Une semaine pour sauver l Europe?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une semaine pour sauver l Europe?"

Transcription

1 19 Octobre A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) , Fax: (+352)

2 Une semaine pour sauver l Europe? Les réflexions autour d une restructuration de la dette grecque ont avancé d un stade de négation des évidences économiques vers une vraie prise de conscience de l envergure et des conséquences d un tel pas. Avec la montagne de dette toujours croissante et une décote de plus en plus lourde sur les emprunts grecs, il faut revoir à la hausse le taux de participation des banques aux pertes. L Allemagne semble aujourd hui être en faveur d une décote bien plus lourde que la France. L Europe dispose d une semaine pour résoudre la problématique de la dette souveraine et tomber d accord sur la stratégie gagnante pour sortir de la crise actuelle. Telle peut être l impression qu on a en lisant les conclusions de la réunion des vingt plus importantes nations industrialisées du monde (G20) qui a eu lieu ce weekend. Les dirigeants européens ont leur part de responsabilité dans cet espoir exagéré qui s est à nouveau emparé des marchés financiers. Ils se sont engagés à s attaquer à des sujets aussi pressants que la restructuration de la dette grecque, la recapitalisation des banques européennes, un renforcement de l actuel fonds de sauvetage et une stratégie pour éviter une contagion au niveau des dettes souveraines européennes. En date du 20 octobre aura lieu une réunion de l Eurogroupe, suivi d un sommet européen à portée «historique», le 23 octobre. L objectif est de pouvoir présenter un ensemble de mesures en vue de la réunion du G20 à Cannes du 3 novembre. Il s agira de trouver rapidement des réponses claires et nettes à de nombreux questionnements qui nous occupent depuis presque deux ans déjà. Voici en sont les éléments les plus importants : La Grèce et une participation plus importante des banques à ses dégâts collatéraux Deux ans après que ce pays ait commencé à troubler la reprise économique en révisant à la baisse ses prévisions budgétaires, l exemple grec exhibe toujours aussi clairement l incapacité des décideurs européens d implémenter des décisions douloureuses. Toujours est-il que les réflexions autour d une restructuration de la dette grecque ont avancé d un stade de négation des évidences économiques vers une vraie prise de conscience de l envergure et des conséquences d un tel pas. En attendant la prochaine tranche d aide de la Troïka (Fonds monétaire international, Banque centrale européenne et Union européenne), le Parlement grec est une fois de plus confronté à un vote sur des mesures d austérité. Tout comme les votes antérieurs ces réformes ne pourront changer le fait que la Grèce est en situation de défaut de paiement. Une mise sous tutelle du pays afin de faire avancer les privatisations et les réformes parait de plus en plus probable. Participation volontaire du secteur privé Dès le début des négociations autour d un éventuel défaut de paiement de la Grèce, l Allemagne exigeait que le secteur privé soit associé aux éventuelles pertes encourues. On constate qu au cours des négociations avec ses partenaires européens elle a gardé le dessus sur ce point. La participation du secteur privé réside dans les termes d échanges «volontaires» des obligations souveraines grecques par le biais de roulements, d échanges ou de reventes d obligations souveraines grecques. D après la proposition initiale de la Fédération bancaire internationale, le support volontaire du secteur privé devait se chiffrer à 21% de la valeur actuelle

3 Alors qu en été un stress test de l Autorité des Banques européennes avait montré que seulement quelques banques ne disposaient pas de capitaux propres suffisants pour résister à une détérioration de la situation économique et financière, les conclusions d un nouveau stress test seront moins optimistes. De même qu après la chute de Lehman en 2008, les dirigeants des banques américaines se ont rebellés quand le ministre américain des Finances leur a annoncé les injections d argent étatique ainsi que les conditions y rattachées, les fédérations des établissements bancaires européens refusent aujourd hui cette prise d influence publique. nette de la dette grecque détenue par les institutions financières. Cependant, la participation privée se chiffrait à des montants trop limités par rapport à l envergure de la dette : on parlait de 54 milliards sur 3 ans, respectivement de 135 milliards sur 10 ans. Etant donné que le seuil de participation minimal de 90% n a jamais été atteint, le secteur privé n a toujours pas intégralement encaissé sa perte. Au contraire, avec la montagne de dette toujours croissante et une décote de plus en plus lourde sur les emprunts grecs, il faut revoir à la hausse le taux de participation des banques aux pertes. L Allemagne semble aujourd hui être en faveur d une décote bien plus lourde que la France. Par crainte de voir des attaques encore plus lourdes sur leur secteur bancaire, les Français plaident pour des pertes de 30%, alors que les Allemands préféreraient remettre la Grèce à un niveau de dette plus soutenable en faisant porter une décote de 50% aux banques. Le taux retenu le 23 octobre pourrait se situer entre les deux positions, mais une participation forcée aux pertes reste peu probable. Elle déclencherait des contrats d assurance sur la dette grecque et nuirait encore plus à la stabilité du secteur financier. Recapitalisations forcées des banques Il s agit aujourd hui de répartir les pertes de manière aussi digeste que possible pour le secteur financier. Ce dernier a subi de lourdes pertes suite à son exposition à la dette grecque, mais aussi espagnole, italienne et portugaise. Pendant que les primes de risque des emprunts des pays en difficultés montaient, les notations de crédit de bon nombre d établissements ont été revues à la baisse. Alors qu en été un stress test de l Autorité des Banques européennes avait montré que seulement quelques banques ne disposaient pas de capitaux propres suffisants pour résister à une détérioration de la situation économique et financière, les conclusions d un nouveau stress test seront moins optimistes. Même si ses résultats ne seront publiés qu au cours des prochains jours, il est déjà clair que bon nombre de banques systémiquement importantes ne le passeront pas. Les termes de ce stress test risquent d être plus sévères qu auparavant avec des exigences plus strictes en termes de capitaux propres durs (9% vs 5% en été) et d une comptabilisation des expositions souveraines à leur vraie valeur de marché. «Certaines banques européennes, mais pas toutes, devront être recapitalisées» a déclaré le ministre luxembourgeois des Finances le vendredi passé à la radio allemande. Il soutenait ainsi les récentes propositions du président de la Commission européenne qui avait annoncé des plans de recapitalisation du secteur bancaire européen. Les injections de liquidité ne sont pas bienvenues chez toutes les banques, car si elles sont organisées de manière forcée par les Etats, elles mettront les banques solides à pied d égalité avec les banques en difficultés. Les chefs des banques qui ne connaissent pas de besoins pressants de liquidité, tel que Josef Ackermann de la Deutsche Bank, craignent l ingérence de l Etat dans leurs décisions internes et l effet de signalisation négatif des aides étatiques. De même qu après la chute de Lehman en 2008, les dirigeants des banques américaines se ont rebellés quand le ministre américain des Finances leur a annoncé les injections d argent étatique ainsi que les conditions y rattachées, les fédérations des établissements bancaires européens refusent aujourd hui cette prise d influence publique. Là encore, les positions allemandes et françaises divergent : alors que les politiques allemands exigent une recapitalisation à hauteur de 250 milliards d euros, les Français se contenteraient de quelques 100 milliards. Au cas probable où on trouverait un accord européen, la séquence des événements serait la suivante : d abord il faudrait attendre les conclusions officielles du nouveau stress test, ensuite il faudrait compter trois à six mois pendant lesquels les banques pourront essayer de combler les manques

4 Vu la perte de temps qu impliquerait la ratification d un élargissement du fonds, les discussions récentes ont tourné autour de moyens alternatifs pour démultiplier sa force de frappe avec les moyens existants. Selon un article paru dans le Guardian hier (et partiellement démenti au cours de la nuit), la France et l Allemagne auraient trouvé un accord hier soir pour porter la force de frappe du fonds de 440 à milliards d euros. de capitaux (par des réductions du dividende et/ou des émissions) et enfin les gouvernements injecteraient des capitaux à celles qui n ont pas trouvé les capitaux nécessaires. Dès que les injections gouvernementales menacent la stabilité financière du pays-même, le fonds de sauvetage doit le secourir. Levier pour le fonds de sauvetage Aujourd hui le Fonds européen de stabilité financière (FESF) dispose d une capacité de prêt d environ 440 milliards. Le risque de contagion d un défaut grec n étant toujours pas enrayé, un accroissement de sa taille est inévitable pour rassurer les marchés financiers. Vu la perte de temps qu impliquerait la ratification d un élargissement du fonds, les discussions récentes ont tourné autour de moyens alternatifs pour démultiplier sa force de frappe avec les moyens existants. Au cours des dernières semaines les discussions ont souvent tourné autour d un effet de levier que la Banque centrale européenne (BCE) devrait indirectement mettre à disposition du fonds de sauvetage pour qu il puisse racheter suffisamment de dette souveraine pour rassurer les marchés. Cette piste semble aujourd hui bloquée par le refus de la BCE de «monétiser» la dette européenne. Une piste alternative serait la transformation du FESF en banque pour qu il puisse emprunter à la BCE, mais elle serait également contraire aux Traités existants. Les négociations semblent récemment tourner autour d une proposition alternative du groupe d assurance allemand, Allianz. Au lieu de fournir un levier au FESF, Allianz préconise d utiliser des garanties existantes du fonds afin de garantir 20% à 30% des premières pertes qu un investisseur pourrait encourir en achetant de la dette souveraine lors de son émission. Le FESF n accorderait donc plus exclusivement des crédits, mais aussi des garanties aux acheteurs de la dette des pays fragiles. Selon un article paru dans le Guardian hier (et partiellement démenti au cours de la nuit), la France et l Allemagne auraient trouvé un accord hier soir pour porter la force de frappe du fonds de 440 à milliards d euros. Au cas où ces rumeurs seraient confirmées le weekend, le fonds disposerait donc d un levier de 4 à 5. Mais une telle garantie du fonds de sauvetage européen rapprocherait également les nouvelles émissions souveraines de l idée des obligations européennes (nommées Eurobonds) qui sont très loin d être consensuelles au sein de la zone euro. La créativité et la flexibilité des dirigeants européens seront mises à l épreuve lors des discussions du weekend prochain Taxe mondiale sur les transactions financières pas réaliste Le weekend dernier, les ministres des Finances du G20 ont rejeté l initiative d instaurer une taxe sur les transactions financières sur un plan global. Alors que la France, qui détient actuellement la présidence du G20, tentait de faire avancer «son» idée, le front des adversaires compte de nombreux pays puissants avec le Brésil, l Inde, la Chine, la Russie, le Canada, le Japon et les Etats- Unis. Cette taxe prélèverait un impôt de 0,10% sur les échanges d actions et d obligations et de 0,01% sur les échanges de produits dérivés, sans concerner les particuliers, ni les opérations sur le marché primaire de la dette souveraine ainsi que les introductions d actions en bourse. Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a dès lors reconnu que l instauration de la taxe au niveau mondial n est «pas réaliste», et qu elle devra se limiter à l Europe. Même au sein de l Union européenne, la nouvelle mouture de la taxe Tobin ne fait pas l unanimité, car le Royaume-Uni ne souhaite l instaurer que si elle verrait le jour sur un plan global, c.-à-d. non seulement en Europe. Alors que, fin septembre, la Commission européenne a proposé une taxe européenne qui devrait entrer en vigueur en 2014, son instauration n est pas garantie, car le Royaume-Uni pourrait poser son veto. L unanimité des Etats est

5 W EEKLY I NVESTMENT N EWSLETTER Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a dès lors reconnu que l instauration de la taxe au niveau mondial n est «pas réaliste», et qu elle devra se limiter à l Europe. La zone euro risquerait pourtant une délocalisation des services taxés qui peut lui coûter cher en termes de croissance économique. requise avant la ratification par tous les parlements nationaux, une procédure qui prendra du temps. Pour le moment, l Irlande et les Pays-Bas ne comptent voter en faveur du texte que si le RoyaumeUni ne s y opposera pas. On ne peut exclure que le gouvernement britannique cède à la pression publique et qu il ne s oppose plus à une introduction de la taxe au sein de la zone euro. La zone euro risquerait pourtant une délocalisation des services taxés qui peut lui coûter cher en termes de croissance économique. Pour endiguer une fuite des capitaux, le projet de la Commission prévoit que les transactions réalisées à l extérieur de l Europe seraient également taxées au cas où elles impliquent une banque ou un autre établissement financier européen. Les défenseurs de la taxe précisent que c est surtout le négoce (trading, en angl.) de haute fréquence, donc les transactions les plus spéculatives sans plus-value pour l économie réelle, qui serait porté à disparaître. Sans entrer dans les détails techniques du sujet, il est clair que les conséquences d une telle taxe sont trop peu éclairées qu on puisse faire avancer le projet sans se poser de questions sur son impact. Les estimations très variables du «bénéfice» de la taxe Tobin, avec une fourchette variant entre 30 à 50 milliards d euros de prélèvements, illustrent ces incertitudes. L Allemagne et la France semblent pourtant être prêtes à faire cavalier seul sur ce sujet qui sera remis sur l ordre du jour du sommet des chefs d Etat du G20 le 3 et 4 novembre.

6 Il n est pas exclu que des avancements importants soient faits sur la question grecque et peut-être même sur la recapitalisation des banques. Mais il ne s agit là que des effets et non des causes. La cause de la présente crise est le surendettement des Etats qui menace la soutenabilité des comptes publics, la santé financière des établissements bancaires, les marchés financiers et donc aussi l économie réelle européenne. L Europe se donne un agenda très serré pour annoncer un plan de restructuration pour la Grèce, une réforme du fonds de sauvetage, une recapitalisation des banques et un plan de réduction de la dette. A défaut de trouver une réponse satisfaisante à la panoplie de sujets qui occupent l Europe de nos jours, une nouvelle récession risque de se rapprocher à grands pas. Si ce sont exclusivement certains ministres non-européens des Finances qui se sont permis de le dire à haute voix lors de la réunion du G20, le spectre d une rechute de l activité économique hante toutefois aussi les couloirs européens. Vu la complexité des problèmes et la lourdeur des processus de décision en Europe, il serait naïf de croire en l impossible. Il n est pas exclu que des avancements importants soient faits sur la question grecque et peut-être même sur la recapitalisation des banques. Mais il ne s agit là que des effets et non des causes. La cause de la présente crise est le surendettement des Etats qui menace la soutenabilité des comptes publics, la santé financière des établissements bancaires, les marchés financiers et donc aussi l économie réelle européenne. Le vrai défi de l avenir est de réduire cet endettement sans étouffer les restes de croissance économique qui existent au sein de la zone euro. Un challenge qui ne pourra être relevé sur les champs de bataille annexes, mais au cœur des faiblesses institutionnelles qui ont causé les divergences économiques au sein de la zone euro. L espoir de voir les dirigeants politiques s attaquer à une politique économique et fiscale commune n est pas irréaliste. Seulement faut-il croire également dans une politique moins pressée à annoncer des solutions définitives de nature à satisfaire les marchés financiers pour quelques jours ou semaines. Les propos plus prudents du porteparole de Merkel qui, en début de semaine, a tenté de dégonfler «les rêves de voir une solution définitive à tous nos problèmes» ont, en tout cas, montré que la récente hausse des marchés actions repose sur des fondements fragiles. Mike Schmit, Senior Economist BCEE Asset Management WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY

7 6A, rue Goethe,L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) Fax: (+352) Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Etablissement Public Autonome Siège Central : 1, Place de Metz L-2954 Luxembourg BIC : BCEELULL R.C.S. Luxembourg B tél. : (+352) Disclaimer : Les opinions, avis ou prévisions figurant dans ce document sont, sauf indication contraire, ceux de son ou ses auteur(s) et ne reflètent pas les opinions de toute autre personne, de BCEE Asset Management S.A. ou de Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Les informations contenues dans le présent document proviennent de sources publiques considérées comme fiables, dont BCEE Asset Management S.A. et Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg ne peuvent cependant pas garantir l exactitude. De fait, les informations peuvent être soit incomplètes, soit condensées. Toute référence aux performances antérieures ne saurait constituer une indication quant aux performances à venir. Ce document ne peut en aucune circonstance être utilisé ou considéré comme un engagement de BCEE Asset Management S.A. ou de Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Les informations ne peuvent servir de seule base d évaluation des valeurs et ce document ne saurait constituer un prospectus d émission. Toutes les estimations et opinions contenues dans ce rapport constituent une opinion actuelle et peuvent être modifiées sans préavis. BCEE Asset Management S.A. et Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg déclinent toute responsabilité au titre de ce document s il a été altéré, déformé ou falsifié, notamment par le biais de l utilisation d Internet. Ce document est communiqué à titre d information uniquement et ne constitue pas une offre ou une sollicitation d achat, de vente ou de souscription. BCEE Asset Management S.A. et Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg ne pourront être tenus responsable des conséquences pouvant résulter de l utilisation d une quelconque opinion ou information contenues dans le présent document. Il en est de même de toute omission. Le présent rapport ne peut être ni reproduit, ni communiqué à une tierce personne sans autorisation préalable écrite de Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg et de BCEE Asset Management S.A..

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire

Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire Le début de l année fut marqué par la crise de la Grèce, avec la mise en place d un plan de sauvetage de 60 milliards d euros (prêts consentis

Plus en détail

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes Eco-Fiche Octobre 2012 POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes La France est "techniquement" sortie de crise à partir du deuxième trimestre

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N 2 «Point de vue» La lettre d information de LGF Patrimoine SOMMAIRE PAGE 1 2 > Les marchés financiers Les marchés, l économie, l actualité PAGE 3 4 > Les SCPI, un outil de

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne

La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne Synthèse et analyse des propositions du rapport Liikanen octobre 2012 Sommaire 1 Une réponse pragmatique à la nécessaire réforme structurelle

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Sous le signe des taux Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients L e rally sur les marchés actions des pays

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Le gouvernement du Canada a annoncé la création du compte d épargne libre d impôt (CELI) à l occasion de son budget de 2008, puis a procédé à son

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Asset Quality Review

Asset Quality Review Asset Quality Review Eclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières En quelques mots... 3 Contexte : une confiance sur la santé des bilans des banques européennes fragile... 3 Objectifs et Enjeux...

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités Jean-Jacques Picard Secrétaire Général, Luxembourg for Finance jean-jacques.picard@lff.lu +352 27 20 21-1 Luxembourg for Finance Agence pour de

Plus en détail

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Gabriel Colletis Jean-Philippe Robé Robert Salais Athènes 2 Juin2015 Plan Quelques remarques

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg VISA 2012/81993-892-0-PS L'apposition du visa ne peut en aucun cas servir d'argument de publicité Luxembourg, le 2012-01-09 Commission de Surveillance du Secteur Financier KBL Key Fund Prospectus simplifié

Plus en détail

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne.

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. A quoi vous attendre? Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent

Plus en détail

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers 1. Risque de liquidité Le risque de liquidité est le risque de ne pas pouvoir acheter ou vendre son actif rapidement. La liquidité

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas Informations générales 1 er trimestre 2015 Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

Distribution 2013 Dividende en actions Information aux actionnaires Résumé

Distribution 2013 Dividende en actions Information aux actionnaires Résumé Distribution 2013 Dividende en actions Information aux actionnaires Résumé 20 mars 2013 Disclaimer Le présent document ne constitue pas une offre de vente ou une incitation à souscrire des titres de Credit

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

novembre Commentaire de marché

novembre Commentaire de marché novembre 2012 Commentaire de marché SOMMAIRE Introduction Le 25 novembre 2011, le taux OLO à 10 ans battait tout les records en pointant à 5.86%. Un an après, ce même taux bat à nouveau un record à la

Plus en détail

G&R Europe Distribution 5

G&R Europe Distribution 5 G&R Europe Distribution 5 Instrument financier émis par Natixis, véhicule d émission de droit français, détenu et garanti par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 6 mai 2014) dont l investisseur

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Trade Contre intuitif, BCE vs Bunds!

Trade Contre intuitif, BCE vs Bunds! Erwan MAHÉ 00 33 1 53 05 57 Allocation d'actifs et Stratégies d'options Isegoria Rules! Trade Contre intuitif, BCE vs Bunds! 03 juillet 2012 Baisse des taux de la BCE hausse des taux souverains allemands.

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

DERRICK. Brochure commerciale

DERRICK. Brochure commerciale Brochure commerciale DERRICK Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1) Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors remboursement automatique anticipé)

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

SCPI Corum Convictions

SCPI Corum Convictions L investissement indirect dans l immobilier via une SCPI SCPI Corum Convictions Société Civile de Placement Immobilier SCPI Corum Convictions La SCPI : un placement immobilier indirect La Société Civile

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable PARVEST World Agriculture a été lancé le 2 avril 2008. Le compartiment a été lancé par activation de sa part N, au prix initial

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

Mise à jour risque pays

Mise à jour risque pays Mise à jour risque pays Espagne 14 novembre 2012 1 Résumé analytique L économie espagnole se contractera en 2012 et en 2013 Le durcissement des conditions de crédit pose problème à de nombreuses entreprises

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale

Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale Nom du sénateur Eric Bocquet Groupe Communiste Républicain Citoyen Sénateur du Nord Paris, le 19 mars 2013 Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale Monsieur

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

Étape importante pour la zone euro

Étape importante pour la zone euro Étape importante pour la zone euro Plan de sauvetage réussi - Les craintes liées à la dette dans la zone euro se sont finalement apaisées après avoir été à leur paroxysme la semaine dernière. Un effort

Plus en détail

Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne suédoise. Type d investissement

Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne suédoise. Type d investissement Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne suédoise A quoi vous attendre? Obligation émise en couronne suédoise (SEK) par ABN Amro Bank N.V. Coupon annuel de 4% brut. Durée : 5 ans. A l

Plus en détail

Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009

Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009 Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009 Politiques budgétaires et marchés obligataires européens : quel avenir? L ampleur des déficits publics

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 La grande distribution alimentaire bouge au niveau mondial et en France. Pour les acteurs français, la famille Mulliez et Naouri taillent des croupières à Arnault

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 I. Organismes de Placements Collectifs 1. SICAV émises par la BCEE Sous réserve d exceptions éventuelles prévues dans le prospectus d émission,

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Total Privilège Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Privilège Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Privilège Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Privilège est une alternative

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE

COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE CES Document de réflexion sur la situation économique 2010/1 COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE Un piège financier Qu adviendrait-il si des hauts fonctionnaires

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Insurance

Wealth & Tax Planning Private Insurance Wealth & Tax Planning Private Insurance Parties dans une Private Insurance Structure simplifiée Mandant = Preneur d assurance Contrat d assurance Transfert des actifs Police d assurance Compagnie d assurance

Plus en détail