Les livres. Nous autres, modernes. Prix Guizot, 2006 ARTS, LETTRES ET SCIENCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les livres. Nous autres, modernes. Prix Guizot, 2006 ARTS, LETTRES ET SCIENCES"

Transcription

1 ARTS, LETTRES ET SCIENCES Les livres La publication d une recension n implique en aucune façon que La Jaune et la Roue soit d accord avec les idées développées dans l ouvrae en cause ni avec celles de l auteur de la recension. Nous autres, modernes Prix Guizot, 2006 Alain Finkielkraut Ellipses Édition Marketin SA*/Les Éditions de l École polytechnique* 2005 Ce livre reprend les conférences données par Alain Finkielkraut à l École. C est «l ébranlement de la modernité par elle-même» qu il a «voulu inlassablement explorer et interroer». Plutôt qu observer l intellience poser des questions au monde, Finkielkraut a préféré «les questions que le monde pose et impose à l intellience». Faut-il être moderne? Comment évolue la vie de l esprit du moderne, tiraillé entre la culture littéraire et la scientifique? Quelles sont les caractéristiques du XX e siècle? Jusqu où va la modernité, comment celle-ci pose la question des limites? Voilà les quatre parties de ce livre, la série des conférences de M. Finkielkraut. L ouvrae porte donc sur la modernité, mais aussi sur les patholoies inhérentes à celle-ci. Car pour Alain Finkielkraut, il y a en elle un moteur, en partie pervers, qui fait sans cesse évoluer l homme depuis plus de cinq siècles en Occident. Dans son Oratio de hominis dinitate, Pic de La Mirandole conçoit ce mécanisme dès 1482 en faisant parler Dieu au premier homme et qui lui dit : «Je ne t ai donné ni place déterminée ni visae propre, ni don particulier, ô Adam, afin que ta place, ton visae et tes dons, tu les veuilles, les conquiers et les possèdes par toi-même.» Sous couvert d une continuité trompeuse avec la Genèse et la Bible, l auteur met dans le discours divin une explicite déclaration d indépendance humaine. Ainsi, l homme va devenir alors «un être dont l air ne découle pas de l être, mais dont l être découle de l air Le phénomène humain n est plus substance mais liberté.» Et Bacon prolone la pensée de La Mirandole en exprimant un siècle et demi plus tard que «la dinité de l homme ne consiste plus dans l accomplissement de sa nature, mais dans ses possibilités infinies : il doit donc aller toujours de l avant et se dépasser»; quant à la vérité, elle «est fille du temps et non plus de l autorité». Et voilà le moteur lancé! Ses carburants sont la fascination du mouvement et la poussée vers l illimité. Dieu n est plus clef de voûte, mais alors il n y a plus de principe unificateur des activités humaines, celles-ci s éparpillent, et chacune poursuit sa propre léitimité (Ex. : «l Art pour l art», «Business is business»). Autre conséquence, on ne peut plus en vouloir à Dieu, il ne reste plus pour l homme moderne qu à se révolter contre son ou ses semblable(s) quand il(s) retarde(nt) le mouvement. La modernité est donc aussi un combat. L auteur décline les caractéristiques de cette évolution : a) dans différents domaines : la culture, de plus en plus divisée, dans l histoire du XIX e, siècle où s édifie le sens athée de l histoire, et dans celle du XX e, siècle de rande création culturelle, mais souillé par de l extrême barbarie; b) selon ses effets sur l être humain, la société et la nature : l être humain qui ne devient plus qu un consommateur du monde au risque d endormir sa conscience, et qui ne veut voir dans la mort qu un dysfonctionnement bioloique à retarder, voire à supprimer un jour ; les sociétés, qui sont de plus en plus démocrates ; la nature, de plus en plus malmenée par l homme ; et toutes leurs interactions. Cette évolution doit avoir des limites acceptables, ou sinon se réuler. Il y a, bien sûr, plusieurs étapes dans cette épopée de cinq siècles. Elles varient avec les époques, les thèmes, les enjeux, les acquisitions proressives de la science ou les techniques du moment, le deré d éclatement des activités humaines, les prises de conscience successives (ainsi l affaire Galilée, le Discours de la méthode, au siècle suivant le séisme de Lisbonne, la révolution de 1789 ; puis les deux uerres mondiales et la Shoah). Si Victor Huo exalte le prorès, Paul Claudel intère les chanements ultérieurs dans sa perception du monde. Et elle est moins enthousiaste Il y a pourtant des invariants : on retrouve toujours la poussée vers l illimité, la rationalisation du réel, la volonté prométhéenne de plier le réel et de l assujettir à l idéal, les effets traiques de cette volonté, enfin les combats fratricides. Les acteurs ou témoins cités de cette modernité sont notamment : Pic de La Mirandole, Bacon, Montaine, Galilée, Cervantès, Descartes, Swift, Burke, Michelet, LA JAUNE ET LA ROUGE MARS

2 Tocqueville, Marx, Tolstoï, Péuy, Valéry, Aron, Sartre, Husserl, Heideer, Hannah Arendt, Grossman, Foucault, Onfray, Kolakowski, Kundera, Levinas, Havel. Je rerette que Pascal ne soit cité qu une fois. Sa séparation en effet des trois ordres et des trois formes d intellience qu il leur associe l esprit de éométrie pour l ordre matériel, l esprit de finesse dans celui des relations humaines et l esprit de prophétie pour ce qui touche à l amour divin est une voie royale pour penser avec justesse. Elle permet d éviter bien des amalames, plaies de la modernité. Dans ce livre, il manque les associations, qui jouent un rand rôle dans la prise en compte des nécessaires limites de la modernité. La question de l arent est aussi éludée, alors qu il est une mesure commune aux choses, et qu à ce titre il renforce l approche déjà trop chiffrée de celles-ci. En outre, l arent fédère bien des activités dans le monde économique, uidé par «la main invisible» d un marché rendu sacro-saint par Adam Smith. Autre absent de marque, le concile de Vatican II, qui a remis plusieurs des aspects de la modernité dans une roborative perspective judéo-chrétienne, en particulier «Les Droits de l homme». Une dernière réserve : l auteur parle surtout de la modernité à la française. L expérience des pays étraners est limitée à l Anleterre (d où une très intéressante comparaison entre la révolution anlaise et la nôtre, celle de 1789), la révolution soviétique, le nazisme. A. Finkielkraut cite éalement quelques intellectuels récents de l Est européen. Il est en revanche très discret sur la modernité des autres pays latins et de l Amérique. Alors faut-il être moderne? Et A. Finkielkraut, fort de l exemple de Péuy et d Hannah Arendt retourne superbement la question : «Comment, lorsqu on est attaché à la promesse de ne laisser personne à la porte du monde hérité, ne pas être anti-moderne?» D une tonalité parfois traique, c est un bel ouvrae, d inspiration réco-judéo-chrétienne, brillant et nourrissant. Marqué par l anxieuse admiration pour l homme (malré son devenir prométhéen), la recherche sans relâche de «la petite bonté» et de l Amour, ce livre manque encore un peu de la lueur de l Espérance. * 32, rue Barue, Paris Cedex 15. * Palaiseau Cedex. Jean-Claude GODARD (56) Et si on inversait les pôles? quand notre Europe se réveillera André Danzin (39), Jean-Loup Feltz et Jacques Masurel Paris Aubin Éditeur** 2006 Ce livre de notre camarade André Danzin et de deux de ses amis arrive à son heure : il est clair que le problème du traité institutionnel européen redeviendra d actualité avec les élections présidentielles et léislatives en France et avec la présidence allemande de l Union européenne. L idée centrale est qu il est impossible de surmonter les défis identifiés et analysés dans ce livre par les seuls efforts d États-nations demeurés dispersés. Les auteurs en concluent, ce qui explique le titre de l ouvrae, que «l Union européenne étendue à vint-sept ou trente États membres doit ambitionner d être reconnue comme une puissance économique et éthique incontournable. Par l absence de toute ambition à caractère impérialiste et par l autorité morale que lui confère la réussite de sa pacification intérieure, elle peut devenir le premier pôle du monde nouveau en émerence.» Même si une telle ambition est hautement souhaitable, elle sera juée très optimiste par maint lecteur. Peu importe! Ce livre, lui aussi, est ambitieux ; mais il l est honnêtement et propose des analyses et des remèdes sans chercher à les imposer. Il commence par une lonue analyse des défis, mais aussi des prorès, du monde nouveau. Il cherche ensuite à identifier les points forts et les points faibles de l Union européenne. Comment sans cela pouvoir affirmer raisonnablement que cette Union peut devenir un pôle de civilisation et postuler qu il est possible d éviter le daner d un monde unipolaire? Ce faisant, les auteurs mettent en avant les mesures à prendre pour atteindre l objectif. Ils le font en terminant chacun des chapitres par des suestions adressées aux responsables politiques nationaux et européens. Excellente idée. Et c est par un tel cheminement qu ils parviennent à la conclusion majeure rappelée ci-dessus. On comprendra qu un tel livre ne se résume pas. En le lisant avec la même ouverture d esprit que celle des auteurs, chacun se sentira le devoir de se faire sa propre opinion sur les analyses et sur les remèdes, et surtout établira une hiérarchie entre l importance des divers défis et des divers objectifs. La situation du monde comme aussi celle de l Union européenne est trop complexe et semée d embûches pour qu une telle hiérarchie ne soit pas indispensable. Je ne crois pas que les auteurs le contesteraient, même si, sans doute par respect du lecteur, ils laissent celui-ci choisir les priorités avec le réalisme qui s impose. À mes yeux, le traité institutionnel auquel il est essentiel de parvenir et je ne dis pas constitutionnel doit certes reposer sur des principes clairs et loiques, ce qui était le 54 MARS 2007 LA JAUNE ET LA ROUGE

3 cas du projet rejeté par la France et les Pays-Bas (et virtuellement par le Royaume-Uni), mais il doit aussi être accompané, s aissant de ce point majeur : le contenu des décisions n exieant pas l unanimité, d une liste commentée de problèmes que les États membres ne sauraient maîtriser dans l aléa des accords interouvernementaux. Par exemple ceux de l énerie, des transports, de l immiration, de certains aspects de la politique étranère et de la défense mais, pour ces derniers, l immodestie ne serait pas plus réaliste que pour les questions sociales ou encore de fiscalité. Terminons par une boutade montrant que, sans être désabusé pour autant, on ne doit pas oublier l état d impréparation et de lamentable sous-information dans lequel se trouvent nos concitoyens (français et européens) : critiqué d abord pendant de lons mois parce que jué insuffisamment apprécié par rapport au dollar des États- Unis d Amérique, l euro est, depuis de lons mois, critiqué parce que trop fort par rapport à ce même dollar! ** 14, rue du Plateau des Glières, Saint-Étienne. M. D. INDJOUDJIAN (41) Moi, Étienne Jamet sculpteur français dans les rets de l Inquisition espanole André Turcat (40) Paris Éditions de Fallois*** 2006 Nous trouvons dans ce livre l illustration d un talent peu connu de notre camarade André Turcat. Ce roman décrit avec force détails la vie d un sculpteur français expatrié en Espane au XVI e siècle. Il est particulièrement intéressant car il utilise les sources fournies par les archives du tribunal de Cuenca, objet de la thèse d histoire de l art soutenue par André Turcat. En effet, le héros du roman a été traduit devant ce tribunal de l Inquisition en 1558 pour hérésie en cette époque du début de la Réforme. Le lecteur peut suivre la vie artistique de cette époque riche en évolution de l architecture reliieuse, avec l influence italienne de la Renaissance commençante et la vie de cette communauté d artistes et de mécènes. Simultanément, dans un style très aréable, l auteur nous fait vivre la période de la Réforme et de l Inquisition en se fondant sur des textes historiques. On peut suivre en détail la vie de ces hommes qui, par leur art, suivaient les prorès et innovaient eux-mêmes avec le soutien de leurs mécènes. Comme à notre époque, ils contestaient peu ou prou les vérités officielles avec les risques associés à cette audace. C est la raison pour laquelle Étienne Jamet a été saisi par les jues de l Inquisition qui nous ont léué des documents historiques de qualité qui ont été étudiés par André Turcat. La lecture de ce livre est aréable et son auteur, qui a le oût du détail, nous fait connaître avec un rand talent de conteur la vie d un de la Renaissance. Jacques BOUTTES (52) *** 22, rue de La Boétie, Paris. Tél. : Trop de pétrole! Énerie fossile et réchauffement climatique Henri Prévot (64), inénieur énéral des Mines Paris Éditions du Seuil 2007 Il est maintenant reconnu que la hausse de température de la planète de 0,6 au cours du XX e siècle est le fruit de l activité humaine et que cette hausse a toutes chances de se poursuivre et de s accélérer si on ne fait rien. Les scénarios présentés par les 400 experts du GIEC 1 à la conférence de janvier 2007 à Paris a montré à ce sujet un consensus parmi les scientifiques qui a balayé les quelques opinions diverentes qui pouvaient se faire entendre auparavant : suivant les hypothèses, la température pourrait monter au XXI e siècle de 2 à 8, avec des conséquences proprement catastrophiques sur le niveau des mers, le climat, la véétation et corrélativement sur les mouvements de population. Si la nécessité de contrôler les émissions de az à effet de serre est reconnue, les moyens d y arriver sont loin de faire l objet d un consensus. Il y a d un côté ceux qui disent «yaka» réduire la consommation d énerie ou «faukon» développe les éneries renouvelables. De l autre, ceux qui tiennent compte des réalités. L intérêt du livre d Henri Prévot (HP) est de faire une analyse claire et objective de la situation, en se ardant de tout a priori domatique. HP explique simplement la situation actuelle (8 GtC/an 2 rejetées dans l atmosphère sous forme de CO 2, dont 3,5 non absorbées par les océans ou les véétaux, d où une aumentation de la concentration de CO 2 de 280 à 370 ppm depuis le début de l ère industrielle) et les conséquences en cascade de l aumentation des az à effet de serre dans l atmosphère (aumentation de la teneur en vapeur d eau, autre az à effet de serre, fonte des laciers, diminution corrélative de l albédo 3, diminution de la capacité d absorption des forêts et des océans, libération du CO 2 et du CH 4 piéés dans les sols lacés ). Or, selon les scénarios des experts du GIEC, la concentration de CO 2 se stabiliserait à 650 ppm et la température moyenne de la terre aumenterait de 4 si on réussissait à maintenir au rythme actuel les émissions totales de CO 2 au cours des deux siècles à venir, soit au total 1500 GtC. La concentration de CO 2 se stabiliserait à 450 ppm et la hausse de température serait encore de 2,7 si on réussissait à réduire ces émissions de moitié, à 850 GtC. Ce chiffre est très inférieur aux réserves exploitables de az, pétrole et charbon, estimées à 3000 GtC. HP en conclut qu il faut donc s interdire de consommer toute l énerie fossile disponible, ce qui suppose une intervention réulatrice pour internaliser l effet externe du réchauffement de la planète. LA JAUNE ET LA ROUGE MARS

4 Abordant le cas de la France, HP nous explique ensuite que nous pouvons diviser d ici trente à quarante ans nos émissions par un facteur 2 voire 3, sans remettre en cause notre enre de vie. S appuyant sur une analyse détaillée de la demande d énerie, HP montre qu il est possible de stabiliser la consommation d énerie à service rendu équivalent en utilisant des techniques connues comme les véhicules hybrides, l isolation des bâtiments ou les pompes à chaleur, et cela pour un coût raisonnable, de l ordre de 1 à 1,5 % du PIB futur. Il montre aussi qu une forte aumentation du nucléaire dont il analyse en détail les avantaes et les risques peut seule réduire sensiblement les émissions de CO 2. L utilisation de la biomasse aricole et forestière peut fournir un appoint plus en tant que source de chauffae que de carburant 4. HP montre enfin que, compte tenu de la variabilité du vent, les éoliennes ne sont pas une solution, tordant ainsi le cou à des idées communément admises 5. Les contradicteurs sont même invités à effectuer leurs propres simulations râce à un tableur mis racieusement à leur disposition sur Internet 6! Sans remettre en cause la nécessité d une action au niveau de l Europe et d une ouvernance mondiale, HP poursuit son implacable démonstration en expliquant pourquoi, par une sorte de pari de Pascal, la France aurait tout intérêt à prendre les devants sans attendre que l ONUE (nouvelle oranisation des Nations unies pour l environnement) proposée par la France ait vu le jour 7. Il compare ensuite les différents moyens d arriver au résultat voulu : fiscalité, rélementation, subventions, marché des permis d émettre, dont il propose une combinaison qui pourrait nous mener sans rupture d aujourd hui à demain. On rerettera que HP se soit limité à l exemple de la France qui ne représente que 1,5 % des émissions mondiales et 3 fois moins par habitant que les USA et qu il n ait pas abordé la question de la croissance démoraphique et économique des pays d Afrique ou d Asie qui risque de rendre nos efforts dérisoires. Mais on peut lui savoir ré d avoir contribué à éclairer de manière rioureuse mais très pédaoique un débat trop souvent obscurci en France par des considérations subjectives et à susciter, là comme ailleurs, un nécessaire sursaut! Hubert LÉVY-LAMBERT (53), président de X-Sursaut 1. Groupe d experts interouvernemental sur l évolution du climat, mis en place par l OMM et le PNUE. On trouvera un résumé du rapport des experts sur : GtC = un milliard de tonnes de carbone (1 t de carbone = 3,66 t de CO 2 ). 3. Coefficient de réflexion de la lumière du Soleil par la Terre ou l atmosphère. 4. Pour diminuer les émissions avec de l éthanol autant que le fait une seule tranche EPR, il faudrait 4 millions d hectares de culture, soit 20 % de la surface arable française. 5. Couvrir la France d éoliennes éviterait la construction de deux ou trois tranches EPR seulement, rendrait nécessaire la construction d une puissance équivalente de moyens thermiques à flamme et serait énérateur d émissions de CO Les ventes d EPR à la Finlande et à la Chine sont des exemples concrets de ces avantaes. La pratique de la Chine En companie de François Jullien André Chien (73) Paris Éditions Grasset & Fasquelle 2006 La Chine fascine, attire, effraie, en ces temps de croissance effrénée qui la transforment à pas accélérés en première puissance du XXI e siècle. Et que dire des Chinois! Combien de questions à leur éard, combien d idées reçues, combien de méfiances inhibitrices («On ne peut savoir ce qu ils pensent») au moment de nouer des partenariats! Notre camarade André Chien est double : français et chinois. Vivant sans déchirement les deux cultures, il sait qu elles sont compatibles et nous amène à comprendre comment dépasser l horizon de leurs apparentes contradictions. Pour entrouvrir cette porte de la compréhension, il aborde ces questions sous une forme nouvelle, tout aussi loin des traités de socioloie, trop érudits et abstraits, que des livres de recettes des cours de manaement (Do s & Don t), trop superficiels et anecdotiques. La forme choisie par l auteur est celle d un dialoue à distance avec François Jullien, aréé de philosophie, auteur d ouvraes de référence sur la philosophie chinoise. Il ne s ait pas d un essai, mais d une approche impressionniste autour de sept thèmes en autant de chapitres. Dans ce livre à deux voix, André Chien commente et illustre par des exemples tirés de son expérience, souvent professionnelle, des savants propos puisés dans l un des nombreux livres écrits par François Jullien sur la philosophie chinoise. Et l on en vient à comprendre l un par l autre, au fil d une lecture aréable, surpris de découvrir que l esprit chinois n est pas impénétrable. Si l on constate qu il peut être à bien des éards proche du nôtre (primauté de l esprit d une relation sur la lettre d un contrat), on prend aussi conscience que l on peut comprendre ce qui l en sépare, alors même que cette différence paraît incompréhensible (voire inadmissible) à l analyse de nos seuls outils cartésiens (pour un esprit chinois, «la» vérité n existe pas, tout est transformation). On en sort humble devant la randeur de la pensée chinoise, impressionné par sa force historique (la Chine de Hu Jintao est une étonnante continuité de la Chine impériale), sidéré par sa capacité à épouser sans rupture notre monde en mutation rapide, et rassuré à l idée qu un partenariat solide avec un Chinois est possible. Lisez-le en prenant l avion pour la Chine! Jacques BERTRAND (77) 56 MARS 2007 LA JAUNE ET LA ROUGE

5 De l esprit de Munich au syndrome de Badad Marc Défourneaux (57) Préface du énéral Maurice Schmitt Paris L Harmattan 2006 Cette chronique vécue débute avec l invasion de la Polone en 1939, début de la Deuxième Guerre mondiale. Elle se poursuit dans l Espane de Franco sortant de sa uerre civile, puis aborde la uerre d Alérie sous un béret roue de para, après un passae mouvementé par l École polytechnique. Elle plone ensuite au cœur d un roupe de scientifiques d armement allemands récupérés par la France en 1945, puis dans les coulisses de l élaboration de la «force de frappe» française où elle croise un espion de l Est puis dans la compétition entre «marchands de canons» mondiaux. Jusqu au jour où, depuis une casemate de la line Mainot, elle assiste à l écroulement du Bloc soviétique. Elle se déplace alors vers le sièe bruxellois de l Otan, où défilent les ex-satellites de l URSS, et se retrouve à Sarajevo entre les obus de mortier et les tirs de snipers, avant que la sinature d un accord de paix n y ouvre la voie au rand tourisme politico-médiatique. Après un détour par l Albanie et le Kosovo, elle aborde les problèmes du déminae, notamment au Koweït. Puis, depuis le cimetière militaire américain de Normandie, elle analyse la brouille francoaméricaine à propos de la uerre en Irak. Le tout sur un fond permanent de parachutisme, entre une célébration du «Jour J» à Sainte-Mère-Élise, la participation à une compétition franco-soviétique, une fracture vertébrale en Allemane et de nombreuses joies et peines. randes libertés adoptées par la Révolution, cette féministe avant la lettre fut véritablement la conscience politique du ménae. À la Restauration et après la mort de Mone, en 1818, la comtesse de Péluse affronta avec fermeté et courae son destin et elle se fit la ardienne des idéaux révolutionnaires, entretenant le flambeau de l Empire dans la société parisienne, à l instar des vieux ronards de Napoléon. Persuadée que la Révolution reviendrait un jour, que le souffle de 1789 emporterait de nouveau la France parce que le pouvoir monarchique ne pouvait s opposer au mécontentement randissant de l opinion et à l évolution de la société française, elle entretint cet espoir autour d elle jusqu à sa mort, en février 1846, à l âe de 99 ans. Deux ans presque jour pour jour après son décès, la révolution de 1848 fit disparaître à jamais les familles rénantes de France et assura le triomphe des idées démocratiques; quelques mois plus tard, le retour d un Bonaparte à la tête de l État lui serait apparu comme l heureuse conclusion du combat mené par son mari durant toute sa vie. Jean LANGLET, président de l Association Les Amis de l Ardenne 8. 9, rue Kennedy, Charleville-Mézières. Tél. : F. Pairault est éalement l auteur d une bioraphie : Gaspard Mone, le fondateur de l École polytechnique, éditions Tallandier, Quelques exemplaires restent disponibles à l adresse ci-dessus. En post-scriptum à la recension de son livre, parue dans le n 621 de La Jaune et la Roue, pae 52, Michel Démarcq (41) sinale qu une liste (exhaustive?) des X saint-simoniens avait été établie par son cocon Pierre Protat peu de temps avant sa disparition en décembre J. R. Madame Mone comtesse de Péluse ( ) François Pairault Éditions Les Amis de l Ardenne La vie de cette Ardennaise, née Marie-Catherine Huart, n avait jamais été évoquée. En devenant l épouse de Gaspard Mone, le fondateur de l École polytechnique, elle connut un destin exceptionnel râce à la fabuleuse carrière parcourue par son mari sous la Révolution et plus encore sous l Empire. Cette épouse exemplaire, mère et rand-mère remarquable, ne se contenta pas de vivre dans l ombre de son époux ; elle se révéla une femme d affaires étonnante, sachant érer les biens et assurer la fortune de sa famille. Adepte fervente et passionnée des idées nouvelles et des Récréations scientifiques Jean Moreau de Saint-Martin (56) 1) Petits cipaux... (air connu) Dans le centre d examen de Z*** vont concourir 5 taupins. La salle qui leur est dévolue a la forme d un trianle équilatéral de 10 mètres de côté. Comment placer les 5 candidats de façon que la plus petite des distances entre eux soit aussi rande que possible? Quelle est cette distance? N. B. : en première approximation, on nélie la taille de l espace occupé par chaque candidat et sa table, espace qu on assimilera à un point. LA JAUNE ET LA ROUGE MARS

6 2) On donne un ensemble A de n 3 points dans le plan, sans qu il y en ait 3 d alinés. Montrer qu il existe un ensemble B de 2n 5 points du plan, avec la propriété suivante : pour tout trianle ayant pour sommets des points de A, il y a un point de B (au moins) qui est strictement intérieur à ce trianle. Allons au théâtre Philippe Oblin (46) Solutions pae 60 ON SAIT depuis lontemps que le théâtre de La Michodière est en quelque manière voué au vaudeville, ce qui n est pas de soi un péché. On sait aussi que M. Ray Cooney est un des meilleurs maîtres ès vaudeville contemporains. Il se trouve justement que l on joue en ce moment une pièce de J.-C. Islert inspirée, selon la presse, d une idée de Ray Cooney. Il s ait de Délit de fuites. Les idées de Ray Cooney sont énéralement bonnes, mais je préfère qu il les traite lui-même. Nous avons vu voici peu ce que cela donne lorsqu il tient toutes choses en main, sur ce même plateau de La Michodière précisément, avec Stationnement alterné. Dans le cas de Délit de fuites, il convient de reconnaître que M. Islert n a pas autant d habileté que lui pour construire une mécanique à la Feydeau : l action de sa pièce m a semblé un tantinet lente, et surtout quelque peu confuse, avec des personnaes dont on ne comprend pas toujours très bien ce qu ils viennent faire dans cette histoire compliquée d un maître chanteur qui, pour recevoir une mallette d euros en échane d un disque dur fort compromettant pour un ministre en exercice, a besoin de disposer d un appartement discret, et surtout anonyme. Ce pourquoi il prend possession de celui sur quoi il a jeté son dévolu en se déuisant en plombier espanol, moustachu et bavard charé de localiser et réparer une fuite d eau. Aussitôt l occupant léitime dudit appartement parti à ses affaires en lui laissant les clefs, et la maîtresse du maître chanteur arrivée pour le rencontrer en secret, commence bien entendu un défilé d intrus et d intruses : la mère de l occupant léitime de l appartement, son ex-femme récemment divorcée venue récupérer des affaires, une fille de père inconnu cherchant à percer le mystère de sa naissance, le porteur de la mallette aux euros. Ces apparitions, parfois simultanées, provoquent des confrontations difficiles à maîtriser, conduisant le maître chanteurplombier à inventer des explications de sa présence de moins en moins crédibles, ce d autant plus qu il est en complet veston d affairiste véreux quand la vraisemblance voudrait qu il fût en salopette de plombier, et vice-versa. Si la construction un peu laborieuse de cet échafaudae complexe fait que l inattendu se fait parfois un peu attendre, la mise en scène très enlevée de J.-L. Moreau et surtout la qualité des comédiens, de tous les comédiens, sauvent pourtant l affaire. M. Roland Giraud se montre particulièrement à l aise dans son habituel emploi de baratineur inventif, qui nous amusa tant nauère dans Le Père Noël est une ordure. La salle en tout cas croule de rire à chaque instant, ce qui est tout de même un sine qui ne trompe pas. Un critique disait un jour qu en littérature, si l échec public ne veut rien dire quant à la valeur de l œuvre, le succès en revanche sinifie toujours quelque chose. Et il ne s aissait dans son esprit que d écrits. Pour le théâtre, la chose est plus complexe encore, à cause des trois composantes y intervenant : le texte lui-même d ailleurs combinaison d une idée, d une construction dramatique et de dialoues la mise en scène, le jeu des acteurs. Et si, dans Délit de fuites, la construction peine un peu, les dialoues, déjà merveilleusement dits, sont en outre savoureux. Il faut entendre la mère, émereant de ce tohu-bohu à quoi elle ne comprend rien, émir : On m a traitée d Alzheimer, moi, une Française de souche! Une fête de l oreille! En bref, si vous avez envie de passer un bon moment, allez voir cette pièce. Malré ses menus défauts, je vous arantis néanmoins près de deux heures de franche détente. Par les temps qui courent, c est toujours bon à prendre. n Délit de fuites, de J.-C. Islert, dans une mise en scène de J.-L. Moreau, au Théâtre de La Michodière, 4 bis, rue de La Michodière, Paris. Tél. : Discoraphie Jean Salmona (56) À travers le temps Renaissance Si par extraordinaire vous ne connaissez pas Gesualdo, attendez-vous à un choc majeur en écoutant le Troisième Livre de ses Madriaux, joués par le Quintette Kassiopeia 1 dans le cadre de l intérale en cours d enreistrement. Les Madriaux de Gesualdo ( ), prince et assassin, compositeur sulfureux et atypique, sont sans conteste ce que la Renaissance a produit de plus oriinal et de plus fort, audessus de Monteverdi. C est une musique extrêmement élaborée, en rupture avec son temps, dont les chromatismes et les dissonances ont trois siècles d avance et qui ne peut laisser indifférent. Un demi-siècle plus tôt, Cristobal de Morales, compositeur espanol publié en Italie, écrit, lui aussi pour quintette vocal, sa Missa de Beata Virine, que vient d enreistrer l ensemble Jachet de Mantoue 2. Même si elles sont moins novatrices que celles de Gesualdo, 58 MARS 2007 LA JAUNE ET LA ROUGE

7 les polyphonies de Morales sont d une richesse et d une puissance émotive qui les distinuent des musiques lituriques assez convenues et académiques de la même époque. Symphoniques Né un siècle après la mort de Gesualdo, Carl Philipp Emanuel Bach écrit une musique moins novatrice mais d une rande éléance, et qui participe du style alant du XVIII e siècle. Les Concertos pour flûte, dont trois fiurent sur un disque enreistré par Juliette Hurel et l Orchestre d Auverne dirié par Arie van Beek 3, sont un bon exemple de cette musique qui s éloine de celle de Bach il n était certainement pas facile d être son fils et essaye de se distinuer de celle de Vivaldi sans pour autant préfiurer le XIX e siècle contrairement à celle de Mozart (né quarante ans après lui mais qui ne lui survécut que trois ans) et que René Jacobs tente de rajeunir en la faisant jouer sur instruments d époque telle que l ont entendue ses contemporains, par le Freiburer Barockorchester qu il dirie. Les Symphonies 38 (Praue) et 41 (Jupiter) ainsi enreistrées 4 sonnent d une manière radicalement différente de ce que nous avons l habitude d entendre, avec un ensemble de moins de 40 musiciens. La musique de Mozart y ane en clarté et en lisibilité, sinon en émotion, et elle est, même dans l ineffable Andante de la Jupiter dont Woody Allen affirmait dans Manhattan, souvenezvous-en, qu il était parmi les choses qui faisaient que la vie méritait d être vécue aux antipodes du préromantisme auquel nous sommes habitués. Brahms Les compositeurs les plus rands, comme Bach, Mozart, Beethoven, Ravel, n ont pas été les plus novateurs, mais ont capitalisé sur les innovations de ceux qui les ont précédés. Brahms est de ceux-là, qui pratiquait les mêmes structures harmoniques et rythmiques que Mozart et Beethoven alors que Schoenber et Ravel avaient plus de 20 ans et Mahler plus de 30 ; et pourtant, sa musique est infiniment proche des préoccupations de l homme d aujourd hui, comme on peut le constater à l écoute de trois disques récents. Tout d abord, les Fantaisies opus 116, les Intermezzos opus 117, les Klavierstücke opus 118 et 119, joués par Nicholas Anelich 5 ; musique intimiste qui vous prend et ne vous lâche plus, si charée d émotion, ou plutôt si propre à héberer nos propres émotions, que Delvaux en avait fait le «personnae» principal de son film Rendezvous à Bray. Anelich, qui pourtant n est pas en énéral de nos musiciens favoris, donne ici une interprétation exceptionnelle, d une extrême sensibilité, que nous placerons au-dessus de toutes celles que nous connaissons (Rudy, Gould, Kempff). Les deux Sonates pour piano et violoncelle, complexes et tourmentées, et pour cela, peut-être, plus proches encore de nous, ont été enreistrées par l excellent duo Anthony Leroy Sandra Moubarak 6. Les deux interprètes évitent le double écueil de la fouue excessive dans les mouvements rapides et de la mièvrerie pour les mouvements lents, et leur mesure et leur clarté rappellent l enreistrement historique de Jacqueline du Pré avec Daniel Barenboïm. Last but not least, un petit joyau : 31 lieder extraits de divers recueils par Bernarda Fink et, au piano, Roer Vinoles 7. Les lieder de Brahms constituent la partie la plus secrète de son œuvre, la plus diverse aussi, et sans doute la plus romantique. Ce qui fait le charme de ce disque, c est la voix de Bernarda Fink, au timbre chaud et coloré, presque léère, et sans cet excès de vibrato qui rend parfois insupportables certaines interprètes parmi les plus randes. Un disque d une rande fraîcheur et d un rand plaisir. Pianos Sous le titre «Bach in nomine», Jean Dubé a enreistré une dizaine de pièces qui ont en commun d être des fuues parfois précédées de préludes, ou des pièces directement inspirées par Bach 8, depuis une Fuue du vieux maître Reincken jusqu à Bachianas Brasileiras n 4 de Villa-Lobos, en passant par un Prélude de Beethoven, une Fuue de Schumann, deux Préludes et Fuues de Liszt, un de Mendelssohn, une Fuue de Guillaume Lekeu, et des pièces de Glinka, Nielsen, Prokofiev. Et il est passionnant d entendre comment des compositeurs aussi divers, dispersés sur trois siècles, ont intéré l héritae de Bach et lui rendent un hommae, explicite ou non. Les deux pièces de Liszt et celle de Mendelssohn sont à cet éard exemplaires, ni «tombeau» ni «hommae à» mais construction dans le lanae de leur époque avec une structure de Bach. Pour jouer les deux Suites pour deux pianos et six Morceaux pour quatre mains de Rachmaninoff, Jos van Immerseel et Claire Chevalier ont fait appel à deux Érard de , contemporains de la période où ces pièces ont été écrites. L intérêt de ce choix n est pas purement archéoloique : ces Érard ne disposaient pas des innovations techniques apportées plus tard par Steinway, et l on entend ainsi très exactement ce que Rachmaninoff a écrit, moins percutant, moins randiose, plus éléant que ce que l on entend d habitude. Le disque du mois Comment jouaient Rachmaninoff, Paderewski, Busoni, et d autres interprètes oubliés, antérieurs au disque microsillon, comme Lhevinne, Rosenthal, Dumesnil? Le chercheur et musicoloue Pascal Marcelin a eu l idée de faire appel à des rouleaux de pianos mécaniques sophistiqués ravés à l époque par ces interprètes, de les numériser, et d en restituer le son, avec le toucher et les nuances très fidèlement reproduits, sur un piano de concert d aujourd hui, au moyen d un dispositif ad hoc. On peut ainsi entendre Rachmaninoff, précisément, jouer avec sa technique léendaire son arranement vertiineux du Vol du bourdon de Rimski-Korsakov, Dumesnil interpréter La Campanella de Paanini-Liszt-Busoni, etc. 10. Les pièces sont pour la plupart de celles qui faisaient les délices des salons de l époque. Le plus intéressant est de constater combien le style des LA JAUNE ET LA ROUGE MARS

8 interprétations a évolué. On avait déjà eu de semblables restitutions du jeu de Gershwin à partir de rouleaux des années 30 mais c est la première fois que l on est remonté aussi loin dans le temps. Remonter le temps et le parcourir à sa uise, n est-ce pas là, en définitive, ce vieux rêve que seule la musique permet de réaliser? n 1. 1 CD GLOBE GLO CD CALLIOPE CAL CD ZIG ZAG ZZT CD HARMONIA MUNDI HMC CD VIRGIN CD ZIG ZAG ZZT CD HARMONIA MUNDI HMC CD SYRIUS SYR accompané d un CD à 5 canaux pour installation ad hoc CD ZIG ZAG ZZT CD Best of AMPICO Classics. Musique en imae Marc Darmon (83) Berlioz Te Deum op Waner Ouverture des Maîtres chanteurs 1 Orchestre Philharmonique de Vienne, J. Carreras, Claudio Abbado Le Te Deum de Berlioz a été créé en 1859, avec plus de mille musiciens et chanteurs. L ensemble monumental de chœurs, dont un chœur de 600 enfants à la création, fait de ce morceau, au même titre que la Symphonie des mille de Mahler ou le Requiem de Berlioz lui-même, une des œuvres les plus lourdes à monter. La musique alterne entre recueillement reliieux et triomphalisme impressionnant. Cette œuvre ane beaucoup à l imae, à la représentation en concert ou en DVD, plutôt qu en disque. En effet, le reard se promène parmi les centaines d interprètes et permet de mieux saisir la richesse d une musique complexe et fouillée. L interprétation de C. Abbado, spécialiste de l œuvre, rend tout à fait justice aux exiences d une partition majestueuse et intimiste à la fois. José Carreras, dans le célèbre Te Ero Quaesumus, est manifique. Le ténor sortait d une période de rave maladie. Cet enreistrement lui est dédié. En complément de proramme, une brillante interprétation de l ouverture des Maîtres chanteurs de Nurember. Berlioz et Waner s étaient rencontrés dès 1839, et ont entretenu des rapports soutenus, amicaux ou tendus mais toujours respectueux. Les Maîtres chanteurs est un opéra plein d humour, dont la rutilante ouverture n est pas représentative de la finesse et de la portée musicale. Toutefois, l interprétation du Philharmonique de Vienne est tout à fait impressionnante. Ce concert de 1992 est très bien enreistré, et méritait d être immortalisé. Le son est randiose, et même très marquant dans les passaes les plus complexes du Te Deum, avec notamment un orue, présent mais pas envahissant, remarquablement reproduit. n 1. 1 DVD Arthaus Solutions des récréations scientifiques 1) Petits cipaux... (air connu) proposé par Christian Romon (75) S il y avait 6 taupins, on les placerait aux sommets du trianle et aux milieux des côtés, avec pour plus petite distance 5 mètres. Avec 5 taupins on ne fait pas mieux. En effet, divisons la salle (par les sements joinant les milieux des côtés) en 4 trianles équilatéraux de 5 mètres de côté. Par le principe des tiroirs, au moins un de ces trianles contient deux taupins, et leur distance n est pas supérieure à 5 mètres. 2) Le nombre des sements joinant deux points de l ensemble A est fini, prenons une droite D 1 qui n est parallèle à aucun d eux. Prenons une droite D 2 non parallèle à D 1, et projetons les points de A sur D 2 parallèlement à D 1. Ces projections sont toutes distinctes et permettent de numéroter les points de A, de A 1 à A n, dans l ordre de leurs projections sur D 2. L enveloppe convexe des A i a c sommets, incluant A 1 et A n (c 3). Je trace par chaque point A i (1 < i < n) la parallèle à D 1 et je considère les deux demi-droites d oriine A i sur cette parallèle, si A i est intérieur à l enveloppe convexe, la demi-droite d oriine A i sur cette parallèle, du côté intérieur à l enveloppe convexe, si A i est un sommet de cette enveloppe. Cela représente en tout 2(n c) + (c 2) = 2n c 2 demi-droites. Pour chaque trianle A i A j A k, avec 1 i< j < k n, le côté A i A k rencontre une demi-droite d oriine A j, en un point distinct de A j. Sur chaque demi-droite issue de A j, un point plus proche de A j que toutes ces intersections (qui sont en nombre fini) sera strictement intérieur aux trianles qui produisent ces intersections. Il suffit donc de constituer l ensemble B en choisissant sur chaque demi-droite un point respectant cette condition. On peut donc satisfaire l énoncé avec un ensemble de B points, B = 2n c 2 2n MARS 2007 LA JAUNE ET LA ROUGE

Hugues REINER. Chef d Orchestre. Musical Team Building

Hugues REINER. Chef d Orchestre. Musical Team Building Hugues REINER Chef d Orchestre 3 Propositions à choisir pour vos séminaires. Après les succès extraordinaires régulièrement obtenus dans les entreprises suivantes Musical Team Building Nous avons pensé

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours!

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours! Learning by Ear Environnement 06 Energies renouvelables Texte : Richard Lough Rédaction et idée: Johannes Beck Introduction Bienvenue dans notre série d émissions Learning by Ear, consacrée à l environnement.

Plus en détail

QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3. Didier Louchet CPEM

QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3. Didier Louchet CPEM QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3 Didier Louchet CPEM Les textes officiels L éducation musicale s appuie sur des pratiques concernant la voix et l écoute : jeux vocaux,

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

«Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA

«Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA «Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA Une enquête online auprès de 507 Françaises et Français détenant plus de 75000 euros d avoirs

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

L accompagnement pour piano

L accompagnement pour piano L accompagnement pour piano L'harmonisation polyphonique d'une mélodie, telle que vous l'avez pratiquée jusqu'à présent, demande quelques modifications de conception dès lors que l'on veut la transformer

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

écriture composition, arrangement, orchestration

écriture composition, arrangement, orchestration écriture composition, arrangement, orchestration objectifs Le CNSMD de Lyon est un lieu de formation pour les jeunes artistes se destinant aux métiers référencés de la musique et de la danse. En ce qui

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent DOSSIER DE PRESSE En couverture : Ludwig van Beethoven, impression couleur d après une peinture de Johann Baptist Reiter Beethoven-Haus Bonn Partie de violon de quatuor à cordes op. 135 de Ludwig van Beethoven,

Plus en détail

Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels

Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels du 23 novembre 2005 La commission d examens de musique d Eglise et la direction de l Ecole

Plus en détail

Portrait de métier. sommaire du portrait de métier

Portrait de métier. sommaire du portrait de métier Pôle métiers formation Portrait de métier Le métier de charé des relations avec le public Les portraits de métiers» sont une proposition du Pôle métiers formation de l Arcade. L atelier charé des relations

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

«Les marchés «libres» de quoi et pour qui?»

«Les marchés «libres» de quoi et pour qui?» «Les marchés «libres» de quoi et pour qui?» Yvan Allaire, Ph. D. (MIT), MSRC Président du conseil Institut sur la gouvernance d organisations privées et publiques (HEC-Concordia) Mihaela Firsirotu, Ph.

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA A Toulouse, le 9 juillet 2015 Seul le prononcé fait foi Page 1 sur

Plus en détail

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface PRÉFACE Avaient-ils le don d ubiquité? Aux origines de ce livre, il y a une constatation qui a suscité la curiosité du chercheur : parmi les représentants de l Angleterre à l étranger, certains appartiennent

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Nouvelles d EUR-Lex. Juriconnexion. 6 Juin 2007. Pascale Berteloot Office des publications de l Union européenne. EUR-Lex où en sommes-nous?

Nouvelles d EUR-Lex. Juriconnexion. 6 Juin 2007. Pascale Berteloot Office des publications de l Union européenne. EUR-Lex où en sommes-nous? Nouvelles d EUR-Lex Juriconnexion 6 Juin 2007 Pascale Berteloot Office des publications de l Union européenne EUR-Lex où en sommes-nous? Plus de deux ans après l ouverture du nouvel EUR-Lex un système

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

LES MUSIQUES TRAD SE RACONTENT

LES MUSIQUES TRAD SE RACONTENT LES MUSIQUES TRAD SE RACONTENT VIDEO CONFERENCES Michel Lebreton lebreton.mic@gmail.com Photo Alain Dhieux - Calais DU FOLK AUX MUSIQUES TRAD 50 ANS DE REVIVALISME Cette rencontre en deux volets retrace

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

PROGRAMME D ETUDE LECTURE/DECHIFFRAGE PIANO

PROGRAMME D ETUDE LECTURE/DECHIFFRAGE PIANO PROGRAMME D ETUDE LECTURE/DECHIFFRAGE PIANO Avril 2012 Commissariat à l enseignement musical Téléphone : 247-86629/86618/86638/86611 2, rue Sosthène Weis Téléfax: 26 12 32 15 L-2722 Luxembourg e-mail :

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Ambassador s Activities

Ambassador s Activities Ambassador s Activities 2013 Distributor: French Embassy in the UK - Press and Communications Services - 58 Knightsbridge, SW1X 7JT London E-Mail: press@ambafrance-uk.org Web: Intervention de SEM Bernard

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

CONSERVATOIRE DE MUSIQUE DE LA GARENNE-COLOMBES PROGRAMME PÉDAGOGIQUE - Département Piano -

CONSERVATOIRE DE MUSIQUE DE LA GARENNE-COLOMBES PROGRAMME PÉDAGOGIQUE - Département Piano - CONSERVATOIRE DE MUSIQUE DE LA GARENNE-COLOMBES PROGRAMME PÉDAGOGIQUE - Département Piano - Initiation : pour les enfants âgés entre 5 et 7 ans. Cycle I (C1) : l apprentissage : Débutant 1, Débutant 2,

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano 5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano Ce guide peut être librement imprimé et redistribué gratuitement. Vous pouvez pouvez l'offrir ou le faire suivre à vos amis musiciens. En revanche,

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation du projet 2015. Programmation 3 ème édition. Le Mot du Producteur. Informations pratiques. Demande d accréditation

SOMMAIRE. Présentation du projet 2015. Programmation 3 ème édition. Le Mot du Producteur. Informations pratiques. Demande d accréditation SOMMAIRE Présentation du projet 2015 Programmation 3 ème édition Le Mot du Producteur Informations pratiques Demande d accréditation Cher média, L Association Les Brumes, la ville de Sainte-Sigolène, Produc

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Maisons de Victor Hugo. Paris / Guernesey

Maisons de Victor Hugo. Paris / Guernesey Dans l intimité d un écrivain, place des Vosges Ouvrant sur l un des plus beaux sites parisiens, la Place des Vosges, le Maison de Victor Hugo a pour mission de maintenir vivante la mémoire de ce génie,

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

plus de 150 ans après Hector BERLIOZ, plus de 50 ans après Charles KOECHLIN ou Nikolaï RIMSKI-KORSAKOV, et quelques années après un long travail,

plus de 150 ans après Hector BERLIOZ, plus de 50 ans après Charles KOECHLIN ou Nikolaï RIMSKI-KORSAKOV, et quelques années après un long travail, plus de 150 ans après Hector BERLIOZ, plus de 50 ans après Charles KOECHLIN ou Nikolaï RIMSKI-KORSAKOV, et quelques années après un long travail, Les éditions ont le plaisir de vous présenter, enfin en

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

Le Team building. (consolidation d équipe) 1-866-651-5387 www.andreauger.com

Le Team building. (consolidation d équipe) 1-866-651-5387 www.andreauger.com Le Team building (consolidation d équipe) Olympiades Venez participer à nos «Olympiades» et découvrez les capacités d adaptation de votre équipe lors d une compétition amicale Pas besoin d être en grande

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN

SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN QUE SIGNIFIE "ÊTRE CENTRÉ"? Etre centré signifie être aligné entre Ciel et Terre. C'est-à-dire connecté à l'énergie du Ciel et ancré dans l énergie de la Terre;

Plus en détail

Bâtissez-vous un avenir certain

Bâtissez-vous un avenir certain 1 1 Etape 1 Etape 2 Bâtissez-vous un avenir certain AUTEUR LEADER SYDNEY Adresse email imygpc@gmail.com Contact téléphonique +225 41 52 92 06 2 Bâtissez-vous un avenir certain Vous en avez rêvé, créer

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles

La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles 1. La Loi de révision constitutionnelle (Constitutional Reform Act, ci-après «CRA») a introduit un certain nombre de modifications constitutionnelles

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2 CONCOURS COMMUNS 6 ECOLES HTTP://CC.IEP.FR. Contact presse : Catherine Amy

DOSSIER DE PRESSE 2 CONCOURS COMMUNS 6 ECOLES HTTP://CC.IEP.FR. Contact presse : Catherine Amy IntégrerSciencesPoAix en Provence,Lille,Lyon,Rennes,Strasbourg,Toulouse Lundi24juin2013 DOSSIER DE PRESSE 2 CONCOURS COMMUNS 6 ECOLES HTTP://CC.IEP.FR Contact presse : Catherine Amy Coordination de la

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Mylène a besoin d aide!

Mylène a besoin d aide! ER ER Cahier de l élève Mylène a besoin d aide! Enseignement religieux 5 e année Nom de l élève 5 e année 1 Mylène a besoin d aide Description de tâche Dans cette tâche, tu examineras la situation de Mylène

Plus en détail

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele. 5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.com Le 15/06/2011 Dossier de Presse Sommaire 1. Présentation du groupe..page 3

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE.

Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE. Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE. Windows 7 : mal nécessaire ou réel avantage? Au cours des 24 prochains mois,

Plus en détail

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie.

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. Réussir sa vie 1. Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. 2. Pour certaines personnes avoir une fonction importante, un poste à responsabilités, c est le signe de la réussite. 3. Pour

Plus en détail

La structure du texte explicatif (sec. 3)

La structure du texte explicatif (sec. 3) Phase de questionnement (Pourquoi?) : (environ 40 à 50 mots) prépare le lecteur et elle fournit une vision globale de ce dont il va être question dans le texte. Sujet amené Historique Actuelle L idée générale

Plus en détail

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution Introduction Les questions religieuses connaissent un regain d intérêt dans les espaces publics de nos pays. Au Niger, elles sont devenues préoccupantes en raison des évènements récents qui ont marqué

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Festival International «Les Chœurs à l Unisson» Les CAL U Gabon 2015

Festival International «Les Chœurs à l Unisson» Les CAL U Gabon 2015 Festival International «Les Chœurs à l Unisson» Les CAL U Gabon 2015 REGLEMENT DU CONCOURS DE CHORALES «CAL U Gabon 2015» 1 ère édition : du 10 avril au 22 août 2015 Libreville Préambule : Le chant choral

Plus en détail

LA LETTRE D UN COACH

LA LETTRE D UN COACH LA LETTRE D UN COACH COACH DIDIER GAGNANT KALIPE N 18 du Dimanche 04 Mai 2014 «Il fallait commencer un peu plutôt ; c'est-à-dire maintenant et résolument.» Un Coach vous enseigne la Méthode qui permet

Plus en détail

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans. F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.fr/ et ne peuvent en aucun cas suffire. Ce sont uniquement des compléments

Plus en détail

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : ----------------------------------------------------------------------------- L ATELIER du COQUELICOT 1 «Spectacle marionnettes», juillet 2015 TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) Personnages : - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Introduction au Tage Mage

Introduction au Tage Mage Introduction au Tage Mage «La chance aide parfois, le travail toujours» Vous vous apprêtez à vous lancer dans cette course contre la montre qu est l admission parallèle en école de commerce et vous avez

Plus en détail

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique FORUM NUCLEAIRE BELGE POSITION PAPER 24 JUIN 2015 L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique La demande en électricité ne cesse d augmenter. Entre 1965 et

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir. Nous devons être fiers de pouvoir exécuter la décision prise :

Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir. Nous devons être fiers de pouvoir exécuter la décision prise : 1 Mesdames et Messieurs les Conseillers départementaux, Dans la tempête, il faut garder le cap, corriger le chemin. Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir l instant celui

Plus en détail

UNE REFLEXION PREALBLE

UNE REFLEXION PREALBLE UNE REFLEXION PREALBLE NOUS N AVONS JAMAIS ETE AUSSI RICHES IL N Y A JAMAIS EU AUTANT DE PAUVRES QUI GERE LA REPARTITION? 1 ÉNERGIE ET TRANSITION Comprendre la situation est facile Ce qu il faut faire

Plus en détail

23. Le discours rapporté au passé

23. Le discours rapporté au passé 23 23. Le discours rapporté au passé 23.1 LE DISCOURS INDIRECT On utilise le discours indirect pour transmettre : Les paroles de quelqu un qui n est pas là : Il me dit que tu pars. Les paroles de votre

Plus en détail

Actu-français : Bénévoles à plus de 65 ans Niveau préconisé (A2) Durée de l activité : 30 mn.

Actu-français : Bénévoles à plus de 65 ans Niveau préconisé (A2) Durée de l activité : 30 mn. I COMPRENDRE le document Actu-français : Bénévoles à plus de 65 ans Niveau préconisé (A2) Durée de l activité : 30 mn. Compréhension orale : fiche individuelle (1 page) 1. De quoi s agit-il? Regardez une

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail