MEDIATION ET COORDINATION SANTE. En résidences sociales Adoma du Valentinois et de Montélimar

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MEDIATION ET COORDINATION SANTE. En résidences sociales Adoma du Valentinois et de Montélimar"

Transcription

1 MEDIATION ET COORDINATION SANTE En résidences sociales Adoma du Valentinois et de Montélimar Bilan d activité Année 2013 Janvier 2014 Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

2 Une action réalisée avec le soutien financier de : Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

3 SOMMAIRE PREAMBULE... P.4 I - INTERMED EN CHIFFRES A DECEMBRE 2013 : LES BENEFICIAIRES 1) La gestion globale des dossiers... p.5 2) Analyse des bénéficiaires... p.7 3) Analyse des problématiques repérées initialement... p.10 II - INTERMED EN CHIFFRES : MEDIATIONS / COORDINATIONS et RESULTATS 1) Les médiations/coordinations... p.11 2) les résultats... p.13 III - INTERMED EN CHIFFRES : ZOOM SUR LES RESIDENTS DE PLUS DE 60 ANS, ETRANGERS HORS UE... P.15 IV- LES SPECIFICITES DE LA MISSION EN 2013 (P. Dubourg) 1) Continuité du travail partenarial... p.16 2) Pour une approche collective... p.16 3) Les changements d intervenants... p.17 4) Le relogement des résidents... p.18 V ECLAIRAGE SUR CERTAINES PROBLEMATIQUES RENCONTREES PAR LA MISSION SANTE 1) S adapter... p.18 2) S inscrire dans la durée... p.19 3) Le risque de l usure... p.20 4) Quand la dépendance s installe... p.20 PERSPECTIVES ET CONCLUSION... P.21 Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

4 PREAMBULE Intermed est une association loi 1901, créée en 2008 à l initiative d Adoma afin de mettre en œuvre des dispositifs de médiation et de coordination santé en direction des résidents les plus vulnérables et isolés logés en foyers et résidences sociales Adoma en région Rhône-Alpes. Il s agit d une structure de santé publique dont les objectifs sont : -Lutter contre l exclusion et la rupture de lien social en permettant aux personnes en difficulté de santé et/ou psychosociale d accéder à une plus grande autonomie. -Faciliter l accès aux soins et aux dispositifs de maintien à domicile pour tous les résidents en situations de vulnérabilité du fait de leur âge, de leur environnement et de leur isolement. -Mobiliser tous les réseaux pluridisciplinaires existants autour d analyses partagées et d actions mutualisées pour aller dans le sens d une évolution des représentations réciproques et des freins repérés, ainsi que d une prise en compte opérationnelle et pérenne des publics «perdus de vue» : une année de réorganisation : En premier lieu, l organisation de la mission a été modifiée plus précisément à partir de septembre Elle est désormais assurée par 2 infirmières diplômées d Etat qui travaillent en alternance dans le temps, mais sur les mêmes situations et ce pour un nombre total d heures de vacations identique au temps antérieur : 15 heures. Il s agit de Priscille Dubourg de l association Inter-santé d une part ; De Véronique Giguet, infirmière libérale d autre part. Toutes deux sont vacataires. La psychologue clinicienne Fanny Laurent, qui effectuait des vacations à hauteur de 3 heures hebdomadaires financées par le Fonds Européen d Intégration, a mis fin à son activité pour Intermed en Août Elle n a pas été remplacée. C est aussi le renforcement de l encadrement : Une deuxième coordinatrice a été recrutée en septembre Il s agit de Céline Herman, cadre social, qui assure désormais la coordination du dispositif Intermed dans la Drôme. Fabienne Diebold, qui coordonnait ce dispositif coordonne désormais les dispositifs du Rhône et de l Isère et assure une fonction ressource et expertise au plan régional. Contexte d intervention chez Adoma : Dans le département de la Drôme, Intermed couvre les 5 résidences sociales Adoma. Tout au long de l année 2013, Adoma a logé un total de 293 personnes sur l ensemble de ses 5 résidences sociales. On dénombre 178 résidents à fin 2013 (dont 94 résidents de plus de 60 ans) soit 53%. Ces publics ont une particularité dans ce département : la part non négligeable d anciens combattants marocains : 25 personnes à fin La nouvelle vocation du site les Lavandes destinée à l accueil de demandeurs d asile, a conduit Intermed à intervenir principalement sur les 2 autres sites Adoma les plus importants de la Drôme : Les Iris (Bourg les Valence) et Les Cigales (Montélimar). Cependant, Intermed a suivi 5 résidents très âgés sur les 7 qui sont encore logés sur le site Les lavandes. Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

5 I. INTERMED EN CHIFFRES A DECEMBRE 2013 : LES BENEFICIAIRES 1) La gestion globale des dossiers : Nombre de dossiers ouverts en 2013 : 13 (14 en 2012). Nombre de dossiers mis en veille en 2013 : 0. Cependant, avec les mises en veille précédentes, le nombre de dossiers en veille à la fin de l année 2013 s élève à 13. Nombre de dossiers clôturés en 2013 : 19 (vs 9 en 2012) ; soit 3 prises en charge effectives, mais aussi 2 décès, 7 retours au pays, et 6 sorties, 1 NR). File active : Durant toute l année 2013, le nombre total de personnes suivies en file active (compte tenu des clôtures survenues en cours d année) fut de 78 ; nombre en hausse puisqu il était de 72 en Communes Résidences Personnes suivies en 2013 Bourg-lès-Valence Les Iris 39 Bourg-lès-Valence Les Rondes 2 Valence Les Lavandes 5 Montélimar Les Cigales 30 Montélimar Les Rondes 2 total 78 En synthèse, à fin décembre 2013 : 59 personnes étaient encore suivies soit 33% de la clientèle Adoma de la Drôme : 46 dossiers actifs + 13 dossiers en veille Pour rappel, ce nombre était de 65 à fin 2012 soit une diminution de 9 %. Par ailleurs une dizaine de personnes ont été rencontrées de façon ponctuelle sur chacune des deux résidences principales, pour diverses demandes d'aide : prise de rendezvous médical, explication à propos d'un traitement... Ainsi, le nombre total de bénéficiaires d Intermed en 2013 fut de 88 personnes soit 30% de la clientèle «résidences sociales» d Adoma. Un ratio identique à celui de La courbe Intermed suit donc la progression de la courbe de la clientèle Adoma en hausse cette année. En résumé : Un nombre moindre de dossiers suivis en fin d année (59) comparativement à fin 2012 (65) mais une file active plus importante tout au long de l année (78) par rapport à l ensemble de l année 2012 (72) Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

6 a) Caractéristiques des publics suivis en Les 13 nouveaux dossiers Dossiers ouverts en 2013 Dossiers ouverts en 2012 (14) 2- Personnes rencontrées Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

7 b) Durée de prise en charge des dossiers Parmi les 78 dossiers suivis en 2013 : 17 % ont été ouverts au cours de l année % ont été ouverts au cours de l année % ont été ouverts au cours de l année % ont été ouverts au cours de l année % ont été ouverts en % ont été ouverts en 2008 Ainsi 49 % des dossiers sont suivis depuis 4 ou 5 ans : il s agit majoritairement des anciens combattants marocains. La durée de prise en charge des 19 dossiers clôturés fut en moyenne de 2 ans et 7 mois. 2) Analyse des bénéficiaires a) Par sexe et par âge 1- Les 13 nouveaux dossiers Concernant le genre 13 hommes Concernant les âges Tranches d âge : 30 ans : 0 entre 30 et 59 ans : 5 60 ans : femmes hommes Rappel 2012 [30;60] ans > 60 ans Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

8 2- File active 2013 ( 78 personnes) 77 hommes et 1 femme Soit : 76 % ont plus de 60 ans 55 % ont plus de 70 ans (43 personnes) Si 76% des bénéficiaires d Intermed ont plus de 60 ans, la part de ces publics vieillissant logés chez Adoma n est que de 53%. Les chiffres Intermed suggèrent donc une forte surreprésentation des résidents vieillissants. Même si le nombre des personnes d âge médian augmente progressivement. b) Statuts socio-professionnels 1- Les 13 nouveaux dossiers Statuts socioprofessionnels : retraités : 8 bénéficiaires AAH/AT : 5 Rappel 2012 Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

9 2. File active 2013 ( 78 personnes) Statuts socioprofessionnels : retraités : 58 bénéficiaires du RSA : 5 bénéficiaires AAH/AT : 9 NR : 6 c) Répartition par nationalités Parmi les 14 dossiers ouverts : File active 2013 ( 78 personnes) 74% des résidents suivis par Intermed sont des Etrangers hors UE. Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

10 3) Analyse des problématiques d appel Ne sont saisies par les médiatrices santé que les problématiques qui ont initialement motivé l ouverture d un dossier. Il ne s agit donc pas d une analyse exhaustive des problématiques effectivement suivies. En effet, il se peut qu une problématique d appel masque une ou plusieurs autres qui se révèlent ultérieurement. 1- Pour les 13 nouveaux dossiers - 14 problématiques repérées, pour 11 personnes. - 3 doubles problématiques (1 «addiction/somatique», 1 «addiction/santé mentale» et 1 «santé mentale/ somatique») - 8 problématiques seules Dossiers ouverts en 2013 rappel 2012 Les problématiques somatiques / poly-pathologies sont largement majoritaires : un total de 14 situations vs 4 en Les problématiques d addiction sont en baisse, comparé à 2012 mais celle repérées comme relevant de la «santé mentale» sont en hausse. 2- File active 2013 ( 78 personnes) Problématiques repérées pour 75 des bénéficiaires (3 non renseignés) : A noter que : - 3 résidents présentent des triples problématiques - 25 présentent des doubles problématiques - 47 présentent des problématiques seules 2013 Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

11 II. INTERMED EN CHIFFRES : MEDIATIONS / COORDINATIONS et RESULTATS 1) Les médiations/coordinations L augmentation sensible du nombre de médiations/coordinations (+29 % par rapport à 2012) reflète la forte complexification des situations d une part, l augmentation de la file active tout au long de l année d autre part. Cette augmentation est cependant à relativiser quelque peu puisque l année 2012 avait été marquée par des difficultés de saisies lors du remplacement de Priscille Dubourg. L année 2013 a au contraire connu une bonne stabilité (cf. introduction). Total des actes de médiation/coordination sur les 12 mois de la période : 3 425, (+29 % par rapport à 2012), soit près de 44 actes par personne suivie. 1 (contre 41 en 2012). Ces actes de médiation/coordination se répartissant ainsi : En direction des résidents: 1775 En direction d Adoma (bailleur) Responsable de site, directeur d agence, voire ouvrier de maintenance : 499 En direction des aidants (famille, voisins, associations ressources) : 191 En direction des acteurs du champ sanitaire : 654 En direction des acteurs du champ social et médico-social : 306 8% 24% 54% 3% 11% Ce chiffre n est qu une moyenne et comme telle, masque de fortes disparités entre les dossiers ne nécessitant que quelques actes et des dossiers, beaucoup plus complexes, nécessitant un véritable parcours d accompagnement et un nombre beaucoup plus élevé de médiations et coordinations. Un logiciel de saisies de l activité plus performant nous permettrait une analyse beaucoup plus fine. Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

12 Champ sanitaire : 654 coordinations (vs 629) Médecine de ville : 322 (vs 349) Généralistes : 111 Spécialistes : 56 IDE libérales : 141 ASD 3 Maisons de soins : 10 Réseaux de santé : 1 Secteur hospitalier : 207 (vs 171) CH : 207 Santé mentale : 43 (vs 9) CHS 17 CMP 26 Autres : 67 (vs 80) Ambulances 48 Pharmacies 12 Biologie 7 Urgentistes : 4 (vs 4) SAMU 3 Pompiers 1 Equipes mobiles psy : 11 (vs 16) Champ social et médico-social : 306 coordinations (vs 206) Services sociaux : 110 (vs 99) CCAS 11 Secteur CG 43 hôpitaux 56 Maintien à domicile : 86 (vs 28) Auxiliaire de vie 80 Téléalarme 2 Portage de repas 4 Autres institutions : 43 (vs 46) CPAM 15 Caisse retraite 2 Mutuelle 16 Mairie 9 Préfecture 1 Tutelle/curatelle : 67 (vs 33) Tiers/Environnement : 690 coordinations (+87%) (vs 369) Adoma/Intermed : 499 (vs 284) RER/OM 242 Intermed 147 RIS 110 Proches/associations : 191 (vs 85) Associations 18 Famille/aidants 173 Commentaires : Champ sanitaire : Le nombre de coordinations est en relative hausse du fait principalement d une nette augmentation des coordinations avec la psychiatrie : 3 situations particulièrement lourdes sur Montélimar ont fait l objet de ces coordinations. Champ social et médico-social : Après avoir connu une baisse entre 2011 et 2012, les indicateurs sont à nouveau nettement à la hausse, notamment en ce qui concerne le travail lié au maintien à domicile pour quelques situations très chronophages ; ainsi que pour le travail mené avec les curateurs en forte hausse en Tiers/Environnement : L écart des chiffres ne signifient pas pour autant une hausse du nombre des coordinations. Il s agit là avant tout d un problème de saisies en Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

13 2) les résultats Par «résultat», nous entendons, toute prise en charge, prise de relais, dossier ouvert ou réponse effective à sollicitation. Ceci inclut, notamment, rendez-vous accordé, hospitalisation, mesure d aide à domicile, ouverture de droits etc. Il s agit, certes, d une donnée très globale mais qui, en terme de ratio «coordinations/résultats», peut donner des indications précieuses d évolution dans le temps d une dynamique de réseaux de proximité ou rendre compte de la complexité des coordinations par champ ou secteur professionnel. Nombre total pour la période : 586 (+22% par rapport à 2012). Une très forte hausse de résultats. Par contre, ces chiffres favorables pointent un peu moins de 6 actes pour 1 résultat contre un peu de moins de 5 actes pour 1 résultat en Un autre indicateur de la complexification des situations. Sur ce semestre, les résultats se répartissent ainsi : Champ sanitaire 379 Champ social et médico-social 72 Environnement % 9% 79% La part des résultats enregistrés dans le champ sanitaire a nettement augmenté.

14 Champ sanitaire : 380 résultats (vs 382) Médecine de ville : 217 (vs 218) Généralistes consultations réalisées 28 Spécialistes consultations réalisées 90 Intervention IDE libérales 96 Soins de suite 3 Santé mentale : 11 (vs 3) Entrées organisées en CHS 0 Suivis CMP 11 Autres : 81 (vs 112) Pharmacies 31 Biologie 12 Ambulances 38 Secteur hospitalier : 65 (vs 41) Hospitalisations somatiques (dont 11 en urgence) 33 Retours d hospitalisation (dont 5 non préparée) 30 SPDT/SDRE 2 Urgentistes : 2 (vs 5) SAMU 1 Pompiers 1 Equipe mobile psy : 4 (vs 3) Champ social et médico-social : 72 résultats (vs 42) Accès aux droits : 17 (vs 18) Médecin traitant désigné 2 Mutuelle 1 Droits CPAM 1 ALD 4 CMU 1 Autres droits mis à jour 6 Mesures d aides exceptionnelles 2 Mesures d aides au retour à domicile : 1 (vs 0) Aide mutuelle 1 Aides à domicile : 45 Auxiliaires de vie 44 Portage de repas 1 Plans d aide : 7 (vs 4) APA 2 Aide sociale 1 MDPH 4 Mise sous tutelle : 2 (vs 1) Tiers / Environnement : 135 Résultats (vs 58) Logement : 12 (vs 3) Entrée EPAHD 8 Adaptation du logement 1 Accès logement autonome 3 Proches/associations : 123 (vs 55) Interventions d associations 23 Interventions d un tiers 100 Commentaires Champ sanitaire : Sur un ensemble assez stable, on note une hausse du nombre d hospitalisations dont 1/3 en urgence, et une hausse logique des résultats dans le champ de la psychiatrie. Champ social et médico-social : Stabilité Tiers/Environnement : La veille solidaire est une tendance qui se développe d année en année (entre voisins notamment). A noter également, des entraves : 6 refus de la personne Ainsi que 2 synthèses. Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

15 III. INTERMED EN CHIFFRES : ZOOM SUR LES RESIDENTS DE PLUS DE 60 ANS, ETRANGERS HORS UE En 2013, Intermed a accompagné 55 étrangers hors UE de plus de 60 ans. A fin 2013, 42 d entre eux étaient encore suivis soit 73% du total des dossiers suivis. 13 dossiers ont donc été clôturés au cours de l année. A noter que la durée de prise en charge de ces 13 dossiers clôturés fut d environ 41 mois, soit près de 3 ans et 6 mois. Rappel de la durée moyenne de suivi de l ensemble des dossiers : 2 ans et 7 mois. Caractéristiques des 55 bénéficiaires 2013 : - 20 sont ouverts depuis sont ouverts depuis depuis en en en 2013 Répartition - 33 personnes sur le Valentinois (74%) - 22 personnes sur Montélimar (71%) Problématiques Somatique : 26 Poly-pathologies : 17 Vieillissement : 18 Addictions : 4 Handicap : 1 Santé mentale : 6 A fin 2013 : 32 dossiers sont actifs (soit 70% du total des actifs) 11 dossiers sont en veille (85 % du total des veilles). Statut : La plupart touchent leur retraite (52 personnes, 1 RSA et 2 NR) Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

16 IV. LES SPECIFICITES DE LA MISSION EN 2013 (Priscille Dubourg) 1) Continuité du travail partenarial Le travail partenarial continue de se développer et de s'approfondir. 1) Citons les relations avec les mandataires judiciaires de différents organismes, particulièrement investis cette année autour de situations complexes de résidents sur Valence et Montélimar. 2) Citons également le travail qui se poursuit avec les professionnels de la santé mentale : rencontre avec les équipes des GEM (Groupe d'entraide Mutuelle) de Montélimar et Valence, du CMP et du CMP géronto-psychiatrique de Montélimar. Au-delà du champ spécifique de la santé mentale, la prise en charge en médecine générale de patients souffrant de pathologies psychiatriques reste complexe. En effet, le parcours de soins généralistes est "calibré" pour des personnes autonomes. Voir ci-dessous une vignette illustrant ce propos : Un résident, avec des troubles mentaux manifestes, devait avoir une intervention chirurgicale avec une anesthésie générale. Comme le médecin n'a pas dialogué avec lui à l'hôpital, le résident imaginait sortir dès le soir même en moto, faire ses pansements avec du papier toilette et du scotch puis enlever ses fils avec un cutter. Là encore une médiation a été indispensable, pour prévoir et surtout expliquer au résident la nécessité d'une hospitalisation complète puis d'un passage infirmier à domicile. 2) Pour une approche collective : Le partenariat avec l'association ALIF s'est poursuivi autour de temps collectifs avec également cette année un suivi individuel pour quelques situations. Les temps collectifs ont porté sur les thèmes de l'alimentation (difficulté de cuisiner quand on est seul, équilibre de l'alimentation, etc.) et des questions administratives ; questions qui restent source de beaucoup de difficultés pour les résidents : incompréhension et sentiment de ne rien pouvoir maitriser devant la complexité grandissante des démarches, colère et sentiment très fort d'injustice Ainsi ce monsieur qui a vu son allocation vieillesse suspendue pendant plusieurs mois : " j'ai toujours été tout droit, je garde tous mes papiers et maintenant ils me coupent la solde" ou cet autre résident répétant "mais j'ai jamais, jamais dépassé (le temps de séjour hors du territoire français) pourquoi ils me font ça?". Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

17 Un travail en groupe réunissant des résidents souffrant de la même pathologie : Nous avons aussi proposé plusieurs rencontres collectives à 3 ou 4 résidents souffrant de maladie grave et chronique. Ces temps d'échanges ont été très investis par ces résidents. Il y a été question de la maladie, des hospitalisations à répétition, du sentiment de se sentir parfois traité comme un objet par des médecins. Il a été aussi question de l'isolement, du repli sur soi, du vieillissement, de ce que l'on perd ou pas. "je ne peux plus courir, mais on peut rigoler quand même encore". Les problématiques de la traduction Ce travail de traduction et d'accompagnement a notamment permis la prise en charge d'un résident par l'équipe de géronto-psychiatrie du CMP. Enfin nous évoquerons le recours à une traduction ponctuelle avec ALIF pour trois résidents parlant très peu français (anciens combattants marocains), quand les autres résidents qui les aidaient habituellement étaient absents ou lors de situations plus complexes. Il s'avère souvent difficile pour un résident à qui l'on demande de traduire des explications sur une maladie, un traitement, de s'adapter à la compréhension de son interlocuteur. Car audelà de la langue c'est la démarche d'éducation thérapeutique qui est en jeu et qui elle, ne se traduit pas facilement. Parfois aussi le résident à qui on demande de traduire est trop pris par sa propre vision de la situation pour pouvoir réellement retransmettre ce qui est dit. Comme ce résident ayant des troubles cognitifs et dont le fils souhaitait un retour au pays : le voisin, qui traduisait jusque là, n'a pas traduit mais seulement répété "de toute façon ce n'est pas le fils qui décide pour le père, alors ce n'est pas la peine de discuter de ça...". Enfin, un important travail partenarial s'est poursuivi avec les associations d'aide à domicile. Si plusieurs personnes qui bénéficiaient d'interventions à domicile sont retournées au pays ou dans leur famille du fait de l'aggravation de leur état, deux nouvelles interventions ont aussi été mises en place. 3) Les changements d'intervenants Comme évoqué en introduction, nous avons débuté une intervention en alternance entre Priscille Dubourg et une seconde infirmière, Véronique Giguet sur les résidences de la Drôme. Le premier bilan effectué sur ce mode de fonctionnement en fait ressortir la richesse quant à l'échange et l'analyse des situations rencontrées. Cela permet souvent une approche renouvelée dans le suivi des résidents. Nous restons par ailleurs l'une ou l'autre disponible par téléphone pour les professionnels. Un point d'attention pour l'avenir concerne le démarrage de nouveaux suivis, à un moment où il peut être difficile pour un résident de ne pas voir toujours la même personne. Fanny Laurent, psychologue, a cessé son intervention sur la résidence des Iris en août 2013 après un travail riche auprès des résidents et des professionnels de la santé mentale. Nous réfléchissons actuellement à la meilleure manière de poursuivre ce travail effectué pour l'essentiel en accompagnement individuel. Signalons enfin la création du poste de Responsable Insertion Sociale (RIS) au sein d Adoma. Le travail essentiel de collaboration et d'échanges déjà initié avec Maryline Macaire se poursuit dans les différentes résidences. Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

18 4) Le relogement de résidents Un autre point concerne le relogement des résidents des Iris à Bourg-lès-Valence, après la fin des travaux de rénovation. Tous les résidents ont donc intégré des logements autonomes (studios) en septembre Nombre de résidents sont très satisfaits de cela et apprécient la tranquillité et l'autonomie. Cependant certains et particulièrement des migrants âgés pointent aussi les difficultés rencontrées. Ils se sentent confinés dans un petit espace "c'est tout petit, pour faire la cuisine c'est dans la chambre", "les lavabos sont petits, on ne peut plus laver le linge". D'autres mettent en avant l'isolement : "on n'entend pas de bruit", "on dit bonjour à personne". Cet isolement est particulièrement préjudiciable pour quelques personnes les plus en retrait, car la fonction minimale de veille des voisins est perdue. Même sans avoir développé de liens particuliers, les voisins pouvaient cependant alerter s'ils n'entendaient plus un résident, ou en avaient vu un autre très perturbé Dans ce contexte, la dimension de veille et de rupture de l'isolement est encore renforcée pour la mission santé. Pour certains migrants âgés cet isolement est très fort, car la famille est au pays, et les liens sociaux étaient surtout liés au travail. Il y avait peu d'investissement en dehors du travail y compris avec les autres résidents. Ce qui était "travail+chambre" est alors devenu à la retraite "chambre". La mission santé s'efforce alors de recréer ce lien, directement avec la personne mais aussi en sollicitant régulièrement les voisins, pour une veille, un service à rendre V. ECLAIRAGES SUR CERTAINES PROBLEMATIQUES RENCONTREES PAR LA MISSION SANTE 1) S'adapter C'est une question centrale de notre pratique auprès de personnes en précarité. Illustrons-la par une situation récente. L'état d'un monsieur diabétique, jusque là traité par des antidiabétiques oraux nécessite un passage à des injections d'insuline et une surveillance de la glycémie trois fois par jour. Nous commençons par prendre le temps d'explorer avec ce résident les bouleversements que cela va entrainer pour lui, et sa réaction face aux nouvelles contraintes. Après une longue concertation avec le résident et en ayant averti son médecin, nous convenons de limiter l'intervention à l'injection du matin. Ce résident est en effet la plupart du temps absent de son domicile et sans repères horaires. Puis nous prenons contact avec des cabinets d'infirmiers. L'un d'eux nous répond "nous on ne commence pas à marchander (sic) sur le nombre des passages, soit on fait tout ce qu'il y a écrit sur la prescription, soit ce n'est pas la peine. De toute façon on va arriver à un moment où on leur dira, il faut savoir ce que vous voulez". Cet exemple parait caractéristique à la fois d'une méconnaissance de la prise en charge d'un public précaire mais aussi d'un malentendu sur la question de l'adaptation. Ce professionnel l'entend comme une volonté du patient de dicter sa loi, de "n'en faire qu'à sa tête". Alors qu'il est ici question de prendre en compte la réalité de vie de cette personne, avec sa fragilité, ses limites. Il s'agit aussi de sortir d'une logique du "tout ou rien". Le choix n'est pas entre un suivi strict du protocole, probablement voué à l'échec dans ce cas précis, et un refus de prise en charge. Il faut envisager un schéma médical Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

19 peut-être moins performant mais qui, prenant en compte le mode de vie de la personne, pourra s'inscrire dans la durée. Il est primordial de connaitre d'abord le mode de vie de la personne. Celle-ci est en effet très limitée dans ses capacités de verbalisation avec les professionnels. Du coup elle va être elle-même dans le tout ou rien : refuser en bloc, ou accepter sans oser dire non, pour mettre ensuite en échec. On va donc partir d'abord du concret : "et le matin vous vous levez à quelle heure, vous sortez après? et vous rentrez quand dans la chambre?" et si la personne nous répond par exemple "je rentre quand il fait nuit" sans repère plus précis, on comprend qu'un passage infirmier à 18h va pouvoir fonctionner l'hiver mais sûrement poser un problème aux beaux jours Une telle approche prend du temps et suppose surtout de ne pas «normer» la prise en charge, ce qui est un énorme défi dans le monde médical. Le sentiment que le patient abuse, qu'il n'y met pas de bonne volonté y est en effet vite évoqué. Ce sentiment peut sembler compréhensible parfois, mais il part souvent d'une intervention qui ne tient pas réellement compte des possibilités de la personne. Il faudrait aussi ajouter que tout cela traduit un ressenti subjectif de la part du soignant. La difficulté est que bien des professionnels n'ont pas conscience de la relativité de leur analyse de la situation. Un exemple serait la prise des RDV médicaux : une secrétaire va demander si la personne travaille pour fixer l'heure du RDV, mais elle n'imagine pas que la personne a toutes sortes d'autres contraintes : quelle est l'heure du dernier bus? Est-ce le temps du Ramadan? Le voisin qui doit m'accompagner pourra t-il être là? Ce qui ne veut pas dire qu'il faille tout accepter bien sûr, mais plutôt entrer dans une forme de négociation afin d'arriver à une solution correcte pour chacun. Il reste que cette adaptation mutuelle demande un effort, du recul et un questionnement sur ses propres pratiques et représentations. Pour certains professionnels déjà très sollicités, il est alors tentant de "choisir" les patients qui vont entrer dans un moule prédéfini et leur permettre de rester en terrain connu. Nous conclurons en redisant l'importance des médiations effectuées par intermed pour permettre puis faciliter dans la durée de telles prises en charge. 2) S'inscrire dans la durée Le suivi s'apparente, pour certains résidents en grande fragilité, à un long compagnonnage où l'on est présent, à côté, à écouter ce qui se vit pour la personne, à saisir les moments d'ouverture, à faire alors une proposition d'aide. Certaines personnes ont ainsi accepté par exemple l'intervention d'une aide à domicile ou d'un infirmier libéral après des années de suivi. Mais même lorsqu'il ne s'agit pas de résultats tangibles comme une orientation ou une intervention à domicile, la rupture de l'isolement est en soi essentielle. Comme nous l'avons déjà évoqué, certains résidents ont très peu, voire pas du tout de lien social. Certains n'ont pas de demande non plus. Tel ce résident âgé : "de toute façon je suis vieux, ils ont plus besoin de moi, maintenant je sers plus à rien". Ce sont des personnes qui peuvent rester invisibles, sans vagues, sans plainte. Là encore c'est la durée de l'accompagnement, le lien créé qui va permettre parfois de remettre de la vie, de l'envie, premier pas indispensable, avant de pouvoir aussi avancer dans les soins, l'accès aux droits, la reprise d'une vie sociale. Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

20 3) Le risque de l'usure Enfin nous évoquerons le phénomène d'usure que l'on repère chez certains professionnels notamment envers les personnes souffrant d'addictions. Citons ce discours certes caricatural d'un urgentiste : "de toute façon ces gens-là je les connais, ce n'est pas la peine de les garder. On ne va pas les sauver. Il ne veut pas arrêter de boire et bien il va tomber dans les escaliers, se faire un hématome cérébral et mourir et voilà". Cela exprime bien cette lassitude devant le manque de résultats apparents surtout si l'on se place dans une logique du guérir et non du prendre soin. Il est essentiel de sortir de la vision maladie/guérison et plus largement du schéma problème/solution. Chez ces personnes, la rupture de l'isolement et la mise en place d'un accompagnement durable participent en elles-mêmes d'une démarche indispensable de restauration de leur dignité. Il faut aussi réaffirmer un enjeu essentiel : penser et agir en étant convaincus que les personnes ont des ressources que nous ne connaissons pas, que notre évaluation d'une situation peut et doit toujours évoluer, s'adapter. 4) Quand la dépendance s'installe Quand la dépendance s'installe ou s'aggrave se posent à nouveau les questions du maintien à domicile : dans certains cas des réévaluations des plans d'aide ont été faites et ont permis aux personnes de rester à domicile dans des conditions correctes. Mais l'inquiétude grandit alors souvent chez les personnes du fait en particulier de leur isolement. Nous dialoguons autour des différentes solutions possibles : la plupart des résidents font alors le choix d'un retour définitif au pays. Certains sont allés vivre chez l'un de leurs enfants résidant en France, même si cette situation est évoquée comme un pis-aller. Aucun ne fait le choix délibéré d'entrer en établissement, même si cela s'est produit pour des résidents n'ayant plus de liens familiaux. On nous demande alors parfois si cela est lié à des freins culturels. Mais ce facteur est rarement mis en avant. Les réticences les plus fortes concernent la peur de perdre sa liberté "c'est comme la prison, on ne peut pas sortir quand on veut, on ne choisit pas ce qu'on mange", "et si on est deux dans la chambre, ce n'est pas possible" ainsi que l'aspect financier. "Il ne restera plus rien pour les enfants" ou "je n'aurai plus rien pour acheter ce que je veux". Comme beaucoup de personnes âgées, les résidents ont du mal à faire ces passages définitifs. Ils continuent alors le plus longtemps possible les allers-retours au pays, souvent "trop" longtemps de notre point de vue de soignants. Comme pour toute personne âgée, la problématique devient alors de trouver l'équilibre entre sécurité et respect de la liberté de choix du résident. Des accompagnements ont pu être très positifs en ce sens quand le dialogue a pu s'établir sur cette base avec les différents professionnels (médecin traitant, hôpital, assistantes sociales, etc.). Réseau Intermed Drôme Bilan d activité

L engagement en pratique des gestionnaires de cas

L engagement en pratique des gestionnaires de cas L engagement en pratique des gestionnaires de cas Cyrille Lesenne Président de l'association Française des Gestionnaires de Cas (AFGC) Samuel Lesplulier Vice Président de l AFGC La gestion des cas La gestion

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Note de synthèse Blocages dans l accès aux droits et aux soins : repérage et propositions

Note de synthèse Blocages dans l accès aux droits et aux soins : repérage et propositions Note de synthèse Blocages dans l accès aux droits et aux soins : repérage et propositions septembre 2013 2 INTRODUCTION Cette note sur les blocages dans l accès aux droits et aux soins est une synthèse

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Objectif AOI Accompagner une amélioration de la santé dentaire de populations démunies Pays en développement France AOI - France - Val de Marne Faciliter

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

juin 2002 Dr F. Cayla Rapport réalisé dans le cadre de l évaluation du PRAPS 1

juin 2002 Dr F. Cayla Rapport réalisé dans le cadre de l évaluation du PRAPS 1 Évaluation des actions «d accompagnement», «médiation», «permanence» ou «consultation santé» dans les lieux d accueil ou d hébergement en Midi-Pyrénées juin 2002 Rapport réalisé dans le cadre de l évaluation

Plus en détail

Prise en charge coordonnée personne âgée à domicile

Prise en charge coordonnée personne âgée à domicile Quelques chiffres : 2010, création de la coordination pour le Maintien A Domicile (MAD) 2014, file active : 188patients Travail en coopération avec 35 cabinets MG, 27 cabinets IDEL, 15 kinés, 13 pharmacies.

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Bilan national de l enquête d activité 2012 Les plateformes d accompagnement et de répit Bilan national de l enquête d activité 2012 I 2 I DGCS

Plus en détail

AIDE À DOMICILE. Le métier abordé dans ce film est celui d aide à domicile qui relève du secteur social.

AIDE À DOMICILE. Le métier abordé dans ce film est celui d aide à domicile qui relève du secteur social. JE SUIS... Santé - Social - Soins esthétiques AIDE À DOMICILE Réalisation : Luc Millet Production exécutive : CRIPT Sylvestre Audiovisuel Production : Educagri éditions, DRAF SRFD Pays de la Loire, ONISEP

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H Psychiatrie infanto-juvénile UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION Edition : Août 2015 Franck RENAUDIN U.P.A.H Pavillon «l Orme» 20 avenue du 19 mars 1962 72703 ALLONNES Cédex 02.43.43.51.20

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Vendredi 3 octobre 2014 Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

ANNEXE 1 CAHIER DES CHARGES D'UN GROUPE D'ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES PSYCHIQUES

ANNEXE 1 CAHIER DES CHARGES D'UN GROUPE D'ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES PSYCHIQUES ANNEXE 1 CAHIER DES CHARGES D'UN GROUPE D'ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES PSYCHIQUES Les Groupes d'entraide mutuelle trouvent leur base légale dans la loi n 2005-102 du 11 février

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Les résidences du Centre Hospitalier

Les résidences du Centre Hospitalier Les résidences du Centre Hospitalier QUIMPER Résidence Ty Glazig Résidence Ty Creac h Résidence Ker Radeneg CONCARNEAU Résidence Avel Ar Mor Résidence Les Embruns Résidence Les Brisants POUR VOUS AIDER

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées

Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées Date de la demande : ae ae azze Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées Accueil de jour Foyer de vie Foyer d accueil médicalisé Maison d accueil spécialisée Unité pour

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

Bibliothèque hors les murs et partenariat

Bibliothèque hors les murs et partenariat Bibliothèque hors les murs et partenariat Ce support est en Creativ Commons : CC-BY-NC Formation ABF 2014-2015 Stéphanie Fohanno 25/11/14 I. Le développement des actions hors les murs dans les bibliothèques

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines Direction de l action sociale, de l habitat et de la santé publique 12 ème congrès national des ORS Territoires et Santé des populations 9 et 10 novembre 2010 Enquête sur la santé des résidents des foyers

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

L articulation Hôpital de jour Accueil de jour

L articulation Hôpital de jour Accueil de jour les hôpitaux de jour dans les filières de soin : un dispositif en marche L articulation Hôpital de jour Accueil de jour Dr Nathalie SCHMITT Dr Jacques HILD CH Colmar L articulation Hôpital de jour Accueil

Plus en détail

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition)

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition) VIVRE ENSEMBLE Mutuelle d Aide aux Personnes Handicapées Mentales Siège Social : 5 rue de Breuvery 78100 St Germain en Laye Tél. : 01 34 51 38 80 - Fax : 01 39 73 75 72 e-mail : direction@vivre-ensemble.fr

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail

Le Foyer d Hébergement

Le Foyer d Hébergement Le Foyer d Hébergement Résidences Strada et Vittoz du Complexe de Braconnac - Les Ormes Complexe de Braconnac - Les Ormes Jonquières - 81440 LAUTREC - Tél. 05 63 82 10 70 - Fax. 05 63 82 10 79 - e.mail

Plus en détail

Le Centre Communal. avec et pour ses séniors

Le Centre Communal. avec et pour ses séniors Le Centre Communal d'action Sociale de la ville de Béziers avec et pour ses séniors Le service Vie Sociale et Animation : maintenir le lien social... Les clubs d'animation : des lieux de rencontre, d'échange

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR Maison de retraite Foyer de vie 6-8 avenue Théodore d Arthez 64 120 SAINT PALAIS Tél. : 05.59.65.73.04 Fax : 05.59.65.61.82 E.mail : contact@stelisa.com Nom : Prénom :.. Date :.. CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne Accès aux soins des publics précaires et renoncement aux soins Organisée par : Mutualité Française Provence-Alpes-Côte d Azur, délégation départementale du Var CRESS PACA Date

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

Règlement de Fonctionnement

Règlement de Fonctionnement FONDATION ROGUET Etablissement Public de Santé 58 rue Georges BOISSEAU 92110 CLICHY Règlement de Fonctionnement Accueil de Jour Secrétariat médical Accueil de Jour Téléphone : 01-41-40-46-42 Fax : 01-41-40-47-47

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL CONTRAT DE SEJOUR CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DE PRISE EN CHARGE Accueil de Jour «Maison Bleue» Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l'etablissement

Plus en détail

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Ce soir, nous inaugurons un nouveau lieu pour un nouveau service mis à la disposition

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN. Mardi 03 décembre 2013 à 10h30

DOSSIER DE PRESSE. INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN. Mardi 03 décembre 2013 à 10h30 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN Mardi 03 décembre 2013 à 10h30 Adoma - Résidence sociale «Le Grand Cèdre» 114, rue Joseph Hue, 76250, DÉVILLE-LÈS-ROUEN

Plus en détail

Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux

Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux La sectorisation psychiatrique L Hôpital n est pas un lieu d accueil unique : depuis 30 ans, l'hôpital s est rapproché de son public

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF À LA PROCÉDURE DE DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE

CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF À LA PROCÉDURE DE DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations Service hébergement, accès au logement, familles vulnérables. PRÉFET DE LA MAYENNE CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux

Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux Cette enquête est réalisée en partenariat avec le Groupe Polyhandicap France (GPF) et

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée

La prise en charge de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Édition 2012 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Sommaire Votre protocole de soins en pratique p 4 Comment êtes-vous remboursé? p

Plus en détail

Transports sanitaires

Transports sanitaires Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Juillet 2015 www.santepaysdelaloire.com La santé observée dans les Pays de la Loire Transports sanitaires L'essentiel En 2014, 5,6 millions de patients

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE Le secteur de l aide à domicile En bref En cette rentrée sociale 2014, le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médicosocial et santé met à disposition

Plus en détail

Je m inscris au forfait, donc je consulte toujours dans ma maison médicale

Je m inscris au forfait, donc je consulte toujours dans ma maison médicale Je m inscris au forfait, donc je consulte toujours dans ma maison médicale Ma mutuelle paye un montant fixe chaque mois à ma maison médicale LE FORFAIT est un contrat entre patient, maison médicale et

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

9 AU 11 DÉCEMBRE 2013 À L'IFSI DE NANTES

9 AU 11 DÉCEMBRE 2013 À L'IFSI DE NANTES CO-FORMATION PAR LE CROISEMENT DES SAVOIRS ET DES PRATIQUES entre des professionnels des unités de soins psychiatriques du CHU de Nantes et des personnes ayant l'expérience de la pauvreté, militantes d'atd

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

Assises Nationales du Maintien à Domicile 14 17 juin 2000 La douleur Les soins palliatifs. EXPERIENCE DE SOINS D'UNE EQUIPE A DOMICILE Dr AVEROUS

Assises Nationales du Maintien à Domicile 14 17 juin 2000 La douleur Les soins palliatifs. EXPERIENCE DE SOINS D'UNE EQUIPE A DOMICILE Dr AVEROUS EXPERIENCE DE SOINS D'UNE EQUIPE A DOMICILE Dr AVEROUS INTRODUCTION (Présentation de l'association François-Xavier Bagnoud) L'Association L'association qui porte le nom de François-Xavier Bagnoud est une

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage

LIVRET D ACCUEIL. Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage LIVRET D ACCUEIL Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage Médecine Soins de suite et de réadaptation Hôpital Saint-Charles - 4 rue Charles de Gaulle

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SERVICE D AIDE A DOMICILE

LIVRET D ACCUEIL SERVICE D AIDE A DOMICILE LIVRET D ACCUEIL SERVICE D AIDE A DOMICILE 31 Promenade du Campet 31220 CAZERES Tél : 05 61 98 27 72 Fax : 05 61 90 17 69 aideadomicile@comcomcazeres.fr Agrément qualité n N/010111/M/031/Q/027 PRESENTATION

Plus en détail

Diabète et législation. M.Chirola,C.Coureau,R.Chenebault,C.Chiappe,A.Casals

Diabète et législation. M.Chirola,C.Coureau,R.Chenebault,C.Chiappe,A.Casals Diabète et législation M.Chirola,C.Coureau,R.Chenebault,C.Chiappe,A.Casals 1 PLAN INTRODUCTION I)DIABETE ET SECURITE SOCIALE a)prise en charge b)la couverture maladie universelle II) DIABETE ET VIE SOCIALE

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

Quoi Besoin identifié Comment faire? Comment lever les freins? Statut Déclarer l'aide aux aidants «grande cause nationale»

Quoi Besoin identifié Comment faire? Comment lever les freins? Statut Déclarer l'aide aux aidants «grande cause nationale» Méthode : Tester et déployer sur la base de l évaluation du rapport : impact social / coût Reconnaître Faciliter Les aidants Les associations d'aidants / en faveur des aidants Les initiatives en faveur

Plus en détail

SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR

SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR 1 SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR II.PRESTATIONS ASSUREES PAR L ETABLISSEMENT 2.1 description du logement et du mobilier fourni par l établissement 2.2 restauration 2.3 le linge et son entretien 2.4 animation

Plus en détail

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi Chaque année, près de 5.000 patients âgés de plus de 75 ans sont hospitalisés à Saint-Luc. Tous ne sont pas soignés par un gériatre. Mais alors, qui est concerné par la gériatrie? Et en quoi consiste cette

Plus en détail

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA.

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. CMU ACS ASS AME BILAN DE SANTÉ Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. > Côté santé, elle bénéfi cie de la Couverture Maladie Universelle. Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès

Plus en détail

Transport. Dossier de Presse Septembre 2013

Transport. Dossier de Presse Septembre 2013 Transport Solidarité Santé Dossier de Presse Septembre 2013 1 «Ensemble favorisons l accès aux soins sur notre département.» 2 Contact presse : CPAM de Loir-et-Cher Sophie Rousselet - Responsable Communication

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

"Couples séparés mais toujours parents"

Couples séparés mais toujours parents "Couples séparés mais toujours parents" Compte rendu Rencontre à thème Le 31 Janvier 2012 Matin Intervenante : Katell Jouffe, psychologue à l'hôpital de jour pour enfants autistes et psychotiques et médiatrice

Plus en détail

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1 MCo/LJ/8033/04/UNOF Paris, le 12 janvier 2004 PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1. Exposé des motifs : La Permanence des soins est une mission d'intérêt général,

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Aides aux personnes âgées

Aides aux personnes âgées SOLIDARITÉS CÔTES D ARMOR S Action Sociale Aides aux personnes âgées Le guide pour mieux s'y retrouver Votre Conseil général les solidarités, assurer l équilibre 1 2 Édito L'aide sociale aux personnes

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail