MEDIATION ET COORDINATION SANTE. En résidences sociales Adoma du Valentinois et de Montélimar

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MEDIATION ET COORDINATION SANTE. En résidences sociales Adoma du Valentinois et de Montélimar"

Transcription

1 MEDIATION ET COORDINATION SANTE En résidences sociales Adoma du Valentinois et de Montélimar Bilan d activité Année 2013 Janvier 2014 Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

2 Une action réalisée avec le soutien financier de : Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

3 SOMMAIRE PREAMBULE... P.4 I - INTERMED EN CHIFFRES A DECEMBRE 2013 : LES BENEFICIAIRES 1) La gestion globale des dossiers... p.5 2) Analyse des bénéficiaires... p.7 3) Analyse des problématiques repérées initialement... p.10 II - INTERMED EN CHIFFRES : MEDIATIONS / COORDINATIONS et RESULTATS 1) Les médiations/coordinations... p.11 2) les résultats... p.13 III - INTERMED EN CHIFFRES : ZOOM SUR LES RESIDENTS DE PLUS DE 60 ANS, ETRANGERS HORS UE... P.15 IV- LES SPECIFICITES DE LA MISSION EN 2013 (P. Dubourg) 1) Continuité du travail partenarial... p.16 2) Pour une approche collective... p.16 3) Les changements d intervenants... p.17 4) Le relogement des résidents... p.18 V ECLAIRAGE SUR CERTAINES PROBLEMATIQUES RENCONTREES PAR LA MISSION SANTE 1) S adapter... p.18 2) S inscrire dans la durée... p.19 3) Le risque de l usure... p.20 4) Quand la dépendance s installe... p.20 PERSPECTIVES ET CONCLUSION... P.21 Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

4 PREAMBULE Intermed est une association loi 1901, créée en 2008 à l initiative d Adoma afin de mettre en œuvre des dispositifs de médiation et de coordination santé en direction des résidents les plus vulnérables et isolés logés en foyers et résidences sociales Adoma en région Rhône-Alpes. Il s agit d une structure de santé publique dont les objectifs sont : -Lutter contre l exclusion et la rupture de lien social en permettant aux personnes en difficulté de santé et/ou psychosociale d accéder à une plus grande autonomie. -Faciliter l accès aux soins et aux dispositifs de maintien à domicile pour tous les résidents en situations de vulnérabilité du fait de leur âge, de leur environnement et de leur isolement. -Mobiliser tous les réseaux pluridisciplinaires existants autour d analyses partagées et d actions mutualisées pour aller dans le sens d une évolution des représentations réciproques et des freins repérés, ainsi que d une prise en compte opérationnelle et pérenne des publics «perdus de vue» : une année de réorganisation : En premier lieu, l organisation de la mission a été modifiée plus précisément à partir de septembre Elle est désormais assurée par 2 infirmières diplômées d Etat qui travaillent en alternance dans le temps, mais sur les mêmes situations et ce pour un nombre total d heures de vacations identique au temps antérieur : 15 heures. Il s agit de Priscille Dubourg de l association Inter-santé d une part ; De Véronique Giguet, infirmière libérale d autre part. Toutes deux sont vacataires. La psychologue clinicienne Fanny Laurent, qui effectuait des vacations à hauteur de 3 heures hebdomadaires financées par le Fonds Européen d Intégration, a mis fin à son activité pour Intermed en Août Elle n a pas été remplacée. C est aussi le renforcement de l encadrement : Une deuxième coordinatrice a été recrutée en septembre Il s agit de Céline Herman, cadre social, qui assure désormais la coordination du dispositif Intermed dans la Drôme. Fabienne Diebold, qui coordonnait ce dispositif coordonne désormais les dispositifs du Rhône et de l Isère et assure une fonction ressource et expertise au plan régional. Contexte d intervention chez Adoma : Dans le département de la Drôme, Intermed couvre les 5 résidences sociales Adoma. Tout au long de l année 2013, Adoma a logé un total de 293 personnes sur l ensemble de ses 5 résidences sociales. On dénombre 178 résidents à fin 2013 (dont 94 résidents de plus de 60 ans) soit 53%. Ces publics ont une particularité dans ce département : la part non négligeable d anciens combattants marocains : 25 personnes à fin La nouvelle vocation du site les Lavandes destinée à l accueil de demandeurs d asile, a conduit Intermed à intervenir principalement sur les 2 autres sites Adoma les plus importants de la Drôme : Les Iris (Bourg les Valence) et Les Cigales (Montélimar). Cependant, Intermed a suivi 5 résidents très âgés sur les 7 qui sont encore logés sur le site Les lavandes. Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

5 I. INTERMED EN CHIFFRES A DECEMBRE 2013 : LES BENEFICIAIRES 1) La gestion globale des dossiers : Nombre de dossiers ouverts en 2013 : 13 (14 en 2012). Nombre de dossiers mis en veille en 2013 : 0. Cependant, avec les mises en veille précédentes, le nombre de dossiers en veille à la fin de l année 2013 s élève à 13. Nombre de dossiers clôturés en 2013 : 19 (vs 9 en 2012) ; soit 3 prises en charge effectives, mais aussi 2 décès, 7 retours au pays, et 6 sorties, 1 NR). File active : Durant toute l année 2013, le nombre total de personnes suivies en file active (compte tenu des clôtures survenues en cours d année) fut de 78 ; nombre en hausse puisqu il était de 72 en Communes Résidences Personnes suivies en 2013 Bourg-lès-Valence Les Iris 39 Bourg-lès-Valence Les Rondes 2 Valence Les Lavandes 5 Montélimar Les Cigales 30 Montélimar Les Rondes 2 total 78 En synthèse, à fin décembre 2013 : 59 personnes étaient encore suivies soit 33% de la clientèle Adoma de la Drôme : 46 dossiers actifs + 13 dossiers en veille Pour rappel, ce nombre était de 65 à fin 2012 soit une diminution de 9 %. Par ailleurs une dizaine de personnes ont été rencontrées de façon ponctuelle sur chacune des deux résidences principales, pour diverses demandes d'aide : prise de rendezvous médical, explication à propos d'un traitement... Ainsi, le nombre total de bénéficiaires d Intermed en 2013 fut de 88 personnes soit 30% de la clientèle «résidences sociales» d Adoma. Un ratio identique à celui de La courbe Intermed suit donc la progression de la courbe de la clientèle Adoma en hausse cette année. En résumé : Un nombre moindre de dossiers suivis en fin d année (59) comparativement à fin 2012 (65) mais une file active plus importante tout au long de l année (78) par rapport à l ensemble de l année 2012 (72) Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

6 a) Caractéristiques des publics suivis en Les 13 nouveaux dossiers Dossiers ouverts en 2013 Dossiers ouverts en 2012 (14) 2- Personnes rencontrées Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

7 b) Durée de prise en charge des dossiers Parmi les 78 dossiers suivis en 2013 : 17 % ont été ouverts au cours de l année % ont été ouverts au cours de l année % ont été ouverts au cours de l année % ont été ouverts au cours de l année % ont été ouverts en % ont été ouverts en 2008 Ainsi 49 % des dossiers sont suivis depuis 4 ou 5 ans : il s agit majoritairement des anciens combattants marocains. La durée de prise en charge des 19 dossiers clôturés fut en moyenne de 2 ans et 7 mois. 2) Analyse des bénéficiaires a) Par sexe et par âge 1- Les 13 nouveaux dossiers Concernant le genre 13 hommes Concernant les âges Tranches d âge : 30 ans : 0 entre 30 et 59 ans : 5 60 ans : femmes hommes Rappel 2012 [30;60] ans > 60 ans Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

8 2- File active 2013 ( 78 personnes) 77 hommes et 1 femme Soit : 76 % ont plus de 60 ans 55 % ont plus de 70 ans (43 personnes) Si 76% des bénéficiaires d Intermed ont plus de 60 ans, la part de ces publics vieillissant logés chez Adoma n est que de 53%. Les chiffres Intermed suggèrent donc une forte surreprésentation des résidents vieillissants. Même si le nombre des personnes d âge médian augmente progressivement. b) Statuts socio-professionnels 1- Les 13 nouveaux dossiers Statuts socioprofessionnels : retraités : 8 bénéficiaires AAH/AT : 5 Rappel 2012 Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

9 2. File active 2013 ( 78 personnes) Statuts socioprofessionnels : retraités : 58 bénéficiaires du RSA : 5 bénéficiaires AAH/AT : 9 NR : 6 c) Répartition par nationalités Parmi les 14 dossiers ouverts : File active 2013 ( 78 personnes) 74% des résidents suivis par Intermed sont des Etrangers hors UE. Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

10 3) Analyse des problématiques d appel Ne sont saisies par les médiatrices santé que les problématiques qui ont initialement motivé l ouverture d un dossier. Il ne s agit donc pas d une analyse exhaustive des problématiques effectivement suivies. En effet, il se peut qu une problématique d appel masque une ou plusieurs autres qui se révèlent ultérieurement. 1- Pour les 13 nouveaux dossiers - 14 problématiques repérées, pour 11 personnes. - 3 doubles problématiques (1 «addiction/somatique», 1 «addiction/santé mentale» et 1 «santé mentale/ somatique») - 8 problématiques seules Dossiers ouverts en 2013 rappel 2012 Les problématiques somatiques / poly-pathologies sont largement majoritaires : un total de 14 situations vs 4 en Les problématiques d addiction sont en baisse, comparé à 2012 mais celle repérées comme relevant de la «santé mentale» sont en hausse. 2- File active 2013 ( 78 personnes) Problématiques repérées pour 75 des bénéficiaires (3 non renseignés) : A noter que : - 3 résidents présentent des triples problématiques - 25 présentent des doubles problématiques - 47 présentent des problématiques seules 2013 Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

11 II. INTERMED EN CHIFFRES : MEDIATIONS / COORDINATIONS et RESULTATS 1) Les médiations/coordinations L augmentation sensible du nombre de médiations/coordinations (+29 % par rapport à 2012) reflète la forte complexification des situations d une part, l augmentation de la file active tout au long de l année d autre part. Cette augmentation est cependant à relativiser quelque peu puisque l année 2012 avait été marquée par des difficultés de saisies lors du remplacement de Priscille Dubourg. L année 2013 a au contraire connu une bonne stabilité (cf. introduction). Total des actes de médiation/coordination sur les 12 mois de la période : 3 425, (+29 % par rapport à 2012), soit près de 44 actes par personne suivie. 1 (contre 41 en 2012). Ces actes de médiation/coordination se répartissant ainsi : En direction des résidents: 1775 En direction d Adoma (bailleur) Responsable de site, directeur d agence, voire ouvrier de maintenance : 499 En direction des aidants (famille, voisins, associations ressources) : 191 En direction des acteurs du champ sanitaire : 654 En direction des acteurs du champ social et médico-social : 306 8% 24% 54% 3% 11% Ce chiffre n est qu une moyenne et comme telle, masque de fortes disparités entre les dossiers ne nécessitant que quelques actes et des dossiers, beaucoup plus complexes, nécessitant un véritable parcours d accompagnement et un nombre beaucoup plus élevé de médiations et coordinations. Un logiciel de saisies de l activité plus performant nous permettrait une analyse beaucoup plus fine. Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

12 Champ sanitaire : 654 coordinations (vs 629) Médecine de ville : 322 (vs 349) Généralistes : 111 Spécialistes : 56 IDE libérales : 141 ASD 3 Maisons de soins : 10 Réseaux de santé : 1 Secteur hospitalier : 207 (vs 171) CH : 207 Santé mentale : 43 (vs 9) CHS 17 CMP 26 Autres : 67 (vs 80) Ambulances 48 Pharmacies 12 Biologie 7 Urgentistes : 4 (vs 4) SAMU 3 Pompiers 1 Equipes mobiles psy : 11 (vs 16) Champ social et médico-social : 306 coordinations (vs 206) Services sociaux : 110 (vs 99) CCAS 11 Secteur CG 43 hôpitaux 56 Maintien à domicile : 86 (vs 28) Auxiliaire de vie 80 Téléalarme 2 Portage de repas 4 Autres institutions : 43 (vs 46) CPAM 15 Caisse retraite 2 Mutuelle 16 Mairie 9 Préfecture 1 Tutelle/curatelle : 67 (vs 33) Tiers/Environnement : 690 coordinations (+87%) (vs 369) Adoma/Intermed : 499 (vs 284) RER/OM 242 Intermed 147 RIS 110 Proches/associations : 191 (vs 85) Associations 18 Famille/aidants 173 Commentaires : Champ sanitaire : Le nombre de coordinations est en relative hausse du fait principalement d une nette augmentation des coordinations avec la psychiatrie : 3 situations particulièrement lourdes sur Montélimar ont fait l objet de ces coordinations. Champ social et médico-social : Après avoir connu une baisse entre 2011 et 2012, les indicateurs sont à nouveau nettement à la hausse, notamment en ce qui concerne le travail lié au maintien à domicile pour quelques situations très chronophages ; ainsi que pour le travail mené avec les curateurs en forte hausse en Tiers/Environnement : L écart des chiffres ne signifient pas pour autant une hausse du nombre des coordinations. Il s agit là avant tout d un problème de saisies en Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

13 2) les résultats Par «résultat», nous entendons, toute prise en charge, prise de relais, dossier ouvert ou réponse effective à sollicitation. Ceci inclut, notamment, rendez-vous accordé, hospitalisation, mesure d aide à domicile, ouverture de droits etc. Il s agit, certes, d une donnée très globale mais qui, en terme de ratio «coordinations/résultats», peut donner des indications précieuses d évolution dans le temps d une dynamique de réseaux de proximité ou rendre compte de la complexité des coordinations par champ ou secteur professionnel. Nombre total pour la période : 586 (+22% par rapport à 2012). Une très forte hausse de résultats. Par contre, ces chiffres favorables pointent un peu moins de 6 actes pour 1 résultat contre un peu de moins de 5 actes pour 1 résultat en Un autre indicateur de la complexification des situations. Sur ce semestre, les résultats se répartissent ainsi : Champ sanitaire 379 Champ social et médico-social 72 Environnement % 9% 79% La part des résultats enregistrés dans le champ sanitaire a nettement augmenté.

14 Champ sanitaire : 380 résultats (vs 382) Médecine de ville : 217 (vs 218) Généralistes consultations réalisées 28 Spécialistes consultations réalisées 90 Intervention IDE libérales 96 Soins de suite 3 Santé mentale : 11 (vs 3) Entrées organisées en CHS 0 Suivis CMP 11 Autres : 81 (vs 112) Pharmacies 31 Biologie 12 Ambulances 38 Secteur hospitalier : 65 (vs 41) Hospitalisations somatiques (dont 11 en urgence) 33 Retours d hospitalisation (dont 5 non préparée) 30 SPDT/SDRE 2 Urgentistes : 2 (vs 5) SAMU 1 Pompiers 1 Equipe mobile psy : 4 (vs 3) Champ social et médico-social : 72 résultats (vs 42) Accès aux droits : 17 (vs 18) Médecin traitant désigné 2 Mutuelle 1 Droits CPAM 1 ALD 4 CMU 1 Autres droits mis à jour 6 Mesures d aides exceptionnelles 2 Mesures d aides au retour à domicile : 1 (vs 0) Aide mutuelle 1 Aides à domicile : 45 Auxiliaires de vie 44 Portage de repas 1 Plans d aide : 7 (vs 4) APA 2 Aide sociale 1 MDPH 4 Mise sous tutelle : 2 (vs 1) Tiers / Environnement : 135 Résultats (vs 58) Logement : 12 (vs 3) Entrée EPAHD 8 Adaptation du logement 1 Accès logement autonome 3 Proches/associations : 123 (vs 55) Interventions d associations 23 Interventions d un tiers 100 Commentaires Champ sanitaire : Sur un ensemble assez stable, on note une hausse du nombre d hospitalisations dont 1/3 en urgence, et une hausse logique des résultats dans le champ de la psychiatrie. Champ social et médico-social : Stabilité Tiers/Environnement : La veille solidaire est une tendance qui se développe d année en année (entre voisins notamment). A noter également, des entraves : 6 refus de la personne Ainsi que 2 synthèses. Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

15 III. INTERMED EN CHIFFRES : ZOOM SUR LES RESIDENTS DE PLUS DE 60 ANS, ETRANGERS HORS UE En 2013, Intermed a accompagné 55 étrangers hors UE de plus de 60 ans. A fin 2013, 42 d entre eux étaient encore suivis soit 73% du total des dossiers suivis. 13 dossiers ont donc été clôturés au cours de l année. A noter que la durée de prise en charge de ces 13 dossiers clôturés fut d environ 41 mois, soit près de 3 ans et 6 mois. Rappel de la durée moyenne de suivi de l ensemble des dossiers : 2 ans et 7 mois. Caractéristiques des 55 bénéficiaires 2013 : - 20 sont ouverts depuis sont ouverts depuis depuis en en en 2013 Répartition - 33 personnes sur le Valentinois (74%) - 22 personnes sur Montélimar (71%) Problématiques Somatique : 26 Poly-pathologies : 17 Vieillissement : 18 Addictions : 4 Handicap : 1 Santé mentale : 6 A fin 2013 : 32 dossiers sont actifs (soit 70% du total des actifs) 11 dossiers sont en veille (85 % du total des veilles). Statut : La plupart touchent leur retraite (52 personnes, 1 RSA et 2 NR) Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

16 IV. LES SPECIFICITES DE LA MISSION EN 2013 (Priscille Dubourg) 1) Continuité du travail partenarial Le travail partenarial continue de se développer et de s'approfondir. 1) Citons les relations avec les mandataires judiciaires de différents organismes, particulièrement investis cette année autour de situations complexes de résidents sur Valence et Montélimar. 2) Citons également le travail qui se poursuit avec les professionnels de la santé mentale : rencontre avec les équipes des GEM (Groupe d'entraide Mutuelle) de Montélimar et Valence, du CMP et du CMP géronto-psychiatrique de Montélimar. Au-delà du champ spécifique de la santé mentale, la prise en charge en médecine générale de patients souffrant de pathologies psychiatriques reste complexe. En effet, le parcours de soins généralistes est "calibré" pour des personnes autonomes. Voir ci-dessous une vignette illustrant ce propos : Un résident, avec des troubles mentaux manifestes, devait avoir une intervention chirurgicale avec une anesthésie générale. Comme le médecin n'a pas dialogué avec lui à l'hôpital, le résident imaginait sortir dès le soir même en moto, faire ses pansements avec du papier toilette et du scotch puis enlever ses fils avec un cutter. Là encore une médiation a été indispensable, pour prévoir et surtout expliquer au résident la nécessité d'une hospitalisation complète puis d'un passage infirmier à domicile. 2) Pour une approche collective : Le partenariat avec l'association ALIF s'est poursuivi autour de temps collectifs avec également cette année un suivi individuel pour quelques situations. Les temps collectifs ont porté sur les thèmes de l'alimentation (difficulté de cuisiner quand on est seul, équilibre de l'alimentation, etc.) et des questions administratives ; questions qui restent source de beaucoup de difficultés pour les résidents : incompréhension et sentiment de ne rien pouvoir maitriser devant la complexité grandissante des démarches, colère et sentiment très fort d'injustice Ainsi ce monsieur qui a vu son allocation vieillesse suspendue pendant plusieurs mois : " j'ai toujours été tout droit, je garde tous mes papiers et maintenant ils me coupent la solde" ou cet autre résident répétant "mais j'ai jamais, jamais dépassé (le temps de séjour hors du territoire français) pourquoi ils me font ça?". Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

17 Un travail en groupe réunissant des résidents souffrant de la même pathologie : Nous avons aussi proposé plusieurs rencontres collectives à 3 ou 4 résidents souffrant de maladie grave et chronique. Ces temps d'échanges ont été très investis par ces résidents. Il y a été question de la maladie, des hospitalisations à répétition, du sentiment de se sentir parfois traité comme un objet par des médecins. Il a été aussi question de l'isolement, du repli sur soi, du vieillissement, de ce que l'on perd ou pas. "je ne peux plus courir, mais on peut rigoler quand même encore". Les problématiques de la traduction Ce travail de traduction et d'accompagnement a notamment permis la prise en charge d'un résident par l'équipe de géronto-psychiatrie du CMP. Enfin nous évoquerons le recours à une traduction ponctuelle avec ALIF pour trois résidents parlant très peu français (anciens combattants marocains), quand les autres résidents qui les aidaient habituellement étaient absents ou lors de situations plus complexes. Il s'avère souvent difficile pour un résident à qui l'on demande de traduire des explications sur une maladie, un traitement, de s'adapter à la compréhension de son interlocuteur. Car audelà de la langue c'est la démarche d'éducation thérapeutique qui est en jeu et qui elle, ne se traduit pas facilement. Parfois aussi le résident à qui on demande de traduire est trop pris par sa propre vision de la situation pour pouvoir réellement retransmettre ce qui est dit. Comme ce résident ayant des troubles cognitifs et dont le fils souhaitait un retour au pays : le voisin, qui traduisait jusque là, n'a pas traduit mais seulement répété "de toute façon ce n'est pas le fils qui décide pour le père, alors ce n'est pas la peine de discuter de ça...". Enfin, un important travail partenarial s'est poursuivi avec les associations d'aide à domicile. Si plusieurs personnes qui bénéficiaient d'interventions à domicile sont retournées au pays ou dans leur famille du fait de l'aggravation de leur état, deux nouvelles interventions ont aussi été mises en place. 3) Les changements d'intervenants Comme évoqué en introduction, nous avons débuté une intervention en alternance entre Priscille Dubourg et une seconde infirmière, Véronique Giguet sur les résidences de la Drôme. Le premier bilan effectué sur ce mode de fonctionnement en fait ressortir la richesse quant à l'échange et l'analyse des situations rencontrées. Cela permet souvent une approche renouvelée dans le suivi des résidents. Nous restons par ailleurs l'une ou l'autre disponible par téléphone pour les professionnels. Un point d'attention pour l'avenir concerne le démarrage de nouveaux suivis, à un moment où il peut être difficile pour un résident de ne pas voir toujours la même personne. Fanny Laurent, psychologue, a cessé son intervention sur la résidence des Iris en août 2013 après un travail riche auprès des résidents et des professionnels de la santé mentale. Nous réfléchissons actuellement à la meilleure manière de poursuivre ce travail effectué pour l'essentiel en accompagnement individuel. Signalons enfin la création du poste de Responsable Insertion Sociale (RIS) au sein d Adoma. Le travail essentiel de collaboration et d'échanges déjà initié avec Maryline Macaire se poursuit dans les différentes résidences. Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

18 4) Le relogement de résidents Un autre point concerne le relogement des résidents des Iris à Bourg-lès-Valence, après la fin des travaux de rénovation. Tous les résidents ont donc intégré des logements autonomes (studios) en septembre Nombre de résidents sont très satisfaits de cela et apprécient la tranquillité et l'autonomie. Cependant certains et particulièrement des migrants âgés pointent aussi les difficultés rencontrées. Ils se sentent confinés dans un petit espace "c'est tout petit, pour faire la cuisine c'est dans la chambre", "les lavabos sont petits, on ne peut plus laver le linge". D'autres mettent en avant l'isolement : "on n'entend pas de bruit", "on dit bonjour à personne". Cet isolement est particulièrement préjudiciable pour quelques personnes les plus en retrait, car la fonction minimale de veille des voisins est perdue. Même sans avoir développé de liens particuliers, les voisins pouvaient cependant alerter s'ils n'entendaient plus un résident, ou en avaient vu un autre très perturbé Dans ce contexte, la dimension de veille et de rupture de l'isolement est encore renforcée pour la mission santé. Pour certains migrants âgés cet isolement est très fort, car la famille est au pays, et les liens sociaux étaient surtout liés au travail. Il y avait peu d'investissement en dehors du travail y compris avec les autres résidents. Ce qui était "travail+chambre" est alors devenu à la retraite "chambre". La mission santé s'efforce alors de recréer ce lien, directement avec la personne mais aussi en sollicitant régulièrement les voisins, pour une veille, un service à rendre V. ECLAIRAGES SUR CERTAINES PROBLEMATIQUES RENCONTREES PAR LA MISSION SANTE 1) S'adapter C'est une question centrale de notre pratique auprès de personnes en précarité. Illustrons-la par une situation récente. L'état d'un monsieur diabétique, jusque là traité par des antidiabétiques oraux nécessite un passage à des injections d'insuline et une surveillance de la glycémie trois fois par jour. Nous commençons par prendre le temps d'explorer avec ce résident les bouleversements que cela va entrainer pour lui, et sa réaction face aux nouvelles contraintes. Après une longue concertation avec le résident et en ayant averti son médecin, nous convenons de limiter l'intervention à l'injection du matin. Ce résident est en effet la plupart du temps absent de son domicile et sans repères horaires. Puis nous prenons contact avec des cabinets d'infirmiers. L'un d'eux nous répond "nous on ne commence pas à marchander (sic) sur le nombre des passages, soit on fait tout ce qu'il y a écrit sur la prescription, soit ce n'est pas la peine. De toute façon on va arriver à un moment où on leur dira, il faut savoir ce que vous voulez". Cet exemple parait caractéristique à la fois d'une méconnaissance de la prise en charge d'un public précaire mais aussi d'un malentendu sur la question de l'adaptation. Ce professionnel l'entend comme une volonté du patient de dicter sa loi, de "n'en faire qu'à sa tête". Alors qu'il est ici question de prendre en compte la réalité de vie de cette personne, avec sa fragilité, ses limites. Il s'agit aussi de sortir d'une logique du "tout ou rien". Le choix n'est pas entre un suivi strict du protocole, probablement voué à l'échec dans ce cas précis, et un refus de prise en charge. Il faut envisager un schéma médical Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

19 peut-être moins performant mais qui, prenant en compte le mode de vie de la personne, pourra s'inscrire dans la durée. Il est primordial de connaitre d'abord le mode de vie de la personne. Celle-ci est en effet très limitée dans ses capacités de verbalisation avec les professionnels. Du coup elle va être elle-même dans le tout ou rien : refuser en bloc, ou accepter sans oser dire non, pour mettre ensuite en échec. On va donc partir d'abord du concret : "et le matin vous vous levez à quelle heure, vous sortez après? et vous rentrez quand dans la chambre?" et si la personne nous répond par exemple "je rentre quand il fait nuit" sans repère plus précis, on comprend qu'un passage infirmier à 18h va pouvoir fonctionner l'hiver mais sûrement poser un problème aux beaux jours Une telle approche prend du temps et suppose surtout de ne pas «normer» la prise en charge, ce qui est un énorme défi dans le monde médical. Le sentiment que le patient abuse, qu'il n'y met pas de bonne volonté y est en effet vite évoqué. Ce sentiment peut sembler compréhensible parfois, mais il part souvent d'une intervention qui ne tient pas réellement compte des possibilités de la personne. Il faudrait aussi ajouter que tout cela traduit un ressenti subjectif de la part du soignant. La difficulté est que bien des professionnels n'ont pas conscience de la relativité de leur analyse de la situation. Un exemple serait la prise des RDV médicaux : une secrétaire va demander si la personne travaille pour fixer l'heure du RDV, mais elle n'imagine pas que la personne a toutes sortes d'autres contraintes : quelle est l'heure du dernier bus? Est-ce le temps du Ramadan? Le voisin qui doit m'accompagner pourra t-il être là? Ce qui ne veut pas dire qu'il faille tout accepter bien sûr, mais plutôt entrer dans une forme de négociation afin d'arriver à une solution correcte pour chacun. Il reste que cette adaptation mutuelle demande un effort, du recul et un questionnement sur ses propres pratiques et représentations. Pour certains professionnels déjà très sollicités, il est alors tentant de "choisir" les patients qui vont entrer dans un moule prédéfini et leur permettre de rester en terrain connu. Nous conclurons en redisant l'importance des médiations effectuées par intermed pour permettre puis faciliter dans la durée de telles prises en charge. 2) S'inscrire dans la durée Le suivi s'apparente, pour certains résidents en grande fragilité, à un long compagnonnage où l'on est présent, à côté, à écouter ce qui se vit pour la personne, à saisir les moments d'ouverture, à faire alors une proposition d'aide. Certaines personnes ont ainsi accepté par exemple l'intervention d'une aide à domicile ou d'un infirmier libéral après des années de suivi. Mais même lorsqu'il ne s'agit pas de résultats tangibles comme une orientation ou une intervention à domicile, la rupture de l'isolement est en soi essentielle. Comme nous l'avons déjà évoqué, certains résidents ont très peu, voire pas du tout de lien social. Certains n'ont pas de demande non plus. Tel ce résident âgé : "de toute façon je suis vieux, ils ont plus besoin de moi, maintenant je sers plus à rien". Ce sont des personnes qui peuvent rester invisibles, sans vagues, sans plainte. Là encore c'est la durée de l'accompagnement, le lien créé qui va permettre parfois de remettre de la vie, de l'envie, premier pas indispensable, avant de pouvoir aussi avancer dans les soins, l'accès aux droits, la reprise d'une vie sociale. Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

20 3) Le risque de l'usure Enfin nous évoquerons le phénomène d'usure que l'on repère chez certains professionnels notamment envers les personnes souffrant d'addictions. Citons ce discours certes caricatural d'un urgentiste : "de toute façon ces gens-là je les connais, ce n'est pas la peine de les garder. On ne va pas les sauver. Il ne veut pas arrêter de boire et bien il va tomber dans les escaliers, se faire un hématome cérébral et mourir et voilà". Cela exprime bien cette lassitude devant le manque de résultats apparents surtout si l'on se place dans une logique du guérir et non du prendre soin. Il est essentiel de sortir de la vision maladie/guérison et plus largement du schéma problème/solution. Chez ces personnes, la rupture de l'isolement et la mise en place d'un accompagnement durable participent en elles-mêmes d'une démarche indispensable de restauration de leur dignité. Il faut aussi réaffirmer un enjeu essentiel : penser et agir en étant convaincus que les personnes ont des ressources que nous ne connaissons pas, que notre évaluation d'une situation peut et doit toujours évoluer, s'adapter. 4) Quand la dépendance s'installe Quand la dépendance s'installe ou s'aggrave se posent à nouveau les questions du maintien à domicile : dans certains cas des réévaluations des plans d'aide ont été faites et ont permis aux personnes de rester à domicile dans des conditions correctes. Mais l'inquiétude grandit alors souvent chez les personnes du fait en particulier de leur isolement. Nous dialoguons autour des différentes solutions possibles : la plupart des résidents font alors le choix d'un retour définitif au pays. Certains sont allés vivre chez l'un de leurs enfants résidant en France, même si cette situation est évoquée comme un pis-aller. Aucun ne fait le choix délibéré d'entrer en établissement, même si cela s'est produit pour des résidents n'ayant plus de liens familiaux. On nous demande alors parfois si cela est lié à des freins culturels. Mais ce facteur est rarement mis en avant. Les réticences les plus fortes concernent la peur de perdre sa liberté "c'est comme la prison, on ne peut pas sortir quand on veut, on ne choisit pas ce qu'on mange", "et si on est deux dans la chambre, ce n'est pas possible" ainsi que l'aspect financier. "Il ne restera plus rien pour les enfants" ou "je n'aurai plus rien pour acheter ce que je veux". Comme beaucoup de personnes âgées, les résidents ont du mal à faire ces passages définitifs. Ils continuent alors le plus longtemps possible les allers-retours au pays, souvent "trop" longtemps de notre point de vue de soignants. Comme pour toute personne âgée, la problématique devient alors de trouver l'équilibre entre sécurité et respect de la liberté de choix du résident. Des accompagnements ont pu être très positifs en ce sens quand le dialogue a pu s'établir sur cette base avec les différents professionnels (médecin traitant, hôpital, assistantes sociales, etc.). Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

MEDIATION ET COORDINATION SANTE

MEDIATION ET COORDINATION SANTE MEDIATION ET COORDINATION SANTE Résidence sociale Adoma «Les Marronniers» BOURG EN BRESSE Bilan d activités 2011 Bilan 2011 Dispositif Bourg-en Bresse 1 I / PRESENTATION DE LA MISSION ET DU CONTEXTE DE

Plus en détail

Collectif Santé Précarité Montpellier. Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM

Collectif Santé Précarité Montpellier. Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM Au menu de la rencontre : préparation du 17/10/10 - Etat des lieux : Alerte dégradation accès aux droits et aux soins

Plus en détail

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE Chapitre 116 La Permanence d Accès aux Soins de Santé A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE 1. La loi d orientation du 29 juillet 1998 La loi d orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support Le Service Social Hospitalier en Cancérologie Formation des IDE aux soins de support 25 et 26 février 2010 Les missions du S.S.H Cadre légal : le décret 93-652 du 26 mars 1993. Aider les personnes, familles

Plus en détail

L engagement en pratique des gestionnaires de cas

L engagement en pratique des gestionnaires de cas L engagement en pratique des gestionnaires de cas Cyrille Lesenne Président de l'association Française des Gestionnaires de Cas (AFGC) Samuel Lesplulier Vice Président de l AFGC La gestion des cas La gestion

Plus en détail

Protection juridique des Majeurs

Protection juridique des Majeurs Protection juridique des Majeurs Activité 2011 Assemblée Générale du 15 mai 2012 ASMI OMSR Association de Santé Mentale de l Isère - Office Médico-Social de Réadaptation 12 rue des Pies 38360 Sassenage

Plus en détail

MEDIATION ET COORDINATION SANTE. En résidences sociales Adoma Auvergne

MEDIATION ET COORDINATION SANTE. En résidences sociales Adoma Auvergne MEDIATION ET COORDINATION SANTE En résidences sociales Adoma Auvergne Bilan d activité Année 2014 Décembre 2014 Intermed Auvergne - Bilan d activité 2014 Une action réalisée avec le soutien financier de

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers FORMADOC 2- Loire 2011-2012 Julie Kalecinski Vanessa Dutertre Franck Chauvin Centre

Plus en détail

Sur les Foyers et Résidences Sociales de Seine-Maritime

Sur les Foyers et Résidences Sociales de Seine-Maritime DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE REFERENTIEL «ACCOMPAGNEMENT A L INTEGRATION ET A L ACCES AU DROIT COMMUN DES RESIDENTS» Sur les Foyers et Résidences Sociales de Seine-Maritime 1 Sommaire

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Les personnes âgées immigrées en foyer de travailleurs migrants ou en résidence sociale : de qui parle-t-on? 3

Les personnes âgées immigrées en foyer de travailleurs migrants ou en résidence sociale : de qui parle-t-on? 3 Mars 2015 Accompagner les personnes âgées immigrées en foyer de travailleurs migrants et résidence sociale : assurer une aide administrative socio-sanitaire et une fonction d interface avec les services

Plus en détail

AMENAGER LE QUOTIDIEN

AMENAGER LE QUOTIDIEN AMENAGER LE QUOTIDIEN Aides financières, humaines et matérielles Formation Aide aux Aidants / Octobre 2008 Syndicat Intercommunal de la Vallée de l'ondaine, 44 Rue e la Tour de Varan, 42700 FIRMINY 1 Aides

Plus en détail

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous,

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous, Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE Pour vous et chez vous, Un service d'aide et d'accompagnement lors de difficultés passagères de la vie quotidienne. Au sommaire de ce numéro 11 L'intervention à domicile et

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

Définition, missions, fonctionnement des EHPAD Dr Sylvie HAULON Gériatre Chef de Service Hôpital Emile ROUX Hôpitaux universitaires Henri Mondor Problématiques Comment prendre en charge la dépendance de

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS?

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1 I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? II. POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1. LES BESOINS SANITAIRES ET SOCIAUX IDENTIFIES 2. LA VOLONTE POLITIQUE POUR REDUIRE LES INEGALITES SOCIALES

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Dr Thierry VIMARD. Madame Pascale PERDON. Réseau L Estey Bordeaux.

Dr Thierry VIMARD. Madame Pascale PERDON. Réseau L Estey Bordeaux. Soins Palliatifs à domicile, l'indispensable réunion de concertation pluridisciplinaire. Congrès de Montréal. Mai 2013. Atelier C6. Dr Thierry VIMARD. Madame Pascale PERDON. Réseau L Estey Bordeaux. ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

«Structure ressource au service des acteurs de la coopération et de la solidarité internationales en Savoie»

«Structure ressource au service des acteurs de la coopération et de la solidarité internationales en Savoie» «Structure ressource au service des acteurs de la coopération et de la solidarité internationales en Savoie» Quelle origine? Une action volontariste initiée en 1986 par le Conseil général Une orientation

Plus en détail

COMMUNICATION. Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires. Portraits de résidents sur la toile

COMMUNICATION. Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires. Portraits de résidents sur la toile Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires Portraits de résidents sur la toile I Portraits-video de gens ordinaires : des témoignages pour faire taire les préjugés

Plus en détail

Décembre 2014 RAPPORT ANNUEL 2014. Mission Apprentissage. Service Emploi - Concours

Décembre 2014 RAPPORT ANNUEL 2014. Mission Apprentissage. Service Emploi - Concours Décembre 2014 RAPPORT ANNUEL 2014 Mission Apprentissage Service Emploi - Concours Rapport annuel 2014 Mission Apprentissage P a g e 1 PREAMBULE En 2013, 31 contrats d apprentissage ont été signés, contre

Plus en détail

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Présentation : Agnès ROCHE : CDS enfance depuis 2010 auparavant responsable éducatif enfance sur le

Plus en détail

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Société gérontologique de Normandie Société gérontologique de Normandie 1 Projet Régional de Santé Un ensemble coordonné et structuré

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Travail social en milieu hospitalier et cancer. Formation des IDE aux soins de support 12 Février 2015

Travail social en milieu hospitalier et cancer. Formation des IDE aux soins de support 12 Février 2015 Travail social en milieu hospitalier et cancer Formation des IDE aux soins de support 12 Février 2015 Missions du service social hospitalier Selon le décret 2014-101 du 6 février 2014 Aider les personnes,

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

Livret d accueil. Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours. www.bonsecours.fr

Livret d accueil. Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours. www.bonsecours.fr Livret d accueil Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours www.bonsecours.fr EDITO Chère Madame, Cher Monsieur, Le bien-être de nos Aînés est une préoccupation essentielle de votre municipalité.

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

Enjeux du développement durable. Faire reculer la pauvreté et rompre avec la précarité

Enjeux du développement durable. Faire reculer la pauvreté et rompre avec la précarité 4 Action sociale Fiche Axe 3 Garantir la cohésion sociale, l'accès à la ville pour tous, intégrer les habitants et améliorer la qualité de vie Enjeux du développement durable Faire reculer la pauvreté

Plus en détail

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination Mardi 3 ème rencontre nationale des Réseaux de santé Personnes Agées CLIC, Réseaux, MAI CLIC et développement de la coordination Intervention : Yvelise ABECASSIS, présidente A.N.C.CLIC - Association Nationale

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE RENOUVELLEMENT URBAIN Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE Journée du 23 janvier 2007 Sommaire 1 - Les grandes étapes 2 - Les relogements effectués au 31/12/2006 3 - Les

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais. : première étape vers une démarche territoriale de santé. Mai 2010

Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais. : première étape vers une démarche territoriale de santé. Mai 2010 Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais : première étape vers une démarche territoriale de santé Mai 2010 Sommaire La méthodologie Les caractéristiques des acteurs interrogés Les problématiques pointées

Plus en détail

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT FORMATION RÉGIONALE DES AIDES SOIGNANTES VENDREDI 20 MARS 2015 Florine MAGRIN Assistante sociale CHRU Besançon Odile ROMANET Cadre

Plus en détail

Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR?

Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR? Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR? EN PROLOGUE Les personnes âgées qui doivent arrêter de conduire vivent

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Objectif AOI Accompagner une amélioration de la santé dentaire de populations démunies Pays en développement France AOI - France - Val de Marne Faciliter

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Guide pratique : questions-réponses

Guide pratique : questions-réponses Lyon, le 22/09/04 L Inspecteur d Académie, Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale à InspectionAcadémique Politique de santé en faveur des élèves Service médical - Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie 1 UN PROJET PORTÉ PAR 3 CLIC Février 2007 : début de la réflexion à l initiative de 3 CLIC. 2007 : financement d un accompagnement

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Synthèse des échanges du CCRPA du 17 mai 2013, à NANTES Thème de la journée : la santé et l accès aux soins 31 participants

Plus en détail

La Maison. Départementale. des Personnes. Handicapées

La Maison. Départementale. des Personnes. Handicapées La Maison Départementale des Personnes Handicapées 0 800 31 01 31 Depuis son installation en 2006, la Maison Départementale des Personnes Handicapées assure le rôle de guichet unique départemental pour

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009 Le handicap au quotidien. J émettrai d abord une question : qu est-ce que le handicap? Pour moi, c est seulement une façon différente de penser, d être, d exister et de fonctionner. Je revendique mon statut

Plus en détail

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Depuis le 6 juin 2012, l Etablissement Public de Santé Mentale a intégré des locaux neufs et adaptés. Chaque patient

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines Direction de l action sociale, de l habitat et de la santé publique 12 ème congrès national des ORS Territoires et Santé des populations 9 et 10 novembre 2010 Enquête sur la santé des résidents des foyers

Plus en détail

Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins»

Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins» Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins» Deuxième édition Septembre 2010 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Générale de Santé Echantillon : 967 personnes,

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Pour les modalités d admission, de suspension ou d interruption, se référer au livret d accueil.

Pour les modalités d admission, de suspension ou d interruption, se référer au livret d accueil. PREAMBULE : Le présent règlement de fonctionnement décrit les modalités mises en œuvre par le service pour remplir sa mission. Il est le garant du respect du droit commun qui s applique à tout citoyen

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Fiche de poste Infirmier

Fiche de poste Infirmier Fiche de poste Infirmier Description du métier 1 Activités principales Pratiquer des soins infirmiers en direction des personnes âgées dépendantes pour maintenir un état de santé satisfaisant et prévenir

Plus en détail

territ Contact : Ministère Bureau.scf

territ Contact : Ministère Bureau.scf Le «Pacte Bureau.scf territ oire-santé» Pour lutter contre les déserts médicaux 13 décembree 2012 DOSSIER DE PRESS SE Contact : Ministère des Affaires sociales et de la santé 01 40 56 60 65 Communiqué

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE DOSSIER DE PRESSE Signature de la convention entre la Ville

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Fiche action 3 Accompagnement des personnes en situation de précarité

Plus en détail

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Synthèse des réunions des conférences de territoire (Rouen-Elbeuf : 04 mars 2013, Dieppe : 05 mars 2013, Le Havre : 06 mars 2013, Evreux-Vernon : 08

Plus en détail

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux.

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux. POSITION DE L UNPS SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE ÂGÉE EN PERTE D AUTONOMIE Présentation de l UNPS L Union Nationale des Professionnels de Santé (UNPS) est l institution crée par la loi qui regroupe

Plus en détail

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement Dossier de presse Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement 7 janvier 2015 Communiqué de presse Campagne de communication «Pas de relations sexuelles sans consentement» «Pas

Plus en détail

Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active

Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active Paris, le 2 juillet 2008 Dossier de presse Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active Le revenu de Solidarité active vise à encourager le travail, à faciliter

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE ASSOCIATION PARTICIPANT AU SERVICE PUBLIC HOSPITALIER 15 Quai de Dion Bouton 92816 PUTEAUX Cedex www.santeservice.asso.fr Qu est-ce que l hospitalisation à

Plus en détail

MEDIATION ET COORDINATION SANTE. En résidences sociales Adoma de Haute-Savoie

MEDIATION ET COORDINATION SANTE. En résidences sociales Adoma de Haute-Savoie MEDIATION ET COORDINATION SANTE En résidences sociales Adoma de Haute-Savoie Bilan d activité Année 2013 Réseau Intermed Haute-Savoie Bilan d activité 2013 Mars 2014 Réseau Intermed Haute-Savoie Bilan

Plus en détail

Accès aux soins dentaires d une population précaire. Relais Georges Charbonnier et CHU de Poitiers

Accès aux soins dentaires d une population précaire. Relais Georges Charbonnier et CHU de Poitiers Accès aux soins dentaires d une population précaire Relais Georges Charbonnier et CHU de Poitiers Relais Georges Charbonnier à Poitiers RGC: Structure à facettes multiples, composée des CCAS: Centre Communal

Plus en détail

ARPEIJE «Soutien aux personnes en difficulté face à l'emploi» Projet associatif

ARPEIJE «Soutien aux personnes en difficulté face à l'emploi» Projet associatif ARPEIJE «Soutien aux personnes en difficulté face à l'emploi» Projet associatif Mars 2009 54 rue du moulin de Pierre 92140 Clamart 01 41 90 65 80 http://www.arpeije.fr/ ARPEIJE projet associatif 1 Qu est

Plus en détail

Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE

Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins de mai 2007 Docteur Irène Kahn-Bensaude Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE Le plan psychiatrie et

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour,

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour, Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94 Bonjour, Je me présente : J ai une formation de base d ergothérapeute et d infirmièreassistante sociale spécialisée en psychiatrie et comme pour faire, j ai

Plus en détail

La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention

La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention Réduction du Risque Tabac des Publics Précaires: collaboration médico sociale au sein d une structure d accueil Ou comment

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Fiche 1 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic

Plus en détail

Les projets personnalisés en Ehpad. Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne

Les projets personnalisés en Ehpad. Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne C É A S Les projets personnalisés en Ehpad Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne Octobre 2014 Centre d étude et d action sociale (CÉAS) de la Mayenne 6, rue de la Rouillière

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT «Une place pour chacun, une place pour tous»

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT «Une place pour chacun, une place pour tous» ACCUEIL DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP AU SEIN DES MODES D ACCUEIL PETITE ENFANCE LIVRET D ACCOMPAGNEMENT «Une place pour chacun, une place pour tous» Introduction... P 3 1 Une place pour chacun,

Plus en détail

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale SYNTHÈSE 2/12 INTRODUCTION Le programme régional d accès à la prévention et aux soins (PRAPS) est un programme destiné à tous les professionnels concernés par l accès à la prévention et aux soins ainsi

Plus en détail

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex C H M A D Service d Hospitalisation à Domicile Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101 77875 Montereau Cedex Secrétariat: 01 64 31 67 71 Médecin coordonnateur : 01 64

Plus en détail

Association AQAFI (Aquitaine Afrique Initiatives) 134, rue mondenard 33000 Bordeaux 05 56 44 87 99 / 06 62 83 83 55 aqafi@neuf.fr http://aqafi.

Association AQAFI (Aquitaine Afrique Initiatives) 134, rue mondenard 33000 Bordeaux 05 56 44 87 99 / 06 62 83 83 55 aqafi@neuf.fr http://aqafi. Association AQAFI (Aquitaine Afrique Initiatives) 134, rue mondenard 33000 Bordeaux 05 56 44 87 99 / 06 62 83 83 55 aqafi@neuf.fr http://aqafi.org Déclarée à la Préfecture de la Gironde sous le n W332005627

Plus en détail

Vivre et Vieillir Chez Soi

Vivre et Vieillir Chez Soi Vous avez besoin d être accompagné dans votre vie quotidienne ou dans votre parcours de santé et vous vivez dans les Hautes-Alpes. Vivre et Vieillir Chez Soi Avec ses six services médico-sociaux, l association

Plus en détail