Séance du jeudi 5 mars 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séance du jeudi 5 mars 2015"

Transcription

1 DELIBERATION DU CONSEIL DE L AGGLOMERATION D AGEN Séance du jeudi 5 mars 2015 OBJET : 2015/01_DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Nombre de délégués en exercice : 64 Présents : 55 Absents : 2 Pouvoirs : 7 Date d envoi de la convocation dématérialisée : 20/02/2015 L AN DEUX MILLE QUINZE LE CINQ MARS A 18H15 LE CONSEIL D AGGLOMERATION D AGEN s est réuni en séance publique sous la Présidence de Monsieur JEAN DIONIS DU SEJOUR MRS DIONIS DU SEJOUR, GARCIA, LAUZZANA, DEZALOS, DUBOS, DELBREL, CONSTANS, DE SERMET, MME CAMBOURNAC, MRS GILLY, PONSOLLE, PIN, COLIN, DELOUVRIE, BACQUA, MME BONFANTI-DOSSAT, MRS VIOLLEAU (SUPPLEANT DE M. DREUIL), CAUSSE, PLO, PRADINES, MME GALAN, M. LABORIE, MME JULIEN, M. FOURNET (SUPPLEANT DE MME LAMENSANS-GARIBALDI), MRS GUATTA, LABADIE, BUISSON, MMES BOULMIER, COLLET, MRS CHOLLET, DUPEYRON, EYSSALET, FELLAH, PÉCHAVY, MMES GROLLEAU, LAFFORE, MRS HERMEREL, LUSSET, PINASSEAU, MMES IACHEMET, KHERKHACH, LAUZZANA, MAÏOROFF, LEBEAU, JUILLIA, VERLHAC, LOUBRIAT MRS PANTEIX, TREY D OUSTEAU, MIRANDE, MMES MAILLARD, ROLAND, RICHON, BARAILLES, MEYNARD MRS SARRAMIAC, GUIGNARD, POUVOIR DE MME BRANDOLIN-ROBERT A M. LUSSET POUVOIR DE MME FRANÇOIS A M. CHOLLET POUVOIR DE M. RIBERE A MME COLLET POUVOIR DE M. TANDONNET A M. GILLY POUVOIR DE M. BOCQUET A MME BONFANTI-DOSSAT POUVOIR DE M. LAVALLART A MME BARAILLES POUVOIR DE MME GALLISSAIRES A M. DIONIS DU SEJOUR Expose : 1. UN CONTEXTE ECONOMIQUE MOROSE UNE CROISSANCE MONDIALE QUI RALENTIT PARTICULIEREMENT DANS LA ZONE EURO À l'exception notable des États-Unis, et dans une moindre mesure de l'espagne, le FMI a révisé à la baisse ses chiffres de croissance économique pour l'ensemble des pays de la planète malgré la baisse du prix du baril de pétrole. Au niveau mondial, le PIB ne devrait progresser que de 3,5% au lieu des 3,8% escomptés en octobre dernier. La mise à jour pour 2016 est aussi à la baisse de 4 à 3,7%. La France n'échappe pas à l'assombrissement général de la zone euro : le PIB français ne devrait progresser que de 0,9%, et non de 1%, cette année, et de 1,3% en 2016 (au lieu de 1,5%). L'Allemagne, malgré le redressement de ses comptes publics, est également touchée tout en continuant de progresser à des rythmes plus substantiels (1,3 et 1,5% successivement en 2015 et 2016). Le cocktail - chute du pétrole, recul de l'euro et repli des taux d'intérêt - ne produit donc pas l'effet espéré. 1

2 Le FMI annonce que : «La baisse des prix du pétrole, qui s'explique dans une large mesure par une augmentation de l'offre (le gaz de schiste) donnera un coup d'accélérateur à la croissance mondiale. Mais cette impulsion devrait être plus que compensée par des facteurs négatifs: baisse de l'investissement, volatilité des marchés, stagnation dans la zone euro et au Japon, risques géopolitiques.» 1.2 LA FRANCE CONTRAINTE DE RESPECTER LES CRITERES DE BONNE GESTION IMPOSES PAR L EUROPE Le projet de loi de finances pour 2015 est le premier à mettre en œuvre un plan d économie de cette ampleur (50 Mds d euros). Pour les collectivités, cette décision se traduit par une baisse des dotations versées par l Etat de 12,5 Mds d euros entre 2014 et 2017, qui prendra la forme d une baisse substantielle de la dotation globale de fonctionnement (DGF). Les collectivités locales sont donc parties prenantes du redressement des comptes publics. Evolution de la DGF des communes et de l'agglomération % -9% -12% -22% -34% -31% DGF Agglo -59% DGF communes -83% Quelle sera l ampleur du choc sur les budgets locaux? Le rapport Dallier y répond avec 3 conclusions : 1 - La nécessité de redresser les finances locales ne date pas de dernières annonces du gouvernement, 2 - Sans mesures correctives, la baisse des 12,5 Mds ferait de l impasse financière la situation de «droit commun» des collectivités, 3 - Le retour des dépenses de fonctionnement au rythme de l inflation ne suffira pas à rétablir la situation financière des collectivités. En effet, la ponction de 12,5 Mds entre 2014 et 2017 équivaut à près de la moitié (43%) de l épargne brute totale des collectivités (41% pour l agglomération d Agen). Les répercussions sur les comptes des collectivités sont énormes. Elles sont donc contraintes de revoir drastiquement leurs charges de fonctionnement si elles ne veulent pas se retrouver dans une impasse financière. Une baisse conséquente des investissements devra accompagner les efforts de gestion. Une hausse des produits fera également partie de la stratégie à mettre en place pour «amortir» les baisses de DGF (fiscalité, redevances et tarifs des services rendus). 2. LES CHOIX DE L AGGLOMERATION D AGEN DANS CE CONTEXTE DIFFICILE L Agglomération d Agen a affirmé sa politique au travers d une délibération prise le 30 avril 2014 suite à l installation du nouveau conseil communautaire. Cette délibération pose les grands principes que vont fixer les orientations pour le mandat à venir, à savoir : Ne pas augmenter les taux de fiscalité afin de ne pas freiner la croissance et ne pas pénaliser le pouvoir d achat des ménages et la capacité d agir des entreprises, Préserver la fonction d aménageur et de développeur de l agglomération particulièrement opportune pour créer de l emploi et en envisageant d y consacrer un volume d investissements prioritaires, 2

3 Approuver les délibérations du 21 février 2013 sur les politiques communautaires en matière d économie, d infrastructure et d emploi, Respecter les ratios prudentiels de l agglomération à savoir un taux d épargne au-dessus de 20% et une capacité de désendettement plafonnée à 10 ans, Engager une politique de réduction des dépenses courantes. Comme au plan national, le contexte économique local est difficile. Le revenu moyen par habitant de l agglomération est de 22,7 K contre 25,6 K en France et 18,9 K à Agen. Le taux de chômage sur l agglomération proche de 11% est supérieur au taux national. Le taux de chômage de la ville d Agen avoisine les 16%. Dans certains quartiers sensibles d Agen, du Passage, le taux de chômage est nettement plus élevé, la paupérisation de la population est beaucoup plus forte que sur le reste de la zone urbaine et mérite une attention toute particulière. Dans nos orientations, la politique de la ville, compétence majeure de l agglomération, n est probablement pas encore à la hauteur des besoins et des enjeux sur ces quartiers. Le gouvernement, dans un communiqué du 1er ministre en date du 16 avril 2014 fixe précisément le montant des réductions de DGF pour 2015, 2016 et Une répartition des 11 Mds restants sera ponctionnée sur la DGF des collectivités à parité entre 2015 et 2017 (soit 3,7 Mds par an). Les collectivités, déjà soumises à une baisse de DGF conséquente en 2014, espéraient du gouvernement un adoucissement de sa position. L annonce du maintien de cette ponction par le gouvernement a eu l effet d une bombe. Les collectivités se sont mises à refaire leurs comptes pour mesurer l effet de cette mesure sur leurs ratios de pilotage financiers. L Agglomération d Agen a donc revu ses perspectives en intégrant l effet de cette contribution au redressement des comptes publics. Elle maintient malgré tout le cap fixé le 30 avril Cependant, elle doit durcir ses positions en matière de dépenses de fonctionnement et d investissement et assouplir ses exigences en matière de ratio de pilotage. L Agglomération doit préserver un autofinancement qui permette d investir sans recourir trop fortement à l emprunt. Les dépenses et les recettes de gestion ont été largement étudiées, concertées en vue de leur optimisation. Les volumes d investissement, revus sur l ensemble des priorités, ont fait également l objet de longs débats. Ont été privilégiés les investissements à vocation économique et les infrastructures associées destinés à dynamiser l emploi sur le moyen terme, le soutien aux projets communaux, les crédits d amélioration et d extension des réseaux (voiries, éclairage public, AEP & EU) PRESERVER UN BON NIVEAU D AUTOFINANCEMENT : EPARGNER POUR INVESTIR Une mise en commun de moyens pour réduire les dépenses de courantes de gestion La création d une administration commune La création d une administration commune entre l Agglomération et la ville d Agen a vu le jour au 1er janvier Première phase d une mutualisation qui devra dans un second temps associer les autres communes au dispositif. Elle a pour vocation de mettre en commun les moyens des deux structures afin d optimiser les coûts de fonctionnement avec 3

4 l addition des agents territoriaux qui représente une administration de 1000 agents au sein de laquelle la mobilité interne va permettre de recourir de façon exceptionnelle aux recrutements externes ou avec la restructuration des services qui aboutira à court terme à une réduction des crédits de fonctionnement courants. Dès 2015, les services de l agglomération ont proposé une réduction de fonctionnement de leurs crédits de gestion d au moins 5%. Les années suivantes ont été intégrées dans la prospective financière pour un montant stable en valeur absolue. La masse salariale de l agglomération devrait être stabilisée en 2020 à son niveau de 2014, soit 15 M bruts annuels Une nécessaire adaptation des services rendus à la population Les «projets de services» sont lancés avec comme objectif donné aux gestionnaires de proposer toutes les pistes d économies envisageables, y compris la réduction du service, la recherche d une productivité accrue au travers de l évaluation des politiques publiques menées. Les transports urbains : évaluation et optimisation du réseau selon la fréquentation Compétence lourde dans le budget communautaire (9 M, soit 20% des dépenses de gestion), le réseau de transports urbains réaménagé en 2013 est en cours d évaluation. Déséquilibré, car non couvert en totalité par le versement transport et les recettes associées, ce service doit s adapter aux besoins réels des administrés. L objectif financier recherché est l équilibre du service ou tout du moins de s en rapprocher le plus possible. Une hypothèse de réduction de 700 K a été retenue dès 2016 dans la prospective financière. La collecte et le traitement des déchets ménagers : mise en œuvre d un mode de collecte plus efficace Les crédits affectés à la collecte et au traitement des déchets ménagers représentent, avec 13 M, plus du quart des dépenses de gestion. Le nouveau schéma de collecte en cours de déploiement repose sur une collecte par conteneurs individuels (où l habitat le permet), une réduction des fréquences et la multiplication des points d apports volontaires pour le tri sélectif (papier et verre). Le poste incinération des déchets ménagers non triés (25% du coût total) sera également resserré avec comme objectif de limiter la dépendance avec l unique incinérateur dont l agglomération n a pas la gestion. L hypothèse retenue repose sur une réduction des coûts de 600 K /an (hors masse salariale) sur ce service. La compétence collecte et traitement des déchets, proche de l équilibre aujourd hui, devrait s en trouver grandement améliorée au terme du mandat Des efforts d harmonisation et de redistribution des recettes Dans le cadre d une stabilité fiscale pour tous les impôts perçus par l agglomération, une entorse a été posée dans la simulation financière concernant l harmonisation d un taux différencié de Taxe d Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM) existant sur le territoire. La réflexion s est également portée sur la richesse fiscale issue des aménagements des zones d activités réalisées par l agglomération sur le territoire des communes. 4

5 Une nécessaire harmonisation du taux de TEOM sur le territoire de l agglomération accompagnée d une réduction de la dotation de solidarité communautaire (DSC) pour les communes dites «historiques» Suite à la fusion en 2013 de la Communauté d Agglomération d Agen (CAA) et la Communauté de Communes du Canton de Laplume en Bruilhois (CCCLB), le taux de TEOM de cette dernière a été maintenu à 9,41% contre 11% pour le reste de l agglomération. L esprit communautaire qui a prévalu en 2000 lors de la création de l agglomération repose sur une taxe professionnelle à taux unifiée sur tout le territoire. Une réflexion est également initiée pour unifier le prix de l eau pour l ensemble des habitants de l agglomération. La péréquation est un moteur fort de l esprit communautaire. Difficilement justifiable face aux communes soumises à une taxation à 11% pour un service moindre que celui rendu sur le territoire de l ex-ccclb, l hypothèse financière posée dans la prospective intègre une unification du taux à 11% en 2016 (soit K /an). Pour accompagner et conforter l effort fiscal consenti par les communes dernièrement entrées dans la nouvelle agglomération, les communes constitutives de l agglomération dites «historiques» ont accepté de réduire de 10% les dotations anciennes assises sur des reversements de fiscalité qu elles perçoivent de l agglomération (soit -180 K /an dès 2015). Une répartition de la fiscalité foncière communale pour les nouvelles entreprises qui s installent sur les zones économiques de l agglomération. L aménagement des zones d activités génère de la fiscalité économique qui permet de financer les réseaux nécessaires à leur aménagement. Une partie de cette fiscalité est perçue par les communes au travers de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB). Un reversement de cette fiscalité communale (50%) au profit de l agglomération sur les zones d activités communautaires a été intégré dans les hypothèses financières à compter de 2016 pour les nouvelles implantations. La taxe d aménagement : un partage à étudier. La taxe d aménagement, perçue par les communes, est due lors du dépôt des permis de construire. Dans le même esprit que pour la TFPB, une part de la taxe perçue sur les permis de construire pourrait également être partagée entre les communes et l agglomération lorsque cette dernière est à l initiative de l aménagement UNE POLITIQUE D INVESTISSEMENT RESOLUMENT TOURNEE VERS L EMPLOI, L ECONOMIE ET L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE AU TRAVERS DE GRANDES INFRASTRUCTURES ET UN SOUTIEN AUX PROJETS COMMUNAUX L élaboration du Programme Pluriannuel d Investissements (PPI) est essentielle dans une structure comme l Agglomération d Agen dont la vocation est de développer son territoire. Le projet phare du mandat est l aménagement de la Technopole Agen Garonne (TAG) et des infrastructures nécessaires à sa desserte. Ce projet majeur à l échelle du bassin de vie ne peut être porté uniquement pas l agglomération. Les partenaires institutionnels que sont la Région, le Département doivent soutenir financièrement ce projet. Des capitaux privés, du type CDC, vont être également sollicités. Une structure ad hoc devra probablement être créée pour rassembler l ensemble des parties prenantes. 5

6 La programmation des investissements représentent près de 200 M bruts pour le territoire qui seront un soutien à l activité économique locale, à l emploi. Les trois priorités qui constituent le PPI sont présentées dans le graphique ci-contre. La priorité 1 : les développements économiques et les infrastructures associées avec 27 M nets représentent 37% des investissements programmés, La priorité 2 : le fonds de solidarité territoriale, soutien aux projets communaux, représente 18% de l enveloppe avec 18 M programmés, La priorité 3 : pour 46 M nets, les réseaux et le financement des compétences de l agglomération est inscrits à hauteur de 45% du PPI. Le détail de la programmation par priorité est présenté ci-dessous Priorité 1 : développements économiques & infrastructures associées Au sein de la priorité 1, les infrastructures associées à la desserte de la TAG sont, le second «échangeur autoroutier», «l amorce rocade Ouest» qui connecte l Agropole au TAG ainsi que le «Pont et barreau de Camélat» qui prolongent la RN21 et franchissent la Garonne et le canal vers le TAG. ZONES D'ACTIVITES ECONOMIQUES ECHANGEUR AUTO & CONNEXIONS K K Les zones d activités économiques à vocation plus artisanales réparties sur le territoire sont «Donnefort», «Le Rouge», «la Roubiague», «Sun Vallée». AMORCE ROCADE OUEST K soit un total de 37 M nets La requalification des ZAE existantes bénéficie d une enveloppe de 3 M sur la période. PONT & BARREAU DE CAMELAT K 6

7 Priorité 2 : le fonds de solidarité territoriale (FST) soutien aux communes FST = 18 M Afin d aider les communes membres de l agglomération à réaliser leurs programmes K K K K K K communaux, le FST a été maintenu à 30 /habitants chaque année. Absolue nécessité face à la raréfaction des financements croisés, le FST est un levier non négligeable au soutien de l activité des entreprises locales Le FST finance entre 20 et 30% les projets communaux. Il permet la réalisation d environ 70 M de travaux sur la période considérée pour l ensemble du territoire. A ces investissements communaux s ajoutent les investissements directs financés par l agglomération Priorité 3 : les réseaux et autres compétences de l agglomération Les réseaux (voiries, éclairage public & pluvial) sont prépondérants (46%, soit 27 M nets) dans la programmation des compétences de l agglomération. Dans la protection contre les crues figurent Boé Bourg et le secteur de Roquefort. Réseaux Protections crues Equipements des services K K K Le programme «gymnases» inclus la réfection de l ASPTT et Foulayronnes. Dans l enveloppe «environnement & développement durable» sont inscrits la fin de l aménagement du parc de Passeligne et les études liées au développement durable. Les investissements nécessaires au schéma de collecte, au schéma des équipements touristiques, aux transports urbains, au soutien à la construction de logements sociaux ou de maisons médicalisées s inscrivent dans cette priorité 3, qui nous l avons vu plus haut, représentent 45% du PPI programmé sur la période. Collecte et traitement des déchets Investissements sociaux Equipements touristiques Gymnases Environnement & dév. durable Transports et mobilité Très haut débit Autres K K K K K K 600 K 450 K Soit : 58 M bruts 7

8 2.3 UNE SITUATION FINANCIERE TENDUE QUI FINANCE UN PPI AMBITIEUX Les ratios de pilotage L Agglomération d Agen utilise principalement deux ratios de pilotage pour suivre l évolution de sa santé financière. Le taux d épargne brute qui permet de mesurer le niveau d autofinancement dégagé et la capacité de désendettement qui met en exergue le volume de la dette et la capacité qu à la structure à la rembourser avec son épargne. AGGLO : BUDGET PRINCIPAL (hors dette EPFL : TAG) Recettes de gestion Dépenses de gestion Epargne de gestion Epargne de gestion/rrf*(hors AC** & exceptionnel & PPI) 21,4% 20,7% 22,8% 22,0% 22,4% 23,4% 25,0% Frais financiers Epargne brute Epargne brute/rrf* (Hors AC** & exceptionnel & PPI) 19,2% 17,3% 18,9% 17,4% 17,7% 18,3% 19,6% PPI net réalisable (35% des invest N reportés en N+1) Emprunt d'équilibre Remboursement dette en capital Encours de dette au 31/ Encours de dette au 31/12/Epargne brute (hors except) 8,1 ans 10,1 ans 10,4 ans 11,7 ans 12,3 ans 12,7 ans 11,6 ans Avertissement : les ratios présentés ci-dessous consolident le budget annexe des zones d activités économiques et le budget annexe des transports urbains au travers des subventions ou emprunts que verse ou contracte le budget principal pour obtenir leur équilibre. La dette que porte l EPFL pour le compte de l agglomération n est pas consolidée dans ce document. L épargne de gestion s améliore avec les efforts qui vont être opérés sur la section de fonctionnement (cf. 2.1 ci-dessus). Cette rigueur de gestion sera nécessaire pour absorber la baisse de DGF et les frais financiers en augmentation qui découlent de la progression de l encours de dette. Dans ce contexte, une épargne de gestion élevée est nécessaire pour maintenir une épargne brute proche des 20% et contenir une capacité de désendettement autour de 10 années. Les hypothèses retenues dans cette prospective financière sont volontaristes mais également réalistes. Elles reposent sur des actions qui sont du ressort de l agglomération. Une part d incertitude repose sur le plan de financement des infrastructures, du TAG qui ne sont pas encore définitivement bouclés. Si cet optimisme ne trouve pas sa traduction budgétaire dans les années à venir, des marges de manœuvre existent sur les investissements de la priorité 3. L objectif de l agglomération est également de laisser au terme de ce mandat des finances saines pour qu une continuité de l action politique soit «durable». 8

9 Budgets annexes : adduction d eau potable (AEP) et eaux usées (EU assainissement) BUDGET AEP DSP (04) Ratios (En K ) Recettes réelles de fonctionnement Dépenses réelles de fonctionnement = EPARGNE DE GESTION TAUX D'EPARGNE DE GESTION 94,4% 86,6% 83,4% 83,8% 83,8% 83,5% 82,9% - Frais financiers = EPARGNE BRUTE TAUX D'EPARGNE BRUTE 94,3% 61,3% 76,3% 77,3% 76,1% 74,1% 68,1% MONTANT PPI NET ENCOURS DE DETTE AU 31/ CAPACITE DE DESENDETTEMENT 2,4 ans 3,0 ans 3,3 ans 4,2 ans 4,1 ans 4,0 ans 4,2 ans Toutes les communes de l agglomération sont incluses dans ce budget sauf la commune du Passage d Agen, à savoir Agen, Pont du Casse, St Hilaire de Lusignan et les communes jadis intégrées au Sud d Agen, Sud du Lot, Sivom Agen Est. Une reprise du passif (emprunts) des syndicats du Sud du Lot et du Sud d Agen se retrouvent dans l encours dette. Ce budget est géré en délégation de service public (DSP). Les surtaxes ne sont pas relevées. L épargne brute se maintient à un bon niveau, qui permet de financer un programme d investissement conséquent sans détériorer la capacité de désendettement. L ensemble des communes de l agglomération sont concernées par ce budget sauf les communes du Passage d Agen et Saint Hilaire de Lusignan, à savoir Agen, Pont du Casse et les communes jadis intégrées au Sud d Agen, Sud du Lot, Sivom Agen Est. Une reprise du passif (emprunts) des syndicats du Sud du Lot et du Sud d Agen se retrouvent dans l encours dette. Contrairement au budget de l eau, l intégration de nouvelles communes à un impact moins important sur les comptes du budget de l assainissement. Les surtaxes ne sont pas relevées. L épargne brute se maintient à un bon niveau, qui permet de financer un programme d investissement conséquent. BUDGET Assainissement DSP (06) Ratios (En K ) Recettes réelles de fonctionnement Dépenses réelles de fonctionnement = EPARGNE DE GESTION TAUX D'EPARGNE DE GESTION 87,1% 77,0% 83,0% 83,0% 83,1% 83,1% 83,1% - Frais financiers = EPARGNE BRUTE TAUX D'EPARGNE BRUTE 78,7% 48,7% 66,4% 65,7% 66,5% 67,6% 68,1% MONTANT PPI NET ENCOURS DE DETTE AU 31/ VARIATION DE L'ENCOURS CAPACITE DE DESENDETTEMENT 4,5 ans 10,2 ans 8,7 ans 8,8 ans 8,5 ans 7,7 ans 6,9 ans BUDGET Assainissement Le Passage & St Hilaire (07) Ratios (En K ) Recettes réelles de fonctionnement Dépenses réelles de fonctionnement = EPARGNE DE GESTION TAUX D'EPARGNE DE GESTION 13,0% 29,0% 34,1% 35,0% 36,0% 34,5% 33,0% - Frais financiers = EPARGNE BRUTE TAUX D'EPARGNE BRUTE 12,7% 28,9% 31,5% 30,6% 30,8% 27,6% 24,4% MONTANT PPI NET ENCOURS DE DETTE AU 31/ CAPACITE DE DESENDETTEMENT 0,3 ans 4,9 ans 7,2 ans 8,8 ans 9,6 ans 11,1 ans 12,5 ans Le budget géré en régie pour l assainissement du Passage d Agen et de Saint Hilaire de Lusignan nécessite le relèvement de la surtaxe afin de financer les investissements nécessaires. Le prix de l eau dans ces communes, les plus faibles de l agglomération, permettent de pratiquer une augmentation significative des surtaxes. Cette augmentation est nécessaire afin d éviter un recours à l emprunt trop important qui génèrerait une tension sur la capacité de désendettement. L épargne brute se maintient à un bon niveau, qui permet de financer un programme d investissement conséquent. 9

10 Regie Eau Le Passage (05) Ratios Le budget géré en régie pour l assainissement du Passage d Agen nécessite le relèvement de la surtaxe afin de financer les investissements nécessaires. Le prix de l eau dans ces communes, les plus faibles de l agglomération, permettent de pratiquer une augmentation significative des surtaxes. Cette augmentation est nécessaire afin d éviter un recours à l emprunt trop important qui génèrerait une tension sur la capacité de désendettement (En K ) Recettes réelles de fonctionnement Dépenses réelles de fonctionnement = EPARGNE DE GESTION TAUX D'EPARGNE DE GESTION 19,4% 21,5% 21,7% 22,5% 22,8% 23,3% 23,6% - Frais financiers = EPARGNE BRUTE TAUX D'EPARGNE BRUTE 19,1% 21,4% 21,1% 21,2% 21,1% 21,2% 21,4% MONTANT PPI NET ENCOURS DE DETTE AU 31/ VARIATION DE L'ENCOURS CAPACITE DE DESENDETTEMENT 2,5 ans 2,9 ans 5,0 ans 6,0 ans 7,3 ans 8,0 ans 8,7 ans LE CONSEIL D AGGLOMERATION, DECIDE 1 / DE PRENDRE ACTE des contraintes européennes et nationales de finances publiques qui entraînent : Une baisse des concours financiers de l Etat aux collectivités et intercommunalités, se traduisant par une baisse conséquente de la DGF pour l agglomération de 2015 à 2017 et dont il est tenu compte dans la prospective financière 2 / DE DEBATTRE les orientations budgétaires suivantes : Volonté de l Agglomération d Agen de ne pas augmenter les taux de la fiscalité afin de ne pas freiner la croissance et de ne pas pénaliser le pouvoir d achat des ménages agenais comme la capacité d agir de nos entreprises, Préservation de la fonction d aménageur et de développeur de l Agglomération d Agen particulièrement opportune pour créer de l emploi et en envisageant d y consacrer un volume d investissements prioritaires correspondant à notre priorité 1 : développement économique et infrastructures associées, Préservation des ratios prudentiels de l Agglomération d Agen afin de ne pas obérer les capacités d investissement futures, Engagement d une politique volontariste de réduction des dépenses courantes de fonctionnement communautaires à périmètre d activité constant. Le Président certifie sous sa responsabilité le caractère exécutoire de cet acte informe que la présente délibération peut faire l objet d un recours pour excès de pouvoir devant le Tribunal Administratif de Bordeaux dans un délai de deux mois à compter des formalités de publication et de transmission en Préfecture Fait et délibéré, les, jour, mois et an que dessus Pour extrait conforme, Le Président Jean DIONIS du SEJOUR Affichage le 11/03/2015 Télétransmission le 11/03/

Séance du jeudi 2 avril 2015

Séance du jeudi 2 avril 2015 DELIBERATION DU CONSEIL DE L AGGLOMERATION D AGEN Séance du jeudi 2 avril 2015 OBJET : 2015/10_AFFECTATION DES RESULTATS DE L EXERCICE 2014 Nombre de délégués en exercice : 64 Présents : 56 Absent : Pouvoirs

Plus en détail

Séance du jeudi 2 avril 2015

Séance du jeudi 2 avril 2015 DELIBERATION DU CONSEIL DE L AGGLOMERATION D AGEN Séance du jeudi 2 avril 2015 OBJET : 2015/15_CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LOT-ET-GARONNE ET L AGGLOMERATION

Plus en détail

Séance du jeudi 2 avril 2015

Séance du jeudi 2 avril 2015 DELIBERATION DU CONSEIL DE L AGGLOMERATION D AGEN Séance du jeudi 2 avril 2015 OBJET : 2015/08_COMPTES ADMINISTRATIFS 2014 BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES Nombre de délégués en exercice : 64 Présents

Plus en détail

Séance du Jeudi 28 mars 2013

Séance du Jeudi 28 mars 2013 DELIBERATION DU CONSEIL DE L AGGLOMERATION D AGEN Séance du Jeudi 28 mars 2013 OBJET : 2013/110_ GARANTIE D EMPRUNT A CILIOPEE HABITAT POUR LA CONSTRUCTION DE 36 LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX SITUÉS À LACARREROTES

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES Conseil Municipal du 24/11/2014 Sommaire 1. Un rappel du cadre légal 2. La situation économique et budgétaire : Monde, Zone Euro et

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Séance du Jeudi 21 février 2013

Séance du Jeudi 21 février 2013 DELIBERATION DU CONSEIL DE L AGGLOMERATION D AGEN Séance du Jeudi 21 février 2013 OBJET : 2013/53_ORIENTATION CONCERNANT LA POLITIQUE COMMUNAUTAIRE EN FAVEUR DE L ÉCONOMIE Nombre de délégués en exercice

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales. Synthèse. Paris, le 19 février 2013

Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales. Synthèse. Paris, le 19 février 2013 Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales Synthèse Paris, le 19 février 2013 1 SOMMAIRE 1. Pourquoi mettre en place ou actualiser un Pacte Financier

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 1 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2013 Type : DOB 2014 Service : DMI/FINANCES Rapporteur : Christophe PERNY Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE PACTE FINANCIER ET FISCAL Conseil Communautaire du 10 Juin 2013 SOMMAIRE 1. Préambule au Pacte 2. La Méthodologie d Elaboration du Pacte 3. Les Objectifs du Pacte

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 PRESENTATION BUDGETAIRE Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 Budget Bâtiments Industriels Dépenses Recettes CA 2009 BP 2010 CA 2009 BP 2010 Fonctionnement Investissement 147 092.35 155 692.15

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

Le Bâtiment et les Travaux Publics dans la réforme territoriale : quel avenir pour nos deux secteurs?

Le Bâtiment et les Travaux Publics dans la réforme territoriale : quel avenir pour nos deux secteurs? En partenariat avec Le Bâtiment et les Travaux Publics dans la réforme territoriale : quel avenir pour nos deux secteurs? PROGRAMME 14h30 - Accueil à la Chapelle des Cordeliers 14h45 - Présentation de

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION 1 PRESENTATION Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil indépendant dont le capital appartient

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE

LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE Une maîtrise des dépenses de fonctionnement : -7% - 17% sur les charges générales (consommation d énergie, consommables, prestations

Plus en détail

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I Sommaire 1. Vue d ensemble des budgets 2. Contexte des finances locales en 2014 3. Section de fonctionnement 4. Section d investissement 5. Synthèse et conclusion I 2 I 1. Vue d ensemble des budgets I

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 CONSEIL DE QUARTIER DU GUICHET Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 ORDRE DU JOUR 1- Présentation du budget de la ville 2015 : serré et responsable. 2- Révision du Plan Local d Urbanisme : objectifs, cadre

Plus en détail

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis 26 janvier 2012 2 OCTOBRE 2009 6 rue du Général de Larminat

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Budget primitif 2014 de la CREA

DOSSIER DE PRESSE. Budget primitif 2014 de la CREA Lundi 10 février 2014 Les conseillers communautaires de la CREA se réunissent une dernière fois pour le vote du budget primitif avant les municipales et l élection du nouveau conseil communautaire le 14

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Ville de Crégy-lès-Meaux

Ville de Crégy-lès-Meaux Ville de Crégy-lès-Meaux Audit de début de mandat Janvier 2009 Les Hauts de Villiers 2 rue de Villiers - 92309 LEVALLOIS-PERRET CEDEX Téléphone : 01.78.66.03.40. - Télécopie : 01.78.66.03.41 2009 KPMG

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité www.ades-grenoble.org www.lesverts38.org www.alternatifs.org/38 Conférence de presse du mercredi 10 décembre 2008 Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014)

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) Commune de Chécy 20 JUIN 2008 Laëtitia HACQUARD Michel KLOPFER 6 rue du Général

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

Evolution du statut des territoires de la Métropole du Grand Paris

Evolution du statut des territoires de la Métropole du Grand Paris Evolution du statut des territoires de la Métropole du Grand Paris Groupe de travail «Statut et compétences des territoires» du jeudi 18 septembre 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL 1 Quatre scenarii : 1. Une Métropole

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Dossier de presse. Conseil Communautaire du Vendredi 29 mars 2013

Dossier de presse. Conseil Communautaire du Vendredi 29 mars 2013 Dossier de presse Conseil Communautaire du Vendredi 29 mars 2013 ARGELIERS ARMISSAN BAGES BIZANET BIZE-MINERVOIS CAVES COURSAN CUXAC-D AUDE FEUILLA FLEURY-D AUDE FRAISSE-DES-CORBIERES GINESTAS GRUISSAN

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Présentation Synthétique

BUDGET PRIMITIF 2014. Présentation Synthétique BUDGET PRIMITIF 2014 Présentation Synthétique BUDGET PRIMITIF 2014 : 203,4 M * * Mouvements réels + mouvements d ordre hors réaménagement de dette Valenciennes Métropole page 2 BUDGET PRIMITIF 2014 Equilibre

Plus en détail

avis Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission Finances et plan par Michel GIORDANO Le compte administratif 2014 de la Région Ile-de-France

avis Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission Finances et plan par Michel GIORDANO Le compte administratif 2014 de la Région Ile-de-France avis Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission Finances et plan par Michel GIORDANO Le compte administratif 2014 de la Région Ile-de-France 11 juin 2015 Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Synthèse des dispositions relatives à la Métropole du Grand Paris. Article 59 de la loi NOTRedu 7 août 2015

Synthèse des dispositions relatives à la Métropole du Grand Paris. Article 59 de la loi NOTRedu 7 août 2015 Synthèse des dispositions relatives à la Métropole du Grand Paris Article 59 de la loi NOTRedu 7 août 2015 1 ARCHITECTURE INSTITUTIONNELLE 2 La métropole du Grand Paris, un EPCI à fiscalité propre et à

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Habitat construction Caisse de garantie du logement locatif social Délibération n o 2005-61 du 21 décembre 2005 du conseil d administration de la Caisse de garantie du logement

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL : METHODE Le plan est basé sur le Budget primitif 2013 La prospective concerne le Fonctionnement (charges et produits réels)

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2015

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2015 REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2015 ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE DE L ANNEE 2015 Page 1/26 SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail