Conférence européenne sur la formation judiciaire 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence européenne sur la formation judiciaire 2011"

Transcription

1 Conférence européenne sur la formation judiciaire 2011 Préface Le présent rapport contient les conclusions de la conférence qui s est tenue du 8 au 10 mars 2011 à Budapest. Il dresse une liste exhaustive des différentes questions qui ont été débattues par les groupes de travail puis rapportées en séance plénière lors du troisième jour et qui m ont ensuite été envoyées par les rapporteurs de plusieurs groupes. Il a fallu rassembler les différents concepts, indépendamment du groupe dans lequel ils avaient été discutés, afin de produire un document complet et cohérent. Le danger d une telle conférence est qu elle risque toujours de rester un «salon de discussion» où des idées sont émises mais dont les conclusions ne débouchent sur rien de concret. Dans cette optique, je voudrais rappeler aux délégués la recommandation formulée dans au moins un des ateliers, qui suggérait de répéter l exercice dans environ douze mois (pas forcément sous la forme d une conférence). L objectif est de permettre aux États membres de signaler les progrès réalisés et d expliquer les changements qu ils ont introduits après avoir procédé au réexamen de leurs pratiques nationales. Ce processus est guidé par la nécessité de faire progresser la formation au droit de l UE conformément à la communication sur la formation judiciaire publiée par la Commission européenne à l automne 2010, qui sera bientôt suivie par un rapport détaillé de l étude conjointe ERA/REFJ sur ce qui se passe en Europe dans ce domaine. La conférence a fait ressortir très nettement l interdépendance des États membres au niveau du droit de l UE et la nécessité que chacun remplisse sa part du contrat en structurant des cours, en en proposant de nouveaux et en veillant à ce que ses besoins soient couverts par le Réseau, qui n est ni plus n est moins que la somme de ses parties. Juge Victor Hall Secrétaire général du REFJ (mars mars 2011) Leicester, Angleterre Le 25 mars P a g e

2 Conclusions de la conférence Généralités 1. Entre le 8 et le 10 mars 2010, 92 délégués représentant 41 établissements de formation, institutions et ministères de la justice membres du Réseau européen de formation judiciaire, ainsi que des observateurs et des invités, se sont rassemblés à l Hôtel Helia, Kárpát utca 62-64, 1133 Budapest, en Hongrie. L objectif de cette conférence était de discuter de diverses questions ayant trait aux méthodes et pratiques actuelles dans le domaine de la formation des magistrats et d examiner les solutions possibles pour améliorer la manière dont cette formation est dispensée afin d inciter les magistrats à suivre une formation et de leur faire prendre conscience que le droit européen constitue une composante essentielle et importante de la formation des membres du corps judiciaire. Pour éviter toute ambiguïté, les termes «magistrature», «magistrat», «juge», etc., lorsqu ils sont utilisés dans le présent rapport, renvoient aux juges et aux procureurs dont les organismes de formation sont membres du REFJ, sauf lorsque le contexte en dispose autrement. La liste des délégués ayant participé à la conférence est jointe au présent rapport (annexe 1). Méthodologie 2. Les délégués ont été répartis en 9 groupes de travail, comportant chacun un coordinateur et un rapporteur. La composition des groupes a été modifiée le deuxième jour. Les suggestions devant être examinées par les groupes de travail avaient été rassemblées dans un document distribué à l avance à tous les participants. Ces suggestions avaient été divisées en 9 blocs. Les blocs 1 à 4 ont été abordés le premier jour, les blocs 5 à 9 le deuxième. Les coordinateurs et les rapporteurs avaient la possibilité de choisir par quel bloc ils souhaitaient commencer la journée et combien de temps ils voulaient y consacrer. Malheureusement, certains choix n ont pas pu être respectés pour éviter les chevauchements. Les coordinateurs avaient pour mission d aborder 2 P a g e

3 l ensemble (ou du moins, un maximum) des points repris sur la liste afin de pouvoir rapporter leurs résultats lors de la séance plénière prévue le matin du troisième jour. Cette liste n était cependant pas contraignante, les coordinateurs étant libres de suivre la ligne qu ils jugeaient la plus appropriée pour servir les objectifs de la conférence. Le soir du 7 mars, une réunion a été organisée entre le Secrétaire général, les coordinateurs et les rapporteurs afin de s assurer que tous avaient bien compris la nature des tâches à accomplir. 3. Le troisième jour de la conférence, les groupes de travail ont présenté le résultat de leurs réflexions. À la demande du Comité de pilotage, cette tâche avait été confiée aux coordinateurs. 4. Une copie de l ordre du jour de la conférence est jointe au présent rapport (annexe 2). Une copie de la liste des thèmes répartis en 9 blocs est jointe au présent rapport (annexe 3). 5. Le REFJ tient à remercier les orateurs qui ont pris part à la conférence, à savoir M. András Baka, Président de la Cour suprême et du Conseil national de justice de la République de Hongrie, M. Péter Polt, Procureur général de la République de Hongrie (et nous en profitons également pour les remercier tous deux pour la réception qu ils ont organisée le soir du 8 mars 2011), ainsi que M. Bence Rétvári, Ministre délégué à l administration publique et à la justice. Nous remercions également le député européen M. Luigi Berlinguer, vice-président de la commission des affaires juridiques du Parlement européen, pour son discours d ouverture particulièrement éclairant et inspirant. Merci aussi à Emmanuelle Cretin-Magand de la Commission européenne, à Benedetta Vermiglio du secrétariat du REFJ, à John Coughlan, directeur adjoint de l ERA, au Dr. Pál Solt, directeur de l Académie judiciaire de Hongrie, ainsi qu à Peter Csonka, qui représentait la présidence hongroise. 3 P a g e

4 Favoriser l émergence d une culture juridique et judiciaire européenne commune Généralités : La culture judiciaire européenne est fondée sur : l État de droit l indépendance du système judiciaire en tant que corollaire essentiel la responsabilisation des individus l existence d un certain niveau de confiance entre les différents systèmes juridiques un droit commun au niveau de l UE la primauté du droit de l UE (déclaration 17 du traité de Lisbonne) le respect des droits de l homme et de la CEDH un patrimoine juridique / des traditions constitutionnelles l existence d institutions protégeant l état de droit l acquis communautaire la recherche de solutions communes l attachement à une formation de qualité le fait que la responsabilité première de la formation au droit de l UE incombe dans tous les cas aux États membres la diversité des pratiques judiciaires des 27 États membres le fait que la formation judiciaire est organique. Il s agit d une science en perpétuel développement et la formation de demain n aura pas grand chose en commun avec la formation d aujourd hui ou d hier (il suffit de comparer les pratiques de 2001 avec celles de 2011 pour voir l évolution) La culture judiciaire européenne est fondée sur les points communs de ces systèmes en termes d approche, de philosophie, de pratique, d attitude et de vision. L approche adoptée par la nouvelle génération de juges dans les États membres est importante. 4 P a g e

5 Cela ne signifie pas pour autant que les juges plus âgés sont incapables d adapter leurs pratiques. Quelques caractéristiques généralement attribuées aux futurs magistrats : o on considère que ceux-ci sont davantage susceptibles : d accepter que le droit de l UE fait partie de leur vie d accepter que l UE est une réalité géographique dans laquelle ils sont appelés à travailler de reconnaître la nécessité de se tenir informés de ce qui se passe en Europe, dans la mesure où ils sont déjà immergés dans les questions européennes dans le cadre de leur formation d accueillir favorablement l introduction de technologies dans la formation (lorsqu elles sont combinées à des cours présentiels) de reconnaître la nécessité de faire des efforts pour apprendre à connaître leurs voisins de reconnaître la nécessité de tirer parti des points communs qui existent entre les pays européens au niveau de leur héritage juridique et constitutionnel, de l état de droit, des droits de l homme, de leurs pratiques nationales et de la responsabilisation de vouloir échanger leurs expériences avec leurs collègues d autres pays de l UE o L expression «culture judiciaire» suppose-t-elle qu il faille exiger des juges et des procureurs qu ils se tiennent informés des développements de leur profession au niveau national et européen en suivant des cours dispensés par des institutions nationales ou européennes? Ces cours devraient-ils être préconisés/obligatoires? La connaissance : est un facteur de succès élimine les barrières renforce la confiance 5 P a g e

6 favorise la reconnaissance mutuelle favorise la création de liens entre les institutions et les individus La connaissance de quoi? o du droit de l UE (en général, les magistrats des nouveaux États membres et des pays candidats sont davantage conscients que le droit de l UE fait partie du droit national) o d autres disciplines qui influencent le travail des juges (par exemple, la psychologie de l enfant et la pédiatrie pour un juge aux affaires familiales) o des autres juridictions, de leur système et de leurs pratiques o des autres membres de la magistrature o du fait que les jugements rendus dans un pays sont reconnus en dehors des frontières nationales mais les systèmes nationaux ont un rôle important à jouer de mauvaises pratiques nationales ne contribueront pas à renforcer la confiance au niveau européen si certains États membres doivent procéder à des réformes systémiques pour aligner leurs pratiques avec ce que la plupart des États membres considèrent comme des bonnes pratiques, il est peu probable que cela contribue à renforcer la confiance/la reconnaissance entre les pays de l UE : o la rhétorique politique doit être traduite en actes concrets o si une réforme est nécessaire, ce problème doit être envisagé au niveau politique o les initiatives consistant à définir des objectifs irréalistes lorsque des réformes sont nécessaires sont vouées à l échec o l indépendance du pouvoir judiciaire doit être respectée. 6 P a g e

7 Considérations financières Les priorités politiques doivent bénéficier d un financement suffisant, sans quoi les organismes nationaux compétents ne pourront pas satisfaire les attentes des responsables politiques Les règles européennes en matière de financement et la manière dont elles sont interprétées peuvent décourager les initiatives : o les offres nationales doivent se conformer à des critères établis par l UE, qui ne collent pas nécessairement aux besoins réels du terrain (nécessité de faire correspondre les besoins réels avec les textes de la Commission) o les changements incessants d interprétation sont une source d incertitude pour le REFJ et contribuent à alourdir sa charge de travail (par exemple, la Commission ne cessant de changer d avis à ce sujet, il est difficile de savoir s il faut oui ou non considérer le salaire des juges comme un élément de la contribution nationale ou si les pays candidats à l adhésion peuvent oui ou non participer aux échanges) o les acteurs ont besoin de certitudes Initiatives visant à favoriser l émergence d une culture judiciaire européenne Il doit s agir d un processus dynamique évoluant de manière organique et s ajustant aux besoins. Les objectifs de la formation doivent être précisés dans un document approuvé au niveau de l UE après consultation des parties prenantes. Les règles de l UE en matière de financement doivent soutenir ce processus, pas l entraver. Éléments à prendre en considération : pour être pertinentes, les propositions doivent se fonder sur une connaissance solide de ce qui se passe actuellement en Europe jumelages entre les États membres, les tribunaux, les systèmes ou d autres éléments nationaux 7 P a g e

8 communication au niveau des organismes nationaux (écoles, ministère de la justice, institutions) échanges entre les membres du corps judiciaire (de type Erasmus ou autre) devraient inclure des études de cas il convient de faire preuve de réalisme : les magistrats sont des gens très occupés ; le temps de formation à l extérieur doit toujours faire l objet d une planification minutieuse et il ne faut pas oublier de tenir compte des coûts entraînés par leur remplacement quels sont les avantages des échanges de longue durée pour le système (par opposition aux avantages pour les participants)? tenir compte du rapport coûts/avantages l agenda politique du programme de Stockholm est impossible à mettre en pratique (50 % / un nombre «considérable» (sic) de juges exerçant dans l UE devraient avoir suivi un programme de formation européen d ici la fin du programme) les rapports rédigés par les personnes ayant participé à des échanges devraient être plus détaillés et réfléchis. Les personnes participant à des échanges devraient se voir donner des thèmes spécifiques à aborder dans leur rapport il convient de déterminer si, oui ou non, les personnes participant à des échanges devraient être tenues de posséder des connaissances de base du système du pays d accueil possibilité pour le REFJ de fournir du matériel la production de ce matériel nécessite la pleine coopération des États membres accueillant des échanges la généralisation des échanges devrait être encouragée pour les juges des pays adhérant à l UE les connaissances linguistiques demeurent un problème de taille 8 P a g e

9 il n est pas réaliste d attendre d une institution financée par les écoles judiciaires nationales et le ministère de la justice des États membres qu elle puisse fournir une formation linguistique poussée ce type de formation n entre pas dans le champ d expertise d un organisme tel que le REFJ et il serait insensé d exiger de lui qu il dispense des formations dans ce domaine la responsabilité de dispenser une formation linguistique revient en premier lieu aux États membres cette formation pourrait être organisée au niveau européen si le sujet est jugé assez important pour que l UE finance l établissement d une capacité linguistique au sein du REFJ, dotée d experts compétents et capables de recenser les besoins et les moyens d y répondre le REFJ peut organiser des formations sur la terminologie juridique de base en anglais et en français (il le fait déjà) et des échanges de groupes présentant une dimension linguistique les nouveaux arrivants dans la profession judiciaire devraient posséder un bon niveau d anglais échanges de formateurs échanges de stagiaires visites d étude de courte durée dans les institutions européennes conçues spécifiquement dans le but d optimaliser l expérience Cour de Justice de l Union européenne Cour européenne des droits de l homme Eurojust Commission européenne ateliers organisés en coopération avec d autres organismes européens, par exemple : l Office européen des brevets l Office de l harmonisation dans le marché intérieur 9 P a g e

10 l unité D5 de la Commission européenne (droit de l environnement) examiner la possibilité d organiser des cours d été supervisés par le REFJ mais organisés par les États membres et ouverts aux magistrats des autres pays éléments devant obligatoirement figurer dans les programmes de formation destinés aux juges nationaux (y compris dans les pays de Common Law) programmes d études sur le droit de l UE harmonisés soit au niveau de l UE soit à un niveau régional (pour prendre en compte les problèmes spécifiques rencontrés par les différents pays) thèmes de formation communs applicables quelque soit le lieu où est situé le tribunal, par exemple : éthique/déontologie les droits des enfants devant les tribunaux les droits des victimes le droit des parties de se défendre seules les questions relatives à l égalité la police scientifique les éléments de psychologie et de psychiatrie la formation linguistique et les moyens de financement : à partir du niveau débutant (est-ce souhaitable?) terminologie juridique prérequis pour pouvoir accéder à la profession (non recommandé dans l ensemble) Le REFJ et ses relations avec les écoles nationales Le REFJ est avant tout un organisme chargé de coordonner et de développer des actions existantes il s agit d un réseau puissant et soutenu par ses membres 10 P a g e

11 les activités locales/régionales constituent un élément important, mais le Réseau peut leur faire prendre une ampleur qu un État membre seul, aussi grand soit-il, est incapable de leur donner nécessité d améliorer la visibilité des activités organisées par les membres du Réseau et ouvertes aux autres membres mise en place d une base de données centrale améliorer l échange d informations par un recours plus intensif à la publicité toutes les écoles nationales devraient participer activement aux activités du Réseau (aucune crédibilité ne peut être donnée à ceux qui se plaignent que leurs besoins en formation ne sont pas satisfaits alors qu ils n ont jamais signalé avoir des besoins particuliers ou ne participent pas activement aux activités du Réseau) 11 P a g e

12 Formation initiale : Généralités Définitions du droit de l UE actes juridiques de l UE systèmes juridiques des États membres jurisprudence de la CJUE Très hétérogène : pouvant aller d une formation étalée sur plusieurs années, destinée aux juges ne possédant pas ou peu d expérience et essentiellement basée sur l enseignement du droit, à de brèves formations sur la profession de juge pour les praticiens ayant une longue expérience de la pratique juridique Rôle des universités dans la formation initiale : pour information, la plupart des universités (si pas toutes) proposent des formations très poussées sur le droit européen Le titre «droit européen» n est en réalité pas vraiment approprié, puisque celui-ci fait partie du droit national et est de mieux en mieux intégré dans la législation nationale. Il ne fait aucun doute que l obligation, pour les écoles nationales, de diversifier leurs activités de formation afin de former non seulement les juges et les procureurs, mais également les autres membres du personnel judiciaire (notaires, avocats, greffiers, etc.) aura un effet sur les performances de ces institutions, puisque celles-ci seront obligées d augmenter leur taille et devront revoir leurs normes à la baisse si un financement suffisant n est pas octroyé pour leur permettre de maintenir/d améliorer la situation actuelle. Les lignes directrices pour les programmes de formation au droit de l UE aident les écoles nationales et les ministères à élaborer des formations pour leurs magistrats en leur suggérant des éléments qui font consensus dans la majorité des États membres, tout en leur laissant une totale indépendance et un pouvoir discrétionnaire. 12 P a g e

13 Formation continue ou permanente : Généralités : Le taux de participation à ce type de formation est plus élevé lorsque le droit de siéger dans le cadre d affaires spécifiques dépend de la formation reçue (voir le «ticketing system» en Angleterre et au Pays de Galles). Le certificat d aptitude professionnelle devrait inclure une description de la formation devant être suivie avant de pouvoir effectuer un travail pour la première fois. Il serait ainsi obligatoire de suivre une formation visant à combler les éventuelles lacunes avant de se voir attribuer de nouvelles fonctions. Il n y a pas ou peu de contacts entre les personnes chargées d édicter la législation européenne et celles chargées de former les juges, que ce soit les institutions nationales ou le REFJ. De tels contacts permettraient pourtant une évaluation plus précoce des éventuels besoins en formation. Il convient d envisager des méthodes au niveau national pour sensibiliser/informer les juges dans le domaine du droit de l UE (voir l exemple des coordinateurs de tribunaux aux Pays-Bas). Il faut stimuler l intérêt, pas l imposer. L organisation d une formation continue n est pas obligatoire dans tous les pays européens. L avis n 4 du Conseil consultatif de juges européens «à l attention du Comité des Ministres du Conseil de l Europe sur la formation initiale et continue appropriée des juges, aux niveaux national et européen» (1993) n a pas été largement suivi. On constate souvent des tensions entre les responsables politiques, quelles que soient leurs attributions (administratives, judiciaires, etc.), et la magistrature en ce qui concerne l emploi de l expression «judicial release time». Cette expression, qui est utilisée pour désigner le temps pendant lequel le juge doit être «libéré de son travail judiciaire» pour suivre une formation, revêt parfois un sens péjoratif (par opposition à l industrie, où la formation est considérée comme faisant partie intégrante du travail). 13 P a g e

14 Les États membres n ont pas tous introduit la formation des juges en tant que principe de droit national. Les déclarations politiques ne tiennent pas toujours compte des formations offertes dans les États membres et se soucient rarement des problèmes rencontrés par les responsables politiques nationaux appelés à les mettre en œuvre, ce qui conduit parfois à des situations surréalistes. Certaines personnes affirment que la formation constitue une violation de l indépendance judiciaire. Le taux de participation à une formation est plus faible lorsque celle-ci est volontaire. Le REFJ et ses activités ne sont pas connus de la même façon dans tous les États membres. Les écoles nationales et les ministères, ainsi que d autres institutions nationales, devraient intensifier leurs efforts pour informer les juges nationaux de l existence du REFJ et de ses activités. En ce qui concerne l avenir de la formation judiciaire continue, il convient d examiner la possibilité de recenser les pratiques qui existent dans certains États membres afin que les personnes qui souhaitent s informer de ce qui se passe ailleurs puissent le faire (voir également le rapport conjoint ERA/REFJ dont la version finale devrait être publiée à l automne 2011). La formation à ce niveau devrait : être fondée sur une véritable analyse des besoins en formation, réexaminée périodiquement pour veiller à ce que la formation proposée continue de répondre aux besoins des magistrats de tous les niveaux. o Chaque fois que cela est possible, il convient d évaluer les besoins des personnes qui ont l intention de suivre une formation donnée en leur envoyant au préalable un questionnaire visant à définir leurs attentes. être adaptée aux fonctions judiciaires exercées par les participants, être étroitement liée à leurs activités quotidiennes et spécialisée si nécessaire. 14 P a g e

15 Le choix d organiser des formations spécialisées ou des modules spécialisés dans le cadre de formations de remise à jour de nature plus générale revient aux institutions nationales. être aussi personnalisée que possible éviter une approche uniforme reconnaître que les besoins varient d un juge à l autre être de grande qualité être intéressante et utiliser toutes les techniques disponibles pour que ce soit le cas être dispensée par des magistrats ou d autres professionnels en fonction du sujet traité être planifiée, structurée et évaluée de manière appropriée s appuyer sur les travaux de pédagogues reconnus (par exemple, Kolb, Kirkpatrick, etc.) pour veiller à ce que la formation soit planifiée, dispensée et évaluée selon une approche académique rigoureuse et équilibrée être adaptée au niveau des magistrats participants, mais en restant toujours hautement professionnelle être ciblée sur l utilisateur. Pour le juge déjà très occupé, la multiplicité des architectures utilisées dans les bases de données contenant la législation et la jurisprudence de l UE a un effet dissuasif. être diversifiée et aborder des thèmes qui peuvent ne pas sembler directement liés au droit mais qui jouent un rôle essentiel dans le travail du juge (compétences non juridiques, l art d être juge, égalité de traitement et contexte social) recourir à des experts provenant d autres États membres et jouissant d une réputation solide dans ces domaines généraux être soutenue par des programmes adéquats de formation des formateurs contenir une quantité suffisante d informations sur les derniers développements survenus en rapport avec des thèmes spécifiques du droit de l UE 15 P a g e

16 Il serait utile d au moins envisager la possibilité d introduire un système d évaluation par les pairs de nombreux juges n ont jamais eu l occasion d avoir leur travail évalué par quelqu un d autre (qu en est-il pour les procureurs?) l évaluation par les pairs est généralement perçue comme moins menaçante le juge pourrait choisir lui-même la personne chargée de l évaluer cette évaluation devrait être volontaire le temps de voir comment les choses se déroulent les pairs chargés de procéder à l évaluation devraient suivre une formation afin de savoir à quoi ils doivent être attentifs. Planification o La formation devrait être conçue à l intention de professionnels expérimentés et dans la perspective de servir dans le contexte d un tribunal - La planification se fait habituellement sur une base annuelle (possibilité d élaborer des plans sur 3-4 ans) - sources d idées pour la planification de la formation judiciaire : o demandes adressées aux juges/procureurs afin de recueillir leurs idées et connaître leurs besoins o résultats de l évaluation o nouveaux développements dans le droit o évolution de la société o idées formulées par des formateurs ou des comités scientifiques o propositions émanant d autres professionnels (notaires, avocats (comment développer ces contacts?)) ou de la société en évaluant le niveau de satisfaction vis-à-vis du système o réunions informelles pour apporter une valeur ajoutée o il est possible qu il soit nécessaire de répéter d anciennes activités en fonction de l intérêt suscité 16 P a g e

17 o répartition en fonction du domaine de spécialisation - La planification devrait impliquer la participation des personnes suivantes : o des personnes travaillant au sein des institutions de formation des juristes des experts en sciences de l éducation des experts extérieurs, notamment des pédagogues - Les coûts doivent être pris en considération (ne pas créer de faux espoirs) o financement public (budget organisationnel propre) o possibilité d obtenir le soutien d autres fonds publics (comment les identifier?) o éviter les financements privés (risque de partialité) o envisager la possibilité de réserver un certain nombre de places pour les institutions octroyant un financement (seulement si le thème s y prête) o il ne faut pas oublier les coûts entraînés au niveau national par la nécessité de remplacer les juges partis en formation prévenir longtemps à l avance - Différences pour les activités nationales ou régionales o Formation organisée au niveau régional destinée à fournir une formation essentielle devant être dispensée à grande échelle après l introduction de réformes juridiques importantes adaptée à la législation et aux questions régionales reproduction d une formation nationale ou réutilisation des mêmes critères doit être signalée par les écoles de formation régionales (sinon son existence ne peut être connue) 17 P a g e

18 o Rôle du REFJ : Idées possibles : - Le REFJ pourrait continuer à promouvoir la mise en réseau - Le REFJ pourrait offrir une plate-forme plus coordonnée afin de favoriser les échanges de bonnes pratiques en ce qui concerne les méthodes d enseignement et de formation - Le REFJ devrait établir des normes minimales communes en matière d évaluation (label de qualité) - Le REFJ devrait être un instrument favorisant l harmonisation des bonnes pratiques en ce qui concerne l évaluation et les méthodologies utilisées en Europe. Pour ce faire, il devrait : o s informer sur les pratiques o identifier les bonnes pratiques o les promouvoir o produire un Manuel des bonnes pratiques - Le REFJ devrait élaborer des lignes directrices sur l évaluation de la formation au droit de l UE - Le REFJ devrait présenter des exemples de bonnes pratiques pour différentes méthodologies Le REFJ devrait être l organisme de coordination où l on discute des besoins en formation découlant de l adoption de nouvelles législations européennes devrait utiliser son site web afin de donner un maximum de visibilité aux initiatives transeuropéennes devrait inscrire des questions de formation à l ordre du jour de son Assemblée générale devrait envisager la possibilité de créer un nouveau département chargé de coordonner la formation continue à tous les niveaux : avec la Commission (voir plus haut) avec les États membres pour permettre l échange de ressources et d informations sur les initiatives chaque fois que cela est possible 18 P a g e

19 au niveau financier, pour rendre ces échanges possibles pour coordonner les initiatives conjointes (proche de l échange) coordination des échanges d informations, de programmes de formation et de ressources qui existent au niveau national et pourraient servir dans le cadre de la formation dans certains domaines spécifiques conseiller les États membres sur certaines évolutions du droit de l UE qu il serait judicieux d inclure dans la formation continue il peut arriver que des changements d une importance majeure requièrent la formation d un grand nombre de juges dans tous les États membres ou une grande partie d entre eux. Le REFJ peut servir de point de liaison pour faire en sorte que tous les États membres en soient informés. établir une liste d experts auxquels recourir en fonction du sujet différencier les cours repris dans le catalogue selon la langue utilisée 19 P a g e

20 MÉTHODOLOGIES ET ÉVALUATION Généralités il convient de définir un ensemble de méthodologies d enseignement celles-ci doivent pouvoir être utilisées quel que soit le niveau auquel la formation est organisée il est essentiel de procéder à un contrôle de la qualité dans chaque école/ministère les adultes ont une capacité d attention limitée il convient de répartir les participants en petits groupes de manière à ce qu ensemble, ils couvrent une grande variété d expériences veiller à distribuer le matériel pédagogique avant le cours et demander aux délégués de le lire se demander s il est préférable que l organisation de la formation soit centralisée ou décentralisée la formation régionale est importante, car elle permet de répondre aux besoins sur un grand territoire (par exemple, l arrangement quadripartite entre la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Hongrie, conformément auquel chacun organise un événement et invite les autres à y assister) il pourrait être utile de mettre sur pied un système de coordinateurs régionaux et de favoriser l établissement de groupements régionaux par l intermédiaire du REFJ le site web du REFJ pourrait servir de dépôt virtuel permettant d entreposer le matériel pédagogique Définition du profil Absolument essentiel compte tenu de la diversité des participants : o Les participants peuvent être : o des professionnels très expérimentés (âgés de 45/50 ans) o des juges non professionnels officiant en tant que magistrats 20 P a g e

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT)

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) F PCT/WG/9/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 26 AVRIL 2016 Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) Neuvième session Genève, 17 20 mai 2016 FORMATION DES EXAMINATEURS Document

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Programme de coopération du Conseil de l Europe pour le renforcement de l Etat de Droit

Programme de coopération du Conseil de l Europe pour le renforcement de l Etat de Droit Strasbourg, le 24 novembre 2005 Programme de coopération du Conseil de l Europe pour le renforcement de l Etat de Droit CONCLUSIONS DE LA 7 ème REUNION PLENIERE DU RESEAU EUROPEEN D ECHANGE D INFORMATIONS

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

PROJET EUROMED JUSTICE III. Droit pénal et droit pénitentiaire. Deuxième réunion du GT 3 GT 3.2

PROJET EUROMED JUSTICE III. Droit pénal et droit pénitentiaire. Deuxième réunion du GT 3 GT 3.2 Projet financé par l Union européenne PROJET EUROMED JUSTICE III Droit pénal et droit pénitentiaire Deuxième réunion du GT 3 GT 3.2 Groupe de travail sur le droit pénal en vue de préparer un instrument

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

PROJET EUROMED JUSTICE II JUGES ET ACCÈS À LA JUSTICE

PROJET EUROMED JUSTICE II JUGES ET ACCÈS À LA JUSTICE PROJET EUROMED JUSTICE II Projet financé par l Union européenne COMPOSANTE I ACCÈS A LA JUSTICE ET AIDE LÉGALE 1 er Séminaire de formation JUGES ET ACCÈS À LA JUSTICE Madrid (ES), les 24, 25 et 26 novembre

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice dans l Union européenne».

En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice dans l Union européenne». AVIS SUR LE PROCHAIN PROGRAMME JUSTICE DE L UNION EUROPEENNE 1. Cadre de l avis En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Guide de l évaluateur pour les bourses de mentorat des essais contrôlés randomisés (ECR) des IRSC

Guide de l évaluateur pour les bourses de mentorat des essais contrôlés randomisés (ECR) des IRSC Guide de l évaluateur pour les bourses de mentorat des essais contrôlés randomisés (ECR) des IRSC Octobre 2014 Table des matières INTRODUCTION... 3 L ÉVALUATION PAR LES PAIRS AUX IRSC... 3 RÉSUMÉ DU PROCESSUS

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE»)

EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE») EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE») La présente Charte du Comité des ressources humaines incorpore la Charte du comité de rémunération et la Charte du comité

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2005/7 31 janvier 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

ACTIVITE 1 ACTIVITE 2 SECTION III UNITE 6. Introduction. Soutien actuel. Durée : 5 minutes

ACTIVITE 1 ACTIVITE 2 SECTION III UNITE 6. Introduction. Soutien actuel. Durée : 5 minutes Appels de fonds : mobiliser des ressources Notes générales La capacité à mobiliser des ressources représente une compétence importante pour les réseaux de plaidoyer. En effet, l accès aux ressources financières

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Formation des formateurs

Formation des formateurs Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.24 Procédures opérationnelles permanentes Formation des formateurs Approbation

Plus en détail

Propositions de suivi

Propositions de suivi Documents d information SG/Inf(2014)2 20 janvier 2014 Débat thématique : «Sécurité des journalistes Mesures à prendre pour améliorer la mise en œuvre des normes en matière de droits de l homme» Propositions

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/22/20 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 JUILLET 2014 Comité du programme et budget Vingt-deuxième session Genève, 1 er 5 septembre 2014 RAPPORT DU CORPS COMMUN D INSPECTION INTITULE EXAMEN DE LA GESTION

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation RÉUNION DE LA REVUE DE LA STRATÉGIE DE L ITIE, HENLEY, 11-12 AVRIL 2012 Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation Secrétariat international de l ITIE Oslo, 4 avril

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

ANMO/EUROPE : FORMATION EN GESTION POUR LES SECTEURS CULTUREL ET CREATIF 2014/2015 Appel à candidatures

ANMO/EUROPE : FORMATION EN GESTION POUR LES SECTEURS CULTUREL ET CREATIF 2014/2015 Appel à candidatures ANMO/EUROPE : FORMATION EN GESTION POUR LES SECTEURS CULTUREL ET CREATIF 2014/2015 Appel à candidatures La formation ANMO/Europe en gestion pour le secteur culturel et créatif est une formation s appuyant

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Strasbourg, 10 Mars 2015 DDCP-YD/NHSM (2015) 4F LA FIN DU COMMENCEMENT? Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Centre Européen de la Jeunesse, Strasbourg 27 au 30 Mai 2015 Informations et appel

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 International Environment House Mél : ssc@pops.int 11-13 chemin des Anémones Site Internet : www.pops.int CH

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Négociation et réflexion dans la formation d enseignant

Négociation et réflexion dans la formation d enseignant PESTALOZZI TRAINING RESOURCES L utilisation des médias sociaux pour la participation démocratique (SOCMED) Négociation et réflexion dans la formation d enseignant par Auteur : Andrea Fischer - Hongrie

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

MOTION DE L ASSEMBLEE GENERALE DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA JUSTICE «UN CONSEIL DE LA JUSTICE, OUI. MAIS POUR QUOI FAIRE?»

MOTION DE L ASSEMBLEE GENERALE DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA JUSTICE «UN CONSEIL DE LA JUSTICE, OUI. MAIS POUR QUOI FAIRE?» H OGE R AAD VOOR DE J USTITIE C ONSEIL S UPERIEUR DE LA J USTICE Stephaniesquare Louizalaan - avenue Louise 65 b1 1050 Brussel - Bruxelles Tel. 02/535.16.16 - Fax 02/535.16.20 MOTION DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616

SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616 SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616 Professeur superviseur Philippe Pelletier ppelletier@cmaisonneuve.qc.ca

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail