Titre de l action : ACCUEILLIR DES ÉLÈVES DITS HANDICAPÉS EN COLLÈGE : UNE INTÉGRATION AU CARREFOUR DE L'AUTONOMIE ET DE LA SOLIDARITÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Titre de l action : ACCUEILLIR DES ÉLÈVES DITS HANDICAPÉS EN COLLÈGE : UNE INTÉGRATION AU CARREFOUR DE L'AUTONOMIE ET DE LA SOLIDARITÉ"

Transcription

1 Titre de l action : ACCUEILLIR DES ÉLÈVES DITS HANDICAPÉS EN COLLÈGE : UNE INTÉGRATION AU CARREFOUR DE L'AUTONOMIE ET DE LA SOLIDARITÉ Action : Accueil d'élèves handicapés en collège Académie de Nice Collège Jules Valéri 128 avenue Saint-Lambert NICE CEDEX 2 ZEP : non Téléphone : Télécopie : Adresse électronique : Coordonnées de la personne à contacter : Alain GIRARD Auteur de l'écrit : Alain GIRARD, professeur de Lettres Modernes, coordonateur pour l'accueil des élèves handicapés, Professeur principal de la classe de 4e9 au Collège Jules Valéri Classes concernées : toute classe de collège ; actuellement une sixième et une quatrième Disciplines concernées : toute discipline sauf Éducation physique et sportive Date de l'écrit : 14 avril 2006 Liens web de l'écrit : à créer Axe national concerné ou axe académique : accueil des handicapés RÉSUMÉ Ce rapport rend compte d'une expérience en cours dans un collège de Nice, dans lequel sont accueillis trois élèves en fauteuil roulant. Il détaille les aménagements nécessaires de la scolarité d'enfants dits handicapés et inscrit ces aménagements au carrefour de deux logiques de prime abord opposées, celle de l'autonomie et celle de la solidarité. MOTS-CLÉS Autonomie des élèves Aménagement des emplois du temps Citoyenneté, civisme Classe Collège Dispositifs pour élèves à besoins spécifiques Éducation Handicap Normalité Rôle de l'école Rôle de l'éducation Scolarité aménagée Sécurité Solidarité

2 ACCUEILLIR DES ÉLÈVES DITS HANDICAPÉS EN COLLÈGE : UNE INTÉGRATION AU CARREFOUR DE L'AUTONOMIE ET DE LA SOLIDARITÉ À ce jour, trois élèves en fauteuil roulant sont scolarisés au collège Valéri, sur un effectif d'un peu moins de mille élèves. Deux d'entre eux, actuellement en quatrième, ont été accueillis dans notre établissement dès septembre Depuis le mois de septembre 2005, une troisième élève a été accueillie en classe de sixième. Ces trois élèves devraient logiquement terminer leur scolarité de collège dans l'établissement. Indépendamment de la diversité de leur handicap, ces trois élèves se caractérisent tous par une situation analogue, savoir une mobilité et une autonomie réduites leur imposant l'usage d'un fauteuil roulant. L'accessibilité de notre collège aux élèves en fauteuil roulant a été la raison principale de l'accueil de la dernière de ces trois élèves, dans la mesure où les établissements de secteur n'assuraient pas cette accessibilité. Le présent rapport a pour but de rendre compte de l'accueil de ces élèves en fauteuil roulant dans les structures de notre collège. Il faut néanmoins préciser que l'établissement accueille et favorise la scolarité d'élèves atteints d'un trouble spécifique du langage, lequel constitue un autre handicap. Ainsi, les personnels du collège Valéri se sont engagés depuis deux ans dans des actions pédagogiques spécifiques en faveur des élèves dyslexiques. Ce n'est donc qu'en fonction d'une commodité d'expression que nous désignerons dans ces lignes par élèves handicapés les élèves atteints d'un handicap visible, tel qu'il se manifeste en l'occurrence de façon évidente par le recours à un fauteuil roulant. La scolarisation des élèves en fauteuil roulant dans notre collège a nécessité plusieurs aménagements qu'il n'est pas inutile de récapituler. Ces aménagements concernent tant l'enseignement et la pédagogie proprement dit que la vie au collège elle-même, notamment sous les angles de la santé et de la sécurité. C'est d'abord à un simple récapitulatif que se bornera l'essentiel du présent rapport. Par la suite, nous ferons part de notre réflexion en cours sur les enjeux de l'accueil des élèves handicapés au collège sur les deux plans de l'autonomie de ces élèves d'une part, et du lien de solidarité à établir avec eux, de la part des élèves dits sans handicap. LA NÉCESSITÉ D'UNE SCOLARITÉ AMÉNAGÉE En l'état actuel des choses et conformément à la réglementation en vigueur, l'accueil des élèves en fauteuil roulant au sein de notre établissement requiert une prise en compte spécifique du handicap de chaque élève, des limitations qui en découlent en matière d'autonomie et des soins susceptibles d'intervenir de façon hebdomadaire. Cette prise en compte débouche sur l'établissement d'un P.P.S. (Projet personnel de scolarisation). Elle est susceptible d'impliquer un aménagement des emplois du temps propre à chaque élève handicapé. Ainsi, la possibilité d'offrir des soins à l'infirmerie du collège implique d'aménager de façon particulière l'emploi du temps de chaque élève, tout particulièrement en le dispensant de cours d'éducation physique et sportive. À l'inverse, dans la mesure où il apparaît souhaitable que tel ou tel enfant assiste à tous les autres enseignements, cet aménagement individuel peut affecter l'emploi du temps de la classe. Dans cette

3 hypothèse, la nécessité, par exemple, de réserver une plage horaire hebdomadaire à de la kinésithérapie peut limiter de façon sensible l'offre hebdomadaire de plages horaires pour l'ensemble des cours. Il appartient aux personnels de direction de l'établissement, en concertation avec le médecin scolaire, les équipes pédagogiques et les parents d'élèves d'évaluer ce type de situation, d'effectuer les arbitrages nécessaires et de prendre les décisions qui s'imposent. Il va sans dire que de tels arbitrages et de telles décisions doivent périodiquement faire l'objet d'un réexamen, dans la mesure où l'évolution personnelle de chaque élève est susceptible de se traduire en termes de fatigue personnelle, tant par rapport aux nécessités du travail à fournir en classe qu'eu égard au volume de soins à subir par ailleurs. À cet égard, les auxiliaires de vie apparaissent comme des interlocuteurs indispensables, dans la mesure où leur activité les met directement et concrètement en prise avec le vécu quotidien de chaque enfant. D'autres aménagements d'ordre pratique sont rapidement apparus nécessaires : il a fallu aménager la salle de technologie pour la rendre accessible, rationaliser l'accès à la demi-pension, ainsi qu'à des toilettes particulières. Sur un plan strictement pédagogique, un travail de réflexion ou d'adaptation, dans certains cas, s'impose. En tant que professeur de français, j'avais donné un devoir d'évaluation impliquant de la part de chaque élève une projection dans l'avenir, projection qui s'est avérée très anxiogène pour un des élèves handicapés. En arts plastique, un sujet avait été donné sur le thème du mouvement. Il va sans dire que de tels sujets apparaissent de prime abord choquants ou pour le moins maladroits ou inopportuns. Au demeurant, ils ne doivent pas être exclus a priori, dès lors que proposer aux élèves handicapés un sujet particulier peut exposer au risque de mettre en exergue le handicap de ces élèves vis-à-vis de leurs pairs, en le faisant percevoir comme dévalorisant. À cet égard, on soulignera que la proposition d'un sujet particulier d'évaluation, en classe de collège, est toujours à même de provoquer l'incompréhension et la confusion de la part d'élèves faisant l'objet de l'évaluation commune, incompréhension et confusion qui peuvent en l'espèce rapidement se traduire en réflexions irréfléchies et comme telles d'autant plus regrettables qu'elles peuvent involontairement blesser. Il y a donc lieu, le plus souvent, de donner des sujets d'évaluation communs, les élèves handicapés se montrant très volontaires quant à leur propre intégration dans le groupe classe. On relèvera à ce propos que les trois élèves handicapés scolarisés dans l'établissement se caractérisent tous et pour des raisons évidentes par une grande maturité par rapport à leurs camarades du même âge. Ainsi se montrent-ils d'autant mieux à même de se projeter dans l'espace de fiction dessiné par des sujets du type de ceux évoqués plus haut qu'ils sont par ailleurs très demandeurs sur le plan scolaire. Il peut néanmoins arriver que le caractère quelque peu formel d'un devoir d'évaluation heurte de façon immédiate leur sensibilité, en faisant par conséquent ponctuellement ressortir leur handicap, ou, plus exactement, leur différence réelle par rapport à leurs pairs. Il appartient à chaque professeur d'établir un rapport de confiance et de bienveillance avec ces élèves afin de parer à toute situation ponctuelle de blocage. Pour ce faire, on pensera, entre autres modalités d'aménagement, à adapter tel ou tel sujet d'évaluation, à faire travailler sur ce sujet en groupe intégrant des élèves handicapés parmi des élèves dits normaux, ou toute autre modalité que le professeur pensera pertinente ou souhaitable. Dans tous les cas, il appartient au professeur d'agir avec tact et discernement. Enfin, la présence d'enfants en fauteuil roulant a nécessité de repenser de façon spécifique les exercices de prévention et d'évacuation en cas d'incendie. Du fait de la lourdeur des fauteuils roulants, il est vite apparu qu'il était manifestement dangereux d'évacuer les élèves en passant par les escaliers, dans l'hypothèse où l'accès à l'ascenseur était impossible. Des fauteuils d'évacuation répondant à cette contrainte ont été achetés par l'établissement. La sensibilisation des élèves sur cette question a permis d'organiser une liste de volontaires et de suppléants, en cas d'alerte : à

4 l'unanimité, les garçons de la classe se sont portés volontaires pour prendre en charge l'évacuation de leurs camarades handicapés. Toutefois l'évolution de la maladie d'un des élèves a entraîné une opération chirurgicale très lourde et susceptible de nuire gravement au pronostic vital de cet élève en cas de chute lors d'un exercice d'évacuation, de sorte qu'il a fallu suspendre la participation de la classe à ces exercices d'évacuation. Une communication régulière entre le professeur principal et les parents d'élèves d'une part, entre le professeur principal, l'équipe de direction et les membres de l'équipe pédagogique d'autre part, s'avère indispensable. Sur un plan strictement pédagogique, il est souhaitable d'associer les élèves du groupe-classe à la réflexion en cours, sans pour autant dévoiler des informations de nature vraiment privée concernant tel ou tel élève. En cours de français en classe de quatrième, la réflexion peut être menée à travers des exercices de type atelier d'argumentation. La perspective d'une évaluation du travail effectué a le mérite de réintégrer dans une certaine normalité scolaire une réflexion devant conduire la classe à une pratique dérogatoire quant à ces exercices d'évacuation. Cette question des exercices d'évacuation et, dans une certaine mesure, le point précédemment abordé, illustrent tout particulièrement l'étroite connexion entre l'aménagement de la scolarité d'un élève en fauteuil roulant telle qu'elle peut être organisée par l'établissement et le rôle actif que les élèves du collège sont appelés à assumer afin de rendre effective l'intégration de ce type d'élève. Éduquer des élèves en fauteuil roulant dans le cadre d'un collège général suppose nécessairement un effort d'éducation spécifique en direction des élèves dits normaux, tant il est vrai qu'une intégration réussie en collège implique de la façon la plus concrète deux logiques de prime abord opposées : celle de l'autonomie et celle de la solidarité. On soulignera de ce point de vue qu'il a été nécessaire, au cours des années précédentes, de faire évoluer la constitution d'une des classes intégrant des élèves handicapés, dans la mesure où cet objectif d'éducation spécifique ne pouvait pas être atteint. LE SENS D'UNE INTÉGRATION RÉUSSIE : UNE INTÉGRATION DANS LES DEUX SENS L'intégration d'un élève en fauteuil roulant au sein d'un établissement s'appréhende à l'évidence comme une intégration dans les deux sens : l'élève handicapé s'intègre d'autant plus facilement que les élèves dits normaux intègrent sa présence en tant que personne handicapée à l'intérieur d'une structure qui requiert par ce fait même un aménagement. À un moment ou un autre, tout aménagement spécifique débouche fatalement sur une offre d'éducation concernant le groupe classe lui-même. Il est alors souhaitable d'investir ce type d'aménagement dans une démarche pédagogique générale. Pour la classe de quatrième dont je suis professeur principal s'est ainsi posée dès les tout premiers jours de cours la question de savoir si les élèves en fauteuil iraient ou non, à l'instar de leurs pairs, chercher à tour de rôle le cahier de texte de classe ainsi que le cahier d'appel. N'ayant pu trouver de réponse toute faite, j'ai proposé aux élèves de réfléchir sur ce thème en élargissant leur réflexion aux enjeux qui distinguent l'équité de l'égalité. La classe dans son ensemble, c'est-à-dire les élèves handicapés ainsi que leurs pairs, a décidé et s'est accordée sur ses propres principes de fonctionnement. Cette situation illustre la dialectique à l'œuvre dans l'intégration : il faut d'abord que le handicap soit reconnu comme tel et que les élèves dit normaux intègrent parmi eux un ou plusieurs élèves en fauteuil roulant pour que cet élève ou ces élèves soient reconnus comme des personnes par leurs pairs, sans considération de leur handicap. Autrement dit et pour faire court, ce n'est qu'en assumant le handicap comme tel que la classe peut se donner les moyens, autant que faire se peut, de le dépasser. À cet égard, il est manifeste que l'intégration des deux élèves en fauteuil roulant en classe de quatrième est aujourd'hui parfaitement réussie, c'est-à-dire, dans les deux sens... La généralisation de l'expérience à plus de deux classes dans notre établissement passe moins par une sensibilisation des personnels que par l'intégration, à

5 terme, du dispositif d'accueil des élèves dits handicapés dans le projet d'établissement. Les personnels du collège poursuivent leurs efforts en ce sens : le principe d'une initiation au secourisme, ou tout au moins aux gestes qui sauvent, a été demandé lors des réunions de cette année concernant le projet d'établissement. Plus concrètement, lors de la semaine multi-activités qui se déroulait pendant que les élèves de quatrième étaient en «bains en entreprise», au début du deuxième trimestre, des actions sur le thème du respect ont été menées dans les locaux du collège, sous l'égide de madame le Principal-adjoint. L'une de ces actions a permis d'accueillir madame Lampert, de l'association des paralysés de France (A.P.F.). La projection d'un film et la discussion avec cette dame, elle-même en fauteuil roulant, dans de nombreuses classes a permis de sensibiliser les élèves aux différents aspects de l'intégration des personnes handicapées dans l'institution scolaire et dans la société en général. S'agissant des bains en entreprise, un problème plus immédiat s'est posé dans la classe de quatrième. Intégrer ou non les deux élèves en fauteuil dans le dispositif commun équivalait non seulement à une évaluation réelle de leur intégration dans l'établissement, mais aussi, dans la mesure où cette intégration dans l'établissement s'appréhende comme le préalable d'une intégration future dans la société, à un premier regard sur leur intégration future dans la société en tant que personnes actives. Je voudrais pour terminer faire part de quelques unes de mes réflexions à ce sujet. En effet, l'expérience du bain en entreprise d'un de ces deux élèves a vraiment constitué un prolongement éclairant quant à cette problématique de l'intégration. Un prolongement d'autant plus éclairant que cette intégration s'inscrivait cette fois dans un tout autre contexte que le contexte scolaire. Il faut d'abord se féliciter que les deux élèves concernés aient chacun pu trouver un lieu d'accueil pour leur bain en entreprise, même si des contraintes de dernière minute ont empêché l'un d'entre eux de pouvoir concrètement effectuer son stage. M'étant personnellement rendu à la bibliothèque Louis Nucéra (i.e. : la principale bibliothèque publique de Nice), qui accueillait dans ses locaux l'un de ces élèves, j'ai pu constater qu'il était possible de faire avancer la cause de l'accueil dans la société et de l'accès au monde du travail des personnes dites handicapées enfants ou adultes, conformément aux principes énoncés en ce sens dans les premières lois adoptées il y a quelque... trente ans. Le succès, dans un cas, et l'échec, dans l'autre, de l'accueil de ces élèves dans un bain en entreprise, montrent plus que jamais que le handicap, au-delà d'une stricte dimension sanitaire, s'appréhende relativement à un contexte local susceptible de gommer, ou au contraire d'accuser, les conséquences pénibles d'une vie en fauteuil roulant. En d'autres termes, au-delà de la souffrance physique ressentie et des limites dans l'autonomie imposées par l'emploi d'un fauteuil roulant, l'aménagement de tout moyen de transport ou de tout local d'enseignement, de travail, de soins, de loisir, etc., en termes d'accessibilité, ne contribue pas seulement à rendre possible l'accueil d'une personne dite handicapée mais réalise effectivement son intégration dans la société en tant que personne comme une autre. Il est évident que l'école, sur cette question, se doit d'assumer un rôle de pionnier en mettant en œuvre de façon concrète les principes dont elle se réclame. C'est en cela que l'accueil d'élèves handicapés ne se limite pas seulement à une action en leur faveur mais s'inscrit en profondeur dans un dispositif d'éducation concernant l'ensemble des élèves et le devenir de la société. Il faut donc souligner, in fine, que les aménagements apportés concernant l'accueil des élèves handicapés sont susceptibles de constituer une sorte d'investissement pédagogique, comme tel exploitable quotidiennement par les professeurs dans le travail de la classe, notamment quant à son éveil aux questions de citoyenneté, de sécurité ou de solidarité. L'intégration des élèves handicapés en établissement général confronte, au sens le plus positif de ce verbe, les grandes et belles idées à des problèmes quotidiens ainsi qu'à leurs solutions par des réalisations concrètes et humaines. L'École, en tant qu'institution et que collectivité, ou plus simplement en tant qu'espace de vie, constitue le lieu privilégié de cette

6 confrontation. Alain GIRARD COLLÈGE JULES VALÉRI, NICE 14 avril 2006

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition pour rendre accessibles les écoles aux personnes à mobilité réduite

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition pour rendre accessibles les écoles aux personnes à mobilité réduite Secrétariat du Grand Conseil P 1798-B Date de dépôt : 11 janvier 2013 Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition pour rendre accessibles les écoles aux personnes à mobilité réduite Mesdames

Plus en détail

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit :

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Lois 31723 p.1 Décret relatif au renforcement de l'éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française D. 12-01-2007 M.B.

Plus en détail

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1:

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1: L'EXEMPLE BELGE La scolarisation des enfants autistes en Belgique Grande Cause Nationale 2012, l'autisme touche près de 440 000 personnes en France. Chaque année, ce sont 5 000 à 8 000 enfants qui naissent

Plus en détail

Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1

Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1 Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1 Ce document, présenté comme un tout, se décline en réalité selon deux

Plus en détail

ASH-63. Livret d accueil. année scolaire 2011-2012

ASH-63. Livret d accueil. année scolaire 2011-2012 ASH-63 Livret d accueil de l auxiliaire de vie scolaire année scolaire 2011-2012 Inspection académique du Puy-de-Dôme Cité Administrative - rue Pélissier Circonscription ASH Bâtiment P - 5 ème étage -

Plus en détail

Le livret du délégué 2011/2012. LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS. Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43

Le livret du délégué 2011/2012. LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS. Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43 Le livret du délégué 2011/2012 LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43 Mail : www.lycee-jeanmoulin.fr 1 Vous avez été élu(e) par vos

Plus en détail

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS 1) Les coopératives et les foyers ne sont pas des moyens de pallier certaines insuffisances financières ou matérielles : Ce

Plus en détail

MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES

MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES A/ EN DEHORS DU TEMPS SCOLAIRE 1. PRÉALABLE Il arrive que des associations, des personnes physiques morales de droit public ou privé, demandent à occuper régulièrement

Plus en détail

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL 1 >>> 2 >>> 3 >>> 4 >>> page AXE 1... 2 AXE 2... 4 AXE 3... 7 AXE 4... 9 1 Favoriser la continuité et la réussite des parcours

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service

Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service du Décret 92-1189 Modifié par Décret 2000-753 2000-08-01 - Article 30 et 31 BO spécial n 2 du 19 février 2009 (Définition

Plus en détail

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE ENTRE : L'Inspecteur d'académie, Directeur des services départementaux de l'education Nationale, Le Président du Comité Départemental U.S.E.P. de l'ain,

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 8827 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 27 septembre 2002 Messagerie Projet de loi ouvrant un crédit de fonctionnement au titre de subvention cantonale

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement

Note de Service spéciale Les modalités d'inspection des enseignants Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015 Tableau d'émargement Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement 1 8 2 9 3 10 4 11 5 12 6 13 7 14 Je demande

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg

Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg Académie de Strasbourg Groupe Professionnel de Secteur CPE Colmar Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg

Plus en détail

«PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» BROUIL

«PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» BROUIL «PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» Juin 2013 Introduction : Les parents sont parmi les principaux bénéficiaires de Paris classe numérique. Grâce à ce nouvel outil, la communication

Plus en détail

Les textes officiels pour l École Primaire www.formapex.com LE NOUVEAU CONTRAT POUR L ÉCOLE 158 DÉCISIONS

Les textes officiels pour l École Primaire www.formapex.com LE NOUVEAU CONTRAT POUR L ÉCOLE 158 DÉCISIONS Les textes officiels pour l École Primaire www.formapex.com LE NOUVEAU CONTRAT POUR L ÉCOLE 158 DÉCISIONS 1994 2 Le Ministre de l'éducation Nationale 1 er septembre 1994 Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Plus en détail

Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans

Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Page 1 Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Sommaire 1. Cadre institutionnel

Plus en détail

Nomination, en JUIN. Contacter l'équipe de l'école. Rencontre avec le futur ancien directeur

Nomination, en JUIN. Contacter l'équipe de l'école. Rencontre avec le futur ancien directeur o - bilan de l'année : évolution du projet d école, actions spécifiques. o - renseignements sur le fonctionnement de l'école, sur les modalités d'évaluation (Livrets...- 4è année de cycle - Enfants en

Plus en détail

Sites pour la vie autonome et évolutions des politiques du handicap

Sites pour la vie autonome et évolutions des politiques du handicap Sites pour la vie autonome et évolutions des politiques du handicap Jean-Pierre BOURELY, Chef du bureau de la vie autonome des personnes handicapées (DGAS) Vie autonome des personnes âgées et des personnes

Plus en détail

TUTORAT. U Guelma. Guide du Tuteur FMISM

TUTORAT. U Guelma. Guide du Tuteur FMISM TUTORAT Guide du Tuteur Définition. Le tutorat est une mission de suivi et d'accompagnement permanents de l'étudiant afin de faciliter son intégration dans la vie universitaire et son accès aux informations

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREFET DU LOIRET COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC VOUS ETES MAIRE! QUEL EST VOTRE ROLE ET QUELLES SONT VOS RESPONSABILITES? PREFECTURE DU LOIRET CABINET

Plus en détail

LA SECURITE DES PERSONNES ET DES BIENS DANS L' EPLE Juillet 2011

LA SECURITE DES PERSONNES ET DES BIENS DANS L' EPLE Juillet 2011 LA SECURITE DES PERSONNES ET DES BIENS DANS L' EPLE Juillet 2011 Cette sélection thématique couvre le vaste domaine de la sécurité des locaux et des équipements, la sécurité des personnes lors de certaines

Plus en détail

D. 30-01-2014 M.B. 09-04-2014

D. 30-01-2014 M.B. 09-04-2014 Docu 39922 p.1 Décret relatif à l'enseignement supérieur inclusif D. 30-01-2014 M.B. 09-04-2014 Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : CHAPITRE

Plus en détail

Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages

Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages www.qualityinternships.eu Préambule Etant donné que:! la passage des jeunes des études au marché de l'emploi devient de plus en plus compliqué

Plus en détail

PRESENTATION DE L'ECOLENSEMBLE

PRESENTATION DE L'ECOLENSEMBLE PRESENTATION DE L'ECOLENSEMBLE Le but de l'écolensemble est d'informer les enseignants en grande section de maternelle et en école élémentaire et de sensibiliser leurs élèves pour accompagner et faciliter

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement Projet d établissement Le Lycée Expérimental de Saint-Nazaire est un établissement public assurant une formation de second cycle de l enseignement secondaire. Il regroupe des enseignants volontaires qui

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES. Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES. Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES Objet Module scolaire, CÔTÉ SCIENCES Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES Public scolaire visé CE2-CM1-CM2 Durée du

Plus en détail

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE - Sondage de l'institut CSA - - Note des principaux enseignements - N 1001198 Février

Plus en détail

Foire aux questions Je n'ai pas de CM2 (mon école est dans un RPI, les CM sont dans un autre village). J'ai quelques chose à faire?

Foire aux questions Je n'ai pas de CM2 (mon école est dans un RPI, les CM sont dans un autre village). J'ai quelques chose à faire? Foire aux questions DSDEN = Direction des services départementaux de l'éducation nationale (ex I.A.) Je n'ai pas de CM2 (mon école est dans un RPI, les CM sont dans un autre village). J'ai quelques chose

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Programme Opérationnel Européen Fonds social européen 2014-2020 FICHE ACTION

Programme Opérationnel Européen Fonds social européen 2014-2020 FICHE ACTION I. OBJECTIFS ET RÉSULTATS 1. Descriptif de l'objectif de l'action Par des stratégies diversifiées, le contrat local d'accompagnement à la scolarité (CLAS), les modules d'accueil en lycée (MODAL), les modules

Plus en détail

Bulletin d'information du bureau de la formation continue des adultes

Bulletin d'information du bureau de la formation continue des adultes direction de l'enseignement scolaire n 24 Bulletin d'information du bureau de la formation continue des adultes Dernière minute Nous apprenons que nos collègues de la Dafco de Toulouse ont été aussi victimes

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

A.Gt 09-12-2005 M.B. 09-02-2006. Modifications : A.Gt 13-06-2008 - M.B. 12-08-2008 D. 17-07-2013 M.B. 21-08-2013

A.Gt 09-12-2005 M.B. 09-02-2006. Modifications : A.Gt 13-06-2008 - M.B. 12-08-2008 D. 17-07-2013 M.B. 21-08-2013 Lois 30321 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant le programme et les conditions de validité de l'enseignement clinique pour l'obtention du grade académique de bachelier en soins

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Version 10.1. Télé-services. Fil Conducteur- responsables. Les manipulations

Version 10.1. Télé-services. Fil Conducteur- responsables. Les manipulations Version 10.1 Télé-services Fil Conducteur- responsables Les manipulations 1 GÉNÉRALITÉS 1.1 OFFRE DE «TÉLÉ-SERVICES»... 3 1.2 INFORMATION DES RESPONSABLES...... 4 2 GÉNÉRALITÉS 2.1 CONNEXION À L'APPLICATION......

Plus en détail

IFAP ROCKEFELLER 4 avenue Rockefeller 69373 LYON CEDEX 08

IFAP ROCKEFELLER 4 avenue Rockefeller 69373 LYON CEDEX 08 IFAP ROCKEFELLER 4 avenue Rockefeller 69373 LYON CEDEX 08 En réponse à votre demande, vous trouverez les renseignements relatifs au concours et à la formation d'auxiliaires de puériculture. Cordialement.

Plus en détail

Fiche n 4 : Les sanitaires à usage commun dans les ERP existants

Fiche n 4 : Les sanitaires à usage commun dans les ERP existants Janvier 2013 Fiche n 4 : Les sanitaires à usage commun dans les ERP existants Le contexte Les sanitaires sont un service annexe mais essentiel proposé par les magasins, les commerces, les établissements

Plus en détail

MASTER Mention MEEF. «Métiers de l Enseignement, l Education et la Formation Second Degré». Spécialité : HISTOIRE-GEOGRAPHIE

MASTER Mention MEEF. «Métiers de l Enseignement, l Education et la Formation Second Degré». Spécialité : HISTOIRE-GEOGRAPHIE MASTER Mention MEEF «Métiers de l Enseignement, l Education et la Formation Second Degré». Spécialité : HISTOIRE-GEOGRAPHIE Nouveau master mis en place à compter de septembre 2013 pour les M1. Pour le

Plus en détail

APPLICATION DAO47 DOSSIER D'ACTION D'OUVERTURE. Guide pour les demandeurs

APPLICATION DAO47 DOSSIER D'ACTION D'OUVERTURE. Guide pour les demandeurs APPLICATION DAO47 DOSSIER D'ACTION D'OUVERTURE Guide pour les demandeurs Adil Elassal dao.47@ac-bordeaux.fr Sommaire 1 Objectifs de l'application...3 2 Modalités d'utilisation de l'application...3 2 1

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

CREDITS EPS ET DECENTRALISATION

CREDITS EPS ET DECENTRALISATION Pierre AGERT - Professeur d'eps, Conseiller Technique à la Cellule EPS du Rectorat de Rouen. CREDITS EPS ET DECENTRALISATION L'étude porte sur les crédits alloués par les collectivités territoriales (région

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

NOR: INTC0000278C. (BO Intérieur page 2000-4 page 117)

NOR: INTC0000278C. (BO Intérieur page 2000-4 page 117) Circulaire du 30 novembre 2000 relative à l'exercice des fonctions et aux conditions d'activité d'infirmier et d'infirmière relevant des services de la police nationale NOR: INTC0000278C (BO Intérieur

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A L OUVERTURE ET A L EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS D EDUCATION A LA SECURITE ROUTIERE

CAHIER DES CHARGES RELATIF A L OUVERTURE ET A L EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS D EDUCATION A LA SECURITE ROUTIERE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L EQUIPEMENT ET DES TRANSPORTS DIRECTION DES TRANSPORTS ET DE LA SECURITE ROUTIERE CAHIER DES CHARGES RELATIF A L OUVERTURE ET A L EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS D EDUCATION

Plus en détail

Charte Les projets pédagogiques / éducatifs au LEAP

Charte Les projets pédagogiques / éducatifs au LEAP Lycée d Enseignement Agricole Privé de St Maximin Chemin du Prugnon 83470 SAINT MAXIMIN Tel : 04 94 86 52 93 Fax : 04 94 59 78 91 E Mail : st-maximin@cneap.scolanet.org Fait à St Maximin, le 2 janvier

Plus en détail

J EMMENE MA CLASSE A LA PISCINE

J EMMENE MA CLASSE A LA PISCINE J EMMENE MA CLASSE A LA PISCINE Textes de référence : Circulaire n 2011-090 du 7 juillet 2011-BO n 28 du 14 juillet 2011 PEAMBULE : - La natation est partie intégrante de l enseignement de l EPS à l école

Plus en détail

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels»

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Le présent rapport a pour objet de donner une appréciation générale

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSEVAULX EN VELIN Document 6 : Demijournée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Synthèse des échanges sur la mise en œuvre des leviers

Plus en détail

STATUT LE TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

STATUT LE TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE STATUT LE TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Fiche statut 7 novembre 2013 Références: - Directive européenne n 93-104/CE du 23 novembre 1993 - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant

Plus en détail

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE.

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. Cette épreuve permet de valider les compétences C1, C2, C3 et T2 du référentiel au travers de la démarche de projet 15 que le candidat aura mis en œuvre.

Plus en détail

Guide des parents d'élèves du secondaire

Guide des parents d'élèves du secondaire Plateforme d'enseignement à distance du Lycée Français du Caire Guide des parents d'élèves du secondaire Aider ses enfants à travailler en autonomie sur la plateforme Aide à la résolution des problèmes

Plus en détail

gras souligné. gras Décret n 2007-230 du 20 février 2007 Nouveau texte en fonction du décret du 7 juin 2010 Chapitre IV Chapitre IV

gras souligné. gras Décret n 2007-230 du 20 février 2007 Nouveau texte en fonction du décret du 7 juin 2010 Chapitre IV Chapitre IV .Lecture : Dans la colonne 1, les dispositions supprimées ou modifiées (en colonne 2) figurent en gras souligné. Dans la colonne 2, les dispositions modifiées ou nouvelles figurent en gras en fonction

Plus en détail

CHARTE DYSLEXIE. en faveur des élèves du secondaire présentant des troubles spécifiques du langage écrit. Collège Grégoire de Tours Marlenheim 2012

CHARTE DYSLEXIE. en faveur des élèves du secondaire présentant des troubles spécifiques du langage écrit. Collège Grégoire de Tours Marlenheim 2012 CHARTE DYSLEXIE en faveur des élèves du secondaire présentant des troubles spécifiques du langage écrit Collège Grégoire de Tours Marlenheim 2012 Préambule Les élèves présentant des troubles du langage

Plus en détail

Marion LOIRET L3.BCP Université Paul Sabatier - Toulouse. ASTEP : Les 5 sens à l'école maternelle

Marion LOIRET L3.BCP Université Paul Sabatier - Toulouse. ASTEP : Les 5 sens à l'école maternelle Marion LOIRET L3.BCP Université Paul Sabatier - Toulouse ASTEP : Les 5 sens à l'école maternelle ASTEP : Les 5 sens à l'école maternelle I. Contexte - Présentation, Profils d'élèves II. Projet d'intervention

Plus en détail

POSTES A PROFIL POUR IEN BAR-LE-DUC

POSTES A PROFIL POUR IEN BAR-LE-DUC POSTES A PROFIL POUR IEN BAR-LE-DUC ANIMATEUR INFORMATIQUE...2 ANIMATION SOUTIEN COORDONATEUR RRS...3 CONSEILLER PEDAGOGIQUE ADJ. IEN...4 CONSEILLER PEDAGOGIQUE EPS...5 DISPOSITIF CLIN...6 ITINÉRANT LANGUES...7

Plus en détail

TITRE 1 - DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE 1 - DISPOSITIONS GÉNÉRALES CONVENTION RELATIVE AUX PÉRIODES DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Pour les étudiants de... Vu le code du Travail, notamment ses articles L 4153-1, R. 4153-41 à R. 4153-44 et R. 4153-46, Vu le code de l

Plus en détail

FORMATIONS D'INITIATIVE DEPARTEMENTALE. hors R3

FORMATIONS D'INITIATIVE DEPARTEMENTALE. hors R3 FORMATIONS D'INITIATIVE DEPARTEMENTALE hors R3 Dispositifs avec candidature individuelle 7 DISPOSITIF : 09D0640014 - SCOLARISER UN ELEVE EN SITUATION DE HANDICAP EN MILIEU ORDINAIRE - BEARN Module : 1031

Plus en détail

Novembre 2012. Fiche n 2 : L accès à l établissement recevant du public depuis le trottoir

Novembre 2012. Fiche n 2 : L accès à l établissement recevant du public depuis le trottoir Novembre 2012 Fiche n 2 : L accès à l établissement recevant du public depuis le trottoir Le contexte Pouvoir entrer dans l ERP : une priorité dans le cadre de la mise en accessibilité du commerce L essentiel

Plus en détail

Licence Professionnelle Assistant Ressources Humaines

Licence Professionnelle Assistant Ressources Humaines Licence Professionnelle Assistant Ressources Humaines Domaine : Droit, Economie, Gestion Dénomination nationale : Gestion des ressources humaines Organisation : Ecole Universitaire de Management Lieu de

Plus en détail

LE CONTRAT DOCTORAL : QUESTIONS/REPONSES. Recrutement des doctorants contractuels régis par le décret du 23 avril 2009

LE CONTRAT DOCTORAL : QUESTIONS/REPONSES. Recrutement des doctorants contractuels régis par le décret du 23 avril 2009 LE CONTRAT DOCTORAL : QUESTIONS/REPONSES Recrutement des doctorants contractuels régis par le décret du 23 avril 2009 Etablissements employeurs Quels sont les établissements qui peuvent recruter un doctorant

Plus en détail

Nous vous en remercions par avance au nom de la confédération Jeunesse au Plein Air, mais aussi et surtout au nom de tous les enfants et les jeunes.

Nous vous en remercions par avance au nom de la confédération Jeunesse au Plein Air, mais aussi et surtout au nom de tous les enfants et les jeunes. Madame, Monsieur l'inspecteur d'académie Madame, Monsieur l'inspecteur de l'éducation nationale Objet : Campagne de solidarité de La Jeunesse au Plein Air Monsieur l Inspecteur d Académie, Les enseignants,

Plus en détail

Finlande : chaque élève est important

Finlande : chaque élève est important Finlande : chaque élève est important PHOVOIR Introduction «Chaque élève est important. 1» La Finlande est un petit pays de cinq millions d'habitants fortement engagé dans l'europe. Son école mérite le

Plus en détail

Objet: stages pour les candidats secouristes-ambulanciers

Objet: stages pour les candidats secouristes-ambulanciers . MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE L'ENVIRONNEMENT Al' ADMINISTRATION DES SOINS DE SANTE Secours Sanitaires à la Population Civile Service 100. 1010 BRUXELLES, 0 9 nec.1001 Cité

Plus en détail

Préfecture des Bouche s du Rhône Direction des Territoires et de la Mer des Bouche s du Rhône. Les commissions d accessibilité (17/06/2014)

Préfecture des Bouche s du Rhône Direction des Territoires et de la Mer des Bouche s du Rhône. Les commissions d accessibilité (17/06/2014) Préfecture des Bouche s du Rhône Direction des Territoires et de la Mer des Bouche s du Rhône Les commissions d accessibilité (17/06/2014) Sommaire 1- La Commission Consultative Départementale de Sécurité

Plus en détail

PARCE QUE L ÉCOLE MÉRITE LE MEILLEUR

PARCE QUE L ÉCOLE MÉRITE LE MEILLEUR Collèges et lycées PARCE QUE L ÉCOLE MÉRITE LE MEILLEUR Depuis 1999, PRONOTE permet à chacun de se familiariser, à son rythme, au numérique à l école. S adressant à toute la communauté éducative, PRONOTE

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE COLLECTIVITES TERRITORIALES DES METIERS TECHNIQUES DES. à la rentrée universitaire 2008/2009 au Campus Mazier - Saint-Brieuc

LICENCE PROFESSIONNELLE COLLECTIVITES TERRITORIALES DES METIERS TECHNIQUES DES. à la rentrée universitaire 2008/2009 au Campus Mazier - Saint-Brieuc LICENCE PROFESSIONNELLE DES METIERS TECHNIQUES DES COLLECTIVITES TERRITORIALES à la rentrée universitaire 2008/2009 au Campus Mazier - Saint-Brieuc Projet partenarial Naissance du projet régional Dans

Plus en détail

L'accueil familial des personnes âgées et des personnes adultes handicapées en Tarn-et-Garonne

L'accueil familial des personnes âgées et des personnes adultes handicapées en Tarn-et-Garonne L'accueil familial des personnes âgées et des personnes adultes handicapées en Tarn-et-Garonne La profession d'accueillant familial Une activité professionnelle au service de la personne accueillie Être

Plus en détail

Septième partie. Les cartes pour personnes handicapées

Septième partie. Les cartes pour personnes handicapées Septième partie Les cartes pour personnes handicapées 151 CHAPITRE 1 LA CARTE D INVALIDITÉ La carte d invalidité est délivrée à toute personne dont le taux d incapacité permanente est au moins de 80% ou

Plus en détail

Dossier de presse. Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013. 19 Mars 2013

Dossier de presse. Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013. 19 Mars 2013 Dossier de presse Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013 19 Mars 2013 Contacts presse : Myra Frapier-Saab 06 70 10 82 24 1 Les enjeux Le nombre croissant de personnes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

Prospective des besoins d'hébergement en établissement pour les personnes âgées dépendantes

Prospective des besoins d'hébergement en établissement pour les personnes âgées dépendantes Prospective des besoins d'hébergement en établissement pour les personnes âgées dépendantes Premier volet : détermination du nombre de places en 2010, 2015 et 2025 Mission conduite par Stéphane Le Bouler

Plus en détail

DETACHEMENT FIN REINTEGRATION AVANT TERME. 1- Détachement interrompu par l'administration d'origine ou par l'organisme d'accueil

DETACHEMENT FIN REINTEGRATION AVANT TERME. 1- Détachement interrompu par l'administration d'origine ou par l'organisme d'accueil DETACHEMENT FIN Le détachement est toujours prononcé pour une durée déterminée (art. 64 loi n 84-53 du 26 janv. 1984) ; il prend alors normalement fin au terme initialement prévu, si aucun renouvellement

Plus en détail

Institut de la Sainte-Famille - Virton Projet d établissement

Institut de la Sainte-Famille - Virton Projet d établissement Institut de la Sainte-Famille - Virton Projet d établissement Mai 2013 Qu est-ce qu un projet d établissement? Ce document exprime la volonté collective de réaliser pendant les années à venir les actions

Plus en détail

BREVET INFORMATIQUE ET INTERNET (B2i) ÉCOLE - COLLÈGE N.S. n 2000-206 du 16-11-2000 NOR : MENE0002976N RLR : 549-2 MEN - DESCO A1 - A2

BREVET INFORMATIQUE ET INTERNET (B2i) ÉCOLE - COLLÈGE N.S. n 2000-206 du 16-11-2000 NOR : MENE0002976N RLR : 549-2 MEN - DESCO A1 - A2 Bulletin Officiel du ministère de l'education Nationale et du ministère de la Recherche N 42 du 23 novembre www.education.gouv.fr/bo/2000/42/encart.htm - nous écrire ENCART * Brevet informatique et internet

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE (Adoptée par le Conseil d administration lors de son assemblée régulière du 2 juin 2004) 1. PRINCIPE DIRECTEUR LE COLLÈGE, UN MILIEU

Plus en détail

Premiers pas sur e-lyco

Premiers pas sur e-lyco Premiers pas sur e-lyco A destination des parents, ce document présente les premiers éléments pour accéder aux services de l'ent e-lyco d'un lycée. Que signifient ENT et e-lyco? ENT = Espace ou Environnement

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

Instruction permanente prévention Doctrine GN8

Instruction permanente prévention Doctrine GN8 PRÉFET DE L'AIN Application des principes fondamentaux de conception et d'exploitation d'un ERP pour tenir compte des difficultés rencontrées lors de l'évacuation Table des matières 1 - Principes...2 2

Plus en détail

AIDE À DOMICILE. Le métier abordé dans ce film est celui d aide à domicile qui relève du secteur social.

AIDE À DOMICILE. Le métier abordé dans ce film est celui d aide à domicile qui relève du secteur social. JE SUIS... Santé - Social - Soins esthétiques AIDE À DOMICILE Réalisation : Luc Millet Production exécutive : CRIPT Sylvestre Audiovisuel Production : Educagri éditions, DRAF SRFD Pays de la Loire, ONISEP

Plus en détail

Faculté de droit de l Université Jean Moulin Lyon 3. Année universitaire 2007-2008 DOSSIER PEDAGOGIQUE DU MASTER 2 «DROIT ET INGENIERIE FINANCIERE»

Faculté de droit de l Université Jean Moulin Lyon 3. Année universitaire 2007-2008 DOSSIER PEDAGOGIQUE DU MASTER 2 «DROIT ET INGENIERIE FINANCIERE» Faculté de droit de l Université Jean Moulin Lyon 3 Année universitaire 2007-2008 MASTER : DROIT DES AFFAIRES MASTER 2 : DROIT ET INGENIERIE FINANCIERE Directrice : Madame S. DANA-DEMARET DOSSIER PEDAGOGIQUE

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION 1 MASTER 2 MEEF en ALTERNANCE PRESENTATION GENERALE 2 La professionnalisation en alternance que vous allez vivre cette année vous permettra d entrer dans le métier

Plus en détail

Ministère de l'éducation nationale ABSENCES * * * PHASE 2 le fil conducteur de l UTILISATION

Ministère de l'éducation nationale ABSENCES * * * PHASE 2 le fil conducteur de l UTILISATION Ministère de l'éducation nationale ABSENCES * * * PHASE 2 le fil conducteur de l UTILISATION Diffusion Nationale SCONET Novembre 2009 SOMMAIRE GENERALITES...5 1- UTILISER LE PLEIN ÉCRAN DANS SCONET-ABSENCES...6

Plus en détail

PRESENTATION DE LA MDPH

PRESENTATION DE LA MDPH PRESENTATION DE LA MDPH 1) LA LOI HANDICAP DU 11/02/2005 La loi handicap de 2005 (la précédente remonte à 1975) a révolutionné tant les institutions dans leur fonctionnement, que l accueil des élèves dans

Plus en détail

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire Nathalie Gettliffe, Université de Strasbourg Hortense Rengade-Bouchard, Académie

Plus en détail

2004-166 du 5 octobre 2004 relative à la simplification du régime d'entrée en vigueur, de transmission et de contrôle des actes des EPLE

2004-166 du 5 octobre 2004 relative à la simplification du régime d'entrée en vigueur, de transmission et de contrôle des actes des EPLE Circulaire du 27 décembre 1985 1 (Intérieur et Décentralisation : Collectivités locales ; Economie, Finances et Budget ; Education nationale ; Budget et Consommation) Texte adressé aux commissaires de

Plus en détail

RÉFÉRENCES OFFICIELLES FINALITÉS DE L EPS

RÉFÉRENCES OFFICIELLES FINALITÉS DE L EPS - 6 e BO n 29 du 18 juillet 1996 - Cycle central BO n 5 du 30 janvier 1997 et BO hors série n 1 du 13 février 1997-3 e BO n 10 du 15 octobre 1998 RÉFÉRENCES OFFICIELLES - Arrêté du 8 juillet 2008 - J.O.

Plus en détail