Entreprises et Sécurité Routière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Entreprises et Sécurité Routière"

Transcription

1 Entreprises et Sécurité Routière Décembre 1999 sécurité r o u t i è r e 1

2 2

3 Sommair ommaire Le contexte Des idées reçues Alors que la sécurité est source de productivité L insécurité : facteur de dysfonctionnements et de charges élevées Rentabilité et progrès escomptés Prévenir le risque routier en entreprise : des solutions existent Les acteurs et les partenaires de la prévention.. 14 La démarche de maîtrise du risque routier

4 4

5 LE CONTEXTE L accident du travail représente un enjeu humain et économique considérable pour la collectivité et pour les entreprises elles-mêmes. Le e risque routier en entreprise eprise Les enjeux Depuis 10 ans, les accidents de la circulation liés au travail représentent : l 13 à 14 % des accidents avec ec arrêt de trav avail ail l 23 à 25 % des accidents avec ec incapacité permanent ermanente l 54 à 59 % des accidents mortels els du trav avail ail (1060 à 1300 par an) Selon les données publiées par la C.N.A.M., sur un total de près de accidents du travail, les accidents de trajet et de circulation mission représentent accidents soit 13,5% du total. Ils sont en outre à l origine de plus de 50% des décès consécutifs à un accident du travail. Si l entreprise est de plus en plus performante dans le domaine de la réduction du nombre et de la gravité des accidents du travail en général, il apparaît que l accident lié à la circulation, parce qu il se produit la plupart du temps en dehors de l entreprise, n est pas encore suffisamment pris en compte. Pourtant, en raison de l augmentation constante de la circulation automobile au cours des 20 dernières années, l entreprise se trouve régulièrement confrontée à la réalité de ce risque, qu il s agisse des déplacements professionnels proprement dits ou des trajets domicile travail, réalisés au moyen d un véhicule de l entreprise mis à disposition ou du véhicule personnel du salarié. 5

6 DES IDEES RECUES... Or, les entreprises sont encore trop peu nombreuses à mettre en oeuvre des programmes de prévention du risque routier. Ce phénomène trouve son explication dans divers facteurs qui constituent les principaux obstacles à une plus large mobilisation. On relève ainsi des idées reçues telles que : l l insécurité routière est perçue comme un phénomène de société dont le traitement relève de la responsabilité de l Etat. Par ailleurs l accident routier, du fait qu il est un risque trop souvent banalisé, se justifie par la fatalité, l l accident routier se produit la plupart du temps à l extérieur de l entreprise, il est occasionné par des conducteurs livrés à eux mêmes qui échappent au contrôle de l entreprise impuissante pour agir. L acte de conduite n est pas considéré comme une tâche à part entière, mais comme un acte banal relevant de la responsabilité individuelle de chacun, l l organisation du système de gestion des entreprises ne permet pas d isoler et de comptabiliser avec précision le coût réel des accidents et notamment les coûts induits, l il est plus facile de rendre définitivement sûre l utilisation d une machine par la mise en place de dispositifs de protection adaptés, que de modifier durablement les comportements en matière de sécurité routière qui font appel à des techniques complexes et ne sont jamais définitivement acquis. En un mot, on considère que la maîtrise de ce risque n entre pas dans le champ de compétence de l entreprise... 6

7 ALORS QUE LA SECURITE EST SOURCE DE PRODUCTIVITE... Malgré le poids croissant des impératifs économiques et des difficultés conjoncturelles qui accentuent souvent des pratiques défavorables à la sécurité routière (rotation excessive des véhicules, incitation à la vitesse...), les actions menées depuis plusieurs années par un nombre croissant d entreprises, ont permis de réduire de façon significative, durable et rentable, le nombre et la gravité des accidents du travail liés à la circulation. La prévention est économiquement rentable pour l entreprise. L insécurité routière constitue en effet une lourde charge, qu il s agisse de coûts directs et/ou de coûts induits. On perçoit donc l intérêt de l entreprise à mettre en place une politique visant à réduire le coût de sa sinistralité. L objectif de rentabilité financière d un programme de prévention du risque routier, au-delà des aspects humains et sociaux (absentéisme, dysfonctionnements internes) économiques, financiers et commerciaux, justifie en permanence sa mise en oeuvre et sa pérennisation dans l entreprise. 7

8 L INSECURITE : FACTEUR DE DYSFONCTIONNEMENTS ET DE CHARGES ELEVEES. L insécurité routière génère des coûts qui grèvent lourdement le budget des entreprises. Transf ansfer ert Le e coût oût réel des accidents 1F l prime flott lotte e auto l autres es primes (marchandises transportées...) l cotisations accidents du trav avail ail (quote-part correspondant aux accidents avec véhicules) Ret etention ention l A uto assur suran ance l Interruption de l activité l A utres dommages 2 F à 3 F l fran anchises l risques non garantis antis (dommages non assurés ou non couverts) l temps per erdu l immobilisation véhicule (location d un véhicule de remplacement) l immobilisation salarié (intérimaire, etc) l remplac emplacement ement (véhicule détruit, marchandises perdues, à reconditionner) l D ommages immatériels l per ertes es commer ommerciales, d image de marque, conf onfian iance des salariés... 8 A) LES COÛT OÛTS S DIRECTS Sur les 41 milliards de francs versés chaque année à la sécurité sociale au titre des cotisations patronales, 9 milliards de francs sont directement imputables aux accidents de trajet et de circulation-mission (soit 23 % du total). Le coût des primes d assurances versées par les entreprises disposant d une flotte automobile s élève à plus de 7 milliards par an.

9 B) DES COÛT OÛTS S INDUITS S ENCORE MÉCONNUS PAR LES ENTREPRISES. Les accidents de la circulation touchent aussi l entreprise en termes de dépenses et de manques à gagner. Ces coûts peuvent représenter entre 2 et 3 fois le montant des coûts directs. Dispersés dans différentes fonctions, ils restent méconnus de nombreuses entreprises..les es coûts matériels : coûts d immobilisation des véhicules accidentés, coûts de réparations non pris en charge par l assurance, montant des franchises d assurance, frais de manutention, frais de location d un autre véhicule, pertes financières sur le crédit ou le leasing, frais de remplacement du véhicule accidenté....les es coûts salariaux : heures perdues par le chauffeur, coût d une personne intérimaire....les es coûts administratif atifs : amendes, frais de contentieux....les coûts commer ommerciaux : pénalités de retard de livraison, pertes de clientèle, détérioration de l image de marque de l entreprise....les coûts sociaux : détérioration du climat social, «turn-over...».les coûts de produc duction : fabrication détruite, vérification des produits apparemment non endommagés par l accident....les coûts humains : le décès accidentel d un cadre dirigeant ou du PDG d une PME peut mettre en péril une entreprise toute entière. C) LE RISQUE DE VOIR ENGAGEE GEE LA RESPONSABILITE DE L ENTREPRISE Quand un conducteur, agissant en qualité de préposé, commet une infraction au code de la route, le tribunal peut, en application de l article L 21 dudit code, décider que le paiement des amendes de police sera, en partie ou en totalité, mis à la charge du commettant. Le code pénal réprime par ailleurs les manquements à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement occasionnant 9

10 la mort d autrui ( art , 3 ans d emprisonnement et francs d amende ) ou une incapacité totale de travail de plus de 3 mois ( art , 2 ans d emprisonnement et francs d amende ). Enfin, le fait d exposer directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement est puni, en application des dispositions de l article du code pénal, d un an d emprisonnement et de francs d amende. 10

11 RENTABILITE ET PROGRES ESCOMPTES... La réduction de l insécurité routière participe également à l allégement des charges, à la restauration de la compétitivité et à l instauration d un concept qualité sécurité. La qualité La prise en compte par l entreprise de la sécurité de ses déplacements professionnels optimise sa performance en termes de qualité des produits manufacturés ou des services rendus. La prévention est donc aussi un outil essentiel de la productivité des entreprises. Les nouvelles techniques de gestion telles que la mise en place de plans qualité, de procédures zéro défaut, la mise en oeuvre de techniques de flux tendus supposent, pour être efficaces, que la sécurité des déplacements des personnes et des marchandises soit bien maîtrisée. L image de marque : Les entreprises ont le souci de donner d elles une bonne image de marque. La flotte d entreprise est un vecteur de communication qui véhicule cette image. Celle-ci peut être altérée si les véhicules sont souvent accidentés, sales, mal entretenus... Une mauvaise image de marque, fut-elle momentanée, a un coût pour l entreprise (même s il est difficile de le chiffrer) et constitue un frein important au développement commercial de l entreprise. Le moteur social et humain : Une bonne maîtrise du risque routier contribue à l amélioration du bien être au travail et à l instauration d un bon climat social dans l entreprise, propice à l amélioration de sa productivité. L amélioration ation des per erforman ormances : Une politique de prévention efficace induit un allégement considérable des charges qui pèsent sur les entreprises : minoration des cotisations patronales, baisse des primes versées aux sociétés d assurance, 11

12 intéressement aux résultats obtenus dans le cadre des programmes de prévention. La réduction des cotisations accidents du trav avail ail Il existe trois régimes de tarification des entreprises, proportionnels à l importance et à la gravité des risques professionnels. La CNAMTS et les CRAM, grâce au fonds national de prévention des accidents du travail, ont la possibilité d encourager la prévention par conventions d objectifs. Les minorations de cotisations peuvent atteindre 25% pour ce qui concerne les accidents du travail. Pour les accidents trajet, la diminution peut représenter à elle seule entre 0,1% et 0,5% de la masse salariale. Des avances et subventions permettent de réaliser des aménagements ou des actions destinés à améliorer la sécurité. En fonction des résultats obtenus, une avance peut se transformer en subvention. Un ret etour sur investis estissement sement lié à la bais aisse se de la prime d assur suran ance. Un programme de prévention du risque routier peut permettre à l entreprise de déterminer très précisément la nature et les garanties qu elle souhaite souscrire et de limiter ainsi ses dépenses en matière d assurance. Au vu des résultats obtenus par les entreprises ayant mis en place des programmes de prévention, certaines sociétés d assurances consentent des réductions significatives du montant des cotisations annuelles. 12

13 PRÉVENIR LE RISQUE ROUTIER EN ENTREPRISE : DES SOLUTIONS EXISTENT... Le traitement de l insécurité routière en entreprise est complexe. Il demande, de la part de l entreprise, une véritable prise de conscience de la nécessité d engager une démarche de fond. Afin de soutenir la mobilisation des entreprises, une réflexion commune engagée par les partenaires les plus impliqués - dont notamment, les sociétés d assurance et la CNAMTS - a permis d élaborer une démarche concrète de prévention du risque routier. 13

14 LES ACTEURS ET LES PARTENAIRES DE LA PRÉVENTION. les acteurs internes à l entreprise. eprise. Lors de la mise en oeuvre d un programme de prévention du risque routier, une structure de coordination interne à l entreprise doit être constituée. Celle-ci implique notamment : l la direction générale qui anime et coordonne la mise en oeuvre du programme et doit faire preuve d une implication réelle, forte et durable sur le sujet, l le responsable des ressources humaines qui gère l organisation et la sécurité du travail, l le chargé de sécurité qui est en charge de la sécurité des personnes dans l exercice de leur travail, donc de leurs déplacements, l le responsable du parc qui assure la gestion et la maintenance des véhicules, l le médecin du travail qui joue un rôle de suivi et de contrôle médical, l les structures sociales et syndicales de l entreprise, telles le CHSCT (comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail), présentes dans les entreprises de plus de 50 salariés. Les partenair enaires es extérieurs Dans le cadre de la prévention du risque routier, l entreprise est en contact avec différents interlocuteurs susceptibles d appuyer ses actions. Les animateurs de prévention ont pour mission de sensibiliser et d informer les chefs d entreprises sur les enjeux de la sécurité routière liés aux déplacements professionnels. 14 l Les sociétés d assurances et leurs intermédiaires, les courtiers, les agents généraux d assurances.

15 Du fait du caractère obligatoire de l assurance automobile, les assureurs sont les bailleurs de la sinistralité de l entreprise. A ce titre, ils sont les partenaires privilégiés de l entreprise. Par l intermédiaire de leurs réseaux (agents généraux, courtiers), ils peuvent aider à la prise de conscience du risque routier et apporter une expertise lors de l élaboration du diagnostic et du programme de sécurité routière. Les assureurs disposent en effet de données statistiques essentielles concernant les sinistres et leurs causes. Dans les montages assurances proposés, ils prennent en compte les résultats obtenus par l entreprise en ajustant le montant des cotisations annuelles. A ce sujet, il convient de préciser que l ensemble des groupements professionnels de l assurance a, en juillet 1998, signé avec l Etat une convention, d une durée de 5 ans. Aux termes de celle-ci, ils s engagent à affecter 0,5% du montant global des cotisations perçues au titre de l assurance automobile responsabilité civile obligatoire (environ 200 millions de francs par an) à des actions de prévention parmi lesquelles figure bien évidemment le traitement de l insécurité routière en entreprise. La Cais aisse se Nationale d Assur suran ance Maladie Les ingénieurs, les techniciens des services de prévention des 16 caisses régionales d assurance maladie remplissent également un rôle de conseil et d assistance de l entreprise concernant la prévention du risque routier. Ils disposent en effet d une grande expérience en matière de prévention des accidents corporels. Les CRAM peuvent également encourager la prévention par les incitations financières (cf ci-dessus : ristournes sur cotisations, avances et subventions consenties par les conventions d objectifs, prêts bonifiés). Les group oupements prof ofes essionnels sionnels - CCI CI - chambres des métiers Ils constituent des relais importants pour initier des actions et valoriser celles qui sont menées, en particulier dans le cadre d actions coopératives dans les PME. 15

16 Les bureaux d études et les consultants spécialisés Leurs compétences techniques leur permettent d établir des diagnostics de sinistralité et de proposer des programmes de prévention. Les servic vices de l Etat Les préfets ont en charge la mise en œuvre de la politique locale de sécurité routière dont le traitement du risque routier en milieu professionnel constitue un axe prioritaire. Ils mènent notamment des actions de mobilisation et d information des entreprises (forum, club...) et tiennent à leur disposition études, statistiques, documentation etc. Les autres partenair enaires es Les élus locaux, les médias, le milieu associatif, le club national des entreprises ( * ) (et les clubs régionaux quand ils existent), peuvent jouer un rôle significatif, notamment en matière d échange d expériences. (*) (Association pour la promotion de la sécurité routière en entreprise - 62, rue de Richelieu PARIS). 16

17 LA DÉMARCHE DE MAÎTRISE DU RISQUE ROUTIER Pour mettre en oeuvre un programme de prévention du risque routier, il est indispensable de s appuyer sur une démarche structurée et cohérente qui comprend les étapes suivantes : A) Le diagnostic : identific ication et analyse du risque routier de l entreprise. eprise. Toute démarche de prévention commence par un recueil d information puis une analyse permettant un diagnostic. L objectif de cette étape est de caractériser la sinistralité et de dégager les voies et moyens pour améliorer la situation. Elle comporte trois phases : 1) le recueil de données qui consiste à rassembler les informations ayant trait aux causes, aux circonstances et aux conséquences des accidents ; 2) l analyse de ces données en vue d établir une typologie des accidents et d identifier les paramètres essentiels : fréquence, La méthodolo dologie du diagnostic Analyse des accidents Audit de l entreprise eprise SCHÉMA DIRECTEUR véhicule - environnement - conduc onducteur - organisation Identific ication Causes Coûts Dysf sfon onctionnements 17

18 gravité, causes et facteurs déclencheurs multiples, ayant conduit ou pouvant conduire à des accidents. Sont notamment concernées l organisation des déplacements et les conditions dans lesquelles ceux ci sont effectués : nombre de missions habituelles ou non, véhicule affecté ou non, kilométrage effectué, la connaissance ou non de l itinéraire, le délai d exécution... 3) le diagnostic qui, au vu des éléments d analyse, doit permettre de caratériser les dyfonctionnements dans les pratiques internes sur Maîtriser son risque automobile Les accidents sont la plupart du temps Evitables prévisibles l le savoir l la connais onnaissan sance maîtrisables l le savoir-fair oir-faire l la compét ompéten ence e technique Critèr ritères de l évitabilité l voir et prévoir le risque l savoir quoi faire, agir sur l l allure l la trajec ajectoir oire l la communic ommunication avec les autres usagers l agir à temps 18

19 lesquels il convient d agir pour améliorer la situation Cette phase permet notamment : l d isoler parmi ces facteurs ceux sur lesquels il est possible d agir, de caractériser les accidents en terme d évitabilité, et d identifier les actions correctives. La notion d évitabilité dans la recherche des facteurs de causes des accidents est plus pertinente que la notion de responsabilité. Elle permet de proposer des actions correctives appuyées sur des critères observables liés à la vision et à la prévision du risque, aux actions à mettre en œuvre pour éviter l accident (actions sur l allure, la trajectoire, la communication avec les autres usagers et enfin le délai nécessaire à l accomplissement de l action...). l de déterminer le coût total de la sinistralité automobile. Dans la détermination de son coût total, il est nécessaire de comptabiliser les coûts directs et indirects de l accident, que ceux-ci soient supportés par un tiers, -assureur, CNAM-..., (coûts transférés ) ou qu ils restent à la charge de l entreprise (coûts en rétention tels que : franchises, risques non garantis, temps perdu, immobilisation et ou remplacement du salarié ou du véhicule, pertes commerciales... ) l de dégager des recommandations d actions pour réduire ces dysfonctionnements. Actions sur le véhicule Actions sur le conduc onducteur eur Progr gramme d actions Actions sur l environnement Actions sur l organisation 19

20 B) l élabor oration d un progr gramme d actions en cohér ohéren ence avec le diagnostic Le programme d actions découle directement des recommandations contenues dans le diagnostic. Il décrit la nature et la chronologie des actions à développer dans l entreprise. Il fixe pour chaque année des objectifs de réduction du nombre, de la gravité, des coûts des accidents de la circulation. Il détermine le calendrier de mise en oeuvre et le rôle des partenaires extérieurs éventuels. En tout état de cause, sa réussite suppose une implication forte, permanente et exemplaire de la direction La a prévention en entreprise eprise La a condition majeure e de la réussit site e : L implication réelle réelle et durable l de la direc ection l de la hiérachie générale de l entreprise et de l ensemble de la hiérarchie notamment des donneurs d ordre. C) Le suivi et l évaluation du progr gramme Un système de suivi de la sinistralité devra être mis en place dans l entreprise. Il permettra en permanence de suivre l évolution du risque automobile, de mesurer la pertinence des actions engagées, la rentabilité financière du projet et les écarts par rapport aux objectifs, de proposer des actions correctives s il y a lieu ; véritable tableau de bord, cet outil est essentiel pour la réussite et la pérennisation du programme de prévention. Un bilan écrit est établi chaque année et présenté à la direction générale de l entreprise. 20 Chacune des étapes décrites ci-dessus nécessite des compétences techniques pluridisciplinaires de haut niveau qui, si elles n existent pas en interne, devront être recherchées auprès d opérateurs extérieurs.

21 NOTES PERSONNELLES 21

22 22

23 23

24 24 Ministère de l'equipement, des Transports et du Logement Direction de la Sécurité et de la Circulation Routières Bureau de la Prévention et des Etudes Tél : Photos : DSCR - F. CEPAS Conception - Impression DAFAG/LOG 3

Réduisez les coûts de gestion de votre flotte automobile

Réduisez les coûts de gestion de votre flotte automobile GRAS SAVOYE I CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES Réduisez les coûts de gestion de votre flotte automobile Une approche unique de votre métier, nourrie de la connaissance opérationnelle des risques et problématiques

Plus en détail

Pour réduire le risque circulation en milieu professionnel. "Un enjeu pour le développement durable" PRÉVENTION ROUTIÈRE FORMATION

Pour réduire le risque circulation en milieu professionnel. Un enjeu pour le développement durable PRÉVENTION ROUTIÈRE FORMATION Le diagnostic des risques L'action sur l'organisation L'action sur le comportement Le suivi et les mesures correctives 1 2 3 4 Pour réduire le risque circulation en milieu professionnel "Un enjeu pour

Plus en détail

CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE

CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE conclue entre Monsieur le Préfet de L Essonne et Monsieur José RAMOS,

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

CHARTE DE SECURITE ROUTIERE

CHARTE DE SECURITE ROUTIERE CHARTE DE SECURITE ROUTIERE Entre : L Etat, Ministère de l Equipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer, représenté par Monsieur Rémy HEITZ, Délégué Interministériel à la Sécurité

Plus en détail

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels Charte Prévention Artisans et Entreprises du Bâtiment La démarche V.A.L.E.U.R. Bien sûr... Boîte à outils Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels État des lieux du risque Statistiques

Plus en détail

LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES

LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES Préambule L assurance de la Responsabilité Civile et des Risques Annexes a pour objet de garantir la Ville de Guipavas et son CCAS, ainsi

Plus en détail

Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr

Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr DOSSIER DE PRESSE 28 avril 2011 * Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr Contact presse : L Assurance Maladie Risques Professionnels Marie-Eva PLANCHARD 01 72 60 22 88 marie-eva.planchard@cnamts.fr

Plus en détail

LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION

LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION DEPUIS 10 ANS LES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION LIÉS AU TRAVAIL REPRÉSENTENT : 54 à 59% des accidents mortels du travail 23 à 25% des accidents avec incapacité permanente

Plus en détail

Thème 4 : EVALUER LE RISQUE ROUTIER

Thème 4 : EVALUER LE RISQUE ROUTIER Journée Mondiale de la Santé et de la Sécurité au Travail 2015 Thème 4 : EVALUER LE RISQUE ROUTIER 1 Programme QUELQUES DEFINITIONS LA PREVENTION DU RISQUE ROUTIER ANALYSE DU COUT D UN ACCIDENT ROUTIER

Plus en détail

DROIT SOCIAL. Le risque routier est la première cause d accident mortel du travail. Les accidents routiers

DROIT SOCIAL. Le risque routier est la première cause d accident mortel du travail. Les accidents routiers DROIT SOCIAL LE RISQUE ROUTIER EST UN RISQUE PROFESSIONNEL A NE PAS Véronique VINCENT Février 2013 Le risque routier est la première cause d accident mortel du travail. Les accidents routiers liés au travail

Plus en détail

Maîtriser le risque routier dans votre entreprise

Maîtriser le risque routier dans votre entreprise Maîtriser le risque routier dans votre entreprise De nombreux salariés utilisent un véhicule dans le cadre des missions que leur confie l employeur (le cadre, le commercial ou l agent technique qui rejoignent

Plus en détail

pde Plan de déplacements entreprise

pde Plan de déplacements entreprise pde pde Plan de déplacements entreprise Observatoire Principaux résultats des enquêtes Territoire d appartenance Diversité des entreprises enquêtées Parmi les 138 employeurs enquêtés, 82 % sont situés

Plus en détail

Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015

Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015 Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015 Présentation du dispositif ANTICIP LR Françoise SACO CCI Montpellier Dispositif régional piloté par la Région Languedoc Roussillon en collaboration

Plus en détail

AGEA 2010. Préparez votre dossier assurance

AGEA 2010. Préparez votre dossier assurance AGEA 2010 Préparez votre dossier assurance Préambule Dans le cas d une création ou d une reprise d entreprise, plusieurs questions doivent être posées : Comment bien assurer mes biens professionnels? Que

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

ALD AUTOMOTIVE LES ESSENTIELS ASSURANCE TRANQUILLITÉ ET SIMPLICITÉ

ALD AUTOMOTIVE LES ESSENTIELS ASSURANCE TRANQUILLITÉ ET SIMPLICITÉ ALD AUTOMOTIVE LES ESSENTIELS ASSURANCE TRANQUILLITÉ ET SIMPLICITÉ ASSURANCE ALD AUTOMOTIVE, L ASSURANCE SIMPLIFIÉE POURQUOI CHOISIR ALD AUTOMOTIVE? Six véhicules sur dix auront statistiquement dans l

Plus en détail

La prévention dans les collectivités territoriales

La prévention dans les collectivités territoriales Note HYGIENE & SECURITE 002 2007 La prévention dans les collectivités territoriales L autorité territoriale a dans l obligation d organiser la prévention en matière d Hygiène et de Sécurité, afin que dans

Plus en détail

Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs

Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs Sommaire : L Assurance : indispensable à la vie de l entreprise Un monde de risques Etre bien

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST

CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST en vue de prévenir le risque routier encouru par les salariés Entre la Préfecture

Plus en détail

LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE

LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE Finalité de la démarche Evaluer les coûts résultant de la non-qualité.. Prérequis Notions élémentaires sur la démarche qualité et ses outils. 1 Les définitions

Plus en détail

Ne négligez surtout pas les assurances. de votre entreprise

Ne négligez surtout pas les assurances. de votre entreprise Ne négligez surtout pas les assurances de votre entreprise Animé par : Valérie Cadiou, Responsable Commerciale GROUPAMA et Maître Emmanuel Ergan Cabinet LEPORZOU DAVID ERGAN Un diagnostic assurance indispensable

Plus en détail

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Présentation de Judicial 2013 I Pack Pro : la solution d accompagnement juridique pour les Dirigeants de

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé

La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé Filiale du COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 16 novembre 2009 La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé Alors que le

Plus en détail

ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances

ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances P 214 Décembre 2009 Centre de documentation et d information de l assurance ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances Ce tableau aide-mémoire décrit les principaux risques auxquels sont

Plus en détail

Multirisque. de l Entreprise. Savez-vous qu avec AXA vous pouvez garantir la pérennité de votre entreprise en toute simplicité?

Multirisque. de l Entreprise. Savez-vous qu avec AXA vous pouvez garantir la pérennité de votre entreprise en toute simplicité? Multirisque de l Entreprise Savez-vous qu avec AXA vous pouvez garantir la pérennité de votre entreprise en toute simplicité? Solutions Partenaire Services Protéger votre Activité Animer vos Hommes Optimiser

Plus en détail

NOTE INTRODUCTIVE AU PROJET DE LOI COMPLETANT ET MODIFIANT LA LOI NO 52-05 PORTANT SUR LE CODE DE LA ROUTE

NOTE INTRODUCTIVE AU PROJET DE LOI COMPLETANT ET MODIFIANT LA LOI NO 52-05 PORTANT SUR LE CODE DE LA ROUTE NOTE INTRODUCTIVE AU PROJET DE LOI COMPLETANT ET MODIFIANT LA LOI NO 52-05 PORTANT SUR LE CODE DE LA ROUTE Depuis son entrée en vigueur en Octobre 2010, le nouveau code de la route a permis la mise en

Plus en détail

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

AGIR AVEC (PRÉVENTION

AGIR AVEC (PRÉVENTION AGIR AVEC (PRÉVENTION (LA PRÉVENTION En quoi c est important? Préserver la santé et la sécurité de ses employés Garantir leur intégrité physique et mentale Veiller à leur bien-être au travail Penser prévention,

Plus en détail

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS Durée : Participants : Public : Pré-requis : 5 jours (effectif > 300 pers) 4 à 9 personnes Membres du CHSCT Délégués du personnel investis des

Plus en détail

Le plan national d actions coordonnées

Le plan national d actions coordonnées Le plan national d actions coordonnées 2009 2012 de la branche accidents du travail et maladies professionnelles Trouble musculo-squelettiques (TMS) 1ère cause de maladies professionnelles indemnisées

Plus en détail

Assurance Assistance et Prévention

Assurance Assistance et Prévention Assurance Assistance et Prévention Solutions Partenaire Services Protéger votre Activité Animer vos Hommes Optimiser vos Finances Atouts Parc : la solution adaptée aux besoins d assurance, d assistance

Plus en détail

Assurer la retraite & protéger la santé

Assurer la retraite & protéger la santé Assurer la retraite & protéger la santé La Carsat aux côtés des salariés, des entreprises et des retraités La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 2 Structure de droit privé gérée par

Plus en détail

Alba Conseil et Formation

Alba Conseil et Formation Nous intervenons sur l ensemble du territoire national grâce à un réseau de partenaires référencés et liés par une charte de qualité, selon la nature des interventions. Conception graphique et réalisation

Plus en détail

Charte de partenariat Risque Routier Professionnel

Charte de partenariat Risque Routier Professionnel Charte de partenariat Risque Routier Professionnel Entre : La CRAM XXX représentée par et La Préfecture du département YY représentée d'une part, et L entreprise ZZ représentée par d autre part. Il est

Plus en détail

Signature de convention AREVA - OPPBTP

Signature de convention AREVA - OPPBTP DOSSIER DE PRESSE - 26 avril 2010 Signature de convention AREVA - OPPBTP CONTACT PRESSE José NOYA tel : 04 75 50 72 08 port : 06 71 08 11 54 jose.noya@areva.com 26 avril 2010 AREVA et l OPPBTP s associent

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : CONTRÔLE DE LA CIRCULATION ET DU STATIONNEMENT ROUTIERS

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : CONTRÔLE DE LA CIRCULATION ET DU STATIONNEMENT ROUTIERS PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : CONTRÔLE DE LA CIRCULATION ET DU STATIONNEMENT ROUTIERS Version du 06/10/2015 à 11:16:04 PROGRAMME 752 : FICHIER NATIONAL DU PERMIS DE CONDUIRE MINISTRE

Plus en détail

C O N S U L T A T I O N C H S C T

C O N S U L T A T I O N C H S C T Département Pilotage des Cadres et des Hauts Potentiels Groupe C O N S U L T A T I O N C H S C T M I S E E N Œ UV R E D E R EV U E S D E C A R RI E R E C A D R ES Mise en œuvre de revues de carrière cadres

Plus en détail

Découvrez les services Peugeot GD-Luxembourg Véhicules Utilitaires Janvier - Février 2011

Découvrez les services Peugeot GD-Luxembourg Véhicules Utilitaires Janvier - Février 2011 Découvrez les services Peugeot GD-Luxembourg Véhicules Utilitaires Janvier - Février 2011 Les garanties et l Assistance Peugeot Peugeot Optiway : Extension, Budget et Maintenance Peugeot Location Full

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

Mieux comprendre l assurance avec Generali

Mieux comprendre l assurance avec Generali Mieux comprendre l assurance avec Generali Prévoyance : mieux comprendre ce qu il se passe en cas d invalidité Dans une précédente parution, nous avons abordé le thème de la prévoyance individuelle en

Plus en détail

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État,

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État, Département du Val-de-Marne Charte départementale de partenariat sécurité routière entre l État, la Caisse Régionale d Assurance Maladie d Ile-de-France (CRAMIF) et la profession du transport routier de

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

LES DÉPLACEMENTS EN VÉHICULES un risque pour l entreprise

LES DÉPLACEMENTS EN VÉHICULES un risque pour l entreprise LES DÉPLACEMENTS EN VÉHICULES un risque pour l entreprise Guide de sensibilisation ACCIDENTS DE CIRCULATION AU TRAVAIL Mission - Trajet LES ENJEUX DE LA PREVENTION DU RISQUE ROUTIER ENCOURU PAR LES SALARIES

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

>> Vous accompagner dans la prévention des risques professionnels est notre métier

>> Vous accompagner dans la prévention des risques professionnels est notre métier >> Vous accompagner dans la prévention des risques professionnels est notre métier SUIVRE vos coûts CONNAITRE les risques professionnels AGIR sur les risques professionnels Département des risques professionnels

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

Assurances des collectivités territoriales

Assurances des collectivités territoriales REUNIONS D INFORMATION DES 24, 26 SEPTEMBRE 2013 ET 01 OCTOBRE 2013 Centre de Gestion de Loir et Cher Assurances des collectivités territoriales PLAN Rappel les obligations statutaires, les risques financiers

Plus en détail

Le Groupe Lea au service de votre mobilité

Le Groupe Lea au service de votre mobilité 1 Qu est-ce que le Fleet Management Lea Easy Mobility? Le Fleet Management consiste à confier la gestion de sa flotte automobile à un prestataire, tout en restant propriétaire de ses véhicules. C est une

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

G R O U P E COURTAGE D ASSURANCE

G R O U P E COURTAGE D ASSURANCE COURTAGE D ASSURANCE G R O U P E Le groupe GSA GSA, c est l expérience d un groupe au service de votre assurance : Le groupe GSA, crée en 1988, s adresse à une clientèle exigeante et prestigieuse composée

Plus en détail

L assurance chez LeasePlan France. Passez à la protection 3D!

L assurance chez LeasePlan France. Passez à la protection 3D! L assurance chez LeasePlan France Passez à la protection 3D! 2 L assurance chez LeasePlan France Passez dès maintenant à la protection 3D! La protection 3D, c est la simplification des opérations d assurance

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Le risque routier encouru par les salariés

Le risque routier encouru par les salariés Le risque routier encouru par les salariés Le risque routier encouru par les salariés... Un enjeu pour l entreprise Un risque souvent méconnu, ou mal appréhendé Statistiques PLAN Introduction : Conduire

Plus en détail

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Responsabilités et assurances dans le domaine du sport Présentation de la maïf La Maïf est le 1 er assurées. assureur des

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie

Caisse Nationale de l'assurance Maladie Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 22/10/97 Origine : DGA MMES et MM les Directeurs des caisses Primaires d Assurance Maladie des

Plus en détail

CONFERENCE SALON PREVENTICA DES 02 & 03 JUIN 2004

CONFERENCE SALON PREVENTICA DES 02 & 03 JUIN 2004 CONFERENCE SALON PREVENTICA DES 02 & 03 JUIN 2004 ENJEUX DU RISQUE ROUTIER : LES MOYENS POUR Y FAIRE FACE Intervenant : Stéphane DEVELTER Consultant en sécurité routière Faire de la prévention : pourquoi?

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

CORRIGÉ GEDOC SA. Proposition de barème sur 70 points

CORRIGÉ GEDOC SA. Proposition de barème sur 70 points CORRIGÉ GEDOC SA Proposition de barème sur 70 points Questions à traiter Travaux demandés Dossier 1 Organisation des réunions 1.1 Mettre en évidence les inconvénients de l organisation actuelle des réunions.

Plus en détail

AUTOMOBILE. Mondial Assistance, c est : Vous souhaitez en savoir plus? L assurance d être bien accompagné!

AUTOMOBILE. Mondial Assistance, c est : Vous souhaitez en savoir plus? L assurance d être bien accompagné! Mondial Assistance, c est : Plus de 30 ans d expertise dans l assistance aux automobilistes et plus de 50% de son activité AUTOMOBILE L assurance d être bien accompagné! Un engagement qualité fort Mondial

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises Par Patricia PENGOV GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises I. Mise en place d une obligation en matière de prévoyance

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Présentation de la démarche «P.P.R.R.»

Présentation de la démarche «P.P.R.R.» CoTITA du 2 avril 2012 Présentation de la démarche «P.P.R.R.» D.R.E.A.L. Rhône-Alpes Pôle d'appui Sécurité Routière Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l'énergie Direction Régionale

Plus en détail

Agir face à l absentéisme URIOPSS - 17/10/2014

Agir face à l absentéisme URIOPSS - 17/10/2014 Agir face à l absentéisme URIOPSS - Christine Jauffret Céline Rainaldi - Moutonnet SOMMAIRE Cadrage du sujet Définition de l absentéisme, son impact Le taux d absentéisme, quelques données du secteur L

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Parlons-en! Parlons-en!

Parlons-en! Parlons-en! Parlons-en! 20 novembre 2014 1 Parlons-en! 1. DDTM et accidentologie en Ille & Vilaine [Préfecture] 2. Les enjeux du risque routier [CARSAT] 3. Les actions de la Sécurité Routière [SRE 35/DDTM] 4. Les

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS INTRODUCTION la responsabilité médicale,c est l obligation morale ou juridique

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES SERVICES PEUGEOT GD-Luxembourg Véhicules Utilitaires Mars - Mai 2010

DÉCOUVREZ LES SERVICES PEUGEOT GD-Luxembourg Véhicules Utilitaires Mars - Mai 2010 DÉCOUVREZ LES SERVICES PEUGEOT GD-Luxembourg Véhicules Utilitaires Mars - Mai 2010 Ecole Peugeot de Maîtrise Automobile Les garanties et l Assistance Peugeot Peugeot Location Full Service Optiway Les financements

Plus en détail

Les Assurance en République du Congo

Les Assurance en République du Congo Les Assurance en République du Congo Article juridique publié le 19/10/2012, vu 610 fois, Auteur : Joseph MIKALA Inscrit dans l esprit de l article 1382 du Code civil stipulant «tout fait quelconque de

Plus en détail

Multirisque Artisan du Bâtiment A chaque étape de votre chantier, AXA protège vos clients et votre activité

Multirisque Artisan du Bâtiment A chaque étape de votre chantier, AXA protège vos clients et votre activité Multirisque Artisan du Bâtiment A chaque étape de votre chantier, AXA protège vos clients et votre activité Avec AXA, choisissez la solution qui protège à la fois votre activité et vos clients Comme tous

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Prévention des risques professionnels

DOSSIER DE PRESSE Prévention des risques professionnels DOSSIER DE PRESSE Prévention des risques professionnels Les statistiques de la CAFAT pour l année 27 portant sur l évolution des accidents du travail (AT) permettent de dégager les constats suivants :

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet.

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet. Hygiène, Sécurité au Travail et Prévention L Alcool sur le lieu de travail Références Le code du Travail (Articles R4228-20, R4228-21, R3231-16 et R4225-4) et le code des débits de boissons (Articles L.13

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts.

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. une expertise issue de l union des deux leaders de la protection des professionnels de la santé

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le management des risques constituent un enjeu majeur pour la pérennité du Groupe

Plus en détail

Artisans,commerçants, professions libérales

Artisans,commerçants, professions libérales Artisans,commerçants, professions libérales Parce que rien ne doit venir perturber durablement votre activité, Aréas est à vos côtés pour Assurer vos biens Nous vous garantissons en cas d incendie, de

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Concours Gastounet Morbihan 2007 1 La vitesse : 1 er facteur d accident et de gravité? la preuve : Evolution en France de 1970

Plus en détail

REGLEMENT D UTILISATION DES VEHICULES DE SERVICE AFFECTÉS

REGLEMENT D UTILISATION DES VEHICULES DE SERVICE AFFECTÉS REGLEMENT D UTILISATION DES VEHICULES DE SERVICE AFFECTÉS Janvier 2010 1/5 Règlement d utilisation des véhicules de service affectés 1) Conditions générales d utilisation La mise à disposition et l utilisation

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

Assurer la retraite & protéger la santé

Assurer la retraite & protéger la santé Assurer la retraite & protéger la santé La Carsat aux côtés : des salariés, des entreprises et des retraités La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 4 valeurs : service solidarité avenir

Plus en détail

Assurances des collectivités territoriales

Assurances des collectivités territoriales INTRODUCTION À LA PRÉVENTION DU RISQUE ROUTIER Centre de Gestion de l Aude Assurances des collectivités territoriales Sommaire Définitions Enjeux de la Prévention du risque routier Enjeu humain Enjeu économique

Plus en détail

OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX

OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX Nos experts analysent les coûts sociaux de votre entreprise tout en préservant votre organisation, et ce, sans aucune incidence sur les droits

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail