Etat de l art des systèmes d information géographique. Hervé Brunel. 3 avril 2005

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etat de l art des systèmes d information géographique. Hervé Brunel. 3 avril 2005"

Transcription

1 Etat de l art des systèmes d information géographique Hervé Brunel 3 avril 2005

2 Cette étude a été réalisée dans le cadre de l examen probatoire au mémoire d ingénieur, spécialité systèmes d information. Elle sera présentée au jury du CNAM qui se réunira le 12 avril 2005 à 15h30 à Bourges. Ce jury sera présidé par Mme Marie-Christine Costa, CNAM Paris. Il sera composé de : M. Frédéric Kratz, professeur des universités, directeur du CEP de Bourges M. Daniel Devaux, ingénieur, directeur des systèmes d information du Conseil général du Cher, M. Claude Leblanc, ingénieur, responsable local de la filière informatique 2

3 Résumé La mise en oeuvre des systèmes d information géographique touche tous les domaines d activités. Ces outils intéressaient à l origine les gestionnaires institutionnels, les opérateurs de réseau, les analystes de territoires, ils sont de plus en plus utilisés dans les domaines de la marquétique, des sciences sociales mais aussi de la logistique. La présente étude décrit les concepts propres à ce type de système d information, tant en ce qui concerne la composante textuelle, que celles qui touchent à la localisation et aux relations entre ces deux entités. Un éclairage particulier est apporté à la prise en compte de la notion de connaissance. Sont présentés ensuite les principaux composants d un SIG : référentiels géométriques, représentation graphique, l acquisition et le système de données, ainsi que ses fonctionnalités. Les domaines d application d un SIG sont traités au travers des usages possibles et des types d utilisateurs. Un accent a été apporté sur le degré de maturité des SIG. Un volet de l étude a dressé l état de l art en 2004, en présentant les principaux systèmes du marché, leurs caractéristiques, leur prix et leurs champs d utilisation. Enfin, les axes de développement de ce domaine de l information géographique ont été abordés, ils dessinent certainement les caractéristiques des outils qui seront commercialisés dans les années à venir. L ouverture au public, la mise à disposition des données au public impacteront les caractéristiques des outils en développement. Ces tendances consacrent leur ouverture sur Internet. Une meilleure intégration des systèmes d aide à la décision contribueront très certainement à leur positionnement au coeur du système d information des organisations territoriales. 3

4 Table des matières Résumé 3 Introduction 6 1 Les concepts Information géographique et représentation Le texte géographique La représentation cartographique La conception cartographique Modèle conceptuel de l information géographique Lien entre objets géographiques et localisation Le modèle géométrique La prise en compte de la connaissance dans l information géographique Conclusion sur les concepts Les principaux composants d un S.I.G Les référentiels cartographiques Les référentiels géométriques Les référentiels indirects La représentation graphique Le mode raster ou mode tramé (ou matriciel) Le mode vecteur Relations spatiales entre objets L acquisition des données Les données existantes de description de territoire Les autres modes d acquisition Le géoréférencement Le support logique de l information Les fonctionnalités d un SIG L organisation Conclusions en ce qui concerne les composants Les domaines d application des S.I.G Les usages possibles d un SIG Les utilisateurs des SIG Suivi, évaluation et définition de politique Gestion opérationnelle La recherche Les degrés de maturité dans l usage des SIG L état de l art et les limites actuelles des S.I.G Les caractéristiques d un système d information géographique Les principales solutions du marché Arc/ESRI

5 4.2.2 Intergraph MapInfo MacMap GéoConcept Star Informatic GeoMap GeoCT, Grass Apic Savane Conclusions en ce qui concerne les principaux produits inventoriés Les perspectives de développement L ouverture sur le monde L ouverture sur l Internet, et d autres modes de type nomade L interopérabilité Le développement des outils d interrogations Une meilleure intégration des outils d aide à la décision Une prise en compte des données de toute nature Conclusion sur les perspectives de développement Conclusions 28 Bibliographie 29 Liste des figures 31 ANNEXES 32 5

6 Introduction Les systèmes d information géographique tirent leur spécificité des liens qu ils établissent entre informations caractéristiques des composants d un territoire et ce territoire. La définition de chacun des composants, système d information et information géographique contribue à en préciser le contour : - système d information : ensemble de composants inter-reliés qui recueillent de l information, la traitent, la stockent et la diffusent afin de soutenir la prise de décision et le contrôle au sein de l organisation.[wat03] - information géographique : L information est dite géographique lorsqu elle se rapporte à un ou plusieurs lieux de la surface du globe terrestre. Cette information possède la caractéristique d être localisée, repérée ou géocodée[dp96]. Un système d information géographique a donc comme finalité de renseigner sur un territoire en localisant les informations pour aboutir à un processus de décision. Si on attache systématiquement aujourd hui la technologie informatique à la notion de système d information, il est important de mesurer combien cette notion est attachée à l activité humaine et plus précisément aux organisations. L information géographique a, de la même manière, été développée pour asseoir les visées expansionnistes à chaque étape de l histoire des civilisations et particulièrement au cours des épisodes belliqueux....celui qui ne connait pas la topographie des montagnes et des forêts, des passes dangereuses et des marais, ne peut faire avancer ses armées. Celui qui n utilise pas les guides locaux ne peut pas tirer parti du terrain. De ces quatre ou cinq points, celui qui n en connait pas un, ne possédera jamais l armée d un hégémon... Sun-Zi[SZ98] Ce sont bien les liens entre les informations elles-même et leur localisation qui fournissent les éléments nécessaires à la prise de décision. La cartographie a apporté un premier niveau de réponse technologique à ce besoin. Elle a permis de localiser avec une précision de plus en plus grande, la localisation des informations dont le caractère était stratégique. L étude réalisée décrira les concepts mis en oeuvre dans de tels systèmes d information. Elle devra préciser le périmètre recouvert par les S.I.G., ce en quoi il s agit d un système d information, et les singularités de ce type de système d information. Elle s attachera ensuite à dresser l état de l art en 2004 sur ce domaine, en l illustrant par des applicatifs reconnus sur le marché et leurs principales caractéristiques, ainsi que les tendances technologiques. L étude abordera ensuite les perspectives de développement pour les SIG, au regard des attentes que leurs concepts ont générées, qu il s agisse de l évolution des référentiels géographiques, de la prise en compte d autres dimensions comme celle du temps, mais aussi de tendances qui placeraient le SIG au coeur de systèmes d information d organisation territoriale. 6

7 FIG. 1 L approche multi-domaines 1 Les concepts L histoire des civilisations met en évidence le lien entre les hommes et les territoires 1. Les lieux de vie, espaces de conquêtes, de conflits plus ou moins limités par des frontières, les territoires prennent aujourd hui de nouvelles dimensions et significations. La mondialisation tend à faire disparaître ces frontières, mais nombre d organisations, qu elles soient économiques, administratives, sociales, culturelles s attachent à une dimension régionale. L organisation française en est un exemple : elle n arrive pas encore à réduire son nombre de communes qu elle a inventé de nouveaux découpages : communautés de communes, d agglomérations pays et on réfléchit même à regrouper les régions, sans évoquer la suppression des départements. L abolition des frontières contribue à la reconfiguration des organisations culturelles et sociales. Le territoire est devenu de plus en plus un lieu de projets[doc03] où différents acteurs représentent des communautés d intérêts différents, à l intérieur d un espacetemps pour un but partagé. Quelque soit la configuration de ou des organisations actrices des projets, chacune a besoin de maîtriser les informations attachées à ce territoire pour concevoir les stratégies, en simuler les conséquences et en piloter la mise en oeuvre. 1.1 Information géographique et représentation L information géographique s apparente à la relation entre des données descriptives d un objet et de sa localisation géométrique sur la Terre. Il y a ainsi mise en correspondance de 2 types de données et de deux modes de représentation : le texte géographique chargé de sémantique la carte géographique 1 Territoire : étendue de pays qui ressort à une autorité, une autorité quelconque. Cette définition est interessante, courte, elle consacre bien les liens entre territoire et pouvoir, quelqu il soit. 7

8 1.1.1 Le texte géographique Le texte géographique a plusieurs dimensions. Il nous fournit des informations typologiques : la nature de l habitat, par exemple, (qui peut être défini à partir de types prédéfinis et de répartition statistique), des informations quantitatives (population, surface d un territoire...), mais aussi d informations qualitatives (descriptions de paysages, d organisations urbaines...). L organisation des informations dans le texte géographique et l utilisation de tous les outils de la langue en cours permettront de définir une grammaire géographique. Il sera alors possible de procéder par le langage écrit à la description d un territoire par la construction d un modèle.... le texte géographique classique est travaillé par un projet d exhaustivité, de clôture de son objet. Tout se passe comme si le discours devait réitérer la contrée, ou, c est l alternative de la géomorphologie régionale, en dévoiler les invisibles fondements.[woo00] L avantage de cette méthode tient dans son approche systémique. Elle est cependant limitée en dimension. Très rapidement le caractère qualitatif rendra difficile l approche quantitative, sauf à rechercher les éléments dans le modèle et donc à en faire une lecture très cartésienne. D autres caractéristiques peuvent influer la perception du modèle. Il y a confrontation de deux fonctions du langage : la composante idéationnelle : à qui est attachée l expression du contenu [MHD01] la composante textuelle est attachée à la construction des textes [MHD01] La construction du modèle représentant le territoire nécessite une organisation du texte reposant sur un modèle d architecture textuelle (cette organisation s applique d ailleurs à tout texte). Le texte géographique montre ainsi ses limites, il est adapté à la description, mais difficilement exploitable pour l explorer et en extraire des informations rapidement. La lisibilité du modèle d architecture textuelle peut nuire à la richesse du modèle et donc à la description du territoire, à ses composants et aux phénomènes qui y sont attachés. Les grammairiens évoquent pour ce type de modèle[woo00], la notion de cohabitation sereine. A contrario lorsqu il y a interdépendance des phénomènes, il sera difficile de disposer d une telle cohabitation. Le texte géographique est malgré tout le meilleur garant de la sémantique de l information dont il est le média. L information géographique tire sa source de l observation du monde réel où l incertitude est omni-présente [Jea04] La représentation cartographique La représentation cartographique comme support de la connaissance semble avoir préexisté à l écriture. Ainsi les premières fresques représentaient souvent des scènes de la vie courante et étaient essentielles pour assurer l existence de ses concepteurs. Ces fresques permettaient de fixer des informations à transmettre de génération en génération. Ces informations touchaient à la navigation, mais aussi à la délimitation et au partage de territoires de chasse. Ces scènes étaient représentées sur fonds d itinéraires, de repères géographiques. La première carte daterait de 3000 ans avant Jésus-Christ. L invention de la carte précède celle de l écriture. Les traces de ces deux médias ont été découvertes en Mésopothamie. L évolution des civilisations a vu la cartographie évoluer, la taille des territoires représentés augmenter et la symbolique utilisée se préciser. 8

9 La civilisation grecque a donné ses bases scientifiques à la cartographie. L évolution de cette technique a été rendue possible par la maîtrise de plus en plus grande des outils mathématiques et géométriques. De Pythagore (au début du Vème siècle avant Jésus- Christ), persuadé de la sphéricité de la Terre, à nos jours, ces progrès n ont pas été linéaires. Ils ont du franchir des obstacles dressés par les religions occidentales, fragilisées par ces découvertes. C est au XVIème siècle qu apparait le premier canevas de projection 2 conçu par Mercator 3. La géodésie 4, véritable science apparue au XVIIème siècle avec les travaux de Snellius, Picard et Cassini [Jod04], a permis de résoudre le problème de dimensions et de celui de la forme de la Terre. Nous reviendrons plus loin dans l étude sur les référentiels géométriques de la Terre. Au delà des problèmes de repérage géométrique, la cartographie est donc un moyen d expression graphique indispensable à la géographie. Elle a rapidement dépassé le simple recueil des éléments nécessaires à la connaissance scientifique de la Terre, pour devenir à la fois instrument d investigation et de contrôle. La cartographie permet sans l apport d information textuelle, d étudier, de vérifier les incidences de la juxtaposition de plusieurs facteurs qui auront été sélectionnés pour leur caractère déterminant sur l évolution d un phénomène. L avantage de la carte sur le texte réside dans la possibilité de représenter en même temps analyse et synthèse. Elle permet l analyse spatio-temporelle des facteurs déterminants de l évolution d un ou de plusieurs phénomènes. Nous avons mesuré, dans la section précédente, la difficulté de confrontations aux fins d analyse, de facteurs dont les portées se recoupent La conception cartographique L élaboration d une carte est avant tout un acte de conceptualisation ou se mèlent des niveaux de précision et d abstraction très différents : précision de la carte topographique : son niveau de détail est adapté à l échelle de représentation. Cette adaptation pose le problème de la pertinence des modes d agglomération de données de type identique lors du changement d échelle. La carte topographique sert de référentiel géométrique aux autres données. classification et simplification des objets et des phénomènes représentés. Là aussi les choix nécessaires à l agglomération de données identiques ou à la sélection de données pertinentes lors d un changement d échelle sont fondamentaux. Il en va de la lisibilité de la carte et de son adaptation à la problématique pour laquelle elle est conçue. l expression graphique met en oeuvre une palette de couleurs, de formes. Elle ne doit pas répondre à un souci d esthétisme, mais au souci de compréhension de la carte. La complexité des choix est croissante avec la nécessité de représenter des phénomènes précis, mais aussi des données qualitatives, imprécises lorsqu il s agit de tendances. 2 Représentation plane de la Terre, la surface de projection est un cylindre tangent à l équateur terrestre. Ce mode de représentation est limité aux environs de l équateur. Au delà des lattitudes supérieures à 60, l échelle déforme de matière importante les représentations 3 Mathématicien et géographe flamand du XVIème siècle 4 Science de la forme et des dimensions de la terre[duf01] 9

10 1.2 Modèle conceptuel de l information géographique La réalité physique de l information géographique est décrite par un volet géométrique et un volet sémantique. Cette information, nous l avons constaté dans la section précédente, repose sur deux dimensions : l une sémantique, l autre géométrique. La modélisation de ce type d informations nécessite de déterminer au préalable un ensemble d hypothèses simplificatrices qui permettront de décrire l univers du territoire. Ces hypothèses toucheront tous les objets de cet univers. La cartographie sera elle aussi impactée. L évolution de la géographie et de la cartographie dépendent des avancées technologiques. L introduction des technologies de l information a conduit à une nouvelle science : la géomatique. Celle-ci est définie comme l ensemble des techniques de traitement informatique des données géographiques et dont le but premier est l automatisation de la cartographie 5. La difficulté réside dans la quantité de plus en plus grande d informations dont il est possible de disposer et de la complexité non moins importante des interactions des phénomènes. Le développement des relations de toute nature, et surtout économiques, en rend son fonctionnement global de plus en plus systémique. L évolution technologique ne limite plus les possibilités de traitement. La difficulté est ailleurs, elle réside beaucoup plus dans la construction du modèle. Ce dernier doit prendre en compte la nécessité de confronter des points de vue de plus en plus nombreux sur la base d informations, elles aussi en nombre croissant Lien entre objets géographiques et localisation Le lien entre objet et localisation devient plus important, la localisation intervient de façon essentielle dans la définition et l interprétation d un objet. Exemple : l objet route n a pas de sens en lui-même, s il ne supporte aucun trafic. Son importance et le rapport entre ses caractéristiques et son environnement ou avec l importance des pôles qu il relie, définiront son adéquation à la fonction attendue. Objet n * attribut 1 * attribut 2 * attribut * méthode 1 * méthode Objet m * attribut 1 * attribut 2 * attribut * méthode 1 * méthode 2 - FIG. 2 Relations entre objets et territoires Un objet géographique spécifique peut être lui-même le produit d autres objets géographiques. On comprend aussi qu un territoire est un objet complexe composé des objets géographiques qui y sont implantés, des relations qu ils entretiennent entre eux et avec des objets implantés sur d autres territoires. La modélisation de la réalité géographique est complexe, elle doit permettre l approche globale mais aussi des relations quasiment 5 Journal Officiel du 14 février

11 illimitées entre objets. Il est cependant nécessaire d exprimer la réalité géographique sous forme d une schématisation d où on peut extraire les données qui en dépendent. La relation entre objet et localisation est résolue simplement lorsque l on considère que cette dernière est un attribut de l objet. Cet attribut a une fonction particulière car il influe le comportement de l objet (il y a une dépendance fonctionnelle entre l espace et le temps avec le comportement de l objet). Cette constatation modifie la définition de l objet géographique : ainsi un objet géographique a la particularité d associer une localisation géographique et quelques fois temporelle à l ensemble des attributs qui constituent la description non localisée de ces objets. L attribut donnant la localisation est appelé attribut de localisation, pour le distinguer des autres attributs qui constituent l information descriptive [Sou] Il restera à définir le système de référence absolu ou relatif, c est l objet de la phase suivante. Elle est liée à l usage du SIG et à la technologie employée Le modèle géométrique C est une représentation graphique qui doit rendre compte de la position et de la forme des objets géométriques ainsi que des relations spatiales entre ces objets. Le système de coordonnées sera alors à adapter au type de forme La prise en compte de la connaissance dans l information géographique L évolution de l entropie du système terre, conduit la géographie à s intéresser aussi à la connaissance pour établir un lien entre concepts du monde réel et modèles théoriques. La modélisation de la connaissance fait l objet de méthodes d analyse et de conceptualisation spécifiques. 6. Ces méthodes s intéressent à l exploration, à la découverte du système de connaissances sur plusieurs échelles simultanément. Le caractère multidimensionnel des connaissances nécessite ce type d approche, pour les étudier sans les réduire ni les mutiler. L introduction de la connaissance en tant que telle dans un système d information géographique n a de sens que si elle facilite la compréhension des phénomènes et des relations entre objets. Elle renforce la sémantique des objets. Un système d information géographique est pour moi un système de gestion de connaissances à part entière, il se contruit comme une ontologie. Cette construction ou ontologisation consiste en la construction de concepts hiérarchisées et de leurs relations et aussi pour chacun d eux de la définition d attributs.[mai04] 1.3 Conclusion sur les concepts Cette première partie de l étude nous a permis de mesurer la dualité de l information géographique sous forme textuelle et de sa localisation. La qualité des analyses qui seront menées par la suite, et elles sont la finalité su SIG, dépendra en partie de la profondeur de la sémantique des informations prises en compte. La cartographie apportera une dimension supérieure à la représentation des données extraites contribuant à l illustration de la problématique analysée. Là aussi, les choix d informations graphiques seront déterminants pour l illustration des résultats. 6 MKSM : Methodology for knowledge system management, cette méthode a été conçue par Jean-Louis Ermine au CEA, 11

12 La construction du SIG nécessite la détermination d un modèle des données. Cette première étape d abstraction passera par l inventaire des données, la détermination des typologies, des relations, des dépendances de ces objets entre eux, des informations qui seront attributs d objet ainsi que des formes géométriques associées le cas échéant. Cette démarche s apparente à une démarche conceptuelle classique. Dernier aspect remarquable : un système d information géographique est un système de connaissances. Les premières étapes de sa construction peuvent s appuyer pour partie sur les méthodes de construction, en particulier, en ce qui concerne la construction des ontologies. 2 Les principaux composants d un S.I.G. Les concepts définis, nous nous attacherons à décrire les principaux composants d un SIG, au travers de leurs aspects logique et organisationnel. 2.1 Les référentiels cartographiques Tout support d information géographique doit, pour être exploitable, préciser le référentiel géographique auxquels seront rattachés les informations. Plusieurs types existent, l un est direct, il a un caractère géométrique et l autre est indirect, il se réfère à un ou plusieurs autres référentiels, il s agit en particulier de référentiel administratif Les référentiels géométriques Nous l avons évoqué précédemment au 1.1.2, la géodésie a permis de décrire la forme, les dimensions de la Terre et au final une surface mathématique de référence : l ellipsoïde de référence 7. Ainsi les coordonnées d un point de la surface terrestre y sont définies par la longitude 8, la lattitude 9 et l altitude par rapport à un niveau 0, niveau moyen des océans 10. Les référentiels géodésiques ont ainsi évolué au fil du temps. Les représentations géographiques doivent donc préciser le référentiel utilisé. Ce référentiel est lui même défini par le référentiel géodésique, l ellipsoïde et la projection cartographique utilisés ainsi que le type correspondant de coordonnées. En France, le référentiel géographique est le RGF93 (Réseau géodésique français) depuis l année 2000[God04] Les référentiels indirects Ce type de référence fait appel à une description sous forme de texte de la localisation. Les positions relatives des objets ne sont pas explicites. Il est nécessaire pour exploiter ce type de référence de disposer d un dispositif intermédiare donnant la correspondance entre ce système textuel et un référentiel géographique. Le cadastre est un exemple illustrant ce concept : les parcelles sont repérées sur les actes adminstratifs, ou sur la matrice cadastrale avec un numéro de parcelle, une section cadastrale, d autres attributs dont 7 ellipsoïde de révolution ou sphère aplatie aux pôles 8 angle orienté formé par le plan vertical passant par le point et le centre de la Terre, et le plan vertical défini comme base et passant par Greenwich. 9 angle orienté formé par le plan méridien du point, entre l équateur et la normale à l ellipsoïde en ce point 10 géoïde ou surface de niveau du potentiel de la pesanteur passant par le zéro du nivellement 12

13 FIG. 3 Référentiel géodésique et projection cartographique le nom de propriétaire, la surface... Le plan cadatral permet de localiser la parcelle à partir de son numéro et de sa section. Le cadatre est actuellement en cours de numérisation par les service fiscaux. A l échéance de cette opération, les parcelles seront directement localisables. Des dispositifs assurent le lien entre référentiels indirects et localisation : à titre d exemple la base de données Géoroute 11 de l IGN permet de localiser les voies de circulation avec les numéros d îlot de chaque côté de la voie. Cette application développée par l IGN est destinée à alimenter des systèmes de guidage embarqué. 2.2 La représentation graphique La géographie fait appel, au travers de la cartographie, aux vertus représentatives de l image. Qu il s agisse du fond topographique ou des objets que le SIG représente, cette dimension graphique est l axe essentiel pour l utilisateur. Deux modes techniques permettent de mettre en oeuvre cette représentation : le mode raster et le mode vecteur. Il est possible de passer d un mode à l autre : on parle alors de vectorisation ou de rasterisation. Ce pont possible entre les deux modes facilitent entre autres l acquisition de données : une carte numérisée peut être ensuite vectorisée avec identification des formes qu elle contient Le mode raster ou mode tramé (ou matriciel) La surface de l objet est composée par des points jointifs ou pixels. De leur résolution dépend la finesse de la représentation. La position est définie par rapport à la maille de la matrice nécessitant de repasser par un deuxième système de référence pour localiser en absolu le pixel. Ce mode de représentation est le plus proche de l informatique. Chaque pixel porte une information identifiant sa couleur et l entité à laquelle il est rattaché. Ainsi une ligne ou une surface sont elles-mêmes définies par l ensemble des pixels contigus dont la valeur de rattachement est identique. Plusieurs couches d information composées de pixels peuvent être superposées représentant chacune un thème particulier. A ce stade, la description des objets est implicite. Un lien peut être établi entre le fichier raster et une 11 http ://intercarto.com/imgs/fr/ign/pdf/georoute descriptif technique.pdf 13

14 table de données, il permet la description explicite des pixels, mais aussi le traitement des informations du fichier graphique. La relation spatiale entre les objets est implicite Le mode vecteur L image est décrite par un ensemble d objets : les SIG retiennent trois primitives de base qui permettent de recomposer la géométrie des objets, il s agit de : 1. des objets ponctuels 2. des objets linéaires 3. des objets surfaciques Objet ponctuel Objet linéaire Objet surfacique FIG. 4 Les objets de base en mode vecteur Un objet ponctuel sera localisé par un seul triplet de coordonnées. 12. Un objet linéaire est une suite ordonnée de points. Chaque point est relié au suivant par un segment de ligne définie mathématiquement. Un objet surfacique est défini comme étant l intérieur de son contour. Il est donc délimité par un objet linéaire fermé sur lui-même. On peut par extension définir des spécialisations d objet surfacique. Par exemple un objet surfacique à trou est défini comme un objet surfacique dont une partie intérieure est délimitée par un objet linéaire fermé. Un objet volumique est un objet composé d objets surfaciques. La description des objets est explicite. Une couche d informations regroupe un ensemble d objets qu on souhaite représenter simultanément. La position des objets est exprimée par des coordonnées attachées à un système de positionnement Relations spatiales entre objets Les relations spatiales entre objets sont, soit de type booléen (intersection, inclusion, adjacence par exemple), soit de type flou lorsque les critères de la relation doivent être précisés (par exemple, la notion de proximité). Dans ces deux cas les relations peuvent être soit explicites (recalculées à chaque usage) ou implicites (calculées une fois et stockées). Les deux modes de relations spatiales sont utilisées entre les objets. Bien que, par nature, la description des formes issues du mode raster soit implicite, il est possible de rendre leurs relations explicites. C est la théorie des graphes qui fournit les outils nécessaires à cette transformation. 2.3 L acquisition des données La construction d un SIG est basée sur un ensemble de données cartographiques, et textuelles dont une partie importante est fournie par des organismes spécialisés. Les don- 12 on peut même imaginer réduire à deux les coordonnées, si l objet est attaché au sol support ; dans ce cas c est le référentiel du sol qui fournira l atitude 14

15 nées plus spécifiques feront ensuite l objet d acquisition par différents moyens en fonction de leur échelle et de leurs quantités Les données existantes de description de territoire Nous limiterons notre présentation, qui n a de valeur que d illustration et non d inventaire, à la situation française. Ainsi l Institut Géographique National (IGN) fournit la majorité des données nécessaires : La base de données cartographiques : BDCARTO. C est la couverture cartographique à l échelle 1/50 000ème. Elle contient des données de niveau sémantique qui décrivent les infrastructures de transport, les caractéristiques géographiques et administratives du territoire français. Prix euros pour la France entière.[ign01] La base de données topographiques : BDTOPO. C est la description topographique du territoire français avec une précision métrique. Le relief est décrit sous forme de modèle numérique de terrain. Prix euros pour la France entière, 9 euros / km2 hors urbain, 18 euros / km2 en zone urbaine à l échelle d un département.[ign02] La base de données altimétriques : BDALTI. C est la couverture en courbes de niveau du territoire français. Cette base de données est la base de la BDTOPO. Prix euros pour la France entière. [IGN98] La base de données routières : GEOROUTE. C est la couverture du routier français en milieu urbain et interurbain, avec une précision de l ordre 5 à 10 m en zone urbaine et de 10 à 40 m en zone interurbaine. Prix de la couverture de la France entière au 01/01/2005 : euros.[ign99] D autres organismes fournissent aussi des données qui font référence dans des domaines plus spécifiques. A ce titre on peut citer CORINE Land Cover, qui a pour objet de fournir une information géographique homogène sur l occupation du sol des pays de l Union Européenne 13, le fichier de recensement de l INSEE qui permet d identifier la répartition des populations en précisant la composition socio-professionelle, le fichier FAN- TOIR 14 est réalisé, par la Direction générale des impôts, à partir des toponymes des voies, lieux-dits, ensembles immobiliers et pseudo-voies transmis par les collectivités locales, les fichiers de l INSEE qui permettent de localiser les données économiques et socioprofessionnelles, les données de l environnement gérées par les services déconcentrés du ministère de l écologie et de l environnement durable (fichiers NATURA , ZICO 16, ZNIEFF 17,RAMSAR 18. L ensemble de ces données permettent de construire le cadre de références et d informations de base d un SIG. Les autres données nécessaires peuvent faire l objet d autres modes d acquisition Les autres modes d acquisition La démarche conceptuel permettra de définir les classes d objet nécessaires au SIG ainsi que leurs attributs. En dehors des sources de données citées précédemment, il sera 13 http ://www.ifen.fr/donindic/donnees/corine/3clature.htm 14 Fichier annuaire topographique initialisé réduit 15 recensement des zones d habitat naturel protégées 16 Zone importantes pour la conservation des oiseaux 17 Zone naturelle d intérêt faunistique et floristique 18 Ramsar du nom de la ville d Iran où a été signée la convention de protection des zones humides utilisées comme habitat par les oiseaux le 2 février

16 nécessaire de procéder à l acquisition directe des informations définies par la conceptualisation. Deux méthodes sont encore possibles : s il s agit de données à grande échelle, il pourra être fait recours aux fournisseurs de données par télédetection, par la numérisation ou par vectorisation : la télédétection spatiale. Le développement et la maîtrise des satellites d observation de la Terre depuis plus de 30 ans a permis de fournir les données précises en matière géographique. Ces inforamtions sont essentiellement de deux types : des images et des données de géolocalisation, grace en autre à l avènement du GPS 19. L échelle d observation est mondiale et le rafraichissement des données peut être constant. Ainsi des sociétés comme Spot-Image 20, Landsat 21 se sont spécialisées dans la fourniture de ces informations. Le niveau de résolution peut être très élevé, inférieur au mètre, elles permettent aussi l extraction d informations détaillées dans les domaines de la défense, de la surveillance, du géo-marketing, de la planification urbaine, de l étude des grandes infrastructures... Ces données sont fournies sous des formats directement importables dans les SIG. La numérisation des informations. Elle est souvent réalisée à partir d un dispositif de numérisation (table à numériser). Outre la saisie des inforamtions définissant les formes géométriques et géographiques par leurs coordonnées, il est nécessaire de saisir le contenu de l information sémantique (attributs et relations). Ces informations sont, dans ce cas, saisies en mode vecteur. Il est possible de procéder par scannage, les fichiers résultats sont alors vectorisés pour en extraire les informations isolées (voir Relations spatiales entre objets) Le géoréférencement Les données produites par la télédétection et la saisie directe doivent être modifiées pour correspondre parfaitement au modèle et au référentiel géodésique. A cet effet, le SIG possède des fonctions de déformation qui permettent, à partir du recalage d une partie des informations sur des points d appui, de recaler l ensemble de l image. Le géoréférencement se décompose en une déformation de l image et un rééchantillonage de celle-ci.[oli98] 2.4 Le support logique de l information Nous avons pu constater qu au delà de leur représentation graphique, les données géographiques étaient porteuses d attributs et de relations. Nous avons pu mesurer également combien les informations géographiques se comportaient comme des objets (au sens informatique du terme), avec des types différents et des méthodes (modes de représentation pour un point, un objet différent, un objet linéaire, un objet surfacique). Les notions d encapsulation, d héritage y sont présentes. Ces caractéristiques conduisent à imaginer que le SGBD est le support d information adapté et qu au regard des particularités ci-dessus énoncées, un SGBD orienté objets présenterait des fonctionnalités pertinentes. Ce dernier n assure pas les contraintes d intégrité comme le fait un SGBD relationnel, à contrario il permet une modélisation plus complexe. Son langage de requête ne présente pas non plus 19 Global positionning system 20 http ://www.spotimage.fr/html/ 21 http ://www.landsat.com/landsat.html 16

17 les mêmes performances que SQL [etb97] Une alternative réside dans l extension du modèle relationnel pour qu il puisse intégrer des types propres à la géolocalisation, et donc des attributs qui prennent leurs valeurs dans un espace de dimension 2 à 3. Cette extension du modèle peut être réalisée artificiellement, en utilisant trois attributs dont la concaténation définira une clé de localisation. Plusieurs éditeurs de SGBD ont modifié leur produit pour y intégrer cette particularité. C est le cas d IBM avec DB2 Spatial [IBM02] Extender 22, Oracle Spatial et Oracle Locator 23. SQL a officiellement intégré cette évolution avec une version spécifique : SQL/MM qui introduit de nouveaux types abstraits de données : géométriques, topologiques, métadonnées.[eis02] 2.5 Les fonctionnalités d un SIG On peut rapidement décrire les fonctions attendues d un SIG, la littérature dans le domaine évoque les 5 A d un SIG. 1. Abstraire : Le module d abstraction regroupe les outils de définition des données. A ce titre des fonctionnalités de conception du schéma conceptuel des données peuvent y être intégrées. D autres fonctions permettent de construire les dictionnaires de données et de contraintes à partir du SCD. 2. Acquérir : Ce module intègre deux types d outils, les fonctions d importation de données, et les fonctions de numérisation. Ces fonctions sont complétées par des outils de géoréférencement, et de contrôle sémantique. 3. Archiver : Ce module s appuie sur le support de stockage d informations évoqué au paragraphe précédent, pour les données sémantiques voir pour les données graphiques, l utilisation d un logiciel de CAO/DAO et une alternative possible pour gérer ces dernières données. Les fonctions d interrogation sont traitées par un langage assertionnel qui transforment les termes de la requête de l utilisateur en élément d algèbre relationnel. 4. Analyser : Ce module contient les fonctions qui différencient les SIG entre eux. A ce titre on peut remarquer les fonctions de manipulation de données qui ne génèrent pas de nouvelles connaissances, les fonctions d analyse, ce sont celles qui évoluent le plus vers des outils d aide à la décision, et dernier domaine de développement qui sera traité dans un des paragraphes suivants, la notion de généralisation. 5. Afficher : ce module intègre tous les outils de restitution des traitements, leur finalité tient dans la matérialisation physique des phénomènes spatiaux, et de leur interaction avec les données sémantiques, un mode hypertexte peut être retenu. 2.6 L organisation Comme tout système d information, la mise en place, la gestion, l exploitation d un SIG nécessite une démarche de projet et des moyens à mettre en oeuvre. A chaque étape, 22 Cette solution a appliqué l extension des types à ceux des primitives géométriques des SIG, il permet aussi facilement l intégration de données à priori non-sig dans un SIG, cet outil semble utiliser à cet effet l artifice des trigers 23 http ://www.oracle.com/technology/products/spatial/pdf/10g spatial locator twp.pdf. Ce produit intègre les types correspondants aux trois primitives géométriques des SIG, la notion d index spatiaux et d opérateurs spatiaux dans une version spécifique de SQL 17

18 une organisation spécifique sera mise en oeuvre : pilotage, étude, groupes de travail mais aussi formation et évaluation composeront les clés de cette mise en oeuvre. Cette démarche prend içi une dimension particulière au regard de la multiplicité des types de données qu un SIG peut accueillir. 2.7 Conclusions en ce qui concerne les composants L ensemble des composants que nous avons présentés dans cette partie met en évidence la mécanique d un SIG tant dans sa dimension purement technique que dans son approche logique. La complexité et, la richesse des informations à gérer doivent être prises en compte dès les étapes de conception du modèle. 3 Les domaines d application des S.I.G. Les deux sections précédentes nous ont permis d appréhender les concepts et les éléments composants un SIG. Ainsi nous avons pu mesurer comment l information géographique pouvait être modélisée avec la description d un territoire par des entités, l importance de leur localisation et de leurs relations. L utilisation d un SIG sera donc à priori pertinente pour tous les domaines dans lesquels des entités, objets, informations localisables sur un territoire, permettent par leur connaissance d aboutir à des processus de décision. Un premier essai de typologie pourraît être bâti sur le degré d utilisation, entre outil de connaissance et outil d aide à la décision. 3.1 Les usages possibles d un SIG Un système d information géographique s intéresse aux relations possibles entre entités et territoires. Une entité est assimilable à un objet. Elle sera donc décrite et localisée par des attributs, et des relations avec d autres entités. On pourra s intéresser : FIG. 5 Trois utilisations possibles La gestion d un objet en particulier. Ce premier usage permet une forme d accès à l objet soit par le système d information classique, soit par l interface graphique. C est un premier usage possible du SIG, il offre une alternative au système de requête classique. Il offre de plus la représentation cartographique des résultats des requêtes. 18

19 L évaluation. Ce mode d utilisation regroupera les fonctions de recensement, qu il s agisse d un objet spécifique, d un ensemble d objets appartenant à une classe d objets localisés sur un territoire donné. La recherche. Dans ce mode d utilisation, ce sont les fonctions, d exploration qui permettront de découvrir des relations entre données seules ou entre données et localisation qui seront mises en oeuvre, mais aussi des fonctions de simulation (avec prise en compte d interaction entre les objets). Ces 3 modes d utilisation ne sont pas exclusifs l un de l autre. On peut facilement imaginer qu il y ait progressivité qui conduise au passage d un mode à l autre. Les utilisations de SIG pourront être liées à la gestion d objet, au simple recensement, à la recherche de relations entre objets, à la recherche de tendances et aussi d évolutions dans le temps. Ces usages peuvent être directement liés à l activité et aux finalités de l organisation qui l utilisera, mais d une certaine manière à la maturité du système d information. 3.2 Les utilisateurs des SIG L approche par les modes d utilisation apportent un premier éclairage quant aux possibilités fonctionnelles d un SIG. Une typologie des utilisateurs précise le périmètre et illustre les cas d utilisation possibles Suivi, évaluation et définition de politique. Il s agit plus particulièrement d ontologie spatiale destinée à mesurer l intensité et comprendre la nature de phénomènes. A ce titre on trouve toutes les applications dans le domaine de l urbanisme, de la politique du logement, mais aussi de l environnement... De nouveaux débouchés apparaissent dans ce domaine, ils caractérisent aussi une évolution possible des SIG. Les agglomérations importantes (de plus de habitants) doivent avoir réalisées une cartographie des zones de bruit. La directive européenne 24 qui a institué cette obligation précise aussi que la définition de plans de lutte contre le bruit doit être terminée avant 2012 (2007 pour les agglomérations de plus de habitants). Le SIG devient, pour les agglomérations qui ont décidé de l utiliser comme support d information, outil de dialogue. En effet le nombre d interlocuteurs est de plus en plus important au fur et à mesure de la démarche. La prise en compte d informations de natures différentes, la capacité de synthèse de ce type de système d information et les possibilités de représentation ont convaincu de nombreux élus de son intérêt[les05]. Ce type d utilisation des SIG, est celui des grandes administrations de l Etat, mais aussi celui des collectivités locales Gestion opérationnelle. Il s agit d une utilisation plus classique d un système d information, le SIG y apporte la localisation des objets, qu ils soient statiques ou dynamiques. Les gestionnaires /49/CE 19

20 de territoire, tels les DIREN 25, les DDAF 26, les DRIRE 27 y trouvent un support pour la gestion des risques (inondations, zones instables, avalanches, SEVEZO...), mais aussi de périmètres protégés (zone d intérêt écologique, zone de captage, zone littorale...) ou des secteurs d application de réglement particulier (Zone PAC, ). Les gestionnaires de réseau utilisent le SIG pour suivre l évolution des caractéristiques dans le temps d objets souvent linéaires, qu il s agisse d opérations de maintenance, d entretien ou de modernisation, mais ausi pour mesurer l interaction avec les composantes de l environnement du réseau (gestionnaire de réseaux d eau potable, électrique, télécommunication mais aussi viaire). Les gestionnaires d autoroutes et les centre régionaux d information routière utilisent des SIG pour prendre en compte en temps réel les volumes et caractéristiques du trafic afin de décider de mesures de délestage, d intervention. L alimentation en temps réel du SIG s opère par des dispositifs de mesure de trafic et de vitesse implantés dans la chaussée, des analyseurs de mouvement et de détection d incidents implantés tout au long des voies importantes (ces dispositifs mettent en oeuvre des outils différents et complémentaires : ANITA : analyse d itinéraires alternatifs, bases de données évènementielles...) La logisitique y trouve de plus en plus un outil qui facilite la prise de décision. Le suivi des moyens de transport (camions, trains, bateaux) couplé avec le développement des puces RFID 28, permet un traçage précis des marchandises mais aussi une optimisation des transports en fonction des données de trafic La recherche C est certainement un nouveau secteur de développement pour les SIG. Il utilise les possibilités de recherche de relations à priori non identifiées entre objets. C est le domaine de la mercatique, et des sciences sociales en général. Ce sont les fonctions qui permettent de découvrir des relations entre objets et donc des phénomènes qui seront alors utilisées. Ces fonctions s appuyent sur les opérateurs topologiques qui caractérisent les intersections élémentaires entre deux objets d un plan ou d un espace [djm]. Une subtilité est employée pour identifier des objets voisins qui échappent aux intersections évidentes, il s agit de la notion de seuil, une frontière plus ou moins large qui entoure l enveloppe extérieure de l objet. On étudie alors sur la base de cette quasi enveloppe, les nouvelles valeurs d intersections, il est alors possible d étudier des zones plus floues de voisinage[gir04]. 3.3 Les degrés de maturité dans l usage des SIG Dans les domaines couvrant les trois modes définis précédemment, le niveau d utilisation peut être très variable. Il est conditionné par les ambitions qui ont conduit à la mise en place du SIG. En effet si l utilisation des données aux fins de missions opérationnelles apparait comme assez simple, elle nécessite la mise en place d une démarche classique de projet informatique, en particulier en ce qui concerne la construction du modèle de 25 Direction tégionale de l environnement 26 Direction départementale de l agriculture et de la forêt 27 Direction régionale de l industrie de la recherche et de l environnement 28 Radio frequency identification data 20

L outil 3D «Grand Territoire» de l Agglomération de Montpellier- De la communication à la participation?

L outil 3D «Grand Territoire» de l Agglomération de Montpellier- De la communication à la participation? L outil 3D «Grand Territoire» de l Agglomération de Montpellier- De la communication à la participation? Marc APARICIO, Responsable Service SIG Observatoires Direction Urbanisme et de l Habitat Montpellier

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Fonctionnalités d un SIG : les 5 A. Les systèmes d information géographique peuvent être constitués pour répondre à différentes demandes.

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

Qu est-ce que ArcGIS?

Qu est-ce que ArcGIS? 2 Qu est-ce que ArcGIS? LE SIG ÉVOLUE Depuis de nombreuses années, la technologie SIG améliore la communication, la collaboration et la prise de décision, la gestion des ressources et des infrastructures,

Plus en détail

M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS

M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS UE 1 : Tronc commun Carthagéo-Géoprisme Un certain nombre d enseignements de la formation professionnelle Carthagéo est mutualisée avec

Plus en détail

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES GEOSPATIALE CREATION A D UNE L ECHELLE BANQUE NATIONAL DE DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE 1 AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. P O Box 3463

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES CO-351 LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES BAYERS E. IGN, BRUXELLES, BELGIUM ÉVOLUTION DES TECHNIQUES DE PRODUCTION DE DONNÉES TOPOGRAPHIQUES

Plus en détail

MODULE 3 Analyses thématiques

MODULE 3 Analyses thématiques MODULE 3 Analyses thématiques Ce module a pour objectif d approfondir les différents modes de représentation cartographique des données attributaires à l'aide de la gestion des styles. - la nouvelle symbologie

Plus en détail

Glossaire. base de données géographiques Voir géodatabase (GDB).

Glossaire. base de données géographiques Voir géodatabase (GDB). Glossaire analyse Processus d identification d une question ou d un problème à résoudre, de modélisation de ce problème, de recherche des résultats de modélisation, d interprétation des résultats, d élaboration

Plus en détail

Terra Magna : premiers pas vers la définition d un SIG 3D pour l aménagement et l urbanisme

Terra Magna : premiers pas vers la définition d un SIG 3D pour l aménagement et l urbanisme Terra Magna : premiers pas vers la définition d un SIG 3D pour l aménagement et l urbanisme Cécile Haëck Nicolas Klein Rencontres SIG la Lettre 2009 Session «Le grand boom de la 3D» 1 En rubriques 1. Le

Plus en détail

Mise en place d'une chaîne de production raster multi-échelles

Mise en place d'une chaîne de production raster multi-échelles 25 Février 2014 Thierry Boch tboch@esrifrance.fr Mise en place d'une chaîne de production raster multi-échelles FranceRaster Programme FranceRaster v4 Le produit "France Raster", coédition Esri France

Plus en détail

Cours Systèmes d Information Géographique

Cours Systèmes d Information Géographique Cours Systèmes d Information Géographique Durée : 55 h Intervenants : Pr. Amadou Tahirou Diaw 1-3, Dr Gualbert S. Dorégo 2-3, Dr Alla Manga 3, Ing. Aminata Diokhané 4, Dr El hadji Balla Dièye 5-3, Dr Cheikh

Plus en détail

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données POLYTECH Université d Aix-Marseille odile.papini@univ-amu.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bd.html Plan du cours 1 1 Qu est ce qu une

Plus en détail

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch)

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch) REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'intérieur et de la mobilité Service de la mensuration officielle 02.2012 Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois

Plus en détail

Institut National de l Information Géographique et Forestière : Le Géoportail

Institut National de l Information Géographique et Forestière : Le Géoportail Institut National de l Information Géographique et Forestière : Le Géoportail Interview du 21 janvier 2013 avec Didier Richard, chef du projet Géoportail Mail : didier.richard@ign.fr Tél: 01 43 98 83 23

Plus en détail

Informations générales

Informations générales Informations générales Principes fondamentaux de l information géographique 1 Les points de référence 1.1 - Definition de l information géographique Toute information (de nature phenomenology comme de

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR LA CLASSE DE TROISIÈME

ORIENTATIONS POUR LA CLASSE DE TROISIÈME 51 Le B.O. N 1 du 13 Février 1997 - Hors Série - page 173 PROGRAMMES DU CYCLE CENTRAL 5 e ET 4 e TECHNOLOGIE En continuité avec le programme de la classe de sixième, celui du cycle central du collège est

Plus en détail

ArcGIS. for Server. Sénégal. Comprendre notre monde

ArcGIS. for Server. Sénégal. Comprendre notre monde ArcGIS for Server Sénégal Comprendre notre monde ArcGIS for Server Créer, distribuer et gérer des services SIG Vous pouvez utiliser ArcGIS for Server pour créer des services à partir de vos données cartographiques

Plus en détail

Analyse multidimensionnelle et système d information géographique appliqués à l analyse de données de gestion routière

Analyse multidimensionnelle et système d information géographique appliqués à l analyse de données de gestion routière IE Analyse multidimensionnelle et système d information géographique appliqués à l analyse de données de gestion routière Réalisé par: Dr Yvan Bédard, professeur Sonia Rivest, professionnelle de recherche

Plus en détail

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION De l Urbanisme à L Urbanisation des SI Urbanisme : Mise en œuvre des politiques urbaines

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Master ère année Analyse spatiale, analyse géographique, spatialité des sociétés Master

Plus en détail

Géoréférencement et RGF93

Géoréférencement et RGF93 Géoréférencement et RGF93 Théorie et concepts - Fiche T3 Les projections coniques conformes 9 zones T3 Décembre 2008 2008/54 Historique Ces projections ont été définies par l'ign, suite à une recommandation

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Système d information géographique SavGIS 1.SavGIS Présentation générale

Système d information géographique SavGIS 1.SavGIS Présentation générale Système d information géographique SavGIS 1.SavGIS Présentation générale www.savgis.org SavGIS Conception et architecture : Marc Souris Algorithmique et développement : Marc Souris Programmation : Marc

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

THOT - Extraction de données et de schémas d un SGBD

THOT - Extraction de données et de schémas d un SGBD THOT - Extraction de données et de schémas d un SGBD Pierre-Jean DOUSSET (France), Benoît ALBAREIL (France) pj@miningdb.com, benoit@miningdb.com Mots clefs : Fouille d information, base de données, système

Plus en détail

SYstème Relationnel d Audit sur l Hydro-morphologie des Cours d Eau SYRAH CE

SYstème Relationnel d Audit sur l Hydro-morphologie des Cours d Eau SYRAH CE SYstème Relationnel d Audit sur l Hydro-morphologie des Cours d Eau SYRAH CE L. Valette & L. Frilleux Journée ESRI ENVIRONNEMENT Paris 8 juin 2010 Pourquoi le projet SYRAH? Commande Ministère Environnement

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE, DU SPORT ET DES LOISIRS SERVICE DU PATRIMOINE CULTUREL

POUR DIFFUSION AUX AGENTS DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE, DU SPORT ET DES LOISIRS SERVICE DU PATRIMOINE CULTUREL MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/JF/FG/DCPSL/N 14-04 Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : ADMINISTRATEUR DE BASES DE DONNEES ET SITE

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

ARCGIS DESKTOP. Qu est-ce que ArcGIS Desktop?

ARCGIS DESKTOP. Qu est-ce que ArcGIS Desktop? ARCGIS DESKTOP Qu est-ce que ArcGIS Desktop? ArcGIS Desktop comprend une suite d applications intégrées : ArcMap, ArcCatalog et ArcToolbox. A l aide de ces trois applications, vous pouvez effectuer toutes

Plus en détail

ArcGIS. for Server. Partenaire officiel Esri France

ArcGIS. for Server. Partenaire officiel Esri France ArcGIS for Server Partenaire officiel Esri France ArcGIS for Server Créer, distribuer et gérer des services SIG Vous pouvez utiliser ArcGIS for Server pour créer des services à partir de vos données cartographiques

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

Cahier des Clauses techniquesparticulières

Cahier des Clauses techniquesparticulières ARCHES PUBLICS MAIRIE DE BASTIA Avenue Pierre Guidicelli 20410 BASTIA CEDEX MARCHE D ETUDES A MAITRISE D OUVRAGE EN VUE DE L ORIENTATION ET DU DEVELOPPEMENT DU SYTEME D INFORMATION GEOGRAPHIQUE SERVICE

Plus en détail

Conférence Francophone ESRI - SIG 2009 Communications Utilisateurs / Collectivités Locales

Conférence Francophone ESRI - SIG 2009 Communications Utilisateurs / Collectivités Locales Conférence Francophone ESRI - SIG 2009 Communications Utilisateurs / Collectivités Locales IGECOM 40 EST COFINANCE PAR L UNION EUROPEENNE L EUROPE S ENGAGE EN AQUITAINE AVEC LE FOND EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Système d Information Géographique (SIG) : quels apports dans les métiers de l assurance?

Système d Information Géographique (SIG) : quels apports dans les métiers de l assurance? Système d Information Géographique (SIG) : quels apports dans les métiers de l assurance? 20 mars 2012 Agenda Présentation Esri A quels enjeux du secteur Assurance un SIG peut-il répondre? Qu est-ce qu

Plus en détail

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2)

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Environnement = interactions présentation non exhaustive et redondante Du local au planétaire / du planétaire au local... problèmes présentés en deux

Plus en détail

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur Indications

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

ArcGIS. for Server. Comprendre notre monde

ArcGIS. for Server. Comprendre notre monde ArcGIS for Server Comprendre notre monde ArcGIS for Server Créer, distribuer et gérer des services SIG Vous pouvez utiliser ArcGIS for Server pour créer des services à partir de vos données cartographiques

Plus en détail

et les Systèmes Multidimensionnels

et les Systèmes Multidimensionnels Le Data Warehouse et les Systèmes Multidimensionnels 1 1. Définition d un Datawarehouse (DW) Le Datawarehouse est une collection de données orientées sujet, intégrées, non volatiles et historisées, organisées

Plus en détail

Cycle complet de formation SIG

Cycle complet de formation SIG Cycle complet de formation SIG La Rochelle, France Durée Cycle 4 semaines Dates Du 18 mai au 12 juin 2015 (printemps) Du 5 au 30 octobre 2015 (automne) 2D3D.GIS BP 63019, 1 bis Perspective de l océan (10

Plus en détail

DREAL Corse. Version 2014. Atlas et catalogue de métadonnées

DREAL Corse. Version 2014. Atlas et catalogue de métadonnées Atlas et catalogue de métadonnées DREAL Corse Version 2014 Application conçue par la Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement dans le cadre de l Observatoire du Développement

Plus en détail

Bases de Données. Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre

Bases de Données. Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre Bases de Données Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre Synthèse : conception de BD langage de modélisation famille de SGBD SGBD Analyse du

Plus en détail

Le Système d Information Routier

Le Système d Information Routier Le Système d Information Routier CONTEXTE DU PROJET : 2004 INSTITUTIONNEL : ACTE II DE LA DECENTRALISATION La loi du 13 août 2004 relative aux libertés et Responsabilités locales a prévu dans le domaine

Plus en détail

Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi?

Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi? Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi? Guillaume Fantino CNRS-ENS / Environnement, Villes, Société Observatoire des Sédiments du Rhône Plan: Informations

Plus en détail

DAO - Dessin Assisté par Ordinateur «horizontal» CAO - Conception Assistée par Ordinateur «vertical» Dessin & Image «vecteur et raster» Du 2D au 3D

DAO - Dessin Assisté par Ordinateur «horizontal» CAO - Conception Assistée par Ordinateur «vertical» Dessin & Image «vecteur et raster» Du 2D au 3D HOPITECH - georges.khairallah@aiga.eu - g.khairallah@rennes.archi.fr 8 Octobre 2009 DAO - Dessin Assisté par Ordinateur «horizontal» CAO - Conception Assistée par Ordinateur «vertical» Dessin & Image «vecteur

Plus en détail

Présentation de l application. @ la carte

Présentation de l application. @ la carte Présentation de l application @ la carte 1 PRINCIPES DE L APPLICATION @ la carte La conception de l application @ la carte s est appuyée sur l expertise des professionnels de l assainissement non collectif.

Plus en détail

Mise en place d'un serveur d'application SIG au Conseil général de Seine-et-Marne

Mise en place d'un serveur d'application SIG au Conseil général de Seine-et-Marne Mise en place d'un serveur d'application SIG au Conseil général de Seine-et-Marne Conférence francophone ESRI 2006 12 octobre Issy-les-Moulineaux Conseil général de Seine-et-Marne Direction Générale des

Plus en détail

L Ecole nationale. géographiques. d e s sciences. Formation continue

L Ecole nationale. géographiques. d e s sciences. Formation continue L Ecole nationale d e s sciences géographiques Formation continue 2 0 1 3 Catalogue 2013 des formations continues de l Ecole nationale des sciences géographiques Se former : plus qu un droit, un devoir

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML http://olivier-augereau.com Sommaire Introduction I) Les bases II) Les diagrammes

Plus en détail

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques.

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Ville de Paris Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Mail : richard.malachez@paris.fr Tel : 01 43 47 62 96 Organisme d accueil Présentation

Plus en détail

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information S. Servigne Maître de Conférences, LIRIS, INSA-Lyon, F-69621 Villeurbanne Cedex e-mail: sylvie.servigne@insa-lyon.fr 1. Introduction

Plus en détail

Les Géodatabases en 9.2

Les Géodatabases en 9.2 Les Géodatabases en 9.2 Session Technique Géodatabase 9.2 Versailles SIG 2007 Nouveautés dans les Géodatabases Géodatabase adaptée À la taille de l entreprise À l architecture déployée Aux processus de

Plus en détail

FORMATION EXPRESS API GÉOPORTAIL

FORMATION EXPRESS API GÉOPORTAIL FORMATION EXPRESS API GÉOPORTAIL JOURNÉE DE L INNOVATION IGN 29 NOVEMBRE 2012 PROGRAMME RAPPEL Le Géoportail Les APIs Géoportail COMMENT UTILISER L API GÉOPORTAIL? Création de compte et contrat sur les

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

Urbanisme et Standards Covadis

Urbanisme et Standards Covadis Urbanisme et Standards Covadis 12 Octobre 2012 Service Connaissance des Territoires et Prospective Unité SIG / Valorisation de données Sommaire 1/ les différents standards de la COVADIS du thème Urbanisme

Plus en détail

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Jean-Matthieu Monnet UR Écosystèmes Montagnards, Irstea Grenoble Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea

Plus en détail

Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131

Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Révision : A Spécifications de contenu informationnel : Couverture

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

La Geo-Business Intelligence selon GALIGEO avec 26/10/2005 1

La Geo-Business Intelligence selon GALIGEO avec 26/10/2005 1 La Geo-Business Intelligence selon GALIGEO avec ESRI 2005 session «Décisionnel» 26/10/2005 1 La Business Intelligence : Une Définition La Business intelligence permet l utilisation des données opérationnelles

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA LOMAGNE GERSOISE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA LOMAGNE GERSOISE Maître d'ouvrage : COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA LOMAGNE GERSOISE - URBANISME - FOURNITURE ET DEPLOIEMENT D UN LOGICIEL D INSTRUCTION DES DOCUMENTS D URBANISME CAHIER DES CLAUSES techniques OCTOBRE 2012

Plus en détail

GÉODÉSIE, COORDONNÉES ET GPS

GÉODÉSIE, COORDONNÉES ET GPS GÉODÉSIE, COORDONNÉES ET GPS LES PROJECTIONS La représentation du globe terrestre sur un plan en deux dimensions exige une opération nommée projection. Une projection s appuie sur un géoïde, qui est une

Plus en détail

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Christine TURCK 1 * et **, Christiane WEBER**, Dominique THOME*

Plus en détail

Mercredi 15 Janvier 2014

Mercredi 15 Janvier 2014 De la conception au site web Mercredi 15 Janvier 2014 Loïc THOMAS Géo-Hyd Responsable Informatique & Ingénierie des Systèmes d'information loic.thomas@anteagroup.com 02 38 64 26 41 Architecture Il est

Plus en détail

Utilisation du SIG dans une entreprise industrielle pour l analyse et la prise de décision

Utilisation du SIG dans une entreprise industrielle pour l analyse et la prise de décision 309 Schedae, 2007 Prépublication n 47 Fascicule n 2 Utilisation du SIG dans une entreprise industrielle pour l analyse et la prise de décision Mohamed Najeh Lakhoua UR : Système, Énergétique, Productique

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Applications SIG-DFCI au SDIS 30. Sophie Sauvagnargues-Lesage Commandant Jean-François Roure Major Thierry Boussardon

Applications SIG-DFCI au SDIS 30. Sophie Sauvagnargues-Lesage Commandant Jean-François Roure Major Thierry Boussardon Applications SIG-DFCI au SDIS 30 Sophie Sauvagnargues-Lesage Commandant Jean-François Roure Major Thierry Boussardon Historique Il y a 30 ans, l'entente mettait en place une cartographie papier «feux de

Plus en détail

La directive INSPIRE en Wallonie: le géoportail et l infrastructure de diffusion des géodonnées en Région wallonne (InfraSIG(

La directive INSPIRE en Wallonie: le géoportail et l infrastructure de diffusion des géodonnées en Région wallonne (InfraSIG( La directive INSPIRE en Wallonie: le géoportail et l infrastructure de diffusion des géodonnées en Région wallonne (InfraSIG( InfraSIG) Jean-Pierre KINNAERT Directeur Département de la géomatique Service

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

Territoire3D. Descriptif de contenu. Institut Géographique National. www.ign.fr. Date du Document : Mars 2011

Territoire3D. Descriptif de contenu. Institut Géographique National. www.ign.fr. Date du Document : Mars 2011 Territoire3D Descriptif de contenu Date du Document : Mars 2011 Institut Géographique National 73 avenue de Paris 94165 Saint-Mandé Cedex www.ign.fr Révision : Spécifications externes A 18/03/2011 Création

Plus en détail

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire 1 Producteurs 2 Dénomination du produit 3 Protection militaire 4 Abréviations 5 Description générale 1. Définition

Plus en détail

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI Cours Base de données relationnelles 1 Plan 1. Notions de base 2. Modèle relationnel 3. SQL 2 Notions de base (1) Définition intuitive : une base de données est un ensemble d informations, (fichiers),

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

Cahier méthodologique sur la mise en œuvre d un SIG

Cahier méthodologique sur la mise en œuvre d un SIG Cahier méthodologique sur la mise en œuvre d un SIG en partenariat avec Cahier méthodologique sur la mise en œuvre d un SIG IAAT 2003 0 Cahier méthodologique sur la mise en œuvre d un SIG IAAT 2003 1 Introduction

Plus en détail

Analyse de la vidéo. Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet. 10 mars 2015. Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57

Analyse de la vidéo. Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet. 10 mars 2015. Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57 Analyse de la vidéo Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet 10 mars 2015 Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57 La représentation d objets Plan de la présentation 1 La représentation

Plus en détail

Les silos à grains au Canada Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131

Les silos à grains au Canada Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Les silos à grains au Canada Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Révision : A Page 1 de15 Page 2 de15 Spécifications de contenu informationnel Silos à grains

Plus en détail

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Sommaire Introduction... 3 Définition... 3 Les domaines d application de l informatique décisionnelle... 4 Architecture d un système décisionnel... 5 L outil Oracle

Plus en détail

Introduction aux Bases de Données

Introduction aux Bases de Données Introduction aux Bases de Données I. Bases de données I. Bases de données Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Exemples classiques d'applications BD

Plus en détail

Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie. Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif.

Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie. Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif. Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif Claire-Charlotte Butez, Francesco Beretta To cite this version:

Plus en détail

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES BASES DE DONNÉES CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98 J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES III. LES SYSTÈMES RÉSEAU IV. LES SYSTÈMES RELATIONNELS V. LE LANGAGE

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier?

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? CA ERwin Modeling fournit une vue centralisée des définitions de données clés afin de mieux comprendre

Plus en détail

Communiqué de Lancement

Communiqué de Lancement Direction du Marketing Produits Sage - Division Mid Market Communiqué de Lancement Rapprochement Bancaire 1000 Produit : Rapprochement Bancaire 1000 Bases de Données : Oracle - MS/SQL Server Microsoft

Plus en détail

Visual Information Solutions. ENVI LiDAR. L environnement logiciel interactif pour extraire des informations 3D à partir du LiDAR

Visual Information Solutions. ENVI LiDAR. L environnement logiciel interactif pour extraire des informations 3D à partir du LiDAR Visual Information Solutions ENVI LiDAR L environnement logiciel interactif pour extraire des informations 3D à partir du LiDAR Créer des visualisations réalistes. Extraire des objets 3D. Générer des produits

Plus en détail

Chaîne opératoire de réalisation d une base de données

Chaîne opératoire de réalisation d une base de données Chaîne opératoire de réalisation d une base de données ANF «Comment concevoir une base de données en archéométrie» CAI-RN/rBDD (5-6/06/2014) Isabelle BALY Philippe GRISON En introduction 1- Phase d analyse

Plus en détail

BD PARCELLAIRE. Version 1.2. Descriptif de contenu Format DXF. www.ign.fr. Révisé le : Avril 2012. Date du Document : Avril 2011

BD PARCELLAIRE. Version 1.2. Descriptif de contenu Format DXF. www.ign.fr. Révisé le : Avril 2012. Date du Document : Avril 2011 BD PARCELLAIRE Version 1.2 Descriptif de contenu Format DXF Date du Document : Avril 2011 Révisé le : Avril 2012 www.ign.fr BD PARCELLAIRE Version 1.2 Format DXF Descriptif de contenu Création du document

Plus en détail

Format d échange des DA numériques [Version Avril 2011]

Format d échange des DA numériques [Version Avril 2011] Format d échange des DA numériques [Version Avril 2011] Rappel : En fonction du mode de gestion du plan cadastral concerné par le projet de document d arpentage (DA) numérique et sur demande des personnes

Plus en détail

Rappel sur les bases de données

Rappel sur les bases de données Rappel sur les bases de données 1) Généralités 1.1 Base de données et système de gestion de base de donnés: définitions Une base de données est un ensemble de données stockées de manière structurée permettant

Plus en détail

Licence Professionnelle en Statistique et Informatique Décisionnelle (S.I.D.)

Licence Professionnelle en Statistique et Informatique Décisionnelle (S.I.D.) Université de Lille 2 - Droit et Santé Ecole Supérieure des Affaires & Institut Universitaire de Technologie (IUT-C) Département Statistique et Traitement Informatique des Données Licence Professionnelle

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING)

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) Finalité de la démarche Optimiser les performances futures de profit du produit sur l ensemble de son cycle de vie. Prérequis Connaissance élémentaire de la problématique

Plus en détail

sig La dimension géographique du système d information InfoPro Henri Pornon La dimension géographique du système d information

sig La dimension géographique du système d information InfoPro Henri Pornon La dimension géographique du système d information se former retours d expérience Henri Pornon sig La dimension géographique du système d information Les organisations publiques et privées et le grand public utilisent aujourd hui fréquemment des applications

Plus en détail

> REnDRE LE BRuIt visible

> REnDRE LE BRuIt visible > REnDRE LE BRuIt visible > sonbase La Base de données SIG pour la Suisse Déterminer et analyser la pollution sonore pour l ensemble de la Suisse 02 > sonbase La base de données SIG pour la Suisse La base

Plus en détail

Echelles multiples de lecture d un territoire

Echelles multiples de lecture d un territoire Titre : Technologies de représentation du grand territoire : intégrer la ville à son territoire, associer R&D et pédagogie Bernadette Laurencin : Architecte, Maître assistante associée à l ENSA PB et chercheuse

Plus en détail

Le SIG provincial. B u r e a u S y s t è m e d I n f o r m a t i o n G é o g r a p h i q u e. DSI Service des Applications Métiers. province-sud.

Le SIG provincial. B u r e a u S y s t è m e d I n f o r m a t i o n G é o g r a p h i q u e. DSI Service des Applications Métiers. province-sud. DSI Service des Applications Métiers B u r e a u S y s t è m e d I n f o r m a t i o n G é o g r a p h i q u e Le SIG provincial Matinée e des géomaticiens g 2012 4 décembre d 2012 province-sud.nc province-sud.nc

Plus en détail