I N T R O D U C T I O N LES BALISES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I N T R O D U C T I O N LES BALISES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI"

Transcription

1 I N T R O D U C T I O N LES BALISES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI La formation professionnelle permet de mettre en évidence et de développer les habilités humaines en vue de la production et de l emploi. De par ses orientations elle s avère, plus spécialisée et plus pratique que l enseignement général. À l entrée du système, quel itinéraire le futur candidat doit-il parcourir pour acquérir un savoir-faire qui l habilite à répondre valablement à une offre d emploi sur le marché de la maind œuvre locale? Ce système comprend-il des dispositifs capables de l aider à suivre avec succès son cheminement vers sa qualification socioprofessionnelle? Le repérage des balises de la voie professionnelle par l INFP en Haïti s articule historiquement autour d un Dual System, c est-à-dire, la qualification composée de deux (2) éléments : une formation générale classique et une formation professionnelle initiale exclusivement acquise dans les centres. À l encontre de la vision du CEREQ 1 prônée depuis 1991 en Europe, ces deux types de formation sont complémentaires mais non substituables. Dans le SNFP, les intitulés des programmes disponibles concernent quinze (15) filières et soixante (60) spécialités formellement accessibles, sur concours et selon la catégorie de centres considérée, aux sortants et aux décrochés (dropouts) du cycle fondamental ou du cycle secondaire. Sur la base des données du fichier de classement de ces programmes, les diplômes sont délivrés à ceux qui sont formés selon leurs niveaux de qualification, et les demandes d homologation sont discrétionnairement entérinées par l INFP.( cf. chapitres I à VI ) Néanmoins, ne sont pas encore concrétisés les projets d insertion socio-économique ni le service de placement pour les jeunes diplômés dont le profil correspondra aux besoins du marché local de l emploi. Les statistiques de l emploi n existent d ailleurs pas, comme en France par exemple, dans les bulletins régulièrement publiés par des institutions spécialisées. Les candidats, a contrario, se référeront à une brève analyse comparée des données fournies par le Guide sur les secteurs économiques où, d après leurs propres estimations, ils pourront évaluer le pourcentage des emplois les plus prometteurs pour eux. Entre la qualification et l emploi, se situe l approche par compétence, non expliquée dans le Guide, certes, mais déjà appliquée en 2006 dans le Centre de Formation professionnelle des Gonaïves grâce au financement fourni par l Organisation Internationale pour la migration (OIM). Il y sera donc aussi question de l apport de la Commission scolaire Marie Victorin pour le développement de cette approche dans les EEP dès le début de l exercice Cette méthode, plus pragmatique qu elle ne le paraît, permettra l insertion de l apprenant sur le marché régulé du travail sans aucun stage préalable en entreprise. Elle sera, selon les résultats escomptés, étendue à tout le système en même temps que l approche Adéquation Formation / Emploi qui la corrobore. 1 Centre d Études et de Recherches sur les qualifications

2 - 2 - Enfin, la voie professionnelle tracée par l INFP se prolongera émaillée, sur le marché national de l emploi, d expériences nouvelles à acquérir quand il s agira pour celui qui aura été formé de prendre ses responsabilités sociales, d éprouver sa capacité d analyser son champ professionnel et de transmettre aux promotions subséquentes le patrimoine culturel hérité au cours d une carrière valorisante, productive et entièrement satisfaisante. 2

3 - 3 - I - LE SYSTÈME NATIONAL DE FORMATION PROFESSIONNELLE 1.1 Historique du Système national de formation professionnelle (SNFP) L implantation du SNFP a été prescrite par le décret d octobre Au mois de septembre 1983, lors d un séminaire national effectué dans la cadre du projet PNUD-OIT-HAI , il a été proposé le renforcement au sein du Ministère de l Education Nationale, des structures devant favoriser la politique de mise en place du Système National de Formation Professionnelle et assurer la liaison entre l enseignement général et l enseignement professionnel. De même a été aussi précisée la mission qui définit la complémentarité entre le SNFP et l INFP, à savoir que : l INFP doit mettre en fonctionnement un Système National de Formation Professionnelle, flexible et complémentaire à l enseignement général, technique et professionnel, qui doit être coordonné, dans le cadre des politiques intégrales de l emploi, comme instrument de lutte contre le chômage et d appui aux plans des groupes spécifiques de la population et de la société en général. l INFP doit contribuer à ce que le Système National de Formation Professionnelle donne à tous les Haïtiens l opportunité de développer leurs aptitudes individuelles pour exercer un travail productif et améliorer leurs qualifications professionnelles tout au long de leur vie professionnelle, sans discrimination des niveaux éducationnels et professionnels. Par la suite, l article 28 de la loi du 23 octobre 1984 va donner mandat à l INFP pour la mise en place du Système national de Formation en assurant la coordination de toutes les actions de formation professionnelle tant du secteur public que du secteur privé. Le Ministère de l Education Nationale dans le décret du 14 mars 1985, va plus loin en mettant sous le contrôle de l INFP «tous les établissements publics de formation professionnelle relevant du Ministère de l Education Nationale» (article 31) et sous sa supervision les «Etablissements privés de formation professionnelle et d enseignement technique». (article32). Dans l esprit du décret, ce sont donc ces deux sous-ensembles qui composent le SNFP. 1.2 Les caractéristiques de la structure et du fonctionnement du SNFP La Structure du SNFP La formation professionnelle est dispensée selon deux réseaux : le réseau formel à travers les centres et le réseau informel à travers le système d apprentissage. Dans le réseau formel, on recense près de 400 centres regroupés en trois catégories d établissements et auxquels l étudiant accède selon le nombre d années de scolarité accomplies. Ce sont 1) les Etablissements d Enseignement Professionnel (EET), à partir d au moins neuf années d études ; 2) les 3

4 - 4 - Etablissements d Enseignement Professionnel (EEP) à partir de sept ans de scolarité pour recevoir principalement une formation pratique ; 3) les Centres Ménagers (CM), requérant le niveau d alphabétisation de base pour une formation de niveau 5 (ouvrier spécialisé). Ces trois catégories d établissement relèvent de cinq ministères. Enfin, selon leurs sources de financement, ces centres sont soit publics, soit privés, soit mixtes (une partie des salaires est couverte par des subventions publiques).quant au système d apprentissage du réseau informel, il dispense de la formation sur le tas, chez un employeur ou un patron formateur; les informations sur ce réseau sont peu nombreuses Les Fonctions du SNFP Le SNFP a été mis sur pied avec l objectif suivant : offrir une formation de qualité aux jeunes afin de répondre à la demande de main-d œuvre émanant du secteur industriel concentré dans le département de l Ouest, du sous-secteur artisanal dont les activités sont localisées entre l Ouest et les autres départements, puis du secteur agricole d un poids très faible dans l Ouest. Dans le cadre du SNFP, la formation est dispensée selon l établissement considéré, dans plusieurs filières dont : Electricité, Maçonnerie, Menuiserie, Construction Métallique, etc. Au cours des années 1980, l INFP établit des normes nationales pour six niveaux 2 mais en réalité il n y a que trois niveaux d établissements professionnels qui fonctionnent selon la désignation, la durée, le profil d admission et le profil de sortie. Ces niveaux sont les suivants : Niveau I (EET, 3eme secondaire avec succès, 3 ans, Technicien) Niveau II (EEP, Certificat d études primaires, 3 ans, ouvrier qualifié) Niveau III (CM, jeunes et adultes scolarisés ou non, 6 mois à 2 ans, ouvrier spécialisé) II. Présentation de l Institut National de Formation Professionnelle (INFP). 2.1 Fondements historiques et missions de l INFP La formation professionnelle en Haïti telle que connue aujourd hui trouve ses fondements durant l Occupation américaine (écoles industrielles publiques et écoles commerciales privées), et les événements de mai 1968 en France. Ces derniers évènements ont débouché sur les Accords de Grenelle, puis sur la loi no du 16 juillet qui institue la formation professionnelle dans l éducation permanente. L institutionnalisation systémique de la formation professionnelle a été officiellement instaurée en Haïti par deux décrets présidentiels portant la même date : 2 Les niveaux de qualification s établissent comme suit : Niveau 6 (l Attestation d Aptitude Professionnelle qui confère le statut d ouvrier spécialisé au premier degré) ; niveau 5 (CAP qui confère à son titulaire le statut d ouvrier qualifié au premier degré, et BEP qui forme des ouvriers qualifiés au second degré) ; niveau 4 (Bac pro qui confère au titulaire le statut de technicien), niveau 3 (BTS qui confère le titre de technicien supérieur) 3 Journal officiel de la République Française. Paris, 17 juillet 1971, n o 164, p

5 - 5-1o) Le 1 er Décret est celui du 9 octobre 1973 qui, dans son article 1 4, indique qu une concession de 6 hectares ou 5 carreaux est accordée, pour une durée illimitée, à l INFP 2o) l Article 2 du 2 ème Décret du 9 octobre 1973 précise les missions de l Institut National de Formation Professionnelle. Ces missions sont les suivantes : a) Etudier, en vue de contribuer à l essor économique, un système national de formation professionnelle, d apprentissage et de formation continue qui tienne compte des besoins en main-d œuvre qualifiée et en techniciens résultant des priorités fixées dans les plans de développement. b) Harmoniser et coordonner les divers moyens de formation professionnelle et de formation continue, existants en accord avec les instances compétentes ; c) Enfin, en liaison avec les instances compétentes, évaluer les besoins qualitatifs et quantitatifs en main-d œuvre et établir les divers niveaux de qualification. Le Décret du 14 mars 1985 réorganise la formation professionnelle en Haïti et confère à l INFP (jusque-là Direction centrale déconcentrée selon les prescrits de l article 28 de la loi organique du 23 octobre 1984 du Ministère de l Education Nationale) la responsabilité des établissements publics de formation professionnelle (CFP, EEP, Lycée d enseignement technique), et la supervision des centres privés. Dans ce contexte juridico-légal, l extension des pouvoirs de l organe recteur a conséquemment été déjà consacrée par lesdits prescrits de l article 28 de la loi du 23 octobre 1984 qui stipule que : «l INFP a pour mission spécifique d œuvrer à la mise en place du Système National de Formation Professionnelle en assurant la coordination de toutes les actions de formation professionnelle tant du secteur public que du secteur privé. Le Centre Pilote de Formation Professionnelle, l Ecole Moyenne de Techniciens géologues ainsi que tous les établissements publics d enseignement technique et professionnel sont placés sous l autorité hiérarchique immédiate du Directeur général de l Institut National de Formation Professionnelle.» 2.2 Attributions de l INFP Les attributions de l INFP sont définies dans les prescrits de l article 26 du décret du 14 mars Elles sont au nombre de onze : 1. Concevoir et proposer des politiques et programmes de Formation Professionnelle à court, moyen et long termes, en tenant compte des priorités fixées dans les plans de développement national et relatives à la mise en valeur des ressources humaines ; 2. Organiser et mettre en fonctionnement les systèmes d'évaluation permanente des besoins de main d œuvre qualifiée; 4 Le Moniteur no 89, 19 novembre Port-au-Prince, Haïti 5

6 Etudier et favoriser la mise en place d'un système National d'orientation et d'information Professionnelle : l'orientation pour aider l'individu dans le choix d'une profession conforme à ses goûts et à ses possibilités et l'information professionnelle, pour des éclaircissements nécessaires sur les caractéristiques des professions, les programmes de formation, le marché de l'emploi, les droits et obligations du travailleur en vue de permettre à l'individu d'effecteur de manière scientifique le choix d'un programme de formation déterminé ; 4. Concevoir et développer un programme permanent d'adaptation et d'élaboration de matériel didactique écrit et d'aides audio-visuelles ; 5. Former et perfectionner, au moyen des programmes continus, les formateurs de formateurs, les instructeurs et le personnel technique; 6. Concevoir et mettre à exécution des programmes flexibles et ouverts de formation professionnelle; 7. Assurer la liaison entre la formation professionnelle et les autres composantes du système éducatif ; 8. Etablir les éléments de base nécessaires à la formulation des projets de coopération en matière de Formation Professionnelle; 9. Recevoir et examiner, pour rapport au Ministère de l'education Nationale, des demandes de licences pour la fondation d'établissements de formation professionnelle ainsi que les demandes relatives au permis d'enseigner dans lesdits établissements; 10. Veiller à la stricte application des normes de formation professionnelle dans les établissements privés; 11. Exécuter toutes autres attributions connexes qui lui sont assignées par le Ministère de l'education Nationale. 2.3 Structure Organisationnelle de l INFP L INFP comprend une Direction générale, une Direction administrative et deux Directions techniques : la Direction de Coordination des Opérations et la Direction de la Planification. Sous l influence de l institutionnalisation systémique de la formation et selon les objectifs professionnels à atteindre, sa structure organisationnelle a connu plusieurs changements. La structure actuelle qui date de septembre 2006 se présente sous le profil suivant : 6

7 - 7 - La Direction générale qui comprend les services suivants : le Secrétariat administratif, le Secrétariat Technique, le Service d Information et de Communication, le Service Coopération Externe et Bourses et la Section de Sécurité. La Direction de la Planification comprend : le Service d Information et de Veille sur le Secteur Productif et le Service d Etudes. La Direction de Coordination des Opérations comprend : le Service de Développement technico-pédagogique, le Service d Inspection, de Supervision, d Evaluation, de Certification et d Accréditation et le Service des Programmes spéciaux La Direction administrative comprend : le Service de Gestion des Ressources Humaines, le Service de Comptabilité et des Finances et le Service des Biens, Equipements et Approvisionnement. 2.4 Les Champs d Intervention de l INFP Les champs d intervention de l INFP se limitent aux services suivants : Formation et Certification de Formation Ingénierie Didactique Inspection, Supervision et Evaluation Etudes et Recherches Promotion et Création de PME Subvention aux Centres de Formation Investigation et Statistiques Validation des Acquis Professionnels Elaboration de Programmes de Formation Accréditation et Licence Formation mobile Sélection et Orientation Professionnelle Légalisation des Diplômes Placement et suivi des Diplômés Formation et Consultation en Entreprise Diffusion d Information et Documentation Evaluation et Certification des Apprenants Encadrement du secteur Informel 2.5 Les Bénéficiaires des services offerts par l INFP Dans ses principaux champs d intervention, l Institut vise généralement la satisfaction des besoins des demandeurs de services suivants : Entreprises du secteur formel Entreprises du secteur informel Centres de Formation Professionnelle Apprenants 7

8 - 8 - Formateurs Travailleurs Artisans Cadres Supérieurs Techniques Collectivités Locales Jeunes III. La classification des établissements de formation professionnelle Selon le décret de mars 1985, les établissements de formation professionnelle en Haïti sont classés comme suit : a) Centre de formation professionnelle b) Écoles d enseignement professionnel c) Lycées d Enseignement technique Dans les faits, la formation professionnelle en Haïti est dispensée par trois catégories de structures : les écoles d enseignement technique (EET), les écoles d enseignement professionnel (EEP) et les centres d enseignement ménager (CM). Un même centre peut relever d une, de deux, voire de trois catégories à la fois, en revanche, il n est doté que d un seul statut. À ce titre, il existe dans le SNFP : Les Centres publics qui sont fondés et gérés entièrement par l État haïtien à travers l INFP et son ministère de tutelle, en l occurrence, le Ministère de l Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle. Ecole Professionnelle de Jérémie Les Centres privés qui sont reconnus par l État et qui sont détenteurs de licence de fonctionnement délivrés par les instances publiques. Les Centres privés subventionnés par l État : ce sont généralement des écoles congréganistes, gérées par les religieux et auxquelles le pouvoir public accorde une subvention mensuelle en paiement d une partie des salaires des membres du personnel enseignant et administratif. Ainsi, munies d un profil statutaire quelconque précité, elles appartiennent à l une au moins des catégories suivantes : 8

9 Les écoles d enseignement technique (EET) Les écoles d enseignement technique forment le groupe d établissements dispensant le niveau d enseignement le plus élevé de la formation professionnelle. Autrefois réservées aux élèves ayant complété avec succès leur Troisième secondaire, elles accueillent aujourd hui en majorité les bacheliers. La formation dure trois ans, un diplôme technique est délivré à la fin du cycle. Les certifiés sont généralement les cadres moyens des entreprises et des industries. 3.2 Les écoles d enseignement professionnel (EEP) Les écoles d enseignement professionnel constituent le niveau intermédiaire de la formation professionnelle. Les écoles publiques accueillent les élèves ayant décroché avec succès le certificat d études primaires, et dispensent, pendant les trois années de formation, les cours classiques parallèlement aux cours professionnels. Ces établissements assurent des programmes d enseignement général nécessaires à l apprentissage des métiers conformément aux orientations de la Réforme Éducative. Quant aux EEP privées, elles reçoivent plutôt les élèves ayant au moins la troisième secondaire et ne dispensent pas ou font peu de cours classiques. Les certifiés exécutent leurs tâches au niveau de l entreprise, sous le contrôle des cadres ou des agents de maîtrise. 3.3 Les centres ménagers Les centres ménagers sont au dernier échelon de la formation professionnelle. Ces écoles accueillent des personnes à scolarisation limitée. La formation dure au plus deux ans et débouche sur un certificat d aptitudes professionnelles. Les certifiés sont engagés dans les ateliers privés ou s établissent à leur propre compte. 3.4 Les écoles commerciales Les écoles commerciales forment également les cadres moyens des entreprises (secrétaires, comptables, techniciens en informatique, etc.). La durée de la formation varie de 1 à trois ans, et dépendamment de la discipline, leur cursus débouche soit sur un brevet d aptitudes professionnelles, soit sur un diplôme technique. Les certifiés sont engagés dans tout le secteur des services. 3.5 Les écoles industrielles Les écoles industrielles forment les techniciens (en mécanique, plomberie, électricité, etc.) nécessaires à l entretien et au fonctionnement des industries et des petites ou moyennes entreprises. La durée de la formation est de deux ou trois ans et en fonction de la discipline choisie, leur cursus, comme dans les écoles commerciales, débouche soit sur un brevet d aptitudes professionnelles, soit sur un diplôme technique. Les certifiés sont engagés dans tout le secteur industriel et commercial. 9

10 IV. Conditions d admission et de sélection dans les Centres de formation. 4.1 Modalités d inscription des candidats. Les modalités d inscription varient d une catégorie d établissements à une autre. Elles sont les suivantes : Niveau EET : Carnet scolaire de Troisième secondaire attestant l admission du candidat en Seconde. Certificat de fin d Études fondamentales. Âge révolu : 16 ans et plus. Frais d inscription : G Niveau EEP : Certificat de Sixième année fondamentale. Âge révolu : 12 ans et plus. Frais d inscription : G. 100 à G 250 Niveau CM : Aucun pré requis Frais d inscription : G. 0 à G Dans le SNFP, l âge des candidats varie généralement entre 14 et 43 ans et la majorité d entre eux, sauf dans les CM, sont détenteurs des deux bacs. Au moment de l inscription, ils doivent chacun d eux remplir un formulaire indiquant les données ci-après : l âge, le sexe, le niveau d études, les disciplines choisies par ordre de priorité, le statut public ou privé de la dernière école fréquentée,etc. 4.2 Processus de sélection des candidats. Le processus de sélection des candidats comprend quatre (4) étapes : Préparation de test : Elle débute dès le mois de février. Les questionnaires se rapportent à quatre (4) épreuves que doit subir tout concurrent. Deux de ces tests se rapprochent des examens traditionnels de français et de mathématiques et les deux autres sont basés sur l intelligence et la logique du candidat. Les tests psychotechniques sont remaniés chaque année. 10

11 Sélection proprement dite des candidats : Le choix des candidats se fait selon les normes établies par l INFP. À cette étape néanmoins, il est pris en compte non seulement la disponibilité de places pour chaque discipline mais aussi le nombre de disciplines nouvelles qu un directeur d école peut ajouter à son programme avec l autorisation du Directeur des Opérations de l INFP. Dans ce cas précis, le directeur de l établissement concerné admettra éventuellement un nombre supérieur de candidats par rapport à ceux des années précédentes. Note finale pour classer les admis : Cette étape comprend trois (3) activités chronologiquement réalisées comme suit : Correction des copies à l aide d un solutionnaire. Classement des quatre (4) tests sus-indiqués dans le dossier de chaque candidat. Étalonnage ou opération qui consiste à donner une note finale dans un intervalle de notes prévues pour chacun des tests correspondants. Proclamation des résultats : Comme à l inscription, le concurrent effectue trois choix à la fois parmi les programmes offerts et, selon les normes prescrites, les entrants sont admis par ordre de priorité des notes supérieures obtenues en chaque discipline offerte ; si pour le premier choix, il n obtient pas la note figurant parmi les meilleures relativement au nombre de places disponibles, le service compétent prend en compte le deuxième choix et le met sur une liste d attente dans l espoir qu un étudiant abandonne ou ne se présente pas. Les résultats sont acheminés aux établissements concernés sous pli cacheté pour être consultés par les intéressés. (cf. Direction de la Planification, février 2005) 11

12 V. Caractéristiques de l Offre de Formation 5.1 Les filières et les spécialités offertes Les filières sont au nombre de onze (11) dans les centres publics : 1. Mécanique Auto 2. Electrotechnique, Électricité 3. Mécanique Générale 4. Electromécanique 5. Réfrigération, Climatisation 6. Construction Bâtiment 7. Ferronnerie, Construction métallique 8. Plomberie, Installations sanitaires 9. Coupe-Couture, Confection Industrielle 10. Fabrication Céramique, Mosaïque 11. Ebénisterie A cette nomenclature de filières correspondent vingt-trois spécialités qui sont offertes dans les centres publics : Construction Bâtiment Mécanique Générale Electricité Constructions Métalliques Secrétariat Informatique Comptabilité Cordonnerie / Maroquinerie Coupe- Confection (féminine) Coupe- Confection (Mixte) Travaux du bois Céramique Dessin Industriel & d Architecture Arts Ménagers Dactylographie Hydrogéologie Electrotechnique Réfrigération Mécanique Auto Arts Décoratifs Travaux du Cuir Electronique Mécanique Diesel 12

13 D après les dernières informations fournies en octobre 2006 par la Direction des Opérations, il existe soixante (60) spécialités dispensées dans tout le Système National de Formation Professionnelle. Elles sont énumérées dans les colonnes du tableau ci-après: Nomenclature des Spécialités et des sigles correspondants I AA Assistant Administratif 31 ISH Installations Sanitaires et Hydrauliques 2 AD Art Décoratif 32 JO Journalisme 3 Arch Archivistique 33 LS Leadership et Supervision 4 CMix Coupe Mixte 34 MA Mécanique Auto 5 Cargo Cargo 35 MAD Mécanique Auto Diesel 6 CB Construction Bâtiment 36 MAJ Mécanique Ajustage 7 CCF Coupe/ Confection Feminine 37 ME Mécanique d'entretien 8 CCM Coupe/ confection Masculine 38 Men Menuiserie 9 Cer Céramique 39 MF Métaux en Feuilles 10 Charp Charpenterie 40 MG Mécanique Générale 11 Compt Comptabilité 41 MPA Montage Plan d'affaire 12 Cos Cosmétologie 42 O.O Bureautique 13 CP Cuisine-Pâtisserie 43 PB Plomberie Domestique 14 DAC Dactylographie 44 PS Planification Stratégique 15 EB Ebénisterie 45 Rec Réceptionniste 16 EL Electricite Domestique 46 Ref.-Clim Réfrigerqation Climatisation 17 El Tech Electrotechnique 47 SE Soins Esthétiques 18 ELA Electricité Auto 48 Sec Secrétariat 19 Electro Electronique 49 Sec- Bur Secrétariat Bureautique 20 Fer Ferronnerie 50 TAG Technique Agricole 21 Geo Géologie 51 TB Technique Bancaire 22 GP Gestion de Projet 52 TC Travaux du Cuir 23 HC Haute Couture 53 TD Techniques Douanières 24 HOT Hôtesse de l air 54 TDA Technique Dessin d'architecture 25 HT Hôtellerie 55 Tech-Info Technique de I'Informatique 26 ID Injection Diesel 56 Telcom Télécommunication 27 IE Injection Essence 57 TGC Technique Génie Civil 28 Imp Imprimerie 58 TICK Ticketing et Tourisme 29 Infog Infographie 59 Topo Topograpgie 30 Int Interprétariat 60 VIP Vidéographie et Photographie 5.2 Normes de fonctionnement des Centres Dépendamment de leurs niveaux respectifs, les établissements de formation sont repartis en trois catégories distinctes dont chacune correspond à des normes de fonctionnement spécifiques : 13

14 a) NORMES DE FONCTIONNEMENT DES EET PLAN D ÉTUDES 14

15 Domaines d'études 1 ere année 2 eme année 3 eme année Total h / s total h / s total h / s total 3 ans P R O F E S S I O N N E L DESSIN 5 ( 4) TM 150 (120) 5 (3) 150 (90) 5 (3) 150 (90) 450 (300) THEORIE 4(5) 120 (150) (7) 150 (210) 390 (480) PRATIQUE (14) 360 (420) (1200) TOTAL PARTIEL (1) G E N CULTURE HUMAINE E R A CULTURE SCEENTIFIQUE L TOTAL PARTIEL 9 (2) TOTAL GENERAL (1+2-) Le Dessin englobe le dessin technique et le dessin de spécialité TM Le rapport dessin / théorie peut varier suivant les ateliers b) NORMES DE FONCTIONNEMENT DES EEP PLAN D ÉTUDES 15

16 P R O F E S S I O N N E L Domaines d'etudes 1 ere annee 2 eme annee 3 eme annee total (Cours) h / s total h/s total h/s total 3 ans DESSIN TECHNOLOGIE GENERALE ET SPECIALISES TRAVAUX PRATIQUES ) TOTAL PARTIEL (1) G E N E R A L CULTURE HUMAINE CULTURE SCIENTIFIQUE TOTAL PARTIEL (2) TOTAL GENERAL (1+2) Le Dessin englobe le Dessin technique et le Dessin de Spécialité c) NORMES DE FONCTIONNEMENT DES CENTRES MENAGERS La durée de formation est de cinq cents (500) à neuf cents (900) heures. Dans cette charge horaire sont incluses les périodes d enseignement et d apprentissage, l évaluation des compétences ainsi que la période de temps nécessaire à la rétroaction. Cette dernière catégorie 16

17 conduit à une attestation d aptitude professionnelle (AAP) qui confère à son détenteur le titre d ouvrier semi-qualifié (article 14 du décret du 14 mars 1985) VI.- Les Types et modes de formation professionnelle Les actions de formation professionnelle sont organisées en quatre types définis en fonction de leurs objectifs, des niveaux de qualification visés par la formation et la population bénéficiaire. Les types définis dans le décret sont : La formation initiale Le perfectionnement Le reclassement La réhabilitation. 6.1 La formation initiale La formation initiale embrasse les actions de formation s adressant aux jeunes et aux adultes ayant peu ou pas d expérience professionnelle. Trois modes de formation entrent dans cette catégorie : L apprentissage qui couvre les programmes de formation professionnelle destinés aux jeunes apprentis de 14 à 20 ans en dispensant la formation nécessaire pour occuper un emploi qualifié; L habilitation professionnelle qui couvre les programmes organisés à l intention des adultes. Il vise le développement des habiletés productives des individus et l amélioration de leurs connaissances techniques et générales. Les bénéficiaires de ce mode de formation sont habilités à occuper des emplois semi-qualifiés ; La formation professionnelle accélérée qui est le mode de formation professionnelle correspondant aux actions de formation de courte durée au bénéfice de grands groupes de travailleurs appelés à occuper des emplois semi-qualifiés caractérisés par des opérations manuelles répétitives. 6.2 Le perfectionnement Le perfectionnement concerne les programmes de formation professionnelle destinés aux travailleurs possédant déjà un niveau de qualification. Il vise à améliorer les compétences des travailleurs, à leur offrir l opportunité d accéder à des emplois exigeant un niveau de qualification supérieur. Ce type de formation se décline en quatre modes de formation : L actualisation qui comporte un ensemble structuré de connaissances technologiques et pratiques permettant aux travailleurs de s adapter aux changements et innovations qui affectent les professions; La spécialisation qui propose une formation professionnelle théorique et technique plus complète et plus approfondie permettant de maîtriser un groupe de tâches d une profession; 17

18 L instruction complémentaire qui est un mode de formation professionnelle théorique et pratique permettant aux travailleurs d atteindre le niveau requis par leur poste de travail et/ou pour avoir accès aux cours de perfectionnement plus avancés; La promotion qui permet aux travailleurs d accéder à des postes de travail différents de ceux qu ils occupent, dans la même filière professionnelle, mais à un niveau de responsabilité de cadre moyen ou de direction. 6.3 Le reclassement Le reclassement est le type de formation professionnelle réservée aux travailleurs qualifiés désireux d acquérir de nouvelles qualifications dans un domaine professionnel différent de celui qu ils exercent jusque-là. Le mode de formation professionnelle associé au reclassement est la reconversion professionnelle qui couvre des programmes de formation de courte durée correspondant aux nouveaux besoins du marché de travail ou aux nouvelles conditions économiques, tout en restant dans la même famille de professions. 6.4 La réhabilitation La réhabilitation est le type de formation correspondant aux programmes de formation destinés à des personnes physiquement ou mentalement handicapées en vue de les intégrer ou de les réintégrer dans le monde du travail. VII.- Dimensions actuelles et perspectives d expansion et d orientation de l Offre de Formation 7.1 État et niveau de l offre par rapport à la demande sociale de formation La couverture de l offre dans le SNFP. La couverture de l offre s est considérablement rétrécie ces dernières années. De 149 établissements en 2004, elle est passée à 134 en 2005, puis à 103 en (cf. Projet EPT; Direction de la Planification; Direction des Opérations à l INFP). De plus, il n y a pas d équilibre dans leur répartition géographique : selon la carte actuelle de la formation professionnelle, sur les cent trois (103) établissements existant en 2006 en Haïti, la région de l Ouest avec % concentre le plus grand nombre d établissements, suivie de celles du Nord (8.74%), du Sud (6.80%), du Sud-Est (5.82%), de l Artibonite (4.85%), de la Grand-Anse (3.88%), du Nord-Ouest (3.88%), du Centre (1.94%) et du Nord-Est (1.94%). (cf. tableau n o 1). La clientèle du SNFP était estimée en 2004 par la Direction de la Planification à plus de apprenants avec un corps enseignant constitué de 429 instructeurs et formateurs. 18

19 Le SNFP comprend quarante-six (46) EET, cinquante-neuf (59) EEP et vingt-deux (22) CM. (cf. tableaux n os 2, 3 et 4) : il s agit là d un grand déséquilibre quantitatif et qualitatif entre les catégories, qui, particulièrement, touche la formation des cadres intermédiaires et moyens Evolution de l offre et sa gestion par les Directeurs d écoles D après le rapport 2006 de la Direction de la Planification sur les concours d admission dans sept (7) centres publics 5, la capacité d accueil ne cesse de baisser. En , seuls 35.2% de la demande de formation étaient satisfaits, soit 848 places disponibles par rapport à 2409 inscrits. L offre publique est limitée, elle provient de dix-sept (17) centres sur les cent trois (103) centres fonctionnels agréés par l INFP, soit seulement 16.5 % de l offre globale du système. Le Rapport Capacité d accueil/ Nombre d Inscrits (cf. tableau n o 5) ne pourra que continuer à décroître dans le temps si rien n est fait pour en corriger la tendance Évolution de la demande et sa gestion par les institutions spécialisées. Selon les données de l INFP tirées d un échantillon de participants aux concours d admission lors des cinq dernières années dans huit centres publics, l évolution de la demande cumulée de formation est marquée par des taux de croissance moyens annuels très faibles et même négatifs selon la discipline considérée : Construction Bâtiment (- 0.09%); Mécanique Auto Diesel ( %); Mécanique générale (0.04 %); Électricité ( %); Installations sanitaires (0.41 %); Ébénisterie ( %); Coupe-Confection (- 0.03%); Arts ménagers ( %) (cf. Tableaux n o 6.1). Cette déperdition pour ces formations citées plus haut s explique en partie non seulement par l insuffisance de la capacité d accueil des centres publics mais encore par la non adéquation des programmes avec les nouveaux besoins du marché en NTIC, Electronique et Autotronique. Les secteurs touristique et agricole qui semblent être une priorité du gouvernement connaissent déjà un regain d intérêt en termes de formation. Depuis quelques années, le Système National de Formation Professionnelle (SNFP) ne forme cependant que pour deux secteurs économiques : le Secondaire (Industrie) et le Tertiaire (Services et Commerce). Actuellement, il est envisagé dans les cursus, l application du modèle d adéquation Formation/Emploi pouvant déterminer le volume de formation professionnelle et technique nécessaire pour répondre aux besoins qualitatifs et quantitatifs de main-d œuvre en Haïti. Comme le secteur bancaire et celui du Commerce se sont développés trop vite par rapport aux autres secteurs économiques, il s en est suivi une tertiarisation déséquilibrée qui a exercé un impact certain sur la demande et sur l offre de formation. En faisant un choix de profession, tout candidat doit savoir que les centres publics ne forment pas assez dans les métiers relevant du secteur Commercial. En effet, il n existe pas d Ecoles 5 Le Centre Pilote de Formation professionnelle, le Centre Polyvalent de Formation Professionnelle de Carrefour; l École professionnelle J.-B. Damier, les Ecoles Professionnelles du Cap-Haïtien, des Gonaïves, de Jacmel et de Jérémie. 19

20 Publiques d Enseignement Professionnel (EEP) ni d Ecoles Publiques d Enseignement Technique (EET) qui interviennent dans le secteur tertiaire alors que vingt deux (22) EEP privés et trente-deux (32) ÉET privés forment pour ledit secteur. Parallèlement, dans le secteur secondaire, interviennent d une part, vingt-sept (27) EEP privés contre seulement dix (10) EEP publics et d autre part, huit (8) EET privés et six (6) publics. Quant aux Centres Ménagers qui ne forment pour aucun secteur précisément, ils sont dix-huit (18) privés et seulement quatre (4) publics. 7.2 Perspectives d expansion de l offre Apports du Ministère de tutelle a) Création de nouveaux centres Le ministère de l Education Nationale et de la Formation Professionnelle a annoncé parmi ses priorités, l implantation de dix (10) centres de formation professionnelle à raison d un centre par département géographique du pays. Ces dix (10) nouveaux centres s ajouteront aux cent trois (103) autres existant déjà dans le Système National de Formation Professionnelle pour répondre à une demande sociale de formation de plus en plus forte depuis ces dix (10) dernières années environ. Dans cette même perspective, l offre publique passera bientôt de dix-sept (17) à vingtsept (27) centres. b) Renforcement de la Coopération ministérielle Le MENFP étant devenu un Ministère transversal œuvrera de concert avec les Ministères de l Agriculture, de la Santé, de l Environnement, de la Jeunesse et des Sports et à l Action civique, et avec d autres instances ministérielles dans ce domaine á l effet d augmenter progressivement l offre globale de formation professionnelle. Selon cette nouvelle vision du MENFP, cette expansion de l offre, entre autres, s accompagnera parallèlement d une réforme administrative en profondeur, de l augmentation de la quantité et de l amélioration de la qualité par la formation des instructeurs et formateurs pour rendre le système encore plus performant. c) Application des nouvelles catégories officielles de centres Dans ce même ordre d idées, les dénominations dites EET, EEP, CM seront effectivement remplacées durant le présent exercice par d autres appellations telles que les Centres de Formation Professionnelle (CFP), les Écoles d Enseignement Professionnel (EEP), les Lycées d Enseignement Technique (LET) ce, conformément aux prescrits des articles 15 à 23 du décret du 14 mars 1985 : - Les Centres de Formation professionnelle peuvent être fixes ou mobiles. Ils assurent la formation initiale des jeunes et des adultes ainsi que le perfectionnement des travailleurs en liaison avec les 20

Formation professionnelle

Formation professionnelle Formation professionnelle Décret n 406/PR/MFPTPEM du 08 septembre 2000 [NB - Décret n 406/PR/MFPTPEM du 08 septembre 2000 portant organisation et mise en œuvre de la formation professionnelle au ] Chapitre

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

DECRETS. 29 safar 1430 25 février 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13

DECRETS. 29 safar 1430 25 février 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13 29 safar 1430 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13 3 DECRETS Décret exécutif n 09-93 du 26 Safar 1430 correspondant au 22 février 2009 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant

Plus en détail

La formation professionnelle et la formation des formateurs

La formation professionnelle et la formation des formateurs Investing in People Etude nationale La formation professionnelle et la formation des formateurs Côte d Ivoire Ce projet est financé par l Union européenne Ce projet est mis en œuvre par sequa ggmbh Table

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05 8 Article 1er. Le présent décret a pour objet de modifier le décret exécutif n 11-19 du 20 Safar 1432 correspondant au 25 janvier 2011, susvisé. Art. 2. La dénomination de la «direction de wilaya de l'industrie,

Plus en détail

Master Ingénierie de la Formation Professionnelle Mention Sociologie

Master Ingénierie de la Formation Professionnelle Mention Sociologie Master Ingénierie de la Formation Professionnelle Mention Sociologie REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Année universitaire 2013-2015 Vu le code de l éducation ; Vu le décret n 84-573 du 5 juillet

Plus en détail

F NDS S D E E D EV E E V L E O L PP P E P M E E M N E T T DE

F NDS S D E E D EV E E V L E O L PP P E P M E E M N E T T DE FONDS DE DEVELOPPEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE ET DE L APPRENTISSAGE FODEFCA CREATION Fruit de la concertation entre les partenaires sociaux et les pouvoirs publics, le Fonds de Développement

Plus en détail

BILAN DES ACTIVITES DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE

BILAN DES ACTIVITES DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE BILAN DES ACTIVITES DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Conseil de Gouvernement Présentation de la secrétaire d Etat à la Formation Professionnelle: Marina Gourgue 5 Novembre 2014 L INSTITUT NATIONAL DE

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce en banque-assurance

Licence professionnelle Commerce en banque-assurance Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce en banque-assurance Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

COMPTE-RENDU STATISTIQUE ET FINANCIER DES ORGANISMES PRESTATAIRES DE BILANS DE COMPETENCES (Article R. 6322-60 du Code du travail)

COMPTE-RENDU STATISTIQUE ET FINANCIER DES ORGANISMES PRESTATAIRES DE BILANS DE COMPETENCES (Article R. 6322-60 du Code du travail) Direction régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi Service régional de contrôle 19-21, rue Vionnet 93300 AUBERVILLIERS COMPTE-RENDU STATISTIQUE ET FINANCIER

Plus en détail

Les métiers et les qualifications. Peintre amateur

Les métiers et les qualifications. Peintre amateur 1 Les métiers et les qualifications 1 Le métier Doc. 1 La notion de métier Un métier est une activité, mettant en œuvre des compétences et des savoir-faire, généralement exercée dans un but lucratif. L

Plus en détail

FILIERE DE LICENCE PROFESSIONNELLE

FILIERE DE LICENCE PROFESSIONNELLE ROYAUME DU MAROC Ministère de l Education nationale, de l Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique Département de l Enseignement Supérieur, de la Formation des

Plus en détail

LYCEE PROFESSIONNEL CAP. Bac. Bac. Bac Pro MEI Maintenance des Equipements Industriels. Bac Pro ELEEC. Bac Pro. Bac Pro

LYCEE PROFESSIONNEL CAP. Bac. Bac. Bac Pro MEI Maintenance des Equipements Industriels. Bac Pro ELEEC. Bac Pro. Bac Pro LYCEE PROFESSIONNEL BTS-IUT-Vie Active Vie Active Bac Pro Comptabilité Bac Techno. 1ère Adaptation Bac Pro, mentions complémentaires... Bac Pro Productique Mécanique PAR ALTERNANCE Bac Techno. 1ère Adaptation

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

SERVICES PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL

SERVICES PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR SERVICES PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL Avenue de saint Pierre Bourran 12000 RODEZ Tél : 05 65 73 37 03 Fax : 06 65 73 37 01 Numéro de déclaration d'existence

Plus en détail

MASTER Sciences humaines et sociales Mention Sociologie

MASTER Sciences humaines et sociales Mention Sociologie MASTER Sciences humaines et sociales Mention Sociologie Spécialité : Image et société Master année Arrêté d habilitation : 005 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 0-05 Vu la loi 8-5 du 6 janvier 98

Plus en détail

Mise de jeu 2 La certification des formations

Mise de jeu 2 La certification des formations Mise de jeu 2 La certification des formations Une formation certifiante délivre un diplôme reconnu par le RNCP Le plus souvent, les formations certifiantes ou qualifiantes sont celles qui mènent à «un

Plus en détail

Le système de financement de la formation professionnelle en Tunisie

Le système de financement de la formation professionnelle en Tunisie Education pour le développement d et la Compétitivit titivité : interconnecter l él éducation et la formation au marché du travail dans la région r MENA Le système de financement de la formation professionnelle

Plus en détail

DECRETS. Section 1 Recrutement et promotion. Section 2 Stage, titularisation et avancement. 12 Moharram 1429 20 janvier 2008

DECRETS. Section 1 Recrutement et promotion. Section 2 Stage, titularisation et avancement. 12 Moharram 1429 20 janvier 2008 12 Moharram 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 03 3 DECRETS Décret exécutif n 08-04 du 11 Moharram 1429 correspondant au 19 janvier 2008 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant

Plus en détail

STAGES EN MILIEU PROFESSIONNEL

STAGES EN MILIEU PROFESSIONNEL STAGES EN MILIEU PROFESSIONNEL Type de stage et dénomination Découverte du milieu professionnel Formation professionnelle Séquence d observation Stage d initiation Stage d application Période de formation

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TEXTES OFFICIELS RELATIFS AU B.T.S. Décret n 95-665 du 9 mai 1995 Portant règlement général des B.T.S. B.O. n 23 du 8 juin 1995 Décret n 96-195 du 8

Plus en détail

Petit guide des filières avant le Bac

Petit guide des filières avant le Bac Petit guide des filières avant le Bac Filière générale Séries Spécificités (en plus des cours communs *) Pour quelles études supérieures? Série L (Littérature) - 2h de littérature française - 2h de littérature

Plus en détail

ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI. Formulaire de demande d une licence de fonctionnement

ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI. Formulaire de demande d une licence de fonctionnement ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI Formulaire de demande d une licence de fonctionnement Juin 2011 Projet d accompagnement de l INFP dans la révision,

Plus en détail

ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI. Formulaire de demande d une autorisation de fonctionnement

ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI. Formulaire de demande d une autorisation de fonctionnement ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI Formulaire de demande d une autorisation de fonctionnement Juin 2011 Projet d accompagnement de l INFP dans la révision,

Plus en détail

Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports

Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports 1 PRéambule 2 PRoblématique Les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports ont

Plus en détail

Lignes directrices pour la Formation Pratique (FPra) selon INSOS

Lignes directrices pour la Formation Pratique (FPra) selon INSOS Lignes directrices pour la Formation Pratique (FPra) selon INSOS du 23.4.2015 (remplacent les lignes directrices du 19.9.2012) INSOS Suisse, vu l art. 16, al. 2, let. a, LAI ; vu les n os 3013 et 3010

Plus en détail

MASTER «ENSEIGNEMENT ET FORMATION EN HOTELLERIE RESTAURATION»

MASTER «ENSEIGNEMENT ET FORMATION EN HOTELLERIE RESTAURATION» MASTER «ENSEIGNEMENT ET FORMATION EN HOTELLERIE RESTAURATION» Institut Universitaire de Formation des Maîtres Midi-Pyrénées École interne de l université de Toulouse II le Mirail Siège Social : 56, avenue

Plus en détail

La présentation du présent document s inscrit dans la démarche des Premières Nations en vue d obtenir le financement adéquat pour rendre la formation

La présentation du présent document s inscrit dans la démarche des Premières Nations en vue d obtenir le financement adéquat pour rendre la formation La présentation du présent document s inscrit dans la démarche des Premières Nations en vue d obtenir le financement adéquat pour rendre la formation professionnelle vraiment accessible aux jeunes et aux

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

CONVENTION DE COOPERATION

CONVENTION DE COOPERATION CONVENTION DE COOPERATION ENTRE LE MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE ET L ASSOCIATION DES SYNDICATS DE LA DISTRIBUTION ET DE LA MAINTENANCE DES MATÉRIELS Le ministre de l Éducation nationale d'une part,

Plus en détail

Un secteur professionnel, une diversité de métiers

Un secteur professionnel, une diversité de métiers Axe 1 Le contexte professionnel Thème 1.1 Un secteur professionnel, une diversité de métiers Chapitre 1 Un secteur professionnel, une diversité de métiers Compétences 1.1.1 Repérer les différents métiers

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues étrangères appliquées de l Université Lille 3 - Sciences humaines et sociales - Charles de Gaulle Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE

CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE ORGANISATION GÉNÉRALE ÉTUDES ET PÉDAGOGIE GÉNÉRALITÉS PROMOTION EXAMENS ET DIPLÔMES ÉLÈVES (voir: Chapitre III. Enseignement secondaire) PERSONNEL (voir:

Plus en détail

02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK)

02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK) 02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK) La direction générale pour la formation technique et professionnelle

Plus en détail

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience 10952_VAE_p001p005.indd 5 22/05/08 11:47:18 FICHE 1 Le principe et les modalités de la VAE Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes

Plus en détail

VAE. Guide. C est possible! Obtenir un diplôme grâce à son expérience. Edition 2013. Bretagne. Contrat de Projets. Etat-Région

VAE. Guide. C est possible! Obtenir un diplôme grâce à son expérience. Edition 2013. Bretagne. Contrat de Projets. Etat-Région Guide VAE G R E F Bretagne Obtenir un diplôme grâce à son expérience C est possible! Edition 2013 Contrat de Projets PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Etat-Région La VAE en quelques mots La VAE en quelques

Plus en détail

LYCEE G. FAURE ANNECY BTS SP3S SERVICES ET PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL. cliquer pour la page suivante

LYCEE G. FAURE ANNECY BTS SP3S SERVICES ET PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL. cliquer pour la page suivante BTS SP3S SERVICES ET PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL cliquer pour la page suivante Créé en 2007 permet d acquérir des compétences techniques, administratives et relationnelles au service des

Plus en détail

LES FORMATIONS. Métiers. A l'issue de cette activité, tu devras être capable de te : Repérer les types de formations.

LES FORMATIONS. Métiers. A l'issue de cette activité, tu devras être capable de te : Repérer les types de formations. 1/7 Observe attentivement les schémas suivants et recopie-les sur une feuille de cours : Les principales voies de formation après la 3 eme CAP : certificat d aptitude professionnelle BEP : brevet d études

Plus en détail

le 16/17 novembre 2011

le 16/17 novembre 2011 Stratégie de la COHEP 2012-2016 2016 adopté par l Assemblée plénière de la COHEP le 16/17 novembre 2011 Formation initiale et continue des enseignantes et enseignants en tant que mandat principal des HEP

Plus en détail

ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI. Formulaire de demande d une autorisation de fonctionnement

ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI. Formulaire de demande d une autorisation de fonctionnement ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI Formulaire de demande d une autorisation de fonctionnement Juin 2011 Projet d accompagnement de l INFP dans la révision,

Plus en détail

RECRUTE POUR L ANNEE 2014

RECRUTE POUR L ANNEE 2014 REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'INTERIEUR ET DES COLLECTIVITES LOCALES DIRECTION GENERALE DE LA SURETE NATIONALE RECRUTE POUR L ANNEE 2014 Pour ses différents par le biais

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle. NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013

ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle. NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013 ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013 Le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie, Vu

Plus en détail

Rapport d'évaluation externe du programme de Licence en Banque - Assurance-Finance de l Ecole Supérieure de Commerce et de Gestion (ESUP) - Dakar

Rapport d'évaluation externe du programme de Licence en Banque - Assurance-Finance de l Ecole Supérieure de Commerce et de Gestion (ESUP) - Dakar REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE AUTORITE NATIONALE D ASSURANCE QUALITE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Rapport d'évaluation externe du

Plus en détail

K2111 - Formation professionnelle

K2111 - Formation professionnelle Appellations Animateur / Animatrice de formateurs Formateur / Formatrice de formation paramédicale Animateur / Animatrice de formation Formateur / Formatrice de formation professionnelle Animateur-coordinateur

Plus en détail

Après le collège. Terminale. Terminale générale. Terminale professionnelle. technologique. 2 ème année de. 1 ère générale.

Après le collège. Terminale. Terminale générale. Terminale professionnelle. technologique. 2 ème année de. 1 ère générale. Le Baccalauréat Professionnel Gestion-Administration au Lycée Professionnel Camille Claudel à Caen Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère générale Baccalauréat général

Plus en détail

VILLE DE BRUXELLES Département Instruction publique

VILLE DE BRUXELLES Département Instruction publique VILLE DE BRUXELLES Département Instruction publique Bruxelles, le 27 février 2014 MF 2013/2014 01/40 Aux Chefs des institutions scolaires et parascolaires, Chère Collègue, Cher Collègue, L Académie royale

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon

Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

CAP Employé de commerce multi-spécialités UNITÉS CONSTITUTIVES DU REFERENTIEL DE CERTIFICATION

CAP Employé de commerce multi-spécialités UNITÉS CONSTITUTIVES DU REFERENTIEL DE CERTIFICATION UNITÉS CONSTITUTIVES DU REFERENTIEL DE CERTIFICATION 35 Unités constitutives du domaine professionnel Correspondance entre le référentiel de certification et les unités du domaine professionnel Unité 1

Plus en détail

Avant-Propos. Recteur de l Académie de Martinique. Président de l AGEFMA-OREF. André SIGANOS. Daniel ROBIN

Avant-Propos. Recteur de l Académie de Martinique. Président de l AGEFMA-OREF. André SIGANOS. Daniel ROBIN Avant-Propos L insertion des jeunes sortant des CFA et des formations professionnelles ou technologiques de l Education Nationale dépend du marché du travail, mais aussi de leur niveau de formation et

Plus en détail

Les diplômes. Session 2012

Les diplômes. Session 2012 note d information 13.05 AVRIL À la session 2012, 557 600 diplômes de l enseignement des niveaux IV et V ont été délivrés en France, dont 90 % par le ministère de l éducation nationale. 40 % de ces diplômes

Plus en détail

Bachelor of Science HES-SO en Soins infirmiers. Formation en emploi. Dossier d information à l intention des candidats

Bachelor of Science HES-SO en Soins infirmiers. Formation en emploi. Dossier d information à l intention des candidats Bachelor of Science HES-SO en Soins infirmiers Formation en emploi Dossier d information à l intention des candidats HESAV Haute Ecole de Santé Vaud 3 février 2015 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Ouverture

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de la formation professionnelle

Projet de loi portant réforme de la formation professionnelle LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de l'éducation nationale et de la Formation professionnelle Dossier de presse Présentation des amendements proposés au Projet de loi portant réforme

Plus en détail

DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT (GLT)

DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT (GLT) Niveau : Spécialité : DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT (GLT) DUT 120 CREDITS Volume horaire étudiant : 506 h 734 h 430 h h 315 h 1935 H cours magistraux travaux dirigés

Plus en détail

Temps Scolaire pour l'information et l'orientation

Temps Scolaire pour l'information et l'orientation Temps Scolaire pour l'information et l'orientation Code : Connaissance Des Formations TITRE : PARCOURS CHOISIR UN BEP ou un CAP Niveau : 3 ème Groupe : Matériel : Classe fiche élève Durée : 1 heure Période

Plus en détail

Réforme de la formation : Certifications, de quoi parle-t-on?

Réforme de la formation : Certifications, de quoi parle-t-on? Réforme de la formation : Certifications, de quoi parle-t-on? ARFTLV Avril 2015 Le système français de certification Les évolutions : Avant 2002 : diplômes et titres homologués Les années VAE : CNCP et

Plus en détail

GUIDE DE CONSTITUTION DE DOSSIER EN VUE DE LA RECONNAISSANCE ET/OU DE L EQUIVALENCE DES DIPLOMES, TITRES ET GRADES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

GUIDE DE CONSTITUTION DE DOSSIER EN VUE DE LA RECONNAISSANCE ET/OU DE L EQUIVALENCE DES DIPLOMES, TITRES ET GRADES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) Tél. : (226) 50.36.81.46 - Fax : (226) 50.36.85.73 Email : cames@bf.refer.org GUIDE

Plus en détail

Valoriser l enseignement professionnel sur le marché du travail : quelques éléments de réflexion

Valoriser l enseignement professionnel sur le marché du travail : quelques éléments de réflexion Valoriser l enseignement professionnel sur le marché du travail : quelques éléments de réflexion Jean-François Giret, IREDU-CNRS, Université de Bourgogne Conférence de l AFDET, Nantes, 13 février 2013

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

RESSOURCES DOCUMENTAIRES ET BASES DE DONNEES. Archives et Patrimoines Industriels, Culturels et Administratifs (APICA)

RESSOURCES DOCUMENTAIRES ET BASES DE DONNEES. Archives et Patrimoines Industriels, Culturels et Administratifs (APICA) Niveau : LICENCE PROFESSIONNELLE 2012 Domaine : Mention : Intitulé : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES RESSOURCES DOCUMENTAIRES ET BASES DE DONNEES Archives et Patrimoines Industriels, Culturels et Administratifs

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Information et communication de l Université des Antilles et de la Guyane Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

Identification de l établissement

Identification de l établissement Identification de l établissement Identification de l établissement 1. Préambule Les métiers relevant du monde de l automobile sont basés aujourd hui sur l acquisition et l actualisation des connaissances

Plus en détail

Pour une meilleure employabilité des nouveaux diplômés: Réflexions et propositions

Pour une meilleure employabilité des nouveaux diplômés: Réflexions et propositions Communication au Colloque : L EMPLOYABILITE / ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Défi des universités Beyrouth 7 8 Mai 2014 Pour une meilleure employabilité des nouveaux diplômés: Réflexions et propositions Bessem

Plus en détail

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région GREF Bretagne CHÈQUE FORCE Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force Contrat de projets Etat-Région Septembre 2012 PÉRIMÈTRE DE L ÉTUDE Le Chèque Force est une aide individuelle du Conseil Régional

Plus en détail

Convention collective nationale des avocats et de leur personnel du 20 février 1979. Avenant n 50 du 14 février 1997 relatif à la classification

Convention collective nationale des avocats et de leur personnel du 20 février 1979. Avenant n 50 du 14 février 1997 relatif à la classification Convention collective nationale des avocats et de leur personnel du 20 février 1979 Source : www.legifrance.gouv.fr Avenant n 50 du 14 février 1997 relatif à la classification Article 1er Les partenaires

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section P Division 85

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section P Division 85 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section P Division 85 Section P : ENSEIGNEMENT Cette section comprend l enseignement à tous les niveaux et pour

Plus en détail

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Fiche Action 1 : Action sur la levée des freins et des difficultés pouvant constituer un frein à une reprise d emploi ou de formation Fiche

Plus en détail

Éducation internationale : un guichet unique pour accéder à l expertise québécoise en formation professionnelle

Éducation internationale : un guichet unique pour accéder à l expertise québécoise en formation professionnelle Éducation internationale : un guichet unique pour accéder à l expertise québécoise en formation professionnelle Thèmes de la présentation Présentation d Éducation internationale Présentation des commissions

Plus en détail

6 Les missions de l enseignement scolaire

6 Les missions de l enseignement scolaire Les dossiers de l enseignement scolaire 2009 L enseignement scolaire en France Sommaire 4 Les grands principes 5 L organisation de la scolarité 6 Les domaines de compétence 6 Les missions de l enseignement

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

CAHIER DES NORMES PEDAGOGIQUES DU CYCLE DE LA LICENCE DE l INSTITUT ROYAL DE FORMATION DES CADRES (IRFC) DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

CAHIER DES NORMES PEDAGOGIQUES DU CYCLE DE LA LICENCE DE l INSTITUT ROYAL DE FORMATION DES CADRES (IRFC) DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS CAHIER DES NORMES PEDAGOGIQUES DU CYCLE DE LA LICENCE DE l INSTITUT ROYAL DE FORMATION DES CADRES (IRFC) DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS 1 Préambule Objectif Le cycle de la licence de l Institut Royal de

Plus en détail

Fiche compétence. Intitulé Titre ingénieur : Ingénieur diplômé de l Ecole Polytechnique de l Université de Tours, spécialité Informatique

Fiche compétence. Intitulé Titre ingénieur : Ingénieur diplômé de l Ecole Polytechnique de l Université de Tours, spécialité Informatique Fiche compétence pour le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Intitulé Titre ingénieur : Ingénieur diplômé de l Ecole Polytechnique de l Université de Tours, spécialité Informatique

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3134 Convention collective nationale IDCC : 2205. NOTARIAT AVENANT N O 11 DU 20 DÉCEMBRE

Plus en détail

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement de la Géorgie relatif au séjour

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement de la Géorgie relatif au séjour ACCORD entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la Géorgie relatif au séjour et à la migration circulaire de professionnels (ensemble deux annexes), signé à Paris le 12 novembre

Plus en détail

setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens

setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens Bulletin d information de l ETUI sur les opportunités de financements européens pour les syndicats N 23 février 2014 Le nouveau programme

Plus en détail

Traitement brut mensuel de début de carrière Indice brut 298 = 1 356.67 (1 er échelon du grade d adjoint territorial du patrimoine de 1 ère classe)

Traitement brut mensuel de début de carrière Indice brut 298 = 1 356.67 (1 er échelon du grade d adjoint territorial du patrimoine de 1 ère classe) 139, Rue Guillaume Fouace CS 12309 50009 SAINT-LO CEDEX 02.33.77.89.00 02.33.57.07.07 mail : cdg50@cdg50.fr site : www.cdg50.fr ADJOINT TERRITORIAL DU PATRIMOINE DE 1EME CLASSE L'EMPLOI Les adjoints territoriaux

Plus en détail

Métiers de la fonction publique : Technicien territorial (Cat. B)

Métiers de la fonction publique : Technicien territorial (Cat. B) Métiers de la fonction publique : Technicien territorial (Cat. B) Les techniciens territoriaux constituent un cadre d'emplois technique (cat. B) résultant de la fusion des cadres d emplois de technicien

Plus en détail

Vous pouvez naviguer dans le présent document en utilisant l'onglet ou l'icône "signet". Sommaire

Vous pouvez naviguer dans le présent document en utilisant l'onglet ou l'icône signet. Sommaire Vous pouvez naviguer dans le présent document en utilisant l'onglet ou l'icône "signet". Sommaire Note de présentation... p. 1 Règlement général du brevet professionnel (Décret du 31.08.01)... p. 4 Organisation

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AIDE INDIVIDUELLE A LA FORMATION DES LIGERIENS

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AIDE INDIVIDUELLE A LA FORMATION DES LIGERIENS REGLEMENT D INTERVENTION DE L AIDE INDIVIDUELLE A LA FORMATION DES LIGERIENS Objectif La Région propose aux ligériens chaque année 30 000 places de stage dans le cadre de son Offre de Formation Territorialisée,

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. La présente procédure détermine les caractéristiques essentielles d un programme de dotation en ressources humaines.

CAHIER DE GESTION. La présente procédure détermine les caractéristiques essentielles d un programme de dotation en ressources humaines. CAHIER DE GESTION POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES COTE 30-01-00.09 OBJET : La présente procédure détermine les caractéristiques essentielles d un programme de dotation en ressources humaines.

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Responsable grands comptes de l Université Paris-Est Marne-la-Vallée - UPEM Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

K2111 - Formation professionnelle

K2111 - Formation professionnelle Appellations (Enseignement / Formation / Coaching - Formation) K2111 - Formation professionnelle E-formateur / E-formatrice Formateur / Formatrice action sociale Formateur / Formatrice bureautique Formateur

Plus en détail

Ouvrir. une formation. par apprentissage. dans un EPLE. Ouvrir une formation par apprentissage dans un EPLE 06 mai 2011 DAET - SAA Page 1 sur 12

Ouvrir. une formation. par apprentissage. dans un EPLE. Ouvrir une formation par apprentissage dans un EPLE 06 mai 2011 DAET - SAA Page 1 sur 12 Rectorat Délégation académique aux enseignements techniques Service académique de l apprentissage Affaire suivie par Claudine Bove Téléphone 03 88 23 37 46 Fax 03 88 23 38 19 Mél. ce.daet-apprentissage

Plus en détail

La formation professionnelle et le secteur informel

La formation professionnelle et le secteur informel Investing in People Etude nationale La formation professionnelle et le secteur informel Bénin Ce projet est financé par l Union européenne Ce projet est mis en œuvre par sequa ggmbh Table de Matière INTRODUCTION

Plus en détail

DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT (GLT) ALTERNANCE

DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT (GLT) ALTERNANCE Niveau : Spécialité : DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT (GLT) ALTERNANCE DUT 120 CREDITS Volume horaire étudiant : 344 h 568.5 h 381 h h 176.5 h 1470 H cours magistraux

Plus en détail

Master 2 Pro Génie civil et infrastructures (IUP)

Master 2 Pro Génie civil et infrastructures (IUP) L insertion professionnelle des étudiants inscrits en Master 2 Professionnel Master 2 Pro (IUP) Etudiants inscrits à l Université de Limoges en 2004-2005 OUPE I- Méthodologie Cadrage de l enquête En décembre

Plus en détail

Quatrième Réunion de Contrôle et de Restructuration.

Quatrième Réunion de Contrôle et de Restructuration. Quatrième Réunion de Contrôle et de Restructuration. COMMUNICATION DU NIGER. YAOUNDE DU 26-28 NOVEMBRE 2012. Situation de la formation professionnelle au Niger Plan de présentation. Contexte général I.

Plus en détail

Mobilité et flexibilité : Orientation progressive, restructuration des cursus etc... Semestrialisation et découpage en crédits capitalisables.

Mobilité et flexibilité : Orientation progressive, restructuration des cursus etc... Semestrialisation et découpage en crédits capitalisables. 1. Formation Que savez-vous sur le système «LMD» L offre de formation Formation à distance Formation continue 1. Formation Que savez-vous sur le système «LMD» 1- Présentation du nouveau régime LMD : A

Plus en détail

CHAPITRE 7. Économie des ménages

CHAPITRE 7. Économie des ménages CHAPITRE 7 Économie des ménages Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Relations des ménages avec le marché du travail Rapport de dépendance économique des ménages Le rapport de

Plus en détail

LE MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA FONCTION PUBLIQUE

LE MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA FONCTION REPUBLIQUE DU MALI PUBLIQUE ET DES RELATIONS AVEC LES Un Peuple - Un But - Une Foi INSTITUTIONS ************ ************* CENTRE NATIONAL DES CONCOURS DE LA FONCTION

Plus en détail

GT 14 personnels d orientation

GT 14 personnels d orientation GT 14 personnels d orientation Fiche 4 Recrutement et formation des psychologues de l éducation nationale Les deux catégories de professionnels chargés, chacun en ce qui les concerne, de mobiliser leur

Plus en détail

LICENCE MODALITES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2014 2015

LICENCE MODALITES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2014 2015 LICENCE Domaine : ARTS, LETTRES, LANGUES Mention : ARTS DU SPECTACLE Tronc commun : L1-L2-L3 Parcours : Spectacle et musique Numéro d accréditation : [20140588] Régime : formation initiale et formation

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 12 décembre 2007 47604 Installatrice en chauffage CFC/Installateur en chauffage CFC Heizungsinstallateurin

Plus en détail

Édition du 10 mars 2014

Édition du 10 mars 2014 1 Édition du 10 mars 2014 LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles sont les conditions relatives au jeune? 3 Quelles sont les caractéristiques

Plus en détail

CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014

CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014 CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014 CAHIER DES NORMES PÉDAGOGIQUES NATIONALES DE LA LICENCE

Plus en détail

Annexe clause sociale de formation

Annexe clause sociale de formation Annexe clause sociale de formation Août 2014 Table des matières 1. Le régime d apprentissage jeune (RAJ)... 2 2. Le régime d apprentissage construction (RAC)... 5 3. La convention d insertion socioprofessionnelle

Plus en détail

DUT 2 2 ème année. Services et Réseaux de Communication. 150,7 h 320,5 h 318,8 h 0 h 300 h 790 h. travaux pratiques

DUT 2 2 ème année. Services et Réseaux de Communication. 150,7 h 320,5 h 318,8 h 0 h 300 h 790 h. travaux pratiques Niveau : DUT 2 2 ème année Services et Réseaux de Communication DUT 2 120 ES Volume horaire étudiant : 150,7 h 320,5 h 318,8 h 0 h 300 h 790 h cours magistraux travaux dirigés travaux pratiques cours intégrés

Plus en détail