Handicap et cinéma. en Europe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Handicap et cinéma. en Europe"

Transcription

1 Handicap et cinéma en Europe Juillet 2003 Service des études, Des statistiques et de la prospective

2 Cette étude a été réalisée par : Florence Levy, Julie Lethiphu, Benoît Danard Service des études, des statistiques et de la prospective Centre national de la cinématographie 12 rue de Lübeck Paris Cedex 16 Tél : Fax : HANDICAP ET CINEMA en Europe 2

3 Sommaire SYNTHÈSE... 4 AVANT-PROPOS... 7 MÉTHODOLOGIE... 9 IDENTIFICATION DES PROBLÈMES LIÉS À L ACCESSIBILITÉ I. L accessibilité physique A. Accès et circulation à l intérieur du bâtiment...11 B. Equipements...11 C. Placement dans la salle...12 II. Accès à l information III. Accès aux films A. Personnes sourdes et malentendantes...12 B. Personnes aveugles et malvoyantes...13 UN CADRE LÉGISLATIF HÉTÉROGÈNE EN EUROPE I. Disparité des obligations suivant les salles A. Des efforts quasi unanimes envers l accessibilité physique des bâtiments neufs...14 B. Une volonté moins évidente pour les cinémas déjà existants...15 II. Déséquilibre des contraintes suivant la nature du handicap A. Accessibilité physique : faible prise en compte du handicap sensoriel...16 B. Vide juridique quant aux autres formes d accessibilité...17 III. Incitations et initiatives locales A. L initiative laissée aux associations B. Les impulsions de certains Etats...18 UNE DÉLICATE ÉVALUATION CHIFFRÉE I. Des données rares et à manipuler avec précaution A. Absence de statistiques officielles ou de circulation des données...20 B. La multiplicité des sources et des critères...20 II. Analyse des résultats disponibles A. Deux tiers des pays sans statistiques...21 B. Quelques enquêtes aux bilans mitigés...22 CONCLUSION HANDICAP ET CINEMA en Europe 3

4 Synthèse L analyse des conditions d accessibilité des personnes handicapées aux salles de cinéma en Europe soulève de multiples ambiguïtés sémantiques. Le champ de cette étude doit donc d abord être clairement défini : quelles solutions sont proposées aux personnes ayant un handicap moteur ou sensoriel afin d accéder aux salles, aux équipements des cinémas, mais aussi à l information et aux films dans de bonnes conditions? L enquête porte sur les quinze membres actuels de l Union Européenne ainsi que sur trois de ses futurs adhérents (Hongrie, Pologne, Lettonie), soit dix-huit pays. Le cadre juridique varie sensiblement d un pays à l autre L accessibilité physique aux salles Elle est, dans la majorité des pays, obligatoire pour les constructions et les rénovations de cinémas. Sur l ensemble des pays étudiés, un seul, le Luxembourg, ne l impose pas ; quelques autres concèdent un seuil de taille minimale pour procéder aux aménagements nécessaires (Belgique, Pays-Bas ). Hormis ces exceptions, les autres législations imposent des normes d accessibilité aux établissements neufs. Seulement, certains Etats ont adopté ces mesures depuis une, voire plusieurs, décennies (Danemark, France), quand d autres viennent ou sont sur le point de se doter de dispositifs adéquats (Allemagne, Belgique). Le décalage temporel entre la promulgation des lois implique de fortes disparités dans les conditions d accessibilité au parc de salles, même entre des pays ayant des régimes juridiques aujourd hui proches. Les normes techniques détaillées définissant l accessibilité ne font pas l objet d une uniformisation entre les pays. Si l esprit des lois se rejoint souvent, leurs modalités d application divergent souvent, d où une disparité sensible des conditions réelles de l accessibilité. Quant aux établissements cinématographiques construits avant l adoption de normes d accessibilité, très peu de pays les contraignent à s y résoudre. Le Portugal ou la Suède ont fixé des dates butoirs à l issue desquelles tous les bâtiments ouverts au public devront offrir une bonne accessibilité physique. Cependant, ces échéances approchent sans qu aucune évaluation de l application des mises aux normes ne soit disponible. C est au Royaume-Uni que sera appliquée dès 2004 la législation la plus poussée en Europe. Les exploitants devront réaliser les aménagements (raisonnables) nécessaires à la pleine accessibilité de leurs salles, au risque d être accusés de discriminer les personnes handicapées. Ces dispositifs juridiques suppriment les obstacles à l accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, terme qui comprend, entre autres, les personnes ayant un handicap moteur, mais aussi un handicap sensoriel. Cependant, les standards, généralement pensés en priorité pour les personnes en fauteuils roulants, sont souvent incomplets. De même, la prise en compte du handicap sensoriel au sein des aménagements architecturaux est mineure. Ceux-ci ne considèrent souvent que de manière partielle et ponctuelle l accès, la circulation ou encore l évacuation des personnes victimes d un tel handicap. L accessibilité à l information Elle concerne les personnes ayant un handicap sensoriel et devrait faire partie intégrante des lois sur l accessibilité. Or, elle est souvent négligée et le droit ne traite en général que de la dimension HANDICAP ET CINEMA en Europe 4

5 architecturale de l accessibilité. Les contraintes légales sur l accès à l information sont réduites alors que, pour les personnes malvoyantes ou malentendantes, il est crucial de prendre connaissance des programmes et horaires des séances. Aujourd hui, la nouvelle dimension de l accès à l information, par le biais des nouvelles technologies, suscite un regain d intérêt. Les Etats, associations et entreprises se penchent sur la question. Mais, malgré cette attention, rien ne contraint encore ou n encourage les établissements cinématographiques à prendre en compte le handicap sensoriel, par exemple lors de la construction de leur site Internet. L accessibilité aux films Les personnes en fauteuil roulant peuvent rencontrer des difficultés à suivre le film, lorsqu elles sont placées au premier rang ou dans les allées des salles. Ces emplacements limitent la possibilité de profiter pleinement du film. Cependant, ces difficultés concernent surtout les personnes malentendantes ou malvoyantes. Des dispositifs ont été élaborés palliant le défaut d images ou de sons : l audiovision, le sous titrage ou encore les boucles magnétiques. Seulement, ces systèmes sont encore rarement installés. Quelques Etats comme le Danemark soutiennent certains projets. Mais les incitations sont encore rares. De multiples associations prennent alors le relais pour organiser des projections spéciales. Toutefois, celles-ci se déroulent dans des conditions délicates, sont encore peu nombreuses et reposent sur des équilibres économiques précaires. L implantation de solides réseaux nationaux d équipements à destination des malvoyants ou malentendants n est pour le moment en cours qu au Royaume-Uni. Suite à la collaboration entre l Etat et des entreprises déjà implantées aux Etats-Unis, un réel marché se crée et s étend, répondant aux besoins des personnes ayant un handicap sensoriel. Une évaluation difficile Il s agit du principal écueil à l évaluation de l accessibilité des salles de cinéma en Europe. Quels effets contraignants ont les différentes législations, actions associatives, initiatives privées? Les outils de mesure sont rares, hétérogènes et mal définis. Très peu d enquêtes officielles sont menées. Les données recueillies sont donc éparses, et ne constituent pas un panorama européen exhaustif. Surtout, leur hétérogénéité ne permet pratiquement pas de comparer les situations et, par conséquent, les effets respectifs des différentes politiques. Au niveau de l accessibilité physique, les chiffres recueillis varient considérablement d un pays à l autre. D une manière générale, les enquêtes présentent des taux plus ou moins importants d établissements cinématographiques offrant des accès pour les fauteuils roulants, c est-à-dire évitant les escaliers. Les chiffres atteignent alors près de 80% d accessibilité en Espagne, ou encore 50% à Budapest. Par contre, lorsque sont prises en compte toutes les composantes d une réelle accessibilité (accès, circulation mais aussi sanitaires adaptés, parkings, évacuations ), les taux tombent très bas. Quant aux dispositifs pour les personnes ayant un handicap sensoriel, ils sont globalement très peu répandus. Cependant, les chiffres reflètent une corrélation entre l implantation de tels aménagements et l existence d aides et d incitations étatiques. Ainsi, au Danemark, les subventions à l installation de boucles magnétiques ont engendré des résultats encourageants puisqu un tiers des cinémas sondés sont dotés de ce dispositif. Ce système permet de diffuser un film via une boucle magnétique vers des récepteurs distribués aux personnes handicapées à l entrée de la salle. De même au Royaume-Uni, le HANDICAP ET CINEMA en Europe 5

6 parc de salles de cinéma équipées d un système d audiovision est de loin le plus développé d Europe avec près de 100 établissements et ce, sous les impulsions conjointes des entreprises et de l Etat. L accessibilité des salles de cinéma en Europe HANDICAP ET CINEMA en Europe 6

7 Avant-propos Objectifs La préoccupation de l intégration des personnes handicapées frappe prioritairement le monde du travail et celui des transports. Cependant, les secteurs de la culture et des loisirs y participent également. Parmi les multiples défis liés à l accès à la culture, figure l accessibilité aux salles de cinéma au plus grand nombre. Avec, pour l Union Européenne, un parc de plus de écrans 1 et 929 millions d entrées en 2001, soit une fréquentation annuelle de 2,5 films par habitant, le cinéma en salles représente l une des pratiques culturelles les plus répandues et les plus démocratisées 2. Quelles initiatives et quels dispositifs législatifs ont été mis en œuvre? Parallèlement, quels problèmes demeurent, rendant impossible ou très difficile l accès des personnes handicapées aux salles de cinéma? Cette étude dresse un panorama des différentes réalités rencontrées par les personnes ayant un handicap physique ou sensoriel dans les salles de cinéma en Europe. Définitions Le handicap 2003 a été proclamée «Année européenne des personnes handicapées». Il est généralement admis que le nombre de personnes handicapées au sein de l Union Européenne s élève à 37 millions, soit une personne sur dix. Le chiffre atteint 80 millions si l ensemble du continent européen est pris en compte. Les statistiques sont toutefois rares et souvent controversées tant les définitions du handicap demeurent floues et font l objet de vifs débats. Il n existe pas aujourd hui de consensus sur la terminologie à employer. La déclaration des droits des personnes handicapées (ONU ) définit comme suit la personne handicapée : «toute personne dans l incapacité d assurer par elle-même tout ou partie des nécessités d une vie individuelle ou sociale normale, du fait d une déficience, congénitale ou non, de ses capacités physiques ou mentales». Par ailleurs, le terme de «personne à mobilité réduite» désigne, dans son acception large, toute personne dont la mobilité est entravée, de façon temporaire ou permanente, quelle qu'en soit la cause. Cela revient à prendre en considération les personnes se déplaçant en fauteuil roulant ou à l'aide de béquilles mais aussi les personnes âgées, les adultes avec de jeunes enfants ou des landaus, les femmes enceintes, ou encore les personnes de forte corpulence. D après ces définitions, il apparaît alors que la présente étude ne porte ni sur l ensemble des personnes handicapées, ni sur l ensemble des personnes à mobilité réduite. L accent sera porté uniquement sur les personnes ayant un handicap moteur ou sensoriel, c est-à-dire dépendantes d un fauteuil roulant ou d un moyen artificiel d aide à la marche, ainsi que les personnes ayant une déficience visuelle et/ou auditive. 1 Source : Média Salles Source : Bilan du CNC HANDICAP ET CINEMA en Europe 7

8 L accessibilité L accessibilité est aujourd hui une notion essentielle à la compréhension et à l atténuation du handicap. Le handicap ne désigne pas l incapacité elle-même mais la perte ou la restriction des possibilités de participer à la vie collective liée à l incapacité. Ainsi, elle sera atténuée au sein d un environnement adapté. Un environnement mieux adapté et accessible permet donc non seulement une non-discrimination de la personne handicapée, mais surtout une réduction du handicap. C est pourquoi l accessibilité a été particulièrement mise en exergue depuis l adoption des «règles standards pour l égalisation des chances des personnes handicapées» par l ONU en L accessibilité constituait l une des huit cibles pour une participation égale de tous les individus à la vie collective. Aux termes de cet acte, les Etats devaient mettre en place des programmes d action afin de rendre l environnement plus accessible. Pourtant, malgré la place centrale accordée aujourd hui à la thématique de l accessibilité, aucune définition consensuelle n existe en Europe. Ce manque de clarté terminologique fut source de difficultés tant au niveau de l analyse que de la mesure de l accessibilité dans les salles de cinéma. HANDICAP ET CINEMA en Europe 8

9 Méthodologie L étude concerne essentiellement les quinze pays membres en 2003 de l Union Européenne : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède. Cependant, et afin de tenir compte du prochain élargissement de l Union Européenne, trois des futurs adhérents ont été contactés : la Hongrie, la Pologne et la Lettonie. L enquête a finalement porté sur dix-huit pays. Dans la plupart des pays, l aide des attachés audiovisuels des ambassades de France a été sollicitée. De nombreux autres contacts ont été établis, notamment avec les différents ministères des affaires sociales, parfois avec les équivalents étrangers du CNC, et très souvent avec le milieu associatif et les organisations de représentation des personnes handicapées. Malgré la multiplicité de ces contacts, le taux de retour n est pas maximal. Pour quelques rares pays aucun contact ne s est révélé fructueux, et plus souvent les réponses se sont concentrées sur un type de handicap ou sur un aspect seulement de l étude et ne sont donc pas complètes par rapport au sujet. Le tableau suivant rappelle ainsi les réponses et le type des réponses obtenues : Données légales Données chiffrées Pas de réponse Allemagne Autriche Belgique Danemark Espagne Finlande France Grèce Hongrie Irlande Italie Lettonie Luxembourg Pays-Bas Pologne Portugal Royaume-Uni Suède Il convient de préciser que pour la France, le CNC dressera dans les mois à venir en collaboration avec les organisations professionnelles un état des lieux statistiques de l accessibilité du parc de salles. HANDICAP ET CINEMA en Europe 9

10 Identification des problèmes liés à l accessibilité Le handicap moteur implique essentiellement une gestion de l accessibilité physique aux salles de cinéma, contrairement au handicap sensoriel, qui soulève aussi les questions de l accès à l information et même au film. I. L accessibilité physique A. Accès et circulation à l intérieur du bâtiment Les personnes handicapées doivent avoir la possibilité d entrer et de sortir sans difficultés dans l enceinte d un cinéma et de circuler à l intérieur du bâtiment. Autrement dit, elles devraient pouvoir se rendre dans chacune des salles, mais aussi aux guichets, aux comptoirs confiseries ou aux toilettes. L accès aux salles est donc subordonné à des aménagementsrelatifs aux infrastructures: Pour les personnes ayant un handicap moteur : - la construction de rampes et d ascenseurs, - des escaliers le plus court possible et franchissables à l aide d une tierce personne, - des revêtements adaptés dans les salles et corridors, - des passages et des portes suffisamment larges, - des poignées de portes placées à hauteur raisonnable. Pour les personnes aveugles ou malvoyantes : - des contrastes de couleurs entre les murs et les sols, entre les murs et les portes, dans les escaliers (nez de marches visibles), - une absence d obstacles dangereux ou gênants dans les axes de circulation, - des repères au sol pour éveiller l attention, - une main courante dans les escaliers, - un éclairage correct, - la possibilité d être accompagné d un chien guide. Pour les personnes sourdes ou malentendantes : - une absence de perturbations acoustiques. B. Equipements Non seulement accessibles mais aussi adaptées, les sanitaires doivent être : - suffisamment larges pour laisser entrer et sortir un fauteuil roulant, - aménagés avec, par exemple, la pose de barres d appui, - des signaux d alarme sonores et visuels (gyrophares) en cas d évacuation du bâtiment. HANDICAP ET CINEMA en Europe 10

11 Par ailleurs, la seule présence d ascenseurs accessibles est insuffisante. Ils doivent comporter un certain nombre d aménagements, notamment pour les personnes ayant un handicap sensoriel : - des signaux visuels et sonores indiquant les étages, - des boutons contrastés et en relief ou en braille, - des alarmes sonores et visuelles (gyrophares) en cas d évacuation du bâtiment. Les places de parking sont, elles aussi, importantes. Celles-ci doivent être réservées, suffisamment nombreuses, d une largeur adaptée et situées à proximité de l entrée du cinéma. C. Placement dans la salle Des emplacements spécifiques doivent être réservés aux fauteuils roulants à l intérieur des salles, en évitant les emplacements situés au premier rang ou dans les allées. Une accessibilité parfaite voudrait aussi que des places soient réservées pour les personnes accompagnant les personnes handicapées, à leurs côtés. Le handicap sensoriel ne nécessite pas de réserver d emplacements particuliers à l intérieur de la salle, à moins qu une boucle magnétique ait été installée (amplification du son pour les personnes malentendantes, diffusion individuelle de l audiovision pour les aveugles et malvoyants). Celle-ci ne couvre pas nécessairement toute la superficie de la salle, et les zones situées dans la boucle doivent alors être réservées en priorité aux personnes ayant un handicap sensoriel. II. Accès à l information Les personnes ayant un handicap moteur rencontrent peu de problèmes concernant l accès à l information. Il est surtout nécessaire par exemple que les guichets de vente de billets soient accessibles, c'est-à-dire qu ils ne soient pas trop hauts. En revanche, les personnes souffrant d un handicap sensoriel rencontrent d importantes difficultés liées à l accès à l information. Cela implique : A l intérieur du cinéma : - des guichets équipés de systèmes d amplification ou de transmission du son, - des panneaux ou des écrans d information bien lisibles (contraste de couleurs entre le texte et son support, taille de caractère suffisante ). A l extérieur du cinéma : - sites web accessibles, - numéros de téléphone permettant de consulter les horaires, réserver des places, etc., - programmes des séances disponibles en braille. HANDICAP ET CINEMA en Europe 11

12 III. Accès aux films Contrairement à l incapacité sensorielle, l incapacité motrice pose des problèmes d accès à la salle de cinéma, mais n empêche pas le visionnage du film lorsqu aucun aménagement n est prévu,. Ne pas avoir accès au son ou à l image d un film est préjudiciable à la compréhension de l intrigue et de l action et limite, par conséquent, la charge émotionnelle et le simple plaisir d aller au cinéma. Dispositifs facilitant l accès au film pour les personnes ayant un handicap sensoriel Sourds Malentendants Aveugles et malvoyants - VOST (mais informations incomplètes) - Sous-titrage complet (sur écran ou boîtiers individuels) - VOST (mais informations incomplètes) - Sous-titrage complet (sur écran ou boîtiers individuels) - Boucles à induction magnétique (ou par ondes infrarouge) - Audiovision (diffusée dans la salle ou individuellement, par boucles magnétiques) A. Personnes sourdes et malentendantes Les personnes sourdes et malentendantes peuvent accéder aux projections de films étrangers soustitrés en français. Seulement, ces sous-titres ne transposent que les dialogues et ne décrivent pas toute l ambiance du film (bruits, musiques, ). Ensuite, ils ne concernent pas les films français. Enfin la VOST n est en général projetée que dans certaines salles Art et Essai, et ne couvre donc pas tous les établissements cinématographiques. Afin de pallier ces limites, des dispositifs plus spécifiques ont été mis au point : - Pour les personnes malentendantes portant un appareil auditif : le son est transmis vers ces appareils soit par une boucle magnétique, soit par des ondes infrarouges. Il s agit d un dispositif très peu coûteux pour les salles de cinéma et qui permet aux personnes malentendantes de profiter pleinement du film. - Pour les sourds, la compréhension du film passe par un sous-titrage complet, c est-à-dire des dialogues, des sons et des musiques. Le problème de ce dispositif réside dans le refus du public entendant de se rendre à des projections où toute la bande-son du film est sous-titrée sur l écran. La solution serait de réserver des séances spéciales pour le public sourd et malentendant. Cependant, cette solution serait peu efficace car les projections réservées sont en général mal placées dans la semaine. De plus, un tel processus crée une marginalisation d une partie de la population cinématographique, qui ne souhaite pas l être. Des dispositifs supplémentaires ont donc été élaborés afin de permettre une lecture individuelle des sous-titres, par exemple des boîtiers personnels distribués en début de séance aux personnes sourdes. Ce système permet aux personnes sourdes d assister à n importe quelle projection, au milieu des personnes entendantes. Cependant, s il se développe dans les théâtres, il est encore très rare dans les salles de cinéma. HANDICAP ET CINEMA en Europe 12

13 B. Personnes aveugles et malvoyantes La solution pour permettre l accès aux films en salles est l audiovision ou audiodescription. Il s agit d insérer sur la bande sonore, entre les dialogues, des descriptions sonores de l ambiance visuelle et de l action du film. Ce procédé permet de suivre l intrigue du film sans avoir à demander d explications à une tierce personne. Aujourd hui, le système est coûteux puisqu il faut que le distributeur traduise son film en audiovision. Il ne s agit plus uniquement d ajouter des sous-titres au film mais de modifier la bande sonore, et de réussir à synchroniser les dialogues et les descriptions. Parallèlement, se pose le même problème que pour les sous-titres détaillés : le grand public refuse d assister à des séances en audiovision. Les entreprises développent donc des systèmes fermés, c està-dire que l audiovision est diffusée par une boucle magnétique ou à infrarouge vers des casques recepteurs distribués aux personnes aveugles ou malvoyantes. Ce dispositif est coûteux mais permet un accès individuel à l audiovision et ne nécessite donc pas de réserver des séances pour les personnes aveugles ou malvoyantes. * * * Les articles, recherches et études relatifs aux différentes dimensions de l accessibilité se multiplient. Le «design universel» ou «design for all» met par exemple au point des grilles très précises concernant l accessibilité physique, voire informationnelle. Seulement, l application de telles normes est loin de se faire de manière volontaire dans les différents pays d Europe. De nombreuses associations tentent de convaincre les entreprises européennes de l intérêt économique qu elles ont à accueillir les personnes handicapées dans de bonnes conditions. Pourtant, et au risque de se voir priver d un public important, les efforts spontanés de mise aux normes demeurent rares. C est encore prioritairement à travers le vote de lois et l instauration de contraintes légales qu évoluent les conditions concrètes de l accessibilité. HANDICAP ET CINEMA en Europe 13

14 Un cadre législatif hétérogène en Europe La question du handicap et de l accessibilité est une préoccupation européenne depuis plus de vingt ans. Le concept de l accessibilité a d abord été introduit dans des textes généraux, dénués de dimension pratique et technique. Par exemple, en France, a été votée dès 1975 une loi d orientation en faveur des personnes handicapées stipulant la nécessité de mettre en œuvre les principes d accessibilité. Des règlements plus précis ont été progressivement adoptés afin d en faciliter l application. Aujourd hui, des normes spécifiques et précises existent dans pratiquement tous les pays mais restent disparates. Quelques grandes tendances sont cependant identifiables à l échelle européenne. I. Disparité des obligations suivant les salles Allemagne Autriche Belgique Danemark Espagne Finlande France Grèce Hongrie Irlande Italie Lettonie Luxembourg Pays-Bas Pologne Cinémas neufs (publics ou privés) Cinémas anciens (publics ou privés) Portugal Royaume-Uni Suède Pas de réponse A. Des efforts quasi unanimes envers l accessibilité physique des bâtiments neufs Aujourd hui, dans une très grande majorité de pays, les règlements de construction des bâtiments ouverts au public comprennent des normes d accessibilité. L accessibilité physique dans les codes de construction Dans la plupart des pays, un permis de construire ne pourra être accordé à un établissement cinématographique dont l architecture ne prend pas en compte l accessibilité. HANDICAP ET CINEMA en Europe 14

15 Rares sont les pays n ayant pas instauré des normes de construction. Sur les douze pays ayant répondu, seul le Luxembourg n en impose pas dans les cinémas neufs. En effet, le souci de l accessibilité ne concerne que les constructions de bâtiments publics, soit très peu de cinémas. A l inverse, l Allemagne, la Belgique, le Danemark, l Espagne, l Irlande, la France, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, la Suède ou la Lettonie contraignent les constructeurs de cinéma à tenir compte des personnes à mobilité réduite. C est-à-dire que, dans tous ces pays, l architecture des cinémas récents doit faciliter l entrée, la sortie, la circulation interne ou encore l évacuation des handicapés moteurs, mais aussi des sourds et malvoyants. L introduction de normes d accessibilité physique dans les codes de la construction constitue donc un mouvement de fond dans le droit européen. Un contrôle de l application Bien sûr, l adoption de ces règlements n induit pas une mise en œuvre systématique de l accessibilité physique. Plusieurs pays ont mis en place des organismes de contrôle veillant à l application des lois en la matière, encore souvent contournées. Le Danemark a, par exemple, institué en 2001 un corps de consultants en accessibilité. Leur rôle est de contrôler et d aider à l application du règlement sur la construction. Celui-ci avait été adopté en 1995 et n était pas réellement appliqué. De même, en Irlande, malgré la surveillance du Building control Authorities, de nombreux bâtiments sont encore érigés chaque année, ne répondant pas aux normes de la loi sur la construction de Des codes plus ou moins exigeants Les pays européens disposent pratiquement tous de lois sur la suppression de barrières architecturales. Cependant, ces textes ne sont pas uniformisés. Et s ils traitent globalement des mêmes obstacles, les exigences d accessibilité ne sont pas tout à fait similaires. Chaque loi fixe des standards nationaux concernant l inclinaison des rampes, les ascenseurs, la largeur des places de parking ou des allées. Aujourd hui, une salle de cinéma de 300 places au Portugal doit comporter trois places réservées pour les personnes en fauteuil roulant, quand la même salle en France ou en Belgique devra être dotée de six places réservées. Malgré les difficultés à faire appliquer ces lois de façon systématique, et malgré les variations dans les niveaux d exigences suivant les pays, une réelle volonté politique semble émerger en Europe. Ce n est, à l inverse, pas le cas pour la mise aux normes des bâtiments anciens. B. Une volonté moins évidente pour les cinémas déjà existants L effort réglementaire a été sensible dans pratiquement toute l Europe ces dernières années pour que les constructions et les rénovations de cinémas comprennent des aménagements relatifs à l accessibilité physique. En revanche, les prises de position se font plus timides au sujet des établissements existants. A ce titre, les pays tentant de légiférer et d imposer la mise aux normes des cinémas plus anciens sont rares. Mise aux normes de tous les établissements cinématographiques La position la plus avancée est celle du Royaume-Uni qui a adopté une politique calquée sur la législation américaine. Il s agit de mettre en œuvre une réglementation luttant contre les discriminations. La prochaine mesure, applicable dès octobre 2004, contraindra tous les prestataires de services, à savoir les propriétaires de cinémas, à supprimer les obstacles à l accès des personnes à mobilité réduite. Cette loi est très attendue et son application sera sans doute très stricte et contrôlée. HANDICAP ET CINEMA en Europe 15

16 D autres pays, bien que peu nombreux, ont prévu une échéance pour la mise en accessibilité de tous les bâtiments, publics ou privés, recevant du public et donc de tous les cinémas. C est le cas du Portugal (d ici 2004) ou encore de la Suède (d ici 2010). L Espagne n a toujours pas fixé d échéance nationale, contrairement à ce qui était prévu dans la loi d intégration sociale des personnes handicapées de Reste que certaines des dix-sept communautés autonomes ont peut-être déjà imposé un calendrier de mise aux normes des bâtiments existants. Mise aux normes des établissements cinématographiques publics Une position intermédiaire consiste à rendre obligatoire la mise en accessibilité pour les bâtiments de l Etat, des collectivités territoriales ou pour les établissements publics. Seulement une minorité de cinémas sont concernés. Cette position est par exemple celle de la France, à travers le décret du 9 décembre La vaste majorité des cinémas existants demeure, dans ce cas, exempte de toute obligation de mise aux normes puisque le parc d écrans en France comme dans le reste de l Europe est largement privé. Aucune obligation pour les établissements existants Finalement, une large majorité de pays n a encore mené aucune avancée sur ce point. Huit pays sur onze se contentent d imposer l accessibilité physique dans les cinémas récents ou à construire, sans que cette impulsion soit rétroactive. II. Déséquilibre des contraintes suivant la nature du handicap A. Accessibilité physique : faible prise en compte du handicap sensoriel Les obstacles architecturaux ne gênent pas uniquement les personnes en fauteuil roulant. Une personne malvoyante, mais aussi dans une moindre mesure une personne malentendante, peut connaître des difficultés importantes à s orienter dans un cinéma. Des aménagements doivent être prévus afin de leur permettre de s informer, d acheter leurs places, d accéder et de sortir des différentes salles ou encore d être immédiatement au courant en cas d alerte. Cependant, les différents textes traitant des normes d accessibilité architecturales n abordent que de manière partielle ces questions. Aucun texte de loi n est exhaustif sur ce point. En Belgique, la situation est exemplaire si l on compare les textes adoptés par la région de Bruxelles et la Wallonie, respectivement en 1999 et en Le texte bruxellois stipule que les ascenseurs doivent être utilisables par les personnes malvoyantes et malentendantes, sans donner de précisions sur les boutons ou encore les signaux sonores ou lumineux. A l inverse, le texte wallon est relativement précis sur ces points. Ce dernier contraint même les signaux d alerte à être à la fois sonores et visuels. Parallèlement, le texte bruxellois définit une obligation de marquage contrasté sur les portes vitrées, point que n aborde pas le texte wallon. Que les différences soient si flagrantes entre les deux textes de régions appartenant à un même pays et votés à deux ans d intervalle n est pas étonnant. Les dissemblances entre les différents textes de HANDICAP ET CINEMA en Europe 16

17 loi, déjà perceptibles sur les normes d accessibilité physique liés au handicap moteur, sont particulièrement sensibles à propos du handicap sensoriel. Le texte portugais de 1997 est précis en ce qui concerne les ascenseurs, imposant des systèmes d alerte adaptés aux aveugles et aux sourds. Cependant, il ne prévoit rien par exemple sur les contrastes de couleurs dans les escaliers, ce qui était le cas dans les deux régions belges. Les lois définissant les normes d accessibilité physique sont conçues prioritairement pour les personnes ayant un handicap moteur. Elles n abordent généralement que de manière très partielle les besoins liés à un handicap sensoriel. B. Vide juridique quant aux autres formes d accessibilité Si les lois traitent imparfaitement l accessibilité physique et ce, surtout pour les personnes ayant un handicap sensoriel, le constat est encore plus pessimiste concernant l accessibilité à l information et au film lui-même. L absence totale de loi régissant ces deux aspects cruciaux de l accessibilité est réelle. Aucune loi ne régit aujourd hui encore l accessibilité des sites Internet pour les personnes aveugles et malvoyantes. La question est pourtant l objet aujourd hui d un intérêt grandissant des Etats et des entreprises. Seul le Portugal s est récemment distingué en la rendant obligatoire pour les sites publics, ce qui ne concerne donc pas la grande majorité des cinémas. De même, rien n oblige les cinémas à mettre en place une ligne téléphonique d information, qui est, quand elle existe, toujours payante. Aucune loi n oblige non plus l édition du programme des séances en braille. Des lois sont éditées en Europe favorisant la reconnaissance de la langue des signes et la présence de traducteurs dans un grand nombre d édifices publics, rien cependant n est prévu pour les cinémas. Il est très rare d ailleurs que le personnel travaillant dans les cinémas soit formé à recevoir un public présentant un handicap sensoriel, afin de bien les informer et les guider dans l établissement. Par ailleurs, aucune loi n impose en Europe l installation de boucles magnétiques dans les salles. Rien ne contraint donc les propriétaires de salles à mettre en place de tels aménagements ni à organiser des séances spéciales, en audiovision par exemple. III. Incitations et initiatives locales A. L initiative laissée aux associations En conséquence de ce défaut d obligations légales, ce sont les associations qui occupent le terrain. Dans plusieurs pays, elles organisent des projections sous-titrées pour les malentendants et sourds, voire en audiovision pour les aveugles et malvoyants. En France, par exemple, l association Valentin Haüy (AVH) œuvre en faveur de la diffusion à Paris et en province de films en audiovision. La difficulté consiste à pouvoir se procurer des copies adaptées. C est en effet aux distributeurs qu il revient d enclencher le processus en réalisant des versions sous-titrées ou en audiovision de leurs films. Sans exploitation commerciale importante de ces copies et sans aide de l Etat ou de l Europe, les HANDICAP ET CINEMA en Europe 17

18 distributeurs ne trouvent pas d intérêt à proposer de telles copies. Aussi, l organisation de projections pour les aveugles et malvoyants dont l accès au film est encore plus réduit que pour les sourds et malentendants, demeure marginale. Par exemple, en Belgique, seules trois associations organisent des séances en audiovision pour les aveugles et malvoyants. Parmi ces trois associations, une seule, «La Lumière», organise ses projections dans une salle de cinéma active, ce qui lui coûte 575 par séance. Les difficultés à convaincre les distributeurs, à faire venir les rares copies existantes, à louer une salle, ont donc un coût non négligeable. Et l association «La Lumière» ne peut organiser une projection mensuelle à Liège que grâce aux subventions du ministère de la communauté française, de la région wallonne et de la ville de Liège. Ce sont des séances subventionnées qui finissent par se mettre en place dans les pays n encourageant pas de manière officielle l audiovision et le sous-titrage des films de cinéma. B. Les impulsions de certains Etats Quelques Etats ont mis au point des politiques incitatives visant à soutenir l effort de modernisation des salles de cinémas en faveur de l accueil des personnes handicapées. Seulement, une nouvelle fois, ces politiques sont parcellaires, rares, ponctuelles. Aucune volonté d harmonisation européenne n est encore perceptible. En 2002, en Espagne, un décret royal sur la promotion de l industrie cinématographique a défini l attribution de prêts à taux avantageux pour les salles de cinéma souhaitant se moderniser et facilitant l accès aux films des personnes handicapées. Le texte de la loi ne définit pas précisément de quel type d accessibilité il s agit. Rendre accessible une salle de cinéma ou organiser des projections régulières pour les personnes ayant un handicap visuel ou auditif doivent entrer dans le champ d application de cette mesure. Au Danemark, des mesures plus précises ont déjà été mises en place pour encourager l accueil des personnes ayant un handicap sensoriel dans les salles de cinéma. L institut danois du film accorde ainsi des subventions aux cinémas installant des boucles magnétiques à destination des personnes malentendantes. D autre part, ce même institut envisage aussi de mettre en place un système de subventions encourageant le sous-titrage des films danois à l intention des personnes sourdes et malentendantes. Enfin, c est au Royaume-Uni que les efforts les plus notoires ont eu lieu. En effet, c est le seul pays à encourager activement l implantation des systèmes de sous-titrage et d audiovision. En 2001, une entreprise britannique, DTS, fournisseuse d installations de sous-titrage et d audiovision a équipé à ses frais dix salles. Un distributeur, Warner Bros, a accepté de traduire un de ses films, Harry Potter and the Philosophers Stone. Devant le succès de l opération, une chaîne d exploitation a implanté en 2002 dix autres unités de ce type et un nombre croissant de distributeurs ont rendu disponibles leurs films pour l audiovision. Le Film Council a décidé d encourager ces efforts et de financer pour moitié l installation de 75 nouveaux systèmes. A la fin de l année 2003, ce sont donc près d une centaine d écrans qui seront accessibles aux personnes sourdes, malentendantes, aveugles ou malvoyantes. Cette évolution est exemplaire, et le Royaume-Uni est aujourd hui le seul pays qui connaît un réel développement commercial de ces dispositifs permettant sous-titrage et audiovision. Un tel dynamisme est rendu possible par la proche collaboration entre les entreprises développant les systèmes techniques, les distributeurs, les exploitants de salles et l Etat. HANDICAP ET CINEMA en Europe 18

19 * * * Les législations européennes sont donc hétérogènes à plusieurs niveaux : - Par leur champ d application. La plupart des pays imposent que les conditions d accessibilité des salles soient prévues dès la construction de l établissement, tandis que d autres tentent d appliquer ces principes de manière rétroactive au parc de salles. De plus, les promulgations des codes de construction imposant l accessibilité des cinémas neufs ont été très étalées dans le temps selon les pays. Ainsi dans certains pays, les cinémas construits depuis vingt ans sont accessibles, alors que dans d autres ne le seront que les cinémas construits à partir de l an prochain. - Par les modalités concrètes de cette accessibilité. Les normes techniques ne faisant l objet d aucune harmonisation, les exigences légales d accessibilité varient donc d un pays à l autre. Ainsi, les besoins liés au handicap sensoriel sont plus ou moins bien pris en compte. De même, l application des textes de loi est plus ou moins rigoureusement contrôlée. - Par l émiettement des outils incitatifs. Visant à compléter les dispositifs réglementaires, à dépasser la seule accessibilité légale, ceux-ci demeurent très ponctuels. Le travail des associations et les démarches spontanées des exploitants et distributeurs doivent être soutenus par des aides financières et techniques des Etats afin de pallier au mieux les insuffisances des dispositifs légaux existants. HANDICAP ET CINEMA en Europe 19

20 Une délicate évaluation chiffrée I. Des données rares et à manipuler avec précaution A. Absence de statistiques officielles ou de circulation des données Il n existe a priori pas de statistiques officielles européennes concernant l accessibilité des personnes handicapées aux salles de cinéma. Très peu de données sont disponibles au niveau national en la matière. Il est bien sûr impossible d être catégorique compte tenu du caractère incomplet de l enquête et, du fait que les sources consultées peuvent ne pas avoir eu connaissance de sondages existants. Ainsi, la carence de chiffres officiels relève soit d une réelle inexistence de ces statistiques, soit d un défaut de communication et de circulation des données, si tant est qu elles existent. Dans les deux cas, l intérêt porté à la question de l accessibilité dans les salles de cinéma est limité. B. La multiplicité des sources et des critères Aucune norme européenne ne définit pour le moment l accessibilité aux bâtiments ouverts au public. D abord, les normes officielles d accessibilité diffèrent sensiblement d un pays à l autre. Les sources de mesures d accessibilité sont multiples, afin de compenser le vide laissé par le défaut d enquêtes officielles. Ainsi, chaque organisation testant l accessibilité d une salle de cinéma tend à l évaluer selon ses propres critères et exigences. Aujourd hui les principales sources présentant des évaluations de l accessibilité des salles de cinéma sont les suivantes : Les enquêtes officielles : celles-ci sont très peu nombreuses et n ont aucune homogénéité d un pays à l autre. Ainsi, le Danemark a choisi d envoyer un questionnaire dans chaque cinéma du pays. L Espagne a réalisé une enquête portant sur seulement 36 cinémas répartis dans tout le pays. Le faible nombre de cinémas testés impose donc une grande précaution dans l analyse des résultats dégagés. Les évaluations officieuses : dans plusieurs pays, des associations ont communiqué des chiffres sur l accessibilité des salles de cinéma. Ces évaluations sont en général limitées à un faible nombre de cinéma et ne prétendent pas à l exhaustivité. Pour quelques petits pays européens comme la Lettonie ou le Luxembourg, ces évaluations sont quasiment exhaustives, étant donné le faible nombre de salles de cinéma en activité dans ces pays. Sans préjuger du travail fourni par ces associations, les méthodes d investigation, les critères et les outils statistiques ne nous ont pas été transmis, ce qui impose, une nouvelle fois, de manier ces informations avec précaution. HANDICAP ET CINEMA en Europe 20

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Novembre 2004 Cette étude a été réalisée par : Centre national de la cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective Benoît

Plus en détail

IPP-0773 BAT-0743 Le Forum de Liège Janvier 2006 Page 1 sur 21

IPP-0773 BAT-0743 Le Forum de Liège Janvier 2006 Page 1 sur 21 Janvier 2006 Page 1 sur 21 LE FORUM Rue pont d Avroy, 14 4000 Liège Tél. : 04/ 223 18 18 Fax : 04/ 223 15 43 Web : www.leforum.be 0 3 0 2 1 8 Avec le soutien financier de la Ministre de la Santé, de l

Plus en détail

MUSÉE DE L ART WALLON

MUSÉE DE L ART WALLON Mars 2006 Page 1 sur 21 MUSÉE DE L ART WALLON Ilot St-Georges En Féronstrée, 86 4000 Liège Tél. : 04/ 221 92 31 Fax : 04/ 221 92 32 E-Mail : musee.artwallon@liege.be 0 0 5 1 4 0 Avec le soutien financier

Plus en détail

COMPLEXE DU PONTI La Trocante

COMPLEXE DU PONTI La Trocante Janvier 2006 Page 1 sur 20 COMPLEXE DU PONTI La Trocante Rue de Fernelmont, 1 5020 Champion Tél. : 081/200.242 Fax : 081/200.243 E-Mail : namur@trocante.be Web : www.trocante.be/namur 5 5 2 2 1 8 Avec

Plus en détail

Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle :

Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle : Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle : Personnes ayant une diversité fonctionnelle physique Personnes ayant une diversité fonctionnelle

Plus en détail

ACCESSIBILITE DANS LES ERP

ACCESSIBILITE DANS LES ERP ACCESSIBILITE DANS LES ERP SOMMAIRE 1 La législation SOMMAIRE 2 Règles générales applicables aux ERP existants 3 Les possibilités de dérogation 1ère partie La législation Accessibilité: le principe La

Plus en détail

HÔTEL DE VILLE D ARLON

HÔTEL DE VILLE D ARLON Septembre 2005 Page 1 sur 21 HÔTEL DE VILLE D ARLON Rue Paul Reuter, 8 6700 Arlon Tél. : 063/24.56.00 Fax : 063/22 29 75 E-Mail : administration@arlon.be Web : www.arlon.be 0 1 0 1 2 0 Avec le soutien

Plus en détail

Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant

Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant Commerces, professions libérales, artisanat, collectivités, administrations, établissements de santé, de loisirs, associations : Quelle

Plus en détail

IPP-0775 BAT-0745 Gîtes aux Ânes à Trooz Mars 2005 Page 1 sur 22

IPP-0775 BAT-0745 Gîtes aux Ânes à Trooz Mars 2005 Page 1 sur 22 Mars 2005 Page 1 sur 22 GÎTES AUX ÂNES Rue sur le Batty, 79 4870 TROOZ Tél. : 087/26 76 26 Fax : 087/26.67.07 E-Mail :info@gitesauxanes.be Web : www.gitesauxanes.be! 7 8 4 3 9 8 Avec le soutien financier

Plus en détail

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie Guide pratique Règlementation, recommandations et préconisations Préambule 2 Définition d un ERP: Sont considérés comme des Établissements

Plus en détail

Aide-mémoire pour assurer l accessibilité de vos événements

Aide-mémoire pour assurer l accessibilité de vos événements Guide pratique d accessibilité des événements Aide-mémoire pour assurer l accessibilité de vos événements Accessibilité extérieure Transport Service de transport collectif régulier, fréquent et à proximité.

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée PRÉFET DE LA SARTHE Direction Départementale des Territoires de la Sarthe Sous-Commission Départementale d Accessibilité VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11

Plus en détail

VERS UNE ACCESSIBILITÉ. généralisée. Accès à tout pour tous

VERS UNE ACCESSIBILITÉ. généralisée. Accès à tout pour tous VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11 février 2005 précise que les conditions d accès des personnes handicapées dans les E.R.P.* doivent être les mêmes que celles

Plus en détail

SML Focus. Bien connaître les obligations qui vous concernent. Accessibilité des locaux aux personnes handicapées

SML Focus. Bien connaître les obligations qui vous concernent. Accessibilité des locaux aux personnes handicapées SML Focus Accessibilité des locaux aux personnes handicapées Bien connaître les obligations qui vous concernent Définition, types et catégories des ERP Les locaux des professionnels de santé ouverts aux

Plus en détail

L ACCUEIL DU PUBLIC 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ CE QUE DIT LA LOI RECOMMANDATIONS

L ACCUEIL DU PUBLIC 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ CE QUE DIT LA LOI RECOMMANDATIONS 3 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ L accueil doit pouvoir être identifié et atteint dès le franchissement de la porte d accès du bâtiment. Pour les personnes déficientes

Plus en détail

L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité)

L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité) L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité) La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès à tout pour tous» qui implique

Plus en détail

Stationnement automobile

Stationnement automobile H.02 Objet de la fiche Rappeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux parcs de stationnement automobile, des articles R.111-19 à R.111-19-3 ; R.111-19-6, R.111-19-8 et R.111-19-11du code

Plus en détail

CCI NANTES ST-NAZAIRE. vers une. accessibilité. généralisée. Accès à tout pour tous

CCI NANTES ST-NAZAIRE. vers une. accessibilité. généralisée. Accès à tout pour tous CCI NANTES ST-NAZAIRE vers une accessibilité généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11 février 2005 précise que les conditions d accès des personnes handicapées dans les E.R.P.* doivent

Plus en détail

vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous

vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous Guide Sommaire La réglementation... 3 A savoir...... 4 Le calendrier... 5 Le coût... 6 Les démarches... 6 Les dérogations... 7 Exemples... 8 Les

Plus en détail

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public Guide de l Accessibilité des Etablissements Recevant du Public Direction du Développement Commerce Tourisme Réaliser un projet qui garantit l égalité d accès : S assurer que les entrées principales soient

Plus en détail

ACCESSIBILITE DANS LES ERP. Région de Nozay 26 juin 2015

ACCESSIBILITE DANS LES ERP. Région de Nozay 26 juin 2015 ACCESSIBILITE DANS LES ERP Région de Nozay 26 juin 2015 SOMMAIRE 1 La législation SOMMAIRE 2 Règles générales applicables aux ERP existants 3 Les possibilités de dérogation 4 Conclusion Accessibilité :

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Ajustement. Titre l environnement normatif

Ajustement. Titre l environnement normatif Ajustement de Titre l environnement normatif Rencontres techniques de l AMF 5 février 2015 Antoine Cretin-Maitenaz DHUP Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Le décret du 5

Plus en détail

1 Définition d un ERP et ses obligations. 2 Règles générales applicables aux ERP. 3 Les possibilités de dérogation

1 Définition d un ERP et ses obligations. 2 Règles générales applicables aux ERP. 3 Les possibilités de dérogation SOMMAIRE SOMMAIRE 1 Définition d un ERP et ses obligations 2 Règles générales applicables aux ERP 3 Les possibilités de dérogation Accessibilité aux handicapés : quel handicap? Accessibilité aux handicapés

Plus en détail

Accessibilité aux ERP (Établissements Recevant du Public) Loi Handicap 2005

Accessibilité aux ERP (Établissements Recevant du Public) Loi Handicap 2005 Accessibilité aux ERP (Établissements Recevant du Public) Loi Handicap 2005 13/03/15 1 Définition d un ERP et ses obligations A compter du 1 er janvier 2015 Toute personne handicapée, quelque soit son

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

LES SALLES RECEVANT DU PUBLIC

LES SALLES RECEVANT DU PUBLIC 7 7.1 SALLES DE RÉUNION / SALLES DE CLASSE FOCUS 1 : CIRCULATIONS, ESPACES DE ROTATION ET EMPLACEMENTS PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ Les salles de réunion et autres salles de classe doivent être

Plus en détail

LA GRANGE AUX SAVEURS

LA GRANGE AUX SAVEURS Mai 2009 Page 1 sur 20 LA GRANGE AUX SAVEURS Rue du Château le Duc, 23 6833 UCIMONT Tél. : 061/46 00 76 Fax : 061/46 00 86 E-mail : contact@lagrangeauxsaveurs.be Internet : www.lagrangeauxsaveurs.be 0

Plus en détail

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Cahier des charges Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Maître d Ourvage : xxxx Consultation pour

Plus en détail

ACCESSIBILITE DANS LES ERP

ACCESSIBILITE DANS LES ERP ACCESSIBILITE DANS LES ERP SOMMAIRE 1 La législation SOMMAIRE 2 Règles générales applicables aux ERP existants 3 Les possibilités de dérogation 4 Conclusion Accessibilité aux handicapés : un grand principe

Plus en détail

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

F3. NORMES TECHNIQUES RELATIVES A L ACCESSIBILITE AU CABINET MEDICAL

F3. NORMES TECHNIQUES RELATIVES A L ACCESSIBILITE AU CABINET MEDICAL Le pour les I - Les cheminements extérieurs Article 2 «[ ] Lorsqu une dénivellation ne peut être évitée, un plan incliné de pente inférieure ou égale à 5 % doit être aménagé afin de la franchir. Les valeurs

Plus en détail

Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs handicapés

Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs handicapés Centre Départemental de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute-Corse Pôle santé et sécurité au travail Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs

Plus en détail

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE Direction Départementale des Territoires de la Haute-Savoie service habitat/pôle bâtiment durable Notice d'accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 Table des matières Présentation...2 Mise en contexte...2 Notre mission...2 Nos employés...2 Plaintes et demandes d accommodement...2 Adoption

Plus en détail

Remontées mécaniques: infrastructure + véhicules (approuvé par l UTP 12/02) (approuvé par l OFT 01/03)

Remontées mécaniques: infrastructure + véhicules (approuvé par l UTP 12/02) (approuvé par l OFT 01/03) UTP / OFT / HTP Concept pour handicapés: Remontées mécaniques D-F Page 1/5 Concept pour les handicapés funiculaires et téléphériques: profils d exigences fonctionnels Remontées mécaniques: infrastructure

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI Les ERP «ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC» Le nouveau dispositif réglementaire Première partie CONTEXTE ET POLITIQUES PUBLIQUES Le contexte Le point de départ L accessibilité

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION 298 (2015-2016) N 1 298 (2015-2016) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION visant à renforcer l information et l accessibilité des personnes en situation de

Plus en détail

Loi du 11 février 2005. L accessibilité des ERP de 5 ème catégorie. Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie

Loi du 11 février 2005. L accessibilité des ERP de 5 ème catégorie. Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Loi du 11 février 2005 L accessibilité des ERP de 5 ème catégorie Direction Départementale des Territoires des Yvelines Séance du 30 octobre 2012 Intervenant : François ALEMANY Chargé d opérations DREAL

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Ajustement. Titre l environnement normatif

Ajustement. Titre l environnement normatif Ajustement de Titre l environnement normatif Comité de pilotage Ad AP du 14 janvier 2015 Nantes Présenté par la délégation ministérielle à l accessibilité Eric Heyrman Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent Préambule La loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a renforcé l obligation d aménagement des bâtiments recevant du

Plus en détail

Demande de label «Tourisme et Handicap»

Demande de label «Tourisme et Handicap» Demande de label «Tourisme et Handicap» Vous souhaitez obtenir le label national «Tourisme et Handicap» pour votre établissement. Le présent questionnaire constitue la première étape de la démarche de

Plus en détail

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 22 avril 2015. À votre écoute pour progresser!

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 22 avril 2015. À votre écoute pour progresser! Enquête de 2015 réalisée du 8 au 22 avril 2015 PREFECTURE DES DEUX-SEVRES 302 questionnaires collectés / 39 questions Résultats en % des exprimés À votre écoute pour progresser! 1. Le contexte de l étude

Plus en détail

L accès à l accueil de l hôtel depuis le parking se fait par le biais de l ascenseur.

L accès à l accueil de l hôtel depuis le parking se fait par le biais de l ascenseur. Radisson Blu Royal Localisation L hôtel se situe à proximité des transports en communs. Stationnement Présence d un parking couvert au sein de l hôtel. Le parking couvert comporte des emplacements PMR.

Plus en détail

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES Gérard Dessein Ingénieur en chef Chef du Service Accessibilité et Constructions adaptées

Plus en détail

II. - Les établissements, installations, parties de bâtiment ou d installations que sont :

II. - Les établissements, installations, parties de bâtiment ou d installations que sont : ARRETE Arrêté du 21 mars 2007 fixant les dispositions prises pour l application des articles R. 111-19-8 et R. 111-19-11 du code de la construction et de l habitation, relatives à l accessibilité pour

Plus en détail

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE PRODUIT PAR : Association des Personnes Handicapées de la Rive-Sud Ouest (APHRSO) 100 rue Ste-Marie La Prairie (Québec) J5R 1E8 Téléphone :

Plus en détail

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique Fiche pratique Handicap visuel Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes Accéder aux parties communes - sécuriser le cheminement - choisir les équipements - bien

Plus en détail

DEFINITIONS E.R.P HANDICAP

DEFINITIONS E.R.P HANDICAP DEFINITIONS E.R.P L abréviation E.R.P, établissements recevant du public, défini dans l'article R123-2 du Code de la construction et de l'habitation, nous indique en droit français les lieux privés ou

Plus en détail

Plan d action à l égard des personnes handicapées 2010-2011

Plan d action à l égard des personnes handicapées 2010-2011 Plan d action à l égard des personnes handicapées 2010-2011 Mise en contexte La loi assurant l exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale

Plus en détail

Schéma Directeur de mise en Accessibilité

Schéma Directeur de mise en Accessibilité Schéma Directeur de mise en Accessibilité Audits accessibilité des Etablissements Recevant du Public et des Installations Ouvertes au Public Communauté de Communes de DOL DE BRETAGNE Siége Social Maison

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

Schéma Directeur Accessibilité

Schéma Directeur Accessibilité Schéma Directeur Des services régionaux de transport de voyageurs - Deuxième concertation en Gironde - Contenu de la présentation Rappel des étapes antérieures sur le réseau ferroviaire (Maillage, référentiel

Plus en détail

Agir ensemble pour être plus fort

Agir ensemble pour être plus fort Agir ensemble pour être plus fort Les Journées de l accessibilité RESPECT DES NORMES Par Aurélie Digue, Expert Diagnostic à l APAVE Rennes I / LOI HANDICAP 2005 Loi n 2005-102 du 11 Février 2005 Décret

Plus en détail

Norme SIA 500 : 2009 Constructions sans obstacles (SN 521 500) - L'essentiel des modifications apportées à la version 1988

Norme SIA 500 : 2009 Constructions sans obstacles (SN 521 500) - L'essentiel des modifications apportées à la version 1988 Norme SIA 500 : 2009 Constructions sans obstacles (SN 521 500) - L'essentiel des modifications apportées à la version 1988 En résumé > De nombreuses exigences ont été précisées, des lacunes comblées et

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Mise en accessibilité des ERP

Mise en accessibilité des ERP Mise en accessibilité des ERP ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Conception-réalisation : DDT 71 Saône-et-Loire - Février 2014 DOSSIER DE PRESSE 12 février 2014 ACCESSIBILITÉ DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT

Plus en détail

Toilettes publiques. Problématiques traitées : FICHE9

Toilettes publiques. Problématiques traitées : FICHE9 Toilettes publiques Les toilettes publiques constituent un maillon essentiel d un réseau piéton, en particulier pour les personnes âgées qui souffrent souvent d incontinence. L absence des WC peut représenter

Plus en détail

Communauté de communes du Pays d Ancenis. Ancenis le 14 mai 2014 Riaillé le 3 juin 2014

Communauté de communes du Pays d Ancenis. Ancenis le 14 mai 2014 Riaillé le 3 juin 2014 Communauté de communes du Pays d Ancenis Ancenis le 14 mai 2014 Riaillé le 3 juin 2014 SOMMAIRE SOMMAIRE 1 Définition d un ERP et ses obligations 2 Règles générales applicables aux ERP 3 Les possibilités

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Étude sur les pratiques et législations autour de la langue au cinéma dans différents pays européens, le Québec et la Catalogne. Janvier 2010 RÉSUMÉ

Étude sur les pratiques et législations autour de la langue au cinéma dans différents pays européens, le Québec et la Catalogne. Janvier 2010 RÉSUMÉ Étude sur les pratiques et législations autour de la langue au cinéma dans différents pays européens, le Québec et la. Janvier 2010 RÉSUMÉ www.plataforma-llengua.cat L étude que nous avons élaborée sur

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Parking. Les places accessibles devront être les plus proches de l entrée.

Parking. Les places accessibles devront être les plus proches de l entrée. Parking Si vous avez un parking privé, 2% des places devront être accessibles : largeur minimum 3,30 m, place et devers de pente maxi 2%, signalétique horizontale et verticale. Les places accessibles devront

Plus en détail

Mise en conformité à la réglementation sur l accessibilité à destination des établissements de formation à la conduite.

Mise en conformité à la réglementation sur l accessibilité à destination des établissements de formation à la conduite. PREFET DE LA GIRONDE Mise en conformité à la réglementation sur l accessibilité à destination des établissements de formation à la conduite. La loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des chances,

Plus en détail

L accessibilité pour les contenus audiovisuels : cinéma, télévision, internet

L accessibilité pour les contenus audiovisuels : cinéma, télévision, internet www.retourdimage.eu L accessibilité pour les contenus audiovisuels : cinéma, télévision, internet Diane Maroger - présidente fondatrice de Retour d image Programme, depuis 2003 des films adaptés aux publics

Plus en détail

Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ

Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ Terrain : Mars 2012 Publication : Décembre 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne, Direction générale de la justice et coordonnée par

Plus en détail

Les Français et l accessibilité Rapport des résultats

Les Français et l accessibilité Rapport des résultats Les Français et l accessibilité Rapport des résultats Mediaprism Tour Cristal 7 quai André Citroën - 75015 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.com 20 septembre 2013 Contexte et objectifs de l enquête

Plus en détail

Janvier 2015 POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ

Janvier 2015 POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ 1 LES TERMES «VISION7 INTERNATIONAL», «V7I» ET «ENTREPRISE» DÉSIGNENT VISION7 INTERNATIONAL ET SES FILIALES ET UNITÉS COMMERCIALES. 1. OBJECTIF ET PORTÉE La Loi de 2005 sur l

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ

CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ 1. CONTEXTE La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès

Plus en détail

Accessibilité des personnes handicapées dans les ERP

Accessibilité des personnes handicapées dans les ERP Accessibilité des personnes handicapées dans les ERP 09-2011 http://www.ville-libourne.fr La loi du 11 février 2005 dite "Loi Handicap" vise à susciter un nouvel élan dans la prise en compte de l'insertion

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Page 1 de 1 LIGNE DE CONDUITE

Page 1 de 1 LIGNE DE CONDUITE Page 1 de 1 PRÉAMBULE Le Conseil scolaire public du Nord-Est de l Ontario s engage à fournir à ses élèves, à leurs parents ou tuteurs, au public et à son personnel des services exempts d obstacles et de

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ACOSS, caisse nationale des Urssaf, vous a interrogé en 2007 afin d évaluer la qualité de service de la branche du recouvrement. Retour sur l enquête

Plus en détail

Communauté de communes D Erdre et Gesvres Accessibilité aux ERP Jeudi 29 mars 2012

Communauté de communes D Erdre et Gesvres Accessibilité aux ERP Jeudi 29 mars 2012 Communauté de communes D Erdre et Gesvres Accessibilité aux ERP Jeudi 29 mars 2012 Département Commerce et Tourisme Chapitre 1 > Titre SOMMAIRE du chapitre. Préambule 1 Définition d un ERP et ses obligations

Plus en détail

Spécimen de jeu-questionnaire de sensibilisation

Spécimen de jeu-questionnaire de sensibilisation Nom : Date : Spécimen de jeu-questionnaire de sensibilisation Vous pouvez utiliser ce jeu-questionnaire pour évaluer les idées fausses que vous avez peut-être sur les personnes handicapées. Répondez aux

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Dossier de presse Mardi 17 novembre 2015

Dossier de presse Mardi 17 novembre 2015 «TOUS DIFFERENTS, TOUS VOYAGEURS» SMTC Tisséo s engage pour un réseau de transport pour tous 1 Sommaire Accessibilité : un réseau pour tous, la démarche ambitieuse du syndicat mixte des transports en commun

Plus en détail

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Réunion C.T.B. CNRS «Les 10èmes rencontres» Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Des chiffres clé sur l emploi dans le milieu ordinaire du travail Dans le secteur privé assujetti

Plus en détail

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 1 Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 Sommaire Le 31 mars 2014 Préparé pour le Bureau du surintendant des institutions financières information@osfi-bsif.gc.ca This summary is also available in English.

Plus en détail

t-durable.gouv.fr/- L accessibilité Accessibilite-.html détails www.developpement-durable.gouv.fr/-accessibilite-.html

t-durable.gouv.fr/- L accessibilité Accessibilite-.html détails www.developpement-durable.gouv.fr/-accessibilite-.html t-durable.gouv.fr/- L accessibilité Accessibilite-.html en détails www.developpement-durable.gouv.fr/-accessibilite-.html La règlementation sur l'accessibilité dans les ERP et IOP, quels que soient leur

Plus en détail

NOTICE D ACCESSIBILITE

NOTICE D ACCESSIBILITE PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE Direction Départementale des Territoires et de la Mer Le Morgat 12, rue Maurice Fabre 35031 RENNES CEDEX ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité

Plus en détail

Demande de label «Tourisme et Handicap»

Demande de label «Tourisme et Handicap» Demande de label «Tourisme et Handicap» Vous souhaitez obtenir le label national «Tourisme et Handicap» pour votre établissement. Le présent questionnaire constitue la première étape de la démarche de

Plus en détail

ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DE L ONTARIO PLAN D ACCESSIBILITÉ 2006-2007 L HONORABLE MICHAEL A. BROWN PRÉSIDENT DE L ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE

ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DE L ONTARIO PLAN D ACCESSIBILITÉ 2006-2007 L HONORABLE MICHAEL A. BROWN PRÉSIDENT DE L ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DE L ONTARIO PLAN D ACCESSIBILITÉ 2006-2007 L HONORABLE MICHAEL A. BROWN PRÉSIDENT DE L ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE ISSN 1710-5625 Introduction Le présent document est le quatrième plan

Plus en détail

COMMERCES. Auto-évaluation accessibilité ERP existants 5 ème catégorie

COMMERCES. Auto-évaluation accessibilité ERP existants 5 ème catégorie Auto-évaluation(1) Accessibilité locaux existants ERP 5 ème catégorie (Est considéré comme Etablissement Recevant du Public de 5 ème catégorie tout magasin de vente dans lequel l effectif du public admis

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Accessibilité des ERP

Accessibilité des ERP Guide pratique Accessibilité des ERP aux personnes handicapées Rappels Il n existe pas de curseur officiel qui déterminerait à quel degré une déficience devient un handicap. Cependant, on estimait en 2005

Plus en détail

Accessibilité des ERP-IOP situés dans un cadre bâti existant

Accessibilité des ERP-IOP situés dans un cadre bâti existant Ajustement de l environnement normatif Accessibilité des ERP-IOP situés dans un cadre bâti existant Jean-Gérard Langlois - Pôle accessibilité Cotita «Accessibilité des bâtiments des collectivités» - 27

Plus en détail

NOTICE D ACCESSIBILITÉ

NOTICE D ACCESSIBILITÉ NOTICE D ACCESSIBILITÉ POUR LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC à joindre à la demande de permis de construire ou d'autorisation de travaux Textes de référence : Loi n 2005-102 du 11 février 2005, Décret

Plus en détail

Renforcer l accessibilité des établissements et transports publics avec l Agenda d Accessibilité Programmée de Loire Forez

Renforcer l accessibilité des établissements et transports publics avec l Agenda d Accessibilité Programmée de Loire Forez Renforcer l accessibilité des établissements et transports publics avec l Agenda d Accessibilité Programmée de Loire Forez Conseil communautaire du 15 septembre 2015 Contact presse : Diane DELASALLE Tél.

Plus en détail

ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P )

ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P ) ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P ) 1 1 1 I. DEFINITION D UN E R P Article R123-2 du C.C.H (décret 2007-1327 du11.09.2007) Constitue un établissement recevant du public tout bâtiment,

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE: ENAT

APPEL A CANDIDATURE: ENAT APPEL A CANDIDATURE: ENAT Congrès international sur le tourisme pour tous. Organisé par la fondation ONCE. Soutenu par la Commission Européenne. 21 23 Novembre, 2007 MARINA D OR Région de Valencia, Espagne

Plus en détail

Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement. Espace INFO->ENERGIE de Tarn-et-Garonne

Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement. Espace INFO->ENERGIE de Tarn-et-Garonne premiers Hôtels-Dieu du Moyen-Age, accueillant tous les miséreux de la société: pauvres, infirmes, pauvres d esprit. 1790: principe affirmé devant l Assemblée Constituante du devoir d assistance par la

Plus en détail