101* A nnée. H* 9 Dimanche 9 F é v r i e r JOURNAL DE L ARRONDISSEMENT DE SENLISOISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "101* A nnée. H* 9 Dimanche 9 F é v r i e r 1 9 3 0 JOURNAL DE L ARRONDISSEMENT DE SENLISOISE"

Transcription

1 101* nnée. H* 9 Dimanche 9 F é v r i e r JOURNL DE L RRONDISSEMENT OISE t o 3ST 3ST ~Ei 3>Æ IE3 3ST T S Un a n... Six m o is.,..,. J109 kmos Bureaux F* Posta 10 «8 I b o n n e m e n ts <$n s abonne a n r Bureaux dii Journal et dans foui les b ureaux de poste. L abonnem ent est payable d avance et. continue de plein droit jusqu à réception d avis contraire. p a r te n t du de chaque m oi» B U R E U X, «E D i r ï f â j ^ à D M I N I S T R T I O N S E N L I S 1 1, P l a c e t ï e n t û - I V, 11 - S E N L I S t é l é p h o n e n * Mlreetoar Commercial «t. VKSNOR " ' it» a» r r s e r. n à n!.e * * T '* r s B s'i * rrx1ïyasr a ' àmsonmf IfgslM» I ft. 28 la llfna. nnonçai volontaire!..,. I fr. 2 8 la ligna. Les manuscrits, insérés ou non, ne sont pas renctus Réo lam as ï* on II. la ligna. La fin d une dictature L es choses d E sp agne dev ra ie n t in té re sse r n o tre o p i n io n p u b liq u e beaucoup p lu s q u elles n e le fo n t g énéralem en t. L E sp ag n e e st u n e p u issan ce m éd i te rra n é e n n e é tro ite m e n t associée à l œ uvre que n o u s p o u rsu iv o n s d an s l friq u e du N ord, soit p a r ré m ig ra tio n q u elle n o u s envoie su rto u t en O ranie, soit d u n e m an ière officielle p a r ses possessio n s du M aroc. Elle p a ra ît m êm e à cet ég ard m o in s am b i tieuse, m o in s in q u ié ta n te que l Italie, p lu s disposée à u n e m eilleure en ten te et à u n e p lu s é tro ite collaboration. D a u tre p a rt, avec ses tra d itio n s, son rich e passé h isto riq u e, u n e E sp ag n e «réveillée» est appelée à s affirm er, ce q u elle fa it d é jà m ais in su ffisant- m e n t encore, com m e la m étropole in- telleetu elle et m o rale de l im m ense m ériq u e L atin e. b ien com p ren d re les choses, nous avons donc b ien des ra iso n s de souh a ite r u n sérieu x ra p p ro c h e m e n t fran co -esp ag n o l, voire m êm e u n e lliance solide et d u rab le de la F ra n c e et de l E spagne. C est croyons-nous, ce qui é ta it en tra in sin o n de se faire, du m o in s de vse d e ssin e r les an n ées précédentes, grâce p récisém en t à la d ic ta tu re du G énéral P rim o de R ivera. C ette d ic ta tu re, d ab o rd essen tiellem en t m ilitaire, f u t in stitu é e le 13 septem b re T o u t en co n serv an t q u a n t au fond son c a ractère m ilitaire, elle se tra n s fo rm a et devint line dicta tu re civile le 2 décem bre E lle rég la d u n e m an ière h e u re u se et b rilla n te l affaire m aro cain e et m it fin à l a n a rc h ie p a rle m e n ta ire qui ris q u a it de faire so m b rer l E spagne d a n s la p lu s com plète inco h éren ce. O n p e u t m êm e d ire q u e le g o u v ern em en t du G énéral P rim o de R iv era su t tire r son p ay s de la létarg ie et lui d o n n er une im p u lsio n vig o u reu se d an s le dom aine de la vie économ ique et m atérielle. II a p a r a ille u rs échoué d an s le dom ain e civil, à cau se de l in com pétence et la p réso m p tio n de ses co llab o rate u rs, sem ble-t-il. O n sa it la b aisse de la peseta analogue à la chute du fra n c que n o u s co n n û m es en Le g o u v ern em en t du G énéral p rim o de R ivera s est lan cé d a n s de v astes e n tre p rise s de m o n o p o lisatio n et d éta tisa tio n d o n t il esco m p tait de gros bénéfices et qui ne lu i ont a p p a rté que des m écom ptes, il eu t à régler de gros déficits laissés p a r l o rg an isatio n de l exposition de B arcelone... De là des décrets m alencontreux, des d é m a r ches in o p p o rtu n es, le m arasm e fin ancier et fin alem en t la chute du gouvern em ent. E t non p as trè s glorieuse, et m êm e u n p eu com ique la fin de c e tte dicta tu re. ssu rém en t M ussolini ne fin ira p a s com m e cela. O n d it que le G énéral P rim o de R ivera est u n g alan t hom m e et q u il n a p as voulu s im p o ser p a r la violence. Il a trè s bien fait, m ais on co m p ren d m al u n d ic ta te u r si courtois. II sen t que cela ne va pas, il écrit à ses collègues de l a rm é e et de la M a rin e p o u r s a ssu re r de le u r confiance; ceux-ci sem b len t m a n q u e r d u n a n im ité à la lu i d o n n e r ; le d ic ta te u r rencontre le S ouverain : «Sire, j ai envie de p ré se n te r m a d ém issio n à voire Maje sté. Ma foi, tu feras bien, lui rép o n d lphonse X lll, il y a lo n g tem p s que j a tte n d s ap rès.» C est b e a u coup d h o n n e u r p o u r le général : le m o n a rq u e l a tutoyé, signe évident q u il est «G rand d E sp ag n e». G ran- desse et décadence! E t alors? O n illu m in e. Les é tu d ia n ts p a rc o u re n t M adrid en consp u a n t le G énéral P rim o de R iv era et la d ic ta tu re. D ans la ru e d lcala, on d é tru it u n kiosque du jo u rn a l cath o liq u e E l D ebate. O n casse les v itre s des cafés ; la police in te r vient. Il y a des blessés, m ais il ne so n t que lég èrem en t atte in ts. Le com te de R om anones in terro g é p a r les jo u rn a liste s le u r d éclara : «Je suis trè s c o n tent. Je crois que l a ttitu d e du so u v erain ra ffe rm ira chez tous les E sp agnols les se n tim e n ts m o n a r ch iste s». E n a tte n d a n t, le G énéral B aren g u er est ch arg é de tro u v e r la tra n sitio n... c est-à-d ire le passage, le re to u r de la d ic ta tu re au régim e n o rm al. Le régim e n o rm a l c est la p o litiq u e des p a rtis, le fa ir play. Il n y a m a lh e u re u se m en t p lu s de p a rtis en E sp ag n e à l h eure actuelle, m ais, u n peu de patience, on a rriv e ra bien à en re fa ire. lors, ce sera la jo ie p a rfa ite. E n a tte n d a n t, c o n sta to n s q u il est to u t à fa it dom m ageable p o u r u n g ra n d et beau pay s com m e l'e sp agne et qui a u ra it u n rôle im p o rta n t à te n ir d a n s la Société des N atio n s de n avoir p u tro u v e r encore son assiette politiq u e. Ne crio n s p as tro p fo rt c a r il se p o u rra it bien que n o u s ne soyons pas, n u fond, logés à m eilleu re enseigne. Q u a n t à la d ic ta tu re... a u ta n t v a u t p a rle r d u n cau tère s u r u n e jam b e de bois.. C h e n e t. D É P B R T E «E l t T Dans la Presse R écem m ent a été célébré en l église' S a in t-p ie rre de M ontrouge, à P aris, d an s la p lus stricte intim ité, le m ariag e de M. G abriel F ro issard, fils de notre excellent co n frère, secrétaire de la R é daction de la T ribune de l Oise, avec M lle lice G illas, d ngers. Nos m eilleu rs vœ ux de bonheu r aux nouveaux époux et nos vives félicitations à leu rs fam illes. Distinctions honorifiques N ous liso n s d an s te B ulletin R elig ie u x : P a r b refs apostoliques, on date du 8 ja n v ie r 1930, S a S ainteté le pape P ie XI a daigné nom m er chevaliers de l O r dre pontifical de S aint-g régoire-le- G rand ; M. le m a rq u is P ierre de L uppé, m aire de B eaurepaire, pour les services q u il a ren d u s à l Eglise, spécialem ent en fa cilitan t â P ont-s ainte-m axence, la re constitution du P etit S ém inaire de Noyon et en m é n ag ean t à celui-ci une nouvelle et agréable installatio n dans l ancienne abbaye du M oncel, si h a b i lem en t re sta u ré e sous sa direction ; M. Ju les P isier, avoué à C lerm ont, p résid en t de l U nion diocésaine des catholiques de l Oise, q u il dirige depuis cinq an s avec u n dévouem ent, une a u torité et un succès reco n n u s de tous. N ous nous joig n o n s au x n o m breux a m is de MM. le m a rq u is P ierre de L uppé et Ju le s P isie r pour leu r ad resser nos vives et sin cères félicitatio n s. Le départ du commandant Gardeur M. le chef d escadrons G ardeur, de l E. M. p a rtic u lie r, chef du service dép artem en tal d éducation physique de l Oise, est affecté au 12 régim ent de C h asseu rs, à Sedan. M. le co m m an d an t G ard eu r avait p ris, en 1927, la lourde tâcha qui incom b a it alors au cap itain e de P eretti, nom m é à cette époque au M inistère de la G uerre. O fficier distingué d un com m erce très agréable, M. le co m m an d an t G ard eur eut tôt fait d acquérir l estim e de tous ceux qui l approchaient. Q u il nous p erm ette de lui dire com bien, avec ses nom b reu x am is, nous re g retto n s de le voir s éloigner de notre ville, tout en lui souhaitant, d ans son nouveau poste, la m êm e réussite q u à la tête de l éducation physique de 1 Oi- Cé. Emplois de Commissaire de Police stagiaire et de Commissaire spécial adjoint stagiaire de la Sûreté générale 50 places environ seront m ises au Concours le 15 m a i 1930 Les can d id ats doivent être pourvus des diplôm es su iv ants : brevet su p é rieu r de l enseig n em ent p rim aire, b acc a lau réat de l enseig n em en t secondaire, capacité en droit oli diplôm e de sortie d une Ecole S u p érieu re de Com m erce reconnue p a r l Etat. Les lim ites d âge sont : m in im u m, 25 ans, m axim u m, 30 arts ; toutefois cette dernière lim ite sera reculée d a u ta n t d an n ées que lé candid at com pte d a n nées de services civils ou m ilitaires adm issib les pour une pen sio n de re traite dan s les conditions prévues p a r les lois Mu 9 ju in 1853, 30 décem bre 1913, et 14 av ril 1924, sans toutefois q u il ait d épassé l âge de 40 an s au p rem ier ja n v ie r Les conditions d adm ission et. le program m e des épreuves écrites et orales figurent sous le titre du M inistère de l In té rie u r au x «Jo u rn a u x Officiels» des 6 et 7 avril 1925, 23 avril 1926 et 2 fév rier 1929 qui peuvent être consultés à la M airie de chaq ue com m une. Cette situ a tio n est active et très in téressan te. Elle, p erm et au fonctionnaire de faire preuve à chaque in stant de q u alité s d initiative. Les traitem en ts actu els.s échelonnent de à fran cs auxquels s a jo u tent souvent des vacations apprécia blés et les in d em n ités de résidence et de charges de fam ille. Les dem andes su r tim b re /a c c o m p a gnées des pièces exigées à l article 3 du décret du 22 m a rs 1926 («Jo u rn al O fficiel» du 23 avrii 1926), in d isp en sables à la constitution du dossier du postulant, doivent être adressées au M i nistère de l In térieur, D irection de la Sûreté G énérale (p rem ier bureau ), a- v an t le 1er m ars 1930, date à laquelle le registre d in scrip tio n sera rig o u reu sem en t clos. ssurances Sociales ffra n c h isse m e n t des plis En vertu d un dé.cret du 31 ja n v ie r 1930, les déclaratio n s adressées p a r la poste a u x Services départem enta u x des ssu ra n ces Sociales en vue de l im m a tricu latio n, seront ju s q u au poids de 50 g ram m es v alablem ent affranchies avec un tim bra de 0 fr. 25, à la condition de porter en souscrip tio n n la m ention «ssu ran ces Sociales, Im m a tric u la tion». Le ta rif n o rm al dem eure applicable à ces correspondances lorsque te poids du p li dép asse 50 g ram m es. Chambre départementale d griculture R enouvellem ent triennal P a r arrêté du 24 jan v ier 1930, M. le P ré fe t vient de convoquer, pour le dim a n ch e 23 fév rier prochain, les électeu rs agricoles des arrondissem ents de Com piègne et de Senlis, à l effet de p ro céder à l élection, au scrutin de liste, des m em bres de la Cham bre d épartem entale d agricu ltu re, à raison de 4 m em bres pour chacun des dits a rro n dissem ents. P a r arro n d issem en t, il convient d entendre ici les arro n d issem en ts tels q u ils existaient avan t les décrets de réorganisation adm inistrative. Les listes des candidats doivent être déposées à la P réfectu re, douze jours, au plu s tard, avant celui du scrutin, elles doivent p o rte r les sig n atu res légalisées de tous les candidats de la liste ; celle-ci ne doit, contenir aucune a,u.tre m ention que celles de la nature et de!;> ffnfo des êlcctfon*? :îf U H-r- conscription électorale, du nom cl du la qu alité des can d id ats. L in té rê t qui s attach e à la désignation des re p ré se n ta n ts professionnels au p rès des P ouvoirs p ublics des prop riétaires, exploitants et ouvriers agricoles n éch ap p era pas à ceux-ci et nous engageons vivem ent MM. les électeurs agricoles à rép o n d re en g ran d nombre à la convocation q u ils vont recevoir p rochainem ent. L ÉCOLE D GRICULTURE D HIVER au Salon de la Machine gricole Le Salon de la M achine gricole qui vient d avoir lieu la sem aine dernière à P a ris à la P o rte de V ersailles, constitue de nos jo u rs l exposition la plus com plète du m ach in ism e utilisé p ar les agriculteurs. Or l im portance des m a chines dan s les exploitations agricoles s accroît chaque année, non seulem ent p a r le cap ital q u elles représentent, m ais au ssi p a r le rô le q u elles jouent d an s le rem p lacem en t de la m ain- d œ uvre toujo u rs de p lu s en p lus rare. P o u r ces différentes ra iso n s et égalem ent p arce que les élèves d e s écoles d ag ricu ltu re doivent être au courant des nouveautés et des récentes am é liorations réalisées dan s le m atériel a- gricole, nos jeu n es fu tu rs agriculteurs se devaient de v isiter cette g ran d e m a n ifestation que constitue le Salon de la M achine gricole. Ils le firent sous la conduite de leurs pro fesseurs qui leu r d o n n èren t toutes les explications utiles dan s les p rin c ip a u x stands re n ferm an t des m achin es a ttiran t plus p articu lièrem en t leu r attention. P récédem m ent, dan s la m atinée, ils avaient visité le m arch é et les abattoirs de la V illette où, en dehors de la q u estion co m m erciale ils ont pu voir quelques types des p rin c ip a le s races bovines, ovines et p o rcin es de notre pays. Office gricole et Syndicat d Élevage Concours de Vacheries et de Bergeries Visite des Mines par une délégation des griculteurs de l'oise Nous recevons de M. ndré P leury, ingénieur agricole, délégué pour notre région de la Société C om m erciale des t Potasses d lsace, la com m unication suivante : Le jeudi 30 janvier, su r l initiative de M. BonamyJ d m in istrateu r délégué de la Société gricole de l a rro n d isse m en t de Senlis, et de la Société des griculteurs de l Oise à B oauvais, une quinzaine d agriculteurs co m p tan t p a r m i les plus influents du dép artem en t de l Oise, o n t visité les M ines de P o tasse. P arm i ces agriculteurs sc tro u v aien t ; MM. Lefèvre père et fils, au P lessier- su r-s a/n t-ju st ; M oullé et C hartier, à js illy-fe-l ong ; ndré R oland, à M on- Hépjjfoy ; Pir-i- r'e R oland, à Duvy ; S ain- tle-reiive à Longperriffr : Jao q u o s-p m fr ** iwrriittitïcy F 'iïü ^iile, à N anteuil- (rt-raudouin ; L efèvre,. à Lagny-]o- Rcc ; H aas, à F osse-m artin ; G uibert, à Ermenonville ; F leu ry père et fils, à Sairite-Luce. Tous ces ag ricu lteu rs dès le u r a rrivée à M ulhouse, fu re n t reçu s p a r M. Rousset, D irecteur des Services de V en- u el de P ro p agande en F ran ce de la Société C om m erciale des P otasses d l- sace et se sont im m éd iatem en t rendus a la M ine m élie. près s être h abillés en m in eu rs, tous les visiteurs en l espace d une m in u te descendirent au fond de la, m ine mé-, lie, à une^ p rofondeur de six -cen t-cin -, qualité m étrés. Cette visite des plu s in-» téressantes, d u ra plu s d une heure et à certains m om ents fut assez pénib le; les visiteurs eurent en effet a p arco u rir des. galeries très basses où rég n ait une h a u te tem pérature, su rtout à p roxim ité des chantiers d extraction. La visite term inée, tous les ag ricu l teurs tin ren t à se ren d re com pte de la. fabrication du chlorure de potassium. loisir, ils p arco u ru ren t tes nouvelles installations pour la fab ricatio n de ce sel et fu rent ém erveillés des progrès réalisés depuis quelques an n ées dans la fabrication du chlorure. v,n. v is ite d e la m in e m é lie te r m in é e, u n auto-car, conduisit les ag riculteurs à T hann où ils p u re n t ad m irer la m a gnifique cathédrale de cette localité et goûter au cours d un d éjeuner très cordial à diverses spécialités g astro n o m i ques d lsace. Ce voyage, ayan t laissé u n excellent souvenir à chaque visiteur, certain s d entre eux dem andèrent, pour leurs parents et, leurs am is, q u une nouvelle excursion soit o rg an isée d a n s le couran t du m ois de ju in pro ch ain. C est avec p laisir que 1a, D irection des M ines de Potasse accepta cette proposition et- que la possibilité d un nouveau voyage en ju in p ro ch ain est envisagée. ndré F l e u r y. Foire de Paris In scrip tio n s a u x H erd-boohs Com m e les an n ées précédentes l Office gricole de l Oise organise avec la collaboration du S y n d icat d Elevage et de contrôle la itie r un concours de vacheries et, bergeries qui a u ra lieu dans la dernière quinzaine de fév rier ou nù début de m ars. Ce co ncours e st doté d u n e subvention très im portante et les propriétaires des v ach eries ou b erg eries classées recevront, les p rim es suivantes : fran cs pour celles classées en p rem iè re catégorie fran cs p o u r celles classées en 'deuxièm e catégorie fran cs pour celles classées eii troisièm e catégorie. Les vacheries et b erg eries sont classées p a r les différents ju ry s d après leu r valeur et le nom bre p ar catégorie n est, p as lim ité. ces prim es ci-dessus v iennent s a jo u ter ; i Des m ajo ratio n s de 100, 75 et 50 fr. su iv an t les catégories pour vacheries classées dont au m oins 80 % des a n i m a u x sont soum is au contrôle laitier- beurrier. 2 Des m ajo ratio n s identiques pour les m êm es vacheries dont les an im au x au ro n t été tuberculinés depuis m oins d un an ; cette tuberculination sera justifiée p a r un certificat du v é té rin a i re. Les éleveurs p ro p riétaires de tro u -' peau x de- la race Ile-d e-f ran ce ou d é- tables de race pure N orm ande, F lam ande ou H ollandaise qui désirent recevoir, la visite du ju ry, doivent se fa ire in s crire à la D irection des Services a g ricoles, 7, ru e du P a la is de Justice, à B eauvais, a v an t le 15 fév rier prochain en m en tio n n an t la race pour les vacheries. Les C om m issions de visite pour les in scrip tio n s au x différents Herd-Books des races N orm ande, F lam ande et Hollandaise fonctionneront en m êm e tem p s et les éleveurs doivent d em ander le p assage des C om m issions dans les m êm es conditions que ci-dessus. Concours du meilleur catalogue français rédigé en langue étrangère. Convaincu de la nécessité, p our les exportateurs fran çais, d adopter les méthodes p u b licitaires q u utilisen t leurs concurrents des autres nations, le Comité de la F oire de P a ris organise! ip o u r le m o is d e m a i p r o c h a in, u n e o n - n atio n al du m eilleu r catalogue rédigé en langue étran g ère. L objet de ce concours est p rin cip alem ent d a t tirer l attention des in d u striels fra n çais su r la nécessité de se te n ir san s cesse à la portée de leur clientèle en lui adressant des p rix courants non seulem ent rédigés dan s sa langue, m ais chiffrés en m esures com m e en valeurs locales et conçus 'selon ses h abitudes et' ses goûts. Ouvert à tous les in d u striels fra n çais établis en F rance, ce concours ne com porte aucun droit d inscription. Les catalogues présentés devront être adressés en trois exem plaires, av an t le 1er m ai 1930, au Comité de la Foire de P aris, 23, rue N otre-d am e-des-v ic- toires, à P aris. V ingt m ille fran cs de p rix en espèces sont m is p ar le Comité de la Foire de P aris à la disposition d u n J u ry de neuf m em bres dont la présidence effective a été confiée à M. C harm eil, d i recteur général des Services d E x p an - sion Com m erciale au M inistère du Commerce. Les catalogues p rim é s sero n t exposés pendant toute la durée de la Foire de Paris, dans la section de la L ib rairie et de la P ub licité. travers Pharm acie ouverte i Dimanche p février : Pharmacie Lesage, place Henri-IV. Cour d ssises de l Oise La prochaine session des ssises de l Oise s ouvrira à Beauvais, le lundi 10 m ars prochain. P arm i les jurés titulaires : MM. rsène Voidet, propriétaire à Boursonne. Paul Brassier, quincaillier à Montataire. Paul Breton, capitaine d artillerie m retraite à La Chapelle-en-Serval. Léon Puissochet, propriétaire à Saint- Maximin. Marcel Crinon, industriel à Verberie. H enri Dambreville, propriétaire à Précy. Tosejÿh G a u th ie r, d e n t is t e à S e n lis. Nom inations d o fficiers de sapeurs-pom piers P ar décret présidentiel, sont nommés officiers de sapeurs-pom piers dans l arrondissem ent de Senlis : MM. lexandre Ledoux, sous-lieutenant à Bouillancy. Louis Vibert, sous-lieutenant à Ver. Roger Delvoye, sous-lieutenant à Verberie. René Duriez, sous-lieutenant à Villers- SaintJPaul. lfred Bahu, sous-lieutenant à Boissy- IFresnoy. Edm ond Pont, sous-lieutenant Personnel du Trésor Sont nommés commis du Trésor de 4 classe à titre tem poraire : T hibaud René, à la recette des finances de Senlis. Bourgeois Jacques, à la perception de icrépy-en-valois. Gourbon 'Gaston, à la perception de Pont-Sainte-Maxence. L Exposition de quatre portraitistes du XVIIIe siècle Dans notre dernier numéro, nous avons entretenu nos lecteurs de la rem arquable exposition organisée 42 bis, boulevard de la Tour-Maubourg, à Paris, p ar la F édération Française des rtistes et qui ferm era ses portes, le 13 février au soir. Cette fédération a le grand honneur d avoir à sa tête, uni sculpteur de talent bien connu dans notre région, Mme Ed- gard Stern. C est elle qui a eu, la p re m ière, l idée de faire cette exposition au profit de la Mutuelle de la F. F.. Il convient de la féliciter de son initiative et de l aider à soulager les artistes m alheureux. Cette exposition intéresse un certain nom bre de Senlisiens; en effet, beaucoup d œ uvres de Louis Tocqué, et des m eilleurs, y sont placées et les habitués de la Société d H istoire et d rchéologie de Senlis connaissent bien ce p o r traitiste, depuis que l organisateur, M. le comte rnauld Doria a donné au logis du H aubergier, une série de conférences sur lui. Il se propose de revenir encore à Senlis, le 13 février courant faire une q u a tr iè m e c a u se r ie su r c e p e in tr e. N u l d o u te q u e le s a im a b le s a u d ite u r s et auditrices n aient envie de juger de l œ uvre de Louis Tocqué, puisque l occasion leur est offerte, et Senlis n est qu à 40 kilom ètres de Paris. Ml M ercredi 12 février, à 15 h. 30, dans les salons de l Exposition, 42 bis, bou- j levard de la Tour-M aubourg à Paris, Causerie p a r M. le comte rnauld Doria, diplômé de l Ecole du Louvres, «Le portraitiste Louis Tocqué». Il F R N Ç I S téu M M il ta MMM vis de concours pour l em ploi de R édacteur stagiaire à l O ffice N ational des M utilés et R éform és de la guerre. Un concours pour l em ploi de Rédac- teur stagiaire réservé au x pensionnés de guerre et au x titu laires de la carte du C om battant, a u ra lieu à l Office N a tional des M utilés et R éform és de la guerre, le 12 m ai Le nom bre des Places m ises au concours est fixé à sept. Les dem andes d ad m issio n seront re çues ju sq u au p rem ier avril Le p rogram m e contenant les m atières de l exam en et les conditions d adm ission, sera envoyé à toute p ersonne qui en fe ra la d em ande à l Office N a tional des M utilés et R éform és de la guerre, 6 boulevard des Invalides, P a ris (7*) Médaille Militaire (S uite) S ont in scrits au tab leau de concours pour la M édaille m ilitaire, les m ilitaires des réserves dont les nom s suivent, a p p a rte n a n t au recru tem en t de Compiègne : MM. Guyot C harles-f lorentin, sergent. C arrier P aul, soldat. Hobbe lphonse-e rnest, soldat de 1 classe. M oyen H enri-s ulpice, soldat de 1 classe. C alippe C lotaire-l éon-lucien soldat de l re classe. D h érissart L éon-jules-h ector, caporal. Jam o tte u g u ste-f rançois, soldat. C hapalain Gilbert, soldat de 1 classe. C hesneaux V ictor-françois-m odeste, soldat. De B leecker ndré-h enri, sergent, d o u x F ern and- u g u ste, soldat de 1 classe. D efrance M au rice-f ran ço is-jo sep h, caporal. L egret T h éophile, soldat. L eiren s Georges, soldat. Jésu s Ju les-c y p rien, soldat. H yvert ndré, soldat de 1 classe. V auchelle René, serg en t-fo u rrier. D eligny lfred, sergent, L eb ru n H ugues-l ouis, caporal. B oitrel B enoit- lfred-jean-b aptiste, soldat de 1" classe. D etellier E m ile-p au l, caporal. B om m elle G eorges-louis, sergent. M aquaire Louis, caporal. L écaillon G eorges-h enri-d ésiré, caporal. Ces Dames aux Chapeaux Verts P our le bénéfice de la Maison d œ u vres paroissiales en voie de construction, rue du Cimetière-Saint-Rieul, l écran du Théâtre M unicipal offrira les 11, 12 et 13 février, le spectacle savoureux d un film fort agréable, reflétant avec la rigueur d habiles photographies, l atm osphère de notre vie semlisienne. P o u r tous ceux qui voudront reconnaître leur rue, leur maison, et même certaines figures sym pathiques de notre ville, nous donnons les indications ci- dessous : ; Quatre représentations seront données : trois soirées, les 11, 1 2 et 13 février au Théâtre ; une m atinée le 13 au Collège Saint-Vincent. I. L é O c a t i o n.*. P o u r l e s s o i r é e s, T K J â tre M unicipal. : le lundi et m ardi 11, de dix heures à m idi et de quatorze heures à dix-huit heures. P our la m atinée du 13, le jeudi, à p a rtir de 13 heures à Saint-Vincent. II. P rix des places : Pour la soirée de Gala du U février, Théâtre et Cinéma : Prem ières, 20 francs; secondes, 15 fr. Pour les soirées des 12 et 13 février : Cinéma : I. Magazine ; II. L pprenti E lectricien; III. Ces Dames aux Chapeaux Verts: prem ières, 6 ifr.; secondes, 5 fr.; troisièm es, 3 fr. P our la matinée du 13 février : mêmes p rix que pour les soirées des 12 et 13, à l exception des Groupem ents de jeunesse qui seront admis pour deux francs p a r place. i Heures : en soirée à 20 h. 45; en m atinée à 14 heures. la soirée de gala, les program m es vendus numérotés, donneront droit au tirage de la tombola. Le rom an de Germaine eremant, qui porte ce titre, a connu un rem arquable succès de lib rairie. Onj y retrouve, exactem ent évoquée, l atm osphère de certaines petites villes de province, endorm ies à l om bre de quelque antique et vénérable cathédrale. ndré Berthomieu, à la lecture de Ces daines aux chapeaux verts, a com pris quel film il pouvait en tirer. Son œuvre est riche de promesse, d une technique excellente et d une ironie bien française. La jolie petite P arisienne riette a p erd u les siens. Elle n a pour toute parenté que les trois demoiselles Daver- cis, qui vivent au fond de la province. Ses Cousines, émues de ses m alheurs, lui offrent de partager leur existence.' riette accepte, et débarque un beau m atin dans la petite ville silencieuse. Son arrivée cause quelque perturbation dans la vie de ces demoiselles, qui ne savent rien de l heure présente et vivent repliées sur leurs souvenirs. ilette commence p a r secouer la poussière de la vieille maison et découvre le journal de jeunesse tenu p ar sa cousine Marie, la plus jeune de ces dames. Marie y confirme son amour pour lé séduisant Ulysse H yacinthe, alors jeune profeseur. La m ère de Marie ayant re fusé d accorder la m ain de sa fille à l universitaire, le m ariage n a pas eu lieu. riette n aura de cesse qu elle ait fait le Ibonheur de sa c o u sin e. Elle rem ue c ie l et te r r e, effa re la p r o v in c e, rem et les vieux amoureux em présence et trouve elle-même un fiancé. Le même jour, on célébrera deux m ariages. riette, heureuse, a semé le b o n heur a u tour d elle. ndré Berthomieu a noté très finement les travers provinciaux dans lé film et choisi adm irablem ent les décors utiles. Tout est am usant, frais et charmant. Simone Mareuil, dans le rôle d riette, personnifie bien la grâce parisienne, gentim ent turbulente. lice Tissot est parfaite dans le rôle de Marie Davernis. Spécialiste des rôles de com position, ellé a donné tout son relief à ce personnage central. Jeani Dehelly est toujours le jeune prem ier rêvé que Ton connaît. René Lefebvre est le type même de l universitaire tim ide de province. Thérèse Kolb' a donné beaucoup de caractère au rôle d Ernestime. Gina B arbieri, Gabriellé Fontan, lexandre Héraut, Jean Diener et Paul Velsa tiennent bien les rôles de second plaim. Jean C h a t a ig n e r. Société d Horticulture de Senlis Section des Jardins Ouvriers Les m em bres de la Section qui désiren t particip er aux rem ises faites p a r les m archands grainiers sont invités à se faire inscrire dans le plus bref délai possible. La Section com porte actuellem ent plus de 50 m embres. La Section ayant l intention, si possible, de p articip e r au grand p rix d honneu r organisé cette année dans le départem ent de l Oise p a r le M inistre de l griculture, les chefs de groupe p rient instam m ent les m embres nouveaux de vouloir bien se faire inscrire à la Section avant le 1" mars dernier délai. Pour tous renseignem ents, s adresser : à M. G. Prévost, 1, rue du Four; M. J. Violet, rue de la Treille; M. Cuttoli, rue du Chancelier-Guérini Les catalogues sont à la disposition des membres. Les Membres qui désirent prendre du terrain en location sont priés de se faire in scrire dès que possible*

2 LE COURRIER DE L OISE Sport Vélocipédique Senlisien Le Rallye annuel sera couru le dim anche 16 février, dans la forêt d Halatte. D épart du siège de la Société à 9 h. 30, arrivée à Verberie, face à l hôtel du Télégraphe vers 11 h. 30. m idi très exactem ent dans les salons de l ihôtel du Télégraphe banquet du Rallye d un prix de 30 francs par couvert. Les coureurs du S. V. Senlis qui participeront au Rallye ne paieront que le dem i-tarif (soit 15 fr.). Date lim ite des inscriptions 10 février chez M. Hubert, café du Commerce, place de la Halle. Championnat de France de Crosse Cyclo Pédestre (Interclubs). Dans s a réunion du 1" février, la comm ission sportive du S. V. Senlis a décidé d envoyer une équipe mous repré senter au cham pionnat de France de Cross Cyclo Pédestre Interclubs qui aura lieu le dim anche 23 février à l auto- drom e de Montlhéry. N otre équipe sera com posée de : Titulaires : Gallard Lucien (capitaine), Lion net Michel, Opdenhove Jacques, Gottrand Henri. Remplaçants : Gallard Louis, Léger Paul. Nous ne prétendons pas à la victoire mais nous espérons avoir une place très honorable comme club régional et pré tendre à la prem ière place comme clas sement spécial des provinciaux, car les départem ents de Seine, Seine-et-Oise et Séine-et-Marne sont exclus du dit classement. Notre capitaine se charge de m ettre au point son équipe et nous la verrons â l œuvre le jour du Rallye du S. V. Senlis (16 février). Réunion sur piste de propagande Réservée aux coureurs départem en taux. En raison d autres réunions cyclistes au début d avril, la com m ission sportive du S. V- Senlis a décidé de faire couriï sa prem ière réunion de propagande dé partem entale réservée aux coureurs Oise toutes catégories, le dim anche 31 mars avec le program m e suivant. Course de la Médaille, p rix : 70 fr. ; P rix d ouverture Vitesse, 130 fr.; Individuelle, 5 kilom ètres, prix : 100 fr.; m éricaine P rix Héquette, prix : 320 f r.; Consolation, 50 fr, Engagements reçus chez M. Guizelin, 13, rue de Beauvais, Senlis. Championnat Oise.de Cross Cyclo Pédestre Le Cham pionnat de l Oise de Cross qui s est disputé le 26 'janvier, à Beauvais, a été rem porté p ar le Senlisien Gallard Lucien, devant Denis de Beauvais. Lionnet de Senlis, term ine 4e ayant roulé à plat pendant 8 kilom ètres; nos autres représemiatnts (sont bien pladjés, Louis Gallard term ine 6 et Léger 7*. Notre vieux Club se prépare à affronter avec succès toutes les com pétitions ro u tières, ca r pour les deux épreuves disputées en saison hivernale il rem porte deux succès. Nous souhaitons bonne chance à ses représentants, et nous adressons des félicitations à Gallard, un des piliers du S. V. Senlis qui ajoute un cham pionnat de plus à ses nombreuses victoires. G allard ira représenter le départem ent de l Oise et le S. V. Senlis au cham pionnat de France, en forêt de F ontainebleau, le dim anche 23 m ars. Scouts de France La Troupe Notre-Dame donnera, le 27 février prochain, à 8 h. 30, au Théâtre Municipal, sa soirée de gala annuelle. Un program m e de choix est en p ré paration. Les scouts sont, dés à présent assurés du concours de M. Paul Caze, comm issaire assistant provincial d Ile-de- France et d un chef de la Fédération qui parlera des m éthodes du scoutisme. De plus amples détails seront d ailleurs donnés ultérieurem ent. Promesse Dim anche prochain 9 février, à 3 heures, dans la p ropriété de M. Mussat, à Saint-Nicolas, plusieurs scouts de France feront leur prom esse. Tous les parents et amis de nos scouts sont spécialem ent invités à cette cérémonie. Don généreux l occasion du mariage de leur fils, M. et Mme Verdeau ont déposé à la Mairie, une somme de cinq cents francs pour les m alheureux de notre ville. Nous adressons nos félicitations aux généreux donateurs. M. Henri de Nousanne fera des conférences en Italie Nous lisons dans Comœdia du 6 fév rier : Sous les auspices de l lliance française et du Comité «France-Italie» M. Henri de Noussanne, notre éminent collaborateur, donnera, à p artir de fin février, une série de conférences en Italie, en com m ençant p a r Turin. 11 p arlera, notam m ent, du Tasse prisonnier, dans l Ile-de-France, ail temps de la Pléiade. près avoir publié jadis un livre qui a fait son chemin dans le monde, sous ce titre : -L venture du Tasse à Chaâlis, M. de Noussanne a continué d étudier les anciens rapports intellectuels de W F e ninsule et de la France. C est de quoi il tra ite ra devant les divers auditoires assemblés p o u r entendre notre collaborateur et ami, qui est de ceux qui ajoutent au rayonnem ent français. * ** ~i~i ~ r i ~ rv in i ~ m a.h.w~*~ï Maison FOUQUET-MOURET FLEURY Suce 13-15, rue de l pport-au-pain S E I \ r i L, I S Dans la Police 'Par arrêté en date du 28 janvier 1930 de M. le Maire de Senlis, M. Boyenval Roland, 25 ans, est nommé, à com pter du l " courant, agent de police de la ville de Senlis. Nous lui souhaitons la bienvenue. Décret de naturalisation. P ar application de l art. 6 I de la loi du 10 août 1927 : Gensi (Giovanni), maçon, ancien soldat à la légion 'étrangère, né le 17 juillet 1886 à Binago (Italie), dem eurant à Senlis (Oise), ayant un fils m ineur, Vir- gilio, né le 9 août 1909 à Q uarona (Italie). Faits de police u cours de contrôles de circulation nocturnes effectuées p ar la police m unicipale, ep divers points de la ville et notam m ent sur les boulevards, place de Creil, route de Creil, route de Chantilly et au faubourg Saint-Martin, des contraventions pour défaut d éclairage ont été relevées à Rencontre de cy c listes, charretiers et automobilistes. Des procès-verbaux ont été dressés également à la charge de cyclistes pour circulation à bicyclette sur une passerelle interdite et pour circulation sur des trottoirs publics, d autres pour embarras encom brant et stationnem ent sans nécessité su r la voie publique. RB(W] E IEHT DE IsEGTUflE L ibrairie P U L PUL JULIEN 2 0, rue R ougem aille, SENLIS Ouvrages de réelle valeur littéraire Société de secours-mutuels de Saint François-Xavier Les m em bres de la Société de secours mutuels de Saint-François-X avier sont invités à la réunion extraordinaire qui se tiendra le lundi 10 février à 8 h. 15 du soir, dans la salle de la rue du Puits- Tiphaine. Ordre du Jour : Questions intéressant les membres de la Société. Chaussures Bonneterie ctuellement SOLDES FINS DE SÉRIE Occasions à fous les rayons 3681 Mort subite Police du Théâtre 11 est rappelé à certains individus, bien connus du service de la police et surveillés en conséquence, qu il est interdit de fumer dans les couloirs et dans la salle intérieure du théâtre au cours des représentations qui y sont données, qu il est interdit également de jeter, laisser tomber a dessein, ou répandre sur le public, quoi que ce soit, notamment des poudrés sternutatoires, lacrymogènes ou malodorantes comme cela s est produit dernièrement et dans un but de troubler le bon ordre et la tranquillité. Une surveillance active et rigoureuse sera exercée à l avenir pour éviter le retour fâcheux de ces incidents. Tout spectateur qui troublera l ordre au théâ- \ii sera im m édiatem ent expulsé manii militari et taxé d un procès-verbal qu il conviendra en la circonstance. ssociation micale des nciens Élèves de l Ecole Publique des Garçons Les soirées données cette semaine par le groupe lyrique avec le concours du «Réveil» et de l O rchestre de l Harm o nie Municipale ont obtenu un très grand succès. Nous en parlerons dans notre p rochain num éro. Les Indicateurs De nouvelles m odifications sont apportées à l ho raire des trains. Nous en publierons le détail dans notre prochain numéro. Senlisiens, prenez en note que le m a tin, le train part à 7 h. 03 au lieu de 7 h. 04. Vol Le 3 février, vers 18 h. 15, M. Rollot Marcel, 28 ans, cam ionneur au service de M. Dehaine, correspondant des chem ins de fer de la Compagnie du Nord, à Senlis, livrait à dom icile des colis postaux de la grande vitesse de la Compagnie du Nord, à l aide d une voiture attelée d un cheval. S étant absenté quelques instants pour rem ettre des colis à leurs destinataires, il s aperçut à son retour, place de Creil, qu un colis lui avait été dérobé dans sa voiture. Sur plainte, enquête a été ouverte p ar la police. Club des Marcheurs Sen isiens Devant la triste m entalité et la m auvaise volonté de certains m archeurs M. Drexel donne sa démission de président. M ercredi m atin, M. Ramu, plombier, rue de Paris, venait inform er M. Kast- iner, com m issaire de police que la dem oiselle Charles Hélène, 58 ans, couturière, dem eurant 36, rue de Paris, vivant habituellem ent seule à son domi cile, avait dû y m ourir subitement, laj m veille.. ' près avoir requis un serrurier, ce m agistrat se transporta sur les lieux et se fit ouvrir l appartem ent de la personne à lui désignée. Le cadavre fut effectivem ent découvert dans un lit, dans la cham bre à coucher. /Sur réquisitoïrje, M. Pellfct, docteur en médecine, procéda aux constatations médico-légales et conclut à une mort naturelle. M. le Commissaire de police invita M. le Juge de Paix du canton à faire p ro céder à l apposition des scellés et à toutes autres mesures conservatoires utiles au dom icile de la défunte. Service des épaves Dans la semaine écoulée, les trouvailles suivantes ont été déclarées, au Comm issariat de police. Une bourse en argent contenant 2 médailles. Un manteau en toile jaune caoutchoutée. Un m ouchoir blanc. Uni boîtier en m étal jaune, à poudre de riz. Une manivelle d auto. Une m ontre en m étal blanc. Deux sachets de pommes de terre (20 kilos environ). Une paire de gants de peau, jaunes. Une pochette en papier contenant une paire de gants noirs en coton et un paquet d aiguilles. Un billet de dix francs. Un cache-col noir avec épingle de cravate, en m étal blanc. Une boucle d oreille en argent. S adresser, pour tous renseignem ents, au Commissariat de police (Service des épaves). Ne pas téléphoner. Répression de fa débouché En vue de réprim er des faits de débauche auxquels de livreraient des jeunes gens, jeunes filles et m ilitaires, des rondes nocturnes ont été effectuées, dans la semaine écoulée, entre 20 heures et m inuit p ar les agents de la police m unicipale en, certains points de la ville et-notam m ent rue des Fours à Chaux, au 'Parc à fourrages, à la ferme Saint-La- zare, sur les boulevards périphériques, rue de SaintJEtienne, place de Creil, square de la Gare, etc-., e tc. Des surveillances spéciales ont été* exercées également aux abords de certains établissem ents et débits. Gs rondes seront renouvelées fréquemm ent et inopiném ent. Tout fait délictueux relevé sera sévèrem ent réprimé. Feu de cheminée Un feu de cheminée s est déclaré dans la m atinée du 5 courant vers 9 heures, dans un immeuble sis 15 bis, rue du Ch Ici. occupé par M. Desevedavy et sla famille. De légers dégâts m atériels en ont résulté. De l enquête ouverte p ar la police qui s était transportée sur les lieux, il résulte que ce feu n est pas dû à un défaut de ramonage mais à la vétusté de la chem inée qui présente de nombreuses fissures intérieures et n est pas recouverte extérieurem ent d un enduit de plâtre. L e propriétaire a été mis en demeure par M. le Commissaire de Police d avoir à faire procéder d urgence à toutes réparations utiles pour éviter un retour d incendie ultérieur. C lu b S p o r t i f S e n lis ie n Résultats des matches du 2 février 1930 Théâtre Municipal Cinéma Programme des 8 et 9 Février 1930 Samedi, soirée à 8 h. 45 Dimanche, matinée à 2 h. 45, soirée à 8 h. 45 Dolorès Costello dans -:- LE MONSIEUR DE L MER -:- Grand dram e avec W arner Oland, Malcolm Me Grégor et Betty Blithe GUEULE D CIER Interprété par le merveilleux chien U in-tin-tin Une vie m ouvem entée, comique La semaine prochaine : La Vierge Folle Don à la caisse des écoles U a été rem is à la Mairie, la somme de 128 fr. 10 produit d une quête faite au cours du bal des jeunes gens, pour être versée dans la Caisse des Ecoles. Le Maire, tant en son nom personnel qu en celui des mem bres de la Commission scolaire adresse ses rem erciem ents aux organisateurs et aux donateurs. C. S. S. (juniors) et U. S. Sreil (3') font m atch nul, 1 à 1. Les juniors Senlisiens ont résisté à leurs valeureux adversaires et sont sortis imbattus d une rencontre qui s annoncait très ouverte pour les visiteurs. Ils ont m ontré qu ils étaient sérieusement en progrès et sans Dorp dans les bois «Creillois», il est certain que ces derniers eurent été surclassés. G. S. S. (2) bat E. S. Chamantaise par 6 à 0. Il y avait longtemps que l équipe seconde du C. S. S. n avait connu la victoire, elle l acquit nettem ent dim anche dernier en, battant ses voisins de C haînant. nno dans les bois n eut pas trop d ouvrage. Spitalîier et Descroix furent les artisans de ce joli succès. Chaînant possède de bonnes ind iv i dualités, mais m anque encore de cohésion. C, S. S. (1) et U. S. Chantilly (R) font match nul : 4 à 4. Matches du 9 février 1930 i 13 heures, U. S. Institution Saint- Vincenl de Senlis (mixte) contre C. S. S. (R). 14 heures 30, Breteuil thlétic Club contre C. S. S. (1). Championnat m ilitaire Le 51e R. I. bat 4e Spahis p ar 5 à 0. Cette rencontre s est jouée jeudi dernier sur le terrain des Sports du C. S. S., boulevard Pasteur, mis gracieusem ent â la disposition de l Equipe de foot-ball de la garnison. Le 51e R. I. s assura une nette victoire sur l équipe du 4 Spahis de Senlis. Souhaitons revoir prochainem ent une rencontre analogue, le foot-ball y gagnerait beaucoup. Société d Horticufture et des Jardins Ouvriers des régions du» Nord On nous prie de rappeler que c est ce soir, samedi 8 février, à 20 h. 15, que se tiendra à la nouvelle salle Jeanne d rc, l assemblée générale de la Section de Senlis. ÉTT CIVIL du 31 janvier au 6 février Naissances 31. Jeanne-Claire pruvost, route de Crépy. 2. Emile-Maurice-ndré Loury, rue Bellon, Jean-René Ramu, 1, rue du Faubourg Saint-Martin. 4. Marcel-ndré Verfaillie, 1, rue du Faubourg Saint-M artin. Publications de Mariage l ". Maurice-Léon-Claude Rouchon receveur, domicilié à Courbevoie, 2, ave nue de la Défense et Mlle Marie-Lucie Deiuecheleer, dactylographe, domiciliée à Senlis, 9, rue de la Corne-de-Cerf. 1er. René-Georges Dumoulin, caout- choutier, dem eurant à Senlis, 8, rue du Faubourg Saint-M artin et Mlle Solange Démaison, cartonnière, 8, rue du Faubourg Saint-Martin. 6. Georges-Léon Vérité, m anouvrier, domicilié à Senlis, Hôtel-Dieu des Marais, et Mlle Marie Iskierska, manou- vrière, dem eurant â Senlis, Hôtel-Lieu des Marais. Décès 30. M athilde-lucienne Roussel, rue de Meaux, Madeleine Henry, veuve Valci, 84 ans, place de la Halle, Hélène Charles, 58 ans, couturière, rue de Paris, Malvimi-Marie Leblanc, veuve Rom ançant. 67 ans, rue du Faubourg-Saint- Martin, 1. Un grand nom bre de personnes de notre ville avaient tenu à assister à cette dernière cérém onie en souvenir de la défunte et pour affirm er leurs vives sympathies aux familles en deuil. Nous adressons à M. et Mme Ernest IJecamps, M. et Mme Joseph Brunet, Mlles Germaine et Léonie Decamps, ses enfants, Mme Collard, Mme Mathiou, M. Gaston Métreau, M. et Mme Hippolyte Demoinet, M. et Mme lexandre Demoi- net, ses sœurs, frères, beaux-frères et belles-sœurs, et autres m embres de la famille, nos plus respectueuses condoléances. REMERCIEMENTS Les familles Decamps, Brunet et Dem oinet, très touchées des nombreuses m arques de sym pathie qu elles ont reçues * à l occasion du décès de Mme Decamps née Demoinet, adressent leurs rem erciements aux personnes qui ont assisté aux obsèques ou qui leur ont exprim é des regrets, et s excusent auprès de celles qui, p ar un oubli involontaire, n ah- raient pas reçu de faire-part. CRNET MRIGE Lundi 3 février vient d être célébré en l église Saint-Louis d ntin à Paris, le mariage de notre concitoyen M. Christian Verdeau, diplôm é des Sciences P olitiques, avec Mlle Madeleine Cantonnet, fille du Docteur Paul Cantonnet de Mme née Senet. Nous adressons nos meilleurs vœux de bonheur aux jeunes époux et nos complim ents à leurs honorables familles. NECROLOGIE Nous avons appris avec regret la m ort survenue en son domicile à Fontaine- Ghaâlis, de Mme Decamp, née Claire Demoinet, décédée dans sa 74" année. La défunte était bien connue à Senlis où elle avait tenu un commerce de lin gerie et bonneterie, place de la Halle. près une messe dite m ardi m atin, en l église de Fontaine, le corps a été ra mené au cim etière de Senlis, où l inhum ation a eu lieu dans un caveau de famille, après une bénédiction par le clergé Paroissial.! ' ;ü DÉSINTOXICTION Dès que l acide urique ne s élim ine plus régulièrem ent, vous courez les plus grands dangers. Cet acide se transform e en petits cristaux qui se déposent dans les articulations, et même sur les parois des artères ou autour des nerfs, cause des* rhum atism es, goutte, sciatique._ Si l acide urique s accumule dans les reins, c est la gravelle qui survient. Vous éviterez ces pénibles affections en faisant usage des pilules NIREOS, qui nettoient le rein et élim inent l acide u rique. Une cure de NIREOS (4 boîtes) désintoxiquera votre organism e,, rajeun ira votre sang, assouplira vos artères. Vous éviterez le rhum atism e, la goutte, les coliques néphrétiques et l artério-sclérose. Le NIREOS est le diurétique rénal p ar excellence et un puissant antiseptique. Son action est souveraine contre les troubles u rinaires (rétention, urines b rû lantes, chargées de sédim ents), cystite, prostatite, catarrhe de la vessie. Toutes pharm acies : frs la boite de 75 pilules ou franco p a r poste. Laboratoire NIREOS, 79, rue Legendre, Paris (17e) * ---- ggfc onseil Médical V L e Catarrhe Bronchique se développe a- près plusieurs bronchites.il est caractérisé par l évacuation de liquide incolore, filant, transparent, écumeux en partie, -semblable au bianc d œuf délayé dans l eau avec ou sans crachats épai? rarement colorés, expectoration et crises d'étouffement intermittentes, accès soir et matin. Comme pour l asthme et l emphysème, un seul remède calme instantanément et guérit progressivement: c est la Poudre Louis Legras, qui a obtenu la plus haute récompense à l Exposition Universelle de Une boîte est expédiée contre mandat de 4 fr. 50 (impôt compris) adressé à Louis Legras, 1, Bd H enri-iv Paris. SI VOUS SOUFFREZ DE HERNIE ou d FFECTIONS BDOMINLES vous irez voir l éminent Spécialiste des E t a b lis s e m e n ts. CLVERIE, la v ie ille m a iso n d e c o n fia n c e qui, par l incomparable supériorité de ses ppareils, sa compétence et son honnêteté, est devenue la p lu s c o n s id é ra b le et la p lu s c é lè b re d u m o n d e e n tie r. P o u rq u o i perdre votre temps et votre argent en essais inutiles? Vous trouverez le s a lu t c e r ta in auprès de l éminent et discret Spécialiste des E ta b lis s e m e n ts. CLVERIE, qui vous attendra de 9 h. à 4 h. à : COMPIÈGNE, Samedi 15 Février, Hôtel de Flandre. SENLIS, Mardi 18, Hôtel des rènes. CRÉPY-en-VLOIS, Mercredi 19, Hôtel de la Gare. CREIL, Jeudi 27, Hôtel du Chemin de Fer. «T r a ité s de la H ern ie», des «V a rices» et des «ffections a b d om in ales» Conseils et renseignements gratis et discrètement..çlveriè,234, faubourg Saint-M artin, PRIS. Le G érant. E. B o y en v al. Im prim eries R éunies de Senlis 11, p la c e H o n r i IV a n n o n c e s j u d i c i a i r e s r t. l«*r. Etude de M Louis ESCVY, avoué Senlis (O ise). V E N T E SUR SURENCHERE DU SIXIEME la suite de vente s u r saisie immobilière m O IE PROPRIÉTÉ sise â Pont-Sainte-Iaxence pr 8, ru e C harles-l escot et 2, rue de l rche L adjudication aura lieu le Mercredi 6 Mars 1930, à 14 heures, en l audience des criées du trib u nal civil de l Olee, section de Com- ipiègne, sle à Compiègne, rue,hen- rl-derseroux. On fait savoir à tous ceux qu il appartiendra : Qu en v ertu : 1 d un procès- verbal se saisie immobilière de M» Dherfoe, huissier à ' Pom t-sainte- M a x e n e e, e n d a te d u Ï 7 s e p te m b r e 1929, visé le dit jour, enregistré le 20 septem bre.1929 et transcrit après dénonciation de saisie au b u reau des hypothèques de ^eriüs, le 7 ootobre 1929, volume 104. num éro- 6. 2* De la surenchère faite au greffe du tribunal civil de l Oise, section de Compiègne, le 15 janvier 1930, enregistré. 3e D un jugem ent rendu par le dit T ribunal, le 29 janvier 1930, enregistré. Il sera, aux requête, poursuite et diligences de M. Charies-Désiré Devaux, fonctionnaire retraité, demeurant à Paris, 4, rue Rodier. Surenchérisseur, ayant pour avoué constitué M* L. Escavy, demeurant à Senlis, 7, rue de Ville- vert. En présence ou eux dûment appelés de : i M. Joseph Jahler, cafetier, demeurant à Pont-Sainte-Maxence. P artie saisie n ayant pas constitu é avoué. 2 La Société à responsabilité limitée G eorges de Bronki, dont le siège social est à rgenteuil, p o u r suites et diligences de son directe u r y dem eurant. yant poursuivi la prem ière vente et ayant M Escavy pour avoué constitué. 3 M. Giovani Tonon, m écanicien, dem eurant à Pont-S ainte-m a- xence. djudicataire surenchéri, ayant M* Escavy, pour avoué constitué. P rocédé le Mercredi 5 Mars 1930, à 14 heures, en l audience des criées du tribunal civil départem ental de l Oise, section de Compiègne, sis à Compiègne, 11, rue H enri-de-seroux, J>. la vente su r surenchère du sixièm e, à la suite de vente su r saisie immobilière, au plus. offrant et dernier enchérisseur, de l im meuble dont la désignation suit : DESIGNTION telle q u elle est insérée au procès-verbal de saisie UNE PROPRIETE sis â Pont- Sainte-M axence, rue C harles-l escot, num éro 8 e t ru e de l rche, num éro 2, com prenant. * Une maison construite en p ierr e s e t b r iq u e s, c o u v e r t e e n t u ile s, élevée su r cave d u n rez-d e-ch au s sée divisée en boutique à usage de débit de boissons, une petite salle, une cuisine et une grande salle de bal et djun prem ier étage divisé en grande pièce à usage d atelier (fabrique de chaînes), une cuisine, trois cham bres, une salie à m anger, un salon et un cabinet de toilette, grenier su r le tout. En face de la maison principale et rue de l rche, un bâtim ent en briques et moellons élevé su r terre plein d un rez-de-chaussée à usage de garage, poulailler, clapier et w ater-clo sets couverture en tôle. Cour dans laquelle se trouve une écurie. Le tout d'une contenance de 200 m ètres environ, tient par devant la rue C harles-l escot, d un côté la ru e de l rche, d au tre côté M. H ennedouche, au fond le même. Ladite propriété imposée au rôle des contributions de la com m u ne de Pont-Sainte-M axence pour l année 1929 s u r un revenu de fr. 90 ainsi qu il résu lte de la copie de la m atrice cadastrale dont la teneur su it : Département de l Oise E xtrait de la m atrice cadastrale des propriétés bâties de la commune de Pont-Sainte-M axence (Oise) M. JHIER Joseph j=a N CJ DU co PLN B 368 p LIEUX DITS La V ille NTURE DE L PROPRIÉTÉ Maison. R evenu Délivré par le M aire de la Commune de Pont-iSte-M axence (O ise). Le 17 septem bre P our le Maire empêché, L adjoint signé : LLOIJETTE. MISES PRIX O utre les ch arg e s, c lau ses et conditions in sé ré e s au c ah ier des c h arg e s d re ssé par Me Louis Es- cavy, avoué à Senlis e t d éposé a u g reffe du T rib u n a l civil de l Oise, sectio n de C om piègne, où to u te personne peut en p re n d re connaissance, les e n ch è res se ro n t reçues su r la m ise à prix de dix-huit mille quatre-vingt quatre francs, form ée par la su renchère dont s agit, ci fr. PURGE LEGLE Il est ici déclaré que to u s ceux du chef desquels il p ourrait être prie inscription pour raison d hypothèque légale s u r l im meuble ci- dessus désigné, devront requérir cette inscription avant la tran scrip tion du jugem ent d adjudication. Fait et rédigé à Senlis, le 4 février Signé : Louis ESCVY. S adresser pour les renseignements à : 1 M" Louis ESCVY, avoué à 2" M" QHERBE, huissier, à Pont- Sainte-M axence. Les enchères ne pourront être reçues que par le ministère d avoués en résidence ut. 2. Etudes de M Louis ESCVY, avoué à Senlis, 7, rue de Villevert et de M BLED, notaire à Méru, Loi du 15 Décembre 1921 Vente sur Licitation D» I lin e M aison BT UN JRDIN SlS à P u«seux-!e-h auîbergier le tout plus am plem ent désigné ci-après. -* L adjudication aura lieu le Lundi 3 Mars 1930, à quatorze heures, on la Mairie de Bornel (O ise), par m inistère de M BLED, notaire à Méru, commis à cet effet. En exécution d un jugement ren du sur requête par le Tribunal civü de l Oise, section de Compiègne, en date du 8 janvier 1930, enregistré à la demande de : l" '. M. Lucien-Eugène Gallou m arch/ind charcutier, demeurant ci-devant à P u seux-le-hautber ger, et actuellem ent à Méru, 31 rue de Beaumont. 2. M. Paul-M arcel Gallou, dem eurant è Méru, m ineur né à p Uj seux-le-h autberger, le 8 septem- bre 1910, mais émancipé par son mariage avec Mme Yolande JoSé_ phine M archai, célébré à la mairie do Méru, le 16 m ars 1929, la dite dame depuis décédée en son domi- cile à M éru, le 19 août 1929; 30 V M. ristide Maillard, dem eurant à Puiseux-le-H autberger ; agissant au nom et comme cu ra- teur ad hoc à l émancipation de Paul-M arcel Gallou sus-nom m é, ;» nommé à cette fonction q u il a acceptée par délibération du» Conseil, de famille dudit mineur «tenue sous la présidence de M. le Juge de Paix du canton de» N euilly-en-thelle, en date du 26 juin 1929, et ce, à cause de l op- «position d intérêts existant entre le m ineur Paul-M arcel Gallon et M. Lucien-Eugène Gallou non «père, nommé son cu rateu r par» la même délibération.» 4ent. M. Floréal Petit, directeur d hôtel, chevalier de la Légion d honneur, dem eurant à Vanvcs (Seine), avenue Vietor-Hugo, n u méro 41. gissant au nom et comme su- r hrogé tuteur faisant fonctions de tuteur, du m ineur G aston-etlen- ne Gallou, m ineur issu du ma- 1" riage des époux G allou-petit, né " à Puiseux-le-H autberger, le 23 h avril 1914, nommé à cette fone- f( tion suivant délibération du Con- l eeil de famille du dit m ineur te- ue sous la présidence de M. le it Jüge de Paix du canton de Neuil- «ly-en-t helie, le six novembre «1923, e t ce, à cause de l oppo- «sition d intérêts existant entre a ledit mine.ur et M. Lucien-Eu- gène Gallou sus-nom m é, son <, père, tu teu r naturel et légal.» 5 nt. M. lexandre Joyeux, m archand de vins-épicier, dem eurant à Méru, rue de Beaumont, «agis- v eant au nom e t comme subrogé 1, tu teu r ad hoc, faisant fonctions >, de subrogé tu teu r ordinaire du «m ineur G aston-etienne Gallou, nommé à cette fonction par dé- «libération du Conseil de famille dudit m ineur tenue sous la pré- eidence de M. le Juge de Paix du canton de N euilly-en-thelle, en date du 24 avril 1929.» yant M Louis Escavy, pour avoué. Il sera le Lundi 3 Mars 1930, à 14 heures, en la Mairie de Bornel (O ise), et par te m inistère de M* Bled, notaire k M éru (O ise), eom - i mis à cet effet., procédé à la vente aux enchères publiques, au plus offrant et dernier enchérisseur de, l immeuble dont la désignation ' su it : DESIGNTION Une Maison sise â P uiseux-le- H autberger, dans une cour ayant j entrée su r la grande route de P a rie à Calais, par un passage de trois m ètres de long, com prenant I deux pièces d habitation et dépendances, le to u t construit en bri-! ques et bauge, couvert en ardoises. T enant par devant à la cour, par derrière à M. Lachapelle, d un côté au même et d autre côté au ru isseau Gobetto. C adastré section B, num éro 127 p. pour 2 ares 50 centiares. Un jardin, sis à P uieeux-le- H autberger, route nationale de P a ris à Calaie, d une contenance de un are 85 centiares environ, te nant par devant à la route, par derrière le ruisseau Go-bette, d un côté M. Devallois et d autre côté M. Orsolle. -Cadastré section B, num éro 124 p. et 127 p. MISE PRIX Outre les charges, clauses et conditions insérées au cahier des charges dressé par M0 Bled, notaire à M éru et déposé en son Etude où toutes personnes p eu vent en prendre connaissance, les maison et jardin eue-désigné s e ront mis en vente su r la mise à prix 7 [m il TP unique de... I.U U U II. PURGE LEGfLE Il est ici déclaré que tous ceux du chef desquels il pourrait être ris inscription pour raison d hypothèque légale s u r les im m eubles sus-déeignés devront req u érir ce t te inscription avant la tran scrip tion du procès-verbal d adjudication. Fait et, rédigé à Senlis, le 4 février Signé : L. EiSCVY. S adresser pour les renseignements à : -M ESCVY, avoué à Senlis, poursuivant la vente; M* BLED, notaire à M éru, ré d acteur et dépositaire du cahier des charges r t. 3. Etude de M» L. CHSTING avoué Extrait de Jugement de Divorce D un jugem ent rendu par le Tribunal civil départemental de l Oise, section de Compiègne, le vingt et un novembre 1928, enregistré. u profit de Madame Violette- Céline TROUSSELLE épouse de Monsieur Louis-Eugêne-uguste FUVEL, avec lequel elle est domiciliée de droit, mais autorisée à résider et résidant de fait à V illers-saint-paul, rue Fécamp, chez M. Trousselle, son père. Et par défaut contre Monsieur Louis-Eugène-uguste FUVEL, ancien employé à la Compagnie du Chemin de Fer du Nord, demeurant à Creil, 28, rue Jean- Jaurès ci-devant, puis sans domi cile ni résidence connus et actuellem ent à Montivilliers (Seine- Inférieure), 1 1, avenue du Président W ilson. Il appert : Que le divorce a été prononcé de piano d entre les époux Fauvel- Trousselle, au profit de la femme et aux torts et griefs du mari. Pour extrait ; (Signé) CHSTING. E t enregistré r t. 4. Etude de M VIDY, notaire à Chantilly. DEUXIEME INSERTION Suivant acte reçu par ledit M» Vidy, le 11 janvier 1930, enregis tré a Creil (. C.), le 20 janvie 1930, volume 331, folio 17, n 81. M. dolphe-rmand-maurice LE- FEBVRE, dem eurant à Saint- Maximin, a vendu à la COOPE RTIVE DU BEUVISIS, dont le siège est à Beauvais, 3, rue de la Madeleine, le fonds de com m erce d épicerie exploité à Saint- Maximin, rue de Trossy, avec tout ce qui en dépendait. L insertion au Bulletin Officiel des Ventes et Cessions de Fonds de Commerce a été faite le 5 février Les oppositions, s il y a lieu, jours seront reçues dans le3 dix v de la présente insertion à Chantilly, en l Etude de M Vidy, domicile élu (Signé) VIDY. rt, 5. E tu d e de M«B O IL E U, n o t a i r e à Nanteuil-le-Haudouin Détenteur des archives de l Etude de Baron. Suivant acte reçu par M Boi- leau, le 30 janvier 1930, enregistré â Nanteuil, le 5 février 1930, folio 406, case 81, M. et Mme MR- QUNT-LETOURT ont vendu à M. et Mme PRIS-GUETON, de Nanteuil, le fonds de com m erce de marchand charcutier, com estibles et fruiterie, exploité à Nanteuil, com prenant les éléments incorporels, le matériel et les m archandises. Entrée en jouissance : 30 janvier Oppositions : Etude de M«Roi- leau, domicile élu, dans les dix jours de la seconde insertion, 3717

3 rt. 6. E tudes de M* L. CHSTING, avoué à Senlis, e t de M' BRBIER, notaire à Greil. P S VENTE SUR LICITTION aux enchères publiques au plus offrant et dernier eenchérisseur DUNE M I S O N située à NOGENT-SUR-OISE rue Demagnez lieudit le P e tit Marais ou les Grandes Haies I de Pontpoint, cession à titre d é- de la prorogation de cette société, ] 1 Cinq pour cent ^a, I rfo n TTno n m o iio do 1cnivant acte reçu par M* Mailla- titution de fonds de,, notaire à Saint-Sym phorien- Ce prélèvem ent cesse d e r0, Coise (R hône), en date du 7 : gatoire dès que le fonds et mil neuf cent vingtehuit. e st a attein t une somme égaie au j,"adjudication aura lieu le Samedi 8 Mars 1930, à 14 heures, en l Etude et par le m inistère de M* BRBIER, notaire à Creil, commis à cet effet. On fait savoir à tous ceux qu il appartiendra : Q u en v ertu et en exécution d un jugem ent rendu su r requête par le T ribunal civil départem ental do l Oise, section de Compiègne, le 18 septem bre 1929, enregistré. Il sera aux requêtes, poursuites e t diligences de : 1*. M. Léonce-Jo^se- lexandre P ruvost, charpentier, dem eurant à Creil, cité Saint-M édard, agissant ta n t en son nom personnel que comme tu te u r datif de Sim onne- G eorgette- drienne P ruvost, née a Paris, onzième arrondissem ent, le le trente ju illet 1918, sa petite- fille m ineure, issue du 'mariage de M. G abriel-g eorges-fernand P ru vost et de Mme Louise-M aria Co- m esse, son épouse, tous deux décédés, nommé à cette fonction su i vant délibération du Conseil de famille de la dite m ineure, tenu sous la présidence de M. le Juge de P aix du douzièm e arrondissem ent de la ville de Parie, le six septem bre 1928, enregistrée; 2, t. M. drien-em ile-léonce P ruvost, charpentier, dem eurant à Monta - taire, rue des N ations; a Mme M arie-eugénie-lucienne P ruvost, épouse de M. Jean-B aptiste u- sart, m anouvrier, avec lequel elle dem eure à Creil, cité Saint-M édard, et ce dernier tan t en son nom personnel au besoin que pour assister et au to riser la dite dame son épouse sus-nom m ée; 4 ' * M. Rolîert- Georges Pruvost, maçon, dem eura n t à Fontenay-aux-R oses, rue dos Ecoles, num éro 2 ; 5. M. n- dré-joseph P ru v o st, charpentier, dem eurant à Creil, cité Saint-M é d a rd ; 6"Dt. Et M. Lucien-G eorges P ru v o st, charpentier, dem eurant à M ontrouge, 8, rue Roland. P oursuivants ayant M" L. C hastaing pour avoué constitué, dem eurant En présence ou lui dûm ent appelés de M. M arius-jules Droin. m anouvrier, dem eurant à Paris, rue du Chem in-vert, num éro 115, pris.au nom et comme subrogé tu teu r de la m ineure Sim onnc-g eorgette- drienne Pruvost. sus-nom m ée. Procédé aux jour, heure et lieu ci-dessus indiquée à la vente sur licitation, aux enchères publiques, au plus offrant e t dernier enchérisseu r et à l extinction des feux, de l immeuble dont la désignation suit : DESIGNTION Une Maison située à N ogent-sur- Oise, rue Demagnez, lieudit le P e tit M arais ou les Grandes Haies, élevée su r sous-sol, d un rez-de- chaussée, divisé en deux pièces, d un prem ier étage, divisé égale m ent en deux pièces, grenier au- dessus couvert en tuiles. Cour derrière, jardin. De to u t d une contenance de deux cent vingt-six m ètres carrés, ten an t d'un côté M. M arceau P ru vost, d autre côté M. Gilbert, par devant la rue Demagnez, au fond rep résen tan t Demagnez. C adastré section C, num éro 622. bois, lieudit la Violette, cadastré section F, num éro 194 d une con- tenanoe de deux ares quarante- cinq oentiaree; 2 Et une parcelle de terre, lieudit la Violette, cadastrée section F, num éros 201 p., 202 p., 203 p., 204 p., 205 p., d une contenance de un hectare cinquante-huit centiares. La p re m ière parcelle tenant d un côté du levant à M. Meunier-, et d autre côté à M. Demonchy, d un bout du N ord à M. M eunier, e t d au tre bout à la forêt d IIalatte. La seconde parcelle ten an t d un côté du levant à M. P aul Delye, d au tre côté à l ouest à M. Naze, du nord à p lu sieurs, et du Midi à M. M onté- fiore, co-échangiste et à un chemin. E t comme conséquence de la cession à. titre d éohange de -a parcelle form ant l article deux de la désignation ci-dessus, concession gratuite par M. e t Mme Mon- téfiore à la commune de Pontpoint, pour lui perfhettre d aceéder de cette pièce au chemin sous les carrières le droit de passage 6ur le surplus de la parcelle cadastrée section F, num éro 205 p. restan t leu r appartenir; m oyennant outre les charges une soulte de nulle trois cents fran cs à la charge de M. et Mme Montcflore. vec déclaration : Que la dite notification lui était faite, conform ém ent à l article 2194 du Code civil, afin qu il ait 4 prendre s il le ju g eait convenable, telle inscription d hypothèque légale q u il aviserait, dans le délai de deux mois, faute de quoi les dits im m eubles seraient et dem eureraient. définitivem ent purgés et libérés entre les mains de la commune de P ontpoint de toutes hypothèques de cette nature. Et que les précédents propriétaires, outre M. et Mme M ontéftore étalent : V irginie-louise-félicité Hamelinck, veuve de Henri-Edm ond C ourtier de Y esle; ndré-mau: ice C ourtier do Yeslc et dame M arie- licc-nne V ergoin-kindt, son é- pouse; com m unauté d 'entre Henri- Edmond C ourtier de Vesle et dame Virginie-Louise-Félicité Hamelinck, son épouse; Françols- uguste Ber- geron; com m unauté d entre Fran- çois- uguste Bergeron et dame Ba- silicc Bellanger, son épouse; et que tous'ceux du chef desquels il p o u r rait être prie des inscriptions d hypothèque légale n étant pas' connus de la commune de Pontpoint elle ferait faire la présente insertion conform ém ent à l avis du Conseil d E tat des neuf mai et prem ier juin P our insertion ; Signé : MORND u t. 8. Suivant acte reçu par M ndré Oudard, notaire à Paris, le 10 jan vier 1930, intervenu êntre : M. Etienne PINY, m anufacturier, dem eurant à, Saint-Sÿm pho- rien-sur-c oise (R hône). M. Jean-M arie PINY, m anufacturier, Chevalier de la Légion, l honneur, domicilié à Saint-Sym - Ihorien-sur-C otee. M. Jean PINY fils, employé dé commerce, dem eurant k Saint- Symiphorion-sur-Colse. Et M. Paul PINY fils, employé do commerce, dem eurant à Paris. 24, rue de Berri. La Société en nom collectif existant entre M,. Etienne Pinay et M. Jean-M arie Pinay, sus-nom m és avec Siège social à Saint-Sym pho rien-sur-c oise (Rhône.) pour le commerce let lia fabrication ide; chapeaux do paille, sous la raison sociale «Les Fils PINY Je u ne» résu ltan t d acte reçu par M" Ogier, notaire à Saint-Sym phorien- sur-c oise, le 4 août 1888 et ds s u r juillet mil neuf cent ving de un million six oent cinquante mille francs et MM. Etienne et Jîean-M arie P inay déclarent que l actif n et de la Société s élève à. cette somme, comme à l époque de l acte de prorogation sus-visé et que le capital se trouve intégralem ent représenté à l actif par des. biens de toute nature. Ce capital de un million six cent cinquante mille francs est im m é diatem ent augm enté et porté à un million sept cent mille francs par suite des apports en num éraire, à concurrence de cinquante mille franos, faits savoir : à concurrence de vingt-cinq m ille francs par M. Jean Pinay fils, et de pareille somme par M. P aul P i nay fils. L esquels : apports ont été versés en espèces- par lesdits MM. Pinay (ils, ainsi que le reconnaissent tous les com parants. Ledit capital est divisé en mille sept cents parts siciales de mille francs chacune. rt. 7. ; Les dix-sept cents parts de mille francs chacune composant le capital, ont été réparties proportionnellem ent aux mises sociales des ssociés, savoir : M. Etienne PINY, à concurrence de huit cent vingt-cinq 825 M. Jean-M arie-pin Y, 4 concurrence de h u it cent vingt-cinq M. Jean PINY fils, à concurrence de v ingt-cinq M. P aul PINY fils, à concurrence de vingt-cinq et tlbbclub uuc ouiiw*-- 1 xième du capital social. Il reprt5ir son coure quand ledit fonds de - serve est réduit 4 une somme în rieure au dixième du capital si cial. 2 La somme nécessaire poüv servir à toutes les parts social. l in térêt de leu r m ontant au taux de six pour cent l an, sans que s les bénéfices d un exercice ne p e r m ettent pas de prélèvem ents, i puisse être prélevé su r le résultat des exercices ultérieures. Le solde du bénéfice e st réparti comme su it : (GO) Soixante pour oent il la Gérance, dont les m em bres se font w la répartition e n tr eux comme q s_ ;o C '~~nyoirs les plu 1 jugent convenable. Rendus p o u r âûîniuisl i e r, v en d re Total dix-sept cents parts Conform ém ent à l art. 7 de la loi du sept m ars mil neuf cent dngt-cinq, les com parants déclarent expressém ent que les parts sociales présentem ent créées ont, été réparties entre les ssociés dans les proportions ci-dessus indiquée» et qu elles sont intégralem ent libérées. rt. 16. La Société est adm inistrée par un ou plusieurs g é rants nommés par les ssociés, pris parm i ceux-ci ou en dehors d eux. MM. Etienne PINY, Jean-M arie PINY, Jean PINY fils. Paul PINY fils, sont nommés» g éran ts; la durée de leurs fonctions n est pas limitée. En celte qualité, ils ont seuls la signature sociale avec les pouvoirs les plus étendus pour agir au non de la Société dans to u tes les circonstances et pour faire et autoriser tous les actee e t opérations relatifs à son objet. Ils ne peuvent agir que conjointem ent de telle sorte q u aucun engagem ent ne courra être valablem ent contracté au nom de la Société sans leur concours, et, il est expressément stipulé que tous em prunts autres que les crédits en banque, toutes ventes et toii.s échanges d im m eubles ou fonds de commerce, toute-' constitution» d hypothèques su es im m eubles sociaux ou de nantissem ent su r le fonds de com merce, la fondation de toutes sociétés et, tous apports V des Sociétés constituées ou h constituer, ne pourront être réalisées que d un commun accord entre les gérants, bur leurs sie-nptures conjointes peine de nullité des engagem ents contractés par un gérant seul ai mépris de la présente clause. Toutefois, chacun des gérants peut accom plir seu l les actes d ad ministre lion courante. 11 peut no tammen.t recevoir et payer toutes som mes, donner et retirer, toutes quittances et, décharges, souscrire, endosser, négocier et acquitte tous effets de com m erce, chèque= dé 7 actes m odificatifs ou de..p.roro igatîon y faisant suite reçus par M I ti.ajtc-s et valeur.» quelconques, Maillavin, notaire,à Saint-Sym pho- I ci(j 0,r :et réaliser tous transports d< o iqao créance, tran sferts, aliénations de rentes et autres valeurs, faire le ricn-sür-c oise, los 3 avril' janvier 1905, 3 août 1909, 23 août; 19.13, 29 juin 1918, 24 -I dépôt, dans toutes m aisons de ban tobre 1923 et 7 juillet 1928, a été, (lo8 foncis c(, titres apparte que des fonds et titres apparte ransform ée, à com pter du l?r j nant à la Société, en opérer le janvier 1930 en société à respon- I re tra it, signer tous chèques, man sabilité limitée. I dais et décharges, consentir au Et MM. Etienne PINY, Jean- désistem ent de tous droit,» de pri- MISES PRIX O utre les charges, clauses et conditions insérées au cahier des I Marie PINY, et MM. Jean et Paul I vilège, hypothèques, actions réso charges dressé par Me Barbier, n o taire k Creil et déposé en son E tu de, où toute personne peut, en prendre connaissance, les enchères s e ro n t reçues su r la mise à prix de vingt-cinq mille, francs fixée par tj S T tft ff. PINY fils, tous sus-nom m és, ont établi les sta tu ts devant régir ladite société sous sa form e nouvelle. * De cet, acte, il a été extrait littéralement, ce qui suit r t. 11. EtUda de M Redmond BRELL notaire à Verberie. reffa'tî^l act- rec J Par M«Ba- Pii'rro,auvier 1930, Messieurs MimtRK sskh et R ë er L~ honiav, tous (ieux marchands r e av^ers deinf,uraqt R Verbe- bros ni1? 1 8 ' comme seuls mern- exist on nom collectif et la si et>tr eux sous la raison signature sociales «REISSER IjMRR erberie, 3, déciaré dissoudre* cette ET i a» ure sociales «1 iv w t IliR,i» ayant son siègt V «rbe: ie; 3, rue de la Répuhlisociéti1 déclaré dissoudre cette ier i,e,' Par anticipation, a comp teruu 15 JaQvjer i93q.. ^ ^tm éh ient à l article 17 de 18 e de société, la liquidation irrtl^taite par les deux associé» lutoires, et autres droits de toute nature, ainsi qu à toutes m ainlevées d inscriptions, saisies, oppo- l'sitiojib CH au lfu s em pêchem ents quelconques, le tout avec ou sans paiem ent, consentir toutes subro rt. 1. Il existe entre les avec ««^ 8 garantie, ainsi Fait et rédigé par l avoué poursuivant soussigné. Senlis, le 8 février Signé : L. CHSTING. Et, enregistré. S'adresser pour les renseigne- m ents à : 1» M* L. CHSTING, avoué à 2 M* BiRBIER, notaire à Creil, j chargé de la vente et dépositaire du cahier des charges rt. 7 Etude de M» Georges MORND avoué com parants une Société à responsabilité lim itée, qui sera régie par la loi du 7 m ars 1925, et.par les présents sta tu ts. Cette Société est la continuation de la. Société (en nohi collectif constituée par MM. Etienne et Tcan-Marie Pinay, sous la raison sociale <> Les Fils PINY Jeune». que toutes antériorités et eubroga tione, recevoir -et re tire r de. la poste aux lettres, de tous roulages, i m essageries et chem ins de fer, les lettres, paquets, oaisses e t colis, chargée ou non, recom m andés ou non, adressée à la Société, toucher et acquitter tous m andats postaux ou télégraphiques; faire toutes opérations en douane, tan t à 1 ex- (40) Et quarante pour cent aux seociée gérants et non gérants, proportionnellem ent au nombre de leurs parts. L ssemblée générale annuelle su r la proposition des gérante, a la faculté de prélever s u r lesdits quarante pour cent de bénéfices revenant aux ssociés, les sommes qu elle juge convenables, soit pour être portées à un ou.plusieurs fonds de réserves extraordinaires, généraux ou spéciaux, ou à un fonds d am ortissem ent des parts sociales. Les pertes, s il en existe seront supportées par tous les ssociés, proportionnellem ent au nom bre de leurs parts sans que toutefois au cun des ssociés puisse en être tenu au delà du m ilitant de ses parts. rt. 38. l expiration do la Société ou en cas de dissolution anticipée, la liquidation est faite par le ou les gérants alors en exercice, auquel il est adjoint, si ssemblée générale le juge convenable, un ou -plusieurs co-liqui- dateurs nommés par elle. Tous les élém ents de l actif social non encore répartis, demeuren t pendant to u t le cours de la liquidation, la propriété de l être moral et collectif. près l acquit du passif e f l ïc hargos sociales, le produit n et de la liquidation cet employé d abord à rem bourser le m ontant des parts sociales, si ce rem boursem ent n a pas encore -eu lieu. Les fond» de réserve extraordinaire qui auraient pu être constitués par des prélè- vem enls su r la part des bénéfl- es revenant aux ssociés, sont répartis exclusivem ent entre ceux-ri Le surplus est réparti aux ssociés gérants et non gérante, proportionnellem ent au nombre de parts appartenant à chacun d eux. rt. 40. i Les contestations touchant à l intérêt général et collectif de la.société ne.. peuvent être dirigées contre la gérance qu au nom de la masse des associés d en vertu d une délibération de 'assem blée générale. T out associé qui veut provoquer une contestation de cette nature, doit en faire, un mois au moins avant la prochaine assem blée générale, l objet d une comm unication aux gérants, lesquels sont tenus de m ettre la proposition à l or- Irc du jo u r de l assem blée. Si la proposition est, repoussée, aucun associé ne p eu t la reproduire en justice dans un intérêt particulier; elle est accueillie, l'assem blée générale désigne, pour suivre la contestation, un ou plusieurs com missaires, auxquels- sont adressées les significations. Il a été déposé à chacun des Greffes ci-après indiqués uni- expédition dudit acte de tra n s form ation de Société, savoir : 1 Lyon (R hône), au Greffe du Tribunal de Commerce de cette ville, le 2T janvier 2 Saint-Sym phorien-sur- Coise (Rhône) au Greffe de,r Justice de Paix, le 27 janvier 3 Paris, en oe qui concerne la m anufacture de cette Société, sise en cette ville, 2, faubourg Poissonnière, aux Greffes du T ribunal de Commerce de la Sei ne et la.justice de Paix du 10" arrondissem ent, le 24 janvier 4 E t en ce qui concerne les E tablissem ents de la Société, si; à N ogont-sur-o ise (O ise), 17 ru e de Saint-Q uentin : Senlig. au Greffe du Tribu nal de Commerce de cette ville, le 27 janvier Et à Creil (O ise), nu Greffr de la Justice de Paix du canton de Creil, le 28 janvier P o u r extrait et mention ' ndré OUDRD, notaire payt r,toucher et transporter tou tes créances, agir en justice ei consentir tous désistem ents et mainlevées a^ec ou sans paiement. Une expédition de cet acte a été déposée le 31 janvitr 493(1 à chacun des Greffes di la Justice de Unix de Pont- Sainte-Ma.xencf; 11 du Tribunal de Commerce de Senlis. Pour extrait et mention : 36 9 BRELL. r t. 12. Etude d< M Redmond B RELL notaire à V erberie ( d si ). D EU X IEM E l i m e r i o n s.suivant a'de r e c nar M' Ba- ella, le 16 janvier 1930 em egisin i Po"L le 22 janvier foin 161. case 674, M. Pierre REISSER et -i. Kog- r LMRRE, tous deux iou!a gers, demeurant à Verbe ne, 3, rue delà République,seuls aten bres de la Société en nom olledif R BISSER et LMRRE lont le t-i'-ge rsuandit lieu, ont -<=*îi Iu à M. I.ouis- lbert f t 1U LtT boulanger à ompiègne, 5, ru<» du =.-. w» obds de com m erce de boulangerie - pâtisserie exploité a Veiberie, 3, rue oe L République, com prenant clientèle, achalandage, droit au bail, matériel ut marchandises. Eitiseition au Bulletin Officie es Ventes <t i. e-si< n» >te Fonds de connu- r- e a d é laite dans h nutuéio.lu samedi 1 ' février. Domicile é u en l Etude de M Barellu, où les < jiposiliuns seront reçues dam. les uix jours de h présente insertion. Pour deuxième insertion : 3JU9 R. BRELL. heures et demie du matin, au Greffe du Tribunal de Commerce de Senlis, place Saint-l ierie. pour recevoir et arrêter le compte de gestion de M Loir, syndic de la dite faillite Le Greffier, G V EN C. Du Samedi 8 au Samedi Février 22 Février r t. 17. TRIBUNL DE COMMERCE Nomination ûh synfllc déllninï Les créanciers de la faillite W G N E R, d é b it de b o isso n s à F o n ta in e -C h a â lis. so n t invités s e tro u v e r le V e n d re d i. i 4 F é v r ie r , à d i x h e u r e s et d e m ie d u matin, au Greffe du Tribunal de Commerce de Renlis, place Paint- Pierm. pour la nomination du syndic définitif. Le Greffier, 3 06 GVENC-, Exposition e t Vente Réclame! D E BLNC Prix Exceptionnels! Voir nos Etalages Etude do M ' T B R Ü, notaire à Prêcy-snr-Uise. MISON sise à ViSîers-s.-Saint-Leu lieudit les Têtes près te passage a niveau avec cour et jardiu d une cortuuance de 1 4 a re s 0 4 centiares VENDRE UX ENCHÈRES PI-iÉ Y-SUR-OISE en 1 Etude 11 par le ministère du.it M* TBRD le S am ed i 2 2 F é v r ie r à 3 heures du soir LIBRE DE SUITE ppartenant aux enfants I esnin. Mise i pi ix : ^ j X T la elle M aison DUCHET 6, P lace de la H alle, SENLIS rt. 2. C ette Société a -pour I sédition qu au retrait, rem plir tou objet le com m erce e t la f a b r ic t- lte s form alitée rep résen ter la So tion des chapeaux, et plus g é n é ra -j oiété à to u tes opérations de fait lom ent de tous au tres genres de I qto, liquidation judiciaire et volon commerce et industrie sans lim ita-1 (aire, consentir tous concordats lion, l acquisition ou la création et I amiables ou judiciaires, représon l exploitation de tous établisse- I ter la Société dans tous ordres et m ents y relatifs. 1 -*» «tn,,a r 5 r,p- La participation directe ou indi» recto de la Société dans toutes opérations commerciales ou indus- i triellcs pouvant se ra ttach er à l un des objets précités, par voie de création de Sociétés nouvelles, u t. 13. ux termes d un acte reçu pi-i VI* Parb er. uoi i-r- 4 0 il iconze anvier mil neuf cent 11 ente; MM Omille-Joseph L RGE. Léon LEPGE, J i p -.1 ->r» ph-ghislain LEPGE, ugitele - Joseph ' E- GE, toui q aire entrepreneurs généraux di-m uraut à Creil, ont déchiré uisc-oute» à ja rtird u onze jam icr mil neuf cent trente, lei rois Société1- cri nom co lectil om îtes entre eux, sa\uii : 1 Celle ay an t p o u r o b je t t ex plpilat» n d une b rasseï ie sise au G rand Fitz-Jam es, p rè s C lerm ont, iyant pour raison sociale «L e- p a g e F r è r e s», avec sièg e à Creil rue Jean Ja u rè s, n ' 58 ; 2 Celle ayant pour objet l ex- ploilation d une carrière a sabit or h s terriioires de Gouviei Précy-sur-flise atantpour raison ociale «Les Fi ères Lepr.pe», avec siege a creül rue J.an-Jaurès, n» 58 ; 3" Et celle ayant pour obj-1,1er treprlse générale de bâtiments de travaux publics, ayam i oui raison sociale «Lepage F rè re s», avec siège à Greil, rue Jean-Jau- rés, n' 75, et- bureaux à Paris, cité Magenta, n 4. L.a liquidation de ces Sociétés sera opérée par les soins de MM. Jules et uguste LEPGE. Une expédition dudit acte a été déposée au Greffe de la Jus ice ch- Paix du canton de Creil et au Greffe du T ribunal de Commerce ne Sen is à la date du six février mil neuf cent trente. P o u r in ertio n : 3724 Signé : BRBIER, DEUX MISONS ET UN TERRIN B R B E R Y 36 et 38, rue du Généval-Taupia k m m k i k m m S adresser pour tous renseignements et pour traiter, soit à M» Caillat, huissier à Senlis, soit à M* Bi u n e a u, notaire à Gonesse (S.-et-m ) Retenez Poussins d un jour provenant excellentes pondeuses hiver. W yandottes blanches. Rhodes, Snssex her- minés. _ prix : 5 à 8 fr. pièce. E levage du f bâteau de R o siè re s, par Nautevû! ie -tia u d o u in dty» E tudes de M. L. CHSTING, avoué à Senlis (O ise), et de M' BOUTIN, notaire à Diseay (V ienne) E tudes de M Georges MORND, avoué à Senlis- e t de M«Reymond BRELL, notaire à V erberie. TE- TE SUR UC1TTUN Vente sur Licitation e t su r baisse de mises à prix DE aux plus offrunts et derm i rs enchérisseurs DE ; 1 UN Foup à Chaux e t Tuilerie] situés à FORGES com m une de S a in t-g eo rg e s-les-b ailla rg eau x (V ienne) aeec Circonstances et Dépendances 2 ET Une Pièce de Terrt sise même terroir One Maison d Habiiatîon sise à VERBERIE avenue do Compiègne, n 26, avec cour et petit jardin ET 28 ares Ucentiares de Pré terro ir de VERBERIE lieudit P rès le Moulin à Planches ou «en Corroyé» EN DEUX LOTS L adjudication aura lieu le Mercredi 12 février 1930, à 16 heures, en la Mairie de Saint-G eorges- les-b aillargeaux, par le m inistère de M" Boulin, notaire à Difjsay (V ienne), commis à cet effet. 'V s : 3NT O T*. BP DE DIGÜ-BOUTGH 1913 <4 CV, impôt demi-taxe Mécanisme et m oteur révisés constructeur. * ont Tendrait t-rans- ormé camionnette ou omn bus. S a d re s se r ; Forges de Monta ta ire S adresser pour les renseignem ents à : 1«M* L. C hastaing, avoué à 2 Me Escavy, avoué à Senlis, présent à la vente ; 3 M" Boutln, notaire à Hissa) (V ienne), chargé dé la vente et dé positaire du cahier des charges; 4 Et à M" Vidy, notaire à C hantilly (O ise)..rt. 9. Cabinet Çodin et reton 2, avenue de Normandie COLOMEES P u r g e jl_*écj& le D un exploit du m inistère de M* D herbe, h uissier à P ont-s ainte- Maxcnce, en date du 5 février 193U, enregistré. Il appert qu à la requête de la j cières Commune de P ontpoint poursui- j j tes e t diligences de M. Raymond- Charles M uller, industriel, chevalier de la Légion d honneur, son m aire, -demeurant à Pontpoint. P o u r laquelle domicile est élu à Senlis, 10, rue Saint-H Ilaire, en l Etude de M* Georges Morand, avoué. Notification a été faite à M. le j (.phflne). Il pourra être transféré. P ro cu reu r de la -République près j à -par1s, su r simple décision des le T ribunal civil de l Oise, section ' de Compiègne. De l expédition d un acte dressé I au greffe du T ribunal civil de l Oise, section de Compiègne, le 16 janvier 1930, enregistré constaqontribut.ions, accepter tous régie menis, recevoir le m ontant des di videndes -ou collocations; suivre to u tes actions judiciaires, contracter toutes assurances -contre tous risques régler tous sinistres. Le décès d un gérant, ou sa re- d apport, souscription ou achat de I traite, pour quelque m otif que ce titres ou droits sociaux, fusion association, en participation ou a u trem ent. -Et, généralem ent toutes opérations com m erciales, industrielles, immobilières, m obilières et flnan - se rattach an t directem ent ou indirectem ent a u x objets ci- dessus spécifiés. rt. 3. La raison sociale continue d être «Les Fils PINY Jeune» et la dénomination com m erciale «Maison PINY ET LEDUC». rt. 4. Le eiè-ge social reste fixé h Saint-Sym phorien-sur-c oise gérants. 1.1 pourra être transféré dans une autre ville, en v ertu d une décision de rassem blée générale extraordinaire des ssociés. soit, n entraîne pas la dissolution de la -Société. rt. 22. Les décisions collectives des ssociés résultent d'un vote form ulé par écrit. Elles sont obligatoires pour tous les associée, même pour les absents, dissidents ou incapables. rt. 31. Les copies ou extraite des décisions des associés produire en justice ou ailleurs, sont signés et délivrés par un gé ra n t; pendant la période de liquidation, ces copies ou extraits sont signée par un des liquidateurs. rt L année sociale coin mence le prem ier ju illet et finit le trente juin. P ar exception, le prem ier exer eice social com prendra le tem ps courir depuis le prem ier janvier courant jusqu au trente juin prp La gérance a la faculté de créer, I chain mil m euf cent trente. tan t le dépôt effectué au dit greffe j partout où elle le juge utile, des le même jour, de la copie colla- j ivjj.pauxi agences, succursales ou tionnée et enregistrée, d un acte reçu p ar M* Boilet, notaire à P ont-, _ La durée dc la So_ ï m n0e,0s M JU ciêté qui expire le trente HUn rm 6 août 1929, enregistré, contenant Ciexe qu p. tr pr n ar M. R àoûl-edw ard-lévi M onté- m,f. ^ n,r P U ' hroropar M. R àoûl-edw ard-lévi Monté flore, ingénieur, chevalier de ta Légion d honneur et Mme Jeanne M achiels, son épouse, de lui assistée et autorisée, dem eurant ensem ble à Paris, rue de Longchamp. num éro l, au profit de la commune I résulte de la valeur déclarée, lors J vant : rt. 34. Les produits de la Société constatés par l inventair annuel, déduction faite des fri' s-énéraux, des charges sociales, de toue am ortissem ents de l actif ial et de tous com ptes de provi o PREMIER VIS Suivant acte so s signatures iv- es en date à Carrières-sur- >8eine (Seine-et-Oise), du 27 jan- xier 1930, enregistré à rgenteuil. le 30 janvier 1930, folio 75. erse M. Robert-Pierre DUBIN, entrepreneur de carrières d> mourant a Cramoisv (Oiç-e). a apporté à la ociété «DUBIN F r è r f.s» Société à responsabilité liuiit au capital de francs, doni le siège est à C Trière»-rur hune rue d rgenieiid n il. Un fonds de com m erce d exp lo itant de c a rriè re s silué à Cramoisy (dise). Les opnosi'ions s"! y a lieu, seront reçues dans les dix jours de la seconde insertion daus la m iso» i e v nte de la Société «DUBLN Frèr*'»». située à Cramoisy (rjisel, où domicile a élu à c< t effet ^ rt. 14. ÎRÏBUNL DE o o m m f r c f OiYeitire VÉrlîlcations fles Créances Les créanciers de la faillite de la dame V eu'e GNTOIS, débitante à Chantilly, sont invités t se trouver le Vendredi 14 Fècrim l >30, à dix heures et demie du matin, au Greffe du Tribunal d< Commerce de Senlis. place Saint- Pierre, pou» la vérifie t ion etl ; ffir- malion de leur créance. Le Greffier, 3707 G VEN C. V E N D R E V o i t u r e d E n f a n t l.n BON ETT franc» S adresser chez M. L N G I.FT place de l'bbé-clin à ijn v la- Ville Etudes de M Georges MORND, avoué à Senlis; et de M» Marcel VIDY, notaire à Chantilly. V B Î f Ï Ï B. Î 3 15 Disques saphir ÉTT NEUF P rix t fran cs. S adresser chez!v COLL1N, 5, rue du Ilaubergier, Senlis. E tude d e M G eo rg es M ORND, avoué gée de cinquante a n n é ^, elle ex- I Sj0ns pour risques com m erciaux pirera donc le_trente juin mil neuf j industriels, constituent les héné- çeht quatre-vingt-trois. j tî^pg nets. rt. 6. Le capital social de la j S ur ces bénéfices nets, il est Société en nom collectif, tel qu il J d'abord prélevé dans l'ordre suiftr. fu R etrait de G u'ionnem ent Par art.e d^e^é an Greff- do Tiibunal ciiil de l'oise, section de Oompiègnn!e dix-sept janvier 1930, enregistré. Monsieur Uonjs Ju le s - l< xandre P1LLEBOUT ancien notaire à Grépy-en-Valois a déclaré qu ayant cessé ses fonc tions dn notaire depuis le 1G juillet 1929, de.** d<» la prestation de serm ent -le son successeur, son intention» s* de retire» le caution < c * a a sur surenchère du sixième DB ; UNE Propriété de Campagne sis e à PL ILLY rue du Puits Joseet, lieudit la Maison Rouge ou la Légère avec cour, parc planté d atbres, bosquets et massifs, j a r d i n, d a g r é m e n t j a r d i n p o t a g e r C irconstances et D épendance 86 ares 20 centiares 8e Bois terroir de PLILLY lieudit «le Trou de Saint Rioul EN DEUX LOTS L adjudication aura lieu le Jeudi 20 Février 1930, à 14 heures, en la mairie do Verberie, par le m inistère de M* Reymond B-. RELL, notaire à V erberie, commis à cet effet. Et le DIMNCHE 23 FEVRIER 1930 à 14 heures avtrlierib, 26. avenue ûe CompiÈsne dans la maison ci-deesus désignée V e n t e M o b i l i è r e par le m inistère de M notaire BRELL, V ente su r Licitation DE Une M aison sise à LMORLYE rue de la Tuilerie, num éro 1 avec Circonstances et Dépendances UNE S adresser, pour les renseignements : Me Georges MORND, avoué à E t à M" Reymond BRELL, notaire à V erberie, réd acteu r et dépositaire du cahier de» chargée. Etude de M1Félix LOUT notaire vendre à l amir ble, u n e Mal- [9on de construction récente, sise i Orry-la-Ville (Oise), rue de viiyiy, impasse des f âturages. S adresser à M* Louât, notaire. Etude de M* M aurice MRTIN notaire à cy-en-m ultien. PRCELLE OE TERRIN BOISÉ] Verte f t«**»ild e Maréchal, *rtquete de M. Bizt-t, pour cause de cessation de commerce, à cy- on Muitieu, <n la Grande Rue, le Dimanche 16 Février 1930, à 13 heures 30, par le ministère de.vi Martin. sise à LMORLYE lieudit la Plaine ou le Trou à Tuffe d'une contenance de 600 rn2 EN DEUX L O T S L adjudication aura lieu le Samedi premier Mars 1930, à quinze I heures, en l Etude et par le m inistère de M* M arcel VIDY, notaire à] Chantilly, commis, à cet effet. S adresser pour les renseigne- j ments : Me Georges MORND, avoué à Kl* Louis ESCVY, avoué à Senlis,' présent à la v en te; Et à M«Marcel VIDY, notaire à Chantilly, réd acteu r et dépositaire du. cahier des charges. Etude de M DURND, notaire à Pont-Sainte-M axence. djudication volontaire, à Pont- Sainte-Maxence, en l Etude et par le m inistère de M' Durand, notaire, le Samedi 8 Mars 1930, à i4 heures, d u n e Maison, à usage de commerce ou à usage de maison d habitation, sise à Sarron, sur le bord de l Oise, & proximité du barrage, ht. 15. TRIBUNL DE COMMERCE Re idition ri ; ( oropte Les créanci rs de la fa llite df la Société M! f,q et DEVIi.I-E ei chacun d eux personnellement exp oiiatlons fore- 1iè-es à Boissy- l évignen sont ino»s à setrnnvei le Vendredi 14 Férrier 1930, <jl L adjudication aura lieu le Mer dix luuces et demie du m atin au oredi 12 Février 1930, à 13 h. '/>, Greffe du Trib mal de Commerci le.«enlis, place Saint, - Pierre p'avr recevoir <>1 a») ê er 1 compt< Ingestion de M» Chastaing, syn die des dites faillites. Le Greffier du Tribunal, 3708 GVF.NO Etude de Me R eym ond BRELL notaire a Verberie. djudication volontaire, le Jeudi vo Février 1930, à quinze heures, à Verberie, en la salle de la Mairie, par le ministère de M* Ba- [relia, notaire à Verberie, de : un C orps de B&tfment à usage d ha- vendre à i amtable, Maison j bration (ancien rendez-vous de de C om m erce et de R apport I chasse), avec écurie, remise, dé- dse à Senlis, à l encoignure des Jpendances et jardin, contenance rues de Villevert, n» 12, M aucon-128 ares 72 environ sis à Verberie, seil et du Cim etière-saint-rieul, I lieudit les Remises. Q«i. _ s adr. à M* Petit, notaire. Etude de Me PETIT, notaire 'îtu d e de M Félix LOUT, notair*! à S en lis. Etude de M- DHERBE, huissier à Pont-Sainte-Maxence. en l audience de«criées du Tribunal civil de l Oise, section de Compiègne, au Palais de Justice, à v e n d r e à l a m ia b le, à P o n t- vendre à l amiable, une Mal I Salnte-Maxence. rue du ChampuicB..o, so n B ourgeoise sjse de-mars, grand Terrain à Bâtir Compiègne, rue Henri-de-Seroux, I fue ^ Meaux, n 14. S adresseï j de 4 2 to métrés. S adresser à numéro il. 1 i M* Louât. Me Dherbe. r t. 16. t H1BUNL DE COMMERCE Reddition de Com ptes S adresser pour les ren seign e-1 v mdre à l amiable, Maison J ville de Pont-Sainte-Maxence. ments ; (v illag eo ise sise à Senlis, fau-1^ vendre à l amiable, en face le M» Georges MORND, avoué f j - I v**-< j. r» t m là Senlis, poureuivant la ve» te;! ^<*9 cré»nr.l rs do ta faillite des in...., ;P0nx ( HINOT G'.CD GNE, mnrnpment par lui versé le 10 J'"1. j! ehao ls boulans-e-s Chaniillv. i l 94 j iavjtf»*? k sp. trouver le Ven- r. dredi 14 Février 1930, à dix M«ndré LNGLOIS, notaire u Greffe du T ribunal civil de l Oise, section de Compiègne, ou extrait du cahier des cha gee est déposé- Et pour visiter la propriété, en face chez M- DUPERRY, les lun di et jeudi, de 14 heures à heures. bout g de Villemétrie Grande Rue, n0uvel hôtel de» P. T. T., M alson,* 7. S adr, à M«Louât, notaire. J,je C om m erce avec grandes pièces à usage île buvette, café, re s taurant Faculté par l achetmir d acquérir licence n 1. S adr. à M* Dherbe, huissier. 16 Etude de M* LNGLOIS, notair. vendre de gré à gré, une i Pièce de T erre, au terroir di Montépilloy contenant 11 ares il) j centiares. S adr.» M* Langlois Inotaire. louer à l'am iable, fc M ontla- ville-verneuil, Malson d habitata- tion avec grands bâtim ents, pulu, cour. Jardin et dépendances. P o u r traiter, s'ad resser à M* Dherbe.

4 m t,wtm _ CHENRD FmnlftUÙ Pour bureau de dessin, LllipiUJC âge 18 ans, est demandé aux TELIERS BÜRTON, àn ogentsu r Oise. 684 & WLCKER DELHYE - DELGE L. Tourneurs, justeurs, Mouleurs Trois Nouvelles Voitures ROSENGRT klnvqiltonnc sont demandés aux nuyauiouio a t e l i e r s b ü r t o n, à N ogent-sur-o ise Ungnp homme retraité, est deiticiiayc mandé pour garde de propriété près Senlis. Logé, éclairé. S a d r. a u B u r e a u d u J o u r n a l Rue du Faubourg-Saint-M artin La tfonsix 6 cyl 1930 bien rétribués sont demandés. S ad resser: E ntreprise COUVÉ Senlis La VIVSIX cyf La 10 CV 4 cylindres 1930 La WIVÂSIX, v o itu re m o d e r n e p arce q u a G cy lin d res. La 1G CV, v oitu re d e m o y e n n e p u issa n c e, u t i l i t a i r e. L a V IV S IX e s t la v o itu r e d e m o y e n n e p u i s s a n c e à v o ie n o r m a l e q u i p e rm e t e n to u te s é c u rité le s g r a n d s d é p la c e m e n ts à u n e m o y e n n e é le v é e e t d e n t le s c a r r o s s e r i e s s p a c i e u s e s o f f r e n t 5 o ù 7 p l a c e s t r è s c o n f o r t a b l e s f a c e à la r o u te. de 40 à 50 ans et une C o n d u i t e i n t é r i e u r e (5 p l a c e s ) s e l o n l é q u i p e m e n t...fr a : u u l'lv sont demandées. S adr. au Bureau du Journal iuiio L a 10 C V e s t u n m o y e n d e tr a v a il r o b u s t e e t u n m o d e d e t r a n s p o r t fa m ilia l c o m m o d e *. g j â c e a u x 5 o u 7 p l a c e s f a c e à la ro u te d e s a c a r r o s s e r ie s p a c i e u s e. E ile e s t é q u i p é e a v e c ie c é l è b r e m o t e u r 10 C V Torpédo C o n d u i t e in té r ie u r e (S p l a c e s ) s e lo n l'é i p e m e n t... i U n e ssa i d 'u n e q u e lc o n q u e de nos v o itu re s sera p o u r v o u s p lu s c o n v a in c a n t q u e to u t ce que n ou s p o u rrio n s v o u s d ire. ilfilm P UGUIIli filin de *8 à 20 ans est llllü demandée pour em ploi de bureau. S adr. au Bureau du Journal chetez u n s voiture française! V otre argent restera en France et v o u s ferez travailler d e s ouvriers français. gence R e n a u l t - P. G u i n o t, 1 0, P l a c e d e la Halle - SENLIS (Oise) Jeune fille S L * æ S f c r ü Sérieuses références. & i S ad resser à Mm*W illiam P ratt 11, avenue d e là Gare, Chantilly 3691 ctuellement : B IS S E DE 2 o /o sur tous les prix de tarif ci-dessus Maurice CHEVUX Personne sérieuse dx acnede E xcellentes références. S adr. au Bureau du Journal MOTORISTE - RMURIER j 16-18, P lace Henri-IV, à E N L I S (Oise) On dem ande région de PontSainte-M axence : TÉLÉPH O NE 9 7 Famille nombreuse r. c Sanll, 2193? Tous Modèles en Magasin. Essai facultatif I g en t des G ran d es M arques de C ycles 1 Ravat-Wonder - Terrot La Française-Diamant - De Dion-Bouton - Thonaana, etc... X > K X R T I C L E S GRNTIS MEUBLEMENTS R e p r é s e n t a n t des M o t o s T E R E O T I pouvant fournir 2 charretiers. 6 mois à 600 fr., 6 mois à 700 fr., droit de moisson et charrois de b etteraves. Travail pour la fa mille. Logem ent 6 pièces, grand, jardin. S adr. au Bureau du Journal I uaenbli»** o u n«m V E N T E - LOCTION» G É R N C E Cession de Ponds de Cohumnnh Reprise et Location de Parmai RÉPRTIONS IMMÉDITES & TRES SOIGNÉES 1 PRETS HYPOTHECIRES M ppnnipinn Pour réparations aumoballiblsii tomobiles, demandé chez M. MOQUKT, à N anteuil-lallaudouin sur tous gages, imm eubles, propriétés rurales a partir de francs O uverture de Crédit à la Construction pour le tem ps üe la construction ou consolidation sur 15 ans à partir de UN MILLION GENCE RÉGIONLE Téléphone t CHT. & REVENTE G h a m b re a Slègaa O onabw T É L É PH O N E 1 - DE T O U S l. î g r P COMPLETS de toa«d É C O R T I O N Stflei BadLlow M aoag«r... *, o. M ROUSSEU aul 13, r u e d u SENLIS, 6 2, ru e de la R ép u b liq u e sont demandés à l IIôpital Gé Logé, nourri, T P I S S E R I E Meubles «PRIX DÉFINT T O U T E C O N C U R R E N C E f ON DEMNDE : Rllphppnnc Pour taillis et grumes, DUblIUI Ullo environs de Senlis, j nonontinoo pouvant faire des des p«ui I I I Co bourrées bois abattu, 25 fr. le cent. S adresser à M. CRLUY, 4, rue ^ du Lion, Senlis néral de Senlis bien rétribué. T ous le s m a tériels RENULT s o n t v en d u s au com p tan t o u à crédit a v ec p a iem e n ts é c h e lo n n é s sur 1 a n o u 18 m o is par la D. I.. t., 47 b is, a v e n u e H och e, PRIS e t p ar to u s le s gen ts RENULT. C h â te l d«vyü#} (Prêts 8 E N L IS 6( - I «w 9 t OOWHMl a LITS v m - ET CUIVRE -* * - GLCÉ* - OHtSES PM LL<E» T «* *» # * - KTICLS6 DE LfTBftïX T PI* - RIMSUX IMMEUBLES Urbains ou Ruraux, à partir de UN MILLION «Sa F»., 1 5, r u e R o y a l e, P R I S 371i m: Manœuvres et chauffeur duite et servir d'aide sur les chantiers, sont demandés. S adresser : Maison TERGNIF.R et GOYRD, Senlis M' GUETIN, huissier à Chantilly demande de suite pour emplois de caissier et sténo dactylo. Inutile de se présenter sans références sérieuses. Messagerie Senlis-paris ller et Retour loue les Lundis et Jeudis Bon jardinier C rfs S est demandé. La femme occupée à l heure. S adresser : L Ermitage, E rm e nonville. 3 7 /3 Un bon basculeur la Sucrerie de Vauciennes (Oise), p ar V illers-c otterêts 1isne). Inutile se présenter sans excel lentes références Bilftii&UX Î FBRIQUE DE BONNETERIE COMMERCILES INDUSTRIELLES & GRICOLES S'in scrire p o u r les emplois suivants : Boülnme, Conpse, Mécanicienne trlco Flnlssense PPRENTISSGE GRTUIT sa n s m achine 3685 Chem isier - Chapelier dressez-vous à : D C H T S S. à R. cap. 250X00 fr. Vous vo u s p rocurerez TOUT d m in istra teu r d e B ie n s (près Gare du Nord) gréé de l U n io n des C o m m e rç an ts e t In d u s trie ls de S E N L IS et C H N T IL L Y références ordre SOLIDEMENT bonnement : 1 0 fr. par an Numéro spécimen 1 fr. L ou is LEVENT 61, rue de la Gare COYE L F O R Ê T (OiseJ U BON DIBLE* C C P ostal : P aris S E N L IS (Oise) Téléphone 38 8 Bureau à CREPY-EN-VLOIS 11, rue Jeanne d rc 679 S P É C I L IS T E x Ü 1 P ie r r e P E R N E Y, Catrapmr, S en ti* mm aa pgg ETT NEUF Presque pas roulé. V E N D R E Facilités. S adr. au Bureau du Journal. P R PRO C É D É S M O D E R N E S 3572 On dem an d e à a c h e te r V o i t u r e [i JEnfant D O C C SIO N E c r ir e à M. B O D E L O T, à C h a în a n t (O ise) L e s BONS s o n t a c c e p té s à P a ris d a n s p lu s d e 600 MGSINS * i * ~*~*i in i i w Etablie* ave*, de* matériaux de choix leur asseren t une aoüdtté grandi, que le» m a ta»» en p ie * *» o u mm t r i *»». «o m breux modéra». Demandez te Mtadogoo Ktestré 0. 9 envoyé gratta et tou* renaeifromeeds à *u m I VIDNGES INODORES Vous trouverez des Bons d chats : à CREIL : chez M. Vaconsin 34 rue des Fontaines, Cité SaintMédard. à MONTTIRE : chezm. Tribalat, 83, rue Jean-Jaurès. à SENLIS : M. Lorenzo, 2, rue de la Corne-de-Cerf. à COYE : Mlle Meunier, 21, rue de Luzarches; M. Morin, 15, rue du Puits. à PRIS : au Siège Social, près la G a r e d u N o r d, 180,t. Lafayette. 686 C herche à a ch e te r C O N ST R U IT E S contenant monologues, chansonnettes romances, poèmes, e tc.. dans les Grands Magasins R e n s e ig n e m e n ts g ra tis au x d h é re n ts des G ro u p e m e n ts c i-d e ss u s c o n tre p ré sen ta tio n de la c a rte. É C O N O M IQ U E M E N T REVUE ME N S U E L L E de 20 pages 27 x 19 1G, rue du Faubourg-Saint-Martin, 16 S e r e n d à d o m ic ile s u r r e n d e z - v o u s 1 3, P la ce de la H alle, 13 R P IO E H S N Y CENTRL COMPTBLE-EXPERT TENUE DE L COMPTBILITÉ V IN C EN T mais sur-^y*entrés sérieuses 7 6, B ou levard de M agenta, PRIS C om ptabilité s p é ria le du P e tit C om m erçant d é ta illa n t lu ijp e rm e tta n t de la te n ir lu i-m ê m e. : CPITUX G a sto n D E R R S P e tit C o m m e rç an t, d ep u is 25 fr. p a r m ois. C om m erçant, depuis 60 fr. m o is. H. C O M PT O IR In s ta lla tio n. - V é rific a tio n. M ise à jo u r. D é cla ra tio n fiscale. B I L N C o m p ta b ilité spéciale du C om m erçant déta illa n t. SENLIS 2 5, rue de la République INVENTIRE ou pour tous emprunts à un faux raisonnable v e c u n B O N du D UNE PRÈS SOLDE de toutes les fins de séries avec R B IS de 40 à 50 % P our le placement de vos OUVERTURE S adresser à la Clinique Vétéri naire BOUCHET, à Chantilly CTUELLEMENT S i, n i e d u F a u h o a r g - S a in t- D e n is. P o u r le 1 5 F É V R IE R p r o c h a in : tr è s beaux et d excellen te garde. ; SENLIS 1 M. ÂUGER, impasse du Tour-an--Tille 6, rue Jean-La rtüer, 6 bis, rue du Pasteur-Wagner.. i. SENLIS GH8TILLY (Oise) D G R É M E N T NDRÉ, 63, rue Turbigo, Paris. Soldes Exceptionnels 3715 VNT INVENTIRE V E N D R LÏTB Chauffe-Bain à gaz M a g a sin o u v e r t D im a n c h e s e t J o u r s d e F ê te 601 ÉTT DE NEUF S adresser à M. DERVILLÉ, à V erberie (Oise) D g CRTOUCHES CHRGEES de» Tir» au* P ig ea n t * COODRE DE TOUS S Y S T È M E S M T fc itg s M PÊCHE ST C H È R E ; LE VIN, LE CIDRE SONT HORS B rassez vous-iuèine votre K O I S S O I de H É I G E avec DE P RI X rrr-

5 Supplément au Courrier de l Oise du Dimanche 9 Février 1930 CHNTILLY PHRM CIES cwvertos tous tos D i m anches ivsqu à mifii On recherche iécraseur! Le 26 janvier dernier vers 15 h. 30, le m açon Guiseppe Dal Pont, de Gouvieux, qui roulait à m otocyclette sur le chem in de grande com m unication de Boran à Gouvieux, était renversé p ar une automobile dont les occupants ont p ris le soin de ne pas se faire connaître. joutons pour leur décharge qu ils relevèrent le blessé et le conduisirent j chez un médecin;., mais aussitôt après s éclipsèrent. De la prem ière enquête menée p a r la gendarm erie de Chantilly, il résulte qu une dame d une quarantaine d années j se trouvait au volant de la voiture, un i soldat du 34e régim ent d aviation, croiton, l accom pagnait ainsi que deux per-! sonnes plus âgées : un m onsieur et une dame. L auto est une conduite intérieure Re- : naull 4 places peinte en vert d eau foncé ou en gris n" Le côté droit avant j de la voiture est endommagé. Les personnes susceptibles de fournir sutr les occupants d utiles indications sont priées de s adresser à la gendarme- ' rie de Chantilly. Quant à Dal Pont, il s en tire avec la j m adhoire fracassée et des contusions m ultiples. Bien mal acquis.. Boudoux René, 15 ans, dom icilié chez ses parents à la Couarde, com m une de Saint-Maximin, se prom enait à Chantilly, le 1" février dernier, quand passant devant le numéro 12 de la rue de Paris, il j s avisa d enfourcher une bicyclette qui j se trouvait à la porte. Tout guilleret, il s en retournait à St- Maximiu. Mais le garde-chasse Hutin, qui le rencontra sur la route, eut l idée de lui dem ander la raison d un retour à bicyclette, alors qu il était parti à pied. Boudoux avoua son méfait. Il est écroué j à Compiègne, tandis que la m achine était rendue à son propriétaire le jockey Castaing, dom icilié à l hôtel d Epsom. Recordman en son genre Mangot E rnest, titulaire de 117 condam nations, a été arrêté le 5 février dern ier à la gare des courses pour in frac tion à un arrêté^ d interdiction de séjour. Ecroué à Compiègne, il va pouvoir augm enter un record qui ne manque pas assurément d originalité. ccident Lundi 27- janvier, vers 18 h. 30, sur-la route nationale de Creil, au lieudit la Grande Folie, un camion attelée d une rem orque a renversé M. Georges Leclerc, m açon, domicilié 7, rue de la Machine. Passant en bicyclette im m édiatem ent «près l accident M. Oscar Devillers, de VÎneuil, put obtenir quelque exsplications du blessé et se m it à la poursuite, du camion qui avait p ris la fuite. Il fut a s s e z heureux pour le rejoindre; il. nota son numéro 6143 RR5 et alerta la gendarm erie de Chantilly qui déclencha, aveu uhe célérité qui lui fait le pins grand honneur un barrage dans la direction de Paris. La voiture autom obile était a r rêtée peu après par la police de P ierre - fltte. ce rvc" 5 ::I> blessé fut ram ené k son domicile par les soins de M. Brurïet, garagiste e t le docteur au p rem ier examen constatait une fracture des parois du conduit auditif et peut-être une fracture de la base du crâne. La.responsabilité de l automobiliste serait singulièrement aggravée du fait de sa fuite. Cependant il y a lieu de croire que le cycliste a été accroché par la remorque sans éveiller l attention du conducteur du camion. L enquête nous l apprendra. - : J t» M  M IV C O L I B R I Le chef-d œuvre d'henry Bataille! MMN COLIBRI est l œuvre qui assura la célébrité du regretté dramaturge. C est en effet, d a n s cette pièce magistrale que le plus b rillant écrivain du théâtre contem porain a donné le mieux toute la m esure de son génie dramatique de sa puissance d émotion, de son invention psychologique. Les quatres actes ardents et passionnés de MMN COLIBRI analysent l évolution du sentim ent dans' une âme de m ère et de femme. C est de l art le plus sobre et le plus raffiné, et c est, à n en pas douter, une des œ uvres les plus fortes de ce temps. Elle dépasse en sensibilité, en émotion in te n s e, en h u m a n ité tout ce que le théâtre nous a donné depuis de longues années. Lès Tournées Ch. B aret sont' célèbres par 'le u rs excellents ensembles, cette fois encore elles se sont surpassées en dotant MMN COLIBRI d une interprétation de choix avec en tête Mme Cécile Didier. C est donc à un gala sensationnel que le cycle Ch. B arret nous convie le Mercredi 12 F évrier 1930, à l Elysée-Chantilly. Rideau à 8 h. 45 précises.. ' i Lors des dernières représentations le bruit a couru que toutes les places étaient-- louées. La direction prie sa clientèle chf bien vouloir ne pas ten ir compte de ces inform ations tendancieuses et de se rem seigner au Théâtre, 19, avenue_ de la] Gare ou d v téléphoner (provisoirem ent télép. 156 et 190). EL YSEE-CHNTILL Y PROGRMME -:- CTULITES PRMOUNT -:- SI vous avez envie de rire Venez voir l inim itable T ram el dans LE SOUS-MRIN DE CRISTL Venez faire un beau voyage à travers les villes rabes en plein Sahara où les caravanes au clair de lune défilent. SOUS LE CIEL D ORIENf Drame passionnant au désert avec Gaston M onor et Flora L kbrkton,.paysage.unique-, - Orchestre sous la direction, de M. Jean tbochürj Les Spectacles Elysée (voir ci-dessus les programmes du Cinéma et du Théâtre),,,, ; Ciné de la Gare. R e p o rte r enoiâqjul Le 7* Bandit et Chariot dans UNE VIE DE CHIEN.::,!,M,i I. iu'u-'.'îjol) US J UflIT-Hj KjCÔTl. itsftj I j it iv V 'j j-ij".) C T s Tj5 T! J 3 T ->b!.t.r*iîi:'ib Les Sports U. S. C hantilly (1) et Stade miénois (1) 2 à 2. Les Cantiliens très en forme les avants surtout tinrent la dragée haute aux miénois qu ils surclassèrent quelque peu. Ce m atch eut été plus intéressant encore si l arbitrage confié à un miénois n avait été défectueux. La galerie mise de' ce fait en m échante hum eur énerva les joueurs qui p ratiq u èren t un jeu dangereux. Les spectateurs sont des gens assurément de bonne foi, m ais qui ne se ren dent pas toujours com pte des conséquences fâcheuses que leur attitude p ourrait faire naître. P ar ailleurs, un m atch palpitant avec des phases de beau football dues à l in i tiative des avants Cantiliens. Naissance Nous avons appris avec le plus vif p laisir l arrivée en ce m onde du jeune René Bougerol, fils de notre excellent correspondant-ijédacteur de Chantilly et de Mme Bougerol. Nous sommes heureux d adresser aux heureux papa et m am an nos plus sym pathiques et cordiales félicitations et de former les m eilleurs vœ ux pour le rétablissement de la maman et la santé de leur cher enfant. CHfflftîMT Banquet de Saint-Sébastien. La Compagnie d arc de Chaînant a célébré, le samedi 1" février, son traditionnel banquet de Saint-Sébastien, dans la salle de M. Katosky. M. T roncin, conseiller d arron dissement, m aire de Chaînant et capitaine honoraire de la Compagnie, présidait ayant à ses côtés M. Cossin, adjoint, M. Louis Gautier, capitaine de la Compagnie, M. Rouselle, roi, MM. Lézier Georges, Bricot, U yttersprott, Frelet, Gauthier P ierre, conseillers m unicipaux; MM. Lézier H enri, Lalaud Fernand, D arras Georges, Lemaire, capitaine de la Compagnie d arc de La Chapelle, Baudry, Dubon, j Liefquin, Bricot R., Bricot L Orner, ; Page, Delmet, Cossin fils, W attebled, De- j vaux L., Forestier, N eveux/v iolet, Ha-! zard, Lavoisier, Lalaut père, Lalaut, Louis, Régnier, Picart, I.ezier Lucien, j Lézier Georges fils, Lézier ndré, Mel- i lier Henri, Mellier Pierre, Camilli, Gauthier Lucien, Gaquerel lbert, Gohet r- \ thur, Helbert, Jean Thomas, Lézier n- i dré, Renard. Menu excellent et abondant, qu on en j juge : Potage velouté. Pâté de lapin de garenne Veau marengo aux champignons Gigot de Pré Salé rôti Cuissot de cerf sauce Venaison - Haricots flageolets maître d hôtel -r- Salade fie sgison -.Fromage ; Fruits, desserts i variés, brioche Vins blancs et rouge - Café, liqueurs Champagne. Les convives ont, apprécié la bonne cuisine et le service impeccable de la maison et ont adressé leurs félicitations à M. Katosky. Ils ont félicité également le chevalier Picart pour la décoration de la salle et de la tablé..! u Champagne, le capitaine Gauthier prit le premier la parole et après avoir présenté les excuses de M. le comte de Valon, connétable de la Compagnie que j u cham pagne, le capitaine1 Gauthier l âge et la santé ont em pêché'de se trouvèh parmi n o u s;'d ê M p C h a m p b u illa n et Ra- I o W i f M ) sn?, - w ï I V. - ; 1 W day, conseillers municipaux, souffrants et du chevalier Millot, malade. Il remercie toutes les personnes qui avaient, bien voulu participer à ce banquet familial : M. ironcin, le dévoué et sym pathique maire de la commune, toujours dévoué aux démonstrations sportives et particulièrement à notre Compagnie; à M. Cossin, adjoint, président de l U. N. C. et de la Solidarité Chamantaise; à M. Vanhoutte, lieutenant des SapeursJPom piers; à M. Lemaire, capi-, taine de La Cbapelle-en-Serval; puis il adresse ses félicitations à ses chevaliers et sociétaires pour les succès qu ils ont rem porté au courant de l année 1929 aux concours de Chambly, Compiègne, Verberie, Montlévêque et Chaînant où pour la deuxième fois, ils ont rem porté la Coupe-Challenge Troncin et leur dem ande de continuer leur entraînem ent afin de garder définitivement le Challenge. M. Troncin, en quelques mots, ra p pelle les traditions toujours en honneur dans la Chevalerie et félicite le capitaine G authier d avoir su mener a bien l œ u vre qu il avait entreprise en reconstituant la Compagnie d arc de Chamant et dit combien il est heureux de la voir la prem ière du canton, non seulement au point de vue du nombre de sociétaires, mais aussi au point de vue sportif, puisque deux fois en deux ans elle était sortie victorieuse du Challenge qu il avait offert. Le Banquet était suivi d une soirée à laquelle était invitées les familles des chevaliers et des membres honoraires et où nous avons eu le plaisir d entendre de nom breux amateurs, ainsi que des dames et demoiselles, et l on s est quitté à une heure tellement avancée qu il n était pas possible de dite à demain, mais plutôt à tout à l heure. En effet, le dimanche 2 février, le rendez-vous était à 9 heures pour p e r m ettre à la Compagnie d assister à la Messe de Saint-Sébasiien où elle a offert le pain bénit. la sortie de la messe, elle s est rendue chez 1 chevalier Millot, où un vin d honneur était offert aux Membres honoraires.... À m idi, déjeuner auquel assistait plu sieurs m em bres honoraires chez M. Katosky, dont voici le menu : Pâté de lapin Lapin de garenne sauté aux cham pignons- Cuissot de cert rôti Chou-fleur sauce mousseline Salade Fromage, Fruits et desserts variés Petits fours Vin blanc et vin rouge Saint-Georges Café, liqueurs 2 heures, partie de Saint-Sebastien où le camp du capitaine est sorti vainqueur du camp du Roi et.pour ferm ier le soir, à 21 heures, grand bal offert aux membres honoraires, à leurs familles et aux habitants de Chaînant qui dura jusqu à 2 heures du matin-..c o y e-la- foret:;; - V Fàm ily-théâtré. Les heures s écoulèrent rapides, le dimanche soir 26 ja n vier, au Family-Théâtre, à la séance donnée par le Patronage d e s Jeunes Filles. Soit dans la comédie de Ritier, Une fo r tune dans un parapluie: solt. da? V L a petite Résinière de Daniel uschitzkj où une jeune fille sensée veut être épousée pour ellé-même et non pour son argent; soit dans Le Bébé à Simone, de Hitler, qui mit la salle en joie, lea'dem oiselles du Patronage sans oublier les dévoués directrices réc<?^tîenl }es applaudissements les plu* mérité* et. les plus chaleureux que fe Chroniqueur se. u j tq: '-h CstiiM devait de relater ici, en exprimant fe vœu, formulé par les nombreux spectateurs, que le printemps ne se clore pas sans une nouvelle séance de ces demoiselles. ORROUY Nécrologie. Nous apprenons la mort de M. Léon Meignan, ancien agriculteur, décédé dans sa 75 année, dans sa propriété de Champlieu. M. Meignan était très connu dans inotre région où il ne com ptait que des sym pathies. Ses obsèques ont eu Heu lundi dernier, en présence d une nom breuse affluence en l église d Orrouy. Nous adressons à M. Marcel Meignan et à sa famille, nos sincères condoléances. M. et Mme Marcel Meignan et leurs enfants rem ercient bien sincèrem ent toutes les personnes qui ont tenu à assister aux obsèques de leur regretté défunt qui leur ont 'adressé leurs condoléances et s excusent auprès de celles qui par oubli n auraient pas reçu de faire part. Ils rem ercient particulièrem ent le p ersonnel de la ferme, le Conseil Municipal, la Société de Musique, les Sapeurs-Pompiers et tous les habitants d Orrouy pour les m arques de sym pathie qu ils leur ont témoignées en cette pénible circonstance. VERBERIE La Cécilienne. - Demain dimanche, notre excellente société m usicale «La Cécilienne» célébrera la Sainte-Cécile, sa patronne. Le m atin, à 10 heures, messe en musique à l église paroissiale. l issue de la cérém onie, défilé concert. m idi et demi, salle de M. Lépine, déjeuner amical sous la présidence de M. Margue, vice-président de la Société,; et auquel sont conviés les m embres du Conseil d adm inistration, les m embres exécutants et les m em bres honoraires. 4 h. 30, salle Saint-Pierre, réunion générale et statutaire des m e m b re s e x é cutants et honoraires : c o m p te re n d u de, la m arche de la S o ciété; re m p la c e m e n t des m e m b re s du C onseil so rta n t. L FOIREf DE PRIS offrira en 1930, à ses exposants d im portantes facilités de voyage Serait-ce un p rem ier pas vers la r e - co nnaissance des services que les foires et en p articu lier, la Foire de P a ris re n dent à la production fran çaise? E n effet, le Comité des g ra n d s réseau x a décidé, dan s sa d ern ière séance, d accorder d appréciab les avan tag es au x exposants de.cette g ran d e m anifestation.. 1 R éduction d e 50 % p o u r le voyage: de l exposant d e soir dom ieile à P a ris et. retour, c est-àkdire paiem ent. du plèitv ta rif à l aller, et g ra tu ité au reto u r après visa d irp e rm is au C o m m issariat de la foire. ait 2 P rorogation gratu ite, p en d an t tou-1 te la durée de la foire, de: Ta validité des. billets de reto u r des em ployés et ouvriers. r''. 'r.; ic; oè : H eureuse décision qui se ra viverhent ap p réciée p a r le s.7,500 exposants de M; ' F oire de P a ris dont les u sin es se trouvent, pour la p lu p art, en province et à l étranger,,...fc «,v, '.T im w ^ S Î POUR RENSEIGNER le Coînmeree, l Industrie 4 L GRICULTURE Messieurs P.., à C... ;., r I L />..., d S... ; D..., à t.. 1 Le décret p o rtant créatio n d un' brevet et d u n diplôm e d expert com pr table reconnu p a r l Etat, est du 22 m ai Il a été m odifié p a r u n rrêté du Ministre de l In stru ctio n P u b liq u e du 7 septembre 1927, puis p a r un autre du' 2 juillet Nous regrettons de ne pas pouvoir vous donner satisfaction, m ais la place dont nous disposons ici ne no u s p e r met pas de p u b lier des textes au ssi longs. Il vous est facile d ailleurs de vous les procurer à peu de fra is (1 fr. 50 ou 2 fr, chaque), à l d m in istratio n du Journal O fficiel, 31, quai V oltaire, à Paris. 3 E videm m ent il est in téressan t de posséder ce diplôm e et nous vous c o n seillons d y postuler ; q u ant à e m p ê cher ceux qui en sont dépourvus d e n com brer la carrière, com m e vous dites, il n y a rien à faire en l état actuel de la législation. Ce même inconvénient au su rp lu s existe (si ça peu t vous consoler), p our bien d autres p rofessions libérales, et n importe qui, sans p o sséder le m o in dre diplôme p eu t se p a re r du titre d ingénieur ou d architecte p lus ou mùiiis «expert», voire m êm e d «avocih-conseil», etc. La France est un bien & doux pays». ce pas? nous écrit : è sers à m on père qui habite à quëls kilomètres de chez moi, une pen- '.Irmentaire, dans laquelle est com - je vin n écessaire à sa co n so m m a- -t-on raison dans ces conditions,:de aie faire payer le droit dé circulation sur ce vin que je ne vends pas, lorsque doux fois par an je m acquitte de mon obligation? Réponse. L article i 79, p a ra g ra p h e 2 du décret de codification du 21 ; d é cembre 1926, exem pte du droit de 'c irculation, les vins, cidres et p o irés q u un ferm ier à bail «em p h ytéo tiq u e à re n te» livre à son p ro p riétaire d an s l étendue du canton de récolle et dès c a n tons lim itrophes- Or dans votre pas p articu lier d,w# rente V serv ir vôtre 'père sa vie "durant, il nous sem ble bien que la Régie, «. par analogie de m o tifs», p eu t Ydlis' perm ettre dû fa ire ces tra n sp o rts svëét un sim ple' laissez-p àsser. '. - -Faites une d ém arche dans. ce sens auprès du R eceveur de votre C ahfdfi et nous serion- bien surpris- sf ' ethv n éfàit pas accueillie favorablem ent'.1' G. Merceîu;.,u, ' * p r è s m n i àdtjv tu' k S'fe- f. fi)

6 La Médaille M ilitaire des Combattants f "i1 UNE QUESTION DE M. L E SE N T E U R LNGLOIS M. Langlois, sénateur de l Oise, avait demandé à M. le Ministre de la Guerre à qui les anciens combattants de , ayant appartenu à des régiments actuellement dissous, doivent adresser leur demande relativement à l'obtention de la Médaille militaire, et comment ils pourront justifier de leurs litres. Le Ministre a fait la réponse suivante à M, Langlois : «Les demandes sont à adresser aux autorités ci-après : 1 en ce qui concern e les militaires appartenant aux réserves, aux chefs de corps ou service mentionnés sur le fascicule de mobilisation placé dans leur livret militaire. Dans le cas d affectations spéciales ou de non-affectation, à leur bureau de recrutement ; 2 en ce qui concerne les militaires réformés avec une invalidité de 10 à 60 % résultant de blessure de guerre, au général commandant la subdivision du domicile ; 3 en ce qui concerne les militaires réformés avec une invalidité minimum de 65 % résultant de blessure de guerre, au général commandant la subdivision du domicile ; 4 en ce qui concerne enfin les militaires définitivement dégagés de toutes obligations militaires par leur âge, par leur situation de famille, par réforme pour une cause autre que des blessures de guerre, à la condition qu ils aient des titres de guerre (blessures de guerre ou citation avec croix de guerre), au commandant du bureau de recrutement d origine (s il s agit des classes 1898 et postérieures) ; au ministère de la guerre, direction de l arme à laquelle ont appartenu les intéressés, infanterie cavalerie, etc... (s il s agit des claées 1887 et antérieures). Il est ajouté, dans tous les cas visés ci-dessus, la mande doit indiquer les nom, prénc date et lieu de naissance, adresse, crutement d origine et numéro m. cule à ce recrutement, grade, der, corps d affectation, dates des bles de guerre, numéros et dates des citalions, s il y a lieu, nature et origine des infirmités, taux d invalidité J La retraite du eombattaut Pour le chef de fa m ille nombreuse L lliance Nationale pour l accroissement de la population française vient d adresser à M. Marcel Héraud, so b s-secrétaire d Etat à la présidence du Conseil charg é de l étude de la retraite du combattant, une lettre où «Ile demande «que la pension açcor- «dée aux anciens combattants com- 1* porte une majoration de 20 pour cent («f pour chaque enfant vivant de moins ;«de 13 ans à la charge du retraité, et «pour chaque enfant élevé jusqu à l âge de 16 ans.»' L lliance Nationale fait savoir, à l appui de sa revendication, que l usure physique prématurée dont souffrent beaucoup d anciens combattants, a pour les chefs de fam ille des coffséquences plus dures encore que pour les sans enfants, vu l effort qu ils ont à fournir pour élever leur fam ille. Elle rappelle que les parents de famille nombreuse ne peuvent, dans la plupart des cas, faire des économies pour leurs vieux jours : c est pourquoi le systèm e des majorations est appliqué par la loi des retraites ouvrières et la loi des pensions. L lliance Nationale expose, en outre, que notre législation fiscale fait payer pour les fam illes nombreuses, notamment sous forme d impôts indirects, des taxes hors de proportion avec leurs facultés contributives. Si la retraite du combattant ne comporte pas de majorations pour charges de famille, les sommes que le père de plusieurs enfants versera durant des années sous forme d impôts,.pour sa part contributive aux centaines de millions que coûtera la «retraite», seront supérieures à celles qu il recevra lorsqu il aura atteint l âge de la pension.. -* J î propos de / \assurance obligatoire des chasseurs Le M inistre de l griculture a adressé la lettre suivante à M. Delpierre, sénateur de l Oise : Paris, le 6 janvier Monsieur le Sénateur, Vous avez appelé mon attention sur un vœu émis par le Conseil Général demandant, que tous les chasseurs soient obligés à contracter une assurance pour les accidents qu ils viendraient à occasionner aux personnes comme aux animaux, et vous m avez demandé de prendre l initiative d un projet de loi sur cette question. J ai l honneur de vous faire connaître que mes services ont mis à l étude, de concert avec ceux des ministères des Finances et du Travail et de la Prévoyance sociale, un projet de loi relatif aux assurances des chasseurs. Je vous signale en outre que M. Dessaint, député, vient de déposer sur le bureau de la Chambre des députés une proposition de loi tendant à assurer aux victimes des accidents de chasse une juste compensation du dommage subi ; cette proposition figure en annexe au procès-verbal de la séance du 22 octobre u. D autre part, M. Bouteille vient aussi de déposer, le 15 novembre dernier, une proposition de loi sur le même objet qui figure en annexe au procès-verbal ue la séance du 13 novembre 192 (n ), gréez, etc..., Le Ministre de l griculture, Jean HmpregsY. lies Fêtes de J e a tm i d flre à G o m p i è g n e LE COURRIER DE L OISE La ville de Gompiègne doit fêter, au mois de mai prochain, le 5 centenaire evauchée de Jeanne d rc. M. Fournier Sarlovèze, député-maire, veut qu en sa bonne ville où le culte de Jeanne est demeuré si vivant, il y ait une manifestation particulièrement grandiose. yigsûlstttêiif des fétçg du Grand Palais en 1929, organisateur aussi des magnifiques cortèges et tournois qui se déroulèrent à Compiègne avant la guerre, M. Fournier Sarlovèze désire reprendre la tradition interrompue par la guerre et il prépare, en ce moment le matériel artistique qui fera l admiration de tous. Dimanche 10 janvier, la municipalité conviait la presse à une sorte de répétition générale. Une place de la ville était entièrement décorée et illuminée comme le seront au mois de mai prochain toutes les rues par lesquelles se déroulera la nuit le cortège aux flambeaux qui réunira les autorités civiles, militaires et religieuses, en même temps que Jeanne d rc personnifiée par une jeune fille de Gompiègne fera îson entrée dans la ville comme elle lie fit en 1429, escortée par ses principaux lieutenants et ses gens d armes. La place du Change qui fut autrefois le lieu où les Lombards faisaient commerce d argent, était donc transformée dimanche. Les façades des immeubles, les devantures des magasins étaient décorées de tentures peintes, représentant des scènes de la vie de Jeanne d rc, de la vie au moyen âge, ou rappelaient la vie des anciennes corporations. ce sujet, il faut souligner l effort de la municipalité decomptègne. Elle désire rendre aux commerçants, aux industriels, aux artisans et même aux ouvriers, l esprit vraiment corporatif, c est-à-dire grouper les gens d un m ê me métier ou d une même profession, pour les unir dans des sentiments d amitié et de cordialité qui font trop souvent défaut à notre époque où l on ne voit généralement qu un concurrent dans l homme qui traite les mêmes affaires que vous. Et M. le Maire de Compiègne nous montre les attributs et les bannières magnifiquement décorés suivant des documents anciens. Puis nous circulons au milieu des saints patrons des corporations. C est un véritable paradis que cette collection de statuettes et même de statues, sculptées dans des bois anciens et gracieusement enluminées. Saint Èloi, patron des orfèvres et des maréchaux, saint Fiacre, patron des jardiniers, saint Yves patron des avocats, des magistrats et des notaires. Pour les blanchisseurs, c est saint Maurice, pour les brasseurs saint rnould ; saint Nicolas représente les boulangers, saint M ichel les épiciers, saint Balthaear les marchands de bois et les bûcherons et les imprimeurs ont pour patron saint Jean Porte Latine. Quatre-vingts statues sont là, toutes Plûs Jolies les unes que les autres et elles défileront le 17 mai, portées comme à l ancien temps sur des bâtons où sur des brancards par ceux qui, dans leur vie de travailleurs et de commerçants, se sont, volontairement ou non, rangés sous leurs bannières. La salle capitulaire de l ancienne chapelle Saint-Nicolas, dont la restauration est en voie d achèvement et qui contient de magnifiques boiseries sculptées du quatorzième siècle, va être a- ménagée pour abriter dorénavant les corporations locales. Celles-ci se réuniront quand elles le voudront et comme elles le voudront, au m ilieu des bannières et des statues 3 ui désormais ornementeront leur salle e réunion où, souhaitons-le, on discu tera dans le charme de ce lieu vraiment divin, autre chose que de la politique. la fin du déjeuner, auquel M. Fournier Sarlovèze avait convié les représentants de la presse, il leur a exposé le projet de la manifestation historique à laquelle il espère donner un caractère national au mois de mai prochain. Il les a ensuite conduits à sa demeure personnelle, musée d art ancien où ont été exposés les travaux qui s inspirant, des modèles authentiques du moyen âge, ressusciteront le passé inoubliable de la France héroïque. -» Fédération Française de Football-flssoeîation Sélection de l Oise contre Champion de l Oise Dimanche 9 février 1930, à Compiègne, Stade des Lilas, Sélection de l Oise contre Champion de l Oise (Stade Compiègnois). Composition de l Equipe sélectionnée : But : Âubriot, U. S. Greil-Saint-Just. rrières : Maupas, U. S. Creil-Saint- Just; Delacre, C. O. Ghambly-Moulin- Neuf. Demis : Patin, S.. G Montataire ; ubert, U. 8. Creil-Saint-Just ; Nadaud, U. 8. Greil-Saint-Just. n vants : Gruny, C. Montataire ; Delacourt, U. S. Sandricourt ; Samanos, U. 8. Greil-Saint-Just ; Carver, U. S. Chantilly ; Morin, G. 8. Marissel. Remplaçants : But : Bezançon, U. 8. Sandricourt.' rrières : Neckbrock, 8.. G Montataire Favre, G. S. Marissel. -.,,,4 Demis : Meggs, U. S. Chantilly ; Rinuit, G. S. Marissel. *. vant : Bellart, S.. G Montataire. Coup d envoi à 15 heures. Prix d Entrée : Tribunes, 4 francs Pelouse, 3 francs. Ce match étant organisé au profit de la Caisse de Secours du District aucune entrée de faveur ne sera délivrée, Concours général gricole de Paris M esure préven tive contre la F ièvre phteuse Dans le but d éviter la contamination pâteuse des animaux exposés et le angèr consécutif d un apport de la contagion dans les étables d origine, «S erv ices vétérinaires au Ministère ue 1 griculture, ont fait connaître (bulletin sanitaire, deuxième quinzaine de décembre) qu une application de la sérothérapie préventive serait pratiquée demande des exposants. D après les indications du Ministère, la fourniture du sérum est gratuite et les demandeurs n auront à supporter que les frais de visite du Vétérinaire chargé de la première inoculation. L intervention est facultative ; elle est réalisée en deux temps : Première injection sérique : au lieu d origine, avant tout déplacement. Deuxième injection : au Palais des Expositions, vivant réexpédition des a- nimaux. Les éleveurs de la quatrième région, Somme et Oise, désireux d envoyer des animaux à ce Concours, pourront réclamer le bénéfice de la sérumisation antiaphteuse préventive. Il leur suffira de faire connaître à la Direction des Services vétérinaires, Préfecture de la Somme, miens, avec leurs noms et adresse exacts, ceux du vétérinaire qu ils désirent voir chargé de l opération, ainsi que l espèce et le nombre des anim aux à protéger. Des instructions précises accompagneront l envoi du sérum. La révision du cadastre est imminente 1 La révision du cadastre! Il s agit là d une œuvre importante dont la réalisation est attendue depuis très longtemps. Retardée sans cesse pour des raisons budgétaires, elle avait reçu un commencement d exécution entre 1907 et La guerre mit un terme auxj travaux amorcés. Il ne fallait p as songer de sitôt à reprendre les révisions périodiques Mais, avec les années la différence entre les revenus réels et les revenus] matriciels d avant 1914 allait s accentuant. Sous peine de fausser entièrement l assiette de l impôt foncier des propriétés non bâties et d assurer la complicité de la loi à des inégalités criantes, l Etat ne p o u v ait plus conserver l expectative. Bientôt, intervint la loi du 12 m a rs 1924, complétée l an n ée suivante par une loi de juillet De nouveaux embarras financiers qui faillirent tourner à la catastrophe, rendirent la loi inopérante. Àüjourd hui l aisance relative du Trésor permet au Gouvernement de demander au Parlement, en vertu d un nouveau projet de loi, de commencer, dès cette année, le travail de révision et de le poursuivre jusqu au 31 décembre Sept années 1 C est peut-etre un peu court pour un objectif de cette envergure. Qu on veuille bien le remarquer, les opérations envisagées sont complexes. Elles relèvent à la fois de l ordre technique et de l ordre administratif. Il s agit, en résumé, de reconnaître sur le terrain toutes les parcelles et on en compte 170 millions, de noter, les; changements qu elles ont subis, soit dans leur culture, soit dans leur situation juridique, soit enfin dans leurs lim ites. Il faut, en outre, reclasser par catégories, refondre les tarifs à leur appliquer et mettre à jour les matrices cadastrales. Le Gouvernement prévoit une dépense de 400 millions répartie sur sept exercices. Elle paraît maigre, eu égard à l importance de l entreprise. Mais il sera toujours temps de mettre des rallonges. Ce qui importe en premier lieu, c est de conduire à bien la révision du ca-. dastre et le pjus promptement possible. L intérêt des particuliers est en jeu autant que l intérêt de l Etat. La Vie de Paris en 1928 Le trentième volume de La Vie de Parts de Jean-Bernard, vient de paraître. Le premier date de 1898, mais plusieurs années comportèrent deux tomes. L intérêt de ces recueils qui peuvent être considérés comme des répliques du célèbre Tableau de Paris, de Mercier, réside dans ce fait que Jean-Bernard, vieux journaliste de race, dont le cerveau est une encyclopédie, ne se contente pas d une sèche énumération des événements ni d un découpage au jour le four dans les gazettes. Il développe, à propos du plus mince incident, des commentaires anecdotiques pleins de pittoresque et de cou- IfeUT** Ce que cette Vie de Paris pourrait avoir contre elle, c est que le lecteur ait tendance à se dire : «1928? Je connais tout ce qui s est passé en 1928!... quoi bon feuilleter ces 520 pages % Non! monsieur! pourrait-on répondre, 1928 est d hier, c est vrai. Vous avez vécu en 1928, mais vous ne connaisse* rien de ce qui s est passé à cette Jate. Et le peu que vous connaissiez, voué l avez oublié. La Vie de Paris n instruit pas seulement les contemporains des événements actuels, qu il a oubliés ou ignorés, mai* fourmille d anecdotes historiques butinées par JeanJBernard au cours de sa carrière d écrivain et d informateur. Bien des conversations sont notées par lui. La Vie de Paris sera encore plus intéressante dans vingt ans ou dans cent an* que maintenant. Seulement, elle sera introuvable ou coûtera un prix fou. Jean-Bernard travaille pour nos petit* neveux et j ajouterai que c est à son éloge. J e a x - D h a ü l t, La Presse ssociée.

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s DROIT DE L INTERNET DROIT FRANÇAIS ET EUROPÉEN Céline CASTETS-RENARD Professeur à l'université de Toulouse Capitole 2e édition Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s TABLE DES MATIÈRES P réface...

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010 Présentation de la formation au Certificat d aptitude d professionnelle pour les aides spécialis cialisées, les enseignements adaptés s et la scolarisation des élèves en situation de handicap CAPA-SH Promotion

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 2 octobre 2010, présentée pour M. dem eurant au par M e G uéguen-carroll ; ande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 2 octobre 2010, présentée pour M. dem eurant au par M e G uéguen-carroll ; ande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1C REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. De Souza D ias M agistrat désigné Le Tribunal adm inistratif de Paris M m e B arrois de Sarigny R apporteur public

Plus en détail

JOSEPH ASCOLI 1848-1896. Naturalisation de Joseph et Lucie Ascoli : décret du Président de la République du 16 juillet 1890.

JOSEPH ASCOLI 1848-1896. Naturalisation de Joseph et Lucie Ascoli : décret du Président de la République du 16 juillet 1890. JOSEPH ASCOLI 1848-1896 Naissance de Joseph Ascoli. Epernay, 17 août 1848. Mariage de Joseph Ascoli et Lucie Schück. Paris (9 e arr.), 8 septembre 1875 (à consulter) Naturalisation de Joseph et Lucie Ascoli

Plus en détail

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim)

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Commune : Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Référence: IA00050914 Adresse : Aristide Briand (rue) 7 Titre de l œuvre : Brasserie Cartographie : Lambert2 ; 0970380 ; 2318500 Cadastre: 1980 7 120

Plus en détail

CAHIER DES CONDITIONS DE LA VENTE

CAHIER DES CONDITIONS DE LA VENTE C A B I N E T D A V O C A T S T A R T A N S O N S.E.L.A.R.L d Avocats 11, Avenue Joseph Reinach BP 68 04002 DIGNE-LES-BAINS Cedex 04.92.31.30.46 - Fax 04.92.31.46.64 e-mail : Tartanson-digne@wanadoo.fr

Plus en détail

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre P ro to c o le d e la re n c o n tre C h a m p io n a t r é g io n a le c o m ité Ile -d e -F r a n c e P ic a r d ie 2 9 a v r l 2 0 0 7 P is c in e d e N o g e n t s u r M a r n e 19:35 P ro to c o le

Plus en détail

SEANCE DU 31 MARS 2004

SEANCE DU 31 MARS 2004 SEANCE DU 31 MARS L an deux m ille quatre, le trente et un m ars, à vingt heures trente m inutes, le Conseil M unicipal de la Com m une de NOHANENT dûm ent convoqué, s est réuni en session ordinaire, à

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

S T A T U T S du GOLF CLUB DE SION CHAPITRE I. Article 1. Nom

S T A T U T S du GOLF CLUB DE SION CHAPITRE I. Article 1. Nom S T A T U T S du GOLF CLUB DE SION CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article 1 Nom Sous la désignation Golf Club de Sion (en abrégé : GCS) est constituée une association au sens des articles 60 et suivants

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

Demande. de bourse scolaire départementale. Année scolaire 2015/2016. Important. Délégation à l animation. Vous êtes actuellement

Demande. de bourse scolaire départementale. Année scolaire 2015/2016. Important. Délégation à l animation. Vous êtes actuellement Délégation à l animation Direction de l éducation, de la jeunesse et du sport Pôle éducation et sport At te nt ion : Pour déposer une demande de bourse scolaire départementale, il est impératif d avoir

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. ADJUDICATION : 14 juin 2013 MISE A PRIX : 200.000,00

CAHIER DES CHARGES. ADJUDICATION : 14 juin 2013 MISE A PRIX : 200.000,00 2120799 - PB/EB SCP ROUDET BOISSEAU LEROY - DEVAINE AVOCATS Siège : 87 avenue Gambetta 17100 SAINTES Tél : 05.46.74.23.40 Fax : 05.46.74.23.50 CAHIER DES CHARGES déposé le 21 mars 2013 ADJUDICATION : 14

Plus en détail

44 J École nationale des Arts décoratifs (E.N.A.D.)

44 J École nationale des Arts décoratifs (E.N.A.D.) ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE LA HAUTE-VIENNE 44 J École nationale des Arts décoratifs (E.N.A.D.) (1880-1974) Répertoire numérique Par M.-C. Desroche Fouquet Révisé le 04.05.2015 Limoges 1998 1 Sommaire

Plus en détail

Une année. La nourriture p.83. La famille. Les métiers. L école. La vie politique p.100. Les modes de déplacement p.103. Les vacances p.

Une année. La nourriture p.83. La famille. Les métiers. L école. La vie politique p.100. Les modes de déplacement p.103. Les vacances p. Une année enfrance La famille p.76 Les animaux de compagnie p.79 La nourriture p.83 s venez d arriver en France pour une année scolaire complète. V ous fait ites con onna nais issa sanc nce avec la fa

Plus en détail

PREFECTURE DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES LIBERTES PUBLIQUES

PREFECTURE DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES LIBERTES PUBLIQUES PRÉFÈTE DU CHER PREFECTURE DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES LIBERTES PUBLIQUES Bureau de la réglementation générale et des élections Tél. : 02-48-67-35-45 Fax : 02-48-67-34-41 www.cher.gouv.fr DEMANDE

Plus en détail

Rédiger STATUTS DE L ASSOCIATION

Rédiger STATUTS DE L ASSOCIATION Nouspublionsci-dessousle modèlede statutstypes élaborésparle Conseild État, et publiés par le ministère de l Intérieur. Ce modèle est proposé aux associations qui sollicitent la reconnaissance d utilité

Plus en détail

Pièces à fournir ou renseignements à donner

Pièces à fournir ou renseignements à donner Aide sociale CIAS Justificatif de ressources Attestation d accueil Autorisation de sortie du territoire Certificat d immatriculation Carte nationale (durée de validité : 10 ans) Carte d électeur Célébration

Plus en détail

C est un grand honneur pour moi d accueillir à Meaux le Championnat de France FSGT de Judo Ju-jitsu.

C est un grand honneur pour moi d accueillir à Meaux le Championnat de France FSGT de Judo Ju-jitsu. Madame, Mademoiselle, Monsieur, C est un grand honneur pour moi d accueillir à Meaux le Championnat de France FSGT de Judo Ju-jitsu. Avec Christian Allard, Maire-Adjoint délégué aux Sports et à la Santé,

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 20 juin 2011, présentée pour M. à par Me Guéguen-Carroll ; M. dem ande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 20 juin 2011, présentée pour M. à par Me Guéguen-Carroll ; M. dem ande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CERGY-PONTOISE lv N 1105087 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. M erenne M agistrat désigné M me Chavrier R apporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise

Plus en détail

&RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$

&RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$ &RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$ &KDSLWUH/DPpWKRGHHWOHPRGqOHFRPSWDEOH L enregistrem ent des flux économ iques en com ptabilité doit se faire en respectant un principe fondam ental : OHSULQFLSHGHODSDUWLHGRXEOH.

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

INDEX CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES FORMALITÉS DOUANIÈRES ET SIMILAIRES SOCIÉTÉ DES NATIONS. et aux Membres de la Société.]

INDEX CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES FORMALITÉS DOUANIÈRES ET SIMILAIRES SOCIÉTÉ DES NATIONS. et aux Membres de la Société.] [C om m uniqué au Conseil Q (fô(b)9 M. 24 (b). 1924. fi. et aux Membres de la Société.] SOCIÉTÉ DES NATIONS Genève, le 17 septembre 1924. INDEX AUX COMPTES RENDUS DE LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES

Plus en détail

SKI - CLUB - EST STATUTS

SKI - CLUB - EST STATUTS SKI - CLUB - EST STATUTS TITRE I : Intitulé - Objet social - Siège social - Durée - Affiliation Article 1 : Intitulé L association ayant pour titre «SKI-CLUB-EST» (abréviation de SKI CLUB des Cheminots

Plus en détail

UNITES DE VALEUR PRESENTEES PAR LE CANDIDAT : cochez la ou les options retenues

UNITES DE VALEUR PRESENTEES PAR LE CANDIDAT : cochez la ou les options retenues PRÉFÈTE DU CHER PREFECTURE DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES LIBERTES PUBLIQUES Bureau de la réglementation générale et des élections Tél. : 02.48.67.35.45 Fax : 02.48.67.34.41. www.cher.gouv.fr DEMANDE

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

L autorisation de circuler pourra être retirée ou suspendue lorsque :

L autorisation de circuler pourra être retirée ou suspendue lorsque : 0$,5,('(6$55(%285* 26$55(%285* $55(7( 5(*/(0(17$17/(67$;,66$55(%285* /(0$,5('(/$9,//('(6$55(%285* 98, l article L 181-39 du Code des Communes qui charge le maire de l exercice du pouvoir de police ; VU,

Plus en détail

PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4

PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4 PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4 PARQUET GENERALITES Registre de circulaires (1816-1823), vrac salle 36, travée 153, t 2 Statistiques : Statistiques annuelles

Plus en détail

Maison des Services Publics

Maison des Services Publics brignoles.fr la Maison des Services ublics Une porte d entrée unique pour tous... pour vous faciliter la vie au quotidien! Un peu d histoire Au XIII e siècle, l établissement servit d abord d hospice.

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 ER JUIN 2012

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 ER JUIN 2012 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 ER JUIN 2012 L an deux mille douze et le premier juin à 21 heures, le Conseil Municipal de cette Commune, régulièrement convoqué, s est réuni au nombre

Plus en détail

MISSION LOCALE DU BASSIN D EMPLOI DE BESANCON

MISSION LOCALE DU BASSIN D EMPLOI DE BESANCON MISSION LOCALE DU BASSIN D EMPLOI DE BESANCON Statuts 28/05/2013 Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et

Plus en détail

STATUTS DES FOYERS RURAUX

STATUTS DES FOYERS RURAUX STATUTS DES FOYERS RURAUX Extraits de la déclaration en date du 21 juin 1977 faisant connaître la constitution de l association sous le N 73/77. I BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : L Association

Plus en détail

CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE

CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE 2120177 SCP ROUDET BOISSEAU LEROY - DEVAINE AVOCATS Siège : 87 avenue Gambetta 17100 SAINTES Tél : 05.46.74.23.40 Fax : 05.46.74.23.50 CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE POURSUIVIE PAR-DEVANT LE JUGE DE L'EXECUTION

Plus en détail

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains «Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains Il y a u n p e u p lu s d u n a n, l a rrê t d e R o u x (1 ) a va it cla ire

Plus en détail

Les points principaux sont repris ci-après, sous l entière responsabilité de l acquéreur et sous toutes réserves d usage.

Les points principaux sont repris ci-après, sous l entière responsabilité de l acquéreur et sous toutes réserves d usage. 1 -( CAHIER DES CHARGES DE LA VENTE DE FONDS DE COMMERCE SUITE A LA LIQUIDATION JUDICIAIRE DE LA SARL LE MATAFAN ENSEIGNE «LE MATAFAN» 33 RUE SAINTE CLAIRE 7400 ANNECY De la vente aux enchères publiques

Plus en détail

N ET ICA. STATUTS AU 15.06.2013 R ÈG LEM ENT INTÉRIEUR au 20-06-2015

N ET ICA. STATUTS AU 15.06.2013 R ÈG LEM ENT INTÉRIEUR au 20-06-2015 STATUTS AU 15.06.2013 R ÈG LEM ENT INTÉRIEUR au 20-06-2015 1 N ET ICA Union natic inale des Experts traducteurs interprètes près les cours d appel Siège : c/o Certex, 31 rue du Rocher - 75008 Paris De

Plus en détail

planification funéraire RECUEIL

planification funéraire RECUEIL RECUEIL de planification funéraire Votre planification funéraire Ce recueil est mis à votre disposition par La Résidence Funéraire Steve L. Elkas afin de vous épauler dans toutes vos démarches entourant

Plus en détail

FICHE DE RENSEIGNEMENTS INTENDANCE

FICHE DE RENSEIGNEMENTS INTENDANCE FICHE DE RENSEIGNEMENTS INTENDANCE Responsable(s) principal(aux) Père et Mère Père Mère Tuteur : Situat.de famille : Marié(e) Veuf(ve) Pacsé(e) Vie maritale Séparé(e)* Divorcé(e)* Célibataire * Il est

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les animateurs RAM restent à votre disposition pour vous renseigner : ...

NOTE D INFORMATION. Les animateurs RAM restent à votre disposition pour vous renseigner : ... NOTE D INFORMATION Vous avez choisi de faire garder votre enfant par un(e) assistant(e) maternel(le). La législation (loi du 27 juin 2005, articles L773-1 et suivants du code du travail et la convention

Plus en détail

ORCHESTRE NATIONAL D ILE DE FRANCE, ci-après dénommée «l Orchestre» Le siège social est fixé au 19, rue des écoles, 94140 Alfortville.

ORCHESTRE NATIONAL D ILE DE FRANCE, ci-après dénommée «l Orchestre» Le siège social est fixé au 19, rue des écoles, 94140 Alfortville. Association déclarée le 31 juillet 1973 sous le numéro 1258 à la Sous-Préfecture de Palaiseau régie par la Loi du 1 er juillet 1901 STATUTS I - But et composition de l Association Article 1er - Forme Il

Plus en détail

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder La Longévité réussie En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder le 03.10.2007. L ami Milan L ami Milan, L ami béni, L ami de mille ans.

Plus en détail

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau)

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Commune : Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Référence: IA00061614 Adresse : Titre de l œuvre : Principale (rue) 44 Ferme Cartographie : Cadastre : Lam berti ; 0991920 ; 1135190 1898 2 99 Dossier :

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Loi du 15 décembre 1922 étendant aux exploitations agricoles la législation sur les accidents du travail 1 (Bulletin de l Inspection du travail et de l hygiène industrielle, 1922) Le Sénat et la Chambre

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

Statuts. TITRE I But et composition

Statuts. TITRE I But et composition Société Française de Médecine de l Exercice et du Sport Statuts La Société Française d Éducation physique et de sport est devenue le 14 décembre 1967 la Société Française de Médecine du Sport (marque déposée),

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT ***********

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** ARTICLE 1 : CONSTITUTION, APPELLATION, DUREE. Il est constitué une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Lavans-Vuillafans. Premier inventaire. Dépôt de 1974

Lavans-Vuillafans. Premier inventaire. Dépôt de 1974 Lavans-Vuillafans Les archives de la commune de Lavans-Vuillafans ont fait l objet de deux inventaires différents correspondant à deux dépôts successifs. Ils sont ici présentés à la suite l un de l autre

Plus en détail

En 6 Choisis ton thème

En 6 Choisis ton thème E. S. P. C. ST-JOSEPH Collèges - L.E.G.T.P. Lycée Professionnel - Enseignement Supérieur IFCA En 6 Choisis ton thème Choisis ton thème Choisis ton thème 23, avenue Georges Pompidou 24000 PERIGUEUX Tél

Plus en détail

STATUTS CLUB MUNICIPAL DE NATATION DE DIEPPE

STATUTS CLUB MUNICIPAL DE NATATION DE DIEPPE STATUTS CLUB MUNICIPAL DE NATATION DE DIEPPE I. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : Constitution, Dénomination, Objet Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail

LICITATION CAHIER DES CHARGES ET DES CONDITIONS DE VENTE

LICITATION CAHIER DES CHARGES ET DES CONDITIONS DE VENTE SELARL ACTÉ JURIS Avocats Associés 19, rue Pierre Loti 17200 ROYAN Tél. : 05 46 05 42 44 Fax : 05 46 05 40 72 1, Cours Lemercier 17100 SAINTES Tél. : 05 46 74 66 06 Fax : 05 46 97 27 97 81, rue du Rempart

Plus en détail

COMPAGNIE DES EXPERTS DU BATIMENT, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L INDUSTRIE STATUTS

COMPAGNIE DES EXPERTS DU BATIMENT, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L INDUSTRIE STATUTS COMPAGNIE DES EXPERTS DU BATIMENT, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L INDUSTRIE STATUTS 1- CONSTITUTION 1-1 Régime : La Compagnie des Experts est une association à but non lucratif, régie par la Loi du 1 er Juillet

Plus en détail

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S C H A P I T R E 6. 1. L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S Article 6.1.1. Objectif Le présent

Plus en détail

AMICALE JULES RICHARD Siège social : à l Ecole, 21 rue Carducci PARIS 75019 Président fondateur : Monsieur Jules RICHARD

AMICALE JULES RICHARD Siège social : à l Ecole, 21 rue Carducci PARIS 75019 Président fondateur : Monsieur Jules RICHARD AMICALE JULES RICHARD Siège social : à l Ecole, 21 rue Carducci PARIS 75019 Président fondateur : Monsieur Jules RICHARD STATUTS TITRE 1 DENOMINATION ET BUT DE LA SOCIETE ARTICLE PREMIER Il est formé entre

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

BAIL D APPARTEMENT M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT :

BAIL D APPARTEMENT M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : BAIL D APPARTEMENT Entre les soussignés : M.. domicilié à Tél... dénommé le «Bailleur», ET M...... domicilié à Tél.. dénommé le «Preneur». IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : Article 1 Objet Par la présente,

Plus en détail

CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE

CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE Articles R 322 10 et R 322 11 du Code des Procédure Civiles d Exécution CLAUSES ET CONDITIONS auxquelles seront vendus au plus offrant et dernier enchérisseur, à lʹaudience

Plus en détail

Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010

Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010 Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010 AMICALE DES ANCIENS C.A.M. 64 Cher Adhérent, Soucieux d aider tous nos adhérents, notre Amicale vous propose un dossier d aide pour accomplir les formalités

Plus en détail

PROCES VERBAL DE CONSTAT DESCRIPTIF

PROCES VERBAL DE CONSTAT DESCRIPTIF PROCES VERBAL DE CONSTAT DESCRIPTIF L an DEUX MILLE QUINZE, et le VINGT TROIS FEVRIER, A la requête de : Le CREDIT LOGEMENT, société Anonyme au capital de 1.253.974.758,25 Euros, immatriculée au Registre

Plus en détail

MAX ET FRANÇOISE GAUGRY, AVOCATE

MAX ET FRANÇOISE GAUGRY, AVOCATE MAX ET FRANÇOISE GAUGRY, AVOCATE Archives personnelles et professionnelles. 1906-1968 Communicabilité : Article 1 : immédiat Articles 2-3 : 100 ans (affaires concernant des mineurs ou pouvant porter atteinte

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2010-109 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

Deux Sujets d inquiétudes

Deux Sujets d inquiétudes 108" ANNEE. N 7. LE NUMERO \ ' t \ a T CENTIM ES DIMANCHE 14 FEVRIER 1937 JOURNAL DE L ARRONDISSEMENT DE SENLIS Paraissant le Dimanche Un an...,... «nais. A nom Huro»i 10 «_A_ IE3 O 1ST TST E l VU ZE IST

Plus en détail

An n ex e I Les inst ructions et les not es sont disponibles à la fin du docum ent.

An n ex e I Les inst ructions et les not es sont disponibles à la fin du docum ent. An n ex e I Les inst ructions et les not es sont disponibles à la fin du docum ent. CON TRAT DE FORM ATI ON POUR LES M OBI LI TES DE STAGE Le st ag iair e Nom ( s) Prénom ( s) Date de naissance Nat ionalit

Plus en détail

ASSOCIATION «MARSEILLE Horizon» pour la PROMOTION de MANIFESTATIONS SPORTIVES & EDUCATIVES à MARSEILLE

ASSOCIATION «MARSEILLE Horizon» pour la PROMOTION de MANIFESTATIONS SPORTIVES & EDUCATIVES à MARSEILLE ASSOCIATION pour la PROMOTION de MANIFESTATIONS SPORTIVES & EDUCATIVES à MARSEILLE Titre 1 - CONSTITUTION - OBJET - SIEGE SOCIAL - DUREE Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

Ordonnance sur l établissement de l inventaire de la succession en vue de l impôt fédéral direct

Ordonnance sur l établissement de l inventaire de la succession en vue de l impôt fédéral direct Ordonnance sur l établissement de l inventaire de la succession en vue de l impôt fédéral direct (Oinv) 642.113 du 16 novembre 1994 Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 199 de la loi fédérale du 14 décembre

Plus en détail

Cahier. de lecture syllabique. dès ans

Cahier. de lecture syllabique. dès ans C l é m e n t i n e D e l i l e J e a n D e l i l e Cahier de lecture syllabique 6 dès ans Méthode de lecture syllabique Des exercices pour s entraîner à bien lire Ce cahier contient plus de 200 exercices

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

NOM DE L ELEVE :.. Dossier à rendre complété avant le 16 Mars 2015 (afin de vous éviter le temps des formalités lors de la pré-rentrée).

NOM DE L ELEVE :.. Dossier à rendre complété avant le 16 Mars 2015 (afin de vous éviter le temps des formalités lors de la pré-rentrée). Dossier à rendre complété avant le 16 Mars 2015 (afin de vous éviter le temps des formalités lors de la pré-rentrée). NOM DE L ELEVE :.. Prénom : I. DOCUMENTS A RETOURNER A L ETABLISSEMENT Réservé à l

Plus en détail

CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE

CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE SELARL ACTÉ JURIS Avocats Associés 81, rue du Rempart St Claude 17000 LA ROCHELLE Tél. : 05 46 41 18 60 Fax. : 05.46.41.01.89 19, rue Pierre Loti 17200 ROYAN Tél. : 05 46 05 42 44 Fax : 05 46 05 40 72

Plus en détail

REUNION CONSEIL MUNICIPAL DU 9 DECEMBRE 2010

REUNION CONSEIL MUNICIPAL DU 9 DECEMBRE 2010 REUNION CONSEIL MUNICIPAL DU 9 DECEMBRE 2010 L an deux mil dix, le neuf décembre à vingt heures trente, le Conseil Municipal de COUHE (Vienne), régulièrement convoqué, s est réuni dans le lieu habituel

Plus en détail

Bulletin officiel 236 MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION. Bulletin officiel

Bulletin officiel 236 MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION. Bulletin officiel MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Bulletin officiel Juillet 2014 Directeur de la publication : Lucie Muniesa Rédactrice en chef : Pascale Compagnie Secrétaire de rédaction : Éric Rouard Contact

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c.

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c. Cour de cassation - chambre civile 3 Audience publique du 28 mars 2012 Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c./ Société civile immobilière Domaine de Champigny Décision attaquée

Plus en détail

INSTITUT PASTEUR DE LILLE. FONDATION RECONNUE D UTILITÉ PUBLIQUE par Décret en date du 1er avril 1898 STATUTS

INSTITUT PASTEUR DE LILLE. FONDATION RECONNUE D UTILITÉ PUBLIQUE par Décret en date du 1er avril 1898 STATUTS INSTITUT PASTEUR DE LILLE FONDATION RECONNUE D UTILITÉ PUBLIQUE par Décret en date du 1er avril 1898 STATUTS DÉCRET relatif à la Déclaration d utilité publique de l INSTITUT PASTEUR DE LILLE LE PRÉSIDENT

Plus en détail

Acte de décès François Moreau, 19 décembre 1838 à Placé

Acte de décès François Moreau, 19 décembre 1838 à Placé Acte de décès François Moreau, 19 décembre 1838 à Placé L an mil huit cent trente huit, le dix neuf décembre, par devant nous, Jean-Baptiste François Erault, maire officier de l état civil de la commune

Plus en détail

Pour le prix de ce livre... 18-10-2006 16:58 Page 11

Pour le prix de ce livre... 18-10-2006 16:58 Page 11 Pour le prix de ce livre... 18-10-2006 16:58 Page 11 J a p p a rtie n s à u n e g é n é ra tio n q u i a a im é la b a g n o le. Ju sq u à la d é ra iso n. À d ix -h u it a n s, j a c h e - ta is u n e

Plus en détail

Archives départementales de l Isère

Archives départementales de l Isère Saint-Siméon-de-Bressieux Intitulé : Commune de Saint-Siméon-de-Bressieux Dates extrêmes : an XII-1969 Importance matérielle : 1,15 ml, 17 articles Niveau de description : dossier Notice historique : Commune

Plus en détail

STATUTS. Tennis Club Municipal du Tampon 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS. Tennis Club Municipal du Tampon 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Tennis Club Municipal du Tampon STATUTS 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article premier L association dite Tennis Club Municipal du Tampon, fondée en 1962, a pour objet la pratique physique du

Plus en détail

d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d a p té e

d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d a p té e P o u r r é p o n d r e a u x b e s o in s d u c o m m e r c e e t d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d

Plus en détail

C O N T A C T P R E S S E

C O N T A C T P R E S S E D O S S IER D E P R ES S E - BIEN VIEILLIR DANS LA DRÔM E un nouveau service pour les personnes âgées et leurs proches C O N S E IL G É N É R A L D E L A D R Ô M E - C É L IN E R O U P IO Z 1 SOM M AIRE

Plus en détail

Ordonnance concernant l inscription des pactes de réserve de propriété

Ordonnance concernant l inscription des pactes de réserve de propriété Ordonnance concernant l inscription des pactes de réserve de propriété 211.413.1 du 19 décembre 1910 (Etat le 24 décembre 2002) Le Tribunal fédéral, Chambre des poursuites et des faillites, vu l art. 715

Plus en détail

LE SOUVENIR FRANCAIS Association Nationale Fondée en 1887 Reconnue d utilité publique le 1 er février 1906

LE SOUVENIR FRANCAIS Association Nationale Fondée en 1887 Reconnue d utilité publique le 1 er février 1906 Statuts LE SOUVENIR FRANCAIS Association Nationale Fondée en 1887 Reconnue d utilité publique le 1 er février 1906 Statuts : 11 / 09 / 2008 1. BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 er L association

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

REGL EM ENT D E L A C O NS UL TA TIO N ((RC ) n d e m arc hé 14 000 03. D ate : A vril2014

REGL EM ENT D E L A C O NS UL TA TIO N ((RC ) n d e m arc hé 14 000 03. D ate : A vril2014 R.C. page 1/8 ETA B L IS S EM ENT P UB L IC D U M US EE NA TIO NA L D E L A M A RINE 16 plac e d u Troc ad ero 7 5 116 P aris Franc e REGL EM ENT D E L A C O NS UL TA TIO N ((RC ) n d e m arc hé 14 000

Plus en détail

STATUTS TITRE I OBJET DÉNOMINATION SIÈGE DURÉE ARTICLE 1

STATUTS TITRE I OBJET DÉNOMINATION SIÈGE DURÉE ARTICLE 1 STATUTS Edition 03 du 13 décembre 2009 _ Assemblée générale extraordinaire du 16 janvier 2010 ayant pour objet le changement des statuts et règlement intérieur. Titre de l Association : TENNIS CLUB DU

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 13 JUIN 2008

PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 13 JUIN 2008 ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 7.000.632 Euros Siège social : 3 avenue de Chartres 60500 Chantilly RCS Senlis 393 376 801 PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE

Plus en détail

Les points principaux sont repris ci-après, sous l entière responsabilité de l acquéreur et sous toutes réserves d usage.

Les points principaux sont repris ci-après, sous l entière responsabilité de l acquéreur et sous toutes réserves d usage. 1 -( CAHIER DES CHARGES DE LA VENTE DU DROIT AU BAIL COMMERCIAL SUITE LIQUIDATION JUDICIAIRE SIMPLIFIEE DE MADAME ESTHER DUMONT ENSEIGNE «LES TENDANCES D ESTHER» 105 RUE DU MONT JOLY 74700 SALLANCHES De

Plus en détail

Recherches à Paris Racines, 2010

Recherches à Paris Racines, 2010 Recherches à Paris Recherches à Paris 1. Particularités parisiennes 2. Les Archives de Paris 3. L état civil parisien 4. Autres sources 5. Quelques cas pratiques 6. Bibliographie Particularités parisiennes

Plus en détail