Vieillissement, épargne et marchés financiers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vieillissement, épargne et marchés financiers"

Transcription

1 Vieillissement, épargne et marchés financiers Tentatives de synthèse Vieillissement et épargne : que doit-on retenir? (André) Demande d actions des épargnants (André) Vieillissement et marchés financiers (Jérôme) Epargne et type d Etat-Providence (André) 1

2 2 Préférences de l épargnant & vieillissement Mesures directes préférences individuelles: résultat : aversion au risque d une population vieillie augmente peu Aversion au risque augmente avec l âge en (1) instantané, (2) longitudinal & (3) rétrospectif: bien établi dans plusieurs pays Préférence pour le présent diminue avec l âge (idem): que France? Vers des «Bons pères de famille»*** Effets d âge significatifs mais limités : préférences se forment tôt Effets de longévité sur préférences?? Mais n implique pas forcément que demande d actions diminue Forte hétérogénéité des préférences entre individus Mais relative stabilité dans le temps (crise, divorce ) Différences entre pays: en général peu significatives Aversion au risque: voir concentration des fortunes & qui possède quoi

3 3 Taux d épargne agrégé: effet ambigu? (1) LCH: Vieillissement => retraite plus longue Pas «Hump saving» absolu (forte désépargne vieux jours) Impliquerait l achat de rentes viagères qui sont peu diffusées*** Consommation baisse en retraite***(puzzling dip): + ou que revenu? Quelle épargne? : si consommation > pension, mais patrimoine croît «Hump saving» au moins relatif? taux d épargne en U inversé, même si encore positif sur vieux jours Effet du vieillissement dans les modèles (inspirés de LCH) 1. Consommation du patrimoine des retraités: baisse des retraites (EP!) 2. Taux d épargne augmente à âge donné (effet si âge de retraite ): âge de retraite recule par choix (progrès santé) ou du fait facteurs institutionnels 3. Effet de composition: taux d épargne diminue (hump saving relatif) Échéancier temporel: (1) puis (2) puis (3). Quid retraites incertaines?

4 4 Taux d épargne agrégé: effet ambigu? (2) LCH: Vieillissement => retraite plus longue Effets d une population vieillie sur taux d épargne Modèles prévisionnels (BCE, OCDE): baisse taux d épargne: (1) Patrimoine des seniors = résultat historique; espérance de vie, pensions Modèles «académiques»: plutôt hausse taux d épargne: (2) puis (3) Effet ambigus varient sur court & long terme, selon forme vieillissement individuel (mort précoce vs. centenaires) Dépendent facteurs institutionnels: âge retraite & taux remplacement Pour comprendre: passage au régime permanent => (1) out Taux de croissance de l économie g = n + p Taux de croissance démographique n Taux de croissance économique p

5 5 Taux d épargne en régime permanent (1) Forme réduite avant modèle. LCH => classes moyennes Épargne S. Taux d épargne s. R = revenu global = Y + ra S = ΔA = R C = ra + Y C = ga; s = S / R = (S/A)(A/R) = g (A / R) s = 0 en économie stationnaire. En pratique distinguer n & p : Effet n plus faible du fait du coût de l éducation des enfants Effet p plus faible si comportement prospectif & croissance p anticipée par l épargnant (Friedman) LCH: A / R = hump saving*** ; comparaison France / US France +: âge de retraite; contraintes de liquidité; incertitude retraite France : niveau retraite; échéancier salaire; assurance sur salaire LCH: effet du vieillissement Négatif sur croissance? (EP pour vieux : quid cot. soc., éducation?) Effet pur positif sur hump A / R (durée retraite ) mais autres effets

6 6 Taux d épargne en régime permanent (2) Interprétation A / R quand A détenu par rentiers Modèle stylisé à deux classes rentiers / prolétaires: r g Rentiers: taux d épargne = g / r ; prolétaires: taux d épargne = 0 A / R = b H, H : différence d âge intergénérationnelle (30 ans) b = f (r, g), b = flux annuel transmissions / revenu national + => A / R = poids héritage / épargne propre, fortune héritée / accumulée Taux d épargne constant / âge: pas d effet du vieillissement (Piketty) Longévité => on hérite plus tard mais d un montant plus élevé s = g b H: suit le ratio b en dépit de g (trend ascendant) Ratio b: courbe en U: 20% en 1914, creux: 4-8% de 1945 à 1985, approcherait les 15% aujourd hui (Piketty) Difficultés d estimation mais courbe en U non contestable Piketty b = 17-23% en 2060 selon r ( ) & g( ): contestable (inflation)

7 7 Taux d épargne en régime permanent (3) :épargne cycle de vie/transmission/en soi additivement séparables Si, les modèles LCH & r g s ajoutent ensemble Contre : un même actif peut satisfaire les trois épargnes à la fois! Classes moyennes vs. concentration des richesses: 99% vs. 1% Problème du bien-être de l ensemble des épargnants vs. part du patrimoine: top 5% possèdent la moitié Discussion Piketty: r & g données historiques «exogènes» EP ne jouerait que sur classes moyennes, pas sur riches rentiers Piketty: poids héritage va augmenter à long terme Générations dorées ( à ) vs. générations plombées: poids héritage va baisser à long terme (Pb croissance & évolution EP) Causalité entre épargne & croissance (s & g ou p) si variable cachée: préférence nationale pour le présent épargne & croissance (Deaton)

8 Conclusions sur épargne & vieillissement Concept d épargne Quid taux d épargne US & croissance du patrimoine américain? Insister plus sur «qualité» épargne (investissements rentables) que «quantité» mal définie et mal mesurée (Jérôme)? Bien-être Dangereux de se focaliser sur les 1%-3% les plus riches? Sur reste de la population LCH reste théorie de référence, les débats opposant différentes variantes de LCH & l effet du vieillissement sur l épargne dépend beaucoup des hypothèses de croissance & d évolution de EP 8

9 9 Demande d actions et vieillissement (1) Risque : regret anticipé ex ante (maxmin regret?) Retraités plus souvent actionnaires (ceteris par.) que actifs! Retraités: aversion au risque plus forte & horizon plus court mais Information financière & temps disponible supérieurs, etc.? Rationalité «existentielle» selon projets du moment*** Phases spécifiques du cycle de vie (par préférence temporelle) Actions peu adaptées projets immobiliers, familiaux & professionnels des actifs, car projets risqués au plan financier & existentiel Ex: apport personnel sûr car renoncer à la maison rêvée est un regret anticipé intolérable (maxmin regret: non EU) Taux de diffusion des actions (outre fonds de pension & culturel) plus faibles dans pays où projets immobiliers, familiaux plus importants Italie 15% ; Pays-Bas, France < 25% (direct = 15 à 17%) UK = 34% ; USA = 50% ; Suède = 2/3

10 Demande d actions et vieillissement (2) «Tempérance»: effet de substitution des risques Effet de substitution des risques (EU, LCH standard***) revenu retraite plus sûr que revenu d activité favorise prise de risque Ex: Indépendants retraités: plus d actions que indépendants actifs Retraités plus souvent actionnaires: temporaire ou définitif? Quid si crise économique dure & avenir des systèmes santé & retraite jugés de plus en plus incertain & source d inquiétude? Encore une fois avenir de EP en jeu : peut-on envisager une retraite «multi-solidaire» fondée sur un droit à la quiétude? Autrement: vers un désir exacerbé d épargne sécurisée, réserve de valeur chez nous mais aussi ailleurs (pays émergents)? Jérôme 10

11 Vieillissement et marchés financiers (Jérôme) Entrée 1 : équilibre du marché des capitaux 1 titre = droit à 1 u. de consommation demain. Equilibre de stock : Valeur de la demande : richesse des ménages Valeur de l offre : capital des entreprises Prix : inverse du taux d intérêt réel Prix du titre demande : richesse des ménages E 1 Equilibre initial : E 0 Vieillissement : glissement ++ de la demande (?) E 0 E 1 : taux d intérêt réel. Mvt de l offre : subs./compl. K-L Intégration financière internationale E 0 offre : capital des entreprises Quantité de titre 11

12 Vieillissement et marchés financiers Entrée 2 : asset meltdown Ingrédient 1 : structure constante de la demande d actifs par âge. Ingrédient 2 : glissement de la cohorte des baby-boomers de 2010 à A offre d actifs fixée, baisse du prix de l actif provoquée par la transmission des actifs des cohortes «pleines» vers des cohortes «vides». Mouvement amortie par (en ordre décroissant) : 1. Substitution de la répartition par la capitalisation 2. Déformation de la structure par âge de la demande (longévité) 3. Intégration internationale des marchés financiers 4. Anticipation par les marchés financiers Pas d évidences empiriques conclusives 12

13 13 Vieillissement et marchés financiers Entrée 3 : portefeuille élargi du ménage (ALM) (a) «Tout est actif» (droit à revenus (étendus) futurs) : Actifs privés tangibles : financier, immobilier. Actifs privés intangibles : richesse humaine, santé, éducation, famille. Actifs sur l Etat Providence : richesse nette de sécurité sociale (inclus régimes complémentaires), dette publique. Stratégie d accumulation patrimoniale et de couverture des risques idiosyncrasiques et macro-financiers attachés à chaque actif. Flexibilité de l allocation dépend de la nature de l EP (typologie André) et de la profondeur des marchés financiers (rente viagère, par ex.). En quoi les risques associés au vieillissement modifient-ils l allocation des actifs tangibles, et particulièrement ceux destinés au financement de l économie?

14 Vieillissement et marchés financiers Entrée 3 : portefeuille élargi du ménage (ALM) (b) Vieillissement, phénomène collectif ( taux de dépendance, population active) : risques macro. et idiosyncrasiques associés aux salaires futurs et aux droits à prestations. Exposition croissante aux risques de l activité économique. Vieillissement, phénomène individuel (déformation de la courbe de survie) : Risque de longévité. Nouveaux arbitrages intertemporels («valeur de la vie»). Raisonnement en termes d Asset Liability Management du ménage est le bon! 14

15 15 Vieillissement et marchés financiers Thésaurisation financière et vieillissement Le vieillissement collectif comme individuel favorise la constitution d une «réserve de valeur» par les ménages : soif d actifs tangibles sécurisés. Contraire à un effet de diversification intertemporelle (Merton-Samuelson) Lien direct : impact ricardien de l endettement public couvert par des obligations d Etat. Lien moins direct : le droit à prestations de l EP n est plus un titre à revenu fixe. Soutenabilité incertaine de l EP : exposition accrue de la richesse de sécurité sociale aux risques idiosyncrasiques et de niveau d activité. Geanakoplos et Zeldes (2010) sur les E.U. et Guiso, Japelli, Padula (2010) sur l Italie. Nouveaux risques idiosyncrasiques (santé, dépendance) : motifs de précaution. Sorties en capital vs sorties en rente.

16 Vieillissement et marchés financiers Adossement actif-passif de la thésaurisation Capacité de l industrie financière à répondre à la demande de thésaurisation (passif), à produire des actifs sécurisés à destination des ménages. Quels produits? Quels stratégie d investissement? ALM de l industrie. Capacité à transformer les risques contraints par le durcissement : des règles prudentielles (Solva 2). Des règles comptables (passif des fonds de pension). Réallocation des actifs des II vers les obligations plutôt que les actions. Méfiance et échec de la titrisation (exception des covered bonds). Baisse du taux d intérêt «sans risque» (?!). Augmentation de la prime de risque ou de défaut : accroissement du coût du capital pour les entreprises. 16

17 Vieillissement et marchés financiers Demandes d actifs sécurisés et finance globalisée (a) La globalisation peut-elle réduire ou accentuer les effets du vieillissement sur l équilibre des marchés d actifs? Peut-on financer nos retraites en investissant dans les pays émergents? Rejoint des critiques sur l asset meltdown. Diversification internationale des portefeuilles réduit l impact sur la structure des rendements. Maintien d un biais domestique très important, encore renforcé avec les pays non industrialisés. Disparités très importantes de développement financier, i.e. de la capacité à produire des actifs sûrs. Doute sur la capacité des économies émergentes à attirer des capitaux en quête de sécurité (maintien des E.U. comme venture capitalist du Monde). 17

18 Vieillissement et marchés financiers Demandes d actifs sécurisés et finance globalisée (b) Le vieillissement des pays du Nord est un élément important de la macroéconomie de la pénurie d actifs mais ce n est pas le seul : Sous-développement financier des pays émergents Sous développement des systèmes de protection sociale de ces pays Stratégie de croissance par les exportations. Deux interrogations : Durabilité de cet équilibre Retour de l inflation? Conclusions très générales : Réformer l Etat-Providence (!!) Redonner à la finance la capacité de transformer des risques 18

19 Vieillissement, État-providence et épargne Conséquences d une vie d épargnant plus longue Besoins accrus d épargne longue / aléas de la vie «prévoyance», famille (éducation / aide enfants), santé, retraite, dépendance mais aussi divorce Risques de long terme difficiles à évaluer (incertain): coût dépendance Risques aussi «couverts» par EP sauf divorce Une part importante de cette épargne longue va dépendre en volume & composition de l évolution attendue de EP Soit des anticipations des ménages sur évolution de EP taille globale, priorités selon l âge & modalités des transferts (cash vs. services) incertitude des transferts*** (coût santé, pensions, etc.) Or EP (=> vieux) soumis à la pression du vieillissement (& de la crise) 19 Ex: baisse 30% de TR => hausse épargne à LT si anticipée (LCH), mais baisse épargne seniors à «moyen terme» si non anticipée

20 20 Scenario au fil de l eau (mal défini) Ce scénario (avatar du statu quo) est-il une solution? Perspectives probables Pensions: durcissement des règles d éligibilité, peu d indexation Éducation, santé: diminution dépenses publiques? Secteur de l assurance privée peu ou mal régulé? Conséquences: inefficacités & inégalités Plus âgés: plus de pauvres, plus d inégalités Inégalités entre générations augmentent : triple peine pour les jeunes? (cotisations élevées, pensions faibles, dettes à rembourser) Système social difficilement peu viable à terme => menaces permanentes, incertitudes (aversion à***), peurs & inquiétudes Épargne (de précaution) augmente & réactions instables

21 21 Dessiner un avenir cohérent / intelligible pour EP Pas chercher à connaître ni prévoir avenir EP (apories) Mais «comprendre» les avenirs possibles Dessiner un avenir cohérent & intelligible pour EP selon une «vision du monde» (Weltanschauung) bien affirmée Plutôt qu un système «juste» & «transparent» peu explicite 3 philosophies du social, trois seulement au delà du scénario «au fil de l eau» (pas précisément défini ) Avenir EP pas écrit: dépend de nos décisions politiques bien formées Trois paradigmes => trois avenirs cohérents & intelligibles pour EP «Libre agent»: liberté marché agent autonome responsabilité Egalité citoyenne: égalité État citoyen redistribution/citoy. univ. Multi-solidaire: fraternité famille "frère de" réciprocités mutuelles solidarité sol. civiles "dépendant" & indirectes

22 22 Implications de base pour l État-providence (EP) Typologie «idéale» des discours sur le social Taille de EP Agent libre: minimale Égalité citoyenne: élevée, sur base individuelle ( APA, RMI-RSA ) Multi-solidaire: élevée, sur base familiale ou conjugale Priorités de EP selon l âge, types of transferts Agent libre: vers les jeunes (égalité des chances, non responsables) & dépenses d investissement sur jeunes «méritants» Égalité citoyenne: vers jeunes & jeunes parents (nouveaux risques) => Services collectifs: crèches & cantines gratuites, «care» Multi-solidaire: vers les plus âgés & les parents sous forme libre, i.e. monétaire allocations familiales, pensions publiques => France Les parents savent, veulent & font ce qu il y a de mieux pour leurs enfants

23 23 Libre agent Retrait de EP (& de ses promesses intenables) Fermer parenthèse historique de EP (pour vieux): équité inter Baisse prélèvements & dettes; mais encore dépenses pour jeunes Stimuler épargne individuelle & assurance (pour vieux jours) épargne très longue, intermédiée, dans actifs risqués & long terme fonds de pension & placement retraite à cotisations définies Promouvoir le nouvel agent / épargnant «entreprenant»: individus responsables (CIO) de leur vie économique mais «aidés» (nudging) Epargne d abord: consommation patrimoine des seniors: SKIers Epargne ensuite: jeunes épargnent (revenu moins taxé + transferts) PB1: Adapté à économie globalisée: quelle cohésion sociale (nationale)? PB2: Enfants avec moins d héritage devront s occuper plus des parents PB3: Inégalités entre vieux en matière de patrimoine augmentent

24 24 Egalité citoyenne Réorientation de EP vers les jeunes (parents) EP même taille élevée (France) mais davantage vers jeunes nouveaux risques: mère isolée, parents pauvres, jeunes non qualifiés Dépenses «actives»: éducation-formation, moins d indemnisation Hausse services à la personne => "collectivisation" douce hors famille Baisse pensions publiques: filet puis contributif: comptes notionnels à taux de rendement fixé par État => solidarité nationale / aléas marché EP financé plus par les contributions des plus «riches» (& âgés) Epargne d abord: seniors + taxés, moins de retraite & héritage taxé Epargne ou ensuite (marché / services?): jeunes riches + taxés PB1: Le citoyen est seul & isolé face aux administrations PB2: Épargne vs. comptes notionnels & services publics: rôle du marché Risque de dérive «socio-libérale»: épargne augmente à terme PB3: Risque de défection des classes aisées «pressurisées»

25 25 Multi-solidaire: renforcer liens entre générations «Garder» mais modifier EP pour âgés «Garder» EP élevé pour vieux: retraite, santé, dépendance assurance sociale & taux de remplacement (TR): prestations définies Collective (contraignante) & moins contributive mais droit à la quiétude Solidarités sociales: droits & devoirs des aînés (deux sens!) Retraites: hausse durée activité dans bon travail & (fond de) réserves Pensions maintenues mais prélèvements peuvent augmenter à la demande (3 e âge paie pour 4 e ) => solidarité oblige! Solidarités familiales & civiles renforcées: deux sens aussi Pour jeunes et vieux: famille 1 ère mais aide publique complémentaire => Peur du retour en arrière si vieux démunis: solidarités familiales Accélérer transmissions du patrimoine vers les jeunes => renforcer circuit des transferts financiers entre générations

26 26 Multi-solidaire: quelle solidarité entre générations? Un contrat social rénové (cercles de solidarité emboîtés) Un contrat social rénové entre générations? Lier dépenses publiques retraite & éducation: décidées ensemble au niveau du budget, chemin de croissance équilibrée Mécanisme solidaire entre vieux riches & jeunes pauvres à éduquer: retraites élevées indicées sur indicateur réussite jeunes non qualifiés Epargne (?): précaution ; transmission aux enfants du vivant & héritage & donations reçues favorisent accumulation ( Carnegie) PB: la solidarité (entre générations) est-elle une bonne idée? Libre agent: limiter lien sociopolitique, promouvoir épargne individuelle Egalité citoyenne: limiter lien familial: don t shoot, we are your parents Solidarité vs. liberté de choix, vs. égalité-justice contributive: trade off Solidarité >> non contributif => suppose liens de dépendance qui contraignent mais rassurent

27 27 Epargne et système de retraite (1) Cas de la France: COR => révolution systémique (CN) Fonds de pension et placements retraite plus souples risque sur client & sortie souvent en capital: cas des 401(k) Comptes notionnels à cotisations définies Mythe technocratique du pilotage automatique: gérer qq paramètres sans pressions ni & renégociations sociales Retraites suivent gains de productivité (pas besoin de miser sur gains futurs) Vers système unique => portabilité des droits & liberté de sortie Compte personnel «transparent» alimenté en continu Pb «solidarité» perturbe pilotage automatique & portabilité droits Pb problème de la transition pour baby-boomers en France si taux de cotisations invariant, forte baisse du taux de remplacement => régime actuel maintenu pour Baby-boomers?!! Pb concurrence fonds de pension à rendement + risqué mais + élevé

28 28 Epargne et système de retraite (2) SG = solidarité entre générations. Cas de la France Système multi-solidaire (aussi une révolution systémique) Taux de remplacement dépend davantage du collectif action d autrui: âges moyens de fin d emploi, d entrée en retraite Mais moins de carrière propre: trimestres & annuités (pb incitations!) Plus contraignant (retraite à la carte) & moins contributif ( comptes) Contrat salarial (niveau de vie âgé) & social (collectif), pas dispositif financier soumis à des choix individuels (Sterdyniak) Droits «acquis» contingents, toujours à négocier (SG) «On s est battu pour les gagner, on se bat pour les conserver, nos pensions sont à nous» : optique contestable (solidarité: dépend des générations suivantes) Dépendent gains de productivité futurs => pilotage nécessaire Mais si confiance dans le collectif & SG => droit à la quiétude système actuel bâtard & anxiogène, où révisions = psychodrames

Les flux intergénérationnels

Les flux intergénérationnels Les flux intergénérationnels Luc Arrondel & André Masson CNRS-PSE Les enjeux du vieillissement 11 juillet 2012 1 Une question qui ne date pas d hier «Avoir des parents riches et privilégiés, importait

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

Les débats sur l évolution des

Les débats sur l évolution des D o c u m e n t d e t r a v a i l d e l a B r a n c h e R e t r a i t e s d e l a C a i s s e d e s d é p ô t s e t c o n s i g n a t i o n s n 9 8-0 7 C o n t a c t : La u re nt V e r n i è r e 0 1 4

Plus en détail

-3 - Epargne & hypothèse du cycle de vie

-3 - Epargne & hypothèse du cycle de vie -3 - Epargne & hypothèse du cycle de vie - Epargne et variation de patrimoine - Du bon usage du modèle de cycle de vie - Taux d épargne agrégé à long terme - Impact de la crise de 2008 Un regard un peu

Plus en détail

une épargne pour vieux pauvres?

une épargne pour vieux pauvres? Produits viages et viagers: une épargne pour vieux pauvres? André Masson, Cnrs & Ehess Chaire transition démographique, transition économique Séminaire de la Caisse des dépôts, 4 février 2014 Rationalité

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement de spécialité Economie approfondie Thème n 1 : Economie et démographie Fiche 1.2 :

Plus en détail

Diane Patrimoine. Assurance-vie à annuités variables. Janvier 2011

Diane Patrimoine. Assurance-vie à annuités variables. Janvier 2011 Diane Patrimoine Assurance-vie à annuités variables Janvier 2011 Sommaire 1 Enjeu de la retraite et environnement client 2 La solution retraite patrimoniale en 4 points clés Un revenu garanti à vie Performance

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise GESTION DES RETRAITES Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise Ces dernières années, la gestion du risque liée au poids des retraites a pris une place de plus en plus

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Peut on taxer les revenus du capital?

Peut on taxer les revenus du capital? Peut on taxer les revenus du capital? observatoire français des conjonctures économiques centre de recherche en économie de Sciences Po www.ofce.sciences po.fr xavier.timbeau@ofce.sciences po.fr 01 44

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Epargne. Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise. L offre globale. Assurances et Services pour le développement des entreprises.

Epargne. Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise. L offre globale. Assurances et Services pour le développement des entreprises. entreprises Epargne Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise L offre globale Groupama Assurances et Services pour le développement des entreprises. epargne Comment maintenir le niveau des retraites?

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Conséquence de l empilement des régimes et de modes de calculs complexes, nul ne sait exactement quels seront ses droits à la retraite.

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

LE SYSTÈME DE RETRAITE

LE SYSTÈME DE RETRAITE LE SYSTÈME DE RETRAITE Le contexte Les questions posées Les réponses Les enjeux syndicaux > Le contexte Un système universel mais disparate 100 ans pour étendre la couverture vieillesse de base à toute

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

Institut des Actuaires 23 Juin 2010. 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE

Institut des Actuaires 23 Juin 2010. 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE Institut des Actuaires 23 Juin 2010 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE 1. Un univers des risques en expansion 2. D un monde plus linéaire

Plus en détail

Le rôle de l état de santé chez les seniors de plus de 50 ans

Le rôle de l état de santé chez les seniors de plus de 50 ans Rencontre de la Chaire Transition démographique «PEUT-ON RÉFORMER LES RETRAITES SANS REPENSER LE TRAVAIL DES SENIORS?» Université Paris Dauphine, vendredi 19 février Le rôle de l état de santé chez les

Plus en détail

CONCLUSION ANNUITÉS, POINTS OU COMPTES NOTIONNELS : QUELQUES ENSEIGNEMENTS

CONCLUSION ANNUITÉS, POINTS OU COMPTES NOTIONNELS : QUELQUES ENSEIGNEMENTS CONCLUSION ANNUITÉS, POINTS OU COMPTES NOTIONNELS : QUELQUES ENSEIGNEMENTS Après avoir décrit les principales caractéristiques du système de retraite actuel, examiné les questions préalables à se poser

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure ÉPARGNE 3 PORTFOLIO 3 Prévoir sur mesure et profiter outre mesure Avec des solutions de prévoyance 3 e pilier. Des réponses concrètes à vos interrogations Un 3 e pilier à votre mesure Pour un présent serein

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal

La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal Georges Langis Actuaire en chef Régie des rentes du Québec 27 septembre 2012 2 Une projection*! Niveau de remplacement

Plus en détail

Luc Arrondel Cnrs Pse Banque de France

Luc Arrondel Cnrs Pse Banque de France Chapitre 1 Le patrimoine des ménages : Définition, mesures, motivations Luc Arrondel Cnrs Pse Banque de France 1 Le patrimoine des ménages I. Définition 2 Le patrimoine des ménages I. Définition Chez les

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia Évaluation actuarielle du Régime de rentes du Québec au 31 décembre 2012, une œuvre de science-fiction? Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Georges Langis Actuaire

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Giovanni Zucchinetti GiTeC Prévoyance SA Conseil en prévoyance professionnelle Av. de l Eglise-Anglaise 6 1006 Lausanne +41 21 613

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

PÉRENNISER NOS RÉGIMES À PRESTATIONS DÉTERMINÉES: UN DÉFI DE TAILLE

PÉRENNISER NOS RÉGIMES À PRESTATIONS DÉTERMINÉES: UN DÉFI DE TAILLE PÉRENNISER NOS RÉGIMES À PRESTATIONS DÉTERMINÉES: UN DÉFI DE TAILLE Présentation au SEPB Par Marie Josée Naud, conseillère à la FTQ L état des lieux au Canada 2 Les cinq étages du système de retraite canadien

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire 16 juin 2006 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent des prévisions qui portent notamment sur des

Plus en détail

L assurance dans la planification de la retraite

L assurance dans la planification de la retraite Carl Yergeau, MBA, CPA, CMA, Pl. Fin. Analyste Service de planification financière avancée L assurance dans la planification de retraite L assurance dans la planification de la retraite 2 octobre 2014

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives TC12 : Protection sociale et solidarités collectives 1 Etat providence et protection sociale 11 L apparition de l Etat providence DOC 1 Q1 Qu est-ce que la société libérale? C est une société dans laquelle

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

PERP Gaipare Zen. Prévoir le meilleur pour votre retraite

PERP Gaipare Zen. Prévoir le meilleur pour votre retraite PERP Gaipare Zen Prévoir le meilleur pour votre retraite On a tous une bonne raison d épargner pour sa retraite Composante de votre avenir, la retraite s envisage comme une nouvelle vie, synonyme de liberté.

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Repères. La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites. Pénibilité

Repères. La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites. Pénibilité 50 Repères Pénibilité La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites Les mesures prévues par la loi de 2010 en matière de compensation de la pénibilité ne prennent

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali A la demande du Cercle des Epargnants et de Generali, le Centre d Etudes et de Connaissances

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite 11, boulevard Haussman. 75009 Paris 01 58 38 65 87 / 37 www.cercledesepargnants.com contact@cercledesepargnants.com Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Le globalisme économique du Royaume-Uni

Le globalisme économique du Royaume-Uni Le globalisme économique du Royaume-Uni Alexis GARATTI Artisan et partisan de longue date de la globalisation, le Royaume-Uni souffre plus intensément des effets de la crise. Malgré ces difficultés, les

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

Prêts pour l avenir. Prévenir avec la prévoyance privée. Comment optimiser votre prévoyance privée grâce au troisième pilier.

Prêts pour l avenir. Prévenir avec la prévoyance privée. Comment optimiser votre prévoyance privée grâce au troisième pilier. Prêts pour l avenir. Prévenir avec la prévoyance privée. Comment optimiser votre prévoyance privée grâce au troisième pilier. Prévoir soi-même. Le troisième pilier, complément de votre prévoyance. Le système

Plus en détail

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Finance Carbone, crise financière et «growth compact» en Europe

Finance Carbone, crise financière et «growth compact» en Europe Finance Carbone, crise financière et «growth compact» en Europe Jean-Charles HOURCADE Baptiste PERISSIN-FABERT CIRED (CNRS EHESS ENPC AgroParisTech- CIRAD) La transition énergétique en France CNRS Paris

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro Les contrats de retraite article 83 sont désormais ouverts aux versements individuels et facultatifs des salariés.

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Économie et démographie

Économie et démographie Économie et démographie Chapitre 1 PLAN DU CHAPITRE Thème 1.1 Comment la dynamique démographique influe-t-elle sur la croissance économique? 1 2 3 Les grandes évolutions démographiques Le rôle de l épargne

Plus en détail

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique 2ème année, 1er semestre, 2007/2008 Examen de Macroéconomie Stéphane Gauthier 2 heures, sans document ni calculatrice 1. Questions de

Plus en détail

Bourse ou immobilier?

Bourse ou immobilier? Bourse ou immobilier? En période de volatilité, vaut-il mieux investir dans la Bourse... ou dans l immobilier? Gérard Bérubé L inquiétude revient hanter la Bourse et la volatilité parfois forte incite

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

TERRE D AVENIR 2 MARS 2013

TERRE D AVENIR 2 MARS 2013 TERRE D AVENIR 2 MARS 2013 LA SÉCURITÉ EN TOUTE LIBERTÉ Terre d avenir 2, un contrat d assurance vie souple qui s adapte à vos besoins Une nouvelle génération de contrat d assurance vie qui vous aide À

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Les atouts de la retraite Madelin :

Les atouts de la retraite Madelin : Les atouts de la retraite Madelin : Caractéristiques et calcul de la rente viagère Sylvain Grégoire & Michel Andréini Convention CGPC : 10 Octobre 2013 Les enjeux de la retraite en France Sommaire Un système

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir La sécurité financière de votre vie future Prévoir Que nous réserve l avenir? C est une question que chacun de nous se pose de temps en temps sans pouvoir y répondre avec beaucoup d assurance. Quoi qu

Plus en détail