L orientation Client : une application du modèle d alignement stratégique des Technologies et Systèmes d Information

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L orientation Client : une application du modèle d alignement stratégique des Technologies et Systèmes d Information"

Transcription

1 L orientation Client : une application du modèle d alignement stratégique des Technologies et Systèmes d Information Résumé Cette recherche traite de la relation Client - Organisation Technologie dans une perspective organisationnelle étendue. Le champs théorique exploré combine l approche de l orientation client et l alignement des technologies et systèmes d'informations (TSI) dans cette optique. Les résultats de recherche ont permis de conclure sur un ensemble de lignes de conduite permettant d évaluer la capacité organisationnelle à se positionner dans une perspective d orientation client en examinant différents aspects technologiques, comportementaux et structurels requis pour atteindre un niveau de performance satisfaisant. Mots clefs : Alignement, Orientation client, Stratégie technologique Abstract The main question of this research concerns the link between Customer-Organization-Technology in an organization-wide perspective. The theoretical fields of Customer Orientation are particularly interesting to explore, in this way, since it concerns a concept, which has important organizational extensions. The potential that offers technologies and information systems are notably important in this perspective. The results suggest that a harmonization between the customer orientation (and its characteristics) and the technological strategy enable better performance. Customer Orientation: An Application of Strategic Alignment Model of Information and Technology Elyssa AMARA Docteur en Sciences de gestion, CREPA, Université Paris-Dauphine Assistante Institut Supérieur d Administration des Affaires de Sfax Université de Sfax Michel KALIKA Professeur, Directeur de l Ecole de Management de Strasbourg Université de Strasbourg Key-words: Alignment, Customer orientation, IT Strategy

2 1 Introduction Le développement et l intégration des Technologies et Systèmes d Information (TSI) dans l organisation et dans les pratiques managériales semble aujourd hui une évidence incontournable pour atteindre la performance organisationnelle (R.W. Service et H.S. Maddux III, 1999 ; Hidding, 2001 ; Reix, 2004). En particulier, les TSI améliorent la performance de l entreprise dans la mesure où elles s harmonisent avec les caractéristiques de chaque organisation, et en particulier avec sa stratégie, sa structure et son environnement d affaires (Markus et Robey 1988). Dans cette recherche, nous défendons l idée qu il est primordial de comprendre l interaction entre la stratégie, la technologie et l organisation dans une optique d orientation client et selon une perspective interactionniste, pour pouvoir expliquer la performance organisationnelle. Le concept d orientation client semble particulièrement intéressant à explorer dans ce sens puisqu il intègre une dimension organisationnelle. L orientation client implique une vision systémique de l entreprise et des déterminants de sa performance, incluant une stratégie d entreprise à la fois délibérée et émergente ainsi que des pratiques informationnelles et opérationnelles, managériales et organisationnelles fondées sur des principes d adaptation et de cohérence. Ainsi, le développement de l orientation client et son amélioration dans l organisation ne peut se faire sans une intégration des TSI dans l ensemble des processus managériaux. La revue de littérature aussi bien dans les champs théorique de l orientation client et de systèmes d information dévoile un manque de travaux concernant le lien entre orientation client et la technologie. Seules quelques recherches s inscrivant dans la lignée théorique de l orientation client ont attribué une composante technologique à ce concept (Gatignon et Xuereb, 1997 ; Han, Kim et Srisvastava, 1998 ; Olson, Slater et Hult, 2005). L orientation technologique a été ainsi définie comme étant l intégration de l innovation en général et l utilisation et l intégration des TSI dans les pratiques managériales et dans l ensemble du processus managérial en particulier, dans une optique d orientation client. La technologie en elle-même n est donc pas suffisante pour le développement d une véritable logique orientée client au sein de l organisation ; C est la manière dont elle est intégrée dans les processus internes et appropriée par les acteurs qui peut stimuler l orientation poursuivie. Un alignement est donc nécessaire entre l orientation client, en tant que processus d apprentissage organisationnel (Sinkula et al 1994 ; Slater et Narver 2000 ; Benavent 2004) et les facteurs organisationnels liés à son développement au sein de l entreprise, d une part, et entre l orientation client et la stratégie technologique mise en place d autre part. L évaluation de la performance organisationnelle sera donc basée sur le concept d alignement combinant à la fois des aspects stratégiques, organisationnels et technologiques (Henderson, Venkatraman et Oldach 1995). Dans ce contexte, il devient important de mieux comprendre l importance du niveau d alignement entre l orientation client poursuivie par l organisation et la stratégie en matière de TSI. La problématique générale retenue dans cet article consiste alors à savoir si les entreprises, qui alignent leur stratégie technologique simultanément avec leur orientation client sont plus performantes que celles qui ne le font pas. Cet article couvre d abord la revue de littérature, pour ensuite présenter le modèle de recherche, la méthodologie, le test des hypothèses et finalement discuter les résultats. 2 Revue de littérature Notre recherche se caractérise par une transversalité quant aux courants de recherche explorés. En effet, l analyse théorique combine deux disciplines complémentaires. La première porte sur le champ théorique de l orientation client et la seconde concerne les recherches sur les TSI et particulièrement celles qui ont traité la relation technologie organisation. 2.1 L orientation client L orientation client est désignée par un processus d apprentissage organisationnel qui se traduit par le traitement des données, informations et connaissances clients aboutissant à la mise en œuvre des stratégies cohérentes (Jaworski et al. 2002). Dans la littérature, l orientation client est caractérisée par trois comportements organisationnels caractéristiques (Kohli et Jaworski 1990 ; Davis et al ; Ruekert 1992 ; Deshpande et al ; Day 1994) à savoir la production, la diffusion et l utilisation d informations et de connaissances sur les besoins actuels et futurs des clients en vue d être réactif par rapport aux clients et d anticiper même ces besoins. «Être orientée client» signifierait ainsi pour une organisation d adopter ces trois comportements, mettant ainsi les clients et leurs besoins au cœur de ses préoccupations et de son activité (Denis et als ; Harrison 2001 ; Matsuno et al. 2003). Par ailleurs, la littérature reconnaît que l émergence de l orientation client exige un milieu de soutien riche, ouvert et capable de communiquer ainsi que la mise en œuvre de pratiques managériales appropriées (Hombourg et al, 2000). La réflexion sur l orientation client au sein de l organisation s accompagne par une réflexion sur un ensemble de facteurs liés au type de leadership pratiqué, aux dynamiques collaboratives, ainsi qu à la structure organisationnelle qui orchestre cet ensemble. Ces facteurs constituent les préalables organisationnels à l orientation client. Par ailleurs, d autres facteurs peuvent influencer considérablement l orientation client dans une organisation : il s agit des TSI. En effet, le potentiel 2

3 qu offre les TSI en matière d unification et de consolidation des données client, de rapidité des traitements, de facilité de transmission et de partage de l information constituent autant d éléments qui incitent les entreprises à les exploiter pleinement, tout particulièrement lorsque l objectif est d être orienté client. 2.2 La stratégie technologique Dans cette recherche, la stratégie technologique se réfère à un ensemble structuré de processus de collecte, traitement, stockage et communication des données, informations et connaissances, reposant sur un ensemble d outils technologiques. Ce parc technologique est censé fournir un support aux processus transactionnels et décisionnels, ainsi qu aux processus communicationnel dans l organisation (Kéfi 2001). Ainsi, à partir d une revue de littérature approfondie (Henderson et Venkatraman 1999 ; Das et al. 1991, Bergeron et Croteau 2001 ; Kéfi et Kalika 2003), la stratégie technologique est appréhendée, dans cette recherche, à travers les trois dimensions suivantes : - La gouvernance technologique qui traduit l intérêt manifesté et l importance accordée par la direction aux TSI ainsi qu à leur capacité compétitive perçue. - L infrastructure technologique désigne la mise en place d une architecture spécifique pour le traitement des données, informations et connaissances relatives aux clients 1. - Le processus technologique qui se réfère au degré d intégration des outils électroniques dans les différents processus transversaux et dans les pratiques collaboratives internes. Ainsi, il convient de contourner la perspective du déterminisme technologique (DeSanctis et Poole, 1994), et de plaider pour l harmonisation entre la stratégie technologique et l orientation donnée aux activités de l entreprise. L approche contingente apparaît comme tout à fait pertinente dans ce sens. Elle permet de prendre en compte différents paramètres expliquant le choix de l entreprise aussi bien en termes d orientation de sa stratégie qu en termes de technologies déployées et utilisées. 2.3 L alignement et son application dans cette recherche Le concept d alignement défend l idée qu une harmonisation entre des contingences multiples technologiques, structurelles et sociales- affecte positivement la performance (Drazin et Van de Ven, 1985). 1 L infrastructure technologique traduit, de ce fait, l ampleur des modifications induites par l ensemble des outils implantés au sein de l organisation, particulièrement ceux relatifs aux échanges avec les clients. L alignement souligne la cohérence entre les équipements, les usages et l adoption des technologies de l'information et de communication d une part, et la stratégie et le projet global de l entreprise d autre part. L organisation et les technologies sont dans ce cas en co-évolution, chacune s adaptant à l autre. L alignement apparaît, ainsi, comme un «processus continu, comprenant la gestion et l élaboration des sous-processus, en mettant en relation de manière consciente et cohérente tous les composants de la relation TI/activité de l entreprise dans le but de contribuer à la performance de l entreprise dans le temps» (Maes et al. 2000). Quant au choix d une perspective spécifique de l alignement, étant donné que les différentes définitions conceptuelles de l alignement -appliqué au champs des TSI -donnent un sens différent à une théorie de la contingence et des résultats empiriques différents, ce choix est censé être critiqué. Ainsi, selon le type d alignement retenu, il est possible d obtenir des résultats différents. Il est donc nécessaire, comme l a recommandé Venkatraman, de choisir le type d alignement qui corresponde le mieux à la théorie que l on veut étudier. Afin de répondre aux objectifs de la recherche, nous avons fait le choix d étudier l alignement selon l approche de «co-variation» en systèmes d Information. Ce choix implique que nous évaluions de manière simultanée toutes les contingences incluses dans le modèle (Van de Ven et Drazin 1985). La co-variation nous semble être l approche la plus appropriée et la plus conservatrice pour notre recherche. Elle représente une mesure descriptive de l alignement (permet de décrire l intensité de l alignement). Les autres formes d alignement ont été écartées, et ce pour les raisons suivantes (Bergeron et al 2004) : - Tout d abord, l alignement en tant que modération ou médiation aurait apporté des contraintes au modèle de recherche en le transformant sans justification théorique ; - Les perspectives bi variées (modération, médiation et correspondance) ont un pouvoir explicatif moindre que les perspectives des systèmes (covariation et déviation de profils) ; - La perspective de déviation de profils conduit une simplification extrême du comportement organisationnel. 2.4 La performance organisationnelle La problématique la plus étudiée aussi bien dans le domaine de l orientation client que celui des TSI est celle relative à la performance organisationnelle. Tout d abord, en ce qui concerne la vertu performative de l orientation client, malgré les résultats divergents, il semble que l ensemble des recherches concordent sur l effet globalement positif de l opérationnalisation de l orientation client sur au moins l un des aspects de la 3

4 performance organisationnelle (Kohli et Jaworski 1993 ; Narver et Slater 1990, 1996 ; Ruekert 1992 ; Despandhé, Farley et Webster 1992 ; Pelham et Wilson 1996 ; Pitt, Caruana et Berthon 1996 ; Selnes, Jaworski et Kohli 1996 ; Avlontis et Gounaris 1997; Despandhé, Farley et Webster 2000 ; Homburg et Pflesser 2000 ; Cano, Carillat et Jaramillo 2004). Préalables Organisationnels HII Orientation client HI Ensuite, la réflexion sur les répercussions des TSI sur la performance a toujours été critique pour la recherche en système d'information. De nombreuses recherches estiment que la technologie en elle même ne conduit pas forcément les entreprises à une amélioration des performances. C est la façon dont ces technologies sont appropriées par la stratégie des managers, par leur organisation et par leur environnement d affaires qui est supposé avoir un impact sur la performance. En somme, la performance est un construit controversé de part les différentes dimensions qu il incorpore (Woo et Willard 1983 ; Venkatraman et Ramanujam 1985). Toute recherche sur la performance d entreprise doit donc s appuyer sur une définition et une mesure rigoureuse de ce concept ainsi que des concepts qui le sous-tendent ou qui en découlent. La performance peut ainsi être mesurée de différentes façons, soit par des approches objectives soit par des approches subjectives : - des indicateurs objectifs fondés sur un jugement quantitatif : ces mesures se basent généralement sur des données financières telles que le résultat financier, le ROI, la croissance des ventes ou part de marché (Narver et Slater, 1994), la performance globale (Jaworski et Kohli 1993) et l avantage compétitif (Day 1994) ; - des indicateurs subjectifs fondés sur un jugement qualitatif comme : ces mesures font appel à l évaluation des dirigeants concernant certains aspects liés à la réactivité de l entreprise, la satisfaction la rétention et la fidélisation des clients (Payne 2000 ; Benavent, Crié et Meyer- Waarden, 2000). 3 La méthodologie de recherche 3.1 Le modèle de recherche Comme dans toutes les recherches sur l alignement, le modèle global de notre recherche, illustré dans la figure 1, est un modèle hybride prenant en compte d une part la dimension stratégique à travers l orientation client et d autre part la dimension technologie pour appréhender la performance au sein de l organisation. Notre recherche portera sur l élaboration et la validation d un modèle intégrateur des déterminants de la performance qui inclura, dans une perspective théorique de contingence les facteurs stratégiques, technologiques et organisationnels liés à la mise en place de l orientation client. HIII Stratégie technologique Alignemen t HIV L hypothèse centrale sous-jacente à notre modèle consiste à postuler que l utilisation efficace des TSI nécessite une véritable symbiose entre les différentes caractéristiques des dimensions de recherche étudiée. En d autres termes, cela revient à montrer qu une application adéquate, appropriée et harmonieuse des technologies et systèmes d'informations avec le contexte et l orientation client, permet d améliorer la performance. 3.2 Les hypothèses de recherche L objectif fondamental de ce modèle est de comprendre et d analyser les relations existantes entre les différentes dimensions étudiées et d en mesurer l impact sur la performance. L ensemble de ces relations est représenté par un corps d hypothèses : H.I : Plus l entreprise est orientée client (càd met en place un processus client {production, diffusion et utilisation informations}), plus elle sera performante. H.II : Les préalables organisationnels ont une influence sur la mise en place de l orientation client H.III : Il existe une stratégie technologique spécifique au développement de l orientation client. H.IV : Plus l entreprise développe une stratégie technologique alignée avec son orientation Client, plus elle sera performante. L ensemble de ces hypothèses est testé par la suite à l aide de l approche des équations structurelles. 3.3 La stratégie de recherche Performance Organisationne Figure 1. Le modèle de recherche global La stratégie de recherche adoptée s appuie sur le principe de triangulation basée sur la combinaison des deux démarches méthodologiques : - Une approche qualitative exploratoire réalisée auprès de cadres dirigeants. Cette démarche nous a permis de vérifier la faisabilité de notre enquête sur le terrain choisi à savoir la Tunisie; - Une approche quantitative confirmatoire qui est réalisée à travers une enquête par questionnaire diffusé auprès de 500 entreprises tunisiennes. 4

5 L échelle adoptée dans notre recherche est reprise de recherches antérieures. Une batterie d items a ainsi été identifiée et intégrée 2. Les construits de recherche ont ainsi été appréhendés des échelles psychométriques subjectives faisant appel à l évaluation propre des utilisateurs. Ainsi, une échelle de Likert allant de 1 à 7 («pas du tout d accord» à «tout à fait d accord») a été utilisée pour l ensemble des dimensions étudiées et variables sous-jacentes. 3.4 La collecte des données Les entreprises retenues dans la population mère ont été, tout d abord, sélectionnées à partir de trois bases de données existantes, selon une démarche progressive. Un fichier cible a été constitué grâce à un recoupage entre différentes sources d information institutionnelles nationales 3. La population retenue est constituée 500 entreprises industrielles et de services opérant en Tunisie. Ces entreprises ont été sélectionnées sur la base de certains critères tels que la taille (effectif de 10 individus et plus) et le secteur d activité. Le nombre de questionnaires traités est de 163 questionnaires ce qui correspond à un taux de réponse global après relance est de 32,6%. Ce taux est considéré comme étant acceptable étant donné que les taux de réponse à des enquêtes de ce genre varient généralement entre 15 % et 20%. Ce taux, qui semble supérieur au taux de réponse habituellement attendu lors de démarches d études empiriques par questionnaires, est très révélateur de l intérêt certain pour le sujet traité. 4 Résultats et Tests des hypothèses de recherche Les hypothèses ont été testées par la méthode des équations structurelles. Ainsi, après épurations des échelles de mesures, nous avons procéder à des analyses factorielles confirmatoires des construits orientation client, stratégie technologique et performance organisationnelle. Ces construits sont considérés comme étant des variables latentes. Le sens des causalités va du construit aux indicateurs et les changements dans le construit sont censés causer des changements dans les indicateurs : c est pourquoi ces mesures sont désignées sous le nom d indicateurs réflexifs (Fornell et Bookstein 1982). Ainsi, une série d analyses factorielles confirmatoires (AFC) a été réalisée sur chacune des dimensions 2 Les échelles utilisées étant référencées en anglais, ont été traduites en langue française pour pouvoir être utilisées, en respectant certaines précautions. En effet, afin de minimiser les biais, la procédure habituelle consiste à les traduire puis à rétro-traduire pour en vérifier la qualité. 3 Centre de Promotion des Exportations, Agence de Promotion de l Industrie, Union Tunisienne de l'industrie, du Commerce et de l'artisanat ; Institut Arabe des Chefs d Entreprises théoriques du modèle de recherche. L objectif est de tester la fiabilité, la validité, l unidimensionnalité ainsi que l ajustement adéquat aux données empiriques des mesures de ces dimensions latentes, afin de pouvoir les intégrer de manière simultanée dans le modèle théorique global. Pour cette analyse, nous avons procédé selon plusieurs étapes. Nous avons procédé à la vérification de la mesure des variables latentes. La mesure de chaque dimension latente a été confirmée de manière séparée à travers des AFC de premier ordre pour les construits «Préalables organisationnels» et «Performance organisationnelle» et des AFC de second ordre pour les construits «orientation client» et «stratégie technologique». Notons, par ailleurs, que l AFC du construit «stratégie technologique» a permis d identifier 4 variables caractéristiques : gouvernance, processus, infrastructure 1 et infrastructure 2 4. En somme, les modèles de mesures ont été confirmés sans aucune re-spécification. Ces modèles s ajustaient de manière satisfaisante aux données empiriques et présentaient des tests satisfaisants de fiabilité interne, de validité convergente et discriminante. Le modèle théorique global a été testé en introduisant le concept d «alignement» en tant que facteur latent de second ordre généré par la combinaison des dimensions latentes explicatives : «orientation client» et «stratégie technologique» 5. Les résultats obtenus dévoilent un bon ajustement du modèle de recherche théorique aux données empiriques, ce qui permet d accepter l unidimensionnalité des mesures de l alignement et de la performance telles que théoriquement liées à leurs dimensions. Par ailleurs, les critères de cohérence interne et externe de toutes les dimensions de l alignement et de la performance, en termes d unidimensionnalité, de fiabilité et de validité convergente atteignent des niveaux adéquats. 4.1 La validité convergente La validité convergente du facteur de second ordre «alignement» est vérifiée car les coefficients le reliant aux dimensions «orientation client» et «stratégie technologique» sont respectivement de 0,98 et 0,80. Ces coefficients sont à la fois élevés et significatifs (C.R. >1,96). 4 L ACP effectuée sur la variable Infrastructure IT aboutit sur une structure factorielle à deux dimensions. Infrastructure 1 reflète l utilisation des TSI dans la mise en place de la stratégie. Infrastructure 2 traduit le degré d utilisation des outils technologiques dans l exploitation des informations relatives aux clients. 5 Notons que, dans un souci de simplification du modèle de recherche global, la dimension explicative «préalables organisationnels» ne sera pas incluse dans le modèle final. 5

6 La validité convergente est respectée pour l ensemble des dimensions du modèle car tous les paramètres sont supérieurs à 0,5 et significatifs. De plus, le coefficient de validité convergente a une valeur de 0,63, ce qui est considéré comme satisfaisant. 4.2 La fiabilité interne La fiabilité interne de la mesure des différentes dimensions du modèle global est vérifiée par le calcul du Rhô selon la formule de Jöreskog. Les valeurs obtenues de ces coefficients sont satisfaisantes puisqu elles sont toutes supérieures au seuil de 0,7. L observation des résultats du test du modèle a permis de confirmer la fiabilité interne et validité convergente du facteur latent de l «alignement» (tableau 2). relations entre les dimensions explicatives sont également prises en compte. L évaluation des indices d ajustement globaux du modèle alternatif de l alignement montre une détérioration de la qualité de ce modèle par rapport au modèle global de la co variation. De plus, les résultats dévoilent un lien non significatif entre les dimensions stratégie technologique et performance organisationnelle. Le coefficient de corrélation entre ces deux dimensions n est pas significatif (C.R < І -0,886 І et p > 2,5%). Il semble donc que la stratégie technologique n ait pas d influence sur la performance globale de l entreprise. Ce dernier résultat nous conduit à rejeter le modèle alternatif en faveur du modèle global avec «alignement». Stratégie TSI Alig nem ent Coefficient non standardisé C.R Coefficient standardisé 0,72 6,09 0,8 Orientation Client 1-0,98 eprocess Stratégie technologiq ue 1-0,76 egouv 1,11 9,60 0,77 einfras1 1,02 9,82 0,78 einfras2 1,09 10,1 0,81 Prodinf Orientat ion Client 1-0,80 Diffinf 1,10 10,1 0,81 Utilinf 0,93 9,68 0,76 Variance moyenne extraite Rhô de Jöreskog ρ 0,8 0,89 0,61 0,92 0,63 0,83 Tableau 1. Estimation et significativité des coefficients de régression Une fois l ajustement du modèle vérifié, il est à présent possible de passer au test du modèle global. L analyse des résultats dévoile un coefficient de corrélation entre l alignement entre l orientation client et la stratégie technologique, et la performance de 0,58. Ce coefficient est significatif (C.R > 1,96 au seuil de 2,5%). Le calcul du R 2 associé à la performance organisationnelle donne une valeur de 20%. Bien que n étant pas très significatif, ce résultat permet de fournir une validation empirique du modèle de recherche, incluant à la fois les fondements théoriques et empiriques sur lesquels il est basé. Tels que proposés précédemment, les facteurs de premier ordre (orientation client et stratégie technologique) devraient être cohérents et mutuellement dépendants dans leur effet sur la performance. Ce modèle de co-variation peut être considéré comme une alternative à un modèle de base dans le quel ces facteurs de premier ordre ne co-varient pas et influent directement la «performance». En utilisant les mêmes données, nous effectuons dans ce qui suit le test du modèle intégrant les relations directes entre les dimensions explicatives de 1 er ordre et la dimension expliquée (la performance). Les Une seconde analyse a ensuite été effectuée pour tester l hypothèse explicative postulant un le lien direct entre «orientation client» et «performance organisationnelle» (HI). On observe que la performance est expliquée à raison de 21% par l orientation client. Ce résultat, bien que significatif, dévoile une faible intensité de la relation orientation client et performance globale. Certains auteurs estiment que ce faible résultat peut être expliqué par certains facteurs comme l omission de variables intermédiaires ou contingences atténuant le lien orientation client - performance comme les turbulences liées au marché, au développement technologique et à l environnement concurrentiel de l entreprise. 4.3 Test des hypothèses de recherche et discussion des résultats Les hypothèses descriptives HII et HIII ont été testées. Au vu des résultats, ces deux hypothèses sont 6

7 validées» 6. En effet, les résultats témoignent de l étroite relation existant entre les préalables organisationnels et l orientation client, particulièrement pour les variables relatives au leadership et aux pratiques collaboratives internes. En effet, le modèle qui suppose la causalité de chacune des dimensions constitutives du construit «préalables organisationnels» à savoir le rôle joué par le top management ainsi que celui des dynamiques interdépartements sur l orientation client, permet d expliquer 71,5% de la variance totale. Cependant, en ce qui concerne le coefficient de corrélation obtenu pour le lien entre «Structure organisationnelle» et la dimension «orientation client», ce lien semble non significatif eu égard aux critères d acceptabilité. En effet, les résultats montrent que cette relation n est pas significative car la probabilité p de rejeter l hypothèse nulle entre ces deux variables est largement supérieure à 2,5% (pour un échantillon inférieur à 200). Ainsi, il semble ne pas exister de lien entre la mise en place de l orientation client et la rigidité de la structure organisationnelle. Ainsi, il semble que la mise en place de l orientation client soit positivement affectée par leadership particulièrement orientée vers l incitation à l innovation et la tolérance vis-à-vis de la prise de risque en matière de stratégie client, d une part, et par un engagement prononcé dans l orientation client d autre part. L existence des interactions entre les départements de nature coopératives semble aussi être déterminante dans la mise en place de l orientation client. Aussi, de nouvelles formes organisationnelles transversales peuvent être envisagées. Cependant, les caractéristiques structurelles ne semblent pas, dans ce cas, avoir d effet sur l orientation client. En ce qui concerne la relation stratégie technologique orientation client, illustrée par l hypothèse HIII, nous constatons que ce lien est significatif et positif. En effet, il semble que les entreprises adoptent et utilisent de manière intégrée et élargie les TSI qui permettent de stimuler leur orientation client. Le modèle qui suppose la causalité de la stratégie technologique sur l orientation client permet donc d expliquer 30% de la variance. Ce résultat montre que les entreprises de notre échantillon utilisent les TSI de manière plus élargie dans les activités se rattachant à la production d informations et connaissances concernant les clients mais aussi à la dissémination du flux informationnel entre les différents départements. Dans une moindre mesure, ces entreprises utilisent les TSI pour développer et concevoir leurs stratégies commerciales 7. L architecture d information présente dans ces entreprises facilite l accès aux données et rend leur utilisation plus aisée. Elle permet une communication plus flexible et efficace. 6 L hypothèse HII est partiellement «validée» puisque deux des trois sous-hypothèses la composant sont «non infirmées» (H1.II et H2.II) 7 Ces mêmes conclusions sont ressorties à partir des entretiens exploratoires menés en début de l enquête. En ce qui concerne l hypothèse centrale de notre recherche HIV qui postule qu un alignement entre l orientation client et la stratégie technologique améliore la performance organisationnelle, cette dernière est également corroborée. L interprétation des résultats dévoile que la performance est faiblement affectée par l harmonisation entre la stratégie technologique et l orientation client. Ce résultat peut être expliqué par plusieurs raisons inhérentes à notre domaine d échantillonnage. En effet, un effet positif sur la performance suppose, outre l hypothèse d alignement, l existence d une véritable orientation client et des comportements visant la création, la dissémination et l exploitation des informations et connaissances clients à des fins décisionnelles et stratégiques, qui doit être un préalable à la performance. De même pour la stratégie technologique, il s agit pour l entreprise de mettre en œuvre un système de pilotage pour l ensemble de son parc technologique dans une optique d exploitation pertinente des données, informations et connaissances clients, et d amélioration des interactions, communications entre ses membres, soutenant par conséquent un modèle d organisation transversale. Donc, la fragilité du lien alignement-performance peut renvoyer à dis-alignement managérial quant à la mise en place de l orientation client ou bien de la stratégie technologique. Ce résultat peut être expliqué par la spécificité du contexte de notre recherche. En effet, l échantillon étudié est formé en grande partie par des PME. Dans un tel contexte, il est assez facile d imaginer que c est le style de gestion ou de prise de décision plus intuitif des propriétaires-dirigeants qui ne les pousse pas à accroître la capacité informationnelle de leur firme en réponse à une turbulence croissante de leur environnement. De telles pratiques peuvent aller dans le sens contraire d une orientation client, qui exige des capacités informationnelles importantes impliquant par conséquent un milieu de soutien riche caractérisé un mode de gouvernance plutôt flexible et innovant. De plus, le développement et l intégration des TSI est un phénomène qui est relativement récent. En effet, lors des entretiens que nous avons eus avec quelques répondants, la majorité d entre eux avouent que l utilisation des TSI dans les entreprises reste encore limitée à certaines activités, et l on ne peut pas parler, du moins pour le moment, d un véritable «alignement» de l ensemble des processus organisationnels avec la technologie. Ainsi, il est assez facile d imaginer, qu avec une inconstance en termes d orientation client et une exploitation modérée des TSI, que l effet sur la performance sera limitée. Les résultats obtenus rejoignent les conclusions de plusieurs autres travaux qui ont démontré que les caractéristiques inhérentes à l échantillon peuvent expliquer la fragilité et même l absence dans certains cas d un lien significatif entre l alignement TSI et la 7

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique Résumé : L offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises s accroit. Cependant, l acquisition d un

Plus en détail

Choix stratégiques de l entreprise étendue et déploiement technologique : alignement et performance

Choix stratégiques de l entreprise étendue et déploiement technologique : alignement et performance r Résumé Ce travail propose d étudier le rôle du concept de l alignement stratégique entre la stratégie et la stratégie d entreprise en tant que déterminant de la performance organisationnelle. Cette relation

Plus en détail

Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation

Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation Abdelkader Baaziz To cite this version: Abdelkader Baaziz. Apport du Knowledge Management dans l amélioration

Plus en détail

Habilitation à Diriger les Recherches

Habilitation à Diriger les Recherches FACULTE JEAN MONNET Habilitation à Diriger les Recherches présentée et soutenue publiquement le 28 juin 2011 Résumé des travaux de recherche Hajer Kéfi Jury : Professeur Ahmed Bounfour Université Paris-Sud

Plus en détail

Marc ROBERT. Courriel : Fonction : Professeur Associé. Biographie

Marc ROBERT. Courriel : Fonction : Professeur Associé. Biographie Courriel : Fonction : Professeur Associé Marc ROBERT Biographie Marc ROBERT, docteur en Economie, est professeur assistant au Groupe Sup de Co Montpellier Business School où il est responsable du département

Plus en détail

Les comportements orientés vers le marché au cœur de l équation stratégique de l entreprise

Les comportements orientés vers le marché au cœur de l équation stratégique de l entreprise Ibtissam ABARAR Enseignant-chercheur ESCA Ecole de Management Jean-François TRINQUECOSTE Professeur des Universités IAE de Bordeaux Les comportements orientés vers le marché au cœur de l équation stratégique

Plus en détail

MODÈLE DE TRANSFORMATION ORGANISATIONNELLE CONDUISANT À L AUGMENTATION DES VENTES PAR UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ

MODÈLE DE TRANSFORMATION ORGANISATIONNELLE CONDUISANT À L AUGMENTATION DES VENTES PAR UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ MODÈLE DE TRANSFORMATION ORGANISATIONNELLE CONDUISANT À L AUGMENTATION DES VENTES PAR UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ TRANSACTIONNELLE ET EXPÉRIENTIELLE DU PERSONNEL DE PREMIÈRE LIGNE EN RESTAURATION : RÉSULTATS

Plus en détail

HIVER 2004 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE EN MARKETING MRK - 65384

HIVER 2004 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE EN MARKETING MRK - 65384 Professeur : Raoul Graf FSA-Université Laval Pavillon Palasis Prince Bureau 2413 Tél. : 418 656 2131 ext. 2688 Courriel : Raoul.Graf@mrk.ulaval.ca HIVER 2004 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE EN MARKETING MRK

Plus en détail

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL :

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : Management international APPEL A CONTRIBUTION Printemps 2014 UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES? Rédacteurs en chef invités : Corinne Bessieux-Ollier,

Plus en détail

Corinne ROCHETTE Docteur en Sciences de Gestion

Corinne ROCHETTE Docteur en Sciences de Gestion Corinne ROCHETTE Docteur en Sciences de Gestion I. U. P. Management et Gestion des Entreprises - Université D Auvergne - Pôle Tertiaire 26, Avenue Léon BLUM B.P. 273 63008 Clermont Ferrand Cedex 1 Tel

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE LA GOUVERNANCE DU SYSTEME D INFORMATION

PROBLEMATIQUE DE LA GOUVERNANCE DU SYSTEME D INFORMATION PROBLEMATIQUE DE LA GOUVERNANCE DU SYSTEME D INFORMATION Florescu Vasile Chaire Informatique de gestion, Académie d Etudes Economiques de Bucarest, Adresse : Caderea Bastiliei nr. 2-10, si Piata Romana

Plus en détail

Une exploration des mécanismes formateurs de la performance de l entreprise liée à Internet

Une exploration des mécanismes formateurs de la performance de l entreprise liée à Internet Une exploration des mécanismes formateurs de la performance de l entreprise liée à Internet Yann RIVAL Maître de Conférences - Université de la Polynésie Française - GDI (*) Chercheur Associé - Université

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

Introduction : du management au e-management.

Introduction : du management au e-management. Introduction : du management au e-management. Henri Isaac, Université Paris dauphine, Observatoire du e-management Dauphine-Cegos. L émergence du terme e-management a suscité de nombreuses interrogations

Plus en détail

Chercheur au centre de recherche CEDAG EA 1516, Université Paris Descartes

Chercheur au centre de recherche CEDAG EA 1516, Université Paris Descartes Madame Hajer KEFI Maître de Conférences en sciences de gestion Habilitée à diriger des recherches Université Paris Descartes Chercheur au centre de recherche CEDAG EA 1516, Université Paris Descartes 143,

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

Achats et parties prenantes

Achats et parties prenantes La perspective de l acheteur L échange transactionnel L émergence de l approche relationnelle Sylvie Mantel-Lacoste 1 Sylvie Mantel-Lacoste 2 La notion d échange, elle a évolué au début des années 80-90

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Mise en place d un ERP, transformation de l entreprise et dynamique. l alignement

Mise en place d un ERP, transformation de l entreprise et dynamique. l alignement Résumé Le concept d alignement est souvent interprété comme une conséquence finale ou temporaire. Il est généralement considéré comme un concept statique, mesuré à un instant donné, par le biais d échelles

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Hassen RAÏS. Enseignant-Chercheur. IAE -Toulouse. CRM UMR 5303 CNRS. hassen.rais@iae-toulouse.fr - +33(0)6 33 09 16

Plus en détail

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie Frank LASCK Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur Biographie Frank Lasch, professeur en entrepreneuriat, a rejoint le Groupe Sup de Co Montpellier Business School en septembre 2003

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

Anne-Sophie FERNANDEZ

Anne-Sophie FERNANDEZ Anne-Sophie FERNANDEZ Courriel : Anne-sophie.fernandez@umontpellier.fr Fonction : Maître de conférences Biographie Anne-Sophie FERNANDEZ est Maître de Conférences au sein de l Université de Montpellier.

Plus en détail

Vers un modèle de l alignement e- business de l entreprise

Vers un modèle de l alignement e- business de l entreprise Vers un modèle de l alignement e- business de Résumé La plupart des travaux de recherche concernant l ebusiness présentent une méthodologie, mesurent la prédisposition des entreprises ou évaluent les conséquences

Plus en détail

«Technologies de l informationl & management»

«Technologies de l informationl & management» e-management Cours DEA e-management DEA «e-management : concepts & méthodesm thodes» Cours «Technologies de l informationl & management» Enseignants : Henri Isaac, Robert Nickerson e-management Objectifs

Plus en détail

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule Séminaires Système D Information Formation Conduite du Changement Préambule Sommaire Préambule L entreprise : système complexe en mouvement permanent Mickael Porter Harvard Business School - L avantage

Plus en détail

A / BIOGRAPHY. 2005-2009 : Doctorat en Sciences Economiques et de Gestion (Ph.D.), Louvain School of Management Université catholique de Louvain

A / BIOGRAPHY. 2005-2009 : Doctorat en Sciences Economiques et de Gestion (Ph.D.), Louvain School of Management Université catholique de Louvain Albert B.R. LWANGO, PhD. Finance, Innovation and Entrepreneurship Groupe ESC Troyes Contact address : 217 avenue Pierre Brossolette BP 710 10002 Troyes cedex - France Phone : +33(0)3 25 71 22 79 Mail :

Plus en détail

Un outil d accompagnement des missions pour une licence professionnelle chargé d études statistiques en alternance

Un outil d accompagnement des missions pour une licence professionnelle chargé d études statistiques en alternance Un outil d accompagnement des missions pour une licence professionnelle chargé d études statistiques en alternance Antoine Rolland & Hélène Chanvillard CERRAL 1 - IUT Lumière Lyon II Bd de l université,

Plus en détail

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION THÈSE N O 2388 (2001) PRÉSENTÉE AU DÉPARTEMENT D'INFORMATIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC Liens entre communication environnementale et performance d entreprise : l implication des doctorants HEC Plusieurs doctorants travaillent sur les thématiques reliées à la Chaire. Rodolophe Durand supervise

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

IODE Consulting I Intelligence on Demand Slide 1

IODE Consulting I Intelligence on Demand Slide 1 IODE Consulting I Intelligence on Demand Slide 1 Présentation Tableau de bord prospectif Définition Fonctions Perspectives Indicateurs Carte stratégique Vision globale IODE Consulting I Intelligence on

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Développement et expérimentation d un modèle de gestion collaborative des pratiques informatiques à l usage des petites et moyennes entreprises

Développement et expérimentation d un modèle de gestion collaborative des pratiques informatiques à l usage des petites et moyennes entreprises Développement et expérimentation d un modèle de gestion collaborative des pratiques informatiques à l usage des petites et moyennes entreprises Résumé Ce papier présente la version expérimentale du modèle

Plus en détail

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Le CIGREF, dans son livre blanc de 2002, précise que «l alignement stratégique de l organisation sur le métier est le fait de mettre en

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Business Process Management

Business Process Management Alain Darmon Responsable Avant-Vente BPM, IBM 1 er mars 2011 Business Process Management Améliorez l agilité de l entreprise avec la gestion des processus métier Les processus sont partout! Ouverture de

Plus en détail

1993 Baccalauréat (S). Mention Assez Bien. FORMATION

1993 Baccalauréat (S). Mention Assez Bien. FORMATION Sana GUETAT Avenue Olivier Messiaen, 72085 Le Mans cedex 9 (33) 02 43 83 35 34- Fax : (33) 02 43 83 31 35 Sana.Guetat@univ-lemans.fr http://www.univ-lemans.fr FORMATION 2008 Doctorat en Sciences de Gestion,

Plus en détail

Introduction des progiciels intégrés dans les PME : évaluer les risques et compétences associés au projet

Introduction des progiciels intégrés dans les PME : évaluer les risques et compétences associés au projet Introduction des progiciels intégrés dans les PME : évaluer les risques et compétences associés au projet Mouna Ben Chouikha *, François Deltour **, Patrick Leconte **, André Mourrain **, * Laboratoire

Plus en détail

Sommaire. Liste des figures...13 Liste des tableaux...15 Introduction générale...17

Sommaire. Liste des figures...13 Liste des tableaux...15 Introduction générale...17 Sommaire Liste des figures...13 Liste des tableaux...15 Introduction générale...17 Chapitre I Innovation technologique en médecine : de la recherche à l usage...27 Introduction...27 1.1. L évaluation sociale

Plus en détail

Business Process Change:

Business Process Change: Business Process Change: A Study of Methodologies, Techniques, and Tools par: W. Kettinger, J. Teng & S. Guha 1 Plan de la présentation Situer l article Relever son contenu Apprécier l article Appliquer

Plus en détail

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises LES PME manufacturières sont-elles prêtes pour l ERP? Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche sur les PME Université

Plus en détail

Syllabus Cours Système d information Année 2005-2006

Syllabus Cours Système d information Année 2005-2006 Syllabus Cours Système d Année 2005-2006 Responsable : Henri ISAAC Maître de conférences en sciences de gestion Dauphine Recherches en Management (CREPA) UMR CNRS n 7088 Isaac@dauphine.fr Bureau P 417.

Plus en détail

CONGRES PARIS-VENISE 2004

CONGRES PARIS-VENISE 2004 CONGRES PARIS-VENISE 2004 26-27 novembre 2004 Universita Ca Foscari Venezia Bulletin-Réponse M. Mme Prénom : Gilles Nom :_ROEHRICH Université/ Ecole : Ecole Supérieure de Affaires de Grenoble Adresse :

Plus en détail

Quand le bâtiment va, tout va

Quand le bâtiment va, tout va Quand le bâtiment va, tout va Citation de Martin Nadeau en 1849 à l Assemblée législative de la France Martin Nadeau Ancien ouvrier maçon Député à l Assemblée législative Les sots font bâtir les maisons

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 La présentation d un article de recherche de type théorique 1 Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 Gilles Raîche, professeur Université du Québec à Montréal

Plus en détail

«Modélisation et traitement des données»

«Modélisation et traitement des données» PROGRAMME DE FORMATION «Modélisation et traitement des données» Coordonné par Patrice ROUSSEL Professeur à l IAE Université de Toulouse 1 Directeur CRM UT1-CNRS Toulouse, 31 mars (soir) au 2 avril 2010

Plus en détail

L IMPLANTATION DE L ERP : FACTEURS CLES DU SUCCES ET IMPACTE SUR LA PERFORMANCE

L IMPLANTATION DE L ERP : FACTEURS CLES DU SUCCES ET IMPACTE SUR LA PERFORMANCE L IMPLANTATION DE L ERP : FACTEURS CLES DU SUCCES ET IMPACTE SUR LA PERFORMANCE Dumitru Valentin Chaire Informatique de gestion, Académie d Etudes Economiques de Bucarest, Adresse : Caderea Bastiliei nr.

Plus en détail

L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement

L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement Johann Jacob, M.A.P. et Richard Marceau, Ph. D. Centre de recherche et d expertise en évaluation (CREXE) Colloque annuel

Plus en détail

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Aperçu : Permettre l agilité du data-center La flexibilité métier est votre objectif primordial Dans le monde d aujourd hui, les clients attendent

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

Management des Systèmes d Information

Management des Systèmes d Information Spécialité Réseaux (RES) UE: Management des systèmes d'information [mnsi, NI303] M2IRT 2012 1 ère année Management des Systèmes d Information Unité 2 - Les principaux types de SI dans l entreprise Gilles

Plus en détail

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Manuscrit auteur, publié dans "42èmes Journées de Statistique (2010)" Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Séverine Demeyer 1,2 & Nicolas Fischer 1 & Gilbert Saporta 2 1 LNE, Laboratoire

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Objectifs pédagogiques de l enseignement «Métiers»

Objectifs pédagogiques de l enseignement «Métiers» É C O L E D I N G É N I E U R D E S T E C H N O L O G I E S D E L I N F O R M A T I O N E T D E L A C O M M U N I C A T I O N Métiers Objectifs pédagogiques de l enseignement «Métiers» Les objectifs sont

Plus en détail

CHAIRE VENTE ET STRATEGIE MARKETING EUROPE

CHAIRE VENTE ET STRATEGIE MARKETING EUROPE CHAIRE VENTE ET STRATEGIE MARKETING EUROPE Présentation de l'équipe : La Chaire "Vente et stratégie marketing Europe" repose sur la diversité et la complémentarité des firmes fondatrices. Entreprises de

Plus en détail

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile RÉSUMÉ DE THÈSE L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile avec des estimations de deux projets sur trois peinent à donner un résultat satisfaisant (Nelson,

Plus en détail

2015Dossier de presse

2015Dossier de presse 015 Dossier de presse Notre ADN Loyalty Company est un groupe indépendant, 100% intégré, qui propose une palette d expertises au service du développement de la valeur client et de la performance commerciale.

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

Management Technologique & Stratégique (MTS)

Management Technologique & Stratégique (MTS) Département de Formation & de Recherche (DFR) Management Technologique & Stratégique (MTS) Spécialisations (2A 2011-2012) Séverine LE LOARNE, Responsable Adjointe du DFR Professeur en Management de l innovation

Plus en détail

Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE de Poitiers

Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE de Poitiers Journée d étude sur «la métalogistique des événements sportifs» CRO3S / UFR STAPS d Orléans / 2 mai 2006 Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

La formation p. 2. Les doctorants témoignent p. 3. Le programme 2010 p. 5. Comment candidater? p. 6. Le label Docteur pour l entreprise p.

La formation p. 2. Les doctorants témoignent p. 3. Le programme 2010 p. 5. Comment candidater? p. 6. Le label Docteur pour l entreprise p. N ATTENDEZ PLUS POUR VOUS INSCRIRE! Le nombre de places est limité à 50! Le dossier de candidature doit être transmis avant le 5 février 2010 à l adresse suivante : La formation p. 2 Les doctorants témoignent

Plus en détail

La dimension sociale de l alignement stratégique des ERP : définition et proposition de mesures

La dimension sociale de l alignement stratégique des ERP : définition et proposition de mesures La dimension sociale de l alignement stratégique des ERP : définition et proposition de mesures Résumé Les recherches empiriques sur l alignement stratégique des TI/SI ne cessent de se développer. Toutefois,

Plus en détail

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Grégory Wegmann, Stephen Nozile To cite this version: Grégory

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Sarah MACHAT. IUT La Rochelle 15 rue de Vaux de Foletier 17026 La Rochelle cedex 01 06 19 03 13 17 e-mail : sarah.machat@univ-lr.

Sarah MACHAT. IUT La Rochelle 15 rue de Vaux de Foletier 17026 La Rochelle cedex 01 06 19 03 13 17 e-mail : sarah.machat@univ-lr. Sarah MACHAT IUT La Rochelle 15 rue de Vaux de Foletier 17026 La Rochelle cedex 01 06 19 03 13 17 e-mail : sarah.machat@univ-lr.fr FONCTION Depuis sept 2011 Maître de conférences, Université La Rochelle,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION Il est demandé aux étudiants qui souhaitent déposer un master à la chaire RHO de prendre connaissance

Plus en détail

31/08/2015. Auditing. Comparative Management System. Economie Bancaire. Financial Analysis. Macro-économie Approfondie.

31/08/2015. Auditing. Comparative Management System. Economie Bancaire. Financial Analysis. Macro-économie Approfondie. 09/09/2015 08:30-10:30 Analyse Financière Auditing Comparative Management System Economie Bancaire Financial Analysis Macro-économie Approfondie Marketing Direct Méthodologie de Contrôle Accounting II

Plus en détail

Olivier DUPOUET Professeur des systèmes d Information KEDGE BS (Bordeaux) +33 6 86 44 87 47 / +33 5 56 84 63 25 olivier.dupouet@kedgebs.

Olivier DUPOUET Professeur des systèmes d Information KEDGE BS (Bordeaux) +33 6 86 44 87 47 / +33 5 56 84 63 25 olivier.dupouet@kedgebs. Olivier DUPOUET Professeur des systèmes d Information KEDGE BS (Bordeaux) +33 6 86 44 87 47 / +33 5 56 84 63 25 olivier.dupouet@kedgebs.com EDUCATION 2008: HDR (Habilitation à Diriger des Recherches) en

Plus en détail

Convergence, Communication Unifiée, Nouvelle ère logicielle Microsoft 2007: quelles perspectives d adoption pour l entreprise?

Convergence, Communication Unifiée, Nouvelle ère logicielle Microsoft 2007: quelles perspectives d adoption pour l entreprise? Dossier Spécial Technologies Microsoft 2007 GROUPE PERMIS INFORMATIQUE Livre Blanc par Thierry Choserot, Responsable des Partenariats D I S C E R N E R L I N T E R E T D E S T E C H N O L O G I E S 2 0

Plus en détail

Forum AMOA ADN Ouest. Présentation du BABOK. 31 Mars 2013 Nadia Nadah

Forum AMOA ADN Ouest. Présentation du BABOK. 31 Mars 2013 Nadia Nadah Forum AMOA ADN Ouest Présentation du BABOK 31 Mars 2013 Nadia Nadah Ce qu est le BABOK Ce que n est pas le BABOK Définition de la BA - BABOK version 2 Le processus de Business Analysis La structure du

Plus en détail

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux WG.1/2015/INF.2 Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève,

Plus en détail

Comment initialiser une démarche SOA

Comment initialiser une démarche SOA Comment initialiser une démarche SOA Placer l approche l SOA au cœur c de la vie du Système d Informationd Olivier Dennery IT Architect IBM certified BCS Application Innovation Objectifs Objectifs - Rappeler

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE JACKY BOUDEVILLE PROFESSEUR ESCP EUROPE CONSULTANT ADMINISTRATEUR DE SOCIETES PLAN D INTERVENTION UN TITRE

Plus en détail

Les tendances de la dématérialisation et les besoins des Entreprises

Les tendances de la dématérialisation et les besoins des Entreprises Les tendances de la dématérialisation et les besoins des Entreprises N. Naffah, Directeur Général Prologue De plus en plus, nous constatons l étendue de l usage du numérique dans la vie quotidienne du

Plus en détail

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données Parmi les fonctions les plus demandées par nos utilisateurs, la navigation au clavier et la possibilité de disposer de champs supplémentaires arrivent aux

Plus en détail

Master ès Sciences en sciences infirmières

Master ès Sciences en sciences infirmières Master ès Sciences en sciences infirmières Master conjoint UNIVERSITE DE LAUSANNE Faculté de biologie et de médecine, Ecole de médecine et HAUTE ECOLE SPECIALISEE DE SUISSE OCCIDENTALE Domaine santé PLAN

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières. 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics

3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières. 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics 3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics Résumé-Abstracts Organization: Ghislain Léveillé Co-organization:

Plus en détail

MRK -6081 A : Méthodes d Analyse de Données en Marketing Automne 2010

MRK -6081 A : Méthodes d Analyse de Données en Marketing Automne 2010 E MRK -6081 A : Méthodes d Analyse de Données en Marketing Automne 2010 Professeure :Elissar Toufaily Plage horaire du cours : Cours en salle Jeudi 15h 30-18h30 Local 4221 PAP Du 2 septembre. 2010 au 9

Plus en détail

ITIL : Premiers Contacts

ITIL : Premiers Contacts IT Infrastructure Library ITIL : Premiers Contacts ou Comment Optimiser la Fourniture des Services Informatiques Vincent DOUHAIRIE Directeur Associé vincent.douhairie douhairie@synopse. @synopse.fr ITIL

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE V : Concepts et Langages EA 4509 Sens Textes Informatique Histoire T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : Linguistique

Plus en détail

La mobilité sans couture Projet d entreprise ou sujet de société?

La mobilité sans couture Projet d entreprise ou sujet de société? La mobilité sans couture Projet d entreprise ou sujet de société? Jean-Christophe Saunière, associé Olivier Temam, senior manager Page 1 30 septembre 2008 La mobilité, fruit de la convergence? Une étude

Plus en détail

Les usages des SI : état de la recherche. Michel KALIKA, Dr EM Strasbourg Ancien Professeur à Paris-Dauphine

Les usages des SI : état de la recherche. Michel KALIKA, Dr EM Strasbourg Ancien Professeur à Paris-Dauphine La Business School de la première Université de France Les usages des SI : état de la recherche Michel KALIKA, Dr EM Strasbourg Ancien Professeur à Paris-Dauphine 1 Voulez-vous un millefeuille? 2 Voulez-vous

Plus en détail

Etude exploratoire sur les attitudes envers l ambush marketing.

Etude exploratoire sur les attitudes envers l ambush marketing. Session 11-48 Etude exploratoire sur les attitudes envers l ambush marketing. Corinne Berneman Anthony Carfantan ESC Saint-Etienne 51-53 Cours Fauriel, BP 29 42009 Saint-Etienne, Cedex 2 corinne_berneman@esc-saint-etienne.fr

Plus en détail