janvier 2009 centre de réadaptation estrie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "janvier 2009 centre de réadaptation estrie"

Transcription

1 A p o l l o r é i n v e n t e r l e s s e r v i c e s a v e c l e s m o y e n s d u b o r d janvier 2009 centre de réadaptation estrie

2 Pourquoi Apollo? Au Québec, personnes étaient en attente de services de réadaptation au 31 mars 2005 et les délais d attente variaient en fonction de différents facteurs tels que le lieu de résidence (OPHQ, 2006a). Ces délais ont des répercussions négatives importantes sur l ensemble des personnes vivant des situations de handicap 1. Lorsque les enfants et leur famille sont en attente de services, cette période peut avoir plusieurs conséquences : détérioration de la condition de l enfant et stress, anxiété, surcharge, culpabilité et sentiment d impuissance familiale (Sorel et al., 1998; Tétreault, 2002). période d attente dépassant deux ans pour des services en ergothérapie et en orthophonie ( ); certaines clientèles ne sont pas encore desservies (enfants bègues) L accès aux services est primordial afin de maximiser la participation sociale des personnes vivant des situations de handicap. De plus, les services doivent également être organisés en vue d être offerts en continuité et en complémentarité par les différents dispensateurs de services, dont les centres de réadaptation (MSSS, 2004). Annuellement, environ 800 enfants reçevaient des services de réadaptation du CRE mais plus de 400 demeuraient sur la liste d attente. Plus de 450 enfants étaient en attente de services dont 168 âgés de 0 à 5 ans (contre 805 ayant reçu des services); accroissement constant de la liste d attente (199 nouvelles demandes pour l année ); La recherche de la participation sociale exige également des interventions interdisciplinaires axées sur les habitudes de vie et une implication active des usagers et de leur famille dans le processus de réadaptation, ce qui pose différents défis sur le plan de l organisation des services et demande une redéfinition de la relation entre les intervenants et la clientèle (Darrah et al., 2002; Dunst et al, 1988). 1 Tel que suggéré par le cadre de référence du processus de production du handicap, l expression «personnes vivant des situations de handicap» sera utilisée au lieu de l expression «personnes handicapées». Page 2 Apollo Modèle d organisation des services de réadaptation pédiatrique

3 Un modèle d intervention revisité Les intervenants en réadaptation doivent se préoccuper de la famille et de l entourage des enfants puisque ceux-ci influencent grandement les possibilités de participation sociale. En effet, les enfants profitant d un milieu familial et d un entourage stimulants présentent des niveaux supérieurs de fonctionnement et une meilleure résistance à la maladie (King et al., 2002 ; OPHQ, 2006a). Les différents milieux de vie de l enfant doivent également être considérés comme des partenaires en réadaptation. Les services de garde et les milieux scolaires sont des partenaires privilégiés en pédiatrie puisqu ils font partie des principaux milieux de vie des enfants et qu à long terme, «une faible scolarité est souvent associée à de plus faibles niveaux de santé et de bienêtre» (OPHQ, 2006a :10). Le Programme enfants adolescents Le programme Enfants et adolescents offre des services externes de réadaptation aux enfants de 0 à 18 ans ayant une déficience physique et vivant sur le territoire de l Estrie. Le programme Enfants et adolescents est composé de sept points de services régionaux et de cinq sous-programmes (moteur, retards de développement, dyspraxie, langage/parole et adolescents). Les services de réadaptation sont dispensés par des professionnels en éducation spécialisée, ergothérapie, orthophonie physiothérapie, psychologie et neuropsychologie ainsi que service social. Apollo Modèle d organisation des services de réadaptation pédiatrique Page 3

4 Inverser la pyramide Le milieu de la santé et de la réadaptation doit collaborer avec le réseau de l éducation, mais également avec l ensemble des partenaires concernés (par exemple, les milieux associatifs, les organismes de loisirs, les regroupements de parents, le transport adapté, etc.), afin de favoriser la participation sociale des enfants. Ces collaborations doivent permettre l accès aux services en temps opportun. Or, dans l organisation actuelle des services de réadaptation, les délais d attente sont trop longs et les liens de partenariat sont à développer afin de permettre une réelle participation sociale des personnes vivant des situations de handicap. Provenant d une démarche de réflexion débutée en 2003, le projet Apollo représente un nouveau modèle de services élaboré par le CRE. Nous avons revu complètement notre façon de voir l offre de services comme en témoigne la figure 1. L objectif ultime est de rehausser la qualité des services de réadaptation du programme Enfants et adolescents. Figure 1 Inverser la pyramide approche traditionnelle approche Apollo communautaire groupes individuel individuel groupes communautaire Page 4 Apollo Modèle d organisation des services de réadaptation pédiatrique

5 Finalité du projet Objectifs poursuivis 1) Améliorer le fonctionnement du programme Enfants et adolescents pour : Accroître l accessibilité des services (diminution des temps d attente). Avoir davantage de retombées sur la participation sociale de la clientèle. Renforcer le bien-être de la clientèle, du personnel et des partenaires. 2) Mettre en place un système d information et d évaluation permettant la mesure des retombées des interventions sur la clientèle et l entourage du programme Enfants et adolescents. Mission Organiser les services de réadaptation du programme Enfants et adolescents pour agir de façon optimale auprès de la clientèle et de leur entourage, au moment le plus approprié. En somme, la mission Apollo nous permet de réinventer l organisation des soins et des services pour en tirer le meilleur pour tous. Des cription du modèle Apollo Modèle d organisation des services de réadaptation pédiatrique Page 5

6 Un modèle qui repose... Le modèle tient compte des différentes étapes de vie de l enfant (petite enfance, âge scolaire, adolescence et jeune adulte). La figure 2 illustre le modèle Apollo, tel que conçu initialement. L accompagnement continu est au centre des préoccupations et la forme que prennent les services est variable. Trois grandes catégories d interventions sont proposées, soit les interventions dans la communauté, de groupe ou individuelles. Les enfants et leur famille, de même que les gens du milieu communautaire, ont été consultés afin d identifier leurs besoins et la meilleure façon d y répondre. De ces rencontres, il ressort que les usagers et leur famille veulent davantage d information et de soutien. De plus, ils souhaitent développer des habiletés. De leur côté, les organismes communautaires ont, eux aussi, besoin de développer des outils d intervention. Il s agit d un modèle où l accent est mis sur : Une approche par besoins; les changements de pratiques professionnelles; les transferts de compétences auprès des parents et des intervenants du milieu (école, CPE, loisirs). Figure 2 Modèle Apollo enfance élèves primaires élèves secondaires jeunes adultes accueil accompagnement continu interventions communautaires interventions de groupe interventions individuelles humanisation accessibilité participation sociale bien-être CPE maternelle école loisirs école loisirs vie autonome Page 6 Apollo Modèle d organisation des services de réadaptation pédiatrique

7 ... sur les besoins des usagers L accueil Mécanisme qui permet recueillir des informations complémentaires à celles transmises lors de la demande de service aux services du programme Enfants et adolescents et de favoriser un premier contact personnalisé avec l usager et sa famille. Favoriser l accès rapide à un premier service de réadaptation (le Premier contact) A c c o m p a g n e m e n t continu Ensemble d activités favorisant l accès con-tinu aux services, la coordination des services et la participation des usagers inscrits au programme Enfants et adolescents et leur famille dans le processus de réadaptation. Assurer l accès et la continuité des services en fonction des besoins. Coordonner les services afin de répondre à la globalité des besoins. Répondre aux nouveaux besoins ou aux situations de crise qui pourraient survenir à tout moment. Assurer un support psychosocial à l usager et à sa famille tout au long du processus de réadaptation. Assurer l accès pour l enfant et sa famille à une personne de référence au programme Enfants et adolescents (intervenant pivot). Favoriser l accès à de l information sur les services et sur les problématiques vécues par l enfant et sa famille. Apollo Modèle d organisation des services de réadaptation pédiatrique Page7

8 Résultats attendus Interventions communautaires Interventions auprès d un ensemble de personnes dans la communauté sans cibler d usagers en particulier. Favoriser l ouverture à l intégration sociale. Augmenter l accessibilité physique, diminuer les barrières. Encourager et soutenir l émergence de programme et services pris en charge par la communauté. Favoriser, influencer et soutenir les politiques sociales qui ont un impact pour les personnes ayant des incapacités. Favoriser le développement de compétences adaptées aux besoins de la clientèle de nos partenaires. Interventions de groupes Ensemble d activités qui visent plusieurs usagers inscrits au CRE, peu importe que l intervention soit au CRE ou dans le milieu de vie, et qu elle vise l enfant ou son entourage. Maintenir l intégrité des systèmes organiques. Développer des capacités et des stratégies compensatoires. Favoriser un environnement physique. Développer la réalisation d habitudes de vie. Développer les compétences de l enfant et de sa famille. Contribuer au soutien social et à l épanouissement de l enfant et de sa famille. Page 8 Apollo Modèle d organisation des services de réadaptation pédiatrique

9 Résultats attendus Interventions Individuelles Ensemble d activités qui visent un enfant inscrit au CRE. Peu importe que la thérapie soit au CRE ou dans le milieu de vie et que l intervention vise l enfant ou son entourage. Maintenir l intégrité des systèmes organiques. Développer des capacités et des stratégies compensatoires. Adapter l environnement physique. Développer la réalisation d habitudes de vie. Développer les compétences de l enfant et de sa famille. Contribuer au soutien social et à l épanouissement de l enfant et de sa famille. Apollo Modèle d organisation des services de réadaptation pédiatrique Page 9

10 Résultats attendus pour l usager et la famille Augmenter l accessibilité des services ; Augmenter le pourcentage du nombre de jeunes desservis; Diminuer des délais d attente; Rétablir et maintenir l accessibilité aux services selon les besoins de la clientèle (codes de priorités et disciplines d intervention); Diminuer le stress chez les parents avec le soutien social dès le «Premier contact» au niveau de l accueil et l accès à de l information; Empowerment des familles (meilleur sentiment d autodétermination et de compétence). Page 10 Apollo Modèle d organisation des services de réadaptation pédiatrique

11 Résultats attendus pour l établissement et le réseau Développement d un nouveau modèle de dispensation des services transférable à d'autres types de clientèles et d'autres centres de réadaptation; Mobilisation de la communauté (milieux de vie); Empowerment des intervenants et des partenaires; Réduction des coûts annuels de réadaptation par enfant; Élimination de listes d attente; Augmentation du nombre de groupes offert et du nombre d'usagers inscrits à un groupe; Augmentation et maintient de l accessibilité aux services selon les besoins de la clientèle; Implantation de certaines composantes du modèle dans les autres programmes de l établissement; Optimisation de la gestion des équipes d intervenants. Apollo Modèle d organisation des services de réadaptation pédiatrique Page 11

12 w w w. c e n t r e d e r e a d a p t a t i o n e s t r i e. o r g Centre de réadaptation Estrie 300, King Est, bureau 200 Sherbrooke (Québec) J1G 1B1 T : F :

POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS À DÉFIS PARTICULIERS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE «LE CPE LA DÉCOUVERTE DE L ENFANCE»

POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS À DÉFIS PARTICULIERS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE «LE CPE LA DÉCOUVERTE DE L ENFANCE» POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS À DÉFIS PARTICULIERS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE «LE CPE LA DÉCOUVERTE DE L ENFANCE» Politique adoptée par le conseil d administration en juin 2007, révisé en septembre

Plus en détail

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience visuelle

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience visuelle 514-488-5552, poste 1304 Montréal, Laval et Montérégie Âge : tous les âges MISSION Le Centre de réadaptation MAB-Mackay (CRMM) contribue à maximiser l autonomie et la participation sociale de ses usagers,

Plus en détail

Les modalités de scolarisation des élèves TED au Québec

Les modalités de scolarisation des élèves TED au Québec Les modalités de scolarisation des élèves TED au Québec Les services éducatifs et l approche éducative en milieu scolaire Vauvert, France 28 mai 2009 Joanne Camirand Personne ressource de soutien et d

Plus en détail

Le plan de transition: un outil précieux pour le passage de l école à la vie active de certains élèves à risque

Le plan de transition: un outil précieux pour le passage de l école à la vie active de certains élèves à risque Le plan de transition: un outil précieux pour le passage de l école à la vie active de certains élèves à risque Benoît Dumas Personne-ressource Service régional de soutien et d expertise à l intention

Plus en détail

Centre de la petite enfance Petit à Petit

Centre de la petite enfance Petit à Petit Centre de la petite enfance Petit à Petit Politique d intégration des enfants handicapés du CPE Petit à Petit Mise à jour : 23 janvier 2008 POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS HANDICAPÉS DU SERVICE DE

Plus en détail

Le sous-programme. Langage/parole. programme Enfants et adolescents. livret informatif destiné aux familles du

Le sous-programme. Langage/parole. programme Enfants et adolescents. livret informatif destiné aux familles du Le sous-programme Langage/parole livret informatif destiné aux familles du programme Enfants et adolescents Centre de réadaptation Estrie, 2008 Le sous-programme Langage/parole Le sous-programme Langage/parole

Plus en détail

ÉCOLE MADELEINE-BERGERON PROJET ÉDUCATIF

ÉCOLE MADELEINE-BERGERON PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE MADELEINE-BERGERON PROJET ÉDUCATIF 2014-2019 L école Madeleine-Bergeron est un établissement scolaire spécialisé, mais elle est avant tout un milieu de vie. Le renouvèlement du projet éducatif est

Plus en détail

D-1 Politique de l adaptation scolaire

D-1 Politique de l adaptation scolaire C a h i e r d e s r è g l e m e n t s, p o l i t i q u e s, p r o c é d u r e s e t a u t r e s d i r e c t i v e s d e l a C o m m i s s i o n s c o l a i r e d e s H a u t s - C a n t o n s SECTION D

Plus en détail

SOMMAIRE. Politique d intégration des enfants à besoins particuliers page 2

SOMMAIRE. Politique d intégration des enfants à besoins particuliers page 2 Politique d intégration des enfants à besoins particuliers, adopté par le conseil d administration en novembre 2008 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 INTRODUCTION... 3 PRÉSENTATION DU MILIEU... 4 LES OBJECTIFS GÉNÉRAUX...

Plus en détail

Mémoire. de la Fédération des commissions scolaires du Québec

Mémoire. de la Fédération des commissions scolaires du Québec Mémoire de la Fédération des commissions scolaires du Québec Présenté dans le cadre de la consultation de la Commission sur l éducation à la petite enfance Novembre 2016 Document : 7243 Fédération des

Plus en détail

d intensité variable : modèle lavallois Implantation d un d Le 17 mai 2007

d intensité variable : modèle lavallois Implantation d un d Le 17 mai 2007 Services régionaux r de soutien d intensité variable : Implantation d un d modèle lavallois Le 17 mai 2007 Plan de présentation du soutien d intensitd intensité variable à Laval Historique du suivi dans

Plus en détail

Planetree et Entreprise en santé

Planetree et Entreprise en santé Planetree et Entreprise en santé Une combinaison gagnante pour assurer la santé dans nos organisations par Lucie Dumas Directrice générale, Centre de réadaptation Estrie Présentation JASP, 24 novembre

Plus en détail

Le sport adapté, rapie. en ergothérapie. Josée e Bureau Marie-Ève Gervais Tania Godin Caroline Marquis Montminy Julie St-Pierre

Le sport adapté, rapie. en ergothérapie. Josée e Bureau Marie-Ève Gervais Tania Godin Caroline Marquis Montminy Julie St-Pierre Le sport adapté, une modalité à considérer en ergothérapie rapie Josée e Bureau Marie-Ève Gervais Tania Godin Caroline Marquis Marie-Ève Montminy Julie St-Pierre Comment l implication l dans un sport

Plus en détail

La contribution de l approchel École en santé à la prévention des violences en milieu scolaire

La contribution de l approchel École en santé à la prévention des violences en milieu scolaire La contribution de l approchel École en santé à la prévention des violences en milieu scolaire Présentation au Symposium «Contextes et violences à l él école: quand la recherche côtoie l intervention»

Plus en détail

Offre de services sociaux généraux

Offre de services sociaux généraux Ministère de la Santé et des Services sociaux Offre de services sociaux généraux Orientations relatives aux standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Webinaire - MEESR

Plus en détail

Les services de soutien d intensité variable et de suivi intensif dans la communauté

Les services de soutien d intensité variable et de suivi intensif dans la communauté Trousse d information Mars 2009 PHASE 2 La transformation des services en santé mentale Les services de soutien d intensité variable et de suivi intensif LA FORCE DES LIENS Agence de la santé et des services

Plus en détail

Infirmière (infirmier) clinicienne (clinicien)

Infirmière (infirmier) clinicienne (clinicien) Une référence en intervention dans un contexte interculturel Le regroupe les CLSC de Côte-des-Neiges, Métro et de Parc-Extension ainsi que le Service régional Info-Santé de Montréal. Il est l un des six

Plus en détail

La stratégie d intervention Agir autrement

La stratégie d intervention Agir autrement La stratégie d intervention Agir autrement La démarche de planification d une école secondaire A. Rappel des attentes de janvier 2008 pour l amorce d une planification 1 B. Rappel de l importance de la

Plus en détail

Texte Les orientations du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport pour une école adaptée à tous ses élèves

Texte Les orientations du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport pour une école adaptée à tous ses élèves ... EDU 1012 Difficultés d apprentissage, d adaptation et stratégies d intervention... Texte Les orientations du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport pour une école adaptée à tous ses élèves

Plus en détail

Formations sur le processus de rétablissement en santé mentale

Formations sur le processus de rétablissement en santé mentale Formations sur le processus de rétablissement en santé mentale Document de présentation Association québécoise pour la réadaptation psychosociale Avec le soutien du Groupe provincial de formation sur le

Plus en détail

DONNER À CHACUN LES MOYENS DE S ÉPANOUIR

DONNER À CHACUN LES MOYENS DE S ÉPANOUIR DONNER À CHACUN LES MOYENS DE S ÉPANOUIR RELEVER LE DÉFI AVEC EUX Dans la région de Laval, des personnes de tout âge vivant avec une déficience intellectuelle (DI) ou un trouble envahissant du développement

Plus en détail

F05 Présentation du Cadre de référence pour les services de réadaptation psychosociale par le travail (RPST)

F05 Présentation du Cadre de référence pour les services de réadaptation psychosociale par le travail (RPST) F05 Présentation du Cadre de référence pour les services de réadaptation psychosociale par le travail (RPST) XVII e Colloque de l AQRP 12 novembre 2014, 10h30 Présentation des membres du groupe de travail

Plus en détail

Présentation du cadre de référence lavallois du plan de transition école vie active TÉVA

Présentation du cadre de référence lavallois du plan de transition école vie active TÉVA Présentation du cadre de référence lavallois du plan de transition école vie active TÉVA Catherine Charette Conseillère pédagogique en adaptation scolaire Mai 2015 Contenu de la présentation Contexte et

Plus en détail

ENSEMBLE ET PLUS LOIN!

ENSEMBLE ET PLUS LOIN! ÉQUIPE INTERVENTION JEUNESSE ENSEMBLE ET PLUS LOIN! Gilles Lapointe Coordonnateur de l Équipe Intervention Jeunesse CSSS de la Haute-Yamaska Le 10 juin 2005 Qui est-elle?(éij) Une portion du réseau intégré

Plus en détail

Modèle d organisation des services aux étudiantes et étudiants ayant un trouble d apprentissage, un trouble mental ou un trouble de déficit de l

Modèle d organisation des services aux étudiantes et étudiants ayant un trouble d apprentissage, un trouble mental ou un trouble de déficit de l Modèle d organisation des services aux étudiantes et étudiants ayant un trouble d apprentissage, un trouble mental ou un trouble de déficit de l attention avec ou sans hyperactivité Le présent document

Plus en détail

Plan d action. de la politique familiale

Plan d action. de la politique familiale Plan d action 2005 2007 de la politique familiale La Politique familiale de la Ville de Québec tend à faire de Québec un milieu de vie qui soutient activement les familles, facilite leur organisation

Plus en détail

Cadre réglementaire - PARTIE 1. Cadre réglementaire - PARTIE 2. Amélioration continue - PARTIE 1. Rôles et responsabilités du gestionnaire

Cadre réglementaire - PARTIE 1. Cadre réglementaire - PARTIE 2. Amélioration continue - PARTIE 1. Rôles et responsabilités du gestionnaire Bloc 1 (35 heures) RIGUEUR ET IMPUTABILITÉ Environnement du travail et habiletés stratégiques Bloc 2 (49 heures) Cadre réglementaire - PARTIE 1 Cadre réglementaire - PARTIE 2 Rôles et responsabilités du

Plus en détail

Services à domicile. Personnes âgées en perte d autonomie CHAPITRE. Entités vérifiées :

Services à domicile. Personnes âgées en perte d autonomie CHAPITRE. Entités vérifiées : Personnes âgées en perte d autonomie Services à domicile CHAPITRE 4 Entités vérifiées : Ministère de la Santé et des Services sociaux Agences de la santé et des services sociaux Centres de santé et de

Plus en détail

résultats de recherche

résultats de recherche résultats de recherche La persévérance et la réussite scolaires Fiches 19 à 41 Une réalisation de : Fonds de recherche sur la société et la culture Ministère de l'éducation, du Loisir et du Sport rédaction

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DU PROJET CLINIQUE DES CSSS DE LA GASPÉSIE ÎLES-DE-LA-MADELEINE. ORIENTATIONS RÉGIONALES ET PROVINCIALES : Santé mentale

DÉVELOPPEMENT DU PROJET CLINIQUE DES CSSS DE LA GASPÉSIE ÎLES-DE-LA-MADELEINE. ORIENTATIONS RÉGIONALES ET PROVINCIALES : Santé mentale DÉVELOPPEMENT DU PROJET CLINIQUE DES CSSS DE LA GASPÉSIE ÎLES-DE-LA-MADELEINE ORIENTATIONS RÉGIONALES ET PROVINCIALES : Santé mentale Programme : Le programme Santé mentale vise à permettre à toute personne

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS CHEF D ÉQUIPE SI

DESCRIPTION DE FONCTIONS CHEF D ÉQUIPE SI DESCRIPTION DE FONCTIONS CHEF D ÉQUIPE SI Description sommaire La chef d équipe avec la collaboration du psychiatre traitant SI sont responsables de la planification, l organisation, la coordination et

Plus en détail

Historique Naissance du projet J'me fais une place en garderie Fondation de la corporation J me fais une place en garderie inc.

Historique Naissance du projet J'me fais une place en garderie Fondation de la corporation J me fais une place en garderie inc. Notre mission J me fais une place en garderie a pour mission de soutenir les familles montréalaises vivant avec un enfant âgé de 0-5 ans ayant une déficience motrice, associée ou non à une autre déficience,

Plus en détail

POLITIQUE CULTURELLE DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES TROIS-LACS SECTEUR JEUNES

POLITIQUE CULTURELLE DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES TROIS-LACS SECTEUR JEUNES POLITIQUE N o 13-06-06-05 CAHIER DE GESTION POLITIQUE CULTURELLE DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES TROIS-LACS SECTEUR JEUNES Responsabilité Entrée en vigueur Direction générale 2006-07-01 Service du secrétariat

Plus en détail

L INTÉGRATION DE L APPROCHE UNIVERSELLE ET CIBLÉE : L UNIVERSALISME PROPORTIONNÉ POUR SOUTENIR LE DÉVELOPPEMENT DES ENFANTS

L INTÉGRATION DE L APPROCHE UNIVERSELLE ET CIBLÉE : L UNIVERSALISME PROPORTIONNÉ POUR SOUTENIR LE DÉVELOPPEMENT DES ENFANTS L INTÉGRATION DE L APPROCHE UNIVERSELLE ET CIBLÉE : L UNIVERSALISME PROPORTIONNÉ POUR SOUTENIR LE DÉVELOPPEMENT DES ENFANTS JULIE POISSANT, PH. D., EXPERTE EN PÉRINATALE ET PETITE ENFANCE 5 NOVEMBRE 2013

Plus en détail

Vers le pacifique : La résolution de conflits au préscolaire 4 ans. Présentation du programme

Vers le pacifique : La résolution de conflits au préscolaire 4 ans. Présentation du programme Vers le pacifique : La résolution de conflits au préscolaire 4 ans Présentation du programme L INSTITUT PACIFIQUE EN QUELQUES MOTS L Institut Pacifique est un organisme de bienfaisance voué au développement,

Plus en détail

POLITIQUE DU SPORT ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE. Ville d Edmundston

POLITIQUE DU SPORT ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE. Ville d Edmundston POLITIQUE DU SPORT ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE Ville d Edmundston Mars 2007 460, rue McGill Montréal (Québec) H2Y 2H2 Téléphone :(514)278-3273 Télécopieur :(514)278-7224 Courriel : dbsf@dbsf.qc.ca page i

Plus en détail

Protocole d accueil de l élève allophone nouvellement inscrit à la CSMV

Protocole d accueil de l élève allophone nouvellement inscrit à la CSMV Protocole d accueil de l élève allophone nouvellement inscrit à la CSMV A l intention des intervenants communautaires et scolaires des secteurs desservis par la CSMV 2012-2013 Commission scolaire Marie-Victorin

Plus en détail

POLITIQUE D INCLUSION DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS CPE DU PIC OCTOBRE 2009

POLITIQUE D INCLUSION DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS CPE DU PIC OCTOBRE 2009 POLITIQUE D INCLUSION DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS CPE DU PIC OCTOBRE 2009 Adopté au conseil d administration du 29 octobre 2009 1- Présentation du milieu Depuis 1993, le centre de la petite

Plus en détail

améliorer le cadre et la

améliorer le cadre et la La Ville de Montréal, comme tous les grands centres urbains, fait face à des problèmes sociaux complexes dont les causes sont multiples. Le plus souvent, ces problèmes amènent non seulement une détérioration

Plus en détail

Outil de formation LA TRANSITION DE L ÉCOLE À LA VIE ACTIVE. Comité régional TÉVA / Engagement Jeunesse pour les jeunes handicapés Île de Montréal

Outil de formation LA TRANSITION DE L ÉCOLE À LA VIE ACTIVE. Comité régional TÉVA / Engagement Jeunesse pour les jeunes handicapés Île de Montréal Outil de formation LA TRANSITION DE L ÉCOLE À LA VIE ACTIVE 2011 Comité régional TÉVA / Engagement Jeunesse pour les jeunes handicapés Île de Montréal Des défis à relever 2 Lorsqu il quitte l école secondaire,

Plus en détail

Origine ethnique : Lieu de naissance (obligatoire) : Âge : Sexe : F M :

Origine ethnique : Lieu de naissance (obligatoire) : Âge : Sexe : F M : Référent Comité de liaison : Compléter la page 1 et les sections avec étoile Établissement : Complétée par : Adresse : Ville : Code postal : Téléphone : Poste : Date de la demande : an / ms / jr Identification

Plus en détail

Plan d action Cap sur la réussite! Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l Outaouais. En lien avec la planification stratégique

Plan d action Cap sur la réussite! Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l Outaouais. En lien avec la planification stratégique Plan d action 2008-2009 Cap sur la réussite! En lien avec la planification stratégique 2007-2012 Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l Outaouais Planification stratégique 2007-2012 Cap sur la réussite!

Plus en détail

Déficience intellectuelle et troubles envahissants du développement

Déficience intellectuelle et troubles envahissants du développement Services de santé et services sociaux Déficience intellectuelle et troubles envahissants du développement CHAPITRE 2 Entités vérifiées : Ministère de la Santé et des Services sociaux Agences de la santé

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Services sociaux. Cadre de référence sur les ententes

Ministère de la Santé et des Services sociaux. Cadre de référence sur les ententes Ministère de la Santé et des Services sociaux Cadre de référence sur les ententes relatives aux réseaux locaux de services Adopté au CGR Mai 2006 Juin 2006 1 PRÉAMBULE Cadre de référence sur les ententes

Plus en détail

LETTRE D'ENTENTE NUMÉRO 07

LETTRE D'ENTENTE NUMÉRO 07 LETTRE D'ENTENTE 2010-2015 - NUMÉRO 07 ENTENTE INTERVENUE ENTRE D'UNE PART, LA FÉDÉRATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COLLÈGES (FPPC-CSQ) ET D'AUTRE PART LE COMITÉ PATRONAL DE NÉGOCIATION DES COLLÈGES

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS ERGOTHÉRAPEUTE

DESCRIPTION DE FONCTIONS ERGOTHÉRAPEUTE DESCRIPTION DE FONCTIONS ERGOTHÉRAPEUTE Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume la responsabilité d

Plus en détail

Politique relative à la prévention, à la promotion et aux pratiques organisationnelles favorisant la santé globale en milieu de travail

Politique relative à la prévention, à la promotion et aux pratiques organisationnelles favorisant la santé globale en milieu de travail Politique relative à la prévention, à la promotion et aux pratiques organisationnelles favorisant la santé globale en milieu de travail Approuvée : Modifiée : Conseil d administration (Résolution CA-2011-18)

Plus en détail

DÉVELOPPER UNE CULTURE DE PRÉVENTION DES RISQUES DANS UNE RÉSIDENCE SPÉCIALISÉE EN TROUBLES GRAVES DU COMPORTEMENT

DÉVELOPPER UNE CULTURE DE PRÉVENTION DES RISQUES DANS UNE RÉSIDENCE SPÉCIALISÉE EN TROUBLES GRAVES DU COMPORTEMENT 26 NOVEMBRE 2013 : COLLOQUE DU SQETGC DÉVELOPPER UNE CULTURE DE PRÉVENTION DES RISQUES DANS UNE RÉSIDENCE SPÉCIALISÉE EN TROUBLES GRAVES DU COMPORTEMENT Présenté par : Céleste Côté, gestion des risques

Plus en détail

Sommaire (modules 1, 2 et 3) Programme d encadrement clinique (PEC) Année

Sommaire (modules 1, 2 et 3) Programme d encadrement clinique (PEC) Année Sommaire (modules 1, 2 et 3) Programme d encadrement clinique (PEC) Année 2010-2011 27 avril 2011 PROGRAMME D ENCADREMENT CLINIQUE (PEC) SOMMAIRE MODULES 1, 2 ET 3 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION DE LA

Plus en détail

LES SERVICES SPÉCIALISÉS AUX PERSONNES AYANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE OU UN RETARD GLOBAL DE DÉVELOPPEMENT

LES SERVICES SPÉCIALISÉS AUX PERSONNES AYANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE OU UN RETARD GLOBAL DE DÉVELOPPEMENT LES SERVICES SPÉCIALISÉS AUX PERSONNES AYANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE OU UN RETARD GLOBAL DE DÉVELOPPEMENT Rédaction : CRDITED du Saguenay Lac-Saint-Jean Conception graphique : Caroline Lavoie, technicienne

Plus en détail

Trajectoire de soins et services

Trajectoire de soins et services Trajectoire de soins et services en santé mentale adulte Du modèle à l expérimentation Sylvie Carrière, conseillère cadre, direction des services cliniques et direction générale France Gélinas, chef clinico

Plus en détail

IDENTIFICATION DU POSTE ETC CODE DE LA FONCTION

IDENTIFICATION DU POSTE ETC CODE DE LA FONCTION DESCRIPTION DE POSTE Personnel d encadrement IDENTIFICATION DU POSTE ETC CODE DE LA FONCTION Chef d untié de vie 507 Titre : Chef d unité de vie en hébergement Chef de service Direction : SAPA, Direction

Plus en détail

Plan d amélioration Adopté par le conseil d administration le 13 mars 2012

Plan d amélioration Adopté par le conseil d administration le 13 mars 2012 Plan d amélioration 2012-2015 Adopté par le conseil d administration le 13 mars 2012 Mise en contexte Le présent plan d amélioration se réalise de façon concomitante à un plan de mise en œuvre relié à

Plus en détail

Un maillon essentiel dans le continuum: les organismes communautaires

Un maillon essentiel dans le continuum: les organismes communautaires Un maillon essentiel dans le continuum: les organismes communautaires Nicole Langevin, inf. B. Sc. Présidente RPOGECO Cancer Aide Lanaudière Audrey Potvin,T.S. Vice Présidente RPOGECO Directrice générale

Plus en détail

La transition au secondaire et l incidence de mesures de soutien sur la motivation, l'adaptation psychosociale et les apprentissages des élèves

La transition au secondaire et l incidence de mesures de soutien sur la motivation, l'adaptation psychosociale et les apprentissages des élèves La transition au secondaire et l incidence de mesures de soutien sur la motivation, l'adaptation psychosociale et les apprentissages des élèves Chercheur principal Roch Chouinard, Université de Montréal

Plus en détail

d intégration des enfants handicapés

d intégration des enfants handicapés Guide pour faciliter l action concertée en matière d intégration des enfants handicapés dans les services de garde du Québec Comité provincial sur l intégration des enfants handicapés dans les services

Plus en détail

Les cours de la maîtrise

Les cours de la maîtrise Les cours de la maîtrise Andrew Freeman, erg., Ph.D. Directeur du programme Audette Bédard, erg., M. Sc. Coordonnatrice à l enseignement clinique et au développement Les cours de la maîtrise 3 sessions

Plus en détail

Politique de reconnaissance et de soutien aux organisations

Politique de reconnaissance et de soutien aux organisations Politique de reconnaissance et de aux organisations MISSION DU SERVICE. Le service des Loisirs, de la culture et de la vie communautaire a pour mission d offrir à la population des services, des programmes,

Plus en détail

Programme. Enfants et adolescents. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches

Programme. Enfants et adolescents. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches Programme Enfants et adolescents feuillet informatif destiné aux usagers et à leurs proches Présentation du programme Le programme Enfants et Adolescents est l un des cinq programmes développés par le

Plus en détail

Suivi étroit pour personnes à potentiel suicidaire élevé. Présentation aux 2 es Journées bi-annuelles de santé mentale Le 18 mai 2007

Suivi étroit pour personnes à potentiel suicidaire élevé. Présentation aux 2 es Journées bi-annuelles de santé mentale Le 18 mai 2007 Suivi étroit pour personnes à potentiel suicidaire élevé Présentation aux 2 es Journées bi-annuelles de santé mentale Le 18 mai 2007 Plan de la présentation Le but et les objectifs de la présentation Historique

Plus en détail

A-25 IMPLANTATION ET CONSOLIDATION DE L'APPROCHE ADAPTÉE À LA PERSONNE ÂGÉE (AAPA) EN CENTRE D'HÉBERGEMENT : UNE HISTOIRE DE COLLABORATION

A-25 IMPLANTATION ET CONSOLIDATION DE L'APPROCHE ADAPTÉE À LA PERSONNE ÂGÉE (AAPA) EN CENTRE D'HÉBERGEMENT : UNE HISTOIRE DE COLLABORATION A-25 IMPLANTATION ET CONSOLIDATION DE L'APPROCHE ADAPTÉE À LA PERSONNE ÂGÉE (AAPA) EN CENTRE D'HÉBERGEMENT : UNE HISTOIRE DE COLLABORATION Atelier thématique présenté dans le cadre du congrès de l OIIQ

Plus en détail

Mélanie Lafrance Conseillère en ressources humaines Tél. : Courriel :

Mélanie Lafrance Conseillère en ressources humaines Tél. : Courriel : OFFRE D EMPLOI POSTE STATUT DURÉE ORTHOPHONISTE Temps complet 3 mois LIEU DE TRAVAIL PERSONNE RESSOURCE Gatineau, Qc (Région de l Outaouais) Mélanie Lafrance Conseillère en ressources humaines Tél. : 819-771-0830

Plus en détail

Direction des services multidisciplinaires Groupes de médecine de famille (GMF)

Direction des services multidisciplinaires Groupes de médecine de famille (GMF) DOCUMENT DE TRAVAIL DESCRIPTION D EMPLOI NO : 1550-2 1 PREPAREE LE : 15 AOUT 2016 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI: Direction: Direction des services multidisciplinaires Centre d'activités: Groupes de médecine

Plus en détail

LES PRATIQUES PORTEUSES POUR LA RÉUSSITE DE TOUS ÉTAT D AVANCEMENT DES TRAVAUX

LES PRATIQUES PORTEUSES POUR LA RÉUSSITE DE TOUS ÉTAT D AVANCEMENT DES TRAVAUX LES PRATIQUES PORTEUSES POUR LA RÉUSSITE DE TOUS ÉTAT D AVANCEMENT DES TRAVAUX Johanne Dubord, psychoéducatrice François Lafortune, directeur général adjoint CSDHR Nathalie Joannette, directrice générale

Plus en détail

RÔLE DES OFFICES D HABITATION DANS LE CADRE DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET DE L APPROCHE COMMUNAUTAIRE HLM

RÔLE DES OFFICES D HABITATION DANS LE CADRE DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET DE L APPROCHE COMMUNAUTAIRE HLM RÔLE DES OFFICES D HABITATION DANS LE CADRE DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET DE L APPROCHE COMMUNAUTAIRE HLM Document produit par le Comité sur l action communautaire et le développement social (CACDS) Mandat

Plus en détail

La santé et nos municipalités:

La santé et nos municipalités: Cette présentation a été effectuée le 21 novembre 2016, au cours de la journée «La santé dans nos municipalités : l apport du droit» dans le cadre des 20es Journées annuelles de santé publique (JASP 2016).

Plus en détail

LUTTE À LA PAUVRETÉ ET AUX INÉGALITÉS SOCIALES

LUTTE À LA PAUVRETÉ ET AUX INÉGALITÉS SOCIALES LUTTE À LA PAUVRETÉ ET AUX INÉGALITÉS SOCIALES Que peut-on faire pour lutter contre la pauvreté? L APTS a lancé un sondage à la suite de la tournée de formation de l automne 2012 pour connaître l opinion

Plus en détail

Secrétaire général Office de la consultation publique de Montréal 1550, rue Metcalfe Bureau 1414 Montréal (Québec) H3A 1X6

Secrétaire général Office de la consultation publique de Montréal 1550, rue Metcalfe Bureau 1414 Montréal (Québec) H3A 1X6 Montréal, Le 26 novembre 2003 Secrétaire général Office de la consultation publique de Montréal 1550, rue Metcalfe Bureau 1414 Montréal (Québec) H3A 1X6 Monsieur, Tel que demandé, nous vous soumettons

Plus en détail

École Notre-Dame-de-la-Paix. Version adoptée le 12 mai Projet éducatif Page 1

École Notre-Dame-de-la-Paix. Version adoptée le 12 mai Projet éducatif Page 1 École Notre-Dame-de-la-Paix Version adoptée le 12 mai 2015 Page 1 Projet e ducatif Le projet éducatif de l école vise à offrir à tous les élèves un environnement éducatif stimulant et des conditions propices

Plus en détail

Programme de formation de l école québécoise, 2 e cycle du secondaire, ch. 2, p. 5.

Programme de formation de l école québécoise, 2 e cycle du secondaire, ch. 2, p. 5. Suggestions d intégration des activités de la Semaine de prévention de la toxicomanie 2009 pour le 3 e cycle du primaire et le 1 er cycle du secondaire «Bien que la majorité des jeunes aient reçu la santé

Plus en détail

Mémoire. Le loisir institutionnel, une réalité incontournable. Août 2013

Mémoire. Le loisir institutionnel, une réalité incontournable. Août 2013 Consultation sur le livre vert «Le goût et le plaisir de bouger. Vers une politique nationale du sport, du loisir et de l activité physique» du Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Mémoire Le

Plus en détail

REFERENTIEL DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DES METIERS DU PROFESSORAT ET DE L EDUCATION

REFERENTIEL DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DES METIERS DU PROFESSORAT ET DE L EDUCATION REFERENTIEL DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DES METIERS DU PROFESSORAT ET DE L EDUCATION 1. FAIRE PARTAGER LES VALEURS DE LA REPUBLIQUE Savoir transmettre et faire partager les principes de la vie démocratique

Plus en détail

But de la présentation

But de la présentation La participation sociale des personnes handicapées au Québec : principaux constats Forum national À parts égales, levons les obstacles 29 septembre 2006 Office des personnes handicapées du Québec Introduction

Plus en détail

SOMMAIRE MIEUX ACCUEILLIR ET ÉDUQUER LES ENFANTS D ÂGE PRÉSCOLAIRE, UNE TRIPLE QUESTION D ACCÈS, DE QUALITÉ ET DE CONTINUITÉ DES SERVICES

SOMMAIRE MIEUX ACCUEILLIR ET ÉDUQUER LES ENFANTS D ÂGE PRÉSCOLAIRE, UNE TRIPLE QUESTION D ACCÈS, DE QUALITÉ ET DE CONTINUITÉ DES SERVICES MIEUX ACCUEILLIR ET ÉDUQUER LES ENFANTS D ÂGE PRÉSCOLAIRE, UNE TRIPLE QUESTION D ACCÈS, DE QUALITÉ ET DE CONTINUITÉ DES SERVICES AVIS À LA MINISTRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT Août 2012 SOMMAIRE

Plus en détail

LA GESTION AUTONOME DE LA MÉDICATION (GAM) COMME VECTEUR DE CITOYENNETÉ

LA GESTION AUTONOME DE LA MÉDICATION (GAM) COMME VECTEUR DE CITOYENNETÉ LA GESTION AUTONOME DE LA MÉDICATION (GAM) COMME VECTEUR DE CITOYENNETÉ PRÉSENTATION Le Rivage du Val-St-François: ressource d action communautaire autonome et alternative en santé mentale (Estrie) Mission:

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT DE RELATIONS HUMAINES

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT DE RELATIONS HUMAINES Description sommaire DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT DE RELATIONS HUMAINES Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume la responsabilité

Plus en détail

Plan stratégique du Cégep de Jonquière

Plan stratégique du Cégep de Jonquière Plan stratégique du Cégep de Jonquière 2010-2015 document synthèse Un cégep engagé dans son milieu LE CÉGEP EN BREF... Le Cégep de Jonquière, établissement d enseignement supérieur, offre 20 programmes

Plus en détail

L orthophoniste est le professionnel des troubles de la communication qui évalue et traite les personnes aux prises avec des problèmes variés.

L orthophoniste est le professionnel des troubles de la communication qui évalue et traite les personnes aux prises avec des problèmes variés. Orthophonie L orthophoniste est le professionnel des troubles de la communication qui évalue et traite les personnes aux prises avec des problèmes variés. Langage (parler, comprendre, lire et écrire) Par

Plus en détail

Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie. Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie

Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie. Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie Objectifs de la présentation Décrire les grands principes qui nous ont guidés

Plus en détail

Les SIPPE et le soutien aux

Les SIPPE et le soutien aux Les SIPPE et le soutien aux familles très s vulnérables : où en sommes-nous? Laurence Le Hénaff et Monique Rainville Équipe Adaptation familiale et sociale, secteur 0-5 ans Direction de santé publique

Plus en détail

Services d orthophonie de l USP en réadaptation

Services d orthophonie de l USP en réadaptation Services d orthophonie de l USP en réadaptation Âge de la population De la naissance à 18 ans. Voir la description ci-dessous pour connaître le groupe d âge visé et le processus de présentation des demandes

Plus en détail

Le rôle de l infirmière en pédiatrie sociale en communauté : agir auprès des enfants en situation de vulnérabilité

Le rôle de l infirmière en pédiatrie sociale en communauté : agir auprès des enfants en situation de vulnérabilité Le rôle de l infirmière en pédiatrie sociale en communauté : agir auprès des enfants en situation de vulnérabilité 2015 Objectifs Connaître le profil d un(e) infirmier(ère) en pédiatrie sociale en communauté

Plus en détail

Mémoire sur le projet de loi n o 25, Loi modifiant l indemnisation des victimes d actes criminels et d autres dispositions législatives

Mémoire sur le projet de loi n o 25, Loi modifiant l indemnisation des victimes d actes criminels et d autres dispositions législatives Mémoire sur le projet de loi n o 25, Loi modifiant l indemnisation des victimes d actes criminels et d autres dispositions législatives Présenté par le Réseau des CAVAC du Québec dans le cadre des consultations

Plus en détail

L évaluation formative au

L évaluation formative au Loi sur le système de justice pénale pour adolescents L évaluation formative au service de l intervention Élaboration d un programme de suivi probatoire auprès d adolescents contrevenants Marc Alain, chercheur

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L ORGANISATION DES SERVICES ÉDUCATIFS AUX ÉLÈVES HANDICAPÉS OU EN DIFFICULTÉ D ADAPTATION OU D APPRENTISSAGE

POLITIQUE RELATIVE À L ORGANISATION DES SERVICES ÉDUCATIFS AUX ÉLÈVES HANDICAPÉS OU EN DIFFICULTÉ D ADAPTATION OU D APPRENTISSAGE POLITIQUE Service des ressources éducatives aux jeunes SRE-POL-02 POLITIQUE RELATIVE À L ORGANISATION DES SERVICES ÉDUCATIFS AUX ÉLÈVES HANDICAPÉS OU EN DIFFICULTÉ D ADAPTATION OU D APPRENTISSAGE Aspects

Plus en détail

BESOINS ET DÉFIS DES FAMILLES,

BESOINS ET DÉFIS DES FAMILLES, BESOINS ET DÉFIS DES FAMILLES, PERCEPTION DES SERVICES ET ENJEUX EN PETITE ENFANCE DANS LANAUDIÈRE Point de vue de parents et d acteurs Présentation synthèse Source : istockphoto Caroline Richard Agente

Plus en détail

Le comité au niveau de l école

Le comité au niveau de l école EHDAA Le comité au niveau de l école Favoriser la réussite scolaire de tous les élèves est au cœur même de la mission éducative de nos écoles. Parce que la Fédération des syndicats de l enseignement (FSE-CSQ)

Plus en détail

Plan d'action visant à réduire les obstacles à l'intégration des personnes handicapées

Plan d'action visant à réduire les obstacles à l'intégration des personnes handicapées Plan d'action visant à réduire les obstacles à l'intégration des personnes handicapées 2012-2014 Bilan du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013 Octobre 2013 TABLE DES MATIÈRES Table des matières... 2 1. Introduction...

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BRUIT, LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE ET LEURS CONSÉQUENCES PLAN D ACTION DU RÉSEAU DE SANTÉ PUBLIQUE EN SANTÉ AU TRAVAIL

LUTTE CONTRE LE BRUIT, LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE ET LEURS CONSÉQUENCES PLAN D ACTION DU RÉSEAU DE SANTÉ PUBLIQUE EN SANTÉ AU TRAVAIL LUTTE CONTRE LE BRUIT, LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE ET LEURS CONSÉQUENCES PLAN D ACTION 2005-2008 DU RÉSEAU DE SANTÉ PUBLIQUE EN SANTÉ AU TRAVAIL Hélène Boudreault Chargée de projet pour la Table de concertation

Plus en détail

Marie-Agnès Lebreton Directrice du CSPE, Centre de pédiatrie sociale de Côte-des- Neiges Fondation du Dr Julien

Marie-Agnès Lebreton Directrice du CSPE, Centre de pédiatrie sociale de Côte-des- Neiges Fondation du Dr Julien Marie-Agnès Lebreton Directrice du CSPE, Centre de pédiatrie sociale de Côte-des- Neiges Fondation du Dr Julien Conférence «Presser le pas», Montréal 1 er novembre 2010 Tous droits réservés, Fondation

Plus en détail

TRANSITION-CÉGEP COLLÈGE DE VALLEYFIELD

TRANSITION-CÉGEP COLLÈGE DE VALLEYFIELD TRANSITION-CÉGEP COLLÈGE DE VALLEYFIELD TRANSITION-CÉGEP La mission Le projet Transition Cégep vise à rehausser les interventions favorables à une meilleure santé mentale des étudiants en milieu collégial

Plus en détail

PROFIL DE FONCTION : Educateur spécialisé/animateur 1ere catégorie

PROFIL DE FONCTION : Educateur spécialisé/animateur 1ere catégorie PROFIL DE FONCTION : Educateur spécialisé/animateur 1ere catégorie DOMAINE DE COMPETENCES ET D'INTERVENTION Validé le 17 mars 2011 ENFANCE ET EDUCATION, IME - SESSAD - Services d intégration ADULTES ET

Plus en détail

le cadre d intervention en prévention-inspection ÉtablissementS guide d application Deuxième édition

le cadre d intervention en prévention-inspection ÉtablissementS guide d application Deuxième édition le cadre d intervention en prévention-inspection ÉtablissementS guide d application Deuxième édition Deuxième édition Ce document a été préparé par la Vice-présidence aux opérations et la Direction générale

Plus en détail

Un projet à vivre avec les parents et les enfants de la maternelle 4 ans

Un projet à vivre avec les parents et les enfants de la maternelle 4 ans Un projet à vivre avec les parents et les enfants de la maternelle 4 ans Personne-ressource : Lynda Bisson Personne-ressource régionale pour les élèves ayant des difficultés d apprentissage (Outaouais)

Plus en détail

Bilan du Plan d'action visant à réduire les obstacles à l'intégration des personnes handicapées

Bilan du Plan d'action visant à réduire les obstacles à l'intégration des personnes handicapées Bilan 2013-2014 du Plan d'action 2012-2014 visant à réduire les obstacles à l'intégration des personnes handicapées et Plan d action visant à réduire les obstacles à l intégration des personnes handicapées

Plus en détail

PLAN D ACTION AVC-Aphasie Laval

PLAN D ACTION AVC-Aphasie Laval AVC-Aphasie Laval 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1... 4 ORIENTATION 1 : LE RENFORCEMENT DE LA GOUVERNANCE... 4 ORIENTATION 2 : LE DÉPLOIEMENT D UNE OFFRE DE SERVICE S COHÉRENTE AVEC LES NOUVELLES

Plus en détail

Comment concevoir des politiques et des pratiques pour mieux relever les défis en matière de langage et d alphabétisation

Comment concevoir des politiques et des pratiques pour mieux relever les défis en matière de langage et d alphabétisation Comment concevoir des politiques et des pratiques pour mieux relever les défis en matière de langage et d alphabétisation Le développement du langage chez les jeunes enfants Nancy J. Cohen Hincks-Dellcrest

Plus en détail

Nous sommes là pour vous aider! Nos services sont offerts gratuitement.

Nous sommes là pour vous aider! Nos services sont offerts gratuitement. Nous sommes là pour vous aider! Nos services sont offerts gratuitement. Sujet de la présentation Nous sommes là pour vous aider Notre mission Qui sommes-nous? Services à la clientèle Services aux employeurs

Plus en détail

CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA RITOURNELLE

CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA RITOURNELLE CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA RITOURNELLE * 4.11 Politique pour les enfants présentant des besoins particuliers Adoptée au conseil d administration du 28 mai 2003. Révisée et adoptée le 12 novembre 2014.

Plus en détail