BUDGET En page centrale, découvrez le supplément, Le Conseil Général mode d emploi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BUDGET 2008. En page centrale, découvrez le supplément, Le Conseil Général mode d emploi"

Transcription

1 BUDGET 2008 En page centrale, découvrez le supplément, Le Conseil Général mode d emploi

2 LES TEMPS FORTS DU MOIS #43 aufilde DOSSIER DÉCOUVERTE #44 aufilde ROUTES PEINTURE PROFESSION Yonne 45.indd 1 9/01/

3 Dossier 10 Saint-Denis-les-Sens 22 et 29 Sens Paron Véron 20 Cerisiers SOMMAIRE 6 et 7 18, 19 et Joigny Brienon- sur- 9 Armançon Migennes Saint-Juliendu-Sault Première compétence du Département, la solidarité représente le poste principal de dépenses du Conseil Général, avec 44 % des 370 M inscrits au budget primitif En parallèle, le nombre d agents du Département a plus que doublé du fait d importants transferts de personnels. 31 Toucy 12 et 13 Saint-Georgessur-Baulche 26 8, 16, 23 et 28 Chablis Auxerre 26 Saint-Brisle-Vineux 31 Tonnerre 24 et 25 Noyers-sur-Serein 2 Treigny 31 Avallon ÉVÉNEMENT ASSOCIATIONS PORTRAIT CULTURE ENTREPRENDRE ACTION SOCIALE CADRE DE VIE INSERTION LES MÉTIERS DU CONSEIL CANTONS CHRONO 89 DÉBAT ENTRETIEN SORTIR

4 ÉVÉNEMENT L

5 XXI XX XXI À fin 2007, Vitagora a labellisé 58 projets qui représentent 220 millions d euros en chiffre d affaires potentiel et près de 300 emplois prévisionnels. On peut citer, en exemples, «Farine +», le projet «industriel» phare du pôle, qui vise à la mise en place d une méthode de caractérisation des variétés de blé en fonction de leur potentiel nutritionnel et sensoriel, le projet «Sensofat», dont l étude qui veut montrer le lien probable entre la détection du «goût du gras», la préférence ou sensibilité pour les lipides et la prévalence de certains désordres métaboliques (obésité) constitue un enjeu de taille, et le projet «Sensinmouth» qui permettra d envisager une nouvelle façon de développer les produits alimentaires en vue d améliorer leur acceptabilité, primordiale dans la nutrition et renutrition de certains consommateurs comme les enfants, les seniors, les malades ).

6 ENTREPRENDRE D

7 Didier Lemaire La logistique Berner, c est : colis emballés et expédiés par jour m 2 d espace de stockage plus de clients plus de lignes de commande par jour plus de clients qui commandent par jour références En France, c est : 160 personnes un centre logistique de m 2 plus de colis emballés et expédiés par jour un stock d une valeur de plus de 15 millions d euros une rotation de marchandises de 60 tonnes par jour références des délais de livraison de 24 à 48 heures selon la nature des colis, partout en France métropolitaine un taux de service de 97 %

8 ACTION SOCIALE appels reçus par le 115 pendant la période hivernale interventions du SAMU social (bénévoles de la Croix-Rouge) ; 125 maraudes à Sens, Auxerre, Avallon et Saint-Florentin. 124 personnes différentes hébergées au CHU de Perrigny ; nuitées en 4 mois d ouverture. Budget de l hébergement d urgence et de son volet insertion sociale : 2,8 millions d euros. L «En décembre, le Conseil Général a participé à une réunion de travail avec la préfecture, la Ddass, les services de police et de gendarmerie, pour mettre en place une procédure destinée à trouver une solution d hébergement d urgence et temporaire dans le cadre des expulsions locatives, explique Isabelle Dumont, sousdirectrice Prévention des Exclusions du Conseil Général. Cette procédure s adressera aux publics les plus fragilisés (familles avec enfants, personnes âgées ou handicapées).»

9 CADRE DE VIE L Nathalie Hadrbolec

10 ASSOCIATION D Un dispositif, APERE (Accompagnement personnalisé des entrepreneurs et repreneurs d entreprises), accompagne les cédants et les repreneurs d entreprise. Cible visée : les TPE/PME de 5 à 50 salariés de tous secteurs d activité. «Sur les dix prochaines années, 150 à 200 entreprises de l Yonne seront à transmettre annuellement, indique Jean-Pierre Pellerin, membre d ECTI 89 et délégué régional d APERE. Or,ilnefautpasattendreledernier moment pour vendre. Notre rôle est de couvrir toute la chaîne : anticiper la transmission, établir le diagnostic de l entreprise à céder, proposer un ou plusieurs repreneurs, effectuer le montage juridique judicieux, aider à la recherche du financement, puis accompagner éventuellement le repreneur dans son nouvel environnement.» Nathalie Hadrbolec

11 INSERTION E 13 bénéficiaires du RMI participaient au chantier d insertion portant sur le grand lavoir de la Poterne. Deux ont trouvé un emploi dès le 1 er mois du chantier, un n a pas été maintenu et un a démissionné. A la sortie, ont été signés : un CDI et un CDD en entreprises du bâtiment, un contrat d avenir en collectivité locale et un en maison de retraite, une formation qualifiante de peintre en carrosserie et un CDD dans une entreprise de toilettage canin.

12 INSERTION LES MÉTIERS DU CONSEIL C

13 Nathalie Hadrbolec

14 À LA UNE

15 E Le projet de budget est élaboré par le Président du Conseil Général, qui soumet le document à la discussion et au vote de ses collègues. «Nous demandons aux différentes directions de nous transmettre les engagements pris les années précédentes ainsi que leurs propositions d actions nouvelles, explique Alain Loiseau, directeur général adjoint des Ressources, Aménagement du Territoire et Économie. Après avoir regardé si les dépenses proposées sont vraiment nécessaires et se réaliseront réellement dans l année, nous appliquons ce que l on appelle «le triangle d or» dans les finances : à savoir le dosage entre frais de structures (vérifier que des frais de fonctionnement n augmentent pas de manière anormale), fiscalité et endettement (il y a des seuils à ne pas dépasser car une collectivité chargée en emprunts se prive de marge de manœuvre future). Le but étant d arriver à un équilibre du budget : dépenses = recettes.»

16 À LA UNE Les taux de la fiscalité locale 2008 Taxe d habitation : 8,42 % Taxe sur le foncier bâti : 13,65 % Taxe sur le foncier non bâti : 35,33 % Taxe professionnelle : 8,76 %

17 Comment caractériser le budget 2008? Les difficultés d élaboration du projet de budget primitif 2008 ne sont pas spécifiques au Département de l Yonne. Elles sont liées à l encadrement de l évolution des dotations de l État, puisqu elles suivent l évolution des dépenses de l État pour 2008, soit + 1,6 %, c est-à-dire l inflation, et à la progression continue des dépenses de solidarité. Le budget primitif 2008 se caractérise par une augmentation très nette de l investissement (93,1 M contre 86,6M en 2007, soit + 7,53 %) et une maîtrise de nos dépenses de fonctionnement (moins de 5 % d augmentation, hors transfert de compétence et internalisation du FUSL Fonds unique de solidarité logement). Il se caractérise également par une augmentation contrôlée de l emprunt et minimisée de la dette fiscale. Faire évoluer l emprunt à 43 M n est pas un handicap pour le Département puisqu il maintient un niveau suffisant pour ses investissements, et le remboursement progressif d un certain nombre d emprunts en 2007 et 2008 lui permet de conserver sa capacité à rembourser sa dette. Pourquoi cette forte augmentation de l investissement? L investissement crée de la richesse. Que ce soient les investissements effectués par la collectivité elle-même (ils font travailler les entreprises locales citons la construction des gymnases dans les cantons sans collège ou les travaux de rénovation des collèges), ou ceux réalisés par les communes à partir des subventions que leur octroie le Département. Les zones d activités vont s étendre de manière substantielle L année 2008 sera en effet une très grande année puisque après beaucoup d efforts, plus de 100 ha vont être ouverts à la commercialisation dans l ensemble du département. Cette opération va se renouveler sur trois exercices (subvention 2008 en progression de 41,2 %, pour atteindre 1,2 M), ce qui portera la superficie totale des zones d activités dans l Yonne à ha vers J en profite pour rappeler que le taux de chômage dans l Yonne est de 7,4 %, soit inférieur à la moyenne nationale. En un an, il a diminué de 12,5 %, ce qui représente chômeurs de moins. Yonne active création, qui a pour but d aider à la création de TPE (très petites entreprises), a financé 160 projets en 2007 (contre 141 l année précédente), ce qui a permis de créer ou de maintenir 340 emplois (245 en 2006). Le Conseil Général a en charge la politique d insertion. Quelles sont les avancées dans ce domaine? Pour moi, la meilleure insertion est celle qui peut se faire par le travail, et tous les services de l insertion sont entièrement tendus vers la recherche de débouchés économiques. Nous commençons à constater une décrue du nombre d allocataires: il y en avait en octobre 2007, contre en janvier de la même année. En outre, il est intéressant de constater que sur les dix premiers mois de l année 2007, les entrées dans le RMI étaient en baisse tandis que les sorties étaient en hausse de 13 %, ce qui donne des perspectives encourageantes. Le budget 2008 est le dernier que vous présentez. Pourquoi avoir décidé de ne pas vous représenter? J en profite pour rassurer ceux qui s inquiètent pour ma santé: je ne suis ni malade voire gravement malade comme je l entends dire parfois, ni à la conquête de la présidence du Sénat. Cela fait 28 ans que je suis au Conseil Général, soit une génération. Et je pense que dans une société qui évolue, si l on veut avoir une démocratie vivante, dynamique et représentative, il faut que les équipes se renouvellent. Or pour qu elles se renouvellent, il faut qu il y en ait qui partent, et d autres, nouveaux, qui arrivent. Je suis dans cet état d esprit-là. 1 Sports 2 Culture Education 11 2 Sécurité 20 Moyens généraux 11 Aménagement du territoire Action sociale 44 La ventilation des dépenses du Conseil Général pour 100 euros 1 Environnement 2 Interventions économiques Aide au développement local 6

18 INSERTION PORTRAIT C XX

19 Eric Tariant Les œuvres de Jean-Paul Agosti sont exposées en permanence à la galerie Pascal Lorain, 32 rue Jean Mermoz, Paris. Tél. :

20 CANTONS «

21 Nathalie Hadrbolec Les travaux du gymnase de Cerisiers arrivent-ils bientôt à terme? Le Conseil Général a décidé de doter d un gymnase les 13 cantons du département qui ne possèdent pas de collège. Cette opération va être réalisée en trois tranches. Dans la première figurent les cantons de Flogny-la-Chapelle, l Isle-sur-Serein, et Cerisiers dont les gymnases ont été construits en Celui de Cerisiers sera livré en ce mois de février Le coût des travaux s élève à 1,55 million d euros. L investissement est financé par le Conseil Général tandis que les frais de fonctionnement seront à la charge du Syndicat intercommunal à vocation unique. Ce gymnase permettra de développer de nouvelles activités sportives dont le basket-ball, le hand-ball et la gymnastique. D autres travaux sont-ils actuellement en cours dans le canton? Deux cantons, Quarré-les-Tombes et Cerisiers sont, à ce jour, encore dépourvus de maison de retraite. Il était important que Cerisiers, dont la population est plus âgée que la moyenne départementale, puisse accueillir des personnes âgée dépendantes. La construction de la maison de retraite a démarré en avril Elle accueillera, lors de son ouverture prévue en 2009, plus de 70 personnes. Les travaux seront financés à hauteur de 30 % par le Conseil Général. Par ailleurs, plusieurs salles des fêtes vont voir le jour prochainement dans le canton. L une est en train d être achevée dans la commune de Villechétive. Les travaux de la salle des fêtes de Bœurs-en-Othe ont commencé en fin d année Une troisième est en projet à Cerisiers. Population : habitants Superficie : 145,8 km 2 Densité : 19 hab/km 2 Conseiller Général : Jean Marchand 8 communes :

22 CHRONO 89 P GRATUIT

23 La 13 e Nuit du Sport, organisée le 17 janvier par le Conseil Général, L Yonne Républicaine et France Bleu Auxerre en partenariat, et avec le concours du Comité Départemental Olympique et Sportif (CDOS), a couronné le kayakiste auxerrois Cyrille Carré, champion du monde de canoe kayak biplace vitesse, au Théâtre d Auxerre. Il succède à Brigitte Bec, sacrée meilleure sportive l an passé. Cette soirée, animée par le Cirque Star, qui a proposé de superbes numéros, et parrainée par deux grands champions, Céline Géraud (Judo) et Brahim Asloum (Boxe), a donc récompensé les sportifs les plus méritants du département, des espoirs à l élite, tant au niveau de leurs résultats que de leur implication, mais également les clubs et les équipes ainsi que les bénévoles au titre de leurs actions en faveur du mouvement sportif. Qu est-ce que le CDOS? Le Comité départemental olympique et sportif de l Yonne existe depuis Il a pour vocation de coordonner le développement du sport dans le département et de proposer des projets nouveaux, en collaboration avec ses partenaires que sont le Conseil Général et la Direction départementale jeunesse et sport. Le CDOS est constitué de 21 élus provenant des 55 comités départementaux fédérés, et compte quatre commissions: fonctionnement, vie sportive, sport et nature, développement. Un plan de développement définit nos objectifs pour les années à venir. Parmi les chantiers en cours figure la formation: chaque année d octobre à février nous mettons en place des cycles à destination des dirigeants bénévoles, financés par les subventions qui nous sont accordées. Le département de l Yonne est-il sportif? L Yonne compte environ 850 clubs et licenciés. En tête on trouve le football, le tennis, la gymnastique volontaire et le judo. Cependant de nombreuses personnes pratiquent en dehors de toute licence, d où notre projet «Pékin sur Yonne» pour 2008, année des jeux Olympiques en Chine. Nous serons présents à une douzaine de manifestations de masse ou de haut niveau afin de promouvoir la pratique sportive et d inciter les pratiquants à se diriger vers les clubs, où ils trouvent une qualité d encadrement offrant la possibilité de progresser, une protection juridique et bien sûr la convivialité. Quels sont les autres réalisations et projets du CDOS? L organisation en octobre dernier d une «Soirée de l esprit sportif» pour mettre en valeur non pas les mauvais comportements dans le sport, mais l exemplarité et le beau geste, en récompensant des arbitres jeunes ou expérimentés, des dirigeants exemplaires, des clubs méritants, etc. À venir, la mise en place d un réseau de jeunes dirigeants pour œuvrer au développement du sport départemental ; d un annuaire électronique du mouvement sportif (en ligne sur le site du CDOS). La pérennité du CRIB (Centre de ressources et d information des bénévoles), animé par Marion Joannis, dont le rôle est d aider gratuitement les bénévoles à monter leurs dossiers administratifs, à préparer une assemblée générale, etc. La mise en place de la CDESI (Commission départementale des espaces, sites et itinéraires des sports nature), pilotée par le Conseil Général, et le suivi du dossier de la nouvelle Maison des sports que l on attend avec impatience car les locaux actuels sont trop petits. Un qualificatif pour décrire l année 2007? Nous avons eu une année 2007 sportive d excellence dans l Yonne. Aux côtés des grands événements de dimension internationale comme le match France-Géorgie et le Tour de France, ont eu lieu de nombreuses manifestations nationales: la coupe de France féminine de volley (Auxerre), le championnat de France de vol à voile (Chéu), le championnat de France VTT Ufolep (Avallon), le championnat de France de gymnastique (Auxerre) Cela témoigne de deux volontés: celle du Conseil Général de participer financièrement pour que le département de l Yonne soit une vitrine du sport, mais aussi celle des bénévoles du monde sportif de s investir dans l organisation de manifestations.

24 CHRONO CULTURE 89 P XIV XV

25 XIX Le Patrimoine oublié Association du Vieux Château de Noyers, rue du Poids du Roy, Noyers-sur-Serein. Tél. : Visites guidées toute l année sur réservation. 50 par groupe. Fête des 10 ans de l association le samedi 16 août sur le site. Gargouillosium les 15, 16 et 17 août. Un chemin, la Trine, mène en 300 marches au château depuis les bords du Serein. Un sentier balisé de 5 km permet de faire le tour du site du château, avec deux belvédères. À lire : «Le Patrimoine de Noyers et de ses alentours». 20. Renseignements sur les points de vente auprès de l association. Les stages : Stages de restauration. Deux semaines. 60. Inscription auprès de REMPART (www.rempart.com) Stages de taille de pierre. Une semaine Du 21 au 27 juillet et du 11 au 17 août. Stage de sculpture sur pierre. Une semaine Du 11 au 17 août. «Nous effectuons des relevés topographiques assez fins ainsi que des recherches en géophysique, qui permettent de retrouver des fondations dans le sol sans y toucher, indique Daniel Robert, lui-même géophysicien. L électrique fonctionne très bien : nous injectons des courants dans le sol et suivant la réponse reconstituons sa nature. Cela nous permet de construire petit à petit un modèle pour le château.» Des mesures en électromagnétisme ont également été effectuées en partenariat avec l université Paris-VI. Toutes ces informations sont présentées sur le site sur des panneaux d information, avec les clichés pris en vol par la base de Reims.

26 DÉBAT Comment faire entrer la viticulture bourguignonne dans l ère de la mondialisation sans qu elle perde son âme, sans qu elle renonce à l excellence de ses produits? Jean-Hugues Goisot : La Bourgogne est entrée depuis longtemps dans la mondialisation, depuis que les transports ont permis d expédier des vins sur tous les continents. On retrouve les plus grandes appellations de la Bourgogne dans le monde entier. Mais nous sommes ici en Bourgogne, sur des marchés de niche. Les volumes sont très limités comparés à ceux du Bordelais ou des vins du Nouveau Monde. C est ce qui permet de pouvoir aborder la mondialisation de façon plus sereine à condition de garder nos valeurs. Jean-Paul Durup : La France est toujours un des pays leaders sur le marché mondial du vin, même si elle est de plus en plus concurrencée par les vins dits du Nouveau Monde. Il existe deux approches: l une qui privilégie le marketing, l autre le terroir, comme c est le cas en France. Nous produisons, depuis des siècles, des vins avec une certaine typicité. Celle-ci tient au climat, à la nature géologique des sols, à l exposition des vignes, à la pente et à la vie microbienne du sol. Tous ces éléments confèrent aux vins une expression unique. On trouve d un autre côté des vins marketing qui sont des vins plaisants au goût des consommateurs. Les vins français ont une carte importante à jouer. Ils répondent très bien aux exigences des connaisseurs; à tous ceux qui recherchent des produits qui ont une personnalité et une originalité. Les consommateurs non avertis peuvent, eux, plus facilement se reconnaître avec les vins de cépages qui sont des vins faciles. Tout le monde peut faire des vins de cépage. Mais indiquer le cépage sur une étiquette comme on le fait sur les vins de Bourgogne génériques est regrettable car l on ne valorise alors que l un des composants, le cépage, au détriment du terroir et de l appellation régionale. Le principal problème des vins de cépage français tient à leur coût de production qui est nettement plus élevé que celui des vins chiliens, argentins ou sud-africains, par exemple. L offre viticole française pâtit-elle vraiment de sa complexité? Cette diversité perturbe-t-elle les consommateurs peu aguerris? Jean-Hugues Goisot : Il est vrai que la Bourgogne compte une très grande variété de vins. Il y a plus de cent appellations, soit près du quart des AOC. On peut déguster sous la même appellation de Bourgogne et avec un même cépage deux vins tout à fait différents. C est une difficulté mais aussi une grande richesse que cette mosaïque de parfums et de goûts. Jean-Paul Durup : Cette diversité déconcerte sans doute les consommateurs peu aguerris. La France possède un atout exceptionnel qui est la notion d appellation d origine qui permet au consommateur de connaître la provenance de tel ou tel vin. Mais l AOC peut s avérer très difficile à comprendre pour le consommateur de base. Ces deux systèmes peuvent cependant très bien coexister. Les vins de cépage permettent aux nouveaux consommateurs de faire leurs premières armes. Ces derniers pourront ensuite passer à l appellation régionale et à l appellation communale, aux premiers puis aux grands crus. La solution à la crise viticole française passe-t-elle par la création de marques ou de vins de cépage plus facilement identifiables par les consommateurs? Jean-Hugues Goisot : La crise viticole que l on a

27 Jean-Hugues G oisot Jean-P aul Durup connue a été davantage ressentie dans le sud de la Bourgogne que dans le nord. C est en effet au sud de la région que l on trouve le plus grand nombre de vignerons qui se cantonnent à la production de raisins qu ils commercialisent à des caves coopératives et à des négociants. Ces viticulteurs sont entièrement dépendants des structures de commercialisation. L Yonne a été épargnée par cette crise, car beaucoup de vignerons vendent une partie de leurs récoltes en marché direct. Ils ne dépendent pas d une tierce personne pour commercialiser leurs produits. Nous avons la chance, en outre, de pouvoir vendre une part importante de notre production à Paris. Il y a deux façons de concevoir le vin. On peut soit s appuyer sur un terroir avec ses spécificités particulières comme les vins de l Yonne. Soit concevoir de toutes pièces un vin en recherchant ce que souhaite le consommateur. On va alors élaborer un vin en choisissant le cépage, la vinification et habiller le tout à grand renfort de campagnes de marketing qui permettront d écouler la production. C est cette démarche qui a été initiée il y a une dizaine d années dans les vignobles du Nouveau Monde et dans quelques vignobles de France. S agissant des marques, elles existent depuis longtemps en Bourgogne. Vous n achetez pas un meursault ou un volnay, mais un Lafon, ou un de Montille, le nom du viticulteur devient une marque. Il n est intéressant de commercialiser sous des marques comme le font les pays du Nouveau Monde que si vous produisez des volumes très importants. En outre, nous serons toujours trop chers sur le marché très concurrentiel des vins de cépage car nos coûts de production sont plus élevés et nous risquerions de disparaître dans l uniformité de l offre. Jean-Paul Durup : Les marques jouent un rôle très important. Une marque n existe vraiment que quand elle est comprise par le consommateur, qu elle est reconnue par lui. Il y a deux manières de voir les choses. Des appellations françaises ou étrangères comme chablis, bourgogne, champagne ou chianti sont des marques. Mais établir une marque au niveau mondial nécessite beaucoup d énergie et des investissements considérables. La maison Gallo, une des plus grosses structures mondiales, a investi, à elle seule en Grande-Bretagne, un budget de marketing et de communication équivalent à celui de l ensemble des vins français. Peu de maisons françaises disposent de budgets de promotion importants. À nous, vignerons, de voir comment asseoir, avec l appui de l interprofession, notre propre marque au niveau mondial, en nous appuyant sur notre appellation qui constitue notre patrimoine collectif. Propos recueillis par Eric Tariant

28 ENTRETIEN Le FSL 89 a eu lieu à l occasion de la journée décentralisée du Forum social mondial, le 26 janvier Quels sont les objectifs du FSM? Le Forum social mondial a été créé en 2001 à Porto Alegre (Brésil) en réaction au Forum économique mondial de Davos (Suisse), qui réunit chaque année les élites des grandes entreprises ainsi que des représentants des gouvernements, et qui a été un pionnier dans l impulsion des politiques néolibérales. L idée est d opposer un système économique et social qui mette en avant, non pas le droit de la concurrence au profit des détenteurs de capitaux, mais l ensemble des droits humains fondamentaux au profit de l ensemble des citoyens. Le FSM, grand rendez-vous international du mouvement altermondialiste, constitue un espace de débats et de propositions. À côté du FSM, il y a des Forums sociaux continentaux et des Forums sociaux locaux, dont celui de l Yonne. Les thèmes du FSL 89 sont le social et l environnement. En quoi sont-ils compatibles? Pour le mouvement altermondialiste, le social et l environnement vont ensemble. Nous pensons que c est le système actuel, basé sur le néolibéralisme, le libre-échange et la mise en concurrence de tous les systèmes sociaux et fiscaux, qui entraîne la dégradation du social et des ressources naturelles. Il faut remettre en cause le modèle économique actuel basé sur la rentabilité des profits financiers pour répondre à des exigences sociales et écologiques, et je dirais même à l impératif écologique. Pouvez-vous nous citer des exemples concrets? La forte réduction des consommations énergétiques passe par la réduction des transports privés, indissociable d investissements dans les transports en commun et d une redistribution des richesses par une nouvelle fiscalité, afin que les plus pauvres ne soient pas pénalisés. Prenons l exemple de la taxe carbone proposée au sortir du Grenelle de l environnement : elle doit taxer de la même façon pauvres et riches, et pour les entreprises être compensée par une diminution des cotisations sociales, cela nous paraît inacceptable car on oppose le social et l écologie. Autre exemple : l agriculture. Nous voulons une agriculture sociale, écologique et solidaire avec les autres pays, notamment les plus pauvres. Cela passe par un retour à une intervention forte de l État pour une régulation des échanges protégeant nos agriculteurs par rapport à des prix mondiaux qui ne prennent pas en compte les conditions sociales et environnementales ; et une meilleure répartition des aides à destination d une agriculture écologique et génératrice de davantage d emplois. De quoi avez-vous encore parlé à Auxerre? Je suis revenue sur le Grenelle de l environnement et sur les revendications principales de l Alliance pour la planète qui n ont pas été prises en compte. L écologie est politique et les urgences actuelles exigent d aller bien au-delà de ce qui s est décidé, pour une transformation profonde de nos modes de consommation et de production. Nathalie Hadrbolec

29 SORTIR L AGENDA DU MOIS THÉÂTRE > CONCERT > DANSE > EXPOSITION > THÉÂTRE > CONCERT > DANSE Pour faire connaître vos manifestations : THÉÂTRES AUXERRE QUATRE ACTES AVEC OLGA 1 er février à 20 h 30 TERRIENS 5 février à 20 h 30 et 6 février à 19 h LA NUIT DU PIANO 2 février à 19 h TROIS SŒURS 26, 27 et 28 février à 19 h Contact théâtre d Auxerre : SENS Théâtre municipal de Sens, 21 boulevard Garibaldi. Tél. : LA VIE AU CHANT 1 er février à 20 h 30 LA CONTREBASSE 8 février à 20 h 30 EN ATTENDANT LE SONGE 29 février 2008 à 20 h 30 MUSÉES ET EXPOSITIONS AUXERRE SCULPTURES DE SOPHIE-MATHILDE TAUSS Musée Leblanc-Duvernoy, 9 bis rue d Egleny Jusqu au 3 mars Contact : «ALICE ET PETER, MYTHOLOGIE DE L ENFANCE» Musée abbaye Saint-Germain Salle Image Jusqu au 25 février Contact : Conception Studio Yvonneau COMMUNICATION ANIMALE Jusqu au 24 février au muséum d Auxerre 5 bd Vauban du lundi au vendredi et le dimanche de 13 h 30 à 17 h 30 Contact :

30 SORTIR AUXERRE ADIAMOS, «L IMPÔT, UNE PASSION FRANÇAISE» Du 15 février au 15 mars Cellier du musée Saint Germain. MUSÉE DE L AVALLONNAIS «FAIRY-TALE INSTALLATIONS» Jusqu au 2 mars SPECTACLE POUR ENFANTS «100 KG ET SES ÉLÉPHANTS» 5 février à 19 h Marché couvert d Avallon Contact : EXPOSITION JEAN DESPRES Du 15 février au 31 décembre, Musée (rez-de-chaussée) «VUES DE L EXTÉRIEUR» Exposition permanente JOIGNY LA PEINTURE MAROCAINE NOYERS-SUR-SEREIN Le 29 février à 20 h 30 SENS XIX Jusqu au 2 mars Orangerie des Musées de Sens RANDONNÉES Contact : Comité Départemental de la Randonnée Pédestre de l Yonne Tél. : CALENDRIER DES PROCHAINS MATCHS DE L AJA À DOMICILE : AJA/ TOULOUSE AJA/ LENS Jusqu au 10 février Espace d arts Cyril Schirch Joigny Contact : février : 8 février : 10 février : 12 février : 17 février : 24 février :

31 SORTIR COUP DE CŒUR AUXERRE 30 ANS APRÈS, YVES SIMON REMONTE SUR SCÈNE 4 mars à 20 h 30 et 5 à 19 h Grande Salle Théâtre d Auxerre Tél. : CONCERTS ET MUSIQUES AUXERRE 1er février à 20 h 30 Auxerrexpo Contact : février à 15 h Marché Couvert Contact : février à 11 heures gymnase des hauts d Auxerre 7 février à 21 h Le Mo Better Blues Contact : février à 15 h Auxerrexpo Contact : février à 20 h 30 Auxerrexpo Contact : Ticknet : Fnac. com : février à 20 h 30 Le Mo Better Blues Contact : AVALLON 3 février à 15 h Marché Couvert Contact : BEUGNON 29 février à 20 h 30 Salle des fêtes Place de l Europe Contact info/resa : JAZZ-CLUB D AUXERRE 1 er février à 21 h 29 février à 21 h Contact : Théâtre d Auxerre 54 rue Joubert AUXERRE Tél. : EGRISELLES-LE- BOCAGE 2 février à 20 h L Hacienda Contact : PONT-SUR-YONNE 1 er février à 21 h Baroque-Café Contact : SAINT-CLÉMENT 2 février à 20 h 30 Gymnase 22 Rue Athanase-Clouzard Contact : TONNERRE 1 er février à 20 h 30 Salle polyvalente Contact : Office tourisme Tonnerre : TOUCY 16 février à 20 h 30 Salle Polyvalente Contact : CAFÉS DE PAYS BAR LA CODALIE 5, Grande Rue Passy Tél. : février à 21 h février à 21 h 30 LE BARBARIAN S 1, rue de Paris Saint-Clément 9 février à 22 h Contact : PUB SAINT PATRICK 12, route de de Poilly Bleury 16 février à 21 h Contact : LE CARROUGE 5 place de la mairie - Treigny 23 février à 21 h Contact : AU SOMMAIRE DU NUMÉRO DE MARS : Un dossier sur les métiers du marché de l art dans l Yonne : Entreprendre : Découverte :

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche.

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche. Madame la Secrétaire Générale,.. Tester dans l Auxerrois, une invention d Alsace du Nord qui fonctionne depuis trois ans, était une excellente idée surtout quand je vous aurais dit que mon activité professionnelle

Plus en détail

Montée d Orelle 18 août 2013. Dossier de Partenariat

Montée d Orelle 18 août 2013. Dossier de Partenariat Montée d Orelle 18 août 2013 Dossier de Partenariat 1 Sommaire Qui sommes-nous 3 Présentation du Projet 4/5 Budget prévisionnel 6 Devenez Partenaire 7/9 Plan de Communication 11 Contact 12 2 Qui sommes-nous?

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

Communiquer en entreprise. Votre guide SMS

Communiquer en entreprise. Votre guide SMS Communiquer en entreprise Votre guide SMS Pourquoi le SMS est-il si efficace? Quelque soit l activité de votre entreprise il est important que vous puissiez communiquer efficacement avec vos clients, fournisseurs

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

au sein d une délégation nouvelle dédiée à l économie sociale et solidaire confiée à Seybah Dagoma

au sein d une délégation nouvelle dédiée à l économie sociale et solidaire confiée à Seybah Dagoma DOSSIER DE PRESSE Avril 2009 Paris lance des actions innovantes pour créer des emplois d utilité sociale au sein d une délégation nouvelle dédiée à l économie sociale et solidaire confiée à Seybah Dagoma

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD 2015 1 ORDRE DU JOUR Rapport d activité 2014 Les comptes 2014 Orientations & Budget prévisionnel 2015 Questions diverses 2 LE TERRITOIRE DE COMPETENCES 3 RAPPORT D'ACTIVITE

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

La Fondation Société Générale pour la solidarité

La Fondation Société Générale pour la solidarité La Fondation Société Générale pour la solidarité F O N D A T I O N P O U R L A S O L I D A R I T É La Fondation d entreprise Société Générale pour la Solidarité Elle intervient en faveur de l insertion

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

L AGENDA 21 CHU DE BREST

L AGENDA 21 CHU DE BREST L AGENDA 21 CHU DE BREST Une démarche stratégique : pour quels objectifs? comment et avec qui? pour quels résultats? LE CONTEXTE NATIONAL Une démarche hospitalière brestoise qui respecte : L engagement

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour

Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour 47 Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour SOMMAIRE INTRODUCTION L Enfant, le Sport et le Handicap 1 HANDISPORT et USEP : Qui sommes-nous? PRESENTATION 2 HISTORIQUE 3 HANDISPORT

Plus en détail

Dossier de demande de subvention de fonctionnement Tiers privé Année 2015 Volet 3 du contrat départemental de territoire

Dossier de demande de subvention de fonctionnement Tiers privé Année 2015 Volet 3 du contrat départemental de territoire Dossier de demande de subvention de fonctionnement Tiers privé Année 2015 Volet 3 du contrat départemental de territoire DOSSIER COMPLET A DEPOSER AVANT LE 30 AVRIL 2015 Le cachet d arrivée faisant foi,

Plus en détail

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)?

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? M o d e d e m p l o i d e s p r ê t s a c c o r d é s a u x s t r u c t u r e s d u t i l i t é s o

Plus en détail

Appel à Projets Tourisme 2014 Le Tourisme de Proximité pour et par les Bourguignons

Appel à Projets Tourisme 2014 Le Tourisme de Proximité pour et par les Bourguignons Appel à Projets Tourisme 2014 Le Tourisme de Proximité pour et par les Bourguignons Conseil régional de Bourgogne 17 boulevard de la Trémouille CS 23 502-21035 DIJON APPEL A CANDIDATURES PREAMBULE Le tourisme

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà 50 projets pour demain GÉENÉERATIONS demain c est déjààà AUCHAN chez nous Les fondations Auchan et Simply lancent un appel à projets «50 projets pour demain» En 2011, le Groupe Auchan fête ses 50 ans.

Plus en détail

Dossier de demande ravitaillement OFFICE DE TOURISME DU CANTON DE SALIGNAC 24590 SALIGNAC

Dossier de demande ravitaillement OFFICE DE TOURISME DU CANTON DE SALIGNAC 24590 SALIGNAC Dossier de demande ravitaillement OFFICE DE TOURISME DU CANTON DE SALIGNAC 24590 SALIGNAC PARTENAIRES IMPLIQUES DANS LE PROJET Les organisateurs à l initiative du projet ont souhaité que celui-ci fédère

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 CCAS DE BESANCON 9 rue Picasso BP 2039 25050 Besançon Cedex Tél. : 03 81 41 21 21 Fax : 03 81 52 92 56 Référent Administration Générale Tél : 03 81 41 21 21 - poste

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

Un piano dans chaque école

Un piano dans chaque école Notre idée : dans chaque école, mettre à disposition des enfants un vrai piano, en accès libre. BUDGET PARTICIPATIF 2015 Un piano dans chaque école Description du projet Pour un enfant, avant d être un

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

ACCOMPAGNER LA FONDATION PARIS SAINT-GERMAIN

ACCOMPAGNER LA FONDATION PARIS SAINT-GERMAIN ACCOMPAGNER LA FONDATION PARIS SAINT-GERMAIN NOM PROSPECT + DATE LA FONDATION PARIS SAINT-GERMAIN DÈS SEPTEMBRE 2000, LE PARIS SAINT-GERMAIN S EST ENGAGÉ SUR LE TERRAIN DE L ACTION SOCIALE EN CRÉANT LA

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATIONS SIROS

BULLETIN D INFORMATIONS SIROS BULLETIN D INFORMATIONS SIROS Numéro de septembre 2014. NOUS CONTACTER Commune de Siros 20 Rue Carrerasse 64230 SIROS Tel : 05 59 68 66 05 Fax : 05 59 68 72 80 Courriel : mairie.siros@wanadoo.fr www.siros.fr

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

Questionnaire et Réponses ville de Bergues (59) liste Divers Gauche (tête de liste: José Szymaniak, adjoint au maire ex-eelv)

Questionnaire et Réponses ville de Bergues (59) liste Divers Gauche (tête de liste: José Szymaniak, adjoint au maire ex-eelv) Questionnaire et Réponses ville de Bergues (59) liste Divers Gauche (tête de liste: José Szymaniak, adjoint au maire ex-eelv) Signataires du manifeste du collectif Roosevelt, rassemblant plus de 110 000

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Présentation de l OL Fondation, fondation d entreprise

Présentation de l OL Fondation, fondation d entreprise Présentation de l OL Fondation, fondation d entreprise Qu est ce qu une fondation? Une fondation est l acte par lequel une ou plusieurs personnes physiques ou morales décident de l affectation irrévocable

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2014

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2014 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2014 POINT LOGEMENT 145-155 avenue de Verdun Réalisation par Gambetta Locatif d une résidence sociale pour public jeunes de 142 logements Garantie communale (emprunt

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

L action du Conseil général en faveur des jeunes. Conseil Cantonal d Etréchy

L action du Conseil général en faveur des jeunes. Conseil Cantonal d Etréchy L action du Conseil général en faveur des jeunes Conseil Cantonal d Etréchy Les engagements pour la jeunesse 3 missions majeures dans le cadre de la délibération adopté le 12 décembre 2011 : Inciter les

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Face aux solutions recherchées par le gouvernement au regard des milliards de dettes sociales et fiscales accumulées dans les DOM

Plus en détail

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 SPÉCIAL FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 L État réduit son aide financière aux communes Quelles conséquences pour Meudon et les Meudonnais? La commune reste la collectivité de proximité par excellence

Plus en détail

L ESS sur le Pays Sologne Val Sud

L ESS sur le Pays Sologne Val Sud Hors-Série n 1 Juin 2012 L ESS sur le Pays Sologne Val Sud Editorial Le Pays Sologne Val Sud jouit d une attractivité résidentielle qui se reflète dans le dynamisme démographique de nos communes, la vitalité

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LE PROJET 2. LE CONTEXTE 3. LES OBJECTIFS 4. LES MOYENS 5. LE CENTRE NATIONAL CHINOIS 6. LE DEROULEMENT DU SEJOUR

SOMMAIRE 1. LE PROJET 2. LE CONTEXTE 3. LES OBJECTIFS 4. LES MOYENS 5. LE CENTRE NATIONAL CHINOIS 6. LE DEROULEMENT DU SEJOUR SOMMAIRE 1. LE PROJET 2. LE CONTEXTE 3. LES OBJECTIFS 4. LES MOYENS 5. LE CENTRE NATIONAL CHINOIS 6. LE DEROULEMENT DU SEJOUR 7. LE BUDGET PREVISIONNEL 8. LE LISTING DES GYMNASTES ET ENCADRANTS 2 PEKIN

Plus en détail

Mon état civil. Ma situation

Mon état civil. Ma situation Nom : Prénom : Tél :. Activité : Vous souhaitez créer une entreprise dans le secteur des Services à la personne. Votre Chambre de Commerce et d Industrie a élaboré ce guide pour vous aider à : - vous poser

Plus en détail

APPROCHE DE LA BANQUE PAR LE CREATEUR / REPRENEUR

APPROCHE DE LA BANQUE PAR LE CREATEUR / REPRENEUR APPROCHE DE LA BANQUE PAR LE CREATEUR / REPRENEUR 1 PLAN 1 Faire valider son projet personnel Votre personnalité Vos compétences et votre savoir-faire Vos motivations 2 Faire valider son projet économique

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Lancement officiel du RSA Jeunes

Lancement officiel du RSA Jeunes Lancement officiel du RSA Jeunes Vendredi 10 septembre 2010 15 h 45 Salle ROCLORE 53 bis, rue de la Préfecture à Dijon Sommaire 1) La mise en œuvre du RSA Jeunes 2) Le point sur le RSA 3) L insertion,

Plus en détail

Le 12 novembre 2014 DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse : Alexandra BODET Tél : 05.49.24.88.27 alexandrabodet@niortmaraispoitevin.

Le 12 novembre 2014 DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse : Alexandra BODET Tél : 05.49.24.88.27 alexandrabodet@niortmaraispoitevin. Le 12 novembre 2014 DOSSIER DE PRESSE Contact Presse : Alexandra BODET Tél : 05.49.24.88.27 alexandrabodet@niortmaraispoitevin.com Destination affaires Séminaires Congrès Evénement On se souvient : Acte

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

ACTION DE ETAT QUELQUES CHIFFRES «CLÉS» -GARONNE -ET-GAR ETAT. Quelques chif

ACTION DE ETAT QUELQUES CHIFFRES «CLÉS» -GARONNE -ET-GAR ETAT. Quelques chif 5 Quelques chif hiffr fres «clés» Les effectifs ectifs de l Etat au 31 décembre e 2013 7 467 193 4 825 473 159 80 37 24 Administration générale Education nationale (dont 3826 enseignants) Economie Finances

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL 10 AVRIL 2014 15 H SOMMAIRE

CONSEIL MUNICIPAL 10 AVRIL 2014 15 H SOMMAIRE Direction Générale des Services CONSEIL MUNICIPAL 10 AVRIL 2014 15 H SOMMAIRE PAGES CREATION DES COMMISSIONS, DESIGNATION OU ELECTION DES REPRESENTANTS DU CONSEIL MUNICIPAL AUX DIVERS ORGANISMES 2 DELEGATIONS

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

J ai une belle opportunité de développement

J ai une belle opportunité de développement CF 002 Avril 2010 w w w. lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent w w w.franceac tive.org Financeur solidaire pour l emploi J ai une belle opportunité de développement

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations

Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations MIFE LOIRE SUD Dans le parcours de la création d entreprise, la MIFE Loire Sud se positionne

Plus en détail

Assemblée Générale Ordinaire du 20 mars 2014 RAPPORT FINANCIER

Assemblée Générale Ordinaire du 20 mars 2014 RAPPORT FINANCIER Assemblée Générale Ordinaire du 20 mars 2014 Association des diplômés d AgroParisTech et des écoles qui l ont précédé RAPPORT FINANCIER Comptes de l'exercice 2013 Proposition de budget 2014 Association

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

COMMENT DéVELOPPER SON CLUB?

COMMENT DéVELOPPER SON CLUB? COMMENT DéVELOPPER SON CLUB? Accompagnement dans la création d un projet de développement. LE PROJET CLUB Analyser les points forts et points faibles Définir des axes d amélioration Décliner en actions

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

> Une maison des associations éphémère, à ciel ouvert. > Témoigner des valeurs portées par le monde associatif

> Une maison des associations éphémère, à ciel ouvert. > Témoigner des valeurs portées par le monde associatif > Une maison des associations éphémère, à ciel ouvert réunir les associations bourguignonnes en une seule journée > Témoigner des valeurs portées par le monde associatif La solidarité, La lutte contre

Plus en détail

51 Idées pour créer son entreprise

51 Idées pour créer son entreprise Écrit et réalisé par William Le Rolland 51 Idées pour créer son entreprise Première impression : janvier 2011 Dernière édition le : 7 mars 2013 Ce même livre a été créé pour le format ebook et livre papier

Plus en détail

notice Modalités d intervention financière Dossier de demande d aide départementale

notice Modalités d intervention financière Dossier de demande d aide départementale dossier de demande d aide départementale Dossier de demande d aide départementale ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT artistique notice bénéficiaires Communes, établissements publics de coopération intercommunale

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement DÉCEMBRE 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale PR EM I ER M INI ST R E Gagner la bataille pour l emploi Un nouveau contrat : le Contrat Nouvelles

Plus en détail

BIPESS 2.0 format pdf - 2014

BIPESS 2.0 format pdf - 2014 1. Fiche d identité du référent BIPESS et du groupe évaluateur Le statut du référent BIPESS (1 personne) de votre structure : Veuillez choisir toutes les réponses qui conviennent : Salarié Dirigeant Administrateur

Plus en détail

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse :

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse : Dossier de presse Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire Contacts presse : Sandrine Bonamy Tél. : 01 56 03 59 03 06 86 17 48 76 - s.bonamy@adie.org Audrey Thirot Tél. : 01

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

ETUDES SUR LES AIDES PUBLIQUES AUX ENTREPRISES PAR LES DIFFERENTES COLLECTIVITES

ETUDES SUR LES AIDES PUBLIQUES AUX ENTREPRISES PAR LES DIFFERENTES COLLECTIVITES Avant-propos ETUDES SUR LES AIDES PUBLIQUES AUX ENTREPRISES PAR LES DIFFERENTES COLLECTIVITES En France, il y a 4 500 d aides fiscales aux entreprises! Il me paraît impossible de les passer toutes en revue,

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social économie budget primitif 2015 scolaire petite enfance jeunesse sports Le budget primitif 2015 : entre rigueur et maintien du niveau de service social Avec un montant total de 38 millions d euros, le budget

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Mémento pratique. Présentation d un projet de Mini-Entreprise

Mémento pratique. Présentation d un projet de Mini-Entreprise Mémento pratique Présentation d un projet de Mini-Entreprise 1. Présentation de l association Entreprendre Pour Apprendre France. 2. Qu est-ce qu une Mini-Entreprise? 3. Les grandes étapes de la Mini-Entreprise.

Plus en détail

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com DOSSIER DE PRESSE La Ville d ANGERS, Angers Loire Métropole, Angers Loire Tourisme, Angers Expo Congrès et la Chambre de Commerce et d Industrie de Maine et Loire ont décidé de créer à ANGERS un BUREAU

Plus en détail

Les Rendez-vous de l UD 92

Les Rendez-vous de l UD 92 Les Rendez-vous de l UD 92 12 e édition - Mardi 3 décembre 2013 La Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences En partenariat avec : La FROTSI Lorraine Intervention de : Anne-Karine Bentz-Ivanov

Plus en détail

CLÉS. pour réussir votre création d entreprise en Ardèche

CLÉS. pour réussir votre création d entreprise en Ardèche E 7 CLÉS pour réussir votre création d entreprise en Ardèche 1 Etre un créateur dans l âme Créer puis gérer une entreprise demande de solides qualités personnelles : Désir d entreprendre Engagement fort

Plus en détail

BADMINTON VALDAHON VERCEL

BADMINTON VALDAHON VERCEL DOSSIER SPONSORING BADMINTON VALDAHON VERCEL QUI SOMMES-NOUS? Depuis 1989, notre club est affilié à la Fédération Française de Badminton (FFBad) reconnue d utilité publique et développe la pratique de

Plus en détail

L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire!

L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire! L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire! Les Paniers Bio du Val de Loire, une filière bio et solidaire du producteur au consommateur Mars 2013 1 Présentation

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013 INTERVENTION DE ROBERT ALFONSI GROUPE «GAUCHE TOULONNAISE»

CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013 INTERVENTION DE ROBERT ALFONSI GROUPE «GAUCHE TOULONNAISE» CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013 INTERVENTION DE ROBERT ALFONSI GROUPE «GAUCHE TOULONNAISE» Ce budget est le dernier de la mandature. Il ne marque pas d évolution notable par rapport aux précédents

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le lundi 15 décembre

Plus en détail

OBJET : Fonds interministériel de prévention de la délinquance Vidéoprotection 2015

OBJET : Fonds interministériel de prévention de la délinquance Vidéoprotection 2015 PREFET DU LOIRET Préfecture Bureau du cabinet Pôle de sécurité intérieure AFFAIRE SUIVIE PAR : M. MATTHIEU LEDORÉ TÉLÉPHONE : 02.38.81.40.23 COURRIEL : PREF-CABINET@LOIRET.GOUV.FR LE PRÉFET DU LOIRET à

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»), Avis n 2014-0659 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 juin 2014 relatif à une modification du catalogue des prestations internationales du service universel

Plus en détail

Marseille, le 22 juin 2011

Marseille, le 22 juin 2011 Propreté Services associés Assistance aéroportuaire Logistique & Manutention Gestion des déchets Marseille, le 22 juin 2011 Communiqué de presse L équipage espoir olympique Petitjean - Douroux monte à

Plus en détail

Etude image / notoriété / marques 2009 Eléments symbolisant Provence-Alpes-Côte d Azur

Etude image / notoriété / marques 2009 Eléments symbolisant Provence-Alpes-Côte d Azur Etude image / notoriété / marques 2009 Eléments symbolisant Provence-Alpes-Côte d Azur Rappel 83% 27% 72% 54% 53% 49% 72% 45% 26% 43% 15% 34% 57% 31% 53% 71% 31% 41% 29% 3% 2 l oenotourisme en PACA un

Plus en détail