Palais idéal du facteur Cheval, propriété de la commune d hauterives : Marie José Georges, directrice

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Palais idéal du facteur Cheval, propriété de la commune d hauterives : Marie José Georges, directrice"

Transcription

1

2 Cet ouvrage est publié à l occasion de l exposition Élévations, collections Bruno Decharme et Antoine de Galbert, hommage à Joseph Ferdinand Cheval, présentée au Palais idéal du facteur Cheval, Hauterives, du 30 avril au 30 août Palais idéal du facteur Cheval, propriété de la commune d hauterives : Marie José Georges, directrice Direction d ouvrage : Bruno Decharme et Antoine de Galbert Graphisme : tributetoalfred.com coordination éditoriale : Arthur Toqué, Michaële Liénart Rewriting et Relectures : Juliette Solvès En couverture : Palais idéal du facteur Cheval, vue d ensemble et détails. Portraits de Bruno Decharme et Antoine de Galbert. lienart éditions, , rue François I er Paris abcd, Montreuil, , rue Voltaire Montreuil Adagp, Paris, 2015 pour les œuvres de Johan Creten, Philippe Dereux, John Devlin et Augustin Lesage ISBN : Imprimé en République tchèque (Union européenne) Dépôt légal : mai 2015

3 « heures, journées, 33 ans d épreuves», c est le temps qu il a fallu au facteur Cheval pour faire jaillir de terre, dans son potager, à Hauterives dans la Drôme, un monument d exception, un palais sorti de son rêve. «Travail d un seul homme», œuvre d un «fou», d un rustre, œuvre populaire, naïve a-t-on pu lire. Inclassable, le Palais idéal est une référence mondiale de l art brut. À l heure où cet art brut investit les musées, les galeries, les esprits, il était tentant d imaginer une exposition ambitieuse. Voilà pourquoi le Palais idéal a fait appel à deux collectionneurs de renom, Bruno Decharme et Antoine de Galbert, qui ont pris à cœur de rendre hommage au visionnaire que fut Ferdinand Cheval. Ils ont choisi dans leurs collections respectives des œuvres qui font écho au génie de ce facteur rural autodidacte. L exposition Élévations marque un tournant dans la vie de la commune d Hauterives par sa qualité, son originalité et la justesse de son propos. Elle montre comment d autres artistes marginaux ou plus intégrés socialement bâtissent palais, temples, tours et cathédrales nourris de leur rêve et de leur imagination. Elle est aussi le projet collectif d un village qui s est mobilisé, fort de son énergie et de sa curiosité, pour accueillir au mieux cet événement. Nous sommes tous heureux d offrir ainsi au public les visions d autres artistes inspirés. Florent Brunet, maire d Hauterives

4 À l instar des pèlerins qui prennent le chemin de Compostelle, La Mecque ou Bénarès, chacun devrait au moins une fois dans sa vie se rendre à Hauterives. Les collines du nord de la Drôme recèlent un trésor tombé du ciel qui suscite toujours émotion et surprise pour celui qui le découvre comme pour ceux qui en sont familiers. C est la vertu des grandes œuvres de renouveler l émerveillement quand nous sommes en leur présence. Si l histoire de monsieur Cheval est bien connue, à chaque fois que l on visite son palais, le même magnétisme opère et laisse le visiteur envoûté comme devant les statues Moaï de l Île de Pâques. Le facteur devant son Palais, vers Pour nous qui rechignons au port de la cravate, revêtir un habit de dimanche était le moins que nous puissions faire pour rendre hommage à Joseph Ferdinand Cheval et à son Palais idéal. À l occasion de cette exposition, les simples collectionneurs passeurs de visions, de formes et de couleurs que nous sommes avons désiré déposer en offrandes quelques œuvres au pied de ce Lascaux des «hommes du commun», selon l expression de Jean Dubuffet. Passionnés l un et l autre d art brut, par ce que le langage courant nomme «les œuvres de folie» une manifestation élevée et débridée de l esprit, selon nous, nous vénérons cet homme longtemps jugé fada mais aujourd hui reconnu comme un visionnaire. Artiste apôtre de la diversité, il ne connaissait du monde que les cartes postales qu il distribuait ou les photographies du journal L Illustration. Il rêvait d un monde œcuménique et cosmopolite. Pour cette exposition Élévations nous avons choisi dans nos collections une centaine d œuvres d art brut, populaire ou contemporain, qui nous ont semblé répondre à l esprit du facteur. Beaucoup se joignent aux architectures imaginaires celles d A.C.M., Fleury-Joseph Crépin, Eugène Gabritschevsky, Augustin Lesage, John Podhorsky, Elsa Sahal, Elmar Trenkwalder, Marcel Storr tandis que d autres celles de Janko Domsic, Rachel Kneebone, Stéphane Thibet, George Widener et Adolf Wölfli pour ne citer qu elles font plutôt écho à des constructions mentales ou spirituelles, mais toutes «s élèvent» vers le ciel. Nous remercions le Conseil municipal d Hauterives et son maire Florent Brunet pour leur accueil chaleureux. Notre reconnaissance va à Marie José Georges qui a pris l initiative de nous inviter et qui travaille inlassablement à faire connaître le Palais idéal. Nous remercions aussi Barbara Safarova pour son texte qui jette un éclairage personnel sur cette œuvre inscrite dans l histoire de l art et de l humanité. Enfin, cette exposition n aurait pu voir le jour sans l aide précieuse des habitants de la Commune, des employés des services techniques, et de ceux qui œuvrent à la gestion de nos collections et au montage des expositions, Arthur Toqué, Ludovic Poulet, Arno Piroud. Merci à l agence Claudine Colin Communication pour son soutien amical. Bruno Decharme & Antoine de Galbert

5

6 A.C.M. (Alfred Corinne Marié), sans titre, Assemblage d éléments électroniques, de fils et de pièces de machine à écrire, 64 x 69,6 x 59,7 cm. Collection A. G. 10

7 13 A.C.M. (Alfred Corinne Marié), sans titre, Assemblage d éléments électroniques, de fils et de pièces de machine à écrire, 42 x 92 x 66 cm. Collection A. G. / 37,6 x 49,6 x 22,4 cm; 65 x 42 x 26 cm. Collection B. D.

8 Eugène Gabritschevsky, sans titre, non datées. Gouache sur papier, 20,2 x 28 cm. Collection B. D. / 20 x 28,5 cm. Collection A. G. / 24 x 32 cm. Collection B. D. 14

9 Eugène Gabritschevsky, sans titre, non daté. Gouache sur papier, 35 x 50,9 cm. Collection B. D. Scottie Wilson (Louis Freeman, dit), sans titre, non daté. Encre et crayon de couleur sur papier, 27,5 x 37,5 cm. Collection B. D. 17

10 18 19

11 21 Johan Creten, Odore di Femmina, Terre cuite émaillée, 47 x 32 x 17 cm. Collection A. G. Roland Fischer, Santo Domingo de la Calzada, Impression numérique, 208 x 135 cm. Collection A. G.

12 23 Stupa, Thaïlande, royaume Rattakanos, fin du XVIII e siècle. Laque rouge et bronze doré, 110 x 42 x 42 cm. Collection A. G. Alexandro Garcia, sans titre, non daté. Encre et crayon de couleur sur papier, 36,5 x 47 cm. Collection B. D.

13 25 Yuri Titov, sans titre, Feutre et graphite sur papier, 64 x 89 cm. Collection A. G. Dieter Appelt, Der Augenturm [La Tour de guet], Tirage argentique, 59 x 49 cm. Collection A. G.

14 28 Patrick Gimel, sans titre, Encre de Chine sur papier, 91,5 x 186,5 cm. Collection A. G.

15 29 Joseph-Albert-Alfred Moindre, sans titre, non daté. Gouache sur papier, 32 x 50,5 cm. Collection B. D.

16 33 Bénitier, Sarthe (France). Terre cuite émaillée, 36 x 17 x 10 cm. Collection A. G. Philippe Dereux, Ostensoir au cœur de pêche, Collage végétal sur panneau, 59 x 38 cm. Collection A. G.

17 35 Augustin Lesage, sans titre, vers Huile sur toile, 47 x 52 cm. Collection A. G. / Tableau décoratif, Huile sur toile, 140 x 110 cm. Collection B. D.

18 37 Augustin Lesage, sans titre, non datés. Huile sur toile, 48 x 56,5 cm; 32 x 44 cm. Collection B.D. / Sans titre, vers Huile sur toile, 124 x 86 cm. Collection B. D.

19 39 Augustin Lesage, sans titre, non daté. Huile sur toile, 100 x 73 cm. Collection B.D. / Sans titre, Huile sur toile, 101 x 146,5 cm. Collection B. D.

20

21 43 Zbyn k Semerák, sans titre, non daté. Mine de plomb sur papier, 42 x 29,9 cm. Collection B. D. Léon Petitjean, sans titre, Encre, aquarelle et mine de plomb sur carton, 32 x 17,4 cm. Collection B. D.

22 Elmar Trenkwalder, WVZ 991, Graphite sur papier, 53,5 x 39,5 cm. Collection A. G. / WVZ 206, Terre cuite rouge vernissée de blanc, 305 x 135 x 135 cm. Collection A. G. 44

23 Frédéric Pardo, Bouddha invisible, Peinture à l huile, tempera et feuille d or sur bois, 76 x 50 cm. Collection A. G. Rachel Kneebone, Grief Study II, Porcelaine, 35,5 x 40 x 29,6 cm. Collection A. G. 47

24 50 Elsa Sahal, Le Bon Larron, Neuf éléments de céramique sur table en métal, 130 x 250 x 110 cm. Collection A. G.

25 Emmanuel Deriennic, sans titre, vers Aquarelle et encre de Chine sur carton, 50 x 64 cm. Collection B. D. 51

26 55 Victorien Sardou, La Maison Mozart sur Jupiter, vers Eau-forte, 54 x 61,5 cm. Collection B. D. Fernand Desmoulin, sans titre, Encre sur papier, 34 x 23 cm. Collection B. D.

27 57 Michaël Kaliakine, sans titre, entre 1950 et Crayon de couleur et mine de plomb sur papier, 29 x 20,5 cm. Collection B. D. Marcel Storr, œuvre inachevée et non datée. Graphite et crayon de couleur sur papier, 75 x 55 cm. Collection A. G.

28

29 Takashi Shuji, sans titre, Pastel sur carton, 46,5 x 50 cm. Collection B. D. 60

30 63 Vasilij Romanenkov, sans titre, vers Technique mixte sur papier, 69 x 114 cm. Collection B. D. Scottie Wilson (Louis Freeman, dit), sans titre, vers Encre et crayon de couleur sur papier, 66 x 83 cm. Collection B. D.

31 65 John Podhorsky, sans titre, non daté. Crayon de couleur sur papier, 45,5 x 61 cm. Collection B. D. / Sans titre, non daté. Mine de plomb sur papier, 21,5 x 28 cm. Collection B. D.

32 Kim Jones, de la série «War Drawings», Graphite sur papier, 55,5 x 75,5 cm. Collection A. G. Adolf Wölfli, Freiburg a Üechtland, vers Mine de plomb et crayon de couleur sur papier, recto et verso, 51 x 68 cm. Collection B. D. 67

33 Thibault de Gialluly, Le Développement des occupations, Encre sur papier, 152 x 112 cm. Collection A. G. Stéphane Thidet, sans titre, Deux tonnes de confettis noirs, 280 x 500 x 500 cm. Collection A. G. 68

34 74 Terao Katsuhiro, Gouache sur carte grattée, 84 x 176 cm. Collection B. D.

35 79 John Podhorsky, sans titre, non daté. Mine de plomb sur papier, 31 x 45,6 cm. Collection B. D.

36 78 Willem van Genk, Panorama of Moskow, Technique mixte sur papier, 108 x 170 cm. Collection A. G.

37 Achilles G. Rizzoli, Abraham N. Zachariah Symbolically Sketched, Encre et crayon de couleur sur papier, 67 x 93 cm. Collection B. D. 75

38 83 Janko Domsic, sans titre, non daté. Stylo à bille, crayon de couleur et feutre sur contreplaqué, 83,5 x 36 cm. Collection B. D. / Sans titre, Non daté. Stylo à bille, crayon de couleur et feutre sur carton 65,7 x 50,5 cm. Collection B. D.

39 85 Josué Virgili, guéridon, entre 1922 et Ciment et mosaïque, 75 x 50,5 x 50,5 cm. Collection B. D. Camille Renault, sans titre, entre 1930 et Ciment modelé sur un poteau en métal, 117 x 24 x 17 cm. Collection B. D.

40 John Devlin, sans titre, Encre, crayon de couleur et collage sur papier, 28 x 21,5 cm, 21,5 x 28 cm et 28 x 21,5 cm, 21,5 x 28 cm. Collection B. D. Émile Ratier, sans titre, Sculpture de bois et divers matériaux, 185 x 54 x 50 cm. Collection A. G. 87

41

42 91 Mircea Cantor, Tribute, Vidéo noir et blanc, Collection A. G. Anibal Brizuela, sans titre, non daté. Stylo à bille sur papier, 49,9 x 34,7 cm. Collection B. D.

43 93 Aloïs Wey, sans titre, non daté. Encre et crayon de couleur sur papier, 34,5 x 38 cm. Collection B. D. Zizi (Marcel Drouin, dit), sans titre, non daté. Feutre sur papier, 33 x 50 cm. Collection B. D.

44 95 Philippe Dereux, Fronton aux étoiles, Gouache sur papier, 74 x 54 cm. Collection A. G. / Les Cocardes, Huile sur panneau, 71 x 49,5 cm. Collection A. G.

45 97 Fleury-Joseph Crépin, N o 50, Huile sur toile, 47 x 30 cm. Collection B. D. / N o 69, Huile sur toile, 56 x 73 cm. Collection B. D.

46 99 Fleury-Joseph Crépin, N o 140, N o 141 et N o 142, triptyque, Huile sur toile, élément central : N o 140, 89 x 61 cm ; éléments latéraux, N os 141 et 142, 40,5 x 39 cm chaque. Collection B. D.

47 101 Peter Kapeller, sans titre, vers Encre et collage sur papier, 50 x 74 cm. Collection B. D.

48 Hassan, sans titre, vers Mine de plomb, crayon de couleur et inclusion de métal sur morceaux de caisses de vin, 13,5 x 34 x 0,8 cm, 16,8 x 38 x 0,8 cm, 13 x 32,7 x 0,8 cm et 13 x 32,7 x 0,8 cm. Collection B. D. 104

49 107 Albert, sans titre, Mine de plomb sur papier, 59,5 x 84 cm. Collection B. D.

50 Giovanni Battista Podestà, sans titre, vers Technique mixte, 60 x 48 x 12 cm. Collection A. G. Ensemble de coiffes d initiés Ekonda, ethnie Sengele, République démocratique du Congo, début du XX e siècle. Collection A. G. 109

51 Alexandre Pavlovitch Lobanov, sans titre, entre 1960 et Gouache, encre et crayon de couleur, recto et verso, 28,4 x 40,5 cm. Collection B. D. George Widener, Megalopolis, entre 2000 et Matériaux divers sur nappe de papier, 60,5 x 98 cm. Collection B. D. 111

52

53 Chelo González Amezcua (Consuelo González Amezcua, dite), sans titre, Encre noire et rehauts de blanc sur papier brun, 56,3 x 71,5 cm. Collection B. D. Madge Gill, daté et signé au dos : «May 8 52 fin 10th Madge Gill». Encre sur carton, 64 x 51 cm. Collection B. D. 115

54 117 Paul Goesch, sans titre, non datés. Crayon de couleur sur papier, 15,8 x 20,3 cm chaque. Collection B. D.

55 Anonyme (France), sans titre, vers Crayon gras sur papier, 50,2 x 65,5 cm. Collection B. D. Julius B., sans titre, non daté. Mine de plomb et crayon de couleur sur papier, recto et verso, 25,6 x 30,5 cm. Collection B. D. 119

56 122 Adolf Wölfli, Château Bremgarten, Mine de plomb et crayon de couleur sur papier, inscriptions au dos, 99 x 267 cm. Collection B. D.

57

58 Ted Gordon (Theodore Harold Gordon, dit), sans titre, vers Feutre sur papier, 15,5 x 10,3 cm. Collection B. D. Hans-Jörg Georgi, ensemble d avions en carton collé, vers Carton, dimensions variables ; œuvre exposée : 250 x 110 x 110 cm. Collection de l artiste. 126

59 joseph ferdinand cheval Joseph Ferdinand Cheval est né le 19 avril 1836 à Charmes-sur-l Herbasse, dans la Drôme. Facteur rural, il passe trente-trois ans de sa vie à édifier son Palais idéal et huit années supplémentaires à bâtir son propre tombeau. Après l obtention de son certificat d études, il est d abord apprenti boulanger, puis devient en 1867 «facteur aux postes», affecté deux ans plus tard à Hauterives, en charge de la tournée dite de Tersanne, une tournée pédestre quotidienne de trente-trois kilomètres. En avril 1879, durant l une d elles, il raconte que son pied a buté contre une pierre qui a manqué de le faire tomber. Intrigué par la forme curieuse du caillou, il le ramasse et le glisse dans sa poche. Le lendemain, repassant au même endroit, il remarque d autres pierres, toutes aux formes singulières ; il pense soudain que «si la nature peut faire de la sculpture, [il] pourrai[t] [lui] aussi [se] faire architecte, maître d œuvre et ouvrier à l édification d un palais». Dès lors, Ferdinand Cheval

60 Portrait du facteur Cheval, Le tombeau, ramasse des pierres au cours de ses tournées quotidiennes, les portant d abord dans ses poches, puis dans un panier et parfois à l aide d une brouette [repr. p. 6]. De retour chez lui, à la lueur d une lampe à pétrole, il passe ses nuits à réaliser son rêve. La façade est, qu il nomme le «Temple de la Nature», lui demande vingt ans de travail. La dénomination de «Palais idéal» surgit après sa rencontre avec le barde alpin Émile Roux Parassac en Il achève son chefd œuvre en Deux ans plus tard il manifeste le désir, le jour venu, d être enterré au cœur même de son œuvre, ce que la loi française ne permet pas. Se résolvant à se conformer aux contraintes légales, il décide alors de construire son propre tombeau au sein du cimetière. À partir de 1914, il passe huit autres années à bâtir son second chef-d œuvre. Décédé en 1924, Joseph Ferdinand Cheval est inhumé dans son «Tombeau du silence et du repos sans fin», comme il le nomme. «Fils de paysan, je veux vivre et mourir pour prouver que dans ma catégorie il y a aussi des hommes de génie et d énergie. Vingt-neuf ans je suis resté facteur rural. Le travail fait ma gloire et l honneur mon seul bonheur ; à présent voici mon étrange histoire. Où le songe est devenu, quarante ans après, une réalité.» À partir de la fin des années vingt, de nombreux intellectuels et artistes se passionnent pour le Palais idéal. André Breton dédie un poème à Ferdinand Cheval dans Le Revolver à cheveux blancs, Valentine Hugo peint son portrait, Max Ernst réalise un papier collé exposé à la fondation Guggenheim de Venise. En 1936, Denise Bellon présente des photographies au Museum of Modern Art de New York pour l exposition Fantastic Art, Dada, Surrealism. En 1937, Pablo Picasso exécute douze dessins sur le facteur. Pour le pavillon français de l Exposition universelle de New York, Jacques Brunius réalise en 1939 le film Violon d Ingres qui inclut une séquence consacrée au palais. De son côté Jean Dubuffet reconnaît en Cheval un pionnier de l art brut. André Malraux, alors ministre de la Culture, fait classer le palais au titre des Monuments historiques par arrêté du 23 septembre Inscrit sur l inventaire supplémentaire des Monuments historiques, le Tombeau du silence et du repos sans fin est classé en

61

62 S abandonner à l euphorie 1 Barbara Safarova «Quand le passant rêveur contemple cette enceinte où ton labeur superbe a vaincu le néant, il cherche je ne sais quelle effrayante empreinte où puisse s étaler une main de géant» Joseph Ferdinand Cheval Indéfinissable «Ce Palais un château ou des grottes», comme l écrit Joseph Ferdinand Cheval dans une lettre datée du 15 mars 1905, est un temple, une déclaration à livre ouvert, un hymne à la gloire de l homme, du travail, de la volonté, du rêve, un monument dédié à ses capacités infinies d échapper au néant. L exposition Élévations proposée par les collectionneurs Bruno Decharme et Antoine de Galbert est un hommage, un témoignage modeste de ces deux passionnés qui, «passeurs de visions, de formes et de couleurs», ont désiré déposer en offrandes quelques œuvres au pied de ce bâtisseur de génie. 1. «S abandonner à l euphorie», en anglais «Yield to Total Elation», est dans sa forme abrégée Y.T.T.E. le titre du projet de l artiste américain Achilles G. Rizzoli, qui, apparemment inspiré par l Exposition internationale Panama- Pacifique, présentée à San Francisco en 1915, réunit sous ce nom un certain nombre de ses dessins de structures architecturales symbolisant ses proches. Y.T.T.E. est ainsi sa version de l exposition universelle, retracée en plusieurs plans et localisée sur une île imaginaire.

63 Quelles sont donc ces offrandes? Tisser des fils entre les œuvres créées au cours de plus d un siècle dans plusieurs pays pourrait paraître une entreprise difficile, mais finalement pas si différente de celle de l art brut, qui se caractérise malgré la diversité des artistes et de leurs œuvres par certaines préoccupations communes aux nombreux créateurs rattachés à cet art. Ériger, édifier, dresser, élever et s élever vers le ciel, tenir debout. Autant de mots qui viennent à l esprit quand on regarde ces architectures grandioses des espaces physiques et de l espace mental, géographies intimes aux connotations spirituelles. De simples pierres, confettis, bouts de bois ou épluchures se trouvent sublimés par ces artistes dans des objets complexes. «Ainsi va la vie, et elle est drôle. Avec un peu moins de chance, j aurais pu vivre et mourir, ignorant que j étais un colleur d épluchures né 2», écrit Philippe Dereux. Un «art immédiat et sans exercice», certes, «l opération artistique toute pure, brute, réinventée dans l entier de toutes ses phases par son auteur, à partir seulement de ses propres impulsions 3», pour reprendre la définition de l art brut par Jean Dubuffet. Mais elle ne dit pas encore la complexité des œuvres ici présentes. Dans leurs dessins, ces artistes organisent des villes entières et les surplombent, inventent des habitacles d éternité, ouvrent des chemins vers un étrange ailleurs hors du temps. Ils s en vont «chatouiller Dieu» soit qu ils tiennent de lui une autorisation, soit qu ils prennent sa place et réussissent ainsi à faire barrage au déluge intérieur, à l anéantissement. Métamorphoser le monde extérieur blafard en victoire sur le moindre, bâtir son propre royaume et par là créer de nouvelles connexions entre art, science, philosophie et spiritualité, dans un élan vertical grandissant, n est-ce pas une affirmation de vie, la plus belle aventure de création humaine? À l origine de toute architecture, le chaos Un magma indifférencié, où disparaissent ou d où émergent quelques figures confuses et objets indécis, innommables. Deux artistes japonais semblent découper, tracer des formes dans le noir : Terao Katsuhiro [repr. p ] et Takashi Shuji [repr. p. 60]. Celui-ci efface le noir à la gomme, sculptant ainsi des silhouettes d objets qui s extraient de la surface du support. «Il n y a plus de présupposé de la présence face à l ombre. La présence devient quelque chose d incertain, d improbable 4.» La passion du noir, Shuji la partage avec le biologiste russe Eugène Gabritschevsky. Certaines œuvres de ce dernier figurent quelque chose de vivant, une vie larvaire qui se détache de la matière mouvante [repr. p ] ; d autres montrent un gouffre, un trou qui menace de nous attirer dans une chute vertigineuse [repr. p. 15]. Dans la même œuvre peuvent coexister des châteaux-temples noirs, hugoliens, pourrait-on dire, et un organisme cellulaire, rampant, aux yeux globuleux, sorte d insecte humain ou encore embryon monstrueux [repr. p. 15]. «Qu ont-elles en commun, toutes ces images aussi diverses que nos peurs ou nos dégoûts irrationnels? Une destitution de l humain au profit de l organique ou de l effacement : voilà ce qu elles révèlent. [ ] Affleurements du vide, enlisements dans la matière 5.» Le Palais de Cheval, au premier coup d œil, fait penser à un monstre sorti d un roman de sciencefiction, une bête hétérogène, un agglomérat aussi fascinant qu inquiétant. Cette matière originelle, mystérieuse, nous la retrouvons également dans les céramiques de Johan Creten [repr. p. 20], de Rachel Kneebone [repr. p. 47] ou encore 2. Philippe Dereux, Petit traité des épluchures. Expériences et réflexions d un colleur de peaux, Paris, Julliard, 1966, réédition Vence, Pierre Chave, 1994, p «L art brut préféré aux arts culturels» [1949], in Jean Dubuffet, L Homme du commun à l ouvrage, Paris, Gallimard, 1973, p Rena Kano, «Takashi Shuji, sculpteur de l ombre», texte inédit. 5. Béatrice Steiner, «Affleurements du vide», in Art brut. Collection abcd / Bruno Decharme, Paris, Flammarion, 2014, p

64 d Elsa Sahal [repr. p ], suggérant des formes anthropomorphes ou animalières énigmatiques, organismes non-identifiés proliférant dans toutes les directions. La matière organique, réelle celle-là, est présente dans les épluchures que Philippe Dereux a collées les unes aux autres, créant ainsi des champs tactiles qui se présentent comme des subjectiles de la caresse [repr. p. 33] : «J ai oublié de dire dans l éloge des peaux de poires que leur toucher, toujours lorsque celles-ci sont collées et sèches, est particulièrement doux et voluptueux 6.» Travailler à partir de déchets, d objets trouvés d apparence banale, de «rebuts», de matériaux «peu nobles» : il peut s agir pour l artiste d un choix dicté par l économie de moyens, comme les pierres ramassées par le facteur Cheval, mais aussi d un lien à ces matières premières empreint d un certain mysticisme. Assistons-nous à un rituel de guérison, une conjuration de la mort, ou plutôt à l offrande sacrificielle d une partie du corps à l inconnu? Communier avec l univers, avec l au-delà, entrer en relation avec les esprits des morts : tel est l enjeu des entreprises médiumniques des artistes comme Léon Petitjean [repr. p. 43] ou Fernand Desmoulin [repr. p. 55] dont les œuvres semblent représenter quelques âmes envolées. On croise des foules de revenants ou, chez l artiste anglaise Madge Gill, une unique dame «noire» qui erre dans des labyrinthes architecturaux et nous fixe d un regard venu du fond des âges [repr. p. 115], tel ce bestiaire gardien du Palais, pris dans les filets de formes inextricables. Parfois, du magma sinueux, émergent non pas des figures entières mais uniquement des fragments de corps humains (la main chez Chelo González Amezcua [repr. p. 114]) ; ailleurs apparaissent des bribes d écriture (Peter Kapeller [repr. p. 101], Emmanuel Deriennic [repr. p. 51]), à l instar de celles qui truffent les murs du Palais idéal et ponctuent le parcours labyrinthique de son intérieur. Il semblerait que la seule solution trouvée par tous ces artistes pour parvenir à atteindre et parfois même à renverser Dieu soit de construire contre le vide, en usant de la répétition et souvent de la symétrie dans leurs structures pyramidales (cf. Patrick Gimel [repr. p ], Scottie Wilson [repr. p. 17, 63], Aloïs Wey [repr. p. 92], Zizi [repr. p. 93], Alexandro Garcia [repr. p. 23]). Néanmoins, la symétrie n est jamais parfaite : «Des irrégularités doivent s introduire dans la reproduction du même et il faut y passer du temps. Ce qui est automatique doit rester autographe 7.» Certains de ces monuments-ornements architecturaux sont explicitement empreints de significations religieuses, de croyances populaires et de l esprit œcuménique que l on retrouve non seulement chez les artistes spirites mentionnés auparavant, mais aussi dans les cas de Vasilij Romanenkov [repr. p. 62] et Fleury-Joseph Crépin [repr. p ] ; d autres semblent plus «laïques» (cf. les gouaches de Philippe Dereux [repr. p ]). Les compositions élaborées du Russe Alexandre Pavlovitch Lobanov [repr. p. 110] se distinguent par des motifs ornementaux issus d un savant mélange : celui de l iconographie populaire, de la propagande de l État soviétique et d un délire personnel autour des armes de chasse. La répétition de motifs architecturaux abstraits accompagnés de figures anthropomorphes qui s extraient brièvement de ceux-ci, rappelant parfois des dessins orientaux ou des ouvrages textiles mais on pourrait tout aussi bien imaginer des strates de galeries minières, caractérise l œuvre d Augustin Lesage [repr. p ], un mineur du nord de la France devenu peintre. Le «terril de charbon plus léger qu un oiseau» de l artiste Stéphane Thidet [repr. p. 69] monument instable et éphémère fonctionne ici comme une réponse à la peinture de Lesage. Pour Thidet, il est «avant tout un tas, une forme sculpturale primitive, un geste premier de la sculpture. Un tas de confettis noirs, comme les cendres d une fête» Il dit avoir souhaité «partir de la légèreté pour en arriver à la forte pesanteur 8». Autre réponse aux motifs géométriques de Lesage, à son imagination cosmopolite féconde nourrie d influences égyptiennes, persanes, chinoises et assyro-chaldéennes : les sculptures céramiques de l artiste autrichien Elmar Trenkwalder [repr. p. 45]. Ses sources d inspiration seraient à chercher dans les circonvolutions et les débordements de l architecture baroque et néo-classique ainsi que dans des sculptures érotiques qu on peut trouver sur certains temples asiatiques ou indiens. À l encontre de Lesage, Trenkwalder prend plus de recul par rapport à ses œuvres pour être pris entièrement au sérieux c est peut-être notre époque qui veut ça mais ses sculptures, sortes d architectures fantasmatiques érotisées qui entrelacent espaces intérieurs et extérieurs, ne se veulent pas non plus transgressives. La beauté seraitelle ici le dernier rempart contre l horreur 9? Les assemblages de Trenkwalder ornés de gargouilles et d autres formes composites difficilement identifiables, jouant sur l indistinction entre l humain et l animal et qui ne sont pas sans rappeler les Vögeli 10 d Adolf Wölfli, peuvent être également mis en rapport avec d autres objets rituels ou religieux (cf. le masque de Giovanni Battista Podestà [repr. p. 108], le «totem» de Camille Renault [repr. p. 85], le stupa [repr. p. 22], 6. Philippe Dereux, op. cit., p Frédéric Paul, «De haut en bas et de bas en haut, Augustin Lesage et Elmar Trenkwalder, rencontre de deux alchimistes», in Augustin Lesage Elmar Trenkwalder. Les inspirés, cat. exp., Paris / Lyon, La Maison rouge / Fage Éditions, 2008, p Stéphane Thidet, dans un mail à l auteur. 9. Béatrice Steiner, art. cité, p Des dessins d oiseaux très sommaires, qu on retrouve ailleurs dans l œuvre de Wölfli, avec toutes les connotations sexuelles que cet élément récurrent comporte habituellement. 139

65 les coiffes portées pendant des rituels d initiation [repr. p. 109]), d autres élévations de toutes sortes (cf. la tour de Yuri Vassilievitch Titov [repr. p. 24], empreinte d un délire mystique). Mais on devrait plutôt parler des religions au pluriel, car les objets exposés se font l écho de l œcuménisme social présent dans l œuvre grandiose du facteur Cheval, qui n a pas hésité à intégrer dans son Palais une mosquée «Allah et ses jardins de délices. Mosquée» et des phrases comme «Pour les hommes de bien tous les peuples sont frères. Notre devise à nous est de les aimer tous». Le bénitier ici exposé [repr. p. 32] est un autre objet en rapport plus explicite avec le Palais lui-même, les modelages protubérants d oiseaux, figures humaines et animaux qui ornent et composent ses murs : «En effet, le facteur ne taillait pas la pierre, il la complétait souvent, au mortier de chaux, et sculptait ainsi têtes, queues, ce qui lui semblait nécessaire pour obtenir la figure désirée 11.» Ces éléments architecturaux issus de contextes géographiques et historiques très différents invitent également à réfléchir sur l éphémère, à la dimension temporaire, sur la destruction imposée par le temps. Comme le facteur Cheval, A.C.M. ramasse et collectionne des objets en voie de désagrégation qu il trouve dans son village. L œuvre d A.C.M. [repr. p ], ce sont des architectures, peuplées de bêtes et de figures humaines, composées d éléments hétérogènes, des prélèvements issus de machines étrangères les unes aux autres réveils, transistors, interrupteurs, tous débris de la technologie moderne de notre civilisation, qu il colle avec une petite pince ou visse sur des carcasses de machines à écrire : temples indiens ou architectures baroques, tours de Babel ou nouvelles machines dont la fonction reste indéterminée. Certaines œuvres évoquent des navires échoués au fond des océans, rongés par l eau de mer, ou des objets organiques, dont la forme pourrait s amplifier indéfiniment, par l ajout de nouvelles greffes, de nouvelles strates. La surface de ces assemblages se transforme et parfois se désagrège à cause de l action de l acide que l artiste utilise à tous les stades de la construction. Elle recueille les effets texturaux, l empreinte du temps, comme une peau. L acide, mélangé à de l enduit et de la limaille, forme une pellicule corrosive qui unifie les faces / parois en même temps qu elle les fragilise. Entre «violence sur la matière et création des formes», A.C.M. construit tout en déconstruisant, dans un mouvement dialectique complexe, comme s il souhaitait mettre en scène des forces antinomiques, maintenir un équilibre entre elles. Le hasard y joue un grand rôle car l artiste ne peut pas anticiper les modifications de texture provoquées par l acide ; la forme finale lui échappe. Ce tout organique impose donc son autonomie. La fragilité méditative, la lenteur, le passage du temps, on les retrouve dans les sculptures du photographe allemand Dieter Appelt [repr. p. 25], perché nu au sommet de sa tour, comme le facteur, photographié au sommet de son Palais, mais aussi dans les accumulations que représentent les images architecturales de l artiste tchèque Zbyn k Semerák [repr. p. 42], dans les villes imaginaires gravées à l eau-forte de Victorien Sardou [repr. p. 54] ou les cathédrales de Marcel Storr [repr. p. 57] qui, 11. Pierre Constant, «La restauration du Palais idéal du facteur Cheval», in Jean-Pierre Jouve, Claude et Clovis Prévost, Le Palais idéal du facteur Cheval. Quand le songe devient réalité, Hédouville, ARIE, 1994, p. VI

Situation d apprentissage et d évaluation en ARTS PLASTIQUES 1 er cycle primaire

Situation d apprentissage et d évaluation en ARTS PLASTIQUES 1 er cycle primaire Situation d apprentissage et d évaluation en ARTS PLASTIQUES 1 er cycle primaire : Durée : 3-4 périodes ½ période : préparation 2-3 périodes : réalisation ½ période : intégration Proposition de création

Plus en détail

LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1

LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1 LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1 ISOLER REPRODUIRE TRANSFORMER ASSOCIER - priver de contexte : copier - modifier, dissocier, - rapprocher, juxtaposer, Supprimer doubler fragmenter, effacer, ajouter, superposer,

Plus en détail

SALVADOR DALÍ, Œuvres sur papier 1931-1981

SALVADOR DALÍ, Œuvres sur papier 1931-1981 SALVADOR DALÍ, Œuvres sur papier 1931-1981 Exposition du 30 novembre 2012 au 23 février 2013 Machine à coudre aux parapluies, 1951, gouache et encre sur papier,25 x 32 cm La Galerie Messine est heureuse

Plus en détail

Tania Mignacca. Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone

Tania Mignacca. Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone Question Présentez-vous : Nom Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone Ville Biographie Mot clé choisi Résumé Answer Individu Tania Mignacca Montréal Illustratrice

Plus en détail

Le travail de l Atelier Jade

Le travail de l Atelier Jade Le travail de l Atelier Jade Jacques Devillers Graphiste de l invisible Jacques Devillers naît le 4 septembre 1921 à Amiens dans une famille d architectes. Après une formation en philosophie et un passage

Plus en détail

TO Théâtre de l Orangerie 66 c, quai Gustave-Ador 1207 Genève. Genève, 31.03.2014. «Derrière une feuille» Francesca Reyes-Cortorreal.

TO Théâtre de l Orangerie 66 c, quai Gustave-Ador 1207 Genève. Genève, 31.03.2014. «Derrière une feuille» Francesca Reyes-Cortorreal. FICHE COMM MODèLE 2014 - Saison#3 TITRE DE événement-exposition : «Derrière une feuille» AUTEURE : Francesca Reyes-Cortorreal artiste peintre GENRE : Installation de tableaux (techniques mixtes) DURéE

Plus en détail

Naoya Hatakeyama Naoya Hatakeyama

Naoya Hatakeyama Naoya Hatakeyama TERRILS Prix public 35! Livre de 104 pages format vertical 25 x 30 Couverture cartonnée, cahier central texte sur papier Old Mill 42 photographies de Naoya Hatakeyama Texte Naoya Hatakeyama Parution prévue

Plus en détail

Le Petit Musée Fiche pédagogique - à découvrir en classe ou à la maison

Le Petit Musée Fiche pédagogique - à découvrir en classe ou à la maison Le Petit Musée Fiche pédagogique - à découvrir en classe ou à la maison Nom : Prénom : Classe : Naissance du collage Pablo Picasso, Nature morte à la chaise cannée, 1912 Max Ernst, Le Rossignol chinois,

Plus en détail

Son père pendant son immobilisation, avait fait installer des miroirs au dessus de son lit. Elle s est tout naturellement prise comme modèle

Son père pendant son immobilisation, avait fait installer des miroirs au dessus de son lit. Elle s est tout naturellement prise comme modèle MEXIQUE ETATS-UNIS Le drapeau mexicain Le fait qu elle le tienne dans sa main gauche indique qu elle préfère son pays d origine Le drapeau américain Il flotte dans la fumée des cheminées d usine C est

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

Carnet de jeux. musée des beaux-arts de Liège

Carnet de jeux. musée des beaux-arts de Liège Carnet de jeux musée des beaux-arts de Liège Luis Enrique Salazar est né en 9 à San Sebastian (Pays Basque Espagne). L enfance de l artiste est marquée par l atmosphère tendue qui règne dans l Espagne

Plus en détail

Habiter le musée plutôt que le traverser!

Habiter le musée plutôt que le traverser! Habiter le musée plutôt que le traverser! «Les images ne sont pas un simple auxiliaire de l écrit. Elles sont déclencheur d émotions et de pensées, et porteurs de messages. Cet apprentissage relève d une

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

Antoine de Margerie. dossier de presse. Les horizons sensibles

Antoine de Margerie. dossier de presse. Les horizons sensibles dossier de presse Antoine de Margerie Les horizons sensibles Hôtel Estrine 8, rue Estrine 13210 Saint-Rémy-de-Provence Tél. 04 90 92 34 72 www.musee-estrine.fr 6 septembre - 29 novembre 2015 Antoine de

Plus en détail

Classe de CP, école du Fayet à Félines 07340. Séquence sur les tableaux de Kor Onclin. Document élaboré par Pascaline Vigne PEMF.

Classe de CP, école du Fayet à Félines 07340. Séquence sur les tableaux de Kor Onclin. Document élaboré par Pascaline Vigne PEMF. Séances objectifs Déroulement Autres propositions Séances en amont (sans connaître Kor Onclin et sans savoir que ses tableaux seraient bientôt dans la classe) Séance 1 Langage & sensibilisation Histoire

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

Guide en image pour démarrer ANIMAUX ABORIGENES

Guide en image pour démarrer ANIMAUX ABORIGENES MASQUE PRECOLOMBIEN Art précolombien 1 feuille A4 - Pinceau brosse moyen Gouache noire Pastel gras couleur de la terre claire- 1/Recouvrir la surface de couleur «terre claire» avec le pastel gras en utilisant

Plus en détail

Gilberto Güiza Rojas

Gilberto Güiza Rojas La représentation du travail et le (jeu de) rôle du travailleur Gilberto Güiza Rojas Présentation de portfolio artistique Le quotidien comme succession de fragments liés par le tissu de l individu Ma

Plus en détail

Le Droit à la Non Discrimination

Le Droit à la Non Discrimination CM1 B -2014- Le Droit à la Non Discrimination Le 5 décembre 2013, Nelson Mandela est décédé à l âge de 94 ans dans son village natal en Afrique du Sud. Une pensée particulière à ce grand pionnier des droits

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : 1. PRÉSENTATION 2. CONSIGNES DE PASSATION 3. ÉLÉMENTS D OBSERVATION DES PRODUCTIONS

NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : 1. PRÉSENTATION 2. CONSIGNES DE PASSATION 3. ÉLÉMENTS D OBSERVATION DES PRODUCTIONS NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : ÉCOLE - GRANDE SECTION MAÎTRISE DU LANGAGE FAMILIARISATION AVEC LE MONDE DE L ÉCRIT Reconnaître des caractéristiques du livre et de l écrit Couverture

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 L objectif de cet atelier de pratique est de travailler avec les documents pédagogiques (affiche, carteélève) qui favorisent

Plus en détail

Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM. Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN. LARDEUX Solenn

Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM. Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN. LARDEUX Solenn Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN LARDEUX Solenn Créer un projet ayant pour intitulé «réalisation artistique personnelle» laisse une très grande liberté.

Plus en détail

Utilisation du Cahier de vie et d écrits au cycle 1

Utilisation du Cahier de vie et d écrits au cycle 1 Utilisation du Cahier de vie et d écrits au cycle 1 Fiches séances Thème n 2 Concevoir une page à partir d activités vécues en classe Domaines S approprier le langage Découvrir l écrit Devenir élève Fonction

Plus en détail

Projet pluridisciplinaire CM2 Phase 3 : Réinvestir

Projet pluridisciplinaire CM2 Phase 3 : Réinvestir Projet pluridisciplinaire CM2 Phase 3 : Réinvestir Phase 3 : Réinvestir Permettre à l élève de réinvestir les apprentissages en réalisant un projet personnel : «Mes mémoires de paix». Produire : L élève

Plus en détail

Activités pour le début de l année scolaire

Activités pour le début de l année scolaire Activités pour le début de l année scolaire A. Dans une classe primaire. 1. Les photos : Le premier jour de la nouvelle classe, prenez une photo individuelle de chaque élève et plusieurs de la classe ensemble.

Plus en détail

DOSSIER PÉDAGOGIQUE PRIMAIRE

DOSSIER PÉDAGOGIQUE PRIMAIRE DOSSIER PÉDAGOGIQUE PRIMAIRE Dossier pédagogique niveau primaire Exposition «Victor Hugo en exil» Ce dossier pédagogique s adresse aux professeurs de 5 e et 6 e primaire, désireux de faire découvrir à

Plus en détail

Communiqué de synthèse p. 3. Synopsis p. 4. Le peintre Antoine Duclaux p. 5. Séquences d exposition p. 6. Autour de l exposition p.

Communiqué de synthèse p. 3. Synopsis p. 4. Le peintre Antoine Duclaux p. 5. Séquences d exposition p. 6. Autour de l exposition p. Sommaire Communiqué de synthèse p. 3 Synopsis p. 4 Le peintre p. 5 Séquences d exposition p. 6 Autour de l exposition p. 7 Renseignements pratiques p. 8 Le musée départemental du Bugey-Valromey p. 9 Photothèque

Plus en détail

ARTS PLASTIQUES. «La relation entre la forme et l idée» "Le talent, c est avoir l envie de faire quelque chose" Jacques Brel

ARTS PLASTIQUES. «La relation entre la forme et l idée» Le talent, c est avoir l envie de faire quelque chose Jacques Brel ARTS PLASTIQUES Programmation des classes de 2 nde : année scolaire 2014-2015 «La relation entre la forme et l idée» "Le talent, c est avoir l envie de faire quelque chose" Jacques Brel Nature morte d

Plus en détail

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg. Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ 1 Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/

Plus en détail

BIENVENUE À LA MAISON DES ARTS

BIENVENUE À LA MAISON DES ARTS BIENVENUE À LA MAISON DES ARTS LIVRET JEU POUR ENFANTS Exposition du 17 janvier au 24 mars 2013 «Au pays du jamais-jamais» Anne Brégeaut Bienvenue à toi jeune visiteur! Tu as pris place à bord du vol 2413

Plus en détail

CREATION D IMAGIERS ACTIVITES D ECRITURE

CREATION D IMAGIERS ACTIVITES D ECRITURE ACTIVITES D ECRITURE CREATION D IMAGIERS Cycle 1 Mettre des mots dans des imagiers sans mots. Selon l objectif de l enseignant, une collection d images aura été constituée. On laissera librement jouer

Plus en détail

Berkeley Center for new media

Berkeley Center for new media Berkeley Center for new media Greg Niemeyer : Comme nous le savons, le monde visuel consiste en une réflexion de la lumière qui est constituée elle même de molécules. La lumière se diffuse par ondes dont

Plus en détail

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD DANS LE CADRE DU COURS AVM4000 GROUPE : 40 CRÉATION ET ENSEIGNEMENT DES ARTS

Plus en détail

14 avril 1912 14 avril 2012

14 avril 1912 14 avril 2012 14 avril 1912 14 avril 2012 24/02/12 10:18 Découvrez l histoire du plus célèbre naufrage du xx e siècle, Le Titanic, à travers le témoignage étonnant de l un des survivants, Michel Navratil C était un

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

AFFICHE LE VOLEUR DE BICYCLETTE

AFFICHE LE VOLEUR DE BICYCLETTE AFFICHE LE VOLEUR DE BICYCLETTE (Italie-1948 - Noir et Blanc-1H25min) 1 Synopsis 2 Commentaires 3 Fiche technique 4 Autour du film Pour préparer le film 1 - Découvrir l affiche a -. Quelle est la technique

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

GEORGES ROUSSE 2012 DE L ART EN TAULE QUI VAUT DE L OR

GEORGES ROUSSE 2012 DE L ART EN TAULE QUI VAUT DE L OR JOURNEES EUROPEENNES DU PATRIMOINE VISITE DE LA PRISON SAINT PAUL LYON - 15 & 16 SEPTEMBRE AVEC L UNIVERSITE CATHOLIQUE DE LYON GEORGES ROUSSE 2012 DE L ART EN TAULE QUI VAUT DE L OR ARTISTE PLASTICIEN

Plus en détail

les Collections musée d Art et d Histoire Louis-Senlecq Un espace pérenne spécialement réaménagé au rez-de-chaussée Communiqué de presse Octobre 2015

les Collections musée d Art et d Histoire Louis-Senlecq Un espace pérenne spécialement réaménagé au rez-de-chaussée Communiqué de presse Octobre 2015 musée d Art et d Histoire Louis-Senlecq L Isle-Adam, Val-d Oise Communiqué de presse Octobre 2015 Regard sur les Collections Réouverture du musée d Art et d Histoire Louis-Senlecq Exposition du 24 janvier

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Gérard Garouste, éloge du questionnement

Gérard Garouste, éloge du questionnement Peinture Entretien avec Philippe Piguet Gérard Garouste, éloge du questionnement Face à la critique radicale de l acte de peindre, reprendre la peinture à l origine. La confronter aux Maîtres du passé

Plus en détail

Communiqué de presse. Louis German. 1863-1946 Peintre cannois de la mer et de la lumière

Communiqué de presse. Louis German. 1863-1946 Peintre cannois de la mer et de la lumière Communiqué de presse Louis German 1863-1946 Peintre cannois de la mer et de la lumière Exposition du mardi 10 au mercredi 25 janvier 2012 - Espace Miramar Cannes EXPOSITION PROLONGÉE JUSQU AU DIMANCHE

Plus en détail

On a volé La plage de Sainte-Adresse!

On a volé La plage de Sainte-Adresse! On a volé La plage de Sainte-Adresse! par Ana 5e Aza 4e Ahmed 5e Dagman 5e Emilienne 6e Taïmoor 3e Jeudi 5 Mai 2011 08:32 Chapitre 1 Salut! Je m' appelle Séléna, j' ai 16 ans. Les vacances viennent de

Plus en détail

L ANIMALITÉ ET LA SORCELLERIE

L ANIMALITÉ ET LA SORCELLERIE PLAISIRS, DÉPLAISIRS, LE BESTIAIRE AMOUREUX D ANNETTE MESSAGER L ANIMALITÉ ET LA SORCELLERIE Scénario et réalisation : Heinz Peter Schwerfel Coproduction : Centre Pompidou, WDR Artcore Film, Centre Pompidou,

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

dans le silence des lieux un travail photographique

dans le silence des lieux un travail photographique 156 le sujet dans la Cité dans le silence des lieux un travail photographique Léa Crespi Entretien avec Christine Delory-Momberger Léa Crespi est une jeune photographe indépendante 1. Elle est diplômée

Plus en détail

GREGORY MARKOVIC Dessins

GREGORY MARKOVIC Dessins Dossier de presse GREGORY MARKOVIC Dessins Exposition du 5 février au 28 mars 2010 Vernissage le 4 février à partir de 18h30 La Galerie Particulière 16 rue du Perche 75003 Paris +33.(0)1.48.74.28.40 www.lagalerieparticuliere.com

Plus en détail

Exposition Thibault Hazelzet

Exposition Thibault Hazelzet Exposition Thibault Hazelzet 11 septembre au 30 octobre 2010 _ vernissage le samedi 11 septembre de 15h à 22h rencontre à la galerie avec François Jaudon (philosophe) et Thibault Hazelzet le mercredi 13

Plus en détail

Ce rêve est devenu réalité.

Ce rêve est devenu réalité. Vous venez de trouver une règle mise en ligne par un collectionneur qui, depuis 1998, partage sa collection de jeux de société et sa passion sur Internet. Imaginez que vous puissiez accéder, jour et nuit,

Plus en détail

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts.

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. I - Avec des œuvres originales : Quelques attitudes permettant de diversifier

Plus en détail

Le carnet culturel n est pas. Comment le mettre en place et le faire vivre en classe?

Le carnet culturel n est pas. Comment le mettre en place et le faire vivre en classe? Année 2012-2013 Circonscription de Tours Centre Le carnet culturel Comment le mettre en place et le faire vivre en classe? Proposition des formateurs à compléter par les observations des enseignants Le

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Programme des activités pour les scolaires 2015 2016

Programme des activités pour les scolaires 2015 2016 MUSEE DES BEAUX-ARTS Programme des activités pour les scolaires 2015 2016 Découvrir le musée en s amusant, apprendre à regarder les œuvres d art et les objets, créer en toute liberté dans l atelier toutes

Plus en détail

Initiation à l histoire de l art

Initiation à l histoire de l art Niki de Saint Phalle II Niki de Saint Phalle (1930-2002) aborde l art en autodidacte. Elle commence à peindre en 1952. Ses tableaux plâtrés : «Les Tirs» (1960) auxquels sont attachés des poches de peinture

Plus en détail

Témoignage de Jean-Pierre Bénisti

Témoignage de Jean-Pierre Bénisti L HOMME Bénisti Témoignage de Jean-Pierre Bénisti Parler de son père n est pas aisé; je vais cependant tenter de le faire. Je voudrais d abord saluer le père que Louis Bénisti a été, lui qui n a pas eu

Plus en détail

Le livre dont vous êtes les héros

Le livre dont vous êtes les héros Journal d un petit trésor qui grandit Mamie et MOI Papi, Le livre dont vous êtes les héros Toujours, je veillerai sur toi Journal d un petit trésor qui grandit Le livre dont vous êtes les héros Gilles

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

que vous êtes devenu avocat et que vous avez consacré votre vie à la justice. Discours pour Maître Roux

que vous êtes devenu avocat et que vous avez consacré votre vie à la justice. Discours pour Maître Roux Discours pour Maître Roux Maître Roux, Cher François Mesdames et Messieurs, Chers amis, Nous sommes réunis ce soir pour rendre hommage à la personne exceptionnelle que vous êtes, exceptionnelle par votre

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

CV ARTISTIQUE. Comment raconter son histoire? Je n en ai aucune idée mais je vais tenter d en dresser un portrait tout relatif.

CV ARTISTIQUE. Comment raconter son histoire? Je n en ai aucune idée mais je vais tenter d en dresser un portrait tout relatif. CV ARTISTIQUE Nom : Bellon Prénom : Thibaut Pseudonyme : Tikivisions Date de naissance : 8 février 1977 Lieu de naissance : Haine Saint-Paul Nationalité : Belge Adresse : 23, rue de l Eglise ; 5150 Franière

Plus en détail

Histoire de la photographie

Histoire de la photographie Histoire de la photographie Séquence 1 Qu'est ce que la photographie? L'invention de la photo fut animée par la volonté de fixer ou de garder une impression visuelle. La photographie a vu son évolution

Plus en détail

La nuit pendant que vous dormez Lycée Jean Monnet - Yzeure

La nuit pendant que vous dormez Lycée Jean Monnet - Yzeure La nuit pendant que vous dormez Lycée Jean Monnet - Yzeure DOSSIER PEDAGOGIQUE Exposition des Œuvres de la collection du FRAC Auvergne dans le cadre de l Espace de Rencontre avec l Œuvre d Art Du 23 janvier

Plus en détail

Nouvelle exposition. Du 9 avril 2011 au 12 mars 2012 «DES BETES» Jacques Prévert et Ylla. Crédit photo : Ylla Ylla / Rapho

Nouvelle exposition. Du 9 avril 2011 au 12 mars 2012 «DES BETES» Jacques Prévert et Ylla. Crédit photo : Ylla Ylla / Rapho Crédit photo : Ylla Ylla / Rapho Crédit photo : Autruche Ylla / Rapho Crédit photo : Ylla / Rapho Nouvelle exposition Du 9 avril 2011 au 12 mars 2012 «DES BETES» Jacques Prévert et Ylla Maison Jacques

Plus en détail

Guide du petit visiteur. Exposition HAÏKU CONVERSATIONS AUTOUR DU PAYSAGE JEAN-FRANÇOIS VAN HAELMEERSCH, NATHALIE AMAND, PAUL ROLAND

Guide du petit visiteur. Exposition HAÏKU CONVERSATIONS AUTOUR DU PAYSAGE JEAN-FRANÇOIS VAN HAELMEERSCH, NATHALIE AMAND, PAUL ROLAND Guide du petit visiteur Exposition HAÏKU CONVERSATIONS AUTOUR DU PAYSAGE JEAN-FRANÇOIS VAN HAELMEERSCH, NATHALIE AMAND, PAUL ROLAND DU 13 AVRIL AU 10 MAI Arrêt59, Centre Culturel de Péruwelz Petits jeux

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 3 ème Période historique : XXème siècle Moment choisi : Guerre de Corée Thématique : Arts, Etats, pouvoir Sujet : Guerre froide Domaine artistique : Art du visuel Œuvre : Massacre

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

Quality Street Nicolas Chardon

Quality Street Nicolas Chardon La vitrine frac île-de-france, le plateau, paris Quality Street Nicolas Chardon 14.10 22.11.15 Entretien entre Nicolas Chardon et Gilles Baume Gilles Baume : Pour la vitrine, tu proposes un projet contextuel,

Plus en détail

Sommaire. introduction. chapitre 1. chapitre 2. chapitre 3. chapitre 4. chapitre 5

Sommaire. introduction. chapitre 1. chapitre 2. chapitre 3. chapitre 4. chapitre 5 Sommaire introduction 6 «Tu connais cette nature-là, des arbres superbes pleins de majesté et de sérénité [ ].» chapitre 1 12 Une passion pour les arbres chapitre 2 32 Les arbres des Pays-Bas chapitre

Plus en détail

LES$METIERS$DU$LIVRE$!

LES$METIERS$DU$LIVRE$! LES$METIERS$DU$LIVRE$ L auteur - et, s il y en a un, l illustrateur - passent avec l éditeur un "contrat d édition". Une fois la maquette réalisée, elle part pour l imprimerie. L auteur et l illustrateur

Plus en détail

Livre d artiste. Année 2013. Naissance d une œuvre de la couleur. Hommage à Albert Camus. (1913-1960) Gravures originales / HAKIM BEDDAR

Livre d artiste. Année 2013. Naissance d une œuvre de la couleur. Hommage à Albert Camus. (1913-1960) Gravures originales / HAKIM BEDDAR Livre d artiste Année 2013 Naissance d une œuvre de la couleur. Hommage à Albert Camus. (1913-1960) Gravures originales / HAKIM BEDDAR Ce livre d artiste a été réalisé, à l occasion du centenaire de la

Plus en détail

Bonjour, Dossier de presse - Exposition Emmanuel Michel - Madagascar - Galerie Bénédicte Giniaux - Bergerac - 1/7

Bonjour, Dossier de presse - Exposition Emmanuel Michel - Madagascar - Galerie Bénédicte Giniaux - Bergerac - 1/7 Bonjour, Veuillez trouver ci-dessous le dossier de presse de l exposition d Emmanuel Michel à Bergerac en novembre prochain. Pour toute information complémentaire, demande de visuel ou projet d interview

Plus en détail

L AUTEUR. Docteur en sciences humaines et enseignante, Judith Charles s intéresse depuis son plus jeune âge à la cartomancie.

L AUTEUR. Docteur en sciences humaines et enseignante, Judith Charles s intéresse depuis son plus jeune âge à la cartomancie. L AUTEUR Docteur en sciences humaines et enseignante, Judith Charles s intéresse depuis son plus jeune âge à la cartomancie. À 39 ans, elle publie son premier livre sur le tarot de Marseille. Elle souhaite

Plus en détail

ARTS VISUELS PROPOSITION D EXERCICES-1 re À 8 e année. Techniques. Atelier pour 3 e année. Atelier pour 1 re année

ARTS VISUELS PROPOSITION D EXERCICES-1 re À 8 e année. Techniques. Atelier pour 3 e année. Atelier pour 1 re année ARTS VISUELS PROPOSITION D EXERCICES-1 re À 8 e année Techniques Atelier pour 1 re année J imprime un monotype B1.4 utiliser des techniques simples dans ses propres œuvres (p. ex., dessin à la craie, peinture

Plus en détail

Qui sommes-nous? Le déroulement de l atelier. Les objectifs pédagogiques. Les thèmes abordés dans cette exposition. Les intervenants.

Qui sommes-nous? Le déroulement de l atelier. Les objectifs pédagogiques. Les thèmes abordés dans cette exposition. Les intervenants. Qui sommes-nous? Le déroulement de l atelier Les objectifs pédagogiques Les thèmes abordés dans cette exposition Les intervenants Notre plus-value Tarifs Infos pratiques La Folie des Arts est une galerie

Plus en détail

L Art de devenir artiste créateur de sa propre vie!

L Art de devenir artiste créateur de sa propre vie! L Art de devenir artiste créateur de sa propre vie! Calendrier des Activités Mise à jour le 21 août 2014 Conférences/Ateliers «UNE RENCONTRE UNIFICATRICE PAR LE BIAIS D UN ART NOUVEAU» Au Québec Horaire

Plus en détail

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition promotion 52-2012 Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition I N S A de Lyon Tristan Delizy Introduction Présentation du projet Ce PPH s intéresse à la scénographie de musée (mettre en espace

Plus en détail

1- Hôpital des Sœurs grises. 2- Église Notre-Dame

1- Hôpital des Sœurs grises. 2- Église Notre-Dame 1- Hôpital des Sœurs grises Plusieurs classes de personnes viennent en mes murs. Qu elles soient riches ou pauvres elles ont, pour la majorité, un point en commun. Elles viennent se faire soigner par des

Plus en détail

Autoportraits photographiques. Il s agit de se photographier soi-même (ce n est pas un portrait pris par un autre)

Autoportraits photographiques. Il s agit de se photographier soi-même (ce n est pas un portrait pris par un autre) Autoportraits photographiques Il s agit de se photographier soi-même (ce n est pas un portrait pris par un autre) 1-pratique photographique : en se montrant jouer sur les notions propres à la photographie

Plus en détail

Arts CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE

Arts CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE Arts VISÉES PRIORITAIRES Découvrir, percevoir et développer des modes d expression artistiques et leurs langages, dans une perspective identitaire, communicative et culturelle. CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE

Plus en détail

EXPOSITION GOTTFRIED SALZMANN Du 2 mai au 14 juin Au centre d'art de la métairie Bruyère

EXPOSITION GOTTFRIED SALZMANN Du 2 mai au 14 juin Au centre d'art de la métairie Bruyère EXPOSITION GOTTFRIED SALZMANN Du 2 mai au 14 juin Au centre d'art de la métairie Bruyère Possibilité de réaliser, en parallèle de la visite de l'exposition, un atelier de gravure. Pour tous renseignements

Plus en détail

Service éducatif et culturel

Service éducatif et culturel Service éducatif et culturel Activités pour groupes de personnes handicapées Adultes, jeunes et enfants Le Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris accueille tous les publics en situation

Plus en détail

Bob Mayer. Écrire un roman et se faire publier

Bob Mayer. Écrire un roman et se faire publier Bob Mayer Écrire un roman et se faire publier, 2008 pour le texte de la présente édition, 2014 pour la nouvelle présentation ISBN : 978-2-212-55815-9 Sommaire INTRODUCTION... 1 Outil n 1. Vous-même...

Plus en détail

DU 4 au 25 juin 2016

DU 4 au 25 juin 2016 Exposition des élèves de l Atelier de Formation aux Arts Plastiques de la Ville de Colmar DU 4 au 25 juin 2016 Espace d Art Contemporain André Malraux 4 rue Rapp - 68000 COLMAR Renseignements : 03 89 24

Plus en détail

Tony GARNIER. Son projet de «Cité industrielle» révolutionne l urbanisme et l architecture

Tony GARNIER. Son projet de «Cité industrielle» révolutionne l urbanisme et l architecture Architecte urbaniste, ce Lyonnais visionnaire conçoit, dès 1917, les bases de l urbanisme actuel et à ce titre, influence durablement l architecture contemporaine. Tony GARNIER Né le 13 août 1869 à 10

Plus en détail

Du 12 mai au 30 juillet 2012. Au Musée des Arts Naïfs et Populaires de Noyers sur Serein

Du 12 mai au 30 juillet 2012. Au Musée des Arts Naïfs et Populaires de Noyers sur Serein Du 12 mai au 30 juillet 2012 Au Musée des Arts Naïfs et Populaires de Noyers sur Serein "Noyers: les cabanes de vignes vues par un peintre, François Poitout" Crédit photos: François Poitout Textes extraits

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

Travail sur les techniques

Travail sur les techniques EXEMPLES D ACTIVITES POUR TRAVAILLER L ILLUSTRATION Travail sur les techniques - Rechercher et savoir repérer les différentes techniques utilisées dans l'illustration des livres de littérature de jeunesse

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

LES 7 SECRETS DE SORCIERS

LES 7 SECRETS DE SORCIERS Auteur : Michel MAGIE & SORCIERS LES 7 SECRETS DE SORCIERS www.magie-sorciers.com et www.devenir-sorciers.fr Michel Préface Lorsque l on pratique la magie, ou encore plus lorsque l on désire pratiquer

Plus en détail

Anne-Marie Pansart. Emotions

Anne-Marie Pansart. Emotions Emotions 17 janvier 1948, artiste plasticienne allie les techniques du dessin, de la peinture et de la photo pour faire transparaître la beauté de la lumière avec passion. Lors de ses études de médecine

Plus en détail

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR Activités éducatives pour les 8 à 9 ans ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR HABILETÉS FINANCIÈRES ÉPARGNER UTILISER UN COMPTE DANS UNE INSTITUTION FINANCIÈRE FAIRE UN BUDGET SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Apprendre

Plus en détail

Je vous mets au défi de réaliser un jardin sensoriel facilement transportable (Cycle 1)

Je vous mets au défi de réaliser un jardin sensoriel facilement transportable (Cycle 1) Je vous mets au défi de réaliser un jardin sensoriel facilement transportable (Cycle 1) Réponse apportée par une classe de PS-MS de l école maternelle du Gué d Alleré, à travers un projet mené au cours

Plus en détail

Guide de préparation des funérailles

Guide de préparation des funérailles Guide de préparation des funérailles à l intention de la famille Les arrangements préalables L arrangement préalable consiste à préparer, à l avance, les dispositions qui seront prises lors de son propre

Plus en détail

CODEX CARTON / Le Troupô DOSSIER PEDAGOGIQUE

CODEX CARTON / Le Troupô DOSSIER PEDAGOGIQUE CODEX CARTON / Le Troupô DOSSIER PEDAGOGIQUE 1/ Présentation générale Le présent dossier est un bref tour d horizon de l univers développé par Nicolas Turon, acteur et metteur en scène de Codex Carton

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème HISTOIRE DES ARTS Classe : 4ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : Premier Empire Thématique : Mécénat Arts, Etats, pouvoir Sujet : Comment ce monument célèbre t -il la Révolution et l

Plus en détail