Mon début de carrière : La DRME (fin des 60 et la décennie 70):

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mon début de carrière : La DRME (fin des 60 et la décennie 70):"

Transcription

1 39 années de R&T avec la DGA, Retour d expérience sur les réformes de la DGA, bonnes et mauvaises surprises, Attentes du groupe SAFRAN Michel SIRIEIX, Directeur Scientifique Défense Sagem Défense Sécurité Groupe SAFRAN 0 Mon début de carrière : La DRME (fin des 60 et la décennie 70): La DRME facilitait la recherche en milieu industriel et les relations industrie/labo de recherches académiques (du moins ceux qui le voulaient). Travaux sur la détection hétérodyne en IR moyen ( ) : - Thèse sur des contrats DRET de 1968 à Coopération avec CNRS Meudon, Observatoire de Paris, Universités d Orsay et de Jussieu. - 7 années de contrats en continu qui nous ont conduit à un démonstrateur technologique de Lidar à 10,6 µm - Niveau scientifique et technologique équivalent à celui des USA en 1974, accueil dans des laboratoires prestigieux dès 1971 : NASA, MIT Lincoln Lab, JPL, Hughes Research lab, Les débuts des détecteurs IR multiplexés ( ) - Coopération avec CEA LETI sur les CCD et CMOS d une part et sur la technologie CMT d autre part - Coopérations avec CNRS Meudon sur CID InSb - Démonstrations technologiques : matrice CID 32x32 InSb pour AD en 1980 et détecteur IRCCD 64x8 MWIR et 64x4 LWIR pour caméras thermiques en Niveau scientifique et technologique équivalent, voire supérieur à celui des USA en 1981 (vente de 2 licences sur technologie CMT). 1 1

2 La DRET dans les années 80 et le début des 90 La grande époque de l IR-CCD : 1978 : Création du LIR 1986: Création de SOFRADIR La France, leader technologique mondial des détecteurs IR et des caméras thermiques de 2nde Génération Revers de médaille : Retards des programmes Européens de Développement et donc retards sur les séries industrielles Le Gyro laser et la navigation : La DRET a contribué au développement du Gyro laser, d abord chez Sextant, puis chez Sextant et Sagem De nombreux laboratoires de recherche ont été associés autour des industriels aux recherches sur les briques technologiques : Miroirs de très haute qualité, technologie du laser, physique du plasma, Le soutien aux technologies de navigation, nécessaire à notre dissuasion, a été un modèle qui nous permet aujourd hui d occuper le premier rang Européen et le 3 ième rang mondial 2 Dans les années 70 et 80, les services de programme développaient aussi leurs technologies spécifiques. La DRET se chargeait du «bottom-up» et des technologies «transverses» Les services de programmes : SEFT, SPAé, STAT, STET, STEN, STCAN, engageaient des études générales sur les thèmes en rapport avec les systèmes dont ils avaient la charge, c étaient de véritables démonstrateurs de technologie au niveau TRL 6 : Les caméras thermiques à la SEFT, ASICs et CCD TDI pour le SMT Veille IR navale au STCAN Veille IR aéroportée au SPAé Autodirecteur air-air matriciel au STET La propulsion à poudre au bureau propulsion de la Direction des engins Les éléments de moteur pour avion d arme au SPAé Mais aussi des technologies de base comme : Les matériaux carbone carbone (du TRL 1 au TRL 7) 3 2

3 De la DRET au STTC et après le déclin de la recherche technologique de défense A partir du milieu des années 90 : La DRET est transformée pour sa part technique en services technologiques transverses STTC et pour le financement de la recherche en un service à part le SRTS, l organisation devient matricielle sous la tutelle des programmes C est le début du déclin pour certaines technologies comme l optronique, - Retard sur les technologies de matrices 3-5 µm puis sur la 3ième génération - Absence de soutien à la recherche industrielle en optronique, les nouveaux programmes d équipements partent en UK ou en D - La position française recule, des concurrents comme les Britanniques, les Israéliens et les Allemands rattrapent leur retard par rapport à la France, tandis que l écart par rapport aux USA se creuse - Un rebond fin des années 90 avec les détecteurs non refroidis mais dont l effort asséchera les autres recherches comme celles concernant l IL et la cryogénie. Heureusement, le Guidage Navigation a été épargné! - Soutien constant aux technologies : Gyro laser, FOG, accéléromètre vibrant, GRH, - Des résultats de premier plan international Les Services techniques de grands programmes gardent encore un peu de R&T jusqu à la fin du développement : M51, moteur Rafale, 4 Dernière étape connue de l évolution : la forme tensorielle Complexité de la structure avec répartition des pouvoirs selon trois axes antagonistes : technique, administratif et managérial. Recherche de la bonne exécution budgétaire et du respect des bonnes pratiques du code des marchés public conduit à dépenser le budget : - Dans les temps - Sur un nombre restreint de gros marchés Recherche d une bonne planification des efforts prenant en compte l ensemble des contraintes de défense, à partir d une idée il faut : - Trouver le budget pour lancer une ETO :1 an - Planifier et exécuter un PEA : 1 an + 3 ans - 5 ans après minimum on peut passer au développement mais il faudra activer de manière coordonnée : Le service de programme qui passera à l acte Le responsable technique Le service de la stratégie industrielle pour le choix du titulaire Les architectes de forces Etc.,. Et plus si c est interdisciplinaire Le couplage «bonne exécution budgétaire» et «planification» retarde le développement du progrès technologique et fait perdre en compétitivité. 5 3

4 PEA : La dérive vers les niveaux TRL élevés La nouvelle organisation de la DGA et ses contraintes conduisent à confier aux grands systèmiers la maîtrise d œuvre des projets de R&T. Ceux-ci s intéressent plus démonstrateurs produits (TRL 7/8) qu aux démonstrateurs de technologie (TRL 5) La recherche de la rentabilité à court terme impose l utilisation de technologies «matures», niveau TRL >6 Le financement de l innovation (TRL <4) ne se fait pas Le financement du développement technologique (TRL 3 à 6) chez les équipementiers est long et laborieux car ce sont des PEA de la classe <10 M Conséquences imprévues: L augmentation des crédits ne favorise pas l innovation, elle irrigue les développements de systèmes de systèmes! Les PME, objet de tant de sollicitudes, ne sont pas financées par les grands groupes car il n y a pas comme aux USA de «Small business act» La technologie, moteur de la croissance, est délaissée au profit des systèmiers. Disparition des visions technologiques et des hommes porteurs de cette compétence 6 PEA : Les dérives du code des marchés publics Codes des marchés public et innovation ne font pas «bon ménage» : Après la programmation la mise en concurrence : - De l idée à la réalisation d un plan de recherche amont il s est déjà passé un ou deux ans, à l échelle de temps industriel c est déjà un lourd handicap - La mise en concurrence, c est bien dans l idéal, mais est ce que celui qui l emporte sera le plus efficace en terme d innovation? Non, car il y a les pénalités : L entreprise qui prend des risques sera pénalisée si elle est en retard pour livrer les résultats Le respect d un cahier des charges précis ne laisse aucune part à la recherche de solutions parallèles parfois plus innovantes Dans certains cas l industriel doit investir,. Propositions pour favoriser l innovation : Revoir le code des marchés public : lourd donc impossible, échec CCTP innovant, Créer une agence de R&T pour la Défense (sur le modèle AII?) avec les principes de fonctionnement suivant : % de prise de risques par l état pour les TRL <3 - Partage des risques 50/50 entre l industrie et l état sur les TRL de 4 à 6 - Plus de mise en concurrence pour les marchés ou les aides à l innovation - Pas de pénalités sur les PEA, justification de moyens - Passation des marchés par l agence directement au détenteur de la technologie en gré à gré - Choix des projets sur la satisfaction des objectifs plutôt que sur la réalisation d un plan. 7 4

5 Exécution des PEA : Equilibre nécessaire entre industrie et grands organismes de recherche, Depuis plusieurs années nous assistons à la réduction du nombre et du montant des PEA technologiques (montants <10 M ) attribués à des industriels et leur remplacement par des PEA de recherche dans les grands organismes comme l'onera ou le LETI. Conséquences : La recherche industrielle s appauvrie Les thèmes de recherches intéressent moins les industriels Propositions : Les organismes de recherches ne doivent recevoir des PEA qu à condition de les effectuer dans le cadre de partenariats pilotés par les industriels Ces partenariats doivent associer des PME innovantes capables de développer les bases technologiques nécessaires 8 La réponse à une attente : la MRIS La création de la MTIS correspond vraiment à un besoin pour favoriser l innovation et répondre à une attente de l industrie depuis la fin de la DRET Cependant : La MRIS ne dispose pour l instant que d un budget réduit ne permettant que de passer des contrats inférieurs à 300 k Les financements ne s adressent qu aux laboratoires de recherches et à quelques PMEs au travers les REI Il faudrait: Augmenter le financement REI pour les PME technologiques innovantes et les «jeunes pousses» issues des recherches de laboratoires Favoriser ensuite les partenariats pour appliquer ces technologies à des produits. Financer les niveaux TRL 3 à 6 chez des industriels prêts à partager des risques. Aider à l usage des technologies innovantes dans les systèmes en fixant des parts de financement sur les contrats de développement dédié à l usage de nouvelles technologies 9 5

6 Entre le PP30 et le POS, un manque : le plan d action technologique Le PP30 donne une vision capacitaire à l échéance de 30 ans, c est bien pour orienter les futurs programmes Le POS donne une vision des innovations scientifiques et de leur capacité à irriguer le milieu de la défense Il nous semble manquer un plan d action technologique à échéance de 15 ans qui : s intercalerait entre ces deux plans et définirait les feuilles de route technologique pour les composants et sous systèmes clés. définirait les objectifs à atteindre indiquerait la politique vis-à-vis de l Europe concernant la coopération ou non sur ces technologies fixerait la politique industrielle D autres pays l ont fait, pourquoi pas nous? Une réflexion serait en cours à la DGA. 10 Comparaison avec l étranger : le document UK «Defence Technolgy Strategy» Le document «Defence technology Strategy» publié récemment par le MOD britannique fait suite à d autres actions ou concepts médiatisés, censés influencer largement sa méthode d acquisition de systèmes d armes : Les long-term support partnerships; Le true through-life equipment management; La UK Defense Industrial Strategy -de la fin de l année 2005 ; La SMART acquisition initiative. Son objet est de fournir un cadre au soutien de la recherche «long-terme» ayant des applications potentielles dans la défense. le MOD britannique liste les technologies qui méritent d être soutenues : celles qui sont jugées matures celles dont les applications militaires sont trop incertaines. les technologies pertinentes mais dans des domaines où l industrie britannique a perdu pied. L optronique, parent pauvre de la politique R&T française, est souvent citée, Le UK MOD semble vouloir distinguer deux types de technologies : celles déjà largement disponibles sur le marché, pour lesquelles les efforts de recherche ne seraient pas nécessaires celles destinées au seul marché militaire, méritant un soutien spécifique. 11 6

7 Comparaison avec l étranger : l action de la DARPA En 2004, dans le rapport de P Dumas au Conseil Général de l Armement sur le «Gap transatlantique», le rôle moteur de la DARPA dans le développement technologique US était exprimé ainsi : R&T initiée et financée par les besoins militaires en hautes technologies Cette R&T est effectuée principalement dans les universités, les «start up» et les PME Les résultats viennent enrichir la R&D des grandes entreprises civiles et militaires L an dernier le Directeur du NVESD à repris publiquement des propos semblables pour justifier l impact du financement par l US DoD de la technologie IR non refroidie sur l industrie civile en qualifiant ce processus de «cercle vertueux». Pourquoi pas une «DARPA» Française puis Européenne? Est-ce l objectif de L AED? 12 L Europe et l Agence Européenne de Défense : AED L européanisation des marchés de Défense et la création de l AED apportent elles des éléments nouveaux? l'aed a publié un document Long Term Vision (LTV) qu'elle va traduire en Capability Development Plan (CDP) en 2007 pour sortir un plan stratégique de R&T courant Il n'y a effectivement pas de budget à l AED qui permette d'avoir une réelle démarche technologique. Toutefois par les actions JIP Force Protection et JIP ARMS, l'aed applique cette démarche capacitaire et technologique à des thèmes particuliers en y juxtaposant un budget spécifique (catégorie A). Cependant, ne risque t-on pas une prise en main par les grands systèmiers Européens de la politique et du refinancement de la technologie au travers des ITP (Integrated Technology Program), comme cela est le cas pour l ITP Missile? Proposition : Augmenter la part de financement pour la R&T en la sanctuarisant dans les budgets et en procédant par des «call» comme pour le PCRD. 13 7

8 Conclusions La Recherche Technologique de Défense est un vecteur de l innovation et de la croissance comme cela l a été démontré dans les années 60 à 80. La réduction des budgets mais surtout une planification outrancière ont réduit de façon considérable notre R&T et ses résultats. Qui acceptera la seule domination US (et plus tard Chinoise) dans les Technologies de Défense? Comment se prémunir contre l inscription par les USA de produit aussi banal qu une colle dans la liste des produits «ITAR»? Pouvons nous continuer à jouer un rôle de premier plan dans l industrie de Défense Européenne? EN POURSUIVANT UN EFFORT NATIONAL EN RECHERCHE TECHNOLOGIQUE DE DEFENSE 14 8

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER POUR ALLER PLUS LOIN Thibault CHARLES, Fondateur et directeur d isonomia «De formation ingénieur et expert en physique du

Plus en détail

Etude réalisée sous la direction de Jean-Pierre Maulny Chercheurs : Sylvie Matelly & Fabio Liberti

Etude réalisée sous la direction de Jean-Pierre Maulny Chercheurs : Sylvie Matelly & Fabio Liberti Analyse comparée des planifications capacitaires par pays de l Union européenne et perspectives pour des orientations communes dans le cadre de la PESD et impact sur les programmations nationales Etude

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD?

Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD? Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD? Novembre / Décembre 2008 Par Caroline Gérard Chaque sujet de recherche inscrit dans un appel

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction Section : Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions qui, d une part

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

DYNAMIQUE DES RESEAUX ET R&T DE DEFENSE

DYNAMIQUE DES RESEAUX ET R&T DE DEFENSE DYNAMIQUE DES RESEAUX ET R&T DE DEFENSE Valérie MERINDOL Centre de recherche de l école de l Air (CREA) vmerindol@cr-ea.net Séminaire REPERES, MNRT, PARIS, 22-04-2003 En aucun cas le ministère de la Défense,

Plus en détail

D2IE GUIDE DE L INTELLIGENCE ECONOMIQUE POUR LA RECHERCHE. Juin 2012

D2IE GUIDE DE L INTELLIGENCE ECONOMIQUE POUR LA RECHERCHE. Juin 2012 GUIDE DE L INTELLIGENCE ECONOMIQUE POUR LA RECHERCHE Juin 2012 PIPELINE DE L INNOVATION Limiter aux secteurs économiques non européens Droits de PI Industrie pays tiers $ Breveter avant Publications Coopération

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

Pilotez, ajustez et optimisez votre portefeuille de projets

Pilotez, ajustez et optimisez votre portefeuille de projets Pilotez, ajustez et optimisez votre portefeuille de projets Intervenants 2 octobre 2014 Marianne Delétang Consultante Sénior Atos Grégory Sabathé Responsable Marketing NQI La solution web collaborative

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

La réponse de DCN à la Transformation des Forces

La réponse de DCN à la Transformation des Forces La réponse de DCN à la Transformation des Forces La réponse de DCN à la Transformation se traduit par: La création du Pôle d Intégration des Systèmes Navals (PISN) Définir les processus, Piloter l Ingénierie

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Quel avenir pour le management de projet?

Quel avenir pour le management de projet? Quel avenir pour le management de projet? IUT Lunéville Jeudi 8 Mars 2007 Vincent BARROIS RES COMMUNICA LE CHOIX D UN OUTIL LOGICIEL ERP, CRM, GPAO Un Projet d Entreprise qui mérite une Méthodologie, Méthodologie

Plus en détail

Pierre Deschamps: l ingénieur architecte du changement

Pierre Deschamps: l ingénieur architecte du changement Pierre Deschamps: l ingénieur architecte du changement La société Unilog occupe une place enviable dans le monde des sociétés de service, comme challenger des "grandes" que sont par exemple CAP-Gemini

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

libérales ou encore des particuliers. La société dispose ainsi d un portefeuille

libérales ou encore des particuliers. La société dispose ainsi d un portefeuille TEMOIGNAGE Temoignage Thierry Mazellier - APAVE Sudeurope Directeur Finance et Comptabilité Apave Sudeurope améliore la qualité de la gestion de son poste clients avec Igrec Au travers de son partenariat

Plus en détail

Note d information pour la direction

Note d information pour la direction Big Data et l analyse métier pour le client et l entreprise Les volumes impressionnants et toujours croissants des données obligent les entreprises de certains secteurs à changer la manière dont elles

Plus en détail

[Budgets B2B] Le guide d optimisation financière. (marketing, commercial et digital)

[Budgets B2B] Le guide d optimisation financière. (marketing, commercial et digital) [Budgets B2B] Le guide d optimisation financière. (marketing, commercial et digital) Les tendances en matière de répartition des budgets. sommaire 1. Les budgets marketing sont à la hausse. 2. La part

Plus en détail

PROGRAMMATION 2011 Renforcer vos compétences en cultures business et médicament

PROGRAMMATION 2011 Renforcer vos compétences en cultures business et médicament PROGRAMMATION 2011 Renforcer vos compétences en cultures business et médicament ENTREPRISES DE LA PHARMACIE ET DES BIOTECH compétences biotech 2015 DES ACTIONS DÉVELOPPÉES POUR VOUS Salariés des entreprises

Plus en détail

Un outil d aide au pilotage de projet : L analyse des risques projets et de la maturité des technologies employées (TRL)

Un outil d aide au pilotage de projet : L analyse des risques projets et de la maturité des technologies employées (TRL) Laurent Grandsire Chargé de Mission Formation pour l IN2P3 Coordinateur des analyses de risques projets Un outil d aide au pilotage de projet : L analyse projets et de la maturité des technologies employées

Plus en détail

Partie 3 : les piliers du pilotage à mettre en cohérence

Partie 3 : les piliers du pilotage à mettre en cohérence Partie 3 : les piliers du pilotage à mettre en cohérence Les 3 piliers du pilotage des activités Cohérence objectifs -> règles de gestion -> pratiques Cohérence pratiques -> outils Les pratiques budgétaires

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Areva, un groupe industriel intégré

Areva, un groupe industriel intégré Areva, un groupe industriel intégré Areva est un groupe industriel à l'histoire très récente : né en septembre 2001 de la fusion des entreprises Cogema, Framatome, CEA-Industrie et Technicatome, il est

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Congrès AGRH 2013. Conférences sur le thème de la connaissance praticable. Nature du document

Congrès AGRH 2013. Conférences sur le thème de la connaissance praticable. Nature du document Congrès AGRH 2013 Conférences sur le thème de la connaissance praticable Nature du document Paris, le 28 novembre 2013 Document3/fmr Congrès AGRH 2013 Catherine VOYNNET FOURBOUL Directrice Master Executive

Plus en détail

Transformation Digitale

Transformation Digitale M M A R K E N T I V E Transformation Digitale des entreprises www.markentive.fr Agence de Stratégie Digitale à Paris 14, Rue Mandar 75002 PARIS +33 (0)1.56.88.49.03 contact@markentive.com 2 Sommaire A

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en Automobile

Profil professionnel. Section : Bachelier en Automobile Section : Bachelier en Automobile Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne La société Le groupe Allianz est un des principaux fournisseurs de services globaux dans les domaines de l assurance, de la banque et

Plus en détail

SOMMAIRE. 1 Opération de passation des marchés publics à fin mars 2014 Communication en Conseil des Ministres INTRODUCTION... 2

SOMMAIRE. 1 Opération de passation des marchés publics à fin mars 2014 Communication en Conseil des Ministres INTRODUCTION... 2 333 Mars 2014 MINISTERE AUPRES DU PREMIER MINISTRE, CHARGE DU BUDGET MARCHES PUBLICS COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES RELATIVE A LA SITUATION DES OPERATIONS DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS A FIN

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR. ... le lead nurturing TOME 1. Qu est-ce que le lead nurturing? ie.

TOUT SAVOIR SUR. ... le lead nurturing TOME 1. Qu est-ce que le lead nurturing? ie. TOUT SAVOIR SUR... le lead nurturing TOME 1 ie. Qu est-ce que le lead nurturing? Le lead nurturing, un enjeu majeur pour les entreprises Pour 66% des responsables marketing, la génération de lead est une

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés Consultation de sociétés d Expert en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés, pour la réalisation d interventions auprès des PME/PMI dans le cadre du programme CAP ENERGIE Contexte

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MASTER CLASS STRATEGIE DE L INNOVATION

CAHIER DES CHARGES MASTER CLASS STRATEGIE DE L INNOVATION CAHIER DES CHARGES MASTER CLASS STRATEGIE DE L INNOVATION CONTEXTE GENERAL : ACTION COLLECTIVE P.M.I EN AQT L objectif général de l opération est de promouvoir au plus près du terrain, dans une relation

Plus en détail

Programme de Certification en Business Analysis

Programme de Certification en Business Analysis Altran, leader européen du conseil en innovation. La force du Groupe Altran, leader européen du conseil en innovation, est d anticiper les évolutions à venir afin d inventer avec et pour ses clients les

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Les sept péchés capitaux de la gestion de carrière. Kathleen Grace, M.A, Ph.D. ABD Grace Consulting Services (GCS)

Les sept péchés capitaux de la gestion de carrière. Kathleen Grace, M.A, Ph.D. ABD Grace Consulting Services (GCS) Les sept péchés capitaux de la gestion de carrière Kathleen Grace, M.A, Ph.D. ABD Grace Consulting Services (GCS) À propos de GCS Cabinet de services-conseils en psychologie organisationnelle, spécialisé

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Intitulé du projet : Porteur du projet : Professeur Georges Michaïlesco NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010

Intitulé du projet : Porteur du projet : Professeur Georges Michaïlesco NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR UNIVERSITE PARIS SUD DOSSIER : AP1_n 486 Intitulé du projet : Accompagnement Bilan Réorientation Insertion Porteur du projet : Université Versailles

Plus en détail

SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE

SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE ÉTUDIER - CRÉER PROTÉGER - MONÉTISER é PNO Consultants sas 7 rue Rouget de L Isle 75001 Paris 01.44.77.91.00 france@pnoconsultants.com Introduction Qui est PNO? Créé en

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Introduction. Pourquoi ce livre?

Introduction. Pourquoi ce livre? Introduction Pourquoi ce livre? La gestion de projet est un processus à la fois courant et complexe de nos organisations. Courant car la culture du travail en «mode projet» fait partie du vocabulaire et

Plus en détail

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat ERASMUS+ 2014-2020 ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation 12 février 2015 UM5 Rabat INTRODUCTION Le programme Erasmus + soutient les EES afin de réaliser des projets

Plus en détail

L évaluation par les pairs: quel rôle des organisations dans son déroulement et ses résultats

L évaluation par les pairs: quel rôle des organisations dans son déroulement et ses résultats MIoIR L évaluation par les pairs: quel rôle des organisations dans son déroulement et ses résultats P. Larédo, Université Paris-Est & University of Manchester Colloque Evaluations de la recherche, Université

Plus en détail

Paris, le 14 décembre 2011 2/2

Paris, le 14 décembre 2011 2/2 Paris, le 14 décembre 2011 2/2 8 ème édition du Baromètre de l abondement et des versements dans les plans d épargne salariale : les salariés conservent leur confiance dans l épargne salariale Natixis

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Lyon, le 1er juillet 2010. Nos réf. : bb/6124/22062010. Madame, Monsieur,

Lyon, le 1er juillet 2010. Nos réf. : bb/6124/22062010. Madame, Monsieur, Lyon, le 1er juillet 2010 Nos réf. : bb/6124/22062010 Madame, Monsieur, Suite au succès du Programme Leonardo Mobilité organisé en Belgique, Espagne et Danemark entre 2007 et 2009 et auquel ont participé

Plus en détail

Pouvez-vous assurer davantage d innovation dans tout votre portefeuille de produits?

Pouvez-vous assurer davantage d innovation dans tout votre portefeuille de produits? FICHE DE PRÉSENTATION DE LA SOLUTION Solutions Project & Portfolio Management pour l innovation de vos produits Pouvez-vous assurer davantage d innovation dans tout votre portefeuille de produits? you

Plus en détail

Atelier Innovation. Partage. Parcours. Pluridisciplinarité. Des expériences, des bonnes pratiques, des erreurs et des échecs

Atelier Innovation. Partage. Parcours. Pluridisciplinarité. Des expériences, des bonnes pratiques, des erreurs et des échecs Atelier Innovation Partage Des expériences, des bonnes pratiques, des erreurs et des échecs Pluridisciplinarité Les innovations sont au croisement de domaines, apport des technologies duales Parcours Former

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

Brevet + Diplôme fédéraux d Informaticienne / Informaticien

Brevet + Diplôme fédéraux d Informaticienne / Informaticien Brevet + Diplôme fédéraux d Informaticienne / Informaticien F i c h e d i n f o r m a t i o n 01.2008 1/8 Brevet fédéral: profil Développement Domaines de qualification Business Engineering Data Management

Plus en détail

Innovation dans les applications de Défense Intérêt du biomimétisme. Bruno Mortaigne DS/MRIS

Innovation dans les applications de Défense Intérêt du biomimétisme. Bruno Mortaigne DS/MRIS Innovation dans les applications de Défense Intérêt du biomimétisme Lancement centre Européen de Biomimétisme de Senlis 20 Septembre 2012 Bruno Mortaigne DS/MRIS AU CŒUR DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE LES

Plus en détail

Appel à Projet ERC «StartingGrant»

Appel à Projet ERC «StartingGrant» Appel à Projet ERC «StartingGrant» Thomas Rochette-Castel Véronique Debord-Lazaro Cellule Mutualisée «Europe Recherche» 1er juillet 2011, Tours Sommaire 1. Présentation de l ERC 2. Résultats des appels

Plus en détail

INSTRUCTIONS POUR PREPARER

INSTRUCTIONS POUR PREPARER INSTRUCTIONS POUR PREPARER LE Les s comportant un document de non conformes aux instructions indiquées ciaprès comme devant impérativement être suivies seront considérées comme ne satisfaisant pas aux

Plus en détail

Rid the World of Project Failure

Rid the World of Project Failure La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : Une Visibilité Parfaite, Un Net Avantage Concurrentiel Rid the World of Project Failure Collaboration. Compliance. Control. Qu est-ce que la gestion

Plus en détail

DATAPOLE, Innovative Solutions for Smart Cities

DATAPOLE, Innovative Solutions for Smart Cities DATAPOLE, Innovative Solutions for Smart Cities Logo de l entreprise Adresse de l organisme 48 rue René Clair 75018 PARIS SIRET 52228673100024 Date création 14/05/2010 Code APE Site internet Personne Contact

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Transfert technologique et Propriété Intellectuelle

Transfert technologique et Propriété Intellectuelle Transfert technologique et Propriété Intellectuelle -Maroc - Alger, 29 Janvier 2013 INTRODUCTION Écosystème de l innovation Stratégie Objectifs - Moyens Gouvernance Transfert de technologie Propriété Intellectuelle

Plus en détail

Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu

Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu 20 juin 2008 Introduction Return to care (RTC) est une initiative spécifique

Plus en détail

ETHIK, LA SOLUTION DE GESTION ET OPTIMISATION DE VOTRE MISSION HANDICAP

ETHIK, LA SOLUTION DE GESTION ET OPTIMISATION DE VOTRE MISSION HANDICAP ETHIK, LA SOLUTION DE GESTION ET OPTIMISATION DE VOTRE MISSION HANDICAP DOETH! Plaquette mise aux normes d'accessibilité RGAA ETHIK : AU CŒUR DE VOTRE STRATÉGIE D ENTREPRISE LA MISSION HANDICAP REFLÈTE

Plus en détail

Executive Education. Afrique Océan Indien

Executive Education. Afrique Océan Indien Executive Education Afrique Océan Indien 2 3 Relever les défis, préparer l avenir Depuis sa création en 1995, Analysis est animé par la volonté d accompagner les entreprises et les institutions de la région

Plus en détail

Formations Supérieures Professionnalisantes

Formations Supérieures Professionnalisantes Formations Supérieures Professionnalisantes Les ingénieurs INSA : des spécialistes ou des généralistes? Au cœur du boom industriel qui débute dans les années cinquante, la décision est prise d ouvrir à

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

La R&D chez Thales et le CIR -

La R&D chez Thales et le CIR - La R&D chez Thales et le CIR - Crédit Impôt Recherche RENCONTRES ECONOMIQUES DE LA DEFENSE 5 novembre 2015 Christian BREANT Directeur des Etudes Amont www.thalesgroup.com Profil du Groupe Thales L intelligence

Plus en détail

neuron Une coopération européenne efficace

neuron Une coopération européenne efficace DIRECTION GÉNÉRALE INTERNATIONALE Décembre 2012 neuron Une coopération européenne efficace I - INTRODUCTION 2 II - LES OBJECTIFS DU PROGRAMME neuron 3 III - L ORGANISATION DU PROGRAMME 4 IV - UN SCHEMA

Plus en détail

par CABiNET le 19 avril 2013

par CABiNET le 19 avril 2013 Présentation à Services partagés Canada (SPC) Table ronde sur l'infrastructure de la technologie de l information Comité consultatif sur les points de référence en matière d approvisionnement par CABiNET

Plus en détail

Le RSSI: un manager transverse

Le RSSI: un manager transverse Le RSSI: un manager transverse Thomas Jolivet Responsable du pôle Conseil 20/06/2013 Agenda 1. Le RSSI :un manager pas comme les autres 2. Les Interactions entre la SSI et l organisation 3. Mobiliser les

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Pourquoi collaborer avec d autres entités pour réaliser une partie de sa Recherche et Développement?

Pourquoi collaborer avec d autres entités pour réaliser une partie de sa Recherche et Développement? Alexandre CLERBAUX Alexandre.Clerbaux@nanocyl.com Pourquoi collaborer avec d autres entités pour réaliser une partie de sa Recherche et Développement? 06/02/2014 AGENDA Nanocyl: compétences et expertises

Plus en détail

LABEX 2010 Appel à projets «Laboratoires d excellence» RAPPORT

LABEX 2010 Appel à projets «Laboratoires d excellence» RAPPORT LABEX 2010 Appel à projets «Laboratoires d excellence» RAPPORT Informations importantes à destination des rapporteurs (à lire attentivement) Les avis des experts, ainsi que les notes attribuées par ceux-ci,

Plus en détail

Atelier n 1 3ème session

Atelier n 1 3ème session Atelier n 1 3ème session Thématique : Mobilité Interne Synthèse Relevé de discussion 30 janv 2012 Ressources Humaines Groupe Co construction GPEC 2012 Retour sur le dispositif Espace Mobilité 2004 2005

Plus en détail

Retour d expérience PPI & Partenariat d Innovation

Retour d expérience PPI & Partenariat d Innovation Retour d expérience PPI & Partenariat d Innovation Atelier sur les achats innovants 21 Septembre 2015 Charles-Edouard ESCURAT Directeur Adjoint 1 3 niveaux d action REGIONAL NATIONAL EUROPEEN Campagnes

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE SIGNATURE D UN ACCORD DE COOPERATION INDUSTRIELLE ENTRE LE GROUPE SAFRAN ET LE GROUPE TELNET

COMMUNIQUE DE PRESSE SIGNATURE D UN ACCORD DE COOPERATION INDUSTRIELLE ENTRE LE GROUPE SAFRAN ET LE GROUPE TELNET COMMUNIQUE DE PRESSE SIGNATURE D UN ACCORD DE COOPERATION INDUSTRIELLE ENTRE LE GROUPE SAFRAN ET LE GROUPE TELNET Dans les domaines de l aéronautique et de la sécurité et cartes à puces Ce mémoire d entente

Plus en détail

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 1 RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 2 Plan Introduction : Attractivité qu est-ce? Pourquoi être attractif? Peut-on être attractif en France? Comment être attractif : Les leviers? Positionnement :

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

EFICAS. Energie Fluidique Industrielle, Cours d Audit Systèmes

EFICAS. Energie Fluidique Industrielle, Cours d Audit Systèmes EFICAS Energie Fluidique Industrielle, Cours d Audit Systèmes Résumé Ce programme s inscrit dans le cadre de l appel à projets «pour la mise en place de programmes d information, de formation et d innovation

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail