ACTUALITÉ. Sommaire. N 16 / Octobre Actualités Recul de la part de la route... 3 questions à Alain Dupont...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTUALITÉ. Sommaire. N 16 / Octobre 1999. Actualités Recul de la part de la route... 3 questions à Alain Dupont..."

Transcription

1 N 16 / Octobre 1999 AUT ACTUALITÉ L A LETTRE D INFORMATION DU COMITÉ DES CONSTRUCTEURS FRANÇAIS D AUTOMOBILES LES ECHANGES ONT ETE MULTIPLIES PAR 23 EN 30 ANS L'ère du commerce mondial A la veille de l'ouverture de la Conférence ministérielle de l'omc qui se tiendra à Seattle du 30 novembre au 3 décembre prochains, il est bon de rappeler le rôle joué par les négociations commerciales dans le développement des échanges du secteur automobile. La réduction des barrières tarifaires tout au long des dernières décennies a eu pour effet une véritable explosion du commerce international et un développement considérable des échanges, qui ont été multipliés par 23 en 30 ans ( ). Pour en rester à une période récente ( ), la croissance moyenne annuelle du PIB mondial a été de 2 %, tandis que celle des exportations mondiales a été de 6,5 %. Pour la seule année 1997 (dernière année disponible), les chiffres sont respectivement de 3 et 10 %. des pays du monde, mais de plus de 17 % pour l'allemagne, de 12 % pour la France, et de 19 % pour le Japon 1. Pour les constructeurs français, la présence sur les marchés mondiaux n'est pas un phénomène récent loin de là. Ce qui est plus nouveau, c'est l'ampleur des objectifs affichés avec la décision stratégique des deux groupes de réaliser au cours de la prochaine décennie un accroissement significatif de leurs volumes de ventes hors de leur marché naturel qu'est le marché européen. Ce choix implique une présence industrielle accrue mais aussi une multiplication des échanges entre les implantations de chacun des groupes. (1) Les données mentionnées ici sont tirées du rapport annuel de l'omc Le secteur de l'automobile a largement participé à ce mouvement puisque entre 1980 et 1997, ses exportations mondiales sont passées de 127,5 à 496 milliards de dollars, soit une multiplication par près de quatre. La part du secteur automobile dans les exportations totales est révélatrice : en 1997, elle était de 9,1 % pour l'ensemble Illustrations Forzza Sommaire Actualités Recul de la part de la route... 3 questions à Alain Dupont... Le dossier du mois L'ère du commerce mondial... Tableaux de bord Les femmes et la voiture... (suite P4) AUTOACTUALITE est une publication du COMITE DES CONSTRUCTEURS FRANÇAIS D AUTOMOBILES - 2, Rue de Presbourg PARIS Tous les droits d auteur sont réservés à CCFA - AUTOACTUALITE. Directeur de la publication - Rédacteur en chef : J.P. MERCIER Comité de Rédaction : P : BESSY (Renault) - B. de CASTELNAU (CCFA) - H. DUFOUR (PSA Peugeot Citroën) - P. VAN der VLIET (CCFA). Assistante : S.TERZIAN - Tél. : Editeur Délégué : FORZZA 53, rue de Paris BOULOGNE.

2 Actualités LES INVESTISSEMENTS EN INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT Recul de la part de la route. La Conférence Européenne des Ministres des Transports (CEMT) a publié un rapport sur les investissements en infrastructures dans les pays européens (est et ouest). Le rapport, qui couvre les années 1985 à 1995 (les données sur les pays de l est sont toutefois limitées à la période ) permet de répondre aux questions suivantes : que s est-il passé pour les investissements en infrastructures en Europe de l Ouest? Les investissements routiers dans les pays de l ouest qui avaient baissé en valeur réelle de près de 30 % entre 1975 et 1984, ont connu une reprise marquée à partir de Il ont, en effet, augmenté de près de 52 % entre 1985 et Depuis 1992, ils ont certes quelque peu décliné mais cela ne les empêche pas d accuser une progression de plus de 3 % sur l ensemble de la période couverte par le rapport. Durant la même période les prestations de la route ont enregistré une croissance de près de 64 % en tonnes-kilomètres et de 42 % en voyageurs-kilomètres. Par rapport à l ensemble des dépenses affectées aux infrastructures de transport terrestre (rail, route et voie navigable), la part des investissements routiers a évolué comme suit : 77,4 % en 1975 ; 73,0 % en 1980 ; 66,6 % en 1985 ; 70,5 % en 1990 ; 68,3 % en Plus la route rend des services et moins les gouvernements y investissent! que s est-il passé en Europe de l Est? Dans les pays de l est, au cours de la période , les seules années pour lesquelles des données sont disponibles, les investissements routiers ont progressé de 36,5 % et ceux destinés aux chemins de fer de 77 %. En 1995, les dépenses destinées à l amélioration des routes représentaient 64 % des investissements totaux consacrés aux infrastructures de transport terrestre alors que la part des investissements ferroviaires s établissait à 35 % (les pourcentages respectifs pour l Europe de l Ouest étaient de 68 et 30 %). Incontestablement, la répartition des investissements entre les différents modes dans les pays en transition reste fortement marquée par l organisation du système de transport héritée de la période communiste. Ce système, du moins pour le transport de marchandises, repose en effet encore largement sur le chemin de fer dont la part de marché en tonnes-kilomètres s élevait en 1995 à 51 % dans les PECO (Pays d Europe Centrale et Orientale) contre seulement 15 % en Europe de l Ouest. L évolution nettement différenciée des trafics selon les moyens de transport au cours des dernières années ne peut que soulever certaines interrogations quant à l adéquation de la répartition des investissements face aux besoins des différents modes. En effet, de 1993 à 1995 les transports routiers de marchandises dans les pays de l est ont augmenté de plus de 30 % en tonnes-kilomètres alors que les transports ferroviaires de fret n ont progressé que de 3 % accusant un recul de plus de 50 % par rapport à leur niveau de Du côté des voyageurs, les statistiques ne permettent pas de connaître l évolution du trafic automobile mais l augmentation des taux de motorisation incite à penser que ce trafic a connu une progression sensible. En revanche, les transports ferroviaires ont perdu près de 12 % de leur substance en voyageurs-kilomètres de et affichent une baisse de plus de 46 % depuis quelles sont les tendances dans les dépenses d entretien? En Europe de l Ouest, les dépenses annuelles d entretien des infrastructures routières n ont augmenté que d environ 5 % sur l ensemble de la période Cette évolution relativement modeste soulève à tout le moins certaines interrogations si on la compare à celle des prestations du transport routier qui, dans l intervalle, ont augmenté de près de 45 % en voyageurskilomètres (voitures particulières) et de près de 64 % en tonnes-kilomètres (véhicules utilitaires). On observera par ailleurs que, dans les pays d Europe de l Est, les dépenses d entretien consacrées aux routes représentaient en 1995 à peine 55 % des dépenses d entretien destinées aux chemins de fer, alors que, en Europe de l Ouest, cette proportion atteignait 190 % pour la même année. Cette différence est bien entendu la conséquence de l organisation actuelle du système des transports dans les PECO qui repose encore largement sur les chemins de fer. Avec le rôle croissant joué par le transport routier de marchandises et le développement de la motorisation individuelle, il est permis de se demander si les dépenses - d ailleurs en baisse en valeur absolue - actuellement consacrées à l entretien des réseaux routiers dans ces pays sont suffisantes alors que tous les observateurs s accordent pour souligner le manque de qualité des infrastructures existantes. C.M. «Les investissements en infrastructures de transport », deux volumes, 457 pages, disponible auprès de l OCDE 550 FF. 2

3 1Des voix s élèvent pour critiquer le transport par route au profit du transport par fer. Qu en pensez-vous? 2 L automobile est au sens étymologique du terme, le moyen de transport le plus social puisqu elle assure plus de 80 % des déplacements des individus en Europe et plus de 95 % des transports de marchandises sont effectués par la route dans le monde entier. L automobile, est aussi pour beaucoup d hommes et de femmes synonyme de rêves d évasion et de liberté. C est bien elle qui nous permet d assouvir ces rêves qui deviennent chaque jour réalité. Ainsi, la route est-elle le meilleur moyen de donner aux hommes cette liberté d aller, de venir, de communiquer. C est le support idéal de l autonomie. L usage de la route et du transport routier, présente de grands avantages, mais c est également vrai, des contreparties indéniables qui très heureusement sont en diminution constante. Tuer la route serait tuer la voiture donc la part de liberté qui sommeille en chacun de nous. Les constructeurs d automobiles, les pétroliers, les fabricants de pneumatiques entreprennent chaque jour des efforts afin que leurs produits deviennent de plus en plus recyclables. 3 En ce qui concerne la pollution, la voiture d aujourd hui pollue, en moyenne 20 fois moins, que celle d il y a 20 ans : vingt voitures achetées ces deux dernières années ne polluent pas plus qu une seule mise sur le marché en Paradoxalement, le bruit est un problème plus difficile à résoudre. Pourtant, là aussi d énormes progrès sont accomplis aussi bien au niveau des moteurs 3 questions à Alain DUPONT, Président de l Union Routière de France «Il faut poursuivre la densification du maillage routier et autoroutier» moins bruyants qu au niveau du roulement des véhicules, grâce aux nouveaux revêtements de surface : les enrobés antibruit. Quels sont les enjeux du marché de la route en France et dans le monde? Le marché de la route tend à se stabiliser en France. Comme dans la plupart des pays à haut niveau d équipement routier et autoroutier, il évolue vers des prestations d entretien ou de rénovation des réseaux. Un équilibre devrait s établir entre la construction neuve et les activités de maintenance ou de modernisation. Cependant, le phénomène d urbanisation de nos sociétés exige toujours de poursuivre la densification du maillage routier et autoroutier. Enfin, il faut reconnaître que le relais de croissance de nos activités se trouve, aujourd hui, plutôt dans les pays d Europe centrale, en pleine reconstruction, et en Amérique du Nord, dont le gigantesque réseau, utilisé jusqu à la limite de ses possibilités, nécessite un programme de réhabilitation de grande ampleur. Aujourd hui notre groupe Colas est ainsi présent dans une quarantaine de pays et se positionne sur un métier porteur d avenir. Que pensez-vous du développement des infrastructures routières? La construction de nouvelles routes est non seulement possible mais nécessaire. On observe dans tous les pays occidentaux et notamment aux Etats-Unis une forte croissance dans ce domaine à la fois pour la qualité de la vie, la sécurité routière mais aussi pour le bon fonctionnement de l économie et l aménagement du territoire. ILS ONT DIT... "La production de voitures en Europe atteindra en ,5 millions d unités, pour une capacité de 17,5 millions d unités, soit un taux d utilisation des capacités de 88 %. Le problème des surcapacités pourrait devenir plus aigu au cours des prochaines années. Les constructeurs sont en effet contraints de réduire leurs coûts dans leurs usines. L augmentation de la productivité entraînera rapidement de la production et, par contrecoup, un accroissement des capacités" Un analyste de Standard & Poor s "Les bon résultats de l industrie automobile allemande en 1999 ont déjoué les prévisions pessimistes. Je prévois un volume d immatriculations de voitures de 3,8 millions d unités et une production de 5,35 millions d unités en 1999, mais je n exclus pas une stagnation des ventes, voire une légère baisse en 2000" B. Gottschalk, Président du VDA (Allemagne) "La dépense nationale pour la protection de l environnement a atteint 145,2 milliards de FF en 1997, soit 1,8 % du PIB. La dépense pour la lutte contre la pollution de l air a crû de 10 %, à 10,7 milliards de FF" Institut Français de l Environnement ILS ONT FAIT... PSA Peugeot Citroën et Renault vont développer en commun un véhicule à pile à combustible. Le réseau technique «Pile à combustible» mis en place par le ministère de l Education nationale, de la Recherche et de la Technologie, a donné son label à ce programme qui doit permettre, en quatre ans, d étudier la viabilité du projet, d élaborer des procédés industriels, de valider les techniques retenues et de réaliser des prototypes d un véhicule à pile combustible qui devrait être commercialisé au plus tard en Après un léger recul en 1997 dû à la progression de l activité ferroviaire, le transport routier de marchandises a progressé de 4,2 % en Cette année, porté par le dynamisme du marché intérieur et des exportations, notamment vers l Allemagne, il pourrait connaître une croissance comprise entre 2 et 2,5 %, estime l Ifret (Institut ferroute-etudes-transport). En revanche, l activité fret de la SNCF devrait enregistrer un recul par rapport à 1998 (-7 % à la fin mai). Les moteurs de camions ne cessent de s améliorer techniquement ; la SNCF le reconnaît, qui vient de décider de remotoriser progressivement son parc de locotracteurs, à commencer par celui de Bordeaux, âgé de 18 ans. Le moteur diesel à 4 temps cède la place à un moteur Renault V.I. de 300 CV, jugé à la fois plus puissant, moins bruyant et nettement moins polluant. 3

4 dossier du Le dossier du mois L'ère du commerce mondial (suite de la P1) L'un des faits marquants de l'évolution des constructeurs automobiles a été avec les années 80, ce que l'on peut résumer schématiquement par la décision de sortir de leurs "prés carrés" respectifs. En effet si l'on excepte le cas des constructeurs américains dont les filiales européennes font partie du paysage automobile européen et de l'histoire de cette industrie, on a longtemps assisté à une sorte de répartition géographique entre les acteurs. Aux "Trois Grands" le continent américain nord et sud (avec il est vrai la participation des Européens au Brésil et en Argentine), aux constructeurs japonais la zone Asie Pacifique, et aux constructeurs européens l'europe, élargie à sa zone d'influence. Les constructeurs japonais ont les premiers modifié cette donne en décidant d'implanter des unités de production importantes aux Etats-Unis d'abord, puis en Europe. Plusieurs facteurs sont à l'origine de cette stratégie, dont le souci d'aplanir les tensions commerciales nées du déficit croissant des échanges dans le secteur automobile à l'avantage du Japon. Mais le résultat en a été de faire de certains constructeurs japonais des opérateurs présents sur tous les continents. Par la suite, les constructeurs américains et européens ont à leur tour cherché à étendre leur implantation, aux Etats- Unis pour les constructeurs allemands, mais surtout dans les pays émergents dont la montée en puissance est étroitement liée à cette internationalisation. Même les pays de la zone Asie Pacifique, si souvent apparue, à l'exception de la Chine, comme une chasse gardée des constructeurs japonais, ont fait l'objet d'offensives européennes et américaines afin d'obtenir l'ouverture de leur marché. Une double approche Cette expansion des constructeurs d'automobiles a été bien entendu favorisée par le développement de la politique commerciale européenne en tant qu'instrument de l'amélioration de l'accès au marché des pays tiers et non plus exclusivement dédiée à la protection du marché intérieur. Construite sur la double approche, multilatérale et bilatérale, voire régionale, la politique commerciale crée les conditions qui permettront aux industriels d'organiser leurs flux et d'assurer leur présence sur les marchés. Au niveau multilatéral, l'abaissement progressif des barrières tarifaires et l'élimination des restrictions quantitatives ouvrent l'accès à des marchés jusqu'à présent très fortement protégés. Mais tout aussi important est le respect par les membres de l'omc des règles et disciplines, comme par exemple sur les mesures d'investissement liées au commerce auxquelles le secteur de l'automobile est si souvent confronté. Ces mesures, qui font l'objet d'un accord de l'omc (l'accord TRIM's), ont en effet connu une grande vogue auprès des pays en développement qui, souhaitant utiliser l'automobile comme un accélérateur de leur industrialisation, ont souvent contraint les constructeurs à implanter sur place des unités de production s'ils voulaient y vendre des véhicules. Intégration locale et compensation ont ainsi été imposées par des voies réglementaires spécifiques à ce secteur. Pour l'industrie automobile, l'accord TRIM's qui prévoit l'extinction de ces mesures en 2000 change radicalement les données en ne soumettant plus la décision d'une implantation industrielle qu'à des impératifs économiques. Au niveau bilatéral, la conclusion d'accords préférentiels entre deux, voire plusieurs pays, est un puissant facteur de développement des échanges en abolissant les droits de douane et autres formes de restrictions aux échanges entre les parties. L'Union européenne a une grande expérience dans ce domaine puisqu'elle est à la veille de constituer une vaste zone de libre échange qui couvrira toute l'europe géographique jusqu'à la Turquie. Mais d'autres initiatives sont en voie de réalisation ou en projet sur le continent américain comme en Asie. La mise en place de telles zones constituent autant d'opportunités en ouvrant à un espace plus large les débouchés d'une implantation industrielle jusqu'à présent limités au seul pays d'accueil. Le redéploiement géographique des constructeurs auquel on assiste s'est récemment accompagné de bouleversements parmi les acteurs concernés. Concentrations, regroupements et alliances qui de fait ont jalonné l'histoire de l'automobile ont pris des proportions inconnues jusqu'à présent. Ce phénomène n'a pas épargné les constructeurs coréens, derniers entrants sur le marché mondial de l'automobile, qui avaient bâti leur expansion à partir d'un marché intérieur totalement protégé et dont l'avenir s'avère aujourd'hui incertain. Ce redéploiement a également eu des conséquences en termes de produits automobiles car le déplacement de la concurrence vers le marché mondial a impliqué la capacité de proposer une offre et une image à la mesure de cette (suite P6) 4

5 mois DE LA HAVANE À SEATTLE La fin du laisser-faire Successeur en 1995 de l'accord sur les Tarifs douaniers et le Commerce (en anglais General Agreement on Tariffs and Trade, GATT), l'omc est devenue une organisation internationale à part entière dont la création constitue un événement essentiel de l'histoire du commerce international. En effet, depuis 1947, le GATT avait poursuivi l'objectif de la libéralisation des échanges en s'attaquant aux obstacles les plus identifiables et mesurables que sont les droits de douane. Reposant sur les trois principes fondamentaux constitués par la transparence, la clause de la nation la plus favorisée et la non discrimination, le GATT a permis une réduction considérable des obstacles tarifaires dans les pays industrialisés. Mais en 1995 l'entrée en vigueur de l'accord de Marrakech après 7 ans de négociation a donné naissance à l'omc. Sept années peuvent sembler bien longues pour la conclusion de négociations commerciales, mais beaucoup moins si l'on considère l'étendue du travail accompli. Car sans renoncer pour autant à la poursuite de la libéralisation des échanges par les méthodes classiques, les négociations du cycle d'uruguay ont abouti à la mise en place de règles communes applicables à tous, assorties d'une procédure de règlement des différends assurant leur respect par chacune des parties. En soi, ceci constitue une évolution profonde qui s'avère déterminante pour les échanges internationaux. Désormais, aucun membre de l'omc ne peut plus "faire comme il l'entend" sous peine d'être "traduit" devant l'organe de Règlement des Différends. Outre l'élargissement des compétences de l'omc à des domaines qui jusqu'à présent échappaient au GATT, tels que l'agriculture et les services ou bien encore les questions de propriété intellectuelle, l'accord de 1995 a eu pour effet de faire participer aux négociations les pays en développement. L'enjeu était ici considérable, car tout au long des cycles de négociations précédents, l'exercice de démantèlement des barrières tarifaires était essentiellement le fait des pays industrialisés, les pays en développement se contentant de bénéficier des concessions ainsi offertes, par le biais de la clause de la nation la plus favorisée. Mais des conséquences n'ont pas manqué d'apparaître : malgré l'octroi de périodes transitoires pour l'application des nouvelles règles par les pays en développement, la question a été posée de savoir si l'on pouvait appliquer des règles uniformes à tous les pays quel que soit leur degré de développement. A l'usage, ces règles elles-mêmes ont montré qu'elles pouvaient être incomplètes et les questions posées par la mondialisation ont conduit l'omc à s'interroger sur leurs conséquences. L'un des enjeux de la prochaine conférence de Seattle sera certainement centré sur la place des pays en développement et sur la manière de les convaincre qu'eux aussi ont tout à gagner de l'élaboration et du respect des disciplines communes. Le processus de négociation permanent qui s'est instauré avec la mise en place de l'omc fait que ces règles ne peuvent pas être figées : préciser, compléter ou clarifier fait aussi partie de l'exercice de révision des accords. On le voit, si jusqu'au cycle d'uruguay, les négociations commerciales multilatérales se sont surtout attachées à faire baisser les tarifs douaniers, elles ont par la suite visé à encadrer les pratiques des Etats en matière de politique commerciale et imposer des règles du jeu. L. M 5

6 dossier du Le dossier du mois En moins de 50 ans le commerce mondial des marchandises a été multiplié par 30. Les produits manufacturés ont enregistré la progression la plus spectaculaire alors que les produits agricoles ont vu leurs débouchés internationaux multipliés pas cinq. (suite de la P4) nouvelle dimension. La répartition des opérateurs entre constructeurs généralistes et constructeurs spécialistes perd ainsi progressivement de son sens. On constate un élargissement des gammes offertes par les constructeurs qui ne se cantonnent plus aux créneaux qui ont fait leur spécificité, qu'il s'agisse de montée vers le haut, voire très haut, de gamme pour certains constructeurs généralistes ou au contraire de descente en gamme pour les spécialistes. On peut aussi s'interroger sur la pertinence du concept de voiture mondiale très en vogue au début des années 90 ; le schéma qui verrait un même véhicule vendu sur tous les continents ne semble pas devoir s'imposer. Au contraire, la capacité de répondre aux besoins spécifiques des marchés conduit les constructeurs à proposer des véhicules adaptés, même si cela ne saurait exclure une rationalisation de la production. Normes et réglementations techniques Enfin, il est une question qui prend une importance croissante dans les enjeux internationaux, c'est celle de l'harmonisation mondiale des prescriptions techniques des véhicules. Considéré, après la réduction des barrières tarifaires, comme constituant l'un des principaux obstacles aux échanges, le domaine des normes et réglementations techniques fait l'objet d'une attention grandissante. La négociation d'accords bilatéraux de reconnaissance mutuelle dans certains secteurs entre quelques pays industrialisés est un premier pas vers la réduction de ces obstacles. Le secteur automobile fait figure de pionnier dans ce domaine puisque, en raison du caractère particulier du "produit automobile" qui soumet sa certification à une procédure administrative, les réglementations techniques qui lui sont applicables ont très tôt été identifiées aussi comme une source d'obstacles potentielle aux échanges. Dès 1958, un accord conclu dans le cadre de la Commission économique pour l'europe des Nations Unies a permis l'élaboration et la reconnaissance mutuelle de ces réglementations techniques. Progressivement élargi aux pays situés hors d'europe, cet accord spécifiquement automobile constitue l'instrument de la réduction des obstacles techniques au développement des échanges. La mise en place de règlements harmonisés reconnus partout dans le monde est un objectif qui reste à atteindre mais sur le chemin duquel le secteur automobile est désormais engagé. Laurence MASSENET 6

7 mois Part des exportations de produits de l'industrie automobile en 1997 DANS LES EXPORTATIONS DE PRODUITS MANUFACTURES DANS LES EXPORTATIONS TOTALES DE MARCHANDISES % % UNION EUROPEENNE (15)* 14,7% 11,7% ALLEMAGNE 20,1% 17,3% JAPON 20,1% 19,0% ETATS-UNIS 11,1% 8,9% CANADA 35,6% 22,3% FRANCE 15,6% 11,9% ROYAUME-UNI 11,1% 9,3% ESPAGNE** 34,9% 24,3% BELGIQUE-LUX 18,8% 14,3% ITALIE 8,4% 7,5% COREE DU SUD 10,3% 9,0% MONDE 12,6% 9,1% * y compris le commerce intra-européen. ** chiffres 1996 Source : OMC, présentation CCFA 7

8 de bord Tableaux de bord Un sondage réalisé pour les Automobile-clubs le révèle Les femmes et la voiture : une histoire d amour Selon le sondage réalisé par la SOFRES pour le compte de la Fédération Française des Automobile-Clubs, 10 % seulement des Françaises qui habitent en ville seraient satisfaites si on interdisait la circulation dans leur quartier, 68 % seraient mécontentes et 22 % seraient indifférentes. Ce sondage met en évidence que la voiture est devenue indispensable à la vie quotidienne des femmes et en particulier des mères de famille. 96 % des Françaises l utilisent pour faire leurs courses, 95 % pour rendre visite à leurs amis ou à leurs proches, 83 % pour partir en vacances, 78 % pour aller travailler, 76 % pour conduire les enfants chez le docteur, 71 % pour les accompagner pour leurs activités extrascolaires, et 46 % pour les déposer à l école. 69 % l utilisent d ailleurs tous les jours ou presque. On comprend que 98 % d entre elles déclarent que la voiture c est la liberté, que 93 % déclarent aimer leur voiture, que 86 % déclarent que la voiture a diminué leur fatigue quotidienne et que 80 % déclarent que la voiture leur a vraiment changé la vie. On peut donc parler d une véritable histoire d amour entre les femmes et la voiture qui est pour elles un instrument irremplaçable de libération et d amélioration de leur vie quotidienne. Les femmes estiment d ailleurs majoritairement que dans un couple, la voiture est plus nécessaire à la femme qu à l homme. "Diriez-vous que le fait d'avoir une voiture à votre disposition vous a vraiment changé la vie ou ne vous a pas vraiment changé la vie?" "A titre personnel, pensez-vous que vous pourriez vous passer de voiture?" ST NON 87% ST OUI 13% "Certainnes personnes disent qu'il faudrait interdire l'usage de la voiture en ville. Personnellement, diriez-vous que...?" 11%. Ce n'est ni souhaitable, ni possible 80%. A vraiment changé la vie 1%. Ne sait pas 56%. Non, très difficilement 1%. Oui très facilement 12%. Oui, assez facilement 10%. Ce serait possible mais ce n'est pas souhaitable 29%. C'est souhaitable et c'est possible 19%. N'a pas vraiment changé la vie 31%. Non, assez difficilement "Diriez-vous que la voiture, pour vous, c'est beaucoup, un peu ou pas du tout :" 50%. Ce serait souhaitable mais ce n'est pas possible De la liberté La possibilité de faire vos courses là où vous avez envie de les faire Possibilité d'habiter un endroit qui me plaît La possibilité de faire plus de choses dans la journée La possibilité de voir plus souvent des gens que vous aimez Du confort Des week-ends plus agréables De la fatigue en moins De la sécurité pour les enfants TAYLOR NELSON SOFRES- Corporate/ Etude les françaises et l'automobile (septembre 1999)

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011. INTEV A Products France

ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011. INTEV A Products France 1. ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011 INTEV A Products France Le présent accord est conclu pour l'année 2011 entre, d'une part, la Société INTEVA Products France, représentée par Mme Michèle Regnier Abrial,

Plus en détail

DIALOGUE AVEC LES CONSTRUCTEURS DE VEHICULES

DIALOGUE AVEC LES CONSTRUCTEURS DE VEHICULES CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 e-mail: ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

Présentation de l OMC

Présentation de l OMC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L ECONOMIE ET COMMERCE Programme Hub&Spokes II Atelier de Vulgarisation sur l Accord sur la Facilitation des Echanges de l OMC, à l attention de la Presse

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun

L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun Les pouvoirs fédéraux de l Union européenne L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun Une pièce maîtresse du «carré libéral» de l Union européenne 28 février 2005 Picasso, Matisse

Plus en détail

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Page 153 ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Les Membres, Considérant que les Ministres sont convenus, dans la Déclaration de Punta del Este, que "à la suite d'un

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective

La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective lesnotes n 14 - juillet 2008 de CampusFrance La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective D ans la compétition mondiale visant à attirer les étudiants internationaux en

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Des économies dans les transports avec l écologie

Des économies dans les transports avec l écologie Première Partie Des économies dans les transports avec l écologie Le secteur des transports (passagers et marchandises) consomme déjà plus d un tiers de l énergie en France. La propension à consommer de

Plus en détail

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les "Parties",

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les Parties, ACCORD CONCLU ENTRE LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ET L'UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE RELATIF AU DÉVELOPPEMENT DES RELATIONS DE COMMERCE ET D'INVESTISSEMENT L'Union économique

Plus en détail

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES La libre circulation des marchandises, la première des quatre libertés fondamentales du marché intérieur, est garantie par la suppression des droits de douane et des

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

L Organisation mondiale du commerce...

L Organisation mondiale du commerce... L Organisation mondiale du commerce......en quelques mots, l Organisation mondiale du commerce (OMC) est la seule organisation internationale qui s occupe des règles régissant le commerce entre les pays.

Plus en détail

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Programme Ministériel 2015 de la GSMA : compte-rendu de session Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Lundi 2 mars 2015 Session animée par

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile

Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile TNS Automotive PRINCIPAUX RESULTATS Contacts TNS Sofres: Muriel GOFFARD 01 40 92 27 47 muriel.goffard@tns-sofres.com Définir la

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

ACCORD SUR LES SAUVEGARDES

ACCORD SUR LES SAUVEGARDES Page 299 ACCORD SUR LES SAUVEGARDES Les Membres, Considérant l'objectif général des Membres qui est d'améliorer et de renforcer le système de commerce international fondé sur le GATT de 1994, Reconnaissant

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

TRAITEMENT DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT 203

TRAITEMENT DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT 203 TRAITEMENT DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT 203 TRAITEMENT DIFFERENCIE ET PLUS FAVORABLE, RECIPROCITE ET PARTICIPATION PLUS COMPLETE DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT Décision du 28 novembre 1979 (L/4903)

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 octobre 2002 Au vu des raisons évoquées ci-après, la Commission

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

Politique économique extérieure:

Politique économique extérieure: Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche / DEFR Secrétairiat d état à l économie Direction des affaires économiques extérieures Politique économique extérieure: Chances et

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/7162/Add.l8 6 mai 1994 Distribution limitée (94-0829) Original: anglais SUBVENTIONS Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

Plus en détail

Le tableau d'affichage du marché unique

Le tableau d'affichage du marché unique Le tableau d'affichage du marché unique Performance par outil de gouvernance L'Europe est à vous (Période de référence: 01/2013-12/2013) À propos Le marché unique offre d'innombrables possibilités aux

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008 En partenariat avec le Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement durable et de l Aménagement du territoire Les Français et les enjeux de la mobilité durable Août 2008 Méthodologie page 2

Plus en détail

ACCORD INSTITUANT L'ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE

ACCORD INSTITUANT L'ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Page 11 ACCORD INSTITUANT L'ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Les Parties au présent accord, Reconnaissant que leurs rapports dans le domaine commercial et économique devraient être orientés vers le relèvement

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE La croissance mondiale des investissements publicitaires se poursuit : les achats publicitaires devraient croître de 4,8% en 2012. Un chiffre en légère progression par rapport aux

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux?

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? COMITÉ : ECO SOC ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? Membres de l Etat Major : Hira Yassine ; Cantor Brian François Hollande : «Nous pouvons

Plus en détail

Accord quadripartite sur Berlin (Berlin, 3 septembre 1971)

Accord quadripartite sur Berlin (Berlin, 3 septembre 1971) Accord quadripartite sur Berlin (Berlin, 3 septembre 1971) Légende: Signé à Berlin le 3 septembre 1971 par les représentants de la France, de l'urss, du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'irlande du Nord

Plus en détail

La France dans la compétition économique mondiale

La France dans la compétition économique mondiale La France dans la compétition économique mondiale Bruno VALERSTEINAS (DGTPE) Pôle «Analyse des échanges et stratégies d internationalisation» Au cinquième rang des échanges mondiaux de biens, la France

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

La location de voitures courte durée, un moyen de déplacement dans l air du temps

La location de voitures courte durée, un moyen de déplacement dans l air du temps Dossier de Presse La location de voitures courte durée, un moyen de déplacement dans l air du temps Avril 2006 Contacts presse : HOPSCOTCH Elodie Brillaud Tél. : 01 58 65 00 68 E-mail : ebrillaud@hopscotch.fr

Plus en détail

Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc

Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc L'analyse tarifaire en ligne (TAO) permet d'effectuer des recherches et d'analyser les données tarifaires conservées dans deux bases de données de l'omc, à savoir

Plus en détail

La Commission européenne

La Commission européenne La Commission européenne Représentation en France Conférence - débat «Le Partenariat pour le Commerce et l Investissement entre les Etats-Unis et l'europe» Olivier Coppens, Attaché économique Représentation

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE.

LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE. LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE. PLAN DE LA PRESENTATION I. Introduction II. Rappel des dispositifs

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Strasbourg, 11.V.2000 Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats Parties

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Lancement de l ouverture du capital et de l introduction en bourse d Aéroports de Paris

Lancement de l ouverture du capital et de l introduction en bourse d Aéroports de Paris Lancement de l ouverture du capital et de l introduction en bourse d Aéroports de Paris Paris, le 31 mai 2006 Aéroports de Paris lance aujourd hui son processus d ouverture de capital et d introduction

Plus en détail

Les traitements de texte : open office writer

Les traitements de texte : open office writer Les traitements de texte : open office writer Qu'est ce qu'un traitement de texte? Peut être le paragraphe qui passionnera le moins, il apparaît néanmoins nécessaire de savoir ce qu'est (de manière grossière)

Plus en détail

ACCORD INTERNATIONAL SUR LA VIANDE BOVINE

ACCORD INTERNATIONAL SUR LA VIANDE BOVINE ACCORD INTERNATIONAL SUR LA VIANDE BOVINE Les Parties au présent accord, Convaincus qu'une coopération internationale plus grande devrait s'exercer de manière à contribuer à accroître la libéralisation,

Plus en détail

Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc. Mr. Marwane MANSOURI

Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc. Mr. Marwane MANSOURI Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc Mr. Marwane MANSOURI Chef de la Division des Etudes et de l Information Direction des Investissements Amman, Jordanie 4 septembre 2007 Direction des Investissements,

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc

Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc L'analyse tarifaire en ligne (TAO) permet d'effectuer des recherches et d'analyser les données tarifaires conservées dans deux bases de données de l'omc, à savoir

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

UNE LOGISTIQUE FIABLE POUR LE SECTEUR DE L ENERGIE ÉOLIENNE. Continuer

UNE LOGISTIQUE FIABLE POUR LE SECTEUR DE L ENERGIE ÉOLIENNE. Continuer UNE LOGISTIQUE FIABLE POUR LE SECTEUR DE L ENERGIE ÉOLIENNE Continuer Contents Sommaire Comprendre COMPRENDRE VOS BESOINS Comprendre Après avoir progressé en moyenne de 25% par an au cours de la dernière

Plus en détail

SYNTHESE FINALE. «L évolution des relations contractuelles dans le transport routier» Une nécessité!

SYNTHESE FINALE. «L évolution des relations contractuelles dans le transport routier» Une nécessité! SYNTHESE FINALE «L évolution des relations contractuelles dans le transport routier» Une nécessité! Une synthèse est un exercice périlleux car il est difficile de citer tous les orateurs en particulier

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN (ATCONF) Montréal, 18 22 mars 2013

Organisation de l aviation civile internationale SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN (ATCONF) Montréal, 18 22 mars 2013 Organisation de l aviation civile internationale 14/2/13 NOTE DE TRAVAIL SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN (ATCONF) Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : Examen de questions clés et du cadre

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

L'AUTOMOBILE DU FUTUR

L'AUTOMOBILE DU FUTUR L'AUTOMOBILE DU FUTUR CFM 2013 Bordeaux 26 aout 2013 Paul PARNIERE AUTOMOBILE = PRODUIT *Grand public *Fort contenu technologique et industriel *Mobilité individuelle *Nuisances globales et locales. NOMBRE

Plus en détail

TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER

TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER TEST Nr.2 Ière épreuve. ( /20 points) Définissez les termes en remettant en ordre les mots et les expressions suivants: 1. Marché financier : et

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.24/2002/7 6 février 2002 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de

Plus en détail

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Cycle Innovation & Connaissance 54 petit déjeuner Pr. Jacques COLIN 22 janvier 8h30-10h Grasse Animatrice : Valérie

Plus en détail

Étude de marché sur les possibilités d utilisation de l aluminium dans les ponts routiers

Étude de marché sur les possibilités d utilisation de l aluminium dans les ponts routiers Étude de marché sur les possibilités d utilisation de l aluminium dans les ponts routiers SOMMAIRE Préparé pour: Étude réalisée par : Viami International Inc. et The Technology Strategies Group Le 24 mai

Plus en détail

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2 FUTURE LIGNE 2 DE TRAMWAY DE L'AGGLOMERATION DE MONTPELLIER Etat initial des principaux traceurs de la pollution liée au trafic routier Résumé Rédacteur : AFM Date : 29/1/3 pages I CONTEXTE Etude réalisée

Plus en détail

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE Introduction L investissement direct étranger a des effets bénéfiques sur l économie L investissement direct étranger (encadré

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales

Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes de troisième Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales Thème 2 : L évolution du système de production et ses

Plus en détail

Analyse de la carte :

Analyse de la carte : Amorcée au 18eme siècle en Angleterre la révolution industrielle s accélère dans les années 1870 1880 et se diffuse dans toute l Europe et aux USA. Stimulé par de nouvelles inventions comme l électricité,

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs.

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs. COMMUNICATION DE MONSIEUR LE MINISTRE DU COMMERCE A L OCCASION DE LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA «CONFERENCE NATIONALE SUR LE COMMERCE EXTERIEUR» - Monsieur le Premier Ministre ; - Excellences

Plus en détail

Chiffre d'affaires par ligne de services

Chiffre d'affaires par ligne de services Troisième trimestre 2010 des revenus: EUR 1.210 millions Réservez au projet de loi: 90%, même par rapport au troisième trimestre 2009, 2010 Cash Flow Opérationnel s'élève à EUR 83 millions dans les neuf

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION Juillet 2008 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012 Dossier de presse SOMMAIRE Présentation...3 Une étude scientifique pour dresser un état des lieux des comportements sur autoroute...4 L occupation des voies : des résultats venant confirmer l importance

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.5/2003/7/Add.4 8 juillet 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.9.2014 COM(2014) 560 final Proposition de DÉCISION DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL relative à la mobilisation du Fonds européen d ajustement à la mondialisation,

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

L'expérience acquise par la Corée dans la mise en œuvre de son programme d'équipement nucléo-énergétique

L'expérience acquise par la Corée dans la mise en œuvre de son programme d'équipement nucléo-énergétique L'expérience acquise par la Corée dans la mise en œuvre de son programme d'équipement nucléo-énergétique par M. Byoung Whie Lee, Directeur, Bureau de l'énergie atomique. Ministère des sciences et de la

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail