139 pavillons (dans un bois protégé)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "139 pavillons (dans un bois protégé)"

Transcription

1 «Ignorance est mère de Ricochets 2 C tous les maux». Rabelais «Paroles d Ozoir» n 48 : décembre 2012 janvier-février pavillons (dans un bois protégé) pour «sauver» Sainte-Thérèse Y a d l abus Pas moyen de respirer, de penser à autre chose. À Ozoir, tout tourne autour d un seul : le maire actuel. Sa décoration. On parle de invitations lancées pour une soirée festive! Ses choix dispendieux d illuminations pour Noël. Ses silences. Jamais il ne répond aux lettres de ses employées et cadre de mairie harcelées par un chef de service intouchable. Ses ventes de biens communaux. À des prix sans concurrence et à un cercle d obligés Son absence de courtoisie envers notre conseiller général hier, notre député aujourd hui à qui il refuse de céder le micro lors de cérémonies officielles. Son certificat d urbanisme frauduleux. Nié oralement, en public, mais attesté dans l acte notarié d une transaction privée... Ce Ricochets consacre un dossier au devenir de nos établissements hospitaliers de proximité. Un sujet sérieux, qui nous concerne au plus près. Car malades ou bien-portants (donc malades qui s ignorent) nous voulons, pour nousmêmes et les nôtres, être bien soignés ou en mesure de l être. Mais la boue locale a envahi une grande part du reste de nos pages. Que cela ne ternisse pas la joie des Fêtes. Sourions sous les lumières de la ville. Mais sans nous laisser berner par les mensonges d en-haut. Quand y a d l abus, y a d l abus. Qu on se très particulière le dise. Les hôpitaux de notre région Forcilles, la Francilienne, Tournan, Lagny, Champigny Les Ozoiriens, qui n ont pas d établissement hospitalier sur place, trouvent à proximité cliniques, centre de soins et hôpital de qualité. Mais les principes de rentabilité font planer une menace réelle sur leur devenir. Depuis deux ans, malades, professionnels de santé et pouvoirs publics locaux se mobilisent. Au milieu du gué, Ricochets est allé à la rencontre des acteurs de cette lutte. (lire pages 6 à 9) Couscous - Tagines Grillades - Thé à la menthe - 10% sur les plats à emporter. Un cocktail offert aux lecteurs de Ricochets. Leurre ou vrai projet? L inquiétude grandit dans le quartier d Armainvilliers depuis la révélation, par le groupe Ensemble, de la vente à un promoteur de 12 ha de bois au sud de leur Domaine. Une vente bien réelle, enregistrée au bureau des Hypothèques, au prix déjà versé de 2,3 M. Avec l engagement de construire dans les quatre ans. Sans autre accès que par le Domaine, qui n a pas même été consulté! Incroyable? Mais comment imaginer qu un promoteur mette 2,3 M dans un leurre?... Un plan de projet de construction de 139 maisons était parvenu, voici quelque temps, à la rédaction de Ricochets. On y voyait apparaître, au sud du campus Sainte-Thérèse, au contact avec le Domaine d Armainvilliers (dont le fichier envoyé portait d ailleurs le nom) un «futur» quartier bien dans la manière du maire d Ozoir et de son promoteur immobilier favori, M. De Sousa de chez France Pierre. Mais un coup d œil sur le projet de Plan- Local d Urbanisme démentait la possibilité d une telle réalisation et, tant qu un projet n est pas décidé, des esquisses ne valent pas grand-chose. La Rédaction de Ricochets décida donc de ne pas publier. Seulement quand il y a un début d exécution, ce n est plus du tout la même chose Or, une lettre ouverte signée du groupe Ensemble, et distribuée dans les boites aux lettres d Ozoir le 20 novembre, montre qu il y a bien eu vente de parcelles de bois, en La mairie d Ozoir? une agence immobilière vue d un projet immobilier. 139 maisons, sur deux parcelles privées, certes, mais classées comme espace boisé protégé. Avec un accès à travers le Domaine d Armainvilliers et un autre depuis la bretelle de sortie vers la route départementale 471 en dénivelé de plusieurs mètres. Un délire, appuyé par un certificat d urbanisme frauduleux? On croit rêver. On a tort... et Ricochets tente de démêler l écheveau (lire en page 11) menacés de fermeture? Des employés communaux et une adjointe ont tiré des bénéfices personnels de la vente de biens appartenant à la Ville... Délit de prise illégale d intérêt? En outre, ces responsables sont désormais redevables au maire. Redevables de quoi? (voir en page 11)

2 Ricochets n 48 : décembre janvier - février 2013 Trimestriel édité par «Paroles d Ozoir» BP Ozoir-la-Ferrière Directeur de la publication : Jean-Louis Soulié. Rédactrice en chef :. Publicité : Christiane Laurent. Numéro ISSN : N Commission paritaire : 1215 G Imprimerie : 2 GCA à Ferrières-en-Brie. Dépot légal : décembre Le numéro : 2 euros. Abonnement (10 numéros) : 20 euros. Renseignements : Site : Ont contribué à la réalisation de ce numéro: Christiane Bachelier,, Jean-Louis Billé, Charles Klinzing, Huguette Le Bihan, Christiane et Jacky Laurent, Norbert Lenobrac, Esther Lude, Marc-Emmanuel Mage, Daniel Martin, J-Claude et Liliane Morançais, Claudine Poger, Daniel Schifre, J-Louis Soulié, Patricia Stehly, Bruno Wittmayer. Bulletin d abonnement à retourner à «Paroles d Ozoir» BP Ozoir-la-Ferrière NOM :... Prénom :... Adresse : Je m abonne pour 10 numéros à Ricochets. Je joins un chèque de 20 à l ordre de «Paroles d Ozoir». Signature 48 Votre CUISINE comme vous l avez rêvée du classique au contemporain Casa à partir de 2000 LUBE Design cuisines - salle-de-bains - rangements 20bis, ave du Général Leclerc à Ozoir la F. (entre Caisse d Epargne et BNP) le site complémentaire à Ricochets Trève hivernale ou guerre aux pauvres? Depuis quelques jours, la question revenait souvent aux comptoirs des bars. Dans ces cafés qui reçoivent dans la journée les occupants à titre illégal plus connus sous leur nom de squatteurs, on demandait avec inquiétude ou soulagement : c est quand la trêve hivernale? À Gretz, la réponse est venue le mercredi 24 octobre sous la forme de plusieurs voitures de police, d un huissier et d un serrurier : tous les squats devaient être évacués dans la journée. Premier bâtiment touché : celui de la rue Carnot. L ancien dortoir de la SCNF (ainsi que le wagon qui lui sert de succursale) doivent être inoccupés avant le soir. Les quatre occupants de l immeuble et celui du wagon à quai n ont pas le temps de prendre leurs af- faires : il leur faut trouver dans l urgence un endroit où dormir. Pour le maigre déménagement, il faudra revenir le lendemain : on demande à un copain de prêter sa voiture pour le transport des sacs-poubelles qui enveloppent les vêtements, on s arrange avec un autre pour qu il fasse un peu de place dans son couloir le temps de trouver un box ou un garde-meuble. Le temps est compté car le vigile laissé sur place a précisé que tout ce qui ne serait pas récupéré avant 16 heures serait jeté aux bennes. Quant à faire venir la maréchaussée, autant qu elle soit utile : on va donc lui demander de vider de ses derniers occupants le bidonville des Troènes. Pas de ses occupants légaux, non, mais de ceux qui Gretz et ses champignons La Barrière Noire de Gretz est bien connue des amateurs de champignons. Mais les Gretzois ont cru avoir la berlue cet automne en croisant une nouvelle espèce de champignons : les magasins d optique. En moins de deux mois, on est courrier hallucinogènes ainsi passé de deux à quatre points de vente, dont deux dans les mains du même propriétaire. La concurrence, c est toujours mieux quand on est tout seul. De deux choses l une : ou les habitants de Gretz ont trop abusé de champignons hallucinogènes et ils voient tout en double, ou ils n avaient jusqu à maintenant que des monocles et ils ont voulu passer aux lunettes. On peut d ores et déjà implanter le Le mini-bus du Lions Le 4 octobre, le président du Lions Club d Ozoir remettait la clef du nouveau minibus du CCAS, dont le Lions Club a ont osé casser des parpaings et violer la propriété privée. «Privée» de salubrité surtout. Que certains squatters aient droit à l allocation handicapée (MDPH) n est pas le problème de l administration : il faut vider les lieux. Le relogement, c est bon pour la trêve hivernale. En attendant, il fait suffisamment chaud sous le bon soleil de Gretz pour que les gens couchent dehors. La trêve hivernale, c est le signal pour les huissiers qu il faut se hâter et que les affaires ne reprendront qu aux premiers rayons de soleil. Marc-Emmanuel Mage nouveau panneau à l entrée de la rue de Paris : Gretz, ses opticiens, ses coiffeurs et ses agences financières. M E M financé en partie l achat. C est écrit sous la photo d Ozoir magazine n 87. Mais fallait-il faire la fête dans la salle Acapulco voisine ensuite? Un très bon goûter arrosé de champagne qui a réuni des personnels de la ville et les utilisateurs de ce minibus. Fallait-il dépenser ainsi une partie des fonds économisés par le don du Lions Club? C est choquant, alors que notre ville reconnaît, en acceptant cette aide, faire partie des «pauvres» à secourir. Car le Lions, c est bien une association caritative, non? Le pigeon voyageur Maison gratuite Lors du Conseil municipal du 27 septembre, Dominique Lebreton, élu du groupe Ensemble et agent immobilier, s est entendu reprocher d apporter ses connaissances professionnelles aux élus ozoiriens. Il affirmait qu une maison sise sur un terrain de 600 m² ne pouvait être vendue , car c est le prix du terrain nu. Renseignements pris, à Pontcarré, cet automne, les terrains à bâtir de 633 m² se vendaient On peut donc en conclure que l employé municipal ozoirien bénéficiaire des largesses de M. Oneto a eu sa maison gratuitement. Serait-il indiscret de demander quels services justifient pareille faveur? A. Valentour Le cerbère du CCAS Au Caroussel, le «goûter dansant annuel des seniors organisé par le Centre Communal d Action Sociale» d Ozoir tire à sa fin. Négligence coupable j ai oublié de réserver et d envoyer un chèque de caution de 10. Pour ne pas prétendre prendre une place laissée vide par un absent, je n arrive qu après le goûter, pour les dernières farandoles, histoire d assurer à mes amis seniors que je ne les boude pas. C est sans compter avec le cerbère qui veille sur ces festivités. Pas de réservation, pas de chèque, pas d accès. Je n ai pas pu franchir la porte et ai juste eu le droit de récupérer mon vestiaire que l on m avait gentiment accepté. Ce cerbère en jupon confond goûter festif urbain et récréation dans un centre pénitentiaire Silence, vous n avez rien à dire Le 11 novembre, Eduardo Rihan Cypel, notre nouveau député (PS) a expliqué à l assistance ce qu il faisait dans la commission de la Défense nationale, les réflexions qu il menait avec ses collègues sur le devoir de mémoire C était à Roissy-en-Brie où la parole est libre et où le nouveau conseiller général du canton (un certain M. Oneto) avait été invité lui aussi à s exprimer. Mais en matière de commémoration, chacun est maître chez soi. Et à Ozoir la parole est à voix unique. Eduardo Rihan Cypel l a appris à ses dépens puisqu on lui Flagrant délit Au conseil municipal du 28 septembre, une escarmouche a opposé des élus d opposition à monsieur le maire. Les premiers demandaient la permission de remettre, entre les mains de l un des employés de mairie présents, le texte de leur contribution pour la page «Expression politique» du prochain Ozoir magazine. C était la date limite, a sèchement refusé de s exprimer (comme le veut la tradition) après le discours de M. le Maire. Devant ce refus discourtois, il est parti, laissant à un autre le soin de déposer les fleurs qu il avait fait livrer Marianne Lafraternité Environnement : ozons le déclic C est sous ce titre (et sous un ballon gonflé portant la terre haut au-dessus du Caroussel) que s est tenu, les 20 et 21 octobre, le cinquième salon de l environnement. Un Salon, avec des exposants, payant leur espace et ayant une offre de services dans les domaines de l économie d énergie, du bien-être, de l alimentation saine Quel déclic étions-nous invités à «ozer»? Mettre en pratique les bonnes idées de «Ma chouette maison», tournées vers l éducation des enfants et passer au vélo en ville et hors la ville avec les vélos à assistance électrique de Move on earth Hélas! Le distributeur mettait gracieusement à disposition des éventuels clients des cartes routières de l Île de France avec toutes les pistes et routes dédiées au vélo. À Ozoir, il est risqué d Ozer tenter de rejoindre les pistes les plus proches! Léonore M-G avant minuit mais les bureaux étaient fermés Acceptera, n acceptera pas, passera, ne passera pas Eh bien le texte est passé. Pas de censure donc. Mais, pour bien mettre en valeur sa grandeur d âme, le groupe Horizon explique par le menu l histoire cidessus Ce qui lui évite d écrire quelque chose de plus intéressant et apporte la preuve que pour la majorité il n y a pas de date fatidique de remise des textes. Pierre D. Les cartes routières de l Île-de-France le montrent : toutes les pistes et routes dédiées au vélo de notre secteur (en rouge sur la carte ci-dessus) s arrêtent aux limites de la commune d Ozoir. Un comble pour une ville qui prétend s intéresser à l environnement. 2 3

3 portrait vie locale Huguette l indestructible Partie trop tôt! Faire centenaire ne lui aurait pas déplu car elle avait encore deux livres à dicter. «Le chauffeur de mon fils», un rôle qu elle a longtemps tenu pour Claude qui ne conduisait pas. Et un autre sur «la vie très remarquable de ma grand mère». «97 aans, ce n est pas normal! Mais bon, allons-y tout de même!» Au fond, Huguette Le Bihan était assez fière de sa performance. Près d un siècle d une vie de voyages ayant commencé au Havre en Bordeaux, Marseille, le Gabon, Lambaréné, Libreville, Paris, la Centrafrique, Dieppe, le Congo, le Tchad, la Bretagne et, enfin, Ozoir-la-Ferrière. On ne pouvait pas traverser une ville, une contrée, un pays sans que Huguette y ait vécu quelques jours, quelques mois ou... quelques années. Elle fut modiste : certains de ses chapeaux ont dansé à Monaco, sur la scène du théâtre du Châtelet, sur la tête de Sophia Loren Son fils et sa belle-fille lui ayant offert un coffret de couleurs, elle devint peintre et réalisa une copie de la Joconde. Il semblerait que celle du Louvre soit toutefois l originale À Pointe Noire, Alain lui ayant apporté un livre sur la technique de la danse classique, en toute logique Huguette monta une école de danse, mit en scène des spectacles où elle était tour à tour chorégraphe, librettiste, costumière et décoratrice. Et puis, Huguette écrivit trois livres. Généreuse de ses souvenirs, de ses voyages, de sa vie en Afrique... ceux qui ont eu le privilège de lire le récit de sa vie ont pu en apprécier le style et la verve. Elle savait raconter tout cela avec la précision que son étonnante mémoire pouvait donner. Quelques fées lui auraient-elles, à la naissance, fait Quelle joie, j ai adopté un chat Comme l aurait dit Monsieur Jean de la Fontaine C était un Raminagrobis Avec une moustache Non pas à la d Artagnan Mais à l élégant Aramis Et des yeux... Mais des yeux desquels On ne peut que dire T as d beaux yeux tu sais J avais un commencement De soucis, mais vite rétablis Par la présence de mes deux fils La Tsiné (souvenir du Gabon) Vous savez qu à Paris Nous avons une très belle rivière Qui, illuminée le soir Va ébaubir tous les Parisiens. Mais c est petit! C est petit! Quand on a vu En Afrique, la Tsiné Comme moi je l ai vue à onze ans. C est tout petit, petit, petit. Vous mettez la Seine à côté de la Seine, Vous mettez la Loire à côté, Vous mettez le Rhône, Vous mettez le Rhin. Toutes ces rivières 4 cadeau de ces dons multiples qui ont émerveillé ses proches et ses amis ozoiriens? Le chant, la poésie, la peinture, l interprétation Dans les ateliers théâtre, créés par ses soins, elle fut costumière, animatrice, chapelière À la fin de sa vie, toujours présente aux répétitions des soirées poésie, elle dispensait ses conseils avec sagesse. Quelle force de vie la portait alors? Brisée par le chagrin, rompue par les douleurs physiques jamais on ne la vit abattue. Elle avait sans cesse un projet d écrit, une idée nouvelle, des souvenirs frais à raconter. Comment ne pas admirer cette impérieuse obstination? De ce lit, qu elle ne quittait plus depuis des années, elle savait imposer ses choix. Cette tyrannie affectueuse qu elle exerçait avec tact nous attachait tout particulièrement à son exceptionnelle personnalité et nous sommes sans doute nombreux à regretter aujourd hui de n être pas restés à ses côtés plus souvent pour y apprendre le secret de l ardeur à vivre. D autant que tout était ouvert chez elle : sa maison, sa table, son cœur. Dotée d un esprit pétillant d intelligence et d humour, Huguette était une femme hors du commun. Comme il est difficile de dire «au revoir» à ceux qui nous quittent en plein élan et en pleine vivacité. Huguette Le Bihan était de ceux-là. Texte composé à partir des témoignages de Alain et Michèle Le Bihan, Josiane Kruger, Isabelle et Jean-Louis Soulié L un comme l autre aiment cet adorable chaton Vous comprendrez mon souci Quand je vous aurai dit Que j ai quatre-vingt-quatorze ans Et lui n en a que cinq Alors vous m avez comprise Et ce chaton Il ronronne Il ronflotte toujours inquiet Dès que l on m approche Pour me faire des soins Je ne peux que deux mots dire C est un adorable Gribouille. À côté les unes des autres Sont moins larges que la Tsiné! Mais le plus magnifique C est la nuit. Nulle part d électricité Mais le ciel embrasé d étoiles. Les hommes, à chaque coup de leur pagaie Font surgir de l eau autant d étoiles. Le mélange des eaux, douce et salée Rend ce fleuve fluorescent, Si bien qu autour de nous L eau est un autre ciel étoilé. Merveille des merveilles, Une merveille pareille Je ne l ai vue nulle part ailleurs. La polka Souvenirs d une élève Huguette, je l avais rencontrée, je n avais pas 16 ans... mon Dieu que le temps a passé vite! J avais rejoint le groupe de jeunes qu elle avait formé avec Claude, son fils, au CCLO et chaque vendredi soir ils chassaient notre mélancolie adolescente en insufflant à nos corps et nos âmes leur joie de vivre, leur volonté, leur dynamisme, leur confiance en nous, leur amour pour les arts. Ils nous portaient, nous transportaient, nous faisaient nous dépasser. La musique, la danse, le chant, la comédie musicale, la poésie, le théâtre... Ils nous permettaient de réaliser ce dont nous rêvions et, bien plus fort, parvenaient à nous faire faire ce que nous n aimions pas... et, mieux encore, à nous le faire aimer. des 90 berges J arrivra ou j arrivra pas Aux 90 berges, aux 90 berges J arrivra ou j arrivra pas Aux 90 berges ou ça s ra mon trépas On m soigne le haut, c est l bas qui n va pas ça, ça me chagrine, ça, ça me chagrine On m soigne le bas, le haut ne suit pas ça, ça me chagrine, je ne vous dis qu ça Quand je vois aux actualités Qu à 45 berges ou 70 berges Quand je vois aux actualités Qu une personnalité nous a trop vite quittés Moi, j me dis, qu est-ce que j fous ici à 89 berges, à 89 berges Moi j me dis qu est-ce que j fous ici Bénévoles, ils donnaient sans compter : leur temps, leur talent, leur foi en nous, leur amour même. Combien d heures supplémentaires passées chez eux à répéter et répéter encore ou à essayer les costumes qu Huguette confectionnait avec génie. Et encore à épancher nos cœurs fragiles d adolescents et y trouver chaleur, réconfort, gaité et énergie. Chaque année nous n étions pas peu fiers de donner un spectacle, monté avec exigence : «le petit échiquier». Huguette de mes 16 ans, soleil de mes années frileuses, tu vas rejoindre les étoiles mais, sur la terre, et malgré les soucis de la vie et les rides qu elle creuse, tous tes enfants adoptifs, aux rhumatismes naissants, continuent de chanter, de danser, de conter, et de se souvenir. Quand toute la journée, j reste vautrée dans mon lit Si toutefois, je n arrivais pas Aux 90 berges, aux 90 berges Si toutefois, je n arrivais pas Aux 90 berges, n en faites pas tout un plat Mais voilà je suis arrivée à 92 berges, à 92 berges Et voilà, je suis arrivée aux 92 berges Les 100 berges, croyez-moi J vais m en occuper La morale de la p tite histoire Des 90 berges, des 90 berges La morale de la p tite histoire Aux 90 berges, tous n y arrivront pas. Patricia Stehly Échange Un article paru dans notre précédent numéro sous le titre «Habitudes ancestrales» a provoqué la réaction d un lecteur. Nous la publions, ainsi que la mise au point de Daniel Schifre, auteur du texte incriminé... Constat lucide ou racisme anti-corse? La lettre de M. Norbert Lenobrac La lecture de l article signé D. Schifre, en page 16 du dernier numéro de Ricochets, m a procuré un curieux mélange de satisfaction et de malaise. Sous le titre Habitudes ancestrales, il attribue implicitement à l origine corse du maire d Ozoir, monsieur Jean-François Oneto, certaines dérives constatées dans la gestion de notre ville. La satisfaction d abord. Dénoncer les aberrations de la gestion municipale ozoirienne me semble relever de l œuvre de salubrité publique. Le malaise ensuite : parce que l on observe en Corse des comportements d élus, disons désinvoltes à l égard du droit, l origine corse de M. Oneto expliquerait sa façon de mener les affaires d Ozoir. L auteur de l article induit ainsi un amalgame global. Comme La réponse de Daniel Schiffre La réaction première de notre lecteur correspond à un réflexe culturel actuel, nous devons être prudents quand il s agit de cibler des populations, des ethnies, d évoquer des origines. Et je suis 100% en accord avec cette prudence. Néanmoins, concernant mon article sur les élus corses, il ne s agit pas de racisme mais de dénoncer des pratiques mafieuses : nous sommes face à du haut banditisme. Ce sujet est actuellement repris par les médias de nombreuses fois, nous sommes face à des organisations comparables à ce qui a été constaté en Italie. Des livres viennent d être publiés sur le sujet, des membres de la sécurité du territoire enquêtent en profondeur, l un d eux a été très intéressé par la photo publiée. Le mot «racisme» est très fort, trop fort, si le fait d être corse conduisait inéluctablement à adopter, en tant qu élu, des comportements marginaux. Ce type de raisonnement consistant à assimiler un fait culturel à une inclination naturelle commune à l ensemble d un groupe humain n estelle pas l une des caractéristiques ordinaires d une logique de type raciste? Pour éviter ce piège, D. Schifre aurait pu, par exemple, parler de «l attitude ambiguë que certains, voire de nombreux (et non les) élus corses observent à l égard du droit». Il aurait même pu ajouter qu il arrivait que d autres élus, pas corses du tout, ne soient pas en reste Norbert Lenobrac *N 47 Septembre- octobre-novembre 2012 inadéquat par rapport au contexte. Par ailleurs, je constate que le comportement général reste timide par rapport à des sujets graves que la loi condamne comme le harcèlement sexuel ou moral, l abus de biens sociaux, la prise illégale d intérêts Un comportement qui n ose pas, qui est résigné, c est ce même comportement qui a ouvert la porte aux excès de l Histoire. Dans le domaine professionnel, on constate la même chose, face à des cas évidents, de harcèlement moral par exemple, la victime est condamnée et non le coupable. Nous devons nous recentrer sur la loi : elle a été faite pour protéger les individus, les victimes ; ne pas s y référer c est accepter la malversation voire la soutenir. Daniel Schifre Détournement Routes et fibre optique ou résidence? La rue Henri François (en jaune sur le plan) se situe en pleine zone industrielle d Ozoir, là où la mairie souhaite créer un espace à «vocation résidentielle majoritaire». Le Département contribue financièrement à l amélioration de la voirie et des réseaux afin de renforcer l attractivité économique de notre ZI, il a l impression d avoir été trompé... Dans le projet de Plan Local Urbain (PLU) qui sera prochainement soumis à l avis des Ozoiriens, la rue Henri François se trouve classée en zone 1AU. Objectif visé par le maire : faire disparaître les activités économiques du secteur pour y contruire des résidences. Cette rue est celle où sont implantés les Services techniques municipaux mais aussi des entreprises industrielles et bureaux (menacés dans leur existence par ce projet). La Région et le Département - mis à contribution pour améliorer l état de la voirie et des réseaux afin de renforcer l attractivité économique de la zone industrielle - l ont plutôt mauvaise. Ainsi, le Conseil général laisse-t-il entendre qu il remet en cause l aide financière accordée à la Ville Gérard Eude (Président de «Seine-et-Marne Développement») a déclaré récemment «avoir bien identifié le non respect de ce qui se fait avec ce qui était dans les objectifs de cette requalification». Et de conclure par un «Nous allons prendre les mesures nécessaires» quelque peu menaçant. Le Département n a pas seulement participé à l amélioration des routes et des réseaux de notre zone industrielle : il a fait venir aussi la fibre optique haute définition... À ce propos, l évocation des soucis des industriels quant aux tarifs demandés par les installateurs de la fibre optique amène une réponse détaillée de Bertrand Caparroy, premier vice-président du Conseil général, chargé des réseaux numériques. «est bien pour faciliter le raccordement des entreprises à la fibre que C notre délégataire met en place progressivement sur les zones d activité le label ZA.THD entièrement préfibrées (...) jusqu à la limite séparative de la parcelle accueillant l entreprise. Les trois zones d Ozoir ( ZI Nord, ZA de la Pyramide et Parc d Activités de la Gare) sont labellisées THD et sont ouvertes aux opérateurs depuis juillet. Il ne reste donc à la charge des entreprises intéressées (...) qu une redevance forfaitaire unique de 500 euros pour Frais d Accès au Service (FAS). Le montant de l abonnement mensuel aux services d un Fournisseur d Accès à Internet ne dépend ni du CG, ni de Semafor77, mais de la qualité des services souscrits et de la politique commerciale de chaque opérateur présent sur notre réseau. Il en existe à ce jour plus de quinze dont la liste est consultable sur le site de Semafor77.» 5

4 dossier Une association de patients se crée pour défendre le Centre médical de Forcilles. L équipe de la Francilienne fait bloc avec la Mairie pour maintenir une implantation à Pontault-Combault. Semaine après semaine des militants du POI distribuent sur le marché d Ozoir-la-Ferrière des nouvelles des débats engagés avec l Agence Régionale de Santé, la bête noire de tous les acteurs médicaux rencontrés, qui parle rentabilité là où les autres parlent santé de proximité. Y a-t-il menace sur nos hôpitaux et cliniques? LA SEINE-ET-MARNE EN FESTIVAL DU 27 AU 31 DÉC 2012 Entre déménagements et menaces de fermeture... où peut-on encore se faire soigner autour d Ozoir? Ces bâtiments de l hôpital de Lagny se vident de leurs patients pour être transformés en appartements. Qui regrettera cet hôpital incommode, sur la pente? Nous y avons nos souvenirs, bons ou non. Nostalgie. SPECTACLE VIVANT PROJECTIONS ARTS PLASTIQUES JEUX FORAINS MUSIQUE ARTS DE LA RUE RÉSERVATIONS ET INFORMATIONS * * PRIX D UN APPEL LOCAL À PARTIR DU 3 DEC FACEBOOK.COM/DEPAYZARTS Peut-on choisir son hôpital? La réponse à cette question est en principe positive. Le choix du médecin est libre ainsi que celui de l établissement de soins. Mais il existe des contraintes financières que tout patient va devoir prendre (librement...) en compte. En matière de soins, il existe trois secteurs. Le premier (secteur 1) est le moins cher. Les honoraires y sont limités aux tarifs servant de base aux remboursements de l assurance maladie, et pris en charge par la Sécurité sociale (1) et les mutuelles, sauf 1. Dans le second (secteur 2), les médecins sont conventionnés à honoraires libres. Les remboursements de l assurance maladie sont alors calculés sur le montant de la consultation de secteur 1, et ceux de la complémentaire santé dépendent des conditions du contrat. En secteur 3, totalement libre, le remboursement se limite à 1. Tout dépend alors de la complémentaire santé - Le choix devient théorique pour les urgences : * Si vous êtes inconscient * Si vous exprimez un choix qui entraîne des frais supplémentaires de transport (il faut alors s engager à les régler) * Si l établissement choisi n est pas estimé convenir à l urgence décelée * S il n y a pas de lit disponible * Si (1) Sécurité sociale ou Assurance maladie? De la «Sécurité», service public, à «l Assurance», la dénomination souligne un changement d esprit : du service dû à tous, sur des principes sociaux, au contrat souscrit par chacun, selon des principes économiques. Le service public a un coût, sinon le secteur libre suffirait ; le contrat doit s équilibrer! La course d obstacle des premiers secours S ils luttent contre les incendies, les pompiers sont aussi très souvent les premiers à se rendre chez ceux dont l état de santé nécessite une prise en charge urgente. Cette tâche essentielle représente les trois-quarts de leurs interventions. Si la vitesse est un facteur accidentel aggravant elle peut a contrario sauver des vies. C est le cas lorsque celles-ci sont entre les mains des sapeurs-pompiers. Ceux d Ozoir nous ont spontanément reçus... Ils sont soixante-treize hommes et femmes et leur secteur d intervention couvre la totalité de la ville et 50% de Roissy-en-Brie, la commune voisine. Cinquante-huit d entre eux sont volontaires et quinze professionnels. (1) La caserne d Ozoir abrite un fourgon pompe, deux ambulances et un véhicule tout usage. «Les effectifs et matériels sont calculés sur la base de cent interventions pour mille habitants, explique le sergent-chef Rubas. Quant au financement il dépend essentiellement du Conseil Général de Seine-et-Marne. Nos sapeurs pompiers sont des civils relevant du ministère de l Intérieur, donc de la fonction publique. «En 2011 nous avons réalisé 2132 interventions, soit une progression de 4,5%. Celles-ci se répartissent ainsi : 1535 secours à personnes (75% de nos interventions), 145 secours routiers, 269 incendies et 183 divers telle la destruction d hyménoptères comme les guêpes, abeilles et autres insectes.» (2) Ce ne sont pas les pompiers qui décident du lieu où ils doivent acheminer les victimes vers les centres hospitaliers, mais le SAMU. «Selon le degré d urgence nous les transportons vers les hôpitaux et cliniques privés ou publics du secteur. Mais quand il y a détresse vitale comme un AVC qui nécessite un scanner, nous sommes autorisés à chercher une structure adaptée à leur cas en île-de-france, mais toujours avec l aval d un service mobile d urgence et de réanimation (Smur).» Restent les aléas de la circulation qui constituent autant d obstacles à franchir. Et qui rendent d autant plus admirable le fait que les délais d intervention de nos pompiers sont de 8 à 10 minutes en milieu urbain. Reste également le fait que nous sommes confrontés, particulièrement à Ozoir, à deux trains qui ne roulent pas à la même vitesse. L un, le TGV immobilier boulimique et spéculatif local qui accroît fortement la population. L autre, l omnibus des moyens en personnel et matériels qui dépend des subventions départementales. Avec les restrictions budgétaires et les transferts de charges annoncés sur les collectivités locales il y a du souci à se faire! Jean-Claude Morançais (1) Un officier, le lieutenant Jouffroy, commande douze sousofficiers (pour moitié professionnels et volontaires), soixante hommes du rang et vingt-cinq jeunes sapeurs encadrés par huit pros. (2) Ces interventions sont payantes à hauteur de 110 si elles ne présentent aucun caractère d urgence et de danger. 7

5 dossier Ambulances Les principes... Tout malade a droit au transport adéquat correspondant à sa pathologie mais le plus simple est souvent d utiliser un véhicule personnel pour se rendre dans les hôpitaux de proximité. En son absence seule la clinique de Tournan est assez proche d une gare RER. La Francilienne est desservie par une ligne de bus, depuis la gare de Pontault-Combault. Forcilles ne dispose pas de transport public depuis Ozoir. Quand les malades ne peuvent se rendre par eux-mêmes sur les lieux de soins, différents mode de transport peuvent être prescrits par le médecin en fonction de la pathologie ou du type d hospitalisation. D abord le véhicule sanitaire léger (VSL) ou le taxi, puis l ambulance (pour les patients qui doivent voyager demi-assis ou allongés ou qui sont en fauteuil, ou qui ont besoin de surveillance, ou qui sont sous oxygène ou encore, si on suspecte une épidémie (masque et désinfection du véhicule). Si le malade ne peut pas bouger seul, l ambulance est préconisée pour être deux. Même remarque pour certains soins comme les dialyses d où les patients sortent avec une tension basse. Le transport est pris en charge par la Sécurité sociale. Le VSL est moins cher que l ambulance mais le taxi, plus cher (on lui paye l aller-retour et le temps d attente), n est remboursé que s il est conventionné. Nous le répétons : tout malade a droit au transport correspondant à sa pathologie. Pour certains, c est presque automatique : les personnes qui souffrent d affections de longue durée, les pensionnés de guerre, les femmes enceintes à partir du septième mois, les invalides à 100%. Le médecin établit le bon de transport adéquat. Des hôpitaux ont des contrats mais le patient est libre de choisir sa société de transport. Forcilles a un contrat pour toutes les sorties, les traitements. L hôpital de Marne-la-Vallée a un contrat avec la société Boulard qui a répondu à l appel d offre. Une société de transport qui prend un contrat doit pouvoir opérer les prestations, c est-à-dire tourner 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 avec suffisamment de véhicules. Trois gros syndicats signent les conventions. En ce moment, on voudrait être sous une convention médecin, personnel médical pour 159h/mois et non pas, comme aujourd hui, sous une convention de routiers pour 220h/mois. Un ambulancier peut travailler maximum 15h sur une journée une fois par semaine. Il travaille entre 10 et 12 heures par jour. «Jamais Forcilles ne fermera ses portes» Témoignage : le coriace et sa bête noire Le docteur Jean-François Moreau est diabétique. Il s exprime ici en tant que malade et non comme médecin, expliquant les raisons qui l ont poussé à monter une association de défense des malades... «C est ma peau qui est en jeu et c est la peau des autres malades que nous défendons. Ce centre ne doit pas être dissous. Il doit être copié». À 65 ans, le docteur Jean-François Moreau se diagnostique un diabète. Soigné d abord à Necker, il va ensuite régulièrement se refaire une santé à la Clinique du Bois de l Ours, à Briançon. Mais en régionalisation oblige, la clinique est fermée aux non- Provençaux. Pour suivre son traitement en diabétologie, le Dr Moreau, qui habite Paris, est donc contraint de choisir un lieu de soins en Région Parisienne. Il choisit Forcilles... «Pourquoi Forcilles? J avais entendu ce nom en J étais encore externe à Saint-Lazare. Le Professeur Bernier avait évoqué la création d un centre consacré à la diététique, une discipline encore peu connue alors. Je ne savais pas où c était mais j avais retenu ce nom». À Forcilles, le Dr Moreau trouve toute la qualité de soins et d écoute qu il pouvait espérer. Il y séjourne deux à trois fois par an. Mais voilà qu en mars-avril 2010, l accueil se fait moins aimable, le personnel est tendu, voire brutal. On attend le verdict du Tribunal administratif saisi en référé. Il est question de fermer le service de radiothérapie à la fin du mois, car avec moins de 400 actes/an il est loin du seuil de 600 exigé pour maintenir un tel service ouvert. «C est ma peau qui était en jeu!... et celle de tous les autres malades. À une vingtaine, nous montons une association de défense de nos intérêts. Mais d abord je me suis renseigné sur la qualité de ce service de radiothérapie. Tout y est au top. Aucun problème de sécurité : là aussi Forcilles excelle.» L Association des Patients du Centre Médical de Forcilles (APCMF) est née ainsi. Indépendamment de la Direction, indépendamment des personnels. Les plus motivés de tous, car pour eux c est vital... Et qu on ne leur dise pas qu ils pourront suivre leur radiothérapie ailleurs : «vous ignorez la Telle est la ferme et combative décision plusieurs fois répétée par le docteur Christian Théodore, médecin-directeur du centre médical de Forcilles, au cours de l entretien qu il nous a aimablement accordé. Le Dr Théodore est également président de la Ligue contre le cancer en Seine-et-Marne. Ricochets : En dépit de votre bonne réputation vous défrayez les chroniques de la presse régionale. D abord avec la fermeture demandée par l Agence Régionale de Santé de votre service de radiothérapie, puis avec des problèmes de trésorerie. Est-ce grave Docteur? Christian Théodore : Nous avons des difficultés financières comme hélas 80% des établissements hospitaliers privés ou publics en France. Pour régler ces problèmes il faut que notre centre s adosse à une autre entité. C est pourquoi la direction de l établissement a engagé depuis six mois des pourparlers intenses avec un certain nombre de structures pour qu elles nous aident à sortir de notre déficit. douleur des transports, quand déjà les deux ralentisseurs avant d arriver ici sont insupportables alors des kilomètres» et c est Georges Epinat, ancien ambulancier, et aujourd hui ardent défenseur de l APCMF qui l affirme. Lui aussi estime être encore en vie grâce à Forcilles. Il vient là pour un cancer et sa femme aussi. Il fait partie de ces malades heureux de vivre. Sa haute silhouette barbue est familière dans ce grand hall. Il y vient presque chaque jour prendre le courrier de l association et espère que les adhérents vont se multiplier tant et si bien que l Agence Régionale de Santé ne pourra que céder. L ARS! c est l ennemie, celle dont les diktats pourraient les priver de «leurs» soins. La bête noire de ces malades, bien plus que leur propre maladie... Forcilles digest Établissement privé associatif réunissant radiothérapie, chimiothérapie et nutrition entérale et parentérale (*), le centre de Forcilles est situé sur un domaine boisé de 23 ha à Férolles-Attilly. L ensemble des bâtiments représente une surface construite de m 2. On y traite en cancérologie des malades complexes dont le circuit digestif était interrompu. Notamment des cancers ORL particulièrement volumineux. Forcilles assure en plus la nutrition entérale extérieure de 440 malades par jour. Le service de radiothérapie et de radioprotection (il comprend 3 radiothérapeutes, 3 radiophysiciens et 2 dosimétristes) a été installé en Il a acquis une réputation nationale et internationale de haut niveau. (*) Entérale et parentérale : Il s agit de deux formes de nutrition artificielle. Entérale à l aide d une sonde qui descend à l estomac par le tube digestif ou directement à celui-ci. Parentérale désigne une alimentation par voie intramusculaire ou intraveineuse. En matière de lutte contre les infections nosocomiales, Forcilles a été classé par l Express, en 2007, premier des 241 centres hospitaliers de plus de 300 lits. La clinique de La Francilienne à Pontault-Combault. Anne Leberre, médecin urgentiste. R : À combien se monte votre déficit et quels sont vos futurs et éventuels partenaires sauveteurs? C.T. : Notre déficit de trésorerie est de cinq à six millions d euros. Quant à notre adossement à d autres partenaires j attends que les négociations aient abouti pour être plus précis. Ce que je ne manquerai pas de faire le moment venu. R : Vous êtes optimiste? C.T. : Oui! Je me répète : il est hors de question que Forcilles ferme! Bien qu on ne puisse pas dire que l Agence Régionale de Santé (ARS) ait eu à notre égard un œil bienveillant R : Pourquoi? C.T. : Parce que la politique générale de santé en France avec la loi Bachelot, et en particulier en Îlede-France, vise à créer des superstructures gigantesques au détriment d établissements plus modestes tout aussi efficaces et surtout plus proches des populations locales. J exerce ici depuis longtemps mais comme directeur que depuis octobre 2OO8. Donc comme responsable de la gestion et du personnel du centre R : Ce qui représente? C.T. : 65O emplois directs et indirects. Donc nous sommes l une des plus grosses «entreprises» de la communauté de communes des Portes de la Brie. Je n ai eu de cesse avec le personnel, les syndicats, et notre association de patients, de défendre l établissement contre les visées bureaucratiques purement comptables qui souhaitaient fermer les radiothérapies faisant moins de 6OO actes par an. Fermer ce service qui a reçu une certification élogieuse de la haute autorité de santé c était signer l arrêt de mort de notre centre. Alors nous sommes allés devant le Tribunal administratif en situation d urgence. Et nous avons eu gain de cause. Mais nous restons en attente d un jugement sur le fond. R : Donc avec une double épée de Damoclès au-dessus de vous? C.T. : Le problème de fond de la santé, c est que tout ne peut pas être que financier. Il faut que les gouvernants comprennent que la santé est un domaine dans lequel il faut mettre de l argent. Et qu ils admettent qu on peut aussi en perdre. R : L Etat a créé depuis quelques années beaucoup d entités de surveillance, d agences, de gens qui sont payés à contrôler bureaucratiquement les médecins, les hôpitaux, sans compétences médicales particulières. Avec une calculette en tête à la place d un stéthoscope à l oreille. N y a-t-il pas sur ce point des économies à réaliser? C.T.: Vous comprendrez que je ne puisse me prononcer sur votre question sans risquer de me mettre à dos trop de monde. C est aux citoyens de dire quelle politique de santé publique ils veulent. R : Vous défendez collectivement Forcilles, ce qui est tout à votre honneur. En quoi et comment pouvons-nous vous aider à tenir bon? C.T.: En faisant pression sur les politiques et les gouvernants quels qu ils soient pour exiger une médecine de qualité et de proximité. Un autre élément contributif pour aider des centres comme le nôtre consiste à ce que les populations riveraines manifestent leur intérêt pour nous. La vie financière d un hôpital est essentiellement assurée par les patients. Bien que nous ne disposions pas d un service d urgence de nuit on peut venir nous La Francilienne : consulter en radiothérapie, en pathologie respiratoire, en ORL, en rhumatologie, en dermatologie, en diabétologie etc. Nous sommes en secteur 1 et tout notre personnel, médecins compris, est salarié. Pas de dépassements d honoraires, donc pas de médecine à deux vitesses. Et surtout pas de sélection entre les malades «rentables» et les autres. Ce vers quoi nous conduit aujourd hui encore une politique de santé orientée vers des macrostructures éloignées des patients. Donc coûteuses en temps de déplacements et en argent pour eux et pour la Sécurité sociale Nous disposons avec notre centre d un très bel outil de travail que nous entendons défendre collectivement. Merci à votre journal et à ses lecteurs de nous aider à le préserver. Propos recueillis par Jean-Claude et Liliane Morançais. Forcilles à domicile Le 5 novembre nous avons rappelé le centre hospitalier de Forcilles pour nous faire préciser ce que représente le chiffre stupéfiant de 440 visites à domicile par jour de nutrition entérale des patients. Le docteur Cabrit, Pharmacien- Gérant du centre nous a confirmé et indiqué d autres chiffres encore plus étonnants. «Notre service de pharmacie hospitalière, qui comprend 19 diététiciens (es) et chauffeurs-livreurs, visite chaque jour entre 420, 440 patients. Mais pas les mêmes puisque nous espaçons nos visites du premier jour à J 15, un mois, deux mois maximum. Mais au moindre problème on peut nous contacter 24h sur 24. Dans une quinzaine de jours nous aurons, depuis 22 ans que notre service existe, réalisé trois millions de visites gratuites journalières à domicile. Et un nombre incalculable de kilomètres puisque nous répondons à la demande d assistance à domicile de toute l Île-de-France.» À raison du coût estimé de 20 par visite faisons le compte des économies réalisées par les patients et posons-nous la question de l utilité précieuse du service public de santé. À défendre bec et ongles. J.C. et L. M. reste La Francilienne Ambulances 8 9 «Surtout, dites bien que rien ne va changer et que les craintes de fermeture sont évanouies!» Convaincantes les certitudes de l équipe médicale de La Francilienne mais si les craintes de fermeture de cet établissement trop à l étroit, sont évanouies, il y a des contreparties... En fait, il y aura bien, comme on le craignait, un déménagement, mais celui-ci se fera dans Pontault même, près de la gare, et l équipe médicale ne sera pas dispersée, seuls les lits seront supprimés. Une clinique sans lits? Oui. Les opérations - et donc les hospitalisations - se feront désormais à Champigny, à la clinique Paul Dejinne. La Francilienne va donc devenir une Maison de Santé de Proximité (MSP) avec tous les spécialistes, les mêmes qui se retrouveront à Champigny pour opérer «Des urgences, non plus 24h/24 mais 14h/24 de 8h à 22h ce qui représente 80 à 90% des accueils. Mais toujours des urgences» : Anne Leberre, souriante urgentiste l affirme avec confiance. Et proteste contre la réticence des pompiers à conduire à l établissement le plus proche, comme cela est légal. La clinique est conventionnée, accueille tous les malades, y compris bien sûr ceux qui sont couverts par la CMU. Et cela ne leur coûte pas plus cher qu en établissement public. En revanche, pour la Sécurité Sociale, l établissement de proximité revient moins cher que l hôpital public plus éloigné. Et globalement le prix de journée lui revient aussi moins cher. Mais comment poursuivre un accueil d urgence sans lits? Surtout quand on connaît la spécialité de la Francilienne : l urgence «mains». (1) Selon Anne, l urgence-mains restera aussi performante que par le passé. «Pour une intervention chirurgicale, il faut un jeûne strict de six heures minimum. Nous renvoyons les patients chez eux avec un rendez-vous pour le lendemain au plus tôt. Seule différence : le rendez-vous se fera à Champigny au lieu de Pontault.» Mais le service, les consultations de Le vécu... À côté du principe il y a la réalité vécue au quotidien. Voici l histoire d un Ozoirien souffrant d une affection impliquant des dialyses. Il quitte Ozoir le matin à 5h 30 : il faut qu il soit dialysé aux heures prévues, au jour prévu. Pris en charge à 100%, il devrait déjà partir avec un V.S.L ou une ambulance mais, fatigué après la dialyse, il souffre des attentes et des retards du transporteur. Pour le moment, sa femme le conduit et vient le reprendre. Il connaît des personnes d Ozoir qui se déplacent au centre de dialyse de Pontault soit en taxi, soit en V.S.L et voit bien qu ils attendent encore longtemps après trois ou quatre heures de dialyse. Lorsqu il était dialysé à Paris, l hôpital Tenon avait trouvé l ambulance. Il a eu cet ambulancier pendant cinq mois, à certains moments tous les jours de la semaine. Quand les transports sont devenus occasionnels vers Paris, ce professionnel n a plus répondu aux messages de réservation, on ne l intéressait plus Il faut avoir les cartes de visite de plusieurs transporteurs pour avoir une chance d en trouver un, en réservant à l avance. Pour une consultation ou une hospitalisation, si on est à 100% et qu on a un transporteur conventionné S.S, celui-ci s occupe de toutes les démarches et on ne débourse rien. Mais pour une maladie ordinaire, avec un taxi, on ne peut pas être remboursé. On peut prendre un taxi d Ozoir qui assure toujours l aller-retour sans attente puisqu il reste sur place. Pour une urgence - à la pharmacie centrale des hôpitaux à Paris pour retirer un médicament vital, en rupture de stock en France -, ce genre de marathon a coûté 80 cet été. Le chauffeur a accompagné la démarche comme l aurait fait un ambulancier. Parce qu il ne fait pas office de V.S.L comme la plupart de ses collègues, ce chauffeur de taxi est plus disponible que les autres et, dans la journée, on peut le trouver en particulier quand on a une urgence. Non seulement le retour est assuré mais il n y a pas d attente et on est seul dans le taxi, pas obligé de faire des tours de villes pour aller déposer un autre client avec lequel on a dû partager la voiture. Mais cette solution «confortable» ne peut être qu occasionnelle. Les mêmes praticiens, la même qualité d accueil et de soins que ce soit en consultation, en préopératoire ou en postopératoire : l équipe de la Francilienne l affirme, «rien ne va changer»... chirurgie et d anesthésiste préalables se feront toujours à Pontault. «Non, vraiment, dites-le, écrivez-le : rien ne change pour les malades et la qualité des soins, les prises en charge. Ici ou avenue de la République, la Francilienne reste la Francilienne.» C est le choix de praticiens heureux de travailler ensemble, qui ont fait le pari de continuer et ont trouvé auprès de la Municipalité de Pontault-Combault l aide souhaitée pour faire aboutir un projet permettant cette mue vers une nouvelle vie. (1) Ce que l on appelle l «urgence mains» concerne en fait la totalité des membres supérieurs, depuis l épaule jusqu à la main.

6 dossier Lagny et Jossigny : aux locaux très 19 e siècle succède un style plus moderne. Mais qu ont à perdre - ou à gagner - les patients contraints de passer de l un à l autre des deux établissements? vie locale Lagny : quand un hôpital déménage Un quartier nouveau pour sauver Ste Thérèse Situés au sud-est de la ville, derrière le Campus, les bois vendus au promoteur France Pierre par Sainte-Thérèse (avec la complicité du maire qui a délivré un faux certificat d urbanisme) sont classés comme espaces boisés protégés. Tout cela pour tenter de permettre à l école privée de se sortir d une situation financière préoccupante... Jusqu à la mi-janvier, l hôpital de Lagny va se vider et le nouvel hôpital public de Jossigny se remplir. Le transfert des patients du premier vers le second se fera service par service, selon un calendrier affiché à la porte de l hôpital de Lagny. Serge Lange, membre du Conseil de surveillance (1) de Lagny, nous fait part de ses réflexions sur ce transfert... Adjoint à l urbanisme à Pontcarré, Serge Lange est membre du Conseil de surveillance de l hôpital de Lagny, en tant que «personne qualifiée présentée par le Préfet». C est sans rapport avec l urbanisme, mais en rapport avec sa profession : ancien Directeur Qualité dans un grand groupe, avec trente ans d expérience dans le domaine des environnements contrôlés, expert AFNOR Ricochets : Le nouvel hôpital est-il le transfert, dans des locaux neufs, plus adaptés, de l ensemble de l hôpital de Lagny? Serge Lange : La capacité de 557 lits sera supérieure à l offre actuelle de Lagny (465 lits). Mais compte tenu de la forte croissance de la population dans ce secteur (14% par an), une capacité à terme de 650 lits sera vite insuffisante. La possibilité d agrandir l hôpital de Meaux est examinée. Madame Martine Ladoucette, Directrice commune du Groupe de Coopération sanitaire (GCS) comprenant les hôpitaux de Lagny-Jossigny, Meaux et Coulommiers, entend gérer avec pragmatisme l évolution conjointe d établissements complémentaires. Surtout, une partie 500 m² - sera réservée à un secteur privé. Le Conseil de surveillance s était prononcé «contre», mais l ARS (Agence Régionale de Santé) y tenait de façon impérative. Il a fallu céder. C est tout ce qui concerne l imagerie, Tournan riche de deux hôpitaux qui sera exclusivement réservé au secteur privé. L établissement fournit les locaux. Le secteur privé apportera le matériel et veillera à son entretien et renouvellement : on voit poindre le souci d économie de l ARS. Cela a entraîné des protestations du personnel hospitalier. R : Que reste-t-il à Lagny? Que va devenir cet ensemble de bâtiments? S L : À Lagny ne restera qu un EHPAD (Établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), un service d IRM (imagerie par résonance magnétique, technique d imagerie médicale permettant d obtenir des vues 2D ou 3D de l intérieur du corps) et la pédopsychiatrie. Il y a eu des projets divers pour l avenir des locaux. On s oriente vers une réhabilitation des bâtiments en logements. Il est question de 850 logements, dont 30% sociaux. Un parc sera créé, ouvert au public. R : Le changement est-il une bonne chose? S L : L hôpital de Lagny est éclaté entre de nombreux bâtiments, étagés sur une pente forte. La communication entre les bâtiments se fait par l extérieur, avec tous les inconvénients de rupture de température (il faut se couvrir l hiver pour passer d un service à un autre), de temps perdu À Jossigny c est un bâtiment de 100 mètres sur 200 avec quatre niveaux. 36 patios intérieurs ouvrent des espaces de promenade. C est évidemment un bâtiment HQE (haute qualité environnementale), 690 m² de panneaux solaires, du chauffage par géothermie, des plafonds rayonnants, beaucoup de lumière Tout communique par les sous-sols, par circuits pneumatiques. Le coût global est de 270 M. R : Le personnel doit être satisfait. S L : Pas vraiment. Les 1796 personnes concernées n y trouvent pas toutes avantage. Éloignement de leur domicile, changement des conditions de travail. L effort d adaptation demandé est important. Il faudra en tenir compte et compenser par des embauches complémentaires. Et puis, il y a le confort d un bassin d emplois plus vaste. R : Quels sont les points forts de cet hôpital? S L : Lagny est le seul hôpital en France à avoir un service de réanimation certifié ISO Dans l ensemble, c est un bon hôpital dont les qualités se retrouveront dans les nouveaux locaux. Avec de nouveaux services : hémodialyse, chimio et radiothérapie un plus grand nombre de lits en psychiatrie adulte (5 fois 25 lits sur 5700 m²). R : Vous êtes cependant soucieux quant à l avenir de l hôpital? S L : Oui car tous les hôpitaux sont menacés de faillite et tout retard supplémentaire coûte cher. Chez nous, c est 1M par mois. Certes, l hôpital de Lagny continue de recevoir les malades Les militants locaux, personnels de l hôpital local de Tournan, patients, élus de Tournan et des villes voisines ont eu plus d une occasion de faire connaissance sur les trottoirs de la rue de Paris. Ils se souviennent des manifestations menées en 2005 en faveur du maintien de cet établissement longtemps menacé de fermeture. En 2006, des travaux importants de remise aux normes de sécurité et un net effort financier, tant des familles que des pouvoirs publics, ont permis le maintien de l établissement. Aujourd hui, la sérénité tant que le transfert ne se fait pas. Mais la plus grande capacité de Jossigny permettra d en recevoir davantage. Il y a donc manque à gagner. Les comptes prévisionnels avaient tablé sur une ouverture au printemps dernier. De façon générale, d ailleurs, cette logique de T2A (taxe à l activité), qui exige qu un hôpital vive sur les facturations, risque de nous amener des déserts médicaux. Au total, on n aura rien gagné car il y aura des frais ambulanciers pour amener les malades toujours plus loin. Sans compter les risques pour leur santé. La santé n est pas une marchandise. Dans certaines structures à vocation de «rentabilité» on refoule certains malades, trop âgés, trop malades Le serment d Hippocrate, on s en éloigne énormément. L aspect financier bouffe le reste. Propos recueillis par (1) «Conseil de surveillance» est le nouveau nom du Conseil d administration du Centre Hospitalier de Marne-la-Vallée. Ce Conseil comprend 17 membres : La Directrice, le Président de la Commission médicale d Etablissement (CME), des représentants du personnel, des représentants des élus locaux, des personnes qualifiées présentées par l Agence régionale de santé (ARS) et d autres présentées par le Préfet retrouvée, les patients y coulent des jours paisibles, même si quelques chambres donnent sur le funérarium privé, de l autre côté de la rue. Au 2 de la rue Jules Lefebvre, au nord de la gare RER de Tournan, la clinique de Tournan est une clinique privée, du groupe Salvia Santé. C est l antenne chirurgicale et la maternité les plus proches d Ozoir-la-Ferrière. Elle abrite soixante-dix lits d hospitalisation complète et vingt-huit lits en ambulatoire. Une équipe de soixante-quatre médecins spécialistes libéraux offre un large éventail de soins. La clinique reçoit patients par an. Ouverte 24h/24, elle fait partie du réseau des urgences de Seine-et-Marne. Ces quelques renseignements sont extraits du site Internet de l établissement*. Les contacts pris par la rédaction de Ricochets pour une interview n ont pas abouti, non par mauvaise volonté mais pour des difficultés de calendrier. Et puis, il n y a aucune crainte pour l avenir de l établissement, donc aucune urgence à communiquer. * 10 La lettre ouverte adressée aux élus municipaux du groupe majoritaire émanant du groupe Ensemble relate donc une bien curieuse transaction immobilière qui n a pu se réaliser qu avec la participation active de M. Jean-François Oneto, en tant que maire de la commune. Monsieur Antonio de Sousa, promoteur bien connu à Ozoir, Président de France Pierre II, a acquis, au prix de 2,3 M, le 26 janvier dernier, 12 ha de bois au sud du Campus Est et du Domaine d Armainvilliers. Ces mêmes bois figurent en zone N, tramée espace boisé classé, sur le projet de plan local urbain arrêté par Conseil municipal le 26 juin. À Ozoir-la-Ferrière, 12 ha de terrain non viabilisé mais constructible c est une très bonne affaire. En revanche, pour une parcelle de forêt, c est très cher. Comme M. de Sousa n est pas forestier mais promoteur immobilier, il s engage dans l acte de vente à construire dans les quatre ans de son achat. Ce qui l exonère de la taxe de publicité foncière... Et il fait esquisser le plan masse comportant 139 maisons individuelles qui nous est parvenu. Ce n est pas un terrain nu rendu constructible récemment, Cadeau du maire à l un de ses chefs de service : une maison et ses 660 m² de terrain, pour C est donné. Certains, en mairie, affirment que les arbres qui la cachaient auraient été coupés, probablement sans autorisation, avec une tronçonneuse achetée par le service Espaces verts qui n en a pas d autre usage. Mais que ne dit-on pas... Des employés communaux et une adjointe au maire, ont tiré des bénéfices personnels de la vente de biens appartenant à la Ville... Prix inférieurs à ce qu ils auraient dû être, conditions de vente ne respectant pas la légalité... il y a là matière à s interroger sur la possibilité ou non d un délit de prise illégale d intérêt. Et puis une question se pose. Ces responsables ayant bénéficié de passe droits sont évidemment redevables au maire d Ozoir-la-Ferrière. Redevables de quoi? précise l acte. Il n y a pas à régler de taxe de changement de destination, car «ce terrain est constructible depuis plus de onze ans». Comment ces bois, inconstructibles sur le POS actuel comme sur le projet de PLU, peuvent-ils être déclarés constructibles sur un acte de vente? Grâce à un certificat d urbanisme produit par la mairie et annexé à l acte! Qui trompe qui? Et pourquoi? Le bénéficiaire de cette opération surprenante c est le vendeur, Sainte-Thérèse, en grande difficulté financière. Il a même été payé c est écrit dans l acte pour 1,7 M avant la signature et seulement 0,6 M devant notaire à la signature. Une procédure invraisemblable *. Avec quelles garanties? À Ozoir-la-Fermière chacun cherche à faire son beurre. Mais il pourrait tourner rance dans un proche avenir. Lorsqu une commune souhaite vendre, ou acheter, un bien immobilier, elle se doit de respecter trois phases : préparation, vente (ou achat), exécution. Après avoir consulté le Service des Domaines (démarche obligatoire au delà de habitants), le maire prépare donc la première délibération du Conseil Municipal afin d en adopter le principe. Celle-ci doit faire apparaître au minimum les conditions de la vente et ses caractéristiques essentielles. Bien qu a priori aucun texte n impose de mesures particulières de publicité, il est fortement recommandé: - D afficher la délibération décidant la vente et ses résultats, - De publier un avis dans la presse afin d informer les acheteurs potentiels et susciter des offres, - D appliquer le principe de la mise en concurrence des offres. (1) Des obligations précédentes, il résulte que le conseil municipal doit délibérer à deux reprises : une première fois pour décider de consulter le service des Domaines, adopter le principe de la cession et éventuellement ses modalités; puis, une seconde fois, pour en préciser les conditions, en particulier le prix, et autoriser la signature de l acte de vente. Notons au passage que le maire ne saurait s autoriser lui-même à signer l acte de vente (cette formalité doit, elle aussi, donner lieu à délibération du conseil municipal) et que les cessions à titre gratuit ou à un prix inférieur à celui du marché sont interdites. Le 27 septembre dernier, le maire d Ozoir a soumis à son Conseil une délibération concernant un bien du domaine privé de la commune estimé par les Domaines à Monsieur Philippe Chiabodo, Directeur des Sports et de la Culture, ayant sollicité la commune pour l acquisition de ce bien, il fut demandé au Conseil Municipal d autoriser le Maire à signer tous les actes nécessaires à la cession pour un montant de Le titre de la délibération rappelait les sections cadastrales et leur contenance de 661 m 2, mais rien sur la nature du logement, soit une maison de type F4 de 93 m 2 habitables et un garage en annexe. Une maison pour laquelle il fut voté, en décembre 2011, l exécution de travaux par la ville. Nous remarquons donc que : - Il n y a pas eu de première délibération pour présenter le bien à vendre, - Le prix estimé par les Domaines a été baissé de 10% sans explication écrite ni contrepartie, (2) - La population n a pas été informée officiellement de la vente, - Le maire a favorisé ouvertement un acquéreur. Ces pratiques de vente de biens communaux ne sont pas, hélas, isolées : - En mars 2005, une autre maison a été cédée au Directeur des Services Extérieurs de la Mairie pour , prix inférieur à l estimation des Domaines ( ), - De la même façon, en avril 2007, un logement a été cédé au Directeur des Finances de la ville, pour , - Enfin, en juin 2009, un terrain a été vendu à Madame l Adjointe à l information et à la communication pour le prix de , Ces constats ne sont pas d ordre politique mais juridique. Il est anormal que ces ventes * Habituellement, l acquéreur se protège en versant un acompte de 5 à 10% à la signature. Il paie le complément après, avec une clause de condition suspensive d obtention d un permis de construire purgé du droit de recours des tiers. La mairie d Ozoir? une agence immobilière très particulière se pratiquent en petit comité au sein de la mairie sans communication préalable auprès de la population. D autant que, lorsqu elles sont présentées, les délibérations ne fournissent aucun détail écrit sur les caractéristiques du bien, nombre de pièces, surfaces Par rapport aux prix du marché, les écarts sont importants. Ainsi, pour ne prendre que le dernier exemple cité, un terrain seul de 661 m 2 du même type est évalué à 377 le m 2, soit Même en estimant que la maison ne vaut rien, le nouveau propriétaire sera en mesure de réaliser une revente immédiate avec un gain de , soit +45%. Dès lors, une question se pose : ces personnels et élus ayant bénéficié de passe-droits se retrouvent évidemment redevables à M. Oneto, maire d Ozoir. Redevables de quoi? Avant même de chercher à répondre sur ce point qui n est pas secondaire, on constatera que la mairie s est transformée en agence immobilière de vente de biens privés communaux. Il serait donc temps que des spécialistes se penchent sur l étude de ces cas afin de vérifier l existence ou non d un délit de prise illégale d intérêt pouvant toucher aussi bien les élus que les employés communaux. Bruno Wittmayer (1) L absence de publicité préalable peut remettre la vente en cause, dans le cas où le maire aurait souhaité ouvertement favoriser un acquéreur. (2) ii est possible de vendre à un prix inférieur à l évaluation des Domaines ou à un prix inférieur à sa valeur vénale, à condition que le rabais ait pour objet la réalisation de l intérêt général, et qu il soit assorti de contreparties suffisantes pour la commune. Dans les cas exposés ici, l intérêt général n a jamais été évoqué, encore moins des contreparties. 11

7 12 associations L astrarium de Giovanni Dondi Dans le cadre de la semaine de la science, l auditorium de la Ferme du plateau, à Tournan-en-Brie, projetait en avant-première le 30 octobre l Astrarium de Giovanni Dondi. Ce film, réalisé par le Gretzois Yves Terrenoire, narre la reconstruction d une horloge planétaire du Moyen Âge à partir du manuscrit de Giovanni Dondi. Sur les traces de son père, qui avait installé l horloge de la place de Pavie, Giovanni Dondi, ingénieur, poète et horloger du début de la Renaissance, avait construit une horloge planétaire destinée aux astronomes et astrologues. L horloge est basée sur la théorie des épicycles, théorie géocentrique qui permettait aux astronomes de prédire la position des planètes. Giovanni Dondi a décrit pas à pas sa démarche. Son ouvrage, écrit en latin mêlé d italianismes, est un manuscrit de travail, avec de nombreuses abréviations et une écriture minuscule peu lisible. Il est heureusement illustré de nombreux croquis et schémas. Comme aucun exemplaire de cet astrarium ne nous était parvenu, les chercheurs de l Observatoire de Paris ont décidé de le reconstruire au XX e siècle. Après déchiffrage et traduction du traité, le projet a donné naissance à une très belle horloge astronomique. Pour une exposition à Florence, dans le cadre d un hommage à Galilée, des savants des deux pays ont démonté puis remonté cet objet d art et de science. Giovanni Dondi, ce précurseur de Léonard de Vinci, possède une statue à Pavie, sous l horloge de son père. Le film d Yves Terrenoire rend un bel hommage à cette aventure et à l auteur de cet objet technique conçu il y a plus de six siècles. Marc-Emmanuel Mage Les voix du poème La 15e nuit de la poésie 6 avril 2013 à 20h15 Lycée Lino Ventura «ès sa naissance, au début des temps humains, la Dpoésie est une parole levée. Qu il soit murmure, cri ou chant, le poème garde toujours quelque chose de son oralité native. Il est donc peu ou prou une affaire de voix, la voix intérieure du poète répondant aux voix du monde. Le partage des poèmes dans la cité, qui est depuis quinze ans l ambition du Printemps des Poètes, passe nécessairement par la voix haute. (...) Ce pourrait être aussi le moment de célébrer l oeuvre de Pablo Neruda à l occasion des 40 ans de sa disparition.» J-P Siméon, directeur artistique du Printemps des poètes À voix haute donc parlée ou chantée, nous vous proposons de faire vos choix et d entamer les répétitions dès après les fêtes de fin d année. François Carbonel accueille chez lui, à Ozoir. C est un peu stressant mais très jouissif aussi. Et le résultat est chaque année meilleur. Venez nombreux relever ce défi. Davantage de précisions au bout du fil : François Carbonel, Un concert pour Fazasoma Deux chanteuses de l Opéra de Paris, Carole Noizet et Laure Verguet, accompagnées à l orgue par Arlinda Roux reviendront chanter le Stabat Mater de Pergolèse. Trois femmes réunies pour chanter en accents combien sublimes, la douleur, la foi, l espérance d une mère devant la mort de son fils. Grâce à votre participation et à la vente d objets artisanaux pendant le verre de l amitié qui suivra ce concert, nous espérons pouvoir renouveler notre soutien à l œuvre de l association Fazasoma, une association humanitaire qui œuvre pour lutter contre le paupérisme à Madagascar. Créés par une ancienne Ozoirienne et son amie, un orphelinat, des ateliers, des puits, des routes apportent un peu de ce minimum indispensable à une vie décente. Le samedi 16 février, 20h30, en l église St Pierre d Ozoir, nouveau concert en faveur de Fazasoma - Enfance Malgache. Libre participation aux frais. Absents d Ozoir le 16 février? Vous pouvez soutenir cette association en envoyant directement votre don à l ordre de FA ZA SO MA à Fazasoma, 3 Rouillasson, Les Lèves. «Un petit peu de ton petit peu est déjà beaucoup pour eux» (0,08 = une journée de survie pour un enfant). Rens. sur Les samedis d Esther Lude Jazz Jimi Drouillard 29 septembre : salle Belle-Croix, Jimi Drouillard and C ai d abord remarqué les «and C» : J l inventivité de Stéphane Huchard, à la batterie, le blues de Kevin Reveyrand à la basse. Et puis le pianiste Christophe Cravero avec un violon posé sur son clavier dont C. Cravero joue avec le même talent, passant d un instrument à l autre! si fin, plein d humour tendre Et pourtant Jimi Drouillard est omni-présent, qu il joue (exceptionnel guitariste), chante, présente les morceaux ou provoque ses compagnons en duels musicaux. Cela monte, monte explose en joie. Des standards des années vingt à ses propres compositions, c est jubilatoire non-stop. Expo peinture et sculpture 13 au 21 octobre : Iris expose à La Ferme Pereire Deux invités d honneur : Virginie Nègre et ses somptueuses couleurs chaudes comme une soirée de jazz, et Fred Valère, sculpteur de métal et d os. Mais point de sculptures au centre de l exposition : les services de la sécurité ont refusé tout «encombrement». Moins de panneaux aussi, pour une circulation plus fluide. Les visiteurs y perdent, les artistes aussi. Mais il reste de bien belles rencontres à faire. Soirée irlandaise 19 octobre à Belle Croix Une grande et belle soirée irlandaise. Avec les sœurs McVeigh au violon (et pipeau) et à l accordéon, emmenées, boostées, par Antony Bools, guitariste et chanteur en kilt noir. À l autre bout de la scène aussi long et fin que les sœurs Mc Veigh, Tom, le danseur-percussionniste, nouveau venu dans le groupe. Ce danseur de claquettes irlandaises fait de la musique avec ses pieds! L ensemble est bon enfant, sans la nostalgie mais avec toute la vivacité, la virtuosité typiques de ces musiques qui s emballent et emballent les auditeurs. Cette fois à Belle-Croix malgré une salle comble, nous avons dansé pas encore sur les tables. Nous ne sommes pas Irlandais, mais cela vient. Et chacun est reparti plus jeune qu en entrant et content de lui et des autres. Concerts Nuit orientale 20 octobre à la Ferme d Ayau Nuit orientale Le groupe Takht Atthourath a chanté les Mille et un songes d Orient à RoissyenBrie. Violon, cithare, longues flutes de bambou, oud, violoncelle et tambourin : un soliste par instrument et des chanteurs solistes, et une chorale Comme dans la soirée irlandaise de la veille, un thème est introduit par un instrument, repris, développé, ornementé Mais le temps oriental est patient, constant. Pas d emballement échevelé. La virtuosité mélodique n accélère pas la marche de la caravane. La musique orientale prend son temps, est hors-temps. Une autre invitation à sortir de soi-même, à s ouvrir à l autre, notre voisin lointain. La nuit de mille et un songes SOS Tibet Le 26 octobre Soirée tibétaine, salle Horizon Annoncée pour 20h sur les billets et 20h 45 par la Salle, les spectateurs ont eu le temps de flâner devant les produits artisanaux vendus au bénéfice des quatre associations réunies dans la recherche de fonds pour édifier un temple-école tibétain au Ladakh. Le spectacle lui-même mêlait musiques spirituelles et danses profanes. Magie des couleurs, lenteur, répétition des mouvements des danses sacrées, répétitions des thèmes musicaux : tout dure et disparaît, les dieux masqués comme les humains. Les nonnes dansent le plus souvent tournées vers le tanka l image sacrée suspendue au fond de la scène. Elles chantent et jouent les prières tournées vers le public. Impermanence et durée, calme profond pour celui qui lâche prise et se laisse envahir. Pour les danses profanes, fêtes, rencontres joyeuses, sobriété et délicatesse des regards et des gestes. De la mesure en toute chose Festival Jazz-blues 17 e Festival Jazz Blues offert par Talents d Ozoir 9 novembre, Salle Belle-Croix, le nouveau trio de Jean-Marie Ecay égrène des sons complexes. André Charlier, le batteur joue en apnée. Jean-Michel Chaboural pince avec conviction sa contrebasse. Des bribes de mélodie surgissent, disparaissent, réapparaissent dans un univers pointilliste. Ils ont de l humour, une égale virtuosité sans esbroufe. Un jazz allusif, tout en pulsions. Une soirée étonnante dont on sort ravi comme d une grande promenade silencieuse avec des amis. Festival Jazz-blues Le 10 Novembre : Renaud Louis Servais, à Belle-Croix. En contraste complet avec la musique offerte la veille! Ce soir, des sons mêlés, une musique exacerbée, toute en fulgurances. Est-ce mon inculture? Pas beaucoup de repères : cette fois encore, il faut se laisser embarquer pour un voyage plus sonore et tout aussi déroutant. Alain Bidot-Naude à la batterie est proprement époustouflant. Il ne se contente pas de rythmes mais crée des mélodies en jouant de la variété de ses instruments. Au clavier Pierre Abou rivalise avec RLS pour distordre les sons. Alessandro Nocco, «venu tout droit d Italie», entretient une belle complicité avec ce groupe. Frank Guicherd alterne, dans un style plus limpide, clavier et trompette, quand il ne joue pas les deux en même temps. Chacun s émerveille des prouesses de son voisin et du résultat parfois sans queue ni tête de l ensemble. Ainsi nait une musique libre. Festival Jazz-blues 16 novembre : les Peterson enflamment l Horizon Devant la salle comble, Claire Taïb et Mister Al sont bien seuls sur scène en première partie. D autant que ces deux excellents musiciens ont tendance à jouer en solo, tantôt Al avec une guitare volubile, tantôt Claire à la voix riche, tour à tour de feutre et de cristal. Chacun respecte et aime ce que fait son partenaire Rarement ensemble. Quant aux Peterson, Lucky et Tamara... À peine leur guitariste a-t-il donné quelques notes que le feu a pris. C est d emblée dément et construit. Un excellent batteur aussi, subtil et puissant Et Lucky Peterson est fabuleux aux claviers. Il utilise sa voix comme il jouerait d un instrument extérieur à lui. Humour, présence et sourire éclatant ravageur! Le délire est complet lorsqu il quitte la scène avec sa guitare. Installé dans les premiers rangs, puis dans les gradins, il continue de jouer et chanter. Générosité, gentillesse, proximité jusqu à l apparition de Tamara Peterson qui, de la scène, lui intime doucement «come home». Un très beau duo, pudique et tendre. Comme... à la maison 17 novembre, Richard Gotainer est à l affiche et Oswaldo Nieto est annoncé en première partie. Quel charme ce premier groupe qui oscille entre le blues, thème de ce festival tout de même, et le flamenco. De born to loose à born to luz, ainsi que l expliquera gentiment l interprète. Né pour la lumière vaut bien mieux que né pour l échec. Il a raison. C est une réussite. Richard, Richard!... je ne suis pas fan de variétés mais quand le chant est ainsi mis en scène, orchestré, quand l humour tendre des paroles porte la gaudriole au niveau d une caresse Quand la musique est bonne, que les interprètes sont excellents, que la virtuosité devient vertu. Vous aurez compris : je n étais venue que par amitié pour l organisateur, j ai été séduite. Esther Lude La dictée d Ozoir les animaux à la fête Nos partenaires : La proviseure du Lyce Lino Venrura, Madame Le Galloudec, Nos sponsors, commerçants et entreprises d Ozoir : Titeflex, Chez Maud, Le Livre d Oz, Axa assurances, À contre pied (cordonnier), Culture et Loisirs, L Oasis, la Boulangerie de l église, la Bibliothèque pour tous ; Les éditeurs : Larousse, Nane Edition, France Loisirs et Al Bouraq Les lauréats 2012 : Minimes : bronze Nolwenn Perrault, argent Pauline Blanc ; or Elléana Piault Cadets : bronze Charles Xicola ; argent Maurine Bordeau : or Mlevin Laurol Juniors : bronze Kevin Oussaidene ; argent Elsa Oussaidene ; or Laurène Jechoux Adultes : bronze Anne Binetruy ; argent Louis Graffard ; or, Marie-Hélène Jechoux Champions : bronze Mélina Assié ; argent Ginette Prieur ; or François Rancilhac Le texte de la dictée : Une balade au zoo À quelques kilomètres d Ozoir, une étendue de plus de quinze hectares offre à ses visiteurs une vaste aire de découverte(s) : c est le jardin zoologique du Bois d Attilly. Il est peuplé de chênes séculaires, sillonné d allées et parsemé de plans d eau. Fin de la dictée pour les minimes et les candidats dont le français n est pas la langue maternelle Dès l entrée, des paons à livrée verte et mordorée vous accueillent de leurs cris sur deux notes aiguës : «Léon, Léon». Peut-être l un d eux déploiera-t-il sa longue traîne de plumes constellées d ocelles bleus? Un flamant rose aux longues pattes palmées plonge son gros bec courbé dans l eau dont il filtre la vase pour en retenir vers et petits crustacés. Des volières abritent des oiseaux exotiques : un toucan affublé d un énorme nez de carnaval, des calaos coiffés d un casque osseux, quelques aras multicolores, des perruches vert-jaune perchées sur un buddleia en fleur. Fin de la dictée pour les cadets Des jappements se font entendre : au sommet d un monticule, dressé sur ses pattes arrière, la queue relevée, un chien de prairie surveille les alentours. Alertés par ses aboiements, les membres de la colonie se sont réfugiés dans les nombreuses galeries du terrier, prêts à reparaître au moindre signal. Du côté des singes, le spectacle est animé : un atèle saute prestement d arbre en arbre grâce à ses membres démesurés et à sa queue préhensile. Des macaques aux canines menaçantes se balancent au bout d une corde, s épucent, se grattent les aisselles à la recherche de quelque mallophage mais ne retirent de leurs doigts agiles qu une épine enfoncée dans leur paume. Sur une île, des gibbons rivalisent d acrobaties tandis que, dans une cage grillagée, des chimpanzés se disputent un hamac aux lattes de cuir. Fin de la dictée pour les juniors Toute cette agitation ne perturbe ni la sieste d un lion affalé sur le dos, les pattes écartées, ni la quiétude des tigres orangé et noir. D autres pensionnaires ne passent pas inaperçus : le pygargue friand de saumons, le condor des Andes à collerette blanche et caroncules charnues rouge vif, les columbidés, évidemment gorge-de-pigeon, le belliqueux casoar à la tête surmontée d un cimier (ne désigne-t-il pas aussi le plumet qui orne le shako des saint-cyriens?), les émeus, les nandous et maints autres représentants de la gent ailée. Fin de la dictée pour les seniors Au détour d un chemin broutent des guanacos domestiqués, à toison(s) laineuse(s) mêlée(s) de jarres durs, «des mérinos mal peignés» comme dirait le capitaine Haddock, non loin d un wapiti à la ramure imposante, de kobs aux cornes recourbées en forme de lyre, d oryx au pelage isabelle et d un wallaby assoupi. Aucune ride, aucun remous ne trouble la surface glauque de l étang voisin couvert de lentilles d eau lorsque soudain deux petites oreilles pointent, le dessus d un large museau affleure, un dos gris bleuâtre se soulève et l on distingue un hippopotame qui, lentement, replonge ensuite dans son élément. Amoureux de Thoiry, Branféré, Doué-La-Fontaine ou La Palmyre, d aucuns jugent les enclos vétustes, sous-équipés, mais ce zoo-ci a gardé un caractère familial. Lors d une dernière promenade automnale, fuyant l odeur hircine d un vieux bouc, des enfants ont accouru, ils se sont hâtés, ils se sont bousculés, pressés d atteindre les chèvres naines qu ils se sont plu à caresser. Fin de la dictée pour les champions Ozoir-la-Ferrière, samedi 24 novembre 2012 Texte établi par Christiane Bachelier (Dico d Or 1999) et révisé par Michèle Balembois- Beauchemin (Championne de France 1991, championne de Belgique 1993, Dico d Or 1993) De haut en bas : Madame Bachelier lisant le texte redoutable; examen des corrections à la sortie; deux correcteurs du Lions venus nous aider; la salle pour la remise des prix; Madame Le Galloudec, proviseure du lycée Lino Ventura nous accueille; Lili Alcazar l animatrice de la soirée; Nolwenn Perrault et Laurene Jechoux, deux des lauréats des DicOzoir

8 tribunes libres Faire connaître ceux qui, près de nous, ont ce courage de donner temps et force pour réfléchir à notre avenir commun, militer pour faire partager leurs convictions, est la raison d être de cette rubrique «Tribunes libres». Chaque courant politique présent, actif à Ozoir, y a sa place. à charge pour chacun de s ancrer sur ce qui touche la vie ozoirienne. Hôpitaux, cliniques... Où l on constate, une fois encore, qu il est toujours plus facile d augmenter les impôts que de trouver des mesures intelligentes dans l organisation de notre collectivité ozoirienne. Lors du premier conseil municipal de la rentrée de septembre, l ordre du jour portait (entre autres choses) sur les taxes et impositions. Il s agissait : - de fixer une base de cotisation minimum et minimum majoré à la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE), - d établir une taxe sur les surfaces commerciales, - de fixer le Coefficient Multiplicateur, - d établir le montant de la taxe sur la consommation d électricité - de fixer le Coefficient Multiplicateur Unique. À l heure où les contribuables attendent des choix exemplaires de la part de leurs élus, nous aurions aimé que soient prises des mesures permettant de faire des économies de fonctionnement au cœur de notre mairie. Ceci s imposait d autant plus que la dette de la ville, multipliée par deux depuis 2008, doit les restructurations continuent «Je suis suivie en cardiologie à la Francilienne de Pontault-Combault. Mon cardiologue m a dit qu à l avenir, je devrai consulter à Paul d Egine à Champigny ou à Montévrain...». Nombreux sont les témoignages de gens désemparés devant la perte programmée de leur clinique de proximité. Le sort de la Francilienne semble en effet scellé par le compromis conclu entre la «Générale de Santé» et la municipalité de Pontault. Mais la «Maison de Santé» proposée ne remplacera aucunement l offre de soins de la Francilienne.! La clinique de Forcilles, elle, se voit «conseiller» par l Agence Régionale de Santé(ARS) de revoir son organisation, autrement dit de procéder à des licenciements! Pendant ce temps, le déménagement commencé de l hôpital de Lagny pour le nouveau super hôpital de Jossigny s accompagne, d après des sources syndicales, d une diminution du nombre d infirmières par patient et de la privatisation de certaines activités. à terme, sur le nord 77, ce sont aussi les hôpitaux de Meaux et de Coulommiers Citoyens, commerçants, industriels... victimes d une gestion locale contestable qui devront disparaître, l hôpital de Jossigny constituant «Le Groupe Hospitalier de l Est Francilien» Les restructurations menées depuis deux ans sont faites par les ARS, mises en place, rappelons-le, en application de la loi HPST (Hôpital Patient Santé Territoire), dite «loi Bachelot» votée en Cette loi impose la mise en place d une gestion comptable et financière afin de réaliser d importantes économies. La ratification du TSCG en septembre dernier, traité qui «institue» l austérité oblige à poursuivre dans la voie des économies au détriment de notre santé. Les militants du Parti ouvrier Indépendant continuent d informer sur les localités, sur les lieux de travail et à œuvrer pour réaliser l unité à tous les niveaux pour en finir avec la dictature de la troïka (FMI-BCE- UE). Daniel Martin, Parti Ouvrier Indépendant, Ozoir être remboursée avec des taux d intérêt loin d être concurrentiels. Hélas, il est toujours plus facile d augmenter les impôts que de trouver des mesures intelligentes dans l organisation de notre collectivité et nos élus manquent cruellement d efficacité et de professionnalisme dans ce domaine. Reconnaissons à leur décharge qu ils n ont jamais été formés en ce sens. Mais rien ne les empêchaient de suivre des cours. Il en existe, et de fort bons... Donc nos impôts, que nous soyons employés, commerçants ou responsables d entreprise, augmentent encore. Du côté des entreprises, la taxe professionnelle a été supprimée mais d autres impôts ont été créés comme la CFE, objet des délibérations du dernier conseil. Ainsi, la base minimum est passée de 648 à Nos commerçants, quant à eux, sont visés à travers la taxe sur les surfaces commerciales de plus de 400 m 2 de surface de vente par l évolution du coefficient multiplicateur. Quant aux simples citoyens, la taxe sur la consommation d électricité s élève aujourd hui à 9,21 par MWh, alors qu elle n était que de 7,5 en Il suffit, pour s en convaincre, de jeter un œil à la rubrique «Taxe sur la Consommation Finale d Electricité» de nos factures EDF. Ce tarif est directement lié à la décision du maire. Il pourrait, légalement, n être que de 3 par MWh par simple délibération du conseil municipal. C est le cas dans certaines communes dont le budget est bien géré par le conseil municipal : le maire maintient un coefficient nul, ce qui permet une économie moyenne par ménage d une centaine d euros par an. Le maire, en tant que prestataire, doit d abord et avant tout être au service de tous les Ozoiriens et si la population lui a délégué certaines tâches, il relève de notre responsabilité de citoyens de surveiller que ce qui a été confié à un homme est correctement réalisé. C est une des missions que s est fixée le groupe Ensemble afin d informer la population et lui permettre de se livrer à une analyse objective. La mini-foire de l environnement Où l on s interroge sur les buts que se fixent les organisateurs du Salon de l environnement d Ozoir-la-Ferrière. Bruno Wittmayer Conseiller Municipal de l opposition Représentant UMP du groupe ENSEMBLE Le week-end des 19 et 20 octobre se tenait à Ozoir-la-Ferrière le cinquième salon de l environnement. J avais demandé à Franck Rolland, responsable de l association «le Collectif Écologie Durable» qui œuvre en faveur de l écologie dans notre département, de m y accompagner. Après une promenade dans les allées de cette mini-foire-de-paris de l environnement, j ai recueilli ses impressions. Si Franck souligne l intérêt de ce type d événement, notamment parce qu il n y en a pas beaucoup qui soient initiés en Seine-et-Marne par des collectivités locales (Chelles, Veneux les Sablons, ), s il salue le travail d action d éducation à l environnement effectué avant ce salon auprès des écoles par le service environnement de la ville et la qualité de l équipe d organisation, il regrette toutefois : - L absence d associations et ONG environnementales (collectif de gaz de schiste, Nature et Environnement 77, Amis de la terre 77, Stop Déchets 77, Greenpeace, WWF...) - L absence de structures de l économie sociale et solidaire (coopérative, mutuelle, entreprise d insertion...) comme Terre de Liens, ENER- COOP*... qui mettent l économie au service de l écologie pour toutes et tous. - Le manque de temps de rencontre et de conférences-débats, de films, d expositions sur des sujets d actualité comme les OGM, le nucléaire, les ondes électro-magnétiques... - L incitation excessive à la consommation faite auprès du public, l achat individuel de produits (éco-consommateur) censés améliorer la qualité de notre environnement. Mieux vaudrait proposer des éléments permettant de développer une réflexion sur comment, collectivement, agir en faveur de l écologie (éco-citoyen). En conclusion, s il ne veut pas apparaître comme un simple faire-valoir d une politique écologique municipale de faible importance et servir de marche-pied aux marchands du temple de l environnement, ce salon devrait se construire durant l année avec les Ozoiriens qui participent aux différents ateliers Agenda 21 (développement durable de la ville) et s ouvrir aux acteurs locaux et départementaux de l écologie. Il se transformerait ainsi en un vrai éco-festival. Pour le moment, hormis le fait de glorifier la municipalité, ce salon ne favorise que la pratique individuelle de l écologie et exclut l indispensable travail collectif. Jean-Louis Billé, Europe Écologie-les Verts, groupe Ensemble * ENERCOOP est le seul fournisseur d électricité à s approvisionner directement et à 100% auprès de producteurs d énergie renouvelable (solaire, éolien, hydraulique et biogaz), le seul fournisseur d électricité sous forme coopérative. Reconnu d Utilité Sociale et d Intérêt Collectif, ENERCOOP, est également agréé dans la réalisation de travaux d économies d énergies». La folie des grandeurs «avec votre pognon» M. Oneto a évoqué la nécessité de soutenir le moral des Ozoiriens en les invitant à boire à sa santé! Ne serait-il pas plus prudent de réduire la voilure de ses gabegies festives en n en conservant que les éclats de lumière? Lors de la campagne électorale de 2008, M. le Maire promettait de ne pas augmenter la part communale des impôts locaux. Quatre ans plus tard la crise ne saurait à elle-seule justifier l augmentation de 33% de la fiscalité locale sur cinq années (14,9 M en 2011 contre 11,2 M en 2006) ainsi que le doublement de la dette de la ville (31,5 M en 2011 contre 15,2 M en 2006)? (Chiffres du Ministère des Finances) Il y a lieu de s inquiéter quand on sait qu une seconde caution communale a été accordée au profit du campus Sainte-Thérèse déjà en proie à des difficultés financières. Certains parents d élèves de cet établissement ont pourtant été sollicités et mis à contribution pour un financement annuel supplémentaire destiné à faire face à «l entretien du patrimoine»... en fait à rembourser des investissements hasardeux. Les familles d Ozoir concernées sont d ailleurs soumises à la double peine en payant le surcoût tout en assumant (à l instar des autres contribuables de notre ville) les risques bien réels liés aux cautions municipales évoquées plus haut. Auprès de qui pourraient-elles se plaindre puisque, comme le répète à l envi M. le Maire, il s agit d une «affaire strictement privée»! Pourtant même les non-initiés savent que des pièces justificatives ont nécessairement été produites à l appui de la demande de cautionnement de Sainte-Thérèse, comme c est le cas pour n importe quel particulier qui sollicite un prêt immobilier. Compte tenu de ces incertitudes, la situation financière de la commune d Ozoir-la-Ferrière devrait inciter à plus de retenue dans les dépenses des deniers publics. Or, comme si l avenir d Ozoir n était pas assez hypothéqué, le Maire a décidé de reconduire le niveau somptuaire des frais prévus pour illuminer la ville lors des fêtes de fin d année et au 14 juillet. Sans oublier le financement d une cérémonie des vœux sur-dimensionnée. Pour tenter de se justifier, M. Oneto a évoqué la nécessité de soutenir le moral des Ozoiriens en les invitant à boire à sa santé! Ne serait-il pas plus prudent de réduire la voilure de cette gabegie festive en ne conservant que les éclats de lumière? Que M. Oneto se rassure, on n assèche pas les cœurs d une population quand on prend le temps d expliquer. Les habitants sont prêts à comprendre et à accepter qu on dépense moins mais Madame l adjointe au maire d Ozoir, chargée de l Environnement, s entretient avec les animateurs de ce Salon : le Mr Ours «connu des enfants» auprès desquels il explique les «bons gestes», et Mr Loyal, voix de la propagande qui tournait de stand en stand mieux et de façon plus authentique! Si personne, par exemple, ne conteste l installation de la patinoire (en supprimant les passe-droits des stocks de billets gratuits), est-il raisonnable, dans une ville comme la nôtre, de débourser chaque année plus de (dont pour le ciel de lit place Arluison) pour permettre à Ozoir-la-Ferrière de devenir une ville-lumière et rivaliser ainsi avec... Versailles? À titre de comparaison Pontault ou Roissy déboursent environ Loin d éveiller les consciences, cette lumière qui aveugle ne symbolise-telle pas plutôt un déni de réalité? Il nous semble qu elle aggrave un peu plus le poids de la dette communale laquelle devra être prise en compte, le moment venu, au titre du droit d inventaire, voire d un audit des finances locales. Dans cette ambiance «versaillaise» on aurait même pu s entendre dire que «si le peuple n a plus de pain, qu il mange de la brioche» car se profile la réédition de la cérémonie des vœux. Aucune information ne sera disponible sur le montant des frais de bouche, animations de grande surface et autres fantaisies payés rubis sur l ongle pour une cérémonie caricaturale. «Rigolez pas, aurait dit Coluche, c est avec votre pognon»... Charles Klinzing Parti Socialiste Ozoir Docteur François et mister Hollande La tribune de Marc Ferrer portait sur la conférence de presse que François Hollande, Président de la République, a tenue le 13 novembre. Aucun des sujets abordés par le Président, aucune des questions posées par les journalistes présents n était «ancrés sur ce qui touche la vie ozoirienne». Malgré un nouveau délai de quelques jours laissé à M. Ferrer pour traduire sa pensée en termes plus directement locaux, la rédaction n a pas reçu d article à substituer à ce papier qui ne répond pas à la consigne librement acceptée et respectée par tous. Nous ne publions donc que le titre de l article envoyé Il se suffit à lui-même. La Rédaction Besoin de retrouver d anciens (ou récents) articles publiés dans Ricochets?

9 commerces Par les temps qui courent, le petit commerce n est pas à la fête. Certains doivent fermer boutique comme fin juillet, d autres cherchent une position plus «passante», comme jeuxvideo.moinscher, ou encore sont en quête d une offre de produits très pointus comme le Mobilier Authentique. D autres enfin se lancent contre vents et marées, poussés par leur seule passion comme Les Chocolats d Emma. Des jeux video sur la route de Roissy Il a quitté Ozoir, mais qu on se rassure, il n est pas loin... Le voici désormais installé dans le centre commercial Super U, route de Roissy, et si son enseigne a changé, (Jeux video.fr devenant Jeuxvideo.moins cher), M. Dos Santos propose toujours les mêmes services à des prix défiant toute concurrence sur la région. On trouve dans sa boutique un grand choix de jeux pour PS3, XBOX, WEE, DS et DS3, neufs mais aussi d occasion garantis à partir de 5, et des consoles de toutes marques. On peut toujours y revendre «cash» jeux et consoles. Le «plus» maintenant : les amateurs pourront y dénicher tout ce qu il y a de rétro en jeux autour des anciennes consoles. On pourra également y trouver figurines et tee-shirts spéciaux «gameurs». Voilà quelques idées cadeaux bonnes à prendre! Christiane Laurent Jeux video.moins cher Centre commercial Super U Tel : Horaires d ouverture : - le lundi de 12 h à 19h15, - du mardi au samedi : de 9h30 à 19h15, - le dimanche de 9h30 à 12h30 (Les 1 er et 4 e dimanches du mois). Les chocolats d Emma Ouverte depuis septembre, cette jolie petite boutique rose du centre commercial Super U est un peu la caverne d Ali Baba des gourmands. La jeune et charmante patronne s est voulue complètement indépendante pour pouvoir choisir chacun des chocolats qu elle propose à sa clientèle. Commerciale en hygiène alimentaire, elle est revenue vers sa passion de toujours dès qu elle a pu le faire. Et elle le fait avec cœur. «Je goûte tout, dit-elle, et je sélectionne le meilleur de chacun des petits artisans chocolatiers avec lesquels je travaille». Bien entendu, les chocolats sont pur beurre de cacao et garantis sans graisse végétale. On trouvera même une gamme de chocolats sans sucre, pour les diabétiques, au goût irréprochable. La petite boutique recèle aussi d autres trésors comme les dragées Médicis, le «must» de la dragée, des guimauves artisanales, des macarons 100% chocolat, ou encore du thé et des tisanes à l arôme fleuri. Un très large choix de vaisselle de bon goût est proposé si l on veut personnaliser son cadeau. Mais on peut aussi apporter le contenant de son choix. Suggestion pour un effet surprise réussi : un bouquet en chocolat! Et les prix sont très raisonnables. Au programme pour les fêtes : marrons glacés, fondants, fruits déguisés, et les si rares chardons. Christiane Laurent Les chocolats d Emma - Centre commercial Super U. Tel : Ouverture : du mardi au vendredi 10 h-12 h30 / 15 h-19 h; le samedi de 10 h à 19 h et le dimanche de 10 h à 13h. photo : J L Opti Clin d œil au centre de Gretz-Armainvilliers Idéalement placé en plein centre-ville, la vitrine du magasin d optique Opti Clin d œil vous tape immédiatement dans l œil. Au 52 rue de Paris, au coin du parking Dia, en face de la mairie, Stéphane et Pekh-Wan vous attendent avec un charmant sourire. Installés depuis février 2006, ils ont repris l affaire la plus ancienne de Gretz, tenue par M. Jacoby, que les vieux gretzois connaissaient bien. Diplômée d un BTS en optique, Pekh-Wan, la patronne de la boutique, est une opticienne généraliste. Le magasin se spécialise dans la lunetterie française, en essayant de privilégier le «made in France» cher à nos gouvernants. Avec pour philosophie première le service de proximité, ils vous accueillent, vous écoutent, analysent vos besoins. Préconisant la qualité plus que la quantité, ils affichent néanmoins des prix compétitifs par rapport à la concurrence locale. Ils se fournissent pour des raisons de qualité auprès d un verrier allemand. Ils ont également étendu leur activité en reprenant le relaiscolis que la mercerie récemment fermée ne pouvait plus assurer. En dehors de l accueil, ce qui frappe le client ou le badaud, c est la qualité de la vitrine. Stéphane expose en effet un artiste, gretzois lui aussi, Christian Doulet. Ce peintre pour lequel il a eu un coup de cœur, crée des tableaux colorés, à l univers très personnel. Ayant déjà exposé dans des salons à l international, le créateur prête ses œuvres au magasin dans un échange de bons procédés. Si vous ne les avez pas encore remarqués, c est que vous avez vraiment besoin de lunettes! Marc-Emmanuel Mage Opti Clin d œil 52 rue de Paris, Gretz-Armainvilliers Tél : Courriel : photo : J L Le top du matelas Jamais en panne d idées malignes, le magasin «Le mobilier authentique» propose désormais les matelas et sur-matelas Biotis. Ces matelas 100% à mémoire de forme, fabriqués en France dans la région toulousaine, assurent un confort inégalé. Elaborés à base d huile de soja, une innovation sans précédent dans le domaine de la mousse, ils offrent, assure le fabricant, une «respirabilité» totale et une évacuation de la chaleur maximale. À noter aussi qu ils sont recouverts d une housse en Bio Lin 100% fil de lin, fibre naturellement antibactérienne et antiacarienne. Enfin il faut souligner que, fraîche en été et chaude en hiver, cette matière apporte un bienfait supplémentaire sur la qualité du sommeil. Certes, ce n est pas un bas de gamme, mais votre dos mérite peut-être ce cadeau qu il appréciera à coup sûr. Le Mobilier authentique 2 rue Louis Armand à Ozoir. Tel : et Ouvert 7 jours sur 7

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi La Poste a-t-elle écrit ce document? La Poste souhaite répondre aux besoins de chaque

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Livret d accueil. Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours. www.bonsecours.fr

Livret d accueil. Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours. www.bonsecours.fr Livret d accueil Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours www.bonsecours.fr EDITO Chère Madame, Cher Monsieur, Le bien-être de nos Aînés est une préoccupation essentielle de votre municipalité.

Plus en détail

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent Bilan du sondage pour les trousses de l Avent PRÉPARATOIRE 1. Très satisfaisant (1) Satisfaisant (2) Amélioration 1a 9 3 0 1b 7 5 0 1c 7 5 0 1d 9 2 0 - Bravo! Une excellente trousse pour Maternelle-Jardin.

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

COORDINATION & ADMINISTRATIF

COORDINATION & ADMINISTRATIF NUTRITION ARTIFICIELLE GUIDE DES TRANSITIONS VERS L ÂGE ADULTE 1 COORDINATION & ADMINISTRATIF Vous trouvez ci-après de nombreuses informations sur les aspects très pratiques et formalistes du passage vers

Plus en détail

Professeur André Ouezzin Coulibaly, chirurgien cardiologue : La Médipole de Sya reste un projet valable Lundi, 11 Juin 2007 16:11

Professeur André Ouezzin Coulibaly, chirurgien cardiologue : La Médipole de Sya reste un projet valable Lundi, 11 Juin 2007 16:11 Depuis 1993, le Professeur André Ouezzin Coulibaly, célèbre chirurgien cardiologue et fils de feu Daniel Ouezzin Coulibaly, a élaboré le projet du Centre international de soins de Sya (CISSYA), baptisé

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR Activités périscolaires des écoles Elémentaires et Maternelles Année scolaire 2015-2016

REGLEMENT INTERIEUR Activités périscolaires des écoles Elémentaires et Maternelles Année scolaire 2015-2016 REGLEMENT INTERIEUR Activités périscolaires des écoles Elémentaires et Maternelles Année scolaire 2015-2016 Article 1 : Objet Le présent règlement définit les conditions d inscription et les modalités

Plus en détail

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR Activités éducatives pour les 8 à 9 ans ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR HABILETÉS FINANCIÈRES ÉPARGNER UTILISER UN COMPTE DANS UNE INSTITUTION FINANCIÈRE FAIRE UN BUDGET SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Apprendre

Plus en détail

Lettre d info n 11 page 2

Lettre d info n 11 page 2 FEDERATION DEPARTEMENTALE FAMILLES RURALES CHARENTE MARITIME LETTRE D INFOS De Septembre à Décembre 2011 Editorial: Edition N 11 Chers amis 2011 s est éteinte dans la nuit du 31 décembre, 2012 lui succède

Plus en détail

Rapport de fin de séjour à Bruxelles

Rapport de fin de séjour à Bruxelles Rapport de fin de séjour à Bruxelles Introduction Durant l année de mon master 2 Histoire-Histoire de l art à l Université Pierre Mendes France de Grenoble je devais réaliser un stage de 2 mois minimum.

Plus en détail

Guide. Parlons-en... BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ. www.sieda.fr

Guide. Parlons-en... BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ. www.sieda.fr Parlons-en... Guide BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ www.sieda.fr Édito 1 er juillet 2007 : les marchés de l électricité et du gaz naturel s ouvrent à la concurrence. Il est désormais possible de

Plus en détail

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE : Heureusement que nous sommes très en avance. Tu as vu cette queue?

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE

SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE EXTRAIT DU RAPPORT D ACTIVITE 2010 DE LA COMMISSION DES RELATIONS AVEC LES USAGERS ET DE LA QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE (C.R.U.Q.) Centre hospitalier de Châteauroux

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides

VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides Vous n avez pas payé votre loyer depuis deux mois > Des frais supplémentaires de relance facturés sur quittance > Deux lettres de rappel

Plus en détail

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009 Le handicap au quotidien. J émettrai d abord une question : qu est-ce que le handicap? Pour moi, c est seulement une façon différente de penser, d être, d exister et de fonctionner. Je revendique mon statut

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco

Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco UNIVERSITE PIERRE MENDES FRANCE Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco Du 2 mai au 8 juillet. 2 P a g e a) Vie pratique : Logement : A San Francisco, je logeais dans une résidence

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

Vous avez besoin d argent?

Vous avez besoin d argent? Vous avez besoin d argent? Voici un système qui vous permet d acquérir un revenu récurrent d environ 1500 euros sans trop d effort! Laissez- moi compléter votre lignée pour vous! Du bureau de Joseph Edward

Plus en détail

Le premier hiver de Max

Le premier hiver de Max Une histoire sur la prématurité Le premier hiver de Max Sylvie Louis Illustrations de Romi Caron Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Louis, Sylvie Le premier hiver de Max

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe RAPPORT DE STAGE Février 2012 ETALAGISTE NOM prénom classe 2 SOMMAIRE I Présenter l entreprise page 2 A Identification B Environnement II Le travail page 3 à 4 A Nature du métier B Condition de travail

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

French Beginners (Section I Listening)

French Beginners (Section I Listening) 2008 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE SPECIMEN EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Question 1 Les jeunes d aujourd hui deviennent de plus en plus obèses. Lorsqu ils rentrent chez eux

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

Mes Indispensables SMERAG

Mes Indispensables SMERAG Sécu étudiante & Mutuelle Mes Indispensables Année universitaire 2015-2016 La et moi 617 Je suis affilié(e) J ai choisi le Centre - 617 comme centre de Sécurité sociale étudiante. Ce choix est obligatoire

Plus en détail

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Ou Comment j ai appris par hasard que ma voiture avait été revendue 32 FOIS PLUS CHER que le montant de ma reprise! AVERTISSEMENT Cette fiche pratique n a qu

Plus en détail

N 97 DÉC. 2015 LE MAGAZINE DES LOCATAIRES ÉDITION SPÉCIALE. 2015 : une année. bien remplie

N 97 DÉC. 2015 LE MAGAZINE DES LOCATAIRES ÉDITION SPÉCIALE. 2015 : une année. bien remplie N 97 DÉC. 2015 LE MAGAZINE DES LOCATAIRES ÉDITION SPÉCIALE 2015 : une année bien remplie Sommaire 2 EN BREF n L enquête OPS bientôt dans les boites aux lettres n Mieux vous accueillir : votre avis nous

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER

LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER «500 à 600 logements sociaux vont être construits dans notre ville entre 2014 et 2020» L édito de Pierre GEAY, Adjoint au maire chargé du Logement LE LOGEMENT, C EST NOTRE

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

INSTRUCTIONS A MES PROCHES

INSTRUCTIONS A MES PROCHES INSTRUCTIONS A MES PROCHES Pompes Funèbres Neuchâteloises PFNE.CH PRÉVOYANCE FUNÉRAIRE CHACUN DEVRAIT Y PENSER Pour qui? Notre prévoyance funéraire s adresse à tous ceux qui désirent répondre aux interrogations

Plus en détail

N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011

N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011 Établissement d'enseignement Spécialisé et de Rééducation pour Handicapés Moteurs Maurice COUTROT 15/17 Avenue de Verdun - 93140 Bondy N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011 Rédigé par Noman Sarfraz

Plus en détail

Guide. Parlons-en... BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ. www.energie2007.fr

Guide. Parlons-en... BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ. www.energie2007.fr Parlons-en... Guide BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ www.energie2007.fr Édito L énergie est un bien de première nécessité. Le 1 er juillet 2007 : les marchés de l électricité et du gaz naturel s

Plus en détail

LES CONSEILS DU COACH CHRISTOPHE PINNA

LES CONSEILS DU COACH CHRISTOPHE PINNA LES CONSEILS DU COACH CHRISTOPHE PINNA Christophe Pinna est l un des karatékas les plus réputés au monde et l un des sportifs français les plus titrés. Son palmarès est impressionnant, avec notamment 6

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

PMU Analyses et logiques pour bien jouer!

PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Dany Jurdeczka PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est

Plus en détail

MALAKOFF MÉDÉRic AssistAnce

MALAKOFF MÉDÉRic AssistAnce VOTRE ASSISTANCE SANTÉ À DOMICILE MALAKOFF MÉDÉRic AssistAnce Avec Malakoff Médéric Prévoyance et Malakoff Médéric Mutuelle, bénéficiez de nouveaux services gratuits 24h/24 et 7j/7 grâce à votre n d identification

Plus en détail

CROIX-ROUGE FRANÇAISE Hôpital d'enfants Margency. 18, rue Roger Salengro Tél 01 34 27 42 00 95580 - MARGENCY Fax 01 34 27 45 91

CROIX-ROUGE FRANÇAISE Hôpital d'enfants Margency. 18, rue Roger Salengro Tél 01 34 27 42 00 95580 - MARGENCY Fax 01 34 27 45 91 18, rue Roger Salengro Tél 01 34 27 42 00 95580 - MARGENCY Fax 01 34 27 45 91 DOSSIER ADMINISTRATIF DU PATIENT A renvoyer à Christine ANDRIEUX 18, rue Roger Salengro 95580 MARGENCY Tél 01.34.27.42.09 Fax

Plus en détail

Recevez une aide financière indispensable en cas d hospitalisation

Recevez une aide financière indispensable en cas d hospitalisation Pour vous jusqu à 120 par jour* Recevez une aide financière indispensable en cas d hospitalisation * pour la souscription de l option 60 et suite à une hospitalisation due à un accident L hospitalisation

Plus en détail

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE. Genève, le 25 juin 2013. Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du Moulin à Danses

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE. Genève, le 25 juin 2013. Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du Moulin à Danses Rue du XXXI-Décembre 8 Case postale 3159 1211 Genève 3 Tél.: +41 (0)22 388 77 90 Fax: +41 (0)22 388 77 99 Internet: www.ge.ch/cdc Genève, le 25 juin 2013 Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du

Plus en détail

La procédure concernant une demande d aide

La procédure concernant une demande d aide Version n : 1 Dernière actualisation : 11-12-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Quand est-ce que je peux demander de l aide au CPAS? 3) Comment obtenir une aide du CPAS? Étape n 1 : l introduction de

Plus en détail

Document réalisé avec le soutien de

Document réalisé avec le soutien de Document réalisé avec le soutien de Directeur de la publication : Cédric MAMETZ Responsable de la rédaction : Céline SIMONIN, Chargée de projets Nous Aussi Conception graphique : La Suite + Co et Lauriane

Plus en détail

SERVICES D AIDE À DOMICILE : POUR DES FINANCEMENTS À LA HAUTEUR DES BESOINS!

SERVICES D AIDE À DOMICILE : POUR DES FINANCEMENTS À LA HAUTEUR DES BESOINS! SERVICES D AIDE À DOMICILE : POUR DES FINANCEMENTS À LA HAUTEUR DES BESOINS! Manifestation devant le ministère des Affaires sociales et de la Santé Mardi 5 juin 2012 de 14h à 16h pour sauver trois services

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS a/ Vie pratique Au cours de mon année Erasmus à Almeria, j ai habité dans deux logements. Tout d abord au début de l année, j ai cherché mon premier logement grâce au service

Plus en détail

Qu est-ce que le CCAS?

Qu est-ce que le CCAS? Qu est-ce que le CCAS? Le centre Communal d Action Sociale est un établissement public chargé d exercer les compétences détenues par la commune en matière d action sociale. C est un établissement ayant

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Votre assistance santé à domicile MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Avec Malakoff Médéric Prévoyance et MUT2M, bénéficiez de nouveaux services gratuits 24h/24 et 7j/7 grâce à votre n d identification 753734

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

2 èmes Rencontres parlementaires sur le Dossier médical personnel

2 èmes Rencontres parlementaires sur le Dossier médical personnel Xavier Bertrand MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Discours Sous réserve du prononcé 2 èmes Rencontres parlementaires sur le Dossier médical personnel «Le chantier du DMP : point d étape» Mardi 23

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Laissez de bons souvenirs, pas les soucis.

Laissez de bons souvenirs, pas les soucis. Laissez de bons souvenirs, pas les soucis. Épargnez bien des soucis à vos proches Assister les familles lors d un des moments les plus difficiles de leur vie, telle est la mission de DELA. Nous faisons

Plus en détail

Résidence Clairefontaine

Résidence Clairefontaine Résidence Clairefontaine Bienvenue Madame, Monsieur, Vous venez de retirer un dossier de demande de pré-admission pour intégrer la Résidence Clairefontaine. Le Conseil d administration, la direction, tout

Plus en détail

Indications pédagogiques E2 / 42

Indications pédagogiques E2 / 42 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques E2 / 42 E : APPRECIER UN MESSAGE Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 4 : PORTER UN JUGEMENT SUR UN MESSAGE SIMPLE Objectif opérationnel

Plus en détail

L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir»

L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir» asbl Soleil-Espoir Rue Outrewe, 21 4671 Housse www.soleil-espoir.be L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir» Ce document présente le service d extra-sitting

Plus en détail

Guide. Parlons-en... BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ. www.energie2007.fr. Ariège_Guide.indd 1 4/06/07 15:40:58

Guide. Parlons-en... BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ. www.energie2007.fr. Ariège_Guide.indd 1 4/06/07 15:40:58 Parlons-en... Guide BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ www.energie2007.fr Ariège_Guide.indd 1 4/06/07 15:40:58 Édito 1 er juillet 2007 : les marchés de l électricité et du gaz naturel s ouvrent à la

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance.

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance. Mc 4.26-32 Espérer, c est s oublier Jésus a souvent donné la simplicité des enfants comme modèle de réception de sa Parole ; nous allons suivre leur exemple. Merci les enfants. Les deux histoires que nous

Plus en détail

L adresse de référence

L adresse de référence Version n : 1 Dernière actualisation : 18-12-2006 1) À quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une adresse de référence? 3) Quels sont les avantages d une adresse de référence? 4) Qui peut s inscrire en

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

MOBILITÉ PROFESSIONNELLE EUROPÉENNE Séjour de courte durée (16 jours)

MOBILITÉ PROFESSIONNELLE EUROPÉENNE Séjour de courte durée (16 jours) Coller ici une photo d identité récente. CANDIDATURE MOBILITÉ PROFESSIONNELLE EUROPÉENNE Séjour de courte durée (16 jours) Prénom et NOM :... Groupe :... Né(e) le :... Sexe : M F Nationalité:... Adresse

Plus en détail

LE SERVICE INTERGENERATIONNEL DOSSIER DE CANDIDATURE JEUNE 16/17 ANS

LE SERVICE INTERGENERATIONNEL DOSSIER DE CANDIDATURE JEUNE 16/17 ANS LE SERVICE INTERGENERATIONNEL DOSSIER DE CANDIDATURE JEUNE 16/17 ANS Le service Intergénérationnel est un service rendu par les jeunes durant l année de leurs 16 et/ou 17 ans. Il a pour l objet de répondre

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Ce soir, nous inaugurons un nouveau lieu pour un nouveau service mis à la disposition

Plus en détail

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013 09h30 11h30 Durée 2 heures (document non autorisé) calculatrice

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE

RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE Conseil municipal du 30 juin 2010 RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE Délibération Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, Considérant qu il y a lieu de mettre

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR OU ÊTRE EXERCICES

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR OU ÊTRE EXERCICES DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR OU ÊTRE EXERCICES 1 le passé composé (avoir ou être) Mettez les verbes au passé composé (auxiliaires avoir ou être) 1. Elle (manger)... tous mes sandwiches! 2. Je (aller)...

Plus en détail

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements Un guide pour les aînés 43 SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Les violences

Plus en détail

1. RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L ENFANT 2. RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES PARENTS

1. RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L ENFANT 2. RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES PARENTS FICHE D'INSCRIPTION ********************* ACCUEIL PERISCOLAIRE Commune de FITZ JAMES 1. RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L ENFANT NOM :. PRENOM : Date de naissance : CLASSE :... ECOLE :... ADRESSE :...... Tel

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Forum de l association des Comptables généraux associés Montréal L allocution prononcée

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

LES DISCRIMINATIONS NOUS CONCERNENT TOUS

LES DISCRIMINATIONS NOUS CONCERNENT TOUS LES DISCRIMINATIONS NOUS CONCERNENT TOUS Qu est-ce qu une discrimination? C est un traitement moins favorable subi par une personne par rapport à une autre dans une situation comparable, en raison de critères

Plus en détail

FUGUE A L INTERNAT. UN problème collectif relatif à l organisation de la sécurité des biens et des personnes à l internat.

FUGUE A L INTERNAT. UN problème collectif relatif à l organisation de la sécurité des biens et des personnes à l internat. FUGUE A L INTERNAT Les faits se déroulent dans un lycée professionnel rural. Le recrutement des élèves est régional, l établissement est connu pour sa spécificité dans les filières du bâtiment, et de ce

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

La prestation de compensation du handicap (PCH)

La prestation de compensation du handicap (PCH) La prestation de compensation du handicap (PCH) Maison départementale des personnes handicapées de l Essonne Édito La loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et

Plus en détail

Les Activités Les Futures Forêts

Les Activités Les Futures Forêts Les Activités Les Futures Forêts MODULE A POURQUOI LES FORÊTS ET LES ARBRES SONT IMPORTANTS Ce module aidera vos jeunes à apprendre pourquoi les arbres et les forêts sont importants pour eux. Il contient

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

Ecole Saint-Bernard de Courbevoie Lettre aux Parents, Amis et bienfaiteurs

Ecole Saint-Bernard de Courbevoie Lettre aux Parents, Amis et bienfaiteurs Ecole Saint-Bernard de Courbevoie Lettre aux Parents, Amis et bienfaiteurs Une nouvelle école! Après 22 années de recherche, d espoirs, de déceptions, d échecs et d attente, nous avons enfin trouvé et

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail