syndicalisme retraité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "syndicalisme retraité"

Transcription

1 Activité UFR Hors série Janvier 2010 Document du congrès Pour un syndicalisme retraité Utile, Présent, Fort Préambule Les mobilisations et les manifestations ont jalonné tout le premier semestre Les contenus revendicatifs et le caractère unitaire ont permis à des millions de salariés et de retraités de se mobiliser et de manifester ensemble en affirmant leurs exigences sociales et le besoin de vivre autrement et dignement. Et pourtant, il y a encore beaucoup à dire et à faire afin de rassembler et d élargir la participation de celles et ceux qui sont concernés. En effet, les réformes, les annonces et les décisions gouvernementales ne permettent pas d aller vers une véritable issue à la crise. En fait, cette politique s inscrit dans un mode de croissance et une logique de rentabilité financière qui est toujours marquée par une crise profonde et des conséquences graves pour l ensemble de la population. Le patronat s est d ailleurs félicité de l intervention de l Etat et revendique de pouvoir continuer comme avant! Dans cette situation, l actualité et les débats parmi les retraités montrent une large diversité de réflexions, de questions et de réactions. Beaucoup de retraités qui nous entourent sont très remontés et très impatients. Nombreux aussi sont ceux qui sont toujours très interrogatifs sur la crise, ses origines et sur les alternatives possibles. Il y a surtout la grande majorité qui est inquiète pour sa retraite, et le devenir du système de protection sociale. Cela a été dit et reste vrai : les retraités ne sont pas responsables de la crise ils ne doivent pas payer la facture! C est pourquoi, il est déterminant de revenir sur l activité revendicative du syndicalisme retraité, sur ses moyens en nombre de syndiqués et en bases organisées, sur son mode de vie et sa pratique démocratique, sur sa présence et sa capacité à prendre en compte les évolutions, le vécu et les besoins des retraités là où ils vivent. Aller dans ce sens demande d apprécier la place grandissante des retraités dans la société, des rapports nouveaux avec les générations et l évolution des besoins à toutes les étapes de la vie. 1 Autant de points qui sont au cœur des débats, des décisions et des mises en oeuvre. C est vrai pour la section qu elle soit d entreprise ou locale et dans la profession. Cela doit participer à développer un syndicalisme plus fort avec les retraités de toutes les professions et sur les territoires. C est aussi avancer vers des initiatives avec les retraités et leurs organisations notamment en Europe. L objet étant de créer toutes les conditions pour gagner un rapport de forces favorable à tous dans lequel le syndicalisme retraité amène toute sa contribution. Il y a bien un défi à relever afin de permettre à tous les retraités de vraiment bien vivre leur nouvelle vie! Dans tous les cas, il s agit de voir grand! A nous de faire la démonstration de l utilité du syndicalisme retraité. En vert, sur les pages suivantes, les modifications apportées lors des débats du congrès

2 Les retraités dans la société Au début du siècle dernier, le risque était de ne pas arriver à la retraite! En 2006, l espérance de vie est de 84 ans pour les femmes et 77 ans pour les hommes. «Cet allongement de l espérance de vie a été rendu possible non seulement grâce aux progrès scientifiques et techniques (médicaux en particulier) mais aussi grâce : - A la généralisation de la Sécurité Sociale qui a permis d améliorer la santé de tous, - aux luttes sociales pour de meilleures conditions de travail et la diminution du temps de travail». C est là, un des changements sociaux les plus importants du XXI e siècle. Ignorant les gains considérables de productivité qui devraient permettre un accès aux activités librement choisies, les «néo-libéraux» voudraient régler le sujet : «on vit plus longtemps, on travaille plus longtemps»! Pour notre part, le vieillissement comporte trois aspects porteurs de réflexion :. La place dans le parcours des âges,. les représentations,. les rapports entre les générations. Nous allons entrer dans une période historique où pour la première fois depuis que le capitalisme s est généralisé comme mode de production dominant, une majorité de la population ne sera plus dans une relation de subordination puisqu en 2030, un tiers de la population sera en formation, un tiers seulement sera au travail, subordonné à un employeur, et un tiers sera en retraite, c est-à-dire libéré de cette surbordination. Nous sommes bien en présence d un enjeu de civilisation qui recèle des potencialités de changement sociétal. Un nouveau temps de la vie La vieillesse s est longtemps confondue avec l âge de la retraite. Avec l allongement de la durée de vie, elle ne se confond plus totalement avec elle. N est-elle pas devenue une ouverture dès 60 ans pour un temps nouveau où l on peut continuer à avoir une activité, continuer d être créatif? «Ne pas se laisser voler les dix meilleures années de la retraite» En reculant l âge de mise à la retraite à 70 ans, le gouvernement sarkozien veut «revenir au temps où vieillesse et retraite se confondaient. Entre 60 et 70 ans, les dix années qui seront volées, sont une période de la retraite où on est encore en bonne santé, il ne restera que la retraite fin de vie». La place dans le parcours des âges Aujourd hui, pour être reconnu dans notre société, il y a l exigence d être performant, d être utile Nous sommes dans la culture du rentable! Mais, paradoxalement et dans le même temps, l aspiration à la retraite est de plus en plus forte. Dans un contexte de précarité et de stress grandissant pour une large majorité, elle est devenue une étape désirée de l existence. Être socialement utile ou garder des liens sociaux? Pour avoir «sa place» dans la société, faut-il justifier d une activité? 2 Un environnement qui permette de vivre pleinement cette période de la vie Les politiques de l habitat, de l urbanisme et des transports, tout comme l accès à la culture et le mixage des générations ne doivent-ils pas être repensés dans l organisation de la cité? En ces domaines, faciliter l accès aux services et l ouverture sur l extérieur ne permettrait-il pas d éviter la «stigmatisation» voire la relégation des personnes âgées? Les représentations Même si les mots ne sont pas les choses, les mots peuvent avoir une influence sur les choses : retraités, personnes âgées, troisième, quatrième âge, seniors Le vieillissement est seulement envisagé en termes de coût ou de «problème» (déficit de la Sécurité Sociale, handicaps ). Tout ce qui touche à cette période de la vie reste marqué par des appréciations péjoratives : déclin, régression qui contiennent des jugements de valeur. Toutefois, il existe aussi une vision magnifiée de la «vieillesse réussie» de celles et ceux qui sauraient rester jeunes. La réalité n est-elle pas beaucoup plus mêlée quelle que soit la situation des retraités, respecter leur dignité est l exigence première. Les rapports entre les générations La lutte des «classes d âge» Même si le «communautarisme» des âges ne tient pas, chacun passant un jour de la formation au travail puis du travail à la retraite ; les «voix» ne manquent pas pour inciter aux oppositions entre générations. Il faut savoir que dans 20 ans, les plus de 60 ans représenteront 50% des électeurs. Face à ce constat, ne s agitil pas de faire valoir la solidarité de la société à tous les moments de la vie? Qu est-ce que le bien vieillir? La vieillesse est un processus qui modifie le rapport de l individu au temps, sachant qu il y a autant de manières de vivre sa retraite qu il y a d individus. Construire et découvrir de nouveaux horizons en cultivant des relations d amour et d affection, maintenir le désir, regarder vers la vie ne sont-ils pas les ferments du «bien vieillir» tout autant que le pouvoir d achat, les franchises médicales et la protection sociale? Ces aspects ne sont-ils pas à prendre en compte plus fortement?

3 L utilité et la reconnaissance du syndicalisme retraité pour nos revendications Les retraités, partie intégrante de la société participent activement à l économie du pays. Partout dans le monde, les personnes âgées ont les mêmes besoins et les mêmes difficultés. Vivre décemment leur retraite et leur vieillesse sont leurs principales revendications. Les conditions ne sont pas identiques selon que l on se trouve dans des pays développés par rapport à des pays où la pauvreté règne avec l absence quasitotale de droits à la retraite. Il y a donc toutes les raisons de s unir, c est la raison principale d élargir le syndicalisme à l organisation des retraités et des personnes âgées. En Europe, la CGT fait partie de la Fédération Européenne des Retraités et des Personnes Agées (FERPA). Au niveau européen, depuis plus d une décennie, de nombreuses luttes ont lieu pour assurer le pouvoir d achat des retraités avec l objectif de travailler à une retraite minimum décente. Ces revendications se heurtent actuellement à une stratégie du patronat européen visant à remettre en cause de manière généralisée la protection sociale. Les gouvernements européens, en soutien aux propositions de la Commission Européenne, relayent ces stratégies antisociales. Ces politiques visent à conforter des systèmes aléatoires, rognant sur le niveau des prestations sociales avec des mesures visant à retarder l âge de la retraite après 65 ans. C est ce recul social que l UFR Métaux entend combattre en travaillant à l unité syndicale des retraités de la Métallurgie en Europe. Des rencontres se succèdent, un bilan intéressant depuis notre précédant congrès montre qu il est possible d aller plus loin que quelques échanges épisodiques. Un syndicalisme retraité européen revendicatif, uni, est une nécessité incontournable pour s opposer au démantèlement social et pour des droits nouveaux. En France, nous sommes 14 millions de retraités, demain nous serons 18 millions. Pour relancer l économie et vivre dignement, n est-il pas urgent d augmenter les retraites? L actualité montre que l argent existe. Des milliards ont été débloqués pour soutenir les banques. La crise du capitalisme financier n est pas arrivée du jour au lendemain. Voilà des mois que gouvernement et patronat la préparent avec les réformes qui sont faites et qui aggravent les conditions de vie et de travail des salariés et des retraités. Pouvoir d achat 1,37% d augmentation des retraites du régime général et 1,46% pour les retraites complémentaires pour 2008, c est inacceptable alors que l augmentation de l indice des prix a été de 2,8%. En 2009, l augmentation de 1% au régime général avec un recul de trois mois est un véritable vol pour tous les retraités. A cela s ajoute l augmentation insuffisante de 1,3% des retraites complémentaires. 3 Le gouvernement se vante à grand renfort de publicité : - De l augmentation du minimum vieillesse (ASPA), - du passage de 54% à 60% de la pension de reversion au régime général. On frise l escroquerie, ces décisions ne concernent qu un nombre très faible de retraités percevant moins de 800 euros. Beaucoup de retraités ont vu leur retraite calculée sur le minimum contributif, surtout les femmes. 38% de l ensemble des retraités perçoivent le minimum contributif. Parmi ces retraités 66% sont des femmes. En 1983, le minimum contributif représentait 95% du Smic. Au 1 er avril 2009, il est de 590,33 euros soit 45% du Smic. Nous sommes loin de l objectif de la loi Fillon d une retraite à 85% du Smic. Nicolas Sarkozy veut reprendre aux salariés les acquis de 1968, et pour cela, cède aux ambitions du patronat qui consistent à prendre toujours plus aux pauvres pour donner aux plus riches. Les réformes Balladur de 1993 et Fillon en 2003 et celles à venir concernant les retraites complémentaires ne font qu aggraver la situation des retraités. Pour stopper tout cela, ne faut-il pas être

4 plus nombreux à se mobiliser, à lutter davantage pour mettre en échec, les prétentions d une politique gouvernementale et patronale ultra-libérale? A l exemple du 6 mars et du 16 octobre 2008, du 29 janvier au 19 mars 2009 où de nombreux retraités se sont fait entendre et ont exigé une politique sociale et industrielle de progrès. Ne faut-il pas donner une suite à ces mouvements pour faire reculer cette politique néfaste pour les Français et plus particulièrement pour les retraités? Les revendications de l UFR sont-elles suffisantes pour répondre à vos besoins?. Pas de retraite totale en dessous du Smic que la Cgt exige comme minimum pour vivre à euros bruts.. Mesure de rattrapage immédiat de 200 euros.. Le retour à l indexation de l évolution des retraites sur celle des salaires.. Porter la pension de réversion à 75% de la pension du conjoint(e) décédé(e) sans conditions de ressources et d âge. La retraite à taux plein dès 60 ans.. Garantir une retraite totale d au moins 75% des dix meilleures années pour une carrière complète. La retraite est un droit solidaire, ce n est pas une assurance individuelle! Notre système de retraite fonctionne sur le mode de répartition. La gestion du régime général est assurée par l Etat, celle des complémentaires ARRCO et AGIRC est paritaire. Les actifs payent des cotisations pour les pensions des aînés en même temps qu ils s ouvrent des droits pour leur retraite. C est la solidarité entre les générations. La répartition c est aussi la solidarité entre les individus au sein d une même génération puisque les salariés acquièrent tout au long de leur vie au travail durant certaines périodes d inactivité (maladie, invalidité, chômage...) des droits. A contrario, le miracle de la capitalisation tant mis en avant ces dernières années, s effondre en France comme partout dans le monde à la suite de la crise financière. Les faillites Maxwell, Enron et celles des fonds de pensions au Royaume-Uni récemment, ont ruiné de nombreux retraités. Ces faits démontrent de manière évidente qu il faut défendre notre système par répartition. Financement des retraites Les moyens existent. La part des salaires dans la valeur ajoutée des entreprises, (les richesses créées) était de 74% en 1982 aujourd hui, elle est de 65%. Par contre, la part des profits distribuée a crû de 40% ces dix dernières années. Les bénéfices des grands groupes, de 42 milliards d euros en 2007 sont passés à 55 milliards d euros en 2008, soit + 31%. Le financement solidaire est parfaitement possible, il faudrait une politique sociale qui modifie la répartition de la valeur ajoutée, plus pour les salaires et moins pour le capital. Pour cela, nous proposons de : - Défendre l emploi qui reste au coeur des retraites, emplois créés égal 1,3 milliards de cotisations, - supprimer les exonérations de cotisations patronales, - réformer la cotisation patronale qui n a pas bougée depuis 30 ans, - élargir l assiette des cotisations sociales à tous les éléments de la rémunération (intéressement, participation, stocks options), - taxer les produits financiers. 4 Les accords AGIRC-ARRCO de 1996, ceux de 2001 et de 2003 ont pour conséquence : la dégradation du montant des retraites complémentaires et une perte du pouvoir d achat des retraités. En 10 ans, la baisse cumulée des droits entraîne une perte de 25% pour l AGIRC et de 20% pour l ARRCO pour ceux qui partent en retraite aujourd hui. Les négociations sur ces deux régimes ont pris fin en mars Les mobilisations du 29 janvier et du 19 mars ont fortement pesé sur l évolution du dossier et ont permis de mettre en échec, la volonté patronale d imposer aux actifs, une retraite à 61 ans. Les envois de motions, de pétitions, les interventions en direction du MEDEF et des élus auxquels les retraités ont participé, ont contribué à stopper les prétentions du MEDEF et de gagner la reconduction de l AGFF jusqu en Pour la CGT, il y a toutes les raisons de continuer la mobilisation pour ces revendications. La Cgt fait des propositions pour aborder cette négociation sur les retraites complémentaires : - Fixer à 60 ans l âge de liquidation sans abattement, - créer comme dans le régime général, une retraite complémentaire minimale, - indexer la valeur du point sur l évolution des salaires, - assurer un financement pour pérenniser le système par répartition et garantir les droits à moyen et long terme, - intégrer directement l AGFF dans les régimes ARRCO et AGIRC, - abaisser de 60 à 55 ans, l âge ouvrant droit à leur reversion dans le régime AGIRC (comme dans l ARRCO). Protection sociale La protection sociale est une des préoccupations des retraités. Les réformes concernant l assurance maladie se traduisent aujourd hui par une remise en cause du principe de solidarité, d égalité et d accès aux soins. Combien de retraités aujourd hui ne peuvent plus se soigner? Certains sont obligés de faire un choix dans leurs soins notamment les femmes compte tenu de leurs faibles ressources. La Sécurité Sociale vidée de ses objectifs est livrée aux assurances privées.le patronat et le gouvernement veulent poursuivre ce démantèlement à l exemple du 5 e risque pour la perte d autonomie.

5 L UFR vous propose des revendications :. Rétablir et améliorer la couverture Sécurité Sociale de soins solidaires de la naissance à la fin de vie. Le gouvernement a présenté sa loi Hôpital, Patients, Santé, Territoire. Cette réforme, c est moins de service public et de Démocratie. La CGT y est opposée.. Conserver une médecine hospitalière de proximité y compris pour les différentes spécialités.. Intégrer dans la branche Sécurité Sociale, les besoins liés à la dépendance (APA) et au vieillissement de la population. Pour cela, exiger un grand service public universel de haut niveau, incluant la dépendance. Les réformes de l assurance maladie ont entraîné des transferts de charges sur les complémentaires santé et sur les ménages. Les retraités en sont les premières victimes. Ils ont de moins en moins de moyens financiers pour souscrire à une mutuelle.. Permettre dans l immédiat, l accès et la continuité à une mutuelle sans majoration liée au critère d âge, et gagner la participation des employeurs au financement de la complémentaire santé des retraités.. Reconnaître l ouverture des droits liés aux maladies professionnelles quand elles se déclarent à la retraite.. Prise en compte d un suivi postprofessionnel concernant les travaux dangereux et exposés pour les futurs retraités en lien avec les syndicats d actifs.. Construire un nombre suffisant de places d accueil, dans les établissements publics de retraite, avec un prix à la journée en fonction des ressources. Les retraités connaissent une baisse des revenus à l âge de la retraite et doivent faire face à des charges de logement inchangées pour les locataires, tandis que les retraités propriétaires se trouvent dans l incapacité de financer les travaux d entretien ou de rénovation. La nouvelle loi dite «Boutin» ne résout en rien le problème de pénurie des logements et n apporte aucune réponse aux besoins sociaux.. Cette loi est régressive puisqu elle accélère le désengagement financier de l Etat.. Cette loi est anti-sociale puisqu elle ponctionne le 1% collecté sur les entreprises.. C est une loi de régression qui remet en cause, le maintien dans les lieux des locataires retraités touchés par la sousoccupation.. C est aussi une loi de privatisation des HLM. Par conséquent, l UFR revendique : - La création d un véritable service du logement, - que le loyer, charges comprises ne dépasse pas 20% du revenu.. Instituer la gratuité des transports pour les retraités à l image de ce qui se développe dans certaines villes ou groupement de communes.. Maintenir et défendre les services publics de proximité, éléments importants pour les retraités. Pour un monde de paix Le besoin de paix est légitime pour toutes les populations. Pas n importe quelle paix, pas celle imposée par les armes mais une paix juste dans le respect de l application du droit international et de la souveraineté des peuples. Pour réaliser et obtenir satisfaction de tous ces points, ne faut-il pas être plus forts, plus nombreux, plus présents parmi tous les retraités? 5

6 Un nouveau cap pour un syndicalisme qui progresse Syndicalisation et continuité syndicale sont des éléments déterminants du rapport de forces pour le syndicalisme retraité et pour l ensemble de la Cgt. Notre dernier Congrès UFR en 2006 s était fixé l objectif des syndiqués à moyen terme, dans une période où salariés de la métallurgie devaient partir en retraite. Où en sommes-nous actuellement? La progression du nombre de nos adhérents depuis notre 8 e Congrès est un élément de confiance syndiqués recensés en 2007 répartis dans 360 sections et 77 départements. C est la force UFR. Elle est de nature à développer nos capacités d initiatives pour passer à un braquet supérieur. Depuis le lancement de notre 9 e congrès en janvier 2009 : - Plus de 80 assemblées générales se sont tenues avec plus de participants (à actualiser fin août), adhésions nouvelles ont été réalisées dont 1/3 en continuité syndicale dans 50 sections (à actualiser fin août), - 3 bases nouvelles créées (à actualiser fin août). Le renforcement, le besoin d élargir En nous appuyant sur les orientations décidées lors de notre précédent congrès, il faut favoriser une meilleure efficacité dans leurs mises en œuvre. Les départs massifs en retraite des générations du baby- boom en particulier, permettent d envisager un véritable papyboom syndical, à condition que notre syndicalisme soit en capacité de maintenir l adhésion de nos syndiqués à la retraite et de susciter leur réengagement. Aussi, nous réaffirmons à ce congrès, l objectif des adhérents, ce qui nécessite concrètement, de s inscrire plus fortement dans les campagnes de syndicalisation de la CGT, de mieux travailler la continuité syndicale avec les actifs et notre Fédération, d aller à la création de bases nouvelles UFR. Pour cela, de quelle UFR avons-nous besoin? Avons-nous le rapport de forces suffisant pour faire aboutir nos revendications, en nombre d adhérents, en nombre de bases organisées et en qualité de vie syndicale? N avons-nous pas trop tendance à rester sur les aspects négatifs et à sous-estimer les aspects positifs? Les enjeux revendicatifs, la place des retraités dans la société, les résultats de la CGT aux élections prud homales, la confiance de l opinion publique dans les syndicats, tout cela ouvre des perspectives et sont des potentialités pour renforcer l utilité et l activité du syndicalisme retraité et de notre UFR. Mais, nous avons besoin d une force utile et efficace beaucoup plus importante, pour agir et pour gagner sur nos revendications, pour préserver et améliorer nos conditions de vie à la retraite. Les conséquences de la crise du système capitaliste de ces derniers mois, confortent d autant plus cette nécessité. - Ne faut-il pas changer de cap pour un syndicalisme retraité gagnant? Malgré des avancées, nous constatons un décalage entre départs massifs à la retraite et progression de nos forces organisées. Plus que jamais, nous avons besoin de renforcer le syndicalisme retraité en multipliant les lieux d accueil, de proximité, d information, d expression et de mobilisation afin de créer les meilleures conditions, pour gagner sur nos revendications et la syndicalisation, à partir des entreprises et des localités. 6 L enjeu du syndicalisme, la question du renforcement (en adhésions nouvelles et continuité syndicale) son efficacité par la création de sections syndicales retraitées, se gagne en amont, du départ à la retraite, d où le lieu privilégié qu est l entreprise et le besoin de travailler par anticipation. - Sommes-nous pour cela, une force d appoint aux luttes des salariés actifs ou une force déterminante pour gagner sur nos revendications? Des initiatives se sont prises sur des départements avec les actifs sur les questions de la retraite notamment à l occasion des négociations sur les retraites complémentaires (journées d études, pétition, motion ) C est ensemble, actifs et retraités, que nous sommes dans les luttes et que nous aurons à affronter les enjeux de la retraite en 2010, comme les enjeux sur les territoires dans les domaines de la politique industrielle et sociale. La continuité syndicale et la syndicalisation, on en parle mais des difficultés subsistent pour mettre des chantiers en route. - Pourquoi l UFR ne progresse-t-elle pas au même rythme que les départs en retraite des syndiqués? La question de la préparation à la retraite prend corps dans l entreprise avec le syndicat d actifs. La compréhension des conditions de départ doit s organiser. Seuls 3 syndiqués sur 10 le restent à leur passage en retraite. A la retraite je n ai plus de patron mais qui prendra en compte mes revendications? A quoi sert de rester syndiqué à la retraite et quel type de militantisme? Que disent nos anciens syndiqués ou les retraités qui n adhérent pas? Comment dépasser nos difficultés? Pour dépasser ces obstacles, notre syndicalisme retraité doit prendre en compte, tous les aspects de la vie et les diversités de situation du retraité (âge, sexe, situation familiale ), les attentes et besoins nouveaux qui génèrent des revendications dans tous les domaines, une continuité syndicale avec une qualité de vie syndicale adaptée et des investissements pluriels dans le militantisme ou chacun s y retrouve.

7 Aborder ces questions en amont, argumenter, revendiquer, agir, convaincre de l utilité d un syndicalisme retraité attractif et efficace, de la place des retraités dans la société, de la syndicalisation comme un déterminant du rapport de forces, sont des éléments qui peuvent nous aider à développer le nombre de nos adhérents lors de leur départ à la retraite et permettre de nouvelles adhésions. - Quelles approches et quelles rencontres avons-nous avec les syndicats d actifs pour débattre de l utilité du syndicalisme retraité et décider d initiatives concrètes sur la continuité syndicale et la syndicalisation des futurs retraités? - Quelles initiatives de syndicalisation, avec notre bulletin d accueil et d adhésion avons-nous prises et quels résultats? Des expériences dans des syndicats et départements en lien avec nos USTM commencent à porter leurs fruits dans l activité et la syndicalisation des retraités (rencontres régulières entre syndicats actifs et retraités, avec l USTM, connaissance des départs, plans de travail, tract, journal, CD pour faire connaitre le syndicat retraité dans l entreprise, journées d étude en commun sur un thème, proposition de l adhésion dans les pots de départ ou dans les manifestations, création de bases nouvelles ). Comment le généraliser? Comment mieux et plus l utiliser? La place et le rôle de nos adhérent(e)s sont déterminants, comment les fidéliser? - Quels moyens devons-nous dégager pour accueillir dans la diversité et donner une réelle vie au syndiqué «acteur et décideur» (information, formation, type d assemblée)? La force syndicale, le nombre de syndiqués est déterminant, mais la qualité de la vie syndicale, la mise en mouvement de nos syndiqués dans la prise de responsabilités sont essentielles. Comment passer de l adhésion à celui de l adhérent qui prend part dans l activité syndicale et qui soit en capacité de prendre des décisions pour le bien commun de tous? Ce passage, d Auteur à celui d Acteur et Décideur, nécessite une communication plus rapide avec les moyens d aujourd hui. «Vie Nouvelle» est le journal Cgt bimestriel vers les retraités. C est un outil important dans la bataille de la «communication». C est un moyen de connaissance et d échange des retraités sur leurs exigences, leur vie sociale, leurs luttes et leurs loisirs. Il vient compléter les informations de nos sections et de notre UFR. A ce jour, nous comptons lecteurs du journal Vie Nouvelle pour syndiqués. Quelles initiatives à prendre pour que chaque syndiqué(e) soit lecteur (rice)? Notre dernier congrès a précisé que le coût de Vie Nouvelle ne soit pas inclus dans le prix du timbre mais nécessite un financement pris en charge au travers des moyens de la section (prix du timbre, collecte, tombola, autre financement ) en rappelant que, l abonnement à Vie Nouvelle, c est un euro supplémentaire par mois. Où en sommes-nous dans chaque section? Nos assemblées générales de début d année doivent évoluer et d autres assemblées dans l année sont à programmer et à adapter, avec toujours cet esprit de convivialité et de fraternité. - De quelle vie de section UFR et de quels collectifs départementaux en lien avec les USTM avons-nous besoin? Les sections syndicales d entreprises et les sections syndicales locales ont un rôle déterminant pour rassembler les retraités et futurs retraités, impulser et animer l action revendicative, la continuité syndicale et la syndicalisation en lien avec les actifs. 7 Dans les départements en lien avec les USTM ou CCM, les collectifs départementaux de retraités, regroupant ces sections, animent la mise en œuvre des orientations, des décisions et du développement de note UFR notamment, avec la création de bases nouvelles par entreprise. - Que faut-il améliorer voire transformer pour plus de proximité et mieux articuler le revendicatif et la syndicalisation? Nos luttes ont besoin d être fédérées et confédérées à partir des préoccupations, des revendications des retraités dans la proximité du local au national voire à l international. Plusieurs expériences, avec des résultats positifs (sur la mutuelle, l amiante, les discriminations le renforcement de la section de retraités), confirment notre démarche de travailler en amont à l entreprise avec les actifs sur le revendicatif, ce qui permet des échanges fructueux et de gagner sur la continuité syndicale. Comment le généraliser partout? Le Conseil National doit être un lieu d échanges, d expériences, de propositions, de mise en œuvre des décisions de nos congrès en lien avec notre Fédération et l UCR pour travailler des convergences professionnelles et multiprofessionnelles. Chaque membre du Conseil National a un rôle d animation sur son département et section. Nos collectifs en lien avec ceux de la Fédération (revendicatif, vie syn-

8 dicale, international ) sont à développer pour aider nos sections dans leurs activités de proximité. Notre participation dans les USR est primordiale pour une activité de proximité touchant aux questions de santé, de dépendance, de logement, de transport, aux loisirs et à la culture. Moyens financiers Le nombre d adhérents et le taux de la cotisation restent incontournables. Informer nos adhérents, les faire participer à l activité syndicale des retraités, nécessite d abord de les connaître. Notre dernier congrès UFR avait abordé le nouveau système de répartition des cotisations et avait proposé plusieurs axes de travail en indiquant qu un point sur ce nouveau système serait fait au 49 e congrès confédéral (en décembre prochain). - Où en sommes-nous dans les étapes pour aller vers l objectif du 1% de la cotisation syndicale? Comment envisager avec chaque syndiqué, dans chaque section d aller concrètement vers le 1%? Connaissance des adhérents et des règlements Cogétise donne une meilleure connaissance des règlements effectués par les syndiqués. Pour 2007, le montant moyen du FNI et des cotisations est de 6,29 (soit 75 par an). Comment faire progresser ce montant sachant qu il y a une différence importante entre les sections? Le montant mensuel varie de 2,87 à 21. Enfin, il est rappelé que sur le timbre FNI, il reste 33% à la section et sur les11 autres timbres la section reverse 67% des cotisations, respectivement augmenté ou diminué des modulations professionnelles et/ou départementales. La mise à jour des adresses de nos syndiqués, avec Cogitiel ou par l intermédiaire de notre UFR, par toutes nos sections doit être une priorité dans les mois à venir afin de mieux informer la totalité de nos adhérents. Pour franchir un nouveau cap, développons le syndicalisme retraité par une syndicalisation de masse. Il y a également le besoin de rentrer l adresse de chaque syndiqué dans l outil informatique Cogitiel afin d avoir une meilleure connaissance de nos syndiqués pour que chacun reçoive le journal Confédéral «Ensemble». A ce jour, nous recensons plus de adresses personnelles pour syndiqués. 8

CAMPAGNE RETRAITE 2004

CAMPAGNE RETRAITE 2004 CAMPAGNE RETRAITE 2004 «La CGT toujours avec vous» sur le dossier revendicatif de la Retraite Nouveau logo pour marquer une nouvelle étape de notre campagne Retraite commencée il y a 3 ans Toujours avec

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit?

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? 1 Coût du travail ou coût du capital? Vidéo 2 La politique menée depuis plus de 20 ans de pressions sur les dépenses, combinée

Plus en détail

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE Contact FENARA 20, boulevard de Grenelle 75015 Tél. : 01 45 77 94 04 info@fenara.org www.fenara.org 1 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite.

Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite. Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite. Un patron du CAC 40 gagne, en moyenne, 400 fois le smic. Si on imposait les plus-values des actionnaires, on pourrait financer

Plus en détail

RETRAITES : ETAT DES LIEUX

RETRAITES : ETAT DES LIEUX RETRAITES : ETAT DES LIEUX IMPACT DES REFORMES LIBERALES LES ALTERNATIVES POUR DES RETRAITES SOLIDAIRES 1 Les retraites par répartition Principe : Une partie de la richesse produite par les travailleurs

Plus en détail

Les retraites dans le secteur privé,

Les retraites dans le secteur privé, 14-19 ACTUALITES 2/12/10 16:58 Page 14 Les retraites dans ING le secteur privé, ce qui va vraiment changer Le Conseil d orientation des retraites a prédit un déficit abyssal de l ensemble des régimes de

Plus en détail

RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO

RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO ACCORD DU 23 MARS 2009 Le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), L'Union professionnelle

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? La qualification, c est quoi? p.8 C

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie

Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie janvier 2004 Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie Cette première fiche a pour objet de montrer l ampleur des questions posées par l assurance maladie et d annoncer les objectifs

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points Guide salariés n o 9 avril 2014 Majorations pour enfants et retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés...

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE : SOCLE DE LA PROTECTION SOCIALE

LA SECURITE SOCIALE : SOCLE DE LA PROTECTION SOCIALE 1 La Protection sociale, son périmètre d intervention : Santé, vieillesse, survie, famille, maternité, chômage, invalidité, logement, accidents du travail, pauvreté-exclusion sociale et réinsertion professionnelle.

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main!

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main! Pourquoi adhérer? Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé,

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE

ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE Introduction En 2013, le gouvernement bruxellois se montrait fier de son plan ambitieux (selon lui) de construction de logements sociaux à Bruxelles

Plus en détail

DOSSIER de presse. 16 juin 2010

DOSSIER de presse. 16 juin 2010 DOSSIER de presse Réforme des retraites dans la Fonction publique Sommaire Le relèvement de l'âge de la retraite pour les fonctionnaires et des conditions de durée pour les militaires... Fiche 1 La convergence

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

INOV CLIENTS INOV COURTAGE 360 COURTAGE. Un réseau de courtiers innovant au service des entreprises et des particuliers

INOV CLIENTS INOV COURTAGE 360 COURTAGE. Un réseau de courtiers innovant au service des entreprises et des particuliers Janvier 2015 Numéro 8 INOV COURTAGE 360 COURTAGE Un réseau de courtiers innovant au service des entreprises et des particuliers 360 COURTAGE ont le plaisir de vous adresser le 8ème numéro d Après une année

Plus en détail

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 POSITION DE LA CES Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 1. Le 16 février 2012 la Commission a publié son Livre Blanc sur

Plus en détail

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC Retraite Instaurer un bouclier retraite Permettre le cumul emploi et retraite de réversion Valider les droits à retraite, les années d études et les stages des jeunes générations 46 Pacte social de la

Plus en détail

Vers un schéma médico-social unifié

Vers un schéma médico-social unifié Vers un schéma médico-social unifié Quelles synergies rechercher pour valoriser les ressources des personnes et du territoire? La réglementation en vigueur et principalement le code de l action sociale

Plus en détail

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER RH. Les incidences de la réforme 2013 des retraites sur la gestion des fins de carrière

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER RH. Les incidences de la réforme 2013 des retraites sur la gestion des fins de carrière Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER RH Les incidences de la réforme 2013 des retraites sur la gestion des fins de carrière Zoom sur la retraite progressive Françoise KLEINBAUER France Retraite

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Retraites- rendez-vous de 2008 Les positions de la CFDT

Retraites- rendez-vous de 2008 Les positions de la CFDT N 12 du 5 mars 2008 Destinataires :. Bureau national. Fédérations. URI. UD. Secrétaires confédéraux Retraites- rendez-vous de 2008 Les positions de la CFDT Comme l avait décidé le congrès de Grenoble,

Plus en détail

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak Simulation de l évolution du taux de remplacement net des salaires pour 4 cas-type, nés en 1960, selon les réformes du système de retraite, à l horizon 2020 Henri Sterdyniak L évolution du système de retraite

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Proposer la syndicalisation et l adhésion à la CGT

Proposer la syndicalisation et l adhésion à la CGT Proposer la syndicalisation et l adhésion à la CGT Juin 2007 1 2 Edito Pourquoi se syndiquer, à quoi sert le syndicat? Pour les salariés Pour la CGT Que faut-il transformer pour se renforcer? L état des

Plus en détail

Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE

Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE RAPPEL DE LA SITUATION DES RETRAITES page 1 à 3 REFORMULATION 2008 page 4 REUNION DU 29 JANVIER 2008 page 5 EPILOGUE page 5 NAO_Sna.Unsa

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

Retraite Entreprise L ESSENTIEL

Retraite Entreprise L ESSENTIEL Retraite Entreprise L ESSENTIEL RETRAITE AGRICA AGRICA et vous > Le Groupe AGRICA s engage aux côtés des entreprises et des salariés du monde agricole pour vous apporter des solutions retraite. Plus que

Plus en détail

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF?

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? 10 mars 2009 15.681 SIGNES CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? Dalila Larabi & Michel Rosenfeldt Rétroacte La Conférence Nationale sur les Pensions, lancée cette année, a

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale

Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale Dossier de presse 6 juin 2014 Une poursuite de la réduction du déficit

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85.

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85. COMPRENDRE VOTRE RETRAITE Trois ans après la dernière réforme, un nouveau texte de loi est prévu concernant le régime des retraites par répartition : maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 62

Plus en détail

IL FAUT POURSUIVRE LA NEGOCIATION : POURQUOI?

IL FAUT POURSUIVRE LA NEGOCIATION : POURQUOI? Protection sociale IEG salaire des inactifs / Cotisation vieillesse des actifs IL FAUT POURSUIVRE LA NEGOCIATION : POURQUOI? La négociation engagée depuis 5 semaines doit se poursuivre La CGT estime que

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

JE VEUX PRENDRE MA RETRAITE FICHES PRATIQUES

JE VEUX PRENDRE MA RETRAITE FICHES PRATIQUES JE VEUX PRENDRE MA RETRAITE FICHES PRATIQUES 1 La retraite est un sujet complexe, en perpétuelle évolution. Alors Votre Syndicat n a qu un seul mot d ordre : «Préparez vous!» Sachez que le rôle de Votre

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? p.7 La qualification, c est quoi? p.8

Plus en détail

L indépendance, c est l affaire de tous

L indépendance, c est l affaire de tous Entreprises OFFRE DÉPENDANCE COLLECTIVE L indépendance, c est l affaire de tous Humanis vous présente une garantie Dépendance collective s adaptant aux besoins de vos salariés et à la hauteur des ambitions

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Fiche n 5 Retraites 2013

Fiche n 5 Retraites 2013 Fiche n 5 Retraites 2013 3 juin 2013 2013 Partager les richesses c'est taxer les profits, pas notre niveau de vie Retraites complémentaires La retraite complémentaire représente environ 1/3 de la pension

Plus en détail

Rapport du secteur organisation-vie syndicale 18 ème Congrès de l Union Départementale

Rapport du secteur organisation-vie syndicale 18 ème Congrès de l Union Départementale 1 Rapport du secteur organisation-vie syndicale 18 ème Congrès de l Union Départementale L emploi, les services publics, les salaires, les droits des salariés, des retraités, des sans papiers, des privés

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Précisions sur le projet de loi concernant la réforme des retraites initié par le gouvernement Ayrault Septembre 2013

Précisions sur le projet de loi concernant la réforme des retraites initié par le gouvernement Ayrault Septembre 2013 Précisions sur le projet de loi concernant la réforme des retraites initié par le gouvernement Ayrault Septembre 2013 Pour combler le déficit de 20,7 milliards d euros prévu en 2020, pour l ensemble des

Plus en détail

LE SYSTÈME DE RETRAITE

LE SYSTÈME DE RETRAITE LE SYSTÈME DE RETRAITE Le contexte Les questions posées Les réponses Les enjeux syndicaux > Le contexte Un système universel mais disparate 100 ans pour étendre la couverture vieillesse de base à toute

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3 Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco Cotisations et points de la retraite complémentaire Guide salariés n o 3 avril 2014 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça?

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Jacques Perrat Emmanuelle Puissant Meeting CGT, 9 septembre 2013, Lyon 1 Quel est le problème : La rémunération du travail ou le coût du capital?

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

Analyses et propositions CGT par rapport au projet employeurs

Analyses et propositions CGT par rapport au projet employeurs Projet global d accord Direction Les employeurs et les fédérations syndicales de la branche professionnelle des industries électrique et gazière veulent poser les fondements d un pacte social renouvelé.

Plus en détail

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un!

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un! PASS INDÉPENDANCE ne laissez pas vos salariés devenir dépendants de leur situation familiale tous pour un! LA DÉPENDANCE : DE PLUS EN PLUS DE PERSONNES TOUCHÉES Le nombre de personnes dépendantes devrait

Plus en détail

Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes

Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes Alertes sur la dégradation de la situation de l emploi dans les ZUS En juillet 2012, l augmentation du chômage dans

Plus en détail

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21 Sommaire Introduction...13 Qu est-ce que le droit à la protection sociale?...13 Qu est-ce que le risque social?...14 Comment la Sécurité sociale est-elle née?...14 Quels sont les différents modèles de

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

INTERVENTION D ANNE MARIE MEYNARD LORS DE LA JOURNEE SUR LA REFORME TERRITORIALE AU CONSEIL GENERAL LE 12 MARS 2015

INTERVENTION D ANNE MARIE MEYNARD LORS DE LA JOURNEE SUR LA REFORME TERRITORIALE AU CONSEIL GENERAL LE 12 MARS 2015 INTERVENTION D ANNE MARIE MEYNARD LORS DE LA JOURNEE SUR LA REFORME TERRITORIALE AU CONSEIL GENERAL LE 12 MARS 2015 Sans revenir sur les enjeux de la réforme territoriale déjà évoqués par un certain nombre

Plus en détail

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Giovanni Zucchinetti GiTeC Prévoyance SA Conseil en prévoyance professionnelle Av. de l Eglise-Anglaise 6 1006 Lausanne +41 21 613

Plus en détail

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite LE PROJET DE LA DROITE DÉCRYPTÉ Travailler plus longtemps pour gagner moins L âge légal de départ à la retraite est porté à 62 ans. Les victimes de ce recul

Plus en détail

Collectif Fédéral Formation Syndicale

Collectif Fédéral Formation Syndicale Fédération Nationale des Industries Chimiques CGT 12, rue Fernand Léger 91190 Gif-sur-Yvette Tél : 01 69 86 40 00 Accueil détente Salle de sport Collectif Fédéral Formation Syndicale QUESTIONNAIRE SUR

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2016 Nouvelle lecture à l Assemblée

Plus en détail

pour la Retraite Collectif (PERCO)

pour la Retraite Collectif (PERCO) Plan d Epargne d pour la Retraite Collectif (PERCO) 1 Le PERCO Introduction : les enjeux de l épargne salariale Des régimes obligatoires menacés Le PERCO : Une réponse aux enjeux futurs Le PERCO : Une

Plus en détail

Focus. Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon

Focus. Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon Focus Un baromètre de la santé en Brabant wallon, une initiative de la Mutualité chrétienne Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon Nous ne pouvons commencer sans une présentation sommaire

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

V QUESTIONS SOCIALES

V QUESTIONS SOCIALES V QUESTIONS SOCIALES Information sur les règlements d établissements spécifiques aux nouveaux centres médicaux, dentaires, optiques et audioprothèses (M2SR) Olivier POUYAUD, représentant de l ASS/MUTUELLE

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Rejoignez la 1 ère fédération de proximité d entreprises de Services à la Personne Dans les pas de Richard Binier qui a su

Plus en détail

Retraites complémentaires : la régression continue Christiane Marty 20 octobre 2015

Retraites complémentaires : la régression continue Christiane Marty 20 octobre 2015 Retraites complémentaires : la régression continue Christiane Marty 20 octobre 2015 Un accord de principe sur les retraites complémentaires Agirc et Arrco a été conclu le 16 octobre dernier entre le patronat

Plus en détail

Militants Droits Devant!

Militants Droits Devant! DOSSIER DE PRESSE Militants Droits Devant! Du 18 janvier au 19 janvier 2014 Au lycée La Joliverie à Saint Sébastien/Loire SOMMAIRE «DroitS Devant!» avec la JOC... p 3 Une nouvelle campagne d année... p

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada?

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? 31 mars 2011 0 À l annonce du déclenchement des élections fédérales 2011, le Réseau FADOQ se fait la voix des aînés

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

Pensions de réversion de la retraite complémentaire. n o 8

Pensions de réversion de la retraite complémentaire. n o 8 GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO PENSIONS DE RÉVERSION DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 8 JUIN 2015 Pensions de réversion de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants

Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants 1 Les prestations 2 Les prestations maladie-maternité 1/2 Les prestations maladie en nature (médicaments, honoraires ) sont les mêmes que les

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne Le financement de la Sécurité Sociale Organisée par : Mutualité Française Provence-Alpes-Côte d Azur, CRESS PACA Date & Lieu : 20 avril 2011, Marseille Nombre de participant-e-s

Plus en détail

La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français.

La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français. La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français. La politique du gouvernement dit socialiste puis social libéral et enfin libéral social, a été marquée par un virage à 180

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE klesia.fr KLESIA Une expertise plurielle au service de la protection sociale Partenaire et conseil des entreprises, des salariés et des particuliers,

Plus en détail

Congrès de l ASSASD 2010 «Aide & Soins à Domicile au cœur de l action»

Congrès de l ASSASD 2010 «Aide & Soins à Domicile au cœur de l action» Congrès de l ASSASD 2010 «Aide & Soins à Domicile au cœur de l action» 9 septembre 2010, Bienne Exposé initial: Positionnement de l aide et des soins à domicile du point de vue des cantons. Pierre-Yves

Plus en détail