Mon début de carrière : La DRME (fin des 60 et la décennie 70):

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mon début de carrière : La DRME (fin des 60 et la décennie 70):"

Transcription

1 39 années de R&T avec la DGA, Retour d expérience sur les réformes de la DGA, bonnes et mauvaises surprises, Attentes du groupe SAFRAN Michel SIRIEIX, Directeur Scientifique Défense Sagem Défense Sécurité Groupe SAFRAN 0 Mon début de carrière : La DRME (fin des 60 et la décennie 70): La DRME facilitait la recherche en milieu industriel et les relations industrie/labo de recherches académiques (du moins ceux qui le voulaient). Travaux sur la détection hétérodyne en IR moyen ( ) : - Thèse sur des contrats DRET de 1968 à Coopération avec CNRS Meudon, Observatoire de Paris, Universités d Orsay et de Jussieu. - 7 années de contrats en continu qui nous ont conduit à un démonstrateur technologique de Lidar à 10,6 µm - Niveau scientifique et technologique équivalent à celui des USA en 1974, accueil dans des laboratoires prestigieux dès 1971 : NASA, MIT Lincoln Lab, JPL, Hughes Research lab, Les débuts des détecteurs IR multiplexés ( ) - Coopération avec CEA LETI sur les CCD et CMOS d une part et sur la technologie CMT d autre part - Coopérations avec CNRS Meudon sur CID InSb - Démonstrations technologiques : matrice CID 32x32 InSb pour AD en 1980 et détecteur IRCCD 64x8 MWIR et 64x4 LWIR pour caméras thermiques en Niveau scientifique et technologique équivalent, voire supérieur à celui des USA en 1981 (vente de 2 licences sur technologie CMT). 1 1

2 La DRET dans les années 80 et le début des 90 La grande époque de l IR-CCD : 1978 : Création du LIR 1986: Création de SOFRADIR La France, leader technologique mondial des détecteurs IR et des caméras thermiques de 2nde Génération Revers de médaille : Retards des programmes Européens de Développement et donc retards sur les séries industrielles Le Gyro laser et la navigation : La DRET a contribué au développement du Gyro laser, d abord chez Sextant, puis chez Sextant et Sagem De nombreux laboratoires de recherche ont été associés autour des industriels aux recherches sur les briques technologiques : Miroirs de très haute qualité, technologie du laser, physique du plasma, Le soutien aux technologies de navigation, nécessaire à notre dissuasion, a été un modèle qui nous permet aujourd hui d occuper le premier rang Européen et le 3 ième rang mondial 2 Dans les années 70 et 80, les services de programme développaient aussi leurs technologies spécifiques. La DRET se chargeait du «bottom-up» et des technologies «transverses» Les services de programmes : SEFT, SPAé, STAT, STET, STEN, STCAN, engageaient des études générales sur les thèmes en rapport avec les systèmes dont ils avaient la charge, c étaient de véritables démonstrateurs de technologie au niveau TRL 6 : Les caméras thermiques à la SEFT, ASICs et CCD TDI pour le SMT Veille IR navale au STCAN Veille IR aéroportée au SPAé Autodirecteur air-air matriciel au STET La propulsion à poudre au bureau propulsion de la Direction des engins Les éléments de moteur pour avion d arme au SPAé Mais aussi des technologies de base comme : Les matériaux carbone carbone (du TRL 1 au TRL 7) 3 2

3 De la DRET au STTC et après le déclin de la recherche technologique de défense A partir du milieu des années 90 : La DRET est transformée pour sa part technique en services technologiques transverses STTC et pour le financement de la recherche en un service à part le SRTS, l organisation devient matricielle sous la tutelle des programmes C est le début du déclin pour certaines technologies comme l optronique, - Retard sur les technologies de matrices 3-5 µm puis sur la 3ième génération - Absence de soutien à la recherche industrielle en optronique, les nouveaux programmes d équipements partent en UK ou en D - La position française recule, des concurrents comme les Britanniques, les Israéliens et les Allemands rattrapent leur retard par rapport à la France, tandis que l écart par rapport aux USA se creuse - Un rebond fin des années 90 avec les détecteurs non refroidis mais dont l effort asséchera les autres recherches comme celles concernant l IL et la cryogénie. Heureusement, le Guidage Navigation a été épargné! - Soutien constant aux technologies : Gyro laser, FOG, accéléromètre vibrant, GRH, - Des résultats de premier plan international Les Services techniques de grands programmes gardent encore un peu de R&T jusqu à la fin du développement : M51, moteur Rafale, 4 Dernière étape connue de l évolution : la forme tensorielle Complexité de la structure avec répartition des pouvoirs selon trois axes antagonistes : technique, administratif et managérial. Recherche de la bonne exécution budgétaire et du respect des bonnes pratiques du code des marchés public conduit à dépenser le budget : - Dans les temps - Sur un nombre restreint de gros marchés Recherche d une bonne planification des efforts prenant en compte l ensemble des contraintes de défense, à partir d une idée il faut : - Trouver le budget pour lancer une ETO :1 an - Planifier et exécuter un PEA : 1 an + 3 ans - 5 ans après minimum on peut passer au développement mais il faudra activer de manière coordonnée : Le service de programme qui passera à l acte Le responsable technique Le service de la stratégie industrielle pour le choix du titulaire Les architectes de forces Etc.,. Et plus si c est interdisciplinaire Le couplage «bonne exécution budgétaire» et «planification» retarde le développement du progrès technologique et fait perdre en compétitivité. 5 3

4 PEA : La dérive vers les niveaux TRL élevés La nouvelle organisation de la DGA et ses contraintes conduisent à confier aux grands systèmiers la maîtrise d œuvre des projets de R&T. Ceux-ci s intéressent plus démonstrateurs produits (TRL 7/8) qu aux démonstrateurs de technologie (TRL 5) La recherche de la rentabilité à court terme impose l utilisation de technologies «matures», niveau TRL >6 Le financement de l innovation (TRL <4) ne se fait pas Le financement du développement technologique (TRL 3 à 6) chez les équipementiers est long et laborieux car ce sont des PEA de la classe <10 M Conséquences imprévues: L augmentation des crédits ne favorise pas l innovation, elle irrigue les développements de systèmes de systèmes! Les PME, objet de tant de sollicitudes, ne sont pas financées par les grands groupes car il n y a pas comme aux USA de «Small business act» La technologie, moteur de la croissance, est délaissée au profit des systèmiers. Disparition des visions technologiques et des hommes porteurs de cette compétence 6 PEA : Les dérives du code des marchés publics Codes des marchés public et innovation ne font pas «bon ménage» : Après la programmation la mise en concurrence : - De l idée à la réalisation d un plan de recherche amont il s est déjà passé un ou deux ans, à l échelle de temps industriel c est déjà un lourd handicap - La mise en concurrence, c est bien dans l idéal, mais est ce que celui qui l emporte sera le plus efficace en terme d innovation? Non, car il y a les pénalités : L entreprise qui prend des risques sera pénalisée si elle est en retard pour livrer les résultats Le respect d un cahier des charges précis ne laisse aucune part à la recherche de solutions parallèles parfois plus innovantes Dans certains cas l industriel doit investir,. Propositions pour favoriser l innovation : Revoir le code des marchés public : lourd donc impossible, échec CCTP innovant, Créer une agence de R&T pour la Défense (sur le modèle AII?) avec les principes de fonctionnement suivant : % de prise de risques par l état pour les TRL <3 - Partage des risques 50/50 entre l industrie et l état sur les TRL de 4 à 6 - Plus de mise en concurrence pour les marchés ou les aides à l innovation - Pas de pénalités sur les PEA, justification de moyens - Passation des marchés par l agence directement au détenteur de la technologie en gré à gré - Choix des projets sur la satisfaction des objectifs plutôt que sur la réalisation d un plan. 7 4

5 Exécution des PEA : Equilibre nécessaire entre industrie et grands organismes de recherche, Depuis plusieurs années nous assistons à la réduction du nombre et du montant des PEA technologiques (montants <10 M ) attribués à des industriels et leur remplacement par des PEA de recherche dans les grands organismes comme l'onera ou le LETI. Conséquences : La recherche industrielle s appauvrie Les thèmes de recherches intéressent moins les industriels Propositions : Les organismes de recherches ne doivent recevoir des PEA qu à condition de les effectuer dans le cadre de partenariats pilotés par les industriels Ces partenariats doivent associer des PME innovantes capables de développer les bases technologiques nécessaires 8 La réponse à une attente : la MRIS La création de la MTIS correspond vraiment à un besoin pour favoriser l innovation et répondre à une attente de l industrie depuis la fin de la DRET Cependant : La MRIS ne dispose pour l instant que d un budget réduit ne permettant que de passer des contrats inférieurs à 300 k Les financements ne s adressent qu aux laboratoires de recherches et à quelques PMEs au travers les REI Il faudrait: Augmenter le financement REI pour les PME technologiques innovantes et les «jeunes pousses» issues des recherches de laboratoires Favoriser ensuite les partenariats pour appliquer ces technologies à des produits. Financer les niveaux TRL 3 à 6 chez des industriels prêts à partager des risques. Aider à l usage des technologies innovantes dans les systèmes en fixant des parts de financement sur les contrats de développement dédié à l usage de nouvelles technologies 9 5

6 Entre le PP30 et le POS, un manque : le plan d action technologique Le PP30 donne une vision capacitaire à l échéance de 30 ans, c est bien pour orienter les futurs programmes Le POS donne une vision des innovations scientifiques et de leur capacité à irriguer le milieu de la défense Il nous semble manquer un plan d action technologique à échéance de 15 ans qui : s intercalerait entre ces deux plans et définirait les feuilles de route technologique pour les composants et sous systèmes clés. définirait les objectifs à atteindre indiquerait la politique vis-à-vis de l Europe concernant la coopération ou non sur ces technologies fixerait la politique industrielle D autres pays l ont fait, pourquoi pas nous? Une réflexion serait en cours à la DGA. 10 Comparaison avec l étranger : le document UK «Defence Technolgy Strategy» Le document «Defence technology Strategy» publié récemment par le MOD britannique fait suite à d autres actions ou concepts médiatisés, censés influencer largement sa méthode d acquisition de systèmes d armes : Les long-term support partnerships; Le true through-life equipment management; La UK Defense Industrial Strategy -de la fin de l année 2005 ; La SMART acquisition initiative. Son objet est de fournir un cadre au soutien de la recherche «long-terme» ayant des applications potentielles dans la défense. le MOD britannique liste les technologies qui méritent d être soutenues : celles qui sont jugées matures celles dont les applications militaires sont trop incertaines. les technologies pertinentes mais dans des domaines où l industrie britannique a perdu pied. L optronique, parent pauvre de la politique R&T française, est souvent citée, Le UK MOD semble vouloir distinguer deux types de technologies : celles déjà largement disponibles sur le marché, pour lesquelles les efforts de recherche ne seraient pas nécessaires celles destinées au seul marché militaire, méritant un soutien spécifique. 11 6

7 Comparaison avec l étranger : l action de la DARPA En 2004, dans le rapport de P Dumas au Conseil Général de l Armement sur le «Gap transatlantique», le rôle moteur de la DARPA dans le développement technologique US était exprimé ainsi : R&T initiée et financée par les besoins militaires en hautes technologies Cette R&T est effectuée principalement dans les universités, les «start up» et les PME Les résultats viennent enrichir la R&D des grandes entreprises civiles et militaires L an dernier le Directeur du NVESD à repris publiquement des propos semblables pour justifier l impact du financement par l US DoD de la technologie IR non refroidie sur l industrie civile en qualifiant ce processus de «cercle vertueux». Pourquoi pas une «DARPA» Française puis Européenne? Est-ce l objectif de L AED? 12 L Europe et l Agence Européenne de Défense : AED L européanisation des marchés de Défense et la création de l AED apportent elles des éléments nouveaux? l'aed a publié un document Long Term Vision (LTV) qu'elle va traduire en Capability Development Plan (CDP) en 2007 pour sortir un plan stratégique de R&T courant Il n'y a effectivement pas de budget à l AED qui permette d'avoir une réelle démarche technologique. Toutefois par les actions JIP Force Protection et JIP ARMS, l'aed applique cette démarche capacitaire et technologique à des thèmes particuliers en y juxtaposant un budget spécifique (catégorie A). Cependant, ne risque t-on pas une prise en main par les grands systèmiers Européens de la politique et du refinancement de la technologie au travers des ITP (Integrated Technology Program), comme cela est le cas pour l ITP Missile? Proposition : Augmenter la part de financement pour la R&T en la sanctuarisant dans les budgets et en procédant par des «call» comme pour le PCRD. 13 7

8 Conclusions La Recherche Technologique de Défense est un vecteur de l innovation et de la croissance comme cela l a été démontré dans les années 60 à 80. La réduction des budgets mais surtout une planification outrancière ont réduit de façon considérable notre R&T et ses résultats. Qui acceptera la seule domination US (et plus tard Chinoise) dans les Technologies de Défense? Comment se prémunir contre l inscription par les USA de produit aussi banal qu une colle dans la liste des produits «ITAR»? Pouvons nous continuer à jouer un rôle de premier plan dans l industrie de Défense Européenne? EN POURSUIVANT UN EFFORT NATIONAL EN RECHERCHE TECHNOLOGIQUE DE DEFENSE 14 8

SAFRAN UN GROUPE INTERNATIONAL DE HAUTE TECHNOLOGIE

SAFRAN UN GROUPE INTERNATIONAL DE HAUTE TECHNOLOGIE SAFRAN UN GROUPE INTERNATIONAL DE HAUTE TECHNOLOGIE EQUIPEMENTIER DE PREMIER RANG Aéronautique Défense Sécurité CONFIDENTIEL / NOVEMBRE 2011 CHIFFRES CLES Répartition du chiffre d affaires 2010 Equipements

Plus en détail

REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES

REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES RAPID est un dispositif de subvention à des projets d innovation duale portés par une entreprise indépendante de moins de 2000 salariés,

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER POUR ALLER PLUS LOIN Thibault CHARLES, Fondateur et directeur d isonomia «De formation ingénieur et expert en physique du

Plus en détail

Turbomeca www.turbomeca.fr

Turbomeca www.turbomeca.fr Turbomeca www.turbomeca.fr Power built on trust * Octobre 2011 * La puissance en toute confiance Leader mondial sur son marché 1 er en 2010 Société internationale présente sur tous les continents Leader

Plus en détail

UNIVERSITE DE BREST Référence GALAXIE : 4201

UNIVERSITE DE BREST Référence GALAXIE : 4201 UNIVERSITE DE BREST Référence GALAXIE : 4201 Numéro dans le SI local : 6300MCF0617 Référence GESUP : 0617 Corps : Maître de conférences Article : 26-I-1 Chaire : Non Section 1 : 63-Génie électrique, électronique,

Plus en détail

développement innovation

développement innovation phases d un projet de recherche développement innovation Programme, projet et opération Programme : un ensemble de projets concourant à un même objectif. Projet : un ensemble finalisé d activités et d

Plus en détail

APPEL À PROJETS FLASH SUR LA PROTECTION DE ZONES SENSIBLES VIS-À-VIS DES DRONES AÉRIENS

APPEL À PROJETS FLASH SUR LA PROTECTION DE ZONES SENSIBLES VIS-À-VIS DES DRONES AÉRIENS Date d ouverture de l appel à projets 18/12/2014 APPEL À PROJETS FLASH SUR LA PROTECTION DE ZONES SENSIBLES VIS-À-VIS DES DRONES AÉRIENS Date de clôture de l appel à projets 03/02/2014 à 13h00 (heure de

Plus en détail

REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES

REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES Afin d augmenter l appui à l innovation duale permettant aux PME et aux entreprises intermédiaires de moins de 2000 salariés de développer

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT SPECIFIQUE

ACCOMPAGNEMENT SPECIFIQUE Date d ouverture de l appel à projets 26/03/2015 ACCOMPAGNEMENT SPECIFIQUE ET D INNOVATION DEFENSE : ASTRID - Édition 2015 Date de clôture de l appel à projets 19/06/2015 à 13h00 (heure de Paris) Adresse

Plus en détail

Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne

Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne Introduction du débat organisé par l IEFP 5 décembre 2007 1 Plan de la présentation 1. Volume de l épargne et croissance en union monétaire. 2. Structure

Plus en détail

Les technologies Thales à bord du Rafale

Les technologies Thales à bord du Rafale Les technologies Thales à bord du Rafale Un avion de combat omnirôle Le Rafale est l avion de combat le plus avancé de sa génération. Il offre des capacités multimission qui lui permettront de rester pleinement

Plus en détail

Conseil & Audit Les leviers de la croissance

Conseil & Audit Les leviers de la croissance Conseil & Audit Les leviers de la croissance Les cabinets de conseil et d audit vivent une évolution de fond qui remet en cause certains fondamentaux de leur culture : Concurrence accrue, moindre différenciation,

Plus en détail

Mise en place des projets collaboratifs. public-privé dans les TIC à l entreprise. Cynapsys

Mise en place des projets collaboratifs. public-privé dans les TIC à l entreprise. Cynapsys Mise en place des projets collaboratifs public-privé dans les TIC à l entreprise Cynapsys 22 Septembre, Pôle Elghazala, Ariana Imed AMMAR Manager AGENDA Présentation de CYNAPSYS Vision et Stratégie de

Plus en détail

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes www.tda-armements.com Intégration : un précieux savoir-faire Dialogue avec les roquettes Conforme à toutes les normes OTAN Intégré sur LH10 ELLIPSE

Plus en détail

L échelle des Technology Readiness Levels (TRL ou Niveaux de maturité technologique) : Comment la prendre en compte dans nos métiers?

L échelle des Technology Readiness Levels (TRL ou Niveaux de maturité technologique) : Comment la prendre en compte dans nos métiers? RÉVEIL EN FORM L échelle des Technology Readiness Levels (TRL ou Niveaux de maturité technologique) : Comment la prendre en compte dans nos métiers? Plan de l exposé Intervenants TRL : Le concept Cadre

Plus en détail

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Etre un homme ou une femme ne fait pas grande différence au fond au regard du projet. Ce qui importe c est l investissement de chacun et la richesse des collaborations.

Plus en détail

Les PME dans le programme H2020

Les PME dans le programme H2020 Les PME dans le programme H2020 Le réseau EEN France Méditerranée Réseau européen de soutien aux PME : «Services d appui aux entreprises et à l innovation» 54 pays couverts 600 structures d appui 4000

Plus en détail

L Europe en marche vers la défense antimissiles?

L Europe en marche vers la défense antimissiles? L Europe en marche vers la défense antimissiles? Bruno Gruselle Chargé de recherche (24 novembre 2005) L existence d une menace balistique fait l objet d un consensus entre les pays européens. Les deux

Plus en détail

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT?

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT? Introduction : Le 17 décembre 2002, la Commission européenne a adopté un «rapport d'évaluation des stratégies nationales en matière de pensions adéquates et viables» (1). Ce rapport indique que «Le rythme

Plus en détail

Orolia annonce ses résultats annuels 2007

Orolia annonce ses résultats annuels 2007 Orolia annonce ses résultats annuels 2007 Un chiffre d affaires consolidé en hausse de 47% par rapport au chiffre d affaires reconstitué 1 de 2006 Paris, le 30 avril 2008 - Orolia SA (NYSE Euronext Paris

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

Modèle financier des prestations à engagement Restitution de la soirée thématique du 7 novembre 2013 12/12/2013

Modèle financier des prestations à engagement Restitution de la soirée thématique du 7 novembre 2013 12/12/2013 Association Française pour la promotion des bonnes pratiques de sourcing escm. Modèle financier des prestations à engagement Restitution de la soirée thématique du 7 novembre 2013 12/12/2013 EXTRAIT de

Plus en détail

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET 1 Tianxiao LIU Licence Professionnelle Réseaux & Sécurité Université de Cergy-Pontoise http://depinfo.u-cergy.fr/~tliu/lpg.php PLAN Objectif et

Plus en détail

GREEN IT, une responsabilité collective

GREEN IT, une responsabilité collective GREEN IT, une responsabilité collective Transformer les enjeux écologiques en avantage concurrentiel La prise de conscience mondiale des enjeux environnementaux met les entreprises au cœur du débat écologique.

Plus en détail

Orolia : Résultats 2013 en forte progression

Orolia : Résultats 2013 en forte progression Orolia : Résultats 2013 en forte progression Croissance organique : + 9,7% Résultat d exploitation : + 32,2% Relution des actionnaires de 8,7% par annulation de 8% du capital Paris, le 28 avril 2014 -

Plus en détail

PROFILS METIERS (Semestre 9)

PROFILS METIERS (Semestre 9) ENSEIGNEMENTS ACADEMIQUES DU DEPARTEMENT Management et Entrepreneuriat (2014-2015) PROFILS METIERS (Semestre 9) Ancré au cœur des connaissances transversales en sciences de gestion issues des deux premières

Plus en détail

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3 Les fusées Ariane Par Jennifer MOULLET, 3 3 Sommaire: I) le contexte A: recommencer après un échec B: de nombreux enjeux internationaux et un grand succès II) présentation des fusées A: Généralités B:

Plus en détail

MASTER MANAGEMENT STRATÉGIQUE, SPÉCIALITÉ MANAGEMENT STRATÉGIQUE DES ORGANISATIONS DE SANTÉ

MASTER MANAGEMENT STRATÉGIQUE, SPÉCIALITÉ MANAGEMENT STRATÉGIQUE DES ORGANISATIONS DE SANTÉ MASTER MANAGEMENT STRATÉGIQUE, SPÉCIALITÉ MANAGEMENT STRATÉGIQUE DES ORGANISATIONS DE SANTÉ RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Présentation

Plus en détail

1. Étude réalisée par l AFOPE en 2005. 2. Hellriegel D., Slocum J. W., Woodman R. W., Management des organisations, Bruxelles, De Boeck, 1992.

1. Étude réalisée par l AFOPE en 2005. 2. Hellriegel D., Slocum J. W., Woodman R. W., Management des organisations, Bruxelles, De Boeck, 1992. Introduction 1 I n t r o d u c t i o n Créer des usines, des entreprises, des organisations, des méthodes, des produits, des services nouveaux suppose d avoir des équipes motivées, obéissant à un calendrier

Plus en détail

«Les marchés «libres» de quoi et pour qui?»

«Les marchés «libres» de quoi et pour qui?» «Les marchés «libres» de quoi et pour qui?» Yvan Allaire, Ph. D. (MIT), MSRC Président du conseil Institut sur la gouvernance d organisations privées et publiques (HEC-Concordia) Mihaela Firsirotu, Ph.

Plus en détail

Standardisation et interopérabilité

Standardisation et interopérabilité Standardisation et interopérabilité Projet S.E.I.N.E. (Standards pour l Entreprise Innovante Numérique Etendue) Jacques Michel, After Sales and Information Technologies Director, GIFAS jacques.michel@gifas.asso.fr

Plus en détail

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne La société Le groupe Allianz est un des principaux fournisseurs de services globaux dans les domaines de l assurance, de la banque et

Plus en détail

IBM Software Business Analytics. IBM Cognos FSR Automatisation du processus de reporting interne

IBM Software Business Analytics. IBM Cognos FSR Automatisation du processus de reporting interne IBM Software Business Analytics IBM Cognos FSR Automatisation du processus de reporting interne 2 IBM Cognos - FSR Automatisation des processus de reporting interne IBM Cognos Financial Statement Reporting

Plus en détail

Technologies clés, Technologies critiques, quelles stratégies pour l'avenir? SYNTHESE

Technologies clés, Technologies critiques, quelles stratégies pour l'avenir? SYNTHESE Technologies clés, Technologies critiques, quelles stratégies pour l'avenir? SYNTHESE Compagnie européenne d'intelligence stratégique (CEIS) Auteur : Virginie VACCA Décembre 2003 Le contenu de cette étude

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

Mettre en place des agences de programmes

Mettre en place des agences de programmes Mettre en place des agences de programmes Fiche de proposition n 4 T.Weil (Directeur) 2005 FutuRIS est un centre indépendant d'analyse et de prospective stratégique, étudiant les évolutions du système

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES PLAN INNOVATION Inciter les entreprises à investir dans les PME de croissance : LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES 1 Pierre Moscovici, ministre de l Économie et des Finances «Après cinq années de

Plus en détail

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont DOSSIER : Gestion d entreprise La gestion des partenariats : les bons principes pour améliorer la gestion d un réseau de distributeurs Dans un grand nombre de secteurs, la distribution indirecte a pris

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Méthodologie et consultance

Méthodologie et consultance Stéphane Haefliger Sociologue Consultant 079 742 67 81 021 617 31 55 stepcom@bluewin.ch Méthodologie et consultance Nous contribuons au développement de votre organisation 1. de vos collaborateurs 2. 3.

Plus en détail

Partage sur une expérience professionnelle après une formation doctorale. Mars 2009

Partage sur une expérience professionnelle après une formation doctorale. Mars 2009 Partage sur une expérience professionnelle après une formation doctorale Dr. Mars Dominique 2009 DUMAY Mars 2009 0 CURSUS Universitaire L avant Doctorat Né en 1957 près de Verdun (enfant de la région)

Plus en détail

Séance 1. diagnostic stratégique des marchés et des entreprises

Séance 1. diagnostic stratégique des marchés et des entreprises Séance 1 Les outils d analyse et de Les outils d analyse et de diagnostic stratégique des marchés et des entreprises La stratégie d entreprise La stratégie => les orientations et décisions de long terme

Plus en détail

Thales Services, des systèmes d information plus sûrs, plus intelligents www.thalesgroup.com

Thales Services, des systèmes d information plus sûrs, plus intelligents www.thalesgroup.com , des systèmes d information plus sûrs, plus intelligents www.thalesgroup.com Thales, leader mondial des hautes technologies Systèmes de transport, Espace, Avionique, Opérations aériennes, Défense terrestre,

Plus en détail

Contrôle par commande prédictive d un procédé de cuisson sous infrarouge de peintures en poudre.

Contrôle par commande prédictive d un procédé de cuisson sous infrarouge de peintures en poudre. Contrôle par commande prédictive d un procédé de cuisson sous infrarouge de peintures en poudre. Isabelle Bombard, Bruno da Silva, Pascal Dufour *, Pierre Laurent, Joseph Lieto. Laboratoire d Automatique

Plus en détail

neocampus : campus du futur 27 février 2015

neocampus : campus du futur 27 février 2015 neocampus : campus du futur 27 février 2015 Démarrage juin 2013 ECO-CAMPUS TOULOUSE Président B Monthubert Confort au quotidien pour la communauté universitaire Diminution de l empreinte écologique de

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Product Lifecycle Management (PLM) Présentation et démonstration des nouveaux scénarios de conception collaborative dans l'entreprise étendue

Product Lifecycle Management (PLM) Présentation et démonstration des nouveaux scénarios de conception collaborative dans l'entreprise étendue Compétitivité et Innovation des fournisseurs de l'industrie AeroSpatiale et Défense grâce au numérique Réunion de Lancement e-aero Product Lifecycle Management (PLM) Présentation et démonstration des nouveaux

Plus en détail

Banking Business Consulting SYNTHESE SUR LES ENJEUX LIES A LA MISE EN PLACE DE FATCA. 1 P a g e. 1. Objectif de FATCA

Banking Business Consulting SYNTHESE SUR LES ENJEUX LIES A LA MISE EN PLACE DE FATCA. 1 P a g e. 1. Objectif de FATCA 1. Objectif de FATCA En mars 2010, le Sénat américain a adopté la loi "Foreign Account Tax Compliance Act" aux termes de laquelle les établissements financiers et les fonds étrangers sont appelés à collaborer

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Traitement et contrôle des opérations bancaires en services (pôles) d'appui technique et commercial en réseau de

Plus en détail

Université de la Transformation

Université de la Transformation Université de la Transformation L E X P E R I E N C E U N I Q U E La mission de l Université de la Transformation au sein de Capgemini Consulting Accompagner l évolution des compétences et comportements

Plus en détail

LA CONDUITE DE L ACTION COMMERCIALE

LA CONDUITE DE L ACTION COMMERCIALE LA CONDUITE DE L ACTION COMMERCIALE Une fois les objectifs fixés pour son équipe, le manageur doit définir une stratégie et mettre en place un plan d actions. Outil de prévision et de planification, ce

Plus en détail

Comment réussir la mise en place d un ERP?

Comment réussir la mise en place d un ERP? 46 Jean-François Lange par Denis Molho consultant, DME Spécial Financium La mise en place d un ERP est souvent motivée par un constat d insuffisance dans la gestion des flux de l entreprise. Mais, si on

Plus en détail

GALLILEO. Business Consulting. Etude stratégique marketing sur les produits feuillus. Assemblée Générale du 19 décembre 2013 DECEMBRE 2013

GALLILEO. Business Consulting. Etude stratégique marketing sur les produits feuillus. Assemblée Générale du 19 décembre 2013 DECEMBRE 2013 GALLILEO Business Consulting DECEMBRE 2013 Etude stratégique marketing sur les produits feuillus Assemblée Générale du 19 décembre 2013 Avec le soutien de : GALLILEO BUSINESS CONSULTING 29 rue Jean-Jacques

Plus en détail

RCI Banque élargit son offre d épargne en France avec le compte à terme PEPITO commercialisé depuis le 1 er juillet

RCI Banque élargit son offre d épargne en France avec le compte à terme PEPITO commercialisé depuis le 1 er juillet RCI Banque vise un montant de dépôts représentant 20 à 25% des encours en 2016 10 juillet 2013 ID: 49744 Au 30 juin 2013, près de 33 700 livrets ZESTO ont été ouverts représentant un montant d épargne

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

CONSEIL ET ASSISTANCE EN CONDUITE DU CHANGEMENT, PILOTAGE DE PROJETS ET GESTION DE PRODUCTION

CONSEIL ET ASSISTANCE EN CONDUITE DU CHANGEMENT, PILOTAGE DE PROJETS ET GESTION DE PRODUCTION CONSEIL ET ASSISTANCE EN CONDUITE DU CHANGEMENT, PILOTAGE DE PROJETS ET GESTION DE PRODUCTION Siège social : 23, rue du Départ / 75014 PARIS Tél. : +33 (0) 1 40 64 70 25 Fax : +33 (0) 1 40 64 74 63 contact@exid.fr

Plus en détail

Métriques, classements et politique scientifique des Etablissements

Métriques, classements et politique scientifique des Etablissements Métriques, classements et politique scientifique des Etablissements Michel Blanc Bayesté Leclaire Ecole polytechnique, Palaiseau Quelques références clés Rapport au Sénat sur le défi des classements dans

Plus en détail

1 Introduction à la stratégie 1

1 Introduction à la stratégie 1 Table des matières Liste des illustrations Liste des controverses académiques Liste des schémas et tableaux Crédits photographiques Stratégique : mode d emploi Préface Les auteurs XVII XIX XX XXIII XXIV

Plus en détail

Cabinet de Conseil-as-a-Service spécialisé en Cloud Computing

Cabinet de Conseil-as-a-Service spécialisé en Cloud Computing Cabinet de Conseil-as-a-Service spécialisé en Cloud Computing Pourquoi avons-nous créé Nuageo? Nos valeurs Nos forces Nos Services Les fondateurs Nous contacter 1 Pourquoi avons-nous créé Nuageo? A l heure

Plus en détail

L INTÉGRATION RÉUSSIE À L ÉLITE MANAGÉRIALE. Thèse de doctorat en sociologie présentée par Florencia LUCI

L INTÉGRATION RÉUSSIE À L ÉLITE MANAGÉRIALE. Thèse de doctorat en sociologie présentée par Florencia LUCI École des Hautes Études en Sciences Sociales Universidad de Buenos Aires L INTÉGRATION RÉUSSIE À L ÉLITE MANAGÉRIALE LA CONSTITUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDES ENTREPRISES EN ARGENTINE Thèse de doctorat

Plus en détail

D1.2 Management (MGMT) Exploiting the Cloud to make sensor data collection scalable

D1.2 Management (MGMT) Exploiting the Cloud to make sensor data collection scalable Projet de fin d'études [E] 2012-2013 D1.2 Management (MGMT) Exploiting the Cloud to make sensor data collection scalable Participants : Robin Monjo, robinmonjo@gmail.com, SI5 / Architecture Logicielle

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA PROGRAMMATION DES DÉPENSES MILITAIRES n LC 174 Juillet 2007 - 3 - LA PROGRAMMATION DES DÉPENSES MILITAIRES Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE...

Plus en détail

Pole Formation Catalogue 2013-2014

Pole Formation Catalogue 2013-2014 Pole Formation Catalogue 2013-2014 Mise à jour Octobre 2013 Page 1 de 13 Nos valeurs Respect : de nos partenaires clients et fournisseurs, de nos engagements Performance : par l exigence que s imposent

Plus en détail

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005 La Fondation d entreprise EADS La fondation d entreprise créée par EADS est conçue comme une

Plus en détail

White Paper ADVANTYS. Workflow et Gestion de la Performance

White Paper ADVANTYS. Workflow et Gestion de la Performance White Paper Workflow et Gestion de la Performance Présentation L automatisation des process combinée à l informatique décisionnelle (Business Intelligence) offre une nouvelle plateforme de gestion pour

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

BOÎTES À OUTILS ET FORMATIONS POUR INNOVATEURS. SOUS LA DIRECTION DE DAVE CAISSY 2 e ÉDITION

BOÎTES À OUTILS ET FORMATIONS POUR INNOVATEURS. SOUS LA DIRECTION DE DAVE CAISSY 2 e ÉDITION BOÎTES À OUTILS ET FORMATIONS POUR INNOVATEURS SOUS LA DIRECTION DE DAVE CAISSY 2 e ÉDITION Qu est-ce que Toolbox4 Innovators? Basé sur les pratiques courantes des organisations les plus innovatrices,

Plus en détail

Mise en place d'une démarche qualité et maintien de la certification ISO 9001:2008 dans un système d'information

Mise en place d'une démarche qualité et maintien de la certification ISO 9001:2008 dans un système d'information Mise en place d'une démarche qualité et maintien de la certification ISO 9001:2008 dans un système d'information IMGT The international ImMunoGeneTics information system Joumana Jabado-Michaloud IE Bioinformatique,

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

DEPLOIEMENT DES INFRASTRUCTURES A FIBRES UNE REPONSE DE L INDUSTRIE AUX ENJEUX OPTIQUES ET DES SERVICES TRES HAUT DEBIT

DEPLOIEMENT DES INFRASTRUCTURES A FIBRES UNE REPONSE DE L INDUSTRIE AUX ENJEUX OPTIQUES ET DES SERVICES TRES HAUT DEBIT Développement du numérique DEPLOIEMENT DES INFRASTRUCTURES A FIBRES OPTIQUES ET DES SERVICES TRES HAUT DEBIT UNE REPONSE DE L INDUSTRIE AUX ENJEUX SOCIETAUX, DE CROISSANCE ET D EMPLOI SUR LE TERRITOIRE

Plus en détail

La création d entreprise et le financement par le capital-risque

La création d entreprise et le financement par le capital-risque La création d entreprise et le financement par le capital-risque Master ImmunoTechnologies & Biothérapies Jean-François Rax Septembre 2011 Définir le projet d entreprise Identification du projet Transformer

Plus en détail

REFERENTIEL ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR

REFERENTIEL ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ÉTAT-MAJOR DES ARMÉES CENTRE D IDENTIFICATION DES MATERIELS DE LA DEFENSE REF_080423_CIMD REFERENTIEL ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR Relatif aux PRESTATIONS D IDENTIFICATION/CODIFICATION

Plus en détail

L'art de mettre en valeur. votre patrimoine

L'art de mettre en valeur. votre patrimoine L'art de mettre en valeur votre patrimoine Votre Agent Général vous ouvre les portes d'axa Gestion Privée AXA Gestion Privée est l'entité dédiée à la gestion du patrimoine haut de gamme d'axa France AXA

Plus en détail

Sortir nos PME du piège de la pauvreté

Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sophie Vermeille 1 Frank-Adrien Papon Droit & Croissance / Rules for Growth 2 L accès au crédit bancaire des PME, un obstacle pour leur croissance Pour des raisons

Plus en détail

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333)

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) Cours #7 Hiver 2012 Ordre du jour Gestion des risques Introduction Concepts & définitions Processus d analyse Outils & méthodes Résultats Pause de 15 minutes Suivit des coûts

Plus en détail

Stop clicking now! Découvrez les espaces de travail de Sage. Sage BOB 50 Expert. Sage BOB 50

Stop clicking now! Découvrez les espaces de travail de Sage. Sage BOB 50 Expert. Sage BOB 50 Stop clicking now! Découvrez les espaces de travail de Sage Sage BOB 50 Sage BOB 50 Expert Votre espace de travail Au fil des années, les logiciels de gestion traditionnels ont été enrichis de nouvelles

Plus en détail

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Bilan 2009-2011 Mars 2012 1 Les signataires Depuis juillet 2009

Plus en détail

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité Direction générale opérationnelle Économie, Emploi et Recherche Département du Développement technologique Direction de l Accompagnement de la Recherche Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat :

Plus en détail

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient»

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» C est sans surprise que dans la dernière enquête «CEO» de PwC, les dirigeants font état de leurs préoccupations

Plus en détail

Mes remerciements s adressent d abord à Alain Bonnafous, mon directeur de recherche et enseignant de séminaire. Je tiens tout particulièrement à

Mes remerciements s adressent d abord à Alain Bonnafous, mon directeur de recherche et enseignant de séminaire. Je tiens tout particulièrement à Mes remerciements s adressent d abord à Alain Bonnafous, mon directeur de recherche et enseignant de séminaire. Je tiens tout particulièrement à remercier monsieur Arnaud Voisin pour m avoir reçue au ministère

Plus en détail

Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse

Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse Nanterre, le 24 juillet 2015 Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse Chiffre d affaires total en hausse de 12,6% à 10,51 milliards d euros

Plus en détail

Appel à Projet ERC «StartingGrant»

Appel à Projet ERC «StartingGrant» Appel à Projet ERC «StartingGrant» Thomas Rochette-Castel Véronique Debord-Lazaro Cellule Mutualisée «Europe Recherche» 1er juillet 2011, Tours Sommaire 1. Présentation de l ERC 2. Résultats des appels

Plus en détail

Concevoir et déployer un data warehouse

Concevoir et déployer un data warehouse Concevoir et déployer un data warehouse Ralph Kimball Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09165-6 2000 2 Le cycle de vie dimensionnel Avant d étudier de plus près les spécificités de la conception, du développement

Plus en détail

Pôles de compétitivité 2.0

Pôles de compétitivité 2.0 Pôles de compétitivité 2.0 Les plates-formes d innovation 4 ème Journée nationale des pôles de compétitivité - 1 er octobre 2008 Le groupe de travail interministériel riel Politique de soutien aux plates-formes

Plus en détail

l originalité conseil en stratégies médias pour une croissance pérenne Your business technologists. Powering progress

l originalité conseil en stratégies médias pour une croissance pérenne Your business technologists. Powering progress l originalité pour une croissance pérenne conseil en stratégies médias Your business technologists. Powering progress Realizing Customer Value Une nouvelle approche Dans le monde des médias, la prise de

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution. Apibâtiment. Documentation technique

Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution. Apibâtiment. Documentation technique Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution Apibâtiment Documentation technique Sommaire Sommaire I. Préambule... 3 II. Différences Batigest Standard/Evolution... 4 1. Eléments... 4 2. Devis

Plus en détail

MASTERCLASS PI. CNCPI Vendredi 28 mars 2014

MASTERCLASS PI. CNCPI Vendredi 28 mars 2014 MASTERCLASS PI CNCPI Vendredi 28 mars 2014 Les services de l INPI De l information à la sensibilisation 2013 L information 155 000 appels 73 000 mails 34 000 Rendez-vous La formation : 352 sensibilisations

Plus en détail

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING)

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) Finalité de la démarche Optimiser les performances futures de profit du produit sur l ensemble de son cycle de vie. Prérequis Connaissance élémentaire de la problématique

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

catégorie - développement rh

catégorie - développement rh Mise en œuvre d un outil de développement des compétences 360 Feedback au sein de l Université du Courrier du Groupe La Poste Marion TREMINTIN Diplômée d un DESS Gestion Stratégique des Ressources Humaines

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail