10 janvier 2007 de 18h30 Å 20h30 CONCERTATION ESPACES PUBLICS : PLACE CENTRALE ET SQUARE AVERROES Compte rendu de l atelier du 10 janvier 2007 de 18h30 Å 20h30 Ouverture de l atelier par M. Bochard PrÇsentation de propositions d amçnagement

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

PLEASE NOTE. For more information concerning the history of these regulations, please see the Table of Regulations.

PLEASE NOTE. For more information concerning the history of these regulations, please see the Table of Regulations. PLEASE NOTE This document, prepared by the Legislative Counsel Office, is an office consolidation of this regulation, current to December 14, 2013. It is intended for information and reference purposes

Plus en détail

GCSE Bitesize Controlled Assessment

GCSE Bitesize Controlled Assessment GCSE Bitesize Controlled Assessment Model 2 (for A/A* grade) Question 3 Subject: Topic: French Writing In this document you will find practical help on how to improve your grade. Before you start working

Plus en détail

PRODUITS DE CONSTRUCTION : APTITUDE À L EMPLOI

PRODUITS DE CONSTRUCTION : APTITUDE À L EMPLOI Roger Cadiergues MémoCad ma05.a PRODUITS DE CONSTRUCTION : APTITUDE À L EMPLOI SOMMAIRE MA02.1. Les exigences de base MA02.2. Les textes officiels MA02.3. Les codes et leurs articulations MA02.4. Annexe

Plus en détail

Photo Manipulations in the 2011 CES

Photo Manipulations in the 2011 CES Canadian Election Study Methodological Briefs Methodological Brief #2013-A Photo Manipulations in the 2011 CES Patrick Fournier, Université de Montréal Stuart Soroka, McGill University Fred Cutler, University

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Les documents d évaluation

Les documents d évaluation Les documents d évaluation Ils sont une aide pour les équipes pédagogiques dans leur volonté d évaluer leurs actions. Ils pourront être complétés et adaptés selon les besoins. Les documents à remplir par

Plus en détail

General Certificate of Education Advanced Subsidiary Examination June 2015

General Certificate of Education Advanced Subsidiary Examination June 2015 General Certificate of Education Advanced Subsidiary Examination June 2015 French FRE2T/FRE2V Unit 2 Speaking Test Examiner s Material To be conducted by the teacher examiner between 7 March and 15 May

Plus en détail

VADE-MECUM DU JUGE D OBSTACLE

VADE-MECUM DU JUGE D OBSTACLE VADE-MECUM DU JUGE D OBSTACLE Le but du présent vade-mecum n est pas d établir un règlement ou des annexes au règlement concernant les concours d attelage, mais bien d expliquer aux juges d obstacles et

Plus en détail

Languages Final Examination 2013. ML01 French Preparatory

Languages Final Examination 2013. ML01 French Preparatory Languages Final Examination 2013 ML01 French Preparatory Candidate Number: Group reference: Centre for Co-Curricular Studies Languages Programme Time allowed: 2 hours Weighting within the Course: 35% Question

Plus en détail

TUESDAY, 11 MAY 1.30 PM 2.30 PM. Date of birth Day Month Year Scottish candidate number

TUESDAY, 11 MAY 1.30 PM 2.30 PM. Date of birth Day Month Year Scottish candidate number FOR OFFICIAL USE C Total 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 00 TUESDAY, MAY.30 PM.30 PM FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre Town

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

LES MUSÉES ROYAUX DES BEAUX-ARTS SE MOQUENT DU PATRIMOINE DE BRUXELLES!

LES MUSÉES ROYAUX DES BEAUX-ARTS SE MOQUENT DU PATRIMOINE DE BRUXELLES! ATELIER DE RECHERCHE ET D ACTION URBAINES Boulevard Adolphe Max, 55 1000 Bruxelles T. 02/219 33 45 F. 02/219 86 75 info@arau.org Communiqué de presse du vendredi 9 juin 2006 LES MUSÉES ROYAUX DES BEAUX-ARTS

Plus en détail

CINÉMA FRANCAIS SUR LPB

CINÉMA FRANCAIS SUR LPB JE RENTRE A LA MAISON Study guide n 11 lpb.org/cinema CINÉMA FRANCAIS SUR LPB Réalisateur: Manoel de Oliveira Avec : Michel Piccoli, Catherine Deneuve, John Malkovich, Antoine Chappey Tourné en : France

Plus en détail

STATUTES OF CANADA 2010 LOIS DU CANADA (2010) CHAPITRE 9 CHAPTER 9 ASSENTED TO SANCTIONNÉE. An Act to amend the Employment Insurance Act

STATUTES OF CANADA 2010 LOIS DU CANADA (2010) CHAPITRE 9 CHAPTER 9 ASSENTED TO SANCTIONNÉE. An Act to amend the Employment Insurance Act Third Session, Fortieth Parliament, 59 Elizabeth II, 2010 Troisième session, quarantième législature, 59 Elizabeth II, 2010 STATUTES OF CANADA 2010 LOIS DU CANADA (2010) CHAPTER 9 CHAPITRE 9 An Act to

Plus en détail

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name...

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name... COMMISSION FOR THE COMPENSATION OF VICTIMS OF SPOLIATION RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION (Decree 99-778 of September 10, 1999) Case Number : (to remind in all

Plus en détail

SEG 2506 Construction de logiciels

SEG 2506 Construction de logiciels SEG 2506 Construction de logiciels Devoir 04: Programmation avec concurrence présenté à: prof. G. Bochmann, Ph.D. par: Alexandre Bradley 4548582 abrad087@uottawa.ca et Kevin Mottashed 4490866 kmott071@uottawa.ca

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA CIRCULATION ET LE STATIONNEMENT

RÈGLEMENT SUR LA CIRCULATION ET LE STATIONNEMENT VU, notamment, les articles 62, 66, 67 et 79 à 81 de la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., chapitre C-47.1); VU les articles 295 et 626 du Code de la sécurité routière (L.R.Q., chapitre C-24.2);

Plus en détail

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided.

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided. FOR OFFICIAL USE C 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 008 TUESDAY, 3 MAY.0 AM.0 PM Total FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre

Plus en détail

AMENDMENT TO BILL 32 AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 32

AMENDMENT TO BILL 32 AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 32 THAT the proposed clause 6(1), as set out in Clause 6(1) of the Bill, be replaced with the following: Trustee to respond promptly 6(1) A trustee shall respond to a request as promptly as required in the

Plus en détail

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Source du document : http://framablog.org/index.php/post/2008/03/11/education-b2i-creative-commons Diapo 1 Creative Commons presents : Sharing Creative

Plus en détail

Test trouvé sur http://www.anglaisfacile.com - le site pour apprendre l'anglais (test n 13846) BABY-SITTING

Test trouvé sur http://www.anglaisfacile.com - le site pour apprendre l'anglais (test n 13846) BABY-SITTING Page 1 of 6 Thierry en Angleterre 6 Test trouvé sur http://www.anglaisfacile.com - le site pour apprendre l'anglais (test n 13846) BABY-SITTING Thierry s'est tellement bien intégré dans la famille de Sally

Plus en détail

Cambridge International Examinations Cambridge Pre-U Certifi cate

Cambridge International Examinations Cambridge Pre-U Certifi cate Cambridge International Examinations Cambridge Pre-U Certifi cate *0123456789* FRENCH (PRINCIPAL) 9779/01 Paper 1 Speaking Card 1 For Examination from 2016 SPECIMEN PAPER Additional Materials: Blank paper/writing

Plus en détail

Verbs in Passé Composé that use etre. Simple Grammar

Verbs in Passé Composé that use etre. Simple Grammar Verbs in Passé Composé that use etre Simple Grammar Infinitive English Past participle. D devenir to become devenu R rentrer to return rentré V venir to come venu E entrer to enter entré M mourir to die

Plus en détail

BY-LAW 7. Made: January 28, 1999 Amended: March 26, 1999 February 22, 2007 Revoked: May 1, 2007 BENCHERS

BY-LAW 7. Made: January 28, 1999 Amended: March 26, 1999 February 22, 2007 Revoked: May 1, 2007 BENCHERS BY-LAW 7 Made: January 28, 1999 Amended: March 26, 1999 February 22, 2007 Revoked: May 1, 2007 BENCHERS HONORARY BENCHERS 1. Convocation may make any person an honorary bencher. DISBURSEMENTS 2. A bencher

Plus en détail

Maltraitance et Negligence des Enfants

Maltraitance et Negligence des Enfants Maltraitance et Negligence des Enfants Hotline: (212) 343-1122 www.liftonline.org Ce guide explique ce qui se passe si vous êtes poursuivi, en anglais «prosecuted» (PROSS-e-kyu-ted) en justice pour maltraitance,

Plus en détail

bienvenue ANTARGAZ sur le réseau LIVRET GAZ NATUREL www.antargaz.fr cuisson chauffage eau chaude Images et Formes - IND 47 2008

bienvenue ANTARGAZ sur le réseau LIVRET GAZ NATUREL www.antargaz.fr cuisson chauffage eau chaude Images et Formes - IND 47 2008 bienvenue sur le réseau ANTARGAZ LIVRET GAZ NATUREL www.antargaz.fr Images et Formes - IND 47 2008 eau chaude cuisson chauffage BIENVENUE SUR LE RÉSEAU ANTARGAZ Le présent document a pour but de vous préciser

Plus en détail

LONDON NOTICE No. 3565

LONDON NOTICE No. 3565 EURONEXT DERIVATIVES MARKETS LONDON NOTICE No. 3565 ISSUE DATE: 15 February 2012 EFFECTIVE DATE: 12 March 2012 FTSE 100 INDEX FUTURES CONTRACT THREE MONTH EURO (EURIBOR) INTEREST RATE FUTURES CONTRACT

Plus en détail

R3D Synopsys. RedLine Security SA. file: R3D (RedLine Security).avi. 17, rue des Pierres-du-Niton Geneva, Switzerland

R3D Synopsys. RedLine Security SA. file: R3D (RedLine Security).avi. 17, rue des Pierres-du-Niton Geneva, Switzerland RedLine Security SA 17, rue des Pierres-du-Niton Geneva, Switzerland +41 (79) 418 1197 eran.banon@redline-security.com www.redline-security.com R3D Synopsys file: R3D (RedLine Security).avi English Version

Plus en détail

www.machpro.fr : Machines Production a créé dès 1995, le site internet

www.machpro.fr : Machines Production a créé dès 1995, le site internet www.machpro.fr : www.machpro.fr Machines Production a créé dès 1995, le site internet www.machpro.fr destiné à fournir aux lecteurs de la revue et aux mécanautes un complément d'information utile et régulièrement

Plus en détail

CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES INSTANTANÉS DJS QUESTIONS/ REPONSES. b) Peut-on raccorder un chauffe-eau DJS sur le lavabo et la douche en même temps?

CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES INSTANTANÉS DJS QUESTIONS/ REPONSES. b) Peut-on raccorder un chauffe-eau DJS sur le lavabo et la douche en même temps? CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES INSTANTANÉS DJS QUESTIONS/ REPONSES 1- Installation a) Peut-on raccorder une douche au chauffe eau instantané DJS? Oui, à partir du modèle FDCH 70 (7,5 kw). En dessous le débit

Plus en détail

BY-LAW 31. Made: January 25, 2001 Amended: May 24, 2001 September 28, 2001 January 24, 2002 October 23, 2003 Revoked: May 1, 2007

BY-LAW 31. Made: January 25, 2001 Amended: May 24, 2001 September 28, 2001 January 24, 2002 October 23, 2003 Revoked: May 1, 2007 BY-LAW 31 Made: January 25, 2001 Amended: May 24, 2001 September 28, 2001 January 24, 2002 October 23, 2003 Revoked: May 1, 2007 UNCLAIMED TRUST FUNDS Delegation of powers and duties of Secretary: Professional

Plus en détail

1. Introduction... Page 3. 2. Les principaux atouts du WCC... Page 4. 3. SpÄcificitÄ du catalogue en ligne... Page 5. 4. SpÄcificitÄ du WCC...

1. Introduction... Page 3. 2. Les principaux atouts du WCC... Page 4. 3. SpÄcificitÄ du catalogue en ligne... Page 5. 4. SpÄcificitÄ du WCC... Sommaire 1. Introduction... Page 3 2. Les principaux atouts du WCC... Page 4 3. SpÄcificitÄ du catalogue en ligne... Page 5 4. SpÄcificitÄ du WCC... Page 6 5. DÄmonstration... Page 7 6. Tarification...

Plus en détail

Un conte de Noël à la carte

Un conte de Noël à la carte Un conte de Noël à la carte Il était une fois, dans le nord de la Petite-Nation, une belle fermière, qui faisait pousser des arbres de Noël. Elle et son mari, possédait un si grand terrain qu elle ne pouvait

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

937-1-IPG-003. Table of Contents. Table des matières. Page. 1. Subject 1 1. Objet. 2. Issue 1 2. Point en litige. 3. Question 2 3.

937-1-IPG-003. Table of Contents. Table des matières. Page. 1. Subject 1 1. Objet. 2. Issue 1 2. Point en litige. 3. Question 2 3. 937-1-IPG-003 Part II Canada Labour Code Bomb Threats Right to Know Partie II Code canadien du travail Alertes à la bombe Droit de savoir Table of Contents Table des matières Page 1. Subject 1 1. Objet

Plus en détail

Minute. Manager. Le nouveau. ken blanchard spencer johnson. Le best-seller mondial du management, 20 millions d exemplaires vendus

Minute. Manager. Le nouveau. ken blanchard spencer johnson. Le best-seller mondial du management, 20 millions d exemplaires vendus Le best-seller mondial du management, 20 millions d exemplaires vendus Le nouveau Manager Minute Réussir vite et mieux dans un monde en pleine mutation ken blanchard spencer johnson Le nouveau Manager

Plus en détail

National French Contest 2009 Level 3 Part A. Numéros 1 à 6

National French Contest 2009 Level 3 Part A. Numéros 1 à 6 National French Contest 2009 Level 3 Part A Listening Comprehension (pictures) Directions: Take 10 seconds to look at the pictures below. For each sentence you hear, imagine where the speaker would most

Plus en détail

Cahier des clauses techniques particulières

Cahier des clauses techniques particulières Marchés Ordonnance Prestations intellectuelles ACCORD-CADRE DIAGNOSTIC AMIANTE ET PLOMB AVANT TRAVAUX ET/OU AVANT DEMOLITION Cahier des clauses techniques particulières Sommaire 1 ARTICLE 1 -GENERALITES...3

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Rosa Parks. La femme qui a changé l Amérique

Rosa Parks. La femme qui a changé l Amérique Rosa Parks La femme qui a changé l Amérique Éric Simard Rosa Parks La femme qui a changé l Amérique Biographie Publié par les éditions Oskarson (Oskar Jeunesse) 21, avenue de La Motte-Picquet 75007 Paris

Plus en détail

Aujourd hui, maîtriser la disponibilité des biens, des matériels et des équipements industriels, permettrait à l industrie d agir sur la régularité

Aujourd hui, maîtriser la disponibilité des biens, des matériels et des équipements industriels, permettrait à l industrie d agir sur la régularité 2 2 Avant-propos La maintenance est l une des contraintes que rencontre tout exploitant d une installation industrielle. Construire une usine ne sert à rien en l absence de production significative, ou

Plus en détail

French. Source Booklet FREN1. Unit 1 Listening, Reading and Writing. General Certificate of Education Advanced Subsidiary Examination June 2013

French. Source Booklet FREN1. Unit 1 Listening, Reading and Writing. General Certificate of Education Advanced Subsidiary Examination June 2013 A General Certificate of Education Advanced Subsidiary Examination June 2013 French Unit 1 Listening, Reading and Writing FREN1 Source Booklet SECTION A Reading Texts for Questions 6, 7 and 8 SECTION B

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

Unité de valeur 5 Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global

Unité de valeur 5 Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

Saint-Etienne Châteaucreux.

Saint-Etienne Châteaucreux. Saint-Etienne Châteaucreux. Un nouveau quartier au cœur naturellement chaleureux! Châteaucreux : quand tout un quartier fait le choix de l avenir. Projet ambitieux, le nouveau Châteaucreux a pour objectif

Plus en détail

Contents National 5 French Reading; Context: Employability

Contents National 5 French Reading; Context: Employability Contents National 5 French Reading; Context: Employability (questions extracted from Credit past papers) Question Topic Jobs (Vincent Pernaud; radio presenter) Jobs (Marie-Laure Lesage; Concierge d hôtel

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

AVENT: EMERVEILLEMENT, OUVERTURE DU COEUR, ACCUEIL:

AVENT: EMERVEILLEMENT, OUVERTURE DU COEUR, ACCUEIL: AVENT: EMERVEILLEMENT, OUVERTURE DU COEUR, ACCUEIL: Le mot "Avent" signifie la "venue". Le temps de l'avent désigne les semaines qui précèdent Noël: du premier dimanche de l'avent (fin novembre ou début

Plus en détail

Mesure Measurement Réf 322 033 Etiquettes Terre, Jupiter, Mars, Français p 1 Lune pour dynamomètre 10 N English p 4 Earth, Jupiter, Mars, Moon,

Mesure Measurement Réf 322 033 Etiquettes Terre, Jupiter, Mars, Français p 1 Lune pour dynamomètre 10 N English p 4 Earth, Jupiter, Mars, Moon, Mesure Measurement Français p 1 English p 4 Version : 8006 Etiquettes Terre, Jupiter, Mars, Lune pour dynamomètre 10 N Earth, Jupiter, Mars, Moon, labels for 10 N dynamometer Mesure Etiquettes Terre, Jupiter,

Plus en détail

Section internationale / Internationale section

Section internationale / Internationale section Section internationale / Internationale section Les sections internationales des écoles publiques françaises visent à : faciliter l'insertion d'élèves étrangers dans le système scolaire français ; les

Plus en détail

ACTIVITÉ DE CRÉATION LITTÉRAIRE

ACTIVITÉ DE CRÉATION LITTÉRAIRE ACTIVITÉ DE CRÉATION LITTÉRAIRE Point de départ : Le roman Tous mes amis sont des superhéros de Andrew Kaufman, paru aux éditions Alto. But : Demander aux participants de se créer un alter ego superhéros

Plus en détail

MAXI SPEED-ROLL Course à boules

MAXI SPEED-ROLL Course à boules Course à boules Notice de montage 1. Posez le jeu à plat sur une table. 2. A l aide de la clé de service, dévissez les vis qui maintiennent la plaque de plexiglas et déposez la. 3. Dévissez les 4 vis fixant

Plus en détail

PONT DES CATALANS SPEED MANAGEMENT PROJECT

PONT DES CATALANS SPEED MANAGEMENT PROJECT Toulouse, 31.05.2011 PONT DES CATALANS SPEED MANAGEMENT PROJECT MID-TERM TERM EVALUATION VISIT Presentation of the team Names : Arnaud Arsuffi Audrey Traisnel City : Toulouse University : INSA Toulouse

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

BILL S-204 PROJET DE LOI S-204 S-204 S-204 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA. An Act to amend the Financial Administration Act (borrowing of money)

BILL S-204 PROJET DE LOI S-204 S-204 S-204 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA. An Act to amend the Financial Administration Act (borrowing of money) S-204 S-204 First Session, Forty-second Parliament, Première session, quarante-deuxième législature, SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA BILL S-204 PROJET DE LOI S-204 An Act to amend the Financial Administration

Plus en détail

Domestic Violence Front End Project Désencombrement du tribunal de violence domestique Unlocking the Organizational Deadlock Le désengorgement d un

Domestic Violence Front End Project Désencombrement du tribunal de violence domestique Unlocking the Organizational Deadlock Le désengorgement d un Domestic Violence Front End Project Désencombrement du tribunal de violence domestique Unlocking the Organizational Deadlock Le désengorgement d un systéme 1 Court System in Crisis Un systéme judiciaire

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

Objet : Feux de forêt sur le territoire de la Paix des Braves

Objet : Feux de forêt sur le territoire de la Paix des Braves Sainte-Foy, le 16 juin 2005 Monsieur Pierre Corbeil Ministre 600-0117 Cabinet du Ministre des Ressources naturelles, de la faune 5700, 4 e avenue ouest Bureau A-308 Charlesbourg (Québec) G1H 6R1 Objet

Plus en détail

ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU YUKON LEGISLATIVE ASSEMBLY OF YUKON. First Session of the Thirty-third Legislative Assembly

ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU YUKON LEGISLATIVE ASSEMBLY OF YUKON. First Session of the Thirty-third Legislative Assembly LEGISLATIVE ASSEMBLY OF YUKON First Session of the Thirty-third Legislative Assembly ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU YUKON Première session de la trente-troisième Assemblée législative BILL NO. 46 ACT TO AMEND

Plus en détail

Des tables à langer de qualité supérieure

Des tables à langer de qualité supérieure DAN DRYER TABLES À LANGER Des tables à langer de qualité supérieure Le confort et l hygiène pour les zones publiques de change bébé Hygiénique Fiable Economique RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT Intemporel

Plus en détail

French Three Unit Four Review

French Three Unit Four Review Name Class Period French Three Unit Four Review 1. I can discuss with other people about what to do, where to go, and when to meet (Accept or reject invitations, discuss where to go, invite someone to

Plus en détail

Obtention du marquage CE pour un dispositif médical

Obtention du marquage CE pour un dispositif médical Université de Technologie de Compiègne Obtention du marquage CE pour un dispositif médical Extraits du dossier de Validation des Acquis de l Expérience (VAE) pour l obtention du Master "Qualité et Performance

Plus en détail

Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives 2015

Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives 2015 Le Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation pour l Efficacité Énergétique des Bâtiments Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Ma consommation de référence... 7 Qu appelle-t-on "consommation de référence"?... 7 Notez ci-dessous vos consommations de référence :...

Ma consommation de référence... 7 Qu appelle-t-on consommation de référence?... 7 Notez ci-dessous vos consommations de référence :... Le tableau des relevés Sommaire Mes données personnelles... 3 Quelques informations sur mon logement... 4 Quelles sources d énergie utilisez-vous?... 5 Ma consommation de référence... 7 Qu appelle-t-on

Plus en détail

The Skill of Reading French

The Skill of Reading French The Skill of Reading French By the end of this session... ALL of you will be able to recognise words A LOT of you will be able to recognise simple phrases SOME of you will be able to translate a longer

Plus en détail

236. 2. 7 mai. 9 mai. Final paper. Final paper dû le 12 Mai

236. 2. 7 mai. 9 mai. Final paper. Final paper dû le 12 Mai 236. 2 17ème 5 mai 7 mai 9 mai dû le 12 Mai objectifs pp.76 78 pp.78 7Turn in p. 83. I L Europe pp. 80 81 8ème 3 mars 5 mars 7 mars Révision Examen 2 La famille pp. 134 137 9ème 10 mars 12 mars 14 mars

Plus en détail

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process Phoenix A.M.D. International Inc. - Claim Procedures, Timelines & Expectations Timelines & Expectations 1. All telephone messages and e-mail correspondence is to be handled and responded back to you within

Plus en détail

90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg

90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg 90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg (Jean-Marie WOEHRLING, Secrétaire Général) Mesdames et Messieurs les délégués, Il y a 90 ans (à quelques jours près), le 21 juin 1920

Plus en détail

Summer School Language Assessment French Language Test Level A2

Summer School Language Assessment French Language Test Level A2 1 Summer School Language Assessment French Language Test Level A2 For students who wish to take Level B1 NOM: Prénom: Présentation générale Durée des épreuves : 1 heure 35 minutes Cette épreuve est exclusivement

Plus en détail

Générateurs d air chaud

Générateurs d air chaud WARMLUFTHEIZUNGEN Générateurs d air chaud Modèles Prestige-SE et Optimal-E La technologie moderne du chauffage à air chaud Montée en température rapide Générateurs d air chaud selon le principe modulaire

Plus en détail

STATUTES OF CANADA 2013 LOIS DU CANADA (2013) CHAPITRE 6 CHAPTER 6 ASSENTED TO SANCTIONNÉE

STATUTES OF CANADA 2013 LOIS DU CANADA (2013) CHAPITRE 6 CHAPTER 6 ASSENTED TO SANCTIONNÉE First Session, Forty-first Parliament, 60-61-62 Elizabeth II, 2011-2012-2013 Première session, quarante et unième législature, 60-61-62 Elizabeth II, 2011-2012-2013 STATUTES OF CANADA 2013 LOIS DU CANADA

Plus en détail

French National Contest 2006 Level IV Part A

French National Contest 2006 Level IV Part A French National Contest 2006 Level IV Part A You will now hear a series of brief conversations between two speakers. Each exchange will be repeated twice. You are to select from the four choices printed

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

«Bien faire et le faire savoir»

«Bien faire et le faire savoir» Journée Portes Ouvertes «Bien faire et le faire savoir» Etienne Mimard Mimard dans l histoire stéphanoise, c est Un industriel Une entreprise Un lycée Etienne Mimard,un industriel éponyme Il naît le 18

Plus en détail