Mesures fiscales (situation au 10/05/2012)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mesures fiscales (situation au 10/05/2012)"

Transcription

1 Mesures fiscales (situation au 10/05/2012) KPMG Conseils Fiscaux et Juridiques

2 Agenda Financement des entreprises Revenus mobiliers Voitures de société et autres avantages Lutte contre la fraude fiscale Pensions, options sur actions, réductions d impôt TVA Divers Q&A 1

3 Financement des entreprises

4 Déduction d intérêt notionnel Plafonnement du taux Evolution du taux Exercice d imposition Taux normal Taux pour les PME ,442 % 3,942 % ,781 % 4,281 % ,307 % 4,807 % ,473 % 4,973 % ,8 % 4,3 % ,425 % 3,925 % Taux maximum fixé à 3% à partir de l exercice d imposition 2013 (pour les PME:3,5%) 3

5 Déduction d intérêt notionnel - Report Report de la déduction non imputée Actuellement Report possible aux 7 périodes imposables suivantes Accord de gouvernement A l avenir: suppression de la possibilité de report Stock du passé (existant au 31/12/2011ou ultérieurement) Report toujours possible (max. 7 périodes imposables) Déduction DIN reportée = dernière opération du calcul base imposable Déduction limitée à 60% de la base imposable Pas applicable au 1er million EUR de bénéfices Extension : DIN reportée qui ne peut être déduite du fait de la limitation peut être reportée sans limite dans le temps 4

6 Déduction d intérêt notionnel - Report Calcul de la base imposable 1e opération: bénéfices réservés imposables + DNA + dividendes distribués 2e opération: ventilation selon l origine 3e opération: éléments non imposables 4e opération: revenus définitivement taxés et revenus mobiliers exonérés 5e opération: déduction pour revenus de brevets 6e opération: déduction d intérêt notionnel de l année 7e opération: pertes antérieures 8e opération: déduction pour investissement t 9e opération: imputation du stock de déduction d intérêt notionnel du passé 5

7 Déduction d intérêt notionnel - Reportabilité Exemple Année X DIN reportée présente en début de période: 10 millions EUR Base imposable avant dernière opération : 10 millions EUR Déduction DIN reportée limitée à % de = Base imposable après dernière opération: = Solde DIN reportée en fin de période : En raison de la limitation, la DIN reportée de non imputée peut être reportée sans limite dans le temps 6

8 Déduction d intérêt notionnel Entrée en vigueur: exercice d imposition 2013 Financement à court terme et cash >< financement à long terme Financements alternatifs Anticipation des revenus 7

9 Sous-capitalisation Régime actuel: article 198, 11 CIR 92 Rejet de la déduction des intérêts d emprunts lorsque le bénéficiaire n est pas soumis à un impôt sur les revenus ou est soumis, pour ces revenus, à un régime de taxation notablement plus avantageux que celui résultant du droit commun en Belgique Si le montant total des emprunts excède 7 fois la somme des réserves taxées au début de la période imposable et du capital libéré à la fin de cette période 8

10 Sous-capitalisation Elargissement de la mesure actuelle à un ratio 5 sur 1 et aux prêts intragroupes Définition de groupe : article 11 du Code des Sociétés Pas applicable aux emprunts accordés par des institutions financières Disposition anti-abus : prêts garantis ou financés par des tiers Entrée en vigueur à déterminer par arrêté royal, mais au plus tard au 1 er juillet 2012 Solution pour le cash pooling (netting) approuvée par Conseil des ministres du 27 avril

11 Sous-capitalisation Quelle marge d action jusqu au ratio 5 sur 1? Les limitations qui existent actuellement subsistent Quid des emprunts hybrides, des entités transparentes? 10

12 Sous-capitalisation aperçu dans les pays voisins Allemagne Ratio Emprunts visés Maximum 30% EBITDA France 1,5/1 Prêts accordés ou garantis par des parties liées Luxembourg 6/1 Prêts d actionnaires en vue du financement de participations et de biens immeubles Pays-Bas 3/1 Prêts accordés par des parties liées Royaume-Uni Intégré dans les règles de prix de transfert 11

13 Revenus mobiliers

14 Revenus mobiliers - Ce qui ne change pas Pas de modification du régime des revenus définitivement taxés (RDT) Pas d impôt sur la fortune Pas de modification du régime des plus-values sur actions dans le chef des personnes physiques Pas de modification du régime des comptes d épargne/pas de suppression de l exonération de précompte mobilier 13

15 Plus-values sur actions (impôt des sociétés) Régime actuel: exonération Condition de taxation 100% Loi-programme: exonération Ajout d une condition de détention minimum (1 an) Si nouvelle condition non respectée, taxation ti au taux distinct t de 25 % Moins-values et réduction de valeur sur actions restent non déductibles Exception pour les institutions financières (portefeuille commercial) En principe, à partir de l exercice d imposition

16 Revenus mobiliers Harmonisation des taux de précompte mobilier Régime antérieur Exonération de la 1e tranche d intérêts des comptes d épargne (< ) 15 % sur les intérêts (exceptionnellement encore 25 %) 10% sur les boni de liquidation 15 % ou 25 % sur les dividendes Précompte mobilier libératoire 15

17 Revenus mobiliers Loi du 28 décembre 2011 portant des dispositions diverses Pas de modification pour les comptes d épargne Exonération de la 1e tranche d intérêts < % sur les intérêts > % sur les intérêts et les dividendes 10% sur les boni de liquidation 25% sur les intérêts et dividendes soumis à ce taux auparavant 15% sur les intérêts de bons d état émis entre le 24/11/2011 et le 02/12/2011 Entrée en vigueur: revenus attribués ou mis en paiement à partir du 01/01/2012 Application Prêts/obligations/bons de caisse/bons d état: 21% Fonds commun de placement sans ventilation : 25% Certificats immobiliers : 21% Branche 21/23 maintien de l exonération de précompte mobilier 16

18 Revenus mobiliers Cotisation supplémentaire sur revenus mobiliers Cotisation supplémentaire de 4% sur des revenus mobiliers (intérêts et dividendes > ) Pas applicable aux boni de liquidation, intérêts exonérés ou non des comptes d épargne, intérêts des bons d état émis entre le 24/11/2011 et le 02/12/2011 ni aux dividendes soumis à 25%, Boni de liquidation, intérêts exonérés des comptes d épargne et intérêts des bons d état émis entre le 24/11/2011 et le 02/12/2011 ne sont pas pris en compte dans le calcul du seuil de

19 Revenus mobiliers Mode de prélèvement Par la déclaration, avec autorisation donnée au redevable du précompte mobilier ou à l instance qui paie le revenu de communiquer les informations au point de contact central, un service du SPF Finances séparé des administrations fiscales Par retenue à la source, avec possibilité de demande de restitution du trop-perçu par le biais de la déclaration Entrée en vigueur : revenus attribués ou mis en paiement à partir du 1er janvier

20 Revenus mobiliers Obligation de communication Les redevables du précompte mobilier (pour les titres nominatifs) ou les instances qui effectuent le paiement (dans tous les autres cas) doivent transmettre les informations relatives à tous les dividendes et intérêts au point de contact central, un service du SPF Finances séparé des administrations fiscales Pas les revenus mobiliers soumis au taux de 21% sur lesquels la cotisation de 4% a été retenue à la source Obligation de déclaration Le caractère libératoire du précompte appartient au passé! Obligation de déclarer tous les revenus mobiliers à l exception des intérêts et dividendes sur lesquels 21% + 4% ont été retenus à la source (les dividendes ordinaires (avec Pr.M. de 25%) doivent donc toujours être déclarés) 19

21 Revenus mobiliers Montant Base Dividendes à 25% Intérêts à 21% Intérêts de comptes d épargne taxés Intérêts exonérés de comptes d épargne Dividendes à 21% Boni de liquidation Plus-values Ttl Total % sur ( ) 020) ou = 169 <20.020> 20

22 Taxe sur les opérations de bourse Champ d application Opérations sur le marché secondaire Portant sur des fonds publics belges ou étrangers Conclues ou exécutées en Belgique Intervention d un intermédiaire financier belge 21

23 Taxe sur les opérations de bourse Augmentation des taux et plafonds de 30% Taux 0,22 % - taux normal 0,09% - taux réduit 0,65 % - sicav de capitalisation Plafonds sicavs de capitalisation autres Entrée en vigueur: opérations de bourse effectuées à partir du 1er janvier 2012 Nouvelle augmentation envisagée 0,25% - taux normal, plafond de 740 1% - sicav de capitalisation, plafond de

24 Conversion des titres au porteur Conversion obligatoire des titres au porteur au plus tard fin 2013 Taxe sur la conversion des titres au porteur en titres dématérialisés /en titres nominatifs Conversion en 2012 : 1% Conversion en 2013 : 2% Base de calcul, à la date du dépôt Valeurs mobilières cotées: dernier cours établi avant la date du dépôt Titres de créances non cotés: montant nominal du capital de la créance Parts d organismes de placement à nombre variable de parts: dernière valeur d inventaire calculée avant la date du dépôt Autres cas: valeur comptable, non compris les intérêts, des titres au jour du dépôt, à estimer par celui qui fait convertir les titres 23

25 V it d iété t Voitures de société et autres avantages

26 Voitures de société Régime antérieur dans le chef du bénéficiaire Avantage de toute nature résultant de l utilisation privée d une voiture de société Nombre de km privés x Emission CO 2x Coefficient CO 2 Nombre de km privés: ou selon que la distance domicile lieu de travail est ou > à 25 km Coefficient CO2 Véhicule diesel: 0,00237 Véhicule essence: 0,00216 Exemples (5.000 km) VW Polo 1,2 Tdi bluem. : km x 87 gco²/km x 0,00237 = (551) BMW 318D: km x 136gCO²/km x 0,00237 = (862) Mercedes E 200D : km x 134gCO²/km x 0, = (850) 25

27 Voitures de société Nouveau régime Avantage de toute nature calculé en fonction de l émission de CO2, de la valeur catalogue et de l âge du véhicule ATN = Valeur catalogue x (Coefficient CO2) % x 6/7 Valeur catalogue: prix catalogue du véhicule à l état neuf lors d une vente à un particulier, options et TVA réellement payée comprises, sans tenir compte des remises, réductions, rabais et ristournes 26

28 Voitures de société Adaptation de la valeur catalogue en fonction de l âge du véhicule (dans tous les cas), à compter de la date de la première inscription du véhicule à la DIV Période depuis la 1 e inscription Pourcentage De 0 à 12 mois 100% De 13 à 24 mois 94% De 25 à 36 mois 88% De37à48mois 82% De 49 à 60 mois 76% A partir de 61 mois 70% 27

29 Voitures de société Coefficient CO2 de base = 5,5% de l émission pour 95 g/km pour véhicules diesel 115 g/km pour véhicules essence Majoré/A réduire de 0,1% par g/km (18 % max. 4% min.) Avantage minimum annuel : (valeur 2012, à indexer) Adaptation automatique du mode de calcul à l évolution des émissions de CO2 du parc automobile Entrée en vigueur: Avantages attribués à partir du 1 er janvier 2012 En ce qui concerne la prise en compte de l âge du véhicule et le précompte professionnel: avantages attribués à partir du 1 er mai

30 FAQ publiées par le SPF Finances (1) Contribution personnelle Version du 13 avril 2012 Contribution personnelle imputable sur l avantage Auparavant acception très large de contribution personnelle Maintenant FAQ restrictives Pas les dommages que le travailleur supporte lui-même Pas les pneus hiver que le travailleur que le travailleur fait placer lui-même Pas les frais de car wash supportés par le travailleur Pas les frais de carburant supportés par le travailleur Pas les frais d assurance (RC) supportés par le travailleur Pas l attache-remorque ni le porte-vélo que le travailleur fait installer Contribution personnelle pour des options/accessoires supplémentaires dans le cadre de la mise à disposition/valeur catalogue de la voiture Mais la valeur catalogue est majorée de la valeur des options idem pour l upgrade vers un segment supérieur (les exemples ci-dessus n augmentent pas la valeur catalogue et ne peuvent donc pas être pris en considération) 29

31 FAQ publiées par le SPF Finances (2) utilisation de plusieurs voitures Le travailleur/dirigeant d entreprise dispose de 2 voitures Avantage calculé pour chaque voiture séparément Le travailleur/dirigeant d entreprise dispose d une voiture et d un dun autre mode de transport (vélo, moto ) Avantage normal pour la voiture Possible avantage à part pour l autre mode de transport Règle prorata temporis : avantage de toute nature calculé en fonction de la durée pendant laquelle la voiture est à disposition Voiture de société obtenue après 6 mois => ATN x 6/12; Passage de la voiture A à la voiture B au bout de 6 mois =>calcul en fonction de l utilisation du véhicule Exception pour les voitures de remplacement Le calcul se fait sur la base du nombre de jours pendant lesquels la voiture est à disposition 30

32 Entrée en vigueur Précompte professionnel >< Impôt final (décl.) Régime de transition pour le payroll! Entretemps règles adaptées encore partiellement applicables Exemple payroll 2012 BMW 318D: 23 mois au 1 e avril; 25 au 1 e juin 1 janvier 30 avril: x 6/7 x 9,6% = x 1/12 = 209,83 /mois 1 mai 30 mai: ( x 94%) x 6/7 x 9,6% = x 1/12 = 197,25 /mois 1 juin 31 décembre: ( x 88%) x 6/7 x 9,6% = x 1/12 = 184,66 /mois Exemple impôt final 2012 BMW 318D: 23 mois au 1 e avril; 25 au 1 e juin 1 janvier 30 mai: ( x 94%) x 6/7 x 9,6% = x 5/12 = 986,25 1 juin 31 décembre: ( x 88%) x 6/7 x 9,6% = x 7/12 =1.292,66 31

33 Voitures de société Déduction des frais professionnels réels à l impôt des personnes physiques Montant du forfait déductible pour déplacements domicile-lieu de travail (de 0,15 EUR/km) ne peut pas dépasser le montant de l avantage, éventuellement majoré de l intervention personnelle Entrée en vigueur: avantages attribués à partir du 1 er janvier

34 Voitures de société Dans le chef de l employeur 17% de l avantage du bénéficiaire à ajouter aux dépenses non admises FAQ : l avantage peut être diminué de la contribution personnelle du bénéficiaire Nouvelle règle envisagée: ajout de 17% de l ATN aux dépenses non admises, qu il y ait ou non une contribution personnelle En plus de la limitation déjà applicable aux frais de voitures Cette DNA figure en tout cas dans la base imposable Entrée en vigueur: avantages attribués à partir du 1er janvier

35 Voitures de société Reprenons notre exemple VW Polo 1,2 Tdi bluem.: km x 87 gco²/km x 0,00237 = (551) BMW 318D: km x 136gCO²/km x 0,00237 = (862) Mercedes E 200D: km x 134gCO²/km x 0, = (850) Nouveau régime à l impôt des personnes physiques VW Polo 1,2 Tdi bluem.: x 6/7 x 4,7% = 691 min (642) BMW 318D: x 6/7 x 9,6% = (1.347) La voiture a 18 mois: 94 % x = (1.266) Mercedes E 200D: x 6/7 x 9,4% = (1.659) La voiture a 50 mois: 76% x = (1.260) Nouveau régime à l impôt des sociétés VW Polo 1,2 Tdi bluem.: 691 minimum x 17% = 204 (69) BMW 318D: x 17% = 428 (145) Mercedes E 200D: x 17% = 527 (179) 34

36 Dirigeants d entreprise Avantages de toute nature Majoration de l avantage forfaitaire pour fourniture gratuite aux dirigeants d entreprises (et personnel de direction) de Chauffage: de à Electricité, à des fins autres que le chauffage: de 800 à 910 Majoration de l avantage forfaitaire pour mise à disposition gratuite d un logement privé par une personne morale 100/60 RC indexé si RC non indexé > 745 x 3,8 (au lieu de 2 actuellement) Indexation des forfaits pour fourniture gratuite de chauffage et/ou d électricité à l avenir 35

37 Lutte contre la fraude fiscale

38 Lutte contre la fraude fiscale Mesure générale anti-abus article 344 1er CIR 92 (version actuelle) N est pas opposable à l administration des contributions directes, la qualification juridique donnée par les parties à un acte ainsi qu à des actes distincts réalisant une même opération lorsque l administration constate, par présomptions ou par d autres moyens de preuve visés à l article 340, que cette qualification a pour but d éviter l impôt, à moins que le contribuable ne prouve que cette qualification répond à des besoins légitimes de caractère financier ou économique Jurisprudence de la Cour de Cassation Respect des effets juridiques des actes posés: la nouvelle qualification doit avoir des effets juridiques non fiscaux identiques ou similaires au résultat final des actes juridiques posés par les parties Accord de gouvernement Adaptation de la mesure afin de permettre la requalification sans qu il faille prouver l existence d effets deffets juridiques identiques ou similaires en droit civil Projet de loi-programme critique du Conseil d Etat 37

39 Lutte contre la fraude fiscale Loi-programme : modification de l article er CIR 1992 N est pas opposable à l administration, l acte juridique ou l ensemble d actes juridiques réalisant une même opération lorsque l administration démontre par présomptions ou par d autres moyens de preuve visés à l article 340 et à la lumière de circonstances objectives, qu il y a abus fiscal. Il y a abus fiscal lorsque le contribuable réalise, par l acte juridique ou l ensemble d actes juridiques qu il a posé, l une des opérations suivantes: 1 une opération par laquelle il se place, en violation des objectifs d une disposition du présent Code ou des arrêtés pris en exécution de celui-ci, en dehors du champ d application de cette disposition; ou 2 une opération par laquelle il prétend à un avantage fiscal prévu par une disposition du présent Code ou des arrêtés pris en exécution de celui-ci, dont l octroi serait contraire aux objectifs de cette disposition et dont le but essentiel est l obtention de cet avantage. Il appartient au contribuable de prouver que le choix de cet acte juridique ou de cet ensemble d actes juridiques se justifie par d autres motifs que la volonté d éviter les impôts sur les revenus. Lorsque le contribuable ne fournit pas la preuve contraire, la base imposable et le calcul de l impôt sont rétablis en manière telle que l opération est soumise à un prélèvement conforme à l objectif de la loi, comme si l abus n avait pas eu lieu. 38

40 Lutte contre la fraude fiscale Entrée en vigueur : À partir de l exercice d imposition 2013 Ainsi qu aux actes ou ensembles d actes juridiques posés au cours d une période imposable clôturée au plus tôt le 6 avril 2012 et se rattachant à l exercice d imposition 2012 Toute modification apportée à partir du 28 novembre 2011 à la date de clôture des comptes annuels reste sans incidence Egalement applicable aux droits d enregistrement et de succession Entrée en vigueur: actes ou ensemble d actes juridiques réalisant une seule opération qui sont accomplis à date du 1 er juin 2012 Commentaire dans circulaire du 4 mai

41 Lutte contre la fraude fiscale Poursuite de la lutte contre les montages usufruit-turbo Meilleur contrôle, ou Initiative législative relative à la valorisation de l avantage en nature Communication des numéros de comptes étrangers au point de contact central cette communication devra être confirmée dans la déclaration Limitation des paiements en espèces De à A partir du 1 er janvier 2014: Egalement pour les prestations de services 40

42 Lutte contre la fraude fiscale et sociale Harmonisation accrue des règles d investigation et de procédure pour les impôts fédéraux Amélioration de la collaboration entre services de contrôle sociaux et fiscaux Personnel supplémentaire Amélioration des échanges de données entre services d inspection, institutions publiques de sécurité sociale, administration fiscale, Banque Carrefour des Entreprises et organismes tiers Renforcement de la lutte contre les faux-indépendants En concertation avec les secteurs Instauration d une présomption réfragable d un lien de subordination lorsque certains critères sont réunis 41

43 Pensions, options sur actions, réductions d impôt

44 Promesses de pension Engagements individuels de pension pour les dirigeants d entreprise Externalisation obligatoire à partir du 1 er janvier 2012 vers entreprise d assurance vers fonds de pension Soumis à la taxe sur les primes d assurance de groupe au taux de 4,4% Provisions internes existantes Mesure annoncée Externalisation pas obligatoire mais encouragée Exonération de la taxe de 4,4% si externalisation dans le délai de 3 ans Mais cotisation i distincte i de 1,75% Sur montant total des provisions pour pension existant à la fin de la période imposable rattachée à l exercice d imposition 2012 Possibilité d étaler la taxe sur 3 années, avec taux annuel de 0,6% Cotisation non déductible comme frais professionnels 43

45 Pensions complémentaires et assurances de groupe Conditions de déduction Versement définitif à entreprise d assurance ou fonds de pension dans l EEE Due en application d un plan de pension qui Respecte la LPC et la législation sur les assurances N est pas discriminatoire Conditions de forme Nouvelle condition annoncée: fourniture des informations nécessaires à DB2P (Sigedis) Pensions complémentaires LPC à partir de 2012 Primes patronales Contributions personnelles Pensions complémentaires LPCI à partir de 2013 Règle des 80% 44

46 Pensions complémentaires et assurances de groupe Règle des 80% Réexamen de la règle des 80% Instauration d un plafond absolu Total des pensions (1 e et 2 e piliers) ne peut pas dépasser la pension publique la plus élevée Etat des lieux à l heure actuelle Piste du plafond absolu abandonnée Cotisation supplémentaire sur les primes «élevées» Taux? 1% - 14%? 1,4%? Base? Primes supérieures à EUR /an par personne? Pi Primes qui engendrent une pension supérieure éi àl la pension publique la plus élevée? 45

47 Pensions complémentaires et assurances de groupe Du côté du travailleur Au moment de la constitution de la pension Réduction d impôt Régime actuel: taux d imposition moyen amélioré Minimum 30% - maximum 40% Administration des salaires: réduction d impôt de 30% peut être anticipée Régime annoncé 30% pour tous Mesure pas encore mise en œuvre Rétroactive au 1 er janvier

48 Pensions complémentaires et assurances de groupe Du côté du travailleur Au moment de la liquidation des prestations en capital Quote-part de la pension constituée sur base de contributions patronales: Actuellement Budget ,5% 60 à 64 ans 20% 60 ans 18% 61 ans 16,5% 62 à 64 ans ou au moment de la retraite 10% 65 ans 10% 65 ans Condition de maintien d une activité professionnelle effective? Et en cas de décès: 16,5% (pas de changement) Sportifs: Possibilité de toucher le capital pension à l âge de 35 ans Taux d imposition: 20% 47

49 Epargne à long terme Mesure annoncée: taxe anticipative unique de 6,5% Contrats d assurance-vie individuels et comptes-épargne Valeur de rachat théorique constituée par primes versées avant le 1er janvier 1993 Si avantage fiscal lors du versement des primes Exonération pour contrats prévoyant des avantages uniquement en cas de décès contrats qui garantissent l amortissement ou la reconstitution d un emprunt hypothécaire Contrepartie : taxation ultérieure réduite à 10% Idée initiale de l appliquer aussi aux pensions du 2 pilier (sur quote-part constituée par contributions personnelles) abandonnée Taxe sur l épargne à long terme (réduite à 10%) est déjà une taxe anticipative! 48

50 Options sur actions Avantage imposable au moment de l attribution des options Au plus tard 60 jours à compter de l offre Evaluation de l avantage options cotées, dernier cours de clôture de l option du jour précédant l offre options non cotées: 15 % ou 75%delavaleur 7,5 des actions sous-jacentes (en principe) Budget 2012: 18% (ou 9%) de la valeur des actions sous-jacentes A souligner Entrée en vigueur prévue : attribution i à partir du 1er janvier 2012 Système des options Over-the-counter resterait possible 49

51 Dépenses déductibles et réductions d impôt Accord de gouvernement Dépenses déductibles: transformation en réductions d impôt La déduction pour habitation propre et unique Les frais de garde d enfants Les libéralités Exception: les rentes alimentaires 50

52 Dépenses déductibles et réductions d impôt Réductions d impôt Fixation de deux taux uniques de 30% et 45% Suppression des réductions pour dépenses d investissements économiseurs d énergie (domaine qui relève de la compétence régionale) Exception : réduction pour les dépenses d isolation des toits Maintenue au taux de 30% Sans possibilité de report aux exercices d imposition ultérieurs Contrats conclus avant le 28/11/2011 et travaux effectués en 2012: réduction d impôt maintenue Maintien du report des excédents de réduction des exercices antérieurs 51

53 Principales dépenses déductibles /réductions d impôts : brève synthèse Actuellement Budget 2012 Rentes alimentaires 80% déductibles taux marginal 80% déductibles taux marginal Libéralités Déductibles taux marginal Réduction d impôt 45% Frais de garde d enfants déductibles taux marginal Réduction d impôt 45% Habitation unique déductibles Investissements économiseurs d énergie Réduction d impôt sauf isolation des toits taux marginal Réduction d impôt 45% 40% du montant des / / dépenses Max Réduction d impôt limitée Epargne-pension Cotisations pers. pension complémentaire Réduction d impôt taux moyen spécial (30 % - 40%) Réduction d impôt 30% Assurance-vie individuelle Titres services Réduction d impôt 30% Réduction d impôt 30% 52

54 TVA

55 Mesures budgétaires 2012 : nouveautés en matière de TVA Services des notaires et huissiers i de justice soumis à la TVA en 2012 Actuellement, les services des professions juridiques ne sont pas soumis à la TVA en Belgique Changement à partir de 2012: Soumission de services des notaires et huissiers de justice à la TVA Les avocats ne sont pas visés par la mesure Entrée en vigueur au 1er janvier 2012 Application pratique: Achat d une maison de EUR à Bruxelles ou en Wallonie Droits d enregistrement (12,5%) = EUR Honoraires du notaire: EUR + 21% = EUR 2.617,23 (+ 454 EUR) Abonnement à la télévision payante La TVA grevant l abonnement à la télévision payante passe de 12% à 21% Entrée en vigueur au 1er janvier

56 Biens d investissement : nouvelles règles en matière de déduction de la TVA Depuis le 1er janvier 2011: nouvel article 45, 1quinquies CTVA Déduction de la TVA en amont limitée à la part d utilisation professionnelle du bien Vise les biens d investissements meubles et immeubles achetés par un assujetti Les biens pris en leasing ne sont en principe pas visés Pour les voitures, combinaison des articles 45, 1quinquies q et 45, 2 CTVA (plafond de 50%) Décision de l Administration TVA du 20 octobre 2011 [suspendue le 4 novembre 2011] Précise les modalités d application de l article 45, 1quinquies CTVA Sont visés les biens d investissements meubles et immeubles achetés par un assujetti et mis à disposition gratuitement Les biens pris en leasing font également l objet de limitations du droit à déduction (article 45, 1 et 2 CTVA) Difficultés pour déterminer la part d utilisation professionnelle des biens meubles 55

57 Biens d investissement : nouvelles règles en matière de déduction de la TVA Mise àdi disposition iti de voitures de société iétéàtit titre gratuit: La déduction est désormais calculée sur base des kilomètres réellement parcourus Trajet domicile-lieu de travail = trajet privé Pour les voitures prises en leasing: limitation du droit à déduction suivant l usage professionnel (article 45, 1 et 2 CTVA) Imposition de l avantage en nature dans des cas très limités Quid de la base imposable pour les mises à disposition à titre onéreux? La décision est néanmoins suspendue jusqu à nouvel ordre depuis le 4 novembre 2011 Difficultés pratiques pour déterminer l usage privé de véhicules d entreprise Addendum en cours d élaboration en collaboration avec la FEB, attendu pour la fin de l année 2011 (Q.P. n 6993 de M. Gilkinet du 22 novembre 2011) Conséquence : augmentation très probable du coût des voitures de société en Belgique au regard de la TVA! 56

58 Biens d investissement : nouvelles règles en matière de déduction de la TVA Décision i de l administration i ti TVAd du 23 décembre 2011 relative aux opérations de 2011 Biens d investissement immeubles par nature: Nouveau régime applicable intégralement t et avec effet rétroactif tif au 1 er janvier 2011 Autres biens d investissements (p. ex. voitures de société) Choix entre ancien et nouveau régime pour 2011 Également pour biens d investissement loués Utilisation professionnelle > 50%: sous le nouveau régime, déduction limitée à 50% et pas de TVA sur l ATN Choix pour tous les biens d investissement 57

59 Divers

60 Divers Perspectives positives dans l accord de gouvernement Maintien, voire renforcement, des incitants fiscaux à la R&D, notamment dispense de versement de précompte p professionnel en faveur des chercheurs, déduction pour investissement, exonération de primes régionales en faveur de la recherche, déduction pour revenus de brevets 59

61 Thank you KPMG Conseils Fiscaux et Juridique Avenue du Bourget Bruxelles Tél Fax

62 2011 KPMG Tax Advisers, a Belgian civil CVBA/SCRL and a member firm of the KPMG network of independent member firms affiliated with KPMG International Cooperative ( KPMG International ), a Swiss entity. All rights reserved. The KPMG name, logo and cutting through complexity are registered trademarks or trademarks of KPMG International a Cooperative e ( KPMG International ).

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 1) Avantage imposable des voitures de société A partir du 1 janvier 2012, l avantage imposable résultant de la mise à disposition gratuite d une voiture de société

Plus en détail

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011)

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011) PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT (sur base des informations connues au 11/12/2011) 1. TAXATION DES REVENUS DU PATRIMOINE Précompte mobilier - Principes : le taux de base du précompte

Plus en détail

INFOBOARD. Avril 2014

INFOBOARD. Avril 2014 INFOBOARD Avril 2014 Table des matières AVANTAGE DE TOUTE NATURE 1. Voitures 2. Mise à disposition gratuite d un bien mobilier 3. Mise à disposition gratuite d un GSM (avec abonnement) 4. Electricité et

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

PRINCIPALES MODIFICATIONS DE L EXERCICE D'IMPOSITION 2013

PRINCIPALES MODIFICATIONS DE L EXERCICE D'IMPOSITION 2013 PRINCIPALES MODIFICATIONS DE L EXERCICE D'IMPOSITION 2013 Comme signalé dans la dernière édition du Mémento fiscal, vous trouverez ci-dessous un aperçu des mesures publiées au Moniteur belge au plus tard

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières

Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières 1. Bases légales et réglementaires 2. Généralités 3. Détermination

Plus en détail

I. Code des impôts sur les revenus 1992 - Ex. d imp. 2015 - coefficient d indexation 1,7264

I. Code des impôts sur les revenus 1992 - Ex. d imp. 2015 - coefficient d indexation 1,7264 Indexation Indexation des plafonds en matière d impôts sur les revenus pour l exercice d imposition 2015 On trouvera ci-dessous les plafonds indexés applicables aux impôts sur les revenus pour l exercice

Plus en détail

Newsletter - Droit fiscal

Newsletter - Droit fiscal Newsletter - Droit fiscal En l absence de gouvernement pendant plus d un an et en ces temps de crise budgétaire, de nombreuses rumeurs ont circulé sur l évolution du paysage fiscal belge. Allait-on connaître

Plus en détail

PETITS-DEJEUNERS D ACTUALITES FISCALES 2013-2014 TABLE DES MATIERES

PETITS-DEJEUNERS D ACTUALITES FISCALES 2013-2014 TABLE DES MATIERES PETITS-DEJEUNERS D ACTUALITES FISCALES 2013-2014 TABLE DES MATIERES OCTOBRE 2013 1. Fiscalité de l été 1.1. Les nouveautés à l ISOC 1.1.1. Les commissions secrètes 1.1.2. La fairness tax 1.1.3. Autres

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC)

Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC) Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC) Le 30 janvier 2015 Yi-Xin Tseng Corporate Tax Senior Manager Agenda 1. Principe de déterminance 2. Obligation

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1 Fiche d informations financières assurance vie Argenta-Flexx 1 Type d assurance vie Assurance vie (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances SA (dénommée ci-après l Assureur ). Depuis le

Plus en détail

Aspects fiscaux de l assurance vie. Brochure d info

Aspects fiscaux de l assurance vie. Brochure d info Aspects fiscaux de l assurance vie Brochure d info 2 Aspects fiscaux de l assurance vie Préambule La rédaction de cette brochure a été achevée au 31/01/2015 et tient compte de la législation fiscale telle

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

La fiscalité de la voiture de société Union Wallonne des Entreprises

La fiscalité de la voiture de société Union Wallonne des Entreprises KPMG TAX & LEGAL La fiscalité de la voiture de société Union Wallonne des Entreprises Guy Pierson 9 octobre 2009 BELASTINGCONSULENTEN / CONSEILS FISCAUX / TAX ADVISERS Dans le chef de l employeur Frais

Plus en détail

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015 16 mars 2015 Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015 Bernard Mariscal, Benefits Expert, Deloitte Belgium Publié dans : Lettre d'info Actualités

Plus en détail

Fiche d infos financières assurance vie

Fiche d infos financières assurance vie Fiche d infos financières assurance vie Assurance solde restant dû sur une tête 1 Type d assurance vie Garanties Groupe-cible Assurance décès (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances

Plus en détail

Version 21-02-2012 PARTIE V Titre I Chapitre X Section I - Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières

Version 21-02-2012 PARTIE V Titre I Chapitre X Section I - Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières Version 21-02-2012 PARTIE V Titre I Chapitre X Section I - Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières 1. Bases légales et réglementaires 2. Généralités 3. Portée de

Plus en détail

Différents instruments de l actionnariat salarié

Différents instruments de l actionnariat salarié onnectedthinking Différents instruments de l actionnariat salarié Aspects fiscaux et sociaux 20 avril 2004 Nicolas de Limbourg Introduction Options sur actions Plans d achat d actions Promesses d attribution

Plus en détail

Company Vehicles Frank Vancamp Ann-Sofie Dequae

Company Vehicles Frank Vancamp Ann-Sofie Dequae Company Vehicles Frank Vancamp Ann-Sofie Dequae 12/06/2012 Objectifs et scope Délimitation et définition précises des concepts Inventaire objectif sur base de faits et de chiffres Enquête menée par Indigov

Plus en détail

Table des matières. Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9

Table des matières. Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Olivier D Aout Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9 Thierry Litannie avec la collaboration de Emmanuel Delannoy et

Plus en détail

Table des matières. 1. Qu entend-on par là? 2. Quel est l avantage fiscal? 3. Quelles sont les règles du jeu? 4. Quelques conseils indispensables

Table des matières. 1. Qu entend-on par là? 2. Quel est l avantage fiscal? 3. Quelles sont les règles du jeu? 4. Quelques conseils indispensables Table des matières Partie 1 : Anticiper un investissement 1.1. Un investissement........................................... 3 1.2. Pour qui est-ce intéressant?.................................. 3 1.3.

Plus en détail

NOUVELLES REGLES DE CALCUL ET FAQ

NOUVELLES REGLES DE CALCUL ET FAQ NOUVELLES REGLES DE CALCUL ET FAQ AVANTAGE DE TOUTE NATURE RESULTANT DE L UTILISATION A DES FINS PERSONNELLES D UN VEHICULE MIS GRATUITEMENT A DISPOSITION PAR L EMPLOYEUR / ENTREPRISE 1. Impôt des personnes

Plus en détail

Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015

Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015 Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015 Le modèle de la formule de déclaration pour l exercice d imposition 2015

Plus en détail

Capi 23. Garanties complémentaires En option:

Capi 23. Garanties complémentaires En option: Capi 23 Type d assurance-vie Assurance vie du type branche 21 Garanties - En cas de vie de l assuré à l échéance du contrat, le contrat garantit le paiement de la réserve d épargne totale au bénéficiaire,

Plus en détail

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements»

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements» Les dépenses fiscales Les difficultés de définir la norme Les dépenses fiscales s analysent comme «des dispositions législatives ou réglementaires dont la mise en œuvre entraîne pour l Etat une perte de

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement :

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement : boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Le fonds de pension L Institution de Retraite Professionnelle

Plus en détail

Conventions fiscales préventives de double imposition. Méthode d application d une convention préventive de double imposition (cpdi) à un cas concret

Conventions fiscales préventives de double imposition. Méthode d application d une convention préventive de double imposition (cpdi) à un cas concret PLAN GÉNÉRAL Liste des abréviations Introduction Première partie Contexte (droit fiscal européen et international) Conventions fiscales préventives de double imposition Quelques règles juridiques fondamentales

Plus en détail

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 Dans la dernière édition du Moniteur belge de l année 2013, pour respecter les traditions, certaines nouvelles mesures fiscales ont été insérées. Dans ce tax alert nous passons

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... 5 Préface... 9 Introduction... 11 Principaux arrêtés royaux et lois étudiés dans cet ouvrage...

Table des matières. Avant-propos... 5 Préface... 9 Introduction... 11 Principaux arrêtés royaux et lois étudiés dans cet ouvrage... Avant-propos... 5 Préface... 9 Introduction.... 11 Principaux arrêtés royaux et lois étudiés dans cet ouvrage... 15 PREMIERE PARTIE Les grands principes de détermination du revenu imposable d une société...

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

} Cotisations de prévoyance complémentaire. } Allégements et crédits d impôts. } Taxe sur les véhicules de société

} Cotisations de prévoyance complémentaire. } Allégements et crédits d impôts. } Taxe sur les véhicules de société } Cotisations de prévoyance complémentaire } Allégements et crédits d impôts } Crédit d Impôt Recherche } Crédit d Impôt Innovation } Jeunes Entreprises Innovantes } Crédit d Impôt Compétitivité Emploi

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+"

REGLEMENT DE GESTION mode de placement Fonds rendement garanti+ REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+" CONTENU 1. INTRODUCTION... 3 2. TAUX D INTERET... 3 3. PARTICIPATION BENEFICIAIRE... 3 3.1. Participation bénéficiaire annuelle... 4 3.2.

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014 L.I.R. n 104/1 Objet : Evaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

Table des matières. Préface 7 Bruno Co l m a n t. Introduction 13

Table des matières. Préface 7 Bruno Co l m a n t. Introduction 13 Table des matières Préface 7 Bruno Co l m a n t Introduction 13 Jacques Ma l h e r b e La régionalisation partielle de l impôt des personnes physiques 17 Jean d e La m e Introduction 17 Section 1. Impact

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

L'essentiel de l'assurance 12. FISCALITÉ DE L ASSURANCE À LUXEMBOURG

L'essentiel de l'assurance 12. FISCALITÉ DE L ASSURANCE À LUXEMBOURG 168 12. FISCALITÉ DE L ASSURANCE À LUXEMBOURG 169 Principes généraux La fiscalité de l assurance reste une affaire nationale: le contrat d assurance est soumis aux règles fiscales en vigueur dans l Etat

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009 L.I.R. n 104/1 Objet : Évaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

Actualité fiscale voitures de société 2012

Actualité fiscale voitures de société 2012 Actualité fiscale voitures de société 2012 Avant-propos La présente brochure fiscale vise à donner un aperçu de l actualité fiscale des voitures de société. Par «voitures de société», nous entendons les

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 Lettre d Information Juridique et Fiscale 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 1. DROIT DES SOCIETES/ DROIT BOURSIER Sort de la clause de garantie de passif en cas de fusion absorption : Toute convention

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

NOUVELLES REGLES DE CALCUL ET FAQ

NOUVELLES REGLES DE CALCUL ET FAQ NOUVELLES REGLES DE CALCUL ET FAQ AVANTAGE DE TOUTE NATURE RESULTANT DE L UTILISATION A DES FINS PERSONNELLES D UN VEHICULE MIS GRATUITEMENT A DISPOSITION PAR L EMPLOYEUR / ENTREPRISE 1. Impôt des personnes

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique

EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique Nom du produit Description Engagement de Pension - EIP Un engagement individuel de pension d une société

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

L'employeur peut cependant décider de prendre en charge ces frais de déplacement.

L'employeur peut cependant décider de prendre en charge ces frais de déplacement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Les frais de déplacement entre le domicile et le lieu de travail

Plus en détail

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT Exercice d imposition 2016 - Année de revenus 2015 10 raisons d investir en R&D en Belgique

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Jugement du 17 novembre 2004 - Rôle n 2001/15288/A Exercice d'imposition 1992 Arrêt Avocats: Maître Benoît Philippart de Foy - pour la requérante I. Objet et recevabilité

Plus en détail

Update@Work Juillet 2012 Numéro 3 8e année

Update@Work Juillet 2012 Numéro 3 8e année Update@Work Juillet 2012 Numéro 3 8e année Accord gouvernemental Di Rupo (I): quelques mesures fiscales relatives au 2e pilier se concrétisent Dans l Update@Work de décembre 2011, nous vous informions

Plus en détail

Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014.

Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014. Explications concernant les conditions auxquelles les emprunts conclus en 2014 doivent satisfaire pour pouvoir entrer en considération pour la réduction d impôt régionale pour l habitation unique (bonus-logement)

Plus en détail

Save 3 : Fiche technique

Save 3 : Fiche technique Date de dernière modification : 06 08 2013 Save 3 : Fiche technique Assurance principale Description Taux technique et période de garantie, participations bénéficiaires Durée Versement minimum à la souscription

Plus en détail

Invest 1. Type d assurance-vie

Invest 1. Type d assurance-vie Invest 1 Type d assurance-vie Garanties Public cible Assurance-vie dont la prime nette (à savoir la prime, hors taxes sur les primes et frais d entrée) est placée en tout ou en partie sur un ou plusieurs

Plus en détail

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION?

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION? boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT

Plus en détail

Fiche d information financière Assurance-vie branches 21 et 23

Fiche d information financière Assurance-vie branches 21 et 23 Fiche d information financière Assurance-vie branches 21 et 23 Type d assurance-vie isave Protect & Pension 1 Le produit isave Protect & Pension est une assurance-vie où le client a le choix entre un ou

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Invest 1. Type d assurance-vie

Invest 1. Type d assurance-vie Invest 1 Type d assurance-vie Garanties Public cible Assurance-vie dont la prime nette (à savoir la prime, hors taxes sur les primes et frais d entrée) est placée en tout ou en partie sur un ou plusieurs

Plus en détail

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R 2013 LUXEMBOURG : FISCALITé des personnes physiques F R Classe d impôts sans enfant Avec enfant(s) à charge Âgé d au moins 64 ans au 1 er janvier Célibataire 1 1a 1a Marié/ Partenaire 2 2 2 Séparé 1 1a

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Premiers commentaires des mesures budgétaires fiscales 2012. Fabrice GROGNARD Luc PIRARD Joëlle TEUWEN. BDO Conseils Fiscaux

ACTUALITES FISCALES. Premiers commentaires des mesures budgétaires fiscales 2012. Fabrice GROGNARD Luc PIRARD Joëlle TEUWEN. BDO Conseils Fiscaux ACTUALITES FISCALES Premiers commentaires des mesures budgétaires fiscales 2012 Fabrice GROGNARD Luc PIRARD Joëlle TEUWEN BDO Conseils Fiscaux 30 janvier 2012 MENU I. Les nouveautés fiscales budget 2012

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

GODFREY - HIGUET AVOCATS

GODFREY - HIGUET AVOCATS GODFREY - HIGUET AVOCATS Clive GODFREY Jean-Pierre HIGUET Avocats à la Cour LA TITRISATION A LUXEMBOURG ET SON APPLICATION EN MATIERE IMMOBILIERE 1. Cadre légal de la titrisation au Luxembourg Avec la

Plus en détail

Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne

Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne Taxation of individuals Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne tél. 058 286 52 45, email: michael.hildebrandt@eycom.ch 1 Plan de l exposé I. Introduction II. Prestations en nature III. Règlement

Plus en détail

Philippe Kündig - Conseiller financier avec brevet fédéral www.conseil-retraite.ch

Philippe Kündig - Conseiller financier avec brevet fédéral www.conseil-retraite.ch Philippe Kündig - Conseiller financier avec brevet fédéral www.conseil-retraite.ch Système de répartition : Les cotisations 2011 des actifs servent à payer les prestations versées aux bénéficiaires en

Plus en détail

Save Plan 1. Type d assurance-vie

Save Plan 1. Type d assurance-vie Save Plan 1 Type d assurance-vie Garanties Assurance-vie dont les primes nettes (à savoir les primes, compte non tenu des taxes sur primes, des frais d entrée et d éventuelles primes pour garanties additionnelles)

Plus en détail

Nouvelles mesures fiscales

Nouvelles mesures fiscales Nouvelles mesures fiscales Le 21 décembre 2012, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi (la «Loi») contenant de nouvelles mesures fiscales applicables aux personnes physiques et aux sociétés à compter

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Contrôle de l'information et des marchés financiers Annexe II : modèle d addendum belge au prospectus Addendum belge au prospectus d émission Date Dénomination de l OPCVM Forme juridique de l OPCVM (société

Plus en détail

04-2016 FR ALD AUTOMOTIVE FISCALITÉ AUTOMOBILE

04-2016 FR ALD AUTOMOTIVE FISCALITÉ AUTOMOBILE 04-2016 FR ALD AUTOMOTIVE FISCALITÉ AUTOMOBILE INTRODUCTION Comme chaque année, nous vous proposons une mise à jour de la fiscalité automobile. Traditionnellement, les modifications importantes prennent

Plus en détail

Fiche info financière assurance-vie pour une combinaison des branches 21

Fiche info financière assurance-vie pour une combinaison des branches 21 branches 21 CAMBIO 1 TYPE D ASSURANCE-VIE GARANTIES Assurance-vie combinant un rendement garanti (branche 21) et un rendement lié à des fonds d investissement (branche 23). Cambio garantit des prestations

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 Sujet 1-6 points 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois composantes - 1 point Le coefficient de déduction permet de déterminer pour chaque bien ou service

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

DEVAUX & ASSOCIATES FINANCIAL PLANNING BERTRAND ROLAND, ASSOCIÉ LE 3 JUIN 2013

DEVAUX & ASSOCIATES FINANCIAL PLANNING BERTRAND ROLAND, ASSOCIÉ LE 3 JUIN 2013 DEVAUX & ASSOCIATES FINANCIAL PLANNING BERTRAND ROLAND, ASSOCIÉ LE 3 JUIN 2013 1 TABLE DES MATIÈRES 1. Devaux & Associates Financial Planning : présentapon 2. La Société de Management : oupl de patrimonialisapon

Plus en détail

Méthode de calcul fiscal et écologique du prix de leasing

Méthode de calcul fiscal et écologique du prix de leasing Méthode de calcul fiscal et écologique du prix de leasing Total Cost of Ownership, l instrument idéal pour déterminer le choix de voiture le plus avantageux TCO est utilisé pour Total Cost of Ownership,

Plus en détail

La nouvelle réglementation en matière de frais de voiture à l IPP et l I.Soc.

La nouvelle réglementation en matière de frais de voiture à l IPP et l I.Soc. La nouvelle réglementation en matière de frais de voiture à l IPP et l I.Soc. Stéphane Mercier, Comptable fiscaliste agréé IPCF Professeur à l EPHEC http://www.satc.be Plusieurs réglementations existent

Plus en détail

Revenus professionnels

Revenus professionnels Revenus professionnels 1. Bénéfices d'exploitations agricoles, industrielles et commerciales Le montant des bénéfices s établit au départ d une comptabilité qui doit être probante vis-à-vis de l Administration.

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

Partie I - Le deuxième pilier

Partie I - Le deuxième pilier Table des matières Préambule 1. Introduction... 3 2. Les quatre piliers de pension... 4 3. Comment déterminer le revenu mensuel nécessaire à la retraite?.... 5 4. Comment déterminer votre capital pension

Plus en détail

Service Public Fédéral Finances Diminuer la pression fiscale sur les revenus de brevets, un incitant à l innovation 2013 Cellule Fiscalité des Investissements Etrangers Michela Ritondo Personnel Dispense

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail