Assemblée des départements de France. Prospective des budgets des départements ( )

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Assemblée des départements de France. Prospective des budgets des départements (2011-2015)"

Transcription

1 Assemblée des départements de France Prospective des budgets des départements ( ) Guy Gilbert Professeur - Département de Sciences Sociales ENS Cachan Alain Guengant Directeur de recherche au CNRS Université de Rennes I Centre régional d études et de formation économiques 7, place Hoche Rennes cedex 2010

2 2 Introduction Les ressources des départements présentent une forte cyclicité et un adossement peu dynamique aux compétences transférées. Les dépenses se caractérisent par une double rigidité à la fois dans le secteur social et en matière de maintenance et de développement des équipements dans les domaines non sociaux (voirie, collèges, espaces naturels sensibles, patrimoine historique). En outre, les nouveaux investissements induisent des charges récurrentes de fonctionnement elles-mêmes largement rigides. En conséquence, sous l impact d une croissance des dépenses supérieure aux recettes, la propension à épargner s est rapidement dégradée, menaçant de plus en plus la solvabilité et la capacité future de développement des services publics départementaux. Certes, tous les départements ne sont pas également affectés. Les budgets présentent d amples disparités et tous ne connaissent pas les mêmes tensions financières. La crise économique de fin 2008, notamment en provoquant une chute de près de 30% des droits de mutation à titre onéreux (DMTO) par rapport à 2007 (5,2 contre 7,4 milliards d euros), a accentué le recul de l épargne et amplifié la dégradation des équilibres budgétaires en Les réformes des financements locaux pourraient accentuer la tendance. L annonce, pour les trois prochaines années, d un gel en valeur des dépenses de l Etat entraînera la suppression de l indexation de l enveloppe normée des concours aux collectivités locales, hors fonds de compensation pour la TVA. La stagnation des dotations freinera la croissance des ressources et probablement des dépenses. Certes, par le passé, le contrôle de la dépense locale par la désindexation des dotations nationales s est révélé assez peu contraignant. Les départements disposent en effet de deux leviers pour compenser le différentiel de croissance entre les dépenses souhaitées d investissement et de fonctionnement et les concours de l Etat : l endettement d une part, le vote des taux d imposition d autre part. Le levier de la dette est contraint par l obligation d équilibre budgétaire qui réserve l emprunt à la couverture des dépenses d équipement et impose le financement des annuités en intérêts et capital par des ressources propres, en premier lieu fiscales. En conséquence, l emprunt n est que de l impôt différé. Le creusement du besoin de financement n est donc pas sans limite et par voie de conséquence l effet de levier de la dette sur les dépenses d investissement. Le levier décisif réside de ce fait dans le pouvoir de taux donnant aux départements le moyen d ajuster à la marge la progression des recettes budgétaires à la croissance des dépenses. Certes, le levier fiscal local n est pas non plus sans limite à la fois juridique (régime de vote des taux), économique (risque de pertes de bases liées à la mobilité géographique des contribuables) et politique (risque électoral). Néanmoins, le pouvoir de taux s est révélé suffisamment puissant par le passé pour permettre aux départements d échapper, au moins en partie, au freinage progressif de la croissance des concours de l Etat. La stagnation anticipée des dotations nationales dans les trois prochaines années n impliquera donc pas mécaniquement une inflexion parallèle des recettes, du moins si le levier des taux demeure aussi puissant que par le passé. Or, précisément, après une série d érosions limitées, le pouvoir fiscal local vient de connaître un recul sans précédent avec la réforme de la taxe professionnelle. Plus que la crise économique, le remplacement de la taxe professionnelle par la contribution économique territoriale devrait constituer le point de rupture de la dynamique des

3 3 dépenses, en affaiblissant la capacité de la fiscalité départementale à compenser la stagnation des dotations nationales. La perte de flexibilité de la mobilisation des taxes, de plus en plus dépendantes de la conjoncture et de moins en moins du pouvoir de taux, renforce l efficacité du contrôle de la dépense locale par l évolution des concours de l Etat, en d autres termes par la norme de dépense fixée en loi de finances. Pour tenter d anticiper les évolutions possibles des budgets départementaux, une simulation prospective, fondée sur un cadre financier simplifié mais cohérent, est proposée. Le compte prospectif de chaque département, composé d une section de fonctionnement et d une section d investissement, est projeté sur un horizon de cinq ans (2011 à 2015) avec, d une part, un bouclage explicite et, d autre part, une relation d induction des dépenses (sur la base des coefficients d induction observés sur la période post 1982). La prospective est appréciée par référence aux équilibres, annuel et pluriannuel, des budgets. 1. Modélisation prospective des budgets départementaux Réalisée séparément pour chaque département, puis consolidée pour l ensemble des départements de métropole et d outre-mer, la prospective combine : - une extrapolation des tendances passées, ajustée des évolutions connues des finances départementales de 2011 à 2015, - et des scénarios alternatifs de gestion des dépenses et des recettes. La toile de fond comptable correspond aux tableaux financiers (tableau 1) produits par la DGFiP à partir des comptes de gestion des départements de 2009 (budget principal uniquement). Tableau 1 : Tableaux financiers Frais de personnel débit net des comptes 621,631,633 et 64 Autres dépenses de fonctionnement par différence Transferts versés débit net des comptes 651, 652, 655, 656 et 657 Intérêts de la dette débit net du compte 661 Dépenses réelles de fonctionnement débit net de la classe 6 (sauf 675,676 et 68) Taxe foncière sur les propriétés bâties crédit net du compte 731 (ventilation état 1389) Taxe foncière sur les propriétés non bâties crédit net du compte 731 (ventilation état 1389) Taxe d'habitation crédit net du compte 731 (ventilation état 1389) Taxe professionnelle nette crédit net du compte 731 (ventilation état 1389) Droits de mutation crédit net du compte 732 TIPP crédit net du compte 7352 TSCA crédit net du compte 7342 CVAE IFER Autres impôts et taxes crédit net du compte 7342 Dotations crédit net du compte 7343 DCRTP FNGIR Autres subventions de fonctionnement crédit net des comptes 747 et 748 (sauf 7483) Autres recettes de fonctionnement par différence Recettes de fonctionnement crédit net de la classe 7 (sauf 775,776,777 et 78) Dépenses d'équipement débit des comptes 20 (sauf 204), 21 (sauf 217), 23 moins crédit des comptes 236, 237,238 Subventions d'équipement versées et autres débit 204 Remboursement des emprunts débit du compte 16 (sauf 16449, 165, 166,1688, 169) Dépenses d'investissement débit des comptes 16 (sauf 16449, 165, 166,1688, 169), 20 (sauf 204), 23 (moins crédit des comptes 236, 237,238), 102 (sauf 1027 et 10229), 13 (sauf 139), 26 (sauf 269), 27 (sauf 279), 454,455,456,457,458 et 481 FCTVA crédit du compte Dotations et fonds divers hors FCTVA crédit du compte 102 (sauf 10227, 10222, 10229, 1027) DDEC et DGE crédit du compte 1332 et 1341 Subventions d' investissement reçues crédit du compte 13 (sauf 1332, 1341 et139) Autres recettes d'investissement par différence Emprunts crédit du compte 16 (sauf 16449, 165, 166,1688, 169) Recettes d'investissement crédit des comptes 16 (sauf 16449, 165, 166,1688, 169), 102 (sauf 1027 et 10229), 13 (sauf 139), 231, 232, 26 (sauf 269), 27 (sauf 279), 454,455,456,457,458 et crédit net du compte 775 Variation du fonds de roulement recettes - dépenses Les comptes provisoires de 2010 combinent à la fois les informations connues sur les recettes fiscales (fiscalité directe et droits de mutation à titre onéreux) et des extrapolations. Pour les droits de mutation (DMTO), la forte reprise observée entre le premier semestre 2010 et le premier semestre 2009 (+32,81% en moyenne nationale) est appliquée à l ensemble de

4 4 l année. Les DMTO atteindraient ainsi 7,5 milliards d euros en 2010 contre 5,4 milliards en 2009, soit un niveau proche de 2008 (7,3 milliards) et de 2006 (7,6 milliards) mais inférieur à 2008 (8,1 milliards). De 2001 à 2015, le scénario «au fil de l eau» extrapole, pour chaque département, les évolutions passées des recettes et des dépenses : - d une part, ajustées de l annonce du gel des concours sous enveloppe de l Etat (hors FCTVA) et de la réforme de la taxe professionnelle, - et, d autre part, neutralisées des transferts de compétences. a) Prospective des recettes La taxe foncière sur les propriétés bâties, la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP), les autres taxes indirectes, les participations et subventions et les autres recettes de fonctionnement et d investissement, à l exception des emprunts, sont extrapolées par référence aux variations rétrospectives observées, neutralisées des modifications de périmètre des compétences. Pour chaque département, les bases nettes et les taux d imposition de la taxe foncière sur les propriétés bâties sont simulés par référence aux taux de croissance annuel moyen (TCAM) observés entre 2003 et 2009 pour chaque département, soit en moyenne nationale respectivement 3,61% et 2,97% 1. Affecté par les transferts de compétences à partir de 2008, le produit de la TIPP est projeté en fonction du taux de croissance annuel moyen de la taxe encaissée par le budget de l Etat entre 2003 et 2008, soit 1% par an. Le rendement des autres taxes indirectes est abondé du taux de croissance moyen national, soit 0,5% par an de 2002 à Pour l outre-mer, la projection est opérée par référence au taux de croissance moyen propre au département. Les subventions de fonctionnement sont supposées croître uniformément au taux moyen national de 5,81% par an constaté de 2000 à 2007 et les recettes diverses de fonctionnement au taux de 4,73%. La projection des subventions d investissement, hors FCTVA, DDEC et DGE, repose sur la constance du taux de subvention observé de 2001 à 2006 (15,77% en moyenne pour l ensemble des départements). Les autres recettes d investissement sont supposées représenter une proportion constante des dépenses, étalonnée par référence à la situation observée entre 2004 et 2007, soit en moyenne 4,47%. La projection des autres recettes de fonctionnement sont affectées par les réformes des finances départementales. La dotation globale de fonctionnement (DGF) est gelée en valeur. Pour maintenir un effet péréquateur, le comité des finances locales est supposé réduire de -2% par an le complément de garantie. La dotation de fonctionnement minimale (DFM) et la dotation de péréquation urbaine (DPU) progressent en conséquence de 4,61% en 2011, de 4,32% en 2012, de 4,06% en 2013, de 3,83% en 2014 et de 3,61% en Les autres dotations de l Etat soit de fonctionnement (DGD), soit d investissement (DDEC, DGD), à l exception du FCTVA, sont aussi figées en euros courants. Le FCTVA est indexé sur les 1 Les taux de croissance annuel (TCA) et moyen (TCAM) sont calculés en continu : ln 1 ln

5 5 dépenses d équipement de l antépénultième année au taux moyen apparent de 15,46% calculé entre 1996 et La projection de la réforme de la taxe professionnelle s appuie sur les simulations publiées par la DGFiP, sauf pour la taxe foncière sur les propriétés bâties projetée à taux constants. La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) progresse au rythme du PIB prévisionnel en valeur, soit de 4,01% en 2011 et de 4,32% à 4,35% par an de 2012 à Le produit de l IFER croît moins vite : 2,70% en 2011, 1,59% en 2012, 2,37% en 2013, 1,51% en 2014 et 1,71% en Les prévisions de croissance des DMTO, soit 2,45% par an à partir de 2011, et de la TSCA, soit 4,66% par an, sont également retenues. Tableau 2 : Scénario «au fil de l eau» : prolongation des tendances passées ajustées des réformes Recettes de fonctionnement Taux de croissance des bases TFPB 3,61% 3,61% 3,61% 3,61% 3,61% Taux de croissance du Taux de la TFPB 2,97% 2,97% 2,97% 2,97% 2,97% Taux de la TFPB 25,32% 26,08% 26,86% 27,67% 28,51% Taux de croissance de la CVAE 4,01% 4,32% 4,33% 4,34% 4,35% Taux de croissance de l'ifer 2,70% 1,59% 2,37% 1,51% 1,71% Taux de croissance des DMTO 2,42% 2,43% 2,45% 2,47% 2,49% Taux de croissance de la TSCA 4,66% 4,66% 4,66% 4,66% 4,66% Taux de croissance de la TIPP 1,00% 1,00% 1,00% 1,00% 1,00% Taux de croissance des autres taxes 1,38% 1,46% 1,54% 1,62% 1,70% Taux de croissance de la DGF 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Arbitrage CFL : Dotation de base 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Complement de garantie 2,00% 2,00% 2,00% 2,00% 2,00% Dotation de compensation 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Solde : dotations de péréquation (DPU+DFM) 4,61% 4,32% 4,06% 3,83% 3,61% Taux de croissance des autres dotations de fonctionnement 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Taux de croissance des participations et autres subventions 5,81% 5,81% 5,81% 5,81% 5,81% Taux de croissance des autres recettes de fonctionnement 4,73% 4,73% 4,73% 4,73% 4,73% Recettes d'investissement Taux de croissance des dotations et fonds divers hors FCTVA 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Taux de croissance de la DDEC et la DGE 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Taux des autres subventions d'investissement reçues 15,75% 15,75% 15,75% 15,75% 15,75% Taux des autres recettes d'investissement 4,47% 4,47% 4,47% 4,47% 4,47% La prospective boucle sur la demande d emprunts calculée par solde. Quand le besoin de financement de l investissement (recettes moins dépenses hors mouvements de la dette) est supérieur à l épargne nette, la différence est couverte intégralement par l emprunt et donc la variation du fonds de roulement est nulle. Dans la configuration inverse, l excédent de l épargne nette sur le besoin de financement gonfle le fonds de roulement et la demande d emprunts est nulle. b) Prospective des dépenses La prospective des dépenses s organise en trois modules : dépenses sociales, dépenses de gestion (personnel et fonctionnement), dépenses d investissement et financières. 1) Prospective des dépenses sociales La prospective des dépenses sociales distingue, pour chaque risque, l aide moyenne par bénéficiaire du nombre de bénéficiaires. L aide sociale par bénéficiaire est extrapolée du taux de croissance annuel moyen observé de 2004 à 2008 dans chaque département, soit en moyenne nationale 1,26% pour

6 6 l APA, 2,13% pour les autres aides sociales aux personnes âgées, 2,77% pour l aide sociale aux handicapés, 3,17% pour l aide sociale à l enfance et 5,90% pour l allocation du RMI (d après les données de la DRESS). Pour les aides sociales aux personnes âgées, à l enfance et aux handicapés, la prospective du nombre de bénéficiaires repose sur la projection du taux de bénéficiaires par groupe démographique potentiel soit : - la population de plus de 60 ans pour l APA et les autres aides aux personnes âgées, - la population de moins de 20 pour l aide sociale à l enfance, - la population totale pour l aide sociale aux handicapés. Les groupes potentiels de bénéficiaires sont extrapolés à partir, d une part, de la croissance démographique du département et, d autre part, de l évolution de la part de chaque classe d âge observée de 1999 à Pour le RMI, l évolution du nombre de bénéficiaires dépend de la croissance en volume du produit intérieur brut, du taux de chômage et du nombre d allocataires de l année précédente, selon la relation suivante estimée en rétrospective sur la période 1996 à 2008 : Nombre d'allocataires du RMI (paramètres de la fonction) Constante Taux de chômage de l'année t Taux de croissance du PIB en volume Nombre d'allocataires de l'année t 1 0,9345 L évolution du taux de chômage est rattachée au taux de croissance du PIB en volume et au taux de chômage de l année précédente selon la relation suivante estimée en rétrospective sur les années 2000 à 2008 : Taux de chômage (paramètres de la fonction) Constante 4,376 Taux de croissance du PIB en volume 0,247 Taux de chômage de l'année t 1 0,559 2) Prospective des dépenses de gestion La prospective des dépenses de gestion (personnel et achats de biens et fournitures) se réfère à la notion de charges récurrentes. En l absence de bilans actualisés, les coefficients récurrents moyens et marginaux en personnel (charges de personnel/valeur actualisée des immobilisations hors terrains) ne peuvent pas être calculés. En conséquence, un coefficient empirique de récurrence est estimé par comparaison de la valeur cumulée, d une part, des dépenses de personnel et, d autre part, des dépenses d équipement décalées d un an. Le calcul est opéré en glissement de 1984 à 2003 et à périmètre constant des compétences (la croissance postérieure de la masse salariale est affectée par les transferts de personnel induits par l acte II de la décentralisation). L évolution du ratio est ensuite projetée jusqu en 2015 à partir des taux de croissance annuels moyens observés entre 1996 et Idéalement, le coefficient empirique de récurrence devrait être estimé en volume en distinguant la création d emplois en équivalent temps plein (directement concernée par l ouverture des nouveaux équipements) de la croissance de la rémunération moyenne par emploi équivalent temps plein (affectée par la revalorisation de l indice de la fonction publique et le glissement-vieillesse-technicité). L information sur l évolution des effectifs des départements n étant pas disponible, l estimation est réalisée en valeur. Le ratio incorpore par conséquent l évolution de la rémunération moyenne des personnels.

7 7 Le coefficient empirique de récurrence des charges de personnel, en moyenne nationale de 4,23% en 2006, varie sensiblement d un département à l autre dans une plage comprise en 2% et 8%. Le ratio croît dans le temps au rythme moyen de 2,44% par an avec aussi des différences notables d un département à l autre. La dispersion des coefficients illustre la diversité des modes d organisation et de gestion des services publics départementaux, notamment l intensité de la création d emplois au regard de l investissement. Les autres dépenses de fonctionnement suivent l augmentation des charges de personnel sur la base de la proportion, supposée stable, observée en 2009 pour chaque département, soit 60,11% en moyenne nationale. 3) Prospective des dépenses d investissement et financières Dans le scénario «au fil de l eau», les dépenses d équipement et les subventions d investissement versées progressent, pour chaque département, en fonction du taux de croissance annuel moyen observé de 1996 à 2007, soit respectivement en moyenne nationale de 5,54% et de 3,41% (les différences postérieure du taux de croissance moyen pour l ensemble des départements de métropole et d outre-mer résultent de l effet de composition de l agrégation des dépenses). Tableau 3 : Prolongation des tendances passées ajustées des réformes (scénario «au fil de l eau») Dépenses de fonctionnement TCAM prospectif Dépenses par bénéficiaire de l'apa ,26% Dépenses autres que l'apa par bénéficiaire ,11% Dépenses par bénéficiaire handicapé ,70% Dépenses par bénéficiaire de l'ase ,58% Dépenses par bénéficiaire RMI, CI RMA, CA et RSA ,07% Taux bénéficiaires APA / population +60 ans 9,22% 9,51% 9,81% 10,12% 10,44% 3,11% Taux bénéficiaires autres que APA / population +60 ans 1,29% 1,28% 1,27% 1,26% 1,25% 0,87% Taux bénéficiaires ASE / population de moins de 20 ans 0,55% 0,53% 0,51% 0,50% 0,48% 4,72% Taux de bénéficiaires handicapés / population 0,54% 0,57% 0,60% 0,63% 0,67% 4,49% Taux de croissance de la population 0,69% 0,69% 0,69% 0,69% 0,69% 0,69% Taux de croissance du PIB en volume 2,00% 2,50% 2,50% 2,50% 2,50% Taux de chomage 9,31% 8,97% 8,77% 8,66% 8,60% Taux des allocataires du RMI / population 1,89% 1,83% 1,77% 1,71% 1,65% 3,01% Personnes âgées bénéficiaires de l'apa ,66% Parsonnes âgées bénéficiaires autres que APA ,32% Bénéficiaires de l'aide sociale aux handicapés ,07% Bénéficiaires de l'ase ,35% Bénéficiaires du RMI CI RMA, CA et RSA ,31% Coefficient empirique de récurrence des charges de personnel 5,02% 5,15% 5,27% 5,40% 5,54% Taux de croissance des dépenses de personnel 4,29% 4,48% 4,67% 4,86% 5,06% Part des autres dépenses de fonctionnement/ charges de personn 60,11% 60,11% 60,11% 60,11% 60,11% Taux de croissance des autres dépenses de fonctionnement 4,28% 4,47% 4,66% 4,86% 5,06% Dépenses d'investissement TCAM prospectif Taux de croissance des dépenses d'équipement 5,98% 6,08% 6,19% 6,29% 6,40% 5,54% Taux de croissance des subventions d'équipement versées et autr 4,07% 4,22% 4,39% 4,55% 4,73% 3,41% Taux d'intérêt moyen de la dette 3,09% 3,09% 3,08% 3,08% 3,08% Durée apparente de la dette 8,39 8,39 8,40 8,42 8,44 En l absence de tableaux d amortissement prévisionnel de la dette par département, la prospective de l annuité de la dette postule la stabilité à la fois du coût (taux d intérêt moyen) et de la durée d amortissement (durée apparente) observée en 2009, soit respectivement 3,08% et 8,40 années. L encours de la dette est calculé par chaînage de l encours au 1 er janvier 2009 abondé des mouvements de dette ultérieurs (emprunts moins remboursements). La variation postérieure des paramètres moyens pour l ensemble des départements résulte de l effet de composition de l agrégation.

8 8 c) Scénarios alternatifs Outre le scénario 1 «au fil de l eau» fondé sur la prolongation des tendances antérieures ajustées des réformes de la taxe professionnelle et des concours de l Etat, 7 scénarios alternatifs sont proposés (schéma 1) : - scénario 2 : doublement de la croissance annuelle du taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties, - scénario 3 : indexation des concours sous-enveloppe de l Etat sur l indice prévisionnel de prix à la consommation des ménages hors tabac, - scénario 5 : gel en valeur des dépenses d équipement et des subventions d investissement versées, - scénario 6: économies de gestion par le gel du coefficient empirique de récurrence des équipements en charges de personnel et achats de biens et fournitures, - scénario 7 : gel en valeur des aides sociales par bénéficiaire, - scénario 9 : décroissance en valeur de -5% par an des dépenses d équipement et -20% par an des subventions d investissement versées, - scénario 10 : économies de gestion par décroissance de -1% par an du coefficient empirique de récurrence des équipements en charges de personnel et achats de biens et fournitures, puis combinés en 5 scénarios composites : - scénario 4 : doublement du taux de croissance du taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties et indexation des concours sous-enveloppe de l Etat sur l indice prévisionnel de prix à la consommation des ménages hors tabac (scénarios 2+3), - scénario 5 : gel en valeur des dépenses d équipement et des subventions d investissement versées, économies de gestion par le gel du coefficient empirique de récurrence des équipements en charges de personnel et achats de biens et fournitures et le gel en valeur des aides sociales par bénéficiaire (scénarios 5+6+7), - scénario 11 : gel en valeur des aides sociales par bénéficiaire, décroissance en valeur de -5% par an des dépenses d équipement et -20% par an des subventions d investissement versées et économies de gestion par décroissance de -1% par an du coefficient empirique de récurrence des investissements en charges de personnel et achats de biens et fournitures (scénarios ), - scénario 12 : doublement du taux de croissance du taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties, indexation des concours sous-enveloppe de l Etat sur l indice prévisionnel de prix à la consommation des ménages, gel en valeur des aides sociales par bénéficiaire, décroissance en valeur de -5% par an des dépenses d équipement et -20% par an des subventions d investissement versées et économies de gestion par décroissance de -1% par an du coefficient empirique de récurrence (scénarios 4+11). Les prospectives sont évaluées par référence, d une part, à la condition d équilibre annuel du budget (remboursement des emprunts en capital inférieur ou égal à l épargne brute complétée des ressources propres d investissement) appliquée au compte administratif et, d autre part, à la condition d équilibre pluriannuel ou de solvabilité (délai de désendettement inférieur ou égal à la duration de la dette) pour une durée moyenne de la dette fixée à 10 ans.

9 Schéma 1 Arbre des scénarios Scénario 1 "au fil de l'eau" : prolongation des croissances passées des dépenses et des recettes sauf pour les dotations de l'etat (hors FCTVA) gelées en valeur ; intégration de la réforme de la taxe professionnelle Scénario 2 doublement des hausses de taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties Scénario 3 indexation des dotations de l'etat sous enveloppe sur l'indice de prix à la consommation des ménages Scénario 5 gel en valeur des dépenses d'équipement et des subventions d'investissement versées Scénario 6 économie de fonctionnement gel du coefficient empirique de récurrence des charges de personnel Scénario 7 gel en valeur des prestations d'aide sociale par bénéficiaire Scénario 9 décroissance en valeur de 5% par an des dépenses d'équipement et de 20% des subventions d'investissement versées Scénario 10 économie de fonctionnement diminution de 1% du coefficient empirique de récurrence des charges de personnel Scénario 4 scénario 2 + scénario 3 Scénario 8 scénario 5 + scénario 6 +scénario 7 Scénario 11 scénario 7 + scénario 9 +scénario 10 Scénario 12 scénario 4 + scénario 11 Recettes Dépenses

10 10 2. Résultats des simulations prospectives Les hausses passées de dépenses ne sont plus soutenables dans la perspective, la plus probable, d une croissance ralentie des ressources départementales. La poursuite des tendances antérieures accentuerait la dégradation de l épargne brute, déjà amorcée depuis quelques années, et multiplierait par conséquent les situations de déséquilibres budgétaires (scénario 1). Les scénarios d accroissement des ressources par augmentation des taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties et/ou la ré-indexation des dotations de l Etat sur la hausse prévisionnelle des prix à la consommation des ménages, ne permettraient pas d enrayer significativement la détérioration de l épargne brute et donc de préserver les équilibres pour une majorité de départements (scénarios 2, 3 et 4). Un gel en valeur des dépenses d investissement et des aides sociales par bénéficiaire et/ou des économies de gestion sur les charges récurrentes de fonctionnement des équipements ne suffiraient pas non plus à stopper la dégradation de l épargne pour le plus grand nombre de départements (scénarios 5, 6, 7 et 8). Des dépenses d investissement en repli associées au gel des prestations sociales par bénéficiaire et à des économies de gestion plus importantes réduiraient en revanche le nombre de départements exposés à un risque de déséquilibre budgétaire (scénarios 9, 10 et 11) et plus encore en cas de croissance des taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties et de réindexation des dotations de l Etat sur la hausse prévisionnelle des prix à la consommation des ménages (scénario 12). a) Prolongation des évolutions passées des dépenses Le tableau 4 présente les résultats de la simulation prospective «au fil de l eau» fondée sur l extrapolation des évolutions des dépenses, après la mise en œuvre de la réforme de la taxe professionnelle et le gel en valeur des dotations de l Etat. Sur la base des hypothèses prévisionnelles retenues, la chute continue de l épargne brute aboutirait à déséquilibrer les budgets de 64 (annuel) à 72 (pluriannuel) départements en 2015 (graphique 1). La prolongation des croissances budgétaires passées n est donc plus soutenable. Dans la perspective la plus prévisible d une progression ralentie des ressources (3,79% par an en fonctionnement), la reconduction de la croissance antérieure des dépenses (6,14% par an pour l équipement, 5,04% pour l aide sociale ou encore 4,58% pour les charges de personnel) amplifierait la dégradation de l épargne brute de 6,3 milliards en 2009 à 2,4 milliards en En conséquence pour financer les investissements, les départements devraient emprunter de plus en plus : 21,3 milliards en 2015 contre 6,4 milliards en L alourdissement de la dette (69,1 milliards en 2015 contre 24,7 milliards en 2009) entraînerait une vive progression des frais financiers de 17,19% par an (2,1 milliards en 2015 contre 0,7 milliard en 2009) et des remboursements en capital de 17,07% (8,1 milliards en 2015 contre 2,9 milliards en 2009). Le besoin de financement passerait de -3,5 milliards d euros en 2009 à -13,1 milliards en 2015, soit de -0,18% à -0,54% du PIB.

11 11 20,00% Graphique 1 Prolongation de la croissance passée des dépenses en valeur, des taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties après la réforme de la taxe professionnelle et gel des dotations de l'etat hors FCTVA ,00% 90 16,00% 80 Taux d'épargne brute en % 14,00% 12,00% 10,00% 8,00% 6,00% Nombre de départements 4,00% 20 2,00% 10 0,00% Taux d'épargne brute Nombre de départements en déséquilibre annuel Nombre de départements en déséquilibre pluriannuel La poursuite des hausses passées de dépenses produirait un déséquilibre des budgets. Pour l ensemble des départements, l annuité de la dette en capital dépasserait le montant de l épargne brute, complétée des recettes propres d investissement, pour la première fois en 2014 (6,9 contre 4,8 milliards). Le nombre de départements en déséquilibre annuel progresserait rapidement : 4 en 2009, 11 en 2010, 21 en 2011, 35 en 2012, 48 en 2013, 58 en 2014 et 64 en De même, l équilibre pluriannuel ne serait plus respecté avec en 2014 un délai de désendettement de 12,05 années supérieur à la duration de la dette (de l ordre de 10 années), contre 3,33 années en 2009, 4,12 en 2010, 5,11 en 2011, 6,60 en 2012, 8,75 en 2013 pour atteindre 17,56 années en Le nombre de départements exposé à un risque d insolvabilité passerait ainsi de 0 en 2009 à 14 en 2010, 24 en 2011, 38 en 2012, 53 en 2013, 66 en 2014 et 72 en Le scénario de croissance «au fil de l eau» des dépenses n est donc plus, ni réalisable en ne respectant pas l obligation d équilibre budgétaire, ni soutenable en exposant les départements à un risque d insolvabilité financière. a) Augmentation des recettes de fonctionnement Le doublement de la croissance annuelle (et non du niveau) du taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties dans chaque département et/ou le retour à une indexation des dotations de l Etat sur l indice de prix à la consommation des ménages hors tabac n apporteraient ni conjointement, ni a fortiori séparément, un surcroît de recettes suffisant pour limiter la détérioration de l épargne brute et donc la multiplication des déséquilibres budgétaires (tableau 5).

12 12 Tableau 4 : Prolongation des tendances passées d évolution des budgets après la réforme de la taxe professionnelle et le gel en valeur des dotations nationales (scénario 1) Frais de personnel Autres dépenses de fonctionnement Transferts versés dont APA et autres aides sociales aux personnes âgées aides sociales aux personnes handicapées aides sociales à l'enfance RMI, RSA Intérêts de la dette Dépenses réelles de fonctionnement Taxe foncière sur les propriétés bâties Taxe foncière sur les propriétés non bâties Taxe d'habitation Taxe professionnelle nette Droits de mutation TIPP TSCA CVAE IFER Autres impôts et taxes Dotations DCRTP FNGIR Autres subventions de fonctionnement Autres recettes de fonctionnement Recettes de fonctionnement Dépenses d'équipement Subventions d'équipement versées et autres Remboursement des emprunts Dépenses d'investissement FCTVA Dotations et fonds divers hors FCTVA DDEC et DGE Subventions d' investissement reçues Autres recettes d'investissement Emprunts Recettes d'investissement Variation du fonds de roulement Epargne de gestion Epargne brute Epargne nette Taux d'épargne de gestion 12,23% 12,71% 11,69% 10,41% 9,10% 7,74% 6,29% Taux d'épargne brute 10,91% 11,17% 9,97% 8,45% 6,86% 5,16% 3,33% Taux d'épargne nette 5,78% 5,28% 3,33% 0,89% 1,79% 4,76% 8,05% Encours de la dette au premier janvier Equilibre annuel équilibre équilibre équilibre équilibre équilibre déséquilibre déséquilibre Remboursement des emprunts / épargne brute +RPI 32,60% 42,03% 51,78% 66,41% 87,64% 120,20% 174,79% Norme 100,00% 100,00% 100,00% 100,00% 100,00% 100,00% 100,00% Nombre de départements en équilibre annuel Nombre de départements en déséquilibre annuel Equilibre pluriannuel équilibre équilibre équilibre équilibre équilibre déséquilibre déséquilibre Encours de la dette / épargne brute 3,33 4,12 5,11 6,60 8,75 12,05 17,56 Norme 10,00 10,00 10,00 10,00 10,00 10,00 10,00 Nombre de départements en équilibre pluriannuel Nombre de départements en déséquilibre pluriannuel Le doublement de la hausse des taux de la taxe foncière bâtie (5,93% par an au lieu de 2,97%) fournirait 334 millions d euros supplémentaires en 2011 et 2,5 milliards en L amélioration de l épargne réduirait la demande d emprunts et donc les paiements d intérêt et les remboursements en capital. Néanmoins au terme de la prospective, le nombre de départements en déséquilibre annuel ne serait réduit que de 9 et en déséquilibre pluriannuel que de 12. L indexation des dotations de l Etat sur l indice prévisionnel de prix à la consommation des ménages apporterait 245 millions d euros supplémentaires en 2011 et 1,3

13 13 milliard en Le nombre de départements en déséquilibre budgétaire annuel diminuerait de 6 en 2015 et en déséquilibre pluriannuel de 9. Tableau 5 : Effet différentiel du doublement de la croissance des taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties et de l indexation des concours de l Etat (hors FCTVA) sur l indice de prix à la consommation des ménages (scénario 4) Frais de personnel Autres dépenses de fonctionnement Transferts versés dont APA et autres aides sociales aux personnes âgées aides sociales aux personnes handicapées aides sociales à l'enfance RMI, RSA Intérêts de la dette Dépenses réelles de fonctionnement Taxe foncière sur les propriétés bâties Taxe foncière sur les propriétés non bâties Taxe d'habitation Taxe professionnelle nette Droits de mutation TIPP TSCA CVAE IFER Autres impôts et taxes Dotations DCRTP FNGIR Autres subventions de fonctionnement Autres recettes de fonctionnement Recettes de fonctionnement Dépenses d'équipement Subventions d'équipement versées et autres Remboursement des emprunts Dépenses d'investissement FCTVA Dotations et fonds divers hors FCTVA DDEC et DGE Subventions d' investissement reçues Autres recettes d'investissement Emprunts Recettes d'investissement Variation du fonds de roulement Epargne de gestion Epargne brute Epargne nette Taux d'épargne de gestion 0,00% 0,00% 0,81% 1,67% 2,61% 3,62% 4,72% Taux d'épargne brute 0,00% 0,00% 0,82% 1,74% 2,75% 3,88% 5,15% Taux d'épargne nette 0,00% 0,00% 0,88% 1,99% 3,35% 4,99% 6,92% Encours de la dette au premier janvier Equilibre annuel Remboursement des emprunts / épargne brute 0,00% 0,00% 3,47% 10,52% 23,43% 46,82% 91,29% Norme 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Nombre de départements en équilibre annuel Nombre de départements en déséquilibre annuel Equilibre pluriannuel Encours de la dette / épargne brute 0,00 0,00 0,41 1,17 2,51 4,89 9,38 Norme 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 Nombre de départements en équilibre pluriannuel Nombre de départements en déséquilibre pluriannuel Conjointement, les deux relèvements des ressources abaisseraient en 2015 le nombre de départements en déséquilibre annuel de 12 et en déséquilibre pluriannuel de 22.

14 14 b) Gel des dépenses d investissement, de gestion et des aides sociales par bénéficiaire Le gel des dépenses d équipements et des subventions d investissement versées diminueraient en 2015 le nombre de départements en déséquilibre annuel de 1 et en déséquilibre pluriannuel de 3 (tableau 6). Tableau 6 : Effet différentiel du gel des dépenses d investissement (scénario 5) Frais de personnel Autres dépenses de fonctionnement Transferts versés dont APA et autres aides sociales aux personnes âgées aides sociales aux personnes handicapées aides sociales à l'enfance RMI, RSA Intérêts de la dette Dépenses réelles de fonctionnement Taxe foncière sur les propriétés bâties Taxe foncière sur les propriétés non bâties Taxe d'habitation Taxe professionnelle nette Droits de mutation TIPP TSCA CVAE IFER Autres impôts et taxes Dotations DCRTP FNGIR Autres subventions de fonctionnement Autres recettes de fonctionnement Recettes de fonctionnement Dépenses d'équipement Subventions d'équipement versées et autres Remboursement des emprunts Dépenses d'investissement FCTVA Dotations et fonds divers hors FCTVA DDEC et DGE Subventions d' investissement reçues Autres recettes d'investissement Emprunts Recettes d'investissement Variation du fonds de roulement Epargne de gestion Epargne brute Epargne nette Taux d'épargne de gestion 0,00% 0,00% 0,00% 0,08% 0,24% 0,48% 0,81% Taux d'épargne brute 0,00% 0,00% 0,00% 0,11% 0,35% 0,70% 1,18% Taux d'épargne nette 0,00% 0,00% 0,00% 0,25% 0,75% 1,52% 2,55% Encours de la dette au premier janvier Equilibre annuel Remboursement des emprunts / épargne brute 0,00% 0,00% 0,17% 1,34% 4,90% 13,41% 33,53% Norme 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Nombre de départements en équilibre annuel Nombre de départements en déséquilibre annuel Equilibre pluriannuel Encours de la dette / épargne brute 0,00 0,00 0,07 0,32 0,78 1,76 3,94 Norme 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 Nombre de départements en équilibre pluriannuel Nombre de départements en déséquilibre pluriannuel Le gel de la récurrence des équipements en fonctionnement (personnel et biens et fournitures) permettrait à 2 départements de retrouver l équilibre annuel et à 5 l équilibre pluriannuel en 2015 (tableau 7).

15 15 Le gel des aides sociales par bénéficiaire aurait un impact nettement plus important avec le retour à l équilibre annuel de 32 départements et à l équilibre pluriannuel de 37 en 2015 (tableau 7). Tableau 7 : Effet différentiel du gel de la récurrence des équipements en fonctionnement (scénario 6) Frais de personnel Autres dépenses de fonctionnement Transferts versés dont APA et autres aides sociales aux personnes âgées aides sociales aux personnes handicapées aides sociales à l'enfance RMI, RSA Intérêts de la dette Dépenses réelles de fonctionnement Taxe foncière sur les propriétés bâties Taxe foncière sur les propriétés non bâties Taxe d'habitation Taxe professionnelle nette Droits de mutation TIPP TSCA CVAE IFER Autres impôts et taxes Dotations DCRTP FNGIR Autres subventions de fonctionnement Autres recettes de fonctionnement Recettes de fonctionnement Dépenses d'équipement Subventions d'équipement versées et autres Remboursement des emprunts Dépenses d'investissement FCTVA Dotations et fonds divers hors FCTVA DDEC et DGE Subventions d' investissement reçues Autres recettes d'investissement Emprunts Recettes d'investissement Variation du fonds de roulement Epargne de gestion Epargne brute Epargne nette Taux d'épargne de gestion 0,00% 0,16% 0,35% 0,57% 0,82% 1,11% 1,44% Taux d'épargne brute 0,00% 0,16% 0,35% 0,59% 0,86% 1,17% 1,53% Taux d'épargne nette 0,00% 0,16% 0,38% 0,65% 0,99% 1,41% 1,91% Encours de la dette au premier janvier Equilibre annuel Remboursement des emprunts / épargne brute 0,00% 0,48% 1,55% 3,80% 8,28% 17,48% 37,97% Norme 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Nombre de départements en équilibre annuel Nombre de départements en déséquilibre annuel Equilibre pluriannuel Encours de la dette / épargne brute 0,00 0,06 0,18 0,41 0,88 1,81 3,89 Norme 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 Nombre de départements en équilibre pluriannuel Nombre de départements en déséquilibre pluriannuel En 2009, les 31,1 milliards d euros d actions sociales absorbent 60,77% du budget de fonctionnement des départements, voire plus des deux tiers en y ajoutant les charges de gestion associées. En conséquence, sans un freinage de la croissance des dépenses sociales, «l effet de ciseaux» n a guère de chances de pouvoir être enrayé et a fortiori inversé ;

16 16 l éventualité de nouvelles ressources, par exemple dans le cadre du financement du 5 ième risque, n est pas envisagée ici. Tableau 7 : Effet différentiel du gel des aides sociales par bénéficiaire (scénario 7) Frais de personnel Autres dépenses de fonctionnement Transferts versés dont APA et autres aides sociales aux personnes âgées aides sociales aux personnes handicapées aides sociales à l'enfance RMI, RSA Intérêts de la dette Dépenses réelles de fonctionnement Taxe foncière sur les propriétés bâties Taxe foncière sur les propriétés non bâties Taxe d'habitation Taxe professionnelle nette Droits de mutation TIPP TSCA CVAE IFER Autres impôts et taxes Dotations DCRTP FNGIR Autres subventions de fonctionnement Autres recettes de fonctionnement Recettes de fonctionnement Dépenses d'équipement Subventions d'équipement versées et autres Remboursement des emprunts Dépenses d'investissement FCTVA Dotations et fonds divers hors FCTVA DDEC et DGE Subventions d' investissement reçues Autres recettes d'investissement Emprunts Recettes d'investissement Variation du fonds de roulement Epargne de gestion Epargne brute Epargne nette Taux d'épargne de gestion 0,00% 1,67% 3,32% 4,95% 6,55% 8,14% 9,73% Taux d'épargne brute 0,00% 1,67% 3,37% 5,09% 6,85% 8,63% 10,46% Taux d'épargne nette 0,00% 1,67% 3,58% 5,72% 8,09% 10,69% 13,53% Encours de la dette au premier janvier Equilibre annuel Remboursement des emprunts / épargne brute 0,00% 4,48% 12,07% 24,34% 43,34% 73,64% 125,82% Norme 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Nombre de départements en équilibre annuel Nombre de départements en déséquilibre annuel Equilibre pluriannuel Encours de la dette / épargne brute 0,00 0,55 1,37 2,64 4,57 7,61 12,83 Norme 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 Nombre de départements en équilibre pluriannuel Nombre de départements en déséquilibre pluriannuel Or, la forte rigidité des dépenses sociales laisse peu de marges de gestion aux départements, tant au niveau des conditions d admission que des prestations individuelles. Cependant, une maîtrise des aides n est pas impossible, comme le montrent les actions menées dans de nombreux départements pour infléchir la croissance des dépenses. Le scénario postule une capacité d intervention plus grande sur les allocations par bénéficiaire, éventuellement nettes de recouvrements, que sur les admissions de bénéficiaires, dépendantes

17 17 des évolutions économiques (chômage) et démographiques (vieillissement de la population) qui échappent au contrôle des responsables départementaux. Tableau 8 : Effet différentiel du gel des dépenses d investissement, de la récurrence des équipements en fonctionnement et des aides sociales par bénéficiaire (scénario 8) Frais de personnel Autres dépenses de fonctionnement Transferts versés dont APA et autres aides sociales aux personnes âgées aides sociales aux personnes handicapées aides sociales à l'enfance RMI, RSA Intérêts de la dette Dépenses réelles de fonctionnement Taxe foncière sur les propriétés bâties Taxe foncière sur les propriétés non bâties Taxe d'habitation Taxe professionnelle nette Droits de mutation TIPP TSCA CVAE IFER Autres impôts et taxes Dotations DCRTP FNGIR Autres subventions de fonctionnement Autres recettes de fonctionnement Recettes de fonctionnement Dépenses d'équipement Subventions d'équipement versées et autres Remboursement des emprunts Dépenses d'investissement FCTVA Dotations et fonds divers hors FCTVA DDEC et DGE Subventions d' investissement reçues Autres recettes d'investissement Emprunts Recettes d'investissement Variation du fonds de roulement Epargne de gestion Epargne brute Epargne nette Taux d'épargne de gestion 0,00% 1,67% 3,32% 5,02% 6,79% 8,63% 10,54% Taux d'épargne brute 0,00% 1,67% 3,37% 5,21% 7,19% 9,33% 11,63% Taux d'épargne nette 0,00% 1,67% 3,58% 5,97% 8,85% 12,21% 16,08% Encours de la dette au premier janvier Equilibre annuel Remboursement des emprunts / épargne brute 0,00% 4,48% 11,97% 25,22% 46,01% 79,15% 135,25% Norme 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Nombre de départements en équilibre annuel Nombre de départements en déséquilibre annuel Equilibre pluriannuel Encours de la dette / épargne brute 0,00 0,55 1,43 2,86 5,01 8,36 14,01 Norme 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 Nombre de départements en équilibre pluriannuel Nombre de départements en déséquilibre pluriannuel Un gel des prestations par bénéficiaire ne bloquerait pas la croissance mais réduirait sensiblement la progression des dépenses de 5,00% par an dans le scénario «au fil de l eau» à 3,50% pour l aide aux personnes âgées, de 8,48% à 5,78% pour l aide aux personnes handicapées, de 5,75% à 2,17% pour l aide à l enfance. Couplée à la reprise anticipée de l activité économique et à la baisse induite du chômage, le gel des allocations de RMI-RSA socle pourrait même réduire les dépenses de -1,75% par an, contre une hausse prévisionnelle de 3,32% dans le scénario «au fil de l eau».

18 18 Les dépenses sociales évitées atteindraient -7,7 milliards d euros en Les économies réalisées gonfleraient l épargne brute qui atteindrait 9,9 milliards d euros au terme de la prospective, contre 2,4 dans le scénario «au fil de l eau». Le taux d épargne brute progresserait à 13,84% en 2015, contre 10,91% en A dépenses d investissement inchangées, l épargne nette dégagée réduirait de moitié la demande d emprunts, à 11,0 milliards en 2015 contre 21,2 milliards en l absence de gel des prestations par bénéficiaire. Si la possibilité de stabiliser en valeur les aides individuelles sur un horizon aussi long est probablement faible et donc le scénario de «la hache» simulé peu réaliste, les économies réalisées n éviteraient pas la multiplication du nombre de départements en situation de déséquilibre budgétaire annuel (6 en 2010, 10 en 2011, 14 en 2012, 22 en 2013, 27 en 2014 et 32 en 2015) ou exposé à un risque d insolvabilité (9 en 2010, 8 en 2011, 16 en 2012, 22 en 2013, 28 en 2014 et 35 en 2015). Condition nécessaire du redressement financier de la plupart des départements, la maîtrise des dépenses sociales, sous une forme ou sous une autre, ne constituera pas, du moins au regard des simulations réalisées, une condition suffisante. D autres arbitrages devront être opérés parallèlement. Conjointement les mesures simulées de gel des dépenses d investissement, de récurrence des équipements en fonctionnement et des aides sociales par bénéficiaire réduiraient le nombre de départements en déséquilibre annuel de 38 et en déséquilibre pluriannuel de 46 à l horizon 2015 (tableau 8). c) Décroissance des dépenses d investissement et de fonctionnement, gel en valeur des aides sociales par bénéficiaire La réduction en valeur des dépenses d investissement et des subventions d équipement versées produirait un double ralentissement des dépenses, d investissement et financières d une part, de fonctionnement d autre part. L accumulation des équipements constitue en effet l un des moteurs de la croissance des dépenses récurrentes en personnel et en biens et fournitures. La baisse en valeur des dépenses d équipement (de -5% par an) et des subventions d équipement versées (de -20%) ne serait pas non plus soutenable. Certes, le freinage de la croissance des charges récurrentes limiterait l ampleur de «l effet de ciseaux». La dégradation de l épargne brute serait réduite (4,1 milliards d euros en 2015 contre 2,4 milliards dans le scénario «au fil de l eau») mais pas suffisamment. Le nombre de départements en déséquilibre annuel diminuerait seulement de 11 et pluriannuel de 16 en 2015 (tableau 9). L entretien et la maintenance du patrimoine exigeant des crédits croissants, la réduction des investissements réduirait les possibilités de financement de nouveaux équipements et imposeraient par conséquent une sélectivité accrue des projets. Les dépenses d équipement atteindraient 7,1 milliards d euros courants en 2015, soit 6,3 milliards d euros constants, contre 8,6 milliards en La baisse des subventions d investissement versées réduirait les dépenses d équipement, notamment des communes et communautés. Le tassement de l investissement freinerait la croissance du PIB. L effet dépressif serait globalement marginal. En revanche, l impact serait nettement plus important sur le secteur du bâtiment et des travaux publics qui concentre près de 90% des commandes d équipement des collectivités locales.

19 19 Des économies de gestion, via la diminution de la récurrence des équipements en fonctionnement (personnel et biens et fournitures), auraient un impact limité sur l amélioration de l épargne. Tableau 9 : Effet différentiel de la réduction des dépenses d investissement (scénario 9) Frais de personnel Autres dépenses de fonctionnement Transferts versés dont APA et autres aides sociales aux personnes âgées aides sociales aux personnes handicapées aides sociales à l'enfance RMI, RSA Intérêts de la dette Dépenses réelles de fonctionnement Taxe foncière sur les propriétés bâties Taxe foncière sur les propriétés non bâties Taxe d'habitation Taxe professionnelle nette Droits de mutation TIPP TSCA CVAE IFER Autres impôts et taxes Dotations DCRTP FNGIR Autres subventions de fonctionnement Autres recettes de fonctionnement Recettes de fonctionnement Dépenses d'équipement Subventions d'équipement versées et autres Remboursement des emprunts Dépenses d'investissement FCTVA Dotations et fonds divers hors FCTVA DDEC et DGE Subventions d' investissement reçues Autres recettes d'investissement Emprunts Recettes d'investissement Variation du fonds de roulement Epargne de gestion Epargne brute Epargne nette Taux d'épargne de gestion 0,00% 0,00% 0,00% 0,14% 0,41% 0,82% 1,36% Taux d'épargne brute 0,00% 0,00% 0,00% 0,25% 0,72% 1,41% 2,31% Taux d'épargne nette 0,00% 0,00% 0,00% 0,68% 1,99% 3,84% 6,18% Encours de la dette au premier janvier Equilibre annuel Remboursement des emprunts / épargne brute 0,00% 0,00% 0,30% 4,41% 14,90% 36,27% 78,74% Norme 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Nombre de départements en équilibre annuel Nombre de départements en déséquilibre annuel Equilibre pluriannuel Encours de la dette / épargne brute 0,00 0,00 0,24 0,93 2,14 4,38 8,68 Norme 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 Nombre de départements en équilibre pluriannuel Nombre de départements en déséquilibre pluriannuel Le coefficient moyen de récurrence des charges de personnel s élevait en 2009 à 4,78%, après neutralisation des transferts de compétences. 100 euros de dépenses d investissement l année précédente produisaient, en moyenne, 4,78 euros de masse salariale supplémentaire les années suivantes. L intensité du lien augmentant dans le temps, le coefficient atteindrait, en cas de prolongation de la tendance passée, 5,54% en L induction variait toutefois sensiblement d un département à l autre, dans une plage comprise en 2% et 8%. La dispersion des coefficients illustre la diversité des modes

20 20 d organisation et de gestion des services départementaux, notamment l intensité de la création d emplois au regard de l investissement. Tableau 10 : Effet différentiel de la réduction des dépenses d investissement et récurrentes de fonctionnement, du gel des aides sociales par bénéficiaire (scénario 10) Frais de personnel Autres dépenses de fonctionnement Transferts versés dont APA et autres aides sociales aux personnes âgées aides sociales aux personnes handicapées aides sociales à l'enfance RMI, RSA Intérêts de la dette Dépenses réelles de fonctionnement Taxe foncière sur les propriétés bâties Taxe foncière sur les propriétés non bâties Taxe d'habitation Taxe professionnelle nette Droits de mutation TIPP TSCA CVAE IFER Autres impôts et taxes Dotations DCRTP FNGIR Autres subventions de fonctionnement Autres recettes de fonctionnement Recettes de fonctionnement Dépenses d'équipement Subventions d'équipement versées et autres Remboursement des emprunts Dépenses d'investissement FCTVA Dotations et fonds divers hors FCTVA DDEC et DGE Subventions d' investissement reçues Autres recettes d'investissement Emprunts Recettes d'investissement Variation du fonds de roulement Epargne de gestion Epargne brute Epargne nette Taux d'épargne de gestion 0,00% 0,22% 0,48% 0,78% 1,12% 1,51% 1,94% Taux d'épargne brute 0,00% 0,22% 0,48% 0,80% 1,16% 1,59% 2,07% Taux d'épargne nette 0,00% 0,22% 0,51% 0,89% 1,35% 1,91% 2,58% Encours de la dette au premier janvier Equilibre annuel Remboursement des emprunts / épargne brute 0,00% 0,65% 2,09% 5,08% 10,94% 22,70% 48,12% Norme 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Nombre de départements en équilibre annuel Nombre de départements en déséquilibre annuel Equilibre pluriannuel Encours de la dette / épargne brute 0,00 0,08 0,24 0,55 1,16 2,36 4,93 Norme 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 Nombre de départements en équilibre pluriannuel Nombre de départements en déséquilibre pluriannuel La diminution de -1% par an de la croissance (et non du niveau) du lien investissement-fonctionnement abaisserait le coefficient d induction à 3,79% en 2015, entrainant un repli de la masse salariale de -872 millions d euros et des achats de biens et fournitures de -524 millions en comparaison du scénario «au fil de l eau». L affaiblissement de la récurrence ne pourrait être obtenu que d une organisation plus efficiente de la production des services et d une maîtrise des coûts. La réduction de la

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS Présentation par M. LEBRETON, Président de l ADF 9 octobre 2012 1 Glossaire des sigles AIS: Allocations individuelles de solidarité APA: Allocation personnalisée

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

L autonomie financière du Conseil général de l Hérault

L autonomie financière du Conseil général de l Hérault Colloque des 6 et 7 juin 2013 > L autonomie financière du Conseil général de l Hérault Table ronde sur l autonomie financière comparée de 3 collectivité: une Région, un Département et une Communauté urbaine.

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis 26 janvier 2012 2 OCTOBRE 2009 6 rue du Général de Larminat

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

ENIM. Etablissement National des Invalides de la Marine

ENIM. Etablissement National des Invalides de la Marine CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.17 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 ENIM Etablissement National

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010 LA LOI DE FINANCES POUR 2012 Le solde général du budget de l Etat (en milliards d euros) Exécution 2010 Prévisions 2011 PLF 2012 Dépenses 422,60 Md 361,90 Md 366,00 Md Recettes nettes 271,80 Md 270,00

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1 Eco-Fiche Avril 2011 LA FISCALITE LOCALE 1 La fiscalité locale constitue la catégorie de ressources des collectivités territoriales la plus significative. Souvent jugée inégale, injuste ou encore complexe,

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Compte administratif et rapport sur la dette 2014

Compte administratif et rapport sur la dette 2014 Vendredi 10 avril 2015 Compte administratif et rapport sur la dette 2014 La Région maintient le cap d une gestion financière ambitieuse et responsable au service de l investissement et du pouvoir d achat

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 1 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2013 Type : DOB 2014 Service : DMI/FINANCES Rapporteur : Christophe PERNY Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Intervention du Président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 www.cg47.fr Diapositive n 1 : Section de fonctionnement : évolution des dépenses réelles en M 350 300 250 200 150 100 50 0 Evolution

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS (091 034 286) 6 ème section N /G/126/n A.52 Séance du 5 août 2003 RECOMMANDE AVEC A.R. Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire Sommaire Les finances des communes en 215......................... p. 3 Les finances des groupements à fiscalité propre en 215........... p. 6 Quelles projections financières sur le mandat 214-219?..........

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Département du Puy-de-Dôme Programme d émission de titres de créance (Euro Medium Term Note Programme) 500.000.000 d euros

Département du Puy-de-Dôme Programme d émission de titres de créance (Euro Medium Term Note Programme) 500.000.000 d euros PREMIER SUPPLEMENT EN DATE DU 20 JANVIER 2016 AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 08 SEPTEMBRE 2015 1 *** Département du Puy-de-Dôme Programme d émission de titres de créance (Euro Medium Term Note Programme)

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2005, la France métropolitaine compte 35 684 communes de moins de 10 000 regroupant 30,7 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

Les collectivités territoriales d'outre-mer

Les collectivités territoriales d'outre-mer Annexe 3 Les collectivités territoriales d'outre-mer Les collectivités territoriales outre-mer sont regroupées en deux catégories : les et les COM, la Nouvelle-Calédonie, quant à elle, n est pas considérée

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

L aide sociale départementale

L aide sociale départementale f é v r i e r d aide sociale départementale : une hausse de 9 % depuis 2010 En, les dépenses totales nettes d aide sociale des conseils départementaux s élèvent à 35,1 milliards d euros, soit une hausse

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

Ville de Crégy-lès-Meaux

Ville de Crégy-lès-Meaux Ville de Crégy-lès-Meaux Audit de début de mandat Janvier 2009 Les Hauts de Villiers 2 rue de Villiers - 92309 LEVALLOIS-PERRET CEDEX Téléphone : 01.78.66.03.40. - Télécopie : 01.78.66.03.41 2009 KPMG

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE FINANCES ET ENDETTEMENT DE LA COMMUNE LES CARACTERISTIQUES D UN PRÊT TOXIQUE Prêt toxique Emprunt structuré Phase 1 : Bonification d intérêt et taux fixe (5 ans) Phase 2 : Spéculation sur un indice (20

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

LES FINANCES LOCALES EN 2013 Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels,

LES FINANCES LOCALES EN 2013 Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels, LES TENDANCES NOTE FINANCIERES DE CONJONCTURE 2014 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES LES FINANCES LOCALES EN 2013 Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels, ARKEA / SFL-FORUM

Plus en détail

III - Des recettes «économiques» dynamiques

III - Des recettes «économiques» dynamiques Un phénomène nouveau devrait cependant venir tempérer ce constat sur la dette à long et moyen terme : il s'agit du recours de plus en plus fréquent à des produits financiers nouveaux, du type CLTR (crédit

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet KPMG Secteur public 12 décembre 2014 Sommaire page 1. Analyse financière rétrospective 2008-2013.. 3 2. Analyse financière prospective.. 23 Conclusion.

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature.

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature. Les finances de la Ville des Abymes *** L HERITAGE La mandature précédente a laissé en héritage une situation très difficile et un emprunt toxique pour y remédier avant les élections de 28. Un déficit

Plus en détail