Titre de l action : ACCUEILLIR DES ÉLÈVES DITS HANDICAPÉS EN COLLÈGE : UNE INTÉGRATION AU CARREFOUR DE L'AUTONOMIE ET DE LA SOLIDARITÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Titre de l action : ACCUEILLIR DES ÉLÈVES DITS HANDICAPÉS EN COLLÈGE : UNE INTÉGRATION AU CARREFOUR DE L'AUTONOMIE ET DE LA SOLIDARITÉ"

Transcription

1 Titre de l action : ACCUEILLIR DES ÉLÈVES DITS HANDICAPÉS EN COLLÈGE : UNE INTÉGRATION AU CARREFOUR DE L'AUTONOMIE ET DE LA SOLIDARITÉ Action : Accueil d'élèves handicapés en collège Académie de Nice Collège Jules Valéri 128 avenue Saint-Lambert NICE CEDEX 2 ZEP : non Téléphone : Télécopie : Adresse électronique : Coordonnées de la personne à contacter : Alain GIRARD Auteur de l'écrit : Alain GIRARD, professeur de Lettres Modernes, coordonateur pour l'accueil des élèves handicapés, Professeur principal de la classe de 4e9 au Collège Jules Valéri Classes concernées : toute classe de collège ; actuellement une sixième et une quatrième Disciplines concernées : toute discipline sauf Éducation physique et sportive Date de l'écrit : 14 avril 2006 Liens web de l'écrit : à créer Axe national concerné ou axe académique : accueil des handicapés RÉSUMÉ Ce rapport rend compte d'une expérience en cours dans un collège de Nice, dans lequel sont accueillis trois élèves en fauteuil roulant. Il détaille les aménagements nécessaires de la scolarité d'enfants dits handicapés et inscrit ces aménagements au carrefour de deux logiques de prime abord opposées, celle de l'autonomie et celle de la solidarité. MOTS-CLÉS Autonomie des élèves Aménagement des emplois du temps Citoyenneté, civisme Classe Collège Dispositifs pour élèves à besoins spécifiques Éducation Handicap Normalité Rôle de l'école Rôle de l'éducation Scolarité aménagée Sécurité Solidarité

2 ACCUEILLIR DES ÉLÈVES DITS HANDICAPÉS EN COLLÈGE : UNE INTÉGRATION AU CARREFOUR DE L'AUTONOMIE ET DE LA SOLIDARITÉ À ce jour, trois élèves en fauteuil roulant sont scolarisés au collège Valéri, sur un effectif d'un peu moins de mille élèves. Deux d'entre eux, actuellement en quatrième, ont été accueillis dans notre établissement dès septembre Depuis le mois de septembre 2005, une troisième élève a été accueillie en classe de sixième. Ces trois élèves devraient logiquement terminer leur scolarité de collège dans l'établissement. Indépendamment de la diversité de leur handicap, ces trois élèves se caractérisent tous par une situation analogue, savoir une mobilité et une autonomie réduites leur imposant l'usage d'un fauteuil roulant. L'accessibilité de notre collège aux élèves en fauteuil roulant a été la raison principale de l'accueil de la dernière de ces trois élèves, dans la mesure où les établissements de secteur n'assuraient pas cette accessibilité. Le présent rapport a pour but de rendre compte de l'accueil de ces élèves en fauteuil roulant dans les structures de notre collège. Il faut néanmoins préciser que l'établissement accueille et favorise la scolarité d'élèves atteints d'un trouble spécifique du langage, lequel constitue un autre handicap. Ainsi, les personnels du collège Valéri se sont engagés depuis deux ans dans des actions pédagogiques spécifiques en faveur des élèves dyslexiques. Ce n'est donc qu'en fonction d'une commodité d'expression que nous désignerons dans ces lignes par élèves handicapés les élèves atteints d'un handicap visible, tel qu'il se manifeste en l'occurrence de façon évidente par le recours à un fauteuil roulant. La scolarisation des élèves en fauteuil roulant dans notre collège a nécessité plusieurs aménagements qu'il n'est pas inutile de récapituler. Ces aménagements concernent tant l'enseignement et la pédagogie proprement dit que la vie au collège elle-même, notamment sous les angles de la santé et de la sécurité. C'est d'abord à un simple récapitulatif que se bornera l'essentiel du présent rapport. Par la suite, nous ferons part de notre réflexion en cours sur les enjeux de l'accueil des élèves handicapés au collège sur les deux plans de l'autonomie de ces élèves d'une part, et du lien de solidarité à établir avec eux, de la part des élèves dits sans handicap. LA NÉCESSITÉ D'UNE SCOLARITÉ AMÉNAGÉE En l'état actuel des choses et conformément à la réglementation en vigueur, l'accueil des élèves en fauteuil roulant au sein de notre établissement requiert une prise en compte spécifique du handicap de chaque élève, des limitations qui en découlent en matière d'autonomie et des soins susceptibles d'intervenir de façon hebdomadaire. Cette prise en compte débouche sur l'établissement d'un P.P.S. (Projet personnel de scolarisation). Elle est susceptible d'impliquer un aménagement des emplois du temps propre à chaque élève handicapé. Ainsi, la possibilité d'offrir des soins à l'infirmerie du collège implique d'aménager de façon particulière l'emploi du temps de chaque élève, tout particulièrement en le dispensant de cours d'éducation physique et sportive. À l'inverse, dans la mesure où il apparaît souhaitable que tel ou tel enfant assiste à tous les autres enseignements, cet aménagement individuel peut affecter l'emploi du temps de la classe. Dans cette

3 hypothèse, la nécessité, par exemple, de réserver une plage horaire hebdomadaire à de la kinésithérapie peut limiter de façon sensible l'offre hebdomadaire de plages horaires pour l'ensemble des cours. Il appartient aux personnels de direction de l'établissement, en concertation avec le médecin scolaire, les équipes pédagogiques et les parents d'élèves d'évaluer ce type de situation, d'effectuer les arbitrages nécessaires et de prendre les décisions qui s'imposent. Il va sans dire que de tels arbitrages et de telles décisions doivent périodiquement faire l'objet d'un réexamen, dans la mesure où l'évolution personnelle de chaque élève est susceptible de se traduire en termes de fatigue personnelle, tant par rapport aux nécessités du travail à fournir en classe qu'eu égard au volume de soins à subir par ailleurs. À cet égard, les auxiliaires de vie apparaissent comme des interlocuteurs indispensables, dans la mesure où leur activité les met directement et concrètement en prise avec le vécu quotidien de chaque enfant. D'autres aménagements d'ordre pratique sont rapidement apparus nécessaires : il a fallu aménager la salle de technologie pour la rendre accessible, rationaliser l'accès à la demi-pension, ainsi qu'à des toilettes particulières. Sur un plan strictement pédagogique, un travail de réflexion ou d'adaptation, dans certains cas, s'impose. En tant que professeur de français, j'avais donné un devoir d'évaluation impliquant de la part de chaque élève une projection dans l'avenir, projection qui s'est avérée très anxiogène pour un des élèves handicapés. En arts plastique, un sujet avait été donné sur le thème du mouvement. Il va sans dire que de tels sujets apparaissent de prime abord choquants ou pour le moins maladroits ou inopportuns. Au demeurant, ils ne doivent pas être exclus a priori, dès lors que proposer aux élèves handicapés un sujet particulier peut exposer au risque de mettre en exergue le handicap de ces élèves vis-à-vis de leurs pairs, en le faisant percevoir comme dévalorisant. À cet égard, on soulignera que la proposition d'un sujet particulier d'évaluation, en classe de collège, est toujours à même de provoquer l'incompréhension et la confusion de la part d'élèves faisant l'objet de l'évaluation commune, incompréhension et confusion qui peuvent en l'espèce rapidement se traduire en réflexions irréfléchies et comme telles d'autant plus regrettables qu'elles peuvent involontairement blesser. Il y a donc lieu, le plus souvent, de donner des sujets d'évaluation communs, les élèves handicapés se montrant très volontaires quant à leur propre intégration dans le groupe classe. On relèvera à ce propos que les trois élèves handicapés scolarisés dans l'établissement se caractérisent tous et pour des raisons évidentes par une grande maturité par rapport à leurs camarades du même âge. Ainsi se montrent-ils d'autant mieux à même de se projeter dans l'espace de fiction dessiné par des sujets du type de ceux évoqués plus haut qu'ils sont par ailleurs très demandeurs sur le plan scolaire. Il peut néanmoins arriver que le caractère quelque peu formel d'un devoir d'évaluation heurte de façon immédiate leur sensibilité, en faisant par conséquent ponctuellement ressortir leur handicap, ou, plus exactement, leur différence réelle par rapport à leurs pairs. Il appartient à chaque professeur d'établir un rapport de confiance et de bienveillance avec ces élèves afin de parer à toute situation ponctuelle de blocage. Pour ce faire, on pensera, entre autres modalités d'aménagement, à adapter tel ou tel sujet d'évaluation, à faire travailler sur ce sujet en groupe intégrant des élèves handicapés parmi des élèves dits normaux, ou toute autre modalité que le professeur pensera pertinente ou souhaitable. Dans tous les cas, il appartient au professeur d'agir avec tact et discernement. Enfin, la présence d'enfants en fauteuil roulant a nécessité de repenser de façon spécifique les exercices de prévention et d'évacuation en cas d'incendie. Du fait de la lourdeur des fauteuils roulants, il est vite apparu qu'il était manifestement dangereux d'évacuer les élèves en passant par les escaliers, dans l'hypothèse où l'accès à l'ascenseur était impossible. Des fauteuils d'évacuation répondant à cette contrainte ont été achetés par l'établissement. La sensibilisation des élèves sur cette question a permis d'organiser une liste de volontaires et de suppléants, en cas d'alerte : à

4 l'unanimité, les garçons de la classe se sont portés volontaires pour prendre en charge l'évacuation de leurs camarades handicapés. Toutefois l'évolution de la maladie d'un des élèves a entraîné une opération chirurgicale très lourde et susceptible de nuire gravement au pronostic vital de cet élève en cas de chute lors d'un exercice d'évacuation, de sorte qu'il a fallu suspendre la participation de la classe à ces exercices d'évacuation. Une communication régulière entre le professeur principal et les parents d'élèves d'une part, entre le professeur principal, l'équipe de direction et les membres de l'équipe pédagogique d'autre part, s'avère indispensable. Sur un plan strictement pédagogique, il est souhaitable d'associer les élèves du groupe-classe à la réflexion en cours, sans pour autant dévoiler des informations de nature vraiment privée concernant tel ou tel élève. En cours de français en classe de quatrième, la réflexion peut être menée à travers des exercices de type atelier d'argumentation. La perspective d'une évaluation du travail effectué a le mérite de réintégrer dans une certaine normalité scolaire une réflexion devant conduire la classe à une pratique dérogatoire quant à ces exercices d'évacuation. Cette question des exercices d'évacuation et, dans une certaine mesure, le point précédemment abordé, illustrent tout particulièrement l'étroite connexion entre l'aménagement de la scolarité d'un élève en fauteuil roulant telle qu'elle peut être organisée par l'établissement et le rôle actif que les élèves du collège sont appelés à assumer afin de rendre effective l'intégration de ce type d'élève. Éduquer des élèves en fauteuil roulant dans le cadre d'un collège général suppose nécessairement un effort d'éducation spécifique en direction des élèves dits normaux, tant il est vrai qu'une intégration réussie en collège implique de la façon la plus concrète deux logiques de prime abord opposées : celle de l'autonomie et celle de la solidarité. On soulignera de ce point de vue qu'il a été nécessaire, au cours des années précédentes, de faire évoluer la constitution d'une des classes intégrant des élèves handicapés, dans la mesure où cet objectif d'éducation spécifique ne pouvait pas être atteint. LE SENS D'UNE INTÉGRATION RÉUSSIE : UNE INTÉGRATION DANS LES DEUX SENS L'intégration d'un élève en fauteuil roulant au sein d'un établissement s'appréhende à l'évidence comme une intégration dans les deux sens : l'élève handicapé s'intègre d'autant plus facilement que les élèves dits normaux intègrent sa présence en tant que personne handicapée à l'intérieur d'une structure qui requiert par ce fait même un aménagement. À un moment ou un autre, tout aménagement spécifique débouche fatalement sur une offre d'éducation concernant le groupe classe lui-même. Il est alors souhaitable d'investir ce type d'aménagement dans une démarche pédagogique générale. Pour la classe de quatrième dont je suis professeur principal s'est ainsi posée dès les tout premiers jours de cours la question de savoir si les élèves en fauteuil iraient ou non, à l'instar de leurs pairs, chercher à tour de rôle le cahier de texte de classe ainsi que le cahier d'appel. N'ayant pu trouver de réponse toute faite, j'ai proposé aux élèves de réfléchir sur ce thème en élargissant leur réflexion aux enjeux qui distinguent l'équité de l'égalité. La classe dans son ensemble, c'est-à-dire les élèves handicapés ainsi que leurs pairs, a décidé et s'est accordée sur ses propres principes de fonctionnement. Cette situation illustre la dialectique à l'œuvre dans l'intégration : il faut d'abord que le handicap soit reconnu comme tel et que les élèves dit normaux intègrent parmi eux un ou plusieurs élèves en fauteuil roulant pour que cet élève ou ces élèves soient reconnus comme des personnes par leurs pairs, sans considération de leur handicap. Autrement dit et pour faire court, ce n'est qu'en assumant le handicap comme tel que la classe peut se donner les moyens, autant que faire se peut, de le dépasser. À cet égard, il est manifeste que l'intégration des deux élèves en fauteuil roulant en classe de quatrième est aujourd'hui parfaitement réussie, c'est-à-dire, dans les deux sens... La généralisation de l'expérience à plus de deux classes dans notre établissement passe moins par une sensibilisation des personnels que par l'intégration, à

5 terme, du dispositif d'accueil des élèves dits handicapés dans le projet d'établissement. Les personnels du collège poursuivent leurs efforts en ce sens : le principe d'une initiation au secourisme, ou tout au moins aux gestes qui sauvent, a été demandé lors des réunions de cette année concernant le projet d'établissement. Plus concrètement, lors de la semaine multi-activités qui se déroulait pendant que les élèves de quatrième étaient en «bains en entreprise», au début du deuxième trimestre, des actions sur le thème du respect ont été menées dans les locaux du collège, sous l'égide de madame le Principal-adjoint. L'une de ces actions a permis d'accueillir madame Lampert, de l'association des paralysés de France (A.P.F.). La projection d'un film et la discussion avec cette dame, elle-même en fauteuil roulant, dans de nombreuses classes a permis de sensibiliser les élèves aux différents aspects de l'intégration des personnes handicapées dans l'institution scolaire et dans la société en général. S'agissant des bains en entreprise, un problème plus immédiat s'est posé dans la classe de quatrième. Intégrer ou non les deux élèves en fauteuil dans le dispositif commun équivalait non seulement à une évaluation réelle de leur intégration dans l'établissement, mais aussi, dans la mesure où cette intégration dans l'établissement s'appréhende comme le préalable d'une intégration future dans la société, à un premier regard sur leur intégration future dans la société en tant que personnes actives. Je voudrais pour terminer faire part de quelques unes de mes réflexions à ce sujet. En effet, l'expérience du bain en entreprise d'un de ces deux élèves a vraiment constitué un prolongement éclairant quant à cette problématique de l'intégration. Un prolongement d'autant plus éclairant que cette intégration s'inscrivait cette fois dans un tout autre contexte que le contexte scolaire. Il faut d'abord se féliciter que les deux élèves concernés aient chacun pu trouver un lieu d'accueil pour leur bain en entreprise, même si des contraintes de dernière minute ont empêché l'un d'entre eux de pouvoir concrètement effectuer son stage. M'étant personnellement rendu à la bibliothèque Louis Nucéra (i.e. : la principale bibliothèque publique de Nice), qui accueillait dans ses locaux l'un de ces élèves, j'ai pu constater qu'il était possible de faire avancer la cause de l'accueil dans la société et de l'accès au monde du travail des personnes dites handicapées enfants ou adultes, conformément aux principes énoncés en ce sens dans les premières lois adoptées il y a quelque... trente ans. Le succès, dans un cas, et l'échec, dans l'autre, de l'accueil de ces élèves dans un bain en entreprise, montrent plus que jamais que le handicap, au-delà d'une stricte dimension sanitaire, s'appréhende relativement à un contexte local susceptible de gommer, ou au contraire d'accuser, les conséquences pénibles d'une vie en fauteuil roulant. En d'autres termes, au-delà de la souffrance physique ressentie et des limites dans l'autonomie imposées par l'emploi d'un fauteuil roulant, l'aménagement de tout moyen de transport ou de tout local d'enseignement, de travail, de soins, de loisir, etc., en termes d'accessibilité, ne contribue pas seulement à rendre possible l'accueil d'une personne dite handicapée mais réalise effectivement son intégration dans la société en tant que personne comme une autre. Il est évident que l'école, sur cette question, se doit d'assumer un rôle de pionnier en mettant en œuvre de façon concrète les principes dont elle se réclame. C'est en cela que l'accueil d'élèves handicapés ne se limite pas seulement à une action en leur faveur mais s'inscrit en profondeur dans un dispositif d'éducation concernant l'ensemble des élèves et le devenir de la société. Il faut donc souligner, in fine, que les aménagements apportés concernant l'accueil des élèves handicapés sont susceptibles de constituer une sorte d'investissement pédagogique, comme tel exploitable quotidiennement par les professeurs dans le travail de la classe, notamment quant à son éveil aux questions de citoyenneté, de sécurité ou de solidarité. L'intégration des élèves handicapés en établissement général confronte, au sens le plus positif de ce verbe, les grandes et belles idées à des problèmes quotidiens ainsi qu'à leurs solutions par des réalisations concrètes et humaines. L'École, en tant qu'institution et que collectivité, ou plus simplement en tant qu'espace de vie, constitue le lieu privilégié de cette

6 confrontation. Alain GIRARD COLLÈGE JULES VALÉRI, NICE 14 avril 2006

Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1

Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1 Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1 Ce document, présenté comme un tout, se décline en réalité selon deux

Plus en détail

Je me forme. Fiche : S intégrer dans le lycée. Les personnels d un lycée général et technologique. Proviseur

Je me forme. Fiche : S intégrer dans le lycée. Les personnels d un lycée général et technologique. Proviseur Je me forme Fiche : S intégrer dans le lycée I. Les acteurs du lycée Les personnels d un lycée général et technologique Equipe pédagogique Proviseur Proviseur adjoint Gestionnaire intendant Chef de travaux

Plus en détail

Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré

Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré à destination des chefs d établissements, des formateurs, des professeurs

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Accompagner les Emplois Vie Scolaire (EVS) en Contrat d'avenir (CAV) et Contrat d'accompagnement dans l'emploi (CAE) G U I D E

Accompagner les Emplois Vie Scolaire (EVS) en Contrat d'avenir (CAV) et Contrat d'accompagnement dans l'emploi (CAE) G U I D E G U I D E à l usage des Chefs d établissement, des Inspecteurs de l'education nationale, des Directeurs d'école et des Tuteurs Accompagner les Emplois Vie Scolaire (EVS) en Contrat d'avenir (CAV) et Contrat

Plus en détail

Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012

Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012 Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012 (modifiée par la note de service n 2012-100 du 29 j uin 2012 et par la note de service n 2012-179 du 20 novembre 2012) (Education nationale : bureau DGESCO A2-1)

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Le rôle des stages en entreprise dans la construction du projet professionnel d'élèves de 10H section exigences de base

Le rôle des stages en entreprise dans la construction du projet professionnel d'élèves de 10H section exigences de base Synthèse du mémoire de Master présenté à la Faculté des lettres de l'université de Fribourg (CH) Département des sciences de l'éducation Le rôle des stages en entreprise dans la construction du projet

Plus en détail

LE SAPAD, POURQUOI? 1

LE SAPAD, POURQUOI? 1 Service d assistance pédagogique à domicile aux élèves malades ou accidentés Parce qu un enfant ou un adolescent malade ou accidenté reste un enfant ou un adolescent Parce que tout enfant ou adolescent

Plus en détail

Quatrième partie. L orientation scolaire : les grands principes

Quatrième partie. L orientation scolaire : les grands principes Quatrième partie L orientation scolaire : les grands principes 83 La loi du 11 février 2005 donne priorité à l inscription de l enfant ou adolescent handicapé en milieu ordinaire, dans l école le plus

Plus en détail

ELABORER UN EMPLOI DU TEMPS A L ECOLE MATERNELLE

ELABORER UN EMPLOI DU TEMPS A L ECOLE MATERNELLE ELABORER UN EMPLOI DU TEMPS A L ECOLE MATERNELLE «La conception de l'emploi du temps est particulièrement importante à l'école, principalement en maternelle, car elle doit prendre en compte le rythme de

Plus en détail

SECTION ESPAGNOLE DE SAINT GERMAIN-EN-LAYE

SECTION ESPAGNOLE DE SAINT GERMAIN-EN-LAYE SECTION ESPAGNOLE DE SAINT GERMAIN-EN-LAYE Le Lycée International de Saint-Germain-en-Laye est un établissement du Ministère de l Education Nationale. Il intègre treize sections internationales. Contrairement

Plus en détail

Déconcentration de la notation et de l'avancement d'échelon des professeurs certifiés.

Déconcentration de la notation et de l'avancement d'échelon des professeurs certifiés. Note de service n o 91-033 du 13 février 1991 (Modifiée par la note de service n o 94-262 du 2 novembre 1994) (Education nationale, Jeunesse et Sports : bureaux DPE 1 et DPE 2) Texte adressé aux recteurs.

Plus en détail

Dispositif d'assistance Pédagogique A Domicile (DAPAD)

Dispositif d'assistance Pédagogique A Domicile (DAPAD) 1 Dispositif d'assistance Pédagogique A Domicile (DAPAD) ASSURANCE SCOLAIRE : Cachet de l établissement Elève concerné (e) : Nom - Prénom Né (e) le Adresse Classe Durée prévisible de l assistance pédagogique

Plus en détail

INDICATEURS NATIONAUX DES COMMISSIONS SCOLAIRES ET DONNÉES PAR ÉTABLISSEMENT

INDICATEURS NATIONAUX DES COMMISSIONS SCOLAIRES ET DONNÉES PAR ÉTABLISSEMENT INDICATEURS NATIONAUX DES COMMISSIONS SCOLAIRES ET DONNÉES PAR ÉTABLISSEMENT MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION DIRECTION DE LA RECHERCHE, DES STATISTIQUES ET DES INDICATEURS préparé par Luc Beauchesne AOÛT 2003

Plus en détail

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit :

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Lois 31723 p.1 Décret relatif au renforcement de l'éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française D. 12-01-2007 M.B.

Plus en détail

Enseignement spécialisé

Enseignement spécialisé Enseignement spécialisé 1 1. Définitions du handicap Dans la prise en charge globale d'un enfant on distingue généralement trois champs d'intervention : l'éducatif (renvoyant à l'éducation spécialisée),

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

COMPLEMENT au règlement cadre du cycle ingénieur de l'institut polytechnique de Grenoble Avis favorable de la CPVE du 23 mai 2012

COMPLEMENT au règlement cadre du cycle ingénieur de l'institut polytechnique de Grenoble Avis favorable de la CPVE du 23 mai 2012 Règlement des études et des examens du cycle Ingénieur de l Ensimag COMPLEMENT au règlement cadre du cycle ingénieur de l'institut polytechnique de Grenoble Avis favorable de la CPVE du 23 mai 2012 Applicable

Plus en détail

Le Projet Pédagogique

Le Projet Pédagogique Le Projet Pédagogique La Fédération et les Coordinations régionales ont rédigé un canevas comprenant les différents items qui doivent figurer dans un projet pédagogique en vue de permettre, aux différents

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision n MDE-2013-83 du 22 avril 2013 relative la scolarisation d un enfant porteur de handicap Domaine(s) de compétence

Plus en détail

Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15. Projet personnel personnalisé. Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation.

Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15. Projet personnel personnalisé. Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation. Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15 Projet personnel personnalisé Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation. Introduction : Dans le cadre du projet personnel, notre groupe s'est intéressé

Plus en détail

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance plénière du 5 décembre 2005 AVIS 1 Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance du 5 décembre

Plus en détail

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE Préambule Différents acteurs, structures et partenaires concourent à l accueil et à

Plus en détail

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE.

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. Cette épreuve permet de valider les compétences C1, C2, C3 et T2 du référentiel au travers de la démarche de projet 15 que le candidat aura mis en œuvre.

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL 1 >>> 2 >>> 3 >>> 4 >>> page AXE 1... 2 AXE 2... 4 AXE 3... 7 AXE 4... 9 1 Favoriser la continuité et la réussite des parcours

Plus en détail

LE RÔLE RELATIONNEL DU DIRECTEUR D'ÉCOLE

LE RÔLE RELATIONNEL DU DIRECTEUR D'ÉCOLE Stage Directeurs d'école du 14 au 18/12/2009 LE RÔLE RELATIONNEL DU DIRECTEUR D'ÉCOLE Jean-Paul BURKIC I.E.N. - LE PORT Les trois grandes missions du directeur Le directeur d'école veille à la bonne marche

Plus en détail

CÉLÉBRATION DU 12 ANNIVERSAIRE DE SA CRÉATION CARTHAGÈNE 2003-2015

CÉLÉBRATION DU 12 ANNIVERSAIRE DE SA CRÉATION CARTHAGÈNE 2003-2015 II COLLOQUE SUR L INTERDISCIPLINARITÉ DANS LA FORMATION DU PROFESSEUR DE LANGUES ÉTRANGÈRES (CIFLEX) 19-21 mars 2015 PROGRAMME DE LICENCE EN LANGUES MODERNES, OPTIONS ANGLAIS ET FRANÇAIS CÉLÉBRATION DU

Plus en détail

Convention de mobilité européenne. Elève d un pays de l Union Européenne effectuant une mobilité en France

Convention de mobilité européenne. Elève d un pays de l Union Européenne effectuant une mobilité en France Convention de mobilité européenne. Elève d un pays de l Union Européenne effectuant une mobilité en France Préambule : Les présentes dispositions sont applicables aux périodes de formation effectuées durant

Plus en détail

Convention de fonctionnement de la section sportive Athlétisme Partenariat G2A/ Collège Anatole France

Convention de fonctionnement de la section sportive Athlétisme Partenariat G2A/ Collège Anatole France Convention de fonctionnement de la section sportive Athlétisme Partenariat G2A/ Collège Anatole France Entre les signataires, Le Collège Anatole France, représenté par Mme FAURE Marie-Christine, Principale

Plus en détail

EVALUATION DES CANDIDATS SCOLARISES EN CLASSE DE TROISIEME DANS UN ETABLISSEMENT PUBLIC ET PRIVE SOUS CONTRAT

EVALUATION DES CANDIDATS SCOLARISES EN CLASSE DE TROISIEME DANS UN ETABLISSEMENT PUBLIC ET PRIVE SOUS CONTRAT DIPLOME NATIONAL DU BREVET Le diplôme national du brevet évalue les connaissances et les compétences acquises a la fin du collège. Les sujets sont élaborés en fonction des programmes des classes de troisième

Plus en détail

Objet : délibération complémentaire aux délibérations AF n 03/2009, 05/2009, 06/2009, 16/2009, 06/2011, 32/2012, 11/2013 et 16/2014 (AF/MA/2015/001)

Objet : délibération complémentaire aux délibérations AF n 03/2009, 05/2009, 06/2009, 16/2009, 06/2011, 32/2012, 11/2013 et 16/2014 (AF/MA/2015/001) 1/5 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 20/2015 du 29 juin 2015 Objet : délibération complémentaire aux délibérations AF n 03/2009, 05/2009, 06/2009, 16/2009, 06/2011, 32/2012,

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Le centre Alexis-Vautrin de Nancy définit sa politique d'emploi des personnes handicapées suite à un diagnostic

Le centre Alexis-Vautrin de Nancy définit sa politique d'emploi des personnes handicapées suite à un diagnostic Le centre Alexis-Vautrin de Nancy définit sa politique d'emploi des personnes handicapées su Spécialisé dans la lutte contre le cancer, l'établissement lorrain a fait appel à l'association Perspectives

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

- Faciliter l'intégration des étudiants aux organismes qui les reçoivent.

- Faciliter l'intégration des étudiants aux organismes qui les reçoivent. CHAPITRE III : L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE : L ENSEIGNEMENT SOUS-.1 : LES ÉTUDES DE PREMIER CYCLE PROCÉDURE RELATIVE À L ORGANISATION DES ACTIVITÉS DE PAGE: 1 Adoptée: CET-2705 (24 01 89) Modifiée:

Plus en détail

A.Gt 24-03-1995 M.B. 10-08-1995. Le Gouvernement de la Communauté française,

A.Gt 24-03-1995 M.B. 10-08-1995. Le Gouvernement de la Communauté française, Lois 24363 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant le programme de l'enseignement clinique pour l'obtention du brevet d'infirmier(ère) hospitalier(ère) et d'infirmier(ère) hospitalier(ère)

Plus en détail

Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service

Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service du Décret 92-1189 Modifié par Décret 2000-753 2000-08-01 - Article 30 et 31 BO spécial n 2 du 19 février 2009 (Définition

Plus en détail

La maison départementale des personnes handicapées MDPH.

La maison départementale des personnes handicapées MDPH. Paris, le 6 février 2006 La maison départementale des personnes handicapées MDPH. Textes de référence : Loi du 11 février 2005 «pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

A) LE CHEF DE TRAVAUX : UN ORGANISATEUR

A) LE CHEF DE TRAVAUX : UN ORGANISATEUR Circulaire n 91-306 du 21 novembre 1991 (Education nationale : bureau DPE 2 ; Enseignement technique) Texte adressé aux recteurs. Chefs de travaux des lycées techniques et des lycées professionnels. NOR

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire)

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire) COMMISSION SCOLAIRE DE LA RÉGION-DE-SHERBROOKE Service des ressources pédagogiques POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ DANS LES ÉCOLES : VILLEURBANNE DÉJÀ EN MARCHE

ACCESSIBILITÉ DANS LES ÉCOLES : VILLEURBANNE DÉJÀ EN MARCHE ACCESSIBILITÉ DANS LES ÉCOLES : VILLEURBANNE DÉJÀ EN MARCHE jeudi 4 décembre 2008 CONTACTS PRESSE : direction de la Communication Ville de Villeurbanne CATHY SERRA TÉL. : 04 72 65 80 54 PORTABLE : 06 85

Plus en détail

Canevas concernant la formation individualisée encadrée

Canevas concernant la formation individualisée encadrée Canevas concernant la A Description générale La formation individualisée se déroule en deux temps dans le même groupe. Une période d observation (3 séances) est suivie d une période de co-animation (6

Plus en détail

Formation BAFA base. Livret d'auto évaluation

Formation BAFA base. Livret d'auto évaluation BAFA-BAFD / Fiche stagiaire BAFA Formation BAFA base Livret d'auto évaluation UBAPAR Nom : Mail : Formation commencée le : L'évaluation dans la formation BAFA Évaluer c'est comparer les objectifs que l'on

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI)

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) AIX-EN-PROVENCE LILLE LYON ORSAY POITIERS RENNES SÉLESTAT TOULOUSE TOURS CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) le musicien intervenant (MI) dumiste, acteur du

Plus en détail

Fédération des associations d Enseignants documentalistes De l Education nationale

Fédération des associations d Enseignants documentalistes De l Education nationale Fédération des associations d Enseignants documentalistes De l Education nationale www.fadben.asso.fr ENSEIGNEMENT A L'INFORMATION DOCUMENTATION Proposition faite par la FADBEN dans le cadre de la réforme

Plus en détail

Délibération n 2011-112 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-112 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-112 du 18 avril 2011 Handicap Voyages scolaires Refus de fourniture d un service Recommandations La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement Projet d établissement Le Lycée Expérimental de Saint-Nazaire est un établissement public assurant une formation de second cycle de l enseignement secondaire. Il regroupe des enseignants volontaires qui

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L utilisation des TIC : partage des informations sur l ENT de l établissement

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Prise en main de SUIVI

Prise en main de SUIVI Socle commun Prise en main de SUIVI Académie de Reims FRANÇOIS PALLUT Table des matières Objectifs 5 Introduction 7 I - Utilisation par un professeur 9 II - Utilisation par un élève ou un parent d'élève

Plus en détail

PROJET INNOVANT 2008-2009 BILAN

PROJET INNOVANT 2008-2009 BILAN PROJET INNOVANT 2008-2009 BILAN Établissement : Lycée professionnel DESAIX St-Eloy-les-Mines Titre du projet : Classe européenne anglais Nom du coordonnateur et fonction : Mme TAWIL, professeur PLP Lettres-Anglais

Plus en détail

PROJET DE LOI SUR L ECOLE. Propositions d amendements de la Fédération Française des Dys

PROJET DE LOI SUR L ECOLE. Propositions d amendements de la Fédération Française des Dys Paris, le 12 février 2013 Troubles cognitifs spécifiques Troubles des apprentissages PROJET DE LOI SUR L ECOLE Propositions d amendements de la Fédération Française des Dys Le projet de loi pour la refondation

Plus en détail

Dispositif d'assistance Pédagogique A Domicile (DAPAD)

Dispositif d'assistance Pédagogique A Domicile (DAPAD) Dispositif d'assistance Pédagogique A Domicile (DAPAD) ASSURANCE SCOLAIRE : Cachet de l établissement Elève concerné (e) : Nom - Prénom Né (e) le Adresse Classe Durée prévisible de l assistance pédagogique

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION L'association à pour objectifs Aider les parents d'élèves dans la recherche d'organismes de séjours de vacances à l'étranger Aider les jeunes à voyager en proposant des

Plus en détail

EDD et Coins nature. Textes officiels. - Circulaire EDD 2015 - Annexe 5

EDD et Coins nature. Textes officiels. - Circulaire EDD 2015 - Annexe 5 EDD et Coins nature Textes officiels - Circulaire EDD 2015 - Annexe 5 => B.O. n 6 du 5 février 2015 http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?pid_bo=31763 Instruction relative au déploiement

Plus en détail

DEFINITIONS E.R.P HANDICAP

DEFINITIONS E.R.P HANDICAP DEFINITIONS E.R.P L abréviation E.R.P, établissements recevant du public, défini dans l'article R123-2 du Code de la construction et de l'habitation, nous indique en droit français les lieux privés ou

Plus en détail

MASTER. Domaine : ARTS, LETTRES, LANGUES - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES SCIENCES TECHNOLOGIES SANTE DROIT, ECONOMIE, GESTION

MASTER. Domaine : ARTS, LETTRES, LANGUES - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES SCIENCES TECHNOLOGIES SANTE DROIT, ECONOMIE, GESTION Niveau : MASTER année 15-16 Domaine : ARTS, LETTRES, LANGUES - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES SCIENCES TECHNOLOGIES SANTE DROIT, ECONOMIE, GESTION M2 Mention : Parcours : METIERS DE L'EDUCATION, DE L'ENSEIGNEMENT

Plus en détail

Auxiliaire de Vie Scolaire

Auxiliaire de Vie Scolaire Auxiliaire de Vie Scolaire Livret d accueil et d information Circonscription Bobigny II ASH Pôle ressource de Seine Saint Denis Académie de Créteil 2 Sommaire Les fonctions : généralités Les fonctions

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE AUX FESTIVALS

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE AUX FESTIVALS Cadre réservé à la CDA Rochefort Océan Date d arrivée du dossier le. DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE AUX FESTIVALS SOMMAIRE 0. Modalités I. Présentation de votre structure II. Objet de la demande

Plus en détail

Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille

Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille Février 2013 Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Tel : 01 80 48 30 80 Email : jgoarant@opinion-way.com Méthodologie

Plus en détail

Formation continue. Pilotage et aspects réglementaires. Pilotage et aspects réglementaires. Mise en place des CHSCT

Formation continue. Pilotage et aspects réglementaires. Pilotage et aspects réglementaires. Mise en place des CHSCT Formation continue Pilotage et aspects réglementaires Pilotage et aspects réglementaires - 13A0140287 Le contexte juridique de l'eple - 29138 70,00 Actualiser ses connaissances sur les aspects juridiques

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSEVAULX EN VELIN Document 6 : Demijournée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Synthèse des échanges sur la mise en œuvre des leviers

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE D ACCUEIL École maternelle École élémentaire Collège lycée. Établissement (nom et adresse) :

ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE D ACCUEIL École maternelle École élémentaire Collège lycée. Établissement (nom et adresse) : ENFANT M.D.P.H. de la Manche 50000 SAINT LO Année scolaire : / NOM : Prénom : Né(e) le : Sexe : Masculin Féminin Adresse : PROJET PERSONNALISÉ DE SCOLARISATION Des enfants et adolescents handicapés (loi

Plus en détail

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE F3D24 REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE 1. Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et, si oui, à quelles conditions? Dans une école privée sous contrat avec

Plus en détail

Exemples d'actions locales : des initiatives exemplaires

Exemples d'actions locales : des initiatives exemplaires Exemples d'actions locales : des initiatives exemplaires L'emploi et le reclassement des personnes en situation de handicap constituent un élément important de la politique de l'emploi dans les établissements

Plus en détail

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition pour rendre accessibles les écoles aux personnes à mobilité réduite

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition pour rendre accessibles les écoles aux personnes à mobilité réduite Secrétariat du Grand Conseil P 1798-B Date de dépôt : 11 janvier 2013 Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition pour rendre accessibles les écoles aux personnes à mobilité réduite Mesdames

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

COLLEGE SAINT-HUBERT Avenue Charle-Albert, 9 1170 Bruxelles Téléphone : 02 660 19 40 www.collegesaint-hubert.be

COLLEGE SAINT-HUBERT Avenue Charle-Albert, 9 1170 Bruxelles Téléphone : 02 660 19 40 www.collegesaint-hubert.be COLLEGE SAINT-HUBERT Avenue Charle-Albert, 9 1170 Bruxelles Téléphone : 02 660 19 40 www.collegesaint-hubert.be PROGRAMME GENERAL Le collège Saint-Hubert est un établissement d enseignement secondaire

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil M 1982-B

Secrétariat du Grand Conseil M 1982-B Secrétariat du Grand Conseil M 1982-B Date de dépôt : 28 juin 2012 Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M mes et MM. Jean Romain, Nathalie Schneuwly, Patricia Läser, Michel Ducret,

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR MAISON D'ACCUEIL SPECIALISEE MARIE ALLE

CONTRAT DE SEJOUR MAISON D'ACCUEIL SPECIALISEE MARIE ALLE CONTRAT DE SEJOUR MAISON D'ACCUEIL SPECIALISEE MARIE ALLE Décembre 2014 Ce document est établi conformément à la Loi du 02/01/2002 rénovant l'action sociale et médico-sociale et au Décret n 2004-1274 du

Plus en détail

PROGRAMME PERSONNALISE DE REUSSITE EDUCATIVE (PPRE)

PROGRAMME PERSONNALISE DE REUSSITE EDUCATIVE (PPRE) PROGRAMME PERSONNALISE DE REUSSITE EDUCATIVE (PPRE) SOMMAIRE 1. PPRE IA 27 (page 2 et 3) Document usuel pour tout PPRE de l élémentaire. 2. Fiches PPRE Passerelle Volet école (page 4) Volet collège (page

Plus en détail

QUI EST ÉTUDIANT? COTISATIONS DE SÉCURITÉ SOCIALE POUR ÉTUDIANTS

QUI EST ÉTUDIANT? COTISATIONS DE SÉCURITÉ SOCIALE POUR ÉTUDIANTS TRAVAIL ÉTUDIANT Qui est étudiant?... 1 Cotisations de sécurité sociale pour étudiants... 1 Student@Work... 2 Que se passe-t-il après l'obtention du diplôme?... 2 Allocations familiales... 2 Quand restez-vous

Plus en détail

Conditions générales d'utilisation. Objet. Mentions légales. Définitions

Conditions générales d'utilisation. Objet. Mentions légales. Définitions Conditions générales d'utilisation Objet Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les modalités de mise à disposition des services du site Dessertbox.be, ci-après nommé «le Service»

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Nomination, en JUIN. Contacter l'équipe de l'école. Rencontre avec le futur ancien directeur

Nomination, en JUIN. Contacter l'équipe de l'école. Rencontre avec le futur ancien directeur o - bilan de l'année : évolution du projet d école, actions spécifiques. o - renseignements sur le fonctionnement de l'école, sur les modalités d'évaluation (Livrets...- 4è année de cycle - Enfants en

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A L OUVERTURE ET A L EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS D EDUCATION A LA SECURITE ROUTIERE

CAHIER DES CHARGES RELATIF A L OUVERTURE ET A L EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS D EDUCATION A LA SECURITE ROUTIERE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L EQUIPEMENT ET DES TRANSPORTS DIRECTION DES TRANSPORTS ET DE LA SECURITE ROUTIERE CAHIER DES CHARGES RELATIF A L OUVERTURE ET A L EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS D EDUCATION

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE PRÉAMBULE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser les modalités de fonctionnement du conseil des sages et de déterminer les obligations de ses membres. Il fait référence

Plus en détail

http://web.ac-toulouse.fr/web/dsden-lot/688-la-formation-continue.php

http://web.ac-toulouse.fr/web/dsden-lot/688-la-formation-continue.php Cahors, le 29/06/2015 L Inspecteur d Académie Le Directeur académique des services de l Education nationale du Lot A Mesdames et Messieurs les directeurs des écoles du Lot Mesdames et Messieurs les personnels

Plus en détail

MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES

MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES A/ EN DEHORS DU TEMPS SCOLAIRE 1. PRÉALABLE Il arrive que des associations, des personnes physiques morales de droit public ou privé, demandent à occuper régulièrement

Plus en détail

LE DEVOIR DE SURVEILLANCE

LE DEVOIR DE SURVEILLANCE LE DEVOIR DE SURVEILLANCE Une obligation importante Principe de vigilance La surveillance des élèves doit être effective, vigilante et efficace. Elle doit être constante pendant la totalité du temps scolaire.

Plus en détail

Assises de l ErE-DD à l école 2010-2011 - Tableau de synthèse du premier groupe de travail institutionnel secondaire - 16/12/10

Assises de l ErE-DD à l école 2010-2011 - Tableau de synthèse du premier groupe de travail institutionnel secondaire - 16/12/10 Pistes de travail > 3 catégories d'obstacles : Temps Moyens - Coordination De quoi s'agit-il Solutions/leviers existants Solutions/leviers à créer/f. évoluer Institutions concernées TEMPS (directeur) Bénévolat

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs handicapés

Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs handicapés Centre Départemental de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute-Corse Pôle santé et sécurité au travail Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

la Formation des Professeurs Physique et Sportive an Sénégal

la Formation des Professeurs Physique et Sportive an Sénégal UNIVERSITE LYON II UER INSTITUT DE FORMATION AUX PRATIQUES PSYCHOLOGIQUES, SOCIOLOGIQUES ET EDUCATIVES. TH 85 1 Alain MONSELLIER la Formation des Professeurs Physique et Sportive an Sénégal d'education

Plus en détail

Directives concernant l organisation du stage pour les futures étudiants du Master IS (2015-2016)

Directives concernant l organisation du stage pour les futures étudiants du Master IS (2015-2016) Filière Information documentaire Prérequis au Master en Sciences de l information Directives concernant l organisation du stage pour les futures étudiants du Master IS (2015-2016) 1. Introduction Les informations

Plus en détail

ACTE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

ACTE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION liicée polpalenf Charles Baùriel Pfflvaz gcademie 6fenosie éuucbtion natlonalb ACADÉMIE DE GRENOBLE ACTE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Objet : Passation des marchés, contrats et conventions Numéro de séance

Plus en détail

Les inspecteurs de l'education Nationale ne sont pas les "supérieurs" pédagogiques des directeurs d'établissements privés sous contrat.

Les inspecteurs de l'education Nationale ne sont pas les supérieurs pédagogiques des directeurs d'établissements privés sous contrat. Service Juridique Tél : 01-53-73-73-62 Fax : 01-53-73-73-33 e-mail : i-jouault@scolanet.org SG/2007.1 Paris, le 3 janvier 2007 SUR LE FOND : Les inspecteurs de l'education Nationale ne sont pas les "supérieurs"

Plus en détail

Développement et consolidation des compétences en lecture et en écriture

Développement et consolidation des compétences en lecture et en écriture Développement et consolidation des compétences en lecture et en écriture Renseignements utiles Académie : Poitiers Nom et adresse complète de l'école ou l'établissement : Collège Bernard Roussillon 17,

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

Échéance de mise en conformité. Action(s) requise(s) Composante. Art. 11 Recevoir et fournir une rétroaction dans un format accessible

Échéance de mise en conformité. Action(s) requise(s) Composante. Art. 11 Recevoir et fournir une rétroaction dans un format accessible Normes d accessibilité intégrées - Plan pluriannuel Reitmans Canada Ltée s'engage à traiter toutes les personnes d'une manière qui leur permettent de garder leur dignité et leur indépendance. Nous croyons

Plus en détail