De la RECHERCHE. au TRANSFERT. Exemples et témoignages

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De la RECHERCHE. au TRANSFERT. Exemples et témoignages"

Transcription

1 De la RECHERCHE au TRANSFERT Exemples et témoignages Mars 2010

2 Sommaire Introduction... p. 3 (1ère partie) RECHERCHE PRÉSENTATION... p. 4 Témoignages : Unité 5228 CNRS Cathy BENNETAU-PELISSERO (PR) et Jean-Cédric RENINGER, ingénieur ENITAB, promotion 2007, (AFSSA)... p. 5 UMR 5248 CBMN Roland CAUBET (MC) et Richard TALLON (PME)... p. 7 UMR 5805 EPOC Michel LE HENAFF (MC) et Fabien DUMETZ (INRA)... p. 9 Florence PRIVE ingénieure ENITAB, promotion 2008, doctorante au Royaume Uni (Institute of Biological, Environmental and Rural Sciences, University of Aberystwyth)... p. 11 Benjamin BOIS Ingénieur ENITAB, promo 2002, Maître de Conférences à Dijon, à l Université de Bourgogne...p. 12 Frida ANDREASSON, post-doctorante suédoise (2008 à 2010) UMR TCEM... p. 13 (2ème partie) RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT PRÉSENTATION... p. 14 Témoignages : UMR 1220 TCEM Lionel JORDAN-MEILLE (MC) et Edward GERARDEAUX doctorant... p. 15 Jean-Paul GUYON (MC) département DAB et Jean-Charles SAMALENS, ingénieur ENITAB, promo 2001, post-doctorant (INRA/UR EPHYSE)... p. 18 EA 4134 GHYMAC Philippe CHERY (MC) et Anne COLMAR, ingénieure ENITAB promotion 2006, chargée d études Société Géo-Hyd... p. 20 UMR 1287 EGFV Kees VAN LEEUWEN (PR) et Yann MONTIES ingénieur ENITAB, promotion 2007, animateur Club Medoc... p. 22 USC GAIA Frédéric COURET, ingénieur ENITAB promotion1980 (MC)... p. 25 UMR ADES Nathalie CORADE (MC)... p. 26 (3ème partie) TRANSFERT PRÉSENTATION... p. 28 Témoignages : Didier CHINZI, ingénieur agronome, président du département DAB... p. 29 UMR 1065 Santé Végétale, Maarten VAN HELDEN (MC) et Emma FULCHIN, ingénieure ENITAB, promo 2005, Animatrice association ARD-VD... p. 32 Cabinet comptable associatif «A.A. Gestion» Pierre GREZILLIER, ingénieur ENITAB, promotion 1982, responsable... p. 35 Société SOVIVINS David PERNET, ingénieur ENITAB, promotion 2000, co -gestionnaire... p. 37 CONCLUSION PRÉSENTATION... p. 38 Annexe 1 : Répartition des unités de recherche en lien avec la formation au sein des 2 départements DAB et DETSI... p. 40 Annexe 2 : Structuration des unités de recherche ENITAB et données chiffrées... p. 42 Annexe 3 : Programme des ateliers de la Journée des Métiers du 17 novembre p. 45

3 Introduction C ette brochure a pour ambition d apporter de l information sur les activités de recherche fondamentale et appliquée développées au sein des laboratoires de l ENITA de Bordeaux (1). A travers tous ces exemples, nous souhaitons illustrer la capacité de l ENITAB à préparer et former des ingénieurs pouvant s insérer dans les secteurs de la recherche fondamentale et appliquée, publique ou privée. En effet, alors que l objectif principal qui mobilise la communauté éducative de l ENITAB est la professionnalisation des étudiants-ingénieurs, il est apparu qu une meilleure connaissance des activités développées au sein des laboratoires de l école, ainsi que le témoignage de ceux qui encadrent des stagiaires ou des doctorants et l avis de ceux et celles qui ont bénéficié de cet encadrement et se trouvent insérés dans le monde professionnel, seraient les bienvenus. Ils participeraient de ce fait à une bonne information sur les potentialités de l école et les possibilités d insertion notamment pour encourager les futurs ingénieurs à s orienter en plus grand nombre vers les métiers de la recherche. 3 Ce document, constitue donc pour l année 2009, un état des lieux de l activité de l ENITAB dans trois secteurs : recherche, recherche/développement et transfert. Les activités des unités de recherche développées depuis plus d une dizaine d années et celles parfois plus récentes des unités de transfert permettent de dresser un bilan d activité de l école en réponse aux sollicitations d un monde professionnel extérieur toujours plus exigeant. Le directeur de l ENITAB Pr. Jean MAGNE (1) Elle s inscrit notamment dans le cadre de la certification AFAQ, ISO 9001 et plus particulièrement dans le processus intitulé «Liaison Formation, Recherche et Transfert».

4 (1ère partie) RECHERCHE 4 Les activités de recherche développées au sein des laboratoires (2) de l école sont très variées. Elles sont en phase avec la formation dispensée aux ingénieurs et traitent aussi bien de nutrition, que de santé humaine ou animale ; de biologie et biotechnologies végétales, d analyse et de caractérisation d images, que de protection d environnement ou d organisation et de performance des entreprises agricoles. Dans le contexte d une économie dite de la connaissance et de l innovation, la recherche devient essentielle. Il s agit de mieux préparer les étudiants aux processus de conception et d innovation, de développer leur curiosité scientifique et de les orienter vers des profils plus ouverts aux nouveaux savoirs. Pour ce faire, l ENITAB s adosse à un environnement universitaire favorable avec lequel, depuis de nombreuses années, elle développe une politique de site. Elle est membre fondateur du PRES de Bordeaux et de l ISVV (3) et partenaire de longue date de l INRA. Depuis 2007, elle a opéré un recentrage de ses thématiques de recherche et s intéresse aux thèmes de «l Ecologie des Agrosystèmes» (décliné en «Vigne-Vin» et «Forêt-Bois») et de la «Nutrition-Santé». La structuration actuelle est le résultat d une politique volontariste menée lors des derniers quadriennaux pour soutenir les actions des laboratoires et constituer des équipes de recherche inscrites dans des unités de recherche labellisées. Vis-à-vis des étudiants-ingénieurs, il s agit de leur faire acquérir une culture scientifique basée sur une capacité à développer une attitude critique face au savoir, à évaluer des hypothèses, à poser des problèmes et à les résoudre. La présente brochure apporte un complément d information à la brochure descriptive publiée en 2008 (4). Elle s intéresse aux sujets de recherche eux-mêmes, à la façon de les aborder, aux liens qu ils génèrent et aux partenariats qui en découlent. Les témoignages et les ressentis ont été privilégiés. Dans cette partie sont décrits les liens particuliers qui unissent les chercheurs entre eux. La relation enseignant-enseigné du cursus d ingénieur disparaît au profit d un sentiment d appartenance à une équipe de recherche sur un objet donné, tous grades confondus, qui constitue un pas vers la professionnalisation. En effet, aujourd hui le statut de doctorant est assimilé à un premier emploi générant une expérience professionnelle et des compétences reconnues et appréciées sur un marché de l emploi concurrentiel. (2) En 2009, les enseignants-chercheurs et chercheurs de l école se répartissent au sein de 11 unités de recherche. (cf. Annexe 2) (3) ISVV Institut Supérieur des Sciences de la Vigne et du Vin mis en place en 2008 regroupe les 4 universités du PRES «Université de Bordeaux», l INRA, l Ecole de Management de Bordeaux et l ENITAB. (4) Brochure intitulée «La recherche à l ENITAB» qui décrit l organisation de la recherche et présente les modalités d accès au statut de doctorant (cf. site enitab :

5 UMR 5228 CNRS UB1 UB2 CNIC (Centre de Neurosciences Intégratives et Cognitives) Catherine BENNETAU - PELISSERO Docteur 3ème cycle de l Université Bordeaux 1 mars 1988 Docteur d Université de l Université Bordeaux 1 mars 1990 Post-Doc à l Université Brunel (Uxbridge, Middelsex, UK) de 1990 à HDR Université Bordeaux Champs d expertise : Physiologie animale l Endocrinologie stéroïdienne Molécules estrogéniques d origine alimentaire l Etudes cliniques l Biologie cellulaire l Biologie Moléculaire l Biodisponibilité de molécules à effets santé l Expertise pour l AFSSA de 2003 à 2005 l pour l ANR depuis 2007 l pour Prod Innov depuis 2009 l Et si l on se soignait en mangeant D epuis sa création l Equipe s intéresse à des molécules d origine végétale et plus particulièrement issues de plantes entrant dans l alimentation des animaux et des hommes. Ces composés sont des modulateurs des récepteurs des estrogènes et présentent tout ou partie seulement des effets des estrogènes. Les estrogènes ne sont pas seulement les hormones féminisantes. Elles agissent sur de nombreux organes et tissus pour avoir des effets bénéfiques ou néfastes en fonction de la physiologie de l individu qui les consomme et surtout en fonction de la dose absorbée. Ainsi la découverte de l activité des premières molécules auxquelles nous nous sommes intéressées s est produite en Australie dans les années 40 car des brebis présentaient des troubles de la fertilité que l on pouvait relier à la consommation de trèfle rouge ou de trèfle souterrain. Chez ces animaux on observait des chaleurs artificielles persistantes et des troubles de l implantation embryonnaire liées à une très forte ingestion de ces molécules du trèfle. L intérêt de l équipe pour ces molécules vient de leur découverte dans les aliments pour poisson et la démonstration de leurs effets sur le processus de production des réserves vitellines de l œuf chez le poisson. Pour l histoire, cet effet a été observé pour la première fois chez l esturgeon en collaboration avec l INRA et le CEMAGREF. La truite, elle, est beaucoup moins sensible à ces molécules car nous avons montré qu elle les absorbe moins et les élimine plus vite que l esturgeon. Tout est donc une question de doses ingérées et de doses biodisponibles. Alors que les recherches sur les effets estrogéniques de ces molécules et leurs effets perturbateurs endocriniens chez les animaux battent leur plein on les découvre dans l urine de patients humains américains Coup de tonnerre!! Les humains ne consomment pas de trèfle!!! Oui mais une autre légumineuse commence à entrer progressivement dans la consommation des américains : le soja. On y découvre les mêmes composés dont on déterminera plus tard qu ils interviennent dans l association des légumineuses avec leurs symbiotes racinaires, les rhizobiums. Que faire! Interdire le soja??? C est pourtant un aliment sain de par sa faible teneur en lipides et, grâce à sa forte teneur en protéines, il peut être utilisé comme substitut de viande sans apport de cholestérol. Même! On sait aujourd hui que ce soja contient des phytostérols qui freinent l absorption du cholestérol. Alors heureusement il y a les effets bénéfiques des estrogènes : sur la ménopause et ses bouffées de chaleur, sur l ostéoporose, sur la dilatation des vaisseaux et la prévention des maladies vasculaires. A doses modérées, le soja peut apporter des effets positifs, voire préventifs, sur ces affections, qu il soit consommé en l état ou sous forme de compléments alimentaires dosés précisément en molécules actives. Tout est une question de doses. La prise d un ou deux items de soja par jour dans le cadre d un régime varié et équilibré peut être tout à fait bénéfique. Attention 5

6 6 toutefois à ne pas en abuser pour ne pas se retrouver dans la position de la brebis Australienne!!! Nous commençons, depuis peu, à nous intéresser dans l équipe à d autres molécules issues du lin, du houblon ou du pamplemousse. Ce sont toutes des modulatrices des récepteurs des estrogènes. Toutefois, contrairement aux composés du soja, elles ne possèdent pas tous les effets des estrogènes et notamment pas leurs effets potentiellement néfastes. Nous les appelons des SERMs pour Selected Estrogen Receptor Modulators. Les effets que nous nous proposons aujourd hui d examiner, en partenariat étroit avec les membres de l UMR 5228 CNRS dans laquelle nous sommes intégrés, sont ceux sur la mémoire et son déclin qui survient avec l âge. On pourrait penser que cela n intéresse que les filles mais pas du tout Les garçons aussi sont concernés. En effet, le cerveau fabrique tout seul des quantités d estrogènes importantes qui commencent à décroître avec l âge et entraînent des dysfonctionnements normaux ou pathologiques. Et si demain on proposait aux femmes ménopausées de manger des fruits pour prévenir la survenue de la Maladie d Alzheimer??? Et pourquoi pas aux hommes tant qu on y est! Il n y a aucun risque de féminisation car dans les fruits les effets estrogéniques sont incomplets Ces travaux et les expertises reconnues de l équipe nous plongent de plein pied dans la nutrition santé et nos interlocuteurs sont les professionnels de l agro-alimentaire et ceux du secteur pharmaceutique qui s intéressent aux compléments alimentaires ou aux médicaments à base de molécules de synthèse initialement issues de plantes. Les plantes à valeurs santé peuvent être utilisées aussi bien chez l homme que chez l animal pour des raisons de coût. Compte tenu des effets néfastes potentiels auxquels nous avons été confrontés au cours de nos travaux notre expertise porte également sur les perturbateurs endocriniens qui relèvent quant à eux de la Sécurité Sanitaire des Aliments. Au travers de la formation en Nutrition Santé nous faisons passer nos concepts scientifiques et notre expertise et mettons en jeu notre réseau relationnel pour alimenter la formation, proposer des stages qui peuvent ou non déboucher sur des emplois ou des thèse de doctorats. Cela dépend aussi de vous. Jean-Cédric RENINGER Ingénieur ENITAB promotion Chargé de projets scientifiques et techniques dans l unité d Appréciation Quantitative du Risque en Physico-Chimie (AQR-PC) de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) D iplômé en septembre 2007, la formation que j ai suivie à l ENITA de Bordeaux (option Nutrition-Santé) m a permis d acquérir des connaissances non seulement dans le domaine de la nutrition, mais aussi en informatique, en agronomie et bien entendu une méthodologie de travail. C est grâce à cet ensemble de connaissances que j ai pu intégrer l Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa). J ai tout d abord pu prendre part, dans le cadre du stage de 6 mois de troisième année, aux diverses activités de l Unité d Evaluation de la Nutrition et des Risques Nutritionnels (UENRN). Je me suis alors en particulier appuyé sur les différents modules de cours qui nous ont été dispensés en troisième année, afin de mieux comprendre l ensemble des enjeux abordés par cette unité : évaluation d allégations santé, autorisation des «novel foods», évaluation des risques et des bénéfices liés à la consommation de certains composés présents dans les aliments, comme les phyto-œstrogènes. J ai ensuite rejoins l unité d Appréciation Quantitative du Risque en Physico-Chimie (AQR-PC), intéressée notamment par mes connaissances acquises à l ENITAB et par ma bonne capacité d adaptation. Cette seconde unité m a permis d aborder un tout

7 autre aspect de l alimentation, moins étudié durant notre formation. En effet, une des missions principales d AQR-PC est l évaluation des risques de la population française liés à la consommation de denrées pouvant contenir d éventuelles traces ou résidus de substances physico-chimiques potentiellement néfastes pour la santé. Ces substances sont par exemple les métaux lourds, les pesticides, ou encore les polychlorobiphényles plus connus sous l abréviation PCB. J ai ainsi pu élargir mon champ de compétence : utilisation d outils statistiques comme SAS, gestion de bases de données, méthode d évaluation du risque, C est donc riche de ces deux expériences que j évolue actuellement toujours au sein d AQR-PC, pour que manger (avec modération!). Reste avant tout un plaisir. Roland CAUBET Maître de Conférences Hors Classe Microbiologie Alimentaire Détaché de l ENSCPB - Institut Polytechnique de Bordeaux Laboratoire de Microbiologie et Biochimie Appliquée UMR 5248, CNRS-Université Bordeaux1 - ENITAB Chimie et Biologie des Membranes et des Nanoobjets INTERNATIONAL 1) ASIAINVEST : Co-fondateur d un programme «Quality in the food industry» financé par la commission. Ce programme ( ) est destiné à augmenter les capacités des industries vietnamiennes dans les domaines de la sécurité alimentaire et de la qualité, notamment en répondant aux exigences internationales. 7 2) Master production animale de Ho Chi Minh City : J assure la formation d étudiants vietnamiens et cambodgiens aux toxi-infections alimentaires collectives et aux méthodes microbiologiques rapides 3) Responsable pédagogique de la Coopération décentralisée entre la région Aquitaine et la région Sous-Massa-Drâa (Université Ibn ZohrAgadir, MarocAgadir-Maroc). Cette coopération est destinée à former les universitaires marocains aux méthodes pédagogiques et de management en matière d enseignement de filières spécialisées pour le développement FRANCE Responsable de la licence professionnelle : GESTION de la PRODUCTION INDUSTRIELLE METIERS DES INDUSTRIES AGRO-ALIMENTAIRES Le savoir de l intérieur S e lancer dans la recherche pour en faire son métier est une expérience peu commune qui vaut d être vécue. Pour l étudiant, c est une véritable mutation car il se retrouve à côtoyer parfois ses anciens professeurs d une autre manière. Entre le professeur ou le maître de conférence qu il a eu en cours et lui, la relation change. Cet ancien maître devient un collègue qui l aide à mûrir dans le domaine de la recherche en lui transmettant un savoir nouveau. L étape est courte : une poignée d années! Mais quel bond en avant! Il devient très vite lui aussi un «spécialiste» : un chercheur. Dans notre laboratoire, c est ce que nous faisons tous les jours, en assurant la double mission de former des jeunes et

8 8 de faire progresser le savoir, son savoir mais aussi le savoir de tous car il sera partagé avec l ensemble de la communauté scientifique publique ou privée, par le biais de la publication d articles. Pour nous, personnels du laboratoire de recherche en Microbiologie et Biochimie Appliquée, le savoir est à l intérieur, car nos travaux portent sur les bactéries ou les molécules présentes dans notre intestin. L intestin est un formidable réacteur biochimique et microbiologique. Par lui, nous assimilons ce que nous mangeons et ce que nous mangeons le modifie aussi en retour. Un équilibre sur lequel nous participons à comprendre certains mécanismes pour pouvoir l améliorer. C est possible par l absorption de bactéries lactiques probiotiques ou de prébiotiques qui vont permettre une meilleure défense immunitaire et/ou une meilleure lutte contre les bactéries pathogènes qui peuvent être absorbées accidentellement par la voie alimentaire. Les enjeux sont grands car les travaux portent sur l amélioration de la santé humaine ou animale en améliorant, dans ce cas, les performances zootechniques. Ainsi, nous avons de nombreux partenaires industriels avec qui nous travaillons sous forme de contrats de recherche. Les débouchés pour les étudiants sont, de ce fait, élargis car bon nombre d entre eux sont embauchés dans le secteur privé et peuvent devenir, par la suite, nos interlocuteurs. Ainsi le labo de recherche adossé à une école d ingénieurs comme l ENITAB joue pleinement son rôle : former des étudiants pour en faire des partenaires. Le savoir vient aussi de l extérieur, de l international, avec la venue régulière de chercheurs étrangers pour des séjours plus ou moins longs, comme des co-tutelles de thèse ou des «post-docs». Dans un laboratoire comme le nôtre il n est pas rare d entendre parler anglais, espagnol, argentin, tunisien, vietnamien, thaïlandais... Des liens se tissent. C est un brassage qui profite à tous, tant au niveau scientifique que culturel. Nous ne restons pas uniquement à nos paillasses et bon nombre d entre nous partent parfois vers des pays lointains, comme dans le continent asiatique, où nos nouveaux et anciens collègues veulent faire profiter de nos compétences à leurs compatriotes universitaires ou industriels. Richard TALLON Doctorant : Laboratoire de Microbiologie et Biochimie Appliquée Docteur en microbiologie M on doctorat a quasiment démarré avec la mise en place du laboratoire. La thématique de recherche avait pour objet d étudier la production d exopolysaccharides par une bactérie lactique. En d autres termes, d étudier la production d agents texturants par des bactéries pouvant être utilisées comme ferments dans l industrie alimentaire. Réaliser ce doctorat au sein du laboratoire de Microbiologie et Biochimie Appliquée de l ENI- TAB m a permis tout d abord de poursuivre ma formation scientifique et technique : acquisition de nouvelles techniques, apprentissage du métier de chercheur, développement de collaborations, etc. Cette expérience s est traduite par le dévelop-

9 pement de l aspect purement scientifique de ce projet, avec la nécessité de publier les résultats des travaux dans des revues scientifiques. Mais elle a également donné lieu à l application de ces travaux de recherche en participant au développement de produits alimentaires par le biais de collaborations avec une PME. Cette double compétence m a ainsi permis de poursuivre dans un premier temps vers un contrat postdoctoral dans un laboratoire universitaire américain en Caroline du Nord, avant d envisager un retour en France pour prendre la responsabilité d une équipe de Recherche et Développement d une PME de Biotechnologies. Thèse : «Caractérisation biochimique et moléculaire de la production d exoploysaccharides (EPS) et étude de la capacité d adhésion de souches de Lactobaccillus plantarum potentiellement probiotiques». Soutenue le 13 décembre UMR Université Bordeaux 1 CNRS n 5805 EPOC Environnements et Paléoenvironnements OCéaniques Equipe GEMA («Géochimie et Ecotoxicologie des Métaux dans les systèmes Aquatiques») Michel Le HÉNAFF, Maître de Conférences Docteur-HDR en Microbiologie/Biochimie des protéines membranaires Enseignant-Chercheur à l Université Rennes 1 ( ) puis à l ENITA de Bordeaux 9 L interaction hôte / pathogène : un problème de surface L a diversité des maladies infectieuses résulte de l extrême variété des microorganismes pathogènes qui les provoquent, mais aussi de la nature des réponses de l organisme hôte. La compréhension des interactions hôte-pathogène à l échelle moléculaire est fondamentale pour développer des stratégies thérapeutiques innovantes contre les pathogènes et améliorer le diagnostic. Dans ce contexte, je développe un axe de recherche qui a pour objectif une meilleure connaissance des molécules bactériennes impliquées dans la physiologie de ces microorganismes et/ou dans les processus d infection et de virulence en cherchant également à mieux comprendre la réponse adaptative de défense de l hôte contre l infection. Dans un premier temps, j ai étudié la topologie et les mécanismes de maturation et d adressage de la spiraline, une lipoprotéine présente dans la membrane plasmique de certains spiroplasmes (mollicutes dotés d une morphologie de type hélicoïdal), utilisée comme protéine modèle d antigène de surface de mycoplasme. L importance quantitative dans la membrane et sa topologie suggèrent que la protéine joue un rôle clef dans les échanges entre le spiroplasme et son environnement, fonction compatible avec la formation d une barrière de protection de type «S-layer». Les analyses chimiques réalisées sur la protéine purifiée indiquent que la spiraline est une lipoprotéine classique à savoir triacylée. L expérience

10 10 acquise au cours des études sur les spiralines a été utilisée pour caractériser des lipoprotéines de certains mycoplasmes pathogènes d animaux d élevage, Mycoplasma agalactiae, Acholeplasma laidlawii et Mycoplasma gallisepticum dans la mesure où il s agit de molécules de choix pour le développement de cocktails vaccinants protecteurs. Dans un second temps, je me suis intéressé aux flavobactéries, des eubactéries Gram négatives dont les mécanismes de la pathogénie ne sont pas bien compris. Dans les élevages aquacoles, les infections à Flavobacterium psychrophilum se traduisent par deux formes cliniques («syndrome de l alevin de la truite arc-en-ciel» et «maladie de l eau froide») dont les conséquences économiques sont importantes. Le mécanisme réel de la pathogénie n est pas connu actuellement. Alors que beaucoup de travaux ont été consacrés à la classification, la détection, l identification et la biologie moléculaire de F. psychrophilum, il y avait curieusement peu de données relatives aux aspects moléculaires de la pathogenèse de cette bactérie. Dans la mesure où les composants de l enveloppe de la flavobactérie sont en contact direct avec le milieu extérieur, ils sont susceptibles de jouer des rôles importants dans la maladie et donc, de constituer des éléments essentiels dans la mise au point de vaccins. Deux candidats sérieux pour le développement de futurs vaccins ont ainsi été mis en évidence : il s agit d une glycoprotéine membranaire (OmpA, «outer membrane protéine A» ou P60) et d une protéine de surface (OmpH, «outer membrane protéine H» ou P18) immunodominantes chez la truite et qui pourraient intervenir dans l interaction de la flavobactérie avec des tissus cibles de l hôte. Ces activités de recherche relèvent de la «nutrition-santé» dans la mesure où elles s inscrivent dans une démarche visant à améliorer la qualité sanitaire d une ressource animale de rente, volailles ou bovins dans le cas des mycoplasmoses, aquacole dans le cas de la flavobactériose. Ces travaux de recherches m ont permis d initier à la recherche plusieurs étudiants «universitaires» (BTS ; IUT ; Master 1 & 2 ; Doctorat). Ces rencontres ont été pour moi des occasions d échanges riches tant d un point de vue humain que professionnel, parfois rugueuses, mais toujours fructueuses en termes scientifiques. J y ai trouvé beaucoup de satisfaction! Je crois avoir également fait œuvre utile auprès de ces étudiants, certes en participant à la maturation de leur projet professionnel («savoir» et «savoir-faire»), mais surtout en contribuant à leur «savoir-être» par le transfert d un certain nombre de «valeurs» auxquelles je crois (honnêteté ; rigueur ; authenticité ; respect ; ouverture ; ). Fabien DUMETZ Ingénieur de Recherche - INRA - UR MICALIS Docteur en Microbiologie / Biochimie des protéines membranaires A la suite d un stage de Master 2 «Etude de gènes nucléaires codant pour des transcriptases inverses-maturases mitochrondriale» réalisé en 2003 dans une Unité CNRS-Université Bordeaux, je souhaitais préparer une thèse sur une problématique plus appliquée et dans le domaine de la Microbiologie. J ai bénéficié d une bourse MRT ciblée par l Université Bordeaux 2 sur le sujet proposé par Michel Le Hénaff «Les antigènes de surface de Flavobacterium psychrophilum : approche protéomique et caractérisation de deux protéines (OmpA et OmpH) immunoprotectrices chez le poisson». Les travaux réalisés au cours de la préparation de la thèse ont permis la publication de cinq articles dans des revues internationales et crédibilisés ma demande de stage postdoctoral en au sein du Laboratoire des Toxines et Pathogénies bactériennes

11 (Institut Pasteur). Il s agissait de mettre au point le premier vaccin intranasal contre Bacillus anthracis, l agent responsable de la maladie du charbon (anthrax en anglais), en utilisant des composants de surface de la bactérie (Brevet Institut Pasteur). J ai mis au point également la première technique permettant le suivi de l infection par un agent pathogène de classe 3 chez l animal, en utilisant la technique d imagerie en bioluminescence in vivo (article soumis). J ai enchaîné un second stage post-doctoral [ ] au sein de l unité de Physiologie et d Ecologie du Système Digestif (INRA de Jouy en Josas). J ai cherché à identifier les gènes bactériens impliqués dans les mécanismes anti-inflammatoires d une bactérie commensale du système digestif, Faecalibacterium prausnitzii. Cette recherche a été menée selon une approche aléatoire au moyen de banques génomiques. Depuis le 1er octobre 2009, j assure la responsabilité de la plateforme PHENOS adossée à l Institut MICA- LIS (MICrobiologie de l ALImentation au service de la Santé), à la suite d un recrutement sur concours d Ingénieur de recherches INRA dans le cadre du déploiement du Plateau de Saclay, 1er pôle scientifique et technologique en France. Cette plateforme a pour vocation de cribler à haut débit des banques métagénomiques grâce à l utilisation de systèmes cellulaires eucaryotes recombinants. Institute of Biological, Environmental and Rural Sciences University of Aberystwyth, Royaume-Uni Florence PRIVE 11 DEUG Biologie-Biochimie, 2005 Ingénieur de l ENITAB option Elevage et Environnement, 2008 Doctorante en Animal and Microbial Sciences depuis janvier 2009 Travailler à l international après le diplôme d ingénieur L a curiosité est un vilain défaut, sauf quand elle amène à effectuer un travail pointu mais passionnant comme la recherche. La formation d ingénieur permet de garder une vision réaliste des enjeux de la recherche, y compris sur un sujet de recherche fondamentale, et de mettre en perspective les applications qui pourront être développées au niveau de l exploitation agricole ou des industries de l élevage. J ai réalisé le stage de fin d études au laboratoire d alimentation de l Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, sur la thématique de la digestion ruminale des acides gras chez la vache laitière et des effets du traitement thermique des aliments sur cette voie métabolique. Pour cette étude, j ai eu l occasion de mettre en pratique énormément de connaissances acquises à l ENITA. La formation permet effectivement d acquérir des bases théoriques (comment fonctionne une vache!) et pratiques (techniques de microbiologie, biologie moléculaire et statistiques), mais apporte surtout une grande adaptabilité, autorisant des spécialisations pointues. Le doctorat complémente donc logiquement le diplôme d ingénieur, et atteste de la capacité à réaliser des expérimentations et des analyses de

12 très haut niveau. De plus, contrairement à l image d éternel étudiant que peut donner le choix du doctorat, il faut savoir que c est un véritable premier emploi, où l on est payé pour répondre à une question de recherche, apporter des idées nouvelles et développer des solutions techniques. Ainsi, à l issue du stage, j ai souhaité approfondir les thématiques que j y avais abordées, et avec l appui des professeurs de l unité QENS, j ai pu postuler à l université d Aberystwyth dans une équipe partenaire et m expatrier au Pays de Galles. Le comité de sélection m était très favorable grâce au haut niveau du diplôme et aux stages réalisés. Les universités britanniques sont en outre particulièrement ouvertes aux jeunes diplômés étrangers, et bien qu un niveau d anglais minimal soit requis, l adaptation ne pose pas de problème. Je travaille actuellement sur le rôle des populations bactériennes ruminales sur la qualité des lipides incorporés dans la viande et le lait chez les ruminants. J essaie de caractériser les enzymes et les organismes impliqués puisqu ils sont très largement inconnus. C est une tâche qui demande de l autonomie et de l esprit d initiative. Les résultats commencent à arriver, et mes responsables sont très satisfaits des méthodes de travail que j ai pu acquérir précédemment. La double qualification de docteur-ingénieur me permettra par la suite d avoir accès à un large éventail de métiers et de choisir indifféremment entre la recherche académique ou le R&D industriel, ceci n importe où dans le monde grâce au diplôme international. 12 Benjamin BOIS Ingénieur ENITAB Maître de conférences en Viticulture et Climatologie Institut Universitaire de la Vigne et de Vin «Jules Guyot» / Centre Recherche de Climatologie Université de Bourgogne Diplômé de l ENITA de Bordeaux en 2002, avec une spécialisation «viticulture-œnologie-économie viticole», j ai travaillé durant un an et demi comme maître de chai en Gironde viticole. S ouhaitant vivement mener une carrière dans l enseignement supérieur et la recherche, j ai saisi l opportunité d une thèse en 2004, portant sur l étude de la variabilité spatiale du climat et de son impact sur les potentialités viticoles du Bordelais. Cette transition professionnelle, qui m a demandé des efforts d apprentissage de la méthodologie scientifique, s est avérée extrêmement enrichissante. Sur de nombreux points, le doctorat fait appel à des compétences acquises en école d ingénieur : le respect des délais (le financement s arrête après la troisième année), la mise en place de collaborations (il me semble indispensable d aller chercher les compétences là où elles existent), l autonomie et la capacité d adaptation. La période post doctorale est la plus délicate : elle nécessite, pour trouver un emploi, de poursuivre intensément ses activités de recherche et d enseignement, de renforcer les contacts existants, d aller en chercher de nouveaux et enfin d être très dynamique. Récemment recruté en tant que maître de conférences, j effectue actuellement

13 mes travaux de recherche sur les relations vigneclimat, et je suis sollicité pour enseigner dans des secteurs plus larges (information géographique, agronomie viticole, écophysiologie, ). La recherche est un métier passionnant, et il me plait particulièrement de pouvoir transmettre mon savoir, acquis parfois dans le cadre de mes propres travaux scientifiques, au public fort intéressant que sont les étudiants et les professionnels de la vigne et du vin. Frida ANDREASSON Post doc at ENITA de Bordeaux UMR TCEM Master of Science (MSc) in Forestry with a major in Soil Science, 2002, Swedish University of Agricultural Sciences. Doctor of Philosophy (PhD) at the Faculty of Science in the subject Plant Ecology and Systematics, 2007, Lund University. I' master degree in forestry with a major in soil m Frida Andreasson, a Swedish post doc working at ENITA de Bordeaux. I have a science from the Swedish university of agriculture located in Umeå in the north of Sweden. After my master degree I wanted to continue my studies in soil science and move to south of Sweden where I have my family. I applied for a PhD position concerning nutrient and organic matter dynamics in beech forest floors in relation to the presence of ground flora at Lund University. In October 2007 I defended my thesis and the defense was followed by job hunting. After years of PhD studies filled with difficulties I was not sure to continue with research. Then via a friend working as a post doc in Zürich active in a COST action about woody roots I got an with a post doc opportunity at ENITAB. They were looking for someone to study the contribution of the understory vegetation to carbon and nutrient cycling in the maritime pine forest in the Landes of Gascony. As I have a special interest of ground flora and understory vegetation I applied and in October 2008 I arrived in Bordeaux. Now I m doing a post doc at ENITAB in the TCEM joint research unit with the forest group. More in particularly, I m working on the production and turnover of fine roots of understory vegetation and maritime pine as well as the litter production of the understory. My working experience at ENITAB is nice. I got a warm welcome in the forest group when I arrived and even though it was a lot of administrative things to take care of in the beginning of my stay ne parlant pas francais n aide pas I never felt as a burden. From a scientific point I enjoy the close collaboration between ENITAB and INRA, I always have a first-class experienced researcher nearby to ask questions and discuss with. The climate in my working environment is open and sharing. I also feel that I m part of important good quality research. But I find it difficult to fit into the French society and to learn the language. Of course as a post doc I still have to find my place in the scientific society and currently I am working on writing and publishing the results of my PhD and beginning of post doc experiences in a few papers. Definitely, my stay at ENITA has helped to define my main research interests, to strengthen my insertion in the European scientific network and will hopefully permit me to continue in the fields of ecology, soil science and forestry. 13

14 (2ème partie) RECHERCHE et DÉVELOPPEMENT 14 L ENITAB (5) est une école de formation d ingénieurs qui se place dans une perspective de besoin renouvelé de cadres diffuseurs de progrès pour la filière du vivant, intégrant à la fois les besoins quantitatifs et qualitatifs de denrées agricoles tout en respectant l environnement et en contribuant à une alimentation humaine de qualité. L établissement se place également dans une perspective de besoins de cadres agronomes ajoutant à leurs compétences technologiques, des compétences de management non seulement dans l entreprise, lieu de création de la richesse mais élargies aux territoires où s organise la vie sociale rurale. Enfin, l ENITAB s inscrit dans la préparation du futur agronome de demain. Les enseignants-chercheurs en charge de la formation relèvent du statut d enseignant-chercheur (6). Il en résulte certaines obligations qui illustrent ces missions de liaison avec les secteurs professionnels dans un souci de protection et de conservation de notre environnement : «Ils contribuent à la coopération entre la recherche et l ensemble des secteurs de production [ ] ils participent au développement agricole et agro-industriel et à l animation du milieu rural et des territoires, dans le cadre du développement durable». Certains enseignants-chercheurs, privilégient particulièrement une recherche appliquée qui selon leurs thématiques leur permet ainsi d ouvrir plus directement à la professionnalisation les futurs ingénieurs diplômés de l ENITAB. Traditionnellement, l ENITA est très impliquée dans le développement d activités en lien avec le monde professionnel qu elle associe à travers les stages, dans les filières privilégiées telles que vigne-vin, forêt-bois, fruits et légumes ou nutrition-santé ou lors d interventions dans les cursus de formations d ingénieurs, de mastères et plus récemment dans la formation d ingénieur par la voie de l apprentissage. Le monde professionnel est représenté au Conseil d Administration de l établissement : l actuel président est le Président du syndicat viticole des AOC Bordeaux et Bordeaux supérieur. Sont également membres, le président du GIE Fruits et Légumes d Aquitaine, le directeur de la fédération des industries du bois d Aquitaine et le président de la chambre régionale d Agriculture. Les témoignages suivants s insèrent donc dans des contextes représentatifs de thématiques emblématiques de recherche et développement de l établissement. (5) Ecole, sous tutelle du ministère chargé de l'agriculture, créée en 1963, issue des Lois d Orientation agricole (6) Décret du 21 février 1992 (Titre 1er, chapitre 1er, article 3), Code Rural, livre VIII.

15 Lionel JORDAN-MEILLE Unité de recherche : UMR 1220 INRA-ENITAB «Transfert et Cycle des Eléments Minéraux dans les écosystèmes cultivés» Parcours : Ingénieur du Génie Rural (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Suisse) l Thèse réalisée à l INRA sur le thème des pollutions diffuses d origine agricole l Enseignant-chercheur à l ENITAB depuis le 1/01/1999 en Agronomie Champs d expertise : Nutrition minérale des cultures Mots-clés : Fertilisation phospho-potassique, carences en potassium, modélisation, croissance et développement, maïs, cotonnier, hydroponie, essais de longue durée Structures professionnelles en lien avec notre UMR et mes recherches Instituts techniques (ARVALIS, ITB Institut Technique de la Betterave) l COMIFER (Comité français d étude et de développement de la fertilisation raisonnée) l Laboratoires d analyses de terre l ACTA (Institut du Végétal ) l CIRAD (Centre de Coopération Internationale en Recherche agronomique pour le Développement) Dis moi quel temps il fait, je te dirai de combien de potassium tu as besoin Missions de L UMR TCEM L' UMR à laquelle j appartiens traite des questions de fertilité chimique des sols et de nutrition minérale des végétaux. Cela concerne en théorie aussi bien les éléments majeurs, que les micronutriments, et s applique aussi bien aux cultures annuelles que pérennes. Les enjeux globaux sont d ordre environnemental (éviter les fuites d éléments minéraux dans les eaux), sanitaire (éviter le passage des métaux lourds dans la chaîne alimentaire), économique (optimisation des apports d engrais). Notre mission est de contribuer à la durabilité des agrosystèmes, dans un contexte de raréfaction à venir de certaines ressources minérales telle que le phosphore (P), ou d augmentation importante de leur coût (engrais potassiques K). Concrètement, pour les éléments majeurs, nos efforts portent sur les éléments P et K, le cas de l azote étant déjà traité dans d autres unités de l INRA. Pour les micronutriments, les recherches se focalisent sur le Cadmium, le Plomb, le Cuivre et le Zinc. Les espèces étudiées sont principalement le maïs, le pin maritime, la laitue, et l inévitable Arabidopsis. Insertion de mes activités dans l équipe Personnellement, je travaille sur l élément potassium, et sur le maïs qui fait office de plante-test. Je cherche à prédire les besoins en K au cours de la culture, en fonction des variables climatiques, telles que l ensoleillement et la température. Je définis une «demande en K», au pas de temps journalier. Cette demande est répercutée sur les zones d absorption des racines. Un soin est donc donné à la description de l architecture et de la croissance des parties racinaires. Parallèlement à mes travaux, certains collègues de l UMR ont pour mission de prédire la quantité de K que pourra fournir un sol, via la solution du sol, notamment dans le volume prospecté par les racines. Ceci définit une offre en K. Ensuite, l idée est de confronter l offre et la demande. Si la plante ne parvient pas à prélever tout le K dont elle aurait eu besoin, je dois simuler sa réponse, en tenant compte des éventuelles effets retour de la carence sur la croissance des feuilles et des racines, de la modification de son architecture, de sa photosynthèse, de sa nouvelle demande, pour envisager avec plus de réalisme la modélisation du pas de temps suivant. 15

16 16 A quoi servira ce modèle? Pour une offre du sol en K définie avant semis (analyse de terre), et un scénario climatique donné, le modèle permettra de savoir si, à un moment de son cycle, la plante nécessite plus de potassium que ne peut lui en fournir le sol. Si c est le cas, le modèle peut donc nous aider à prédire quelle est la quantité manquante, et la traduire en terme de fertilisation préconisée avant semis, si l agriculteur souhaite conduire sa culture au rendement potentiel maximum. Le modèle peut aussi être utilisé pour analyser les effets de changements de techniques culturales sur l approvisionnement en minéraux de la plante : par exemple suppression du labour, location de l engrais dans la ligne de semis. Un effort de longue haleine L écriture du modèle et sa validation, sur toute la durée du cycle cultural, nécessite beaucoup d observations, de répétitions, à plusieurs échelles (de l échelle du peuplement à l échelle de l organe, voire de la cellule), ce qui nécessite le recours à plusieurs types de dispositifs expérimentaux. Comme l on travaille avec du matériel vivant, la variabilité des réponses est forte. Pour toutes ces raisons, la validation d un tel modèle est l affaire de plusieurs années. Sans compter que le modèle évoluera toujours, s adaptant à d autres variétés voire espèces, prenant en compte d autres stress que celui du K (P, eau, N ). Un tel programme de recherche, même s il a une finalité pratique en terme de technique agricole, est pourvoyeur d un nombre important de résultats plus fondamentaux, qui peuvent être utilisés par la communauté des scientifiques spécialisés en physiologie végétale et en écophysiologie. Liens avec les organismes de développement, retombées pratiques La validation du modèle, ou de certaines de ses composantes, implique que nous nous placions dans des contextes pédoclimatiques variés, et l INRA seule ne peut gérer autant d essais. En conséquence, nous nous tournons vers les réseaux des instituts techniques ou autres organismes professionnels. En échange de leurs propres dispositifs ou résultats, ils recueillent les premiers les retombées de nos recherches. On peut citer, comme sortie opérationnelle de nos activités, un logiciel d interprétation des analyses de terre, à destination des laboratoires. Cet outil (Regifert ) évolue grâce aux multiples allers-retours entre les utilisateurs et les concepteurs. Lien avec la formation Enseignant l écophysiologie à l ENITAB, je n ai aucun mal à faire le lien entre mes activités de chercheur et d enseignant. Il faut reconnaître que l on ne communique pas tous les jours sur ses propres travaux de recherche, mais le fait d être immergé dans une équipe de recherche permet d accéder, par la voie de l animation scientifique, à de multiples connaissances, que l on recycle dans l enseignement. Ma situation de chercheur me confère également un «droit d accès» à de multiples réseaux professionnels, qui m enrichissent également, et dont j essaie de faire bénéficier au mieux les étudiants de nos spécialités.

17 Edward GÉRARDEAUX Ingénieur DESTOM (ISTOM Le Havre) 1990 Diplôme d Etudes Approfondies (DEA, INA PG) 2000 Chercheur au CIRAD avec comme mission de travailler sur l amélioration des techniques culturales du coton dans les pays en voie de développement. Thèse effectuée dans l UMR TCEM, soutenue le 7/10/2009 «Ajustement de la phénologie, de la croissance et de la production de biomasse du cotonnier (Gossypium hirsutum L.) face à des carences en potassium». Apports de la thèse S ur le plan personnel, la réalisation de ce travail de recherche m a permis de «changer d air», de rencontrer de nouvelles personnes. Sur le plan professionnel, avec une thèse, on se projette dans le moyen terme, ce qui est malheureusement rarement le cas avec le travail de terrain auprès des agriculteurs. C est un travail enrichissant où l on part d un contexte socio-économique, on évalue ensuite l état des connaissances dans le domaine de la thèse, où l on établit une méthodologie rigoureuse et justifiée et enfin où l on observe, analyse et interprète les résultats. Le passage par la thèse apprend une certaine discipline dans le traitement de données et une rigueur dans la rédaction qui seront des atouts pour ma vie professionnelle future. Cela ouvre des horizons nouveaux, et me donne une légitimité pour aborder les spécialistes mondiaux de la discipline. Pour ma carrière, cette thèse m a permis de publier 3 articles et d être internationalement reconnu dans un domaine scientifique. Retombées en termes de connaissances La thèse m a fait réaliser que le lien entre la recherche et les réponses apportées sur le terrain pouvait être assez direct. D ailleurs, la moitié de nos résultats a été acquise sur des parcelles d essais de fertilisation au Bénin, au cœur des parcelles vivrières de la population. Les résultats de la thèse nous ont permis d envisager différemment la sélection à l œuvre actuellement sur les parcelles pauvres en potassium, et donnent des perspectives pour la mise au point de nouveaux itinéraires techniques. 17 CIRAD : Centre de Coopération Internationale en Recherche et Développement. Etablissement public à caractère industriel et commercial, le Cirad est placé sous la double tutelle du ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère des Affaires étrangères et européennes (http://.cirad.fr/).

18 Jean Paul GUYON Activité scientifique Individuelle : Goupe de Travail INRA Reflexives, Projet de Recherche PSDR Ingedico (INRA/CEMAGREF) Parcours : Ingenieur des Eaux et Forêts l Docteur de l Université de Nancy I. Maitrise Informatique appliquée à la gestion des entreprises, Université de Tours l Chercheur INRA (Forêt), Chercheur ONF, Chercheur Associé INRA SAD l Enseignant chercheur ENITA de Bordeaux. Champs d expertise : Gestion durable des forêts, Pratiques de Recherches, Pratiques d Ecrits Mots-clés : Gestion durable, Normes et pratiques, Processus de décisions, Forêt industrielle. Structures professionnelles en lien avec mes recherches : Organismes professionnels (Sylviculteurs, coopératives, experts forestiers, ONF, Institut Européen de la foret EFI) Pourquoi et comment nos pratiques s écartent-elles des normes? 18 Approche théorique des données de sciences biotechniques à la lecture de données de sciences J analyse humaines et sociales. C est à partir d analyse textuelle - de discours et d écrits - et de données terrain observées que j analyse les pratiques de gestion durable des forêts et les pratiques de recherches des chercheurs. Les modèles expérimentaux : la forêt paysanne et la forêt industrielle, les binômes doctorants encadrants, les mémoires de master. La forêt paysanne comme exemple de non gestion et la forêt des landes de Gascogne comme exemple de forêt industrielle normée constituent les principaux modèles d études pour ce qui est de la gestion durable des forêts. La structuration des idées et les écrits des doctorant(e)s sont mes modèles expérimentaux pour ce qui est de l apprentissage des pratiques de recherches. Les déterminants des pratiques Les pratiques sont analysées par les dires et les faires. Les représentations sociétales et individuelles de la forêt, des fonctions de la forêt, de la gestion de la forêt par tous les acteurs sont alors mises en relation avec les caractéristiques techniques des peuplements et des massifs gérés et les normes de gestion durable en vigueur. Les pratiques d acquisition des compétences d un(e) jeune doctorant(e) par mimétisme et/ ou représentation du métier de chercheur- sont analysées en regard des écrits et des présentations orales des travaux de recherche. Mise en œuvre des normes. Le cadre législatif de la mise en œuvre des normes sert de fil conducteur pour nos observations. De l absence de cadre (forêt paysanne) aux prescriptions du code forestier, toutes les mises en œuvre de la gestion forestière sont analysées. Les normes des écrits (revue de lecture, normes ANSI*,...) sont confrontées aux pratiques d écrits des doctorants et des chercheurs. Des normes et des pratiques : un dialogue démocratique L écart entre normes (légales ou héritées) et les pratiques dessine les limites du domaine de dialogue démocratique entre les tenants d une volonté de savoir ceux qui décident des normes, des sujets de recherche et les tenants d une volonté d agir ceux qui pratiquent.

19 IMPLICATIONS La connaissance des écarts entre normes et pratiques permet d affiner, lors des processus de décisions, les normes de gestion durable des forêts. L amélioration de la qualité des publications est une application forte de nos travaux dans le cadre des réflexives à l INRA. L amélioration des travaux d étudiants de l Enitab et l apprentissage des compétences nécessaires à l exercice de la profession d ingénieur sont une application immédiate de ces travaux de recherches. * ANSI : American National Standards Institute Jean Charles SAMALENS Ingénieur ENITAB promotion Thèmes de recherche : Ecologie du Paysage Forestier & Télédétection Parcours : ENITA de Bordeaux, spécialisation forestière l Volontariat International en Entreprise pour l Institut Européen de la Forêt (EFI) l Thèse en écologie de l Université Bordeaux I réalisée à l INRA (UMR BIOGECO) l Post-doctorat en télédétection du CNES* (INRA, UR EPHYSE) Et si je faisais une thèse? D ésireux de rejoindre au plus vite le monde du travail, j ai eu à cœur de rapidement mettre en application mes savoirfaire fraîchement acquis à l ENITA de Bordeaux. Pour être honnête, ce n est que par hasard, lorsque je me suis vu proposé un contrat de longue durée à l INRA, que j y ai vu l opportunité de me lancer dans l aventure doctorale. En effet, alors que mes activités se situaient à l interface entre recherche et développement j étais victime de certains «a priori» concernant la thèse (trop abstraite ou éloignée des réalités, réservée à une élite ou à des passionnés ) qui m empêchaient de franchir le pas. Pourtant, «le jeu en vaut la chandelle», car à plusieurs égards la thèse est une expérience personnelle et professionnelle unique. Elle permet de prendre le temps d approfondir et de revisiter un large panel de connaissances au service de questions concrètes. En ce sens, la formation pluridisciplinaire d un ingénieur est un véritable atout et s en voit naturellement consolidée et approfondie. De mon expérience, les seuls pré-requis pour mener à bien une thèse sont la persévérance, la rigueur et la curiosité. Mais en retour, quoi de plus épanouissant qu un travail offrant à la fois une dimension internationale, l occasion de devenir un spécialiste et la liberté de création? * CNES : Centre National d Etudes Spatiales 19

20 Philippe CHERY Maître de Conférences EA Georessources ENITA de Bordeaux / EGID - Université de Bx III Géologue, Docteur en Pédologie de l Université de Nancy. Après des études de géologie fondamentale et appliquée à l Université de Bordeaux I, Philippe Chéry s est spécialisé dans les sciences du sol à travers un DEA à l Université de Paris VI et un doctorat à l Université de Nancy I. Après avoir fondé un bureau d étude spécialisé en pédologie et en cartographie, il intègre l ENITA de Bordeaux en 1996, où il est maître de conférences en pédologie / géologie. Jusqu en 2006, il a effectué des recherches sur la conservation des sols et des terroirs. A partir de 2007, il travaille sur les pollutions diffuses des sols et plus particulièrement sur la contamination des sols par les éléments en traces métalliques (ETM). Ses champs d expertise couvrent les sciences du sol, l analyse spatiale et les pollutions diffuses. En complément de ses activités de recherche et d enseignement, il a en charge les programmes de cartographie régionale et de surveillance des sols, des ministères chargés de l agriculture et de l environnement. Il s agit du Réseau de Mesure de la Qualité des Sols (RMQS) et du programme Inventaire, Gestion et Conservation des Sols (IGCS). Le sol, une ressource essentielle, non renouvelable à l échelle d une génération humaine. 20 Le sol est le support de diverses activités humaines (production de biomasse, équipement, maintien des paysages), mais contribue également au maintien d un environnement de qualité (stockage de carbone, pouvoir épurateur du sol, maintien de la biodiversité). Les données le concernant constituent des informations de base pour une gestion cohérente de l espace. Qu il s agisse d infléchir les productions ou les pratiques agricoles, de protéger les ressources naturelles ou les zones fragiles, de piloter la structuration foncière, il est indispensable de disposer d une bonne connaissance des propriétés des sols, tant du point de vue de leur qualité qu au plan de leur extension spatiale. A mon arrivée à l ENITAB en 1996, nous avons pris en charge la responsabilité régionale du programme Inventaire, Gestion et Conservation des Sols (IGCS). En effet, depuis 1990, le Ministère de l Agriculture et l INRA ont initié ce programme en vue de disposer d un outil de gestion des sols grâce à leur connaissance et en les reliant aux usages qui en sont faits. L objectif est de construire un outil spatialisé de gestion et de conservation des sols à des fins d aménagement du territoire, compatible avec les exigences de protection de l environnement et de conservation du patrimoine. Le programme IGCS est conçu à des fins appliquées et adaptées aux besoins des responsables politiques, techniques et économiques. Ce programme a pour objet la création de banques de données sol régionales, gérées à l aide de Systèmes d Information Géographique (S.I.G.). Il utilise l ensemble des informations pédologiques déjà existantes et réalise le recueil et la collecte des informations complémentaires. Enfin, il représente l opportunité de disposer, dans des délais raisonnables, d une couverture complète du territoire dont le pilotage scientifique est assuré par l INRA. A partir de 2005, nous avons mis en place le Réseau de Mesures de la Qualité des Sols (RMQS) pour la région Aquitaine. Ce réseau est un programme coordonné par l Unité INFOSOL de l INRA d Orléans, avec le support financier des Ministères chargés de l Agriculture et de l Environnement, de l ADEME et le concours exécutif de l IFEN. La mise en place des sites du réseau est assurée grâce à la participation de partenaires régionaux comme les Chambres d Agriculture et l ENITAB en Aquitaine. Ce réseau représente un outil d aide à une gestion durable du sol, considéré comme un patrimoine et dont les fonctions sont susceptibles de s altérer sur une échelle de temps relativement courte. Il permet de

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES SCIENCES AGRONOMIQUES DE BORDEAUX - AQUITAINE. Le contrat de professionnalisation LA SOLUTION

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES SCIENCES AGRONOMIQUES DE BORDEAUX - AQUITAINE. Le contrat de professionnalisation LA SOLUTION ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES SCIENCES AGRONOMIQUES DE BORDEAUX - AQUITAINE Le contrat de professionnalisation LA SOLUTION pour recruter un ingénieur agronome RENTREE 2015 L ingénieur agronome : Son profil

Plus en détail

Résumé du référentiel d emploi et éléments de compétences acquis. Intitulé. Niveau et/ou domaine d activité

Résumé du référentiel d emploi et éléments de compétences acquis. Intitulé. Niveau et/ou domaine d activité Intitulé Ingénieur diplômé de l Institut supérieur des sciences agronomiques, s, horticoles et du paysage (AGROCAMPUS OUEST) spécialité Autorité responsable de la certification Ministère chargé de l'agriculture

Plus en détail

Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes- Atlantique Nantes- Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food

Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes- Atlantique Nantes- Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food Masters Oniris Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes-Atlantique Nantes Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food Science and Engineering Secteur «Recherche»

Plus en détail

formation formation Ecole Nationale Supérieure des Sciences Agronomiques de Bordeaux - Aquitaine > formations 2012, année du cinquantenaire

formation formation Ecole Nationale Supérieure des Sciences Agronomiques de Bordeaux - Aquitaine > formations 2012, année du cinquantenaire formation continue formation TOUT AU LONG DE LA VIE 2013 > formations courtes Ecole Nationale Supérieure des Sciences Agronomiques de Bordeaux - Aquitaine > INGÉNIEUR AGRONOME >MASTÈRE GESTIONNAIRE DE

Plus en détail

Programme pédagogique du «Génie Biologique»

Programme pédagogique du «Génie Biologique» REPUBLIQUE GABONAISE Union Travail Justice MINISTERE DE l ENSEIGNEMENT SUPERIEUR LEAD SCHOOL ET MATASS BUSINESS SCHOOL N 00131/MES/DG/LS- MBS/2015 Programme pédagogique du «Génie Biologique» Présentation

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE)

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE DES PLANTES

Plus en détail

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Contexte Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Fédération des spécialités de Master des 5 pôles universitaires partenaires de la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Parcours : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ M1 60 ES Volume horaire étudiant : Entre 130 et190

Plus en détail

Cursus Master Ingénierie

Cursus Master Ingénierie Cursus Master Ingénierie Agro-HydroSystèmes - Production alimentaire - Productions végétales Sciences, Technologies, Santé Le schéma des études L université d Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV) offre

Plus en détail

Profil d enseignement

Profil d enseignement Profil d enseignement Catégorie Agronomique Bachelier en Agronomie Spécialisation Secteur 3. Sciences et techniques Domaine 18. Sciences agronomiques et ingénierie Biologique Niveau CFC Bachelier professionnalisant,

Plus en détail

École Doctorale «Sciences de la Vie et de la Santé»

École Doctorale «Sciences de la Vie et de la Santé» École Doctorale «Sciences de la Vie et de la Santé» Établissement principal : Université de la Méditerranée (AM II) Établissements cohabilités : Université de Provence (AM I) Université d Aix-Marseille

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation La production et la consommation responsables au cœur des enjeux sociétaux

Plus en détail

Consolider le doctorat

Consolider le doctorat Consolider le doctorat Éléments de travail pour l élaboration de positions sur le système doctoral Texte adopté par le Conseil d Administration de l ANDèS en mai 2007 Les recommandations qui suivent s

Plus en détail

Spécialisation Gestion Des Territoires Ruraux (GDTR) Spécialisation Management des Entreprises Agricoles (MEA)

Spécialisation Gestion Des Territoires Ruraux (GDTR) Spécialisation Management des Entreprises Agricoles (MEA) Présentation de la pré-spécialisation Economie des Entreprises et des Territoires (EET) et de ses spécialisations Pré-spécialisation Economie des Entreprises et des Territoires (EET) Adeline ALONSO UGAGLIA

Plus en détail

Liste des matières enseignées

Liste des matières enseignées Liste des matières enseignées Domaine : Sciences de la Nature et de la Vie Filière : Biologie Parcours : Tronc Commun Semestre1 VHG Coefficient Cours TD/TP Crédits/s. unité crédits U.E fondamental : 13

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Mars 2009 Présentation Générale 1- Le Master Recherche en Sciences de la Vie et de la Santé à Nice Objectifs, environnement scientifique, organisation Enseignements, les spécialités, les cours et les stages

Plus en détail

INGENIEUR ENSAIA PRODUCTION AGROALIMENTAIRE PAR APPRENTISSAGE

INGENIEUR ENSAIA PRODUCTION AGROALIMENTAIRE PAR APPRENTISSAGE INGENIEUR ENSAIA PRODUCTION AGROALIMENTAIRE PAR APPRENTISSAGE ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D AGRONOMIE ET DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES 1 SINCE 1893 570 élèves-ingénieurs 156 diplômés en 2014 70 enseignants-chercheurs

Plus en détail

BACHELIER AGRONOMIE. Finalité agro-industries et biotechnologies Finalité techniques et gestion agricoles Finalité environnement

BACHELIER AGRONOMIE. Finalité agro-industries et biotechnologies Finalité techniques et gestion agricoles Finalité environnement école de la province de namur HEPNhaute www.hepn.be BACHELIER AGRONOMIE Finalité agro-industries et biotechnologies Finalité techniques et gestion agricoles Finalité environnement 1 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Esprit scientifique, Esprit d entreprise. Présentation des dispositifs Cifre

Esprit scientifique, Esprit d entreprise. Présentation des dispositifs Cifre Esprit scientifique, Esprit d entreprise Présentation des dispositifs Cifre Pourquoi faire une thèse? Ce qu attendent les entreprises : un socle large, des connaissances pointues au meilleur niveau - -

Plus en détail

Licence professionnelle Biologie moléculaire appliquée à la sécurité alimentaire

Licence professionnelle Biologie moléculaire appliquée à la sécurité alimentaire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Biologie moléculaire appliquée à la sécurité alimentaire Université de Pau et des Pays de l Adour - UPPA Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Cursus de Master en Ingénierie de la Production Alimentaire. Une autre façon d accéder au métier d ingénieur

Cursus de Master en Ingénierie de la Production Alimentaire. Une autre façon d accéder au métier d ingénieur Cursus de Master en Ingénierie de la Production Alimentaire Une autre façon d accéder au métier d ingénieur Un Réseau National de 28 CMI Le réseau FIGURE Formation en InGenierie par des Universités de

Plus en détail

LA GRANDE ÉCOLE EUROPÉENNE D INGÉNIEURS DANS LE DOMAINE DU VIVANT ET DE L ENVIRONNEMENT

LA GRANDE ÉCOLE EUROPÉENNE D INGÉNIEURS DANS LE DOMAINE DU VIVANT ET DE L ENVIRONNEMENT 2013 LA GRANDE ÉCOLE EUROPÉENNE D INGÉNIEURS DANS LE DOMAINE DU VIVANT ET DE L ENVIRONNEMENT INSTITUT DES SCIENCES ET INDUSTRIES DU VIVANT ET DE L ENVIRONNEMENT AgroParisTech s est donné deux missions

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Normand Serre, un outil au profit de l essor des sciences végétales et agronomiques en région Haute-Normandie

DOSSIER DE PRESSE. Normand Serre, un outil au profit de l essor des sciences végétales et agronomiques en région Haute-Normandie DOSSIER DE PRESSE Normand Serre, un outil au profit de l essor des sciences végétales et agronomiques en région Haute-Normandie Normand Serre, un outil au profit de l essor des sciences végétales et agronomiques

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Biologie analytique et expérimentale- Production de protéines recombinantes de l Université de Lorraine Vague C

Plus en détail

Objectifs. Programme. Publics. Informations/inscriptions. Responsable : M. Olivier de Viron, Maître de Conférences

Objectifs. Programme. Publics. Informations/inscriptions. Responsable : M. Olivier de Viron, Maître de Conférences Master 2 Télédétection et techniques spatiales Parcours professionnel : Systèmes spatiaux de navigation et géolocalisation Mention : Sciences de la Terre, de l environnement et des planètes Responsable

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

École doctorale n 478 Sciences de Gestion

École doctorale n 478 Sciences de Gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation École doctorale n 478 Sciences de Gestion Université Toulouse 1 Capitole Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie

Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie Michel Brazier Université de Picardie Jules Verne Faculté de Pharmacie Amiens Au nom des membres de la CPNEP Le Contexte Evolution des études de Pharmacie:

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la Vie et de la Santé. Nutrition et Santé

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la Vie et de la Santé. Nutrition et Santé Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la Vie et de la Santé Spécialité : Nutrition et Santé 120 ES Volume horaire étudiant : 200 h 100 h 0 h 0 h 260 h 560

Plus en détail

Recherche. & Développement ; Innovation. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014

Recherche. & Développement ; Innovation. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 46 Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 Recherche & Développement ; Innovation La Recherche et Développement dans le Groupe VIVADOUR est une démarche engagée il y a plusieurs années dans le but d apporter

Plus en détail

Master Biologie et santé

Master Biologie et santé Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Biologie et santé Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels Le master Ingénierie de Projets culturels et interculturels (IPCI), conçu en partenariat avec Sciences-Po Bordeaux,

Plus en détail

Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification

Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification L INTITULE : Diplôme d Ingénieur-e du Centre international d études supérieures en sciences agronomiques de

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable Former des cadres à la conception et la gestion de projets sur le territoire Le master intégre les critères de durabilité

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Biologie et bioingénierie crâniennes, faciales, et dentaires de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

Institut des sciences et industries du vivant et de l environnement

Institut des sciences et industries du vivant et de l environnement LA GRANDE ÉCOLE EUROPÉENNE D INGÉNIEURS DANS LE DOMAINE DU VIVANT ET DE L ENVIRONNEMENT Institut des sciences et industries du vivant et de l environnement AgroParisTech s est donné deux missions fondamentales

Plus en détail

Des formations à la hauteur de votre ambition

Des formations à la hauteur de votre ambition Des formations à la hauteur de votre ambition n Agroalimentaire n Agronomie tropicale et méditerranéenne n Amélioration des plantes n Biodiversité et ingénierie des écosystèmes Cultivons la réussite n

Plus en détail

Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB)

Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB) Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB) Responsable : Jean-François Cavin (Pr. Microbiologie Biotechnologie) Tel 03 80 77 40 72, Fax 03 80 77 23 84 jf.cavin@agrosupdijon.fr

Plus en détail

Master Nutrition Animale et Elevage (NA)

Master Nutrition Animale et Elevage (NA) Master Nutrition Animale et Elevage (NA) BAC+ Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : Nutrition, Santé, Aliments Organisation : Faculté de Pharmacie, Faculté de Médecine Cohabilitation : ISARA

Plus en détail

Cahier des charges concernant des formations en anglais

Cahier des charges concernant des formations en anglais Formation Permanente INRA de Rennes Cahier des charges concernant des formations en anglais Consultation sur le choix du (des) prestataire(s) chargé(s) d assurer des formations en anglais pour le centre

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT du BACHELIER en DIETETIQUE

PROFIL D ENSEIGNEMENT du BACHELIER en DIETETIQUE PROFIL D ENSEIGNEMENT du BACHELIER en DIETETIQUE Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement... 5 a) Introduction... 5 b) Liens avec la profession...

Plus en détail

Master Ecologie et éthologie

Master Ecologie et éthologie Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Ecologie et éthologie Université Jean Monnet Saint-Etienne - UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication Un peu d histoire Depuis 1988 à l université Bordeaux 3, la spécialité Communication des

Plus en détail

Cahier des charges concernant les formations en anglais

Cahier des charges concernant les formations en anglais Formation Permanente INRA de Rennes Cahier des charges concernant les formations en anglais Consultation sur le choix du (des) prestataire(s) chargé(s) d assurer des formations en anglais pour le centre

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1 Section des Formations et des diplômes Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1 Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Evaluation des écoles doctorales de l Université

Plus en détail

PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule Les évolutions des biotechnologies dans les domaines de l environnement, de la santé, de

Plus en détail

Penser son projet professionnel dès la fin du master

Penser son projet professionnel dès la fin du master 1 Penser son projet professionnel dès la fin du master Réaliser une thèse c est s engager durant 3 ans dans une recherche afin d apporter une connaissance nouvelle sur un sujet spécifique. Au-delà de l

Plus en détail

Résultats de l enquête, réalisée mi 2013, relative aux doctorants dont la Cifre s est arrêtée en 2011

Résultats de l enquête, réalisée mi 2013, relative aux doctorants dont la Cifre s est arrêtée en 2011 Résultats de l enquête, réalisée mi 2013, relative aux doctorants dont la Cifre s est arrêtée en 2011 Remarque préliminaire : les dates d arrêt de la Cifre s étalent sur toute l année 2011, ce qui entraîne

Plus en détail

Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation

Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation Mastère Spécialisé Économie circulaire : les outils de l Écologie industrielle et de l Éco-conception Bac +6 Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation

Plus en détail

MASTER SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTÉ MENTION QUALITE DES ALIMENTS

MASTER SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTÉ MENTION QUALITE DES ALIMENTS A titre indicatif avant validation par les conseils MASTER SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTÉ MENTION QUALITE DES ALIMENTS M Spécialité professionnelle Microbiologie Appliquée à l Agro Alimentaire et à l Agro

Plus en détail

S E R V I C E O R I E N T A T I O N I N S E R T I O N E N T R E P R I S E

S E R V I C E O R I E N T A T I O N I N S E R T I O N E N T R E P R I S E Sommaire Calendrier Science Insert p 2 Les modules TRS/TRE p 3 L annuaire des anciens p 4 Le Forum des masters scientifiques p 5 Le SOIE p 6 Les partenaires du SOIE p 7 Annexe : Mini CV des intervenants

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLOME

SUPPLEMENT AU DIPLOME SUPPLEMENT AU DIPLOME Préambule : «Le présent supplément au diplôme suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES. Le supplément vise à fournir des données

Plus en détail

VetAgro Sup. Campus agronomique de Clermont. www.vetagro-sup.fr

VetAgro Sup. Campus agronomique de Clermont. www.vetagro-sup.fr VetAgro Sup Campus agronomique de Clermont www.vetagro-sup.fr VetAgro Sup Campus agronomique de Clermont 400 étudiants 120 ingénieurs diplômés par an 4 masters et 3 licences professionnelles 35 enseignants-chercheurs

Plus en détail

Stages et relations industrielles

Stages et relations industrielles UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE DE COMPIÈGNE UTC Génie des procédés L ingénieur en Génie des Procédés est en prise directe avec les grands défis de notre siècle : maîtrise de l énergie, utilisation optimale

Plus en détail

Sciences Agrobiologiques et Environnement

Sciences Agrobiologiques et Environnement Licence Professionnelle Sciences Agrobiologiques et Environnement Parcours : Sciences agroalimentaires Parcours : Biotechnologies végétales Parcours : Gestion de l Environnement et Développement Durable.

Plus en détail

L INstitut Polytechnique de Bordeaux devient Bordeaux INP

L INstitut Polytechnique de Bordeaux devient Bordeaux INP . Communiqué de Presse L INstitut Polytechnique de Bordeaux devient Bordeaux INP Bordeaux, 1 er septembre 2014 Aujourd hui, l INstitut Polytechnique de Bordeaux (3200 étudiants, 280 enseignants-chercheurs,

Plus en détail

Licence Professionnelle Conception de Projets et Médiation Artistique et Culturelle

Licence Professionnelle Conception de Projets et Médiation Artistique et Culturelle Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Professionnelle Conception de Projets et Médiation Artistique et Culturelle Université Bordeaux Montaigne Vague A 2016-2020 Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Créativité DOCTORALES. La formation par la recherche. Qu est-ce qu un docteur? Pourquoi préparer un doctorat? Pourquoi choisir Université Paris-Est?

Créativité DOCTORALES. La formation par la recherche. Qu est-ce qu un docteur? Pourquoi préparer un doctorat? Pourquoi choisir Université Paris-Est? ÉTUDES Intelligence Créativité DOCTORALES Mobilité La formation par la recherche Qu est-ce qu un docteur? Expérience professionnelle Réactivité International Innovation Compétitivité Pourquoi préparer

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

Doctorat. Allier science et entreprise. www.mines-paristech.fr

Doctorat. Allier science et entreprise. www.mines-paristech.fr Doctorat Allier science et entreprise www.mines-paristech.fr MINES ParisTech en bref Des formations d excellence 150 ingénieurs civils diplômés par an 280 diplômés des 19 Mastères Spécialisés 20 ingénieurs

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique Un peu d histoire Cette formation qui existe depuis une quinzaine d années est devenue un master

Plus en détail

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Ingénieur méthodeordonnancement Qualité

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Expertise, audit et conseil

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Expertise, audit et conseil www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Expertise, audit et conseil Un peu d histoire Depuis 1988 à l université Bordeaux 3, la spécialité Communication des organisations

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Coordinateur-trice du personnel de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO

PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO I APPROCHE A - Contexte B - État des lieux de la recherche dans les pays de la zone II OBJECTIFS A Objectif général B Objectifs spécifiques

Plus en détail

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Fiche Action 1 : Action sur la levée des freins et des difficultés pouvant constituer un frein à une reprise d emploi ou de formation Fiche

Plus en détail

CHOISIR l Ingénierie et le Management de la Santé (ILIS)

CHOISIR l Ingénierie et le Management de la Santé (ILIS) XXXXX Collection Choisir l Edition 2015 CHOISIR l Ingénierie et le Management de la Santé (ILIS) XXXXX S U A I O Novembre 2014 Lille 2 L Ingénierie et le Management de la Santé en Licence La Faculté Ingénierie

Plus en détail

Faire entrer l école dans l ère du numérique

Faire entrer l école dans l ère du numérique Thème/ titre «Faire entrer l école dans l ère du numérique». Oui mais est-ce bien pour la planète? Du papier ou du numérique utilisés au collège, lequel a le plus d impact sur l environnement, lequel est

Plus en détail

Université de La Rochelle. Sciences, Technologies, Santé MASTER. Biotechnologies. Biochimie

Université de La Rochelle. Sciences, Technologies, Santé MASTER. Biotechnologies. Biochimie Université de La Rochelle Sciences, Technologies, Santé MASTER Biotechnologies Biochimie Objectifs de la formation Connaissances dispensées Le master Biotechnologies parcours Biochimie forme des personnels

Plus en détail

DROIT ECONOMIE GESTION. Sciences économiques. Territoires Environnement Energie. 286 h 119 h h h 300 h 705 h

DROIT ECONOMIE GESTION. Sciences économiques. Territoires Environnement Energie. 286 h 119 h h h 300 h 705 h Niveau : MASTER Année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION Sciences économiques M1 Parcours : Volume horaire étudiant : Territoires Environnement Energie 60 ES 286 h 119 h h h 300 h 705 h cours magistraux

Plus en détail

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr IAE La Rochelle Ecole universitaire de management iae.univ-larochelle.fr L EDITO Thierry Poulain-Rehm Directeur de l IAE La Rochelle Vincent Taveau Président du conseil de l IAE La Rochelle Avec un environnement

Plus en détail

UNIVERSITE D'ANGERS MASTER 2 PROFESSIONNEL SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION PSYCHOLOGIE. Spécialité Psychologie de la sécurité routière

UNIVERSITE D'ANGERS MASTER 2 PROFESSIONNEL SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION PSYCHOLOGIE. Spécialité Psychologie de la sécurité routière UNIVERSITE D'ANGERS MASTER 2 PROFESSIONNEL SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION PSYCHOLOGIE Spécialité Psychologie de la sécurité routière Année universitaire 2014 2015 Identité du responsable de la formation

Plus en détail

La formation Ingénieurs par la voie de l'apprentissage

La formation Ingénieurs par la voie de l'apprentissage La formation Ingénieurs par la voie de l'apprentissage Cadres dirigeants d entreprise de production agricole Mise à jour : 2 décembre 2014 Les 4 organismes pilotant la formation Ingénieur par apprentissage

Plus en détail

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol Lionel RANJARD, Samuel Dequiedt, Pierre-Alain Maron, Anne-Laure Blieux. UMR Agroécologie-plateforme

Plus en détail

PARTENARIATS ENTREPRISES

PARTENARIATS ENTREPRISES École d économie de Toulouse - TSE Une grande école au sein de l Université PARTENARIATS ENTREPRISES L École d économie de Toulouse - TSE Un modèle novateur, 3 ème voie entre Université et Grande Ecole

Plus en détail

TECHNOLOGIES DU VIVANT

TECHNOLOGIES DU VIVANT TECHNOLOGIES DU VIVANT L institut Technologies du vivant L institut Technologies du vivant fait partie de la Haute Ecole d Ingénierie de la HES-SO Valais-Wallis. Les missions de l institut comprennent

Plus en détail

au CNPR Informations générales Niveau 4

au CNPR Informations générales Niveau 4 Le baccalauréat professionnel au CNPR Informations générales Pour plus de renseignements, contactez nos responsables de formation au 04 73 83 36 00 La préparation est organisée pour les options suivantes

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Michel JAUZEIN, Professeur Université Henri Poincaré NANCY 1 Faculté des Sciences et Techniques

Michel JAUZEIN, Professeur Université Henri Poincaré NANCY 1 Faculté des Sciences et Techniques Pédologie - Science des Sols Michel JAUZEIN, Professeur Université Henri Poincaré NANCY 1 Faculté des Sciences et Techniques L enseignement universitaire? La pédologie, science des sols? Une discipline

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT DE LA QUALITE ET GESTION DES SERVICES PUBLICS www.managementpublic.univ-cezanne.fr Marseille :

Plus en détail

Programme international Grande École Diplôme Visé Bac+5. Devenez remarquable

Programme international Grande École Diplôme Visé Bac+5. Devenez remarquable Devenez remarquable Programme international Grande École Diplôme Visé Bac+5 Supplément Programme ne peut être remis indépendamment de la brochure IDRAC Paris Lyon Nice Montpellier Nantes TOULOUSE grenoble

Plus en détail

Issue de la fusion des DA ExPPRes, MPAB et SIBA DA BIOTECH. Les biotechnologies, un cœur de métier d AgroParisTech

Issue de la fusion des DA ExPPRes, MPAB et SIBA DA BIOTECH. Les biotechnologies, un cœur de métier d AgroParisTech Départements SPAB et SVS Issue de la fusion des DA ExPPRes, MPAB et SIBA DA BIOTECH Les biotechnologies, un cœur de métier d AgroParisTech Un enseignement approfondi en biotechnologie pour former des ingénieurs

Plus en détail

environnementaux (SPRE)

environnementaux (SPRE) Spécificités du Mastère spécialisé (MS) «Santé environnement : enjeux pour le territoire et l entreprise», de la formation d Ingénieur de l EHESP spécialité génie sanitaire (IGS) et du Master 2 santé publique

Plus en détail

LICENCE (LMD) MENTION : SCIENCES DE LA VIE

LICENCE (LMD) MENTION : SCIENCES DE LA VIE LICENCE (LMD) MENTION : SCIENCES DE LA VIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Licence (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Organisation de la formation L2 Sciences de la Terre

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie de la santé, biomatériaux de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Sciences-technologies-santé. Protection de l environnement TRAITEMENT DES EAUX ET DES DÉCHETS

Sciences-technologies-santé. Protection de l environnement TRAITEMENT DES EAUX ET DES DÉCHETS 01-016 Niveau : LICENCE PROFESSIONNELLE eme année Domaine : Mention : Spécialité : Sciences-technologies-santé Protection de l environnement TRAITEMENT DES EAUX ET DES DÉCHETS LP 180 ES Volume horaire

Plus en détail

MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT»

MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT» MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT» Le Master Mention «Ingénierie du Développement Durable» (I.D.D.) est destiné à former des spécialistes

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Finance Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL ( 60 crédits soit 30 crédits/semestre)

MASTER PROFESSIONNEL ( 60 crédits soit 30 crédits/semestre) UNIVERSITE PAUL CEZANNE - AIX-MARSEILLE III Site Web : www.univ.u-3mrs.fr U.F.R. : Faculté des Sciences et Techniques Avenue Escadrille Normandie Niemen F-13397 Marseille Cedex 20 MASTER PROFESSIONNEL

Plus en détail

INSTITUT CARNOT PASTEUR MALADIES INFECTIEUSES INSTITUT CARNOT SANTE ANIMALE 2 E APPEL D OFFRES CONJOINT

INSTITUT CARNOT PASTEUR MALADIES INFECTIEUSES INSTITUT CARNOT SANTE ANIMALE 2 E APPEL D OFFRES CONJOINT AO conjoint ICSAPMI 2015 INSTITUT CARNOT PASTEUR MALADIES INFECTIEUSES INSTITUT CARNOT SANTE ANIMALE 2 E APPEL D OFFRES CONJOINT RESUME ET OBJECTIFS Afin de développer des collaborations et renforcer les

Plus en détail

7 mars 2007. 7 mars 2007. 7 mars 2007

7 mars 2007. 7 mars 2007. 7 mars 2007 7 mars 2007 7 mars 2007 7 mars 2007 MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE LA TECHNOLOGIE Arrêté du ministre de l enseignement supérieur, de la recherche scientifique

Plus en détail

L INDUSTRIE DU MÉDICAMENT : DES MÉTIERS D AVENIR POUR FAIRE PROGRESSER LA VIE. Forum Faculté de Pharmacie 2015

L INDUSTRIE DU MÉDICAMENT : DES MÉTIERS D AVENIR POUR FAIRE PROGRESSER LA VIE. Forum Faculté de Pharmacie 2015 L INDUSTRIE DU MÉDICAMENT : DES MÉTIERS D AVENIR POUR FAIRE PROGRESSER LA VIE Forum Faculté de Pharmacie 2015 LE LEEM 2 LE LEEM : ORGANISATION PROFESSIONNELLE DES ENTREPRISES DU MÉDICAMENT MISSIONS DU

Plus en détail