Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas"

Transcription

1 Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas B RADOUANE, M JIDAL, J EL FENNI, B ZAINOUN, S CHAOUIR, T AMIL, A HANINE, M BEN AMEUR Service d Imagerie Médicale Hôpital militaire d instruction Med V, Rabat, Maroc

2 Objectifs Rapporter huit cas de tumeurs des nerfs périphérique explorées par IRM

3 Introduction - Les tumeurs des nerfs périphériques sont rares. - Le plus souvent bénignes. - L association avec une maladie de Recklinghausen est rare pour les schwannomes, plus fréquente pour les neurofibromes et les schwannomes malins. - L IRM est l examen de choix dans l exploration de ces tumeurs.

4 Matériel et Méthodes - Etude rétrospective de cas de tumeurs des nerfs périphériques. - Le contexte clinique est souvent représenté par une masse des parties molles avec paresthésies. - Tous nos patients ont bénéficié d une IRM avant et après injection intraveineuse de Gadolinium.

5 Résultats -L âge de nos patients au moment du diagnostic varie de 25 à 57 ans. -La localisation siège au niveau du membre supérieur (n= 3), membre inférieur (n= 3), cou (n=2). - L anatomie pathologique a été en faveur d un schwannome (n=2), neurofibrome (n=5) schwannome malin (n=1).

6 Clinique - Tuméfaction sous-cutanée à développement lent - Douleurs ou paresthésies dans un territoire nerveux, déclenchées par la palpation de la tumeur. - Signes cliniques de neurofibromatose de recklinghausen

7 IRM Technique : - Séquences d écho de spin pondérées en T1 et en T2 - Autres séquences: - inversion récupération - Echo de gradient - Turbo spin écho - L injection de produit de contraste para magnétique est systématique.

8 Schwannomes ou neurinomes - Développés à partir des cellules de Schwann, - En général encapsulés - Refoulent les fascicules nerveux, donc situation excentrique.

9 Schwannomes ou neurinomes - En T1 : signal voisin de celui du muscle. - En T2 ou en T2* : hypersignal franc, dés le premier écho, se renforçant sur les échos tardifs. - Signal homogène pour les tumeurs de moins de 3 cm de diamètre et hétérogène si diamètre supérieur à 3 cm. - contours nets et réguliers. - Il existe souvent, un liseré périphérique continu en hyposignal, bien visible en T1.

10 Coupes sagittales du bras en SP T1, T2 et T1 Gado: Schwannome du nerf médian

11 Coupes coronale en T2, axiale en T2 et T1 Gado: Schwannome bénin du cou

12 Neurofibromes -Développés partir des différents éléments constitutifs du nerf - Situation centrale, infiltrant le nerf. - La tumeur n'est pas encapsulée en général.

13 Neurofibromes - En T1 : signal discrètement plus élevé que celui du muscle - En T2 : hypersignal hétérogène. - Les contours de la lésion sont assez mal limités. - Les petits neurofibromes se comportent en contraste comme les petits schwannomes.

14 Neurofibromes - Les neurofibromes nodulaires ont des contours nets et réguliers. - Les neurofibromes plexiformes, spécifiques de la maladie de Recklinghausen, présentent souvent des bords irréguliers et peuvent infiltrer les organes adjacents.

15 Coupes coronales en T1 et T2 du coude: Neurofibrome

16 Neurofibrome du sciatique poplité

17 Coupes sagittales en T1, T2 et T1 Gado: neurofibrome du cou

18 Schwannomes malins - En T1 : signal voisin de celui du muscle - En T1 comme en T2, ces lésions apparaissent hétérogènes. -Les plages en hypersignal en T1 sont en rapport avec des plages de nécrose hémorragique. - Les plages d'hypersignal en T2 correspondent soit à des plages de nécrose, soit à des plages myxoïdes.

19 Schwannomes malins - Difficiles à distinguer des tumeurs bénignes. - une grande hétérogenéité du signal, l'aspect infiltrant de la lésion, peuvent être en faveur de la malignité. - Dans ces cas, l'injection de Gadolinium permet de souligner encore mieux les limites exactes de la lésion et les plages de fibrose qui ne se modifient pas.

20 Schwannome malin de l avant bras

21 Bilan d extension - Il est essentiel pour la planification chirurgicale. - L IRM joue un rôle important dans ce cas. Elle précise : - Volume de la tumeur - Rapports vasculo-nerveux. - Extension aux plans musculaires et graisseux

22 Surveillance post-thérapeutique - La détection de récidive locale est souvent difficile. - La différenciation entre phénomènes inflammatoires et récidive locale peut poser des problèmes diagnostiques délicats,

23 Surveillance post-thérapeutique L IRM est l examen de référence: - un hyposignal ou surtout l absence de tout hypersignal T2 est lié souvent à un tissu fibreux, cicatriciel et permet d exclure une récidive locale. - Un hypersignal en T2 peut être lié à une lymphocèle, nécrose, réaction inflammatoire ou récidive tumorale. - L injection de produit de contraste permet parfois de faire la distinction.

24 Conclusion En cas de suspicion de tumeur des nerfs périphériques, l IRM représente l examen de choix. Elle permet de détecter ces tumeurs, préciser leur topographie et leur rapport avec les structures voisines. L IRM permet aussi un suivi post thérapeutique de ces tumeurs.

IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives. Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE

IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives. Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE Objectif illustrer les aspects en imagerie de la neurofibromatose type

Plus en détail

Imagerie des tumeurs des parties molles à contenu myxoïde

Imagerie des tumeurs des parties molles à contenu myxoïde Imagerie des tumeurs des parties molles à contenu myxoïde N.ALBERTI, A.NEUVILLE, X.BUY, E.STOECKLE, A.ITALIANO, B.BUI, J-M. COINDRE, M.KIND Strasbourg, Juin 2013 Etude retrospective (2009-2012) Série consécutive

Plus en détail

PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS

PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS R. Salem (1), O. Essid (2), N. Bhouri (1), I. Khochtali (1), A. Zrig (1), W. Mnari (1), M. Golli (1) (1) Monastir - Tunisie,

Plus en détail

Tumeurs des tissus mous.

Tumeurs des tissus mous. Tumeurs des tissus mous. Vasiliki Perlepe, Jacques Malghem, Frédéric Lecouvet, Bruno Vande Berg CLINIQUES UNIVERSITAIRES SAINT-LUC ? T1 T2 Qu est ce? Qu est ce? Trois questions fondamentales Tumeurs des

Plus en détail

SERVICE DE RADIOLOGIE HOPITAL 20 AOUT CASABLANCA CHU IBN ROCHD. Matusila.J El benna.n Moussali.N Gharbi.A

SERVICE DE RADIOLOGIE HOPITAL 20 AOUT CASABLANCA CHU IBN ROCHD. Matusila.J El benna.n Moussali.N Gharbi.A SERVICE DE RADIOLOGIE HOPITAL 20 AOUT CASABLANCA CHU IBN ROCHD Matusila.J El benna.n Moussali.N Gharbi.A INTRODUCTION Les métastases représentent la pathologie tumorale rachidienne la plus courante. Leur

Plus en détail

Imagerie des tumeurs bénignes neurogènes des nerfs périphériques. (1) Nice-France, (2) Monaco, (3) Strasbourg-France

Imagerie des tumeurs bénignes neurogènes des nerfs périphériques. (1) Nice-France, (2) Monaco, (3) Strasbourg-France Imagerie des tumeurs bénignes neurogènes des nerfs périphériques N.Amoretti (1), A Grimaud (1), PY Marcy (1), ME Fonquerne (1), P Chevallier (1), P Brunner (2),C Audibert (3), M Piche (1), JF Michiels

Plus en détail

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc L hémangiome ou hémangioendothéliome est la tumeur vasculaire bénigne néonatale la plus

Plus en détail

Intérêt de la séquence 3D haute résolution Cube dans la détection du neurinome en IRM.

Intérêt de la séquence 3D haute résolution Cube dans la détection du neurinome en IRM. Intérêt de la séquence 3D haute résolution Cube dans la détection du neurinome en IRM. ETUDE DES ANGLES PONTO-CÉRÉBELLEUX : COMPARAISON ENTRE CUBE ET FIESTA C BROCHART, S BLANPAIN, F DEMUYNCK, P MONET,

Plus en détail

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques Tuberculose hépatique h primitive: A propos de 10 cas. Nassar I*, Errabih I**, Hammani L*, Krami **H.Ouazzani** Imani F. *Service de radiologie. CHU Ibn Sina.. Rabat. Maroc ** Service de Médecine M B.

Plus en détail

TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM. Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI

TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM. Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI INTRODUCTION Les tumeurs parotidiennes représentent 3% des tumeurs cervicales et 80% des tumeurs

Plus en détail

La radio-anatomie de la fosse ischiorectale en tomodensitométrie et en imagerie par résonance magnétique

La radio-anatomie de la fosse ischiorectale en tomodensitométrie et en imagerie par résonance magnétique La radio-anatomie de la fosse ischiorectale en tomodensitométrie et en imagerie par résonance magnétique S. Semlali, M. Eddarai, T. Amil, M. Jidal, S. Chaouir, S. Akjouj Service d Imagerie médicale Hôpital

Plus en détail

Apport de l IRM diffusion en séquence Propeller dans le cholestéatome de l oreille moyenne

Apport de l IRM diffusion en séquence Propeller dans le cholestéatome de l oreille moyenne Apport de l IRM diffusion en séquence Propeller dans le cholestéatome de l oreille moyenne Benchaoui Mounira (1), Benchiheub Djamel (2) (1)Faculté de médecine B.Bensmail, université 3 de Constantine (2)

Plus en détail

Les Neurinomes Rachidiens Cervicaux En Sablier A Propos De 27 Cas

Les Neurinomes Rachidiens Cervicaux En Sablier A Propos De 27 Cas Les Neurinomes Rachidiens Cervicaux En Sablier A Propos De 27 Cas N Nacireddine, M Fikri, M Skhissi*, Y Arkha*, N El Kettani, MR El Hassani, A Khamlichi*, M Jiddane Service de Neuroradiologie,* service

Plus en détail

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE Service de Radiologie Pédiatrique CHU Ibn Rochd Casablanca Tumeurs cérébrales chez l enfant : 2nde place après les tumeurs hématologiques.

Plus en détail

Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur

Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur FLORES A, PROST S, LENOIR M, CHRU Besançon Société de Médecine de Franche-Comté Enfant de 5 ans adressé par son médecin traitant pour douleurs

Plus en détail

I Cherradi Lachhab, R Saouab, M Mahi, J ElFenni, T Amil, AHanine, S Chaouir, Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V-

I Cherradi Lachhab, R Saouab, M Mahi, J ElFenni, T Amil, AHanine, S Chaouir, Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V- I Cherradi Lachhab, R Saouab, M Mahi, J ElFenni, T Amil, AHanine, S Chaouir, Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V- Rabat- Maroc INTRODUCTION La métatarsalgie = Affection

Plus en détail

IRM des dilatations lymphatiques abdominales.

IRM des dilatations lymphatiques abdominales. IRM des dilatations lymphatiques abdominales. Du normal au pathologique. Derhy S, El Mouhadi S, Jolibert M, Chaillot P-F, Menu Y, Arrivé L Service de Radiologie Hôpital Saint-Antoine, Paris Objectifs Décrire

Plus en détail

"Suivi en IRM des embolisations de fibromes utérins" F Soares, M Brisa, LS Fournier, M Sapoval, F Larousserie, O Clément, G Frija

Suivi en IRM des embolisations de fibromes utérins F Soares, M Brisa, LS Fournier, M Sapoval, F Larousserie, O Clément, G Frija "Suivi en IRM des embolisations de fibromes utérins" F Soares, M Brisa, LS Fournier, M Sapoval, F Larousserie, O Clément, G Frija INTRODUCTION Étude retrospective de 30 patientes suivies pour embolisation

Plus en détail

Imagerie des sarcomes et GIST

Imagerie des sarcomes et GIST Imagerie des sarcomes et GIST DU carcinologie clinique 11/03/2016 Leïla Haddag Miliani Radiologie Gustave Roussy Introduction Sarcomes Tumeurs malignes Agressivité variable Origine mésenchymateuse (tissus

Plus en détail

SEMIOLOGIE EN COUPES

SEMIOLOGIE EN COUPES SEMIOLOGIE EN COUPES DU KYSTE HYDATIQUE DES PARTIES MOLLES M.CHENNOUFI, M.BEN-MESSAOUD, A.ABASSI, O.AZAIZ, H.MIZOUNI, I.TURKI, K. NOUIRA, E.MENIF Service d imagerie médicale Hôpital la Rabta Tunis, TUNISIE

Plus en détail

ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix.

ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix. ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix. HISTOIRE DE LA MALADIE Mr G. 53 ans Sclérose Tubéreuse de Bourneville.

Plus en détail

Diagnostic échographique d une masse cervicale

Diagnostic échographique d une masse cervicale Diagnostic échographique d une masse cervicale Sylvain Poirée, Hervé Monpeyssen, Jean Tramalloni Service de Radiologie Adultes. Hôpital Necker. Paris Imagerie médicale Paris 13 Buts de l échographie Localisation

Plus en détail

IMAGERIE DES SURRENALES

IMAGERIE DES SURRENALES IMAGERIE DES SURRENALES Au quotidien, les masses surrénaliennes sont découvertes sur un scanner réalisé pour d'autres raisons. ECHOGRAPHIE Voie intercostale, transhépatique et transsplénique. Visibles

Plus en détail

Patient de 27 ans, boxeur. Antécédent de chirurgie du canal carpien droit à la suite d'un traumatisme

Patient de 27 ans, boxeur. Antécédent de chirurgie du canal carpien droit à la suite d'un traumatisme Patient de 27 ans, boxeur Antécédent de chirurgie du canal carpien droit à la suite d'un traumatisme Tuméfaction douloureuse d apparition progressive sur la face palmaire du poignet droit Paresthésies

Plus en détail

S.Semlali Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d instruction Mohamed V. Rabat. Maroc

S.Semlali Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d instruction Mohamed V. Rabat. Maroc I.En-nafaa, T. Africha, A. Cisse, N. Hammoune, S. Chaouir, T.Amil, A.Hanine, aaa, c a, C sse, a ou e,s C aou,, a e, S.Semlali Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d instruction Mohamed V. Rabat.

Plus en détail

1 - Adenofibrome : a) Clinique : b) Anatomie pathologique : c) Radiologiquement :

1 - Adenofibrome : a) Clinique : b) Anatomie pathologique : c) Radiologiquement : 1 - Adenofibrome : a) Clinique : Tuméfaction unique (ou multiple soit d'emblée soit plus tard) chez une patiente jeune (20 à 30 ans) ayant tous les critères de la bénignité : - bien limitée - élastique

Plus en détail

Illustration des aspects IRM postphotothérapie. la prostate avec corrélations anatomopathologiques

Illustration des aspects IRM postphotothérapie. la prostate avec corrélations anatomopathologiques Illustration des aspects IRM postphotothérapie dynamique dans le cancer de la prostate avec corrélations anatomopathologiques M. Kulik, C. Nedelcu, F. Martin, C. Ridereau-Zins, M. Azouzzi, M.C. Rousselet,

Plus en détail

IMAGERIE PAR RESONANCE MAGNETIQUE ET MELANOME DE L UVEE. A propos de 90 observations

IMAGERIE PAR RESONANCE MAGNETIQUE ET MELANOME DE L UVEE. A propos de 90 observations IMAGERIE PAR RESONANCE MAGNETIQUE ET MELANOME DE L UVEE. A propos de 90 observations M.Jidal,M.T.Ibazizen,E.A.Cabanis et Coll. Service de Neuro-imagerie du C.H.N.O. des XV-XX (1995-2000) IMAGERIE PAR RESONANCE

Plus en détail

IRM en gynécologie. Technique. IRM pelvienne. Accueil de la patiente. Mnémotechnie. Installation de la patiente. «MC PVC n entre pas dans l IRM l

IRM en gynécologie. Technique. IRM pelvienne. Accueil de la patiente. Mnémotechnie. Installation de la patiente. «MC PVC n entre pas dans l IRM l IRM en gynécologie IRM pelvienne Propriétés s magnétique des tissus Technique non irradiante Alexandre BEN CHEIKH «funkyfarouk@free.fr free.fr» Permet une très s bonne différenciation par leur signal des

Plus en détail

Connaissances V. ORL

Connaissances V. ORL Connaissances V. ORL 87 Adénocarcinome de l ethmoïde Item 154. Tumeurs des os primitives et secondaires. Item Fig. 87.1. IRM coupe coronale séquence T1 avec injection et suppression de graisse. 1 : tumeur

Plus en détail

H.Louizi, K.Ben Mahfoudh, R Ghariani, H Dhouib*, C Marrakchi**, H Ktata, S Haddar, J.Mnif

H.Louizi, K.Ben Mahfoudh, R Ghariani, H Dhouib*, C Marrakchi**, H Ktata, S Haddar, J.Mnif IMAGERIE DE L OTITE EXTERNE MALIGNE : A PROPOS DE 19 CAS H.Louizi, K.Ben Mahfoudh, R Ghariani, H Dhouib*, C Marrakchi**, H Ktata, S Haddar, J.Mnif Service de Radiologie CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie

Plus en détail

COMMENT SUIVRE UNE PATIENTE TRAITEE POUR CANCER DU SEIN? K. EL JOUALI, R. LATIB, L. JROUNDI, I. CHAMI, MN. BOUJIDA Service de Radiologie, INO, Rabat

COMMENT SUIVRE UNE PATIENTE TRAITEE POUR CANCER DU SEIN? K. EL JOUALI, R. LATIB, L. JROUNDI, I. CHAMI, MN. BOUJIDA Service de Radiologie, INO, Rabat COMMENT SUIVRE UNE PATIENTE TRAITEE POUR CANCER DU SEIN? K. EL JOUALI, R. LATIB, L. JROUNDI, I. CHAMI, MN. BOUJIDA Service de Radiologie, INO, Rabat 4660 nouveaux cas de cancer du sein / an (à RABAT) -

Plus en détail

Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré.

Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré. Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré. S Chinellato, G Koch, M Nonent, D Colin, P Mériot, D Ben Salem Service de Radiologie CHU La Cavale Blanche Brest. HIA Brest INTRODUCTION

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Dr David GONNELLI Dr Thomas GUIDICELLI

Les tumeurs osseuses. Dr David GONNELLI Dr Thomas GUIDICELLI Les tumeurs osseuses Dr David GONNELLI Dr Thomas GUIDICELLI Tumeurs osseuses Tumeurs productrices de tissu osseux Tumeurs productrices de tissu cartilagineux Tumeurs à cellules géantes Tumeurs de la moelle

Plus en détail

IMAGERIE DES TUMEURS GRAISSEUSES. G.AKPO, M.H.TOURE Anciens Internes en Radiologie

IMAGERIE DES TUMEURS GRAISSEUSES. G.AKPO, M.H.TOURE Anciens Internes en Radiologie IMAGERIE DES TUMEURS GRAISSEUSES G.AKPO, M.H.TOURE Anciens Internes en Radiologie Objectifs Décrire les tumeurs graisseuses bénignes les plus fréquentes Donner les différents aspects en imagerie, des liposarcomes

Plus en détail

Imagerie des carcinomes adénoïdes kystiques (à propos de 8 cas)

Imagerie des carcinomes adénoïdes kystiques (à propos de 8 cas) Imagerie des carcinomes adénoïdes kystiques (à propos de 8 cas) NEJHY. W, GHARBI. A, MOUSSALI. N, EL BENNA. N, ABDELOUAFI. A Service de Radiologie 20 Août, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc Introduction

Plus en détail

Savoir interpréter une IRM du foie. S. El Mouhadi, M. Jolibert, P-F. Chaillot, L. Azizi, Y. Menu, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine-Paris

Savoir interpréter une IRM du foie. S. El Mouhadi, M. Jolibert, P-F. Chaillot, L. Azizi, Y. Menu, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine-Paris Savoir interpréter une IRM du foie S. El Mouhadi, M. Jolibert, P-F. Chaillot, L. Azizi, Y. Menu, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine-Paris Objectifs pédagogiques : savoir reconnaitre Les principaux artéfacts

Plus en détail

Pathologie du sinus rénal

Pathologie du sinus rénal Pathologie du sinus rénal M. Edderai, S. Semlali, S. Chaouir, T. Amil, A. Hanine, S. Akjouj Service d Imagerie Médicale Hôpital Militaire d Instruction Mohamed V CHU- Rabat - Maroc Sinus rénal Carrefour

Plus en détail

Radioanatomie de l espace pré-vésical

Radioanatomie de l espace pré-vésical Radioanatomie de l espace pré-vésical M. Edderai, S. Semlali, S. Chaouir, T. Amil, A. Hanine, S. Akjouj Service d Imagerie Médicale Hôpital Militaire d Instruction Mohamed V CHU- Rabat - Maroc Introduction

Plus en détail

La Radioanatomie et pathologie du canal inguinal

La Radioanatomie et pathologie du canal inguinal La Radioanatomie et pathologie du canal inguinal S. Semlali, M. Eddarai, A. Darbi, T. Amil, S. Chaouir, S. Akjouj Service d Imagerie médicale Hôpital Militaire d instruction Mohamed V Rabat - Maroc Introduction

Plus en détail

Masses annexielles: Quelle est la place de l IRM? Latifa Fellah Département d imagerie médicale Cliniques Universitaires St Luc

Masses annexielles: Quelle est la place de l IRM? Latifa Fellah Département d imagerie médicale Cliniques Universitaires St Luc Masses annexielles: Quelle est la place de l IRM? Latifa Fellah Département d imagerie médicale Cliniques Universitaires St Luc Masses annexielles Déterminer la nature des lésions => Prise en charge optimale

Plus en détail

Tumeurs Bénignes 2. TCG Kyste Anévrysmal. Kyste osseux essentiel Fibrome non ossifiant

Tumeurs Bénignes 2. TCG Kyste Anévrysmal. Kyste osseux essentiel Fibrome non ossifiant Tumeurs Bénignes 2 TCG Kyste Anévrysmal Kyste osseux essentiel Fibrome non ossifiant Introduction Rareté (4 à 10% des tumeurs primitives osseuses) Age moyen : 30 ans (16 à 64) 80 % entre 15 et 30 Hommes

Plus en détail

Carcinome du col versus tumeurs mésenchymateuses du col de l utérus: Quel est l apport de l IRM?

Carcinome du col versus tumeurs mésenchymateuses du col de l utérus: Quel est l apport de l IRM? Carcinome du col versus tumeurs mésenchymateuses du col de l utérus: Quel est l apport de l IRM? M FELFEL, M JABER, M JABOU, R CHAMAKHI, H RAJHI, R HAMZA, N MNIF Service d Imagerie médicale. EPS Charles

Plus en détail

L IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE AORTIQUE AIGUË. S. Semlali, M. Mahi, H. Chtata, A. Hanine, S. Akjouj, M. Jidal, S. Chaouir

L IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE AORTIQUE AIGUË. S. Semlali, M. Mahi, H. Chtata, A. Hanine, S. Akjouj, M. Jidal, S. Chaouir L IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE AORTIQUE AIGUË S. Semlali, M. Mahi, H. Chtata, A. Hanine, S. Akjouj, M. Jidal, S. Chaouir But Connaître les signes en imagerie de la pathologie aigue de l aorte. Envisager les

Plus en détail

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, JFR 09 Apport de l imagerie dans les tumeurs glomiques des doigts. À propos de 15 cas Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, Touria AMIL*, Ahmed HANINE*, Souâd CHAOUIR*, Amina

Plus en détail

IRM HÉPATIQUE LES SÉQUENCES INDISPENSABLES

IRM HÉPATIQUE LES SÉQUENCES INDISPENSABLES 14 DÉCEMBRE 2015 IRM HÉPATIQUE LES SÉQUENCES INDISPENSABLES P.Zerbib, A.Luciani, F.Pigneur, A.Rahmouni CHU Henri Mondor Créteil Service Imagerie Médicale Pr.A.RAHMOUNI Objectifs Définir un protocole pour

Plus en détail

Place de l imagerie dans le diagnostic de l hépatocarcinome

Place de l imagerie dans le diagnostic de l hépatocarcinome Place de l imagerie dans le diagnostic de l hépatocarcinome Enjeux diagnostics Cinquième cancer le plus fréquent à l échelle mondiale Troisième cause de mortalité par cancer Incidence croissante y compris

Plus en détail

Kystes de la partie basse du tractus génito-urinaire masculin. Aïna Venkatasamy

Kystes de la partie basse du tractus génito-urinaire masculin. Aïna Venkatasamy Kystes de la partie basse du tractus génito-urinaire masculin Aïna Venkatasamy Introduction Patholgie peu fréquente Le plus souvent bénigne Association possible à des anomalies génitourinaires Modalités

Plus en détail

Intérêt de l échographie- Doppler (EDC) pour le diagnostic des lésions de la glande lacrymale

Intérêt de l échographie- Doppler (EDC) pour le diagnostic des lésions de la glande lacrymale Intérêt de l échographie- Doppler (EDC) pour le diagnostic des lésions de la glande lacrymale F.Lafitte, M.Boucenna, (1) (2) P. Koskas (1), E. Nau (1), O. Bergès (1). (1): Fondation ophtalmologique Adolphe

Plus en détail

ATTEINTE CERVICALE RHUMATOIDE : PLACE DE L IMAGERIE

ATTEINTE CERVICALE RHUMATOIDE : PLACE DE L IMAGERIE ATTEINTE CERVICALE RHUMATOIDE : PLACE DE L IMAGERIE INTRODUCTION La polyarthrite rhumatoïde (PR) caractérisée par la présence d une inflammation articulaire et d une prolifération cellulaire pseudotumorale

Plus en détail

Apport de l entero-scanner dans l imagerie des tumeurs endocrines de l intestin grêle

Apport de l entero-scanner dans l imagerie des tumeurs endocrines de l intestin grêle Apport de l entero-scanner dans l imagerie des tumeurs endocrines de l intestin grêle C Dromain, T de Baere, JC Sabourin, I Lopez, R Sigal, E Baudin Institut Gustave Roussy - Villejuif Introduction Tumeurs

Plus en détail

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES H.Nassi CHU d Oran INTRODUCTION Les sarcomes constituent un groupe large et complexe de tumeurs rares d origine mésenchymateuse. L incidence de

Plus en détail

-par contre les contours sont discrètement polycycliques et surtout la paroi est trop épaisse pour ce type de lésion

-par contre les contours sont discrètement polycycliques et surtout la paroi est trop épaisse pour ce type de lésion Patiente de 68 ans. Bilan de lésions hépatiques kystiques découvertes lors d'une échographie pour douleurs abdominales aspécifiques. Quels éléments sémiologiques peut-on retenir pour la caractérisation

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE. D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc

APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE. D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc INTRODUCTION La trochantérite tuberculeuse est une localisation rare de la

Plus en détail

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES Pr Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 IMAGERIE des TUMEURS epidermiques des parties molles DERMATOLOGIE Utilise peu les techniques

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Les tumeurs osseuses Tumeurs osseuses Tumeurs productrices de tissu osseux Tumeurs productrices de tissu cartilagineux Tumeurs à cellules géantes Tumeurs de la moelle osseuse Tumeurs du tissu conjonctif

Plus en détail

Bruot olivier CHU Brabois Nancy

Bruot olivier CHU Brabois Nancy Bruot olivier CHU Brabois Nancy 1. Les principes l imagerie de diffusion 1. Principes physiques 2. Principes d interprétations 2. Protocole d acquisition 3. Réalisation et intérêts de la virtuel Pet MRI

Plus en détail

NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS

NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS N. Cherif Idrissi El Ganouni 1, M. Ouali Idrissi 1, A.Benhaddou 1, T. Abou El Hassan 2, O. Essadki 1, A. Ousehal 1 1 : Service de Radiologie,

Plus en détail

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Jeune femme de 25 ans, enceinte de 3 mois d une première grossesse Se présente

Plus en détail

ASPECTS EN IRM DES MASSES EXTRA-OSSEUSES DE LA CUISSE

ASPECTS EN IRM DES MASSES EXTRA-OSSEUSES DE LA CUISSE ASPECTS EN IRM DES MASSES EXTRA-OSSEUSES DE LA CUISSE O ESSID, M GAHA, H JEMNI, M BEN MAITIG, I HASNI, N MAMA, N ARIFA, L MDIMEGH, ML BEN AYECHE, K TLILI GRAIESS Hôpital Sahloul - SOUSSE - TUNISIE GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

HD LIHIOU, H AMARA, Z TOUNSI, D BAKIR, L HARZALLAH, S KRIAA, C KRAIEM. Hopital Farhat Hached, Sousse, TUNISIE.

HD LIHIOU, H AMARA, Z TOUNSI, D BAKIR, L HARZALLAH, S KRIAA, C KRAIEM. Hopital Farhat Hached, Sousse, TUNISIE. Les présentations radiologiques des tumeurs mésenchymateuses bénignes broncho pulmonaires : à travers 3 observations HD LIHIOU, H AMARA, Z TOUNSI, D BAKIR, L HARZALLAH, S KRIAA, C KRAIEM. Hopital Farhat

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension N. Grenier Imagerie et Cancer L imagerie intervient à tous les stades : - Infra-clinique : dépistage - détection - Clinique : caractérisation

Plus en détail

L IRM musculaire et l EMG dans les neuropathies motrices : le couple idéal

L IRM musculaire et l EMG dans les neuropathies motrices : le couple idéal L IRM musculaire et l EMG dans les neuropathies motrices : le couple idéal APTE Journées de formation en électrophysiologie 3 octobre 2014 Nathalie Kubis Service de Physiologie Clinique-Explorations Fonctionnelles

Plus en détail

IRM des pubalgies. Lionel Pesquer Centre d Imagerie Ostéo-articulaire. Clinique du Sport de Bordeaux.

IRM des pubalgies. Lionel Pesquer Centre d Imagerie Ostéo-articulaire. Clinique du Sport de Bordeaux. IRM des pubalgies Lionel Pesquer Centre d Imagerie Ostéo-articulaire. Clinique du Sport de Bordeaux www.image-echographie.net IRM des pubalgies - Introduction Texte - IRM: examen d imagerie de choix si

Plus en détail

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006)

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) 1. Epidémiologie Les ostéosarcomes ou sarcomes ostéogèniques sont des tumeurs rares,

Plus en détail

Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL

Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL Méthodes d imagerie US, CT, MR Agents de contraste Iode : UIV, CT Toujours faire la balance entre le risque et le bénéfice

Plus en détail

Pathologie ovarienne et annexielle. Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand

Pathologie ovarienne et annexielle. Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand Pathologie ovarienne et annexielle Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand INTRODUCTION EPIDEMIOLOGIE Lésions bénignes ovariennes plus fréquentes ++++ (75%) Cancer

Plus en détail

Echographie musculo-tendineuse

Echographie musculo-tendineuse Echographie musculo-tendineuse Examen Protocole clinique Aucune préparation Interrogatoire - Date et conditions d apparition du début de la douleur - Impotence functionnelle ( degré) - ATCD - Sport? (

Plus en détail

Introduction Améloblastome : la plus fréquente des tumeurs épithéliales odontogéniques(50%). Agressivité locale et récidive conditionnent son pronosti

Introduction Améloblastome : la plus fréquente des tumeurs épithéliales odontogéniques(50%). Agressivité locale et récidive conditionnent son pronosti IMAGERIE DES AMELOBLASTOMES (A propos de 20 cas) S. Saoud, I. Mimouni, A. Gharbi, N. Moussali, N. El Benna, A. Abdelouafi Casablanca - Maroc Journées Françaises de Radiologie. Octobre 2010 Introduction

Plus en détail

IRM de diffusion corps entier et TEP/TDM en cancérologie digestive: résultats préliminaires d une étude comparative.

IRM de diffusion corps entier et TEP/TDM en cancérologie digestive: résultats préliminaires d une étude comparative. IRM de diffusion corps entier et TEP/TDM en cancérologie digestive: résultats préliminaires d une étude comparative. PF Montoriol 1, D Da Ines 1, C Merlin 2, D Pezet 3, JM Garcier 1. 1 Radiologie et Imagerie

Plus en détail

TUMEURS SALIVAIRES MALIGNES

TUMEURS SALIVAIRES MALIGNES TUMEURS SALIVAIRES MALIGNES ETUDE DESCRIPTIVE ET ANALYTIQUE SUR 5ANS T BOUTIBA T BENTEBICHE A BOUYAKOUB Y ROUS SERVICE ORL & CCF CHU BLIDA INTRODUCTION Tissu salivaire Tumeurs polymorphes Problème complexe

Plus en détail

récidives sont fréquentes.

récidives sont fréquentes. La calcinose tumorale (CT) est une entité rare. Caractérisée par la présence d une ou plusieurs masses calcifiées des tissus mous péri articulaires. Touche surtout les sujets jeunes de phototype foncé.

Plus en détail

IMAGERIE DES MASSES CERVICALES

IMAGERIE DES MASSES CERVICALES IMAGERIE DES MASSES CERVICALES INTRODUCTION Les masses du cou sont fréquentes et leur diagnostic étiologique doit être envisagé en fonction des critères cliniques et radiologiques Diagnostic différentiel

Plus en détail

HYPERPLASIE NODULAIRE RÉGÉNÉRATIVE. Lombard Vincent

HYPERPLASIE NODULAIRE RÉGÉNÉRATIVE. Lombard Vincent HYPERPLASIE NODULAIRE RÉGÉNÉRATIVE Lombard Vincent DEFINITION RAPPEL: = Modifications de l architecture du parenchyme hépatique secondaires à un déséquilibre des apports vasculaires. Parenchyme normal

Plus en détail

N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC

N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC Les GIST sont: les tumeurs conjonctives les plus fréquentes du tube digestif

Plus en détail

INCIDENTALOMES RARES DES SURRENALES: CORRELATIONS RADIO-ANATOMOPATHOLOGIQUES ANATOMOPATHOLOGIQUES

INCIDENTALOMES RARES DES SURRENALES: CORRELATIONS RADIO-ANATOMOPATHOLOGIQUES ANATOMOPATHOLOGIQUES INCIDENTALOMES RARES DES SURRENALES: CORRELATIONS RADIO-ANATOMOPATHOLOGIQUES ANATOMOPATHOLOGIQUES A. Oudjit, S. Silvera, H. Bahurel, AE. Millischer; H. Gouya, C. Burckel, O. Vignaux, P. Legmann Université

Plus en détail

TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES

TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES Donnou Céline Faoucher Marie 18/03/11 Anapath, Sarcomes, N. Rioux-Leclerc Diaporama bientôt disponible sur le réseau pédagogique! Bon courage à tous. TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES I - Tumeurs des tissus

Plus en détail

IRM DE LA FOSSE ISCHIOANALE

IRM DE LA FOSSE ISCHIOANALE IRM DE LA FOSSE ISCHIOANALE C. Hoeffel, M. Crema, L. Azizi, M. Lewin, L. Arrivé, J-M. Tubiana Hôpital Saint-Antoine (Paris) Anatomie Repères anatomiques importants : les releveurs de l anus qui séparent

Plus en détail

Berrada S, Bekkali L, Moussali N, Elbenna N, Gharbi A Service de Radiologie de l Hôpital 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd, Casablanca

Berrada S, Bekkali L, Moussali N, Elbenna N, Gharbi A Service de Radiologie de l Hôpital 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd, Casablanca Berrada S, Bekkali L, Moussali N, Elbenna N, Gharbi A Service de Radiologie de l Hôpital 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd, Casablanca - La fosse ptérygo-palatine (F.P.P) est un espace étroit graisseux, lieu

Plus en détail

homme 44 ans, douleurs du bras gauche évoluant depuis 3 mois, tuméfaction d augmentation progressive quels sont les éléments sémiologiques à retenir

homme 44 ans, douleurs du bras gauche évoluant depuis 3 mois, tuméfaction d augmentation progressive quels sont les éléments sémiologiques à retenir homme 44 ans, douleurs du bras gauche évoluant depuis 3 mois, tuméfaction d augmentation progressive quels sont les éléments sémiologiques à retenir sur les radiographies standard la lecture "dynamique"

Plus en détail

Localisez et décrivez les principaux éléments de sémiologie radiologique. Temps veineux 75 sec

Localisez et décrivez les principaux éléments de sémiologie radiologique. Temps veineux 75 sec homme 61 ans, douleurs du flanc gauche depuis 3 jours avec défense, apyrétique, syndrome inflammatoire biologique (CRP à 227mg/l) ; suspicion clinique de sigmoïdite? Marion GRANDHAYE IHN Avant injection

Plus en détail

M. OUALI IDRISSI, H. ENNADAM, R. HIROUAL, N. CHERIF IDRISSI GUANOUNI, O. ESSADKI, A. OUSEHAL Service de Radiologie CHU Mohammed VI, Marrakech, Maroc

M. OUALI IDRISSI, H. ENNADAM, R. HIROUAL, N. CHERIF IDRISSI GUANOUNI, O. ESSADKI, A. OUSEHAL Service de Radiologie CHU Mohammed VI, Marrakech, Maroc APPORT DU SCANNER SPIRALE DANS LE BILAN D EXTENSION LOCOREGIONAL DU CANCER DU LARYNX A PROPOS DE 93 CAS M. OUALI IDRISSI, H. ENNADAM, R. HIROUAL, N. CHERIF IDRISSI GUANOUNI, O. ESSADKI, A. OUSEHAL Service

Plus en détail

085. Infection à VIH

085. Infection à VIH Sommaire 085. Infection à VIH information et conseils pour la prévention de la transmission sanguine et sexuelle, diagnostic, annonce d une sérologie, attitude thérapeutique et suivi Toxoplasmose cérébrale

Plus en détail

Comment je fais une entéro IRM? Séance 9 avril 2015 Dr N. COLIGNON - PH

Comment je fais une entéro IRM? Séance 9 avril 2015 Dr N. COLIGNON - PH Comment je fais une entéro IRM? Séance 9 avril 2015 Dr N. COLIGNON - PH Pourquoi? Place de l entéroirm Non invasif, non irradiant Très bonne résolution en contraste Amélioration technique moins d artéfacts,

Plus en détail

Indications rares du traitement radiochirurgical par Gamma

Indications rares du traitement radiochirurgical par Gamma Gamma Knife article 8, page 1 Indications rares du traitement radiochirurgical par Gamma Knife N. Massager, D. Devriendt Centre de Radiochirurgie par Gamma Knife, U.L.B. - Hôpital Erasme Résumé A côté

Plus en détail

Patiente de 34 ans, découverte fortuite d une masse rétropéritonéale lors d

Patiente de 34 ans, découverte fortuite d une masse rétropéritonéale lors d Patiente de 34 ans, découverte fortuite d une masse rétropéritonéale lors d une échographie. Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur ces coupes scanographiques L.LIAO (IHN) -avant

Plus en détail

J.El Azizi El Alaoui, R.Latib, I.Chami, N.Boujida,L.Jroundi Service d imagerie médical institut national d oncologie Rabat Maroc

J.El Azizi El Alaoui, R.Latib, I.Chami, N.Boujida,L.Jroundi Service d imagerie médical institut national d oncologie Rabat Maroc Apport de l IRM dans le cancer de prostate J.El Azizi El Alaoui, R.Latib, I.Chami, N.Boujida,L.Jroundi Service d imagerie médical institut national d oncologie Rabat Maroc La prise en charge du cancer

Plus en détail

-os difficilement analysable à ce format d'image S. Aptel IHN

-os difficilement analysable à ce format d'image S. Aptel IHN homme 24 ans, toxicomane IV, VHC + Se présente au SAU pour douleur et œdème de l'avant-bras gauche d'aggravation progressive Un bilan d'imagerie est pratiqué quel(s) élément(s) sémiologique(s) peut-on

Plus en détail

cancer du col utérin Service de radiologie l institut national de l oncologie, CHU Ibn Sina, Rabat

cancer du col utérin Service de radiologie l institut national de l oncologie, CHU Ibn Sina, Rabat Apport de l IRM dans le cancer du col utérin H.Hadj Kacem, B. Benayada, J. Azizi Alaoui, R. Latib, I.Chami, M.N.Boujida, L.Jroundi H.Hadj Kacem, B. Benayada, J. Azizi Alaoui, R. Latib, I.Chami, M.N.Boujida,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR L IRM DU CAVUM

GUIDE PRATIQUE POUR L IRM DU CAVUM GUIDE PRATIQUE POUR L IRM DU CAVUM N AIDI, R BENNACEUR, F ABIDI, F BEN AMARA, R HAMZA, H RAJHI, N MNIF Service d Imagerie Médicale EPS Charles Nicolle. Tunis TUNISIE OBJECTIFS La maîtrise de la radio anatomie

Plus en détail

Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler

Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler Examen de 1ère ligne, non-vulnérant et facilement disponible Détection des tumeurs Morphologie du foie : cirrhose Signes d hypertension portale Perméabilité

Plus en détail

Explorations hépatiques Lésions focales

Explorations hépatiques Lésions focales Explorations hépatiques Lésions focales Introduction -Pb fréquent -Découverte fortuite : échographie, anomalies bilan bio -Données de l imagerie : Conditionnent la stratégie thérapeutique : -Lésion bénigne

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Cancer de sein bilateral? Discordance IRM/TEP

Cancer de sein bilateral? Discordance IRM/TEP Cancer de sein bilateral? Discordance IRM/TEP N. Pyatigorskaya, L. Champion, A.L. Giraudet, V. Edeline, A. Pecking, J.L. Alberini Hôpital René Huguenin, Saint Cloud Une jeune femme de 20 ans Adressée à

Plus en détail

Femme, 57 ans ; "fortuitome" rétropéritonéal découvert sur un CT systématique avant traitement anti TNF alpha pour une polyarthrite rhumatoïde

Femme, 57 ans ; fortuitome rétropéritonéal découvert sur un CT systématique avant traitement anti TNF alpha pour une polyarthrite rhumatoïde Femme, 57 ans ; "fortuitome" rétropéritonéal découvert sur un CT systématique avant traitement anti TNF alpha pour une polyarthrite rhumatoïde invalidante aspect 2 ans auparavant Quels sont les principaux

Plus en détail

Les grands syndromes Compression du plexus brachial

Les grands syndromes Compression du plexus brachial Les grands syndromes Compression du plexus brachial Palli-Science www.palli-science.com Maison Victor-Gadbois Introduction Il s agit d une patiente de 78 ans, opérée pour un cancer du sein droit il y a

Plus en détail

Imagerie de causes rares de l hypertension artérielle réno vasculaire chez l enfant

Imagerie de causes rares de l hypertension artérielle réno vasculaire chez l enfant Imagerie de causes rares de l hypertension artérielle réno vasculaire chez l enfant N.ALLALI, R.DAFIRI Service de Radio-pédiatrie Hôpital d Enfant-Maternité, CHU-Rabat INTRODUCTION L hypertension artérielle

Plus en détail

La tuberculose hépatosplénique chez l enfant

La tuberculose hépatosplénique chez l enfant La tuberculose hépatosplénique chez l enfant A PROPOS DE 20 CAS N ALLALI, F EL OUNANI, I SKIKER, R DAFIRI Service de Radio-pédiatrie Hôpital d Enfant-Maternité, CHU-Rabat INTRODUCTION La tuberculose abdominale

Plus en détail

FRACTURE DU SCAPHOÏDE CARPIEN SUR KYSTE SYNOVIAL INTRA-OSSEUX TRAITEE PAR CURETAGE ET GREFFE VASCULARISEE SUR L ARTERE TRANSVERSE ANTERIEURE DU CARPE

FRACTURE DU SCAPHOÏDE CARPIEN SUR KYSTE SYNOVIAL INTRA-OSSEUX TRAITEE PAR CURETAGE ET GREFFE VASCULARISEE SUR L ARTERE TRANSVERSE ANTERIEURE DU CARPE FRACTURE DU SCAPHOÏDE CARPIEN SUR KYSTE SYNOVIAL INTRA-OSSEUX TRAITEE PAR CURETAGE ET GREFFE VASCULARISEE SUR L ARTERE TRANSVERSE ANTERIEURE DU CARPE. A PROPOS D UNE OBSERVATION. M. YAKOUBI N. MEZIANI

Plus en détail

Chirurgie mammaire à visée diagnostique

Chirurgie mammaire à visée diagnostique Chirurgie mammaire à visée diagnostique Dr L.Cahen-Doidy Hôpital Saint-Louis Circonstances de découverte des tumeurs mammaires - Autopalpation des seins - Examen clinique - Bilan radiologique!! Mammographie!!

Plus en détail